Version classiqueVersion mobile

L'École et l'espace local

 | 
Agnès Henriot-van Zanten

Quatrième partie. Enjeux locaux, innovation éducative et changement et social

Chapitre VII. L’école, agent de développement local  ?

Texte intégral

  • 1 Pour les initiatives américaines, voir A. Little et G. Smith, Stratégies de compensation ; D. Moyn (...)

1Les politiques éducatives qui ont précédé l’initiative des zones d’éducation prioritaires en France et dont celle-ci s’est partiellement inspirée – programmes compensatoires aux États-Unis, Educational Priority Areas en Grande-Bretagne – ont le plus souvent pris pour cible des quartiers populaires, en particulier les ghettos des grandes villes comme Londres, New York, Chicago ou Liverpool. L’analyse des motivations des décideurs, des objectifs des actions menées et de leur mise en œuvre montre que, s’il en a été ainsi, ce n’est pas parce que les difficultés que les enfants de ces quartiers rencontrent à l’école sont plus importantes que celles de leurs homologues ruraux, mais parce que l’“échec scolaire” y apparaît davantage lié à un certain nombre de phénomènes comme les tensions raciales, la drogue, la délinquance et, dans les cas les plus extrêmes, l’émeute et la révolte, mettant en péril l’ordre social. Il ne faut pas en conclure pour autant que tous ces programmes avaient pour but exclusif ou majeur le contrôle ou la prévention sociale, mais cette dimension ne saurait être exclue de leur orientation générale1.

  • 2 Les Académies ayant mis en place le plus grand nombre de Z.E.P. étaient en 1982 : Lille (39), Aix- (...)
  • 3 Parmi ces initiatives figurent en première place les politiques de développement social des quarti (...)
  • 4 Notre chiffre provient d’une estimation portant sur 278 Z.E.P. réalisée par V. Isambert-Jamati qui (...)

2En France, l’étude de la carte d’implantation des Z.E.P. fait aisément ressortir les liens entre cette politique et la ville. Ce sont les académies à caractère urbain et industriel le plus marqué qui ont le plus grand nombre de zones prioritaires sur leur territoire2. En outre, peu après le lancement des actions Z.E.P., il y a eu de la part des décideurs une volonté de coordonner cette politique à d’autres initiatives décentralisées visant à lutter contre la “dégradation physique et sociale” de certaines zones urbaines3. Les zones prioritaires en milieu rural ne sont cependant pas tout à fait une exception. Elles représentent plus d’un quart des secteurs ayant reçu des moyens au titre de l’opération Z.E.P. en 19824. Il n’en demeure pas moins qu’en milieu rural une politique comme celle des Z.E.P. est appelée à subir des modifications importantes afin de s’adapter à une vision spécifique des problèmes sociaux, à un rythme plus lent dans l’acceptation et la mise en œuvre de l’innovation et au poids décisif d’enjeux locaux étrangers au domaine pédagogique.

“ZONE EN ECHEC” : UNE IDEE MOBILISATRICE ?

3A la base de la désignation d’un secteur comme Z.E.P., il devait y avoir un consensus sur la nature et l’ampleur des problèmes locaux, en particulier de ceux concernant directement le fonctionnement du système éducatif. Or, dans le canton de Retiers, la notion d’“échec scolaire”, peu utilisée par la population, y compris par les enseignants eux-mêmes, a suscité beaucoup de réactions négatives. Jusqu’à une date récente, les difficultés scolaires des enfants, interprétées plutôt comme signe de leurs “dons manuels”, n’étaient pas considérées comme un problème social. Si les attitudes des parents et des maîtres à cet égard ont commencé à changer, il faut noter qu’il n’y avait pas eu, avant la mise en place de la zone d’éducation prioritaire, de prise de conscience collective de l’ampleur de la crise, malgré le sentiment partagé d’une dégradation dans la situation scolaire et sociale. L’implantation d’une Z.E.P. a par conséquent exigé un travail important d’élaboration, de diffusion et de mobilisation autour de l’image nouvelle et dérangeante de “zone en échec”.

Des principes aux réalités locales

  • 5 Nous ne pouvons pas présenter en détail ici la procédure suivie. Globalement, elle a consisté à ch (...)

4Certes, chez les autorités académiques, il ne faisait pas de doute que Retiers se trouvait parmi les secteurs en difficulté, mais il fallait construire, suivant les termes de l’inspecteur d’académie, « un tableau d’honneur... et d’horreur » pour déterminer sa position relative parmi d’autres « zones à problèmes ». Ce travail a été réalisé à la rentrée 1981 par l’Inspection académique. Celle-ci a procédé à une vaste enquête au niveau du département pour mesurer l’“échec scolaire” à travers plusieurs indicateurs suggérés par le ministère et pour dégager des spécificités locales susceptibles d’être mises en relation avec les difficultés constatées. En fonction des critères retenus pour le classement de tous les secteurs de recrutement des collèges, le canton de Retiers est apparu comme la zone la plus défavorisée pour l’enseignement primaire et en treizième position pour l’enseignement secondaire. La moyenne des deux classements le situait à la troisième place du “palmarès Z.E.P.” du département5. Au niveau local, le principal du collège a joué un rôle important à cette étape. C’est lui, en effet, qui a pris le relais de l’Académie en réalisant une petite enquête dans son établissement d’où il conclut, en fonction des appréciations des enseignants des différentes disciplines, à un “retard scolaire” assez alarmant, en particulier dans le domaine du français. Il a aussi contribué à dresser un tableau plus global des difficultés du canton en soulignant son isolement et sa coupure du monde extérieur (éloignement des centres importants, absence de transports, maintien de la population sur place depuis plusieurs générations), la composition socio-économique de la population (pourcentage d’ouvriers et d’agriculteurs, nombre de boursiers au collège) et le rapport difficile d’une fraction de celle-ci à l’institution scolaire (installation récente des structures d’enseignement secondaire, manque de motivation des familles et des enfants à l’égard des études).

5Ni les enseignants, ni d’autres groupes locaux intéressés par les problèmes d’éducation n’ont participé directement à ce travail, qui est venu compléter le tableau de “zone à problèmes” établi par l’Inspection académique. Il y a là un écart par rapport aux recommandations des textes officiels mais il est vrai qu’au plan local, au vu des tensions entre les différents groupes, il aurait été illusoire d’envisager un travail en commun sans une longue préparation. Que le “dossier Z.E.P.” ait été élaboré par la seule personne bénéficiant d’une grande considération de la part d’une large partie de la population a plutôt été, comme nous le verrons par la suite, un élément positif, voire indispensable, pour la mise en route d’une dynamique locale.

Diffusion et effets de l’étiquette Z.E.P.

  • 6 Toutes les réunions ont eu lieu soit au collège public, soit à la mairie de Retiers.

6La politique de Z.E.P. visait, entre autres choses, à encourager une “ouverture” nouvelle vers le milieu local, ne serait-ce qu’en termes d’information. C’est pourquoi une des premières tâches des autorités éducatives – et au premier chef, du principal du collège, promu ultérieurement responsable Z.E.P. du canton – a été d’informer la population locale. Il faut souligner qu’à cette occasion les problèmes éducatifs ont fait pour la première fois l’objet d’un débat public, ce qui en soi représente une innovation de taille dans cette zone. Toutefois, le cadre formel choisi pour la présentation, le fait que la plus grande partie des réunions se soient déroulées au chef-lieu, ont de facto écarté une bonne partie de la population de l’accès à l’information et à la possibilité d’exprimer son avis6.

