Version classiqueVersion mobile

L'École et l'espace local

 | 
Agnès Henriot-van Zanten

Première partie. L'école et l'environnement local

Chapitre I. L’école dans une société rurale en mutation

Texte intégral

1Le cadre géographique, l’orientation du développement économique et de fortes traditions communes contribuent à donner une certaine unité au canton que nous avons sélectionné pour notre étude en milieu rural, même si, aujourd’hui plus que jamais, ses frontières ne constituent pas une barrière à la pénétration du monde extérieur. Ce canton s’avère également un contexte approprié pour l’analyse du fonctionnement de l’institution scolaire parce que, pendant longtemps, la scolarité de la plupart des habitants s’est déroulée dans ses limites et est restée fortement marquée par les spécificités locales. De nos jours, la situation a changé et on ne peut saisir le rapport des jeunes à l’école sans élargir le cadre d’analyse. Pourtant, secteur de recrutement d’un collège et lieu de socialisation à l’école et hors de celle-ci pour le plus grand nombre d’enfants et d’adolescents, le canton demeure encore un contexte pertinent pour l’étude des processus éducatifs.

LA PLACE DE L’ECOLE DANS L’ESPACE RURAL

Un monde clos ?

2La localisation géographique a été à l’origine d’un développement relativement indépendant de cette zone. Inséré dans un “pays” – Vitré – et dans un département – l’Ille-et-Vilaine – qui ont été de tout temps des lieux de contact et de passage entre différentes régions, le canton de Retiers souffre cependant d’un isolement certain. Son chef-lieu se trouve à plus de 25 kilomètres de tous les pôles urbains. Aucune commune n’est suffisamment proche de Rennes, ni des autres villes importantes de la région pour constituer un lieu de résidence acceptable pour les citadins. Les routes nationales entourent de loin le canton sans le traverser et le faible développement des transports en commun accentue encore les distances par rapport aux grands centres. Nous sommes bien ici dans ce qu’il est actuellement convenu d’appeler un “milieu rural profond”.

LE CANTON DE RETIERS

LE CANTON DE RETIERS

LA COMMUNE DE RETIERS

LA COMMUNE DE RETIERS
  • 1 Les trois communes de moins de 300 habitants sont Arbrissel (232 hab.), Forges-la-forêt (267 hab.) (...)

3Le canton, qui comptait 11.408 habitants en 1982, comprend dix communes, dont deux de plus de 2000 habitants. Parmi les autres, on peut distinguer trois groupes en fonction du nombre d’habitants : les toutes petites communes de moins de 300 habitants (3), les petites communes (3) qui ont entre 500 et 900 habitants et les communes de plus de 1000 habitants (2). Pour l’analyse, il nous faudra souvent considérer séparément les deux grosses communes – Retiers et Martigné-Ferchaud – et les autres. Les premières, en particulier le chef-lieu du canton, représentent depuis longtemps pour la société rurale l’ouverture vers le monde extérieur, à travers les marchés, les foires, les services. Les autres, situées dans un rayon de 10 kilomètres autour du chef-lieu, ont vécu sous leur dépendance. Actuellement, leur évolution respective suit des modalités différentes, voire opposées1.

Établissements ruraux et établissements urbains

4L’institution scolaire sert-elle à renforcer l’autonomie du canton ou à l’ouvrir à l’extérieur ? Aujourd’hui encore, dans chaque commune, on trouve au moins une école primaire, souvent deux du fait de la forte implantation de l’enseignement catholique. Intégrée de longue date au paysage local, l’école constitue avec la mairie et l’église un repère matériel dans l’espace et le temps de l’entité “village”. Dans les communes plus petites en particulier, elle symbolise à la fois l’avenir, car la présence des enfants témoigne d’une certaine vitalité, et le passé, car à première vue, rien ou presque ne semble y avoir changé d’une génération à l’autre. L’école publique fonctionne toujours dans ses locaux d’origine à l’ombre de la mairie, “l’école des curés” dans des bâtiments également vétustes. Beaucoup de ces établissements sont de petites écoles à deux ou trois classes, où des enfants d’âges différents travaillent côte à côte.

  • 2 Rappelons ici une partie du portrait-robot de l’école rurale selon l’enquête réalisée par la Fédéra (...)

5Des changements sont cependant intervenus dans le fonctionnement matériel des établissements. Dans les communes plus importantes, les conditions de travail des instituteurs et des enfants se sont nettement améliorées. De nouveaux locaux ont été construits, l’organisation des cantines est parfois prise en charge par le personnel municipal. Au chef-lieu, une garderie péri-scolaire, subventionnée par la commune, fonctionne depuis peu dans l’école primaire. De même, l’organisation pédagogique des écoles des deux bourgs les plus importants est proche de celle des établissements urbains. À Martigné-Ferchaud, l’école publique comporte 8 classes et l’école privée 9 classes. A Retiers, l’école privée a 13 classes. L’école publique a 8 classes et une maternelle indépendante de 3 classes. En outre, une classe de perfectionnement fonctionne dans ses locaux. Récemment, un G.A.P.P. (Groupe d’Aide Psycho-Pédagogique) s’est installé dans la commune et propose ses services à toutes les écoles publiques du canton2.

6En dépit de ces changements, les écoles primaires semblent vivre encore en symbiose avec les communautés villageoises. En revanche, il faudrait plutôt parler de “greffe” pour illustrer l’insertion des établissements d’enseignement secondaire dans le canton. On y trouve actuellement deux collèges, un public et un privé, et deux C.E.R.P. (Collèges d’enseignement rural privé). Tous ces établissements datent des années soixante et sont situés dans les communes urbaines. Beaucoup d’habitants du canton ne les connaissent donc pas “de l’intérieur” et n’éprouvent pas pour eux le même attachement que pour les écoles des villages.

  • 3 En 1983-1984, il ne compte plus que 77 élèves, des filles en très grande majorité. Les diplômes pré (...)

