Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon tel qu'il s'écrit

 | 
Bernard Poche

Chapitre I. Les origines et les antécédents pourquoi une littérature à Lyon

Texte intégral

Littérature et Société : la question du local

1Lyon tel qu’il s’écrit... tel qu’il s’écrit, et non tel qu’on l’écrit. Cette littérature lyonnaise que nous avons choisi d’évoquer, de parcourir, convient-il de prendre un temps excessif à se demander si elle existe ? Question oiseuse, question pour historien de la littérature, de l’art littéraire. Les historiens de l’art sont toujours un peu des êtres épris d’absolu. Le travail du littéraire achoppe devant la spécificité : il cherche désespérément l’étincelle divine, le daimon. Nous sommes en France des gens curieux : l’absolu s’y incarne volontiers dans les souvenirs du Montparnasse de la Coupole, ou dans le regard que jette le voyageur sur les collines manosquines élevées alors au rang de demeure des Dieux. La littérature lyonnaise ne prétend ni à cette généralité ni à cet effacement du quotidien. Lorsque le romancier Adolphe Berthet demande conseil à Huysmans, ce sont les ruelles de Saint-Jean qui, d’égales à égales, dialoguent avec les obscurs quartiers de la rive droite où traînent les tristes héros de En ménage.

2C’est pourquoi ce livre se propose des objectifs qui peuvent dérouter : pourquoi une littérature à Lyon et que veut-elle dire ? Il ne s’agit pas de renouveler la querelle de la bonne littérature et du bon témoignage, mais de rappeler qu’une littérature est faite dans l’esprit de son auteur pour être reçue. C’est jouer de l’anachronisme que de justifier ou de condamner l’œuvre par les sentiments ou les ébranlements qu’elle procure un siècle plus tard. L’auteur, même s’il prend l’avenir à témoin, est un homme d’un temps — ceci est banal — mais aussi d’un lieu. Ici et maintenant.

3C’est donc en sociologue que nous allons parler de ce que, un siècle durant, une société va produire pour se dépeindre. Société non pas repliée sur elle-même, mais vivant de ce qu’on appellera plus tard sa culture ; non pas autarcique, mais jugeant l’extérieur à partir de son point de vue. Rien de moins narcissique que ces textes : ils contiennent seulement une approche de la réalité locale pour elle-même. Rien de folklorique non plus : le folklore n’est concevable qu’à partir du moment où une langue ne fonctionne plus, et où on se met à feindre d’employer ses tournures pour provoquer le plaisir par effet gratuit de dépaysement. « Parisiens, tendez vos mannes ; c’est de la fine fleur de farine provençale », disait déjà Daudet.

4Impossible donc, de faire cette étude de la littérature lyonnaise et de ses rapports avec la ville sans user quelque peu de la métaphore linguistique. La littérature, plus encore que les autres arts, est toujours production (symbolique) de sens, et pour pouvoir produire du sens, elle doit exprimer des problèmes qui sont ceux d’une époque dans une langue qui soit compréhensible par un groupe humain.

5Peut-être avons-nous tendance à oublier qu’au XIXe siècle les villes, plus encore que les provinces dispersées entre l’enrichissement rural et les mutations de la classe des notables, forment des microsociétés importantes. C’est l’époque où la révolution bourgeoise, longuement préparée dans ces villes de consulat qui sont de petites républiques oligarchiques, entre dans les mœurs, et entraîne derrière elle toute une série de classes urbaines qui vont s’identifier grâce au matériau considérable que représentent les ressources du lieu : climat, histoire, paysage et monuments, anecdotes et coutumes. Il ne s’agit donc pas de tradition : il s’agit de (re)produire le sens social, les questions d’une époque, dans un langage toujours renouvelé mais toujours intelligible.

6A cet égard, on ne saurait trop dire combien Lyon reste pour nous un exemple, auquel on ne saurait attribuer aucune particularité. Nous ne prétendons pas ici ajouter de pierre à un quelconque tumulus d’autoglorification, mais montrer comment opère, à quelles nécessités internes répond, ce que la vision extérieure qualifie d’autoglorification, et qui n’est autre que la construction du monde lyonnais. Ce monde lyonnais se compose de diverses strates, chacune d’elles ayant une vision propre des autres. Chaque strate se définit elle-même en définissant sa situation, comme disent, avec W.I. Thomas, les théoriciens de l’interaction sociale ; et le pouvoir social, pour celles qui croient l’exercer, est le pouvoir de définir les places des autres, c’est-à-dire de s’arroger dans l’imaginaire le droit de distribuer des places, comme le fait, avec peut-être plus de logique sociétale que d’inconscience archaïsante, Tancrède de Visan en 1935 :

« Quoi qu’on ait dit, Lyon demeure un grand village, parce qu’ici, plus que partout ailleurs, les classes sont tranchées, infusionnables, séparées par des cloisons étanches. Aucune idée sociale ou socialisante, aucune évolution dans les mœurs, aucun bouleversement des situations ne parviendront jamais à renverser les remparts d’un empire moral enclavé dans un empire géographique.
Il y a les artisans avec leur caste ; il y a le peuple qui ne compte pas ; il y a l’administration, les services urbains ou préfectoraux ; il y a les fonctionnaires ; il y a les petits commerçants ou boutiquiers négligeables, et puis très à part, seule en vue, sans portes ni fenêtres’, comme disait Leibnitz de sa monade, il y a enfin la haute bourgeoisie qui ne se mêle avec rien ».

7Cet extrait du roman Sous le signe du Lion montre bien comment se définit une société : des catégories fonctionnelles qui entraînent avec elles un jugement de type moral et, au-dessus, une catégorie dont la seule définition est de définir les autres. On ne s’étonnera pas de voir, dans la suite, des catégories qui ne sont pas toujours au faîte de l’édifice économique réclamer ce statut qui découle directement de celui de la bourgeoisie de charges de l’Ancien Régime (c’est-à-dire de l’oligarchie, dans les villes où les seuls à mener une vie séparée sont les bourgeois devenus propriétaires, la noblesse de robe). On ne s’étonnera pas non plus de voir les autres catégories rester assez insoucieuses de cette prééminence figurée. Chaque groupe social voit le monde de son point de perspective.

8Monde de la représentation, le monde social est un monde du discours. La littérature locale se trouve donc à la rencontre de ce monde du discours et du monde des formes littéraires. Ces dernières sont les signes de l’appartenance du texte à l’ensemble des textes dotés d’une puissance créatrice, des textes destinés à produire un effet esthétique (la poiesis et l’aisthesis). Leur appartenance au monde de la représentation permet que cette action esthétique s’intègre à la définition des catégories utilisées dans la production d’une signification propre au monde local (lorsque le monde local cesse d’être intelligible pour soi, il est clair qu’il entre en crise).

