Version classiqueVersion mobile

Femmes de lettres au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

I. À propos de Louise Colet

Un essai dramatique de Louise Colet : Charlotte Corday

Antoine Court

Texte intégral

1« La Révolution, cette ère héroïque de la France, sera un jour pour le drame une mine précieuse et inépuisable [...]. Pourquoi donc quelque poète dramatique n’a-t-il pas osé demander, comme l’a fait quelquefois Shakespeare, des inspirations à ces annales presque contemporaines ? Les sympathies du public, rebelles à tant d’infructueuses tentatives de l’art, seraient à coup sûr favorables à celles-là.

2La Révolution et l’Empire sont nos âges homériques ; là se trouve désormais notre poésie vraiment nationale. Épopées et drames jailliront dans l’avenir de ces deux sources fécondes. La représentation de ces grandes scènes dans lesquelles le peuple fut acteur sera pour le peuple un jour un enivrant spectacle. »

  • 1 Publiées en un volume in 8°, chez Berquet et Petion (BN : Yf 8654). La Bibliographie de la France (...)

3C’est en ces termes que Louise Colet, en 1842, offre à ses lecteurs, – en attendant les spectateurs qu’elle espère bien avoir un jour ! – un « humble essai » de poésie dramatique, une « esquisse de deux nobles figures de femmes qui se détachent radieuses sur un fond sanglant. » De ces deux pièces, Charlotte Corday et Madame Roland1, la première est de loin la plus intéressante.

***

Résumé de Charlotte Corday

Tableau I

– 7 juillet 1793. A l’Hôtel de l’Intendance, à Caen, les Girondins proscrits étalent leurs dissensions : Guadet veut faire marcher sur Paris l’armée de Wimpfen, général suspect de royalisme ; Barbaroux conseille d’attendre que la France entière se soulève contre la Convention (Scène I).
En présence de Charlotte Corday, ils dépeignent la capitale en proie à l’anarchie et surtout la sinistre figure de Marat, cause de tous les maux qui plongent le pays dans la guerre civile.
Charlotte – « Et vous le laissez vivre ?
[...] Adieu, Messieurs, je pars et vous devance. »
(Scène 2).

Tableau II

– Le soir du 8 juillet. Dans sa chambre, Charlotte relit le livre de Judith, s’interroge sur la légitimité du tyrannicide et affermit sa résolution en évoquant Corneille :
« Ton ombre, ô mon aïeul, arme mon bras qui tremble. »

Tableau III

– Le 11 ou le 12 juillet. A l’Hôtel de la Providence, à Paris, Charlotte voit à l’œuvre la populace manipulée par Marat, entend les récits de pillages et de massacres, et assiste au lynchage d’une vieille femme de Vendée.
« O race cannibale ! [...]
Tout sentiment humain dans leur âme est tari. »

Tableau IV

– 13 juillet. Jardin du Palais-Royal. Dernières hésitations de Charlotte, un moment attendrie par la vue d’un enfant :
« Mon faible cœur se prend à regretter la vie. »
Mais la venue d’un crieur qui vend le journal de Marat la rappelle au « devoir ».

Tableau V

– 13 juillet. Chez Marat. L’assassinat.

Tableau VI

– 17 juillet. Palais de justice. Le procès.

Tableau VII

– 17 juillet. A la Conciergerie, Charlotte attend le bourreau en pensant aux êtres qu’elle a aimés :
« Je vous quitte à regret [...]
Mais ne me pleurez pas, ma carrière est remplie. »
Dans la rue, conduite au supplice, elle remercie Adam Lux de ses manifestations de pitié et reproche au peuple son ingratitude :
« Peuple, au milieu de vous j’ai la plus noble place !
Regardez ! à la mort je monte le front haut :
« Le crime fait la honte et non pas l’échafaud. »

***

  • 2 E. de Mirecourt, « Louise Colet » dans Les Contemporains, Paris, G. Havard, 1857, p. 33. Le biogra (...)

4S’il fallait croire E. de Mirecourt, ce drame aurait été conçu dans une éruption d’enthousiasme ; « républicaine de vieille souche », Louise Colet apprend qu’un bourgeois de la rue St-Louis possède un portrait de Charlotte Corday ; elle court lui rendre visite et, devant l’héroïne représentée au moment où elle va monter à l’échafaud, revêtue de la chemise rouge, « une violente émotion saisit madame Colet, ses yeux se mouillent de larmes, et le jour même, sous l’impression causée par cette magnifique peinture, elle compose un de ses plus remarquables poèmes [...] »2. Il est bien vrai que la jeune femme a connu le portrait de Charlotte Corday exposé dans le « musée de la Terreur » de St-Albin ; une lettre de celui-ci, adressée en juillet 184[1] (sur le cachet de la poste, le millésime est en partie effacé) à « Monsieur Cousin / pair de France / à la Sorbonne », permet de dater approximativement la visite :

Monsieur et cher concitoyen c’est sans doute à votre bon souvenir que je dois le don d’une composition dramatique bien touchante (Md Roland). Je vous devais des remerciemens déjà, je vous en dois doublement après avoir lu. Si l’auteur est la personne si distinguée dont vous m’avez parlé je vous prie de lui dire que je suis tout à fait à sa disposition le jour où il lui sera agréable de visiter notre retraite. Prévenez-moi seulement la veille pour que j’aye l’honneur de recevoir madame Collet et d’être son Cicerone. Veuillez me donner ses ordres qui seront mes vœux.
Agréez mes sentimens sincères.

  • 3 Museum Calvet, Avignon. Fonds L. Colet Ms 6413, ff 5558-5559. Le Museum Calvet possède deux autres (...)

Mardi Al C St-Albin3

  • 4 A la Librairie Historique de la Révolution. 188 p.

5En tête de son livre, Louise Colet a placé une reproduction du portrait de Charlotte Corday, gravée par Eugène Gervais d’après l’original attribué à David et « appartenant à M. de St-Albin » ; est-ce la vue de ce tableau qui lui a donné l’idée d’écrire une pièce de théâtre ? On peut en douter, puisqu’elle s’est déjà intéressée à l’autre héroïne de la Gironde. Cette pièce ne doit rien à l’improvisation ; elle a été patiemment élaborée et préparée par des recherches consciencieuses. Les notes nombreuses et copieuses qui accompagnent le texte montrent que la poétesse a tenu à ne pas s’écarter de l’histoire : elle cite les Mémoires de Mme Roland, ceux de Louvet, de Riouffe, de Barbaroux, l’article « Marat » de la Biographie Universelle, les réflexions de Montesquieu sur le régicide, le récit du procès de Charlotte Corday fait par Chauveau-Lagarde, la brochure d’Adam Lux, les poèmes de Chénier et de Klopstock ; elle donne le texte (inédit) d’une lettre adressée par Charlotte au Comité de Sûreté générale ; si elle a lu la biographie (romancée) de son héroïne publiée par Esquiros en 1841, elle puise la plus grande partie de son information à la meilleure source, le livre de Louis Dubois, Charlotte Corday, paru en 18384 ; ce livre, Dubois dit en avoir porté en lui le projet pendant quarante-cinq ans ! Il a connu Mademoiselle de Corday à Caen en 1793, il a eu l’occasion de s’entretenir avec elle de politique et de littérature ; plus tard, bibliothécaire à l’École Centrale de l’Orne, puis secrétaire intime du préfet, aidé de quelques collaborateurs sérieux, il a fait des recherches qui lui ont permis de donner une biographie de Charlotte Corday débarrassée d’un certain nombre de légendes.

  • 5 La même erreur, qui est la confusion de deux « Marie » – la sœur et la fille de Pierre Corneille – (...)
  • 6 Dans sa lettre publiée par le Constitutionnel du 26 juillet 1847, que nous citons plus loin, Louis (...)

6Dans la note (A), Louise Colet reproduit le passage de Dubois qui présente Mademoiselle de Corday comme une arrière-petite-nièce de Pierre Corneille ; en réalité, elle descendait de l’auteur du Cid en ligne directe au 5ème degré5 ; soit que Louise Colet ait connu le véritable lien de parenté, soit plutôt qu’elle ait pris sur elle de rapprocher encore son héroïne du poète de l’héroïsme6, le texte de la pièce est irréprochable sur ce point :

« Celle dont nous parlons descend du grand Corneille [...]
A la voir, on dirait cette fière Émilie
Que son aïeul créa dans un drame inspiré. » I, 125... 131

  • 7 Charlotte Corday, décapitée à Paris, le 16 juillet 1793 ou Mémoire pour servir à l’histoire de la (...)

7Dans une autre note, à propos de Charlotte lisant l’épisode de Judith, l’auteur indique comme source une notice de Gouet de Gironville [sic] : « On a prétendu qu’avant de quitter Caen elle souligna au crayon, dans une bible laissée dans sa chambre, la mort d’Holopherne par Judith. » En fait, dans son panégyrique de Charlotte, Couet-Gironville évoque beaucoup d’héroïnes de l’Antiquité (Volumnie, Cornélie, Sempronie, Veturie, Philotis, Clelie, Palmyre, Daphne, Epicharis, etc...), mais non Judith7. Cette scène, Louise Colet l’a empruntée à Esquiros, qui prétendra l’avoir inventée quand il en revendiquera la paternité contre Lamartine ; la scène du jardin du Palais-Royal se trouve également chez Esquiros, qui la donne comme historique et la situe au soir du 12 juillet ; pourtant, ce fait qui n’a pas eu de témoin n’aurait pu être rapporté que par Charlotte, et elle n’en a rien dit.