7L’actuel Centre d’enseignement rural privé à Retiers, encore appelé “centre ménager” par la plupart des habitants, constitue en partie une exception. Pendant longtemps, ce centre, en l’absence d’autre établissement secondaire proche, a assuré un début d’instruction post-élémentaire à beaucoup de femmes du pays et à une partie des hommes. Il offrait la possibilité d’acquérir un complément de formation professionnelle sans engager des dépenses d’internat, car le train permettait aux enfants habitant sur l’axe Retiers-Martigné de rentrer chez eux le soir. Cependant, après la mise en œuvre des réformes de 1959 dans l’enseignement secondaire et la création du C.E.G. (Collège d’Enseignement Général) en 1964, il a perdu une grande partie de son importance dans la commune3.

  • 4 Nous n’avons pu recueillir que peu d’informations sur le collège privé de Martigné-Ferchaud ainsi q (...)

8Le collège public, situé aussi à Retiers, a vu le jour grâce aux efforts conjugués du secrétaire de mairie, par ailleurs D.D.E.N. (Délégué départemental de l’Éducation nationale), ardent défenseur de l’école laïque, et de l’I.D.E.N (Inspecteur Départemental de l’Éducation Nationale). À la rentrée 1964-1965, il a ouvert ses portes en tant que C.E.G., avec la mise en place d’une classe de sixième s’adressant uniquement à une douzaine d’élèves venant des écoles publiques. De nouveaux locaux dotés de logements de fonction ont été inaugurés en 1976. À la rentrée de 1983, rétablissement compte un peu moins de 500 élèves répartis en six classes de sixième, six classes de cinquième, trois classes de quatrième, trois classes de troisième, deux classes de C.P.P.N. (Classes pré-professionnelles de niveau) et une classe de C.P.A. (Classe de préparation à l’apprentissage). S’il demeure mal identifié par une partie de la population, il est encore un établissement de “taille humaine”, qui présente tous les avantages et les inconvénients de l’interconnaissance entre le personnel et entre les élèves4.

ECOLE, POLITIQUE ET RELIGION

Rouges et blancs, laïques et catholiques

  • 5 Pour cette synthèse, nous avons consulté “Les départements français. L’Ille-et-Vilaine” de la colle (...)

9Les rapports entre l’école et le milieu local dans le canton de Retiers, comme dans de nombreuses localités de l’ouest de la France, ont été fortement marqués par les querelles entre laïques et catholiques. Celles-ci s’inscrivent dans une histoire régionale et locale riche en retournements dont nous ne pouvons donner ici qu’un bref aperçu5. À la fin du XVIIIe siècle, la vie politique du canton se trouve dominée par son curé, J. Lancelot qui, ayant embrassé les idées de la Révolution, est devenu député du clergé aux États Généraux et secrétaire de l’Assemblée Constituante. Rentré dans sa paroisse comme curé constitutionnel, il a été élu président du synode départemental et y a exercé une grande influence. La première moitié du XIXe siècle voit toutefois un retour à l’influence du clergé traditionnel et une adhésion à la royauté. Au tournant du XIXe siècle, ceci n’empêche pas le canton, suivant un mouvement important au niveau du département, d’élire un député radical-socialiste. Il devient même un fief des radicaux, représentés par un certain nombre de personnalités marquantes du chef-lieu et d’une des communes voisines.

10À la fin de la première guerre mondiale, on retrouve une bourgeoisie locale divisée en deux camps, l’un proche du maire radical du chef-lieu et conseiller général, l’autre ayant à sa tête un catholique fervent. L’opposition grandit entre le chef-lieu et l’autre grande commune du canton, entre Retiers “la rouge” et Martigné “la blanche”. Au cours de la deuxième guerre mondiale, un deuxième maire radical du chef-lieu est révoqué par le gouvernement de Vichy qui nomme à sa place le père de l’actuel maire, favorable au groupe des catholiques. Les notables locaux avaient entre-temps adhéré pour la plupart au camp des catholiques et ce maire, démis à son tour en 1945, a été réélu démocratiquement en 1946. Depuis, la plupart des communes du canton sont restées acquises aux partis de droite et proches du groupe catholique, bien que ce dernier n’ait plus la même cohésion que par le passé. Dernier revirement, toutefois, c’est Martigné “la blanche” qui depuis quelques années a élu à la mairie un vétérinaire favorable au groupe des laïques.

  • 6 D’un côté, comme l’écrit E. Morin à propos de la commune de Plodemet, c'est “la France catholique, (...)

11Depuis la fin du XIXe siècle, l’école est devenue un enjeu central des deux grandes forces en présence. À travers elle, chaque camp s’est efforcé d’élargir ses troupes et d’étendre son champ d’action. Le double réseau scolaire a ainsi réaffirmé et reproduit les divisions profondes au sein de la communauté. La ligne de partage qui, dans ses débuts, recoupait imparfaitement celle existant entre “les puissants” et “le peuple” a reflété par la suite, de façon plus subtile, les clivages sociaux entre les notables, la petite bourgeoisie et les couches populaires, et entre différents segments à l’intérieur de ces groupes, en particulier entre travailleurs indépendants et salariés6. Aujourd’hui encore, les deux réseaux accueillent un public différent. Les classes de C.P. des écoles primaires privées de la circonscription dont fait partie le canton de Retiers, comptent plus d’enfants d’agriculteurs et d’artisans et de commerçants que celles des écoles publiques. Les classes des écoles publiques reçoivent plus d’enfants de cadres moyens et d’ouvriers. La proportion d’enfants d’employés et de cadres est sensiblement la même dans les deux types d’établissements.

TABLEAU 1. ORIGINE SOCIALE DES ÉLÈVES DE COURS PRÉPARATOIRE DES ÉCOLES PUBLIQUES ET PRIVÉES. Canton de Retiers

PUBLIC

PRIVÉ

Agriculteurs

7,2 %

17,8 %

Artisans, commerçants

5,2 %

7,8 %

Cadres supérieurs, professions libérales

4,3 %

4,4 %

Cadres moyens

12,4 %

7,5 %

Employés

18,3 %

17,2 %

Ouvriers

26,4 %

23,1 %

Source : Inspection départementale. Enquête effectuée en 1984-1985.
Note : les pourcentages n'atteignent pas 100 % car nous n’avons pas inclus les catégories “chômeurs”, “enfants de la D.A.S.S.” et “mère (ou père) au foyer” utilisées dans cette enquête.

