Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Deuxième partie : La dynamique socio-spatiale

Chapitre II. Vers l'uniformisation sociale ?

Texte intégral

1L'étude des migrations vers la ville et à partir de la ville nous a montré à quel point ces deux types de flux étaient dissemblables dans leurs caractéristiques professionnelles. De ce fait, mouvements d’arrivée et de départ agissent comme un filtre par lequel se transforment les sociétés de Chalon, Mâcon et Bourg ; connaître quand se sont produites les grandes vagues de migration vers la ville de la part des actuels citadins, qui sont ces derniers, pourquoi ils sont venus, compose le premier volet des enseignements tirés de notre enquête.

2Dire ensuite comment se traduit la venue à la ville, tant dans le domaine individuel que dans celui de la société urbaine locale, en appréciant en particulier le maintien ou la sortie - et dans quelles conditions ? - de la spirale "tel père, tel fils", ainsi que le processus de diffusion des modèles urbains : tel est le second volet de notre analyse de la dynamique socio-spatiale.

II.1. LE FILTRE SOCIAL

3C'est en associant l'analyse transversable - qui nous autorise plus spécialement à saisir les temps forts de la mobilité spatiale - à l'analyse longitudinale - qui permet de déterminer les caractéristiques de la mobilité au cours d'une vie - que se précise le portrait des nouveaux citadins, de même que les ressorts de cette mobilité.

II.11. Quand ? ou les temps forts de l'arrivée à la ville

- Les grandes vagues et les caractéristiques démographiques

  • 1 Cf. graphique no 35, p. 509.

4Nonobstant l'érosion progressive des classes d'âge, on distingue trois grandes vagues d'arrivée de nouveaux citadins1 ; une première s'étend de 1900 à 1920 pour Chalon, de 1900 à 1930 pour Mâcon et Bourg, et rassemble entre 5 et 10 % du flux total. Durant les deux ou trois décennies suivantes, une seconde vague, plus importante, représente environ 20 % de l'ensemble, alors que dès les années cinquante le flot devient puissant ; il s'amplifie régulièrement à Chalon ou à Mâcon, de manière beaucoup plus inégale à Bourg, où les années soixante-dix battent de très loin le record des arrivées, avec plus de 12 % d'immigrants supplémentaires par rapport aux années soixante.

5Il n'est pas question de revenir ici sur les causes générales - maintenant bien connues - du mouvement migratoire vers la ville. Mais il est certain qu’au niveau local il traduit, dans le détail, la situation respective de chaque cité. Nous savons que, durant les premières décennies du siècle, nos villes ont du mal à absorber le trop-plein des campagnes ; grâce à son économie plus dynamique, Chalon accueille un peu plus tôt - dès 1920 - de nouveaux arrivants. Plus tard, après la seconde guerre mondiale, le flux d'arrivée à Bourg, comparé à celui de Chalon et de Mâcon, est visiblement freiné jusque vers 1970 ; à partir de là il se déploie brutalement ; à l'appel de main-d’œuvre que suscite Berliet, installé en 1964, avec 1850 emplois dès 1970, s'ajoute enfin, et surtout, la mise en place des grandes opérations de construction de logements ; celles-ci sont tardives dans cette ville, où la situation immobilière est encore critique en 1968.

6On remarque d'autre part, qu’au-delà d'un fond de population qui n'a jamais quitté la ville natale (35 % de l'échantillon de Chalon), le reste des citadins est composé de populations venues - ou revenues - à la ville à une période ou à une autre. L'importance de ces arrivées confirme combien la ville est faite de ces constants apports de l'extérieur ; lorsque le rythme devient plus fort et plus soutenu, soit après la seconde guerre mondiale, le système s'emballe, nous avons vu comment.

7Si l'on cherche à caractériser ces flux en fonction du sexe ou des classes d’âge au cours des années de migration vers nos villes, la dominante masculine apparaît relativement modeste et n'est réellement significative qu'entre les deux guerres. Cette marque est d'autant plus distinctive qu'elle s'applique à une population plus âgée et toujours vivante, sur laquelle la mortalité a frappé plus durement ; manifestement, après la guerre, la migration touche aussi bien les hommes que les femmes ; il est vrai qu'entre temps l'appareil de production s'est également transformé. Quant aux classes d'âge, elles n'évoluent guère, elles non plus, à travers le temps ; quelle que soit la décennie ou la ville considérée, les immigrants sont - on le sait - pour la plupart de jeunes adultes : le groupe des 20-29 ans l’emporte le plus souvent, représentant environ le tiers du flux pour une décennie donnée ; naturellement, la proportion s'abaisse lorsque sont prises en compte les périodes les plus anciennes, toujours par suite de l'augmentation de la mortalité ; cette évidence affecte la répartition des groupes socioprofessionnels : elle varie avec le temps, mais aussi selon les villes, c'est-à-dire selon les situations économiques locales.