  • 7 Les parents ayant des enfants en sixième étaient parfois au courant des activités mises en place à (...)

7Parmi les trente familles que nous avons interrogées au cours de la deuxième année d’existence de la Z.E.P., une toute petite minorité seulement était au courant de son existence7 : « Pour cette zone prioritaire, je ne suis pas allée voir. Je ne pense pas qu’il en a été question » ; « le directeur a dû sans doute parler de ça, mais je ne connais pas. » Leur ignorance n’a pas été perçue comme problématique par les responsables locaux parce que dès le départ la plupart de ces familles ont été considérées comme objet plutôt que comme sujets actifs de cette politique. En revanche, l’intérêt d’informer les personnes appartenant à l’élite locale était évident puisqu’il fallait s’assurer de leur coopération en tant que membres des associations de parents d’élèves, du conseil municipal, des associations culturelles et sportives.

8Leur réaction, cependant, a très vite révélé un des effets pervers de la nécessité, pour justifier la demande de moyens supplémentaires, de mettre en avant la dénomination de “zone en retard”. L’idée de “retard scolaire” a très vite été assimilée à celle de “retard social”, voire de “retard mental” et a cristallisé toutes les réserves émises par cette fraction de la population à l’égard de la Z.E.P. Ce sont les représentants des parents d’élèves qui, les premiers, ont manifesté leur indignation : « Les parents n’ont pas revendiqué la Z.E.P., c’est parti des enseignants. La Z.E.P. est mal perçue par les parents, pour eux ça veut dire, “vous êtes une zone sous-développée, vos enfants sont débiles”. » Mais leurs remarques ne sont guère différentes de celles des conseillers municipaux et des responsables d’associations. Le frère directeur de l’école privée résume bien l’opinion générale des “notables locaux” quand il dit : « Le fait de déclarer une zone Z.E.P., surtout une zone rurale, pour les gens c’est offensant. C’est leur dire qu’ils sont bêtes. Il y a bien d’autres endroits avec des difficultés similaires ou pires... c’est choquant ! »

9Loin d’illustrer l’existence d’un esprit communautaire, ces réactions témoignent de la peur de certains groupes sociaux de se voir assimilés, par l’intermédiaire de la notion de zone, à des gens dont ils cherchent à tout prix à se démarquer. A cet égard, il est significatif de constater, qu’au delà des inégalités d’accès à l’information, ce sont les habitants du chef-lieu qui ont exprimé les plus vives réticences à l’égard de l’idée ZEP., se sentant beaucoup plus visés dans leur amour-propre de “gens évolués” que les habitants des communes plus petites. En outre, il faut tenir compte du fait que l’idée de zone impliquait aussi celle de responsabilité collective. Elle pouvait donc être interprétée comme une critique de l’action menée par ceux situés aux postes de décision au niveau local et, au premier chef, par les élus locaux. Cette double mise en cause pouvait-elle avoir l’effet d’un choc salutaire ou allait-elle plutôt braquer “tout ce qui compte” à Retiers contre la Z.E.P. ?

Représentations et participation des enseignants

  • 8 Dans le questionnaire écrit, 3 enseignants sur 33 estiment qu’il est impossible de réduire les éch (...)
  • 9 Il faut cependant noter qu’au niveau départemental, le S.N.I., seul syndicat représenté et dont la (...)

10Le fait de devoir proclamer à haute voix l’étendue de l’échec scolaire dans le canton présentait d’autres inconvénients du point de vue de la participation des acteurs locaux, notamment des enseignants, aux actions Z.E.P. D’une part, il pouvait accréditer l’idée qu’une situation aussi critique ne pouvait pas être renversée par un dispositif provisoire, par des interventions ponctuelles dépendantes du bon vouloir des personnes concernées et par des moyens temporaires, mais uniquement par une transformation radicale du système éducatif et social8. D’autre part, l’idée de “zone” et le type d’analyse effectué pour mesurer les difficultés scolaires donnaient la possibilité de renvoyer la responsabilité hors de l’institution scolaire sur le milieu familial et social. En outre, la tentation de refuser de participer aux actions était particulièrement forte du fait qu’un choix fondé sur les résultats scolaires ne pouvait qu’entacher l’image des enseignants en tant que groupe social et en tant qu’experts éducatifs dans leurs communes9.

11Il n’est donc pas étonnant de constater que si quatre enseignants sur cinq, parmi ceux qui ont répondu au questionnaire, se déclarent d’accord avec les principes de la politique de Z.E.P., il ne s’agit pour la plupart que d’une adhésion superficielle. Quant aux autorités académiques et départementales, elles ne pouvaient pas jouer, à vrai dire, un véritable rôle moteur, persuadées elles aussi, du caractère inéluctable de certains échecs. L’inspecteur d’académie définit la politique Z.E.P. comme « une idée généreuse, originale », mais manifeste un scepticisme à peine voilé sur la possibilité de réduire par ce biais les problèmes des établissements du canton. L’inspecteur départemental, bien qu’ayant des vues plus nuancées sur les difficultés scolaires à Retiers, partage avec son supérieur hiérarchique, ainsi qu’avec les instituteurs de sa circonscription, le même pessimisme quant aux potentialités du dispositif Z.E.P. : « Ça ne signifie pas qu’ils [les instituteurs] se fassent des illusions concernant les Z.E.P., moi non plus... Ils pensent d’abord que l’école ne peut pas tout faire, ils ne se font pas d’illusions sur l’école, ils connaissent bien le milieu. »

12Si malgré cette grande incrédulité vis-à-vis des effets de la politique de Z.E.P., les enseignants du canton de Retiers ont accepté de participer au dispositif mis en place, c’est pour des raisons diverses liées aux spécificités locales. Premièrement, il aurait été difficile de refuser ce qui apparaissait comme un moyen de favoriser l’enseignement public face au réseau confessionnel. Deuxièmement, les convictions politiques de la plupart d’entre eux les portaient à réserver un accueil, sinon enthousiaste, tout au moins favorable, à une initiative venant d’un gouvernement de gauche et s’adressant aux plus défavorisés. Enfin, les liens amicaux avec le directeur du collège, principal promoteur de cette politique sur la scène locale, interdisaient pour la plupart toute réaction d’opposition au nom de la solidarité enseignante.

13Ce dernier distingue, quant à lui, trois types d’enseignants dans le canton : « les indifférents, qui ne participent pas aux réunions ; ceux qui ne croient pas, du genre élitiste, qui pensent que ce sont des instructions casse-pieds du ministère, et les naïfs, les idéalistes qui y croient, mais qui refusent peut-être l’étiquette Z.EP. Ils ne veulent pas être des ouvriers dans la Z.E.P., ils refusent de se laisser enfermer dans un carcan. » Il a su, cependant, concilier une foi profonde et un enthousiasme contagieux dans la possibilité de modifier la situation du canton par l’intermédiaire de cette initiative avec une vision proche de celle de la plupart de ses interlocuteurs en milieu rural concernant le caractère modeste des résultats à attendre à court terme et la nécessité de procéder progressivement, sans bousculer les habitudes.