9L’exposé que l’on se propose de développer ici ne va donc pas traiter des écrits lyonnais comme s’ils étaient la production naturelle des indigènes. Ceci ne pourrait conduire qu’à admettre une «propriété naturelle » des Lyonnais à exprimer leur caractéristique propre, cette « âme lyonnaise » que la fin du siècle dernier s’est en vain exercée à définir, à force de paradoxes fumeux, si bien qu’un analyste pénétrant des productions littéraires locales, J. Troccon, a pu, dans un ouvrage portant précisément ce titre, montrer que les termes que l’on emploie pour la définir pouvaient s’appliquer aussi bien... aux Marseillais. Aussi bien, ne s’agit-il pas seulement de faire apparaître une régulation interne du discours ? La « sagesse lyonnaise », c’est seulement le droit d’énoncer des maximes générales sous une forme savamment obscure ou dénégatrice, avec une auto-ironie telle que l’ensemble ne puisse être déchiffré que si l’on connaît les arguties verbales propres à chaque territoire parce que, justement, ce sont elles qui le constituent. Dès que l’on prend ces aphorismes au sérieux, on tombe dans le folklore : on fige en code absolu ce qui n’est pas autre chose qu’un ensemble de signaux de reconnaissance, qu’une série de doubles sens et de redondances soigneusement dosés. Ces signaux s’appuient sur des faits matériels qui peuvent paraître parfois obsédants, mais qui n’acquièrent d’importance que parce que les divers sous-groupes reconnaissent à travers eux, non une appartenance commune, un illusoire unanimisme, mais la traduction de la commune base matérielle de leurs systèmes d’action.

10C’est en décodant ces langages que l’on peut suivre l’évolution de la société complexe qui compose la ville ; à travers la manière dont les groupes qui la composent se représentent eux-mêmes, représentent les autres groupes coprésents, et représentent le monde matériel dont ils tirent d’une part l’agencement de leurs ressources, d’autre part une quantité sans cesse réactivée de ressources symboliques.

11Mais cette littérature lyonnaise, quelle est sa permanence, où la trouve-t-on ? Il ne faut surtout pas se fier aux éditions actuelles ou à la réputation. Celle-ci ne donne qu’une faible idée de la valeur littéraire, et une idée très déformée de la valeur de document, et bien des ouvrages majeurs ont purement et simplement disparu ; il faut en retrouver l’unique exemplaire à la Bibliothèque Nationale.

12Ceci ne doit pas inciter à les juger de peu d’intérêt. Des plages d’ombre affectent des époques, telle la décennie 1900-1910, ou des auteurs féconds et caractéristiques tels que Joseph Jolinon, écrivain très représentatif de la « génération du feu », dont les ouvrages voisinent, sur la culture du sport, avec Montherlant dont il est le devancier et, sur le pacifisme de l’après-guerre, avec Henri Barbusse et Roland Dorgelès. Des déformations que l’anachronisme n’excuse pas toujours viennent entacher des auteurs aussi connus que Jean Dufourt, dont on ne lit plus — et fort mal — que Calixte, alors que Marielle, moins léger mais plus précis, éclaire tant sur les intentions de l’auteur que sur le sens de ses évocations. Et que dire du salmigondis qui affecte l’histoire des textes de Guignol, sinon que les interprétations qui en sont données, qu’elles ressortissent à l’embellissement populaire comme chez Henri Leroudier (Guignol de Lyon, 1984) ou à l’exaltation contestataire comme chez Paul Fournel (L’Histoire véritable de Guignol, 1975), n’ont guère de rapport ni avec l’exégèse des textes, ni avec l’analyse sociale des conditions historiques de leur production.

13Pour donner de cette littérature une vision plus correcte, il paraît indispensable de la prendre dans son ensemble, de façon aussi exhaustive que possible, sans se laisser arrêter par la qualité de l’écriture, ni par la difficulté de la reconstitution. La relative abondance des écrits au second degré, critique, panoramas, articles divers, permet cette exploration. Elle permet également de constater que des auteurs totalement ignorés de nos jours, comme Gabriel Gérin ou Noré Brunei, ou des personnalités comme Edouard Aynard, ont joué dans la vie culturelle de leur époque un rôle relativement important. La profusion de la presse à ambition culturelle, principalement dans l’entre-deux-guerres mais aussi dès le XIXe siècle (il s’agit alors de revues) montre l’animation de la vie intellectuelle à Lyon, son absence d’esprit de clocher (le mouvement des idées est suivi à l’échelle nationale) et aussi les sélections qui sont opérées. L’attention qui a été prêtée ces dernières années aux mouvements d’avant-garde de l’entre-deux-guerres, comme celui qui se concrétise autour de E. Malespine et de sa revue Le Manomètre, ne doit pas induire en erreur. Un système social complexe et très lié à la vie économique de la métropole lyonnaise s’exprime et en tout cas se reconnaît, à la même époque, dans une expression écrite qui n’est ni du folklore (il en existe, mais la coupure est presque totale) ni un sous-produit localiste.

14La présence de cette représentation ne peut s’expliquer que si l’on admet que, au moins jusqu’aux années 1932-1935, c’est-à-dire au moment où les développements de la crise achèvent de mettre à bas les fondements économiques de la vie locale, Lyon se mesure plus à l’aune d’une ville libre et autonome que d’une capitale régionale et surtout que d’un pâle succédané de Paris. Il ne s’agit donc pas d’une littérature régionaliste, telle que le genre a été codifié par le félibrige et surtout ses descendants. Celle-ci, sous couleur de porter, comme le dit Le Robert, « un intérêt particulier à une région », en arrive à créer une connivence entre l’auteur et un « récepteur », si possible extra-régional, à propos de l’utilisation en faux-emploi ou au second degré de traits sociologiques ou culturels locaux. C’est cette lecture, introduite après coup, qui fausse l’interprétation actuelle des textes réédités. On peut garantir, sur la foi des commentaires de l’époque, que même Calixte était fait pour être lu au premier degré, et n’était pas cette satire sociale un peu facile que l’on prétend y voir.

15Cette approche panoramique, sinon exhaustive, du texte littéraire (elle n’exclut guère, avec les textes techniques et journalistiques, que la poésie, genre qui fit florès mais se situe un peu à part) permet déjà, sur le mode quantitatif, plusieurs observations. Globalement, cette littérature lyonnaise apparaît, ou du moins se développe, dans la seconde moitié du XIXe siècle, avec des prémisses dans les années 1830-1860 qui ont surtout valeur d’origine des formes et des thèmes. En la divisant schématiquement par genres, elle part de l’essai philosophique, historique ou ethnologique pour s’orienter de plus en plus vers le roman, qui culminera dans les années 1920-1930. Le roman de type social ainsi créé va ensuite s’étioler avant de disparaître dans les années 1950, relayé par un roman plus psychologique chez des personnalités aussi diverses que Bernard Clavel à ses débuts, Jean Reverzy, Louis Calaferte et plus récemment René Belletto. Parallèlement se développent les mémoires, les autobiographies et les évocations personnelles de la ville : ce genre que l’on peut qualifier de « chroniques » vient peu à peu suppléer l’érudition dont, hors du milieu universitaire, le goût s’est perdu.

16Si l’on se réfère aux théories habituelles sur l’émergence du roman avec la montée de la bourgeoisie, on peut dès lors dire que, de la fin du siècle dernier jusqu’au milieu de celui-ci, l’organisation de la société lyonnaise fait peu à peu émerger celle-ci en sujet romanesque, l’intérêt majeur se focalisant sur les sous-groupes qui ambitionnent successivement la prééminence sociale. De façon plus précise, le conflit romanesque est créé par la compétition correspondante. Les chroniques, comme les romans de formation qui ne sont pas rares dans les années 20 et sont souvent des autobiographies déguisées, sont également des mises en scène de ces conflits.

