Version classiqueVersion mobile

L'École et l'espace local

 | 
Agnès Henriot-van Zanten

Première partie. L'école et l'environnement local

Chapitre II. L’école dans les quartiers populaires de la ville

Texte intégral

  • 1 Dans On est tous dans le brouillard, C. Pétonnet définit de façon semblable la population de la ba (...)

1Si les quartiers populaires et les établissements scolaires que nous avons choisis pour notre étude en milieu urbain ont quelque chose en commun, c’est d’abord leur mauvaise image de marque auprès des habitants des communes où ils se trouvent et de la population de la région en général. Cette image se construit à partir de ces éléments disparates et stéréotypés – H.L.M., étrangers, “cas sociaux”, “échec scolaire”, délinquance juvénile – dont l’amalgame forme le tableau désormais classique que présentent les médias des banlieues populaires des grandes villes et des établissements “à problèmes”. On ne peut, certes, considérer ces quartiers comme des aires naturelles. L’hétérogénéité prédomine quant aux origines et aux modes de vie des habitants et ils ne constituent nullement un cadre suffisant pour décrire les activités de ces derniers, à l’exception peut-être des jeunes enfants. Toutefois, la perception négative que la société porte sur eux et sur leurs écoles contribue à leur donner une certaine unité dont nous essayons ici d’explorer les limites1.

URBANISATION ET SCOLARISATION

Croissance urbaine et expansion scolaire

  • 2 Dans un livre publié en 1945, l’auteur pouvait encore écrire : “Dijon est une ville sans banlieue. (...)

2Les quartiers que nous étudions dans ce travail doivent leur apparition au développement de la ville de Dijon. Ils font partie de deux communes, Chenôve et Longvic, naguère encore rurales et aujourd’hui totalement intégrées à l’agglomération dijonnaise2. Ces deux communes ont toutefois connu des destins différents. Chenôve, qui a plus de 19.000 habitants, est aujourd’hui la troisième ville de la Côte d’Or. Longvic, avec ses 8.000 résidents, n’occupe que la vingt-et-unième place parmi les communes urbaines du département. Les nouveaux quartiers n’ont pas tout à fait altéré son allure de petite ville paisible.

  • 3 R. Vachon, Chenôve d'hier, 1900-1962, Dijon, Massebeuf, 1980.

3L’extension de Chenôve a commencé à la fin de la première guerre mondiale avec le développement du réseau ferroviaire et l’apparition d’un quartier de cheminots. Pendant la première moitié du siècle, l’opposition entre ce nouveau quartier, appelé “Chenôve-le-bas”, et “Chenôve-le-haut”, le vieux village peuplé essentiellement de vignerons, de petits artisans et de commerçants, a joué un rôle central. La première école “en dur” de la commune a été construite avec la mairie en 1841. L’enseignement était dispensé par des religieuses de 1853 à 1888, date à laquelle l’école a été laïcisée. Avec l’apparition du quartier de Chenôve-le-bas, une deuxième école est devenue nécessaire pour accueillir une population enfantine nombreuse. Elle a été construite en 1931 et dotée d’une école maternelle en 1955. L’ancienne école du bourg a fonctionné jusqu’en 1938, puis elle a été remplacée par une nouvelle école-mairie située entre le bourg et le quartier du bas, au milieu des vignes et des vergers3.

  • 4 A.G.I.U.D. (Agence intercommunale d’urbanisme du district de l’agglomération dijonnaise) “Commune (...)

4Longvic aussi a commencé à changer de visage au début de ce siècle. Petite commune de 1000 habitants vouée à l’agriculture, fortement morcelée par le canal de Bourgogne et les voies ferrées, l’installation d’un centre d’aviation militaire sur son territoire a contribué à l’accroissement de sa population et au développement de liens plus étroits avec Dijon. De cette période date aussi le deuxième pôle urbain de la commune, le quartier de Longvic-parc, situé à la lisière de Dijon. Jusqu’à la deuxième guerre mondiale, toutefois, une seule école a accueilli les enfants de la commune dans l’ancien bourg. Ceux du quartier du parc étaient scolarisés à Dijon4.

  • 5 M. G. Ganat, “Dijon, une agglomération qui se transforme”, Dimensions, no 9, mai-juin 1979.

5À partir de la fin des années cinquante, le processus d’urbanisation s’est accéléré dans les deux communes. À cette époque, les besoins en logements de l’agglomération dijonnaise étaient estimés à plus de 1800 unités par an. Cette forte demande résultait de la conjonction de plusieurs phénomènes : l’exode rural et l’explosion démographique, mais aussi le rapatriement des Français d’Afrique du nord et l’immigration de main d’œuvre étrangère. Elle était également la conséquence d’évolutions sociales caractérisées par la séparation des générations et l’apparition de nouvelles normes de confort5. Pour faire face à cette demande, Dijon devait s’étendre au delà de ses faubourgs. Les autorités locales ont alors cherché à se débarrasser de la population la plus démunie en encourageant le développement de l’habitat social dans de nouveaux quartiers et dans les communes voisines.

  • 6 A.G.I.U.D. “Vivre et habiter à Chenôve. Opération Habitat et Vie Sociale”, dossier définitif, juin (...)

6En 1958, un avant-projet portant sur 65 hectares et 5000 logements a été adopté par le conseil municipal de Chenôve. En 1960, le plan-masse a été approuvé et la Z.U.P. (Zone à Urbaniser en Priorité) a été officiellement agréée par le ministère de la Construction. Entre Chenôve et Dijon, sur 1,5 km de long et 0,75 km de large, 4320 logements ont été construits, dont 3034 logements H.L.M. locatifs, 1031 logements collectifs privés en accession à la propriété et 255 logements individuels également en accession à la propriété. L’ensemble a été définitivement achevé en 19736. Six groupes scolaires primaires, sept écoles maternelles, deux collèges et un L.E.P. ont été construits en même temps que les immeubles du nouveau quartier. Tout autant que l’apparition des tours de béton, la mise en place de locaux préfabriqués pour loger à la hâte maîtres et élèves, témoigne bien du bouleversement subi par la commune en une dizaine d’années.

  • 7 A.G.I.U.D. “Commune de Longvic. Étude urbaine”, op. cit.

7A Longvic, le paysage s’est modifié de façon plus progressive jusqu’en 1975. Au milieu des années cinquante, à la suite du développement des anciennes installations de navigation aérienne, un quartier regroupant des pavillons et des immeubles collectifs affectés aux militaires de la base a vu le jour, ainsi qu’une autre cité située au nord de la ville. A cette même époque a été décidée la mise en place d’une zone industrielle de 400 hectares, la plus importante de l’agglomération. Les premières entreprises ont commencé à fonctionner en 1958. De nombreux quartiers nouveaux sont apparus par la suite entraînant le développement du réseau scolaire, mais à une échelle plus réduite qu’à Chenôve. Les anciennes écoles de garçons et de filles du bourg ont été relogées dans des préfabriqués. Un nouveau groupe primaire et une école maternelle ont été construits au nord de la commune, et une autre maternelle dans la cité des militaires. En 1975, au moment de la mise en place d’une Z.A.C. (Zone d’Aménagement Concerté), un dernier groupe primaire et deux écoles maternelles ont vu le jour7.