ENJEUX LOCAUX AUTOUR DE LA POLITIQUE DE Z.E.P.

14Une analyse des réactions à la politique de Z.E.P, comme à d’autres initiatives impliquant l’adhésion de différents groupes au niveau local, ne peut se contenter d’examiner comment ces derniers réagissent en fonction des caractéristiques propres à l’initiative en question – dans le cas des Z.E.P, en fonction de l’idée de “lutte contre l’échec scolaire”, de la notion de “zone”, de l’appel aux “partenaires extérieurs” – même en tenant compte de la façon dont les objectifs généraux sont réinterprétés en fonction des spécificités locales. Ce serait faire preuve d’une singulière myopie que de ne pas tenir compte d’autres enjeux qui influencent la perception et la conduite des acteurs concernés et par rapport auxquels ils auront tendance à définir leur position vis-à-vis de l’innovation proposée. Pour clarifier l’exposé, nous distinguerons ici les projets personnels et les visées collectives bien que les deux soient étroitement imbriqués dans les dynamiques locales.

L’innovation au service de la promotion

15En encourageant de nouvelles formes d’action, l’innovation permet souvent à certains individus de rentabiliser des savoirs et des savoir-faire qu’ils possédaient auparavant, mais qu’ils n’avaient pas eu la possibilité d’investir dans leur activité professionnelle habituelle. Elle attire aussi des individus dont la particularité réside dans la capacité qu’ils ont de mobiliser d’autres en raison de leur statut ou de leur charisme. Pour certaines personnes, la mise en place de nouvelles structures ou de nouveaux modes de fonctionnement peut ainsi devenir une occasion de faire avancer leurs carrières individuelles. La question n’est pas ici de distinguer les “bons novateurs” des autres, mais de mettre en lumière un phénomène assez courant. Conçu souvent comme la face honteuse de l’engagement, celui-ci est rarement pris en compte dans l’étude du changement. Or, il est certain que l’orientation des actions, leur durée et leur perception par les acteurs extérieurs sont fortement dépendantes des motivations et des stratégies mises en œuvre par les individus qui les investissent.

  • 10 Le projet informatique comprenait l’utilisation d’ordinateurs au collège pour faire du soutien en (...)

16À cet égard, la politique de zones d’éducation prioritaires ouvrait un vaste champ d’action. En fixant uniquement un but très global – la lutte contre l’échec scolaire – et en encourageant le développement de projets divers adaptés aux réalités locales, elle laissait la porte ouverte à un éventail très large de types d’intervention. L’analyse de l’investissement de certains enseignants dans les actions Z.E.P. soulève ainsi des interrogations du type : était-ce un moyen de “faire carrière” au sein de l’Éducation nationale ou le résultat d’un engagement politique ou professionnel dans la lutte contre l’échec scolaire ? À cette incertitude concernant les motivations s’ajoutent une autre portant sur le lien entre les objectifs et les moyens mis en œuvre : l’investissement de ces enseignants novateurs est-il à rapprocher d’une adhésion aux principes guidant cette politique ou d’un engouement pour l’innovation en tant que telle ou pour un moyen particulier par rapport auquel ils peuvent revendiquer une expertise ? L’exemple de deux personnes qui ont choisi de participer à un projet informatique, peut servir à illustrer ces points10.

17Ces personnes sont parmi les plus conscientes des difficultés des enfants et de la nécessité d’entreprendre des actions pour remédier à cette situation. Leur mode d’intervention dans le projet global et les raisons qu’ils invoquent pour le justifier mettent en relief, toutefois, qu’ils perçoivent l’informatique plutôt en termes d’un terrain nouveau qu’il faut investir que d’un outil efficace pour réduire les inégalités d’éducation. En outre, ces personnes expriment toutes les deux le désir de se former et de participer à des dispositifs de recherche-action. Ce souhait correspond certainement à un souci de modifier leurs pratiques pédagogiques afin de mieux remplir leur tâche auprès des enfants en difficulté, mais il n’est pas indépendant d’une volonté d’évoluer au sein de leur profession. D’ailleurs, quand on examine leurs trajectoires professionnelles, on observe qu’il s’agit de personnes ayant déjà connu une certaine mobilité au sein de l’Éducation nationale – toutes les deux ont commencé leur carrière comme instituteur – mais qui occupent encore une position relativement peu valorisée dans le système.

18Dans l’exemple que nous venons de citer, c’est l’ambition professionnelle qui semble l’emporter pour l’un des enseignants novateurs. Pour l’autre, c’est moins sûr car, président du club de football et candidat aux dernières élections municipales, il est aussi en quête d’une certaine reconnaissance au plan local. Il n’est pas un cas isolé car les autres enseignants, ainsi que le principal et le principal-adjoint qui ont participé aux actions Z.E.P. au collège, sont aussi des gens très actifs sur la scène locale. On peut interpréter ce phénomène de deux façons. La participation aux actions Z.E.P. peut représenter une nouvelle facette d’un militantisme qui n’est plus exclusivement pédagogique, ou servir principalement à promouvoir une image positive au plan local. Plutôt que de chercher à trancher entre ces deux explications, il est sans doute préférable d’approfondir, à partir de phénomènes de ce type, par des recherches ultérieures, la notion de “mobilisation enseignante”.

19La question se pose également pour des personnes extérieures au corps enseignant puisque la politique Z.E.P., en appelant à l’intervention de groupes autres qu’enseignants, a élargi le champ des “novateurs” possibles. C’est le cas, par exemple, du jeune médecin qui, installé depuis peu dans la région, est devenu au cours de l’année 1983 membre du conseil municipal et président de l’association de parents d’élèves. Si son engagement dans le projet Z.E.P. correspond à un souci de faire évoluer la situation locale, il lui a permis également de consolider sa position au sein de la société locale en jouant à merveille, au moins dans un premier temps, de sa position charnière dans la triade enseignants-municipalité parents d’élèves. Mais c’est surtout à propos du maire du chef-lieu et conseiller général du canton que l’on observe une forte interaction entre la stratégie politique et l’engagement dans le dispositif Z.E.P. S’inscrivant dans le cadre du développement local, celui-ci a pu servir de différentes façons de buts éléctoraux : projeter une image dynamique, favoriser des ententes locales, étendre le champ d’influence d’un élu...

La conquête du pouvoir local

20Dans un milieu réduit, les motivations individuelles se confondent assez facilement avec les enjeux collectifs et il est délicat de tracer des frontières entre les deux. La politique Z.E.P. dans le canton de Retiers a été réappropriée par un groupe dont nous avons déjà évoqué une partie des figures principales. Si de nombreux membres de l’élite locale ont réagi de façon négative à l’idée d’avoir été classés Z.E.P., certains d’entre eux ont vu dans la désignation du canton une occasion de légitimer leur propre analyse de la situation locale quant aux besoins existants et à la nécessité d’une action sociale et culturelle plus ambitieuse. Ils ont également perçu la politique Z.E.P. comme un instrument dans la bataille engagée contre le conservatisme et l’attentisme de l’élite traditionnelle et de ses représentants au conseil municipal. La mise en place de la Z.E.P. à la rentrée 1982 a ainsi été l’occasion de la consolidation d’une sorte d’alliance pour le progrès” qui se dessinait depuis quelques mois.

