Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon tel qu'il s'écrit

 | 
Bernard Poche

Chapitre IV. La littérature lyonnaise de l’entre-deux-guerres apogée et usure d’une culture de l’échange

Texte intégral

1Les périodes que nous avons considérées jusqu’à présent sont certes marquées par des œuvres importantes ; certains « genres » peuvent même être largement représentés. A la veille de la première guerre, nous avons vu apparaître tout un milieu intellectuel actif, en particulier dans le journalisme, qui semble avoir retrouvé les effervescences de l’époque de Léon Boitel ou de celle des petits journaux. Mais le total des œuvres recensées reste modéré, et nous avons pu, sauf peut-être en ce qui concerne la description historique et monumentale, qui est réellement le « grand genre » du XIXe siècle, citer et exploiter presque tout ce qui était important.

2Il en va tout différemment dans la période de l’entre-deux-guerres. Celle-ci correspond à une véritable explosion de production écrite, à Lyon ou à partir de Lyon. Comme nous l’avons annoncé en traçant notre canevas d’ensemble, le genre dominant va être le roman. Mais ce roman lui-même, le « roman lyonnais » dont nous tenterons, en analysant les principaux courants qui le composent, de cerner les raisons de l’apparition comme genre littéraire, ne revêt pas des limites bien précises. Dans le temps, d’abord ; si Béraud ne se risque pas à la fiction avant 1922, Dufourt, dès 1913, amorce dans les thèmes sinon dans l’écriture, certains thèmes des années 20, et par ailleurs, après la Seconde guerre, on a l’impression que, face à la montée des nouvelles générations symbolisées par les noms de Bernard Clavel et de Jean Reverzy, le roman lyonnais, genre devenu sclérosé, n’en finit pas de décliner et continue de célébrer le Griffon et les « grandes familles » soyeuses comme en 1930.

3La limite entre les genres littéraires n’est pas toujours claire non plus. Pour un Dufourt qui réalise, en y investissant sa position sociale initiale, le type du romancier « pur », H. Béraud et M. Grancher sont plus encore des chroniqueurs, des « mémorialistes », que des écrivains de fiction, le second surtout, qui use et abuse de son héros prête-nom, Maurice Ruet ; si bien que la production de sens qui s’attache à leur œuvre se dilue dans une somme d’écrits qui présentent un tableau multiforme de Lyon, mais aussi du monde vu de Lyon.

4C’est en effet le troisième élément de fluidité quant aux limites de la littérature lyonnaise des années 1919-1939 : le jeu avec les coupures spatiales. Certes, nous l’avons vu, les écrivains lyonnais ne se sont jamais enfermés dans leur pré carré sans avoir vu le monde, et on vu le rôle joué, de confrère à confrère, par J.K. Huysmans dans le roman des années 1900. Mais à partir des années 20, l’image de la relation à l’environnement devient, à part entière, un des éléments constituants de la définition de la situation lyonnaise.

  • 1 On retrouvera quelque chose de la veine de ces derniers dans les premiers romans de Bernard Clavel (...)

5Cette relation revêtira d’ailleurs les aspects les plus variés. L’interrelation entre Lyon et la région au sens large quitte les seuls registres des châteaux en Beaujolais ou des écrits régionalistes du type des romans de G. Gérin1 pour revêtir en littérature, des aspects de géographie régionale reliant la ville et « sa » région. Plusieurs des grands écrivains lyonnais de l’époque viennent directement des zones voisines : G. Chevallier et J. Jolinon de la Bourgogne mâconnaise, M. Grancher de la Franche-Comté. Tous, devenus Lyonnais, ne cessent de « ricocher » entre la ville et leur « localité » d’origine.

6Mais les thèmes ayant trait à des pays fort éloignés apparaissent avec insistance ; on verra, à propos de certains écrivains, que l’on peut parler d’un cosmopolitisme lyonnais. Enfin, le va-et-vient entre Lyon et Paris que nous avons vu (tant chez Boitel et ses amis que pour Esquirol et pour les polémistes du Second Empire), comme un des éléments d’arrière-plan du discours lyonnais va apparaître comme un élément primordial.

  • 2 On trouvera des détails intéressants sur le fonctionnement de ce milieu littéraire et journalistiq (...)
  • 3 Pour partie en effet ; Notre Carnet, comme son nom l’indique, semble vivre, outre de la publicité, (...)

7Toutes ces raisons semblent nous mettre sur la piste d’un milieu culturel (sinon vraiment d’un milieu intellectuel) capable de tenir sur lui-même et la société dont il émane un discours organisé et de gérer les médiations correspondantes2. Et les arguments ne manqueraient pas, à commencer par la prolifération des périodiques qui ont presque tous une visée culturelle, au moins pour partie3. Mais ce serait une vision un peu fonctionnaliste. En prenant depuis l’intérieur les propos qui sont tenus, on peut essayer de percevoir les logiques « endogènes », sociales, de cette production de langage, liée à la fois à la prospérité de cette société et aux nouveaux conflits, largement ouverts cette fois, et qu’il faut régler, ou à tout le moins illustrer.

8C’est en effet que le véritable problème contextuel devant lequel se trouve au lendemain de la guerre de 1914-18 le monde lyonnais nous a été posé par l’examen des structures de sens qui sont apparues dès les années 1910 ; il est posé par l’obsolescence de la position prééminente de la grande bourgeoisie, par les enjeux auxquels se trouve confrontée une nouvelle bourgeoisie marchande, héritière, pour partie de la bourgeoisie d’affaires (pour ceux de ses membres qui n’avaient pas pris l’orientation, dénoncée par Aynard puis par Farmer, vers la position « aristocratique » centrée sur la rente foncière et immobilière) et pour partie de l’ancienne bourgeoisie des fabricants et négociants ; et enfin par les mutations survenues autour des groupes populaires.

9Ce problème n’a, bien entendu, rien à voir avec le cataclysme mondial, mais il se trouve que l’environnement créé par celui-ci va être saisi par les groupes lyonnais d’une manière spécifique ; en particulier sous deux aspects significatifs. D’une part le contexte économique caractérisé par l’accumulation de moyens de paiement dans les pays qui, à l’écart du conflit, s’étaient trouvés en position de fournisseurs, va considérablement favoriser le commerce de la soierie, la spéculation sur la matière première qui caractérise ce négoce se trouvant de plus encouragée par l’ébranlement général des monnaies. D’autre part, les positions conflictuelles dans lesquelles s’estimaient enfermés un certain nombre de jeunes gens issus de la bourgeoisie marchande vont trouver un exutoire à la faveur des modifications sociales et politiques au niveau mondial. Nous en avons vu un exemple anticipatoire avec l’aventure personnelle de J.L. Duplan.

10D’une façon plus générale, le journalisme, par la mise en scène du compte rendu qu’il comporte, croisera cette tendance. Le « cosmopolitisme» littéraire, symbolisé par les noms de Biaise Cendrars et de Paul Morand, comme le grand reportage international pour lequel nous avons évoqué le nom de Joseph Kessel et celui d’Albert Londres (qui est d’ailleurs lyonnais), jouera peu ou prou pour cette génération le rôle qu’avaient joué pour la génération précédente les déviations décadentes du naturalisme ; non celui d’une grande inspiration, d’un facteur de déclenchement, mais celui de phénomène-repère, co-occurrent. Les mêmes causes produisent les mêmes effets dans le monde lyonnais et dans les autres mondes sociaux.

11Par la force des choses, les limites de ce travail ne permettront qu’un traitement très partiel du matériau que nous allons évoquer. Les deux phénomènes les plus importants des années 1919-1940 sont certainement le roman et la chronique, parfois mêlés, et que nous présenterons plus en détail dans la suite du chapitre. Leur convergence n’est pas le fruit du hasard ; l’un comme l’autre en effet vont se trouver opérer une problématisation d’ensemble du contexte lyonnais. Chez un auteur comme Béraud où pourtant les limites des genres sont claires, compte tenu de ses ambitions de romancier, la construction romanesque et la reconstitution des situations lyonnaises sur une base, par la force des choses, autobiographique, ont des points de convergence certains ; chez G. Chevallier, la part de l’autobiographie dans certains romans est considérable, alors qu’il n’a abordé la rédaction de souvenirs personnels que beaucoup plus tard. Les divers aspects que nous avons abordés jusque-là sous diverses rubriques, description érudite, voyages, investigation du type de l’ethnographie du quotidien tendent à se rejoindre à travers ces évocations pour construire une image qui, plus que jamais, est l’image de la « socialité » du monde lyonnais, alors que l’érudition vulgarisante proprement dite est momentanément moins développée.

  • 4 On pourrait en dire autant d’autres tentatives de reconstruire un langage symbolique autour de thé (...)

12Enfin il faut citer l’extension que connaît la « littérature populaire», une fois fixée sa veine folklorisante. Le mythe de Guignol se développe et les activités de la Société des Amis de Guignol occupent un canton de la production qu’aucun discours lyonnais ne peut totalement ignorer, mais qui n’est en général utilisé qu’avec une certaine distanciation, comme si le pouvoir évocateur du mythe, par l’ambition même de ses constructeurs à lui donner un contenu unanimiste, s’était assez vite émoussé. Jusqu’aux tentatives de résurrection moderne dont nous avons parlé à diverses reprises, mais qui comme telles sortent du champ de notre investigation, on constate une lente régression de la construction d’une représentation d’ensemble à travers le mythe de Guignol, qui deviendra le fait de groupes de plus en plus isolés bien que la connotation populaire y soit toujours importante4.

Le « roman lyonnais » de l’entre-deux-guerres

  • 5 Celles-ci, en effet, semblent avoir abandonné toute préoccupation d’enregistrement du travail litt (...)

13Avant d’aborder les problèmes d’analyse, il faut revenir sur les questions de matériau, le phénomène d’ensemble constitué par le roman lyonnais ayant été à peu près totalement occulté par la « mémoire collective », non seulement dans l’édition et dans la pratique de la lecture mais encore dans les histoires de la littérature5.

  • 6 Signalons, par ordre alphabétique, les noms (dont certains sont des pseudonymes) de Gabriel d’Auba (...)

14Or les romanciers sont très nombreux à Lyon à cette époque ; derrière les grandes figures, Henri Béraud, Gabriel Chevallier, Jean Dulourt, Marcel E. Grancher et Joseph Jolinon, on relève une pléiade d’auteurs dont tous ne sont pas négligeables6. Il faudrait y ajouter les « romans lyonnais » écrits par des auteurs non lyonnais, par exemple Le sang Je la nuit de Léon Daudet, ou Haudequin, de Lyon de Colette Yver. On a donc en permanence, surtout si l’on y adjoint les journalistes à ambition littéraire mais qui n’ont pas laissé d’ouvrage important ou qui ne se manifestent que plus tard, comme Pétrus Sambardier, Henry Clos-Jouve ou Pierre Scize (pseudonymes de Henri Belin et de Michel Piot), tout un foisonnement créatif à Lyon, et Notre Carnet peut réaliser en 1933 un numéro sur « Les écrivains lyonnais » où figurent dix biographies d’auteurs localement «consacrés» (et où Béraud, qui gênait déjà tout le monde, ne figure pas).

15Cette donnée quantitative a une certaine valeur par sa nouveauté ; nous n’y faisons appel que pour montrer que les écrivains dont nous allons parler ne sont pas des personnalités isolées. Notre propos va bien plutôt viser les définitions de langage que leurs œuvres donnent de la société lyonnaise, les conflits et les mouvements dont ils sont l’expression au moins implicite.

16Ce roman lyonnais n’est en effet nullement unitaire ; on y trouve de nombreuses tendances. Si on se reporte au point de départ de l’analyse de L. Goldmann selon lequel la forme romanesque est « la transposition sur le plan littéraire de la vie quotidienne dans la société individualiste née de la production pour le marché » on peut tenter de l’élargir, de n’en garder que la problématisation fondamentale en lui enlevant ce qu’il peut avoir de restrictif. On dirait alors : la forme romanesque ne peut intervenir que lorsqu’il y a conflit ouvert et non résolu à l’avance (au besoin de façon mythifiée) sur l’attribution du sens. Cette façon de reprendre la formule goldmannienne présenterait l’avantage, d’une part de ne pas postuler l’existence d’une société communautaire précédant la société individualiste et, d’autre part, de ne pas lier l’apparition du roman à un fait générateur historique, global et unique, la montée progressive du capitalisme industriel entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle.

17Nous avons vu antérieurement que l’attribution de sens social qui s’était constituée au cours du XIXe siècle était « en crise » dans les années 1900, mais que cette crise était perçue de l’intérieur de chacun des groupes sociaux concernés. Par la suite, la période des années 1910-1919 fait apparaître des signes de mise en place de positions ouvertement concurrentes. Après la guerre on constate ce surgissement d’une production romanesque ; il est possible de la mettre en relation avec des conflits, cette fois complètement avoués, concernant les divers systèmes de définitions possibles des situations internes au monde lyonnais.

18Bien évidemment ces conflits sont en rapport avec les phénomènes économiques « mondiaux » que nous avons rappelés. Mais ces phénomènes n’ont pour nous qu’une valeur de points de repère, non de causalité. La question qui nous intéresse est celle de savoir comment, parmi une infinité de mutations possibles, les voies que choisissent les groupes sociaux, telles qu’elles sont appréhendables par la transformation des représentations, sont effectivement constituées comme des discours de mise en cohérence. Pour emprunter le langage de Wittgenstein, les « choses » doivent devenir des « faits » pour composer le monde : et l’approche du langage montre comment les groupes sociaux, en construisant des éléments de sens, construisent chacun à leur manière un monde intelligible, vu de leur point de perspective, et dans lequel les autres groupes jouent un rôle instrumental.

19Or, on voit apparaître dans le roman l’indice d’un nombre important de clivages ou de fractures. Ces « homologies », nous allons les rencontrer bien entendu dans le contenu thématique, mais aussi, bien que les distinctions soient plus difficiles à établir avec finesse, dans le traitement du contenu, dans l’écriture romanesque.

  • 7 Avec Balzac par exemple. Non que « la province » soit « en retard » par rapport à une globalité qu (...)

20Cette diversité nous montre clairement, en tout cas, que malgré les éléments autobiographiques qui y figurent, le roman, pour les auteurs lyonnais, a cessé d’être, soit une déploration personnelle sur l’écroulement d’un monde — ce qui est en effet la marque d’un conflit non encore avéré — soit un exercice de « littérature pure ». La situation lyonnaise dans son entier devient un sujet romanesque au sens fort de ce mot et on va voir du coup apparaître sur le microcosme lyonnais, comme on l’avait vu apparaître sur le microcosme parisien un siècle plus tôt7, les différentes catégories du roman, selon que les constructions de sens font appel aux différents moyens que leur offre la forme romanesque. Nous considèrerons donc successivement :

  • les romans du conflit au sein des groupes de la bourgeoisie : Jean Dufourt, Joseph Jolinon et Tancrède de Visan,
  • les romans de la définition de situation des groupes que nous qualifierons de groupes « en position instrumentale » : Marcel Grancher et Gabriel Chevallier,
  • les romans faisant intervenir la situation des groupes populaires : Henri Béraud — les « romanciers populaires » — le roman militant.

La redéfinition romanesque des groupes de la grande bourgeoisie, La « querelle des anciens et des modernes »

21Dans un premier groupe de romans, les intrigues et leur point de perspective sont situés, comme pratiquement tous ceux dont nous nous sommes occupés jusque-là, au sein des groupes de la grande bourgeoisie. Mais, sauf pour le plus tardif, signé de Tancrède de Visan et qui tend à s’apparenter, pour le contenu, aux romans de la décadence présentant ainsi une position de maintenance, les autres montrent ce groupe en pleine recomposition. Nous allons nous appuyer essentiellement sur deux auteurs, Joseph Jolinon et Jean Dufourt.