LA Z.U.P. DE CHENOVE

LA Z.U.P. DE CHENOVE

L’habitat et le réseau scolaire aujourd’hui

  • 8 A.G.I.U.D. “Ville de Chenôve. Opération Habitat et Vie Sociale”, synthèse préliminaire au pré-doss (...)
  • 9 A.G.I.U.D., “Vivre et habiter à Chenôve”, op. cit.

8La Z.U.P. de Chenôve, qui constitue notre principal terrain d’étude, apparaît encore aujourd’hui comme une véritable “ex-croissance” anormale de la commune8. Mal intégrée à la ville sur le plan architectural, elle est aussi isolée du reste de la commune par des voies de communication qui la relient à Dijon, sauf sur son flanc sud où les limites se font plus floues. L’ensemble n’a pas d’échelle, ni d’harmonie. Le manque d’organisation interne est renforcé par la concentration d’immeubles d’aspect identique et par le manque d’espaces verts et de pôles d’animation. Cependant, depuis 1978, la municipalité, avec l’aide des instances départementales et régionales et de l’État, a lancé une ambitieuse initiative de rénovation de cette zone dans le cadre d’une opération H.V.S. (Habitat et Vie Sociale). Les actions retenues concernent l’amélioration du cadre bâti, des voies de circulation et des espaces de stationnement, l’aménagement d’espaces libres et le développement d’une politique d’action sociale et socio-culturelle9.

L’AGGLOMERATION DIJONNAISE

L’AGGLOMERATION DIJONNAISE
  • 10 En 1984, la commune compte six groupes scolaires composés de deux écoles primaires et une maternel (...)

9L’équipe municipale en place actuellement porte aussi un grand intérêt au bon fonctionnement des établissements scolaires. Malgré l’ancienneté ou la mauvaise qualité du bâti, les écoles – quatorze écoles élémentaires et neuf maternelles – sont en bon état, grâce à un entretien régulier, et bien équipées10. De nombreux services sont offerts aux parents, aux enfants et aux enseignants : des restaurants scolaires municipaux, un service d’accueil péri et post-scolaire pris en charge par des animateurs diplômés, un bus municipal à la disposition des écoles pour les sorties. En outre, l’infrastructure sportive de la commune (gymnases, piscine, stades) est accessible gratuitement aux établissements scolaires tandis que des moniteurs municipaux sont intégrés aux équipes pédagogiques des écoles en tant qu’aides techniques. Le centre aéré est utilisé pour le tiers temps pédagogique et le personnel du Conservatoire communal fait des interventions auprès des élèves du primaire.

LES QUARTIERS DE LONGVIC

LES QUARTIERS DE LONGVIC
  • 11 Conçu pour 900 élèves, l’établissement reçoit en 1983 670 élèves, auxquels viennent s’ajouter 90 é (...)
  • 12 À la rentrée 1983, il accueille 541 élèves répartis dans 20 classes et 2 sections : mécanique géné (...)

10Deux collèges et un lycée d’enseignement professionnel assurent en outre aux adolescents et à une partie des jeunes une scolarisation proche de leur domicile. Les collèges ont été construits l’un en 1967, l’autre en 1970. Seul le deuxième, qui recrute dans cinq groupes scolaires de la Z.U.P., a été retenu dans le cadre de la zone d’éducation prioritaire. L’établissement a mauvaise réputation dans la commune où l’on déplore le climat de violence qui y règne, la consommation de drogue et divers incidents mettant le plus souvent en cause de jeunes Maghrébins11. Quant au L.E.P., qui fait également partie de la Z.E.P., il est le dernier des équipements scolaires à avoir vu le jour à Chenôve. Excentré par rapport à la Z.U.P. et au reste de la commune, il demeure peu connu des habitants. D’ailleurs, les enfants de Chenôve y sont minoritaires puisque de nombreux élèves internes viennent des communes rurales avoisinantes12.

11A Longvic, la Z.A.C., achevée en 1977, comporte aujourd’hui 204 maisons individuelles et 506 logements locatifs gérés par l’Office Public d’H.L.M. de Dijon. Sans atteindre les dimensions monstrueuses de la Z.U.P. de Chenôve, ni son degré d’isolement par rapport au reste de la commune, elle ne constitue pas moins un “point noir” dans la ville. Quant aux autres quartiers qui intéressent notre étude, ils se situent tous au sud de la commune et se caractérisent par la coexistence d’un habitat individuel et d’un habitat collectif, dont les logements H.L.M. constituent une fraction importante.

12Les six écoles primaires et les quatre écoles maternelles construites dans ces zones semblent mieux intégrées à la ville que les établissements scolaires de la commune voisine. Toutefois, si elles sont bien loties en matériel pédagogique et bénéficient, notamment depuis 1983, des interventions extérieures dans le domaine du sport et de la culture payées par la municipalité, elles sont moins choyées par les pouvoirs locaux que celles de Chenôve. Il existe aussi un collège d’enseignement secondaire mais dans la mesure où il recrute une grande partie de ses 700 élèves dans les communes rurales voisines, il n’a pas été choisi pour faire partie du dispositif Z.E.P.

SEGREGATION SPATIALE, SEGREGATION SCOLAIRE

Chaque groupe à sa place

  • 13 Cf. les travaux de J.-C. Chamboredon et M. Lemaire, “Proximité spatiale et distance sociale. Les g (...)

13On retrouve dans la Z.U.P. de Chenôve et dans les quartiers de Longvic, une population dont les traits principaux sont maintenant bien connus grâce aux études sur les habitants des grands ensembles13. Les couches populaires françaises y sont largement représentées, ainsi que les familles de travailleurs manuels immigrés. La population est beaucoup plus jeune que celle des autres quartiers des deux communes et les enfants en bas âge sont particulièrement nombreux. Le taux de rotation de la population est élevé. Un certain nombre de particularités locales méritent néanmoins d’être citées, afin de préciser et de moduler ce tableau trop abstrait et de faire ressortir la spécificité des différents secteurs.

14A Chenôve, les ouvriers représentent, en 1982, 59 % de la population active de sexe masculin, et les employés, 57 % de la population active de sexe féminin. Pour les deux sexes réunis, nous trouvons 44 % d’ouvriers et 33 % d’employés, soit les 3/4 de la population active classés dans ces deux catégories. A Longvic, la population est un peu plus hétérogène du point de vue socio-professionnel, mais les ouvriers et les employés sont aussi largement représentés : 35 % d’ouvriers et 36 % d’employés sur l’ensemble de la population active des deux sexes. Le poids des couches populaires est encore plus important dans les quartiers que nous étudions à l’intérieur de ces communes. Dans la Z.U.P. de Chenôve, les regroupements d’immeubles de même type font de certains secteurs de véritables ghettos, telle la rue des Narcisses où 64 % des actifs étaient ouvriers en 1975. A Longvic, les catégories les moins favorisées sont concentrées dans les immeubles H.L.M. de chaque secteur, et plus particulièrement dans les P.L.R. (Programme à Loyer Réduit). Ceux-ci sont situés principalement dans la Z.A.C.