21Les efforts de ce groupe en relation avec la politique Z.E.P., se sont centrés, pour une part, sur la participation plus active des pouvoirs locaux au fonctionnement des établissements scolaires et à la vie culturelle en général. Face aux municipalités, la Z.E.P. a été brandie comme une arme pour obtenir des financements pour des sorties, des manifestations culturelles ou de nouvelles acquisitions : « Le mot Z.E.P. sert à nous ouvrir la porte, nous aide à obtenir des choses. Par exemple, à l’école primaire, ils voulaient faire un fichier de lecture mais les élus disaient : “Ça sert à quoi ? Ils ont tout ce qu’il faut... ”je leur ai expliqué, puis j’ai dit : “mais enfin, messieurs, nous sommes en Z.E.P. !”, et puis comme ça, ils ont accepté tout de suite. » Ce phénomène concerne particulièrement le chef-lieu du canton, mais dans toutes les communes, les instituteurs, soutenus parfois par quelques parents d’élèves, ont cherché à faire un usage semblable du dispositif Z.E.P.

  • 11 Les travaux du C.R.E.S.A.S. sur les Z.E.P. et l’enquête de J.-L. Derouet sur l’innovation dans les (...)

22Les membres de cette alliance auraient voulu, cependant, que la politique Z.E.P. ne fût pas seulement l’occasion de quelques concessions ponctuelles, mais le point de départ de changements plus profonds. Ainsi, ils ont souhaité profiter de la Z.E.P. pour encourager la fréquentation de l’école maternelle par les enfants des agriculteurs. Cette initiative devait entraîner la participation des enseignants, des assistantes sociales et de l’association de parents d’élèves des écoles publiques, dont le président menait le mouvement, pour recenser les enfants de 4 et 5 ans non-scolarisés et les raisons invoquées par les familles pour les garder à la maison. Leur but était d’entreprendre des actions d’information sur les avantages de la préscolarisation et de convaincre le conseil général du canton de mettre en place un service de transport pour les tout-petits. L’échec de cette démarche illustre pourtant les limites d’un dispositif ne possédant pas d’assise institutionnelle11.

23Il faut tenir compte aussi du fait que l’action de ce groupe traduit non seulement une volonté de faire évoluer les positions des “notables locaux” mais de prendre le pouvoir sur la scène locale. Dans une conjoncture particulière, la politique Z.E.P. est devenue un enjeu relativement important dans la lutte d’une nouvelle génération de résidents pour conquérir la mairie de Retiers. Il y a d’abord eu coïncidence, et pas seulement au plan chronologique, entre le lancement de la politique Z.E.P. à la rentrée 1982 et l’apparition de groupes qui ont organisé deux nouvelles listes aux élections municipales de mars 1983, au point que pour certains la Z.E.P. a eu pour origine ce renouvellement de la vie politique locale. Si le mot Z.E.P. ne figurait pas directement dans les discours et les textes de la campagne électorale de ces deux listes, on y trouve des revendications semblables à celles contenues dans le premier projet Z.E.P.

24Enfin, il faut souligner que c’est à travers leur position d’élus municipaux que le principal, le principal-adjoint du collège de Retiers et le président de l’association de parents d’élèves des écoles publiques ont tenté d’obtenir une plus grande ouverture des pouvoirs locaux à l’égard des besoins dans le domaine éducatif et culturel dans la commune de Retiers en se battant parfois contre les membres de leur propre liste pour obtenir un accord de principe ou des financements. De leur côté, les membres de la liste de gauche – dont faisaient partie deux enseignants “novateurs” du collège – qui n’ont pas réussi à faire élire un des leurs au conseil municipal et qui se sont constitués par la suite en association, accordent une place importante, dans un petit bulletin mensuel, à la Z.E.P. On y trouve non seulement une analyse des problèmes du canton, mais aussi la présentation de certaines actions – le projet informatique pour le collège par exemple. Dans la perspective satirique, voire polémique, qui est la leur, ils critiquent le désintérêt des pouvoirs locaux à l’égard de ces actions.

DYNAMIQUES LOCALES ET INITIATIVES EXTERIEURES

25S’il paraît plus difficile d’appliquer une politique comme celle des Z.E.P. à la campagne qu’en ville, c’est aussi en raison de la relation maintes fois constatée entre l’existence d’une dynamique antérieure et le succès d’une politique nouvelle – le mouvement attirant l’innovation et favorisant son acceptation11. Dans les zones rurales, en tout cas dans ces “milieux ruraux profonds” dont Retiers fait partie, il y aurait une opposition profonde entre l’enthousiasme et la volonté de changer les choses en prenant des risques qui caractériseraient les “novateurs”, et la résignation et la prudence excessive qui seraient les attitudes prédominantes au sein de la population rurale. Suivant cette logique, le changement dans le domaine pédagogique et social ne pourrait se faire, dans ces secteurs, que par l’introduction d’éléments exogènes. Nous avons déjà eu l’occasion de montrer que ce stéréotype ne correspond que partiellement à la situation de Retiers où l’on constate l’émergence récente – mais exclusivement dans le chef-lieu – d’une mobilisation d’une fraction de la population. Il faut cependant analyser plus finement les articulations entre les dynamiques locales et les initiatives extérieures.

Réseaux et relais dans le tissu traditionnel

26Dans l’ensemble, les autorités académiques de l’Éducation nationale font un bilan assez négatif de la mobilisation du milieu local dans le canton de Retiers, en reprenant les clichés évoqués ci-dessus : « Le grand élan ne s’est pas fait, non pas un embrasement parce que Retiers est trop calme pour ce type de réaction, mais au moins un caractère plus irréversible... » ; « ce n’est pas une zone où la nouveauté arrive et ça suffit. » Ces commentaires ne sont pas dénués de fondement, mais le caractère limité de la mobilisation locale ne doit pas occulter le fait que la mise en place de la zone d’éducation prioritaire s’est faite en grande partie grâce au concours actif d’individus-relais dans le canton et s’est appuyée, à ses débuts tout au moins, sur des réseaux déjà existants.

27Nous avons déjà noté que le principal du collège public, premier adjoint à la mairie du chef-lieu, et le maire de cette commune, conseiller général du canton, ont joué un rôle important dans le choix de Retiers comme Z.E.P. Le concours de ces personnes était indispensable pour la réussite du dispositif en raison de leur statut au sein de la société rurale et du système éducatif. Celui-ci leur a permis de mobiliser les ressources humaines et financières nécessaires pour créer et maintenir une dynamique. Leur appui était cependant encore bien plus précieux en raison d’un capital de relations qu’ils doivent en grande partie à leur enracinement local. On peut dire, sans crainte d’exagérer, que ces deux personnes avaient la possibilité de toucher, sinon de persuader, la plus grande partie de ceux “qui comptent” au plan local. Le maire a prise sur la petite bourgeoisie traditionnelle, sur les défenseurs de l’enseignement privé, sur les autres maires ; le principal est en mesure d’exercer une influence sur cette même petite bourgeoisie traditionnelle, mais aussi sur les nouvelles classes moyennes, sur les partisans de l’enseignement public et sur les enseignants.

