Version classiqueVersion mobile

Lyon tel qu'il s'écrit

 | 
Bernard Poche

Chapitre II. Construction et trajectoire de l’« âme lyonnaise » : 1860-1910

Texte intégral

1Malgré les amorces que nous avons décelées, nous ne ferons débuter la littérature lyonnaise, c’est-à-dire l’accompagnement des faits locaux et de l’évolution de la société locale par une production continue, qu’en 1860. Ce faisant, remarquons au passage que nous évitons de nous pencher sur des événements auxquels on a donné par la suite un grand retentissement : les révoltes des canuts de 1831 et 1834. Nous ne contestons pas leur importance, toutefois ils se situent sans doute plus dans l’histoire mouvementée de la soierie lyonnaise au XIXe siècle que dans celle du mouvement ouvrier, dénomination ramassée qui ne permet pas d’analyser les conditions particulières. Et force nous est de reconnaître que les émeutes en cause ne suscitent que peu de discours immédiat, qu’elles s’intègrent dans l’histoire au jour le jour. On a vu un exemple de cette assimilation dans Lyon vu de Fourvières ; il faudra attendre 1887 pour voir un roman traiter de cet épisode, sans d’ailleurs soulever de passion particulière, et beaucoup plus tard pour voir un langage symbolique se construire à ce sujet. Il est incontestable que le XIXe siècle s’enracine beaucoup plus dans les événements fondateurs de 1793.

21860-1910. C’est un demi-siècle. Nous ne le traiterons ni exhaustivement ni de façon homogène. Mais entre ces dates, on voit un grand nombre d’ouvrages être publiés, et le travail de reconstitution de ces publications permet d’isoler des regroupements. Il n’est pas possible d’affirmer qu’ils sont significatifs, et encore moins que ces développements thématiques l’étaient, à leur époque : le seul garde-fou que l’on puisse se donner est celui qui consiste à vérifier que les ouvrages dont nous parlerons ne sont pas confidentiels ou récusés. Pour la presque totalité d’entre eux, il s’agit au contraire d’ouvrages qui ont connu une notoriété certaine : ceux d’entre eux dont la mémoire s’est, depuis, effacée, ont été souvent accueillis par des réactions suffisamment vives pour que l’on puisse attribuer cette occultation à un rejet, au moins pour partie.

3Nous avons donc repéré sur cette période deux phénomènes importants et deux phénomènes secondaires.

  • 1 Clair Tisseur est né en 1827 d’un père marchand rouennier, et son grand-père maternel avait été ca (...)
  • 2 Le baron Achille Raverat (1812-1890) a laissé de nombreuses descriptions d’itinéraires dans Lyon e (...)
  • 3 Auguste Bleton, né en 1834, d’abord joaillier (il publia plusieurs ouvrages sous le pseudonyme de (...)
  • 4 Emmanuel Vingtrinier (1849-1931), historien et journaliste, rédacteur en chef de l’Express, publia (...)

4A. Les années 1865-1910 voient surgir une floraison considérable de travaux d’illustration historique ou ethnographique. Cette érudition se veut être une mise en évidence la plus détaillée possible du passé de Lyon dans ces deux domaines. Si la carrière des érudits de l’époque précédente (tel Paul Saint-Olive) s’achève, Clair Tisseur (Nizier du Puitspelu)1, architecte et philologue, publie un nombre important de travaux à la fois sur la dialectologie, la « petite histoire» des quartiers et des monuments et celle des coutumes locales, jetant ainsi un pont vers la littérature populaire ; A. Raverat2 et A. Bleton3 publient leurs descriptions de Lyon et des environs qui font un large appel à la recherche sur archives ou aux travaux de leurs prédécesseurs ; la période se clôt enfin par les ouvrages monumentaux de E. Vingtrinier4, luxueusement illustrés par le graveur Joannès Drevet, qui s’échelonnent de 1900 à 1911.

  • 5 On trouve la bibliographie complète de cette presse dans J. Nicot et al., Bibliographie de la pres (...)

5B. Parallèlement, la littérature populaire et l’exploitation de thèmes populaires dans la production écrite connaissent également un large développement. En 1864-1865 apparaissent simultanément le premier volume d’une édition du Théâtre de Guignol anonyme, mais dont l’auteur, J.B. Onofrio, est bien connu à Lyon ; un Dictionnaire des patois du Lyonnais, Forez et Beaujolais, du même Onofrio ; et enfin une série de journaux hebdomadaires qui utilisent, de façon d’ailleurs ambiguë, le nom et la référence des personnages de Guignol, Gnafron et Madelon5 ; malgré l’époque et contrairement à ce que l’on aurait pu supposer, ce sont plutôt, d’ailleurs, des « journaux à scandale » que des journaux d’opposition politique.

6Par la suite, la littérature de « Guignol » connaît un développement important : plusieurs théâtres fonctionnent et de nombreuses pièces sont éditées jusqu’à l’année 1911 où paraissent en deux volumes les Parodies de Guignol, pastiches des opéras et pièces de théâtre en vogue, qui ont fait l’objet de beaucoup de polémiques, et qui continuent jusque de nos jours de susciter l’ire des guignologistes épris d’authenticité. Mais déjà, en 1910, Tancrède de Visan, qui est à cette époque agrégatif de philosophie à Paris où il suit les leçons de Bergson sous son vrai nom de Laurent Biétrix, fait paraître Le Guignol lyonnais qui est peut être la première « célébration » où l’on déplore la perte de la tradition. En 1912 on allait statufier Mourguet et fonder la « Société des Amis de Guignol ».

7C. La littérature populaire et la littérature d’illustration érudite ne constituent pas deux domaines disjoints : bien qu’elles émanent largement de groupes distincts, elles entretiennent certains rapports. On verra qu’elles tendent l’une et l’autre à définir ce que l’on pourrait appeler une essence, une permanence, ou encore mieux une « âme lyonnaise », c’est-à-dire une expression explicitable de l’identité.

8C’est cependant à la littérature essayiste que revient la tâche de présenter de façon explicite cette âme lyonnaise. En ce sens, elle se situe dans la continuité de la littérature philosophique dont elle revendique souvent l’héritage. L’âme lyonnaise constitue en quelque sorte le point imaginaire de convergence du code lyonnais de cette période, la tentative pour chacun des groupes sociaux en cause de définir leur situation par rapport à leur environnement au moyen du recours à un principe d’identité, qui n’est d’ailleurs pas ethnique, mais de type philosophique et éthique. Cette littérature essayiste est représentée par des écrivains publicistes comme E. Aynard ou J. Godart (qui appartient pour partie à l’époque suivante mais dont la thèse d’économie L’ouvrier en soie est de 1899). Mais il faut en rapprocher la critique littéraire, en particulier J. Troccon (Le Lyonnais littéraire, 2 vol., Lyon, 1899-1911) et P. Mariéton qui consacre un ouvrage aux poètes lyonnais (Joséphin Soulary et la pléiade lyonnaise, Paris 1884). Et il faudrait associer à cette littérature la poésie lyonnaise elle-même, cette poésie spiritualiste abondante qui constitue, selon Troccon, l’essentiel de la production du « Lyonnais littéraire » mais dont le décodage serait une entreprise longue et un peu fastidieuse.

9D. Cependant le roman, qui à cette période est peu développé, vient pour ainsi dire s’inscrire en faux contre cette proposition de situation transactionnelle basée sur la gestion d’un type idéal d’identité. Le roman lyonnais de l’époque 1880-1910 est pour l’essentiel un roman naturaliste, une forte influence post-naturaliste, c’est-à-dire décadente, référant ouvertement à J.K. Huysmans. Ces romans rendent manifeste l’ébranlement interne de la structure sociale, à travers l’impasse où s’enfoncent les protagonistes, mais — et c’est le propre de la position décadente — les situations relatives sont bien verrouillées et la crise apparaît comme sans issue. Le conflit n’apparaîtra au grand jour, là encore, que dans les années 10, et non pas chez ces auteurs mais chez leurs successeurs. La génération née en 1885, qui arrivera jeune et ambitieuse à l’expression littéraire, constatera qu’il faut briser l’obstacle et redéfinir les positions réciproques — ce qui ne pourra pas se produire avant la sinistre parenthèse de la guerre, mais était déjà largement amorcé entre 1911 et 1914.

L’apogée de l’érudition : Lyon tel qu’en lui-même

10Si les années de la Restauration voient se construire parallèlement à la description érudite une flânerie historique, celle-ci va se poursuivre tout au long du siècle, et en même temps s’enrichir d’éléments empruntés à l’histoire des coutumes et de la langue, sans renier la tradition de l’histoire des monuments, jusqu’à constituer un discours d’ensemble de glorification de la ville, à ambition littéraire, sans même parler de l’historiographie d’ensemble qui continue son développement. Les auteurs, quand ils ne sont pas eux-même des érudits comme Tisseur, s’appuyent de façon rigoureuse sur les publications spécialisées, mais leur but est de produire une image globale de Lyon.

11Cette image n’est pas le fruit d’un travail d’historiens ou de spécialistes de l’urbanisme monumental ; c’est une production du contexte dans son ensemble, où les personnages ont autant d’importance que le décor. A cet égard, c’est, plus qu’un travail de reconstitution archéologique ou de nostalgie (ces deux tendances apparaissent à la fin de l’époque et seront surtout marquées dans la période des années 20), une tentative de figer le temps comme si la justification d’une intelligibilité propre à Lyon nécessitait l’établissement d’une image de grandeur permanente. Cette grandeur, cette légitimité absolue de Lyon peut cependant être recherchée dans deux directions bien distinctes. Les évocateurs du Lyon populaire et ceux du Lyon « noble » ne parlent pas le même langage, du moins en apparence : cependant leurs images s’imbriquent, pourrait-on dire, l’une dans l’autre ; chacune d’entre elles possède sa propre progressivité, sa propre « évolution » comme matériau de langage. Nous allons donc les évoquer successivement, sachant que dans l’histoire des publications elles se construisent en parallèle.

L’investigation d’histoire sociale et de dialectologie. L’œuvre de Nizier du Puitspelu

  • 6 Clair Tisseur a écrit sous divers pseudonymes, ne signant de son nom, comme œuvre importante, que (...)

12L’œuvre de Clair Tisseur, plus connu sous son pseudonyme de Nizier du Puitspelu6 est l’archétype absolu de cette investigation que l’on pourrait presque appeler de l’ethnographie avant la lettre ou de la dialectologie spontanée. Si la notoriété qui lui est attachée n’est pas sans éléments douteux, qui en fait l’ancêtre de la « lyonnaiserie », Clair Tisseur, « amateur » mais esprit cultivé, chercheur consciencieux, et bon théoricien dans les domaines qui lui paraissent le nécessiter, est un esprit scientifique ; il n’était pas loin de considérer le Littré de la Grand’Côte, souvent réédité et qu’on accroche à son nom en oubliant tout le reste, comme un recueil de bons mots. Ses principaux ouvrages, tous publiés vers la fin de sa vie, sont tout autre chose que du folklore, et ses épigones et successeurs, réduisant le sens de son œuvre à un culte passéiste des coutumes lyonnaises, en ont largement faussé le sens.

13Si on laisse de côté d’innombrables articles et essais, dont beaucoup ont été repris dans ses livres, on peut dire que l’essentiel du travail de Puitspelu s’organise en deux domaines : la philologie et la linguistique locales ; l’histoire sociale populaire et l’ethnographie du XIXe siècle.

  • 7 « Bien convient-il de ne pas dire les autres couplets... » (Vieilleries) « Sa journée n’est pas po (...)

14Si Clair Tisseur s’est voulu en effet écrivain, et a vanté la qualité de la bonne langue lyonnaise, ceci n’est pas sans faire paradoxe. Les auteurs qui ont revendiqué Puitspelu comme leur ancêtre sont tous ou presque des écrivains populaires ou folkloristes. Or lorsque Puitspelu écrit, il n’utilise pas la langue du Littré de la Grand’Côte mais un français extrêmement châtié, dans lequel les localismes de style, souvent difficiles à repérer7, sont tout au plus un agrément supplémentaire, mais au sens où Malherbe invoquait le parler des « crocheteurs du Port au foin ». Puitspelu ironise souvent sur l’enflure du style romantique, celui des années de son enfance ; et il est clair que son but est de proposer un nouveau classicisme lyonnais, fondé sur l’usage — le « bon usage » — des groupes sociaux dans lesquels il se reconnaît ; c’est à fonder la légitimité de ce classicisme que tend son travail. C’est pour cela que nous le rangeons parmi les érudits, ce que d’ailleurs la qualité de son travail justifie amplement.

• Nizier du Puitspelu philologue : des patois ruraux au Littré de la Grand’Côte

15On a vu que L.-E. Blanc avait utilisé dans ses chansons et écrits satiriques le langage lyonnais, le « parler canut ». Pour autant, il n’a pas de discours propre sur ce langage : aucun écrit didactique ne semble exister avant le dernier tiers du siècle sur les langues locales lyonnaises. Puitspelu, dans ses écrits, va pour la première fois tenter de fonder l’existence d’une langue originale.

16Sa démarche mérite cependant d’être précisée. Non seulement il n’est pas un écrivain folklorisant, mais il n’est même pas comparable aux félibres, ses contemporains. Il est significatif que Tisseur, qui a tant écrit, n’ait pratiquement rien écrit en dialecte lyonnais, à part, bien entendu, les exemples de ses dictionnaires. A telle enseigne qu’ayant d’abord commencé par un dictionnaire étymologique du patois des campagnes des environs de Lyon, c’est-à-dire essentiellement des monts du Lyonnais, à l’ouest de la ville, qu’avaient précédé des opuscules sur des questions de philologie, ce n’est qu’en 1894 soit un an avant sa mort, qu’il publie le Littré de la Grand’Côte. Et lui-même, dans son avant-propos, considère cet ouvrage comme « un recueil de mots et de plaisanteries populaires » et non pas, semble-t-il, à la différence de ceux qui se réclameront de lui, comme la norme d’une langue pouvant être utilisée à toutes fins, et en particulier écrite.

17La langue de Puitspelu, l’utilisation qu’il en fait, n’a donc que fort peu en commun avec celle du théâtre de Guignol. Il est d’ailleurs à remarquer que dans le Littré de la Grand’Côte, Puitspelu utilise très peu d’exemples tirés du théâtre de Guignol, édité cependant depuis plus de vingt ans. Son principal auteur de référence, c’est Louis-Etienne Blanc ; mais les références livresques, en fait, sont rares. Le souci de Puitspelu est de laisser le témoignage d’une langue parlée, langue populaire, mais dont il se réserve la définition car il est capable de la pratiquer.

18La succession des deux lexiques n’est point surprenante. Cette langue parlée est en échange avec les patois ruraux voisins. Une synthèse glanée au milieu des exemples du Littré ferait apparaître sans peine ce que dit E. Vial dans la préface de la troisième édition des Vieilleries lyonnaises : « L’ancien lyonnais, demeuré la langue du peuple, fut désormais qualifié dédaigneusement de ’patois’. Il disparut peu à peu dans la ville, très lentement : aux alentours de 1820 un bourgeois aisé eût été fort embarrassé, s’il ne l’eût pas au moins compris, lorsqu’il allait, aux portes de Lyon, visiter sa campagne et faire ses comptes avec son granger ou son vigneron ».

19Cette source rurale, ainsi que le vocabulaire des métiers dont cependant il n’abuse pas, est pour lui l’origine de la langue locale lyonnaise, indépendamment d’un « usage recomposé » pour le spectacle, qu’il laisse de côté, et pour la polémique, qu’il rejette. Manifestement pour Puitspelu la langue de Guignol est une langue artificielle et « vulgaire », telle, pour Paris, celle de Zola qui est sa bête noire.

  • 8 Sensible par exemple pour parler des bonnes, « poches-grasses » (cuisinières) et autres domestique (...)

20La situation dans laquelle il se place, celle donc qu’il définit implicitement par son évocation de la langue, est celle d’un lettré, capable d’expliquer la formation de la langue populaire, capable de la parler et mettant volontiers en scène des situations imaginaires de dialogue où lui-même (les exemples du Littré utilisent très souvent le « je ») s’exprimerait ainsi ; connaissant et sachant utiliser le patois des villages voisins, et écrivant ce que nous appellerions de nos jours un français régional — il vaudrait mieux d’ailleurs dire un français local. Il serait cependant possible de relever dans ce corpus d’expressions populaires les minuscules « dérapages » qui dénotent, par le recul presque instinctif que prend l’auteur, la distance sociale qu’il marque8. Le fait de proposer un continuum des usages sociaux de langues qui se décalent les unes des autres ne correspond nullement à une identification des groupes les uns aux autres.

• Puitspelu historien et descripteur de Lyon. Les coutumes lyonnaises et leur espace

  • 9 On appelait ainsi des bateaux servant à passer la Saône, puis quand un nombre suffisant de ponts e (...)

21Trois ouvrages principaux, le dernier posthume, ont été consacrés par Puitspelu aux coutumes lyonnaises (Les oisivetés du Sieur de Puitspelu, lyonnais. Les vieilleries lyonnaises, Coupons d’un atelier lyonnais). Ils se situent en réalité aux confins de l’érudition et de la chronique : Puitspelu y utilise beaucoup plus ses souvenirs personnels qu’il ne recourt à des « sources » constituées. Ses descriptions des joutes, des vogues, des jeux des enfants, des enseignes, des arènes de lutte, des « bêches »9 sont de bonne ethnologie, quoique la langue n’en soit pas scientifique ; mais la description, à tout le moins, est précise et documentée. L’histoire du Collège, des marchés, le relevé d’un acte d’émancipation à Lyon au XVIIIe siècle sont le fruit de travaux sur les sources originales d’archives.

  • 10 Sur les lutteurs on se reportera aux Vieilleries : « Monsieur le Petit Blanchard fut plus qu’un at (...)

22Dans ces textes, écrits vers 1860-70 et édités entre 1875 et 1895, les scènes qui sont décrites correspondent à un état des coutumes lyonnaises qui s’échelonnent entre la période romantique, dont Tisseur moque les embellissements de la réalité et le style ampoulé, et l’époque actuelle, marquée par les chemins de fer, les tramways. Ce n’est donc pas « a priori » l’éloge du passé indéfiniment reculé. Déjà le XVIIIe siècle parait loin dans le temps, avec les personnages des Noëls et des crèches ; plusieurs décennies nous séparent de Boitel. Mais ce n’est pas là ce qui nous importe. Puitspelu, en effet, ne réfère pas à des mythes anciens ; il est, à tout prendre, dans ces textes d’ethnographie littéraire comme dans sa philologie, fort prosaïque. Il « croque » des types plus qu’il ne les crée, et ce sont des types populaires : le lutteur, les jouteurs, les « modères »10 correspondent à une activité, ou à un divertissement, non à des archétypes culturels. Lorsqu’il insiste sur l’ancienneté d’une coutume ou d’une activité — ou d’un mot — il en donne une explication rationnelle, et non pas reliée à une permanence culturelle ou morale. La seule permanence qu’il admet, c’est celle de la vertu, qu’il oppose aux façons actuelles de vivre ; mais il n’en fait pas une caractéristique lyonnaise, et ne parle pas de façon explicite de décadence. Le Lyon que décrit Puitspelu correspond à un équilibre qui est un équilibre local : lorsque l’équilibre disparaît, c’est en raison de l’influence extérieure perverse, et il faut citer en vrac : l’argot parisien, les cafés-concerts, le catholicisme moderne. Ce qui est en cause n’est pas, semble-t-il, un fixisme de la société locale, mais sa possibilité de maîtriser son interaction avec l’environnement extérieur ; l’agression par le gouvernement de la Convention est l’exemple paradigmatique du XIXe siècle.

  • 11 Du défilé de vogue à Lyon, les « promenades des vogueurs » de la vogue des Choux, vogue de Perruch (...)

23Aussi les thématiques sont-elles simples. Nous avons parlé des jeux, des vogues avec une référence rurale assez présente11 dans l’ethnographie de la vie quotidienne, bien qu’elle soit profondément citadine ; le monde que reconstruit Puitspelu est celui des groupes sociaux urbains qui sont en interaction marginale avec la campagne, sur un mode d’échange réciproque, bien différent de celui des propriétaires de « châteaux ».

  • 12 Qui avait construit le pont de ce nom et obtenu la concession de la première urbanisation des Brot (...)

24La description de la ville est précise, mais reste strictement fonctionnelle. A l’inverse de ce que nous verrons avec Vingtrinier, Tisseur bien qu’architecte, bien que son grand-père ait été caissier de la Compagnie Morand12, ne se préoccupe guère de décrire le paysage urbain, sauf à propos de la Saône, qui est vraiment pour lui le centre de Lyon, de l’histoire des marchés et des foires, ou encore dans la partie de souvenirs personnels — de chroniques — que recèlent les Oisivetés, Mais c’est peu de choses : l’espace n’a aucune valeur symbolique, et n’a que très peu de fonction métaphorique. Puitspelu se contente de retracer la construction sociale de l’espace qui résulte du jeu des « mini-groupes » sociaux — qui sont plutôt des groupements que des groupes — en question. Le groupe, quant à lui, c’est-à-dire l’ensemble qui se construit autour de la reconnaissance, de l’attribution de sens à ces divers éléments du fonctionnement de la socialité lyonnaise, « prend acte » de ces divers espaces et s’y déploie. S’il y a une identification, elle atteint à peine à la métonymie de contenant. Pour Puitspelu, c’est le jeu social qui est premier, et non les traces qu’il laisse derrière lui ou le cadre qu’il se constituerait : l’élément de pérennité ou de récurrence est d’ordre langagier, non de celui de la symbolique de l’espace.

• Du langage au groupe. La « bourgeoisie marchande » et son évolution

  • 13 « Nous avions en rue Neyret, voilà plus de cinquante ans, le père Burland, un bon « bargeois », en (...)

25Mais ce groupe, quel est-il ? Malgré les quelques citations que contient le Littré et qui réfèrent à la « canuserie », à l’art de la soie, la structuration autour de cette activité n’est rien moins qu’évidente, L’évocation du canut lui-même correspond plus au type humain qu’à un personnage qui jouerait un rôle social majeur et les problèmes de hiérarchie fonctionnelle (le fabricant, le maître-ouvrier, le compagnon) sont traités de façon allusive. Visiblement le seul dont la description soit faite de plain-pied est le canut-artisan, propriétaire — le « bourgeois »13. Les apprentis ou compagnons sont vus à la lumière de cette condition, qu’ils ne pourront manquer de rejoindre tôt ou tard.

  • 14 Ce conservatisme qui se manifeste par un certain culte pour les mœurs patriarcales du vieux canut (...)

26Le groupe social qui est principalement mis en scène est proche de cette « bourgeoisie marchande » que nous avons trouvée chez Boitel, rue Mercière. Cela correspond, outre l’élément biographique, à l’évocation permanente du contact direct, presque en continuité avec les groupes populaires, et de la relation de proximité avec les paysans des campagnes avoisinantes. La situation que définit l’œuvre de Tisseur ne fonde pas son intelligibilité sur la mise en avant d’une ambition culturelle, ni sur la domination d’un processus économique, mais sur le rôle continu d’une population de marchands et de petits propriétaires, dont il établit la place spécifique par son rôle de prééminence par rapport aux catégories populaires, dont elle constitue le « sommet » fonctionnel. Puitspelu, paradoxalement si l’on pense à son utilisation postérieure, décrit peu Lyon et ne lui attribue aucune spécificité particulière ; de plus, s’il est conservateur14, il n’est pas passéiste : son retrait sensible par rapport aux questions religieuses, son peu de complaisance pour le régime de Napoléon III, le rapprocheraient du langage « républicain » qui était celui de Boitel comme de L.E. Blanc. Et ceux que l’on appelle les « aristocrates », la bourgeoisie foncière, n’apparaissent que rarement dans ces textes — souvent avec un détachement qui confine à l’ironie. Les groupes se côtoient, se connaissent, mais les systèmes de reconnaissance interne sont bien différents.

27En définitive, la représentation globale de Lyon que l’on trouve dans l’œuvre de Puitspelu relève plus de l’immanence sociale attachée à la fonction de la bourgeoisie marchande que d’une permanence historique. La lourdeur dont se gaussait à son sujet l’ouvrage de Boitel s’atténue sensiblement lorsque le point de perspective est placé en son sein. Certes, la plaisanterie « grasse » reste un mode d’expression, et Puitspelu l’utilise avec la demi-gêne de celui qui a trop vécu cet univers langagier pour vraiment le renier. Mais si par là les membres de ce groupe manifestent leur position d’interaction avec les groupes populaires, que cependant, quoi qu’il en ait, Puitspelu ne peut nous montrer de l’intérieur, ils n’en ont pas moins une bonne culture classique acquise dans les collèges et leur position sociale joue en permanence sur les deux registres.

28Cette relation d’immanence s’étend, comme on l’a dit, à la campagne environnante. En revanche, le « monde lyonnais » est tellement à parité avec tout autre monde urbain, et en particulier Paris, que les relations sont faibles : a fortiori n’y a-t-il aucune représentation de subordination, aucune définition de la situation comme provinciale : ce discours n’apparaîtra guère avant 1930-1940. Sociologiquement parlant, le Lyon marchand est une ville libre, c’est en cela que nous sommes encore proche du XVIIIe siècle et loin de la « modernité ».