8Enfin, reprochera-t-on à la poétesse d’avoir repris la légende, dédaignée par Dubois, qui veut que Charlotte ait été amoureuse de Barbaroux, l’« Antinoüs de la Gironde » ? Il convient plutôt de souligner la discrétion avec laquelle elle traite cette prétendue idylle, évoquée dans deux monologues, sans mention de nom propre, avec des « peut-être » prudents :

« L’amour ! Ce sentiment n’est-il pas dans mon âme
Incertain, vague, encor, mystérieuse flamme,
Image qui me suit, rêve qui m’attendrit,
Vision qui m’attache au destin d’un proscrit !
Que l’exil avec lui serait doux ! Sa pensée
Me trouble ; en le fuyant, ah ! j’étais insensée !
Lui, peut-être, il m’aimait ! peut-être [...] » IV, 657-663

« Oh ! Nous ne sommes pas séparés pour jamais,
Ma sœur, mon père et toi... que peut-être j’aimais ! »
VII, 891-892

9Plus tard on verra Louise Colet se féliciter d’avoir résisté à la tentation de la facilité romanesque.

10Ce n’est pas par ces inexactitudes, mineures, qu’elle risque d’altérer la vérité de l'histoire ; dans l’exploitation des documents qu’elle met en vers, évident apparaît le souci de faire résonner aussi fidèlement que possible l’écho des voix mortes ; quelques exemples :

Charlotte (Lettre à Barbaroux) « Il [Marat] me dit [...] que dans peu de jours il les ferait tous guillotiner à Paris. Ces derniers mots décidèrent de son sort. »

L.C. Marat : – « Je les enverrai tous, tous à la guillotine.
Charlotte (le frappant) – Ces mots sont ton arrêt : Meurs [...]” V, 794-795

Charlotte (id.) « Je jouis délicieusement de la paix. »
L.C. Charlotte – « Mes lettres vous diront la paix de mes pensées. » VII, 893

11Dans le Ve Tableau, Marat et sa visiteuse se tutoient ; la scène du procès est accompagnée d’une note : « Dans l’interrogatoire de Charlotte Corday publié par le Moniteur, le vous est toujours employé en parlant à l’accusée. L’usage du tutoiement n’a été généralement adopté que quelques mois plus tard, à la fin de 1793. » (p. 83)

12Des divers comptes-rendus du procès sont retenus les termes les plus percutants, les répliques les plus théâtrales :

Bulletin révolutionnaire : « Qui vous a poussée à assassiner Marat ?
– Ses crimes.
– Qu’entendez-vous par ses crimes ?
– Les malheurs dont il a été la cause depuis la Révolution [...]. J’ai tué un homme pour en sauver cent mille. »

L.C. : « A le frapper qui donc vous excita ?
– Ses crimes.
En un jour j’ai vengé d’innombrables victimes.
– Ses crimes ! quels sont-ils ? qu’entendez-vous ?
– J’entends
Les maux dont le pays a gémi trop longtemps [...]
Je n’ai tué qu’un homme et j’en sauve cent mille. »
VI, 801-810

Chauveau-Lagarde : « En tuant Marat, qu’espériez-vous ?
– Rendre la paix à mon pays.
– Croyez-vous avoir tué tous les Marat ?
– Celui-là mort, les autres auront peur, peut-être. »

L.C. : « De cet assassinat qu’avez-vous espéré ?
– J’ai voulu mettre un terme à la guerre civile.
– Et pensez-vous avoir de votre main débile
Tué tous les Marat ?
– Je n’eus pas ce bonheur !
Non ; mais celui-là mort, les autres auront peur. »
VI, 836-840

Chauveau-Lagarde : « Il faut que vous vous soyez bien exercée à ce crime.
– Oh ! le monstre ! Il me prend pour un assassin ! »

L.C. : « Sans doute vous aviez exercé votre main ?
– Oh ! le monstre, il me prend donc pour un assassin ! »
VI, 847-848

13Les hommages d’Adam Lux sont traduits avec la même application :

  • 8 Adam Lux, Charlotte Corday (19 juillet 1793), s.l.n.d. 8 p.

A. Lux : « S’ils me veulent aussi faire l’honneur de leur guillotine, qui, désormais à mes yeux n’est qu’un autel [...]. Plus grande que Brutus ! »8.

L.C. : « La Rome des Brutus jadis l’eût adorée !
Ici vous lui donnez l’échafaud pour autel [...]
Mourir à côté d’elle est le vœu de mon âme. »
VII, 927... 938

  • 9 La Revue Britannique, 5e série, Volume IX, 1842. p. 440.

14Cet effort scrupuleux de fidélité a mérité les compliments de la Revue Britannique : « On a d’abord quelque peine à se faire à ce vers alexandrin, traduisant le style révolutionnaire, mais cette traduction est faite avec tant de goût, les paroles historiques y sont reproduites avec une simplicité si sévère, que la rime n’en altère en rien la vérité. Lisez surtout l’interrogatoire de Charlotte Corday, cette Judith moderne. »9.

15Simplicité, vérité, ce sont les mêmes qualités qu’apprécie D. Nisard ; le 2 juin 1843, il adresse à Louise Colet des encouragements qui ont du prix pour elle, même s’ils ne la poussent pas précisément dans des voies d’avant-garde !

  • 10 Museum Calvet, Ms 6412 f 5100.

[...] J’ai mieux à faire qu’à vous remercier du don que vous avez bien voulu me faire de votre dernier volume. Je puis vous [?] mes compliments sincères, pour le beau langage que vous faites tenir à Charlotte Corday et à Madame Roland, deux des plus intéressantes victimes de l’échafaud révolutionnaire.
Permettez au classique endurci d’en louer particulièrement la simplicité et l’exactitude. C’est un mérite devenu bien difficile et bien rare dans un temps où, en toutes choses, on se contente de l’à peu près. C’est de ce cote, Madame, si vous voulez bien en agréer le conseil, que vous devez porter tout l’effort de votre beau talent. Là est à mon avis l'originalité. Tous les auteurs, à toutes les époques, se ressemblent par le ton d’imagination : c’est par le jugement et par l'exactitude et par la [?] qu’ils donnent au langage, qu’ils sont différents et le plus original est celui qui a cette qualité au plus haut degré [...]10.

16Louise Colet espère s’être entourée de toutes les garanties nécessaires pour être en règle avec l’histoire ; et l’historien à qui elle doit le meilleur de son information n’a pas été le dernier à la féliciter ; pourquoi s’est-il cru obligé – et capable – de le faire dans le... langage des dieux ?

A Madame Louise Colet

J’ai relu vos beaux vers, et crois entendre encore
De votre voix pure et sonore
Les accens si mélodieux
Porter au cœur qui les adore
Ce qu’a de plus touchant le langage des Dieux.

O vous, ingénieuse autant que jeune et belle,
Qui rappelez si bien Corday que vous chantez,
Comme elle, recevez mes respects mérités !
Unissez d’un vieillard qui vénéra son zèle,
Qui chérit ses vertus et sa gloire immortelle,
A ces hommages vrais qui vous sont adressés,
Et l’hommage sincère et les vœux empressés.

Dans l’admiration qui doit être éternelle
Pour vos vers enchanteurs de plus en plus vantés,
Sur les mêmes autels bien purs, bien fréquentés,
Pieux dans mon respect, à leur culte fidèle,
J’unis le digne peintre à son digne modèle.

  • 11 Museum Calvet, Ms 6408 f 3130.

8 juillet, Louis du Bois11

17Dans cette œuvre qui montre, on le verra, un Marat méconnaissable, Dubois fasciné par le peintre ne retient que le portrait de l’héroïne, portrait dans lequel il a bien reconnu le modèle vivant, « sa » Charlotte à lui, noble fille de Caen, lectrice passionnée des Philosophes, «républicaine avant la République ». Républicaine ? La vraie Charlotte s’est proclamée telle devant le Tribunal Révolutionnaire. Louise Colet ne manque pas de reproduire cette fière profession de foi ; mais, pas plus que Louis Dubois, elle ne cherche à savoir ce qu’elle recouvrait ; selon Mathiez, elle recouvrait l’espoir que le succès des Girondins, en 1793, rétablirait la paix civile et acheminerait la France vers une restauration monarchique ; croire que ce succès dépendait de la disparition de Marat était évidemment une aberration, dont Louise Colet ne se soucie guère : dans le geste de la nouvelle Judith, elle ne veut pas voir l’inefficacité, mais seulement la pureté de l’intention qui l’a inspiré. A partir d’un tel choix, les erreurs historiques ne sont plus le fait d’un défaut de documentation, mais elles découlent de la conception générale de l’œuvre dramatique.

***

18Cette Charlotte Corday, – essai que son auteur se garde de présenter comme une tragédie, – était-elle jouable ? Malgré ses qualités, elle manque de souffle, dans l’ensemble et dans le détail. Pour dire l’essentiel sur la meurtrière de Marat, 952 vers pouvaient suffire ; mais la dramaturge débutante n arrive à ce total qu’en étirant outre mesure le récit de la Vendéenne dont l’importance est tout épisodique ; pour faire passer ce morceau au théâtre, il aurait fallu retrancher près d’une centaine de vers ; le tableau du procès, au contraire, aurait gagné à être développé.

  • 12 Penserosa, poésies nouvelles. Paris, H. Delloye, 1840.