22Si l’on devait proposer un modèle archétypique de romancier lyonnais de la période 1920-1940, ce serait plutôt Joseph Jolinon que Henri Béraud. La carrière de Jolinon n’est absolument pas négligeable ; il publie chez des éditeurs parisiens treize romans entre 1 922 et 1936, plus quelques essais, et reçoit peu après la guerre le Grand prix du roman de l’Académie Française. Ses œuvres se composent essentiellement pour la période qui nous concerne — outre deux romans inspirés par la guerre et qui témoignent d’une vision originale et fantastique — de trois cycles : le cycle de Claude Limant, le cycle des Histoires corpusculiennes et le cycle des Debeaudemont.

23Nous ne ferons que signaler le second qui appartient au genre du roman rustique (dans la ligne de George Sand) plus qu’à celui du roman régionaliste tel que nous en avons rappelé les caractéristiques. Jolinon n’était pas lyonnais de naissance ; il appartient à cette catégorie de jeunes fils de familles de propriétaires ou de gros commerçants de la région qui « viennent à Lyon » ou dont la famille s’y fixe dans leur jeune âge. Etudiant en droit puis jeune avocat avant la guerre, il se fixe à Lyon mais plaidera peu et vivra de sa plume. Mais il restera toujours attaché à son Charolais natal où il fait de fréquents séjours.

  • 8 Le cycle se constitue en effet comme nous l’indiquons. Mais le premier volume publié chez La Sirèn (...)

24Le premier cycle (Le jeune athlète, 1922, Le valet de gloire, 1923, La tête brûlée, 1924, Les revenants dans la boutique, 19298) est de façon tout à fait nette un roman de formation. Le premier volume voit le héros partager son temps à Lyon entre les études et le sport, qui est l’affaire importante. Le second roman est un roman de guerre ; le troisième raconte la tentative de réinsertion après la guerre du jeune juriste tenté par la littérature.

  • 9 La gloire de Geo André et de Jean Bouin, comme celle de Marcel Carpentier, ont en effet survécu à (...)

25Si nous laissons de côté les éléments autobiographiques et si nous nous intéressons surtout au premier ouvrage, qui est censé se dérouler avant la guerre, mais qui, écrit au retour, est sans doute plus proche, dans l’écriture et l’interprétation, des thèmes de la période de l’après-guerre, on y voit en clair l’ébranlement des valeurs constitutives de la formation du jeune bourgeois, mais surtout l’obsolescence des éléments de crise qui le caractérisaient chez les auteurs comme d’Hennezel et M. Rogniat. Le sport est la grande affaire, à une époque où sa pratique, poussée même jusqu’au professionalisme, est couramment le fait de membres des groupes sociaux de la bourgeoisie : « On y voyait des fils de grands bourgeois anglais rivaliser en course à pied avec des gentilhommes autrichiens, ou, par exemple, un Ralph Rose, procureur à San Francisco, s’adjuger le championnat du lancement de poids ». « Claude avait résolu de s’imposer comme gardien de but. Il serait le meilleur de France » (guère plus tard, Albert Camus sera aussi gardien de but, à Alger). Dès avant la guerre, dans une société vieillie, son héros, étudiant, souhaite associer « l’enseignement de Platon et la conception du surhomme de Nietzsche au culte du moi de Barrès », et exalte le renouvellement de l’horizon de la jeunesse par l’énergie physique : « Réaliser d’abord notre moi athlétique. Les gloires de notre génération sont incontestablement (...) André, Bouin et Carpentier9. Petite gloire, direz-vous. En existe-t-il une autre à notre âge ? En art, en politique, en science, aucun succès nous est-il permis ? Vous autres, vieillards, n’occupez-vous pas toutes les issues (...) ? N’est-il pas tranché que la jeunesse n’a plus de génie, hormis celui du muscle ? ».

26On pense à Montherlant, mais l’écart thématique et stylistique est trop grand pour qu’il y ait eu influence ; d’ailleurs Le jeune athlète est de deux ans antérieur aux deux volumes des Olympiques (1924). Il faudrait plutôt dire que les problèmes se posent d’une manière co-occurrente entre les groupes sociaux locaux, à Lyon et à Paris. Ce qui est en cause dans Le jeune athlète, c’est la recherche de références pour remplacer, dans la production sociale du sens, les références diffusées par le modèle d’interaction de la grande bourgeoisie, le collège, le salon, les « œuvres ». Le club sportif, les cafés où on se réunit avec le prétexte de constituer les équipes, les discussions d’étudiants jouent un rôle important dans le roman, comme aussi d’ailleurs la place nouvelle accordée à la liaison, à la relation semi-affichée qui remplace le rapport à la « courtisane ».

  • 10 On pense en particulier à son récit des conseils de guerre de 1917 où il fut avocat (expérience qu (...)

27Vient le passage de la guerre, sur lequel il ne nous est pas possible de nous étendre, sinon pour rappeler ce qui a été souvent dit, l’ébranlement qu’elle occasionne aux représentations antérieures sur les relations entre les groupes sociaux10. Et cet ébranlement qui achève de disloquer, pour Jolinon, les modes de régulation ancienne de la bourgeoisie et qui en fait un pacifiste convaincu, refusant de s’inscrire à l’Association des écrivains combattants, on va le retrouver dans La tête brûlée. On l’y voit refuser de reprendre le destin d’un notable rural, tenter la politique et s’investir dans l’écriture, avec pour objectif de produire des représentations et non plus de « cultiver les lettres ». Avec Les revenants dans la boutique, titre « symbolique » s’il en est, le rêve d’une rénovation politique commun à nombre de démobilisés s’engloutit dans une histoire d’anticipation où Jolinon donne libre cours à son goût pour un style visionnaire.

  • 11 Il faudrait comparer, c’est-à-dire opposer, le match de football dans Le jeune athlète et le patin (...)

28Ces thèmes ne découlent évidemment pas du contexte lyonnais, mais ils sont fortement intégrés à la scénographie locale. En particulier, cette naissance du sport comme élément de la culture est un thème dont Jolinon se saisit pour montrer, avec un autre langage, l’irruption de la modernité qui était déjà celle des articles de L’Ours. Il reste que le chemin que prendront, dans les formulations de l’après-guerre, Jolinon et Béraud sera bien différent. Les représentations sont bien distinctes, entre la jeunesse populaire bloquée dans son élan par une caste politique alliée à la notabilité toujours en place, et le jeune bourgeois de campagne qui, dans l’espace des stades, croit un peu naïvement voir l’image d’un terrain vierge à conquérir. Toujours est-il que si le cycle de Claude Lunant est bien un roman de formation, un Bildungs-roman, c’est qu’il correspond à une reformulation du contexte, en face de l’érosion de l’image du monde lyonnais qui s’éteint vers 1910. On assiste à la formation d’un type social nouveau, illustré par le fils du notable de campagne, venu à la ville dans un processus de rupture avec sa représentation sociale antérieure, ce qui ne nous concerne pas directement ici, et qui tente d’investir la bourgeoisie urbaine par un nouveau langage véhiculaire. Le sport, l’éthique corporelle et, par la suite, les représentations nées de la guerre, qui les renforcent, vont prendre le pas sur la culture classique11.

  • 12 L’arbre sec et le bât d’argent, noms qui viennent d’anciennes enseignes, sont les noms de deux rue (...)

29Passant sur les romans rustiques qui s’intercalent dans le cycle de Lunant, il faut venir à son cycle lyonnais, Les Debeaudemont (Dame de Lyon, 1932, L’Arbre sec, 1933, Le Bât d’argent, 1935) qui veut montrer le développement de cet investissement, et se termine par son échec. On y retrouve encore le principe du roman de formation, cette fois non autobiographique. Pour mieux montrer l’image des conflits internes, le protagoniste est un jeune fils de famille de la bourgeoisie de robe d’Ainay qui rêve de s’élever par la gloire sportive comme Claude Lunant, tente de rendre durable une liaison avec une petite dactylo séduite par hasard pour se venger d’un camarade, et finit par épouser une jeune fille « moderne » légèrement infirme, riche héritière de la noblesse de Bellecour. Croyant profiter à son aise de la fortune de sa femme, il se rend compte trop tard des gages qu’il doit donner pour s’insérer dans les milieux d’affaires (le « bât d’argent »12). Ce destin vient croiser celui de la mère du héros, et subsidiairement celui de son père le notaire. La « Dame de Lyon » est la mère du jeune ambitieux ; cette grande bourgeoise est brutalement « déstabilisée », elle qui n’a jamais vécu hors de Lyon et y possède toutes les références de son comportement, par la rencontre inopinée d’une de ses amies d’enfance, qui a épousé un étranger, a vécu outre-mer et a changé tous ses codes, y compris les codes du langage :

« Si je vous dis, pour parler la langue actuelle des Français chics : Bonne combine, ça gaze, je suis d’attaque — ou encore : Pas de blague, ça loupe, je suis refaite, me voilà verdure — vous appréciez la saveur de l’expression » (Dame de Lyon).

30Envahie par une soudaine ardeur sensuelle que son mari ne comprend pas et se refuse à satisfaire, lui qui en est encore à refuser de plaider dans une affaire de divorce pour une femme du peuple persécutée (« nous sommes quatre ou cinq au barreau qui, nous souvenant de notre foi, ignorons ceci »), elle se laisse séduire par l’entraîneur sportif de son fils. Cette fois ce serait plutôt à Victor Margueritte, pour les personnages, ou à Paul Morand, pour le style, que l’on penserait. Le problème que se pose Jolinon, en campant le code de la Bugatti et des cocktails en face de celui des œuvres de religion, c’est la « querelle des Anciens et des Modernes » au niveau de la gestion du langage social.

31Mais la question reste bien celle d’un code nouveau pour dire une situation lyonnaise, celle de la légitimité de la grande bourgoisie ; contrairement à ce que nous verrons à chez Jean Dufourt, les groupes que dépeint Joseph Jolinon n’ont pas intégré la nouvelle situation de la Fabrique. Venu, comme G. Chevallier, de la bourgeoisie marchande rurale, donc d’une position de notabilité terrienne, J. Jolinon situe son analyse par rapport à une possible évolution moderniste de la grande bourgeoisie, d’où un certain flottement : certes il ne renie pas en 1935 sa violence et sa modernité d’écriture du Jeune athlète, mais les situations qu’il imagine sont largement fictives, même si elles sont composées d’éléments tout à fait contextuels (dans la ville de Berliet, son jeune ambitieux essaie de trouver auprès de son beau-père des capitaux pour exploiter le brevet d’invention d’un ami : « un moteur d’auto à huile lourde, utilisant n’importe quelle huile... A grand rendement... Sans encrassement... Et nous espérons fournir l’Armée » — ce projet passera dans la réalité vingt ans plus tard). Trop fidèle à la notion même du groupe exerçant un magistère moral, il dépeint l’écroulement de celui qui est en place, mais laisse son protagoniste principal être entraîné dans le flot, faute, peut-être d’appartenir lui-même à un groupe en train de définir des situations de remplacement. Il a, curieusement si on pense à son écriture et aux éléments très modernistes de ses intrigues (à son « style kodak », disait un critique du temps), un côté arrière-garde.

32Et c’est une version finalement plus avancée de la querelle des Anciens et des Modernes que nous allons rencontrer avec ce modèle des romanciers de la soierie qu’est Jean Dufourt, malgré une personnalité, humaine et littéraire, beaucoup plus classique. Lui est fils de soyeux et, si dans Marielle le monde de la soie était encore discret, Calixte marque, en 1926, l’entrée — fracassante, devrait-on dire — du soyeux et du monde de la Fabrique comme sujet romanesque ; et avec eux, une nouvelle forme de description de Lyon, que nous retrouverons de façon surabondante dans les chroniques. Cette description — et les codes langagiers de Calixte — sont devenus — localement, s’entend, mais le livre est tout de même assez connu — tellement canoniques que l’on a tout à fait oublié les circonstances de leur apparition. Lorsqu’on lit Calixte, après la guerre (Plon a réédité sans interruption le livre jusqu’après 1960) on y voit une satire sociale, d’une violence à peine atténuée par la bénignité des traits et la perpétuelle ambivalence des attitudes des protagonistes, qui n’est pas sans rappeler, quoique en plus « souriant », celle des romanciers décadents. Et déjà Grancher s’étonnait de la faveur qui entourait le livre, estimant qu’il faisait passer Lyon pour une ville « de cafards et de miteux » (M. Grancher, Vingt ans chez Calixte, 1940). Mais Grancher voyait les codes de la grande bourgeoisie lyonnaise de l’extérieur et se méprenait sur le sens de l’ouvrage, erreur que ne commettait nullement la très bourgeoise rédaction de Notre Carnet qui, loin de s’estimer diffamée, se répandait en éloges : « Avec esprit, finesse et humour, M. Jean Dufourt a tracé de nos mœurs, de nos habitudes et de nos traditions mondaines un portrait très poussé et d’une charmante (sic) ressemblance ». (T. de Visan, in Notre Carnet, no 34, 10 avril 1926).

33Il faut donc noter là encore, comme pour les parodies de Guignol, ce qui semble bien être un vaste contre-sens et qui justifie, à soi seul, que l’on parle encore de cette figure imposée de la lyonnaiserie qu’est devenu le roman.

  • 13 Albert Giuliani, avocat célèbre, a écrit des ouvrages de droit remarqués, puis plusieurs romans à (...)

34Le sujet est lancé. Coup sur coup, on voit paraître en 1927 Haudequin de Lyon, par Colette Yver, aimable auteur parisienne de romans psychologiques à grand tirage qui, « initiée à la vie lyonnaise» par l’écrivain Renaud Icard, écrit son « roman lyonnais » sur la Fabrique ; puis en 1928, Albert Giuliani fait paraître Vous êtes mon Lyon...13 qui se passe également dans les milieux de la soierie. Milieu que nous retrouverons avec les romans et chroniques de Grancher ainsi qu’avec Ciel de Suie de Béraud, sans parler des œuvres mineures. Et presque partout le portrait du soyeux est du même ordre : personnage froid, dissimulé, impitoyable en affaires, d’une moralité personnelle parfois douteuse et hantant du matin au soir la sombre rue du Griffon. Mais de quel point de vue est proposé ce portrait peu flatté ? On a vu, avons-nous dit, une satire sociale, une ironie interne dans Calixte. Or, autant cet esprit de dérision peut se comprendre dans La seconde faute, autant ici il est peu explicable. Pourquoi Dufourt aurait-il écrit, en 1926, une satire sociale ? Notre propos sera de dire que le roman est le symétrique du cycle de Jolinon : il montre l’arrivée à la position de prééminence de la fraction « éclairée » et moderniste de la bourgeoisie d’affaires, des soyeux. A la faveur de l’extrême prospérité de l’après-guerre, c’est la situation anticipée par Aynard qui vient à correspondre à la logique interne de la société locale.

35Il faut en effet remarquer que les « professions libérales » et cette grande bourgeoisie d’avant 1914 qui ne travaillait pas, ou si peu, sont en train de passer au second plan. Le centre de la scène est reporté au quartier de la soierie, et on y commerce avec le monde entier : du reste le héros, qui décidera de « se faire » lyonnais, est le fils de l’agent parisien de la « maison de soierie » où il est en stage. On se souvient que dans Marielle les notaires habitaient Ainay et les soyeux, qui étaient au fond des parvenus, les Brotteaux. Maintenant Ainay a vu l’arrivée de soyeux, qui se posent en détenteurs de la prééminence sociale, mais avec quels codes vont-ils le faire ? Pour que le problème soit bien marqué, le roman les accable de mille petites flèches visant à montrer leur côté rétrograde. D’où ces flèches sont-elles tirées ? L’auteur ne le dit pas, et c’est à cette rhétorique perverse que le roman a dû son succès ; il tourne autour d’une place vide, d’une situation virtuelle, celle de la grande bourgeoisie moderniste, qu’aucun personnage important n’occupe. Seule la désigne avec une ironie discrète le seul caractère attachant du roman, un vieux fabricant qui se gausse à chaque instant de cette récupération des codes anciens par une fraction de la génération montante, laquelle déplore ce manquement aux usages qu’elle cherche à reprendre à son compte :

« C’est un homme extrêmement charitable... Je ne connais point d’œuvres de bienfaisance qu’il n’ait dotées de la manière la plus libérale. Hé bien, qui s’en doute ? Personne, absolument personne (...) Comment les gens seraient-ils édifiés et suivraient-ils son exemple ? ».