***

29Si nous avons beaucoup insisté sur Nizier du Puitspelu, c’est que son œuvre constitue en quelque sorte une représentation charnière. Puitspelu, persuadé (en apparence) de la nécessité interne des systèmes de comportement de la bourgeoisie marchande cultivée, dont, lettré et architecte, il est l’implicite porte-parole, ne produit pas de code ni de mythes sur l’âme lyonnaise : ancien collaborateur des chantiers de la rue Impériale, républicain, il est même dans une certaine mesure un progressiste, héritier de Castellan, de Boitel et de L. E. Blanc, non de Ballanche.

  • 15 Cf. l’article « Guignol » dans le Littré : « Le théâtre et le personnage et ses principaux interpr (...)

30Peu concerné par « les affaires », il ne traduit pas, même dans ses emprunts à la technologie et à l’organisation professionnelle, les ruptures du dernier quart du siècle. Il cite fort peu, et lorsqu’il parle de ses souvenirs, ne les renvoie pas à un passé à jamais aboli : en ce sens, ce n’est pas « la manière » qui l’intéresse, mais le sujet ; il n’est pas juqu’à la distance qu’il prend avec Guignol qui ne soit significative : il est probable, et il le laisse entendre d’ailleurs, qu’il devait considérer le théâtre de marionnettes comme un aspect banal et quotidien de la représentation et de la vie de la cité lyonnaise, dont il n’était pas besoin de faire tant de bruit15, ce bruit tombant souvent dans la redondance vulgaire et à tout prendre inutile.

31Il représente donc bien l’extrême aboutissement d’un groupe social en train de disparaître comme tel. Mais lorsqu’il meurt, en 1895, la littérature populaire, dont nous parlerons plus loin, est en pleine production. On ne peut supposer qu’il l’a jugée comme un détournement : d’ailleurs une grande partie des auteurs sont réunis au sein de cette « Académie du Gourguillon » qu’il avait fondée ou plutôt déclaré fondée, lui-même en étant le président, le secrétaire perpétuel et le seul membre — comme un « canular », aurait-on dit quelques années plus tard — en 1879.

32Il devait d’ailleurs donner, pour accompagner une des rares publications de cette Académie, un lexique de quelques pages, travail manifestement de complaisance. Mais la publication en 1894 du Littré, dont nous avons vu les positions, comme son retrait de toute position de chef d’école, semble montrer qu’il n’y attachait pas une importance majeure.

33Tisseur n’a donc pas été un élaborateur de mythes, et son analyse photographique est bien loin des à-peu-près qui constitueront le langage de ses descendants, les éléments d’une représentation du stéréotype populaire qui seront pourtant appuyés sur son autorité. A ce titre ses écrits entrent, plus peut-être par la référence symbolique qu’ils permettent que par le matériau sémantique au sens strict, dans le processus d’élaboration d’une image absolue de Lyon, qui comprend comme un de ses éléments le « Lyon populaire vertueux ».

34Mais il y aurait contre-sens à parler à son sujet d’exaltation de la tradition ; peut-être a-t-il été victime de sa longévité. En 1895, les « immanences sociétales » des années du Second Empire peuvent difficilement être perçues comme telles ; et compte tenu des stratégies des membres plus jeunes de ce groupe, le pas devrait inévitablement être franchi. C’est que la lecture ethnographique de Puitspelu cesse d’être marginale : dans les années 1880-1900 la bourgeoisie marchande sort de l’obscurité et du dédain dans lesquels la cantonnait la lutte, pour la prééminence, des deux autres groupes sociaux situés par Boitel : la bourgeoisie d’affaires a en grande partie fusionné avec l’ancienne aristocratie et les stratégies vont, jusqu’à la guerre, s’exprimer tout autrement.

La construction du décor lyonnais. E. Vingtrinier

35Si Puitspelu, dans sa description des « mentalités » lyonnaises, ne fait appel aux éléments de la morphologie urbaine que de façon allusive, en revanche avec Emmanuel Vingtrinier et Auguste Bleton la définition de la situation s’accompagne de la construction d’une image formelle et même monumentale. On reprend donc avec ces auteurs, de façon beaucoup plus développée, la problématique de la description du lieu. Mais, à la différence par exemple des romanciers, leurs contemporains, cette description n’est pas un « paysage » subjectif destiné à l’accompagnement de l’action : elle est la construction organisée d’une logique sociale de l’espace, d’un genius loci — c’est en cela qu’elle se distingue de la simple érudition savante, et qu’elle recourt à l’historiographie.

36Auguste Bleton a laissé une production importante (A travers Lyon, 1887, Le Lyon pittoresque, 1896, entre autres). Les deux auteurs sont d’une importance similaire. Mais pour alléger l’exposé nous ne parlerons ici que d’Emmanuel Vingtrinier qui est le plus connu et le plus représentatif. Sa trilogie, La Vie lyonnaise, autrefois, aujourd’hui (1898), Le Lyon de nos pères (1901), Vieilles pierres lyonnaises (1911), constiue la référence absolue en matière de représentation de l’espace lyonnais avant 1914, en particulier les deux derniers ouvrages.

37Le Lyon de nos pères utilise le procédé de la description par un voyageur imaginaire traversant Lyon en 1643. Le point de perspective choisi situe l’univers lyonnais au début d’une époque apparemment peu riche en événements, l’époque classique. Cette date permet, par un procédé narratif habile, d’évoquer en perspective arrière les visites successives des rois de France, des guerres d’Italie à la jeunesse de Louis XIV, et les reconstructions et embellissements qui marquent la fin des guerres de religion ; et dans le sens chronologique habituel, d’évoquer, comme l’avenir des quartiers et des monuments qui sont décrits, un siècle et demi de destinée sereine jusqu’à la Révolution.

38L’accent est mis sur l’histoire monumentale. C’est la loi du genre. La convention ici retenue permet de faire se dérouler une fresque vivante, d’une part des personnages célèbres qui ont honoré Lyon de leur visite — on a parlé plus haut des rois de France, il faudrait citer les papes, les grands personnages religieux, les dignitaires étrangers — et d’autre part des grandes familles nobles (ou, moins souvent, bourgeoises) qui ont fondé les églises ou couvents, les ont gratifiés de chapelles ou d’œuvres d’art, ou encore dont les membres en ont été dignitaires. C’est l’occasion d’évoquer longuement la cité ecclésiastique de Saint-Jean, l’abbaye d’Ainay et celle des Dames de Saint-Pierre, qui sont, en face de Saint-Nizier, l’église des échevins, « berceau des libertés municipales, cathédrale civile rivale de la cathédrale ecclésiastique », les trois grands pôles des seigneuries religieuses héritières du Moyen-Age ; mais aussi l’église reconstruite par « les barons de Saint-Just » après la destruction de la collégiale gothique (par le baron des Adrets), l’Académie d’équitation destinée à l’éducation des jeunes gentilhommes et ses localisations successives, et les grands hôtels nobles qui se constituent progressivement autour de Bellecour, la commanderie de Saint-Georges siège de la branche d’Auvergne de l’Ordre de Malte, etc.

39On a donc affaire à une vision non seulement élitaire, mais aristocratique de la ville. Le « Lyon de nos pères » n’est que faiblement représenté comme un centre de production économique, ou même de commerce ; c’est en revanche un microcosme où se trouvent rassemblés les éléments constitutifs d’une société harmonieuse. Vingtrinier cite dans les premières pages de son œuvre le tableau que brosse de Lyon le voyageur allemand Zinzeling, au début du XVIIe siècle :

« On trouve, au milieu de ses immenses murailles la montagne et la plaine, la terre et l’eau, des parties couvertes d’édifices (...) des jardins, des vignobles, des prairies. On est également charmé, soit que d’en bas on regarde la ville haute, soit que d’en haut on promène ses yeux sur la cité inférieure, sans pouvoir les rassasier (...) La Saône apporte aux Lyonnais le froment, le vin, le charbon, et bien d’autres denrées. Le Rhône leur fournit d’actives communications avec l’Italie, l’Espagne, l’Afrique, le Levant et l’Occident ».

40C’est, d’autre part, un lieu central sur lequel viennent se nouer tous les courants de la notabilité culturelle et religieuse et tous les circuits du pouvoir politique. A une époque où celui-ci est affaire de famille, non d’élection, et où la notion de ville capitale n’est nullement claire, la ville, par ces visites, par les familles qui sont à même d’accueillir les détenteurs des hautes dignités, se trouve insérée dans le circuit de la légitimité royale et religieuse. Les Lyonnais se souviennent des séjours que les Valois ont fait chez eux et des avantages qu’ils en ont retirés, tels que l’installation dans la ville des banquiers et des imprimeurs. L’important est maintenant de montrer qu’il ne s’agissait pas d’un accident de l’histoire, et que Lyon est une « ville noble ». Et la preuve, comme la trace, de cette noblesse, c’est l’accumulation des monuments, églises, couvents, hôtels. L’auteur revient sur les descriptions, avec une insistance qui finit par donner l’impression d’un foisonnement grandiose.

41En revanche, si les échevins ou grandes familles bourgeoises sont cités avec honneur, le noyau de la ville des marchands (le quartier Saint-Nizier) est peint sous des couleurs plus ternes, et les faubourgs (tels Vaise, la Croix-Rousse et la Guillotière) lorsqu’ils ne sont pas réduits à leur seule fonction d’hôtellerie aux portes de la cité, sont décrits en termes de dépréciation, comme les quartiers populaires intra muros.

42De même, lorsque, dans La Vie lyonnaise, Vingtrinier évoque le Lyon populaire de la fin du XIXe siècle, ce n’est évidemment pas avec la plume de Nizier de Puitspelu : la distanciation qu’il prend n’est pas du même ordre, témoin cette scène de sortie du théâtre :

  • 16 L’avenue de Noailles, actuelle avenue Foch, mène au Parc de la Tête d’Or, et joue à l’époque le mê (...)

« Cocher, êtes-vous libre ? Mesdames, voulez-vous monter ? — Il y a, même la nuit, des voitures propres et des cochers prévenants. Puis, la perspective d’un bon pourboire lorsqu’on leur glisse : avenue de Noailles ou place Bellecour » (ce sont les deux quartiers aristocratiques de l’époque)16.

43que l’on mettra en contraste avec cette scène du retour au domicile des bons marchands, bien plus tôt dans la soirée :

  • 17 A cette époque, un appartement ou un hôtel de la « société » ne se concevait pas sans la chambre d (...)

« As-tu les clefs, Vincent ? Tu as le passe-partout ? — Dans un quart d’heure, tout ce monde de petits commerçants paisibles aura regagné son entresol ou son quatrième étage et se sera plongé avec délices dans les profondeurs du grand lit à deux17, et, la cruche d’eau chaude aux pieds, le moelleux édredon remonté jusqu’aux yeux, reprendra la suite interrompue du bon sommeil commencé sur le comptoir ».

  • 18 Et pas non plus, comme un anachronisme de pensée aurait pu nous le faire supposer, à la Renaissanc (...)
  • 19 Cf. « Les impressions d’un petit gone » in Puitspelu, Oisivetés. Cet apprentissage avait été précé (...)
  • 20 « Heureusement, pour les amateurs de couleur locale, il reste encore un petit coin, à Saint-George (...)

44On est à cent lieues des évocations de Tisseur, dont l’écart par rapport aux groupes sociaux populaires est d’un tout autre ordre. C’est une situation de gestionnaire de droit divin que suggère Vingtrinier par rapport à la ville, aussi n’est-ce nullement par hasard que l’auteur situe le point de départ, la situation sinon originaire, du moins archétypique, du « Lyon de nos pères » au début du règne de Louis XIV, et non, comme Puitspelu, au début du XIXe siècle18. C’est à cette époque que se fonde l’« aristocratie de Bellecour », cette « noblesse bellecourienne » que moquait gentiment l’ouvrage de Boitel. Il apparaît que c’est à son niveau, ou plutôt à celui de ses successeurs légitimes, que Vingtrinier place son point de perspective, c’est-à-dire dans le groupe qui n’a pas — ou n’a plus — à la différence de la bourgeoisie marchande de Tisseur, de rapport d’interaction direct avec les groupes populaires. Ce groupe est d’ailleurs maintenant largement constitué (on le verra « en clair » avec le roman) par la bourgeoisie d’affaires qui, tout au long du XIXe siècle, a acheté des terres et fait construire des hôtels ou des immeubles « nobles » à Ainay, prolongeant Bellecour vers le Confluent. Si le fils de marchand lettré, héros exemplaire de Tisseur, rappelle sa « formation sur le tas », son apprentissage de canut chez le père Gaudin19 et échange avec le popolo minute de grasses plaisanteries, le grand bourgeois fin-de-siècle se penche avec une complaisance un peu lointaine sur le grouillement de la vie lyonnaise, dans lequel il ne voit guère que confusion. La prospérité de la Fabrique a attiré une population nouvelle tellement nombreuse qu’on est obligé d’en tenir compte ; aussi par contraste récupère-t-on un peu de la « couleur locale » de cette vieille population lyonnaise, si pittoresque20.

45La métaphore spatiale est donc doublement chargée de sens. La ségrégation de ce groupe dans des quartiers désignés par l’histoire est le signe de sa « noblesse » propre ; la lisibilité de la structure spatiale de Lyon dans son ensemble symbolise l’inscription de la différenciation sociale dans la relation d’objet, dans l’organisation matérielle de la société.

  • 21 Soixante au moins des illustrations de ses ouvrages portent la mention : « démoli en... » avec une (...)

46Mais, si sur le premier point la définition est claire, sur le second elle se trouve constamment croisée par des images de mort, comme si cette « haute bourgeoisie », nouvelle aristocratie de Lyon, ne pouvait évoquer les fastes, ou du moins la grandeur du Lyon de nos Pères, qui fonde, en socialité, l’existence possible du groupe, que sous les espèces de sa destruction. Les illustrations, qui allient le naturalisme des eaux fortes et dessins de Joannès Drevet à la réutilisation romantisée des gravures du XVIIe siècle (I. Silvestre) ou de la Restauration (Leymarie), abondent en images d’édifices signalés comme récemment démolis, voire en scènes de démolition21. Cette image de la ruine, de la destruction vient s’incorporer, comme un contre-chant décadent, à l’évocation ornée ou pompeuse des fastes de l’époque classique. Ce n’est pas la disparition d’une « tradition » sociale, ni même d’un humanisme, que déplore Vingtrinier ; son discours est un discours de mort, la mort inexplicable d’un monde abattu « en pleine paix, (par) des régimes soi-disants conservateurs ». Un comble, en effet, mais le siècle n’a-t-il pas été marqué par la mort ?

« Vint la Révolution. Les maux inouis dont elle accabla les Lyonnais marquèrent toute la race d’une empreinte profonde. Combien peu de familles qui, de près ou de loin, n’eussent cruellement souffert des horreurs du siège et des atrocités de la Terreur ! La solidarité du malheur fit naître une sorte d’esprit public favorable aux vaincus (...) Dès lors, l’âme lyonnaise parut voilée de deuil. Son mysticisme, exalté par la douleur, façonna de nobles génies, dont les œuvres furent comme d’éloquents échos de la plainte humaine, en même temps que des aspirations hardies vers l’inaccessible idéal » (E. Vingtrinier, Vieilles pierres lyonnaises — souligné par nous).

47On aura noté que toute cette phrase est au passé ; elle s’installe dans le compte rendu d’une mort. Elle donne, pour nous, la clé de ces étranges tableaux, de ces appareils démonstratifs qu’au premier abord on serait tenté de situer dans la ligne d’une protestation à peine passéiste pour la restauration des monuments anciens, le maintien du patrimoine comme on dirait de nos jours, quelque part entre Viollet-le-Duc et les éco-musées. Et certes, H. Béraud aura, dans sa jeunesse, le même cri ; on démolissait beaucoup à Lyon entre 1890 et 1914. Mais ne simplifions pas. On retrouve, dans cette complaisance à mettre en scène la mort du passé dans des ouvrages si coûteux qu’ils ne pouvaient être achetés que par ceux qui profitaient largement du présent, l’écho du décadentisme que nous trouverons dans les romans du temps. Produire parmi les ruines le décor imaginaire dans lequel erre l’âme lyonnaise, c’est moins tenter d’arrêter l’histoire que reconnaître que quelque part les stratégies de reconnaissance ont changé, et que cette génération passera sans pouvoir trouver le langage qui lui permettrait de reconstruire l’objet dont elle a tenté de vivre.

***

48L’analyse de ces deux systèmes de description et d’évocation fait apparaître deux définitions bien différentes de la situation lyonnaise, mais toutes les deux ont ceci de commun qu’elles utilisent la relation à l’espace comme relation d’objet pour coder la logique de la situation en cause.

49La description linguistique et coutumière de Lyon ne peut certes pas être qualifiée de lecture symbolique de l’espace. Mais elle n’en établit pas moins une série de relations d’équivalence entre des dénominations de lieux, un réseau toponymique, si ténu soit-il, une série d’objets de la vie quotidienne, et le groupe qui est dépeint à travers la maîtrise qu’il a de ses rapports, la pratique légitime de leur connaissance. Si la grille spatiale n’est pas systématique, c’est qu’elle est pour l’instant encore immanente au fonctionnement de ce groupe que nous avons appelé bourgeoisie marchande. Mais le fait même que tout cela soit nommé par un membre du groupe qui se donne comme un lettré et écrit pour ses pairs laisse supposer que le passage à la réutilisation symbolique est possible. Pour le moment, la description correspond au seul rapport de ce groupe avec les groupes populaires tels qu’il les représente dans la première moitié du siècle ; artisans, canuts, métiers urbains divers, et paysans des environs constituent son vis-à-vis dans l’interaction, la grande bourgeoisie ne jouant guère de rôle.

50Pour cette dernière, en revanche, le passage à la représentation symbolique de l’espace est déjà opéré. L’érudition historique permet, en développant le discours précédemment constitué à la fois dans le sens de la description monumentale et dans celui de l’identification du processus social à l’édifice, de proposer une vision de la permanence des groupes sociaux qui se sont constitués autour des schémas de régulation datant d’avant la Révolution. Le cadre monumental de Lyon constitue un vaste système de légitimation.

51Mais par ailleurs, cette représentation est produite par un groupe qui est à la fois conscient que sa représentation propre implique sa prééminence et que sa définition actuelle ne comporte pas de place fonctionnelle. Héritier de l’aristocratie d’Ancien Régime, il vit de la rente foncière et immobilière, mais dans un système social où cela ne confère plus de statut d’interaction particulier. Les charges royales ont disparu depuis la Révolution, cette Révolution dont ce groupe a intériorisé le choc comme s’il s’était étendu à l’ensemble du système social local.

52Ses membres semblent donc investir, en même temps que les signes de leur légitimité, les signes de la ruine. Ces vieilles pierres sont les témoins du passé du groupe, témoignage qu’il faut sauver pour maintenir leur droit à dire le sens du monde local. On voit que nous sommes bien au cœur d’une problématique du compte-rendu : l’érudition savante proclame que le décor lyonnais est intelligible, à la condition toutefois qu’il soit l’objet d’un discours construit et légitimé. Le livre, l’appareil luxueux dont il s’entoure, le bulletin de souscription qui le prépare, autant de moyens de dire que le véritable problème n’est pas tant de parler de Lyon que de « dire le droit » d’en parler. Parler du livre, c’est affirmer la prééminence du compte rendu sur l’objet « représenté ».

53Malgré leur faible importance en nombre, les romans de cette époque, qui émanent du même groupe, vont nous livrer un sens très voisin et de façon explicite.

Le roman et l’essai : l’impasse spiritualiste, la tentation du rationnel

Les romans lyonnais de la « décadence »

54Le destin du roman à Lyon entre 1890 et 1910 est déjà, à lui seul, une problématique. Une conspiration du silence semble l’avoir entouré. Il faut lire littéralement entre les lignes le travail, pourtant plein par ailleurs d’informations peu connues, de Jules Troccon, L'Ame lyonnaise (ca. 1930) pour découvrir des traces de l’œuvre de H. d’Hennezel et de J. Esquirol. La bibliographie d’A. Billy, ce fureteur qui avait été initié à Lyon par H. Béraud et qui, lors de son « repli » en zone libre, écrit coup sur coup plusieurs livres « dans le goût lyonnais » révèle un J.K. Huysmans et ses amis lyonnais qui ouvre la porte aux recherches. Constituée d’un « montage » très vivant d’entretiens avec le poète Louis Pize, avec d’Hennezel et avec le frère d’Esquirol ainsi que d’extraits d’un ouvrage autobiographique de ce dernier (Epreuves... d’imprimerie), cette plaquette reconstitue le contexte et permet de décoder quelque peu la situation. Si ces ouvrages ont physiquement disparu, c’est peut-être au moins en partie, parce que, tel La Seconde Faute, le premier roman de d’Hennezel, ils ont « causé de l’excitation à Lyon »...

55Le diable est alors de découvrir les livres. Inconnus à Lyon, ils dorment au fond des rayons de la Bibliothèque Nationale... Ouvrages de médiocre intérêt, dira-t-on, mal écrits sans doute. Certes nous ne prétendons pas révéler ici le chef-d’œuvre inconnu. Mais l’accueil de Huysmans, qui encourage fortement H. d’Hennezel et A. Berthet (c’est le nom que dissimule le pseudonyme de J. Esquirol), si l’on en croit A. Billy, devrait déjà inciter à la prudence. La comparaison avec le flot romanesque de l’entre-deux-guerres, que nous retrouverons plus loin, fera le reste. Ces romans sont des œuvres mineures, et leur écriture est celle de leur temps : et pourtant, tels quels, ils sont des témoignages d’une valeur majeure. Et ne cite-t-on pas toujours M. Barrés, voire M. Prévost ou H. Bordeaux ?

  • 22 La suite du Menteur, 1643.

56Ces romans émergent presque ex nihilo dans le monde lyonnais. Nous n’avons pas évoqué l’existence de romans avant 1865 : il n’en existe pratiquement pas jusqu’en 1880. Puitspelu, qui a touché à tout, et qui a publié une « longue nouvelle », Etienne et Mariette, essaie, tout en défendant qu’il est nécessaire d’être « né dans une ville ou bien (d’y avoir) vécu dès son enfance » pour pouvoir « prendre cette ville pour cadre d’un roman », de faire l’inventaire des écrits de fiction qui ont situé des scènes à Lyon, en remontant jusqu’à P. Corneille22 ; sa liste, dont nous ne discuterons pas l’exhaustivité, est fort limitée ; et les textes d’auteurs locaux que nous avons personnellement consultés (Corandin, Linossier) sont, indépendamment même de leur qualité littéraire, d’un pouvoir évocateur fort réduit.

57Il est, dans ce cadre, intéressant d’évoquer le roman publié en 1887 par E. Vingtrinier, associé à son frère Joseph, sur Les Canuts. Cet ouvrage est, malgré ses qualités, à retenir surtout pour un aspect : il traite des révoltes de 1831 et 1834 d’une manière vive et sensible, mais sans leur attribuer de valeur emblématique, la tonalité étant plutôt celle d’un conservatisme modéré. Bien que la peinture soit assez réaliste, on pourrait dire que le livre se situe à un « étiage », entre l’émotion des écrivains républicains de 1833 et celle que l’on trouvera plus tard, par exemple, chez un Béraud (Les Lurons de Sabolas, 1932). Les frères Vingtrinier écrivent un « roman d’histoire contemporaine », qui dut recevoir un succès d’estime, mais ne suscita pas les passions : le sujet à l’époque n’était plus, ou pas encore, considéré comme « brûlant ».

58Le premier romancier « connu » qui apparaisse à Lyon est Gabriel Gérin. Il est le seul représentant du genre à être cité par J. Troccon dans sa première recension datant d’avant 1914 (Le Lyonnais littéraire, 2 vol., 1899-1911) qui mentionne presque exclusivement des poètes. G. Gérin, né à Lyon mais installé à Paris dès 1899, publie des « romans régionalistes » dans la veine du naturalisme localiste à la Daudet : consacrés à la vallée du Rhône ou à la Dombes, ils traitent peu de Lyon et restent encore de facture et de thèmes très conventionnels.

  • 23 Plus exactement à Sainte-Foy-lès-Lyon, commune où se trouvaient de nombreuses propriétés « bourgeo (...)
  • 24 Le « fabricant » achète la soie, la fait tisser et revend l’étoffe. Le marchand de soie est un gro (...)

59Il faut faire une place déjà plus importante à Claude Farrère. Mademoiselle Dax, jeune fille (1908) est souvent cité, peut-être plus que lu. Claude Farrère, né à Lyon23, de famille aisée, officier de marine comme Loti, n’a écrit sur la société lyonnaise que ce roman, qui est loin d’être sans intérêt : c’est de plus un des premiers ouvrages qui mettent en scène le personnage, qui deviendra classique, du fabricant ou du marchand de soie24. L’intrigue ne porte pas de façon significative sur des situations lyonnaises bien que, fort classiquement pour l’époque, elle évoque le mariage arrangé entre la fille du gros commerçant et cet autre personnage typique, le médecin ambitieux qui se « range » en recherchant la dot et l’effet de considération attaché à un riche mariage. Mais l’intérêt du livre vient de ce qu’il pose, dans ce milieu, le problème de la rupture avec cet ordre traditionnaliste : rupture symbolisée par la rencontre, à l’occasion de vacances en Suisse, entre la jeune Lyonnaise et une jeune femme écrivain, célibataire et « libre ». C’est l’irruption de ce personnage à la Colette dans le monde étroit et affairiste des soyeux, dominé par la religiosité formelle dévolue aux femmes, qui constitue l’intérêt du livre, ainsi que sa fin : le problème posé par les aspirations d’Alice Dax à une autre existence ne peut se résoudre que dans la mort ou la déchéance.