17Ce continuum variable que constituent les ouvrages d’érudition, les romans et les chroniques, vient se superposer au genre hybride que constitue la littérature populaire ou prétendue telle. Utilisant de façon recomposée dans l’écrit des tournures qui sont du langage parlé ou le suggérent, cette littérature procède toujours par prise de distance ; cette prise de distance peut être de l’ordre de la redondance, de la fausse naïveté, de la dérision, de la reconstruction muséographique. Ce n’est donc pas tant l’existence d’une littérature classée sous ce nom qui est signifiante mais les conditions de son apparition et les productions de thèmes qu’elle met en œuvre.

Les données de base. La littérature lyonnaise avant 1860

18Avant d’aborder les productions qui marquent les années 1860-1910, il convient de s’arrêter un peu, non pas sur le corpus des œuvres, peu nombreuses et assez disparates, qui précèdent cette date, mais sur quelques-unes des tendances qui apparaissent et qui vont servir pour les années ultérieures, à la fois d’horizon de référence et de ressources de sens. Trois principales sont à retenir : la philosophie spiritualiste, voire mystique, de Ballanche et de Blanc Saint-Bonnet, la chronique à intention sociologisante des groupes de l’opposition républicaine, les premières utilisations littéraires de la tradition du langage populaire.

La philosophie spiritualiste lyonnaise. Douleur et restauration

  • 1 C’est le titre du livre qu’en 1935 Joseph Buche lui consacrait.

19Pour rechercher les origines de cette école mystique de Lyon1, il faudrait remonter à la période pré-révolutionnaire, c’est-à-dire à l’essor et au développement particulièrement important à Lyon de l’illuminisme et des courants spiritualistes de la franc-maçonnerie.

20Le courant d’idées ainsi créé va se combiner avec l’impact des événements de la Révolution (le siège de 1793) et constituer une des bases du langage lyonnais au XIXe siècle ; les philosophes de la première moitié du siècle vont lui donner forme, et par la suite la pensée « traditionnaliste » lyonnaise ne cessera de s’y référer.

21La révolte de la ville contre la Convention n’est pas, en effet, une manœuvre contre-révolutionnaire. Toute une bourgeoisie éclairée, qui s’était volontiers reconnue dans le changement de régime, n’en voyait pas comme une conséquence logique l’autorité des représentants de la Convention, et ne l’accepta pas.

22Les événements tragiques qui s’ensuivirent allaient fortement marquer ceux qui en avaient été les témoins. Ballanche (né en 1776), fils d’un gros cultivateur devenu imprimeur, voit son père échapper de peu à la mort, les compagnons de sa jeunesse exilés ou morts, et J. Buche qui rapporte sa biographie, indique que dès lors :

« Ballanche, avec tous ses amis lyonnais, cherche dans la souffrance et dans la mort le secret de la vie. Il croit (...) que toute ascension, tout progrès est au prix d’une douleur qui profite non à celui qui donne sa peine et sa vie, mais à celui qui tue » ajoutant que c’est là une « conception d’illuminé ».

23André-Marie Ampère, le futur physicien dont les préoccupations philosophiques égalent, dans sa formation d’autodidacte de génie instruit par son père, l’intérêt pour les mathématiques, voit ce père, négociant guillotiné pour avoir fait partie des jurés qui avaient condamné le représentant de la Convention, Chalier. Ballanche (comme Ampère) appartient à la génération de Chateaubriand, et ses premiers essais sont reçus comme annonçant la réhabilitation de la religion :

« Dans les livres sacrés, on trouve l’explication des phénomènes qu’offre l’étude approfondie de l’homme. Une seule ligne de la Bible résout plus de doutes, explique plus d’énigmes, que toutes les théories des philosophes » (Ballanche, Du sentiment considéré dans ses rapports avec la nature et les arts). Par ailleurs, « il lie la restauration d’un pouvoir fort, durable, traditionnel, au renouveau spirituel (...) Pour lui, comme pour Maistre (le droit de rédiger des constitutions) est le privilège de Dieu. Le mot d’ordre est de se grouper autour de Bonaparte, l’élu de Dieu » (L. Trénard).

24Il n’est donc pas étonnant que, résumant ses écrits, L. Trénard (Histoire sociale des idées. Lyon de l’Encyclopédie au préromantisme, Lyon 1958) conclue que :

« Comme Maistre et de Bonald, il affirme que ’toute loi qui ne sera pas pensée dans l’esprit du christianisme n’est et ne peut être qu’une loi antisociale’ (mais que) ce théocrate songe à unir la tradition catholique et la théorie du progrès chère à Constant et à Mme de Staël. Il est conservateur, mais non réactionnaire ». Il reste que, pour lui « Dieu envoie ses fléaux, tels que la crise révolutionnaire ou le despotisme napoléonien, pour venger ses lois méconnues, mas la réhabilitation suit la déchéance ».

25Nous voyons donc se manifester chez Ballanche une visée à la fois progressiste et traditionaliste, c’est-à-dire une pensée qui prétend, au-delà des avatars douloureux de la société, faire servir la tradition au progrès social. Il y a là, avec l’utilisation, comme archétype de la crise historique, de la destruction de Lyon — puis par la suite, mais de façon moins marquée, plus souterraine, des «émeutes», c’est-à-dire des révoltes de 1831 et 1834 — une des sources majeures du discours lyonnais sur la société, c’est-à-dire une des composantes de la définition de la situation lyonnaise. En même temps, on peut voir en Ballanche une préfiguration de ces auteurs lyonnais (comme Clair Tisseur et E. Vingtrinier) qui seront à la fois progressistes (par exemple républicains sous le Second Empire) et conservateurs.

  • 2 Sa famille, originaire des Monts du Lyonnais (Saint-Bonnet-le-Froid), achète des biens nationaux à (...)

26Le second illustrateur de ces thèmes est Antoine Blanc Saint-Bonnet2. Il est de la génération suivante : né en 1815, il est un disciple de Ballanche, mais son œuvre, bien qu’elle s’étale jusqu’en 1873, est caractéristique de cette époque. Pour Blanc Saint-Bonnet, le tournant se situe en 1848 : avant cette date, il a publié (en 1841) De l’unité spirituelle ou de la société et de son but au-delà du temps. En 1848, il se présente aux élections aux côtés de conservateurs modérés et de monarchistes et échoue. Il écrira peu après, dans La Restauration française :

« La démocratie triomphe et je viens combattre la démocratie. Les aristocraties sont repoussées et je viens dire que ce sont elles qui ont créé les peuples. Les dogmes sont rejetés et je viens dire que ce sont les dogmes qui ont créé les aristocrates et le capital, ces deux colonnes de toute civilisation. L’industrie, le crédit, les banques, les emprunts sont proclamés et je viens dire qu’ils ruinent les peuples».

27Il est clair que Blanc Saint-Bonnet oppose le capital, qui est pour lui « un produit épargné et employé », sur le modèle de la rente foncière, et qu’il associe à la vertu, et la circulation industrielle de l’argent, sur le parcours de laquelle on trouve ce qu’il appelle « le luxe, les jouissances et les loisirs ». Ce n’est évidemment pas en tant que théorie générale que cette thèse à résonance physiocratique nous intéresse, mais en ce qu’elle servira de support implicite (et parfois reconnu) à tout un langage véhiculaire, celui des groupes sociaux que nous appellerons par convention la bourgeoisie traditionnelle ou la grande bourgeoisie. Ces groupes, jusqu’à leur déclin définitif à la fin des années 30, appuieront leur représentation de l’équilibre de la société locale sur une hiérarchie rigoureuse, dont le fondement est éthique (la vertu opposée à la jouissance) et dont la justification est recherchée dans le maniement du discours religieux (le « Lyonnais mystique »). Il ne s’agit pas d’abord d’un débat idéologique, mais d’une définition et d’un modèle de gestion de la société locale qui doit se retrouver à travers tous les changements économiques et sociaux.