36La transaction dans laquelle se construit le langage de Calixte est donc bien celle qui résulte de la concurrence entre deux fractions de la bourgeoisie d’affaires. Pour la première fois depuis le 18e siècle, celle-ci a renoncé à réinvestir ses profits dans la rente et les charges et vise en tant que telle la définition de l’intelligibilité du inonde lyonnais, dont elle est sur le point d’évincer l’ancienne grande bourgeoisie. Mais le fera-t-elle en reprenant les vieux usages, la dévotion, l’étroitesse d’esprit, l’inculture, en récupérant « l’âme lyonnaise », ou prendra-t-elle le parti de la modernité ? Le roman, à l’insu peut-être de son auteur, cristallise ce débat sur la nouvelle légitimité. Cela nous parait en être la seule lecture possible. Et le symbolisme spatial traduit là encore l’opposition des situations, mais cette fois le parallèle, en apparence toujours construit pour glorifier la tradition, ne laisse plus guère de doute sur le point de vue adopté :

« Partout de larges avenues plantées d’arbres, de belles maisons modernes, de coquets hôtels particuliers, de riants squares... — Ah ! Calixte, m’écriai-je, qui donc habite ces avenues et ces quais magnifiques, sinon cette bonne société que vous me disiez faussement habiter le méchant faubourg Ainay ? Serait-ce, par hasard, la mauvaise ? Calixte daigna sourire : Non, sans doute, puisque les Taffarel et les Jutet l’habitent. Mais je ne vous cacherai pas qu’elle est plus mêlée qu’à Ainay, que ses mœurs sont moins pures et qu’elle a une tendance fâcheuse à s’écarter des traditions ».

37La meilleure illustration que l’on puisse apporter de ces cheminements indirects des systèmes de sens est le dernier des romans de la grande bourgeoisie que nous allons considérer, Sous le signe du lion de Tancrède de Visan, ouvrage dont nous avons tiré nos citations sur la « haute bourgeoisie » et sur la stratification sociale à Lyon. Durant quinze ans (1924-1939) son auteur a tenu dans sa revue (Noire Carnet) le rôle d’illustrateur de la « fraction moderniste » de la grande bourgeoisie : lorsqu’il compose en 1935 cet étonnant ouvrage, certainement plus intéressant par la sociologie spontanée dont il est tissu de la première à la dernière ligne que comme travail d’écriture, on voit ressurgir l’âme lyonnaise. L’intrigue s’organise autour de trois amis sortis du même collège religieux, où l’un est retourné comme prêtre professeur de philosophie, et prépare une thèse sur Ballanche et ses disciples. Un autre, soyeux fils de soyeux, (c’est-à-dire déjà « anobli ») est célibataire ; le roman s’ouvre sur la mort de la femme du troisième, médecin célèbre et « accoucheur attitré de la bourgeoisie » — laquelle est, jusqu’à son enterrement, « un enterrement bien lyonnais », le seul personnage féminin du livre — et se ferme sur le départ de son fils comme missionnaire en Afrique. On se croit subitement replacé devant les signes de mort qui constellaient les romans du début de siècle (Tancrède de Visan était né en 1878). Mais l’intérêt du livre n’est pas de nous montrer une « butte-témoin » du conservatisme archaïsant ; il est dans la manière dont l’auteur classe les groupes — tout le long de l’ouvrage on voit s’agiter les personnages épisodiques, « utilités » de la représentation grande bourgeoise. En 1935 on ne peut plus faire comme si tous les autres groupes sociaux n’étaient que d’impalpables ectoplasmes ; Tancrède de Visan nous donne, en fait, le contre-discours de Calixte et surtout de la trilogie des Debeaudemont, le langage de la grande bourgeoisie « traditionnelle » en face du processus qui l’évince :

« La porte dorée s’ouvre toute seule au prononcé d’un nom, son propre Sésame, parce que ce nom incarne toute une aristocratie secrète, une longue lignée de bourgeois honnêtes et opulents. Les familles ruinées sont accueillies sur le même pied, dès lors qu’elles descendent d’ancêtres connus et bien apparentés. Le degré de fortune ne joue qu’un rôle secondaire (...) Bien rare sont les industriels ou commerçants qui ont acquis un droit de cité rapide par une fortune accélérée. Ceux-ci seront toujours considérés comme nouveaux riches (...) Il faut deux générations pour permettre d’oublier certaines origines roturières.
Non point du tout qu’on se méprenne sur les extractions de ceux occupant depuis cent ans le haut du pavé (...) Parfois, dans un moment de colère, d’envie ou pour donner libre cours à cette ironie mordante, latente chez tous les Lyonnais, l’on évoquera le trouble de certaines unions, le départ modeste ou vulgaire de telle ascendance.
(...) A Lyon, il y a des métiers nobles et des métiers impurs. Avoués, avocats, notaires, médecins, banquiers, se classent dans la première catégorie. Le monde de la soierie, depuis qu’il s’est exagérément étendu, comporte des degrés (...) certains fabricants ou marchands de soie trop jeunes, trop nouveaux, devront patienter ».

38Amertume ? Peut-être pas. Sous le pseudonyme à particule se cachait à peine un bon bourgeois, mais qui, naïvement sans doute, « y croyait ». Il n’empêche : en 1900, on ne parlait pas des familles ruinées, « tout le monde » était riche. Là encore les signes de la fin d’un ordre s’accumulent (une fortune accélérée, un monde exagérément étendu). La grande bourgeoisie « traditionnelle » ne contrôle vraiment plus rien ; aussi doit-elle, pour prétendre posséder encore un code de sa propre situation, avancer qu’elle détient l’intelligibilité de la succession valide des groupes, du mode d’accession à la légitimité — en quelque sorte la légitimité de désigner son successeur légitime, ce qui constitue en quelque sorte à ses propres yeux une ultime manifestation de sa prééminence.

39Bien que ces romans ne soient l’expression que d’un seul groupe social, ils permettent déjà d’avoir une vue d’ensemble en ce qu’ils pointent le sommet de la hiérarchie sociale, et montrent trois aspects distincts du langage de définition de la « nouvelle » grande bourgeoisie : ces trois langages concordent en effet sur le déclin définitif de l’ordre ancien, et la concurrence, en passe d’être victorieuse, d’un ordre nouveau. Mais il est clair que la constatation de la fin de la validité absolue des anciennes normes (rattachées au spiritualisme, à la gestion des œuvres de charité et à la vie noble) suppose que d’autres critères soient reconnus. Ceux-ci vont être trouvés dans deux directions, l’une et l’autre nouvelles : le recours à la symbolique de la fondation historique, et la construction de l’éthique du travail. De façon schématique, on peut dire qu’ils vont tendre à remplacer thème pour thème les précédents.

40Mais ces critères ne peuvent pas créer une situation : ils peuvent tout au plus la rendre licite. La situation qui est traduite par le changement de langage correspondant au nouveau statut conféré à la prééminence sociale est définie par ce que nous pourrions appeler la situation d’échange, laquelle remplace la situation d’indifférence, d’absolu local.

41Il faut tout de suite préciser que ceci ne correspond pas à la cessation ou à la régression d’une prétendue autarcie ; l’autarcie n’est jamais une notion explicative. Mais le rapport à l’extérieur cesse d’être basé sur une souveraineté relative, d’être un rapport de puissance à puissance où la relation à l’environnement, si elle intervient toujours dans le contexte, ne le constitue pas. Il devient un rapport de négociation, où la place relative est un enjeu, et où la comparaison apparaît.

42La structure fondamentale de ce rapport est l’échange commercial. Les éléments directs n’en apparaissent pas dans les romans de la bourgeoisie d’affaires, comme ce sera le cas dans les romans où le point de perspective sera directement placé parmi les groupes sociaux intégrés de façon instrumentale à cette interaction avec l’environnement. C’est seulement la structure du langage qui va contenir, à titre d’éléments transposés, les thèmes de la relation — ceux par lesquels Lyon cesse d’apparaître comme une substance, un « en-soi » absolu. Et du même coup, l’histoire de Lyon, symbole permanent de celle des groupes, celle d’être strictement autogène. Les thèmes mythiques de la fondation commencent à apparaître explicitement à cette période, avec les deux « fondations imaginaires » de Lyon, tellement « évidentes » de nos jours qu’on oublie qu’il y est peu fait appel jusqu’à cette période : la fondation par les Romains et la « re-fondation » à la Renaissance. Ces mythes de fondation s’insèrent bien, en effet, dans le mode de discours de cette époque. Ils permettent, en plaçant les groupes actuels en position d’héritiers, de fonder la validité du monde lyonnais par rapport aux autres mondes locaux (mais non par rapport à la globalité) par une gloire particulière (selon la formule d’Edouard Herriot), et de retrouver ainsi la forme de la spécificité, mais sur le mode relatif, alors que la spécificité de l’« âme lyonnaise » ne référait à aucune comparaison.

43Ils permettent d’appuyer cette gloire particulière, disons le mot, cette virtuelle supériorité, ce « plus » comme on dirait en langage « post-moderne » sur un mandat confié à la ville par une puissance légitimante dont l’aboutissement sera traduit par les titres de deux ouvrages des années récentes : Lyon, miroir de Rome dans les Gaules (A. Audin, 1965), et Quand la Cour de France vivait à Lyon (L. Bourgeois, 1980).

44Ouvrons ici une parenthèse, pour n’y plus revenir. Il faudrait ajouter à ces deux mythes de fondation principaux un mythe secondaire qui ne doit pas être négligé mais dont la considération nous entraînerait trop loin, c’est celui de la fondation religieuse de Lyon par les évêques d’Orient et le « sang des martyrs », en particulier sainte Blandine et ses compagnons, récit de fondation auquel on pourrait associer pour faire bonne mesure la « re-fondation » de l’Eglise de Lyon par Leydrade, évêque envoyé par Charlemagne. Nous avons choisi de ne pas aborder l’histoire purement ecclésiastique de Lyon, qui est importante, mais par rapport à laquelle la « prise de distance » nécessaire à la reconstruction du langage aurait nécessité un travail important, qui n’aurait pas ajouté d’éléments majeurs susceptibles d’infléchir l’analyse de l’œuvre écrite ; elle y apparaît peu, en dehors des monographies spécifiques.

45Nous reviendrons sur l’analyse des mythes de Lyon : il était nécessaire d’évoquer ceux-ci pour les présenter « in situ » et pour montrer leur homologie avec le contexte que nous mettons en lumière. Si Tancrède de Visan exalte ces « administrateurs à la Lyautey (noter l’impact de la modernité), ces proconsuls d’une audacieuse volonté (qui) en moins d’un siècle » font de Lyon « le point central du commerce des Gaules (...) la capitale du monde occidental», il associe à cet hommage les Gaulois « vaincus, mais heureux de se plier sous un joug régénérateur » (on retrouve ici le thème de Ballanche) :

« Je les aime comme mes frères (...) Il leur manquait une discipline intellectuelle (...) ils ont compris leur infériorité et que leur meilleure façon de s’élever était de se mettre au service de leurs vainqueurs ».

46laissant entendre à la fois le caractère originel de la population et la construction de son destin glorieux par un agent extérieur. C’est la même notation que l’on retrouve dans un autre roman de l’époque, Clarisse Vernon de G. Chevallier, lorsqu’il parle pour Lyon de « son destin romain, apogée de sa puissance morale, lorsque son influence rayonne sur toutes les Gaules ».

47La référence à la Renaissance n’est pas moins marquée :

« Au XVIe siècle (...) l’on ne se trempe ’dans de merveilleux passetemps’ qu’à Lyon. La cour déserte Paris, Charles VIII, François Ier, Marguerite de Navarre, Henri II gagnent nos salons toutes les fois que l’occasion se présente (sic) (...) La ville de Maurice Scève, de Louise Labé, des Sala, de Grolier, des Spon leur apparaissait, située à la pointe du savoir, l’un des sommets de la culture, le palais des fêtes de l’âme et des yeux » (T. de Visan, op. cit.),

48et, dans la ville qui s’enorgueillissait un demi-siècle plus tôt de sa « Pléiade » de poètes contemporains, le héros de Calixte pense à l’amour à travers un sonnet de Louise Labé.

49Il faut également citer parmi les illustrations du mythe de la Renaissance le « roman historique » de Claude Le Marguet, Myrelingues la Brumeuse (1933). Sous ce titre, emprunté à Rabelais, l’auteur, journaliste et polémiste, construit une intrigue fumeuse à grand renfort de complots et de poisons, mais dont le thème est clair : en 1533, Lyon, la « République lyonnaise » comme s’intitule un des chapitres, traite d’égal à égal avec le roi François Ier, auquel elle fournit l’argent de ses expéditions, comme elle l’a fait pour ses prédécesseurs, et tient le rôle d’une capitale du Royaume. Un mauvais destin fait que c’est à Lyon que meurt son fils, le dauphin François, après avoir bu le verre d’eau que lui tendait son écuyer Montecucolli. Le roi s’écarte de Lyon où il nomme des gouverneurs impitoyables. « La ville pensive ne serait plus la ville pensante, ne deviendrait jamais la Capitale et n’était déjà plus la ’République de Lyon’ » ; Paris va l’emporter. Le livre est traversé, depuis Rabelais, médecin à l’Hôpital, jusqu’à la « petite Loyse » Labé, encore enfant, par toutes les personnalités intellectuelles présentes à Lyon au XVIe siècle.

50L’ouvrage eut un grande succès. Il se voulait manifestement, sans avoir les moyens de ses ambitions, le « roman des origines » lyonnaises au XVIe siècle, et en même temps mettait au compte de la tragique fatalité d’un accident historique, sur fond de poisons à la Borgia, l’absence d’un destin national, que la crise de la soie faisait apparaître, à l’époque où il écrivait et pour la première fois hors des milieux intellectuels, comme une pénalisation « par rapport à Paris », retrouvant indirectement le problème de l’échec qui hantait Lyon au XIXe siècle.

Le roman de l’échange commercial et la définition des situations instrumentales

51Si la redéfinition littéraire du groupe de la grande bourgeoisie est centrée sur le règlement du conflit avec les définitions issues de l’ancien ordre du monde lyonnais, on ne sera pas surpris de trouver par ailleurs, des trames romanesques qui n’ont pas à s’embarrasser d’une telle préoccupation ; ce sont celles qui dépeignent les situations consacrées à cette gestion de l’échange dont nous avons parlé, avec là encore l’utilisation de transpositions plus ou moins poussées, d’homologies plus ou moins lointaines. Ce sont celles qu’aurait pu entreprendre Jolinon, si des raisons biographiques ne l’avaient orienté vers l’analyse de la grande bourgeoisie, y greffant seulement l’écriture et quelques formules sémantiques de la modernité : en venant d’un lieu de prééminence, il est plus aisé de tenter de la reproduire sous une autre forme que de s’installer dans un système de sens qui n’en comporte pas. Aussi rencontrera-t-on plutôt ces thèmes chez des écrivains qui ne sont pas liés par leur famille à la grande bourgeoisie, ou qui ont intériorisé la transformation de ce groupe, comme M. Grancher, G. Chevallier, A. Giuliani, chez les écrivains de l’extérieur (C. Yver) et chez les auteurs de romans populaires, comme N. Brunei et M.A. Dazergues. Chez tous ces auteurs, on va trouver le personnage du courtier, de l’agent salarié (on dirait de nos jours : du cadre), voire de l’ingénieur, en position centrale, ou le personnage du soyeux dans les fonctions liées à son rôle, et non plus simplement, comme chez Dufourt, comme élément de la « société », enfin arrivé au sommet de la hiérarchie.

