Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Deuxième partie : La dynamique socio-spatiale

Conclusion

Texte intégral

1A travers la grande complexité des flux migratoires qui sont à l'origine de la transformation de Chalon, Mâcon et Bourg, en reliant ces mouvements spatiaux aux changements sociétaux, nous pensons avoir dégagé les grandes tendances explicatrices de cet aspect particulier de la dynamique urbaine.

2Certes, nos résultats sont-ils issus d'une enquête dont on peut toujours regretter le caractère schématique. Rappelons, toutefois, notre mise en place d'une méthode spécifique, nos exigences en matière d'échantillonnage, de collecte de données, de codage en sous-ensembles variés, de traitements statistiques appropriés... toutes ensembles destinées à réduire l'éventuelle trop grande épure du dessin obtenu. Il n'empêche que l'intérêt de cette enquête est justement inscrit dans la vision globale des villes qui en résulte, dans la mesure où une grande inertie est apparue gouverner les sociétés de Chalon, Mâcon et Bourg.

3La migration vers la ville a renforcé la part des couches moyennes et modestes qu'appelaient, simultanément, les transformations économiques contemporaines et que l'examen de la situation de 1954 laissait présager. Voilà le changement majeur survenu depuis la seconde guerre mondiale, lentement préparé par les mouvements de l'entre-deux-guerres.

4L'étude des trajectoires individuelles montre la faiblesse des mutations sociales : de manière très appuyée, la reproduction sociale est ici largement assurée. Quel que soit le regard porté à l'intérieur des classes sociales et sur l'espace de trois générations, il ne se distingue pas de changements profonds. Il se dégage plutôt des transferts sectoriels à l'intérieur de mêmes groupes socio-professionnels ou entre groupes voisins, étant entendu que les groupes socio-professionnels ne sont pas compris au sens étroit d'une division technico-économique mais plus à celui, plus large, des classes socioculturelles peu ou prou sous-jacentes.

5Le caractère relatif de la mobilité est renforcé par l'évolution générale de la structure sociale et par la contrainte déterminante que représente "le poids d'Anchise", c'est-à-dire les facteurs socio-culturels propres aux diverses familles culturelles : au déterminisme économique et financier se conjugue celui de l'héritage culturel et symbolique défini par P. Bourdieu et J.C. Passeron (1964).

6Le changement socio-spatial à Chalon, Mâcon et Bourg s'opère plus véritablement par l'intermédiaire de l'évolution des comportements et des modes de vie. Même si les liens demeurent puissants avec les origines terriennes, et s'expriment de diverses manières, les nouveaux citadins ont largement adopté des genres de vie urbains quant à leurs loisirs, leurs vacances, leurs achats, leurs relations... Par là s'accélère l'uniformisation des sociétés de nos villes, déjà engagée, sous une autre forme, par la croissance des couches moyennes et modestes.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search