Les premières utilisations de l’espace : les représentations de la bourgeoisie libérale

28En 1833 paraît à Lyon, édité par Léon Boitel qui en compose une partie des chapitres, et avec un texte introductif d’Anselme Petetin, un gros ouvrage collectif : Lyon vu de Fourrières. Ces deux personnalités, surtout la seconde, sont en évidence sur la scène lyonnaise à l’époque, dans la mouvance du saint-simonisme ; Petetin dirige un journal, Le Précurseur, qui est l’organe des républicains modérés, et, à l’époque où paraît le livre, il se trouve emprisonné pour trois mois, pour avoir rendu hommage dans son journal aux insurgés parisiens du cloître Saint-Merri après la condamnation de leurs chefs. Le premier, qui a écrit sous la Restauration divers opuscules sur les écrivains lyonnais, assez ironiques à l’égard des « gloires » en place, est imprimeur-éditeur, et directeur de la Revue du Lyonnais.

29L’intérêt de cet ouvrage est de donner un point précis de la représentation respective de certains des groupes sociaux lyonnais à cette époque, en les associant étroitement à la description morphologique de la ville. Celle-ci apparaît, dans la représentation qui en est donnée, comme constituée de deux quartiers « principaux ». C’est d’abord Bellecour, le quartier de la noblesse qui est dépeinte avec ironie comme groupe social, mais non sans une certaine considération :

« la vie de la noblesse bellecourienne se concentre de la rue Saint Dominique (l’actuelle rue Emile Zola) à la rue Sala » on y retrouve « groupés » comme des cadavres exhumés tous les préjugés qui ont amené l’immortelle et féconde révolution de 1789 ». Mais ces êtres à part, « ces débris de peuple qui a conservé ses dieux et ses lois » sont isolément « des gens affables, instruits, de bonne compagnie (...) Le seul tort réel que l’on puisse leur reconnaître, c’est le mépris qu’ils affectent pour le commerce, quand la plupart d’entre eux ne doivent leur noblesse qu’à l’échevinage. Il n’y a que les méchants enfants qui fassent fi de leur nourrice ».

30La place que tient ce groupe est due à sa fortune, qui est terrienne ou immobilière.

« Là, on se plaint chaque jour d’avoir été ruiné par la révolution de 89, qui n’a pourtant enlevé à la plupart des mécontents que leurs dettes, à la vérité, fort considérables, mais a laissé bénévolement à chacune de ses prétendues victimes un beau et bon château flanqué de vingt-cinq à trente mille livres de rente. On voudrait bien être victime à ce prix-là, et même à moins ! »

31A l’autre extrémité de Lyon se trouve le quartier Saint-Clair, dont on ne parle à Bellecour qu’avec un « superbe dédain ».

« C’est là que la haute finance a fait élection de domicile. Banquiers, fabricants, agents de change, tout est là. On n’entend que le son des écus, on ne rencontre que des hommes riches (...) les enfants de huit ans, élevés dans la crainte de Dieu et des banqueroutes, y connaissent déjà le cours du change et la tenue des livres en partie double. Les demoiselles de la maison y tiennent souvent les écritures et la caisse, ce qui est une économie parfaitement entendue ».

  • 3 On notera la formule. La « montre en glace », c’est la devanture vitrée ; malgré son apparent loca (...)

32Entre les deux, le quartier ou plutôt la rue Mercière, la rue des boutiquiers à bonnets de coton, « boyau étranglé qui joint les deux extrémités de Lyon et qui les transvase journellement sans qu’elles y laissent la trace de leur passage » avec ses boutiques « parées de tous les produits de la moyenne fabrication » mais où « le comptoir d’acajou et la montre en glace3 serait (sic) aussi phénoméniques qu’une éclipse du soleil ». « Les magasins se sont transmis de père en fils ; il y en a qui comptent déjà jusqu’à dix générations, car là les banqueroutes sont rares ; on fait peu d’affaires, mais on les fait bonnes (...) Là, point de luxe, point de morgue. Je parierais qu’il n’y a pas un seul marchand de la rue Mercière qui ait voiture ». Les distractions sont paisibles, les rivalités entre salons, chères aux deux autres quartiers, sont inconnues : « à dix heures, vous ne trouveriez plus une seule croisée éclairée dans toute la rue Mercière ».

33Trois quartiers, trois groupes sociaux ; l’évocation est schématique, mais la représentation proposée va connaître une fortune ininterrompue. Il est cependant singulier de noter qu’à l’époque où les grandes percées de Vaïsse, l’Haussmann lyonnais, dans la presqu’île, n’existent pas encore, la dénomination de quartier Saint-Clair s’applique non seulement à l’îlôt bâti de 1745 à 1770 sur les plans de Soufflot mais également au quartier construit sur l’emplacement des couvents des Feuillants et des Ursulines de 1800 à 1825, c’est-à-dire le futur « Griffon » qui, en 1835,est paré des prestiges de la modernité et, bien qu’accueillant déjà le même négoce, ne suscite pas du tout les visions de noirceur et d’exiguïté qui lui seront accolées plus tard.

34Les quartiers que les auteurs jugent importants se limitent là ; Saint-Jean, abandonné au clergé et aux gens de loi, paraît à l’auteur « un quartier mort » et « le silence de ses rues n’est interrompu que par le cliquetis monotone des métiers de l’ouvrier en soie ». C’est cependant sans équivoque que l’ouvrage prend parti pour les canuts, après la révolte de 1831 ; l’insertion d’« Impressions de voyage » d’Alexandre Dumas, comme la courte nouvelle sentimentale intitulée « Un canut » qui voit ce dernier mourir « sous vingt balles françaises» ne laissent aucun doute à ce sujet, non plus que l’extrait d’une brochure de Jules Favre ; celui-ci, alors jeune avocat lyonnais, écrit : « Si je disais que chaque année la fabrication des tissus qui font notre richesse flétrit de jeunes et florissantes vies, que de robustes organisations viennent s’étioler et sécher de fatigue pour produire à bas prix, consumant en quelques jours de privations et de travail les forces que Dieu leur avait données pour un plus long et meilleur emploi ». Cependant, malgré l’intérêt incontestable que portent les auteurs à la condition des ouvriers en soie, il est manifeste que ceux-ci n’apparaissent pas, dans les situations décrites, comme un groupe propre, et que même les acteurs en question sont dépeints de façon toute extérieure et pour tout dire superficielle.