Graphique 35 : La venue à la ville. Source : enquête 1982

- Les caractéristiques socio-professionnelles

  • 2 25,3 % du flux total ; à Mâcon 24 %, à Bourg 18 %. La C.S.P. prise en compte est celle de la profe (...)
  • 3 R.G.P. 1982, Chalon : 16,8 % d’ouvriers dans l'ensemble de la population, Mâcon : 16,2 %, Bourg : (...)

8Les ouvriers alimentent avec constance le flux d'arrivée à la ville. Plus nombreux dans l'ensemble dans la ville industrielle qu’est Chalon2, ils comptent pour près d'un tiers du flux (31 %) dès 1930, et se maintiennent ensuite à cette hauteur, hormis, là comme ailleurs, la période 1940-1949 perturbée par la guerre. Bien qu'aussi très nombreux à Mâcon, ils ne dominent la scène qu'à partir de 1950 ; mais ils sont suivis de près par les employés (18,8 % dès 1930) et les cadres moyens (27 % entre 1960-1969). Il en va de même à Bourg, où ce dernier groupe l'emporte à partir des années cinquante. De plus, quelle que soit la ville, le groupe des professions dites supérieures, de très loin minoritaire au début du siècle (entre 6 et 8 %), s'étoffe peu à peu pour atteindre sensiblement le même volume à partir de 1970 : 15 % à Chalon et Bourg, 16,8 % à Mâcon. C'est-à-dire que même si les ouvriers l’emportent largement - ce qui est normal compte tenu de la répartition globale des groupes socio-professionnels dans nos villes3 - des différences apparaissent avec l'accroissement des employés, des cadres moyens, voire des cadres supérieurs et des professions libérales.

9Ainsi, dans une analyse du Khi-2 croisant les années d'arrivée à la ville avec les professions des migrants, au premier emploi, la dernière décennie rend compte d'une sous-représentation des ouvriers pour une situation inverse des professions les plus élevées, cela pour une part du Khi-2 sensiblement la même (8 %). Le développement du secteur tertiaire et des fonctions d'encadrement dans tous les secteurs, l'élévation générale du niveau de connaissances se traduisent ainsi. Mais les décalages dans le temps sont l’expression des situations de chaque ville où l'accueil des migrants est conforme aux conditions de l'emploi. D'autre part, durant les années de grande expansion, aux ouvriers s'ajoutent en grand nombre les personnels de service. Ensemble, ils prouvent, si besoin est, le manque général de qualification des nouveaux citadins.

10L'étude des niveaux de scolarisation des migrants exprime la même évolution, et en particulier reflète, selon les périodes, les filières scolaires les plus prisées ou les plus accessibles. Le certificat d'études primaires est le viatique des citadins les plus âgés. Puis l'accès au second cycle de l'enseignement secondaire est le propre de ceux qui sont nés après la guerre, et, entre 1950 et 1960, outre le secondaire classique, se développe l’enseignement technique court avec la multiplication des B.E.P. et des C.A.P.. On remarque, cependant, une sur-représentation du niveau supérieur pour la décennie 1940-1949. Quand on sait que l’accès aux études supérieures gagne timidement l'ensemble des classes de la société - avec de grandes différences il est vrai - cette information, valable pour chacune des villes, ne peut que confirmer combien les diplômés ont de la difficulté à se maintenir en ville moyenne. Les enfants de la fin de la guerre et des années qui suivent semblent avoir investi la plupart des postes ; encore loin de la retraite aujourd'hui, ils rendent compte, par leur présence, de la faiblesse des niveaux élevés d'instruction dont témoigne le reste de la population active.

Graphique 36 : Les changements professionnels des nouveaux citadins 1954
Source : enquête 1982

11Si, en revanche, on s'intéresse aux changements professionnels des immigrants depuis le début du siècle, on s'aperçoit qu'aucune transformation notable n'émerge, excepté peut-être en ce qui concerne les plus anciens migrants. Ainsi à Bourg, proportionnellement, ceux qui n'ont jamais changé de profession sont particulièrement nombreux entre 1920 et 1930, alors qu'en se rapprochant de l'année de l'enquête le nombre de changements augmente légèrement. Est-ce dû à une plus grande stabilité économique et sociale au début du siècle, et à l'inverse plus récemment ? La situation économique et la crise d'aujourd'hui incitent-elles un individu à pratiquer plusieurs métiers ?

