Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Conclusion générale

Texte intégral

1L'étude de la dynamique urbaine à partir des multiples éléments qui l'engendrent et l’expliquent laisse un certain sentiment d'insatisfaction lié à la part d'arbitraire que recouvre toute analyse thématique. L'espace urbain, comme son histoire, relève davantage d'une construction continuée où la multitude des fonctions et des actions sont étroitement dépendantes. Aussi, entre les grands types de phénomènes examinés - relatifs à la démographie, à l'économie, aux sociétés-, tous porteurs d'une part du changement dans leurs relations avec l'espace, nous avons cherché à dégager toutes les interactions, elles-mêmes constitutives du système urbain. En outre, un ensemble de recherches d'ordre méthodologique ont permis de procéder à des analyses accordées à nos hypothèses.

2Chacune de nos villes organise un système dynamique relativement simple. Après une grande stabilité que connaissent Chalon, Mâcon et Bourg jusqu’à la fin du XIXe siècle, s'amorce au contraire une longue période de recherche d’équilibre, en particulier à partir des années cinquante. Vers 1975, les limites spatiales semblent être atteintes. Simultanément, la puissance d'attraction des villes, transcrite par les flux de tous ordres qui convergent vers elles, ou en divergent, conjuguée à la dynamique démographique urbaine, connaît ses degrés extrêmes ; cet état ne signifie pas pour autant une situation figée. Bien au contraire, nous avons vu que l'évolution interne se poursuit, que dans les limites du système, les sous-espaces varient en fonction de l'issue "des conflits d'attracteurs" qui les déterminent. Les variations d'ensemble du système ne peuvent toutefois se mesurer que sur de longues périodes, tant est grande l'inertie globale, même si certains facteurs - tels les facteurs démographiques - témoignent une dynamique exceptionnelle. Temps longs, temps courts, champs de forces plus ou moins vastes et influents construisent de concert le système régional intermédiaire propre à la ville moyenne.

3En analysant la puissance d'attraction et d'organisation de Chalon, Mâcon et Bourg nous avons montré la distinction entre les pouvoirs locaux, régionaux et extrarégionaux. La vigueur singulière de nos trois villes depuis la guerre n'a pas bouleversé l'ensemble du système urbain, mais leurs capacités de polarisation à l'échelle régionale intermédiaire se sont accrues alors que les grandes villes conservent leur monopole en matière de fonction de direction. Mais celles-ci s'exercent moins selon la traditionnelle structure hiérarchisée de l'espace. Les villes moyennes dépendent plus directement d'autres formes de domination, aux contours impalpables. Le pavage théorique du modèle de type de Christaller trouve ici ses limites ; seul le niveau régional, justement gouverné par les villes moyennes, s'est véritablement maintenu, toutefois à un niveau qualitatif relativement étriqué qui nous conduit à nous interroger une dernière fois sur le rôle et l'originalité de la ville moyenne.

4Les relations entre les économies, les sociétés locales et leur support spatial livrent un résultat différent de celui qu'avait laissé espérer le discours des aménageurs des années de la croissance. Aujourd'hui, le bilan ne porte guère à l'optimisme : nos villes moyennes retiennent en priorité les citadins peu ou pas qualifiés. Les situations respectives de Chalon, Mâcon et Bourg décrites en 1954 se sont exacerbées sous l'effet des flux migratoires multiformes, eux-mêmes régis par les transformations économiques. Les sociétés locales sont devenues plus banales, plus médiocres ; on ne distingue pas, en trente ans, de profonds changements, mais plutôt une "radicalisation" opérée au profit des classes moyennes et modestes, avec des variantes mineures selon les spécificités urbaines. A tout le moins, cela nous éloigne vivement du rôle éventuel joué par la ville moyenne dans la redistribution de la croissance, elle-même devenue caduque. Les espaces intermédiaire auraient-ils échoué dans leur fonction première, en particulier sous les effets multiplicateurs de la mobilité spatiale qui s'est tant déployée ces dernières décennies et traduirait une forme d'insatisfaction ?

5Une évolution socio-économique vers la médiocrité, sous l'action directe d'un double mouvement migratoire qui est en même temps responsable de la croissance puis de la récession démographique urbaine, nous semble caractériser le changement survenu à Chalon, Mâcon et Bourg. A ville moyenne, société de classes moyennes serait la conclusion raccourcie de notre propos, même si nous avons entrevu de multiples nuances et si les représentations locales sont à distinguer des mouvements de fond de la société. L'ampleur du phénomène confère à nos trois villes toute leur originalité.

6Par l'excellence du point de rencontre qu'elles offrent à de nombreuses et diverses trajectoires individuelles spatiales, professionnelles ou culturelles, Chalon, Mâcon et Bourg nous paraissent jouer le rôle de catalyseur des changements sociétaux, en particulier par l'acquisition et la diffusion des modes de vie urbains. En quelque sorte, les pratiques sociales s'inscrivent spatialement à travers le prisme des migrations, lesquelles, par ondes successives, propagent la transformation de l'espace et de la société. Compte tenu du degré d'urbanisation de la société, de la place et du nombre des villes moyennes dans notre territoire, il est possible de se demander dans quelle mesure l'évolution de la société contemporaine ne se réalise pas en partie par le jeu des turbulences que connaissent les villes moyennes, et dont nos trois villes sont des figures exemplaires ?

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search