TABLEAU 6. RÉPARTITION DE LA POPULATION SUIVANT L’APPARTENANCE SOCIO-PROFESSIONNELLE. Communes de Chenôve et de Longvic

TABLEAU 6. RÉPARTITION DE LA POPULATION SUIVANT L’APPARTENANCE SOCIO-PROFESSIONNELLE. Communes de Chenôve et de Longvic

Source : recensement de 1982.

  • 14 Selon les critères du recensement, les enfants nés en France de parents étrangers, bien qu’ayant d (...)
  • 15 Pour les informations concernant la population étrangère, outre les résultats des recensements de  (...)

15La population de ces quartiers se caractérise aussi par la présence importante des personnes d’origine étrangère, surtout à Chenôve où elles représentent 17 % de la population municipale. Z.U.P. et immigrés sont devenus synonymes pour les habitants car 89 % des étrangers de la commune habitent actuellement dans ce secteur où une personne sur quatre n’a pas la nationalité française14. Le groupe le plus nombreux est constitué de ressortissants d’Afrique du nord, notamment de Marocains. Avec 2089 membres, les Maghrébins représentent 62 % de la population étrangère de la commune. On trouve également de nombreux immigrés d’Europe du sud, notamment des Portugais (14 % de la population étrangère) et un pourcentage non négligeable de personnes en provenance du Sud-est asiatique (5 % des étrangers). A Longvic, les étrangers sont moins nombreux (8 % de la population). Leur répartition par nationalité est assez semblable à celle de la commune de Chenôve et 60 % d’entre eux habitent dans la Z.A.C.15.

  • 16 J. Jacob, “Dijon se dépeuple, mais son influence s’étend”, Dimensions, spécial recensement, août 1 (...)

16La structure par âge dans ces quartiers est du type “jeunes couples-enfants en bas âge”. Dans la Z.U.P. de Chenôve, les 20-39 ans constituent un tiers de la population et les moins de 19 ans 38 %, dont plus de la moitié a moins de 10 ans. On constate cependant un léger vieillissement de la population entre les deux recensements. La distribution est similaire à Longvic où il y a un peu moins d’enfants et de jeunes (34 % de la population a moins de 19 ans), mais où les moins de 10 ans représentent également 17 % de la population. En outre, les jeunes couples sont encore plus nombreux qu’à Chenôve (les 20-39 ans représentent 38 % de la population). Il faut aussi signaler que ces quartiers de Chenôve et de Longvic connaissent une évolution semblable de leur population, liée à celle de l’agglomération dijonnaise. Bien que le solde naturel reste positif, le nombre d’habitants augmente peu, voire diminue, du fait de nombreux départs qui ne sont pas compensés par de nouvelles installations16.

TABLEAU 7. STRUCTURE PAR ÂGE DE LA POPULATION. Communes de Chenôve et de Longvic

TABLEAU 7. STRUCTURE PAR ÂGE DE LA POPULATION. Communes de Chenôve et de Longvic

Source : recensement de 1982.

À chaque groupe son école

  • 17 Tous les groupes scolaires, à l’exception de J. Ferry, recrutent une partie au moins de leurs élèv (...)

17Les effectifs des établissements scolaires subissent l’effet de ces évolutions démographiques. A Chenôve, après une progression spectaculaire jusqu’au début des années soixante-dix, dans les temps forts de la construction de la Z.U.P., ils connaissent une baisse régulière dans tous les groupes scolaires, en primaire surtout, mais aussi en maternelle. Il y a cependant des différences importantes entre les établissements, dues aux caractéristiques propres à chaque secteur de recrutement17. Longvic aussi enregistre une contraction des effectifs scolaires. Depuis la rentrée 1979, les trois unités de maternelle ont sensiblement la même évolution, avec une baisse plus importante dans le groupe de la Z.A.C., retenu pour les actions Z.E.P. En ce qui concerne le secteur élémentaire, les effectifs ont atteint leur maximum en 1979. Après une période de stabilité relative, un mouvement de baisse assez sensible se fait sentir depuis la rentrée 1983. C’est surtout dans le groupe classé Z.E.P. situé dans le bourg, au bord de la Z.A.C., que la diminution des effectifs est la plus marquée.

18L’analyse de l’appartenance socio-professionnelle des parents d’élèves montre des différences très sensibles entre les établissements. A Longvic, le groupe scolaire du bourg recrute un nombre beaucoup plus élevé d’enfants d’ouvriers et d’employés non qualifiés que les deux autres établissements de la commune (24 % contre 13 % dans l’école du nord de la commune et 4 % dans l’école primaire de la Z.A.C.). Plus des trois quarts des élèves qui le fréquentent habitent dans des H.L.M. A Chenôve, dans les trois groupes scolaires sélectionnés par l’Inspection académique pour faire partie de la Z.E.P. (le Mail, En-Saint-Jacques et Gambetta), les enfants d’ouvriers et d’employés constituaient, en 1982-83, 86 % de l’effectif. En revanche, à P.-Bert, J.-Ferry et Bourdenières, les enfants d’ouvriers et d’employés, tout en étant majoritaires dans l’établissement, étaient moins nombreux.

TABLEAU 8. ORIGINE SOCIALE DES ÉLÈVES DES ÉCOLES PRIMAIRES. Commune de Chenôve

TABLEAU 8. ORIGINE SOCIALE DES ÉLÈVES DES ÉCOLES PRIMAIRES. Commune de Chenôve

Source : municipalité de Chenôve. Statistiques de l’année 1982-1983.
Note : les catégories socio-professionnelles indiquées par les chiffres de 1 à 7 résultent d’un classement propre à la municipalité de Chenôve.
1 : ouvriers et employés non qualifiés.
2 : ouvriers qualifiés, employés semi-qualifiés et qualifiés.
3 : artisans et petits commerçants.
4 : agents de maîtrise, techniciens.
5 : employés très qualifiés, instituteurs, professeurs non agrégés.
6 : professeurs agrégés, cadres, professions libérales.
7 : professions indéterminées, étudiants...

19La proportion d’enfants étrangers accentue encore plus fortement les clivages entre les écoles. Dans celles de la Z.U.P. de Chenôve, les taux varient entre 31 % et 58 %, ce dernier chiffre correspond au groupe scolaire En-Saint-Jacques, suivi des deux autres groupes appartenant à la Z.E.P. (50 % et 44 % d’enfants étrangers). A Longvic, les enfants étrangers représentent 27 % des élèves du groupe de maternelle de la Z.A.C. Le taux d’enfants étrangers est plus élevé dans le primaire, d’une part parce que l’éducation préscolaire n’étant pas obligatoire, un certain nombre d’enfants étrangers sont gardés par leur mère, d’autre part parce que les étrangers sont plus nombreux dans la classe d’âge des 6-11 ans. C’est le groupe scolaire du bourg qui détient le plus fort taux d’étrangers (28 %) en 1983. En revanche, le groupe scolaire primaire de la Z.A.C. reçoit une proportion relativement faible d’enfants étrangers (14 %).

Des ghettos scolaires ?

