Version classiqueVersion mobile

L'École et l'espace local

 | 
Agnès Henriot-van Zanten

Troisième partie. Enseignants et autres acteurs sur la scène locale

Chapitre V. Éducateurs d’autrefois et d’aujourd’hui

Texte intégral

  • 1 M. Mead, The School in American Culture.

1Dans son livre, The School in American Culture, Margaret Mead présente trois images de l’école américaine d’autrefois auxquelles sont associés trois types idéaux d’enseignants. La première est la petite école rurale (”The Little Red Schoolhouse”) où enseigne une jeune institutrice entièrement dévouée à la collectivité et vivant sous la stricte surveillance de cette dernière. La deuxième est l’Académie (”The Academy”), institution prestigieuse créée pour les enfants mâles de l’élite et dirigée par des professeurs se rattachant à la tradition lettrée du Vieux Continent. La troisième est l’école urbaine (”The City School”), creuset d’une nouvelle civilisation où les enfants d’immigrés apprennent les codes et les valeurs du Nouveau Monde. L’enseignant est ici symbole de l’espoir dans l’avenir, mais aussi de la rupture avec les traditions familiales et culturelles. Ces images constituent un fonds mythique qui transparaît, selon l’auteur, dans la plupart des discours élogieux ou critiques sur l’institution scolaire et ses représentants1.

  • 2 Nous reprenons ici le titre, “mythes laïques”, d’un chapitre de l’ouvrage d’E. Plenel, L’État et l (...)
  • 3 L’importance des luttes scolaires dans la zone que nous étudions exige toutefois qu’on apporte que (...)

2Si l’on tentait de suivre une démarche semblable pour retracer révolution et la diversité du corps enseignant en France, une des images fortes serait sans doute celle des “hussards noirs de la République”, suivant l’expression de Péguy. Autour des premières générations d’instituteurs républicains, entourées d’un halo légendaire, se construit le mythe de l’école laïque : lieu de liberté et de neutralité où se réalise pour la première fois la fusion entre les classes et où les forces progressistes font la guerre à l’obscurantisme clérical2. Aujourd’hui encore, cet état d’équilibre idéal entre la société et son école et entre l’école et ses agents constitue le point de repère implicite ou explicite des discours sur la “dégradation du statut social des enseignants”, sur “la fin des vocations” ou la “crise de l’école”. C’est en milieu rural, néanmoins, que l’image de l’instituteur laïque d’autrefois, est le plus fortement ancrée dans les mentalités, à la fois parce que ce dernier demeure associé à la pénétration de l’État dans les campagnes et parce que les changements au sein du corps enseignant ont représenté plus qu’ailleurs une rupture avec l’ordre ancien3.

LA PLACE DE L’ENSEIGNANT DANS LA SOCIETE RURALE

Une position changeante dans l’espace social

  • 4 J. Ozouf, Nous, les maîtres d’école ; F. Muel, “Les instituteurs, les paysans et l’ordre républica (...)

3Si l’instituteur de la République s’intégrait aisément au village où il enseignait, c’est, dit-on, en grande partie grâce à ses origines populaires. “Fils du peuple”, il en serait resté proche malgré une incontestable ascension sociale. Il n’est pas facile de vérifier le bien-fondé de cette affirmation. S’il est certain que les milieux populaires étaient autrefois largement représentés chez les instituteurs, c’est une tâche délicate que de suivre les évolutions selon les périodes et les départements. L’analyse de F. Muel, à partir du matériel recueilli par J. Ozouf auprès de 4000 instituteurs ayant exercé avant 1914, semble cependant conduire à nuancer les représentations du sens commun. Bon nombre d’instituteurs de cette période (1880-1914) proviennent des milieux de très petite bourgeoisie, d’employés, de petits fonctionnaires, de commerçants et d’artisans (entre 72 % et 61 % dans les trois régions étudiées). En outre, une analyse plus fine des “récits de vie” de ceux issus d’un milieu paysan ou ouvrier révèle que leurs familles se distinguent des autres du même milieu par des qualifications ou des aspirations culturelles relativement élevées4.

  • 5 Nous avons obtenu des réponses de 29 instituteurs (sur 35 qui enseignent dans les écoles publiques (...)
  • 6 Sur ces 27 instituteurs, 5 ont des pères artisans ou commerçants, 7 des pères employés, 6 des père (...)

4Examiner l’appartenance sociale des instituteurs de Retiers devrait également nous apporter quelques indications sur leur insertion dans la société rurale. Les réponses de 27 maîtres de l’enseignement public à notre question concernant leurs origines sociales montrent que ceux-ci sont encore en majorité issus de la petite bourgeoisie5. On constate également une évolution récente allant dans le sens du “lent embourgeoisement” du milieu instituteur, mis en évidence par I. Berger dans son travail sur les enseignants de la région parisienne. De même, les différences d’origine sociale entre les hommes et les femmes, qui semblent avoir déjà existé chez les premières générations d’instituteurs mais qui tendraient à se creuser chez les nouveaux venus dans la profession, sont perceptibles ici. En outre, par le mariage, les deux sexes consolident leur position au sein des couches moyennes. Leurs conjoints exercent pour la plupart des professions qui permettent de les classer au sein des classes moyennes salariées ou de la petite bourgeoisie indépendante6.

5Mais pour appréhender la position réelle des instituteurs au sein de l’espace social local, il faut tenir compte de la taille et de la composition sociale des communes où ils exercent. Dans les petites communes du canton de Retiers où la population comprend une majorité d’ouvriers et d’agriculteurs, les instituteurs se situent sans nul doute en haut de l’échelle sociale, mais leur petit nombre et le fait qu’ils n’y trouvent pas de pairs ne leur permettent pas de constituer un groupe puissant au sein de la société locale. Leur situation se trouve partiellement inversée à Retiers et à Martigné-Ferchaud : beaucoup plus nombreux, ils perdent en spécificité ce qu’ils gagnent en vertu de leur poids numérique. En outre, ils ne se rangent pas véritablement aux plus hauts niveaux de l’échelle sociale locale et doivent disputer à une petite bourgeoisie originaire de la commune leur pouvoir sur les institutions locales et leur rôle de “mentors” des couches populaires. C’est finalement dans les deux communes de taille moyenne, Coêsmes et Le Theil, où les instituteurs constituent un groupe à part et où ils trouvent seulement un petit noyau d’homologues sociaux, que leur position sociale est le mieux reconnue par la population locale.

  • 7 Sur les 8 professeurs qui ont répondu au questionnaire, il y a 5 hommes et 3 femmes. Sur l’ensembl (...)

6Un autre élément qu’il convient de retenir dans l’analyse du statut social des instituteurs dans cet espace rural est la présence depuis une quinzaine d’années des enseignants du secondaire. À côté du collège, la “petite école” est devenue, en effet, petite, et ses maîtres ont perdu leur suprématie dans le domaine de l’instruction, même s’ils inspirent encore, davantage que les professeurs, la sympathie des milieux populaires. Ceci est particulièrement vrai à Retiers où se trouve le collège public du canton. Cependant, les enseignants de cet établissement, en tout cas la petite fraction qui a accepté de répondre à notre questionnaire, ne se distinguent guère des instituteurs par leur origine sociale, ni par la profession de leur conjoint. Il faut toutefois mentionner que notre questionnaire a été rempli par trois P.E.G.C. ayant débuté comme instituteurs et par davantage d’hommes que de femmes, les deux sexes étant représentés dans les mêmes proportions dans l’établissement7.

De faibles attaches locales

  • 8 Suivant la terminologie élaborée par R. Park et ses disciples. Voir à ce sujet les textes réunis e (...)
  • 9 G. Simmel, “Digressions sur l’étranger”.
  • 10 F. Muel, “Les instituteurs, les paysans et l’ordre républicain”, p. 55.