19Cependant, les personnages vivent, et la poétesse sait les faire parler. Avant Charlotte Corday, elle s’est exercée au dialogue en vers, elle a publié des fragments qui révèlent chez elle un goût réel de la forme dramatique : Dans son recueil Penserosa, paru en 184012, on ne compte pas moins de cinq traductions-adaptations de scènes de Shakespeare (extraits de Macbeth, du Roi Jean, du Conte d’Hiver, du Songe d’une nuit d’été, de La Tempête) et une « imitation libre d’une scène de Faust ». Mais pour poétiser son héroïne Normande, ce sont deux modèles français qu’elle choisit.

20Corneille, d’abord, bien sûr. Pouvait-elle écrire Charlotte Corday sans relire Cinna ? L’inspiration cornélienne revit avec bonheur dans le débat politique et les discours par lesquels s’ouvre la pièce ; elle revit dans nombre de vers-maximes :

« La terreur disparaît en face du devoir. » I, 256

« Attendez ! – – Pour frapper, le bourreau n’attend pas. » I, 259

« La voix des nations est celle de Dieu même ;
Et c’est par cette voix que sont proclamés grands
Ceux qui de leur patrie ont frappé les tyrans. » II, 350-352

« Il est beau de mourir pour son pays qu’on aime. » VI, 842

« Un héroïque jour vaut une longue vie. » VII, 898

  • 13 Ce vers, qui est le dernier de la pièce, imprimé entre guillemets, est cité dans la dernière lettr (...)

« Le crime fait la honte et non pas l’échafaud. » VII, 95213

21Et le souvenir d’Émilie est lisible dans ces mots de l’énergie et du défi :

« Les esclaves tremblants ont-ils droit de se plaindre ?
Sourions aux tyrans ou cessons de les craindre. » I, 237-238

« J’immolerai celui qui règne par la mort. » II, 371

« Mon courage renaît, je retrouve l’honneur !
Eh ! Dans ces jours maudits, qui voudrait du bonheur ?
Pour regretter l’amour ai-je l’âme assez vile ?
Fuyez, honteux regrets d’une vie inutile.
Égoïste pitié !... Sur moi j’osais pleurer ; » IV, 687-691

« Cet acte m’appartient et je le revendique. » VI, 821

« Et qu’ai-je à regretter ? puisque j’ai réussi. » VI, 832

22D’autre part, Louise Colet se souvient qu’André Chénier a été un des premiers panégyristes de la jeune Normande ; l’exclamation qu’elle met dans la bouche de son héroïne :

« Dans la France avilie il n’est donc pas un homme : » I, 223

  • 14 A. Chénier, Œuvres complètes, édition de G. Walter. Pléiade, p. 178.

23vient de l’« Ode à Marie-Anne-Charlotte Corday »14 :

« Seule tu fus un homme et vengeas les humains.
Et nous, eunuques vils [...] »

24Chénier écrit aussi :

« Tu méprisas la rage
D’un peuple abject, servile et fécond en outrage
Et qui se croit alors et libre et souverain. »

25Telle apparaît Charlotte dans le VIIe Tableau (« Peuple aveugle ! [...] Peuple ingrat [...] » ; mais dès le IIIe, à la vue de la populace hideuse et envoûtée par Marat, elle manifeste son mépris par les mots mêmes de Chénier :

« C’est là le peuple libre ! » III, 393

« Le peuple est souverain. » III, 410

26Et le poète élégiaque sert également de modèle pour exprimer les regrets de la vie éprouvés par une autre jeune captive qui, elle, sait qu’elle va mourir :

« Peut-être l’avenir me gardait d’heureux jours ! [...]
Que le monde est heureux, et qu’il est doux de vivre...
Et moi je vais mourir, n’ayant jamais goûté
Le pur ravissement de la félicité !
Avant d’avoir aimé, je meurs ! [...]
Je ne veux pas mourir !... Oh ! la vie est si belle !
Et je n’ai pas joui des biens qui sont en elle [...]
Je ne veux pas mourir !... » IV, 631...665

27Démarquage étroit des documents, réminiscences littéraires, certes ! Charlotte Corday est pourtant autre chose que l’œuvre d’une écolière docile et appliquée. Sans doute le manque d’application est visible dans certains vers d’une extrême platitude et dans d’autres, trop nombreux, ou les « Oh ! » et les « Ah ! » ne sont que des chevilles. Mais ce qui ne doit rien a la facilité, et pas davantage à la servilité, c’est le choix de deux séries d’éclairages propres à glorifier sans réserve l’héroïne, éclairages dont il faudra apprécier l’audace après en avoir mesuré l’originalité et l’habileté.

28Habileté d’abord dans le jeu des symétries ou des retours de situations : la figure centrale est servie par un certain nombre de faire-valoir ou premiers de cordée qui l’attirent ou la soutiennent dans l’ascension vers les sommets de l’héroïsme et dont l’exemple vient conforter sa résolution quand elle est sur le point de faiblir. La mort de la Vendéenne (...) préfigure celle de Charlotte, Charlotte qui recevra les mêmes huées et prononcera les mêmes malédictions. Les adjurations compatissantes d’Adam Lux font écho à celles de la jeune fille en faveur de la Vendéenne : La Vendéenne à Charlotte :

« O vous qui seule ici semblez avoir une âme. » III, 455

29Charlotte à A. Lux :

« Je n’ai trouvé qu’en vous un sentiment humain. » VII, 943

30Louise Colet souligne surtout la parenté d’âme qui unit Charlotte à Judith ; n’ont-elles pas la même foi dans la divinité de leur mission ? on est tenté de le croire ; qui a choisi la page du livre qui s’ouvre sous les yeux de l’Élue ?

« Toujours Judith ! toujours la même page !
C’est étrange ! pour moi Dieu marqua ce passage. » II, 285-286

« [...] Dieu te raffermit et te dit de frapper [...]
Oh ! comme toi je sens que Dieu dans sa justice
Pour le salut de tous veut qu’un homme périsse,
Que le sang de Marat aujourd’hui doit couler,
Qu’un invisible bras me pousse à l’immoler ! » II, 308...316

« La ruine et le sang qui couvrent la patrie
M ont armée... Oh ! c’est Dieu dont la vengeance crie. »
IV, 685-686

31Pourtant, les deux jeunes filles éprouvent une égale répugnance devant l’œuvre de mort :

« Le sang t’épouvantait, ô Judith ! et tes larmes
Au suprême moment trahirent tes alarmes ;
Tu te troublas, le fer fut prêt à t’échapper. » II, 305-307

32Charlotte revit cette épouvante :

« Le sang, toujours le sang ! toujours l’assassinat !
Et moi, pour l’arrêter, je vais tuer Marat !
Je vais répandre encore du sang !... Horrible idée ! » IV, 615-617

33et au « suprême moment » :

« Tout mon courage expire. » V, 773
« Du sang... j’ai peur du sang... » V, 796

34alors Charlotte, pour obtenir la force, répète la prière de Judith :

« Seigneur, Dieu d’Israël, fortifiez mon âme. » II, 293

« Mon Dieu, si ta justice arme aujourd’hui mon bras,
Dans ce suprême instant ne m’abandonne pas ! » V, 775-776

35Autre parenté d’âme, qui vient s’ajouter à celle du sang : Judith priait :

« Seigneur, soyez en moi. » II, 300

36Charlotte invoque son aïeul Corneille :

37« [...] dans mon sein que ton âme descende ! » II, 357 elle rappelle à la vie le pur génie du Bien pour mettre à mort le sombre génie du Mal, l’homme des souterrains :

« Gloire de ma famille, oh ! reviens ici-bas [...]
Oh ! si tu revivais [...]
Tu n’hésiterais pas, tu frapperais l’infâme,
Eh bien ! je suis ton sang, et je serai ton âme !
[...] Viens ! nous frapperons ensemble.
J’ai trempé mon courage au feu de tes regards ;
Dieu le veut !... Par ta voix il m’appelle, je pars ! » II, 355...376

38Serait-ce faiblesse de vierge, cette peur de la vue du sang, et cet échauffement, et ce besoin d’un élément viril comme d’un renfort nécessaire imploré en des termes qui sont presque ceux de l’amour ? Il faut plutôt comprendre que Charlotte ne peut trouver d’interlocuteur véritable que parmi les invisibles à qui elle s’adresse quand elle est seule ; dans la réalité, cette « solitaire » (Michelet) n’avait-elle pas abusé des tête-à-tête avec Plutarque ? Dans la pièce, monologues et apartés remplissent 167 vers ; il est clair que ses égaux ne sont pas sur scène ; aucun des personnages qui l’entourent n’arrive à sa hauteur.

  • 15 L’expression a été popularisée par l’Histoire des Girondins.