  • 7 Il est intéressant de noter que le débat national autour des projets de réforme du statut des école (...)

12Dans le passé, tout ce qui touchait à l’école était souvent source de conflit, selon l’orientation politique de chaque commune, entre le clergé et le pouvoir municipal ou entre ce dernier et les instituteurs laïques ou les autorités éducatives. Actuellement, dans la plupart des communes, ce sont les instituteurs des écoles publiques qui se plaignent le plus des faveurs accordées aux écoles catholiques par les élus locaux. Depuis quelques années, cependant, ces derniers ont été contraints, au moins au plan formel, de réserver le même traitement aux deux écoles : même nombre de subventions pour les classes de neige ou de mer, sommes identiques allouées pour les fournitures scolaires des enfants dans chaque école. Au niveau des enseignants, on assiste aussi à un changement dans les mentalités. Dans certaines communes, l’ignorance mutuelle et les conflits entre les instituteurs ont cédé le pas à quelques essais timides de collaboration au sein des cantines municipales ou dans le cadre des activités extra-scolaires comme la fréquentation de la piscine. En outre, les enseignants du “public” et du “privé” se retrouvent maintenant ensemble dans certaines associations du chef-lieu7.

Le devenir des deux réseaux de scolarisation

13L’enseignement catholique a toujours été mieux représenté dans le canton, mais depuis quelques années ses effectifs diminuent davantage que ceux de l’enseignement public, ce qui a pour effet de mettre les deux secteurs presque à égalité. En 1982, 754 élèves sont scolarisés dans 34 classes des écoles publiques contre 810 élèves dans les 35 classes des écoles privées. En 1979, l’écart était deux fois plus important : 791 élèves dans le réseau public et 893 dans le réseau privé. Autrefois, il y avait une école publique et une école privée dans chaque commune. L’évolution démographique dont il est question plus bas a entraîné, au cours des vingt dernières années, la disparition de l’une ou de l’autre école dans les petites communes. De nos jours, dans deux d’entre elles, il ne reste que l’école publique ; dans trois autres, seule subsiste l’école privée. Dans les cinq communes les plus peuplées, les deux écoles continuent à se disputer les enfants d’âge scolaire.

14La vitalité des établissements laïques et catholiques varie d’une commune à l’autre. Dans les trois petites communes où seules les écoles privées continuent à fonctionner, deux d’entre elles ont effectué des regroupements avec des communes voisines à l’extérieur du canton et un autre était à l’étude au moment de notre enquête. Dans les deux communes de moins de 900 habitants où l’école publique n’a pas de concurrent, l’une connaît une certaine stabilité quant au nombre d’élèves, l’autre voit ses effectifs diminuer depuis quelques années. Dans les cinq communes les plus importantes où les deux réseaux coexistent, on trouve des situations variées. A Retiers, l’école privée est beaucoup plus forte et bénéficie d’un regard bienveillant de la part des élus locaux. À Martigné-Ferchaud, l’école laïque accueille moins d’élèves que l’école privée. L’écart est toutefois bien moins important qu’au chef-lieu. En outre, dans cette commune, les effectifs du secteur privé sont en baisse alors qu’ils ont augmenté dans le secteur public.

TABLEAU 2. EFFECTIFS DES ÉCOLES PUBLIQUES ET PRIVÉES. Canton de Retiers

TABLEAU 2. EFFECTIFS DES ÉCOLES PUBLIQUES ET PRIVÉES. Canton de Retiers

Source : Inspection départementale. Statistiques de l’année 1983-1984.

  • 8 Pour les changements d’un secteur à l’autre au niveau national, voir G. Langouët et A. Léger, “Traj (...)

15Il y a peu de passages d’un réseau à l’autre au niveau du cycle élémentaire. C’est à l’entrée en sixième que se produit un mouvement important des élèves des écoles privées vers l’enseignement public. En 1983-1984, un tiers exactement des effectifs du collège public de Retiers avaient effectué leur scolarité primaire dans une école catholique. Sur 128 élèves du secteur privé dans le canton devant entrer en sixième l’année suivante, 44 demandaient une homologation pour y poursuivre leur scolarité. Dans l’ensemble, on constate que la grande majorité des élèves de l’enseignement primaire public poursuit sa scolarité dans le secteur public (deux demandes uniquement de passage dans le privé sur 109 élèves entrant en sixième à la rentré 1984) et dans le collège local (aucune demande de dérogation pour la rentrée 1984-1985). Les élèves de l’enseignement catholique peuvent en revanche fréquenter divers établissements hors du canton – à Janzé, petite ville située à une quinzaine de kilomètres du chef-lieu ou à Rennes – et dans le canton où, en fonction principalement du lieu de résidence, ils iront au collège public ou au collège privé8.

LA FIN DES PAYSANS, LA FIN DES ECOLES ?

Dynamiques démographiques et dynamiques scolaires

  • 9 L’excédent naturel y est de +189 entre 1975 et 1982 contre +486 pendant la période 1968-1975. Le so (...)

16Le canton de Retiers connaît actuellement une évolution démographique semblable à celle de beaucoup d’autres “zones rurales profondes”. S’il s’agit d’un secteur traditionnel d’émigration – la population n’a cessé de diminuer depuis la deuxième moitié du XIXe siècle – il faut mettre en lumière les spécificités de la situation présente. Les départs sont toujours plus nombreux que les arrivées dans le canton. L’excédent naturel est encore positif, mais en nette régression par rapport à la période précédente et négatif pour les communes de moins de 2000 habitants. Il n’y a qu’au chef-lieu qu’on observe une certaine dynamique démographique9. En outre, la répartition par classes d’âge se transforme par l’effet conjugué de plusieurs phénomènes : allongement de l’espérance de vie pour la population âgée et réduction du nombre d’enfants par couple, départ des jeunes et faible installation de ménages. Entre les deux derniers recensements, on constate, soit une stagnation de la population de 0 à 19 ans, soit une baisse plus ou moins forte selon les communes. Par contre, la population des 65 ans ou plus tend à augmenter.