7L’étude de la place des instituteurs et des professeurs dans la société locale serait cependant incomplète si l’on n’analysait pas ce qu’on peut appeler les facteurs “écologiques” du rapport au milieu local, c’est-à-dire à la fois la mobilité et la distribution spatiale du groupe enseignant8. L’instituteur républicain était-il un élément stable dans la collectivité villageoise ? Le personnage mythique certainement, quant à l’individu réel, c’est moins sûr. Il n’existe pas de travail portant sur la mobilité des instituteurs à différentes périodes. F. Muel, toutefois, nous décrit les instituteurs de la Belle Époque dans des termes qui rappellent à l’esprit l’image de “l’étranger” de G. Simmel – être sans racines, au sens matériel et métaphorique, fondamentalement mobile, non pas tant parce qu’il arrive un jour et repart le lendemain, mais parce qu’il demeure un voyageur potentiel qui ne développe pas de liaisons organiques avec ceux qui l’entourent9 : « En quelque sorte migrants par profession, contraints à “s’installer” plusieurs fois au cours de leur vie dans des maisons d’école nouvelles et toujours identiques [...] l’exercice de leur métier les oblige à un travail de deuil...10 »

  • 11 R. Thabault, Mon village.
  • 12 L. Bernot, R. Blancard, Nouville, un village français, p. 43 ; L. Wylie, Village dans le Vaucluse, (...)

8D’ailleurs, dans son étude sur la commune de Mazières-en-Gâtine, R. Thabault montre que si l’instituteur de cette commune y est resté toute sa vie, a épousé la fille unique d’un gros marchand et a fini maire en 1925, la petite école du hameau voisin a vu se succéder douze instituteurs en 28 ans11. De même, les études ethnologiques effectuées dans les années cinquante par L. Wylie et L. Bernot et R. Blancard montrent qu’à cette période l’instituteur était loin de constituer un élément stable dans l’espace rural et cela non pas en raison de décisions administratives, mais de choix personnels. À Nouville, l’instituteur “reste rarement plus de quatre ou cinq ans” dans la commune ; dans le Vaucluse, les trois institutrices du village “ont demandé à être nommées ailleurs et elles quitteront Peyrane dès qu’un poste vacant leur sera proposé dans une localité plus attrayante12” Ces éléments devraient contribuer à relativiser la mobilité actuelle des instituteurs du canton de Retiers qui s’avère toutefois très élevée et qui, en tant que phénomène massif, semble être un développement récent.

  • 13 L'analyse du taux de rotation par année dans les écoles publiques montre qu'un peu plus du tiers d (...)

9« C’est normal que les enseignants partent, ils ne veulent pas s’enterrer à Retiers. C’est bien d’être à la campagne, mais près d’une ville. » Le discours de cette institutrice traduit bien l’attitude de nombreux maîtres du canton, attitude révélatrice s’il en est des rapports qu’ils entretiennent avec le monde rural. En 1983-1984, d’après les statistiques de l’Inspection départementale, plus de la moitié des instituteurs des écoles publiques du canton ont moins de cinq ans dans l’établissement et pour 20 % d’entre eux il s’agit de leur première année dans l’école. La proportion de “nouveaux arrivants” dans l’enseignement privé est encore plus élevée. Cependant, dans les deux réseaux, public et privé, un instituteur sur cinq est dans la même école depuis 10 ans ou plus. On observe une distribution semblable en deux groupes de taille inégale : un petit noyau de “stables” souvent à la tête de l’établissement, qui comprend proportionnellement plus d’hommes que de femmes, et une majorité de “nouveaux” où les femmes prédominent13.

  • 14 Pour les maîtres auxiliaires, il y a eu 10 départs pour 22 postes entre 1977 et 1983, pour les P.E (...)

10La mobilité est également importante chez les professeurs du collège public. L’examen de l’ancienneté dans le poste des 31 enseignants qui y exerçaient en 1983-1984, montre que 18 d’entre eux sont là depuis cinq ans ou plus et 13 depuis moins de cinq ans. Parmi ces derniers, sept étaient arrivés dans l’établissement l’année de notre enquête. Il y a autant d’“anciens” et de “nouveaux” chez les certifiés, qui constituent un quart de la population de l’établissement, que chez les P.E.G.C. qui forment la moitié de l’effectif. Les nouveaux sont le plus souvent des maîtres auxiliaires et des adjoints d’enseignement. Si l’on tient compte du taux des départs sur six années scolaires (de la rentrée 1977 à la rentrée 1983), on constate de grandes variations selon les années. Depuis trois ans, toutefois, le taux de rotation semble s’être stabilisé à 20 %-25 % du personnel enseignant. Ce taux des départs est très élevé chez les M.A., beaucoup plus faible chez les P.E.G.C. et surtout chez les certifiés14.

Lieu de travail ou lieu de vie ?

  • 15 « La singularité du logement et l’exemplarité en matière de jardinage imposées par l’organisation (...)

11Si ces départs relèvent dans la plupart des cas d’un choix individuel, ils dépendent aussi de facteurs comme l’ancienneté et le grade qui avantagent certains et obligent une partie des enseignants à rester à contre-cœur. En outre, il demeure possible pour les enseignants de dissocier le travail du reste de leur vie sociale en choisissant, par exemple, de ne pas habiter la commune où se trouve l’établissement d’enseignement. La question du lieu d’habitation des instituteurs n’a sans doute commencé à se poser que récemment. Les instituteurs de la République habitaient dans les communes où ils exerçaient, même si ceci, comme le souligne F. Muel, ne peut pas être pris comme la preuve d’une quelconque “fusion” avec la population locale, en raison des barrières symboliques qui se dressaient entre leur maison et les autres habitations du village15.

12Les instituteurs de Retiers sont encore assez nombreux à choisir de s’installer près d’où ils enseignent. D’après les réponses au questionnaire de 29 maîtres du secteur public, on constate que les deux tiers se sont établis dans leur commune d’exercice, dont la totalité des directeurs ; huit habitent dans une commune proche et deux seulement résident à Rennes (qui se trouve à 35 km du chef-lieu). Ceux qui habitent à l’extérieur de la commune constituent un groupe assez spécifique. Parmi ces dix personnes, huit ont moins de 30 ans et on y trouve un seul homme. Ils enseignent presque tous dans les quatre communes les plus importantes. Ce qui ne veut pas nécessairement dire que dans les petites communes, les instituteurs sont plus attachés au milieu local du fait qu’ils choisissent de loger sur place. Bien au contraire, c’est souvent parce qu’ils pensent quitter l’établissement après un an ou deux et que, sortant de l’école normale, ils n’ont pas de lieu de résidence fixe que le logement de fonction au village apparaît comme la solution la plus pratique et la moins onéreuse.

  • 16 R. Merton Eléments de théorie et de méthode sociologique.

13Néanmoins, malgré ces tendances récentes à une dissociation du lieu de travail et du lieu de vie par les maîtres les plus jeunes, les instituteurs apparaissent, par rapport aux enseignants du secondaire, comme un groupe encore très proche des collectivités rurales au sein desquelles ils travaillent. On pourrait utiliser à leur propos l’opposition entre “locaux” et “cosmopolites” développée par R. Merton et les sociologues fonctionnalistes américains16. Les professeurs semblent en effet se rattacher davantage à la ville et à un univers plus composite que celui des instituteurs. Sur 31 enseignants, sept seulement sont établis à Retiers et cinq dans une commune proche (dans un rayon de 15 kilomètres). Plus de la moitié (17) habitent à Rennes et deux autres dans une commune située à plus de 20 kilomètres du chef-lieu du canton.

L’INTEGRATION AU MONDE RURAL

La mise à distance psychologique

  • 17 F. Muel “Les instituteurs, les paysans et l’ordre républicain”.
  • 18 Dans le village de Plozévet, “pour parler des élèves, l’inspecteur ou l’instituteur, apôtre anticl (...)

14La position sociale et spatiale des enseignants dans la société locale constitue un indice de leur proximité ou de leur distance par rapport au monde rural, mais pour analyser leur degré et leurs modes d’intégration il est nécessaire d’aller plus loin en examinant leurs représentations de l’environnement local. Les premières générations d’instituteurs portaient-elles un regard positif sur le milieu où elles enseignaient ? L’ascension sociale que ces enseignants avaient réalisée et leur formation professionnelle les inclinaient plutôt à un rapport de “proximité distante” avec les milieux populaires. Cette attitude se serait plutôt traduite par un regard d’observateurs, d’esthètes ou d’ethnologues qui, s’il révélait encore une certaine solidarité avec le monde rural, ne marquait pas moins le fossé qui les séparait du paysan17. Issus peut-être de ce milieu, mais investis d’une mission civilisatrice, beaucoup ne ménageaient pas leurs critiques de la commune et de la population locale18.

  • 19 En milieu rural, nous nous sommes entrenue avec les personnes suivantes appartenant au secteur sco (...)