39Alors Louise Colet s’applique à accuser les contrastes. Faible fille, Charlotte Corday ? plutôt le seul homme d’une cause à laquelle tous ses amis sont inferieurs ! faibles les Girondins resignés à la guerre civile et incapables de la conduire ; impuissant Adam Lux qui ne sait que gémir, supplier et mourir. L’antithèse la plus forte est évidemment celle qui oppose la victime et la justicière ; celle-ci ne serait pas « l’Ange de l’assassinat »15 si l’« Ami du peuple » n’était peint aux couleurs de l’enfer. Ami du peuple ? Dans un monologue étonnant, qui n’est pas le meilleur morceau du drame et dont aucun document ne pouvait fournir la substance, Louise Colet met à nu le cœur de Marat :

« L’amour du peuple, c’est le masque de ma vie ;
Il cache ma vengeance encore inassouvie.
Sous ces noms vénérés, justice, égalité,
Vit la haine des grands dans mon cœur irrité. [...]
Mon cœur sent une rage incessante et nouvelle ;
Chaque front qui grandit, je veux qu’on le nivelle.
Ils disent que je suis un monstre furieux ;
Non, je suis de sang-froid, mais je suis envieux.
L’envie est le poison qui me ronge et me mine. » IV, 733...765

40Louise Colet renchérit sur la tradition contre-révolutionnaire qui réservait à Robespierre et à Saint-Just la flétrissure de Tartuffe : son Marat de mélodrame n’a même plus la circonstance atténuante de la folie furieuse. Le faux ami du peuple est tué par une fille qui veut incarner le vrai patriotisme, qui ne parle du peuple qu’avec mépris, et qui prétend servir le « pays », la « France », la « patrie » :

« La patrie à mon bras remet sa délivrance ; Je vais briser ses fers et mourir pour la France. » II, 377-378

« Sa mort délivrera la France ! » IV, 626

« [...] Sauver mon pays fut ma seule espérance. » IV, 825

41Les deux personnages s’opposent aussi nettement par leur attitude en face de la mort. Le 13 juillet 1793, Marat ne croit pas sa fin si proche, mais il se sait malade, et son cynisme ne va pas sans inquiétude :

« [...] Mon corps tombe en ruine.
Bientôt à cette terre il faudra dire adieu ;
Le néant vient après !... Mais s’il était un Dieu ?
S’il devait me juger ? ah ! j’aurais peur peut-être !... »
V, 776-769

42Charlotte marche avec sérénité vers la mort qui n’est pour elle que l’accès à un séjour de paix :

« [...] Je touche au moment redouté
Où l’âme avec terreur s’ouvre à l’éternité.
Pourtant aucun effroi dans mon sein ne pénètre,
Il me semble aujourd’hui que mourir c’est renaître [...]
J’ai vécu, j’ai goûté tous les grands sentiments !
Je m’en pénètre encore à mes derniers moments,
Et je sens avec eux mon âme me survivre. » VII, 883...901

43Ainsi cette pièce repose-t-elle sur une distribution très manichéenne des rôles ; l’auteur ne s’en défendrait pas, qui dans sa préface annonce clairement la couleur de ses choix : « Les femmes dont on a dans l’histoire trop admis ou trop nié l’influence, sont parfois l’expression lumineuse d’un parti. La Gironde eut pour poésie Charlotte Corday et Madame Roland ; la Montagne eut pour symbole les sinistres tricoteuses et les furies de la guillotine ! »

***

  • 16 Histoire de la Révolution Française, Livre XII, chap. 3. Pléiade, II, p. 495.

44La Charlotte Corday de Louise Colet est le « bras » de la Gironde, l’agent de la « bonne » Révolution ou de la Révolution acceptable pour les honnêtes gens ; l’idée essentielle qui inspire son entreprise, c’est de conjurer le spectre de la guerre civile, la guerre fatale aux yeux des Girondins ; aux yeux de la jeune Normande témoin de leurs hésitations, la mort d’un homme peut amener une paix immédiate ; la paix, leitmotiv qui, dans la dernière lettre à Barbaroux, a retenu l’attention de Michelet16 ; la paix, obsession que Louise Colet lui fait exprimer tout au long de l’aventure :

« Terminer nos malheurs par la guerre civile,
C’est un moyen bien lent, incertain, difficile [...]
Il est des coups plus prompts et des moyens plus sûrs. »
I, 245...248

« Les maux dont le pays a gémi si longtemps.
Marat en fut l’auteur. Il ne pourra plus l’être,
Et désormais la France à la paix va renaître.
Sa mort fera tomber les échafauds dressés. » VI, 804-807

« J’ai voulu mettre un terme à la guerre civile. » VI, 837

45D’un côté, la sublime martyre de la paix ; de l’autre, les furies de la lanterne et de la guillotine, la pègre des saturnales de 93 orchestrées par un monstre :

« Nous faisons chaque jour ce qu’il prescrit la veille » II, 383

46Marat obéi quand il prescrit de pendre des accapareurs :

« Marat l’avait bien dit : qu’un des leurs soit pendu,
Les autres cèderont ! – Comme il avait l’œil terne
Ce vieux récalcitrant mourant à la lanterne !
– Quels jolis entrechats ses pieds battaient dans l’air ! [...]
– Il est mort en criant : sa mine était comique,
On eût dit qu’il bâillait. – Au bout de cette pique,
Il bâille encore là-bas. – Sans le désempaler,
Si d’un verre de vin nous l’allions régaler ?
– C’est du vin de sa cave. – Eh ! eh ! ce sera drôle !
– Nous lui ferons après danser la carmagnole. » II, 396...406

47Marat applaudi quand il demande des têtes :

« Hier, Samson décoiffa vingt femmes vendéennes.
– Ah ! ah ! – Elles voulaient briser le tombereau ;
Elles ont de leurs cris assourdi le bourreau.
– Ça ne sait pas mourir ! [...]
– [...] Ma foi, cette exécution
Était juste ; il faut bien purger la nation.
Comme l’a dit Marat, le peuple sans-culotte
Doit noyer dans le sang le parti qui complote. » II, 434-446

  • 17 N° du 1er septembre 1842.

48Alloury, l’intrépide critique du Journal des Débats17, ne peut voir sans frémir le tableau de cette populace : « Nous qui ne craignons pas les hardiesses littéraires, nous craignons l’effet de celle-ci ; nous le craignons encore moins parce que ces souvenirs sont près de nous, que parce qu’ils sont tout simplement horribles. C’est au moins un scrupule que je soumets au goût exercé de madame Colet. Je doute que les mœurs de 93 puissent passer telles quelles sur la scène dans toute leur crudité comme elles sont dans l’histoire et dans le Moniteur. Je n’ai pas besoin d’apprendre à madame Colet que la vérité de l’histoire et la vérité de l’art ne se ressemblent pas tout à fait. La vérité du Moniteur est trop vraie, si on peut le dire. Pour la faire accueillir, le poète est obligé de la refaire à son image et de lui donner l’auréole et le sceau divin de l’idéal. »

  • 18 Paru dans Les Cœurs brisés, recueil de six nouvelles. Paris, Berquet et Petion, 1843. 2 volumes.
  • 19 Ce poème a paru d’abord dans le volume de prose Deux mois d’émotions (Paris, W. Coquebert, 1843) p (...)

49A cette réserve près, le compte rendu d’Alloury est favorable ; celui de la Revue Indépendante, paru un mois plus tard, rend un tout autre son ; le critique anonyme, qui signe « T », a sans doute pris l’avis de G. Sand, à qui Louise Colet n’a pas manqué d’envoyer un exemplaire de son œuvre ; pouvait-elle ignorer que les rédacteurs de cette revue, – et leur égérie ! – professaient trop hautement les doctrines montagnardes pour apprécier des pièces qui exaltent la cause des Girondins ? De son côté, G. Sand devait connaître la susceptibilité de la poétesse ; pourtant, elle ne la ménage guère dans ses lettres de 1843, quand Louise Colet sollicite l’insertion de ses dernières œuvres dans la Revue Indépendante. G. Sand lui répond longuement, mais froidement ; très « grande sœur », très pédagogue, elle lui signifie son désaccord le plus... radical sur l’interprétation de la Révolution ; elle critique sévèrement une nouvelle, Le Marquis d’Entrecasteaux,18 où se trouvent vantées les vertus de l’aristocratie, et plus sévèrement encore un poème adressé à Béranger et contenant une diatribe contre ce que d’autres appelleront le « matérialisme sordide » de la « vile multitude»19 ; les mêmes critiques portent sur les pièces d’inspiration girondine :

  • 20 Ces lettres n’étant pas datées, nous indiquons les dates proposées par G. Lubin (Correspondance de (...)

50– 25 février 184320 «[...] Vous réfléchirez peut-être un jour à cette œuvre révolutionnaire que vous ne voulez pas accepter. Comment se fait-il qu’elle dépasse le courage de votre esprit ? Vous n’êtes pas une femmelette, vous. Vous aimez Charlotte Corday, vous ne vous trouveriez pas mal pour un peu de sang. Ce n’est donc pas cela qui vous fait peur car vous eussiez frappé Marat sans sourciller. C’est une fausse notion seulement que les Girondins vous ont léguée. C’est au principe de la souveraineté du peuple que vous faites la guerre sans vous en douter. Cette manière de voir le fait n’est pas digne de votre intelligence. Et comme votre cœur est au fond avec le peuple, vous êtes dans une continuelle contradiction avec vous-même [...]. Quelle passion vous anime donc contre ces terroristes que Goethe, Schiller et tant d’autres ne pouvaient se défendre d’admirer ? On dit que les femmes n’ont pas en elles la puissance de la logique. Faites donc mentir le proverbe. Haïssez l’égalité, ou respectez ceux qui l’ont proclamée ! Tant que j’aurai l’occasion de vous dire un mot, je vous répéterai que vous ne voulez pas comprendre la révolution ! A vous quand même, c’est, je crois, un mot de chouan, mais il est beau. Je ne hais pas la Vendée comme vous haïssez la Montagne. Je respecte toujours un peu les fanatiques. Ceux-là sont toujours logiques, parce qu’ils agissent suivant leur foi. Reste à savoir quelle est la vraie foi. »

51– 28 février 1843. « J’ai osé vous écrire une fois que vous ne comprenez pas la révolution. J’ose vous le dire encore, et répéter que vous y arriverez, parce que votre cœur est fait pour la vérité. Vous êtes trop occupée des faits. Les faits ne prouvent pas tant que vous croyez. Si vous vouliez vous préoccuper davantage des idées, vous reconnaîtriez bien vite que les fureurs et les délires d’un parti ne prouvent rien contre l’idée qui l’a produit et lancé. Si l’ivresse s’en est mêlée, la faute en est à l’infirmité de la nature humaine, et les vertus de vos Girondins ne rendent pas leur conception moins étroite et moins froide. Je les aurais aimés, je les aurais pleurés : mais je n’aurais pas été avec eux. Ni vous non plus, si vous eussiez pénétré au fond des diverses doctrines. Mais vous êtes poète. De plus vous êtes jeune, et la beauté des choses extérieures enflamme votre imagination. Qui peut vous en faire un crime ? Vous avez un culte pour les hommes de génie. Moi aussi, mais j’ai, avant tout, le culte de l’humanité, et je me fie à l’instinct divin que Dieu a mis en elle [...] ».