60On pourrait dire que ce sujet n’offre rien que de banal. L’ouvrage a déjà le mérite de montrer que les problèmes qu’on associe d’ordinaire à la montée du féminisme étaient déjà l’objet d’une mise en forme romanesque même chez des écrivains comme Farrère, qu’on ne s’attend pas à voir dans le rôle d’illustrateur des idées d’avant-garde. Mais surtout et pour la première fois, une situation lyonnaise est utilisée comme matériau romanesque dans un roman qui est dans la ligne psychologisante de la fin du roman naturaliste. L’homologie peut être recherchée entre la situation de conflit dans laquelle s’enlise la bourgeoisie lyonnaise et le conflit insoluble qui entraîne la perte de la protagoniste, ce conflit étant représenté comme la projection, sur la situation lyonnaise, d’une situation extérieure qui ne peut être incorporée dans aucune transaction possible du monde local.

61Mais si Claude Farrère, qui avait quitté Lyon et n’y reviendra plus (bien que pendant tout l’entre-deux-guerres les Lyonnais affectent de le tenir pour leur plus grand écrivain), utilise seulement ses souvenirs pour situer l’intrigue de son roman dans un cadre plausible, et réussit au passage des évocations de la ville qui sont vues de l’intérieur, les autres romanciers dont nous allons parler vont mettre directement en scène les problématiques internes des groupes sociaux, qui constitueront la matière même de l’ouvrage. Ils le feront avec une « crudité » naturaliste qui n’est pas, au niveau de la « culture globale », nouvelle non plus qu’originale, mais qui tranche singulièrement sur les conventions du romantisme attardé ou de l’humour « Second Empire » que l’on trouvait dans les rares œuvres précédentes (restriction faite, une fois de plus, de toute référence absolue à une qualité littéraire). Si on suit sur ce point L. Goldmann, on pourrait dire que c’est à cette époque seulement que les tensions internes aux groupes sociaux lyonnais qui sont concernés peuvent permettre qu’une œuvre soit écrite, qui pourrait se trouver en homologie structurale avec ces tensions et donc atteindre à la valeur romanesque. Derrière des intrigues où le ressort apparent, comme dans Mademoiselle Dax, est le plus souvent la mise en scène des frustrations sexuelles et affectives liées à l’éducation bourgeoise, le sujet romanesque est la situation d’un groupe social bien précis, celui pour lequel la profession n’est guère, lorsqu’elle existe, qu’un prétexte, la position d’interaction sociale étant basée sur la possession de rentes ou de propriété foncière, c’est-à-dire le groupe que l’on a appelé la haute bourgeoisie, qui achève de se substituer terme pour terme à l’aristocratie de la première moitié du siècle, plus encore en la déplaçant (au sens que ce mot a dans le vocabulaire chimique) qu’en fusionnant avec elle.

62Nous allons centrer cet exposé sur trois auteurs : Adolphe Berthet, qui écrivait, donc, sous le pseudonyme de J. Esquirol ; Henri d’Hennezel et Marcel Rogniat, et sur ces objets rares que sont leurs principaux romans : A mi-côte de J. Esquirol, 1898 ; La Seconde Faute de H. d’Hennezel, 1904 ; Petits et gros bourgeois d’Esquirol, 1907 ; et L’Aube grise, de Rogniat, 1911.

63Adolphe Berthet (1868-1920) est l’auteur dont la personnalité littéraire et subjective est la mieux connue. L’essentiel de son œuvre est lyonnaise ; son premier roman, A mi-côte est de 1898. Il sera suivi d’un récit autobiographique humoristique, Epreuves... d’imprimerie (1902) et de deux romans sur la société lyonnaise, Cherchons l’hérétique ! (1903) et Petits et gros bourgeois (1907).

64Les débuts de la carrière littéraire de J. Esquirol sont placés sous le patronage de Huysmans, dont il fut l’ami et avec qui il échangea toute une correspondance, dont on trouve l’écho dans l’ouvrage cité d’A. Billy. Rentier célibataire, comme ses deux frères, il habita sa vie durant avec eux, alternativement au château de Pizay en Beaujolais au milieu de leurs terres, et dans des appartements des quartiers Bellecour et Saint-Jean. Comme son héros de A mi-côte, Esquirol, après avoir fait son droit, entra au séminaire de Saint-Sulpice à Issy mais en sortit bien vite, ne pouvant supporter l’enfermement non plus que l’inculture du milieu, et vécut à Lyon entre son piano, ses amis, ses pauvres, et les églises qu’il fréquentait assidûment. D’après Louis Pize, il était :

« L’un des rares Lyonnais authentiques dont l’abord ne me parut pas réfrigérant. Il me fait d’ailleurs l’effet de rire de beaucoup de choses pour ne pas être obligé d’en pleurer, de ses vignobles du Beaujolais, entre autres, qui avaient fait fiasco, mais dont il gardait une gnole éminemment roborative, de la littérature elle-même, et de ses livres (...). Quel gentil esprit, si primesautier ! Sur la muflerie contemporaine et les bourgeois, il partageait l’avis de Huysmans, mais avec une bienveillance amusée. Au surplus, un musicien remarquable... » (A. Billy).

65A mi-côte est le premier livre d’Esquirol, qui a lui-même raconté les circonstances dans lesquelles il fut amené à bénéficier du patronage de J.K. Huysmans. Ce dernier, non content d’accueillir très favorablement l’auteur, le fit recevoir chez l’éditeur Stock, et écrivit un article très élogieux dans l’Echo de Paris (reproduit dans A. Billy, op. cit.). L’ouvrage, dont la couverture s’ornait de la médaille de Saint-Benoît (depuis En Route, Huysmans mettait cette image en frontispice de ses livres et il avait concédé à Esquirol de l’utiliser), eut donc un bon accueil comme l’écrivit le célèbre romancier à son protégé :

« A mi-côte a eu en somme beaucoup de presse et c’est le principal, le livre n’a pas passé inaperçu ; tout est là ; la vente n’a pas été très forte, je crois, mais rien ne se vend pour l’instant » (ibid.).

66Le livre est largement autobiographique puisqu’il est centré sur le passage malheureux et bref que fait son héros au séminaire de Saint-Sulpice, à l’instar de Berthet lui-même. Si donc la partie centrale de la narration se place hors de Lyon, la situation qui est le point de départ de la trajectoire du héros est définie comme lyonnaise :

« Les Desmarcs réalisaient adéquatement le type, d’ailleurs bien local, de certaines familles lyonnaises qui, se plaisent dans leur intérieur, s’y cantonnent avec délices et n’en sortent qu’à la dernière extrémité. Milieux peu banals et souvent amusants à étudier, très fermés aux papotages extérieurs — les relations mondaines s’y réduisant en effet à un minimum — mais fort ouverts aux livres, à l’art, aux idées, icelles idées ayant malheureusement quantes chances, dans cette atmosphère spéciale, de dégénérer en utopies. Il s’en faut bien, néanmoins, que l’on n’y vive que de poésie. Ce sont milieux pour ainsi dire contradictoires, mystiques et pratiques tout à la fois. On y parlera sans transition de la nécessité de l’oraison mentale pour l’âme chrétienne et des cours futurs de la Chartered, de la dernière manière de Wagner et du taux des placements immobiliers. Religion, art et finances mêlés. Les questions d’argent ont leur importance, vous savez ! Dans ces familles-ci les hommes n’exercent presque jamais de profession. L’administration de leurs biens, toujours considérables, suffit à leur activité. Le reste du temps ils rêvent. Au surplus, sachant aussi dépenser ; pas d’« esbrouffe » ou d’ostentation ridicule, mais menant la vie la plus large possible, et donnant à pleines mains aux innombrables œuvres de charité lyonnaises. Quant aux jeunes filles, entre l’église — où leurs pères et frères vont d’ailleurs autant qu’elles — la culture intellectuelle et artistique souvent poussée très loin, les ouvroirs pour les pauvres, et l’initiation aux arcanes d’un train de maison, elles attendent sans trop d’impatience le moment où elles pourront épouser le brave garçon de dot correspondante et faire souche avec lui de nouveaux petits Lyonnais mystico-pratiques... ».

67En l’occurrence pour Georges Desmarcs ces biens considérables sont des propriétés à la campagne, en particulier des vignobles en Beaujolais (la famille Berthet possédait le château de Pizay, près de Belleville-sur-Saône). Mais après avoir vaguement fait son droit, le héros doit reconnaître qu’il n’a aucun goût pour la gestion des domaines agricoles, ni surtout pour la fréquentation des rustiques :

« Et les discussions avec l’indigène méfiant, et les procès entre voisins, et les règlements de comptes de paysans retors (...) Et puis, le soir, lorsqu’après une journée fatigante vous rentrez chez vous, caressant l’espoir de vous reposer enfin, de jouer un moment du piano, de faire quelque intéressante lecture d’exégèse, neuf fois sur dix, au lieu du programme élaboré, il vous faut subir les doléances de votre chef de culture. Le personnage se plaint de tout, des domestiques qu’il a sous ses ordres, des bâtiments, du matériel d’exploitation, du temps, des hommes et des choses ! (...) Adieu la Bible, adieu le piano, en avant les questions engrais chimiques et phylloxéra ! ».

68Il trouve ses seules consolations dans la musique, en particulier la musique d’inspiration religieuse, qu’il pratique lui-même, dans la contemplation des œuvres d’art (il s’entoure chez lui, de moulages en plâtre des statues grecques et de reproductions de tableaux), et surtout dans l’ambiance religieuse, mélange d’obscurité, de liturgie et de rêverie mystique, dont il s’entretient sans fin avec un « alter ego » :

« Que parles-tu du Saint-Jean d’hiver ! Mais rappelle-toi donc, hier, pendant les Lamentations ! voyons, n’était-ce pas plus idéal, ce doux soleil de printemps arc-en-ciélant les vieilles pierres de teintes étranges empruntées aux vitraux, caressant de ses ailes encore indécises, tel le souvenir bleuâtre des encens, les aériennes croisées d’ogives, les élancements sveltes des arcs brisés et dormant sous les arches pensives des pleins cintres !... Et ce refrain qui revient de temps en temps avec ses lentes modulations (...) est-il assez flébilement languide ! ».

69Tout ceci trouve son expression à Lyon, dans l’amour pour leur ville :

« Non pour l’affreux Lyon ’rue de la République’ qui sans avoir le chic de Paris ou l’animation joyeuse de Marseille reproduit toutes les banalités de l’un et de l’autre, mais pour le Lyon, ’vieux quartiers’ pour le Lyon ’place Saint-Jean, colline de Fourvières’ pour le Lyon ’ville mystique’, dont ils comprenaient l’indéfinissable poésie faite d’ambiances de cathédrales, de jardins de couvents et de chapelles ».

70Mais, hélas ! il faut vivre, agir, faire fructifier ses propriétés, « parler aux paysans et faire des observations à ses domestiques », ce à quoi répugne profondément le héros. Mêlant cette peur du monde et ses rêveries religieuses, il envisage le refuge du couvent, puis, conseillé par une religieuse d’esprit pratique qui lui dépeint la rudesse psychologique de la vie des cloîtres, le séminaire. Hélas, il ira de déception en déception : le séminaire est un pensionnat triste et froid où des jeunes « abbichons » sortis du moule du petit séminaire et effrayés de tout, ressassent la philosophie scolastique dans un latin de cuistres, et où toute envolée mystique est bannie. Georges n’y reste pas plus de trois mois, en proie à des angoisses continuelles, et rentre à Lyon, où son père a pu, à sa prière, vendre les propriétés. Le roman se termine, de façon très « huysmansienne » mais quatre ans avant L’Oblat, par l’évocation du destin de son héros, décidé à rester célibataire, amateur d’art, « éreintant les démocrates chrétiens » et qui restera toute sa vie « à mi-côte » entre le laïcat chrétien et l’état religieux (le livre faillit s’appeler : Frac ou froc ?).

71On voit dans ce livre un trait que l’on retrouvera dans beaucoup de romans lyonnais, l’aller-retour ; le héros connaît le monde et en particulier apprécie Paris mais revendique, en face, le « charme » de Lyon, dont les « paysages » surgissent à toute occasion. Mais on y voit aussi plusieurs traits qui sont caractéristiques des œuvres que nous rapprocherons de la situation de la « grande bourgeoisie » ; le refus de toute activité pratique et même ayant un but productif ; la non-communication avec tout autre qu’avec ceux de son groupe, et sur un autre plan, le rejet de la femme à une place instrumentale. Le héros, fils d’un veuf, élevé par une tante veuve, réussit à passer un an de service militaire « avec des gens aux antipodes de ses idées, passant leur temps à le plaisanter, d’ailleurs, sur sa chasteté perpétuelle». Sa sœur se mariera avec « un brave garçon, bien dans nos idées, et, de plus, à la tête d’une belle fortune, ce qui, ma foi ! ne gâte rien », fils d’une famille « que nous connaissons de toute éternité». Quant à lui, entre des amitiés masculines idéales consacrées à des conversations sur l’art et la religion, et une admiration pour une Mère supérieure âgée (« quelle sainte, cette mère Gabrielle, et surtout quelle psychologue ! Elle m’a dévissé mon caractère en deux temps trois mouvements (...). Ces vieilles religieuses sont des façons de confesseurs (...) Et puis, qui sait ? par le fait seul qu’elles sont femmes, ne doivent-elles pas avoir encore plus de finesse, etc.. » il justifie le jugement que Huysmans portait sur l’auteur : « ce bon et frigide jeune homme ».

72Après ce roman, Esquirol était vivement poussé par son ami Huysmans à en écrire un autre. Après diverses tentatives, il publia enfin Petits et gros bourgeois en 1907. C’est un ouvrage touffu, dont l’intrigue soutient malaisément l’intérêt de bout en bout. Mais à travers cette histoire d’un fils de famille « petite-bourgeoise » qui cherche à s’élever et, en parallèle, de la dégénérescence d’un « gros bourgeois », le tableau de mœurs apparaît dans des portraits et des descriptions d’une surprenante âpreté.

73La coexistence des groupes sociaux est le véritable sujet du livre, ce que le titre annonce clairement ; un certain effet de distorsion vient de ce que, dans cette construction de « représentations en miroir », (les « petits bourgeois étant en permanence au contact des « gros », voire de la noblesse), l’auteur laisse transparaître son propre point de perspective. La vie des petits bourgeois, obscurs clercs de notaire contraints à habiter les rues secondaires des quartiers gros bourgeois, et à compter le loyer, est décrite de l’extérieur. Du « gros bourgeois » en revanche, il est fait, avec l’appellation burlesque « la grande barbe », un portrait-charge, qui mériterait d’être cité « in extenso » tant il met en place les paramètres de la définition de situation de la haute bourgeoisie lyonnaise :

« Au bref, c’était un des spécimens les plus accomplis de certain type qui, pour relativement fréquent qu’il soit à Lyon — et d’ailleurs à Lyon seul — ne laisse pas d’avoir sa saveur.
Ce type, on pourrait le nommer du signe particulier qui l’adorne toujours : la grande barbe.
La « grande barbe » est un bonhomme entre deux âges, plus près de cinquante ans que de quarante (...).
La « grande barbe » fréquente beaucoup les églises. Voyez-la, sous l’ombre des voûtes, dévidant son chapelet avec force tremblements de lèvres, ou suivant l’office sur un volumineux bouquin (...) Voyez-la surtout cheminant dans un cortège de procession ; le chef incliné ; du coton plein les oreilles ; le dos rond ; le jarret fléchi ; quelque peu bedonnante — car la « grande barbe » ne perd pas le Nord et se nourrit solidement (...).
Elle est vêtue d’habits d’une forme surannée, ternes, avachis, parfois tout juste propres. Son linge est d’une blancheur douteuse, ou plutôt d’un gris parfaitement avéré (...) Quant à l’expression de sa physionomie, à l’air de figure, il ne contribue pas non plus à mettre le personnage en vedette — la « grande barbe » ne semblant pas... comment dire ? d’un esprit très aigu, d’une intelligence très éveillée.
Demandez à un ami :
Que penses-tu de ce monsieur ?... là... à gauche... tu vois bien : celui qui porte toute la barbe ? la plupart du temps vous obtiendrez une réponse de ce genre :
Ce bonhomme mi-vieux ? Mon Dieu, que te dire ? je ne sais trop, moi... Bien insignifiant, bien incolore (...) Quelque pauvre hère (...) Gageons qu’il est éperdument bégueule, se scandalise de tout (...) Et sectaire, malgré son air paterne, les idées étroites (...) Tout décèle en ce pèlerin falot le vieux garçon veule.
Or, autant d’assertions, autant de contre-vérités.
Et d’une, 99 fois sur 100 la « grande barbe » est mariée. Pis : devient-elle veuve une fois, deux fois, trois fois, quatre, cinq, six, n + 1 fois., elle se remarie toujours. En outre, il faut croire qu’elle n’est pas si veule qu’elle parait, puisqu’à chaque mariage (...) elle vous aligne des fournées de petites « grandes barbes » (...) à assurer à jamais la conservation du type.
Et de deux (...) elle possède une immense fortune. La « grande barbe », répétons-le (...) ne brille aucunement par le train extérieur, n’exhibe ni chevaux ni voitures, encore moins d’automobiles (...) mais pour palper par masses profondes loyers d’immeubles, fermages, revenus et mille et une rentes, fiez-vous à elle !...
Et de trois. Bégueule, la « grande barbe » ? Non ? penses-tu ?
Avec cela qu’au fumoir, après un dîner fin, entre un noir flacon de Bénédictine et un fastueux cigare à bague, elle se prive de faire écho aux propos raides ! quand elle n’est pas la première à narrer quelque souvenir croustillant à point (...).
Et de quatre. Vous taxez la « grande barbe » de sectarisme, d’étroitesse d’idées, d’intolérance ? Hum ! hum ! sur ce point force m’est bien de confesser que vous voyez juste. Oui, la « grande barbe » accueille mal, très mal, les objections, oui, elle ne lit qu’un seul journal : le riche catholique bien informé — et roborée par cette nourriture de lion dont elle fait sa pâture quotidienne, elle s’en va pourchassant d’un boutoir impavide (...) tout ce qui ne pense pas exactement comme elle ! Mais quoi ! la « grande barbe » du camp opposé — car l’irréligion possède aussi ses « grandes barbes » — est-elle beaucoup plus tolérante ? (...)
Et de cinq enfin. Il est possible que la « grande barbe » ait l’air falote, insignifiante, mais ne vous y trompez pas : sauf exception d’ailleurs fréquente — voire, reconnaissons-le, fréquentissime — elle est loin d’être quelconque (...) Souvent, en effet, la « grande barbe » s’est spécialisée dans telle ou telle matière, telle ou telle étude (...). L’une par exemple, sera musicienne, l’autre experte en art ancien (...) celle-là sera mathématicienne, celle-là férue de peinture, etc, etc... quand elle ne sera pas tout bêtement — spécialité qui en vaut bien une autre — chef d’une grande maison de soierie qu’elle s’entendra mieux que personne à faire sortir victorieuse du noble combat dont la galette est l’enjeu trois fois auguste ! ».

74Et très singulièrement ! ce portrait, dont on ne pourrait dire qu’il soit spécialement flatté, se termine, comme une fugue par sa strette, par un invraisemblable resserrement des traits marquant simultanément l’adhésion et le rejet :

« Oui ! mieux que personne ! ô « grande barbe » mes amours, puisqu’en toi respire le vrai prototype du Lyonnais, c’est-à-dire un homme religieux, mystique, bramant après les joies de la partie céleste, — ah, comment donc ! — mais enfin qui, n’en sachant pas moins se plier aux exigences du pélerinage sur cette terre d’exil veut bien condescendre — et de quelle âme généreuse au sacrifice, donnée une fois pour toutes ! — à s’occuper aussi des intérêts temporels ! ».

  • 25 Ernest Dufourt, soyeux, et père du romancier Jean Dufourt fit publier deux volumes de vers dans le (...)

75L’ironie atteint ici à l’auto-dérision, qui se combine de façon indémêlable à l’affirmation du discours propre du groupe. L’ambivalence permanente de l’évasion esthétique recherchée dans l’écriture romanesque et dans la vie des auteurs, se projette sur les personnages avec des caractères outrés, mais non pas fantasmatiques25.

76Mais, par ailleurs, apparaît dans cet ouvrage la thématique de la frustration sexuelle que l’on retrouvera chez d’Hennezel et Rogniat et celle de l’érosion sourde du fonctionnement social, dont Esquirol semble rire, mais avec quels grincements :

« ces salons gros-bourgeois et dévots, transformés une fois par semaine en ouvroirs de charité, qui la contemplaient tirant l’aiguille en faveur des œuvres à la mode : le Vestiaire des Satyres pénitents ; le Voile des Veuves du Malabar ; la Bavette des nonagénaires pupilles de la Sainte-Enfance ; l’Egide des dames obèses nécessiteuses — que sais-je ? ».

77Cependant cette redondance dans le sarcastique et le dérisoire ne découle d’aucune attitude construite : elle semble n’avoir pour objet que de mieux masquer la résonance de mort, que l’on retrouve dans le côté funèbre de certains paysages longuement évoqués, tel ce « nocturne » :

« Fusant, limpide et glacé, des hauteurs du ciel infini où frissonnent les étoiles au preste scintil, le ’calme clair de lune, triste et beau ’blanchit d’une lumière de rêve l’immense panorama fluvial.
Et c’est, en un recul désespéré, Fourvières et ses deux tours contre l’azur lucide... Et c’est, jalonné de globes électriques, qui dardent à travers l’air glacé des feux bleus intenses, la haute silhouette du pont de la Guillotière, sa courbe noire, ses piles en éperons, ses arches béantes — portiques mystérieux sur des perspectives imprécises et la fuite des grandes eaux coulant à pleins bords (...).
Ce silence est tel que l’on perçoit le sourd murmurement des flots vers les étoiles. A peine si, de loin en loin, les sonneries de clochers invisibles ou quelques sifflets de chemins de fer estompés par la distance viennent couvrir ce bruit mélancolique. Puis on entend de nouveau le grand glissement triste. Et cette rumeur tout à la fois ténue et puissante, ce clair de lune glacial, ces blanches rives désertes, évoquent à l’âme je ne sais quelle contrée de songe, quel par-delà étrange, quelles limbes d’outre-tombe ».

78A cette mort de la grande bourgeoisie, grotesque jusqu’à sa fin (M. Vernière, la « grande barbe », finit par sombrer dans la débauche), la petite bourgeoisie, cette triste caricature, n’apporte qu’un contrepoint dérisoire, depuis la mère qui « hantait de préférence la chapelle des clarisses et autres oratoires conventuels fréquentés par les gens réputés riches :’Aller à la paroisse ? Bon pour les boutiquiers, les domestiques ! mais pour nous, femmes du monde ? ah ! fi ! ma chère’ » jusqu’au fils qui, au sortir de l’étude « fétide » où il est clerc, « passe d’innombrables soirées, dans un café de petits bourgeois comme lui, à jouer aux cartes avec les collègues de l’étude », « de quelconques et falotes gourdes ». « Oh ! l’orgueil d’être un habitué ! d’avoir sa pipe au râtelier ! d’appeler les garçons par leur prénom :'Stéphane, ma pipe !’. ’Émile, deux cruches et un piquet’ !. Et les poignantes émotions du poker à deux sous de relance... ».

79Quant au « peuple », il n’est guère mieux traité, tel qu’il apparaît à travers ce « compte rendu » d’un dimanche aux bords de Saône :

« Les familles en chaîne d’oignon... les pochards grandiloquents... les joueurs de boules accaparant tout le chemin devant les guinguettes ! les canots remplis à couler de fringantes demoiselles de magasin et de galants calicots en rupture de Belle Jardinière... Mandolines, banjo, guitares ou instruments de panse similaire (l’embarquement pour cith...ares, quoi !) font rage à bord des esquifs... ».

80Petits et gros bourgeois est une œuvre plus mûre, plus complexe que A mi-côte ; en contrepartie, elle perd la spontanéité que le premier roman devait à son côté autobiographique. Elle vaut surtout, dans l’écriture comme dans le contenu, par les « passages » brillants ou cinglants qu’elle contient. Mais n’était-ce pas aussi une façon de se définir, que de donner de la société lyonnaise dans sa presque totalité, telle en tout cas qu’il pouvait la voir, ce panoramique amer ? La démarche réflexive, où un « gros bourgeois » (l’auteur — biographiquement la chose n’est pas contestable) regarde les petits bourgeois en train d’essayer d’imiter son propre groupe, permet de bien curieux effets de dédoublement de l’observation. Il parait pourtant bien probable, d’après les grands portraits en pied qui ornent l’ouvrage (le portrait de M. Vernière est précédé du « portrait » de sa maison, grise et triste vue du dehors, somptueuse et éclatante en dedans) que, pour Esquirol, le « gros bourgeois », malgré ses incohérences, est le porteur de l’âme lyonnaise, qu’il est l’aristocratie, et que nul ne peut le remplacer dans ce rôle, lorsqu’il sombre dans la mort sociale.