35Ce qui apparaît donc le plus important aux auteurs, ce sont les positions des groupes qu’il serait plus juste d’appeler instrumentaux que dominants. La notion de domination n’est pas claire en effet ; la place qu’occupent ces groupes, en revanche, est située de manière interne et aussi par rapport aux groupes extérieurs, et le mode d’analyse est la production littéraire, c’est-à-dire le maniement du discours : « Lyon est certainement la ville de France où s’est opéré le mouvement d’esprit le plus rapide depuis la révolution de juillet (...). Eh bien ! à Lyon, où tous les genres ont été essayés, qu’a-t-on fait qui soit de bonne et durable littérature ? » se demande A. Petetin dans son préambule ; suite à cela, il énumère divers écrivains, dont Mme Desbordes-Valmore, qui résidait alors à Lyon, et conclut qu’il est impossible de faire de la littérature à Lyon :

« Ils ont peint à tâtons, et fort innocemment, des choses qu’ils n’ont jamais senties ni vues (...) Comment pourrait-il en être autrement ? Où auraient-ils pris cet atticisme de la langue et des mœurs qui ne se trouve que dans ce petit monde qui peuple les salons de Paris, de Londres et de Pétersbourg ? » et d’enchaîner sur l’absence, à Lyon, de femmes à même de tenir un salon : « Ah, les mœurs ! Voilà précisément ce qui fait que vous n’avez point de littérature, c’est que vous avez trop de mœurs, ou du moins des mœurs si sauvages (...) que vous vous ennuyez toute l’année le plus chrétiennement du monde ».

36L’ouvrage abonde en notations de ce genre, qui constituent l’amorce d’une sociologie (spontanée) de la littérature. S’il n’y a pas de littérature à Lyon, c’est, dit dans un langage actuel, parce que la régulation sociale ne la rend pas utile. Mais derrière cette constatation se cache la volonté, sinon d’en créer une, du moins de faire servir l’écrit à la mise en place d’un positionnement réciproque des groupes sociaux. Ce sont ces groupes que nous retrouverons définis de manière plus ou moins approchante par la suite ; dès 1833, on voit se dessiner, vu depuis le point de perspective du second nommé, trois groupes que nous appellerons conventionnellement l’aristocratie, la bourgeoisie d’affaires, la bourgeoisie marchande. Insistons sur le caractère purement lexical de ces appellations, directement issu du contexte de l’« écologie humaine » telle qu’elle transparaît dans les évocations que proposent les auteurs. Sur son caractère daté aussi ; bien loin de correspondre à des « types urbains» généraux, la répartition qui est proposée ici correspond à la situation lyonnaise en 1833 : c’est, non seulement le système d’intelligibilité des groupes sociaux lyonnais, mais la vision qui en est donnée, le « compte rendu » qui en est proposé par un de ces groupes, dans les tentatives que font certains de ses membres pour proposer une stratégie de progrès.

  • 4 « Vieux centre » qui correspond à la paroisse Saint-Nizier, « cathédrale des bourbourgeois» au Moy (...)
  • 5 C’est bien à tort que P. Fournel utilise ce passage pour assimiler ce portrait du Père Thomas à un (...)

37Il faut cependant signaler que les quartiers (Bellecour, Saint-Clair, le vieux centre4 autour de la rue Mercière) n’ont pas en soi une valeur explicative. L’usage se répandra par la suite de parler de la Croix-Rousse, d’Ainay, etc. ; le texte de 1833 montre que ce qui est significatif, c’est l’articulation entre eux des divers segments de l’espace lyonnais. Et encore celui-ci n’est-il nullement spécifié comme ayant une valeur en soi ; s’il fonctionne comme un équivalent du monde, sa particularité n’a pas de contenu absolu comme telle, il n’y a pas de connotation localiste. Les enseignes, les inscriptions, loin d’être l’objet d’un culte de la tradition, sont raillées comme archaïques : « Le ridicule en saute aux yeux, Lyon est en retard de quatre siècles». Quant à la langue locale, elle est l’objet d’une ironie quelque peu « snob » (ce sont des indigènes qui parlent) laquelle s’exerce préférentiellement au détriment des personnes de condition bourgeoise qui parlent, « soit ignorance, soit laisser-aller », le français local populaire. « Les pattes ici sont les chiffons (...) la cadette est le trottoir (...) et mille autres façons de parler plus curieuses encore, plus inintelligibles si cela se peut. En vérité, on devrait vendre, aux portes de Lyon, un dictionnaire du pays à l’usage des étrangers ». Plus étonnante est la faible place accordée au langage et aux coutumes populaires. Dans cet ouvrage écrit en 1833, pas la plus petite allusion à Guignol ou à son créateur Mourguet. La chose serait moins surprenante, si tout un article n’y était consacré au célèbre père Thomas (« Tout le monde le connaît à Lyon ; c’est l’homme du terroir, le premier comédien de nos premières années (...) le Molière des ouvriers et des cuisinières ») qui jouait la farce italienne et des improvisations populaires aux Brotteaux vers 1800-18105.

38En se présentant sous les dehors de la « modernité », le groupe social en cause propose donc une autre définition globale de la situation lyonnaise. Elle n’est pas d’essence philosophique, comme celle de l’école mystique ; elle n’est donc pas de type moniste. Comme telle, elle s’articule sur une métaphore de l’espace ; mais si elle propose côte-à-côte, vus de son propre point de perspective et placés au centre du monde, trois processus sociaux dont elle donne le compte-rendu global du point de vue de la modernité, elle renvoie à un rôle instrumental ou à un statut d’objet symbolique les autres groupes sociaux. Pas d’interaction entre eux directement évoquée ; ils sont tout au plus des figures de son discours. On défend les canuts avec les accents qu’aura Lamartine en 1848, pas avec l’accent du Gourguillon.

La permanence de l’écrit populaire — Propos « canut » et chansons

39De l’héritage qui sera exploité par la suite, la troisième composante est l’écrit populaire. La présence est ancienne, de textes utilisant à des fins diverses le langage ou le dialecte local : La Ville de Lyon en vers burlesques de 1683 s’inspire, dans sa conception, de La Ville de Paris en vers burlesques parue en 1655. Moins anciennement, les Noëls (parfois satiriques) du XVIIIe siècle, souvent réédités, et les chansons de circonstance (telle la célèbre chanson de l’émeute de 1744, dirigée contre Vaucanson qui, avant Jacquard, avait cherché à mécaniser les métiers à bras des tisseurs) utilisent le « patois » lyonnais, c’est-à-dire la variété lyonnaise du francoprovençal, cette troisième famille linguistique romane de l’espace français (avec les langues d’oïl et d’oc).

40Mais si ces textes sont assez souvent l’œuvre de lettrés ou de bourgeois et sont imprimés à ce titre, ils ne mettent pas de façon systématique en scène acteurs et situations lyonnaises (il faut cependant faire exception du grand « Noël » satirique de 1723 qui raille de façon assez anodine ordres religieux et notables, et de la chanson de Vaucanson qui est beaucoup plus violente). Ce sont des divertissements isolés ; « détournant » le langage populaire, ils représentent des témoignages précieux pour l’histoire linguistique ; ils constituent des échantillons des représentations sociales. Mais ils n’apparaissent pas comme des matériaux constitutifs d’un langage, d’une structure de sens ; tout au plus témoignent-ils — et c’est en cela qu’ils font tout de même partie de l’héritage lointain — de la proximité sociale des groupes à Lyon et c’est en cela qu’un Puitspelu, par exemple, les utilisera.

  • 6 P.F. Castellan, né en 1788, industriel, fut surnommé le « Béranger lyonnais ». Il est l’auteur en (...)

41Au début du XIXe siècle, une certaine modification s’opère. Le rôle de la « chanson », de l’écrit de circonstance qui se veut populaire, devient important comme forme d’expression au moins autant écrite que vocale — et il n’est que de penser au retentissement de Béranger, de son vivant égalé à Hugo et à Lamartine — mais qui pratique encore Béranger ? A partir de là l’utilisation de la référence à la langue populaire renvoie à un codage, c’est-à-dire à un groupe, au moins latent, qui est censé valider ce codage. Les premières chansons lyonnaises du siècle, telles celles de Castellan6 qui réfèrent explicitement à Béranger ne font pas de référence directe à une situation sociale précise, mais lorsqu’elles « chansonnent » vivement la monarchie, la religion et l’aristocratie, c’est en référence à un contexte lyonnais, par exemple :

« ... les rois
Sont pétris tant bien qu’mal
De mêm’pâte qu’un animal ».
(« Arrivée à Lyon de la statue de Louis XIV »).