52Le critique de la Revue Indépendante est encore plus sévère : d’emblée, il présente les deux pièces de Louise Colet comme « un superbe manifeste en faveur de la Gironde » et les crédite, brièvement et sur quel ton ! de quelque mérite poétique : « Il y a quelque hardiesse, sinon une véritable intelligence de l’histoire, à prendre parti pour les Girondins. C’est accepter d’abord l’insurrection du 10 août contre la royauté, la condamnation de Louis XVI, et la République. Il ne faudrait qu’un peu plus de logique pour comprendre le Comité de salut public et Robespierre. Mais cependant il est tout à fait permis aux femmes, lesquelles ne sont pas obligées d’être des hommes d’État, de s’arrêter à la Gironde. Madame Collet a donc chanté en vers énergiques l’âme et le bras de ce parti, madame Roland et mademoiselle Corday. La Gironde n’a fait qu’un acte, et c’est une femme qui l’a fait. La Gironde n’a eu qu’un grand politique, et c’est la femme de Roland. Qu’une femme soit donc l’historien et le poète de cette faction femelle, sans caractère, mais non pas sans poésie. » Un réquisitoire en trois points suit cet exorde condescendant ; le critique conteste successivement :

  1. La légitimité du tyrannicide, au nom de la morale, de la justice et du droit. « La justification absolue de Charlotte Corday, écrit-il, est la légitimation de tous les actes et de toutes les violences ; car c’est l’arbitraire de l’individu. »21
  2. La peinture repoussante du peuple parisien, nécessitée, selon lui, par le sophisme qui pose a priori et à tort les Girondins comme l’incarnation du sens vrai de la Révolution. Aux outrances qui écœurent le critique on pourrait ajouter une erreur qui n’est certainement pas involontaire ; Louise Colet tient à faire entendre les cris des célèbres « tricoteuses» de la place de la Révolution, le 17 juillet 1793 ; or, ce jour-là, elles se sont tues ! On lit dans le Moniteur : « En allant à l’échafaud, Marie Corday n’a entendu sur son passage que des applaudissements et des bravos. »22
  3. La caricature de Marat, « absolument contraire au témoignage de tous les contemporains et à la réalité de l’histoire. On n’a pas le droit de prendre ainsi l’histoire et de la défigurer [...]. Représenter Marat comme un homme de mauvaise foi, c’est une tromperie puérile. » Et d’opposer cette image « fausse d’un bout à l’autre » à celle qu’Esquiros présente de Marat, « l’homme-peuple, le bouc émissaire de la Révolution, le martyr d’une idée supérieure à la conviction de Charlotte Corday. »

53Enfin, à propos de Madame Roland, le critique laisse entendre que Louise Colet a tort de parer ses héroïnes d’une auréole religieuse imméritée ; les Girondins, dit-il, sont des « païens ressuscités ». En fait, le texte laisse ce point dans une imprécision prudente ; l’auteur semble s’être appliquée à faire en sorte de ne choquer personne ou de satisfaire toutes les opinions. Charlotte parle de son entreprise comme d’une mission divine (« Dieu le veut ! »), mais elle constate que Dieu, depuis l’époque de Judith, ou depuis celle de Voltaire, est devenu muet :

« Juive, tu fus croyante, et je doute chrétienne.
Notre siècle a soumis Dieu même à l’examen ;
Et Dieu !... Dieu se dérobe à tout regard humain ! [...]
Où l’entendre ? en quels lieux aller l’interroger ? [...]
Et qui peut m’éclairer si Dieu ne répond pas ? » II, 318...336

  • 23 Une Mme de M..., amie de la famille Corday, ardente légitimiste, auteur d’un manuscrit publié par (...)

54En fait, une fois sa décision prise, elle semble obéir aux seuls impératifs du patriotisme. La vraie Charlotte a eu une fin toute païenne, celle d’un « philosophe » ; pas de prêtre sur sa charrette, aucun élan religieux dans ses dernières lettres. Louise Colet ne peut faire mentir l’histoire ; pourtant, si elle reproduit l’évocation de l’au-delà sous la forme des « Champs-Élysées » (VII, 890), elle croit bon de préciser, dans une note qui ne peut être destinée qu’à rassurer les lecteurs bien-pensants : « Expression dont se sert Charlotte Corday dans sa lettre à Barbaroux, et qui rappelle le goût littéraire du temps. »23

***

  • 24 Louise Colet a rapporté que, pendant les journées de février 1848, elle lisait à Rachel un autre d (...)

55Maigre sa sévérité, l'article de la Revue Indépendante ne devait pas trop désoler Louise Colet ; le silence aurait été pire. Or, le bruit fait autour de ce drame pouvait contribuer à le faire recevoir sur une scène parisienne. L’auteur a longtemps espéré voir sa Charlotte Corday jouée ; elle l’a proposée à des directeurs de salles, peut-être à des comédiens24 ; pourquoi cet espoir a-t-il été déçu ? Plusieurs explications peuvent être avancées.

  • 25 Lettre datée d’avril 1847 par Valentine de Lamartine.
    (Correspondance de Lamartine, 2e édition, 188 (...)
  • 26 Paul Crubailhes gémit, dans le Courrier français du 19 juillet : « O misère ! misère ! pauvres Gir (...)

56En 1847, l’Histoire des Girondins connaît un succès extraordinaire ; Lamartine offre à Rachel un exemplaire de son livre accompagné d’un billet flatteur : « [...] C’est la tragédie moderne qui se présente humblement en mauvaise prose à la tragédie antique. Elle deviendra drame à son tour, et, à ce titre, elle vous appartient de droit, car le drame est l’histoire populaire des nations, et le théâtre est la tribune du cœur. »25 Lamartine sait que son ami Ponsard travaille déjà à une tragédie que Rachel, espère-t-il, fera triompher comme elle a fait applaudir Lucrèce en 1843. Plus d’un dramaturge s’est efforcé d’exploiter le succès de l’Histoire des Girondins ; en particulier le Livre 44, consacré à la mort de Marat, a suscité au moins trois Charlotte Corday ; celle de Ponsard est la moins médiocre ; la pire est indiscutablement celle de Clairville et Dumanoir, bâclée en quelques semaines et jouée au Gymnase en juillet et août 1847 ; dans le concert de protestations et de réclamations soulevé par ce four lamentable26, on retrouve la voix de Louise Colet : par une lettre adressée au Constitutionnel, qui la publie le 26 juillet, elle rappelle qu’elle a été la première à traiter ce sujet et elle s’élève contre les vaudevillistes qui viennent de le gâcher :

  • 27 Tout ce début est plein d’exagérations ; dans le Constitutionnel du 11 août 1846, Aubert fait l’él (...)

Monsieur,
Permettez-moi de rappeler dans votre journal qu’en 1842 j’ai publié des tableaux dramatiques en vers sur Charlotte Corday. Tous les journaux rendirent compte de mon ouvrage, et le Constitutionnel en cita de larges extraits. L’an passé encore, M. Albert Aubert a parlé dans votre feuilleton avec une extrême bienveillance de la seconde édition de ce travail27.
Je m’étais efforcée de faire revivre dans ces scènes la jeune fille si belle et si pure qui puisa son exaltation et son courage dans le patriotisme et l’amour de l’humanité, et non point dans un sentiment plus tendre, ainsi que l’ont supposé quelques dramaturges et quelques romanciers. Pour moi, je me serais bien gardé de rien ajouter à cette noble et sereine figure. La fiction ne saurait lutter avec la vérité lorsqu’elle est aussi poétique.
Qu’imaginer, en effet, de plus poétique que cette petite-nièce du grand Corneille qui, après avoir écouté de la bouche des Girondins exilés à Caen le récit des crimes de Marat, leur dit simplement : « Et vous le laissez vivre ? », qui, ensuite, prête à abandonner la maison de la sœur de son père pour accomplir son généreux dessein, s’écrie devant le portrait de son grand-oncle :
Oh ! si tu revivais, etc.
puis, dans son interrogatoire, déclare fièrement qu’elle était républicaine avant la République, et répond à un juré qui lui demande si elle pense avoir tué tous les Marat : « Celui-là mort, les autres auront peur ! » et qui enfin termine la lettre d’adieux qu’elle écrit à son père, avant de marcher au supplice, par ce vers de Thomas Corneille :
Le crime fait la honte, et non pas l’échafaud.
J’ai dû à la fidélité scrupuleuse que j’ai mise à peindre le caractère historique de Charlotte Corday l’accueil favorable que la presse fit à mon ouvrage, mais je l’attribue surtout aux notes qui accompagnaient mes vers : des communications bienveillantes m’avaient permis de publier la première des lettres et des documents inédits que j’ai été heureuse de retrouver dans l’Histoire des Girondins de Lamartine. Sous cette plume puissante, la belle figure à laquelle je n’avais pu donner qu’un souffle éphémère est redevenue vivante, et, désormais, il n’est plus permis d’y toucher qu’avec respect.
La Charlotte Corday jouée au Gymnase, celle dont s’occupe M. Ponsard et celle que fait annoncer M. Constant Berrier, m’ont décidée, Monsieur, à réclamer la priorité du choix d’un sujet qui semble attirer comme à l’envi tant d’écrivains.
Mes tableaux dramatiques n’ont pas été, il est vrai, représentés au théâtre, mais ils auraient pu l’être si j’avais consenti à insérer, ainsi que me l’ont demandé plusieurs directeurs, l’élément romanesque dans le rôle de Charlotte.
Tel qu’il est, d’ailleurs, je n’ai point renoncé à la représentation de cet ouvrage ; c’est ce qui m’a déterminée, Monsieur, à vous adresser les explications qui précèdent.
Recevez, etc.
22 juillet 1847 Louise Colet

  • 28 Lettre citée par Ch. Vatel, Charlotte de Corday et les Girondins, I, p. 319.