  • 14 Marcel E. Grancher (1897-1975), d’origine franc-comtoise comme Bernard Clavel, personnage truculen (...)

52Le plus caractéristique est sans doute Marcel E. Grancher. Nous le retrouverons à propos des « chroniques » ; ce fut un infatigable illustrateur du Lyon de l’entre-deux-guerres, même si sa facilité de plume et ses besoins d’argent l’ont amené à se répéter souvent14.

53Marcel Grancher, c’est d’abord le cosmopolitisme. Pour lui, dans les années 10, Lyon représente, non pas les succès de journalisme de Béraud, mais la poussière des ballots de soierie manipulés par de tristes commis. Il ne peut envisager de reprendre cette vie à son retour de la guerre, et part pour l’Extrême-Orient. A partir de là, il est malaisé de discerner sa vie de ses romans, qui en sont des embellissements rocambolesques : si Grancher ne fut pas tout à fait un aventurier à la Cellini, il s’est certainement rêvé tel, et a fait de louables efforts pour concrétiser son rêve.

54« Je redevins civil (...) Mon passage sur le Sphinx, courrier d’Extrême-Orient, était depuis longtemps retenu... » (Reflets sur le Rhône). L’appel du voyage, pour Grancher, est une des caractéristiques produites par le milieu local. « Le Lyonnais représente pour la France ce que le Génois était jadis pour l’Europe. Grand voyageur — en raison sans doute du négoce des soies et soieries — on le rencontre partout dans le monde (...) Mais le fief d’élection des enfants de Lyon, c’est la Chine — et particulièrement Shanghaï » (ibid.).

55Il ramènera de ce séjour un roman, Shanghaï, sous-titré « roman colonial », qui contient une vivante évocation du milieu des «affaires», c’est-à-dire de la spéculation effrénée que nous avons évoquée au début de ce chapitre, comme de la vie agitée d’un monde interlope, qui parle pidgin et ne se couche jamais avant l’aube. C’est une autre face de la modernité que cette destruction de la personnalité par l’exacerbation des plaisirs, dans une société dont les repères (symbolisés entre autres par la langue et la monnaie) sont en train de se disloquer, recomposant d’autres lieux d’interaction (le paquebot, les « concessions ») où des sous-groupes tentent de se reconstituer une intelligibilité.

56Il est caractéristique que, pour Grancher, un de ces «sous-groupes » de circonstance est constitué par les Lyonnais : Grancher n’a certainement pas emporté Lyon à la semelle de ses souliers, mais le « langage lyonnais » sert de substrat à ses descriptions : son commensal du paquebot parle anglais « avec l’accent de Lyon » et, en Chine :

  • 15 Faut-il voir là du « provincialisme », de l’esprit de clocher ? Il faudrait alors attribuer ce car (...)

« nous faisons venir notre vin directement de Beaujeu, par dix pièces à la fois », et le commentaire suit aussitôt, dans sa tranquille assurance : « comme l’on voyait bien que Shanghai n’était, somme toute, qu’un lointain faubourg de Lyon » (ibid.)15.

57Aussi son « roman lyonnais » Au Mal assis, composé de deux parties (avant et après la crise des années 30), retrouve-t-il, dans le Lyon des commissionnaires, des importateurs de soie, des fils de familles soyeuses, tout un monde de « bookmakers, marchands de femmes, souteneurs, vendeurs de voitures volées, filles de maisons closes» qui vivent de la prospérité agressive du monde de la soie, enfin autorisée à s’afficher, pendant que ceux qui sont à l’origine de cette prospérité, la bourgeoisie d’affaires habituée à travailler dans l’ombre (« leurs paternels, lesquels sont tout à la fois assidus à la Conférence Saint-Vincent-de-Paul et habitués de tous les bobinards de la ville ») dissimule ses vices.

58C’est bien une autre forme de négociation que celle qui voit apparaître un groupe qui n’a nul besoin de croire en sa suprématie, mais qui a besoin de Lyon, parce que dans le développement des affaires, il trouve l’origine de sa fortune ; une catégorie salariée ou en tout cas vivant, non plus de ses revenus, mais du prélèvement que l’on opère dans les fonctions de services. A côté des flambeurs de Grancher, on y retrouve l’inventeur, celui qui, « d’humble origine », est recruté comme technicien dans la vieille soierie, qu’il va renouveler (« Valmier a lui aussi son secret, la Valmine, un nouveau procédé d’apprêt qui assurerait à sa maison, pour certaines qualités de crêpes, une suprématie brillante » (A. Giuliani, Vous êtes mon Lyon...), le dessinateur issu des Beaux-Arts dont les modèles vont « conquérir le marché mondial » (D. Cigalier, Deux ôtés de Trois). On y trouve aussi le fils de famille de l’ancienne bourgeoisie ruinée, qui doit faire mille métiers et dont l’aventure consiste à traîner dans la publicité et dans l’import-export, sinon même dans la représentation, en fait dans toutes les branches du commerce (G. Chevallier, Durand, voyageur de commerce et Propre à rien), ou celui qui est devenu courtier, agent commercial en « ornements d’église » (M.A. Dazergues, Montée des Anges).

59A la différence des « petits bourgeois » d’Esquirol qui, même lorsqu’ils sont en apparence le centre de la narration, sont dans une position de résidu, d’« objet » éclairé de l’extérieur, ces personnages, que la terminologie économique qualifie d’intermédiaires, ont pour caractéristique d’occuper dans les œuvres en cause le centre de perspective. Cette place instrumentale est leur définition : le vocabulaire de la « relation d’objet » au monde, de l’échange (et de la soierie) n’est plus le même que celui de la nouvelle « grande bourgeoisie ». Et on va retrouver, pour les mêmes raisons, le recours au mythe ; mais si les mythes de fondation apparaissent de façon marginale, la singularité lyonnaise va s’exprimer d’autre façon et en particulier à travers l’exaltation de la soierie.

  • 16 Dans le même ordre d’idées, Grancher signale (La soierie meurt, 1933) qu’à Lyon, dans les quartier (...)

60On peut s’étonner de ce qu’une « tradition » aussi installée n’ait pas été illustrée plus avant. C’est pourtant le cas : jusqu’en 1920 on aura fort peu parlé de la soie à Lyon. La bourgeoisie instrumentale (conservons-lui ce nom, il est évocateur malgré son air de sociologisme barbare) va en parler, pas sur le mode poétique d’ailleurs : les tissus finis, la création, la nouveauté, la mode... tout cela reste étrangement absent16. H. Pommier a rappelé l’utilisation, par les maisons produisant pour la haute couture, des grandes tendances de la décoration dominées par les noms d’artistes tels que Raoul Dufy et Sonia Delaunay. Mais elle laisse entendre aussi que ces innovations étaient largement des contraintes de type commercial, le problème à Lyon étant de produire :

« La couture parisienne impose à Lyon des vogues passagères. Elles nuisent à la continuité de la fabrication mais font naître les recherches en matière textile » (H. Pommier, Soierie lyonnaise 1850-1940) ;

  • 17 Léon Riotor, enfant de Lyon, fit à Paris une carrière d’écrivain ou plutôt de polygraphe et parall (...)

61c’est la soie elle-même qui va être mythifiée. Lyon cité de la soie, s’intitule la « chronique » de L. Riotor17 et plus tard, un roman de R. Ferlet, postérité tardive de cette époque, s’appellera encore De la soie dans les veines. Lorsque A. Giuliani veut réhabiliter Lyon dont il croit, comme Grancher, la réputation menacée par les « romans de soyeux », il reconstruit une histoire populaire surtout de « l’héroïsme de quinze générations de canuts, ces premiers forçats volontaires, ces premiers martyrs de la soie » (op. cit.). La soie, ce n’est pas d’abord la beauté, c’est le travail, la loyauté du collaborateur avec laquelle même Grancher n’imagine pas que l’on puisse transiger, alors qu’il ne s’agit évidemment pas de malhonnêteté ou de fraude, mais simplement de la parole donnée d’aller accomplir une mission commerciale à l’étranger :

« Ruet, tu as signé avec Haëgely un engagement net et précis. Chez nous, à Lyon, et particulièrement dans la soierie, nous attachons encore quelque valeur à une signature... » (Au mal assis).

62Ce n’est plus l’honnêteté de l’entrepreneur capitaliste, c’est la loyauté de l’exécutant qui est en cause. Ce qui fonde la légitimité du groupe social en cause, c’est qu’il sert de garant à cette «technicité » sur laquelle repose la prospérité de Lyon — « on ne saurait, en tous les cas, insinuer que nous ne sommes pas des gens d’honneur » (ibid.).

Les groupes populaires dans le roman

63Mais l’entre-deux-guerres, c’est aussi la pénétration de la grande industrie à Lyon, et la substitution définitive des ouvriers de l’industrie et des employés du « tertiaire » aux canuts comme population principale relevant de la représentation populaire. Quelle place tiennent ces groupes dans la représentation romanesque ?

64On ne s’étonnera pas de ne pas trouver de romans donnant des groupes populaires de l’époque une représentation interne, c’est-à-dire une définition de la situation propre qui est la leur. A supposer qu’une telle représentation soit possible, elle est rarissime : un ouvrier ou un paysan qui écrit cesse le plus souvent d’être représentatif comme ouvrier ou paysan. Et d’ailleurs l’analyse sociologique s’est fort peu intéressée aux travaux d’autodidactes. Or, pour nous, la « trace romanesque » de la classe ouvrière, qu’elle soit signée Malraux ou Marcel Grancher, reste d’abord une représentation exogène. Ceci ne constitue en rien une présomption d’invalidation, mais suppose que l’on considère le discours ainsi produit comme rapporté d’abord à un émetteur et au contexte d’émission, et donc qu’on ne le traite pas comme un oracle, comme le « maximum de conscience possible » du seul fait de sa qualité littéraire.

  • 18 Toute approche d’Henri Béraud comporte nécessairement une réflexion sur son attitude politique. Le (...)

65La trace la plus importante des groupes populaires dans le roman lyonnais de l’entre-deux-guerres est incontestablement celle produite par les principaux romans d’Henri Béraud (c’est-à-dire les trois ouvrages de la trilogie La conquête du pain parus entre 1926 et 1933). Avec ces romans aux accents d’épopée, Béraud, non seulement a prétendu parler du peuple, mais il a pensé élever la montée séculaire de celui-ci à la hauteur d’un grand mythe historique. Cette tentative n’est pas tout à fait réussie, mais elle a été reçue pour telle : les Lyonnais ne s’y sont pas trompés, qui ont reconnu Henri Béraud, malgré sa personnalité incommode qui avait fait le vide autour de lui, pour leur grand homme, le seul dont la stature dépasse ses concitoyens écrivains. L’œuvre romanesque de Béraud constitue le «roman du mythe » lyonnais18.

66Nous avons évoqué le Béraud des années 10. Au retour de la guerre, il se lance dans le journalisme parisien et le grand reportage, et fait même des incursions dans la critique et la polémique littéraires (La croisade des longues figures, dirigée contre Gide en 1924, fit grand bruit). On retrouve là, de façon moins naïvement proclamée mais plus profonde que chez Grancher, la relation avec l’environnement. Béraud parcourt l’Europe et interviewe les « dictateurs d’aujourd’hui» dans une Europe qui n’a encore aucune raison de penser au nazisme hitlérien et où Mussolini n’est qu’un modeste membre d’un « club » de leaders charismatiques qui, de l’Espagnol Primo de Rivera à Mustapha Kemal en passant par Mazaryk, Pidulski, Horthy et Mgr. Seipel, prélat-chancelier d’Autriche, tente de maintenir un équilibre européen instable en face du « feu qui couve ». Il voit, dans ces grandes métropoles, des échos de celle où il s’est formé, que ce soit à Rome (« Tout m’y appelait, et d’abord la voix du sang. Fils gallo-romain de l’antique Lugdunum, n’ai-je pas grandi dans la cité proconsulaire et primatiale où, de siècle en siècle, se sont reflétés les avatars de la fondatrice » (Les derniers beaux jours, 1953) ou à Budapest (« A Bude, le passant peut songer à Lyon. A un Lyon tout ensemble barbare et agressivement moderne, bâti sur le camp d’Attila, et qui, planté en borne, aux limites de la steppe, sent le pélerinage, le ghetto, le tombeau turc et le building » (Le feu qui couve, 1932) mais « il faudrait, pour garder à Pest quelque souvenir des bords du Rhône, imaginer un Lyon tout neuf... dont les habitants, soudain envahis par une folle prodigalité, se ruineraient en envois de fleurs et en airs de violons » (ibid.) et il tente d’appliquer, à l’Europe, cette vision lucide, passionnée, hors de toute référence idéologique, qu’il tenait d’une réflexion enracinée dans l’observation des interactions directes entre groupes humains, stigmatisant l’inconscience des bourgeois espagnols avec des citations empruntées à Blanc de Saint Bonnet.

67Il va tenter de concrétiser cette thématique en la retrouvant dans la constitution historique de la société locale lyonnaise, dans cette vaste fresque romanesque de La conquête du pain qu’il entreprend entre deux voyages vers 1924-25. Le cadre en est la région à l’Est de la ville, cette plaine du Bas Dauphiné d’où venait sa famille, et Satolas, le village qui n’avait pas encore un nom d’aéroport, devient Sabolas, par rapprochement avec les sabots... La lente montée de la paysannerie débute au Moyen Age par le meurtre d’un templier, premier acte de révolte des serfs contre un représentant de la noblesse. Elle s’achève à la Révolution ; le plus riche des laboureurs libres, le chef de cette lignée des Chambard qui a patiemment accumulé, avec toute l’âpreté dauphinoise, avec les écus les moyens de son élévation, achète les anciens biens du châtelain du village, devenus entre temps biens ecclésiastiques (Le bois du templier pendu, 1926).

  • 19 La page 136 ouvre la description de la révolte. « Un coup de canon ébranla le ciel. Puis il y eut (...)

68C’est cette lignée qui va, dans Les lurons de Sabolas (1932) s’allier à une famille de soyeux lyonnais, par l’intermédiaire d’un de ses membres devenu magistrat sous l’Empire, puis procureur du Roi à Lyon. Si le roman se déroule en 1834 et si certains personnages prennent part à la sanglante émeute qui reprend et durcit jusqu’au désespoir suicidaire les revendications de celle de 1831, ce n’est pourtant pas la préoccupation majeure de l’auteur que de montrer la révolte ouvrière dans sa dynamique historique19. Ce qui meut Béraud, c’est cette lutte éternelle du peuple contre les « gros » au sein d’une société complexe où ils coexistent, où la question philosophique ou éthique de savoir qui a tort et qui a raison ne se pose pas, mais où on trouve seulement le conflit permanent sur un espace commun, avec ce qu’il suppose de brassage entre les ambitions, les haines, et aussi les attirances — attirance du chef, du puissant, et attirance amoureuse.

  • 20 Le métier du guimpier consiste à fabriquer, à partir d’une « âme » textile et de fils métalliques (...)

69C’est en 1933 que Ciel de Suie vient clore la geste. La scène est transportée dans le Lyon de 1890, vu à travers les mémoires d’un « médecin des pauvres », fils d’artisans guimpiers20 de la Croix-Rousse, originaires eux-mêmes d’une famille pauvre de Sabolas, et dont la sœur a épousé un descendant des soyeux introduits par le précédent ouvrage. Derrière l’intrigue sentimentale se lit l’antagonisme entre les familles enrichies et ayant adopté le genre de vie « de Bellecour » et les fils des artisans ; Béraud y transpose les souvenirs de la vie de bohème qu’il menait dans les années 1910 et ses indignations contre la cuistrerie des groupes qui dominent la ville.

  • 21 Il écrivait principalement à l’île de Ré où, avec l’argent de son Prix Goncourt, il s’était acheté (...)