81Petits et gros bourgeois est cité — très discrètement — dans l’enquête de J. Troccon sur « l’âme lyonnaise », comme « représentatif de l’esprit lyonnais ». C’est la seule mention que nous en ayons jamais vue. A notre connaissance, aucun exemplaire n’en est accessible à Lyon. Il est vrai que l’histoire du roman de H. d’Hennezel, La seconde faute, nous en explique peut-être la raison.

***

82Le cas du comte Henri d’Hennezel (1874-1944) est plus singulier encore que celui d’Adolphe Berthet. Quelle était son origine familiale ? Il était en tout cas le neveu d’Edouard Aynard, banquier, député et essayiste que nous retrouverons un peu plus loin, personnage richissime mais dont la famille avait depuis des générations « mis sa noblesse à rester bourgeoise » (d’après l’essai que lui consacre J. Buche en 1921) — ce qui fait pour le moins de son neveu un personnage entre deux camps. Il appartenait donc à la société la plus en vue de Lyon ; à l’époque où Berthet — qui n’était cependant pas le premier venu — sonne timidement à la porte de Huysmans, d’Hennezel entre en correspondance avec lui et écrit dans la presse sur L’Oblat. Henri d’Hennezel devait faire, par la suite, une carrière remarquée à la direction des musées de la Chambre de Commerce de Lyon (dont le Musée historique des tissus) et écrivit de nombreux ouvrages sur l’histoire de la soierie, de la mode et des tissus d’art.

83Or ce conservateur élégant et distingué avait débuté, après de bonnes études de droit et de lettres, dans la vie littéraire en publiant en 1901 sous le pseudonyme de Vicomte Barbier de Metz un roman noir et sordide intitulé : Vie de province. La superbe Méchin, assez médiocre exercice d’école, dont le seul intérêt est de se passer à Lyon. Il n’est au demeurant pas plus plat que les productions du temps. Il en va tout différemment de ce que d’Hennezel considérait ensuite comme son premier roman, La seconde faute (1904), qui est un ouvrage tout à fait singulier.

84La seconde faute met en scène un héros comparable par sa situation à celui de A mi-côte. Fils d’un banquier, resté seul avec sa mère veuve, épris de littérature, il réalise donc l’idéal du type du groupe social de la haute bourgeoisie. Elevé par les Pères, puis victime momentanée d’une « cocotte » (deux stéréotypes absolus de l’époque, repris de son premier ouvrage), il se sent « condamné à végéter, au milieu d’une société bornée, sans carrière, sans occupation ». La seule qui lui conviendrait serait celle des lettres ; rejeton d’une société élevée, mais inculte, et entouré de prêtres et de jeunes bourgeois de son âge au goût étroitement clérical, cette ambition lui est interdite. A bout d’oisiveté, il se marie avec une fille de la noblesse, qui se révèle aussi vide d’esprit que les membres du groupe social de la bourgeoisie d’affaires, et de plus d’une incurable futilité : « Un automate pour réunions élégantes, une poupée de Vaucanson admirablement truquée, un petit prodige de mécanique, qui marchait, qui dansait, et qui parlait ».

85Suivant un scénario proche de celui de Mademoiselle Dax, il rencontre un personnage « idéal », jeune fille élevée dans la philosophie rousseauiste et le goût des lettres, et bravant l’opinion, il s’enfuit avec elle. Mais, par un retournement de la position de l’auteur dont la « sincérité » pose un problème, dans les dernières pages du roman il se rend soudain compte de l’indignité qu’il y a à abandonner ainsi famille, milieu et religion ; cette douce et intelligente jeune fille apparaît comme un personnage presque diabolique (« qui eût jamais pensé que derrière ce front si limpide il y avait un tel arsenal de blasphèmes et d’erreurs ? ») et Marc, le héros, malgré sa détermination, se voit « effaré, au bord d’un gouffre béant dans lequel il sentait bien que son âme allait se précipiter » ; c’est « la seconde faute » (la première avait été son aventure avec une « femme galante »).

86Mais le véritable sujet du roman est l’impossibilité, pour le groupe social constitué par la haute bourgeoisie et « la noblesse », de tout véritable rôle social et de tout échange. Une hiérarchie subtile sépare, en effet les différents groupes de la bourgeoisie, là encore selon le « point de vue » de l’auteur, qui nous dépeint les boutiquiers :

« Toute l’horreur du jour de l'an lui apparut. Cravatés de blanc, gantés de noir, coiffés les uns d’un haut de forme sabré de lignes à rebrousse-poils, les autres de claques dont le satin se tendait sur la carcasse en fils de fer, tous invariablement chaussés de brodequins vernis qui leur serraient le pied et les contraignaient à marcher ainsi que des canards, les boutiquiers dévalaient la pente du pont ».

87Les fabricants de soierie :

« M. Charmessuy s’adossa à la cheminée. C’était un grand homme corpulent, de teint gris et d’allure solennelle (...). Jamais il n’avait ri. Il personnifiait l’honorabilité et la tradition commerciale (...). Il n’était ni triste, ni gai, ni aimable, ni bourru, ni heureux, ni malheureux : il était le successeur de Charmessuy et fils, l’héritier d’un passé d’honnêteté et de vertu. On le vénérait et on le louait. Π le savait et n’en tirait qu’une gloire qui lui était due... » ; portrait qu’il faut compléter par ces propos qui se placent tout naturellement dans la bouche d’un prêtre : « Ce bon Monsieur Charmessuy ! Il est si dévoué à nos œuvres ! Dernièrement il me disait :'Monsieur l’abbé, il faudrait exiler tous les juifs et tous les protestants, et déporter à Cayenne tous les francs-maçons. Comme ça on aurait la paix’. Ah ! c’est un caractère. Le Bon Dieu le protège ; sa situation financière est considérable... ».

88les commerçants retraités en chemin vers la « noblesse » :

« Monsieur Dupont de Quatrenfants, un ancien fabricant de bonbons enrichi de façon scandaleuse, que l’on craignait et que l’on respectait. Dupont, retiré des affaires, s’était appelé Dupont de Quatre-enfants en mémoire de ses trois filles et de son fils. Il était puissant et de commerce dur... ». ;

89et enfin la « société » :

« Lorsque Madame de Marchegay disait de quelqu’un : il est de la société, cela s’entendait d’un très authentique descendant des preux ou bien encore d’un parvenu millionnaire qui, à force de camouflets longuement encaissés, à force de luxe, de prodigalités, à force de particules de contrebande, parvenait à enfoncer les portes de cette caste emmurée. La baronne n’avait jamais assez de mépris pour la petite noblesse et pour les bourgeois : ce sont des gens de rien, disait-elle (...). De mémoire d’homme on n’avait jamais vu travailler un Marchegay ».

90Le seul mode de reconnaissance de cette société cooptative est la conquête de la notoriété, pour laquelle un des « indicateurs sociaux» est la participation aux œuvres d’Eglise :

« M. Charmessuy donnait beaucoup aux œuvres. L’on voyait sur les listes de souscription Charmessuy et fils, cinq cents francs, et immédiatement au-dessous : Joseph Charmessuy, mille francs. Cette façon de faire l’aumône était vraiment grande, car elle engageait d’une part la raison sociale, de l’autre le simple particulier. Elle avait aussi pour elle de ne pas passer inaperçue. C’est pourquoi Joseph Charmessuy portait la rosette de Saint Grégoire le Grand ».

91Elle est surmontée par un univers de prêtres douteux et obscurantistes :

« Il lui ouvrit les bras et découvrit, dans ce geste amplectif, une large poitrine hospitalière, sur laquelle l’étoffe de la soutane se tendait, maculée de taches grasses et lustrée par l’usage ».

« Les lettres sont en général une passion dangereuse (...) Oh ! mon pauvre petit enfant, gloussa l’abbé amolli et trémulant, ne laissez pas pénétrer en votre âme ce venin de la littérature (...) les imaginations perverses des écrivains la flétriraient vite. Le roman est un cloaque pestilentiel. Gardez-vous de longer cette sentine et méfiez-vous des miasmes qui s’en échappent : ils sont délétères ».

92Ces prêtres, confesseurs mondains, reçoivent les jeunes gens issus des collèges dans leurs cercles, font les mariages, imposent une frustration sexuelle sans faille assortie de remèdes dérisoires, et tentent, tant bien que mal, d’orienter la jeunesse vers les affaires ou « la politique » (en l’occurrence, là encore, la doctrine traditionnelle de l’Église, face aux errements des chrétiens sociaux).

93Le « décor » et les usages matériels, c’est-à-dire la relation d’objet qui entre dans la constitution du code du sens, sont présentés avec la même amère, et parfois allègre, férocité, comme la nourriture :

« La bourgeoisie lyonnaise ne comprend pas les fêtes où on ne mange pas. Depuis Noël jusqu’au Carême ce ne sont que mirifiques bâfres ; on s’en donne pour toute l’année, et on jouit à se regarder mutuellement manger. La vie mondaine de tout vrai Lyonnais va du réveillon au dîner de famille. Et ce sont des repas sérieux, étudiés pendant des semaines, élaborés par des cuisinières expertes, secourus par d’inimitables plats pris en des restaurants fameux. Le luxe des commerçants en soierie réside tout entier dans la dépense culinaire. Les équipages, l’habillement, le domestique, tout ce qui constitue la vie extérieure ne compte pas : mais le foie gras commande, la truffe règne ».

94le mobilier :

« Le salon, bien qu’il fût éclairé et chauffé, conservait un air de pièce abandonnée : rien n’y était familier ni accueillant. Les meubles, dégarnis de leurs housses, s’alignaient sans goût ni grâce, exhibant leurs damas couleur de confiture de groseille, et leurs dorures encrassées de poussière, malgré les plumeaux et les torchons ».

95et même le cérémonial des visites du Jour de l’an :

« Cette terrible époque des souhaits ramène une coutume que plusieurs générations de bourgeois ont établie pour les siècles futurs. Elle existait d’ailleurs, aussi mortellement ennuyeuse, dans toutes les maisons lyonnaises qui exhibent, aux alentours du 1er janvier, leurs collections de vieux parents et leurs rogations d’antiques alliés. Le matin, l’on rencontre, par les rues, des caravanes de gens confits et ennuyés, qui vont saluer des grands-pères et des grands-mères immobilisés au coin du feu. L’après-midi est réservé aux visites des oncles et tantes plus ou moins moisis... ».

96On pourrait multiplier ce genre de citations. Ce qui nous importe ici, c’est le rôle de l’esthétique décadente, cette surcharge accablante du style et le recours continuel aux épithètes accentuatives.

« Des victorias déversaient, à flots continus, de triomphantes pimbêches, de surprenants gandins, de terribles raseurs et d’audacieuses ganaches... ».

97Cette perpétuelle impression d’écrasement est en relation directe avec l’impuissance profonde de ce groupe social à se donner une relation claire avec l’environnement dans lequel il est inséré. Le « contexte » se referme en une spirale désespérée, et on peut faire le parallèle entre l’échec final qui clôt le livre et d’autres « traductions » romanesques de l’impuissance sociale, en reprenant par exemple la pertinente analyse que donne P. Barberis de l’impuissance sexuelle supposée d’Octave de Malivert dans Armance comme équivalent de la position de la noblesse parisienne en 1827, arrivée à une définitive non-insertion dans les rouages de la société. Pour en revenir à la position du héros de d’Hennezel, le seul « compte rendu » qu’il puisse donner de sa situation se résume en une brutale catharsis, dont il ressent en même temps toute la charge suicidaire, puisqu’elle nécessite le rejet de tous les langages dans lequel son monde s’exprime :

« Avez-vous compris que nous serons l’un à l’autre en dehors de toute convention, en dehors même de la société qui nous rejettera ? Il nous faudra traverser le monde, ainsi que des parias, sans espoir de rencontrer quelque part aucune indulgence ni aucune pitié ».

98Les langages de substitution, la fascination de la nature, la recherche d’un système de sens excluant le fardeau de la religion sont rendus « inaudibles » par la puissance du code social à la fois rationaliste et éthique que symbolisent les Jésuites, dont le prestige, en face de prêtres séculiers veules et médiocres, demeure intact, comme celui du cloître chez Huysmans et chez Esquirol. L’échec final du héros, comme l’« implosion » du monde des groupes lyonnais dans le dernier ouvrage d’Esquirol, est donc à l’image de l’impasse dans laquelle se trouve enfermée la position de la grande bourgeoisie spiritualiste.

99Le livre eut un succès de scandale, dont le résultat fut remarquable ; d’après le témoignage épistolaire de Huysmans qui écrivait le 17 décembre 1904 à Esquirol : « Je suis très content du succès d’Hennezel à Lyon. Malheureusement cette ville ne suffit pas pour amener une vente et Stock le déplore », puis le 30 du même mois, à l’auteur : « J’ai vu Stock ces jours-ci, il est stupéfié et il y a de quoi, car c’est unique dans les annales de la librairie, la ville de Lyon absorbant l’édition d’un livre que les autres villes n’enlèvent pas » (A. Billy, J. K. Huysmans et ses amis lyonnais). De là à penser que ces achats massifs avaient pour but de faire disparaître l’ouvrage du marché...

100Quoi qu’il en soit, toujours d’après la même source, d’Hennezel, qu’A. Billy rencontre en 1942, n’aimait guère parler de ce livre :

« La seconde faute n’est pas un roman de mœurs, c’est un roman d’analyse, mais qui a Lyon pour cadre. Ce premier chapitre de la carrière de l’auteur est clos pour lui depuis longtemps. Je ne le rouvrirai pas au-delà de la première page où s’inscrit la dédicace :’au maître J.K. Huysmans en témoignage d’attachement sincère et de profonde admiration’ ».

101En 1933, il était, avec son ami Tancrède de Visan, un peu plus expansif :

« Mon premier roman intitulé La seconde faute, dédié à Huysmans, fit un bruit de tonnerre de Dieu. La scène se passe naturellement à Lyon et dans le Beaujolais. A cette époque, 1904, les lecteurs étaient sans doute plus chatouilleux que du temps de Calixte. Des gens mal intentionnés crurent voir, — bien à tort — dans ce livre, un roman à clefs. Chacun se passait des noms sous le manteau, jamais les mêmes. Bref, certains lecteurs croyant s’être reconnus dans ce bouquin, enjoignirent à mon oncle Aynard de me tirer les oreilles. Ce dernier me fit appeler. J’arrivai tout tremblant. Après qu’il m’eut prié de m’asseoir, il me tint ce langage :’Mon cher neveu, je suis chargé de te sermonner au sujet de ta Seconde faute. Eh bien ! je sors de lire ce roman. Entre nous, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Et je vais te faire un aveu : Jamais je ne me suis autant amusé. C’est rudement croqué. Tu as des dons d’observation remarquables. Va, et ne péche plus’. Ainsi, j’obtins la meilleure des absolutions avec, peut-être, le premier livre contemporain écrit sur les Lyonnais. Depuis, on a fait plus, et bien plus dur — et personne n’a rien dit » (Notre Carnet, 10 novembre 1933, p. 4).

102Plus dur, voire ! Ce n’est pas une évidence qui ressort clairement du survol d’un demi-siècle d’ouvrages lyonnais. Toujours est-il que l’opération « trappe » avait réussi. Le livre est totalement introuvable. Et d’Hennezel ne pécha plus.

  • 26 L’architecte du lycée du Parc, construit en 1910-1914, s’appelait Louis Rogniat. Notre auteur, s’i (...)

103Le dernier roman dont nous parlerons est celui de Marcel Rogniat, L’aube grise (1911). Nous sommes très mal renseignés sur M. Rogniat (1888-1914), jeune auteur « en vue » du milieu culturel lyonnais des années 1910 qui écrivit deux romans et un recueil de poèmes ; d’après l’avant-propos de son roman, qui est précédé d’une épigraphe empruntée à B. de Saint-Pierre : « Il n’y a rien de si borné et de si vain que la plupart des bourgeois », c’est un bourgeois lui-même26 :

« L’auteur eut la sottise de vouloir étudier la sottise humaine. Jamais auteur ne sera trouvé aussi à la portée de son sujet, puisqu’il s’agissait de peindre la médiocrité. Bourgeois je suis, je dis beaucoup de mal des bourgeois que j’estime fort ; mais ne m’a-t-on pas appris que lorsqu’on me grondait, c’était pour mon plus grand bien (...) ».

104Mais c’est sans doute, si l’on en juge par son héros, un de ces bourgeois qui ont déjà émigré sur la rive gauche du Rhône :

« Albert demeure sur l’autre rive du fleuve, un quartier réputé pour ses idées avancées, parce que les jeunes gens y ont appris à se laver, en allant étudier l’anglais à Londres (...) Et dames et jeunes filles, quand elles se croisent dans la rue, se fusillent de regards hostiles, celles de la rive droite dédaignant celles de la rive gauche, et celles-ci se moquant volontiers des premières ».

105A la même époque, Edouard Aynard s’est fait construire un somptueux hôtel boulevard du Nord (actuel boulevard des Belges) (cf. J. Troccon, L’âme lyonnaise) ce qui passe, sinon pour une excentricité, du moins pour la preuve d’un esprit avancé.

106Le livre présente une singularité : l’auteur s’est diverti à ne jamais nommer Lyon, comme si l’histoire se déroulait dans une ville contemporaine quelconque, mais à donner en même temps des descriptions totalement canoniques, telle cette évocation du quartier Ainay, si bien que nul ne peut s’y méprendre :

« C’est le quartier bien pensant par excellence (...) il regagne les rues humides où, par endroits, un vieil hôtel ouvre sa cour herbeuse, entre deux mouroirs fermés d’impénétrables murailles. Prêtres ou vieilles filles courant à leur retraite, quelques ombres passent, par instants, rasant les murs ; puis des rues encore, des rues étroites, lépreuses, bordées de rares croisées gardant leurs paupières mi-closes, comme les paupières baissées des dames prudes qui les habitent ».

107L’« aube grise », c’est l’adolescence du jeune bourgeois, entre l’illusoire libération de la sortie de l’internat (chez les Jésuites) et la triste installation comme notaire, successeur de son père lorsque celui-ci meurt inopinément chez une maîtresse (« vertu commanditée par quatre messieurs »), qui a été auparavant la sienne. Comme dans Petits et gros bourgeois, la laborieuse initiation sexuelle tient dans ce livre la plus grande place, entre les « vendeuses d’amour » et les cocottes :

« Bourgeois, fils de bourgeois, tu auras une maîtresse qui pourrait être ta mère, tu la remplaceras par une amie de ta mère et tu te marieras avec une fille d’une autre amie de ta mère, à moins que ce ne soit avec ta cousine ».

108Et c’est bien ainsi que l’histoire finira. Mais auparavant, l’auteur aura pu accumuler quelques froids constats, dont il faut se souvenir qu’ils sont dressés par un membre du groupe : tel ce portrait du notaire :

« Sa probité est légendaire. Mais s’il est honnête, c’est par crainte des gendarmes ; s’il est vertueux, c’est qu’il coûte trop cher de se mal conduire ; s’il est charitable, c’est pour avoir la clientèle des congrégations ; s’il est religieux, c’est que la société riche est fort bien pensante (...). En fait de morale, il ne connaît que la sanction du monde ; il serait libertin s’il avait le temps, mais il se contente de placer ses capitaux à des intérêts qui frisent l’usure (...). Au demeurant, c’est un excellent homme, trop heureux pour être méchant, trop faible pour être redoutable ».

109Et cette analyse du jeu de la famille :

« La famille bourgeoise représente un bloc compact de préjugés, de considération, de vanité où l’égoïsme de chaque membre s’étend à la collectivité tout entière. Dès qu’un parent sombre dans des affaires malheureuses, on ne le connaît plus ; dès qu’un jeune homme fait trop parler de lui, on le renie, on le désavoue, on ampute la famille de ce membre gangréné ; peut-être même cet esprit de sectarisme, secret de la bourgeoisie triomphante, n’est-il qu’un simple phénomène d’évolution sociale qui sélectionne les plus aptes à la fortune ».

110Cependant, cette bourgeoisie « moderniste » reste la « grande » bourgeoisie, par son attirance pour l’« ultima ratio » de la fortune terrienne :

« Madame Sarol ouvre des yeux de géomètre. Deux cents hectares de bonne terre, solide, tangible, qui ne doit rien à personne ! Ces Arlin seraient-ils par hasard des gens comme il faut, que l’on puisse fréquenter ? ».

111la discrète ironie qui vise les soyeux :

« Quel est ce grand monsieur brun ? souffle une dame.
— C’est un fabricant ! lui répond-on, sans bien savoir ce que ce mot veut dire, ni ce qu’il fabrique »,

112et par la représentation, en totale extériorité, des ouvriers, qui, à l’encontre des « bonnes », figures familières, sont « off limits » de la définition de la situation (Il y a le peuple, qui n’existe pas, dira T. de Visan) :

« — Regarde ton ami Dublize ! il n’a que cent francs ! (pour subvenir à ses plaisirs),
— Dublize, pense Albert, pas étonnant ! il s’avilit dans un collage avec une petite ouvrière, il roule de déchéance en déchéance, traîné par cette fille de garnis innommables en restaurants douteux. Puis c’est le dimanche dans la banlieue où l’on chante en buvant du petit vin bleu sous les tonnelles, tandis que geint dans la guinguette le rythme lassé d’un piano ferrailleur... Dublize, pauvre garçon ! ».

113On remarquera enfin au passage cette intéressante notation sur la nourriture, qui prolonge celles de d’Hennezel :

« Et Albert les regarde manger (...) la gourmandise, pense-t-il, est dans la bourgeoisie une espèce de sensualité. N’est-ce pas, avec une certaine honnêteté native, une des rares qualités de cette classe, si fertile en vertus secondaires. Gourmandise, née de l’égoïsme et de l’ennui, elle s’est transmise, de générations en générations, comme un héritage du passé ».

114Nous ne sommes plus dans l’esprit de la décadence ; le style de Rogniat est plus sec, et a perdu, avec le baroquisme fin de siècle de celui de ses prédécesseurs, une part de la vivacité qui les caractérisait. Mais la définition de situation, l’impasse et les grands systèmes de métaphore, y compris l’omniprésence du paysage lyonnais sur lesquels nous avons, par nécessité, abrégé les citations — il y a une description « diurne » des quais du Rhône qui est un curieux pendant au nocturne funèbre d’Esquirol — sont toujours là.

115Et, comme les deux autres ouvrages, L’Aube grise est inconnue et introuvable sur la place de Lyon.

116Si A mi-côte est le seul de ces romans dont on peut dire de façon certaine qu’il est largement autobiographique, tous décrivent une situation, un « milieu » dont il est difficile de ne pas l’identifier au groupe où les auteurs placent leur point de vue, même si, dans certains, comme dans Petits et gros bourgeois, c’est l’interaction, l’« interface » entre deux groupes qui est le sujet apparent de l’œuvre.

117Le groupe émetteur de cette littérature romanesque, celui qui lui donne son intelligibilité, semble correspondre à cette frange de la bourgeoisie d’affaires qui se constitue en grande bourgeoisie, c’est-à-dire tend à adopter les formes de légitimation sociale qui étaient celles de la noblesse locale d’Ancien Régime, en particulier en ce qui concerne la propriété terrienne. Les relations avec les affaires sont souvent présentes, mais toujours dépeintes avec un certain recul. « Dans ces familles-ci, les hommes n’exercent presque jamais de profession». Il y a donc une situation de concurrence avec la « vieille » noblesse, pour laquelle d’Hennezel, malgré son titre, n’a pas assez de sarcasmes. Rien, d’ailleurs, ne laisse véritablement supposer que la position économique des membres de ces groupes soit menacée ; ce qui est en cause, c’est leur compétence à générer une représentation, à définir leur situation par rapport à cet environnement.

118En effet, la véritable situation de crise naît de l’absence de toute relation entre ce groupe social et l’environnement social dans lequel il est plongé ; la position de « noblesse » ne correspond plus aux charges royales ni au pouvoir municipal. Et si le langage de ces romans est contextuel, si ces œuvres décadentes sont des romans lyonnais inscrits comme tels dans les processus d’interaction sociale, c’est qu’ils définissent la situation comme le matériau du travail romanesque. Les héros des romans décadents sont placés dans la douloureuse certitude de n’avoir plus aucun destin social, c’est-à-dire, selon notre ligne de problématisation, de ne pouvoir plus utiliser le langage dont ils ont hérité. La caractéristique de la littérature décadente viendrait alors de l’impossibilité momentanée — faute de nouvelles situations pouvant fournir d’autres codes — d’échapper à cette impasse, et en même temps, de la tentation de pousser les codes antérieurs jusqu’au paroxysme, dans une redondance qui ne peut que correspondre à un sentiment d’échec : le thème même de la décadence dans le roman, depuis A Rebours, est la première illustration de ce mode de l’échec, qui rejoint la fixation sur le salut par la douleur que nous avons déjà trouvée chez Ballanche.