57En mars 1850, c’est une autre Charlotte Corday qui risque de faire oublier celle de Louise Colet : quelques jours avant la création de la tragédie de Ponsard, elle rappelle son « essai » de 1842 au bon souvenir d’Alloury, le critique du Journal des Débats : « [...] La Charlotte Corday du Gymnase [Faut-il croire qu’on s’en souvient encore ?], celle dont s’occupe M. Berrier, celle que prépare M. Ponsard, m’ont décidée à rappeler qu’avant eux j’avais traité ce sujet dans des scènes dramatiques en vers. Je n’ai pas oublié, Monsieur, avec quelle indulgence vous rendîtes compte de mon travail, et ce souvenir me fait espérer que vous garderez quelque intérêt à une œuvre dont vous fîtes le succès lors de son apparition [...] »28.

58Contrariée par les « gâcheurs » Clairville et Dumanoir, Louise Colet pouvait l’être plus encore par un Ponsard quelque peu plagiaire ; si ce dernier suit de très près Lamartine (On a dit de sa tragédie : « C’est l’Histoire des Girondins racontée par Théramène »), il s’inspire aussi de Louise Colet, mais sans le dire ; il lui emprunte le schéma de scènes entières : le monologue de Charlotte dans sa chambre, avec les invocations à Judith et à Corneille (II, 7), la scène du Palais-Royal, la populace lisant le journal de Marat, la mère et l’enfant, les regrets de la vie (IV, 1 à 5) ; il exploite plus d’un vers pour le paraphraser :

« Je vais mourir avant d’avoir connu la vie. »

59Il pille plusieurs hémistiches :

Charlotte à Corneille : « Oh ! si tu revivais [...] »
Charlotte entrant chez Marat : « Tout mon courage expire. »

  • 29 Quatre Poèmes couronnés par l’Académie française, Paris, Librairie nouvelle, 1855.
  • 30 Il s’agit de La Jeunesse de Gœthe, comédie en un acte, en vers, représentée sans grand succès au T (...)

60Ni en 1847, ni en 1850 Louise Colet n’a renoncé à voir sa Charlotte Corday jouée sur un théâtre ; elle n’y a peut-être pas renoncé en 1855 quand, dans la présentation de son recueil Quatre Poèmes29, elle rappelle une fois de plus ses « études dramatiques » : « La plus faible a seule jusqu’ici abouti à la scène30. D’autres, qui ont paru trop hardies comme idée et comme sentiment, ont été publiées ; celles qui suivront seront, nous l’espérons, représentées. »

  • 31 Charlotte Corday ou les Girondins, tragédie en trois actes et en vers. Bruxelles, chez Decq, 1848.
  • 32 Quelques années plus tôt, une Madame Roland, d’A. de Caze, tirée d’un feuilleton de la Gazette de (...)

61Est-ce seulement le manque d’éléments romanesques qui, sous la Monarchie de Juillet, a rebuté les directeurs de salles ? P.E. Gasc, l’auteur belge d’une autre Charlotte Corday inspirée par le livre de Lamartine, a connu la même déconvenue et il en donne l’explication dans une préface indignée, datée du 15 décembre 184731 : « Sur les conseils pressants de mes amis, je me suis rendu à Paris, au mois d’octobre dernier, pour faire représenter ma Tragédie à l’Odéon ; après les démarches d’usage en pareil cas, je dus renoncer à ce projet ; la Censure ne voulant absolument pas permettre la représentation d’une pièce où MARAT EST EN SCENE !!... Voilà où en est la liberté en France, dix-sept ans après la Révolution de Juillet et sous un gouvernement qui se dit fort et intelligent, qui prétend protéger et encourager les arts !!... Quelle pusillanimité !... Avoir peur de l’ombre de Marat au théâtre… en 1847 !!... C’est le nec plus ultra de la couardise ! »32.

62Les couards dont se plaint le pauvre Gasc pouvaient fort bien, cinq ans plus tôt, trouver la pièce de Louise Colet « trop hardie comme idée et comme sentiment », et on a vu le Journal des Débats alarmé de ces hardiesses.

***

  • 33 Museum Calvet, Ms 6413, ff 5958-5959.

63Si cette pièce n’a jamais connu les honneurs, ou l’épreuve, de la scène, elle a eu une « suite » assez curieuse, quelques trente ans après sa publication, quand un autre admirateur des Girondins et de Charlotte Corday, Charles Vatel, a adressé à Louise Colet cette requête33 :

Vendredi 23 J[uin] 1871
Madame,
Veuillez me permettre de m’adresser à vous au nom et sous les auspices d’un de ceux de vos beaux ouvrages que vous devez le plus aimer, je veux parler de l’admirable drame que vous avez consacré à la mémoire de Charlotte de Corday.
Sans être ni poëte ni historien, j’ai été amené par des relations avec la famille de Corday encore existante à m’occuper depuis un certain nombre d’années de l’héroïque Charlotte. J’ai commencé une série de publications ayant pour but de réunir tous les documents originaux écrits ou graphiques qui se rapportent à ce tragique épisode de notre grande Révolution et je suis sur le point de faire paraître une fraction de ce travail. Cette partie comprend la Bibliographie Dramatique de Charlotte de Corday.
C’est vous dire, Madame, que j’ai été amené nécessairement à parler et à parler souvent de votre Drame de 1842. Les Journaux ayant répandu le bruit que vous étiez en Italie, je n’avais même pas eu la pensée de m’adresser à vous, Madame, pour m’aider à parler de votre ouvrage d’une manière digne et complète. J’avais fait de mon mieux, mais imparfaitement sans doute, et les épreuves allaient être tirées lorsque j’apprends que vous êtes à Paris et dès lors, je me permets de vous demander une audience, pour vous soumettre les questions suivantes, si vous daignez y répondre.
1° – Quels sont les Journaux, Revues, etc. qui ont rendu compte de votre ouvrage lorsqu’il parût ?
J’ai trouvé dans les Débats, l’article de M. Alloury. – Dans le Constitutionnel, les fragments publiés, par avance – et un article court mais bienveillant et bien senti, dans la Revue Britannique. Il doit y en avoir eu d’autres. – Je serais heureux de les connaître, pour les reproduire par extraits ou les mentionner, suivant leur degré d’importance et d’intérêt.
2° – Y a-t-il des traductions de votre Drame en Langues étrangères ? Les Allemands ont toujours été fort enthousiastes de Charlotte de Corday. Il existe huit tragédies allemandes sur le sujet, dont trois postérieures à la vôtre.
Il serait possible qu’il y eût une traduction allemande, – ou quelque publication allemande sur vous. Je comptais me rendre en Allemagne l’année dernière, au moment où les événements ont éclaté.
3° – Y a-t-il quelque particularité ou circonstance intéressante à publier relativement à votre livre ? Un ouvrage a son histoire comme une personne. Mais pour tracer une biographie, il faut être initié à l’existence de la personne ou aux incidents de la publication, et c’est là que je me sens d’une grande indigence. Ainsi le Drame quoique non destiné au théâtre, peut avoir été joué – interprété par la peinture, ou la gravure... une contrefaçon même intéresse un bibliographe et l’auteur peut trouver dans la mention qui en est faite un dédommagement au tort qui lui a été causé par l’hommage qui lui est rendu. J’ignore s’il a été fait des éditions belges, etc.
Veuillez me permettre, Madame, un dernier mot. Le hasard m’a rendu possesseur de deux lettres de vous dans l’une desquelles vous parlez d’une tragédie, aussi sur Charlotte de Corday préparée par M. Berrier.
Je ne sais sur cette Tragédie que ce qui en fut dit par M. Jules Janin, à propos du vaudeville commis en 1847 par MM. Clairville et Beaumanoir [sic]. Je serais bien désireux de connaître le sort de cette Tragédie. M. Berrier (Constant) annonçait y avoir travaillé pendant 10 ans, il paraissait y attacher une très grande importance. Cependant il ne l’a fait ni jouer ni imprimer. J’espère donc savoir par vous, Madame, ce que serait devenue cette œuvre, qui m’intéresse comme tout ce qui touche à une grande figure historique, que vous avez illustrée par votre talent et aussi par vos recherches.
Je ne vous demande pas d’excuses pour l’importunité de toutes ces questions, pensant bien que tout ce qui se présente à vous sous l’invocation de Charlotte de Corday est assuré d’un accueil bienveillant et indulgent. Je vous prie seulement, Madame, de vous offrir d’avance l’hommage d’une vive reconnaissance.
Veuillez agréer, Madame, l’assurance du profond respect avec lequel j’ai l’honneur d’être votre très humble serviteur.
C. Vatel, Avocat à la Cour d’Appel de Paris
Rue de Hanovre. 4. Paris

  • 34 Charlotte de Corday et les Girondins. Paris, Plon. 3 vol. in 8°.
  • 35 Dans un ajout de dernière minute (III, p. 836) Vatel signale que la création de la Charlotte Corda (...)