15Y a-t-il lieu d’affirmer qu’avec les progrès enregistrés dans les conditions de vie et le niveau d’instruction de la population, ces représentations se sont aujourd’hui transformées ? En réponse à une question écrite sur les caractéristiques de la commune où ils exercent, les instituteurs et les professeurs du canton de Retiers font des commentaires très courts, centrés pour la plupart sur l’idée de « rural », « commune rurale », « ruralité », « milieu rural », sans qu’il soit toujours possible de déceler ce que recouvre cette notion. Des entretiens que nous avons pu avoir avec eux émergent des éléments plus précis comme l’isolement : « c’est un milieu enfermé sur lui-même19. » Les remarques sur le retard et le manque d’activités sur le plan culturel sont nombreuses et parfois très méprisantes : « [Les études pour la mise en place de la Z.E.P.] ça nous a permis de découvrir à quel point, dans un coin pas très loin de Rennes, il y avait encore un style de vie d’un autre âge. Il y des fermes avec le sol en terre battue, c’est comme les gens au Moyen Age... [ce sont des gens qui] vivent dans la crasse. » On y ajoute parfois que ce retard est dû en partie à la mentalité de gens : « frustres, rustres, avec un manque d’enthousiasme », « traditionnels », « calmes » et qui « se contentent de peu ».

16Certains, en évoquant les caractéristiques de la population dans le questionnaire ou au cours d’un entretien, évoquent des problèmes concrets aux plans démographique et social : la diminution de la population, son vieillissement, le départ des jeunes, le chômage. La plupart des enseignants mettent l’accent, toutefois, sur la coexistence d’une population agricole dont ils critiquent le conservatisme et le manque d’intérêt pour l’école et d’une population ouvrière. Sur cette dernière, les avis sont partagés, soit on la rapproche de la population agricole en raison de ses origines ou de son mode de vie, soit on l’assimile à la population ouvrière urbaine par son rapport plus anonyme au travail et au milieu local et par son désintérêt à l’égard des enfants « qui traînent dans la rue. » Les problèmes d’alcoolisme sont mentionnés pour les deux groupes indistinctement.

17L’image de l’environnement local qui se dégage de leur discours est celle d’un milieu arriéré, qui a perdu le charme du monde rural d’autrefois avec l’introduction de l’industrie et la prolétarisation d’une partie de la population tout en demeurant peu attrayant sur le plan professionnel et culturel. Les quelques membres du corps enseignant qui émettent, sinon des appréciations positives, du moins des avis plus nuancés sur la population, le font à partir de perspectives assez différentes. Les plus nombreux sont ceux qui, à l’instar du frère directeur de l’école privée de Retiers, font ressortir les qualités des “ruraux” par rapport aux populations ouvrières urbaines : « Ça a un aspect positif, il y a moins de familles en difficulté, moins de caractériels ici [qu’en ville], » Beaucoup plus rares sont ceux qui, comme le principal du collège public, se présentent comme les défenseurs des valeurs du monde rural : « Je suis attaché au milieu rural, je me bats depuis que j’étais à l’école normale... ça fait vingt ans que je connais cette zone, je sais qu’il y a des éléments qui ont des possibilités. »

Le milieu enseignant et le milieu rural

  • 20 Cf. les lettres d’institutrices présentées dans D. Delhomme, N. Gault et J. Gonthier, Les première (...)

18Les indications qu’il est possible d’obtenir à partir d’autobiographies, de lettres, de poèmes d’instituteurs des premières générations républicaines montrent que ceux-ci, en particulier les femmes institutrices qu’on a tendance à laisser dans l’ombre, se plaignent très souvent de leur isolement moral au sein des villages. La promotion sociale qu’ils ont obtenue les coupe des milieux populaires et les incite à être prudents dans leurs relations20. La recherche d’une compagnie spirituelle va se traduire par un enfermement du milieu enseignant sur lui-même. Cet enfermement transparaît dans diverses pratiques : “mariages pédagogiques” qui se multiplient vers la fin du siècle, développement de relations avec les collègues des communes voisines au sein d’amicales et d’associations, puis du Syndicat national des instituteurs.

19Parmi les instituteurs du canton de Retiers, nombreux sont ceux qui se plaignent de façon directe ou indirecte de leur solitude. Ainsi M. et Mme F., directeurs des deux écoles publiques de Martigné-Ferchaud et installés de longue date dans la commune : « On n’a pas d’amis ici. Il y a un tel fossé, on ne peut pas discuter avec les gens du point de vue mœurs. » La concurrence des deux écoles et l’absence, jusqu’à une période récente, de structures d’enseignement secondaire y ont renforcé la tendance du corps enseignant à se replier sur lui-même. Il existe encore aujourd’hui un nombre important de “ménages pédagogiques”. Parmi les instituteurs mariés, 10 sur 19 ont un conjoint instituteur ou professeur (souvent P.E.G.C. et ayant débuté dans le primaire). Parmi les hommes, instituteurs ou professeurs, le mariage avec une collègue est encore la norme : 7 sur 10 ont une épouse enseignante.

  • 21 La plupart des instituteurs syndiqués appartiennent à la tendance Unité et Action du S.N. I.-P.E.G (...)

20De même, les liens entre les instituteurs installés depuis quelques années dans la région et entre ceux-ci et leurs collègues devenus enseignants du secondaire “par la petite porte”, restent encore importants malgré la disparition du certificat d’études. De ce point de vue, comme le souligne le principal du collège, l’appartenance syndicale a joué un rôle unificateur important21 : « Il y a toujours eu beaucoup de contacts entre les instituteurs ; moi j’avais plus de contacts quand j’étais moi-même instituteur et Μ. M. [le principal-adjoint du collège] aussi : on se voyait pour le certificat d’études, pour le sport dans le cadre de l’U.S.E.P. (Union sportive de l’enseignement public), pour la pêche. Après, on a fait des réunions C.M.2-6e, mais toujours très informelles, avec la galette-saucisse. Pour les réunions, on venait plutôt en couple comme M. et MmeF. de Martigné, les réunions syndicales se faisaient aussi un peu dans cet esprit. »

21Cependant, pour les instituteurs plus jeunes ce contact a perdu de son importance. Même quand ils partagent les options pédagogiques de leurs collègues plus âgés, ce qui n’est pas toujours le cas, ils cherchent à échapper aux discussions hors du travail portant sur les aspects professionnels et parfois même à toute relation avec ces derniers. Aussi, leur situation de famille et leurs intérêts extra-scolaires n’étant pas les mêmes, il n’est pas étonnant de constater qu’ils occupent différemment leur temps libre. Ces instituteurs demeurent tournés vers les villes, où ils se rendent souvent le mercredi et le week-end pour leurs loisirs. C’est le cas, par exemple, de Mlle C., la jeune directrice célibataire de l’école à deux classes de Thourie, qui a demandé sa mutation dans une petite ville proche et qui quitte la commune aussitôt ses obligations professionnelles accomplies.

L’engagement dans la vie politique

  • 22 A. Prost, Histoire de l'enseignement en France.
  • 23 E. Plenel, L’État et l’école en France.

22L’instituteur du passé, en participant activement à la vie politique de la commune où il enseignait, pouvait espérer y exercer, selon les termes d’A. Prost, “une influence discrète, mais profonde”22. Remplissant souvent la fonction de secrétaire de mairie, il avait accès à de nombreuses informations, jouait un rôle de conseil auprès de la population et pesait sur les décisions des élus locaux. Il ne faudrait cependant pas exagérer l’étendue de ce phénomène. Pour reprendre l’interrogation d’E. Plenel : “Pour un secrétaire de mairie, combien de solitudes ?23” Et de solitudes féminines surtout, car ce mode d’intégration en était un pour les instituteurs, mais pas pour leurs collègues institutrices.

23Dans quelle mesure les changements intervenus dans la composition du corps enseignant et dans les zones rurales elles-mêmes ont-ils modifié ce mode d’intégration à la société locale ?. Dans le canton de Retiers, une évolution s’est amorcée dans deux sens différents selon qu’il s’agisse du chef-lieu ou du reste des communes. Dans la plupart des communes du canton, les instituteurs se tiennent actuellement à l’écart de la vie politique locale. Parmi les “anciens”, certains ont été autrefois membres des conseils municipaux ou secrétaires de mairie, mais au moment de l’enquête, aucun enseignant du secteur public ne détenait de mandat représentatif et seul le directeur de Sainte-Colombe occupait le poste de secrétaire de mairie de sa petite commune. Parmi les instituteurs plus jeunes, aucun ne voulait s’impliquer directement dans les instances politiques du canton.