  • 12 Cf. A.R.I.E.S.E, “Intermédiaires culturels et développement social”.

28De ce fait, ces deux personnes sont aussi des intermédiaires culturels au plan local capables de faire le lien entre la tradition et la modernité12. Le maire se présente lui-même comme un dirigeant éclairé, conscient de l’avenir de sa circonscription, plus « évolué » que les autres maires du canton. Il se veut aussi un arbitre impartial dans les conflits entre les partisans du public et du privé. Les habitants du canton sont loin de lui attribuer toujours ces qualités, mais il est certain qu’il représente un esprit nouveau face à l’attitude de l’élite traditionnelle. Quant au principal du collège, il bénéficie, lui, de la confiance d’une grande partie de la population parce qu’il est perçu comme un homme modéré, le médiateur par excellence entre les différents groupes en présence – ceux de gauche et ceux de droite, les laïques et les catholiques, les jeunes et les vieux. Dans le cadre de la Z.E.P., ces deux personnes ont souvent joué un rôle complémentaire primordial. L’une a évité une trop forte opposition des forces conservatrices. L’autre a su mobiliser une partie des forces progressistes.

29Les autorités de l’Éducation nationale ont été très sensibles à ces qualités. Elles faisaient de ces deux personnes les garants d’un mouvement local qui serait à la fois suffisamment fort pour assurer une espérance de vie raisonnable à la Z.E.P. et suffisamment adapté aux conditions locales pour ne pas soulever trop de remous au sein de la population. Elles ont aussi cherché à s’appuyer, pour le lancement de la Z.E.P., sur les liens traditionnels qui existent encore au niveau local entre les instituteurs et entre ceux-ci et le principal et son adjoint au collège. La mobilisation de ces réseaux leur est apparue comme un moyen d’obtenir un consensus au niveau des objectifs et des moyens et comme une base pour le travail d’équipe exigé par le dispositif. Les instituteurs eux-mêmes, quelles qu’aient été leurs réticences à son égard, ont souvent tendance à présenter la Z.E.P. comme l’émanation de cette solidarité enseignante : « [la Z.E.P.] C’est un groupe de gens qui avaient travaillé ensemble, un groupe qui s’est formé à partir d’activités sportives, puis pédagogiques. On est tous prêts à recommencer, à faire quelque chose pour améliorer le niveau des élèves. »

Négociations et conflits entre les groupes locaux

  • 13 Cette composition est toutefois commune à un grand nombre de Z.E.P. Dans un travail sur les équipe (...)

30Les premières étapes de la mise en place du nouveau dispositif Z.E.P. révèlent le souci de la part du principal, devenu coordonateur local, de ne pas bousculer les rapports existants de longue date, tout en cherchant à insérer la Z.E.P. dans la dynamique locale naissante. L’étude des membres de l’équipe d’animation selon leur fonction montre par exemple le poids des réseaux traditionnels. Non seulement le noyau central est constitué de la triade classique enseignants-collectivités locales-représentants officiels des parents d’élèves, mais il s’agit pour la plupart de personnes installées de longue date dans le canton. L’ouverture vers de “nouveaux partenaires” demeure timide, même si en examinant cette équipe selon les positions de chacun, on note un nombre non négligeable de “progressistes”13.

  • 14 Des réunions du premier type ont eu lieu avec les enseignants et les assistantes sociales. Au deux (...)

31L’analyse des premières réunions montre aussi le désir de concilier une mobilisation des groupes locaux les plus actifs sur la scène locale avec un accord – ou tout au moins une non-opposition – de la “communauté locale” traditionnelle. Deux types de réunions ont été organisés : des réunions restreintes entre le principal du collège et différents groupes locaux pour définir leur modes de participation et des réunions “grand-messe” ayant pour but d’informer le reste de la population14. De façon encore plus significative, le premier projet de zone, sous l’intitulé “Les chances de réussite”, évoquait à la fois des éléments positifs dans le tissu traditionnel (”de nombreux maîtres dévoués, compétents et bien intégrés à la population”, “l’habitude des enseignants de travailler ensemble, en particulier au niveauC.M.2-6e”) et d’autres impliquant l’émergence d’une dynamique locale nouvelle (”la prise de conscience unanime qu’il est possible d’agir”, “la volonté des collectivités locales de promouvoir l’ensemble de la population”).

  • 15 Ce premier projet faisait état de deux objectifs principaux : vaincre l'isolement culturel et vain (...)

32Pourtant, des tensions n’ont pas tardé à apparaître. Élaboré par le principal du collège après avoir consulté différents groupes, ce projet de zone, s’il intégrait les points de vue de différents groupes dans l’analyse, a repris dans ses grandes lignes les principales propositions avancées par l’“alliance pour le progrès”15. Or les conflits au sein de l’équipe d’animation, le manque de structuration interne ainsi que la résistance passive ou active des secteurs plus traditionnels ont assez vite exclu les initiatives les plus hardies du projet. Surtout, dès le deuxième trimestre de fonctionnement de la Z.E.P., les divisions entre les enseignants et les autres groupes locaux ont abouti à une séparation très nette entre, d’une part, la dynamique Z.E.P. dans les écoles, soutenue par les activités d’une poignée d’enseignants novateurs et, d’autre part, des actions dans le domaine social et culturel prises en charge par des non-enseignants et de plus en plus envisagées indépendamment des projets Z.E.P. Cette scission a considérablement diminué l’impact du mouvement local.

33Dès le départ, certains groupes locaux avaient été exclus du dispositif Z.E.P. – les responsables d’associations notamment – en partie en raison de leur propre souci de ne pas être trop associés à une politique concernant exclusivement les écoles publiques, mais aussi à cause des réticences plus ou moins ouvertes d’une bonne partie du corps enseignant. Les assistantes sociales, invitées à faire partie de l’équipe d’animation, n’ont jamais pu véritablement travailler dans le cadre d’un projet d’ensemble avec les instituteurs du canton. Elles ont été particulièrement déçues de l’indifférence des enseignants face à la proposition, élaborée avec le président de l’association de parents d’élèves, d’encourager la scolarisation en maternelle. Quant à ce dernier, s’il a réussi à faire accepter le projet d’une garderie péri-scolaire par les enseignants et la municipalité de Retiers, il n’en a pas moins été écarté, ainsi que les autres parents d’élèves, de la plupart des décisions d’ordre pédagogique prises dans le cadre de la Z.E.P.

34La plupart de ces personnes, tout en déclarant parfois inscrire leur action dans l’optique Z.E.P., ont préféré par conséquent se consacrer à leurs propres projets sans chercher à associer les enseignants ni à intervenir directement dans les établissements scolaires. Beaucoup de ces projets n’impliquaient qu’un nombre réduit de personnes et ne bouleversaient pas le fonctionnement habituel des associations et des institutions, même s’ils apportaient des transformations non négligeables dans la vie locale – élargissement des activités culturelles d’une association, mise en place d’un cinéma. L’action entreprise par la municipalité de Retiers, à la demande insistante de plusieurs groupes locaux, en vue de créer un centre socio-culturel pour les associations, a cependant permis un travail en commun qui a contribué à maintenir vivante la dynamique locale. Au fil des jours, cette dynamique est apparue beaucoup plus puissante que celle existant dans les établissements scolaires.