64Le livre de Vatel, Charlotte de Corday et les Girondins34, paru l'année suivante, n’ajoutant rien aux indications contenues dans cette lettre, il est probable que Louise Colet n’a pu répondre aux questions posées35. Mais sa réponse doit réjouir le chercheur, en lui révélant l’existence d’une autre pièce, prête à paraître, et qui pourrait trouver place, – et publicité ! – dans une bibliographie dramatique de Charlotte Corday. Vatel rencense trente-huit pièces consacrées, de 1793 à 1871, à la meurtrière de Marat ; la Charlotte Corday de Louise Colet est la vingtième ; mais voici ce qu’on lit, arrivé au no 32 : « Un des Jurés de Charlotte Corday – esquisses dramatiques en 3 tableaux, en prose, par madame Louise Colet. – Cette pièce est inédite, et madame Louise Colet se propose de la publier prochainement. Nous ne pouvons donc pas en rendre compte. Nous nous contenterons de dire que c’est une étude philosophique en prose faisant en quelque sorte pendant aux Tableaux historiques en vers du même auteur. »

65Vatel donne ensuite quelques indications sur les personnages et sur les dates et lieux de l’action :

  • 1er tableau – Ligneries (village natal de Charlotte) ; avril 1793.
  • 2e tableau – Paris ; 13 et 17 juillet 1793.
  • 3e tableau – « Rhodez » ; 19 mars 1817.
  • 36 Francis Wey, Dick Moon in France. Journal d’un Anglais de Paris. Paris, L. Hachette, 1862.

66Le personnage central, présent dans les trois tableaux, est un des jurés du Tribunal révolutionnaire, qui a siégé dans le procès de Charlotte et dont le nom serait resté obscur s’il n’avait défrayé la chronique au cours d’une « affaire » retentissante de la Restauration : Fualdès. Dans la liste des personnages du 3e tableau, on reconnaît les auteurs et les témoins de l'assassinat de Fualdès : Jausion, Bastide, le couple Bancal, madame Manson ; et on devine alors, grâce à ces éléments schématiques, (dont Vatel a eu communication par une lettre ou au cours d’une conversation) que Louise Colet a refait, ou développé, sa Charlotte Corday de 1842 en exploitant une légende venue à sa connaissance soit par la tradition orale, soit par des sources imprimées ; légende résumée, pour l’essentiel, par Francis Wey36 : « [...] M. Fualdès fut-il condamné par une société secrète ? J’ai oui raconter depuis que ce personnage avait été le secrétaire de Fouquier-Tinville et qu’il avait trompé l’espérance d’un groupe d’hommes qui avaient compté sur sa connivence pour arracher à l’échafaud Charlotte Corday ; mais il a été impossible de trouver aucune preuve à l’appui de cette assertion. »

  • 37 Nous citons un extrait de la brochure intitulée Charlotte Corday et Fualdès, publiée à Paris, Libr (...)

67La mort de Fualdès, ancien procureur impéral, assassiné à Rodez le 20 mars 1817, a donné lieu à un procès célèbre, et les mobiles de ce meurtre ont longtemps excité les imaginations méridionales et autres ; une sordide extorsion de fonds, une vengeance privée, un arrière-plan de chantage ne paraissant pas suffire pour expliquer les circonstances particulièrement horribles du crime, on a parlé de règlement de comptes politique, de sociétés secrètes, on a même fait de Fualdès un complice de Naundorff, exécuté sur l’ordre personnel de Louis XVIII ! Un érudit Alençonnais, Léon de La Sicotière, parent de Vatel, a fait justice de ces élucubrations dans un article publié par Le Droit (No du 23 juin 1861) et réédité plusieurs fois en brochures37 : « En supposant, contre toute vraisemblance, qu’elle [Charlotte Corday] eût eu des complices, comment admettre qu’ils eussent voulu venger sa mort sur un juré obscur, et qu’ils eussent attendu vingt-cinq ans pour le faire ? Quel était donc le lien, l’âme de cette mystérieuse association qui, n’ayant rien tenté pour sauver Charlotte Corday au moment de la condamnation ni à celui du supplice, se serait tout à coup réveillée d’un long sommeil, et que l’on retrouverait dans le bouge de la Bancal extorquant des signatures à Fuladès avant de l’égorger ; dans la maison de ce malheureux, forçant son bureau et dévalisant ses papiers, en l’honneur de cette noble fille ? Pour que rien ne manque à l’absurdité de la supposition, ce serait à plus de deux cents lieues du pays de Charlotte, loin de sa famille, de ses amis, dans une ville où elle n’avait jamais mis le pied, que se serait réuni cette espèce de tribunal secret dont pas un membre ne la connaissait et n’était digne, quelque opinion qu’on puisse avoir de l’assassinat politique, de baiser le bas de sa robe. Faut-il ajouter que le vieux père de Charlotte était mort, et morts aussi ses frères ; que tous ses parents étaient de ceux qui vengent eux-mêmes leurs injures, et qui ne les vengent jamais par l’assassinat ? »

68Vatel sait gré à La Sicotière d’avoir réfuté les « mille contes » échafaudés sur la mort de Fualdès par des marchands d’émotions fortes. On s’étonne alors que, pour le seul plaisir d’allonger sa bibliographie, il puisse annoncer, sans autre commentaire, la parution prochaine d’un mille et unième « conte ». Peut-être ne connaissait-il pas, – suffisamment pour se prononcer, – le contenu de « Un des Jurés de Charlotte Corday », pièce achevée ou simple canevas ? Peut-être n’est-ce pas lui, mais un autre conseiller, qui a dissuadé Louise Colet de mener à terme et de publier une œuvre reposant sur une affabulation inconsistante ? Achevée ou non, conservée ou brûlée, cette œuvre est restée inédite.

Notes

1 Publiées en un volume in 8°, chez Berquet et Petion (BN : Yf 8654). La Bibliographie de la France annonce cette parution sous le No 4200, le samedi 27 août 1842. Dès le mois de juin, des extraits et la préface avaient été publiés dans le Constitutionnel (Nos du 12 et du 26). Les deux pièces seront rééditées en 1846 dans Les Chants des vaincus.

2 E. de Mirecourt, « Louise Colet » dans Les Contemporains, Paris, G. Havard, 1857, p. 33. Le biographe a déjà signalé les aspects volcaniques de la jeune Louise Revoil ; et plus loin, il écrit : « [...] malgré ses puissants instincts de coquetterie, son caractère présente des faces toutes viriles. Dans ses œuvres comme dans ses discours, elle se montre plus passionnée que tendre. Il arrive même que l’ardeur de la composition et du travail lui font [sic] oublier le culte de ses attraits. Quand elle écrivit La Jeunesse de Goethe, elle demeura huit jours en robe du matin. » (p. 67). Louise Colet s’est vantée d’avoir écrit « presque sans désemparer », bien qu’étant malade, son poème « Le Monument de Molière ».

3 Museum Calvet, Avignon. Fonds L. Colet Ms 6413, ff 5558-5559. Le Museum Calvet possède deux autres lettres de St-Albin adressées à la poétesse, « rue de Bréda, n o 2 » (Ms 6413, ff 5560-5562). La première, du 23 avril 184 [?], contient des compliments très imprécis pour « vos charmantes compositions » ; rien n’indique qu’il s’agit des deux pièces révolutionnaires. Dans la seconde, dont la date est effacée, St-Albin s’empresse d’accéder à une demande de Louise Colet :
« [...] à compter de la semaine prochaine, [...] je serai à vos ordres et tiendrai à votre disposition des sujets de peinture qui peuvent être nécessaires à la personne distinguée qui a mérité votre choix, et qui va unir ses peinceaux aux vôtres. Car poésie et peinture sont plus que sœurs, c’est le même sentiment, le même art, avec des palettes différentes. Je vous admire et vous honore et vous trouve heureuse avec votre céleste imagination ! Vous rendez la vie à tout ce qui est beau et bon, vous avez même comme poëte le droit d’aller quelquefois au-delà de ce qui est ; moi, pauvre prosateur, je ne puis ni ne dois aller au-delà de la réalité, et ce qui est se trouve quelquefois bien triste. Et comme vos ouvrages ont le charme puissant de nous dérober à ces tristesses, vous voyez que je vous suis uni par le lien d’une reconnaissance personnelle... ».

4 A la Librairie Historique de la Révolution. 188 p.

5 La même erreur, qui est la confusion de deux « Marie » – la sœur et la fille de Pierre Corneille – se retrouve chez Michelet, Lamartine, Louis Blanc, Chéron de Villiers ; elle a été signalée à l’auteur de l’Histoire des Girondins par P.X. Corneille, autre descendant direct du grand tragique.

6 Dans sa lettre publiée par le Constitutionnel du 26 juillet 1847, que nous citons plus loin, Louise Colet dit bien : « cette petite-nièce du grand Corneille ».

7 Charlotte Corday, décapitée à Paris, le 16 juillet 1793 ou Mémoire pour servir à l’histoire de la vie de cette femme célèbre. Paris, An 4e.