20Dans l’ensemble, on constate que les établissements classés Z.E.P. sont bien ceux où sont concentrées les catégories les plus défavorisées de la population des deux communes : locataires des H.L.M., immigrés, ouvriers et employés non qualifiés. La sélection qui s’opère entre les écoles est très clairement mise en évidence à Chenôve par le cas de l’école En-Saint-Jacques qui se distingue de toutes les autres par la spécificité de son public. Ici, 99 % des familles habitent dans des logements H.L.M. situés presque tous dans deux rues où se trouvent quelques-unes des tours les plus importantes (120 et 114 logements comportant de nombreux F4 et F5) et les plus anciennes de la Z.U.P. L’analyse très détaillée de l’Agence Intercommunale d’Urbanisme montre que c’est dans une de ces tours que l’on trouve un taux supérieur à 50 % de personnes de moins de 19 ans, le plus grand nombre d’étrangers (1/3 des locataires), le taux le plus élevé du nombre de personnes par logement (4,9), et le taux de rotation des locataires le plus important de la Z.U.P. (22,5 %).

  • 18 A Chenôve, les directeurs des écoles primaires et maternelles du Mail et d’En-Saint-Jacques souhai (...)
  • 19 A.D.E.P.S. “Évaluation des besoins de santé dans la commune de Longvic”, op. cit. Pour les stratég (...)

21Les différences de public entre établissements sont évidemment en relation avec la ségrégation spatiale qui existe dans les deux communes mais celle-ci se trouve renforcée par le découpage en secteurs imposés par la carte scolaire18. Ces différences sont aussi le résultat des stratégies d’évitement de l’école du quartier par les familles. D’après l’Inspection départementale, les demandes de dérogation pour changer de secteur en primaire sont peu nombreuses à Chenôve, mais elles seraient compensées par des départs importants vers des établissements privés de Dijon de la part des familles françaises des couches moyennes installées dans les pavillons et les appartements en accession à la propriété. A Longvic, une étude récente a montré que le nombre d’enfants scolarisés à l’extérieur de la commune est important dans le primaire19.

22La plupart des demandes de dérogation et des départs vers le privé à Chenôve semblent avoir lieu lors de l’entrée en 6e pour ceux que la carte scolaire oblige à fréquenter le collège du Chapitre. Celui-ci recrute dans les trois écoles de la Z.E.P. et dans les groupes Giraud et Bourdenières. Le travail statistique effectué avant la mise en place de la zone d’éducation prioritaire fait ressortir un pourcentage très important de familles dont le chef est ouvrier ou employé non qualifié (86 % pour les élèves de 6e, 63 % pour ceux de troisième). Nos propres statistiques sur les élèves de sixième et de cinquième donnent des taux de 41 % pour les pères ouvriers et de 18 % pour les employés, avec en outre une forte proportion de pères absents ou au chômage (18 %). Les étrangers sont nombreux dans cet établissement. Ils représentent plus du quart des élèves et 35 % des élèves de classes de sixième et de cinquième.

MARGINALITE SOCIALE ET EXCLUSION SCOLAIRE ?

La vie précaire

  • 20 A Chenôve, les enquêtes effectuées par l’A.G.I.U.D. dans la Z.U.P. indiquent que 80 % des familles (...)
  • 21 A Chenôve, lors du recensement de 1982,38 % de la population âgée de 15 ans ou plus déclare ne pos (...)

23Le rapport au système économique des habitants des quartiers que nous avons étudiés ne peut pas être qualifié de “marginal” malgré les propos tenus à ce sujet par certains professionnels et de nombreux habitants de l’agglomération. La plupart des chefs de famille ont un emploi régulier dans la région. Ce qui est certain, c’est qu’une grande partie d’entre eux, ceux de la Z.U.P. en particulier, éprouvent de grandes difficultés à assurer les fins de mois20. En outre, la menace du chômage pèse sur beaucoup de ces travailleurs. Les entreprises où ils sont salariés à Dijon et dans les zones industrielles avoisinantes, ressentent depuis quelques années les effets de la crise économique. De plus, leur faible niveau d’instruction et de qualification les place au premier rang des victimes de la modernisation technologique21. A Longvic, le taux de chômage (7,8 %) est inférieur à celui de l’agglomération (8 %), mais à Chenôve, 10 % des actifs de la commune et 11,2 % de ceux de la Z.U.P. sont à la recherche d’un emploi en 1982.

  • 22 Depuis, il semble que la situation se soit dégradée puisqu’une autre enquête réalisée en 1984 révè (...)

24La notion de “marginalité”, au sens de déviance sociale, est également utilisée par les enseignants et les travailleurs sociaux pour caractériser cette population où le taux de “cas sociaux” serait très élevé. Il s’agit parfois de problèmes liés à l’alcoolisme ou à des maladies mentales, mais le plus souvent, on fait référence à la proportion importante de mères célibataires ou séparées de leur époux. D’après l’enquête des directeurs d’écoles, elles représentent en 1982 6,2 % des chefs de famille dans les écoles primaires, avec des taux très élevés dans les groupes Gambetta et Jules-Ferry (12 % et 10,1 % respectivement). Dans les deux autres écoles de la Z.E.P., ces taux étaient les plus bas de la commune (2 % et 3,2 %), sans doute en grande partie en raison du nombre très important de familles étrangères plus stables22. Au collège du Chapitre, les 115 élèves (sur 670) qui ont des bourses de quatre parts ou plus appartiennent très souvent à des familles nombreuses où la mère est seule et sans emploi.

  • 23 H. Djahanchahi, “Les jeunes de 16 à 21 ans de l’agglomération dijonnaise à travers les quartiers d (...)

25On parle aussi souvent, à propos de la Z.U.P. de Chenôve et, à un degré moindre, à propos de la Z.A.C. de Longvic, de délinquance juvénile. D’après un travail comparatif sur les jeunes de l’agglomération dijonnaise, réalisé par la Direction générale du travail et de l’emploi, ce sont les jeunes de la Z.U.P. de Chenôve et d’un autre quartier populaire de Dijon qui fournissent la majorité de la clientèle des organismes qui prennent en charge les jeunes (D.D.A.S.S., C.A.F., Justice)23. La municipalité de Chenôve, quant à elle, fait état d’une recrudescence du nombre des petits délits et des fugues, mais considère que dans l’ensemble la situation est nettement meilleure que dans d’autres quartiers d’habitat social. A Longvic, selon l’avis d’un représentant de la Brigade des mineurs, il n’existe pas de délinquance au sens propre au sein de cette fraction de la population, mais les commerçants et les habitants de la Z.A.C. se plaignent des dégradations causées par un petit groupe de jeunes.

Le tri scolaire

26L’institution scolaire joue un rôle déterminant dans l’insertion sociale et professionnelle des nouvelles générations. Or, dans les quartiers que nous étudions ici, un nombre très important d’enfants sont écartés du circuit normal dès leur plus jeune âge, par les redoublements répétés et les orientations dans des classes spéciales au cours du cycle primaire, puis, au niveau du secondaire, par leur inscription dans des filières peu valorisées. En fin de parcours, beaucoup se retrouvent sans diplôme et vont grossir les rangs des chômeurs. Ils sont dégoûtés de l’institution scolaire, voire révoltés contre l’ordre social.