TABLEAU 12. RÉSUMÉ DES PRINCIPALES ACTIVITÉS MISES EN PLACE DANS LE CADRE DE LA ZONE D’ÉDUCATION PRIORITAIRE. Canton de Retiers

1982-1983

1983-1984

MATERNELLE

Recensement des enfants non inscrits par l’association de parents d’élèves.
Interventions d’un animateur de gallo à Retiers.
Correspondance scolaire entre élèves de Retiers et de Marcillé-Robert.
Interventions du G.A.P.P.

Mise en place d’une garderie financée par la Municipalité.
Présentation d’un conte musical en gallo.
Correspondance scolaire entre élèves de Retiers et de Marcillé-Robert.

PRIMAIRE

Développement de bibliothèques dans quelques écoles.
Ateliers de décloisonnement dans quelques écoles.
Interventions du G.A.P.P.

Interventions d'un animateur de gallo au Theil.
Interventions du G.A.P.P.
Projet d’exposition sur l’histoire locale à Marcillé-Robert.

SECONDAIRE

Expérience de lecture.
Soutien en français.
Tutorat (surveillants).
1/2 journée supplémentaire du C.I.O.
Journal scolaire.

Expérience de lecture.
Expérience en orthographe. Soutien en français.
Achat d’un magnétoscope.

ACTIONS EXTRA-SCOLAIRES

Animation (orgue) par la Direction Départementale de la Musique avec subventions municipales.
Intervenants extérieurs dans quelques écoles.
Exposition sur les espaces naturels.
Soirée gallo au collège.

Concert par les élèves du primaire avec conseiller pédagogique.
Enquête de normaliens sur les agriculteurs.
Sorties, spectacles divers, exposition sur l’énergie.

  • 16 D’ailleurs, ni ce stage, ni les réunions Z.E.P. n’ont réussi à encourager le développement d’un tr (...)

35Les responsables de la Z.E.P. et certains enseignants ont été sensibles à ce resserrement autour de l’Éducation nationale sans chercher toutefois à le combattre : « On a peu de répondants extérieurs, c’est-à-dire qu’on a eu beaucoup de mal à associer par exemple les assistantes sociales, des gens comme ça » ; « au début il y avait un intérêt, mais petit à petit les gens extérieurs se sont retirés. Ils n’ont pas su comment intervenir. » En mettant en place à la rentrée 1982-1983 un stage exclusivement consacré aux enseignants, l’Inspection académique a sans doute contribué à renforcer cette scission. Si d’après les dires d’une partie de ceux avec qui nous nous sommes entretenue, l’entente entre enseignants y a été renforcée, le revers de la médaille, c’est que cette nouvelle solidarité a favorisé dans certains cas la constitution d’un front uni face aux “partenaires extérieurs”16.

L’impact des interventions extérieures

36La dynamique Z.E.P. dans le canton de Retiers ne se réduit pas à une interaction entre les éléments traditionnels et les éléments novateurs de souche locale, ni entre les enseignants et les autres groupes locaux. Dès la première année, des individus et des groupes extérieurs au canton ont cherché à utiliser le champ nouveau qui s’offrait à eux pour faire des propositions. Leurs tentatives ont été favorisées par les autorités éducatives pour diverses raisons dont la principale était de chercher à remédier à l’essouflement prématuré du mouvement local, quelques mois à peine après la mise en place de la zone d’éducation prioritaire.

  • 17 Le département d’Ille-et-Vilaine avait été choisi de longue date pour des actions prioritaires dan (...)

37Les deux propositions extérieures les plus importantes concernent la revalorisation du dialecte gallo et son utilisation par les instituteurs, et l’introduction de l’informatique. Toutes les deux ont été présentées par leurs auteurs comme des moyens de lutte contre l’échec scolaire répondant aux besoins signalés dans le projet de zone : toucher les élèves en difficulté et les amener à s’intéresser au travail scolaire et vaincre le retard culturel du secteur. La première initiative a été lancée par un groupe d’enseignants et de militants d’associations et fait partie d’un mouvement plus large de revalorisation des langues régionales qui a connu un regain d’intérêt avec la mise en place des enseignements de ce type à l’Université de Rennes et à l’École normale du département. Dans le deuxième cas, il s’agissait d’une opération plus conséquente dirigée par une organisation nouvelle dépendante de l’Éducation nationale. Elle visait à diffuser des technologies nouvelles, et surtout du matériel informatique, dans les établissements scolaires, mais aussi chez les “partenaires extérieurs” de l’école : pouvoirs locaux, associations17.

38Pour que ces initiatives réussissent à remobiliser les acteurs locaux et à effacer les clivages existants, il aurait fallu qu’elles rencontrent un large écho chez les différents groupes locaux. Or toutes les deux reçurent un accueil prudent. La première année, seule une institutrice de maternelle accepta d’entreprendre un travail dans sa classe en utilisant le gallo, puis la deuxième année quatre instituteurs du canton ont suivi un stage sur ce thème. Le projet informatique, lui, suscita uniquement les vocations des deux personnes appartenant au milieu enseignant la première année. Il est vrai qu’un stage de “sensibilisation à l’informatique” auquel ont participé des élus locaux, des représentants des parents et des enseignants du collège a permis la deuxième année de relancer l’intérêt pour ce projet, mais des problèmes liés à la dotation en matériel ont découragé même les plus ardents défenseurs de cette innovation.

39Il apparaît ainsi que les initiatives extérieures n’ont pas réussi à atteindre leurs buts. Au lieu de contribuer à articuler la dimension pédagogique à une dimension culturelle plus large, elles ont souvent abouti à un recentrage sur l’institution scolaire car les responsables de ces initiatives, très liées à l’Éducation nationale, n’ont pas su associer des groupes autres que les enseignants. D’autre part, faute de moyens et de cohérence globale, elles n’ont pas réussi à motiver les enseignants eux-mêmes au-delà de quelques expériences ponctuelles. On peut même se demander si elles n’ont pas contribué à renforcer la “clotûre” du milieu enseignant et du milieu local sur lui-même, plutôt qu’à œuvrer pour son “ouverture”.

EFFET PASSAGER OU TRACE DURABLE SUR LA SOCIETE RURALE ?

40Trois ans après sa mise en place, au moment où s’achève notre enquête, la plupart des habitants du canton qui ont eu connaissance de la politique Z.E.P. font un bilan plutôt négatif de celle-ci. Parmi les enseignants, à qui nous avons posé la question dans le questionnaire écrit, la grande majorité estime qu’il n’y a pas eu de changements dans leurs rapports avec leurs collègues de même niveau (85 %), ni avec ceux d’autres niveaux (80 %), ni avec les “partenaires extérieurs” (81 %). De même, la grande majorité ne voit pas de modifications dans le comportement de leurs élèves (84 %), ni dans leurs résultats scolaires (86 %). Si dans les entretiens que nous avons eus avec eux et avec les autres acteurs locaux les verdicts sont parfois plus nuancés, l’impression dominante, à quelques exceptions près, est que trop peu a été accompli pour qu’il soit possible d’évoquer un quelconque “effet” majeur des actions Z.E.P.