42ou encore ce « pot pourri historique » intitulé « 1814, ou les Autrichiens près de Lyon », où l’on voyait s’exprimer ainsi « une ci-devant marquise » à propos du général autrichien Bubna, qu’elle attendait avec impatience :

« Ce sont les tracas de la route
Qui le retiennent loin d’ici
Mais il sera venu sans doute
Pour mon boston de mercredi ».

43La chanson devient l’instrument de stratégies permanentes. A la différence des chansons précédentes, ce sont non pas seulement des thèmes circonstanciels ou anecdotiques qui sont traités en utilisant le langage populaire (ou en tout cas la forme de ce langage) mais des thèmes généraux de l’époque.

  • 7 Il est clair que des chansons comme celle de Bruant (« C’est nous les canuts »), largement popular (...)
  • 8 Par exemple, lorsqu’on en arrive à trouver dans une encyclopédie, à l’article « Marionnettes», la (...)

44Compte tenu de l’encadrement des dates que nous avons retenu ici, on pourrait s’attendre à évoquer le retentissement, dans l’écrit populaire, des révoltes de 1831 et de 1834. Curieusement, ce retentissement est très faible7. Il existe bien un « chansonnier républicain », attribué à J.A. Depassio, mais cette brochure imprimée sans nom d’auteur à Genève en 1834 est écrite dans un style très conventionnel et ne fait nulle allusion aux émeutes. Le relais des chansons de la Restauration n’est pas davantage pris par le théâtre de Guignol, contrairement à ce qui a été prétendu8.

45En 1820-1840, tout laisse à penser que le théâtre de Guignol, comme d’ailleurs les marionnettes italiennes au XVIIIe siècle, est à la fois très célèbre (il a déjà été « exporté » à Paris) et très peu connoté, c’est-à-dire très peu — sinon pas du tout — utilisé comme support métaphorique d’un discours social. Transformer des personnages de comédie en symboles explicitement manœuvrés ne va nullement de soi ; et rien dans la période que nous considérons actuellement ne vient valider la thèse parfois avancée que Guignol ait été considéré à l’époque comme un contestataire politique, et par qui que ce soit. Tout laisse à penser, au contraire, que malgré la simultanéité des événements, le rapprochement entre les révoltes des canuts (c’est le mot émeute qui est utilisé à l’époque) et le répertoire Guignol n’est pas opéré et ne le sera que beaucoup plus tard. Il s’agit ici non d’une démonstration historique, mais d’une hypothèse de sociologie de la représentation ; lorsque la symbolique apparaît, c’est à la suite d’un travail de création du mythe qui utilise le texte comme matériau.

  • 9 Louis-Etienne Blanc (1777-1854), fils d’un ouvrier passementier, s’engagea à 15 ans dans les armée (...)
  • 10 La transition entre le « patois » francoprovençal des chansons du XVIIIe siècle et le dialecte can (...)

46Nous évoquerons en revanche brièvement deux auteurs qui eurent un incontestable retentissement, Louis-Etienne Blanc et Pierre Dupont. Louis-Etienne Blanc9 est un « amateur » ; vieux républicain, nommé maire de sa commune des environs de Lyon en 1848, il exerça sa vie durant ce que l’on appelle un talent de société. Ses poèmes et chansons en dialecte canut — et non plus en patois lyonnais10 — sont, soit des pamphlets politiques, soit des mises en scène de situation d’actualité ou de saynètes populaires. Bien qu’elles n’aient été éditées qu’en 1865, elles étaient connues depuis longtemps (L.E. Blanc est d’ailleurs mort en 1854). Elles sont, croyons-nous, la première création systématique d’une thématique accordée au réemploi écrit du langage populaire, la première introduction du canut, non pas comme le sujet de protestations contre le malheur des temps, mais comme un personnage littéraire.

  • 11 Le jeu de mots sur épargne à propos de la guerre d’Espagne (1823) est évident.
  • 12 Pour qu’il n’y ait là encore aucun doute, l’éditeur ajoute en note infrapaginale : « le pétard se (...)

47Quel est le contenu de ces pièces ? On y voit d’abord une attitude en permanence frondeuse envers le gouvernement central et les autorités. Certes, cette tendance procède d’un incontestable républicanisme ; mais la production de ce discours par les personnages de la soierie (les ouvriers en soie, les « vieux canus ») en précise le sens. Plutôt qu’une protestation de nature politique ou idéologique, il s’agit d’un rappel d’une séparation des rôles ou plutôt d’une transaction : le rôle du pouvoir est d’assurer la prospérité des métiers (« Nos marchands nous ont recommandé de supplié votre Majesté de ne pas faire la guerre à l’Epagne11 (...) ce pays où se vend tant de nos merchandises (...) nos méquiés, qui chôment déjà depuis si long-tems, finiront ben par ne rien faire du tout si ce débouchemant nous est bouché »). Mais cette sollicitation s’accompagne d’une perpétuelle ironie. Les « adresses » successives lors des deux Restaurations et des Cent-Jours, la flagornerie apparente lors d’un attentat auquel Louis XVIII a échappé (« O Cire, ôposé à tous ces pétards évolutionnaires votre pétard légitime »12 mettent surtout en évidence l’indifférence profonde au pouvoir, comme d’ailleurs à la religion :

Nous li donnerons un cierge
qu’a Forvière il portera
I l’est bien sûr que la Viarge
li répondra : ça ira

48(Députation au duque d’Olians lors de sa venue à Lyon en 1831 « comme un arc-en-ciel après l’orage »). On notera la valeur du « ça ira » mis dans la bouche de la Vierge de Fourvières par un ancien des armées de la République.

49A côté de ces propos « politiques », les chansons sentimentales ou les récits imaginaires parfois quelque peu chargés en allusions grivoises ont-ils un rôle de simple divertissement ? Certes, Blanc était un joyeux compère. Cependant nous voyons plutôt dans la recherche de « la vérité de cet accent canu » la construction d’un droit à adopter le langage populaire pour exprimer la légitimité d’une stratégie. L.E. Blanc est l’un des premiers à créer un langage composé qui permet à un groupe « populaire » d’avancer cette indifférence profonde à l’environnement, cette non-allégeance cachée par une complaisance ironique face aux pouvoirs successifs, qui sont significatives de la « coupure » contextuelle, et de fonder cette « autonomie » sur la gestion d’un langage particulier, celui de l’écrit populaire.