27La prise en charge par l’école est précoce. Les statistiques recueillies en 1983 sur les enfants de sept classes de C.P. des écoles relevant de la Z.E.P. montrent que 22 % des élèves ont eu quatre années de préscolarisation, 56 % trois ans, 17 % deux ans et 4 % une année de maternelle ou moins. Cependant, dès la sortie de la grande section de maternelle, un nombre important d’élèves est orienté en classe d’adaptation ou de C.R.I. (Cours de rattrapage intégré). Ces classes (trois à Chenôve, dont deux à l’école En-Saint-Jacques, et une à Longvic) sont en principe destinées, l’une à des élèves qui “manquent de maturité” ; l’autre à des enfants étrangers qui ont des difficultés d’expression, sans être toutefois des “primo-arrivants”.

28En fait, l’orientation en adaptation ou en C.R.I. correspond à un maintien déguisé en maternelle puisque la très grande majorité des élèves refont par la suite une classe de C.P. “normale” mais avec un an de retard par rapport à leurs camarades. Les statistiques établies en 1981 pour la mise en place de la Z.E.P. révèlent que les taux d’élèves en retard au C.P. variaient de 8 % à 29 % dans les écoles de Chenôve et de 12 % à 25 % dans les écoles de Longvic, avec le plus fort taux dans le groupe du bourg. Les élèves continuent d’accumuler des années de retard tout au long de leur scolarité primaire, avec pour conséquence qu’en C.M.2 les taux de retard sont de deux ou trois fois plus élevés qu’au C.P. dans les établissements de Chenôve. A Longvic, tout en étant très importants, ces taux ne sont pas aussi inquiétants. Ils varient entre 23 % dans le groupe primaire de la Z.A.C. et 33 % dans le groupe du bourg. Le taux global d’élèves ayant deux ans de retard ou plus s’élevait à 9 % en 1982/83.

TABLEAU 9. RETARD SCOLAIRE DES ÉLÈVES DE C.R ET DE CM2.. Communes de Chenôve et de Longvic

TABLEAU 9. RETARD SCOLAIRE DES ÉLÈVES DE C.R ET DE CM2.. Communes de Chenôve et de Longvic

Source : Inspection départementale. Statistiques de l’année 1982-1983.

  • 24 En outre, les institutions chargées d’accueillir les enfants rencontrant des difficultés plus séri (...)

29Plus encore que les taux très élevés de redoublement et donc de retard à la fin de la scolarité primaire, c’est le nombre d’orientations dans l’enseignement spécialisé qui apparaît comme particulièrement frappant dans ces quartiers, en particulier dans la Z.U.P. de Chenôve. Dans la circonscription primaire, qui regroupe quatre communes de l’agglomération, c’est à Chenôve qu’on trouve le plus grand nombre d’élèves dans l’enseignement spécialisé, notamment dans le secteur de recrutement du collège qui fait partie de la Z.E.P. Il y a actuellement cinq classes de perfectionnement, dont deux dans une des écoles relevant de la Z.E.P. Un quart des 75 élèves scolarisés dans ces classes viennent de l’école En-Saint-Jacques. A Longvic, les orientations dans l’enseignement spécialisé sont moins fréquentes. Au moment de l’enquête, deux classes de perfectionnement regroupaient 29 élèves et une classe d’adaptation, 13 élèves24.

30Compte tenu des problèmes évoqués dans la scolarité élémentaire des élèves des écoles de la Z.U.P., bon nombre d’entre eux arrivent au collège du Chapitre avec une ou plusieurs années de retard par rapport à l’âge normal d’entrée en sixième. Selon nos propres statistiques sur les élèves de sixième en 1983/84, nous arrivons à des taux de 33 % des élèves ayant un an de retard et 29 % ayant deux ans de retard ou plus (élèves de C.L.A.D. inclus). En cinquième, 31 % des élèves ont un an de retard et 41 % deux ans de retard ou plus. Le passage en classe de 4e concerne, selon les années, entre les deux tiers et la moitié des élèves. À l’issue de la classe de troisième, 41 % des élèves seulement continuent dans l’enseignement long. En juillet 1981, le collège du Chapitre était classé 9e, sur les 46 collèges du département, pour son faible taux de passage en 4e (52, 1 % des élèves), tout en étant proche de la moyenne du district (52 %), elle-même bien inférieure à celle du département (60,4 %).

31Par la suite, au L.E.P. de Chenôve, de nombreux élèves en situation d’échec se retrouvent dans des options qu’ils n’ont pas choisies. C’est notamment le cas des élèves de mécanique. Le nombre d’abandons en cours d’année, motivés pour la plupart par un désir de quitter les études et d’entrer dans la vie active, est assez élevé. Selon une étude réalisée par une conseillère d’éducation, entre 3 % et 7 % des élèves quittent chaque année l’établissement en cours de scolarité sans avoir obtenu de diplôme. À la fin de la troisième préparatoire, 4 % des élèves seulement s’orientent vers la préparation d’un B.E.P. et 9 % des élèves quittent l’établissement. Très peu poursuivent des études ailleurs. Nombre de ces jeunes ayant un faible niveau de qualification se sont portés candidats aux stages d’insertion professionnelle mis en place dans la commune en 1982.

L’ÉCOLE DANS L’ESPACE SOCIO-CULTUREL

La clôture de l’école

  • 25 Cette affirmation se fonde sur une analyse des articles sur les activités des écoles primaires des (...)

32Un des traits les plus caractéristiques du fonctionnement de l’école dans les quartiers populaires de Chenôve et de Longvic est sa faible participation à la vie associative locale et à la prise en charge des enfants et des jeunes en dehors des horaires d’enseignement. Les établissements scolaires organisent très peu de manifestations collectives ouvertes aux parents ou aux habitants du quartier en dehors des rituelles fêtes de fin d’année scolaire. En général, ils ne s’associent guère aux activités décidées par les autres groupes qui s’occupent des enfants et des jeunes dans le secteur. En outre, c’est dans les établissements situés dans les quartiers les plus aisés que les activités “d’ouverture” sont les plus fréquentes25.

33Quelques associations de parents fonctionnent autour des établissements scolaires, mais elles rayonnent très peu vers les écoles qui appartiennent à la zone d’éducation prioritaire. La F.C.P.E. (Fédération des conseils de parents d’élèves) recrute la plus grande partie de ses membres à Chenôve dans les groupes scolaires Jules-Ferry et Paul-Bert. A Longvic, le recrutement de cette association est plus diversifié, mais les adhérents sont plus nombreux dans l’école du quartier nord et dans celle de la Z.A.C. où les couches les plus favorisées de la commune envoient les enfants. Il existe aussi dans cette commune une Amicale laïque mais elle fonctionne essentiellement au profit du groupe scolaire de Longvic-parc où sont scolarisés les enfants de l’actuel président de l’amicale et d’une grande partie des sympathisants. L’association des familles fondée en 1982 par les institutrices de la maternelle 1 de la Z.A.C. constitue, il est vrai, une exception car elle a réussi à faire participer des parents et des “ex-parents” de l’école – dont de nombreuses familles ouvrières et maghrébines – à la préparation des chars pour le défilé annuel de Carnaval.