70Mais vingt ans ont passé : la soierie est devenue un thème littéraire. L’habileté de Béraud est de mêler une « saga » historique avec la description, déjà frappée de recul, des tensions qui déchirent le Lyon du début du siècle, entre une population ouvrière qui n’est plus celle des canuts historiques et les soyeux qui, participant eux-mêmes d’un séculaire mouvement d’« ascension sociale », ont «traversé » la légitimité lyonnaise plus qu’ils ne l’ont incarnée. Béraud, le Lyonnais, qui, entre ses séjours à Paris et ses voyages, écrit sur Lyon21 à la fois de l’intérieur et de l’extérieur, propose la ville non plus comme le lieu d’un destin immuable, mais comme un carrefour de situations mouvantes où chaque groupe social reprend, dans un contexte qui lui est propre, les matériaux qu’a transmis le passé et qui lui servent à dire le sens. Les soyeux ont enfin réussi à investir et le quartier du Griffon, c’est-à-dire l’ancien quartier des affaires (Saint-Clair) de 1840, et le quartier de Bellecour (celui de la noblesse), mais en montrent d’autant plus le contraste entre leurs mœurs de boutiquiers et la puissance de leur richesse, leurs appartements luxueux et leurs chasses. Les artisans, pour lesquels le souvenir des canuts n’est plus guère autre chose qu’une aigre remémoration sur fond de pieuse légende, achèvent d’user, dans un monde qui a changé, la fierté de leur habileté professionnelle. Et enfin leurs enfants, ce groupe auquel, fils de boulanger, Béraud appartient, tentent d’investir à la fois la « place » de la profession libérale, celle-là même qui a longtemps servi de support à la grande bourgeoisie, et celle du maniement de l’écriture, mais au nom du groupe populaire.

71Le langage qu’introduit Béraud dans cette trilogie, c’est le langage du peuple, du peuple-symbole qui se trouve enfin pouvoir parler publiquement, un peu par hasard. « Mon métier n’est pas d’écrire, Je suis médecin à la Croix-Rousse, médecin des canuts... Mes clients sont mes amis. Ils m’appellent, tantôt le Docteur, tantôt le Militant, à cause de mes opinions, qui sont les leurs (...) Par la fenêtre de ce cabinet — qui fut jadis l’atelier de mes parents — je regarde s’enfumer la ville » (Ciel de Suie).

72On peut donc dire dans une certaine mesure que Béraud retourne la construction du sens par rapport à l’ensemble du monde lyonnais. Ce qui est le sujet romanesque de la trilogie, c’est le point de perspective majeur placé au niveau des groupes populaires. Les «opinions» (de gauche ? Sans doute, avec la vieille nuance anarchiste des ouvriers de la Croix-Rousse, mais Béraud ne précise pas) jouent le rôle de la « mystique » chez les grands bourgeois du XIXe siècle, et, logique retour des choses, l’ultime et peut-être la seule représentation possible du monde de la bourgeoisie consiste à l’extérioriser, à la définir par rapport aux canuts, aux ouvriers. Le discours de Béraud tente de renverser les connotations négatives attachées traditionnellement aux quartiers ouvriers, par exemple par Vingtrinier, et Ciel de Suie s’ouvre sur un « paysage lyonnais » où « le Griffon, le quartier des millionnaires » — le même, donc, que dans Calixte — « ce gluant labyrinthe où, pour mieux se cacher, la fortune emprunte le visage de la misère », est en bas dans le noir, et la Croix-Rousse, la ville des canuts, en haut dans la lumière :

« Sur son roc, l’homme de la Croix-Rousse domine la cité. Son faubourg, dont chaque rue semble conduire dans le ciel, en boit toute la lumière ».

73C’est le même genre de retournement que nous trouvons dans les romans militants, à vrai dire fort peu nombreux : nous n’en avons rencontré que deux, et de plus, écrits dans la période que nous étudions, ils sont, comme ceux de Béraud d’ailleurs, rétrospectifs. Le roman d’un Vieux Groléen de G. Champeaux (1919) journaliste lyonnais émigré à Paris et qui y fit une carrière honorable, et Périssoud, militant lyonnais de Ch. Joannin (1933), qui était à l’époque où il l’écrivait instituteur dans une petite ville du Rhône, se donnent tous les deux pour tâche d’évoquer les débats politiques des années 1890-1910.

74Le roman d’un Vieux Groléen se passe à Vaise, quartier ouvrier assez ancien que Champeaux connaissait bien, pour en être originaire. Les « Vieux Groléens », ce sont les anciens militants du Comité de la rue Grolée dont nous avons parlé (à propos de La politique de Guignol) et le livre montre, de façon assez anecdotique, la dilution de tradition républicaine héritée des révoltes de 1831 dans le clientélisme et la phraséologie des débuts de la IIIe République, au sein d’une population ouvrière vieillie, plus soucieuse de sa vie quotidienne que d’idéaux politiques et qui voit défiler toute l’histoire nationale jusqu’à la fin de la guerre depuis son minuscule univers.

75L’ouvrage de Ch. Joannin est d’un plus grand intérêt, en ce qu’il dépeint la constitution d’une « classe ouvrière » dans les quartiers déshérités de la rive gauche du Rhône (la Guillotière, « la Guille», en particulier), peuplés de quelques vieux artisans et d’ouvriers venus d’un peu partout, « les patois du Dauphiné, du Lyonnais, du Beaujolais (apportant) quelque variété dans le langage un peu traînant importé par les originaires de la Croix-Rousse ». Mais si la « perspective inversée » qui présente le centre de Lyon, les quartiers de la soierie où vont travailler quelques jeunes filles de la Guillotière, comme vu depuis ce dernier, a un certain intérêt, l’intrigue et la thématique sont d’un moralisme militant assez pesant, centré sur la lutte entre les libres penseurs et les cléricaux, et l’ouvrage se termine sur l’espoir d’une ère pacifique que suscite parmi la « classe ouvrière lyonnaise » la désignation comme maire du « jeune Professeur de la Faculté des Lettres, l’adjoint chargé du service de l’Instruction publique, M. Edouard Herriot ».

76Ces deux ouvrages voient certes les groupes populaires « au ras du sol ». On n’y trouve, ni misérabilisme, ni volonté messianique de changer la société. Champeaux est un journaliste de gauche, Joannin un instituteur militant radical ; on peut contester l’habileté du photographe, mais pas la ressemblance du portrait. Il reste que ces représentations de la succession des groupes ouvriers dans les faubourgs de Lyon sont rapportées, pour l’essentiel de leur objet, au début de siècle.

  • 22 « Il définissait ainsi le cercle étroit de ces jeunes gens de bonne famille qui se targuaient depu (...)

77On trouverait plus d’actualité avec les représentations des groupes populaires chez les romanciers pour lesquels ce n’est pas le sujet principal. Grancher, dans Au mal assis, exploite ses reportages sur les bistrots mal famés des banlieues, mais nous le retrouverons à propos des chroniques. On peut en revanche citer ce personnage secondaire du Bât d’Argent de J. Jolinon, la dactylo Odette, dont Jacques Debeaudemont est un moment suffisamment épris pour l’installer dans une « chambre aérée, agrandie de soleil, quai de la Pêcherie » en l’arrachant à son taudis de la Guillotière, et pour rêver de l’épouser. Cette intrigue secondaire, malgré la relative faiblesse de la manière dont elle est introduite (Jacques séduit Odette pour se venger d’un ami de son milieu22 qui l’a pour maîtresse) est sauvée de la banalité par la description subjective qu’elle permet à l’auteur d’esquisser de « la différence qui sépare la jeunesse de la Guillotière de celle de Bellecour ». Odette, fille d’agriculteur, arrivée à Lyon par suite des dislocations familiales, partagée entre le « singe » qui la paie chichement, le vieux monsieur qui veut l’épouser, le « ti Arabe Mohamed Atchoum » auquel elle reste attachée comme le meilleur des « écumeurs de sa virginité » à l’époque où le jeune Debeaudemont « prospérait sous les espèces d’un collégien catholique » (ibid.) et qui mourra de tuberculose, n’est pas une caricature un peu odieuse de jeune bourgeois qui s’amuse, et d’ailleurs semble partiellement autobiographique, si l’on s’en fie aux souvenirs de Gabriel Chevallier. C’est l’image des nouveaux groupes populaires en formation, dans une ville dont l’expansion économique s’accompagne de l’apparition d’un groupe d’employés en contact, par leur niveau de salaire, avec le prolétariat industriel, et par leur rôle professionnel, avec les groupes de la nouvelle bourgeoisie que tente de dépeindre Jolinon. Si la représentation qu’il en donne n’est pas conforme aux canons de la description scientifique, elle correspond à l’intériorisation de la définition relative des deux groupes.

78Ainsi donc le roman lyonnais des années 1920-1940 participe-t-il à la production de toute une série de langages qui en s’entrecroisant constituent un ensemble de définitions des situations lyonnaises. Nous ne disons pas que cet ensemble est exhaustif — ce n’est évidemment pas ainsi que la question de chacune de ces définitions est posée. Il ne faut pas non plus confondre les codes implicites que l’on trouve dans ces œuvres avec des « messages » didactiques. Les seuls romans à caractère (relativement) « engagé » que nous avons rencontrés parlent évidemment des groupes populaires, mais tout compte fait, ils en parlent tout autant de l’extérieur que ceux qui placent ouvertement leur point de vue au sein des autres groupes sociaux.

79Mais, en même temps, chacun de ces romans construit une spécificité. On voit que nous nous trouvons à nouveau côtoyer la problématique de l’identité locale : jamais cette auto-affirmation de l’être lyonnais ne sera si forte qu’à cette époque. Et pourtant, comme l’âme lyonnaise qui l’a précédé, elle s’épuise, dans les deux sens de ce mot, à se définir elle-même. C’est que la crise dont elle se nourrit, celle de la modernité, s’alimente de la déstabilisation d’un monde et contient en germe sa propre liquidation. La bourgeoisie soyeuse voit sonner le glas de sa puissance avec la crise des années 30, et tout le langage de cette époque est consacré à mettre en forme les situations qui sont nées du XIXe siècle.

80Mais si dans le roman cette construction est bien marquée, si même dans les « romans du mythe » Lyon tend à devenir globalement le sujet romanesque, ce qui n’est nullement un aspect lié nécessairement au langage local, ce phénomène contextuel est encore bien plus nettement accusé dans la chronique, dans l’évocation de Lyon, ainsi que dans cette littérature de la lyonnaiserie, devenue littérature du folklore. Dans l’un comme dans l’autre, bien que de manière totalement inverse, Lyon est, cette fois explicitement, le mobile de l’écrit.

La chronique lyonnaise

81Les ouvrages qui font le plus de sensation à Lyon dans l’entre-deux-guerres, au moins autant que les romans, (et aussi ceux qui ont été les premiers réédités ces dernières années, mais ce n’est pas tout à fait le même problème) sont des ouvrages de chroniques ou de souvenirs. Comme les romans, ils sont d’une grande abondance : Béraud, et Grancher, on l’a vu, sont au moins autant des chroniqueurs que des romanciers. La gerbe d’or et Lyon de mon cœur sont d’incontestables événements de librairie.

82Mais, là encore, le retentissement des ouvrages a pour seul intérêt de nous montrer qu’il ne s’agit pas de textes relevant des fantasmes personnels des auteurs, ou plus simplement du journal ou du livre de raison, dont le retour à la lumière serait une préoccupation d’érudit ou d’historien du privé. Si les groupes sociaux lyonnais ont trouvé un intérêt à ces textes, c’est que la description qui était faite leur paraissait d’un pouvoir d’évocation général.

83Nous ne reviendrons pas, malgré leur intérêt, sur les premières de ces chroniques, celles qui sont en fait des souvenirs d’enfance ou de jeunesse et montrent la formation de leurs auteurs dans le Lyon des années 1900-1914. A cette catégorie appartiennent les deux ouvrages que nous venons de citer, ainsi que Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? de Béraud également et Chemin de solitude de G. Chevallier. L’intérêt sociologique de ces livres, outre leur analyse du Lyon de l’avant-guerre de 1914, serait surtout de permettre une investigation sur la sociologie de l’écrivain, du « créateur », les amorces du processus de décalage que révèle chez un adolescent ou une jeune adulte la pratique du langage, de la représentation formalisée. Ce serait, par rapport aux groupes sociaux locaux, un sujet intéressant, mais ce n’est pas pour l’instant le nôtre.

  • 23 « Félix de Chazournes était un camarade d’Extrême-Orient et je l’allais voir de temps à autre, dan (...)

84Il nous faut en revanche nous attarder davantage sur les chroniques et descriptions de Lyon et des groupes sociaux lyonnais correspondant à la période de 1919-1939. Elles sont nombreuses aussi, en partie en raison de la constitution de ce milieu culturel dont nous avons parlé. Dans divers passages de ses souvenirs, Grancher a parlé de ces groupements éphémères d’écrivains ou de poètes lyonnais. Dans l’un d’entre eux (Reflets sur le Rhône) il évoque avec humour l’appartenance, explicite ou implicite, des écrivains à des groupes sociaux différents23. Il faut distinguer dans ces chroniques ou ces descriptions deux catégories : celles qui, explicitant le point de vue personnel de l’auteur par rapport à la transposition romanesque, décrivent le monde lyonnais et donnent un certain nombre d’indications sur les places, les situations respectives qui le constituent, et celles qui reprennent la tradition de l’« illustration » dont nous avons parlé à propos de l’époque 1860-1910, et tentent à leur tour de construire une « image de Lyon ».

Les groupes sociaux au quotidien

85Hors du journalisme polémique, la démarche est nouvelle. Nous avons signalé que Béraud, en 1912, se donne comme le premier écrivain à oser écrire « en clair » les noms de contemporains dans un ouvrage : les chroniques de l’entre-deux-guerres sont remplies de noms, ce qui leur donne déjà la valeur d’une mine de renseignements. Mais il y a plus. Ces chroniques, en particulier celles de Grancher (Nuits de Lyon, 1931 ; La soierie meurt, 1933 ; Lyon la cendrée, 1937) sont écrites dans un esprit tout à fait sociologique, en mettant l’accent sur tout ce qui constitue une situation de crise et d’instabilité, et la manière dont les différents groupes sociaux réagissent.

86Par rapport à l’écrit lyonnais, cette attitude est nouvelle. Les descriptions antérieures sont faites d’un point de vue unique, soit à partir d’un imaginaire historique incarné dans les monuments, soit à partir d’un groupe privilégié en face duquel le reste du monde lyonnais est placé en position de non-communication de fait.

87Pour la première fois, on voit apparaître des représentations multiformes qui traduisent l’ouverture du conflit : certes un point de vue est privilégié, mais le rapport avec les autres cesse d’être purement instrumental. Ce sont ces transactions permanentes qui définissent Lyon ; s’il n’y a plus d’âme lyonnaise revendiquée au sens spiritualiste, il y a du moins une rhétorique particulière des conflits, de laquelle ressortent les éléments constructifs : le réaménagement des groupes dans la ville ; l’apparition de nouvelles populations avec ses corollaires, le cosmopolitisme et la marginalité ; leur rapport, enfin, au sein du contexte de la ville en pleine transformation.

• Les Lyonnais : un monde du commerce

88Nous utiliserons pour approche du fonctionnement du monde lyonnais le reportage de M. Grancher sur la soierie. La soierie meurt est une description de la crise de la production textile à partir de 1931. Le livre, qui se présente comme une enquête, est précédé d’un préambule dans lequel M. Grancher fait remarquer que pour faire un reportage sur Lyon, il faut parler le « lyonnais ». Il est clair qu’il ne s’agit pas du dialecte canut dont l’auteur n’use pas, mais du discours particulier à la localité lyonnaise ; c’est à essayer de décrypter ce langage que l’auteur s’attaque.