50C’est une autre forme d’utilisation écrite du codage populaire qu’utilise Pierre Dupont (1821). Fils d’un forgeron né à Provins mais établi à Lyon, l’auteur des Bœufs, des Sapins mais aussi du Chant des Ouvriers passera l’essentiel de sa carrière à Paris, jusqu’aux journées agitées de la IIe République où il évitera de peu la déportation, après quoi il interrompt toute activité et reviendra finir sa vie à Lyon. Lui aussi se situe dans la tradition des chansons, et comme tel accrédite un mélange de ruralisme naïf (mais ne sommes-nous pas à l’époque de George Sand ?) et de populisme, qui là aussi, dans le contexte de 1848, n’est pas pour surprendre ; plus remarquable est que Baudelaire ait qualifié en 1851 le Chant des ouvriers (qui venait après le Chant des Banquets et le Chant des Paysans) de « Marseillaise du travail ». La référence ruralisante va rester marginale chez les Lyonnais ; cependant, par avidité terrienne ou par souci de la promenade, ils n’oublieront jamais de noter, à la frange de leurs illustrations très urbaines, la lisière campagnarde, bien que fort extériorisée. Il faut plutôt insister sur la place de la culture populaire construite par Pierre Dupont, dont les chansons, vendues par fascicules, eurent une diffusion considérable. Œuvre écrite sans que la distanciation soit la matière même du travail littéraire, elle accrédite l’idée d’un écrit au premier degré, d’un écrit dont le groupe de référence peut être un groupe populaire, à la différence de toutes les réadaptations. Avec des fortunes diverses, ce type d’œuvre sera constamment présent à Lyon jusqu’en 1940, face aux écrits d’origine autre, même et surtout quand ceux-ci utilisent l’« artifice » de l’utilisation distanciée du langage populaire.

51On pourrait évoquer une autre tendance forte du début du siècle, l’histoire locale, tant celle qui ressortit à l’érudition académique que celle qui relève de l’« itinéraire » ou des « promenades », genre qui, amorcé au moins au XVIIIe siècle (la Description de Lyon d’André Clapasson est de 1741), connaît une expansion considérable au début du XIXe siècle.

52Aimé Guillon publie en 1807 son Lyon tel qu’il était et tel qu’il est, un tableau historique de sa splendeur passée suivi de l’histoire pittoresque de ses malheurs et de ses ruines, J.B. Mazade en 1810 ses Lettres à ma fille sur mes promenades à Lyon, la Description historique de Lyon de Nicolas François Cochard est de 1817, les deux tomes du Voyage pittoresque et historique à Lyon de F.M. Fortis sont de 1822. D’autres guides, voyages et évocations se succéderont, qui passent de plus en plus de la culture de l’érudition (le XIXe siècle sera par ailleurs un grand siècle de l’historiographie lyonnaise) à l’utilisation de la description monumentale pour illustrer l’histoire sociale. Le subjectivisme politique, déjà présent chez Cochard avec une tonalité progressiste qui étonne en 1817, s’oriente de plus en plus vers la symbolique conservatrice, où les forts qui gardent la ville contre le turbulent faubourg de la Croix-Rousse et les chapelles rappelant le martyrologe lyonnais sont pour Paul Saint-Olive (1799-1879) les emblèmes et les rappels de la relation permanente qui unit pour le meilleur et pour le pire les notables et le peuple.

Aux origines d’une littérature lyonnaise — Les formes et les thèmes

53De cette rapide évocation de quelques œuvres produites à Lyon, dans les années 1840-1850, on ne peut déduire que quelques lignes générales qui vont être reprises après le milieu du siècle. A cette époque émerge, à partir de quelques tentatives isolées, ce qui va constituer une littérature, au fur et à mesure que l’instrument que constitue l’écrit sera pris en main par divers groupes sociaux.

54On ne peut en effet parler de « littérature lyonnaise » que s’il y a émission et réception, ce qui revient à dire : émission parce que réception possible. Il est clair que le rejet « folklorisant » de la littérature locale vise à invalider cette question, en supposant que la qualité de cette littérature est suffisamment faible pour que la réception, comme l’émission, ne soient le fait que de sous-groupes non-significatifs, de « gens sans importance » qui ne constituent pas une catégorie pertinente de l’analyse. Pire encore, elle serait tellement assimilable au « goût vulgaire » que l’on ne pourrait tenir sur elle aucun discours valide.

55Or les thématiques que nous avons évoquées, plus encore que les formes encore très ouvertes sous lesquelles on les voit se mettre en avant, vont servir de base, de fondement, à une littérature qui va se fixer pour objectif de donner les règles de la représentation d’une société locale particulière, la société lyonnaise ; entendons par là qu’il ne s’agira pas de légitimer l’autarcie, mais d’expliciter comment une culture particulière émerge d’un moment de l’histoire d’un lieu comme agrégat de positions et de conflits.

56Nous allons donc utiliser comme instrument d’analyse les quatre catégories de base de l’écrit recensés dans ce qui précède : l’essai, la chronique, la littérature populaire et l’érudition, auxquelles viendra s’ajouter le roman. Ces catégories jouent leur rôle propre, en tenant compte des groupes sociaux qui vont les utiliser.

57Ceux-ci sont décelables par un travail d’inférence portant sur la description et l’auto-description, par la position de ce que nous appelons le point de perspective (celui d’où est vu le contexte) et par le paysage décrit depuis celui-ci. Mais ils vont connaître un glissement continuel depuis la structure schématique que nous avons observée dans l’ouvrage de Boitel jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres ; nous allons observer plus précisément au nom de qui on écrit, et de qui l’on parle, le « paysage » lyonnais servant de codage, de ressource commune de métaphores et de contenants.

58C’est qu’en effet au fur et à mesure que la société lyonnaise se pose de façon plus complexe le problème de la modernité, la question de la décentralisation littéraire, que Boitel abordait déjà, c’est-à-dire la question de l’appropriation de l’instrument qu’est l’écrit littéraire, se pose de plus en plus nettement. Ecrire un roman, s’engager dans une destinée de créateur — ou encore se lancer dans le journalisme d’idées et devenir chroniqueur ou pamphlétaire — cela correspond à proposer sa lecture de la situation sociale.

59Outre les implications proprement analytiques d’une telle proposition — qui apparaîtront mieux à la découverte progressive des textes — nous voudrions faire remarquer que cette démarche conduit à reposer en des termes nouveaux la question de la qualité, perpétuelle pierre d’achoppement des analyses littéraires et esthétiques. Parler de bonne ou de mauvaise littérature n’est pas en soi condamnable. Cependant cela suppose l’existence d’un référent esthétique et d’un référent social. Tant l’herméneutique de la production étudiée par Ricœur que l’esthétique de la réception selon Jauss, à laquelle nous avons déjà fait appel, nous amènent à ne pas dissocier radicalement l’un de l’autre. Il ne s’agit évidemment pas de proposer l’approche du document (sur les mentalités) en lieu et place du texte littéraire, mais de considérer que ce dernier est l’objet d’une reconnaissance conférée par un groupe social, et non d’une déclaration de type transcendantal effectuée « à dire d’expert » par des personnalités sans affiliation avouée. On se reportera donc à la manière dont le texte a été reçu, ou dont il a été utilisé pour servir à une circulation de thèmes, et non à la position, à tout prendre anachronique, qui consisterait à la rejuger après coup devant le tribunal de la postérité.

60Ceci est d’autant plus pertinent que les thèmes qui sont abordés sont explicitement auto-centrés. Il faut là-dessus être très clair : la littérature lyonnaise est une littérature qui répond à une situation, ce qui n’a en soi rien d’original, mais il se trouve que cette situation n’est pas celle de l’Italie du Risorgimento ou du Paris des débuts du grand capitalisme. C’est celle d’une grande ville sans rôle politique qui met un siècle et demi pour passer de la notabilité de la fin de l’ancien régime (telle que la décrit excellemment Louis Trénard dans son Lyon de l'Encyclopédie au pré-romantisme, op.cit.) à l’ère du capitalisme industriel, en passant par le stade intermédiaire du capitalisme manufacturier. Situation qui n’a rien de spécifique au sens « campaniliste » de ce mot, comme disent les Italiens, mais qui est décrite dans ses rebondissements sur les différentes couches de la société. Notre pari a donc été de ne tenir compte au départ, ni du contenu potentiel d’universalisme qu’auraient recélé ces textes, ni de pré-jugements sur les classes sociales que le courant de l’Histoire aurait fait nécessairement émerger, mais de suivre le cheminement des thématiques et d’en dégager le sens et le contenu.