119Mais on le retrouve aussi dans l’écriture, avec la mise en place méthodique d’une langue surabondante en effets de couleurs, de formes, de contrastes, d’une perpétuelle emphase dans les effets descriptifs, et qui finit par noyer le personnage dans un torrent d’impressions systématiquement outrancières, voire destructrices, Puis le recours systématique à la contemplation, en particulier celle du paysage, dans lequel le héros vient se perdre, et, chez Esquirol, la contemplation religieuse. Enfin, la coupure délibérée d’avec toute activité concrète, même et surtout à finalité économique, et l’absence de toute interaction avec les groupes adonnés à ce que l’on appelait autrefois les arts mécaniques.

120On peut donc lire dans ces romans la situation de ce groupe social, situation dans laquelle le protagoniste est immergé et dont le roman constitue, non une description, mais un code implicite de dénonciation. Elle se caractérise d’abord par une surenchère dans les processus de légitimation sociétale : légitimation qui passe par la rectitude des conduites apparentes et par la mise en place d’une régulation sociale dont les deux piliers sont un système d’éducation religieux et un réseau d’œuvres destinées à recueillir ou à soulager les cas de détresse matérielle. Ces processus ne sont pas autre chose, en fait, que la lointaine répercussion des codes d’une société marchande, qui n’ont plus d’utilité sociale pour le monde local à la fin du XIXe siècle. Aussi le groupe social en cause les fait-il fonctionner « à vide », comme seules règles de sélection interne d’une élite autoproclamée. Il ne peut par conséquent le faire qu’en se coupant — même sur le plan de la culture — de toute interaction stratégique effective, et donc en attribuant une valeur absolue à ce qui n’est qu’un code de gestion de transactions sociales. Sans but ni sanction, ce code ne peut même plus réellement être une éthique : il oscille de la « mystique » à l’ontologie. Il importe d’éliminer toute rationalité utilitaire, même d’ordre psychologique, de cette intelligibilité in se.

  • 27 « À Lyon, tout le monde est wagnérien. On est wagnérien par une disposition spéciale à ce qui est (...)

121C’est ici que nous retrouvons l’héritage spiritualiste. Même si le mot n’est pas prononcé, parce que ces écrivains sont les révélateurs de la crise, la seule intelligibilité possible est en effet fondée sur une catégorie sociale d’ordre spiritualiste, ce que nous avons appelé l’âme lyonnaise. Elle est définie comme une essence : les descriptions de J. Esquirol nous montrent l’« ego » lyonnais dans toute sa cohérence, d’allure rapée et médiocre, mais puissamment riche et occasionnellement, de façon aléatoire, pourrait-on dire, mettant sa compétence au service d’une entreprise. À la différence, donc, du capitaliste protestant de Max Weber, son enrichissement n’est pas dû à un transfert de l’appel de la « vocation » divine vers la transformation du monde matériel. Il est lié au contraire à une élection spécifique, proposée comme constitutive de l’être en cause mais dont il est facile de déceler les signes : la modestie y compris la modestie intellectuelle plus ou moins déguisée27, la soumission à l’ordre divin incarné par les représentants de l’Église et la culture d’un mysticisme formel (cf. d’Hennezel). Sa richesse et même sa capacité intellectuelle — malgré de « fréquentissimes exceptions » — ne sont pas dues à une sélection des aptitudes pour la fonction. Elles ne sont pas liées non plus à une spiritualité individuelle : la « grande barbe », le « gros bourgeois », n’est pas un saint, et aucun des ecclésiastiques de ces romans ne prêche la sainteté intérieure. L’intelligibilité de ce groupe est fondée sur une vocation spécifique, d’ordre aristocratique, de ses membres, à se tenir en haut de l’échelle sociale, à être les garants personnels des valeurs fondamentales de la société marchande locale, société de personnes, mais en échange d’égal à égal avec toutes les autres sociétés locales.

122C’est cette position de garant, obtenue par la longue pratique de ces vertus mais qui nécessite ensuite d’être « au-dessus de la mêlée», qui fonde la richesse personnelle — et cette garantie sociale « laïque » se fonde sur la caution (la seule possible pour une attitude fondamentalement non institutionnelle) d’une « autorité morale », de l’appareil de l’Eglise. Laquelle Eglise a la haute main sur les seules fonctions instrumentales réellement nécessaires de cette société, l’éducation des enfants (la « reproduction sociale ») et les œuvres de charité (la régulation matérielle). Il est clair que cet appareil gère aussi le discours religieux proprement dit ; mais de celui-là, on ne parle pas et à la limite on n’a pas à parler ; il est « ineffable » et se réduit à une sociabilité particulière (les « offices ») et à une gestion de substitution de l’affectivité personnelle.

  • 28 « Votre imagination et votre sensibilité ne sont-elles pas les deux plus terribles ennemies de vot (...)

123Cette dernière composante est clairement mise en avant dans La seconde faute, où les méfaits de la sensibilité sont clairement soulignés28. Mais, sans que nous puissions ici entrer dans de longs développements, il paraît clair que l’intelligibilité globale au sein d’un groupe ne peut guère se concevoir sans une fixation de la sensibilité, et même de la sensualité. L’aspect sensuel de l’émotivité religieuse et son rôle dans le fonctionnement affectif de l’individu sont bien mis en évidence dans A mi-côte.

124Il faut faire ici une place à part au thème de la sexualité. L’absence de toute expression possible du thème conduit le « bon et frigide jeune homme » qu’était Esquirol à la négation sublimée de la femme, et tous les autres à une tension qui se manifeste en particulier par l’obsession de la découverte de la femme, du « dépucelage », qui est presque à lui seul le thème de l’Aube grise et occupe des dizaines de pages de Petits et gros bourgeois ; par la mise en scène de ce personnage démoniaque ou bestial qu’est la courtisane, la maîtresse vénale, et par la coupure totale entre le mariage, acte de convenance sociale, et la sexualité. On pourrait dire de cette coupure qu’elle va de soi si elle ne semblait, ainsi que Cl. Farrère le laissait déjà apparaître, s’étendre, à travers l’affectivité et la revendication d’une place plus précise de la personnalité sensible, à l’« identité » tout entière de l’individu.

125La sensualité religieuse apparaît alors comme une des seules fixations possibles. Mais on trouve aussi dans ces romans une autre fixation majeure de la sensualité : celle de la nourriture. Tous les romans, ne serait-ce qu’au détour d’une phrase, mettent l’accent sur ce rôle, non pas du repas en tant que convivialité, mais sur l’absorption de nourriture, telle la description du dîner du soir du Jour de l’An chez d’Hennezel :

« La bourgeoisie lyonnaise ne comprend pas les fêtes où on ne mange pas. Depuis Noël jusqu’au Carême ce ne sont que mirifiques bâfres : on s’en donne pour toute l’année, et on jouit à se regarder mutuellement manger » (souligné par nous).

126M. Rogniat qui pourtant ne doit pas grand’ chose à son prédécesseur retrouve la même notation, plus précise encore :

« La gourmandise est dans la bourgeoisie une espèce de sensualité (...) gourmandise, née de l’égoïsme et de l’ennui, elle s’est transmise de génération en génération... ».

127Ce thème de la nourriture semble faire partie du matériau sémantique commun à tous les groupes sociaux. C’est en tout cas la seule sensualité avouée (et avouable, c’est-à-dire de l’ordre sociétal) dans un monde où la sensualité corporelle (sexuelle et non sexuelle ; on verra plus loin chez les romanciers des années 20, comme Jolinon, l’émergence du thème du corps) est rigoureusement prohibée et où même la sensualité esthétique est soumise à un contrôle rigoureux, et si possible prohibée elle aussi.

***

128En résumé, le roman de cette époque semble bien lié au système des représentations de la grande bourgeoisie. Il est clair que la création romanesque à laquelle nous avons affaire est en homologie, pour reprendre l’expression de Goldmann, avec la situation de ce groupe, même si la rupture que représente les œuvres, par leur contenu comme par leur écriture, est le fait de personnalités vivant la crise de cette représentation, l’impasse à laquelle semble conduire cette définition spiritualiste du monde.

129Les romans lyonnais du début du siècle ne sont donc pas l’expression d’un conflit positif ; ils sont, de la part de membres «marginaux» du groupe social de la bourgeoisie traditionnelle, l’expression d’un repli morbide, d’une fuite dans l’idéalisme et la sensualité culturelle. Pour d’Hennezel, c’est seulement une peinture amère et sarcastique du passé : plus clairvoyant peut-être, J. Esquirol ne peut s’empêcher de dépeindre la montée des petits bourgeois, à travers leur médiocrité et malgré la chute finale du roman ; après lui, Rogniat, moderniste avant la lettre (mais il écrit en 1911 et il n’a que vingt-trois ans !) montre, derrière le déclin irrémédiable de la bourgeoisie libérale, l’apparition de traits de comportement, qui, symbolisés par l’habitat aux Brotteaux, permettent de penser que, peut-être, d’autres groupes surgiront de cette société décomposée. Mais les uns comme les autres sont trop impliqués dans leur groupe d’origine pour anticiper sur la moindre rupture : Esquirol et Rogniat mourront avant les années 20, d’Hennezel s’isolera dans l’art. L’amorce de la mutation, dès avant la guerre, viendra de personnalités plus franchement en rupture, issus des groupes différents, ceux qui eux aussi ont connu les groupes de la haute bourgeoisie mais se sont situés par rapport à eux dans une interaction conflictuelle. On peut citer deux noms, Farmer (J.L. Duplan) et Béraud, et ce n’est pas un hasard si l’un et l’autre, dans des directions différentes, seront tentés par l’émigration définitive.

130Cependant, la place de ces romans est importante malgré ou peut-être même à cause du travail d’occultation dont ils ont été l’objet. C’est en utilisant les formes d’intelligibilité du monde local qu’ils mettent en scène la situation d’impasse dans lequel leur groupe se débat et que, si l’on peut dire, il refuse. Ils sont le premier signe de l’ébranlement d’une société, le premier coup qui est frappé, dans le langage écrit, pour un processus de transformation. Ce n’est donc pas un hasard si les auteurs en question utilisent de façon entremêlée une écriture naturaliste et l’esthétique décadente qui en manifeste la crise. Par l’emploi de tournures alternativement plates et étranges qui produit un effet de discordance, sinon d’agression, le déroulement des stratégies locales est représenté à la fois dans sa froide et triste logique, et dans une surcharge baroque frôlant le déséquilibre, qui en figure l’écroulement imminent.

La tentation de la rationalisation. L’âme lyonnaise et l’économie

131Si les essayistes sont relativement nombreux à cette époque, ils sont dominés par la figure d’Edouard Aynard. Banquier, président de la Chambre de Commerce, puis député du Rhône, il écrit une œuvre et a une action personnelle dans le domaine culturel suffisantes pour être nommé membre libre de l’Académie des Beaux-Arts. Catholique libéral il avait fondé un quotidien au lendemain de la guerre de 1870, le Journal de Lyon, avec les républicains libéraux (Jules Simon, E. Legouvé). En 1874, il lui faut se résoudre à l’arrêt de l’expérience et il porte un diagnostic caractéristique : les causes de l’échec sont « l’absence dans notre cité du sens de la tolérance, la présence de l’esprit mystique et l’antipathie instinctive pour les hommes d’action » (J. Buche, Essai sur la vie et l’œuvre d’E. Aynard, 1922).

132Lors de l’Exposition universelle de 1889, destinée à célébrer le centenaire de la Révolution, on met en place une Section d’Economie Sociale destinée à montrer, à côté des produits « du travail humain (...) les conditions générales dans lesquelles ce travail s’accomplit». Le comité du Rhône envoie un rapport à cette section, et E. Aynard, à l’époque vice-président de la Chambre de Commerce, rédige une Introduction à ce rapport, dans laquelle se trouve un portrait du Lyonnais, un « court essai de monographie lyonnaise », qui est resté une des références absolue de la définition d’une « âme lyonnaise ». Constamment cité, on peut dire que c’est un des textes les plus célèbres de son époque.

  • 29 « Il est actif et contemplatif ; c’est un mystique intermittent, secoué par le rude travail ; il e (...)

133On y trouve tout d’abord cette idée que Lyon, c’est-à-dire ses habitants, a la réputation d’être impénétrable, et du coup est ignoré, comme si, à l’avance, l’analyse était découragée et le visiteur rebuté. Et E. Aynard avance divers traits, que l’on peut essayer de démêler du tissu un peu lourd de la période antithétique29 dans laquelle il les enferme. Lyon, qui « n’a jamais été possédé par aucun seigneur » est une « petite république municipale » au milieu des régimes politiques successifs. C’est « le lieu où la fortune discrète est assise sur une âpre économie » ; enfin, « le Lyonnais entrevoit, rêve les grandes choses, se met en marche pour les atteindre et s’arrête. C’est un inachevé ».

  • 30 Ceci n’est d’ailleurs qu’une jolie formule, qui cache un bel exemple d’anachronisme ; à l’époque o (...)

134Il est intéressant de mettre en rapport ce discours avec ce que dit l’auteur, dans le même texte, du capital et des institutions sociales, bien que notre propos ne vise pas à donner des « équivalents objectifs » au langage lyonnais. Sur le premier point, on notera que, selon Aynard, le capital disponible à Lyon est abondant ; « la force du capital est généralement disproportionnée aux affaires (...) le crédit de banque est peu employé. Les valeurs mobilières de placement s’y absorbent avec une facilité particulière, et restent enfouis dans les portefeuilles ». Sur le second point, après avoir noté la réputation de Lyon en matière de « charité, de bienfaisance et d’assistance » et évoqué les « centaines d’œuvres diverses », l’auteur avance que ce sont là les « vrais titres de noblesse de la vieille cité ». Bien que cette formule de « titres de noblesse » soit prise ici dans son sens général, il est tentant de la rapprocher de ce que dit quelques pages plus avant Aynard lorsqu’il évoque l’absence de possessions seigneuriales dans l’histoire de la ville, renvoyant la formation d’une noblesse lyonnaise à la seule investiture de l’échevinat, et ajoutant comme une formule reçue « avec ironie comme avec vérité, que nos véritables gentilshommes descendaient de la Croix-Rousse »30.

  • 31 M. Garden a bien montré qu’au XVIIIe siècle, malgré les prérogatives maintenues des gouverneurs et (...)

135Rapprochés les unes des autres, ces divers fragments, comme autant de traits sémantiques, définissent une situation fort cohérente ; il n’est pas jusqu’à l’affirmation initiale d’impénétrabilité due à de perpétuels contrastes (« Le Lyonnais s’agite dans les contraires, c’est pourquoi il paraît énigmatique ») qui ne mérite d’être relativisée. Dans la « république municipale » lyonnaise où la collation des dignités et plus généralement la cooptation est strictement affaire interne31, décourager l’étranger d’en comprendre les mécanismes, c’est-à-dire, dans un langage plus théorique introduire une différence de nature entre les interactions locales et celles qui interviennent à l’interface entre la localité et son environnement, c’est en effet affirmer d’abord que l’intelligibilité lyonnaise est (par nature) inintelligible pour les groupes sociaux extérieurs. C’est là, si l’on veut, une banalité, mais une banalité fort utile, et qui rappelle trait pour trait la manipulation langagière du thème de « l’étranger » dans le monde rural.

136Dès lors, il convient que, au sein de ce monde, des règles soient en usage pour structurer les transactions ; la règle de base, c’est l’accumulation du capital à des fins non directement marchandes, par le double moyen du jeu de la rente et de l’acquisition d’une reconnaissance sociale dans la création et l’entretien d’œuvres charitables : telle est la logique du monde lyonnais telle qu’il la décrit.

137Il importe peu, dès lors, qu’E. Aynard semble aller dans le même sens que son contemporain Esquirol en définissant Lyon comme « la cité du rêve et du réel, du chrétien austère, du visionnaire et du sectaire, de la folie soudaine et de la raison quotidienne » ni qu’il rappelle — discrètement, dans un texte aussi officiel — la religiosité lyonnaise. Son souci est manifestement de ne pas rompre avec la définition spiritualiste que donne la grande bourgeoisie de sa situation, mais de tenter de l’infléchir dans la direction d’un capitalisme « doux », où la « surabondance de capital » pourrait être investie dans l’industrie au lieu de s’immobiliser. Il voit le risque : « le Lyonnais inachevé, c’est aussi celui qui « refuse la modernité », comme on dirait dans le langage actuel ; et il espère le conjurer. Le « Lyonnais mystique et pratique » lui semble pouvoir réaliser, grâce à ses capitaux et à la « charité », le rêve d’un patronat dynamique et social qui hante à son époque la bourgeoisie libérale. Mais là encore, dans ce texte du moins, Aynard n’a cure de généralités ; c’est le contexte lyonnais qu’il décrit. Les progrès de la chimie dans le domaine de la teinture et de l’apprêt, le développement des écoles techniques et des écoles d’art appliqué, la structure souple de la Fabrique qui, en séparant la conception et le négoce de la production, lui permet maintenant d’avoir à sa disposition les grandes usines possédées par des « entrepreneurs de main d’œuvre » et dispersées à la campagne ; tout cela est pour lui à la fois le produit et les moyens des stratégies relatives des groupes sociaux locaux.

138Aynard entreprend de définir les différentes situations, les différents groupes, et tente de reconstituer leurs positions respectives ; aussi le tableau social et économique de Lyon se termine-t-il par un portrait du canut. Si le vice-président de la Chambre de Commerce parle de celui-ci avec « une ardente sympathie », il ne s’ensuit pas qu’il lui accorde une importance très grande par rapport au fabricant et à son fournisseur, le négociant en soie ; non plus que par rapport aux « magnifiques ateliers dans lesquels se prépare ou s’achève le tissu, ateliers de teinture, d’apprêt, de gaufrage, d’impression ». Nous sommes en pleine mécanisation ; si le tisseur lyonnais « dernier représentant des antiques races ouvrières françaises (...) autochtone de notre industrie », a « conservé son antique organisation et sa figure», cette organisation est en régression rapide, depuis « l’émigration ininterrompue du travail de la soierie à la campagne », et à cet égard Aynard est clair :

« Le travail urbain n’a point été supplanté par le travail rural seulement en raison du bon marché ; c’est plutôt à cause de la sécurité qu’il donne au fabricant. L’émigration a commencé avec l’insurrection de 1831, et après chaque soulèvement ou discussion violente (sic), ce mouvement de dispersion dans la campagne s’est accentué ».

139Ces « discussions violentes » sont évidemment celles qui ont accompagné, depuis fort longtemps pour Aynard, la « question du tarif », c’est-à-dire la fixation du prix de façon dans cette activité, on l’a vu, de type manufacturier. L’auteur plaide l’inéluctabilité des prix librement débattus, sous peine de la disparition de l’activité même de la soierie ; et il en résulte la misère du groupe des « compagnons», c’est-à-dire des ouvriers qui, à la différence des artisans façonniers, ne sont point propriétaires des métiers et travaillent pour ceux-là ; et l’on voit Aynard énoncer le petit syllogisme suivant : « le fabricant ne peut payer qu’une fois le prix de la façon et, en compensation du local, de l’usage d’un métier peu coûteux et des accessoires, il est opéré par le chef d’atelier un prélèvement de 50 % sur celui qui fait le travail manuel » — ergo, « c’est la misère du pauvre compagnon, dont le fabricant n’était point coupable, qui a été l’une des causes des grandes insurrections de 1831 et de 1834 ».

140Il ne nous appartient pas de juger ici de la justesse du raisonnement économique, qu’Aynard situe d’ailleurs dans la perspective d’une évolution historique. Cette préoccupation montre bien que ce qui fait pour lui la matière de son exposé n’est pas une finalité de morale sociale ou de régulation politique mais l’exposé d’une situation d’interaction entre divers groupes sociaux. Le point de vue n’est certes pas « objectif », c’est-à-dire que l’intelligibilité produite est celle correspondant à un groupe émetteur ; on voit mal comment il pourrait en être différemment. Aynard propose la situation économique de Lyon comme le résultat d’un environnement et du jeu de divers groupes sociaux et donne de ce contexte son propre « compte rendu ». Son texte est une lecture d’ensemble : il forme un système de sens, et, lorsqu’il passe au tableau du canut, on voit apparaître soudain un autre portrait du Lyonnais : « Ce travailleur ingénieux, actif et probe, qui tisse mélancoliquement des choses brillantes (...) attaché profondément à son sol, s’assistant et empêchant ceux de sa classe de s’élever, acceptant tout avec l’ironie sournoise de Guignol, n’est-ce point encore le Lyonnais ? ». Ce « Lyonnais-là », ce n’est certes plus le même, et il est vu de l’extérieur (empêchant de s’élever — ironie sournoise — ce n’est pas là un autoportrait). Mais, si on rapproche les deux situations, le tableau, vu du point de vue de la bourgeoisie d’affaires, se referme bien. Le négociant est actif et contemplatif, le canut ingénieux et ironique, les caractères s’engrènent l’un dans l’autre : le fabricant rêve et accumule, le canut rêve et refuse de s’élever, et l’« âme lyonnaise », qui leur est commune, est le liant qui permet à la transaction de s’opérer. C’est le monde lyonnnais qui fonctionne ainsi : hic et nunc, en 1889, il ne peut pas fonctionner autrement. E. Aynard ne dit pas autre chose, mais il substitue une rationalisation des positions d’interaction à la dérive vers l’échec et la mort qui était la définition du même contexte vu exclusivement depuis le groupe de la bourgeoisie « noble ».

141Mais Aynard, banquier, malgré la finesse de son analyse, ne peut donner des groupes sociaux « populaires » qu’une représentation fonctionnaliste ; la relation d’interaction qui le relie à eux est trop indirecte pour qu’il puisse construire le code sociétal de l’intelligibilité de la relation, et il se contente de ce qu’il peut déduire de l’analyse économique. Ce sera le travail des auteurs qui placeront leur point de vue au niveau même de la bourgeoisie marchande que de fabriquer un tel langage, et pour cela, reprenant le travail des érudits et de linguistes, ils vont inventer une littérature « populaire », à partir du théâtre de Guignol.

La littérature populaire — Guignol, de l’ethnologie spontanée au stéréotype

142En toute rigueur, le théâtre originaire de Guignol s’inscrit en dehors de la période que nous considérons, puisque sa création remonte à 1808 environ et que tout un répertoire se constitue avant 1844, année de la mort de son fondateur Laurent Mourguet. D’ailleurs, à propos des recherches dialectologiques de Puitspelu, nous avons vu que pour lui et sa génération, le répertoire et les personnages étaient presque déjà de vieilles lunes. Mais nous travaillons sur l’écrit, et rien n’est écrit de ce théâtre avant 1865. En revanche à cette date, la publication des pièces par J.B. Onofrio constitue un nouvel événement fondateur, et le corpus ainsi composé va, par la suite, servir de référence. De même, à cette date, les journaux polémiques qui paraissent en utilisant, dans leur titre, le nom des marionnettes, et dans leurs éditoriaux, ce langage que Puitspelu dénonçait comme mâtiné d’argot parisien, sont-ils le point de départ de la référence « Guignol » en matière de polémique politique. Les deux phénomènes n’ont d’ailleurs que peu à voir l’un avec l’autre, pas plus qu’ils n’ont à voir avec une protestation sociale assimilable au mouvement ouvrier. Mais leur coïncidence accrédite l’assimilation, qui jusqu’alors n’était nullement évidente, entre la thématique Guignol et la littérature populaire.

  • 32 Dans tout ce qui suit, nous appellerons « littérature populaire » tout ce qui aboutit à une expres (...)

143Nous avons signalé au début de ce chapitre que la période 1865-1911 correspondait à un « cycle » complet en ce qui concerne cette dernière32 : en 1910-1911 paraissent les dernières grandes parodies de Guignol et le premier livre de la littérature de commentaires, celui de Tancrède de Visan. Est-ce à dire que, entre ces deux dates, on a vu se dégrader continûment un Guignol primitif populaire ? C’est une des thèses des plus répandues — depuis Tancrède de Visan, avec des réserves, jusqu’à Paul Fournel (L’histoire véritable de Guignol, 1975), sans réserves. Mais justement, c’est une thèse. Sur quels éléments s’appuie-t-elle, comment reconstruit-elle les situations auxquelles elle réfère ? C’est le problème que pose cette analyse.

Les premières publications

  • 33 Par exemple ceux de Joseph Pérouse (1804-1878) qui appartient à la période précédente et qui fait (...)

144La littérature Guignol, qui apparaît alors que le théâtre de marionnettes a déjà un demi-siècle, ne peut pas être mise dans un rapport de filiation directe avec les autres écrits populaires plus ou moins apocryphes33. Si elle appartient à la même mouvance, celle qui travaille sur le réemploi écrit et « transgressif » de la langue parlée, elle en constitue un développement particulier, répondant à une thématique spécifique. Cette thématique qui va se développer à partir de la publication d’Onofrio, laquelle est à la fois du type dialectologique et du type de l’« ethnologie spontanée » des coutumes locales. Mais il ne s’agit pas de celles que les pièces dépeignent ; elles n’intéressent guère Onofrio qu’à titre de curiosité. Ce qui est en jeu, déjà, c’est l’usage social, le mode de représentation actuel que constituent les séances, publiques ou privées, de marionnettes. De ce qui s’est passé entre 1810 et 1860, du retentissement sociétal qu’a eu ou que n’a pas eu Guignol (nous avons parlé plus haut du mutisme de Boitel), on ne sait pratiquement rien, et rien de probant n’a pu être établi, bien que la chronologie soit suffisamment maîtrisée.