  • 26 Par exemple, la section départementale de la F.O.L. (Fédération des œuvres laïques) qui travaille (...)

34Des groupes proches de l’Éducation nationale interviennent également dans les établissements scolaires de Chenôve et Longvic. Toutefois, le plus souvent, dans les écoles des quartiers que nous avons étudiés, il s’agit d’initiatives centrées exclusivement sur le domaine pédagogique. Pour les actions de type plus culturel et ouvertes au reste des habitants, ce sont souvent les établissements d’autres quartiers qui sont sélectionnés26.

La prolifération des équipements sociaux et culturels

  • 27 Pour cette partie, nos sources principales sont les entretiens que nous avons réalisés, les docume (...)

35Dans les quartiers populaires de Longvic, et de façon beaucoup plus nette dans la Z.U.P. de Chenôve, on peut relever, comme dans beaucoup de quartiers de grands ensembles, la très forte présence de structures et d’équipements destinés à l’encadrement social de la population par le biais de services divers et d’activités culturelles, sportives et de loisir. Ces structures ont contribué à rétrécir le champ d’influence de l’école en prenant en charge les enfants et les jeunes pendant le temps extrascolaire. Ce mouvement est allé en s’accentuant, au moins dans le discours des responsables, puisque pratiquement tous les intervenants revendiquent actuellement la dimension éducative de leur action, même – ou surtout, au dire de certains – si les modèles proposés ne sont pas ceux de l’école27.

36Deux des équipements les plus importants de la Z.U.P. de Chenôve, par le nombre de services qu’ils offrent à la population et par leur taux de fréquentation, sont les centres sociaux situés à ses deux extrémités nord et sud. Tous les deux proposent des services de conseil et de garde d’enfants et des activités de loisir pour la population adulte et enfantine mais leur orientation générale varie suivant leur clientèle : défavorisée au nord, plus hétérogène au sud. A Longvic, il existe un centre dans la cité des militaires, et un autre dans la Z.A.C.. La spécialisation dans “le social” ou “le culturel” qui s’ébauche dans les centres de Chenôve est ici beaucoup plus marquée : le centre de la cité offre beaucoup d’activités pour les enfants et les jeunes des couches intermédiaires, assez nombreuses dans ce quartier et dans les zones environnantes ; celui de la Z.A.C. vise surtout à attirer la population du secteur H.L.M.. Il faut en outre souligner que depuis peu de temps tous ces équipements cherchent à intervenir dans le domaine scolaire en proposant des activités de “soutien” aux élèves après la classe.

37Les éducateurs de prévention du Centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptée jouent aussi un rôle important dans ces deux secteurs par la prise en charge des adolescents et des jeunes “à problèmes”. A Longvic, ils travaillent en liaison avec le Centre social de la Z.A.C.. À Chenôve, ils ont mis en place un club de jeunes fréquenté en majorité par des immigrés qui ne participent pas de façon régulière aux animations d’autres équipements. Plutôt que d’organiser des activités éducatives, ces travailleurs sociaux tentent de prendre contact avec les jeunes là où ils se trouvent – dans la rue, dans les cafés – et de répondre à leurs demandes (mise à disposition d’un appartement pour les jeunes en fugue de leur foyer à Chenôve par exemple).

38Parmi les équipements socio-éducatifs de Chenôve, il faut également citer l’Université populaire. Créée en 1981 à la suite des recommandations formulées dans l’étude effectuée pour la mise en place de l’opération Habitat et Vie Sociale, elle comprend actuellement une bibliothèque très fréquentée (9000 entrées par mois) et une École de saltimbanques pour les enfants et les adolescents. Elle offre en outre une grande variété d’activités socio-culturelles centrées sur les problèmes de la vie quotidienne des habitants en liaison avec d’autres équipements. Les bibliothécaires participent à l’animation dans la Z.U.P. pendant les grandes vacances, tandis que chaque mercredi un animateur s’occupe des enfants présents à la bibliothèque.

  • 28 Fédération nationale des parents d’élèves de conservatoire, “Quand l’I.N.S.E.E. met ses statistiqu (...)

39À l’extérieur de la Z.U.P., on trouve deux équipements importants en termes de fréquentation et de prestige. La Maison des jeunes et de la culture offre un très grand choix d’activités. Située assez loin de la Z.U.P., elle n’était pas fréquentée par ses habitants jusqu’à une date récente mais depuis le lancement de l’opération Habitat et Vie Sociale des animations et des sorties pendant les mois d’été ont été mises en place à leur intention. L’autre équipement est le Conservatoire de musique qui jouit d’une bonne réputation dans l’agglomération et attire un grand nombre d’élèves extérieurs à la commune (215 élèves sur 479 en 1982). Une analyse de la fréquentation en termes de catégories socio-professionnelles montre que la proportion d’enfants d’ouvriers n’est pas négligeable malgré la présence en force des cadres moyens et supérieurs28. Récemment, le directeur a aussi lancé des actions spécifiques à l’intention des enfants de la Z.U.P., notamment par le biais des écoles (des animateurs musicaux interviennent dans les classes de C.P.).

40Les équipements sportifs sont assez nombreux dans la commune. Ils sont les plus fréquentés par la population enfantine et les jeunes du secteur H.L.M. bien que la distance et le coût semblent décourager une partie des habitants de participer à certaines des activités que coordonne la Maison des sports. Depuis peu de temps, avec la M.J.C., l’Université populaire et d’autres associations, cette dernière propose des animations destinées aux enfants et aux jeunes de la Z.U.P., en particulier pendant les vacances du mois de février et celles d’été. Les moniteurs municipaux sont aussi présents dans les écoles pour assister les instituteurs qui le souhaitent en éducation physique. Il existe aussi, pour les enfants, un centre aéré situé sur le plateau qui constitue la limite est de la Z.U.P.. Utilisé par les enseignants pour des activités dans le cadre du tiers-temps pédagogique, il essaie, depuis son intégration au Service municipal des sports en 1984, d’attirer un plus grand nombre d’enfants des grands immeubles.

Un faible rayonnement des associations

  • 29 L’enquête de J.-C. Debrand, “La vie dans un grand ensemble : la Z.U.P. de Chenôve”, op. cit. montr (...)

41Le champ socio-culturel dans la Z.U.P. de Chenôve est contrôlé par les responsables de ces nombreux équipements qui, depuis le début de l’opération H.V.S. et par une volonté délibérée de la municipalité en place, ont commencé à y réaliser un travail en commun. En revanche, la plupart des associations de la commune ne rayonnent pas dans la Z.U.P.. Les habitants de celle-ci n’avaient pas, jusqu’à une date récente, formé de groupements de quartier. Seul un groupe de familles faisant partie de la clientèle habituelle des assistantes sociales a créé, avec l’appui de celles-ci, une association dont les activités consistent principalement en fêtes et en sorties. Depuis peu, elle participe aussi aux actions communes dans la Z.U.P.. Il faut néanmoins mentionner l’action de l’Association syndicale des familles, bien implantée dans certains quartiers de la Z.U.P. mais qui recrute presque exclusivement au sein de la population française. Outre différents services auprès des adultes, elle propose des cours de rattrapage payants pour les enfants en difficulté, effectués par des étudiants ou d’autres personnes volontaires29.