  • 24 Cf. A Apkarian-Lacoute et P. Vergés, “L’irrésistible ascension des couches moyennes face à l’hégém (...)
  • 25 Sur la liste du maire sortant étaient inscrits le principal du collège public et la directrice du (...)

24Au chef-lieu, en revanche, les enseignants sont relativement nombreux à participer activement à la vie politique, mais les professeurs du collège tendent à y prendre la place des instituteurs. Leur participation est cependant moins le signe d’une intégration au monde des notables locaux que des formes nouvelles d’engagement liées à ce que plusieurs observateurs du changement social localisé ont analysé comme “l’irrésistible ascension des couches moyennes” dans les villes petites et moyennes24. À cet égard, il est significatif de noter qu’actuellement la distribution des enseignants sur les listes électorales à Retiers ne recouvre pas exactement les clivages politiques au niveau national, ni la division traditionnelle entre laïques et catholiques au plan local25.

25Au sein de la municipalité, ces enseignants jouent sans aucun doute un rôle essentiel, bien qu’ils soient minoritaires. Relayés parfois par des “parents d’élèves”, ils constituent une force de proposition dans le domaine éducatif et culturel. La présence du principal du collège au conseil municipal et la constitution de listes électorales réunissant des enseignants du public et du privé contribuent également à apaiser les tensions entre les deux camps. Mais les enseignants ne contrôlent pas (encore ?) véritablement l’appareil municipal et doivent souvent se plier aux décisions des entrepreneurs, des cadres de l’entreprise locale et des agriculteurs qui occupent les postes d’adjoints responsables des différents secteurs et pour qui les problèmes éducatifs ne constituent que rarement une préoccupation majeure.

L’implication dans la vie associative

26Autrefois, la participation des instituteurs à la vie associative était indissociable d’une conception ambitieuse de leur mission. “Artisans du progrès”, leur action visait non seulement l’enfant, mais ses parents et la collectivité toute entière. Elle s’inscrivait aussi dans un cadre local où le maître était bien souvent l’indispensable cheville ouvrière des activités sportives et culturelles pour le reste de la population. Aujourd’hui, dans le canton de Retiers, si ce mode de participation privilégié à la vie des sociétés rurales n’a pas entièrement disparu, on assiste à une évolution très semblable – parce qu’intimement liée – à celle de l’engagement dans la vie politique locale.

  • 26 Certains instituteurs des écoles publiques continuent à organiser le mercredi la pratique de sport (...)

27Comme nous l’avons remarqué au chapitre I, il reste encore des “survivances” de l’implication passée des enseignants dans des activités péri-scolaires qui constituaient l’essentiel des occupations proposées aux enfants en dehors de l’école26. Toutefois, les facteurs mentionnés précédemment : présence de plus en plus nombreuse de femmes, plus grande mobilité du corps enseignant, en plus de l’évolution de la vie sociale – et particulièrement du temps et de l’importance accordés aux loisirs organisés – sont en train de faire disparaître cette forme traditionnelle de contribution des enseignants à l’animation locale. Ce mouvement de repli sur la vie privée et de redéfinition du rôle de l’enseignant est apparent dans toutes les communes, notamment là où les femmes sont majoritaires. Au chef-lieu même, cette tendance est très marquée. Depuis déjà quelques années les instituteurs de l’école primaire publique ne prennent en charge aucune animation sportive ou culturelle de façon régulière.

  • 27 Le principal-adjoint du collège, conseiller municipal, est aussi depuis peu de temps président du (...)

28Comme dans la sphère du politique, ce sont les professeurs du secondaire qui ont pris la relève des instituteurs. Il s’agit d’ailleurs, dans l’ensemble, des mêmes personnes que nous avons évoquées dans la section précédente, l’engagement dans la vie politique et la participation à la vie associative ne concernant dans cet univers réduit qu’une petite “minorité active”27. La participation de ces derniers à la vie associative tend cependant à devenir de plus en plus indépendante de leur enseignement, dans la mesure où c’est dans le cadre de clubs ouverts à l’ensemble de la population et non pas d’activités organisées à l’intention des élèves d’un établissement qu’ils interviennent. Cette implication dans la vie associative, comme dans la vie politique, prend aussi davantage l’allure d’une stratégie pour s’imposer sur la scène locale, ce qui amène ces enseignants à se trouver en concurrence, voire en conflit, avec d’autres familles des classes moyennes, comme c’était déjà le cas dans l’association des parents d’élèves.

LES RAPPORTS AVEC LA POPULATION RURALE

L’opposition silencieuse

  • 28 Cf. J. Ozouf dans Nous, les maîtres d’école : “L’instituteur redoute... de déséquilibrer cette ser (...)
  • 29 V. Isambert-Jamati, “Quelques rappels de l’émergence de l’échec scolaire comme “problème social” d (...)

29Pour les premières générations d’instituteurs laïques à la campagne, la question du rapport avec les parents d’élèves concernait essentiellement la “bonne distance” à maintenir avec les familles28. Il existait entre la famille et l’école une harmonie relative de vues concernant les buts et les moyens de l’action éducative et un partage effectif des tâches de socialisation. Les bouleversements économiques et sociaux de l’après-guerre et l’extension de la scolarité ont profondément altéré cet état de choses. La notion d’“échec scolaire” fait son apparition : “si les façons de faire, les références culturelles, les conduites attendues restent exactement ce qu’elles ont été, une part importante du nouveau public éprouve de telles difficultés qu’elle est rapidement éliminée comme inapte. Non seulement le retard, mais l’“échec” devient un problème social...”29. Et de cet échec, ce sont les familles qui vont être rendues majoritairement responsables.

  • 30 57 % des enseignants évoquent la responsabilité du milieu familial. Il faut toutefois noter qu’un (...)

30Aujourd’hui, à Retiers, plus de la moitié des enseignants qui ont répondu à notre questionnaire estiment qu’il y a dans leurs classes entre un quart et la moitié des élèves qui éprouvent de grosses difficultés. Pour expliquer ce phénomène, beaucoup se contentent d’une formule lapidaire, « le milieu familial » ou « milieu défavorisé »30. Ceux qui ont été plus explicites dans le questionnaire ou dans les entretiens ont surtout évoqué les carences de l’éducation familiale.

  • 31 Cette évolution des pratiques éducatives familiales est analysée par A. Prost dans Histoire généra (...)

31Aux parents agriculteurs et ouvriers, les enseignants reprochent globalement un mode de rapport aux enfants qui ne renforce pas le modèle éducatif de l’école et qui, au contraire, tendrait à le miner. Ils mettent en cause l’absence de communication entre les générations, surtout dans les familles paysannes. Celle-ci engendrerait des enfants « agressifs », « bloqués », inadaptés non seulement au système scolaire mais à la société actuelle en général. Signe du “retard” de ces familles par rapport à l’évolution des pratiques éducatives familiales que les enseignants, à la fois par leur position sociale et par leur fonction, ont été parmi les premiers à épouser31, ce comportement est plus stigmatisé que la pauvreté du langage, l’utilisation du dialecte gallo dans certains “milieux arriérés”, le faible niveau d’instruction des parents ou leurs conditions de vie. Ces éléments apparaissent, certes, comme des obstacles à une bonne scolarité de l’enfant, mais les enseignants adoptent une attitude plus indulgente à leur égard.

32Ce que les enseignants exigent des parents les plus défavorisés, c’est de faire preuve de “bonne volonté” à l’égard de l’école. Cette disposition implique qu’ils assument pleinement leurs responsabilités parentales : instituteurs et professeurs, en particulier les plus âgés d’entre eux, critiquent le « laxisme » des parents et la façon dont ils se déchargent de leurs responsabilités sur les agents de l’institution scolaire : « Si l’école s’occupait des gamins de 7 heures du matin à 9 heures du soir, les parents seraient très contents. » Elle suppose également une valorisation du rôle de l’enseignant et de l’école. Or beaucoup de ces parents, déclarent certains enseignants avec amertume, s’en remettent davantage à la télévision qu’à l’institution scolaire. Le travail des enfants et des maîtres leur est indifférent. Ils en veulent pour preuve, le peu d’intérêt que les familles manifestent pour les devoirs à la maison, pour les notes ou les résultats en fin d’année.