TABLEAU 3. STRUCTURE PAR ÂGE DE LA POPULATION. Canton de Retiers

TABLEAU 3. STRUCTURE PAR ÂGE DE LA POPULATION. Canton de Retiers

Source : recensement de 1987.

17Les écoles primaires du canton enregistrent depuis plusieurs années cette diminution de la population enfantine. Dans les établissements actuellement en fonctionnement, entre la rentrée de 1979 et celle de 1983, le nombre d’élèves a diminué de 37 dans l’enseignement public et de 83 dans l’enseignement privé (mais pour une évaluation plus juste de l’évolution du secteur privé, il faudrait tenir compte des élèves scolarisés dans des communes à l’extérieur du canton à la suite des regroupements). Au collège public, les effectifs augmentent encore régulièrement (414 élèves en 1980, 422 à la rentrée 1981, 461 en 1982), mais les effets de la baisse démographique ne tarderont pas à se faire sentir. Celle-ci peut être d’ailleurs en partie masquée par une orientation plus importante vers cet établissement des élèves des écoles privées au cours de ces dernières années.

Les groupes sociaux dans la société locale et à l’école

18Les agriculteurs ont été, pendant très longtemps, la catégorie sociale la plus nombreuse dans le canton. Dans les petites communes, les mieux lotis d’entre eux constituaient aussi un des groupes les plus puissants sur le plan local, à côté d’une poignée de notables et de quelques artisans, commerçants et petits fonctionnaires. Les changements économiques au niveau de la société globale et de la région ont partiellement altéré la composition sociale de la population des communes, sans bouleverser totalement la hiérarchie des positions au sein du système local.

  • 10 Dans le cadre de cette étude limitée, nous n’avons pas pu entreprendre une analyse historique de l’ (...)

19Dans l’histoire récente, le premier élément nouveau a été, dans la période de l’après-guerre, la reconversion massive dans l’industrie d’un grand nombre de petits paysans. Aujourd’hui, les ouvriers sont aussi nombreux que les agriculteurs dans le canton. L’accroissement de la population ouvrière n’a cependant pas entraîné autant de changements qu’on aurait pu supposer dans la vie des communes parce qu’elle reste très proche du monde agricole : le plus souvent souvent issue de ce milieu, une fraction importante de ces ouvriers peu qualifiés travaille dans des secteurs para-agricoles et continue à cultiver de petites surfaces. Il n’y a pas de véritables quartiers ouvriers dans les deux communes les plus importantes. Aussi, les ouvriers, bien que constituant un milieu plus homogène que celui des agriculteurs, ne sont pas organisés en tant que groupe. Ils n’ont pas développé un mode de vie qui leur soit propre, ni acquis une influence quelconque sur les affaires de la commune10.

  • 11 La littérature sur le renouveau de la population des communes rurales et sur les transformations de (...)

20On assiste également, suivant un mouvement bien connu à l’échelle nationale, à la disparition des catégories traditionnelles de travailleurs indépendants (les artisans, les commerçants et les petits chefs d’entreprise) et à un gonflement des catégories salariées, en particulier du groupe “professions intermédiaires” et “employés”, dû au développement du secteur tertiaire. Ces groupes tendent à remplacer lentement les catégories anciennes dans l’élite locale et à imposer leur point de vue sur les choix politiques et économiques et sur les relations sociales dans l’espace local11. Ce phénomène est très marqué dans les plus grosses communes, notamment au chef-lieu où les catégories I.N.S.E.E. “professions intermédiaires” et “employés” représentent actuellement presque un tiers de la population.

TABLEAU 4. RÉPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE SUIVANT L’APPARTENANCE SOCIO-PROFESSIONNELLE. Canton de Retiers et communes urbaines

TABLEAU 4. RÉPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE SUIVANT L’APPARTENANCE SOCIO-PROFESSIONNELLE. Canton de Retiers et communes urbaines

Source : recensement de 1982.

  • 12 En Bretagne, c’est chez les salariés et exploitants agricoles que le nombre moyen final d’enfants e (...)
  • 13 Il s’agit de la même enquête utilisée pour l’élaboration du tableau I.

21Le public des établissements scolaires reflète naturellement la composition socioprofessionnelle de la population du canton, mais les variations dans l’âge des individus de chaque catégorie (avec deux pôles : agriculteurs, petits patrons/vieux et cadres moyens, employés/jeunes qu’on retrouve au niveau national) et les différences dans les taux de fécondité de chaque groupe (les agriculteurs, groupe le plus fécond, s’opposent aux cadres moyens qui ont en général le moins d’enfants) introduisent naturellement des distorsions dont il faut tenir compte12. Une enquête effectuée par l’Inspection académique sur les effectifs de 1980-1981 dans les écoles publiques a montré que le canton de Retiers se situe à la deuxième place, sur les 51 secteurs de recrutement des collèges de l’Académie, pour le taux (74,2 %) d’enfants d’ouvriers et d’agriculteurs (comptés ensemble). L’enquête plus récente (1984) de l’Inspection départementale sur les classes de C.P de la circonscription dont fait partie le canton montre que les enfants d’ouvriers sont les plus nombreux (24,8 %) dans les écoles publiques et privées, suivis des enfants d’employés (17,7 %) et des enfants d’agriculteurs (12,5 %)13.