Un nouvel état d’esprit

41Néanmoins, le responsable de la Z.E.P. ne nous paraît pas faire preuve d’un optimisme immodéré quand il résume “l’effet Z.E.P.” par la formule suivante : « la Z.E.P., c’est un haricot qui pousse, un état d’esprit qui est né. » Si la politique Z.E.P. n’a pas soulevé l’enthousiasme contagieux que certains auraient souhaité, si les actions ont été peu ambitieuses en regard de ce qui a pu être réalisé dans d’autres zones, on ne peut pas dire qu’elle n’ait pas laissé son empreinte sur les attitudes des différents groupes au sein de la société locale. Il y a tout d’abord eu une prise de conscience globale du “retard” du canton dans le domaine éducatif, social et culturel. Dissipant l’image idéalisée qu’en avaient certains, mettant en évidence ce que quelques-uns avaient intérêt à cacher, confirmant ce que d’autres martelaient depuis quelque temps, la Z.E.P. a contribué à mieux faire accepter la nécessité du changement.

42Chez les enseignants, la Z.E.P. a sans doute amorcé une évolution dans la perception des problèmes scolaires des enfants en mettant en valeur le caractère social de l’“échec”. Cette vision comporte inévitablement le risque d’une mise en cause excessive du milieu familial afin de dédouaner l’école et ses agents au nom du poids des “handicaps socioculturels”. Elle n’en constitue pas moins un progrès par rapport à des représentations de l’échec fondées sur l’absence de “dons” ou de “motivation” individuelle, qui font obstacle à toute proposition d’action collective. Par là même, la mise en place de la Z.E.P. a aussi été, pour une fraction des enseignants, à l’origine d’une révélation de nouvelles possibilités d’action et, à travers les réunions d’information et les stages, l’occasion d’échanges et d’apprentissages susceptibles d’être investis pour adapter et renouveler leur pratique pédagogique.

43En ce qui concerne les pouvoirs locaux, la Z.E.P. a certainement “sensibilisé”, de gré ou de force, une partie des maires du canton aux problèmes éducatifs. L’augmentation des sommes allouées par élève dans les écoles publiques, le financement de voyages et de sorties sont des signes importants de leur changement d’attitude, même si l’investissement consenti, vu de l’extérieur, paraît souvent dérisoire. Mais les élus locaux ne se sont pas transformés en acteurs éducatifs, se contentant de répondre à des demandes plus pressantes que par le passé. Quant aux autres groupes qui cherchent à agir sur le milieu local, tels les associations culturelles ou sportives, les représentants de parents d’élèves ou les travailleurs sociaux, la Z.E.P. a pour la plupart accru à leurs yeux, et à ceux d’une fraction de la population, l’importance de leur rôle au plan local, suscitant ainsi des exigences plus élevées vis-à-vis d’eux-mêmes et des pouvoirs publics et la mise en place de nouvelles activités.

44Il paraît justifié de prédire que le mouvement déclenché ou encouragé par la Z.E.P. survivra à la possible disparition de celle-ci, en tout cas à l’extérieur de l’école, par le relais de certains groupes, institutionnalisés ou non, qui ont acquis leur autonomie – listes électorales, associations. Dans les établissements scolaires, il est vrai, son devenir est plus soumis aux aléas des carrières enseignantes, des décisions administratives et des bonnes volontés individuelles. Dans tous les cas, cependant, il ne faut pas que les éléments positifs de cette évolution des mentalités occultent un fait essentiel, à savoir que la plus grosse partie de la population et la plus concernée par la politique Z.E.P., n’a pas du tout été touchée par ce changement. Pour autant que ce nouvel état d’esprit donne l’impression d’une tendance à long terme, peut-on évoquer une véritable transformation de la société rurale sans qu’y soit associée l’ensemble de la population ?

Consensus ou nouveaux clivages ?

45La politique Z.E.P. se voulait un moyen de combattre, au moins partiellement, les conséquences de la rupture d’une forme de consensus autour du fonctionnement de l’école et de l’ordre social en général. A Retiers, où elle n’a pas réussi à s’attaquer véritablement aux problèmes concernant la scolarité des enfants et l’insertion professionnelle des jeunes de milieu populaire, cette politique n’a certainement pas atteint son objectif principal. Encore moins peut on prétendre qu’elle ait été à l’origine d’un nouveau “contrat social”. Pourtant, ceux qui avancent l’idée de la naissance d’un nouvel état d’esprit pensent également que la Z.E.P. a apporté sa contribution à l’élaboration d’un consensus local. Or notre travail montrerait plutôt qu’elle a donné lieu à une réorganisation des anciennes divisions en en créant d’autres, moins visibles, plus subtiles, toujours considérables, mais peut-être plus porteuses de progrès.

46Ainsi, chez les enseignants, les clivages prédominants qui se situaient entre la “vieille garde” et la “nouvelle génération”, entre les “étrangers” et les “locaux”, se sont partiellement estompés pour donner lieu à un autre plus pertinent du point de vue de leur position concernant la pratique pédagogique, et, peut-être, de leur attitude vis-à-vis des élèves en difficulté : celui entre les “traditionnels” et les “novateurs”. Sans être indépendant des divisions précédentes, ce nouvelle ligne de partage ne les recoupe pas. Il y a une majorité de “jeunes” chez les novateurs, mais aussi chez certains membres de la “vieille génération”. Une grande partie, mais pas tous, sont des “locaux”.

47Il est difficile en revanche de conclure à un effet Z.E.P. sur la coupure entre les enseignants et les autres groupes concernés par la socialisation des enfants. D’un côté, la Z.E.P. semble avoir réaffirmé la position d’“experts pédagogiques” de certains enseignants et déclenché de nouveaux conflits avec les groupes, tels les représentants des parents d’élèves, qui exigeaient un droit de regard et de participation élargi dans le domaine scolaire. D’un autre côté, le fait que beaucoup d’enseignants “novateurs” le soient dans et hors l’institution scolaire contribue à effacer la séparation entre l’école et la “communauté locale”.

48Au sein de la population, si la Z.E.P. n’a pas eu d’effet sur l’atténuation déjà évidente du conflit entre les “laïques” et les “catholiques” – il est toutefois significatif qu’elle n’ait pas contribué à l’aviver – elle a donné un coup de pouce considérable au nouveau clivage qui s’amorçait entre les “traditionalistes” et les “modernistes”. Elle n’a toutefois pas toujours aidé à resserrer les rangs parmi ces derniers, en raison des antagonismes entre enseignants et non-enseignants. Surtout, elle a favorisé l’élargissement du fossé entre les nouvelles classes moyennes, plus attentives à l’avenir de leurs enfants et du canton que la petite bourgeoisie traditionnelle, et la grande majorité des familles des milieux populaires tenues à l’écart du dispositif Z.E.P. À cette division se superpose une autre qui a toujours existé, mais que la Z.E.P., parmi d’autres processus récents, a contribué à accentuer : celle entre Retiers et les autres communes du canton.