  • 32 En réponse à la question écrite : “Y a-t-il des divergences entre ce que certains parents attenden (...)

33Pour les enseignants plus jeunes, cette indifférence est rendue moins supportable encore par les positions « rétrogrades » des parents vis-à-vis de la transformation des programmes et des méthodes d’enseignement32. De même, leur manque d’ambition concernant le devenir professionnel de leurs enfants leur apparaît comme un dernier signe de leur mépris à l’égard de l’institution scolaire et de ses agents : « Ils n’imaginent pas que leur enfant peut aller faire des études de ceci ou de cela contrairement aux écoles de la première et de la deuxième couronne de Rennes où les nouveaux cadres souhaitent pour leurs enfants de devenir polytechniciens... »

  • 33 Dans le questionnaire, 62 % des enseignants répondent que leurs relations avec les parents sont bo (...)

34L’opposition de nombreux parents aux valeurs et aux exigences de l’école leur semble d’autant plus difficile à combattre qu’elle n’est pas explicite ni bruyante, mais qu’elle constitue, au contraire, une force silencieuse, souterraine, insaisissable. À ce sujet, il faut restituer toute leur ambiguïté à des expressions du type : « On n’a pas tellement d’échos des parents en général.33 » Pour certains enseignants, ce vide est un signe évident des difficultés qu’ils rencontrent à intéresser les parents : « C’est aussi parce que trop de parents ne s’intéressent pas à l’école, ne maîtrisent pas l’idée d’école, qu’il n’y a pas de problèmes... ce n’est peut-être pas forcément positif qu’il n’y ait pas de heurts... » Pour d’autres, il est plutôt un élément positif par rapport aux réclamations des parents dans d’autres zones car il a au moins le mérite de ne pas trop déranger le fonctionnement quotidien de l’établissement, ni l’exercice de l’autorité enseignante.

Des alliés indispensables

35Tous les parents, cependant, ne sont pas égaux devant les enseignants. Quand on évoque avec les instituteurs et les professeurs la question de leurs rapports avec les parents, il faut le plus souvent préciser qu’on désigne ainsi toutes les familles qui ont des enfants à l’école et non pas seulement celles qui, regroupées au sein d’un comité de parents, d’une amicale laïque ou d’une association de parents, sont les seules qui méritent à leurs yeux le statut de “parents d’élèves”. Ces parents constituent encore pour les enseignants interrogés les alliés les plus sûrs pour la défense de l’école. Ils sont perçus comme une force à mobiliser en cas de besoin, comme des porte-parole ayant pour mission d’amplifier et de diffuser les demandes du corps enseignant. Cette vision du rôle des associations de parents d’élèves n’est pas propre au milieu rural, ni au canton de Retiers, mais elle se trouve accentuée ici en raison de la situation critique des écoles des petites communes et de la concurrence entre le secteur public et le secteur privé d’enseignement.

  • 34 L’examen des comptes rendus des réunions de l’association des parents d’élèves des écoles publique (...)
  • 35 Nous avons interrogé les représentants de l’Association des parents d’élèves des écoles publiques (...)

36Dans l’ensemble, les enseignants du canton s’estiment satisfaits de leurs rapports avec ces groupes de parents. Une des raisons principales de cette attitude réside dans le fait que les activités de ces groupes demeurent sous leur contrôle et ne menacent pas vraiment leur autorité sur l’organisation des études, le choix des méthodes ou l’orientation des enfants34 En outre, comme nous l’avons noté au chapitre III, les familles qui font partie de ces groupes ont tendance, en vertu de leur position sociale et de la réussite de leurs enfants à être proches des enseignants dans la condamnation des attitudes et des comportements des autres familles dont les enfants sont “en échec”. Μ. P., représentant de parents d’élèves au C.E.S. en constitue un bon exemple : « La grosse faute vient des parents, tous les enfants ne sont pas pareils et si les parents ne s’en occupent pas... on voit les résultats de ceux qui s’en occupent par rapport à ceux qui ne s’en occupent pas.35 »

37Ces parents prennent souvent la défense des enseignants, qui ne seraient pas responsables des difficultés rencontrées par certains enfants à l’école. Ils limitent leurs interventions critiques à des questions concernant la surveillance des élèves : « Nous, on peut intervenir sur la discipline, sur la façon d’être en classe, de se comporter en classe. » Quand la survie ou le fonctionnement global de l’école est mis en cause, ils peuvent cependant aller plus loin dans l’expression de leur désapprobation : « Maintenant, il y a moins d’enfants à la maternelle, la directrice de la maternelle manque de... il n’y a pas d’ambiance, le nombre des parents était gros qui pensait comme ça, il y a eu des éclats de voix et des parents qui sont partis vers le privé à cause de la directrice, ça fait mauvaise image. »

38On constate, néanmoins, les débuts timides d’une évolution dans le fonctionnement des associations de parents d’élèves du public et du privé à Retiers. Chez leurs représentants, les critiques des autres familles s’accompagnent plus qu’ailleurs d’une évocation des obstacles à un intérêt plus grand des parents pour l’éducation de leurs enfants et à une meilleure participation aux réunions et aux activités organisées par les établissements scolaires : « Du côté des parents, c’est une peur. L’école, c’est quelque chose d’occulte qu’ils ne comprennent pas... il n’y a pas de démission de la part des parents, c’est parce qu’ils ne sont pas informés. » Cela leur permet de revendiquer une fonction d’intermédiaires entre les enseignants et les parents plus démunis : « On veut essayer de multiplier les contacts, on se sent le porte-parole des parents... on essaie de les informer, chaque compte rendu des réunions est distribué aux familles depuis l’année dernière. »

39Ces représentants des parents se trouvent ainsi amenés à franchir une étape dans la mise en cause du corps enseignant en leur reprochant de ne pas donner suffisamment d’informations aux parents, ni à eux-mêmes, ni aux autres familles : « Les enseignants pourraient dialoguer avec les parents... il faudrait que les enseignants essayent de dire aux parents pourquoi on fait ceci ou cela, expliquer les programmes. Ça pourrait intéresser un certain nombre de parents... » Cette demande d’une plus grande transparence vis-à-vis des familles peut résumer, pour certains, l’extrême limite de ce que les parents sont en droit d’exiger des enseignants sur leurs choix pédagogiques, mais pour d’autres, comme pour le jeune médecin président de l’association des écoles publiques, cela pourrait être le début d’un dialogue entre les enseignants et les parents, par lequel ces derniers pourraient exprimer leurs opinions et influer sur les choix pédagogiques.

Adversaires ou partenaires ?

40Si pendant longtemps les maîtres d’école ont été à la merci des autorités locales qui assuraient leur recrutement, supervisaient leurs activités dans l’école et dans la commune, et pouvaient les renvoyer selon leur bon vouloir, la mise en place d’un service public d’éducation a garanti aux instituteurs de la République et à leurs successeurs une indépendance quasi totale vis-à-vis de celles-ci. Contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, par exemple en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, les enseignants dépendent exclusivement des autorités éducatives nationales et académiques pour tout ce qui concerne leur carrière. Ce qui ne veut pas dire que les rapports entre les élus locaux et les enseignants soient sans importance, et ce d’autant moins actuellement que la décentralisation a contribué à accroître le champ d’intervention des différentes instances politiques et administratives locales dans le domaine éducatif.

41En outre, les municipalités n’ont jamais cessé de jouer un rôle essentiel pour les écoles primaires, puisqu’elles sont propriétaires des locaux et doivent attribuer une certaine somme par élève pour les fournitures scolaires. De leur richesse bien évidemment, mais également de leur générosité et de leur intérêt pour l’éducation des enfants, dépend aussi en grande partie la mise en place de différents services : transports, cantines, garderies péri-scolaires et la réalisation de sorties et de diverses manifestations à l’école.

42Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer ailleurs les facteurs qui ont contribué depuis longtemps à empoisonner les rapports entre les enseignants du public et les municipalités dans la plupart des communes du canton de Retiers. Aujourd’hui encore, en réponse à une question écrite, presqu’un tiers des enseignants estime ses relations avec les autorités locales “difficiles”, un autre tiers fait état de peu ou pas de relations. Dans les entretiens aussi, les autorités municipales sont l’objet de nombreuses critiques. La plupart d’entre elles peuvent se résumer dans deux formules : « les municipalités favorisent les écoles privées » et « les municipalités se désintéressent de tout ce qui concerne l’éducation des enfants. »

  • 36 Outre les enseignants ou les parents interrogés en tant que tels, mais qui ont des fonctions aux d (...)