22Nous ne disposons de statistiques sur l’origine socioprofessionnelle des élèves du secondaire sauf pour ceux du collège public de Retiers. Comme les écoles primaires, celui-ci rassemble une majorité d’enfants d’ouvriers et un nombre important d’enfants d’employés. Les enfants d’agriculteurs sont plus nombreux que dans les classes de C.P. Dans les classes de sixième et de cinquième, il y avait à la rentrée 1983, d’après nos propres statistiques établies à partir du fichier des élèves, 42 % d’enfants d’ouvriers, 19 % d’enfants d’agriculteurs et 12 % d’enfants d’employés. Les enfants des couches supérieures (cadres, professions intellectuelles supérieures) sont très peu nombreux (3 %). La composition sociale de la population des élèves de troisième est assez différente puisque les enfants d’ouvriers ne représentent plus qu’un tiers de l’effectif, alors que le pourcentage d’enfants d’agriculteurs (17,5 %) est seulement un peu plus faible et surtout que celui d’enfants d’artisans et de commerçants (15,2 %) devient plus important.

CONTEXTE ECONOMIQUE ET TRAJECTOIRES SCOLAIRES

La crise économique et le recours à l’école

  • 14 Pour la rédaction de cette partie, nous avons consulté les travaux suivants : “Les départements fra (...)

23Pendant longtemps l’agriculture – et notamment la production laitière – a été au centre de la vie économique de Retiers. Après la deuxième guerre mondiale, le canton a bénéficié de l’installation de nombreux jeunes et des opérations de remembrement qui ont facilité la modernisation des structures de production et des outils. L’exode rural a continué mais le développement de la laiterie Bridel, fondée en 1848 par l’arrière grand-père de l’actuel président-directeur général et devenue la première entreprise de ce type en Bretagne et une des plus importantes du secteur agro-alimentaire en France, a permis le maintien des petites exploitations et évité une chute démographique trop brutale. En outre, dans les années cinquante et soixante, l’installation des industries automobiles Citroën près de Rennes a fourni de nombreux emplois aux habitants du canton. La proximité des lieux de travail, le système de transport mis en place par cette entreprise et une politique de prêts-logement visant à garantir la stabilité de la main d’œuvre ont attiré de nombreux travailleurs des communes du canton14.

  • 15 En 1982, on trouve encore dans le canton de Retiers 49,2 % des hommes et 55,2 % des femmes, soit pl (...)

24La possibilité de trouver des emplois sur place sans titres scolaires et l’absence de structures d’enseignement secondaire proches, a pendant longtemps découragé même certaines fractions de la petite bourgeoisie locale de faire poursuivre des études à leur progéniture au delà de l’école élémentaire. Quelques notables seulement envoyaient leurs enfants faire des études longues à Rennes ou dans d’autres villes du département. Une petite élite, parmi les fils d’agriculteurs, d’artisans ou de commerçants, préparait des diplômes techniques dans des centres d’apprentissage. Les femmes, même de milieu relativement aisé, arrêtaient leurs études, dans le meilleur de cas, après le certificat d’études et suivaient parfois des cours au centre ménager du chef-lieu. Les enfants des petits agriculteurs fréquentaient souvent l’école primaire de façon irrégulière, suivant les rythmes de la production agricole, et à 14 ans, sinon avant, partaient sans aucun diplôme pour aider à la ferme ou travailler en usine15.

25Or les changements dans l’économie nationale et locale ont profondément bouleversé la relation formation-emploi. On ne peut pas encore véritablement parler de crise économique dans cette région, mais tous les indicateurs laissent présager une situation très difficile dans les années à venir. Le secteur agricole, relativement épargné jusqu’à présent par le débouché que représentait l’industrie laitière, se heurte à l’obstacle des moyens financiers nécessaires pour maintenir les productions traditionnelles à un niveau concurrentiel et aux limites imposées par l’instauration de quotas laitiers dans le cadre de la Communauté économique européenne. En outre, l’automatisation croissante liée à l’expansion de la laiterie Bridel a pour effet de freiner le recrutement d’une main d’œuvre peu qualifiée dans cette entreprise. Le secteur automobile connaît de son côté quelques difficultés et les petites et moyennes entreprises dans les secteurs du bâtiment et de l’habillement installées dans le canton ont du mal à se maintenir.

26Pour trouver un emploi, les jeunes sont par conséquent de plus en plus amenés à quitter le canton et à faire valoir un niveau d’études bien supérieur à celui de leurs parents. La demande croissante de titres scolaires ainsi que les transformations profondes de l’appareil éducatif depuis 1959 expliquent les différences très importantes entre les trajectoires scolaires des enfants et celle de leurs parents. En dépit de progrès certains, des inégalités subsistent néanmoins par rapport au milieu urbain. Surtout, on constate, comme au niveau national, que malgré l’allongement de la scolarité obligatoire à 16 ans pour tous les enfants et la mise en place du “collège unique”, les enfants des différents milieux sociaux ont des parcours scolaires fort divers.

La diversité des parcours scolaires

  • 16 Le problème de la préscolarisation tardive des enfants d’agriculteurs a été longuement analysé par (...)

27Les enfants commencent actuellement leur scolarité plus tôt que ne l’avaient fait leurs parents, mais si l’on compare l’âge auquel ils font leur entrée à l’école dans le canton avec les moyennes nationales, on retrouve le phénomène traditionnel d’un retard de la préscolarisation dans les campagnes. L’analyse en termes de catégories sociales fait ressortir que ce sont les enfants d’agriculteurs qui, majoritairement, ont moins de deux années d’éducation préscolaire (27 %), suivis des enfants d’ouvriers (15 %) puis des enfants de chefs d’entreprise, d’artisans et de commerçants (9 %). Ce sont les enfants de cadres supérieurs ou des professions libérales qui fréquentent le plus l’enseignement préscolaire (68 % ont eu trois années de maternelle ou plus), suivis de près par les enfants dont les parents exercent une profession intermédiaire ou sont employés (63 % et 61 % respectivement ont fréquenté cet enseignement trois années ou plus16).