  • 34 Jean-Baptiste Onofrio, né à Lyon en 1814 et mort en 1892, fut un magistrat brillant et termina sa (...)

145Si cet étonnant décalage dans le temps et dans la perception des textes n’« explique » pas toute la formation du mythe de Guignol, il y entre en tout cas pour une bonne part. Lorsque, en effet, J.B. Onofrio34 en 1865 publie de façon anonyme le premier volume du Théâtre lyonnais de Guignol, il le fait précéder d’une longue préface dont il faut examiner certains aspects, que l’on a assez rarement mis en évidence, et surtout pas en les rattachant au fait même de cette publication.

  • 35 On appelle castelet la scène particulière derrière laquelle se joue le spectacle de marionnettes à (...)

146Onofrio, donc, ne se présente pas du tout comme le découvreur en quelque sorte clandestin d’un théâtre populaire qu’il aurait fréquenté presque en cachette, ainsi qu’on l’a écrit. Bien au contraire, il constate l’existence d’un répertoire déjà « fort étendu » et composé « d’éléments très divers », joué dans plusieurs théâtres ou castelets35. Ce répertoire est composé de parodies, dont Onofrio signale lui-même qu’elles sont une tradition du théâtre de marionnettes, d’adaptations diverses de pièces, drames ou fééries, d’autres origines, et enfin « des pièces vraiment lyonnaises, de celles qui appartiennent en propre à Laurent Mourguet et à ses successeurs ». Onofrio, en effet, ne « singularise » pas le théâtre de Guignol, il n’en fait ni un symbole ni une spécificité lyonnaise en soi, les marionnettes sont de tout temps ; tout simplement, à l’époque où il recueille ces textes, les marionnettes lyonnaises sont célèbres, elles ont « conquis Paris » comme l’avaient fait les marionnettes italiennes aux siècles précédents et, comme elles, sur des canevas non écrits. Citons ce passage caractéristique de son texte :

« Le répertoire de toutes les marionnettes du monde appartient au genre que les Italiens nomment Commedia dell'arte. Appelée à égayer le salon et la rue, la Muse légère qui préside aux burattini de toute espèce ne peut leur tracer à l’avance qu’une voie large dans laquelle chaque récitateur aura, suivant le temps et le lieu, la plus grande liberté de mouvement. L’écriture ne conserve jamais de ses œuvres que le dessin général, avec une petite partie des facéties retenues par la tradition. La mémoire de l’artiste est chargée de les compléter, et son imagination ne manque pas d’improviser des ornements nouveaux. Il n’en est pas autrement du répertoire de Guignol. Et encore les canevas de ce théâtre qui existent dans le domaine public se modifient-ils incessamment ».

147On voit, de façon précise, par cette citation, qu’il s’agit seulement pour lui de recueillir en faisant œuvre, donc, d’historien des coutumes (et de la langue), un état d’un texte, et non pas de codifier ne varietur la symbolique populaire lyonnaise.

  • 36 Un des reproches émanant en particulier de P. Fournel est d’avoir coupé Guignol de ses racines pop (...)

148On a fait divers reproches d’authenticité à cette publication. Nous ne pouvons entrer ici dans le détail de cette controverse ; ces reproches ne nous paraissent pas réellement fondés36. On a reproché aussi à Onofrio d’avoir arbitrairement sélectionné, éliminé les féeries, ce qui est contredit par la lecture du recueil. Mais ce reproche, qui consiste à taxer un auteur d’anachronisme parce qu’il reconstruit un corpus en le lisant depuis son époque est encore bien plus mérité par les critiques postérieurs, qui isolent délibérément les vingt pièces des recueils Onofrio de toute la suite de la production, sous prétexte, toujours, d’authenticité, alors que c’est précisément le rapport entre les deux époques qui pose clairement le problème de l’utilisation de la thématique Guignol.

149Avant de revenir sur cette évolution, il faut nous arrêter un instant sur l’image du Guignol d’Onofrio. Il est incontestable que la plupart de ces textes sont anciens par rapport à l’époque où ils ont été publiés : cependant cette publication et les considérants qui l'entourent ne sont pas indifférents. Même s’il n’y a là qu’une charnière entre érudition et littérature populaire, Onofrio donne, à la fin du Second Empire, un témoignage, un repère fixe, qui va être par la suite utilisé comme base de transpositions diverses.

150Ces pièces représentent donc une fraction du répertoire qui était pratiqué sous le Second Empire, c’est-à-dire un demi-siècle après la création des premières marionnettes.

151Elles sont d’une grande variété, et semblent avoir été sélectionnées pour représenter les divers genres existant à l’époque. Leur compilateur a pris soin de faire suivre certains de ces vingt morceaux d’une petite note dans laquelle il indique, de façon succincte mais précise, l’origine de la pièce selon l’opinion généralement reçue à son sujet. C’est ainsi que l’on peut recenser :

  • les pièces qui sont attribuées à « Mourguet grand-père », c’est-à-dire qui datent probablement des années 1810-1820. C’est le cas des Frères Coq, d’Un dentiste, du Déménagement, des Souterrains du vieux château. La racine merveilleuse et Les conscrits de 1809 sont donnés comme ayant été joués par lui ;
  • des pièces dont l’idée est supposée avoir été empruntée à un répertoire de marionnettes du XVIIIe siècle : Les couverts volés, Le pot de confiture ;
  • une pièce donnée pour postérieure à la plupart des autres pièces du recueil et qui « selon la tradition daterait des dernières années de la Restauration et serait l’œuvre de la collaboration d’artistes et de fonctionnaires de cette époque »37, Ma porte d’allée.

152Le reste, soit onze pièces, pour lequel les indications sont absentes, doit donc dater de l’époque 1820-1830, avec sans doute des remaniements ultérieurs. Toutes ne sont pas censées se passer à Lyon ; bien entendu dans tous les cas, le personnage de Guignol, au moins, emploie les mots du langage populaire lyonnais, du dialecte canut, de façon sensiblement moins insistante pourtant que chez L.E. Blanc. La mise en position d’artefact de la « langue lyonnaise » n’est pas (encore) un des ressorts essentiels du comique.

153Si on laisse de côté les pièces dont l’intrigue est la moins développée, ou certaines autres qui sont des vaudevilles sentimentaux ou des histoires empruntées au vieux fonds des comédies de situation (Maître Pathelin, le faux testament), dans lesquels Guignol est simplement le « héros » de la pièce, c’est-à-dire le nom attribué au caractère le plus en relief, on peut conserver trois catégories de pièces qui nous donnent une idée assez précise des groupes sociaux à Lyon tels qu’ils sont présentés, de façon implicite, par le recueil Onofrio. Les images sont suffisamment contrastées pour faire apparaître, dans le langage, des situations visiblement dépeintes à partir de points de vue différents, selon les pièces, sans qu’il soit nécessaire pour cela d’en connaître les auteurs. Mais ces images sont compatibles entre elles ; notre hypothèse est qu’elles constituent un langage qui a été produit et reçu et qui sert de code aux situations.

154Une première catégorie de pièces (Le pot de confitures, par exemple) nous montre Guignol dans la position du domestique. Mais contrairement à ce qu’on pourrait supposer, il ne s’agit pas là d’un rôle spécialement flatteur. Guignol est placé à la campagne, chez un bon maître : rien de commun avec le valet Matti de Brecht, même pris au premier degré. Naïf, il fait rire ; espiègle, et parfois courageux, son intelligence est cependant représentée comme limitée. Lorsqu’il y a conflit, c’est avec les mauvais serviteurs ou des brigands ; mais le maître est toujours en dehors du conflit qu’il contribue à dénouer. On retrouve là un mélange de Sancho Pança et de Papageno : Guignol reste dans sa condition.

155Une seconde catégorie de pièces nous définit une situation apparemment différente. La logique en est au fond très proche ; mais le contexte est inversé. Les pièces se passent à la ville dans un milieu d’artisans pauvres. Les seuls riches que l’on aperçoit sont des personnes de même origine, mais qui se sont enrichies, soit par l’épargne, soit par le voyage, l’aventure, servies par la chance ; et sont devenues des rentiers sans que quoi que ce soit nous fasse percevoir un changement de leur langage ou de leur structure de comportement.

156Très caractéristique à cet égard, l’intrigue des Frères Coq met en relation deux « cigales », les deux compères Guignol et Gnafron, une « fourmi », le notaire avare (un frère de Guignol qui a acheté l’étude où il était entré comme saute-ruisseau), et un troisième frère, lequel s’est enrichi à la Martinique dans des circonstances romanesques quoiqu’aussi à force de travail. Du même type sont Le portrait de l’oncle, Le dentiste, Le marchande de picarlats, voire le célèbre Déménagement.

157Enfin, un troisième groupe de pièces se distingue du premier par la disparition du type du « gros propriétaire foncier » et du second par l’apparition de personnages et d’un discours différent, ceux qui correspondent à la stabilisation de la richesse, à l’acquisition de signes culturels (par exemple, l’éducation d’une fille dans un pensionnat en vogue). Le marchand d’aiguilles, Le duel, Tu chanteras, tu ne chanteras pas, voient apparaître des personnages totalement inconnus des autres types de pièces : le marchand enrichi en train d’établir la génération suivante (comparer l’enrichissement des jeunes prétendants du Marchand d’aiguilles à celui de Jérôme dans Les Frères Coq). Du coup, Guignol reprend son rôle de faire-valoir, bousculé par les uns et par les autres.

158Chaque ensemble de pièces situe donc son point de perspective dans un univers de sens différent. Le premier montre le retentissement sur des personnages subalternes d’un monde dont la logique leur échappe : suivant un rapport que l’on retrouvera jusque dans Bécassine, si les personnages populaires sont le ressort comique, leur statut réside uniquement dans leur condition : ils font rire parce qu’ils utilisent mal le langage naturel, mais ils n’en introduisent aucun autre ; ils sont instrumentalisés. Le second adopte une perspective inverse : les groupes populaires sont la raison d’être de l’intrigue. Les vrais représentants du monde bourgeois sont absents, de même que l’« autorité » : les personnages riches sont des membres des groupes populaires enrichis par des concours de circonstance, non par une accumulation. Ni dans le premier ni dans le second cas il n’y a de conflit de statut entre « riches » et « pauvres ». Enfin le troisième type montre ce qu’on pourrait appeler le début de l’ascension sociale, par exemple le petit commerçant qui s’est enrichi et cherche à adhérer au modèle de la bourgeoisie marchande. Le conflit apparaît, mais uniquement parce que la génération en cause appartient encore aux deux strates à la fois.

159Ces trois types de pièces (relecture Second Empire de situations plus anciennes) font donc apparaître, tournant autour de Guignol, personnage (plutôt que héros) populaire, trois groupes de référence différents :

  • une grande bourgeoisie à référence terrienne, qui se rapproche de l’aristocratie malgré certaines différences ;
  • un groupe populaire relativement homogène et autonome ;
  • une bourgeoisie marchande en voie de constitution à partir du précédent.
  • 38 Il faut se garder de confondre ce système de sens avec les déformations qu’il subit du fait du gen (...)

160Il serait aventureux faute de preuve, et un peu simpliste, de rattacher chacun de ces référentiels à un auteur, une époque ou un public. Nous pouvons noter simplement d’une part la grande homologie qui existe entre les groupes sous-jacents et ceux que l’on a trouvés jusque là ; on y trouve un écho des groupes qui étaient explicitement définis dans Lyon vu de Fourvières, mais de plus on y voit apparaître les groupes populaires (ceux du Lyon de la Restauration ou des années 1850) à travers quelque chose qui pourrait bien ressembler à leur propre code. Ce code fait apparaître aussi bien la définition propre de ce groupe basée sur une certaine indifférence au monde extérieur et sur la production d’un système de sens qui lui est propre38 que l’interaction entre les groupes vue du point de perspective des groupes populaires. La grande bourgeoisie est totalement extériorisée, et on serait tenté de dire que dans la représentation des groupes populaires elle ne joue qu’un rôle instrumental fort modeste ; en revanche la bourgeoisie marchande est présente, mais presque uniquement en raison de la mobilité sociale qui assure un minimum de continuité entre elle et les artisans ou petits boutiquiers. Les conflits essentiels, ressorts des intrigues, se déroulent au sein des groupes populaires ; celui qui s’enrichit quitte le jeu.

161Rien, donc, n’autorise à dire qu’il y a plusieurs théâtres distincts, ni même plusieurs publics. Il est possible que le Pot de confitures qui, à l’époque, devait avoir un petit côté « comtesse de Ségur », ait été une pièce de salon, comme il est tout à fait possible que Mourguet ou ses successeurs immédiats l’aient jouée, au besoin devant un public bourgeois. Nous n’en savons rien, et cela ne change pas grand’chose à notre raisonnement. Le corpus Onofrio constitue bien, en utilisant une forme populaire, une série de définitions de situations, fort proche au demeurant de celle des textes de Puitspelu. C’est à ce titre qu’il va servir de base de départ à une construction exogène du stéréotype populaire, du stéréotype du « bon canut », dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est totalement absent du cornus.

162En effet, après cette publication, la notion de répertoire de Guignol — qui, rappelons-le, a déjà plus de 60 ans — devient problématique, mais en réalité c’est le problème de son contenu en tant que représentation populaire qui le devient. Les années 1880-1910 vont voir la « littérature populaire » se cliver en deux courants, l’un comme l’autre se réclament des personnages de Mourguet. C’est qu’en effet dans le théâtre joué, où la création du langage est soumise à la sanction quotidienne des spectateurs et à elle seule, la notion de langage véhiculaire moyen faisant apparaître tant bien que mal l’imbrication des groupes est nécessaire. A partir du moment où il y a passage à l’écrit, le « langage populaire » apparaît, hors de son lieu d’expression, comme une forme. Celui qui l’utilise se donne comme le traducteur légitime de la conscience collective du groupe social en cause. Il est donc compréhensible que se heurtent ceux qui continuent à fabriquer du théâtre pour une clientèle de spectateurs et ceux qui écrivent des pièces pour tenter de prolonger et d’approfondir l’usage du code que l’écrit vient de fixer. Mais il est clair aussi que chez les uns comme chez les autres la notion de tradition ou d’authenticité ne peut qu’être renvoyée à la logique de la position sociale de ceux qui la mettent en avant.

Le théâtre de Guignol après Onofrio

163Que devient le théâtre de Guignol après la publication du corpus d’Onofrio ? Ainsi que nous l’avons vu, cette période est le plus souvent passée sous silence par les commentateurs de la période récente, à l’exception d’une allusion devenue presque rituelle aux parodies et aux auteurs sans talent de pièces conventionnelles. Ceci supposerait que l’on oppose une expression « populaire authentique » à une déformation ultérieure, ce qui est déjà fort approximatif. Mais l’analyse de ces multiples textes et de leur succession entre les premières publications et les années 1910 fait ressortir une évolution intéressante qui continue celle qui précède : le passage par la transcription, la création d’un code, prépare le passage au stéréotype, c’est-à-dire le fonctionnement autonomisé du code ; la phase qui suivra sera le passage au mythe.

164Après les années 1880, le recueil des pièces anciennes ne suffit plus. Une production nouvelle va apparaître : elle comprend plusieurs genres, que l’on peut regrouper en deux : les pièces à référence traditionnelle et les pièces de circonstance.

165Par pièces à référence traditionnelle, nous voulons désigner précisément des œuvres qui prétendent recueillir la forme et le contenu canoniques d’une œuvre, ce qui revient à les instituer. Par le fait même les auteurs se disent qualifiés pour le faire, se décernant ainsi un brevet de mainteneur de l’identité locale.

166Les pièces de circonstances ont éventuellement aussi une charge idéologique, en ce sens que les personnages sont désormais codés par la référence au recueil Onofrio. Mais cette idéologie est implicite, et ne se propose pas pour message une conservation.

167Les pièces de tradition vont être écrites plutôt par des auteurs qui assument une fonction d’intellectuels ; ils sont regroupés dans l’« Académie du Gourguillon », que nous avons déjà brièvement évoquée. Les autres ont pour auteur des marionnettistes ou des écrivains populaires : ils ne se réclament pas d’un message, tout au plus de la relation immanente entre le personnage et la ville.

• L’« Académie du Gourguillon » et ses publications

168Nous avons dit que en 1879 Nizier du Puitspelu avait déclaré fondée l’Académie du Gourguillon, une imitation parodique des Sociétés Savantes. Mais ce n’était pas là acte de fondateur d’école : il en était « le président, le vice-président, le secrétaire, le trésorier, les membres et le public ». Ce n’est qu’en 1881 que, dans une correspondance sur un point de philologie, il a l’idée de nommer «membre de la dite Académie » un de ses amis, et par un processus similaire on voit se constituer un groupe dont l’ambition se rapprochait plus de celle des chevaliers du Tastevin que de la Compagnie du quai Conti, mais dont les membres étaient tous intéressés par l’érudition et l’illustration lyonnaises. Les premiers membres de l’Académie sont architecte, journaliste, éditeur, peintre, ou représentants des professions liées à la soierie ; à la mort de Tisseur l’Académie se mit à se compléter par cooptation et élut même, en 1895, E. Aynard. Par la suite son activité semble avoir été des plus réduites et en 1919 elle ne comptait plus qu’un seul membre en vie, le Dr. M.O. Gros.

  • 39 « Réglette sur laquelle le compositeur aligne les caractères d’imprimerie » (Le Petit Robert).

169En 1884, Puitspelu avait donné des « statuts » à l’Académie, toujours sur le mode badin. Il y était dit que l’Académie avait été fondée « à seule fin de préserver toute vieille bonne tradition lyonnaise» et qu’était « idoine à faire partie d’icelle quiconque a contribué à la dicte préservation par la plume, le pinceau, le ciseau, le burin, le composteur39 ou la navette » (A. Bleton, Véridique histoire de l’Académie du Gourguillon).

  • 40 P. Fournel, op. cit., donne pour date du second ouvrage 1886. Il n’y a jamais eu de tome 2 : nous (...)

170C’est de ce groupe qu’émanent les pièces du premier type, rassemblées en deux ouvrages publiés à un très petit nombre d’exemplaires et qui ne sont pas datés. Mais les pièces qui les composent étaient fort connues et certaines ont été éditées en fascicules séparés. Il s’agit des Classiques du Gourguillon et des Mémoires de l’Académie du Gourguillon, tome I, Théâtre40.

  • 41 On appelle « manipulateur » la personne qui fait mouvoir la marionnette et dit le texte.

171Les Classiques du Gourguillon se présentent de manière analogue aux éditions d’Onofrio, c’est-à-dire comme une collection de pièces jouées entre la retraite de Mourguet et l’époque où on commence à se préoccuper de publication. L’ouvrage comporte sept pièces : il est précédé d’une préface de Glaudius Canard, de l’Académie, pseudonyme de Jules Coste-Labaume, journaliste lyonnais. L’exemplaire conservé à la bibliothèque municipale de Lyon comporte diverses adjonctions, dont un folio manuscrit anonyme d’un des manipulateurs de l’époque, probablement M. Henry41, qui précise l’origine des diverses pièces.

172On y trouve un échantillon intéressant de ce qui pouvait être le théâtre Guignol à cette époque : des farces et vaudevilles adaptés de fonds anciens ou XIXe siècle par des marionnettistes, une farce lyonnaise à peu près contemporaine, de même origine, le tout démarquant plus ou moins lourdement le ton du recueil Onofrio, et deux pièces originales (Le tambour de Chaponost et La déclaration du petit Guignol).

  • 42 L’ouche est une planchette sur laquelle le commerçant marque, par des entailles, les quantités pri (...)

173Ces deux dernières pièces sont, pour cette époque, les premières pièces écrites par des « intellectuels », en tout cas des gens qui ne sont pas des marionnettistes de profession. Ce sont d’assez maladroites rhapsodies de termes de lyonnaiserie, plaquées sur des intrigues dont la minceur est extrême. On retrouvera le genre dans le second recueil. Mais l’intérêt du premier est principalement dans le long texte qui le précède, malgré ou plutôt à cause de son très faible rapport avec le contenu des pièces. Le portrait psychologique qu’il trace de Guignol est celui du « bon pauvre ». On commence par une description assez fidèle : « L’ouche42 s’allonge chez le boulanger, les quittances s’accumulent chez le régisseur, le marchand de vin mesure son crédit : Guignol soulagera sa bile et adoucira ses amertumes par quelques imprécations contre les ’gredins de propriétaires’(...) mais tout cela n’est que manière de parler, c’est la plainte du pauvre diable que poursuivent la guigne et le chômage », mais on poursuit aussitôt par le commentaire qui comme dans toute bonne narration fait corps avec le récit :

« Sa méchante humeur s’arrête aux mots ; Guignol maudit ses créanciers, mais les paie ou jure de les payer. Il ne lui viendra jamais à l’idée de pétroler les maisons ou de piller les boutiques : son robuste bon sens n’est point entamé par les misères de la vie ». Au demeurant « c’est l’ancien canut lyonnais, laborieux, honnête et philosophe ».

174Constatons simplement que dans ces pièces, pas plus que dans les précédentes, Guignol n’est presque jamais canut, qu’il est rarement honnête et encore moins laborieux. Notre commentateur est pris en flagrant délit d’anticipation : il a déjà transformé le personnage de Guignol. Les pièces parues dans le second recueil illustrent cette tentative.

175Les Mémoires de l’Académie du Gourguillon, tome I, théâtre parues en 1886 comportent cinq pièces relativement longues. Il ne s’agit plus ici de pièces du répertoire, de « classiques ». Les pièces sont toutes signées par des membres de l’Académie : l’éditeur Adrien Storck (Gérôme Coquart), le fabricant Eugène André (Athanase Duroquet), et le journaliste Jules Coste-Labaume (Glaudius Canard), l’auteur du texte introductif précédent.

  • 43 Dodon, prénom fort en usage dans la « lyonnaiserie », est le diminutif de Claudine.
  • 44 Le personnage, encore appelé « brasse-roquets » (celui qui « brasse », qui manipule, les roquets, (...)

176Ces pièces se veulent des petites comédies d’actualité, elles se situent dans des trames ou situations lyonnaises : si on prend comme exemple Les tribulations de Duroquet, une de celles qui sont le mieux composées, Guignol y est un jeune canut, Gnafron un artisan veloutier un peu handicapé par la bouteille, dont la fille, Dodon43, est gâtée par les romans que lui procure, avec des intentions séductrices, Edgar Duroquet, l’employé du fabricant qui vient inspecter les métiers44. L’intrigue importe peu ; la caractéristique de cette pièce est sa moralité ou plutôt la manière dont cette moralité est mise en scène : à partir du moment où la contamination des demi-intellectuels de la bourgeoisie moyenne est écartée, les groupes populaires se retrouvent entre eux et sont heureux.

177Guignol député présente la même thématique : Guignol, élu député par un suffrage universel « guidé » par le comité où siège l’influent Gnafron (Cf. plus loin La politique de Guignol) se trouve fort mal de ce rôle, bien qu’il l’assure avec une mâle assurance et s’empresse de démissionner en face des surenchères démagogiques de ses électeurs. Il s’agit là aussi d’opposer le vrai type populaire aux déformations qu’il subit dès qu’il veut sortir de ses fonctions.

  • 45 La comparaison est édifiante en ce point entre la préface d’Onofrio qui a pour but principal de fa (...)

178Les autres pièces du recueil sont moins significatives ; elles montrent simplement d’autres exemples de combinaison entre une intrigue vaudevillesque et le « langage Guignol ». Leur seul but semble apparemment d’entretenir la tradition, de recueillir la légitimité de l’héritage. L’ensemble de ce recueil n’en constitue pas moins une étape supplémentaire : pour la première fois, des « intellectuels » se réunissent pour écrire entièrement un recueil de pièces de Guignol et illustrer, en quelque sorte, le message délivré par l’un d’eux dans la préface du dernier recueil de la phase précédente, celle où on se contentait de recueillir les improvisations des hommes de spectacle45. Les pièces « idéales » qui montreraient Guignol dans le rôle de l’ouvrier simple mais honnête, capable de corriger avec sa trique, non pas « le commissaire » comme au Jardin du Luxembourg, mais les mauvais bergers du peuple, n’existant pas, et pour cause, le plus simple est de les écrire.

179Il est aisé de voir la filiation dont procède le type ; nous avons déjà évoqué ces exercices de style, qui ressortissent à l’ethnographie et à l’histoire des mentalités, où l’auteur campe le « vieux canut » avec ses qualités humaines. Or on trouve dans ces pièces, qui émanent des « intellectuels » regroupés, un peu fortuitement, dans l’Académie du Gourguillon, un personnage nouveau, le jeune canut candide mais malin, qui est manifestement chargé d’expliquer que le peuple est bon et sain, lorsqu’on ne vient pas le corrompre. Mais si on vient affirmer avec force que Guignol n’aurait « jamais l’idée de pétroler les maisons ou de piller les boutiques » ce n’est sans doute pas pour se rassurer (nos rhapsodes ne sont pas si naïfs que de procéder à des conjurations magiques) ni pour convaincre ; c’est pour reconstruire, dans l’imaginaire, un modèle social qui n’existe plus, mais qui était la justification du rôle de la bourgeoisie marchande, comme sommet du continuum social englobant les groupes populaires, continuum que nous avons décelé dans le corpus Onofrio. Or, avec le transfert à l’extérieur des ateliers et leur mécanisation, cette bourgeoisie marchande est amenée à se rapprocher de la bourgeoisie d’affaires, à passer du stade manufacturier au stade industriel. Il n’est pas surprenant que les intellectuels de l'« Académie » tentent de déclarer ce processus non inéluctable, car il détruit une partie des interactions sur lesquelles se fonde le monde lyonnais. Pour les reconstituer, ils s’emparent du « canut frondeur à l’ironie narquoise » que nous avons trouvé dans l’essai didactique d’Aynard, et tentent d’en faire une forme sociale, « Guignol, ouvrier probe, scrupuleux et rangé », de constituer dans l’imaginaire l’autre « versant » de l’âme lyonnaise : il ne s’agit donc plus d’étudier les types populaires, mais de produire un langage ; de construire en face de la lente dégénérescence de la grande bourgeoisie, et des menaces de l’industrialisation, la « nouvelle bourgeoisie marchande » des soyeux comme détentrice légitime du droit de définir les places.