89Aussi n’est-ce pas le tableau de la crise, malgré son pittoresque — Grancher est un excellent conteur — qui nous retiendra, non plus que la pertinence des explications économiques de la crise que l’auteur propose, mais le point de vue qui est retenu et les situations qui sont dépeintes.

90Comme nous l’avons vu à propos du roman, le point de vue semble bien être celui des groupes que nous avons appelés instrumentaux. Le premier personnage qui apparaît est le « vendeur » dans son dialogue avec l’acheteur étranger. Le second est le restaurateur (ou la « mère » lorsque c’est une femme) et le bistrot. Le troisième est le concessionnaire de voitures de prestige. On en arrive enfin au canut ou plutôt à son quartier, car « le canut est mort : l’usine l’a tué ». Par la suite on verra intervenir les intermédiaires non professionnels : les banquiers qui ont pratiqué une politique de crédit que l’on dirait de nos jours trop laxiste, les « amateurs », personnages dotés de capitaux et qui se sont improvisés courtiers, voire ont investi dans des usines, entraînant ainsi une surproduction non régulée.

91Lorsqu’enfin apparaît le fabricant, c’est pour recevoir des critiques visant son inaptitude à s’organiser, son individualisme, etc. critiques presque aussi violentes que celles qui s’adressent aux industriels qui ont entrepris d’installer des usines, ou de vendre des procédés de fabrication, à l’étranger.

  • 24 Il y a même une scène où ce monde des intermédiaires est vu dans sa globalité, comme un « monde », (...)

92Le monde lyonnais apparaît ainsi, au premier chef, comme un monde d’intermédiaires possédant un savoir-faire. Ce savoir-faire ne résulte pas de qualités innées ; il consiste dans un langage, celui qui en rend compte ; non seulement celui de la négociation au sens fonctionnel de ce mot mais celui des multiples transactions qui portent sur la transmission, l’exploitation commune de ce savoir faire, d’où le rôle médiateur des processus de sociabilité, des cafés, etc.24. Il faudrait signaler encore les descriptions (faites le plus souvent à l’occasion de rencontres dans des manifestations sportives ou de soirées dans des restaurants, boîtes de nuits ou autres établissements publics), du monde de la presse, des clubs sportifs. C’est la trame de ce groupe qui constitue la « base » du monde lyonnais, y compris — et surtout — dans ses rapports avec l’extérieur ; et, en dehors des causes globales de la crise sur lesquelles on n’insiste pas parce qu’elles ne sont pas exprimables dans le langage local, il y a les causes internes : la rupture, par le groupe de la bourgeoisie d’affaires, de cette endogénéité, l’établissement de relations directes avec l’extérieur.

• Les « étrangers » : prolétariat et bas-fonds

93Les mêmes chroniques ne nous montrent guère les groupes populaires si ce n’est dans le rôle des « utilités » de ce système. En revanche, celles que, dans le même temps, l’auteur consacre aux « bas-fonds » de la ville montrent l’apparition de nouveaux groupes sociaux, en particulier les travailleurs immigrés, et aussi la constitution d’un sous-prolétariat local. Certes, l’expérience orientale de Grancher croise ces livres, au tournant desquels on trouve souvent un ancien « colonial » ou un fumeur d’opium ; mais le vocabulaire de l’époque, et la fascination du « milieu » (qu’il avoue, mais on sait qu’elle n’est pas son privilège exclusif) ne doivent pas induire en erreur. Cette typologie n’est pas marquée par l’exclusion : pas de « légitime défense » chez Grancher et il n’y a guère de différence entre sa description de l’« Algérie vaisoise » ou des quartiers de « la Moluche» (la rue Molière) où il y a « le coin arménien, le coin russe, le coin géorgien, le coin slovène, le coin espagnol, le coin italien, le coin grec — plus, bien entendu, le coin arabe » (Nuits de Lyon, 1931) et les « colonies d’immigrants — le Ghetto, la Petite Sicile, la Ville grecque, la Ville chinoise — qui combinent d’une façon fascinante les héritages du Vieux Monde et leurs adaptations américaines (...) (et le) quartier noir avec sa vie indépendante et désordonnée », c’est-à-dire les descriptions canoniques que donnent à la même époque les sociologues américains (ici Burgess) de la ville de Chicago. Il suffit parfois d’une brève notation pour donner la mesure de l’écart social :

« Deux heures sonnèrent au beffroi (sic) de Saint Pothin. Un à un les cafés s’étaient fermés. Une à une, les filles étaient parties. Les réverbères, seuls, veillaient sur la ville en sommeil. Quelques étudiants ivres, bérets de travers et se tenant bras dessus, bras dessous, passèrent en chantant en chœur.

Mais eux, c’étaient des intellectuels ! ».

94ou pour montrer, à propos de ces Chinois, tragiques épaves du reflux de l’économie de guerre, « employés comme bêtes de somme dans une usine de produits chimiques », l’écart qui sépare les modes de régulation, les « langages naturels » des divers groupes :

« Metieu, j’ai gagné 340 francs le mois dernier et on m’a retenu 24 francs pour assurances sociales. Qu’est-ce que c’est assurances sociales ? Moi y en ai besoin ces 24 francs pour acheter riz ».

  • 25 Il arrive parfois cependant qu’il laisse éclater sa colère : « car enfin, il est anormal que des ê (...)

95Certes Grancher ne va guère au-delà d’une protestation humanitaire ; ce n’est pas un militant, et son métier n’est pas de faire des analyses théoriques25. Mais c’est justement en cela qu’il nous intéresse ; il nous montre, avec un regard de reporter, l’objectivité construite de son groupe social à lui, celui qui voit les niveaux de la stratification sociale se diversifier et s’empiler en-dessous du seuil qu’occupait avant la guerre le petit employé de soierie, le « gone » à peine muni du certificat d’études que l’on envoyait faire les commissions de tout le personnel. Cette « situation », il l’a bien connue ; il la décrit, à peu près au même moment, dans Lyon de mon cœur. Et dans l’entrecroisement de ces divers langages, le roman, les reportages et les souvenirs autobiographiques ne sont pas reçus comme des « catégories » différentes, mais comme divers comptes-rendus parallèles dont le contenu de révélateur de sens, de construction d’intelligibilité, est du même ordre.

  • 26 Comme le montre cette description attendrie de l’ambiance d’une partie de boules qui se termine pa (...)

96Le point de perspective de Grancher se trouve donc, non au niveau de la bourgeoisie, même marchande, à laquelle il n’a jamais appartenu, mais à celui de ces catégories totalement subordonnées dans l’ordre économique et qui, par le biais du maniement du discours, ou de la maîtrise d’un certain nombre de places intermédiaires, est capable de procéder à son tour à l’émission d’une autre légitimité. De ces places, on a vu des exemples archétypiques, celles des métiers de la presse, d’écrivain, d’imprimeur-éditeur ; au XIXe siècle ceux qui les tenaient appartenaient à la bourgeoisie marchande, voire se rattachaient, comme les Vingtrinier et les Boitel, à la bourgeoisie d’affaires. Tel n’est plus le cas à partir du début du siècle ; ce sont les couches populaires anciennes dont sont issus Béraud, Grancher et bien d’autres, comme plus tard Bernard Clavel, et leur discours se construit en dehors de « la société » cependant que, les poussant vers le haut, la population ouvrière se constitue, que les auteurs ne savent guère intégrer, mais qu’ils observent. Tous ces groupes se croisent et se rencontrent : les Lyonnais des professions intermédiaires font la navette entre Paris, où ils constituent des groupes informels, et Lyon où ils se replongent dans la ritualisation, mais avec un brin d’ironie, en mettant juste ce qu’il faut de « coutume » pour maintenir la transaction locale en place26. On est loin d’une analyse de classe, de groupements immatériels unis par une problématique abstraite, et près au contraire de situations quotidiennes, depuis les bals musettes de la Croix-Rousse jusqu’aux manœuvres de la famille Gillet pour étendre sur le monde entier, depuis Lyon, ce qui sera l’empire Rhône-Poulenc ; manœuvres où beaucoup voyaient, à l’époque, les prémisses de la ruine de la soierie.

« Pour qu’on t’aime, Lyon »27

  • 27 Titre d’un des ouvrages de « célébration de Lyon » dont nous allons parler (J. Bonnot, 1929).

97C’est cet « objet-Lyon » qu’on va voir construire à cette même époque avec une insistance qui confine à l’obsession, et que nous retrouverons dans la littérature folklorique. Nous n’insisterons pas outre mesure sur cet aspect des chroniques lyonnaises, peut-être favorisé par la création en 1930, sous les auspices du Syndicat d’initiatives, d’un « Grand Prix littéraire des Amis de Lyon » visant à récompenser l’ouvrage récent qui aurait le mieux célébré Lyon et contribuer à le faire aimer. Mais cela prouve pour le moins que l’idée était dans l’air ; d’ailleurs on vit se présenter aux suffrages du jury des auteurs connus, comme A. Giuliani, Cl. Le Marguet et Jean Dufourt. Ce dernier devait d’ailleurs obtenir le prix pour une œuvre de circonstance, Laurette et les amours lyonnaises, commandée par l’éditeur grenoblois Didier-Richard pour lancer une collection « Cités-Paysages », et qui était parue en 1929 avec des illustrations de Joanny Drevet, graveur et aquarelliste, et fils du dessinateur et graveur qui avait illustré les ouvrages de E. Vingtrinier. Ce pâle « remake » de Calixte parait d’une faiblesse certaine, et l’attribution du prix donnera lieu à des polémiques assez vives.

98Mais il serait abusif de mettre cette abondante production sur le compte de l’effet incitateur du prix ; elle s’apparente de trop près aux thèmes des romans et au discours des chroniques pour qu’on n’y voie pas un autre aspect de la proposition d’un contenu de sens à l’usage du monde lyonnais. Il s’y ajoute ce que l’on commence à appeler le « livre d’art », qui fait appel à la photographie, tel le Lyon et le Lyonnais d’Emile Baumann (c’est l’époque où Blanc et Demilly ouvrent leur studio, qui devait s’illustrer dans le portrait et le paysage lyonnais) et l’ensemble constitue un discours de la célébration, qui ne s’arrêtera pratiquement plus jusqu’à la guerre, et qui a repris dans les années récentes.

99Ces très nombreux ouvrages sont de valeur inégale. Ils sont très répétitifs, et les citations n’ajouteraient pas grand’ chose à notre propos. Signés d’écrivains, plus souvent de journalistes ou de plumitifs de moindre envergure, ils mêlent, souvent avec habileté, l’histoire, la description des paysages et des monuments, l’évocation des coutumes, les références à l’économie, en particulier (mais pas uniquement) à la soierie. Ils ont pour points communs d’être centrés sur la « vie quotidienne » et de mettre en scène un monde de stéréotypes. En ce sens, on peut dire qu’ils sont, sinon les créateurs, du moins les artisans, dans l’ordre langagier, du thème de la spécificité lyonnaise, avec la littérature folklorique proprement dite, celle de Guignol, (voir ci-après) dont cependant ils se démarquent le plus souvent, se contentant de citer la marionnette comme une «curiosité» parmi d’autres, avec parfois un peu d’émotion, pas toujours. Le « héros » de ces livres est Lyon ; non plus l’âme lyonnaise, mais, dirait-on si l’antithèse ne paraissait un peu rhétorique, son corps ; entendons par là que la localité, et tout particulièrement l’espace, le site, et leurs « pratiques sociales » que l’on décrit, ont un rôle fondateur, non pas au niveau d’une spiritualité dont ils seraient le symbole, non plus qu’à celui d’une tradition, mais du fait d’une tenace originalité, inexplicable, mais immanente et comme matérielle.

100On retrouve donc la notion d’image de Lyon. Mais la gestion de cette image n’est plus le rôle de la grande bourgeoisie qui y mettait en valeur monuments et quartiers historiques où elle voyait le symbole d’une suprématie élective. Elle est maintenant du ressort de cette « bourgeoisie instrumentale », qui gère l’image constituée par une accumulation infinie de ruelles, de cafés, de jeux de boules, de paysages contemplés et de coutumes populaires regardées. La spécificité, à laquelle on feint de croire, que l’on ressasse interminablement, ce n’est pas du chauvinisme ethnocentrique, de l’esprit de clocher. C’est le langage qui donne sens à un groupe social, langage qui serait exactement le même dans toute autre localité ; il n’affirme pas tant son refus de disparaître comme groupe que son souci de réguler lui-même le fonctionnement de la machine sociale. Dans un monde lyonnais laïcisé, la délimitation physique (arbitraire, réduite à un code, mais matérielle) du groupe remplace sa définition spiritualiste, et le rôle de garant de son fonctionnement passe du groupe qui est investi de la charge morale d’en dire les valeurs à celui qui est capable d’en assumer la conduite au jour le jour.

La littérature folklorisante. Les Amis de Guignol et la fin retardée du XIXe siècle

  • 28 Citons ce texte caractéristique par lequel Tancrède de Visan, dont on a vu la place qu’il avait te (...)

101C’est une autre forme de culture de la spécificité que nous allons trouver dans la littérature placée sous le patronage de Guignol, Nous avons l’impression, en l’abordant maintenant, de terminer ce chapitre sur un phénomène bien mineur. Il l’est assurément, mais on peut dire que pendant tout l’entre-deux-guerres, la littérature Guignol tient à Lyon une place ambiguë. D’un côté, un « quarteron » d’érudits, souvent fort estimables, tels que Félix Desvernay, Jean Vermorel, archiviste de la ville et Eugène Vial, créateur et conservateur du Musée de Gadagne, auxquels il faut ajouter des personnalités lyonnaises éminentes (Justin Godart et Joseph Lavarenne déjà cités, le criminologue Edmond Locard), se réunissent régulièrement, parlent ou tentent de parler un langage populaire et patronnent des écrits, tels l’Almanach des Amis de Guignol ou des pièces nouvelles de marionnettes pour lesquelles est institué un concours annuel. D’un autre côté, les écrivains et « intellectuels » lyonnais dans leur ensemble considèrent Guignol comme un pur objet de folklore, même lorsqu’ils tiennent aux groupes populaires, mais, sauf exception, évitent de s’en démarquer trop nettement28. Enfin le public, toujours majoritairement populaire avec la proportion habituelle de membres des groupes de la bourgeoisie, vieillit doucement.

102Or nous avons dit au chapitre précédent que les auteurs tendent à faire de Guignol et de son théâtre un mythe unanimiste. Cela a-t-il échoué ? Quel contenu l’après-guerre a-t-elle donné à ce mythe ? Pour le savoir, il faut examiner d’une part la mise en scène du mythe de Guignol, et d’autre part le contenu implicite qui lui est donné. Derrière cette façade symbolique, on verra en effet que le système langagier qui s’attache au mythe de Guignol l’écartèle en permanence entre des tendances opposées, et que, comme tous les mythes qui restent populaires, il est voué à une rapide obsolescence.

L'orchestration du thème de Guignol

103Dès la fin de la guerre, dans l’enthousiasme de l’unité populaire, les Amis de Guignol prennent un départ retentissant. Le banquet annuel, au Palais d’Hiver, réunit près de mille personnes sous la présidence d’Edouard Herriot.

  • 29 Les Pierres Plantées, en effet, sont les bornes qui empêchaient les voitures de s’engager dans la (...)

104On procède solennellement à la fondation en 1920 de l’Académie des Pierres Plantées, qui succède à l’Académie du Gourguillon, laquelle ne comptait plus, on l’a vu, qu’un seul membre en vie. D’obscures raisons firent qu’on ne reprit pas le nom de l’ancienne « Compagnie », mais cela même était symbolique : dans la mythique lyonnaise, le « canut de Saint-Georges et de Saint-Just », cher à l’époque Puitspelu, avait été remplacé par le « canut de la Croix-Rousse »29. Mais, pas plus que sa devancière, l’Académie des Pierres Plantées n’eut en tant que telle d’activité : ses membres étant tous les fondateurs de la Société des Amis de Guignol, les publications de cette dernière constituèrent leur lieu d’expression.