28Si tous les enfants assistent maintenant à l’école élémentaire de façon régulière, la scolarité de beaucoup d’entre eux se caractérise par le redoublement d’une ou plusieurs classes. Le taux de redoublement global pour l’année scolaire 1982-1983 s’établit à 10,5 % dans les écoles publiques du secteur. La préscolarisation tardive et les redoublements se traduisent par des retards importants au regard des normes d’âge par niveau dans le système éducatif. Sur la carte des retards préparée par l’Inspection académique en 1982-83 à l’occasion de la mise en place de la Z.E.P., le canton de Retiers apparaît comme la “lanterne rouge” du département : 179 élèves sur 509, soit 35,2 % de la population des effectifs de l’enseignement primaire public, ont un an de retard ou plus. Le canton occupe en outre la deuxième place pour le taux de maintien en C.M.2 et pour le pourcentage d’élèves ayant deux années de retard en sixième, et la sixième place pour le taux de retard en C.E.1.

TABLEAU 5. ÉVOLUTION DU RETARD SCOLAIRE PAR NIVEAU DANS LES ÉCOLES PUBLIQUES. Canton de Retiers

TABLEAU 5. ÉVOLUTION DU RETARD SCOLAIRE PAR NIVEAU DANS LES ÉCOLES PUBLIQUES. Canton de Retiers

0 : à l’heure. 1 : un an de retard. 2+ : deux ans de retard ou plus.
Source : Inspection départementale. Statistiques de l’année 1983-1984.

29De même, si tous les élèves poursuivent maintenant leur scolarité dans un même type d’établissement à l’issue de l’école primaire, au retard pris par beaucoup dans l’enseignement élémentaire s’ajoutent de nouveaux redoublements au cours des deux premières années de scolarisation dans le secondaire. En 1983-1984, dans le collège public de Retiers, 28 % des élèves de sixième ont un an de retard et 12 % deux années ou plus. Parmi les élèves de cinquième, ces pourcentages s’élèvent à 34 % et 19 %, soit plus de la moitié des élèves de ce niveau qui ont cumulé des années de retard. Ces taux doivent cependant être rapportés aux orientations autres que le passage dans la classe supérieure. En sixième, par exemple, à la fin de l’année scolaire 1983-1984, 11 élèves, soit 8 % des effectifs sont éjectés hors de la filière longue (9 orientations en C.P.P.N, 1 en C.P.A., 1 en première année de C.A.P.A.). En cinquième, une véritable division s’opère : un peu plus de la moitié des élèves continuent en quatrième. Outre ceux qui redoublent, 10 élèves (soit 7 % des effectifs) sont dirigés vers les classes de C.P.P.N. ou de C.P.A., 15 (11 %) sont orientés en première année de C.A.P. et 8 (6 %) en première année de C.A.P.A.

30À la sortie du collège, les inégalités entre les élèves deviennent plus apparentes. Les parcours se séparent et conduisent à des modalités d’insertion sociale et professionnelle très différentes. La plupart des élèves orientés vers le premier cycle court préparent des C.A.P. dans les filières très peu prisées du bâtiment et de la mécanique générale, dans des L.E.P. ou par voie d’apprentissage, quand ils n’entrent pas directement dans la “vie active”. Une petite fraction suit des enseignements agricoles et une minorité s’oriente vers des B.E.P. du secteur tertiaire. En analysant les orientations à l’issue de la classe de troisième pour l’année 1983-1984, sur les 50 élèves pour lesquels nous avons des informations, moins de la moitié a l’intention de poursuivre des études en classe de seconde. Les autres envisagent des formations plus courtes et moins académiques dans des L.E.P. ou des lycées techniques.

ECOLE ET VIE ASSOCIATIVE

Autrefois, l’école omniprésente

  • 17 E. Morin, Commune en France, p. 183.

31Nous avons déjà noté que les rapports sociaux dans le canton sont depuis longtemps marqués par l’opposition entre laïques et catholiques. Comme dans le village de Plodémet (Finistère) que décrit E. Morin, “la bipartition opposa les deux pouvoirs superposés, mairie et Église, deux appareils militants, deux blocs de familles et de villages, deux réseaux de mariages, d’entraide, de solidarités, de fournisseurs, de clients, de commerçants, de buvettes”17. C’est autour des écoles que beaucoup d’associations concurrentes se sont développées. Principal agent de socialisation avec la famille, l’institution scolaire étendait son emprise bien au-delà des heures de cours. Parents et enseignants des écoles laïques et catholiques étaient au nombre des principaux organisateurs d’activités et de manifestations collectives.

  • 18 Sur le rôle de l’école dans l’animation des communes rurales, on peut consulter, outre les monograp (...)

32Aujourd’hui, dans toutes les communes, une poignée de parents d’élèves se retrouvent encore dans le cadre du comité de parents, au sein d’une Amicale laïque ou d’une association de parents d’élèves. Outre leur action en tant que groupes de pression face aux autorités éducatives et au pouvoir local, ces groupes organisent des animations à l’intention des enfants et des adultes. Ce sont aussi des parents d’élèves qui ont mis en place ou s’occupent des associations qui prennent en charge les enfants les mercredis ou pendant les vacances d’été. C’est le cas de l’Action catholique de l’enfance, qui propose des activités les mercredis dans plusieurs communes ou de la Famille Rurale qui organise une “ruche” pendant le mois de juillet pour les enfants du canton. Ce sont eux aussi qui, avec d’autres sympathisants de l’école, ont été parmi les éléments fondateurs d’associations culturelles pour jeunes et adultes qui constituent les principaux centres de loisirs dans les villages18.

33Les enseignants ont été, tout autant que les parents d’élèves, à l’origine de ces initiatives, notamment de la création d’associations sportives qui sont parmi les plus fréquentées et les plus populaires dans chaque commune. Les instituteurs laïques ont encouragé les activités sportives scolaires dans le cadre de l’U.S.E.P. (Union Sportive de l’Enseignement Public). Les enseignants du public et du privé ont longtemps dirigé, et certains le font encore, les clubs sportifs des communes. Au chef-lieu du canton, le club de basket-ball était dirigé jusqu’à une date récente par une institutrice de l’école “libre” tandis que le club de football “laïque” était présidé par un P.E.G.C. du collège public. En outre, c’est le directeur de l’école publique du Theil qui pendant longtemps a organisé durant les congés d’été le centre aéré dépendant des Francs et Franches Camarades.