180Et pour cela, il faut des émetteurs de langage, et les marionnettistes ne sont pas à même de tenir ce rôle. « Nos artistes se montrent plus experts à parler la langue du Gourguillon qu’à l’écrire. Ce sont d’autres qui ont dû recueillir le verbe divin et le transmettre aux âges futurs, comme on a recueilli les chants d’Homère. Guignol a eu cette gloire, en effet, d’inspirer les écrivains, les dessinateurs et les peintres... » (Classiques du Gourguillon, préface). On voit que l’écrivain, comme le créateur plastique, sont investis de la mission de créer les formes de « ce maximum de conscience possible », ainsi qu’on pourrait le dire en détournant les analyses de L. Goldmann ; mais on voit aussi que ce ne peut être que par mandat (implicite) d’un groupe, celui qui va reconnaître la symbolique de sa situation dans ce déplacement d’une première émission qui n’a pu avoir de destin propre. La transcription littéraire apparaît, dans cet exemple que Ton pourra juger trivial, dans toute l’étendue de son travail de différenciation par rapport au matériau qu’elle utilise. Mais cela signifie aussi que d’autres transcriptions sont également possibles, et surtout que le fait matériel (le fait de langage) de cette transcription constitue un nouveau point de départ, qui ne réfère qu’au contexte social qui le voit se produire, et nullement au matériau « historique » qu’il a réinvesti. Le procès d’authenticité est un contre-sens.

• Les pièces de circonstance

  • 46 Somme toute, c’était la situation de Mourguet un siècle auparavant.

181Nous avons vu que le répertoire ancien à base de vaudevilles transformés et de « farces et moralités » dans le goût populaire de la première moitié du siècle était visiblement un genre épuisé ; à la limite rien ne prouve, en effet, que des hommes comme J.B. Onofrio et même N. du Puitspelu aient pensé en quoi que ce soit à perpétuer un « genre Guignol ». Mais les théâtres existent ; ils représentent un fonds de commerce. Il faut les remplir, et on ne le fait pas avec des pièces qui se jouent dans les banquets d’anciens élèves du lycée Ampère. Une des salles, le café Condamin, est acheté par un canut au chômage, Pierre Rousset46. Excellent manipulateur, de l’avis des habitués, celui-ci, ainsi que ses successeurs, eût l’idée de créer de toutes pièces un nouveau répertoire.

  • 47 Où son dernier illustrateur a été, avec le marionnettiste P. Neichtauser, l’auteur de revues P.E. (...)

182On ne parle jamais de ces pièces, sinon de façon allusive et méprisante. Or ce type de répertoire, cette manière nouvelle d’exploiter un théâtre de marionnettes, a subsisté jusque dans les années 196047. Et lorsque des « rénovateurs » veulent refonder un Guignol dans les années 1970, ils utiliseront exactement les mêmes procédés.

183Le principe de ce répertoire n’a en soi absolument rien de nouveau ; il se compose de « comédies » (de petites pochades plus ou moins spirituelles) de pièces inspirées d’événements d’actualité, et de « parodies ». Ah ! ces parodies, que de polémiques n’ont-elles pas soulevées ! Et pourtant le genre est vieux comme le spectacle lui-même ; nous trouvons dans une publication (par les soins de J. Rittaud-Hutinet) sur la représentation de la comédie La promenade des Terreaux de Lyon en 1712 par les comédiens italiens les lignes suivantes : « Nous signalerons enfin l’existence d’une pièce : Arlequin Roland, de Dominique et Romagnesi datée de 1 707. Il s’agit d’une parodie de l’Opéra Roland de Quinault (1685). Il serait tentant de croire que cette pièce, jouée en province, l’ait été également à Lyon ». Le même texte signale quelques pages plus haut une parodie de l’opéra Tanerède. La parodie des grands opéras du XVIIe siècle par les comédiens italiens serait donc à prendre en considération, alors que la parodie d’Aïda, de Faust ou de Guillaume Tell par des marionnettes serait le comble du ridicule, un « minable reflet » de la « nouvelle clientèle riche » (P. Fournel, L’Histoire véritable de Guignol) ?

184P. Rousset et ses successeurs (A. Chanay, T. Tardy, et bien d’autres) ne firent pourtant qu’utiliser le même procédé que leurs devanciers. Des parodies, il y en a dans les recueils Onofrio ; des pastiches de Regnard, traités dans l’esprit populaire des années 1820 avec des personnages du temps. Or à Lyon dans les dernières années du siècle l’opéra est un genre très populaire ; à qui fera-t-on croire que c’est la clientèle bourgeoise qui, d’un même mouvement « va aux Célestins voir le spectacle parisien en tournée ou la pièce à la mode et (...) se précipite ensuite au théâtre Guignol pour en voir la parodie en réduction » (P. Fournel, op. cit.) ? Elle le fait peut-être, marginalement, comme elle montait, cinquante ans auparavant, des castelets dans ses salons pour jouer Le Déménagement ; mais elle n’est assurément pas la seule. Les parodies sont traitées avec des personnages populaires de la fin du siècle ; l’utilisation du « parler lyonnais » est celle que l’on pouvait entendre à l’époque dans les rues des quartiers de Lyon, et non le langage des boutiquiers de la rue Mercière et des artisans de Saint-Georges arrêté en 1850 par Cl. Tisseur.

185A côté des parodies, nos auteurs ont écrit un grand nombre d’autres pièces : nous citerons par exemple Un divorce inutile, que P. Rousset après avoir joué avec succès, fit éditer avec une longue préface (une de plus !) où il expose ses intentions et d’abord le souci de rester dans la « vérité » de son temps.

« Le tisseur aujourd’hui ne parle plus patois ; il parle à la vérité un français que l’Académie ne mettrait pas mot pour mot dans son dictionnaire, mais non le jargon fantaisiste créé par certaines productions littéraires et quelques journaux spéciaux dont l’exagération dépasse de beaucoup la vérité. J’ai vécu assez longtemps au milieu des ouvriers lyonnais pour connaître leur langue et leurs mœurs » (souligné par nous).

186et par ailleurs, il cherche à évoquer des sujets d’actualité :

« Le divorce, qui est maintenant consacré par la loi, m’a fourni le sujet, et je l’ai développé de manière à donner à chacun de mes personnages populaires le rôle qui lui est propre ».

187Certes cela n’a rien de génial, et Un divorce inutile est écrit en alexandrins laborieux. Mais là ne nous paraît pas être la question. La postérité de Guignol vue par ces marionnettistes est incontestablement populaire ; et elle n’utilise pas plus les archaïsmes et les redondances de style qu’emploieront tout au long les « félibres » des « Amis de Guignol » que les agriculteurs n’utilisent, pour leurs bâtiments actuels, les coquetteries du style « néo ». Elle constitue donc en soi un type particulier tout aussi « respectable » que les autres, qu’il est nécessaire de prendre en considération dans une analyse de la littérature populaire. Mais elle a été rejetée unanimement ; et par les « héritiers légitimes » du Guignol « authentique » parce que, à l’inverse des auteurs que nous venons d’évoquer, elle ne construit pas la définition d’une situation imaginaire nécessaire à l’intelligibilité de la leur propre, et par les réinventeurs récents du Guignol prolétaire. Ces derniers, ayant reconstruit au préalable le Guignol des années 1820-1860 comme étant en « homologie structurale » avec les révoltes des canuts, sont obligés de voir, dans les parodies d’opéra et dans les pièces de circonstances de Rousset, assorties de considérations d’une morale assez conventionnelle, l’éternelle figure de l’embourgeoisement du peuple, chère aux esprits révolutionnaires...

188Nous ne pouvons-nous étendre sur ce point, qui nécessiterait une analyse de la culture populaire du Lyon du début du siècle en y incluant le théâtre de mélodrame du « Père Coquillat » (1831-1915) qui était aussi canut, rue Diderot, le Mystère de la Passion donné à la Croix-Rousse par une troupe d’amateurs jusqu’en 1950, voire même les comédiens amateurs de l’abbé Charavay qui, à la salle François Coppée, ont initié au répertoire classique des générations de jeunes Lyonnais.

Les « petits journaux » et l’utilisation politique de Guignol

189Il faut également faire allusion à une littérature guignolesque beaucoup moins connue, et qui est la polémique politique. Elle est plus proche du journalisme que du théâtre ; mais certains commentateurs ont cité les deux de façon simultanée, et on trouve La politique de Guignol (L. Jacquier, 1908) dans la bibliographie de T. de Visan comme dans celle de P. Fournel. Cette compilation constitue un bon exemple d’une veine « radicale-socialiste » qui se prolongera jusque dans les années 1950.

190Ces textes, chroniques du Progrès réunies en un volume, se situent dans la mouvance des querelles politiques qui agitent Lyon aux débuts de la IIIe République, à l’époque des comités, « machines » électorales qui viennent de l’aile gauche de l’opposition républicaine à l’Empire, et qui aboutiront au radicalisme, comités dont le plus connu est le Comité de la rue Grôlée. Nous n’avons pas envisagé directement ce développement de la thématique Guignol car très vite, à la différence de la Société des Amis de Guignol dont nous parlerons plus loin, cette veine se confond avec la polémique journalistique, très importante dans le Lyon de l’entre-deux-guerres avec une connotation de plus en plus populiste ; mais nous avons pour des raisons pratiques écarté le journalisme du champ de ce travail. Cependant il est intéressant de noter la filiation de ces textes aux petits journaux qui apparaissent à Lyon à partir de 1865 : ces journaux en effet, aussi nombreux qu’éphémères, sont une illustration de la popularité du thème de Guignol et de son utilisation à l’appui d’une polémique « tous azimuths » très éloignée de l’ethnologie spontanée de Puitspelu (qui y trouve probablement au contraire un repoussoir) comme de la néo-symbolique de l’Académie du Gourguillon — et encore plus, bien entendu, de la mythique moderne du Guignol prolétarien.

191La même année (1 865) que le recueil d’Onofrio, on voit apparaître d’abord un Journal de Guignol, publication fort irrévérencieuse qui paraîtra pendant un an et demi avant de succomber sous les procès, mais qui est suivi de toute une série de petits journaux du même genre aux titres pittoresques et à la vie éphémère. Faut-il y voir une manifestation de l’esprit contestataire de Guignol ? La réalité paraît moins simple.

  • 48 Le mot, déformation plaisante de « salsifis », désigne lui-même par métonymie la queue de cheveux (...)

192La lecture de ce journal ménage en effet, d’étranges découvertes. Certes, son éditeur, l’imprimeur Labaume, n’est point, selon toute apparence, un fidèle de l’Empire. Cependant, s’il y a un contenu de satire politique dans ce journal, il est à coup sûr bien caché ; le Journal de Guignol apparaît plutôt comme un journal à scandales. L’exposé des motifs qui accompagne le premier numéro est clair sur ce point ; après avoir exposé que s’il n’a pas beaucoup de moyens financiers, Guignol en tout cas « ne manque pas de toupet, témoin son sarcifix (sic) »48, il sollicite ouvertement le lecteur, en termes totalement dépourvus d’ambiguïté (nous gardons à dessein le style de l’éditorial, qui est à peu près le seul à être écrit dans ce langage, le reste du journal n’utilisant le parler canut que de façon très réduite) :

  • 49 Au sens propre, grapiller après la récolte, d’après Le Littré de la Grand’Côte.

« Nous sommes d’accord, t’y pas z’enfants ? Vous allez m’envoyer de z’espigrammes, de z’écorniflades, de blagues, de z’histoires à crever de rire, puis de chroniques à gros sel (...) enfin un tas de guignolades, quoi !(...)C’est pas la mer à boire : gn’en a d’entre vous que fréquentent les salons (sic) ousque la malice trouvera ben à raisimoller49 quèques bonnes vérités à mettre au jour. Des uns que se faufilent en tapinois dans de z’endroits ousque la conversation peut laisser tomber quéque secret à se mettre sous la dent... » (Le Journal de Guignol, no 1, 30 avril 1865).

193On ne saurait mieux dire. Les journaux actuels qui pratiquent ce genre d’information sont, à tout prendre, plus discrets, bien que le procédé soit resté le même.

  • 50 Cf. cette charge sur La Belle Hélène dans le n° 12 « Ce triste hors-d’œuvre servi 150 fois au nez (...)

194Les cibles du Journal de Guignol sont, assez curieusement, tout ce qui rappelle les mœurs parisiennes : les « cocottes » et leurs partenaires masculins les « petits crevés », dont la désignation à la mode est « les cocodès » ; les directeurs de théâtre qui jouent des pièces importées de la capitale50, et aussi, il est vrai les notables qui s’enrichissent sans vergogne — un des premiers numéros est vendu « au profit des ouvriers sans travail ». Mais les bourgeois qui entretiennent des maîtresses, au besoin en exerçant des contraintes sur les ouvrières des ateliers (« le déshonneur ou la misère ») et les élégantes qui « ébrèchent le contrat » sont tout aussi violemment attaqués et parfois de façon apparemment transparente.

195Les journaux « de droite », Le Salut Public, Le courrier de Lyon sont étrillés avec violence ; mais le journal d’opposition, Le Progrès, reçoit également sa volée de bois vert quoique plus modérée. L’impression dominante est davantage la veine pamphlétaire locale, le refus des modes importées et malsaines, et en même temps la charge « romantique » contre les philistins et la compassion aux pauvres, qu’une orientation réellement politique.

  • 51 Ainsi celui qui amena la condamnation du rédacteur d’un article contre un directeur de théâtre, «  (...)

196Aussi les procès que nous avons évoqués sont-ils souvent des procès en diffamation51. Après dix-huit mois de carrière, le Journal de Guignol succombe à un dernier procès où, inculpé de trois chefs d’accusation :

« — publication de matière politique et traitant d’économie sociale dans un journal non timbré.
— excitation à la haine et au mépris du gouvernement de l’Empereur.
— excitation à la haine et au mépris des citoyens les uns contre les autres ».

197il est acquitté pour les deux premiers ; mais le directeur est condamné, pour le troisième, à six mois de prison et 2 000 F d’amende. La justice de l’Empereur avait la main lourde ; mais c’était plutôt l’esprit satirique qui était condamné que la protestation sociale ou « a fortiori » la rébellion politique.

  • 52 On peut en effet citer :
    Le Journal de Guignol 1865-1866 puis épisodiquement de 1872 à 1901.
    Le Jour (...)

198Pour se faire une idée du débat réellement en cause, il faut situer ce Journal, plus encore que par rapport au « pouvoir », dans le petit monde de ces journaux satiriques qui foisonnent à l’époque et dont l’existence est le plus souvent éphémère52. Les nuances qui les séparent sont parfois difficiles à cerner, bien qu’ils s’attaquent souvent furieusement les uns les autres ; Le Journal de Gnafron, cousin de Guignol, né d’une scission du précédent, parait du 23 juillet au 12 novembre 1865, avec pour sous-titre « Organe de la décentralisation littéraire et artistique ». En face de ces journaux référant aux personnages de Mourguet, on voit en revanche apparaître — et se dresser — Le Père Coquard, journal de la rue Ferrandière qui va pourfendre les premiers, à la fois sur le thème de l’usage de la langue, mais aussi et même surtout sur le thème de la décentralisation culturelle.

199Nous sommes donc bien ici au cœur du sujet. En effet, la thématique de la localité est utilisée comme matière de deux discours divergents mais qui, ni l’un ni l’autre, ne se situent dans le discours de pure redondance de l’« identité lyonnaise ». Le conflit qui sépare ces deux journaux entre eux paraît, à la limite, plus intéressant que le conflit qui pourrait opposer chacun d’entre eux à la centralité. On voit apparaître — en 1865 ! — un véritable débat sur l’utilisation du thème de Guignol : le Père Coquard s’en prend de façon véhémente au langage et derrière lui à ceux qui l’utilisent :

« Qui parle le (sic) Guignol ? ceux qui, dans les cafés-caveaux jouent Guignol, gens plus litrés que lettrés ; les vieilles du quartier Saint-Georges, sans doute braves femmes mais à coup sûr peu propres à réformer le langage : les loustics de bas étages, les crânes des faubourgs...».

200Et il enchaîne aussitôt :

« Deux fléaux cette année ont envahi le midi de la France ; le choléra et la guignolomanie (ou mauvais goût littéraire) ; il faut attendre que l’hiver vienne purifier l’air et qu’un bon coup de vent nous débarrasse de ces miasmes » (Le Père Coquard, no 4, 1865).

201Par ailleurs, le thème de la décentralisation est lui aussi violemment attaqué :

« La décentralisation littéraire est une chimère, qui sert de marotte à presque tous les rédacteurs de journaux de province, pour se poser en hommes supérieurs (...) Nous sommes convaincus que ceux-là même qui s’en font un drapeau transporteraient bien vite leurs pénates à Paris si d’éclatants succès leur permettraient de s’y présenter auréolés de gloire (...).
Mais prenez garde, vous n’avez pas, seuls, dans quelques grandes villes, le monopole du génie. Tarare et Villefranche auront contre Lyon le même droit que Lyon aura exercé contre Paris (...) Où s’arrêtera la décentralisation ? Voulez-vous simplement reconstituer la France féodale, réagir contre 1789 ? Expliquez-vous ». (Le Père Coquard, no 6, 1865).

  • 53 Cf. Nizier du Puitspelu, Les vieilleries lyonnaises : « Il y figurait (à la crèche) deux personnag (...)

202On notera que derrière le refus de la « guignolomanie » se profile une attaque contre le référentiel social, le Journal de Guignol étant accusé de chercher son inspiration, ou du moins son langage, dans la « lie de la population », celle des vieux quartiers ouvriers. Et du même coup on utilise la référence symbolique antagoniste : le « Père Coquard », c’est ce personnage du bourgeois lyonnais moyen qui apparaissait dans les crèches, les représentations de la Nativité des églises lyonnaises, avec son costume typique du bon commerçant propriétaire53 ; et la rue Ferrandière (celle même où naît Henri Béraud, vingt ans plus tard, le destin a de ces coïncidences...) est un autre symbole du quartier Saint-Nizier, le quartier de la rue Mercière (on se rappelle la topographie de l’ouvrage Lyon vu de Fourrières), c’est-à-dire le Lyon boutiquier. On ne saurait là encore mieux signifier l’antagonisme entre deux formes sociales.

  • 54 Dans le numéro 5 du Journal de Guignol, le rédacteur, sous le titre « La question Guignol » fait d (...)

203Mais il faut bien se garder de prendre ces symboles au pied de la lettre. Le Père Coquard n’est pas plus « l’organe » du « petit commerce» que Le Journal de Guignol n’est celui des canuts. Le débat oppose deux représentations de la situation lyonnaise, l’une qui valorise moins, d’ailleurs, l’image de Guignol que le droit d’utiliser Guignol comme emblème de la revendication54, l’autre qui oppose à cette image une autre image lyonnaise puisée dans l’arsenal langagier, afin d’invalider ce droit en opposant au symbole du « gone » turbulent celui du bon commerçant tranquille et couche-tôt.

204Les uns vont donc faire référence à Guignol, mais ce ne sera certes pas comme le défenseur des opprimés en raison de son appartenance comme canut à un quelconque monde ouvrier ; pour eux si Guignol est frondeur, c’est pour « scandaliser et chapoter sur les épaules des pilleraux et des pillandres qu’aviont de z’allures qu’alliont entraîner la cité des canezards sur la glissière du dévergondage que levait la gigue sur le pif des braves gens » (Le Journal de Guignol, no 15).

205Les autres, moins soucieux de défendre avec des moyens aussi bruyants la légitimité locale, vont s’indigner de ce jargon : « Est-ce que cette enfilade de mots grossiers a jamais été un langage ? » (Le Père Coquard, no 4, 1865). Puitspelu criera à l’invasion par l’argot parisien et réclamera le retour au vieux langage lyonnais. Mais il n’y a pas de relation directe entre pratique langagière et contenu social d’une revendication ; tout ce que l’on peut observer, ce sont des groupes qui luttent pour la maîtrise d’un langage, pour l’utilisation d’un code. Les « petits journaux » sont un exemple intéressant de ce que l’on pourrait appeler un « remploi en discordance ». Ils ne sont pas les seuls, et ils ne seront pas les derniers. (Nous avons signalé l’éphémère utilisation de Guignol par la gauche radicalisante des années 1970 ; ainsi que le tract « guignolesque » rédigé dans le style des Amis de Guignol et portant en exergue la vignette de la marionnette qui orne leur bulletin, qui appelait « vigoureusement » à voter Le Pen lors des élections législatives de 1986).

La circulation du thème de Guignol

206Nous avons essayé de démêler au mieux l’écheveau complexe de la littérature « populaire » utilisant le thème de Guignol. Cet entremêlement de catégories tente de montrer les utilisations parfois contradictoires et les remplois d’un thème, d’un matériau sémantique, dont à la limite l’origine, malgré de perpétuels procès d’intention en inauthenticité, finit par ne plus avoir d’importance ; le matériau originel est d’ailleurs, formellement, inconnu, et les reconstructions directes (du type du recueil d’Onofrio, avec un écart de plus de cinquante ans) côtoient les exploitations qui sont le retentissement, l’écho, d’une réception dont on ne sait rien au sein d’un contexte qui agit comme réémetteur, à partir de quoi s’enclenche un nouveau processus de réception. Et à chaque processus de transformation correspond un code, explicité ou non, de l’exploitation de la thématique « populaire » dans le but de définir la situation du groupe concerné.

207On en arrive ainsi, à la fin du siècle, à quatre configurations au moins dans la réutilisation du thème ; tant d’après le contenu que d’après le discours d’accompagnement on peut leur attribuer deux groupes de production :

  • Emane manifestement du groupe que nous avons appelé populaire le langage des pièces de « circonstance » qui reconstruisent avec la thématique Guignol, utilisée d’ailleurs de façon peu intensive, une représentation imagée des formes culturelles et des normes sociales, populaire par rapport à l’époque, qui n’est plus que marginalement celle des canuts. Le discours politique, qui s’enracine en 1865-70 dans des débats sur la prééminence culturelle qui rappellent ceux de l’époque de Léon Boitel, passe dans la pratique populaire dès les années 1880-1890.
  • Les analyses philologiques et ethnologique naissent simultanément dans la haute bourgeoisie et dans la bourgeoisie marchande, en rapport avec une reconstruction de l’histoire culturelle lyonnaise et tendent l’une comme l’autre à établir une hiérarchie sociale représentée comme stable. La reconstruction imaginaire d’un partenaire social, qui part du matériau accumulé par les précédentes, vise de façon plus précise à reconstruire un modèle idéal des rapports sociaux au bénéfice de la bourgeoisie marchande, en face des choix et des perspectives de mutation auxquels elle se trouve confrontée.

208Ces différents types de langage ne sont évidemment pas compatibles entre eux ; les premiers poursuivront leur cours assez longuement sous le feu des critiques des représentants des derniers, qui les accusent de détournement, quand ce n’est pas de trahison. La stérile question de l’authenticité vient en fait non seulement embrouiller l’analyse, mais rendre « folklorique » au plus mauvais sens du mot une mythique qui présente par ailleurs un intérêt certain d’histoire sociale, à la condition de ne pas la noyer sous des idéologies contradictoires.

Conclusion : la production d’une substance

209Il est prématuré de construire une synthèse sur ce qui n’est qu’une évolution partielle. Notons que, pendant la période que nous avons évoquée, se constitue une littérature importante, qui se différencie progressivement. Des genres se constituent, qui créent un langage formel. Des thèmes apparaissent, que nous regroupons brièvement plus loin. Sans que ceci revête la forme d’une démonstration, on peut cependant dire que le processus de production imaginaire d’un cadre commence et que ce cadre, qui n’est pas encore totalement valorisé pour lui-même, sert à illustrer des généalogies : historique de la grande bourgeoisie « légitimiste » (pour la localité lyonnaise) et légitimante : historique de l’équilibre bourgeoisie marchande — groupes populaires. Les héritages éthiques sont aussi importants que les héritages économiques ou organisationnels, et personne ou presque ne parle d’ethnicité (figurée).

210Cependant dans ce cadre construit comme auto-évolutif, les processus sociaux font référence à un principe de permanence. Faut-il parler d’identité ? Ce serait quelque peu anachronique, dans la mesure où ce terme est souvent associé actuellement à des approches revendicatives. Avant que l’identité ne soit évoquée comme perdue ou menacée, en parle-t-on ? L’évidence de l’être lyonnais se joue dans une représentation de l’immanence. Les groupes lyonnais définissent les bases de leur action en référence, non pas à leurs transactions avec l’extérieur, qui, même chez certains « agents économiques majeurs » demeurent secondes dans leur préoccupation — c’est la représentation d’Esquirol, mais c’est aussi la critique que formule très officiellement E. Aynard — mais à leurs interactions internes.