  • 30 Exemples tirés de l’Almanach de 1926 :
    Février, le 4 (en 211). Les Romains — ceux des aqueducs — se (...)

105Ces publications sont de deux types, les almanachs et les pièces nouvelles de Guignol, celles du moins qui furent éditées. Les almanachs constituent la véritable mise en scène du mythe de Guignol. On y raconte en style guignolesque l’antiquité romaine et la fondation de Lugdunum, la mise en place de la statue de Louis XIV (1825), le passage du pape Clément V à Lyon en 1305, etc... On y trouve également dans la partie almanach proprement dite un éphéméride avec le rappel, en style de Guignol, de tous les événements qui ont pu mêler la « grande histoire » et l’histoire « populaire », ou des faits saillants qui auraient pu laisser des traces dans une éventuelle mémorisation ; mais il est clair que cette recherche est une reconstruction d’érudits30.

106On y retrouve aussi, éternellement réactualisée, l’histoire commentée de la création de la marionnette, avec des commentaires sur l’art d’en jouer et la philosophie de Guignol, souvent sous la plume de J. Lavarenne. La référence constante est l’époque (et les pièces) de Mourguet ; le type est stabilisé, et tout ce que l’on peut essayer de faire est d’appliquer la « plaisante sagesse » de Guignol à l’époque actuelle. Mais malgré la répétition des concours, et l’activité inlassable de pourvoyeurs de pièces comme Albert Chanay, les pièces qui sont produites sont encore plus « désincarnées » que celles des années précédant 1914 ; elles sont « situées » dans un monde sans consistance, qui n’est plus qu’un pur jeu de langage, elles ne correspondent à aucune réalité, et les personnages sont au mieux de purs « artefacts » montrant l’analyse, par les auteurs, de situations dans lesquelles, en tant que groupe social, ils ne s’investissent pas, et sur lesquelles ils n’ont aucune production de sens, hormis celle qui consiste à « jouer » indéfiniment sur l’anachronisme langagier.

  • 31 Il avait écrit pendant la guerre une pièce « patriotique » de Guignol, Le gone à la tête de bois, (...)

107Mais il n’y a pas que du Guignol ou du style folklorique dans les Almanachs. Le matériau le plus intéressant que l’on y trouve est constitué par des contes, principalement ceux dûs à deux auteurs de grand talent, Eugène Vial (Thomas Bazu) et surtout J. Lavarenne. Ce dernier n’écrit, semble-t-il, plus de pièces de Guignol31, se contentant de présider aux concours de la Société. Il fournit en revanche des contes qui sont tout à fait dans la ligne de l’inspiration populaire urbaine qui était la sienne, et qui de plus, sont bien écrits, même si l’utilisation écrite de la langue orale n’a rien gagné en logique depuis Nizier du Puitspelu. Ces contes sont accompagnés, certes, d’une masse de petits textes folkloriques tels que ceux que l’on trouve dans toutes les productions régionalistes ; mais ils tranchent sur eux, malgré la monotonie de certains arguments, par leur caractère d’intériorité, particulièrement marqué dans la description des situations du quartier Saint-Polycarpe, dont il était originaire.

108Par ces contes, la Société des Amis de Guignol, qui avait créé une commission dont le but était de « s’intéresser à tout ce qui a trait à la littérature et à l’art lyonnais » (Almanach, 1927) tentait de fonder une littérature populaire.

Thèmes populaires et mythification du peuple lyonnais

  • 32 Les bugnes, les matefaims, les gratons (résidus grillés de la fusion du saindoux) les paquets de c (...)
  • 33 Les accessoires du métier, mais aussi le pucier ou le bardanier (le lit), le garderobe (l’armoire) (...)

109Il est bien clair que c’étaient les auteurs qui, implicitement, la définissaient ainsi. Mais si le contenu en était ambivalent, il serait néanmoins excessif de dire qu’il y avait là une pure manipulation. L’isolement de cette tentative, comme son succès de folklore, vient de l’aspect singulier sous lequel elle entreprend de définir une situation, qu’elle ne veut pas voir vieillir, et que la bourgeoisie a maintenant abandonné pour l’essentiel. Cette singularité s’accroîtra jusqu’à ce que la « situation » ne soit plus que celle du groupement autodéfini des Amis de Guignol. On retrouve en effet plusieurs thématiques dans cette littérature, qui se donne pour objet d’illustrer la spécificité lyonnaise par les caractères du peuple, des « gones », leur «philosophie » de l’existence. Une des caractéristiques des Almanachs est une place hypertrophique tenue par l’objet matériel, un jeu incessant sur le « lexique ethnographique ». Plus que les tournures gourguillonnesques que presque plus personne ne sait manipuler, on y trouve un bric-à-brac de termes empruntés à la nourriture populaire32, au mobilier ou aux accessoires ménagers33, aux jeux et coutumes (les vogues, le jeu de boules). Il y a là comme un musée que l’on tente d’animer, un « éco-musée » avant l’heure sous forme écrite. Tous ces objets tourbillonnent en une ronde qui constitue une simulation des comportements populaires, par l’établissement d’un schéma de la nécessité matérielle.

110C’est au fond la fabrication d’un « mythe ethnographique » par des lettrés émanant de groupes par ailleurs hétérogènes, et qui tentent de fonder une identité instrumentale pour ajouter, à leur façon, un autre code à l’affirmation de la spécificité. En face des autres fondations historiques, il y a l’appel à la re-fondation par la nécessité vitale ; il s’agit d’un véritable félibrige de la matérialité concrète. A l’époque de l’Académie du Gourguillon, cette analyse des comportements était moins hagiographique, compte tenu de l’enjeu et de l’extériorité avouée des auteurs ; c’est, en ce sens, le véritable aboutissement de la mythification de Guignol. La Société des Amis retrouve Puitspelu, et comme lui, place la bourgeoisie marchande, celle qui est restée telle, au sommet de cette hiérarchie fantomatique.

111Mais pourquoi y a-t-il un public ? Qui croit à cette entreprise ? C’est ici qu’il faut faire appel à Joseph Lavarenne, dont la thématique, quoique non disjointe de la précédente, paraît être d’un autre ordre. Si ses scénarios sont peu variés, si la référence à la canuserie commence à dater sérieusement, encore qu’il y ait toujours des canuts à la Croix-Rousse en 1930 et tout un petit peuple d’artisans ou de travailleurs à domicile qui gravite autour, c’est un monde extérieur aux courants d’échange qui est peint d’après nature, par un auteur qui a sans doute toujours rêvé d’utiliser sa culture littéraire pour définir ce monde depuis l’intérieur. Et c’est bien une indifférence profonde à l’environnement extérieur ou plutôt une inaltérable candeur, un « nihil admirari » dans la position d’égal à égal qui ressort de ces petites pièces. S’il ne fallait qu’une référence, nous prendrions le conte de J. Lavarenne pour l’année 1927 ; « Comment la Tonia devint comtesse » où l’étranger (les Pays-Bas, même pas Shanghai) et la maison de soierie sont pareillement (et parallèlement) extériorisés. C’est Cendrillon à l’envers ; le prince est «absorbé» par le foyer modeste et méritant.

112L’humour de l’auteur et l’attitude ironique des groupes en cause, qu’il assume par son écriture, empêchent ces petites fables en prose de trop verser dans le patronage ; un éclair d’inconvenance vient montrer que Lavarenne n’est pas tout à fait dupe de leur côté édifiant. On pourrait avancer le mot de littérature populiste, mais ce n’est pas vraiment nécessaire ; le point de vue semble bien placé au niveau de ces groupes populaires, dont les qualités permanentes, la « spécificité ethnique », sont dépeintes dans des situations qui n’ont qu’un point noir, celui de ne plus expliquer qu’elles-mêmes et d’être à l’écart du débat du temps. Il est pourtant impossible, en 1935, de leur dénier un profond réalisme et Lavarenne, avec une apparente sincérité, feint de penser qu’elles sont immanentes à un monde local, avec le langage qui les traduit.

113On comprend dès lors le mélange d’attachement et d’embarras que suscite ce dernier avatar du mythe chez les émetteurs des autres langages. A dire vrai, le symbole leur est tout à fait inutile, et il est aux antipodes (si l’on ose dire) de ce langage de l’échange dont nous avons parlé. Les groupes populaires dont parlent Grancher, Jolinon, et même Béraud (pour d’autres raisons), n’ont pas grand’ chose à voir avec ces paroissiens caustiques mais frileux. Mais peuvent-ils rejeter un discours de spécificité aussi flagrant ? Ils le peuvent d’autant moins que, à partir de 1930, la crise vient susciter à Lyon des tendances manifestes au repli.

114Au fond J. Lavarenne et ses amis (de Guignol) se sont trompés de siècle. Et ce n’est pas un hasard si le Théâtre de la Platte a monté, dans les années 1980, un spectacle sur Pierre Dupont et un spectacle sur Benoist-Mary, auteur (et récitant) de saynètes et de monologues lyonnais dans les années 30, dont la représentation et l’humour sont très proches de ceux de J. Lavarenne. Des groupes populaires de 1848 à la représentation que donnent les Amis de Guignol de ceux de l’entre-deux-guerres, l’écart est peut-être moins grand que de cette dernière époque à la nôtre, et la mise en scène de la distance symbolique peut s’effectuer presque aussi facilement pour l’un que pour l’autre.

Conclusion : Le déclin et la crispation

115Nous avons vu que l’essentiel de l’œuvre écrite lyonnaise des années 1919-1939 tournait autour d’une mutation, l’émergence des groupes sociaux liés, à divers niveaux, à l’expansion de la soierie, et l’effacement parallèle de ceux qui étaient caractéristiques des situations des années 1900. Lorsque la crise mondiale touche Lyon en 1931, de façon très brutale, on a vu que c’était dans ce langage que s’exprimaient pour beaucoup les nouvelles positions. Grancher, dans ses romans comme dans ses chroniques, accompagne le déclin de ce qui est pour lui la structure-mère du monde lyonnais. J. Dufourt, dans un roman (Les malheurs de Calixte, 1937) qui est plus qu’un « Calixte 2 » profite de cette crise qui secoue violemment les branches vieillies des « vingt-deux familles » pour faire l’apologie ouverte d’une libéralisation modérée des coutumes. Mais la production se tarit ou se répète ; la crise n’est un sujet romanesque que si on peut la regarder d’un point de vue qui mette en valeur les structures de fond du monde en cause.

116En hypostasiant, sur le monde spiritualiste, l’âme lyonnaise, le langage du XIXe siècle permettait un tel point de vue. La laïcisation de la démarche, le report de la logique du monde lyonnais sur sa capacité d’échange avec l’extérieur ne permettent plus une telle stabilité : la spécificité lyonnaise, orgueil et légitimation de la prospérité des années 20, devient une substance bien fragile pour faire face au subit reflux de la fortune, et le discours tombe dans l’anecdote. Ce qui est en cause, c’est l’émergence possible de groupes sociaux issus de la transformation de Lyon en une ville industrielle, comme de nouvelles situations avaient été définies lors du passage de la bourgeoisie foncière à la nouvelle bourgeoisie d’affaires, aux soyeux. Mais les positions sont trop récentes, et le choc est trop violent, qui voit à la fois simultanément chanceler quatre siècles d’habitudes et dix ans de conquêtes. Les réactions ne peuvent être que négatives, comme celles qui rendent responsable de tous les maux le passage au textile industriel, représenté par la dynastie Gillet.

117Les groupes sociaux lyonnais tentent de se replier en bon ordre, et se retournent sur la spécificité lyonnaise pour lui demander d’exprimer, à la fois par le mythe de l’ethnie populaire lyonnaise et par une surabondance de célébrations du cadre physique de la ville, de l’objet-Lyon, une croyance en l’avenir « enracinée » dans le passé. C’est peut-être — dirait-on avec quelque provocation à propos d’une ville pour laquelle on en a tant parlé — la première fois que les groupes sociaux lyonnais intègrent le mot tradition, au sens propre, dans un langage véhiculaire général.

118Cette crispation sur l’objet et cette exaltation du décor, ils n’en ont pas non plus l’exclusivité. A cette époque, la célébration folklorique de Paris est très intense : il suffit de penser au cinéma, avec les films qui vont de Sous les toits de Paris, de Renoir, jusqu’à Hôtel du Nord de Carné ; ou bien, au music-hall, à des artistes comme Mistinguett ou Maurice Chevalier. Il ne faudrait pas non plus y voir, comme la sociologie a trop souvent tendance à le faire, le choc en retour de la modernité, le repli de la communauté, de la « Gemeinschaft » à l’agonie, sur ses modes traditionnels de reconnaissance. Des « modernistes » et des « inventions » corrélatives de la tradition, il y en a eu tout au long du 19e siècle — et sans doute il y en aura d’autres. Lyon exalte ses coutumes en 1930 comme elle exaltait, en 1880, ses philosophes.

  • 34 Les deux derniers devaient s’appeler Les derniers beaux jours et Naufrage. 11 est loisible de supp (...)
  • 35 Ce diagnostic est de façon tout à fait explicite celui de M. Grancher (La soierie meurt) qui se dé (...)

119Ce qui est peut-être plus important, c’est le surgissement du mythe du peuple. Béraud, dont la série La conquête du pain devait, dans son projet, comprendre cinq volumes34 la laisse sur Ciel de Suie. L’opposition romanesque de la Croix-Rousse à la double image du soyeux, celle de l’enrichissement forcené, de l’écrasement des travailleurs, au Griffon, et celle de la richesse étalée, à Bellecour, est aussi une affirmation du rôle permanent du peuple, venu de la campagne avec sa dureté mais aussi sa rigueur, en face de groupes qui, lorsque Béraud écrit, sont en pleine faillite et ont entraîné la ruine de la ville. Et ce « populisme » de Béraud, cette méfiance profonde envers les riches, les puissants, les intrigants, est peut-être la vraie raison de son engagement politique. Qui pouvait douter, en 1933, que Lyon avait été trahi par l’alliance de fait entre des industriels ambitieux et les pays étrangers qui voulaient fabriquer les produits rares que Lyon leur avait toujours vendus ? Cette alliance amenait la ruine, alors qu’une gestion prudente dans le sens des intérêts des groupes sociaux locaux aurait, croyait-on, permis de surmonter la crise35.

120Dans une certaine mesure, le XIXe siècle en effet n’en finit pas de finir à Lyon. Paradoxalement, la guerre, avec le repli sur Lyon d’un nombre important d’écrivains ou d’intellectuels, qui vont trouver que, malgré les restrictions, on mange bien, et la Résistance, en se cachant dans les quartiers populaires grâce aux « traboules» et aux cafés à doubles sorties qui avaient été prévues pour un tout autre usage, vont prolonger ce langage, ainsi que le trop long règne d’Herriot. L’histoire recommence et le langage se réactualise dans les années 60, mais c’est là, comme nous l’avons dit, d’autres éléments de la localité qu’il faudrait problématiser. Ce sera pour une autre fois...

Notes

1 On retrouvera quelque chose de la veine de ces derniers dans les premiers romans de Bernard Clavel (Pirates du Rhône, Le Seigneur du fleuve). La vallée du Rhône, entre Lyon et la mer, a toujours exercé sur les habitants de la ville une certaine fascination.

2 On trouvera des détails intéressants sur le fonctionnement de ce milieu littéraire et journalistique non seulement dans les chroniques de M. Grancher (Vingt ans chez Calixte, 1940 ; Reflets sur le Rhône, 1941) ou de G. Chevallier (Carrefour des hasards, 1956) mais aussi dans les très intéressants souvenirs de Frédéric Dard, sur l’époque où il était secrétaire du premier nommé (F. Dard, Le cirque Grancher, 1947).