Déclin et renouveau de la vie associative

34La survie de ces activités est donc étroitement liée à l’existence de l’école, à la participation bénévole des enseignants et des parents, et au maintien de la séparation entre laïques et catholiques. Or on assiste actuellement à une disparition progressive de ces trois conditions avec pour résultat une modification, certes lente, mais significative, de la vie associative. D’une part, l’évolution démographique, comme nous l’avons indiqué plus haut, est en train de réduire considérablement la population enfantine et adolescente des villages. Dans les petites communes, les activités péri-scolaires se font rares et les associations pour enfants dépérissent. D’autre part, la participation bénévole des parents, et surtout celle des enseignants, a beaucoup diminué ces dernières années. Corollaire d’un certain nombre de phénomènes que nous aborderons en détail dans les chapitres suivants, ce fait a pour conséquence directe la disparition pure et simple, ou un fonctionnement plus irrégulier, de certaines activités et associations.

35En outre, au chef-lieu du canton, où subsistent encore les associations des deux camps, il s’amorce depuis quelques années une tolérance mutuelle. Par exemple, les deux associations rivales qui s’occupent des loisirs des enfants pendant les vacances, le centre aéré et la Famille Rurale, ont choisi de fonctionner l’une au mois de juillet et l’autre au mois d’août, et de nombreuses familles utilisent leurs services sans tenir compte de l’affiliation du responsable, mais en fonction des dates de leurs vacances. On assiste, en fait, à un mouvement beaucoup plus profond de réunification des deux secteurs. Par exemple, les deux groupes qui faisaient de la musique avaient disparu. Aujourd’hui, l’Harmonie réunit des gens des deux camps. Enfin, les deux clubs rivaux de football, qui sont les associations sportives les plus fréquentées de la commune, ont fusionné l’année de notre enquête. Pour les gens de moins de 40 ans, la ligne de division entre les “laïques” et les “catholiques” est devenue beaucoup moins importante que pour leurs aînés.

  • 19 Pour la vie associative en milieu rural, son déclin et son renouveau, voir M. Agulhon et M. Bodigue (...)

36Impulsée par un petit groupe moderniste, la vie associative y connaît un nouvel essor et se développe indépendamment des établissements scolaires. Une partie des conseillers municipaux, le jeune secrétaire de mairie et certains responsables d’associations élaboraient pendant notre enquête un projet de création d’un centre socio-culturel. Μ. B, responsable à la perception, a entrepris avec un groupe d’amis la mise en place d’une salle de cinéma. Une association pour le développement du canton, constituée à l’occasion des élections municipales de 1983 autour d’une liste de gauche, publie un petit journal très critique de la vie locale et tente de lancer des initiatives telles que les “Assises cantonales du tourisme”. Ces transformations restent toutefois circonscrites au chef-lieu du canton. À Martigné-Ferchaud, et davantage encore dans les communes plus petites, on assiste plutôt à une stagnation de la vie associative et des loisirs que rien ne semble venir enrayer19.

***

37Quels éléments privilégier pour résumer les principaux traits de la situation actuelle dans le canton de Retiers ? Pour l’ensemble du canton, les évolutions démographiques et économiques, leurs incidences sur le fonctionnement de l’institution scolaire et, inversement, l’influence de cette dernière sur le devenir des nouvelles générations laissent peu de place à l’optimisme. Vieillissement des campagnes, difficultés économiques, “échec scolaire” d’une bonne partie de la population scolarisée... le tableau est bien sombre. Cependant, si ces facteurs sont déterminants dans l’avenir du canton, il ne faut pas pour autant négliger des changements positifs dans le domaine culturel et social, ni la situation spécifique du chef-lieu. Non pas que ces éléments constituent un véritable contrepoids au tableau précédent, mais ils pourraient, dans le cadre d’une politique comme celle des zones d’éducation prioritaires, être pris comme points d’appui pour une action sur le milieu.

Notes

1 Les trois communes de moins de 300 habitants sont Arbrissel (232 hab.), Forges-la-forêt (267 hab.) et Sainte-Colombe (276 hab.). Les communes ayant entre 500 et 900 habitants sont Thourie (591 hab.), Essé (747 hab.) et Marcillé-Robert (837 hab.). Les deux communes de plus de 1000 habitants sont Coësmes (1033 hab.) et Le Theil-de-Bretagne (1133 hab.). Martigné-Ferchaud compte, au recensement de 1982, 3116 habitants et Retiers, 3364. Pour une analyse historique du rôle des bourgs dans les campagnes françaises, voir F. Braudel, L’identité de la France, tome I, “Espace et histoire’, chap. 2.II, “Expliquer le système : le bourg”.

2 Rappelons ici une partie du portrait-robot de l’école rurale selon l’enquête réalisée par la Fédération des délégués départementaux de l’Éducation nationale en 1976 : « C’est une école à deux classes, avec section enfantine : au total environ 45 élèves dont 7 ou 8 ont 4 et 5 ans. Elle est située dans une commune de 250 à 500 habitants et ne reçoit que les enfants de la commune. C’est une école sans cantine, avec logement de fonction : l’état des locaux, du logement, est en général considéré bon ou moyen. » Fédération des D.D.E.N., L’école en milieu rural.

3 En 1983-1984, il ne compte plus que 77 élèves, des filles en très grande majorité. Les diplômes préparés sont le C.A.P.A. (Certificat d’aptitude professionnelle agricole) d’employé d’entreprise agricole et para-agricole et, pour les garçons uniquement, un C.A.P.A. d’employé d’élevage (option vacher) en apprentissage. Les élèves peuvent préparer aussi un B.E.P.A. (Brevet d’enseignement professionnel agricole d’économie familiale rurale [option entreprise agricole et accueil en milieu rural]).