43De leur côté, les autorités municipales se plaisent à se présenter actuellement comme les garantes de l’égalité scolaire, du fait qu’elles accordent la même somme par enfant aux élèves des deux écoles pour les fournitures, pour les sorties et les classes transplantées, que tous – dans les communes plus importantes – bénéficient des mêmes prestations : cantines municipales, transports scolaires36. Nous ne nous attarderons pas ici sur la question des moyens par lesquels elles favorisent en réalité souvent les écoles privées. Il nous semble plus pertinent par rapport au problème qui nous occupe ici, de souligner le fait qu’elles acceptent toutes de se cantonner dans ce rôle unique de bailleur de fonds.

44On note certes qu’à titre personnel les conseillers municipaux peuvent être très critiques de l’enseignement et des maîtres et évoquer des changements souhaitables : « Il faut qu’il y ait des maîtres et des maîtresses plus réguliers, plus dévoués, maintenant ça se fait d’une façon très fonctionnaire » ; « si certains élèves sont des cancres, c’est parce qu’ils sont l’objet de l’abandon du milieu familial et des enseignants. » Néanmoins, les municipalités, en tant qu’institution, ne font pas de propositions dans le domaine éducatif, se contentant le plus souvent d’accepter ou de rejeter les demandes de l’académie ou des enseignants. Le pouvoir de ces derniers sur ce qui concerne l’organisation de l’enseignement n’est pas mis en cause.

Des intrus dans l’espace éducatif

  • 37 Pour l’importance prise par l’orientation dans le système éducatif français, voir A. Prost, “L’éme (...)

45Si l’instituteur en milieu rural a pendant longtemps pris en charge à lui seul tout ce qui avait trait à la scolarité des enfants avec comme seuls collaborateurs les parents de ses élèves et les pouvoirs locaux, les changements introduits dans le système éducatif par les réformes des années soixante et soixante-dix ont entraîné l’émergence de nouveaux spécialistes de l’éducation. D’une part, au vu de l’importance prise par le choix des filières dans l’enseignement secondaire, le conseiller d’orientation a fait son apparition, chargé de la délicate mission de concilier les souhaits des élèves et des familles avec l’offre locale de formation37. D’autre part, l’exigence que tous les enfants atteignent un certain niveau de formation a eu pour conséquence la constitution de groupes professionnels devant travailler à “réadapter” ceux dont les performances s’écartaient des nouvelles normes scolaires : instituteurs spécialisés, psychologues scolaires, rééducateurs.

46Dans le canton de Retiers, ces spécialistes sont venus sur le tard et ne jouent encore qu’un rôle modeste. Au collège public, la conseillère d’orientation ne passe qu’une demi-journée par semaine. Un G.A.P.P. pour tout le canton n’a été mis en place qu’à la rentrée 1982. On peut cependant d’ores et déjà remarquer que l’accueil que les enseignants ont réservé à ces autres “professionnels de l’éducation” est ambigu. D’un côté, ils se réjouissent d’avoir à leur côté des experts face à une population scolaire dont les difficultés dépassent, à leur avis, les limites de leur capacité de travail et de leur formation. D’un autre côté, certains enseignants, en particulier les mieux implantés dans le canton, se révèlent dans la pratique fort réticents à laisser d’autres personnes s’immiscer entre eux et les élèves ou leurs familles. Par leur statut hybride, mi-enseignants, mi-travailleurs sociaux, celles-ci remettent en cause la spécificité de la fonction enseignante. Les enseignants envient également la souplesse des horaires, le contact individualisé avec les enfants et la plus grande marge de liberté vis-à-vis des autorités hiérarchiques qui caractérise leur travail.

  • 38 Le domaine d’action de ceux-ci n’implique pas nécessairement des liens étroits avec l'institution (...)

47Quant aux travailleurs sociaux eux-mêmes, s’ils jouent un rôle de plus en plus important vis-à-vis d’une large fraction de la population, ils ne sont pas reconnus par les enseignants de la zone comme des “partenaires” dans l’action éducative38. Les instituteurs, surtout les plus anciens dans le secteur, les connaissent et demandent leur intervention dans des cas précis, mais ils n’estiment pas nécessaire de les consulter, ne ressentant pas le besoin d’intermédiaires pour se faire une idée du milieu familial ou de la manière d’approcher les parents. Les instituteurs en place depuis peu de temps, souvent les plus distants socialement de la population locale, comme la directrice de l’école maternelle de Retiers, auraient plus tendance à vouloir utiliser les travailleurs sociaux comme relais entre eux et la population, mais ils ne les connaissent pas bien et ne cherchent pas activement à les rencontrer.

  • 39 Nous avons pu rencontrer toutes les assistantes sociales du secteur (quatre dépendant de la Caisse (...)

48De leur côté, les assistantes sociales font part d’une demande importante des familles pour qu’elles jouent un rôle de médiateurs auprès des enseignants et des établissements éducatifs, rôle qu’elles écartent parce qu’en dehors de leur domaine d’action39 : « On est souvent obligé de refuser de faire certaines choses, les parents ont tendance à s’appuyer sur nous vis-à-vis du C.I.O. par exemple. Quand il y a des problèmes avec l’école, je dis aux pères de prendre l’initiative, d’aller voir l’enseignant. Il ne faut pas mélanger les rôles enseignantstravailleurs sociaux. » Cela ne veut pas dire qu’elles ne se sentent pas investies d’une fonction éducative et qu’elles n’aient pas de projets dans ce domaine mais elles hésitent, pour diverses raisons, à franchir les frontières scolaires.

  • 40 Parmi les personnes interrogées, seul le responsable de la P.A.I.O. met directement en cause les e (...)

49Il faut souligner que la vision des familles populaires chez tous ces intervenants est dans l’ensemble assez semblable à celle des enseignants qu’ils rejoignent dans leurs critiques des effets négatifs du “milieu familial” et avec qui ils compatissent : « Les parents démissionnent, c’est l’opinion des instits et la mienne aussi. Même les inspecteurs reconnaissent que les instits font beaucoup. Ils ont des crises de personnalité, ils doivent suppléer les parents, ce qu’ils refusent. » Ce qui semble les séparer des enseignants, sur le plan des représentations, c’est une connaissance souvent plus directe des conditions de vie des familles et le souhait d’une prise en charge plus globale de l’enfant par différents groupes et institutions. Ce souhait correspond à une perception de l’“échec scolaire” qui tient compte de ses origines sociales et économiques autant que scolaires ou familiales, mais il répond aussi à un désir de revalorisation de leur fonction aux yeux des enseignants et de la société locale en général40.

Coexistence ou coopération ?

  • 41 Nous avons interrogé les responsables de tous les équipements et de toutes les associations de Ret (...)

50Parmi les groupes qui s’occupent des enfants et des jeunes, une dernière catégorie mérite d’être citée. Il s’agit des responsables et des animateurs de diverses associations41. Un peu plus du quart des enseignants déclarent dans le questionnaire avoir de bons rapports avec eux. Toutefois, la plupart des instituteurs et des professeurs envisagent ce rapport sur un plan personnel. S’ils considèrent que les activités de certaines de ces associations sont bénéfiques aux enfants – et la preuve en est que les enfants d’enseignants constituent une fraction importante de leur public – ils ne cherchent pas, en tant que professionnels, à développer les contacts avec les associations.