3 Pour partie en effet ; Notre Carnet, comme son nom l’indique, semble vivre, outre de la publicité, de son carnet mondain ; mais l’ambition culturelle est affichée, même si parfois le lexique utilisé peut surprendre. C’est aussi le cas de La Vie lyonnaise. Le Passe-partout quant à lui, donne plutôt dans la polémique municipale (anti-Herriot) mais ses comptes rendus de livres — pas seulement lyonnais bien entendu — et de manifestations sont importants et sérieux, quoique fortement « orientés ».

4 On pourrait en dire autant d’autres tentatives de reconstruire un langage symbolique autour de thématiques populaires, comme celle du comédien populaire Benoist-Mary.

5 Celles-ci, en effet, semblent avoir abandonné toute préoccupation d’enregistrement du travail littéraire, Maurice Rieuneau, professeur à l’Université de Grenoble et auteur d’une thèse sur Guerre et révolution dans le roman français, 1919-1939 cite assez longuement ceux des romans lyonnais qui traitent de la guerre (La peur de G. Chevallier, 1930 ; 5 de campagne de Grancher, 1937 ; Le valet de gloire, 1923, et La tête brûlée, 1924 de J. Jolinon). La dernière histoire de la littérature contemporaine qui mentionne de façon un peu analytique les plus importants de nos auteurs est celle de René Lalou (1940-1941). Depuis, rien, ou des indications sommaires et partisanes sur H. Béraud.

6 Signalons, par ordre alphabétique, les noms (dont certains sont des pseudonymes) de Gabriel d’Aubarède, Emile Baumann, Noré Brunei, Ferdinand Breysse, Georges Champeaux, Félix de Chazournes, David Cigalier, Max-André Dazergues, Albert Giuliani, Léon Granier, Gabriel-Joseph Gros, Renaud Icard, Charles Joannin, Claude Le Marguet, Adrien Mallet, Georges Montagnier, Joannès Mignard. Il ne s’agit ici que des romanciers ; il semble qu’une moitié d’entre eux au moins vivent de l’écriture, en y comprenant le journalisme.

7 Avec Balzac par exemple. Non que « la province » soit « en retard » par rapport à une globalité que nul ne saurait définir. Chaque microcosme se pose en son temps et dans sa forme les problèmes qui sont construits par ses interactions internes et externes.

8 Le cycle se constitue en effet comme nous l’indiquons. Mais le premier volume publié chez La Sirène n’eut pratiquement aucune diffusion, la maison d’édition ayant, semble-t-il, sombré peu après, Il devait être republié en 1929 chez Rieder (comme toute l’œuvre de Jolinon jusqu’en 1935) sous le titre Le joueur de balle. L’éditeur Rieder, qui accueille Jolinon et Chevallier dans sa collection « Prosateurs français contemporains » n’est pas une maison négligeable : elle édite Aden Arabie de Nizan, les œuvres de Panaït Istrati et de Robert Aron. Jolinon avait eu à deux reprises des suffrages pour l’attribution du Concourt ; il eut également le Prix de la Renaissance.

9 La gloire de Geo André et de Jean Bouin, comme celle de Marcel Carpentier, ont en effet survécu à leur époque.

10 On pense en particulier à son récit des conseils de guerre de 1917 où il fut avocat (expérience qu’il reporte sur son « double » Claude Lunant). Il y défend avec passion la position des « mutins ». H. de Montherlant, lui aussi, écrira son roman de guerre, La relève du matin, où il évoque le rapprochement des milieux sociaux qu’il tentera de prolonger dans le sport.

11 Il faudrait comparer, c’est-à-dire opposer, le match de football dans Le jeune athlète et le patinage de la jeunesse des beaux quartiers sur les étangs des Dombes dans Marielle.

12 L’arbre sec et le bât d’argent, noms qui viennent d’anciennes enseignes, sont les noms de deux rues du centre d’affaires de Lyon (quartier de la Comédie).

13 Albert Giuliani, avocat célèbre, a écrit des ouvrages de droit remarqués, puis plusieurs romans à tendance psychologique, tous situés à Lyon et qui ne sont pas sans intérêt. D’une famille d’origine corse fixée à Lyon, il était le frère du Dr. Joseph Giuliani qui, sous le pseudonyme de Germain Trézel, est le poète le plus célèbre de Lyon et un des piliers (avec Mme Jean Bach-Sisley) du milieu culturel de la bourgeoisie lyonnaise. Il est important de citer ces auteurs pour mettre en évidence l’activité culturelle qui règne à Lyon à cette époque. Lorsque Dufourt, dans Calixte, campe le décor de Lyon, désert culturel, c’est là un langage tout à fait lié au contexte dans lequel ses personnages définissent le monde lyonnais de leur point de vue ; lui-même savait bien à quoi s’en tenir.

14 Marcel E. Grancher (1897-1975), d’origine franc-comtoise comme Bernard Clavel, personnage truculent, débuta comme « gone », c’est-à-dire comme employé à tout faire, dans la soierie. Après la guerre, qu’il s’attache à raconter par la suite sur un ton délibérément burlesque, non sans quelque provocation (5 de Campagne qui obtint le Prix Courteline en 1938), il devait partir, attiré par l’aventure, à Shanghaï. Cette expérience ne dure guère, non plus que celle qu’il fait dans le journalisme parisien, entrecoupée de besognes alimentaires dans le textile en gros, qu’il rapportera dans Cerf sœurs, drapiers. Après avoir fait quelque temps la navette entre Paris et Lyon il revint se fixer dans cette dernière ville, y créa, grâce à des commanditaires, divers périodiques (dont La Semaine Automobile et Le Mois à Lyon) puis les Editions Lugdunum (avec le slogan : « les Editions Lugdunum n’éditent que des auteurs lyonnais »), plus un cercle gastronomique : « les Amis des Halles », et mena joyeuse vie. Grancher ne devint cependant pas l’homme de son clocher : ayant gardé des attaches dans la Flandre belge depuis la première guerre, anglophile convaincu, résistant durant la seconde guerre, il se lança, dans les années 50, dans le pastiche des romans noirs anglo-saxons, genre où il se trouvait en compagnie de Boris Vian, et son démarquage, sous le titre Pas de bégonias pour Madame Dugommier, du livre de Chase, en situant l’action dans le « milieu » lyonnais de la rue Mercière, qu’il connaissait bien, se lit très agréablement. Mais, poussé par le besoin d’argent, il réédita des variantes, plus ou moins inspirées, de ses premières œuvres, et il se lança dans le « roman gaulois » vendu essentiellement dans les débits de tabac et les kiosques de gare. Il finit ainsi par être, pour les Lyonnais de bonne compagnie, le type même de l’auteur qu’il vaut mieux avoir l’air d’ignorer...

15 Faut-il voir là du « provincialisme », de l’esprit de clocher ? Il faudrait alors attribuer ce caractère aux Britanniques qui parcouraient le monde en compagnie des « mutton chops » et des brumes de l’Ecosse entretenues par le whisky. Pour Grancher, Lyon est le centre du monde, mais son cosmopolitisme est de bon aloi. Il n’est que de penser à Cendras qui conclut sa Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France (« Dis, Biaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ? ») par un brutal retour sur Paris, le Lapin Agile et sa jeunesse : « Paris, ville de la Tour unique du Grand gibet et de la Roue ».

16 Dans le même ordre d’idées, Grancher signale (La soierie meurt, 1933) qu’à Lyon, dans les quartiers élégants, il n’existe presque pas de magasins qui vendent au détail de belles soieries, et que le petit nombre qui existe n’est pas tenu par des Lyonnais d’origine.

17 Léon Riotor, enfant de Lyon, fit à Paris une carrière d’écrivain ou plutôt de polygraphe et parallèlement une carrière dans la politique municipale parisienne, suffisamment marquantes l’une et l’autre pour que les Lyonnais le considèrent à cette époque comme un des leurs qui avait « réussi » à Paris.

18 Toute approche d’Henri Béraud comporte nécessairement une réflexion sur son attitude politique. Les dimensions de ce travail ni son but ne permettent pas d’analyser ce point en profondeur ; du reste la monographie consacrée à cet auteur par J. Butin, si elle ne règle pas la question, et néglige même de replacer les prises de position de Béraud dans le contexte d’une opinion française où elles étaient plus que largement répandues avant lui (en particulier son antisémitisme), rend impossible de reprendre ici ce problème autrement que de façon allusive. La violence pamphlétaire de Béraud n’est pas, à une époque où on s'injuriait beaucoup et où la violence était partout, sa propriété exclusive. Il est probable qu’il ne croyait pas aller plus loin dans Gringoire que dans l’Ours, et ne voyait pas, lui qui avait dénoncé le régime mussolinien en 1929 et mis en garde en 1932-1933 contre l’esprit de revanche de l’Allemagne « convulsive, impunie, irritée », contre le risque d’Anschluss, en espérant que l’arrivée d’Hitler au pouvoir aurait ouvert les yeux aux Autrichiens (Dictateurs d’aujourd’hui, 1933) que ses diatribes sans mesure contre le Front populaire pouvaient entraîner des lecteurs à se rapprocher de régimes qu’il avait toujours combattus. Dix ans plus tard, traînant cette énorme charge d’avoir « excité à la haine et au mépris les citoyens les uns contre les autres » selon la formule qui justifiait l’inculpation du Journal de Guignol en 1866 et victime de cette position implicite des juges de l’épuration de faire payer plutôt les intellectuels que les constructeurs du Mur de l’Atlantique et autres fournisseurs du Reich, Béraud, qui avait été favorable à Vichy mais non collaborateur, fut condamné à mort et gracié sur l’intervention personnelle de Mauriac.

19 La page 136 ouvre la description de la révolte. « Un coup de canon ébranla le ciel. Puis il y eut un silence. On venait de tirer sur le peuple. Il était à peu près huit heures du matin ». Elle se clot, après vingt pages d’épopée, par un « gros plan » sur le héros du livre, Nicolas, le compagnon ferrandinier, qui a partagé la lutte des tisseurs, les patrons « mutuellistes » comme « les rabougris, les mal rasés, les profils de loups, les épouvantails à repus, enfin la canaille, les canuts... », mais qui, au soir de la défaite, éprouve l’amertume de «mourir pour une cause perdue — pour une idée qu’il réprouvait ».

20 Le métier du guimpier consiste à fabriquer, à partir d’une « âme » textile et de fils métalliques très fins obtenus par tréfilage, le fil composite qui sera utilisé dans la broderie ou l’ornementation. Lié aux ornements d’église et aux uniformes (militaires et autres), cet artisanat très répandu à Lyon reçut un coup fatal de la crise de 1930.

21 Il écrivait principalement à l’île de Ré où, avec l’argent de son Prix Goncourt, il s’était acheté une maison. Tragique prémonition ; il avait découvert cette île en faisant un reportage sur le bagne de l’île et le départ des forçats pour la Guyane et c’est là qu’il devait finir sa vie après la commutation de sa peine.

22 « Il définissait ainsi le cercle étroit de ces jeunes gens de bonne famille qui se targuaient depuis peu de fréquenter à la fois les stades et les salons » (Dame de Lyon).

23 « Félix de Chazournes était un camarade d’Extrême-Orient et je l’allais voir de temps à autre, dans sa belle demeure médiévale des monts du Lyonnais... Mais je rencontre seulement Joseph Jolinon quand la promenade de ses fox-terriers l’amène par hasard de mon côté ». Quant à Tancrède de Visan, ses prétentions à la grande littérature ne sont qu’un « léger travers, aussi bien, sans aucune importance, et qui n’eût pas suffi à nous priver de l’amitié de Tancrède si ce dernier n’eût appartenu’ à la société’ ».

24 Il y a même une scène où ce monde des intermédiaires est vu dans sa globalité, comme un « monde », par une prostituée, qui, elle aussi, se plaint de la baisse des affaires.

25 Il arrive parfois cependant qu’il laisse éclater sa colère : « car enfin, il est anormal que des êtres crèvent de faim et de misère, surtout quand l’affaire qui les emploie distribue de somptueux dividendes (...).
Seulement, nous, nous sommes des civilisés ! ».

26 Comme le montre cette description attendrie de l’ambiance d’une partie de boules qui se termine par une pirouette : « tout cela n’est-il pas partie très intégrante de notre heureux folklore local, au même titre qu’Edouard Herriot, Guignol, la mère Fillioux, les bugnes, la soierie, Fourvières, la Croix-Rousse et le saucisson ? » (M. Grancher, Vingt ans chez Calixte).

27 Titre d’un des ouvrages de « célébration de Lyon » dont nous allons parler (J. Bonnot, 1929).

28 Citons ce texte caractéristique par lequel Tancrède de Visan, dont on a vu la place qu’il avait tenu dans la création du mythe de Guignol, signale la parution d’un ouvrage de nouvelles pièces de Guignol en 1925 : « Il y a quinze ans, je croyais écrire une oraison funèbre (...) La Société des Amis de Guignol (...) remit à la mode le théâtre du Gymnase longtemps délaissé. C’est une véritable renaissance. Des auteurs spirituels, que nos vieilleries lyonnaises passionnent, ajoutent quelques chefs-d’œuvre au répertoire classique de Mourguet et de Rousset. Lisez-le, car je me garderai de déflorer d’une plume lourde ces alertes comédies... » (Notre Carnet, no 29, 25 mars 1925), On peut considérer que c’est un éloge ; mais, au prix de quelques mots laudatifs, Tancrède de Visan ne prend aucun risque sur le fond, ni sur la réelle actualité du phénomène, alors les commentaires qu’il fait de ses auteurs de prédilection (entre autres F. Jammes, F. Carco, P. Mac Orlan ou les romanciers lyonnais) sont beaucoup plus fouillés.

29 Les Pierres Plantées, en effet, sont les bornes qui empêchaient les voitures de s’engager dans la Grand’Côte. Celle-ci était l’ancienne montée qui reliait la Croix-Rousse, faubourg ouvrier, aux quartiers des marchands fabricants, de même que le Gourguillon, on l’a vu, reliait Saint-Just à Saint-Georges, les deux quartiers ouvriers de la rive droite de la Saône, et les canuts de Saint-Just l’empruntaient pour se rendre dans la « presqu’île ». L’utilisation symbolique de l’espace est, on le voit, le fait des lettrés, et de plus elle a un siècle de retard, car c’est l’invention de Jacquard qui avait rendu nécessaire l’abandon des immeubles des vieux quartiers de la rive droite et la construction à la Croix-Rousse d’immeubles dont les étages devaient avoir la hauteur suffisante, soit 4 à 5 mètres, pour loger la « mécanique Jacquard ».

30 Exemples tirés de l’Almanach de 1926 :
Février, le 4 (en 211). Les Romains — ceux des aqueducs — se choisissent pour empereur un gone qui s’appelait Caracalla et qui était bien d’ici, vu qu’il était né, il y avait de çà 23 ans, aux alentours de l’en-haut du Gourguillon.
Septembre, le 25 (en 1548). La reine Catherine de Médicis descend sur le bas port pour voir lutter les jouteurs de Saint-Georges avec ceux de Saint-Vincent, etc.

31 Il avait écrit pendant la guerre une pièce « patriotique » de Guignol, Le gone à la tête de bois, dont tout ce que l’on peut dire est qu’elle est mieux écrite et mieux construite que le reste des publications contemporaines, mais qui reste un écrit de circonstance au sens le plus restrictif de ce mot.

32 Les bugnes, les matefaims, les gratons (résidus grillés de la fusion du saindoux) les paquets de couenne, et d’autres moins connus comme l’« os de china » (d’échine de porc), etc.

33 Les accessoires du métier, mais aussi le pucier ou le bardanier (le lit), le garderobe (l’armoire), le chelu (la lampe à huile), le coupon (récipient creux du genre saladier pour préparer la pâte), etc.

34 Les deux derniers devaient s’appeler Les derniers beaux jours et Naufrage. 11 est loisible de supposer qu’ils se seraient déroulés vers 1910 (la jeunesse de Béraud) et pendant la guerre,

35 Ce diagnostic est de façon tout à fait explicite celui de M. Grancher (La soierie meurt) qui se démarquera de l’engagement de Béraud, mais non de ses analyses.

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site