  • 30 Ce collectif est un dispositif d’entraide qui organise différentes actions communes chaque année, (...)

42A Longvic, les associations sont plus nombreuses qu’à Chenôve si l’on tient compte de la différence de taille entre les deux communes et elles ont un recrutement plus diversifié sur l’ensemble des quartiers, bien que la majorité des habitants du secteur locatif de la Z.A.C. n’y participent pas. Celles qui s’intéressent le plus aux enfants et aux jeunes sont l’Association de la Maison de l’enfance et l’Association de loisirs et culture qui fonctionnent toutes deux dans un ancien château du bourg. En outre, il existe une relation beaucoup plus étroite qu’à Chenôve entre les responsables associatifs et les directeurs des équipements. Le petit noyau de personnes qui s’intéresse au champ socio-culturel est constitué d’individus qui sont souvent à la fois membres d’une ou de plusieurs associations et responsables d’une structure. Associations et équipements travaillent d’ailleurs ensemble au sein d’un Collectif d’animation composé de 16 groupes, dont la maternelle 1 de la Z.A.C. et l’école primaire du quartier nord30.

***

43Le dynamisme de certaines associations et de certains équipements ne saurait toutefois faire oublier l’emprise limitée qu’ils ont sur la plupart des habitants des quartiers populaires, ni les difficultés que connaissent ces derniers dans la vie quotidienne. De même, si leur volonté de lutter directement ou indirectement contre l’“échec scolaire” est un élément positif, elle paraît pour le moment insuffisante au vu de l’ampleur des problèmes rencontrés par les enfants de ces zones. La situation des quartiers populaires urbains que nous avons étudiés et de leurs établissements scolaires s’avère dans l’ensemble très critique malgré les initiatives prises depuis quelque temps par les autorités municipales et par certains groupes locaux. Dans ce contexte, la politique de zones d’éducation prioritaires apparaît comme une initiative pertinente et intéressante, mais dont il était permis de s’interroger quant aux conditions nécessaires à son adaptation à la réalité locale.

44On peut concevoir deux façons d’établir une comparaison entre les deux zones que nous venons de décrire. L’une consiste à reprendre de façon isolée les éléments les plus importants mentionnés dans les chapitres et à les examiner l’un après l’autre. Il suffit pour cela de mettre en parallèle, par exemple, les résultats scolaires des enfants ou les évolutions de la vie associative. L’arrangement interne des chapitres permet de poursuivre une démarche de ce type. En raison de l’existence à la fois de problèmes communs et de différences très marquées entre les deux milieux, il nous semble cependant plus pertinent et plus fructueux pour la comparaison de confronter deux configurations locales dans leur globalité.

45Il est possible d’opposer ainsi une société rurale placée sous le signe du déclin, qu’affecte un lent dépérissement d’une certaine forme scolaire, à la désorganisation et à la crise, plus manifeste et plus inquiétante pour la société globale, de l’institution scolaire dans l’univers des grands ensembles. Mais il faut également mettre en relation deux dynamiques naissantes. D’un côté, une évolution des mentalités et une démarche volontariste d’une fraction de la population autochtone ou récemment installée pour rattraper un retard social et culturel, de l’autre des politiques sociales et culturelles décidées localement ou au sein d’organismes centraux, destinées à éviter une dégradation de la situation existante.

Notes

1 Dans On est tous dans le brouillard, C. Pétonnet définit de façon semblable la population de la banlieue sud de Paris qu’elle a étudiée : “Cette dimension, autrement dit le point hypothétique où ancrer la poursuite du réel, va nous être fournie par l’opinion publique. Ce n’est pas à l’intérieur de cette population, privée a priori de dénominateur commun, que se forme une sorte d’unité, mais hors d’elle, dans la perception de la société globale, dans la pratique sociale”.

2 Dans un livre publié en 1945, l’auteur pouvait encore écrire : “Dijon est une ville sans banlieue... les premières agglomérations que l’on rencontre en sortant de Dijon sont de vrais villages de paysans, encombrés de bétail et d’instruments de labour... on ne s’est guère préoccupé d’assurer à ces villages les commodités que réclament les citadins pressés : pas de gaz, pas de moyens réguliers de communication, jusqu’en ces derniers temps”. G. Chabot La Bourgogne.

3 R. Vachon, Chenôve d'hier, 1900-1962, Dijon, Massebeuf, 1980.

4 A.G.I.U.D. (Agence intercommunale d’urbanisme du district de l’agglomération dijonnaise) “Commune de Longvic. Étude urbaine”, octobre 1983.

5 M. G. Ganat, “Dijon, une agglomération qui se transforme”, Dimensions, no 9, mai-juin 1979.

6 A.G.I.U.D. “Vivre et habiter à Chenôve. Opération Habitat et Vie Sociale”, dossier définitif, juin 1980.

7 A.G.I.U.D. “Commune de Longvic. Étude urbaine”, op. cit.

8 A.G.I.U.D. “Ville de Chenôve. Opération Habitat et Vie Sociale”, synthèse préliminaire au pré-dossier, novembre 1978.

9 A.G.I.U.D., “Vivre et habiter à Chenôve”, op. cit.

10 En 1984, la commune compte six groupes scolaires composés de deux écoles primaires et une maternelle, deux groupes scolaires composés d’une école primaire et d’une école maternelle et une école maternelle indépendante. Ces établissements ont accueilli à la rentrée 1983,1859 enfants en primaire et 1120 en maternelle.

11 Conçu pour 900 élèves, l’établissement reçoit en 1983 670 élèves, auxquels viennent s’ajouter 90 élèves d’une S.E.S. (Section d’enseignement spécialisé). Le collège compte 9 classes de sixième, 8 classes de cinquième, 5 classes de quatrième, 5 classes de troisième, 2 classes de C.P.P.N. et une classe de CPA, ainsi que 2 classes de CLAD (Classes d’adaptation pour élèves étrangers).

12 À la rentrée 1983, il accueille 541 élèves répartis dans 20 classes et 2 sections : mécanique générale (C.A.P. de tourneur, d’ajusteur et de fraiseur) et commerciale (C.A.P. d’employé de bureau et de comptabilité, B.E.P. de sténo-dactylographie).

13 Cf. les travaux de J.-C. Chamboredon et M. Lemaire, “Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement” ; de M. Pinçon, “Habitat et modes de vie dans un ensemble H.L.M.” et Cohabiter : groupes sociaux et modes de vie dans une cité H.L.M. ; et de J.-C. Kaufmann, La vie H.L.M..

14 Selon les critères du recensement, les enfants nés en France de parents étrangers, bien qu’ayant droit à la nationalité française, ont dans les documents officiels la nationalité déclarée par leurs parents.