61C’est donc à une lecture au premier degré que nous convions notre propre lecteur. Nous avons voulu pousser la fidélité du texte le plus loin possible.

62A travers la recréation de l’écriture, c’est donc toute une histoire naturelle de la socialité lyonnaise, avec son évolution, ses réemplois, les conflits de légitimité et les glissements qui s’y opèrent, les affrontements et les évitements, que nous évoquons. Les limites sont tracées d’avance par la nécessité de restituer, sous forme de légères maquettes, un passé dont la connaissance a été déformée parfois jusqu’à la caricature. Tracer en parallèle, avec toute la précision requise, l’histoire en vraie grandeur et l’histoire de la mythification des faits était une entreprise un peu lourde. Le champ reste ouvert.

63Nous avons appuyé notre travail sur une référence chronologique sauf à ce qu’elle nous imposât des divisions inégales. Mais les points de passage sont sensibles. Les années 1860-1865 voient apparaître dans l’écrit les symptômes progressifs de la crise que connaît la représentation de la société lyonnaise pré-industrielle, à travers les thématiques de plus en plus irréelles que mettent en place les groupes qui sont enfermés dans cette crise sans issue, et ceci jusqu’aux premières années de ce siècle. Ce n’est que dans le début des années 10 que commence à apparaître une coupure : une génération nouvelle surgit, marquée par des représentations différentes ; avec les ruptures, les langages changent, mais la guerre impose à cette période (1910-1920) d’être seulement une transition, une parenthèse avant que l’époque 1920-1939 ne voie une ère aussi brève que foisonnante marquer, dans l’écrit, le triomphe et le déclin de l’économie soyeuse. Ce sont sur ces trois périodes que nous reconstruisons trois phases de la littérature lyonnaise : la construction et le déclin de l’âme lyonnaise, la crise des représentations et l’apparition de nouveaux conflits, l’apogée et l’usure d’une culture de l’échange.

Notes

1 C’est le titre du livre qu’en 1935 Joseph Buche lui consacrait.

2 Sa famille, originaire des Monts du Lyonnais (Saint-Bonnet-le-Froid), achète des biens nationaux à la Révolution et se fait appeler par la suite Blanc-Saint-Bonnet, puis vers 1860 intercale la particule, La reconstitution d’une appellation nobiliaire à partir de possessions foncières est une constante de la bourgeoisie d’affaires devenue rentière à Lyon au XIXe siècle : elle ne fait d’ailleurs que poursuivre l’anoblissement royal de l’Ancien régime.

3 On notera la formule. La « montre en glace », c’est la devanture vitrée ; malgré son apparent localisme (Puitspelu parlera d’une « miche d’un sou, là, dans la montre »), elle est compréhensible à l’aide du Robert. A l’époque, les boutiques de Lyon sont donc ouvertes à tous vents, avec seulement des volets de bois.

4 « Vieux centre » qui correspond à la paroisse Saint-Nizier, « cathédrale des bourbourgeois» au Moyen-Age et par ailleurs déjà « héritière », à l’époque, des établissements gaulois de la rive gauche de la Saône, en face de la ville romaine de la rive droite qui deviendra la ville féodale, entre Pierre-Scize, le château de l’archevêque, et le cloître fortifié de Saint-Jean, place-forte du chapitre des chanoines-comtes de Lyon. Nous utiliserons souvent, de façon allusive, ces marquages historiques de l’espace de la ville, qui ont été évoqués par toutes les histoires de Lyon.

5 C’est bien à tort que P. Fournel utilise ce passage pour assimiler ce portrait du Père Thomas à un « portrait » possible de L. Mourguet. Bien qu’il prenne l’assimilation à son compte, et que d’autres avant lui aient évoqué la possibilité d’une influence du répertoire de ce comédien de tréteaux dans la genèse des personnages du premier Guignol, on ne peut négliger le fait que l’auteur de ce texte, qui aurait été le mieux placé pour camper Mourguet en successeur du Père Thomas, se garde bien de le faire, et qu’il y a quelque usurpation à le solliciter là où il a manifestement refusé d’aller. On est obligé de s’en tenir à des conjectures pour expliquer ce silence qui laisse en tout cas à penser que, dans le discours qui est proposé ici, la figure du Père Thomas apparaît plus significative du Lyon populaire vu par le groupe qui s’y exprime que celle de Mourguet et de ses personnages. On retrouvera cette distinction chez Nizier du Puitspelu et elle a manifestement de l’importance dans la représentation de la première moitié du XIXe siècle.

6 P.F. Castellan, né en 1788, industriel, fut surnommé le « Béranger lyonnais ». Il est l’auteur en particulier de la plaquette anonyme parue en 1848 : Histoire de Lyon sous la Restauration à l’aide des chansons de cette époque, éditée par la Revue du Lyonnais de L. Boitel.

7 Il est clair que des chansons comme celle de Bruant (« C’est nous les canuts »), largement popularisée ces dernières années, sont des fabrications « ex post » qui ressortissent à une logique totalement exogène.

8 Par exemple, lorsqu’on en arrive à trouver dans une encyclopédie, à l’article « Marionnettes», la légende suivante, sous une photographie représentant les marionnettes lyonnaises : « Le Guignol lyonnais, célèbre notamment pour avoir mis en scène la misère et la lutte des canuts, ces tisserands qui menèrent un des premiers combats pour l’émancipation ouvrière » (Encyclopedia Universalis, 1968, vol. 10). Or Guignol ne met nullement en scène la lutte des canuts, et pas non plus la misère de ceux-ci en tant qu’ouvriers exploités ; aucun texte ne le montre, et aucune autre justification sérieuse n’en existe.

9 Louis-Etienne Blanc (1777-1854), fils d’un ouvrier passementier, s’engagea à 15 ans dans les armées de la République qu’il quitta après six ans de campagnes pour exercer l’emploi de clerc d’huissier chez un oncle, auquel il succéda. Il semble avoir été un huissier compatissant, et ne s’être fait, dans l’exercice de cette charge, ni ennemis ni fortune.

10 La transition entre le « patois » francoprovençal des chansons du XVIIIe siècle et le dialecte canut ou français régional do Lyon semble correspondre à la Révolution et au Premier Empire. Le dialecte canut contient de nombreux mots d’origine francoprovençale, mais la syntaxe et la grammaire sont celles du français : d’où la tendance à qualifier de « fautes de français » des francoprovençalismes manifestes (aboutonner pour boutonner — le francoprovençal n’opère pas l’aphérese du a dans les verbes d’action – j’y fais pour je le fais — où le y est un ancien pronom complément neutre).

11 Le jeu de mots sur épargne à propos de la guerre d’Espagne (1823) est évident.

12 Pour qu’il n’y ait là encore aucun doute, l’éditeur ajoute en note infrapaginale : « le pétard se dit vulgairement du derrière ».

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site