4 Nous n’avons pu recueillir que peu d’informations sur le collège privé de Martigné-Ferchaud ainsi que sur l’autre C.E.R.P. local. Le premier est un petit établissement de 250 élèves. Le C.E.R.P., lui aussi de petite taille, permet, aux garçons exclusivement, de suivre des formations de niveau B.E.P.A. en agriculture-élevage et en conduite et entretien des machines agricoles.

5 Pour cette synthèse, nous avons consulté “Les départements français. L’Ille-et-Vilaine” de la collection Notes et études documentaires et diverses sources locales, notamment les écrits personnels du Délégué départemental de l’Éducation nationale qui s’est beaucoup intéressé à l’histoire du canton.

6 D’un côté, comme l’écrit E. Morin à propos de la commune de Plodemet, c'est “la France catholique, hiérarchique, traditionnelle, plongeant ses racines dans la chrétienté du Moyen Age”, de l’autre “une France démocratique et égalitaire, puisant ses principes humanistes et évolutionnistes dans la grande révolution bourgeoise, et couronnée par la République du suffrage universel”. E. Morin, Commune en France.

7 Il est intéressant de noter que le débat national autour des projets de réforme du statut des écoles privées sous A. Savary n’a pas donné lieu à de nouvelles tensions au niveau local, malgré les manifestations très importantes des défenseurs de l’enseignement catholique à Rennes (entre 210.000 et 220.000 personnes le 18 février 1984, selon les estimations données par Le Monde du 21 février 1984) et à Nantes.

8 Pour les changements d’un secteur à l’autre au niveau national, voir G. Langouët et A. Léger, “Trajectoires scolaires et recours au secteur privé”.

9 L’excédent naturel y est de +189 entre 1975 et 1982 contre +486 pendant la période 1968-1975. Le solde migratoire est de —442 en 1982 contre —594 en 1975.

10 Dans le cadre de cette étude limitée, nous n’avons pas pu entreprendre une analyse historique de l’évolution de la structure sociale du canton. Le lecteur pourra trouver quelques points de repère dans les chapitres “L’ancien régime de Plozévet” de l’ouvrage d’A Burguière, Bretons de Plozévet, et “L’histoire” dans la monographie de L. Wylie, Chanzeaux, village d’Anjou. Concernant les différences entre les attitudes et les comportements des agriculteurs et des ouvriers en milieu rural, on peut consulter la monographie de L. Bernot et R. Blancard, Nouville, un village français.

11 La littérature sur le renouveau de la population des communes rurales et sur les transformations des rapports de pouvoir au sein de celles-ci est très riche. Pour une vue d’ensemble, nous renvoyons le lecteur aux articles de synthèse de B. Kayser, “Le village recomposé”, de M. Jollivet, “Le développement local, mode ou mouvement social ?” et de H. Lamarche, “Localisation, délocalisation, relocalisation du milieu rural”.

12 En Bretagne, c’est chez les salariés et exploitants agricoles que le nombre moyen final d’enfants est le plus élevé : plus de 3 enfants en moyenne. Les ouvriers, les cadres supérieurs et les professions libérales viennent ensuite, avec un nombre très proche de la moyenne. Seuls les cadres moyens ont moins de 2,5 enfants. Si l’on compare la Bretagne à la France entière, on observe un nombre d’enfants plus élevé chez les habitants de la région pour chaque catégorie, sauf pour les salariés agricoles (M. Tessier “La famille en Bretagne”, Octant, no 2, 1980).

13 Il s’agit de la même enquête utilisée pour l’élaboration du tableau I.

14 Pour la rédaction de cette partie, nous avons consulté les travaux suivants : “Les départements français. L’Ille-et-Vilaine” ; J.-P. James, “Dynamisme des industries agricoles et alimentaires en Bretagne, Octant, no 5, 1981 ; M. Tessier “La première région laitière en France”, Octant no 18, 1984 et plusieurs publications de la Chambre régionale de commerce et d’industrie.

15 En 1982, on trouve encore dans le canton de Retiers 49,2 % des hommes et 55,2 % des femmes, soit plus de la moitié de la population, qui ne possèdent aucun diplôme, et 21,3 % des hommes et 27,1 % des femmes qui n’ont que le certificat d’études.

16 Le problème de la préscolarisation tardive des enfants d’agriculteurs a été longuement analysé par G. Jégouzo et J.L. Brangeon dans Les paysans et l’école. Pour des statistiques plus récentes sur ce sujet, on peut consulter l’article de F. Œuvrard et M.-C. Rondeau, “Déroulement de la scolarité des enfants d’agriculteurs”.

17 E. Morin, Commune en France, p. 183.

18 Sur le rôle de l’école dans l’animation des communes rurales, on peut consulter, outre les monographies citées plus haut, les témoignages recueillis par le Collectif École-formation de Grenoble dans Les écoles rurales, quel avenir ?

19 Pour la vie associative en milieu rural, son déclin et son renouveau, voir M. Agulhon et M. Bodiguel, Les associations au village et J. Lautman, “Renouveau des sociétés locales, volonté ou résultat ?”.

Table des illustrations

Titre LE CANTON DE RETIERS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre LA COMMUNE DE RETIERS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre TABLEAU 2. EFFECTIFS DES ÉCOLES PUBLIQUES ET PRIVÉES. Canton de Retiers
Légende Source : Inspection départementale. Statistiques de l’année 1983-1984.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre TABLEAU 3. STRUCTURE PAR ÂGE DE LA POPULATION. Canton de Retiers
Légende Source : recensement de 1987.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU 4. RÉPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE SUIVANT L’APPARTENANCE SOCIO-PROFESSIONNELLE. Canton de Retiers et communes urbaines
Légende Source : recensement de 1982.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 5. ÉVOLUTION DU RETARD SCOLAIRE PAR NIVEAU DANS LES ÉCOLES PUBLIQUES. Canton de Retiers
Légende 0 : à l’heure. 1 : un an de retard. 2+ : deux ans de retard ou plus.Source : Inspection départementale. Statistiques de l’année 1983-1984.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

© Presses universitaires de Lyon, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search