  • 4 Cf. graphique no 36, p 511.
  • 5 1975-81 : 26 % des changements survenus entre 1954-81 ; 1967-71 : 22 %.
  • 6 60 % de l'échantillon de Mâcon contre 31 % à Chalon et 24 % à Bourg.

12En suivant cette progression du rythme des changements professionnels, non plus de décennie en décennie depuis le début du siècle, mais d'année en année depuis 1954, quelques traits se précisent et quelques différences se font jour selon les villes4. D'une part, c'est bien à partir de 19741975 que se multiplient les changements5, à l'exception de Mâcon où, dans l'ensemble, les citadins montrent une plus grande stabilité dans leur emploi6, en particulier dans la fonction publique, prise en compte globalement ; car, en elle-même, la fonction publique enregistre force mouvements, par l'accès au groupe des cadres moyens. A Bourg, cette promotion interne dans la fonction publique est également discernable, même si elle est moins marquée (16 % de l'ensemble des changements contre 20 % à Mâcon).

13D’autre part, dans l'une ou l'autre des villes, c'est le groupe des ouvriers qui rassemble le plus grand nombre de changements de qualification - voire aussi d'employeurs - (à Mâcon comme à Chalon : 34 %, à Bourg : 25 %) et spécialement la catégorie des ouvriers qualifiés à Mâcon et à Chalon (respectivement 39 et 36 % des mouvements au sein du groupe) et celle des ouvriers spécialisés à Bourg (43 %). Sans doute, au-delà d'effets conjoncturels, et d'autant plus que les effets de la crise sont plus tardifs, peut-on dire que Chalon et Bourg offrent, entre 1954 et 1982, une situation de l'emploi plus ouverte, où le changement est plus facile ; même s'il ne signifie pas une promotion, comme c'est le cas pour les ouvriers, d'ailleurs quelle que soit la ville. A Mâcon, la fonction publique et le secteur tertiaire, omniprésents, proposent en général moins d'emplois, en particulier à partir de 1975 - à l'inverse des années d'expansion - comme l'exprime, de manière originale par rapport à Bourg et à Chalon, la poussée des changements survenue vers 1967-1970. En revanche, à l’intérieur de ces secteurs d'emplois, des promotions restent possibles, à condition d'y être entré avant 1975.

- L'installation dans la ville

  • 7 Pour localiser les quartiers voir les figures no 31, 32, 33, p.217, 225, 231.

14L'analyse des migrations vers Chalon, Mâcon ou Bourg au cours de ce siècle nous renseigne sur les rapports entretenus par les nouveaux citadins avec l'espace urbain7. D'une part - on ne s'en étonnera pas - l’installation des migrants évolue au gré des réalisations des programmes immobiliers comme des développements de nouveaux quartiers. Avant la seconde guerre mondiale, les nouveaux Chalonnais investissent avec prédilection le quartier des Charreaux, dont les premières maisons sortent de terre, ou le bien-nommé quartier de la Cité ouvrière, alors qu'à Bourg, les Vennes ou Montholon ou Bel Air, puis le Mail entre 1930 et 1939, jouent le même rôle. Là se bâtissent les pavillons aidés par la loi Loucheur et les rares cités ouvrières du P.L.M. ou de la tréfilerie-câblerie (T.C.B.). Plus tard, ce sont les quartiers de Bioux et de Beau Site à Mâcon, dès 1940, des Aubépins à Chalon dans les années cinquante, et encore des Vennes à Bourg, qui rassemblent les arrivants. Ensuite, ils se retrouvent en masse dans les Z.U.P. au cours des années soixante, puis dans les Z.A.C. qui leur succèdent.

15Il faut aussi noter que les quartiers anciens retiennent plus spécialement l'attention durant les périodes extrêmes de notre étude : vers les années vingt et les années quarante lorsque sévit durement la crise du logement, puis, tout récemment, à partir de 1980. Même si notre enquête ne concerne que les deux premières années de cette dernière décennie, un courant de retour aux vieux quartiers se dessine parmi les nouveaux venus, conforme à celui, plus général, de remise en valeur des centres-villes. De même, des différences de comportement existent chez les migrants en matière de choix d’un logement dans la ville. Ainsi les citadins des premières vagues d'arrivée ont-ils peu changé de lieu de domicile, que ce soit dans la ville ou par migration vers l'extérieur suivie à nouveau d'un retour à la ville. En prenant le seul exemple de Bourg, entre 1910 et 1940, l'absence de changement de domicile explique à lui seul 30 % du Khi-2, alors qu'à cette époque les logements sont le plus souvent vétustes et inconfortables. En revanche les migrants les plus récents montrent une aptitude marquée au déménagement : 10 % du même Khi-2 pour les arrivants des années soixante-dix. Est-ce encore une forme d'instabilité à l'heure où n'existent plus, pour se loger, de difficultés réelles, à tout le moins semblables à celles des années trente et cinquante ?