51Les responsables des associations plus anciennes, souvent créées ou prises en charge par les instituteurs, ressentent négativement le désengagement de ces derniers de la vie associative, mais ils n’envisagent pas de développer de nouveaux liens avec les écoles. Au contraire, dans certains cas, l’autonomie vis-à-vis de l’institution scolaire est souvent présentée comme le gage d’un recrutement plus large par le dépassement des clivages entre laïques et catholiques et d’un meilleur fonctionnement. Ainsi, à la question « Quelles sont vos relations avec les écoles ? », la responsable de Famille Rurale, qui organise une “ruche” pour les loisirs des enfants pendant les vacances, répond de la façon suivante : « Ça, c’est mon grand souci ; je suis native de Retiers et j’ai une étiquette, j’ai une fille au C.E.S. et deux garçons au privé. On a deux ou trois enfants du public qui viennent à la Ruche, mais les gens ne regardent que la personne qui est à la tête, si elle envoie les enfants à l’école publique ou à l’école libre, ils ne cherchent pas les motivations profondes. »

52Les associations plus récentes souffrent moins de ces divisions. A Retiers, l’association “Arts et Loisirs” fréquentée majoritairement par des enfants des classes moyennes propose des activités destinées à “éveiller” les enfants et à ajouter un vernis culturel à leur éducation, des filles en particulier, par des leçons de danse ou de piano. Dans l’esprit de la plupart des parents et des responsables eux-mêmes, son action apparaît comme complémentaires par rapport à celle de l’école, mais ces derniers n’ont pas de projet éducatif explicite et ne cherchent nullement à élargir les contacts avec les enseignants. Il n’y a pas actuellement de concurrence entre ces groupes et les enseignants, mais pas non plus de coopération effective. On peut plutôt qualifier leur relation de coexistence pacifique fondée sur un souhait réciproque d’indépendance.

***

  • 42 Voici la façon dont ces enseignants sont décrits par les autorités académiques : « Beaucoup sont d (...)

53Au terme de cette analyse, il nous paraît utile, pour résumer la présentation des éducateurs en milieu rural, d’en caractériser deux types idéaux en fonction des éléments que nous avons mentionnés. Le premier est un instituteur ou un ancien instituteur d’âge mûr et d’extraction populaire, ayant effectué la totalité ou la plus grande partie de sa carrière dans le canton. D’origine rurale ou rural par adoption, il connaît bien le milieu et s’y est intégré en participant activement à la vie politique et associative tout en gardant des liens étroits avec ses collègues enseignants. Il est respecté par les familles dont il dirige ou a dirigé les activités au sein d’associations qui ont pour but principal la défense de l’école publique. Il se bat avec elles pour obtenir un meilleur traitement de la part des municipalités, mais n’admet pas facilement que d’autres groupes viennent s’immiscer entre lui et les parents d’élèves. Cet éducateur symbolise la continuité avec le passé. Il joue encore un rôle central dans l’espace local, mais il s’agit, si l’on peut dire, d’une espèce en voie de disparition42. De ce fait, il serait hasardeux de bâtir une politique de transformation de l’école en tenant compte exclusivement de ses qualités et de ses défauts.

54Le deuxième type est une institutrice ou une femme maître-auxiliaire au collège. Jeune, issue des classes moyennes et célibataire, elle est depuis peu à son poste et pas encore titulaire. Soumise aux décisions administratives, mais ne souhaitant pas elle-même rester dans les établissements du canton, elle n’y enseignera que deux ou trois ans, tout au plus. Son horizon c’est la ville, où elle passe la plupart de son temps libre. Elle a des rapports cordiaux avec ses collègues enseignants et avec les personnes de la commune qu’elle a l’occasion de rencontrer dans le cadre de ses fonctions ou de sa vie quotidienne, mais ne cherche pas à participer aux activités politiques ou associatives au sein de la localité où elle exerce. Avec les parents et la municipalité, elle entretient peu de relations, puisque c’est souvent le directeur de l’établissement qui s’occupe des affaires qui les concernent. Ce type d’enseignant tend actuellement à devenir majoritaire dans le canton. Il est donc nécessaire de s’interroger sur les modalités à travers lesquelles il pourrait contribuer à transformer l’école.

Notes

1 M. Mead, The School in American Culture.

2 Nous reprenons ici le titre, “mythes laïques”, d’un chapitre de l’ouvrage d’E. Plenel, L’État et l’école en France, et quelques-unes des idées qui y sont exposées.

3 L’importance des luttes scolaires dans la zone que nous étudions exige toutefois qu’on apporte quelques modifications à cette image de l’instituteur d’autrefois et à son homologue contemporain. C’est ce que nous essayons de faire dans ce chapitre.

4 J. Ozouf, Nous, les maîtres d’école ; F. Muel, “Les instituteurs, les paysans et l’ordre républicain”.

5 Nous avons obtenu des réponses de 29 instituteurs (sur 35 qui enseignent dans les écoles publiques du canton) et de 8 professeurs de secondaire (sur 31 qui enseignent au collège public de Retiers en 1983-1984).

6 Sur ces 27 instituteurs, 5 ont des pères artisans ou commerçants, 7 des pères employés, 6 des pères exerçant ou ayant exercé une profession intermédiaire, dont un instituteur, et 2 un père cadre. On trouve également 5 enfants d'ouvriers et 2 enfants d’agriculteurs. Parmi les 14 instituteurs âgés de 30 ans et plus, 8 ont des pères artisans/employés et 5 des pères ouvriers/agriculteurs. Sur 11 instituteurs de moins de 30 ans, 4 ont un père exerçant une profession intermédiaire et 1 un père cadre. Parmi les 8 instituteurs hommes, 2 ont un père ouvrier et 5 un père artisan, commerçant ou employé. Chez les institutrices, en revanche, on en trouve 7 sur 19 qui ont un père exerçant une profession intermédiaire ou cadre. Un tiers des instituteurs (hommes et femmes) sont célibataires. Parmi les 19 qui sont mariés, 12 conjoints exercent une profession intermédiaire, 3 sont artisans, 3, employés et un seul, agriculteur. Pour des comparaisons avec un échantillon plus large, voir I. Berger, Les instituteurs d’une génération à l’autre.

7 Sur les 8 professeurs qui ont répondu au questionnaire, il y a 5 hommes et 3 femmes. Sur l’ensemble de l’établissement, on trouve 15 hommes et 14 femmes toutes catégories confondues, avec une plus forte proportion d’hommes chez les P.E.G.C. Parmi les 6 qui ont répondu aux questions concernant leur position sociale, 2 ont un père ouvrier, 1 un père artisan, 2 un père exerçant une profession intermédiaire et 1 un père cadre. Deux ont un conjoint employé et 4 un conjoint exerçant une profession intermédiaire. Concernant l’origine et la position sociale des professeurs, voir H. Desbrousses, Instituteurs et professeurs, J.-M. Chapoulie, Les professeurs d'enseignement secondaire et A. Léger, Enseignants du secondaire.

8 Suivant la terminologie élaborée par R. Park et ses disciples. Voir à ce sujet les textes réunis et commentés par Y. Grafmeyer et I. Joseph dans L’École de Chicago et le chapitre “Ethnographes à Chicago” du livre d’U. Hannerz, Explorer la ville.

9 G. Simmel, “Digressions sur l’étranger”.

10 F. Muel, “Les instituteurs, les paysans et l’ordre républicain”, p. 55.

11 R. Thabault, Mon village.

12 L. Bernot, R. Blancard, Nouville, un village français, p. 43 ; L. Wylie, Village dans le Vaucluse, p. 86.

13 L'analyse du taux de rotation par année dans les écoles publiques montre qu'un peu plus du tiers du personnel a changé aux rentrées scolaires de 1980 et 1981 et 20 % à celles de 1982 et de 1983. La situation est cependant assez différente suivant les établissements. Le personnel est assez stable à Martigné-Ferchaud et dans les communes de taille moyenne : Coësmes, Le Theil. A Retiers, en revanche, le mouvement est important. Dans les écoles à deux classes de Marcillé-Robert, Thourie et Sainte-Colombe, la situation-type est la suivante : le directeur reste et l’autre enseignant, le plus souvent un normalien ou un non-titulaire, change chaque année ou presque. Dans le secteur privé, la situation selon les communes est assez semblable, mais le personnel est plus stable dans les écoles de Retiers.

14 Pour les maîtres auxiliaires, il y a eu 10 départs pour 22 postes entre 1977 et 1983, pour les P.E.G.C., 10 départs pour 89 postes et pour les certifiés, 2 départs pour 47 postes.

15 « La singularité du logement et l’exemplarité en matière de jardinage imposées par l’organisation matérielle de la maison d’école – “logement de fonction” – qui doit être une “maison de verre” contribuent à maintenir l’instituteur dans le respect de la “juste” distance en matière de relations sociales. » F. Muel, “Les instituteurs, les paysans et l’ordre républicain”, p. 49.