211Les moyens de cette relation, son codage, sont la relation de chaque groupe à l’espace, forme instrumentale de la société. Nous avons plus mis l’accent sur sa médiatisation à travers le langage des groupes, parce qu’elle n’est pas vraiment explicitée : elle le sera davantage dans les années 1920. Mais ce n’est pas la gestion d’un site qui motive ces stratégies de transaction. Jusqu’en 1910, ce qui justifie la référence à une localité, à un monde lyonnais, c’est la représentation d’une intercommunication durable entre groupes sociaux ; c’est aussi par l’intermédiaire de cette intercommunication que se construit la « relation d’objet », la relation au site. Si on veut bien prendre du recul par rapport aux crises qui jalonnent le siècle, ce que permet l’instrument littéraire — c’est sa faiblesse, mais c’est aussi son intérêt — on y voit que la référence à une essence psychologique ou ontologique est constante. Bien entendu, le contenu n’en est pas le même ; mais après tout, si les grands bourgeois et les « lettrés du Gourguillon » mettent en scène le « canut frondeur et narquois », ils ne l’ont pas inventé tout à fait ; il est difficile, sauf à faire preuve d’un certain esprit de parti, de dire que les plaisanteries qui émaillent les textes populaires, depuis les pièces de Mourguet jusqu’aux citations du Littré, sont les produits pervers de la manipulation de leurs éditeurs. Elles sont populaires, le bourgeois ne fait que les substantifier, pour y voir la manifestation d’un continuum, non d’un consensus. Cette substance, c’est l’âme lyonnaise.

212C’est elle, incarnée dans le « grand bourgeois mystique » qui fonde le statut de cette grande bourgeoisie qui est en voie de rejoindre l’aristocratie. Elle doit souffrir de la confrontation à un monde vulgaire — mais la douleur n’est-elle pas, selon Ballanche, au cœur du processus social ? C’est elle dont Aynard tente d’utiliser les caractéristiques pour les dériver vers l’action, en notant au passage les mécanismes d’interface qui la relient à son autre versant, l’esprit canut. C’est, sous un autre aspect, plus trivial peut-être, elle qui, chez les guignolistes, permet le dialogue avec le peuple lyonnais.

213On peut presque dire que cette substance apparaît au fur et à mesure que les instruments formels de gestion de l’autonomie régressent. Redisons que Lyon n’est pas, en soi, autarcique. Mais la transaction avec l’extérieur se fait par un « sas » culturel, par une traduction de la représentation. C’est cette coupure qui va peut-être désormais moins de soi, pour des raisons — modernité politique, concentration économique ? — qui sortent du cadre de notre propos. L’autoreproduction est menacée. Il faut inventer un fluide, un « phlogistique» — et des symboles.

214Des quatre groupes que nous avions au départ : aristocratie, bourgeoisie d’affaires, bourgeoisie marchande et groupes populaires, le jeu du langage semble montrer qu’ils se sont légèrement modifiés, mais sans changer leurs relations respectives ni le système d’intelligibilités croisées qui leur permet de se situer entre eux : la bourgeoisie d’affaires s’est divisée en deux, la bourgeoisie marchande, dans une certaine mesure, aussi. Enfin, derrière le bon peuple de Puitspelu, est apparu un prolétariat industriel ; cela, la littérature ne le sait pas encore et ne l’apprendra qu’après la grande guerre.

215Mais ce rééquilibrage est largement illusoire. Les nouveaux arrangements ne vont pas se former sans menacer définitivement la grille de répartition des places, c’est-à-dire les intercommunications entre systèmes de sens. Ce n’est plus une crise, c’est un conflit ouvert qui apparaît. L’Ancien Régime lyonnais n’y résistera pas.

Notes

1 Clair Tisseur est né en 1827 d’un père marchand rouennier, et son grand-père maternel avait été caissier de la compagnie Morand (qui avait assuré la construction du pont sur le Rhône et commencé le lotissement du quartier qui porte ce nom, première urbanisation des Brotteaux, entre 1771 et la Révolution). Il fit des études assez brèves au collège des Minimes et, à treize ans, entra « en apprentissage », c’est-à-dire entreprit d’acquérir chez des maîtres les éléments du métier de la soierie sans doute dans le but de devenir marchand-fabricant. Mais ce métier ne lui plaisait pas, il commence à écrire et à dessiner et, en 1844, il entre chez un architecte, puis aux Beaux-Arts. Il s’établit à son compte en 1858, après avoir travaillé, dans un cabinet puis à la Mairie, aux travaux de percement de la rue Impériale. Il construisit beaucoup, des églises, des immeubles, des maisons de campagne de riches propriétaires. Miné par des deuils, de santé fragile dès l’enfance, il interrompit sa carrière en 1877 et se retira dans la Drôme où il reprit une intense activité d’écriture qu’il n’avait jamais interrompue totalement et écrivit, outre des dizaines d’articles dans les revues lyonnaises, près de trente ouvrages ou brochures d’histoire, de philologie, de souvenirs et de littérature proprement dite. Il mourut en 1895. On trouve une bibliographie presque exhaustive de ses articles et de ses ouvrages dans l’ouvrage posthume Coupons d’un atelier lyonnais (N. du Puitspelu, 1898).

2 Le baron Achille Raverat (1812-1890) a laissé de nombreuses descriptions d’itinéraires dans Lyon et surtout dans la région comprise entre les Alpes et la vallée du Rhône.

3 Auguste Bleton, né en 1834, d’abord joaillier (il publia plusieurs ouvrages sous le pseudonyme de Monsieur Josse), fut journaliste et secrétaire de l’Ecole et du Musée des Beaux Arts.

4 Emmanuel Vingtrinier (1849-1931), historien et journaliste, rédacteur en chef de l’Express, publia, outre les ouvrages que nous analyserons plus loin, deux volumes sur La Contre-Révolution.

5 On trouve la bibliographie complète de cette presse dans J. Nicot et al., Bibliographie de la presse française politique et d’information générale (1865-1944) 69-Rhône, Paris, 1966.

6 Clair Tisseur a écrit sous divers pseudonymes, ne signant de son nom, comme œuvre importante, que ses poèmes, publiés en 1889 sous le titre Pauca paucis. On pourrait juger que Clair (il existe à Lyon une église et un quartier Saint-Clair) Tisseur est déjà un patronyme tout à fait lyonnais ; mais évidemment l’adoption d’un pseudonyme relève de l’emblématique personnelle. On a parlé de l’église et du quartier Saint-Nizier, symboles du quartier des marchands (Nizier, 523-573, fut évêque de Lyon ; le prénom Nizier ne semble pas avoir été très répandu). Quant au puitspelu (velu, couvert de végétation), c’était un ancien puits du même quartier, dans l’actuelle rue du Palais-Grillet. 11 était déjà détruit au XIXe siècle.

7 « Bien convient-il de ne pas dire les autres couplets... » (Vieilleries) « Sa journée n’est pas pour supporter à l’aise une grosse brèche », « Avec son caractère la Dodon était pour mourir fille. Et ainsi fut-il ». Dodon est le diminutif de Claudine — (Oisivetés). On est obligé de rechercher ces « lyonnaisismes » dans les textes anciens traitant explicitement des coutumes ou de l’histoire populaire lyonnaise : partout ailleurs, ils sont pratiquement imperceptibles.

8 Sensible par exemple pour parler des bonnes, « poches-grasses » (cuisinières) et autres domestiques « en maison ».

9 On appelait ainsi des bateaux servant à passer la Saône, puis quand un nombre suffisant de ponts eût été édifié, la réunion de plusieurs de ces bateaux en rectangle pour former un bassin de natation en pleine eau.

10 Sur les lutteurs on se reportera aux Vieilleries : « Monsieur le Petit Blanchard fut plus qu’un athlète, il fut une ’idée’ ». Encore l’auteur précise-t-il que les luttes ne sont pas d’origine lyonnaise, mais qu’elles ont été importées de Nîmes vers 1 826. Puitspelu ne se soucie pas de romancer, mais de décrire ; c’est le style qui crée l’impression de passage au type, non la mythification du sujet.
Le même ouvrage traite des jouteurs, et cite ces « trente-trois enfants de la ville de Lyon » qui formèrent en 1807 la Société des jouteurs et dont un des premiers actes fut de se constituer une tombe collective au cimetière de Loyasse avec une épitaphe les réunissant pour l’éternité.
Enfin, on appelait « modères » une corporation chargée de haler à la main les bateaux en remonte, entre les ports aval sur le Rhône et les ports amont sur la Saône. Le cours de la Saône dans Lyon était alors rapide, car le lit était encombré de roches, prolongement de l’éperon géologique de Fourvières. Ils avaient le monopole de ce travail.

11 Du défilé de vogue à Lyon, les « promenades des vogueurs » de la vogue des Choux, vogue de Perruche — qu’illustrera un siècle plus tard Bernard Clavel dans L'hercule sur la place — on passe insensiblement aux défilés, qui ne sont pas d’un autre modèle, des vogues de village. Les « souvenirs d’antan » des Oisivetés (1883) comportent des descriptions campagnardes (la « tirée du vin ») et dans le même ouvrage, une longue histoire des marchés aux bestiaux montre les relations étroites de la ville avec la campagne qui la nourrissait.

12 Qui avait construit le pont de ce nom et obtenu la concession de la première urbanisation des Brotteaux, autour de l’actuel cours F. Roosevelt. Le projet avait été présenté dès 1764. En 1849, le quartier était considéré comme une « ville nouvelle ».

13 « Nous avions en rue Neyret, voilà plus de cinquante ans, le père Burland, un bon « bargeois », entouré du respect de tous, et le méritant... »... « Adonc, le canut a de la ’tenue’. Il faut justifier le nom de ’bourgeois’. Même qu’il tient en réserve pour les grands rencontres, les noces, les visites de souverains, de chefs d’état à son atelier, un panneau (*), excusez du peu, qui n’est sans doute pas à la dernière mode, mais qu'importe. J’ai toujours ouï dire qu’il faut suivre la mode, mais de loin » (Vieilleries).
(*) « Un panneau, c’est une queue de morue, naturellement ».

14 Ce conservatisme qui se manifeste par un certain culte pour les mœurs patriarcales du vieux canut et de « ma cousine Mariette », n’est pas le fait d’un laudator temporis acti, mais d’une représentation sociale où, au sens propre, la famille est la base de la société, et l’honnêteté commerciale sa condition de possibilité, autrement dit ce qui la rend intelligible. Sa protestation contre les descriptions de Zola et les voyous ne tient pas tant à la morale — que Tisseur ne se soucie guère d’égratigner — qu’à la rupture d’intelligibilité qu’ils introduisent dans les codes sociaux.

15 Cf. l’article « Guignol » dans le Littré : « Le théâtre et le personnage et ses principaux interprètes sont trop connus pour qu’il y ait lieu de répéter ce qui a été dit tant de fois. Mentionnons seulement la locution : C'est un guignol ! qui se dit de quelqu’un de pasquin, qui fait des grimaces ». Et c’est tout. Cela paraît clair.

16 L’avenue de Noailles, actuelle avenue Foch, mène au Parc de la Tête d’Or, et joue à l’époque le même rôle que son actuelle homologue parisienne.

17 A cette époque, un appartement ou un hôtel de la « société » ne se concevait pas sans la chambre de Monsieur et la chambre de Madame — si possible chacune avec son salon ou son boudoir. D’où la dérision qui s’attache au « lit à deux ».

18 Et pas non plus, comme un anachronisme de pensée aurait pu nous le faire supposer, à la Renaissance, laquelle, en 1640, n’est pas cependant très éloignée, et dont Vingtrinier parle assez peu. Ce n’est pas avant les années 30 que fut « inventé » le mythe de la Renaissance comme époque de la gloire lyonnaise, ce qui n’est peut-être pas sans rapport avec l’apogée du prestige de la soierie, venue elle aussi de la proximité italienne. Myrelingues la Brumeuse, roman historique assez touffu de Cl. Le Marguet, qui parut en 1930, et connut un succès considérable, qu’explique peut-être surtout sa proximité avec les romans populaires de cape et d’épée du type « Pardaillan », est peut-être le premier exemple de la production du mythe de la Renaissance lyonnaise, avec l’ouvrage de J. Aynard, Les poètes lyonnais prédécesseurs de la Pléiade paru en 1924 chez Bossard dans la « Collection des chefs d’œuvres méconnus ». En 1900, on ne le rappellera jamais assez, la soierie est une activité économique somme toute banale, le prestige social est liée à une vie noble dont les composantes sont la terre et l’Eglise.

19 Cf. « Les impressions d’un petit gone » in Puitspelu, Oisivetés. Cet apprentissage avait été précédé d’un cours théorique ; il n’était pas destiné à faire de lui un ouvrier tisseur, mais faisait partie de la formation d’un futur fabricant.

20 « Heureusement, pour les amateurs de couleur locale, il reste encore un petit coin, à Saint-Georges où vivent en paix quelques canuts dignes du bon temps... Là le vieil accent lyonnais s’est conservé dans toute sa pureté originelle et vous pourrez faire d’intéressantes études de mœurs... Dans ce vieux quartier respecté de la voierie, la race autochtone s’est perpétuée presque intacte. Mais hâtez-vous, amateurs de pittoresque » (E. Vingtrinier, Le Lyon de nos pères).

21 Soixante au moins des illustrations de ses ouvrages portent la mention : « démoli en... » avec une date postérieure à 1880. On y trouve aussi une dizaine de scènes de démolitions.

22 La suite du Menteur, 1643.

23 Plus exactement à Sainte-Foy-lès-Lyon, commune où se trouvaient de nombreuses propriétés « bourgeoises ».

24 Le « fabricant » achète la soie, la fait tisser et revend l’étoffe. Le marchand de soie est un grossiste en matière première.

25 Ernest Dufourt, soyeux, et père du romancier Jean Dufourt fit publier deux volumes de vers dans le goût post-parnassien qui régnait alors à Lyon et dont l’illustrateur principal était Joséphin Soulary.

26 L’architecte du lycée du Parc, construit en 1910-1914, s’appelait Louis Rogniat. Notre auteur, s’il appartenait à cette famille, pourrait être de la génération suivante. Il semblerait qu’il soit mort de tuberculose avant la guerre.

27 « À Lyon, tout le monde est wagnérien. On est wagnérien par une disposition spéciale à ce qui est mystérieux et ténébreux. On l’est encore, parce que Wagner fut autrefois mal accueilli à Paris. Des gens vont entendre Le Crépuscule des Dieux qui seraient tout à fait incapables de comprendre Les Cloches de Corneville et qui s’en reviennent de ces auditions clamant qu’il n’y a que Wagner et que tout le reste n’est que de la musiquette ».

28 « Votre imagination et votre sensibilité ne sont-elles pas les deux plus terribles ennemies de votre âme ? Ne sentez-vous pas qu’elles sous ont précipité dans l’abîme du péché ? (...) Saint-Ignace (...) s’est appuyé sur la plus solide faculté de notre esprit, la raison, qui n’est point toujours aimable, mais par laquelle (...) l’homme connaît, juge et se conduit...».

29 « Il est actif et contemplatif ; c’est un mystique intermittent, secoué par le rude travail ; il est mélancolique et crée Guignol, ce maître railleur plus profond que Polichinelle ; envieux et compatissant, prenant autant de soin d’empêcher ses semblables de mourir que de grandir, très intéressé et probe, de cœur chaud et d’aspect froid, aspirant très haut, osant parfois beaucoup et se résignant facilement à la médiocrité obscure, le Lyonnais entrevoit, rêve les grandes choses, se met en marche pour les atteindre, et s’arrête ».

30 Ceci n’est d’ailleurs qu’une jolie formule, qui cache un bel exemple d’anachronisme ; à l’époque où la noblesse (de robe) se constitue à Lyon, la Croix-Rousse n’est qu’une campagne ; de plus pour accéder aux charges et à l’échevinat, il vaut mieux être marchand que canut. C’est du moins la reconnaissance, une fois de plus, de la continuité entre bourgeoisie marchande et noblesse dans l’histoire des groupes sociaux lyonnais.

31 M. Garden a bien montré qu’au XVIIIe siècle, malgré les prérogatives maintenues des gouverneurs et le poids croissant des intendants, et même malgré les pouvoirs du roi qui nomme le prévôt des marchands, les familles notabiliaires lyonnaises conservent largement le contrôle des fonctions échevinales (cf. M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle).

32 Dans tout ce qui suit, nous appellerons « littérature populaire » tout ce qui aboutit à une expression écrite à ambition littéraire à partir de thèmes empruntés explicitement à la vie ou au langage des groupes sociaux reconnus ou proposés comme tels, quelle que soit l’appartenance personnelle de l’auteur. On aurait pu envisager de qualifier cette production de littérature populiste. Mais l’épithète « populiste » a acquis, soit en littérature, soit en politique, une connotation trop précise. Il convient donc de distinguer de la littérature populaire les œuvres qui dépeignent de façon essayiste ou mémorialiste les coutumes populaires : la caractéristique de la littérature populaire est, soit effectivement, soit fictivement par convention, d’être émise depuis l'intérieur du groupe correspondant. De ce que le second cas soit le plus fréquent, il ne faut pas en déduire que le premier n’existe pas ; mais il est souvent d'apparence moins populaire, les chansons de Pierre Dupont nous en ont fourni un exemple.

33 Par exemple ceux de Joseph Pérouse (1804-1878) qui appartient à la période précédente et qui fait paraître en 1857 et 1858 deux brochures sur les embellissements de Lyon dont chacune est supposée être une « pochade rimée par un vieux canut » (le canut est toujours vieux, par définition !).

34 Jean-Baptiste Onofrio, né à Lyon en 1814 et mort en 1892, fut un magistrat brillant et termina sa carrière comme conseiller à la Cour de Cassation. Membre tout à fait caractéristique de l’« establishment » lyonnais, membre ou président de nombreuses œuvres charitables, ainsi que du Conseil d’Administration des Hospices Civils, il avait composé dès 1864 un Glossaire des patois du Lyonnais, Forez et Beaujolais.

35 On appelle castelet la scène particulière derrière laquelle se joue le spectacle de marionnettes à gaine. L'élément principal en est le cadre de bois qui permet de dissimuler le manipulateur, lequel tient les marionnettes au-dessus de sa tête.

36 Un des reproches émanant en particulier de P. Fournel est d’avoir coupé Guignol de ses racines populaires en corrigeant le langage des pièces « Il serait passionnant d’avoir des exemples de la grivoiserie du Guignol populaire ». Or, cette tradition grivoise, on la connaît par ailleurs, en particulier chez L.E. Blanc (op. cit.) et dans les exemples du Littré de la Grand’Côte, Et par ailleurs, Onofrio déclare que Mourguet recherchait plus volontiers « cette sorte de succès » devant « les lettrés ou les hommes des professions libérales » que devant « le peuple qui à Lyon est assez susceptible en pareille matière » (préface du Théâtre. Onofrio, 1865).

37 On voit que l'écriture de pièces de Guignol par des auteurs situés hors des groupes sociaux populaires est chose ancienne. Il est à noter d’ailleurs que cette pièce, dont l’intrigue est assez médiocre, est celle dans laquelle les plaisanteries scatologiques sont les plus développées.

38 Il faut se garder de confondre ce système de sens avec les déformations qu’il subit du fait du genre comique et de la fin heureuse qui est sa règle. Certes les pièces de Guignol ne sont pas tristes ; mais à défaut d’être « contestataires », elles sont du moins fort cyniques. La réussite et l’échec y sont affaire individuelle, et l’absence de méchanceté des protagonistes, leur invitation facile à boire une bouteille peuvent difficilement suffire à leur attribuer un profond sentiment de solidarité.

39 « Réglette sur laquelle le compositeur aligne les caractères d’imprimerie » (Le Petit Robert).

40 P. Fournel, op. cit., donne pour date du second ouvrage 1886. Il n’y a jamais eu de tome 2 : nous avons signalé plus haut la faible activité de l’Académie. Il est à noter que Puitspelu avait donné un « lexique » pour accompagner cet ouvrage, malgré ses réserves sur Guignol dont nous avons parlé.

41 On appelle « manipulateur » la personne qui fait mouvoir la marionnette et dit le texte.

42 L’ouche est une planchette sur laquelle le commerçant marque, par des entailles, les quantités prises à crédit.

43 Dodon, prénom fort en usage dans la « lyonnaiserie », est le diminutif de Claudine.

44 Le personnage, encore appelé « brasse-roquets » (celui qui « brasse », qui manipule, les roquets, ustensiles destinés à supporter les écheveaux de soie) est caractéristique de la représentation bourgeoise des groupes populaires, bien qu’ici son rôle soit peu édifiant : c’est l’employé, nécessairement instruit et donc en général fils de famille, face à l’artisan. Duroquet n’a « pas de moralité » ; dans un premier temps il berne les bons canuts, qui ne croient pas à sa malice et respectent en lui de représentant du marchand, du soyeux ; mais dans un second temps ils reconnaissent le « demi-sel », l’intendant infidèle et le rouent de coups. Inutile d’ajouter que ce genre de personnage ne figure jamais dans les pièces anciennes, où on chercherait même en vain la moindre trace du fabricant et de la Fabrique.

45 La comparaison est édifiante en ce point entre la préface d’Onofrio qui a pour but principal de faire l’histoire d’un genre et d’une « pratique sociale », celle du spectacle Guignol, et la préface de Coste-Labaume qui invente de toutes pièces une éthique.

46 Somme toute, c’était la situation de Mourguet un siècle auparavant.

47 Où son dernier illustrateur a été, avec le marionnettiste P. Neichtauser, l’auteur de revues P.E. Legrand, qui déclarait avoir fait jouer vingt-et-une revues.

48 Le mot, déformation plaisante de « salsifis », désigne lui-même par métonymie la queue de cheveux tressés qui dépasse derrière le chapeau à bords relevés de Guignol : cette queue, qui n’est au fond que le catogan de la fin du XVIIIe siècle, traduit, ainsi que le costume lui-même de la marionnette, la fixation du mode vestimentaire des premières années du siècle. En 1865, il est déjà devenu, comme le langage, un objet de comédie.

49 Au sens propre, grapiller après la récolte, d’après Le Littré de la Grand’Côte.

50 Cf. cette charge sur La Belle Hélène dans le n° 12 « Ce triste hors-d’œuvre servi 150 fois au nez des Parisiens, et qu’on nous a envoyé avec Melle Schneider, l’artiste portant le chef-d’œuvre, n’a pas obtenu à Lyon le succès offenbachique qu’on en attendait. Cette littérature jambe-en-l’air est sans doute écrite à l’usage des sexagénaires éreintés ou des cocodès cantharidés (sic). Voilà toute l’appréciation que Guignol peut en faire ».

51 Ainsi celui qui amena la condamnation du rédacteur d’un article contre un directeur de théâtre, « gaillard qui rendrait des points au juif Shylock (...) d’abord acteur, puis pirate dramatique (...) Felix qui potuit rerum cognoscere causas ! ». Le directeur en question s’appelant Raphaël Felix, l’attaque était directe. Il était accusé entre autres choses de se faire ristourner les droits d’auteur pour accepter de monter les pièces. La sanction fut lourde ; l’auteur de l’article fut condamné à six mois de prison, 2 000 F d’amende et 1 500 F de dommages et intérêts,

52 On peut en effet citer :
Le Journal de Guignol 1865-1866 puis épisodiquement de 1872 à 1901.
Le Journal de Gnafron, cousin de Guignol juillet-novembre 1865 — puis mars-avril 1873, Le Père Coquard, septembre-octobre 1865. Le Toqué, Le Triboulet, La Tour Pitrat, dont aucun ne dépasse cette même année 1865,
La Marionnette, 1867-1868,
Cette liste est non exhaustive ; les parutions qui suivent 1871 sont encore plus nombreuses.

53 Cf. Nizier du Puitspelu, Les vieilleries lyonnaises : « Il y figurait (à la crèche) deux personnages lyonnais... C’étaient deux types légendaires et invariables, le père et la mère Coquard. Les noms seuls ne sont-ils pas du cru ? Ils portaient le costume au dix-huitième siècle, et je vois encore l'habit marron à boutons d’or du père Coquard, des culottes courtes, bas chinés, ses jarretières à boucles, son tricorne et son salsifi par derrière... ». Puitspelu, qui cite souvent le canut, mais rarement Guignol, montre bien là la filiation du personnage.

54 Dans le numéro 5 du Journal de Guignol, le rédacteur, sous le titre « La question Guignol » fait de la marionnette le symbole « du carambolement, du sigrolement organisé en tout genre » et ajoute : « c’est z’encore un coup de collier d’émancipation de la province, que n’en a assez de ce grand godiviau de Paris ». Evoquant, lors de son « exil » à Paris, sa participation à divers journaux satiriques, il avoue que son succès là-bas lui a donné envie de revenir exercer sa verve dans sa ville natale, où loge « le triqueur modèle par excellence de tous les bâtonistes de la boule du monde, le grand Guignol ! ».

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search