Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Livre II. Espace économie société

Conclusion du livre II

Texte intégral

1Les trajectoires individuelles des nouveaux citadins de Chalon, Mâcon et Bourg, ne sont pas le fruit du hasard, elles sont guidées par les nécessités économiques et sociales du moment. En ce sens, la question du changement socio-spatial relève tout autant de celle du changement économique et du développement industriel et urbain à laquelle elle nous renvoie. Aujourd'hui nos villes subissent les affres de la crise économique, et vivent - Chalon en particulier - de difficiles reconversions industrielles qui contribuent à réduire les effets d'attraction de main-d’œuvre. A la date de 1982, notre enquête est encore quelque peu précoce pour enregistrer toute l'ampleur des con - séquences de la crise, mais nous avons néanmoins perçu des changements dans les motivations des individus. Nous avons distingué des types de mobilité liés aux âges de la vie, mais aussi aux périodes où la mobilité se produit. En ce sens, si les motifs de la migration vers la ville sont avant tout d'ordre professionnel, des nuances se dessinent cependant, qui accentuent, s’il est encore possible, l'apparente confusion qui gouverne les mouvements de population. Au moins pour les populations déjà bien engagées dans l'existence, l'emploi ne nous semble plus le ressort essentiel de la mobilité spatiale. La recherche d’une meilleure qualité de vie, la volonté de renouer avec les lieux ou les modes de vie d'un proche passé en sont les signes probants. Ces désirs compensent aussi un certain désenchantement que la ville a engendré et que les difficultés présentes rendent peut-être encore moins supportable.

2La venue à la ville a permis, par le jeu du développement des classes moyennes, une relative ouverture sociale, laquelle a mis en lumière de nouveaux clivages, en particulier à l’intérieur même des classes moyennes ; en retour, cette ouverture contribue à renforcer la part des classes moyennes. Une large part des jeunes des couches supérieures est contrainte de quitter la ville moyenne et son bassin de main-d’œuvre : celui-ci est plus voué aux classes modestes, qui sont de plus en plus nombreuses à rejeter la forme d'habitat urbain qui leur est imparti alors que l'économie locale les emploie en très grand nombre. Marché du travail et marché du logement interviennent conjointement et de manière déterminante dans les choix de mobilité spatiale et dans la diffusion de l'urbanisation (N. Commerçon, 1987). L'accentuation de la division sociale de l'espace, aussi bien urbain que "rurbain", fait la part belle aux couches moyennes, en même temps bénéficiaires de la forte croissance du secteur tertiaire, public et para-public en particulier.

3La dynamique socio-spatiale de nos villes est donc indissociable des mécanismes de la dynamique économique et de l'organisation spatiale régies par les flux de main-d’œuvre. Avec leurs stratégies, leurs enjeux, leurs conflits, les sociétés urbaines contribuent à donner à l'espace sa rationalité.

4A deux niveaux différents, celui de la ville et celui de la région, s'articule une même dualité. L'alternative centre-périphérie de l'espace urbain se fonde sur des divisions technico-économiques qui varient selon les périodes prises en référence, mais aussi, en conséquence, sur des divisions sociales qui sont elles-mêmes héritées des mutations sociétales. Celles de nos trois villes moyennes reposent sur le caractère spécifique des migrations de populations venues chercher un travail à la ville. Commerce local de distribution, industries de tâches d’exécution, services administratifs offrent l'essentiel des emplois : employés, ouvriers et petits cadres moyens peuplent ces villes.

5Le partage de l'espace urbain se prolonge au-delà, où les mêmes phénomènes se reproduisent, eux-mêmes gouvernés par la ville moyenne qui les engendre. Celle-ci organise des espaces gigognes dont l'échelle et la pertinence sont fonction des champs de forces observés. L'ensemble de ces espaces fonctionnels détermine le système urbain que règle la ville moyenne.

6Pour Chalon, Mâcon et Bourg les degrés de polarisation sont comparables, ainsi que l'ampleur des sous-espaces engendrés, déployés eux-mêmes en concurrence. A eux trois ils forment un ensemble régional intermédiaire, à la mesure du pouvoir de commandement des villes ; celui de la grande ville ne recouvre pas systématiquement l'espace de domination de nos trois villes, leur laissant ainsi une relative indépendance, toutefois au niveau qui est le leur. Seul le commerce de détail, ou encore les services bancaires locaux tiennent réellement ce rôle. Car les pouvoirs de décisions, aujourd'hui, ont de toute manière grandement dépassé le cadre local, et même le cadre régional dans son acception la plus large.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search