16 R. Merton Eléments de théorie et de méthode sociologique.

17 F. Muel “Les instituteurs, les paysans et l’ordre républicain”.

18 Dans le village de Plozévet, “pour parler des élèves, l’inspecteur ou l’instituteur, apôtre anticlérical, retrouve les accents du père Maulnoir qui sillonait la Bretagne au XVIIe siècle, apportant les lumières de la religion à des campagnes ensauvagées... Son élan missionnaire et son rationalisme dogmatique lui permettent de piétiner avec bonne conscience la culture rustique que les petits Plozévetiens apportent avec eux”. A. Burguière, Bretons de Plozévet, p. 304.

19 En milieu rural, nous nous sommes entrenue avec les personnes suivantes appartenant au secteur scolaire :
Autorités académiques : chargé de mission Z.E.P. auprès du recteur, chef de mission à la M.A.F.P.E.N., inspecteur d’Académie, I.D.E.N.-adjoint auprès de l’inspecteur d’académie, I.D.E.N. chargé du secteur de Retiers, conseiller pédagogique pour la musique auprès de l’I.D.E.N.
Personnel de l’enseignement secondaire : directrice du C E.R.P de Retiers, principal et principal-adjoint du C.E.S public de Retiers, professeurs, surveillants et élèves du collège public de Retiers.
Personnel des écoles primaires et maternelles : directeurs des écoles publiques primaires et maternelles de toutes les communes, directeurs des écoles primaires et maternelles privées de Retiers, plusieurs instituteurs, représentants du S.N.I.

20 Cf. les lettres d’institutrices présentées dans D. Delhomme, N. Gault et J. Gonthier, Les premières institutrices laïques.

21 La plupart des instituteurs syndiqués appartiennent à la tendance Unité et Action du S.N. I.-P.E.G.C.

22 A. Prost, Histoire de l'enseignement en France.

23 E. Plenel, L’État et l’école en France.

24 Cf. A Apkarian-Lacoute et P. Vergés, “L’irrésistible ascension des couches moyennes face à l’hégémonie communiste”. L’implication des enseignants dans la vie politique locale y est brièvement analysée. Voir aussi les autres articles publiés dans Sociologie du travail, no 2, 1983, et l’article de synthèse de M. Jollivet, “Le développement local, mode ou mouvement social ?”

25 Sur la liste du maire sortant étaient inscrits le principal du collège public et la directrice du CERP, qui ont tous les deux été élus. Sur la deuxième liste, que nous avons ailleurs appelée “moderniste”, nous trouvons le principal adjoint du collège, une institutrice du privé et un instituteur de l’école publique. Seuls les deux premiers ont été élus. Deux professeurs du collège se trouvaient sur une liste de gauche proche du Parti socialiste. Aucun des représentants de cette liste n’a été élu.

26 Certains instituteurs des écoles publiques continuent à organiser le mercredi la pratique de sports pour les enfants (essentiellement football, basket-ball et dans quelques communes volley-ball) et des matches le samedi dans le cadre de l’U.S.E.P. Les enseignants des écoles privées, avec la collaboration de parents et d’autres bénévoles, encadrent également des activités sportives et culturelles.

27 Le principal-adjoint du collège, conseiller municipal, est aussi depuis peu de temps président du club de tennis, et un professeur, déjà président du club de football laïque, est resté à cette fonction dans le nouveau club de football qui réunit le club laïque et le club catholique. Une enseignante du collège contribue à l’organisation des activités de l’association Arts et Loisirs et son mari dirige, pour les élèves du C.E.S. uniquement, des répétitions en vue de la présentation d'une pièce de théâtre en fin d’année. Ce dernier fait aussi partie, avec le président du club de football, de l’association créée autour de la liste de gauche aux élections municipales de 1982, dont le but est de promouvoir le développement économique et culturel du canton.

28 Cf. J. Ozouf dans Nous, les maîtres d’école : “L’instituteur redoute... de déséquilibrer cette sereine égalité que l’école laïque promet à tous ses élèves. Il ne faut donc dans le village élire aucune famille. Il ne faut pas trop parler, ni du reste parler trop peu”.

29 V. Isambert-Jamati, “Quelques rappels de l’émergence de l’échec scolaire comme “problème social” dans les milieux pédagogiques français” p. 162.

30 57 % des enseignants évoquent la responsabilité du milieu familial. Il faut toutefois noter qu’un enseignant sur cinq ne mentionne que des facteurs individuels : l’absence de “dons”, le manque de motivation ou d’effort de la part des élèves. Sur ce point, des éléments de comparaison peuvent être trouvés dans l’enquête de J.-P. Bourgeois sur les instituteurs d’un département rural : J.-P. Bourgeois, “Comment les instituteurs perçoivent l’échec scolaire” et “Les instituteurs et l’échec scolaire”.

31 Cette évolution des pratiques éducatives familiales est analysée par A. Prost dans Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, tome IV. “L’école et la famille dans une société en mutation” et par M. Segalen, Sociologie de la famille.

32 En réponse à la question écrite : “Y a-t-il des divergences entre ce que certains parents attendent de l’école et vos propres conceptions ?”, presque la moitié des enseignants répond par l’affirmative. Invités à expliciter la nature de ces divergences, la moitié d’entre eux a choisi de ne pas répondre. Les autres évoquent le fait que les familles se déchargent de leur rôle éducatif sur les maîtres (7 mentions), qu’elles insistent trop sur les apprentissages de base et n’apprécient guère les innovations ni les sorties (5 mentions) qu’elles voudraient que les enseignants inculquent trop de connaissances, trop vite (4 mentions).

33 Dans le questionnaire, 62 % des enseignants répondent que leurs relations avec les parents sont bonnes et 27 % qu’elles sont très bonnes.

34 L’examen des comptes rendus des réunions de l’association des parents d’élèves des écoles publiques montre que sur un total de 33 questions traitées au cours de l’année 1983-1984, 26 soit plus des 2/3 concernent le fonctionnement administratif de l’école et l’organisation matérielle de sorties et d’activités d’animation. Très peu de discussions ont porté sur des sujets tels que le rôle du G.A.P.P. ou les contacts enseignants-parents.

35 Nous avons interrogé les représentants de l’Association des parents d’élèves des écoles publiques (A.P.E.E.P.), de l’Association des parents d’élèves des écoles libres (A.P.E.L.) et de l’association des Parents d’élèves des Écoles Publiques (P.E.E.P.), ainsi qu’un des représentants des parents d’élèves au conseil d'administration du col lège public de Retiers.

36 Outre les enseignants ou les parents interrogés en tant que tels, mais qui ont des fonctions aux différents conseils municipaux, nous nous sommes entretenue avec le maire et trois conseillers municipaux de Retiers et avec le maire de Martigné-Ferchaud. Nous avons rencontré aussi les secrétaires de mairie de toutes les communes du canton.

37 Pour l’importance prise par l’orientation dans le système éducatif français, voir A. Prost, “L’émergence du système de formation français” et “L’échec scolaire : usage social et usage scolaire de l’orientation”. Un ouvrage présente les mécanismes à l’œuvre actuellement dans ce processus : M. Duru-Bellat, Le Fonctionnement de l’orientation.

38 Le domaine d’action de ceux-ci n’implique pas nécessairement des liens étroits avec l'institution scolaire mais, comme le souligne F. Muel, s’agissant d’une profession “molle”, le travail social est susceptible d’interprétations et de réinterprétations individuelles constantes. F. Muel-Dreyfus, Le métier d’éducateur.

39 Nous avons pu rencontrer toutes les assistantes sociales du secteur (quatre dépendant de la Caisse d’allocations familiales et une de la Mutualité agricole), le responsable de la Permanence d’Accueil, Information et Orientation (P.A.I.O.) pour le secteur de Vitré, le secrétaire de circonscription pour l’enseignement spécialisé et avoir de multiples échanges avec la conseillère d’orientation du collège, le psychologue scolaire et la rééducatrice du G.A.P.P.

40 Parmi les personnes interrogées, seul le responsable de la P.A.I.O. met directement en cause les enseignants et critique le fonctionnement de l’institution scolaire.

41 Nous avons interrogé les responsables de tous les équipements et de toutes les associations de Retiers s’adressant aux enfants et aux jeunes de la commune.

42 Voici la façon dont ces enseignants sont décrits par les autorités académiques : « Beaucoup sont des gens dévoués à leur métier, de bons instits de la Troisième République qui ne partent pas à quatre heures, ce ne sont peut-être pas des aigles, mais ce sont des gens du pays. »

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search