***

49Au terme de cette analyse – par définition provisoire car, où s’arrête l’étude du changement ? – il est nécessaire de revenir à la question du lien entre la transformation de l’école et les changements au sein de la société rurale. À cet égard, plusieurs questions se posent, que nous reprendrons dans la conclusion de cette partie et dans la conclusion générale de ce travail. D’ores et déjà, cependant, des réponses partielles à deux questions – en réalité à deux faces d’une même interrogation – peuvent être avancées. Le fait de lier la transformation de l’école à celle de son environnement local a-t-il un effet positif sur la démocratisation de l’institution scolaire ? Dans le cas du canton de Retiers, il faut, avec des nuances, répondre par la négative. La politique d’ouverture à certes été très limitée et il est sans doute abusif de conclure de façon définitive sur la base de quelques tentatives. Que ce soient, cependant, les initiatives de certains enseignants ou celles d’autres groupes locaux, aucune n’a eu pour effet d’accroître la participation des familles de milieu populaire à l’action éducative. L’école pourrait-elle, à l’inverse, s’avérer un instrument efficace pour la transformation du milieu rural ? Il nous semble que dans le cas de Retiers, elle a joué un rôle relativement important dans le développement d’une dynamique locale mais que, assez rapidement, celle-ci a revendiqué son autonomie, le fonctionnement de l’institution scolaire et l’attitude des enseignants étant devenus un obstacle à son évolution.

Notes

1 Pour les initiatives américaines, voir A. Little et G. Smith, Stratégies de compensation ; D. Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding ; pour la politique des E.P.A. en Grande-Bretagne, voir A.H. Halsey, Educational Priority Areas ; G. Smith “Positive Discrimination by Area in Education” ; K.G. Banting, Poverty, Politics and Policy, P. Lodge, T. Blackstone, Educational Policy and Educational Inequality et notre document A. Henriot-van Zanten et E. Plaisance “La politique des aires d’éducation prioritaires en Grande-Bretagne”.

2 Les Académies ayant mis en place le plus grand nombre de Z.E.P. étaient en 1982 : Lille (39), Aix-Marseille (29), Créteil (25) et Lyon (22).

3 Parmi ces initiatives figurent en première place les politiques de développement social des quartiers (voir H. Dubedout, Ensemble refaire la ville et R. Pesce, Développement social des quartiers) et d’insertion sociale et professionnelle des jeunes à travers la mise en place des missions locales à la formation (voir B. Schwartz, L’Insertion sociale et professionnelle des jeunes).

4 Notre chiffre provient d’une estimation portant sur 278 Z.E.P. réalisée par V. Isambert-Jamati qui trouve la répartition suivante : grandes villes : 43 Z.E.P. (15,4 % du total), banlieues : 55 (19,7 %), villes moyennes et petites : 100 (35,9 %), zones rurales : 80 (28,7 %).

5 Nous ne pouvons pas présenter en détail ici la procédure suivie. Globalement, elle a consisté à choisir des indicateurs pour classer le secteur élémentaire (taux de retard en C.E.1, maintien en C.M.2, taux de retard en 6e) et le secteur secondaire (pourcentage d’élèves n’ayant pas atteint la 6ème en 4 ou 5 ans, pourcentage d’élèves en sixième en 1976-77 qui ne se retrouvent pas en seconde en 1980-1981, pourcentage d’élèves de seconde qui ne sont pas passés en première en 1980-1981) en calculant le taux réel de chaque secteur, puis un taux compensé. L’addition des taux compensés, par exemple, situe Retiers aux rangs indiqués, mais la moyenne de ceux-ci place le canton non pas en 3e mais en 5e position.

6 Toutes les réunions ont eu lieu soit au collège public, soit à la mairie de Retiers.

7 Les parents ayant des enfants en sixième étaient parfois au courant des activités mises en place à travers ce que racontaient les enfants, mais ils ne savaient pas que celles-ci s’inscrivaient dans le cadre d’un projet global de zone prioritaire.

8 Dans le questionnaire écrit, 3 enseignants sur 33 estiment qu’il est impossible de réduire les échecs scolaires dans leur établissement et 6 que c’est difficile ou douteux.

9 Il faut cependant noter qu’au niveau départemental, le S.N.I., seul syndicat représenté et dont la tendance dominante est Unité et Action, s’est montré favorable à la politique de Z.E.P.

10 Le projet informatique comprenait l’utilisation d’ordinateurs au collège pour faire du soutien en français et en mathématiques. Le G.A.P.P. proposait aussi l’utilisation d’un autre ordinateur pour le soutien des élèves en difficulté. Il était en outre prévu que les ordinateurs servent, au niveau du chef-lieu tout au moins, à renforcer les liens entre le primaire et le secondaire.

11 Les travaux du C.R.E.S.A.S. sur les Z.E.P. et l’enquête de J.-L. Derouet sur l’innovation dans les collèges (”La rénovation des collèges dans un département rural”) soulignent cet aspect.

12 Cf. A.R.I.E.S.E, “Intermédiaires culturels et développement social”.

13 Cette composition est toutefois commune à un grand nombre de Z.E.P. Dans un travail sur les équipes d’animation portant sur 44 zones prioritaires, que nous avons réalisé à l’occasion du Forum “École et Quartiers”, nous avons constaté que sur 24 équipes où des “partenaires extérieurs” côtoyaient des membres de l’Éducation nationale, les représentants des parents d’élèves étaient présents dans 19 d’entre elles et des représentants des collectivités locales dans la totalité. La présence de travailleurs sociaux, de représentants d'autres administrations ou de responsables d’associations était en revanche beaucoup plus rare. A. Henriot, “Les équipes d’animation et la participation des partenaires locaux dans les zones d’éducation prioritaires”.

14 Des réunions du premier type ont eu lieu avec les enseignants et les assistantes sociales. Au deuxième type de réunions ont été invités, entre autres, les enseignants du privé à Retiers. Elles ont toujours eu pour cadre la mairie du chef-lieu.

15 Ce premier projet faisait état de deux objectifs principaux : vaincre l'isolement culturel et vaincre le retard scolaire. Les actions préconisées pour atteindre le premier but étaient plutôt vagues. Il était question, par exemple, d'aménager des locaux pour des bibliothèques municipales et pour des activités de loisir dans les différentes communes du canton. Le volet pédagogique du projet était plus précis. Au niveau pré-élémentaire, il prévoyait un accès à la maternelle pour tous. Au niveau élémentaire, il insistait surtout sur le développement des activités centrées sur le langage et demandait l'installation d’un G.A.P.P complet. Les projets les mieux définis étaient ceux du premier cycle du secondaire avec, pour deux classes de sixième, la poursuite d’une expérience en lecture et un travail de l’ensemble des professeurs (avec des heures de tutorat prises en charge par les surveillants) pour faire acquérir une méthodologie du travail scolaire.

16 D’ailleurs, ni ce stage, ni les réunions Z.E.P. n’ont réussi à encourager le développement d’un travail en commun parmi les enseignants du canton. Les activités “d’ouverture” envers les parents n’ont pas connu non plus un grand développement.

17 Le département d’Ille-et-Vilaine avait été choisi de longue date pour des actions prioritaires dans le domaine des technologies nouvelles avec, par exemple, l’installation gratuite du minitel chez les habitants.

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search