8 Adam Lux, Charlotte Corday (19 juillet 1793), s.l.n.d. 8 p.

9 La Revue Britannique, 5e série, Volume IX, 1842. p. 440.

10 Museum Calvet, Ms 6412 f 5100.

11 Museum Calvet, Ms 6408 f 3130.

12 Penserosa, poésies nouvelles. Paris, H. Delloye, 1840.

13 Ce vers, qui est le dernier de la pièce, imprimé entre guillemets, est cité dans la dernière lettre de Charlotte à son père ; il appartient à Thomas Corneille (Le Comte d’Essex, IV, 3).

14 A. Chénier, Œuvres complètes, édition de G. Walter. Pléiade, p. 178.

15 L’expression a été popularisée par l’Histoire des Girondins.

16 Histoire de la Révolution Française, Livre XII, chap. 3. Pléiade, II, p. 495.

17 N° du 1er septembre 1842.

18 Paru dans Les Cœurs brisés, recueil de six nouvelles. Paris, Berquet et Petion, 1843. 2 volumes.

19 Ce poème a paru d’abord dans le volume de prose Deux mois d’émotions (Paris, W. Coquebert, 1843) puis dans les Œuvres complètes (Gosselin, 1844). G. Sand pouvait-elle lire sans écœurement des vers tels que ceux-ci :
« Sitôt qu’on est sorti de ce centre de vie [Paris]
On ne rencontre plus qu’une foule asservie
Aux intérêts grossiers ; ses plus âpres travaux
N’ont pas de but moral ; les systèmes nouveaux
Épouvantent ces cœurs soumis à la routine
Et que n’éclaire plus la lumière divine [...]
Pour cri de ralliement on n’entend que les mots :
« Du travail et du pain ! » Mais les instincts plus hauts,
La dignité de l’homme et son indépendance,
Aliment nécessaire à tout être qui pense,
L’ouvrier révolté n’y fait jamais appel. »

20 Ces lettres n’étant pas datées, nous indiquons les dates proposées par G. Lubin (Correspondance de G. Sand, VI, no 2587 et 2590). On notera que G. Sand reprend, sous une forme plus brutale, les critiques formulées par Louis Blanc à propos du poème Le Musée de Versailles ; voir dans la Correspondance adressée à Louise Colet la lettre du 15 juin 1839 (Ms 6404 f 611).

21 Louis Blanc écrira plus tard : « Lorsque, devant le Tribunal révolutionnaire, Charlotte Corday avait dit : « J’ai tué un homme pour en sauver cent mille », elle ne se doutait pas qu’elle ne faisait en cela que professer la doctrine de Marat lui-même ; n’avait-il pas dit, lui aussi, et répété sans cesse qu’il demandait cinq cents têtes pour en sauver cinq cent mille ? Sa carrière n’avait-elle pas été, d’un bout à l’autre, déterminée et dominée par cette maxime que proclama si follement, sur son cadavre, celle qui le tua : « Tous les moyens sont bons dans certaines circonstances » ? Oui, de tous les disciples de Marat, le plus illustre fut... Charlotte Corday. Elle poussa la logique du système jusqu’à assassiner le professeur en vertu des principes qu’il avait professés ! ».
Histoire de la Révolution française, Livre X, chap. 3.

22 Quand le valet du bourreau eut souffleté la tête coupée, « un frisson » d’horreur, un murmure parcourut la place », selon Michelet ; et Louis Blanc parle de « lâcheté abominable que le peuple accueillit par un immense et presque universel murmure ».

23 Une Mme de M..., amie de la famille Corday, ardente légitimiste, auteur d’un manuscrit publié par Casimir Périer, assure que Charlotte « pieuse par sentiment dès sa plus tendre enfance », avait, dans son long séjour au couvent, «fortifié ses croyances religieuses, qui étaient aussi profondes que sincères, et qu’elle poussait jusqu’au scrupule [...]. Elle n’avait jamais voulu lire les œuvres de Voltaire et de Rousseau, dans la crainte, disait-elle, d’altérer la pureté de sa foi. Elle était sur ce point d’une rigueur remarquable. » Revue des Deux-Mondes, 1er avril 1862, Tardives révélations, contredites par tous les témoignages antérieurs.

24 Louise Colet a rapporté que, pendant les journées de février 1848, elle lisait à Rachel un autre drame révolutionnaire, Une famille en 1793, publié l’année suivante dans La Presse. (45 lettres de Béranger et Détails sur sa vie, Paris, Librairie nouvelle, 1857).
En 1852 et en 1857, les pièces qu’elle propose à la Comédie Française sont lues, mais refusées ; le 7 novembre 1867, l’administrateur Ed. Thierry, à qui elle a envoyé Le Temps qui court, lui déconseille même d’affronter le Comité de lecture :
Madame,
J’aurais voulu vous épargner la peine que vous avez prise hier de venir chercher ma réponse ; mais le temps marche si vite et mes occupations se pressent tellement avec lui que je n’avais pas eu le loisir d’achever la lecture de votre pièce. Je viens de lire le second acte et, à mon grand regret, l’impression que me laisse votre ouvrage aboutit aux mêmes conclusions que le rapport dont je vous ai donné connaissance. Vous présenter devant le Comité de lecture serait vous exposer à un échec certain. En musique, la plus belle partition sombre par le fait d’un poème mal construit. Dans un théâtre de comédie, de fort bons vers ne sauvent pas une pièce qui ne vit pas par elle-même. Le Temps qui court est une pièce de ce genre. Je vous rends votre manuscrit et voudrais espérer qu’en remaniant l’action vous pourriez mettre votre ouvrage dans de meilleures conditions au point de vue de la scène ; mais je crains que vous ne deviez vous résoudre à le faire imprimer tel qu’il est là pour jouir au moins du succès que ses brillantes tirades doivent obtenir auprès des lecteurs dilettantes.
Agréez, je vous prie, l’expression de la parfaite considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être
Votre très dévoué serviteur
Ed. Thierry
7 novembre 1867
(Muséum Calvet, Ms 6413, f 5845).
Voir aussi, dans la Correspondance adressée à Louise Colet, (Ms 6404, f 636) la lettre du Bocage, non datée, portant refus de créer à l’Odéon une « tragédie » de Louise Colet.

25 Lettre datée d’avril 1847 par Valentine de Lamartine.
(Correspondance de Lamartine, 2e édition, 1881-1882. IV, p. 242).

26 Paul Crubailhes gémit, dans le Courrier français du 19 juillet : « O misère ! misère ! pauvres Girondins, après la guillotine, le vaudeville ; que je vous plains ! [...]. Un échappé de Bicêtre à qui l’on eût fait lire pendant huit jours le magnifique roman de M. de Lamartine en aurait sûrement obtenu d’autres effets. »

27 Tout ce début est plein d’exagérations ; dans le Constitutionnel du 11 août 1846, Aubert fait l’éloge des Chants des vaincus, mais, à propos des essais dramatiques, il ajoute seulement : « ce sont de grands vers écrits dans un style ferme, énergique, pleins de nobles pensées et qui seraient certainement applaudis à la scène. »

28 Lettre citée par Ch. Vatel, Charlotte de Corday et les Girondins, I, p. 319.

29 Quatre Poèmes couronnés par l’Académie française, Paris, Librairie nouvelle, 1855.

30 Il s’agit de La Jeunesse de Gœthe, comédie en un acte, en vers, représentée sans grand succès au Théâtre de la Renaissance le 20 juin 1839.

31 Charlotte Corday ou les Girondins, tragédie en trois actes et en vers. Bruxelles, chez Decq, 1848.

32 Quelques années plus tôt, une Madame Roland, d’A. de Caze, tirée d’un feuilleton de la Gazette de France, a été refusée par Desnoyers, régisseur de la Comédie Française, pour des raisons littéraires mais plus encore parce que « [...] la nature du sujet, l’époque où se passe l’action, les souvenirs funestes qu’elle retrace sont tels que, sans aucun doute, l’ouvrage serait refusé rien que sur le titre ; la censure, d’ailleurs, ne le laisserait passer sous aucun prétexte. » A. de Caze, Madame Roland, tragédie. Paris, chez Marchand, 1847.
En 1849, recevant la Charlotte Corday de Ponsard, le Comité de lecture du Théâtre français s’est montré très réticent, trouvant la pièce inopportune, dangereuse en raison de la situation politique, et ne l’a acceptée qu’à une voix de majorité ; plusieurs journaux ont répandu le mot d’un haut magistrat : « Que parle-t-on d’interdiction ? mais ce qui est ennuyeux n’est jamais dangereux.» Les journaux bonapartistes et les royalistes ont été très sévères pour la pièce de Ponsard.

33 Museum Calvet, Ms 6413, ff 5958-5959.

34 Charlotte de Corday et les Girondins. Paris, Plon. 3 vol. in 8°.

35 Dans un ajout de dernière minute (III, p. 836) Vatel signale que la création de la Charlotte Corday de C. Berrier, annoncée en 1847, a été retardée par une série de contre-temps ; refusée ensuite par le Théâtre français, cette tragédie n’a jamais été publiée. Cet échec a affecté l’auteur au point de lui faire perdre la raison. Mais Vatel tient ces renseignements d’E. d’Anglemont, non de Louise Colet.

36 Francis Wey, Dick Moon in France. Journal d’un Anglais de Paris. Paris, L. Hachette, 1862.

37 Nous citons un extrait de la brochure intitulée Charlotte Corday et Fualdès, publiée à Paris, Librairie de Victor Palmé 1867, – et présentée comme un « Extrait de la Revue des Questions historiques ».

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search