15 Pour les informations concernant la population étrangère, outre les résultats des recensements de 1975 et de 1982, nous avons consulté les documents suivants : S. Baroin, “L’immigration en 1980”, Dimensions, no 23, sept.-oct. 1981 ; M. Noblot, “Étrangers en Bourgogne : stabilité”, Dimensions, no 38, mars-avril 1984.

16 J. Jacob, “Dijon se dépeuple, mais son influence s’étend”, Dimensions, spécial recensement, août 1982.

17 Tous les groupes scolaires, à l’exception de J. Ferry, recrutent une partie au moins de leurs élèves dans la Z.U.P. mais leur public n’est pas identique pour autant. Le groupe P. Bert accueille une partie des enfants de la Z.U.P. mais aussi des pavillons plus anciens et d’un lotissement au sud de la commune. Dans ces secteurs, il y a un vieillissement assez net de la population. Deux groupes scolaires, Les Violettes et Giraud, recrutent une partie de leurs effectifs dans la zone pavillonnaire intégrée à la Z.U.P. à sa périphérie ouest. Dans cette zone, il y a également une baisse du nombre des naissances. Les autres groupes scolaires reçoivent en grande majorité des enfants des grands immeubles. Le taux de natalité est élevé dans ces secteurs et la population enfantine très nombreuse. La baisse des effectifs y est due pour l’essentiel au solde migratoire négatif.

18 A Chenôve, les directeurs des écoles primaires et maternelles du Mail et d’En-Saint-Jacques souhaitent que le découpage existant qui leur attribue la très grande majorité des enfants des familles les plus défavorisées de la Z.U.P. soit modifié, mais leurs collègues des groupes scolaires proches s’y opposent vivement. A Longvic, un découpage très arbitraire fait du groupe primaire de la Z.A.C. un ilôt “élitiste” au sein d’un quartier populaire, tandis que le groupe primaire du bourg recrute dans le secteur le plus défavorisé de chaque quartier.

19 A.D.E.P.S. “Évaluation des besoins de santé dans la commune de Longvic”, op. cit. Pour les stratégies d’évitement de l’école par les familles dans les quartiers populaires voir A. Léger et M. Tripier, Fuir ou construire l’école populaire ?

20 A Chenôve, les enquêtes effectuées par l’A.G.I.U.D. dans la Z.U.P. indiquent que 80 % des familles vivaient avec moins de 3000 francs par mois en 1978. Une enquête de la Société des transports de l’agglomération dijonnaise, réalisée en 1980, montre qu'à Longvic 43,2 % des ménages ont un revenu mensuel de 5000 francs ou moins.

21 A Chenôve, lors du recensement de 1982,38 % de la population âgée de 15 ans ou plus déclare ne posséder aucun diplôme. A Longvic, cette proportion est de 32 %, mais les différences entre les classes d’âge sont beaucoup plus marquées qu’à Chenôve.

22 Depuis, il semble que la situation se soit dégradée puisqu’une autre enquête réalisée en 1984 révèle la présence de 9 % de mères seules au Mail et de 11 % à En-Saint-Jacques.

23 H. Djahanchahi, “Les jeunes de 16 à 21 ans de l’agglomération dijonnaise à travers les quartiers des Grésilles, Fontaine d’Ouche, Parc, Longvic et la Z.U.P. de Chenôve”, Direction régionale du travail et de l’emploi en Bourgogne, octobre 1982.

24 En outre, les institutions chargées d’accueillir les enfants rencontrant des difficultés plus sérieuses (Instituts médico-pédagogiques, Instituts médico-éducatifs, Instituts médico-professionnels) sont nombreuses dans le département. Un institut médico-pédagogique fonctionne d’ailleurs à Chenôve.

25 Cette affirmation se fonde sur une analyse des articles sur les activités des écoles primaires des deux communes parus dans le journal régional Les Dépêches pendant une période de 12 mois.

26 Par exemple, la section départementale de la F.O.L. (Fédération des œuvres laïques) qui travaille en collaboration avec les centres sociaux envisage d’élaborer des projets en association avec les écoles, mais le groupe primaire qui est visé est celui, plus favorisé, de la Z.A.C. Pour une présentation de ces groupes et de leurs relations à l’Éducation nationale, on peut consulter l’article de N. Gérôme, “Une étude organisationnelle en sociologie de l’éducation : l’enseignement primaire dans un département français” et V. Aubert, A. Bergounioux et al. La forteresse enseignante.

27 Pour cette partie, nos sources principales sont les entretiens que nous avons réalisés, les documents et brochures publiés par les différents équipements et associations, les études effectuées par l’A.G.I.U.D. et les textes suivants : J.-C. Debrand, “La vie dans un grand ensemble : la Z.U.P. de Chenôve”, 2ème partie, Dimensions, no 7, septembre 1976 ; J.-J. Paul, “Une approche de la liaison éducation-loisir : l’exemple de Chenôve”, Dimensions, no 3, mars 1977.

28 Fédération nationale des parents d’élèves de conservatoire, “Quand l’I.N.S.E.E. met ses statistiques... en musique”, Bulletin no 26,1984.

29 L’enquête de J.-C. Debrand, “La vie dans un grand ensemble : la Z.U.P. de Chenôve”, op. cit. montre que les associations les plus fréquentées par les habitants de la Z.U.P. en 1976 étaient les associations syndicales et professionnelles, situées à l’extérieur de la Z.U.P, suivies des associations de parents d’élèves. En aucun cas, la participation ne concernait plus de 18 % de la population.

30 Ce collectif est un dispositif d’entraide qui organise différentes actions communes chaque année, notamment les festivités et le grand défilé de Carnaval qui jouit d’une certaine notoriété dans la région.

Table des illustrations

Titre LA Z.U.P. DE CHENOVE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre L’AGGLOMERATION DIJONNAISE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre LES QUARTIERS DE LONGVIC
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre TABLEAU 6. RÉPARTITION DE LA POPULATION SUIVANT L’APPARTENANCE SOCIO-PROFESSIONNELLE. Communes de Chenôve et de Longvic
Légende Source : recensement de 1982.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8343/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 7. STRUCTURE PAR ÂGE DE LA POPULATION. Communes de Chenôve et de Longvic
Légende Source : recensement de 1982.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8343/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre TABLEAU 8. ORIGINE SOCIALE DES ÉLÈVES DES ÉCOLES PRIMAIRES. Commune de Chenôve
Légende Source : municipalité de Chenôve. Statistiques de l’année 1982-1983.Note : les catégories socio-professionnelles indiquées par les chiffres de 1 à 7 résultent d’un classement propre à la municipalité de Chenôve.1 : ouvriers et employés non qualifiés.2 : ouvriers qualifiés, employés semi-qualifiés et qualifiés.3 : artisans et petits commerçants.4 : agents de maîtrise, techniciens.5 : employés très qualifiés, instituteurs, professeurs non agrégés.6 : professeurs agrégés, cadres, professions libérales.7 : professions indéterminées, étudiants...
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8343/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre TABLEAU 9. RETARD SCOLAIRE DES ÉLÈVES DE C.R ET DE CM2.. Communes de Chenôve et de Longvic
Légende Source : Inspection départementale. Statistiques de l’année 1982-1983.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8343/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search