16Lorsqu'on compare les situations des chefs de ménage, selon le sexe, au regard du choix du domicile et des déménagements successifs comme au regard des professions et des changements survenus, on ne rencontre guère de différence ; si ce n'est que les femmes chefs de famille - le plus souvent ayant charge d'enfants - se retrouvent, faute de moyens, dans les logements H.L.M. des grands ensembles collectifs, et montrent d’autre part plus de stabilité dans leur emploi. C'est la catégorie des employés de bureau qui enregistre le plus de changements, soit par entrée, soit par promotion interne, loin devant le groupe des cadres moyens (écart : +9 %). Par rapport aux emplois masculins, les emplois féminins se situent, en majorité, à un degré inférieur sur l'échelle des professions ; il est vrai que dans nos villes, où l'industrie est largement dévolue aux hommes, le vaste secteur des employés devient, pour les femmes, l'équivalent de celui des ouvriers pour les hommes.

17La comparaison des périodes successives de migration vers Chalon, Mâcon ou Bourg est riche d'enseignements sur les grands traits distinctifs de ces flux ; mais ces traits traduisent encore plus sûrement l'évolution de chaque ville en matière d’économie, d'aménagement et d'urbanisme. Si, au cours du temps, quelques timides changements apparaissent, ils surviennent essentiellement lors des dernières années dont l'enquête fait état. En tout état de cause, quelle que soit la période de référence, il se confirme que nos villes ont absorbé une masse de populations peu ou pas qualifiées, ce que précise l'étude la mobilité socio-professionnelle par le jeu de l'installation à la ville.

II12. Qui ? ou le gonflement des classes moyennes et modestes

18Un ensemble d'interrogations permet de suivre les individus selon leur profession et leur domicile entre 1954 et 1982, mais laissent aussi cerner leurs origines familiales tant géographiques que sociales. Si bien qu'il est possible de dégager le portrait des migrants et, de plus, d'observer leur cheminement professionnel et spatial.

- Des fils de ruraux venus des campagnes proches

  • 8 Cf. graphique no 37, p. 515.
  • 9 L'écart est de près de 11 points à Bourg et 13 à Mâcon.

19En exploitant les réponses à la question relative à la profession du père, il se vérifie que pour une grande part nos citadins sont les enfants de populations modestes, d'agriculteurs le plus souvent, d'ouvriers secondairement, sauf à Chalon, où le rapport s'in verse compte tenu de la situation économique de la ville8. Ensemble, les fils d'agriculteurs et d'ouvriers composent presque la moitié de l'échantillon, et la proportion s'élève encore quelque peu si on se réfère aux années d'avant-guerre comme à celles des années cinquante, ou si l’on s'en tient uniquement à l’élément féminin, en particulier pour Bourg et Mâcon. En outre, le deuxième groupe, plus composé des petits artisans des campagnes que des commerçants ou des chefs d'entreprise, grossit encore par son poids élevé (22,7 % à Bourg) la part des classes modestes. Celle-ci, en 1954, est très largement supérieure à celle de la moyenne française9 : elle confirme à quel point le recrutement des nouveaux citadins s'effectue dans les classes populaires. Rap pelons à ce propos combien, jusqu'à la fin des années cinquante, l'agriculture locale est encore frappée d'archaïsme, tant au niveau des productions qu'à celui de la commercialisation ; l'émiettement des terres et la faible surface des exploitations contribuent à n'assurer qu'un faible revenu, y compris dans le vignoble ; les vins se vendent mal et la qualité est encore insuffisamment assurée.

20Il faut enfin noter qu'une part relativement importante de citadins (5 %) se déclarent "sans père" ou encore pupille de l'Etat. Ils traduisent une certaine forme de la misère des campagnes où traditionnellement - en particulier dans le Charolais - l'Assistance publique plaçait les enfants dans les fermes où ils représentaient un modeste supplément financier et un petit apport de main-d’œuvre.

Graphique 37 : Les professions des pères des nouveaux citadins depuis 1954.
Source : enquête 1982

  • 10 Cela explique aussi la faible part des populations maghrébines (environ 0,8 %) et celle plus impor (...)

21L'analyse des origines géographiques des nouveaux citadins atteste aussi une provenance de voisinage. Que l'on se reporte au lieu de naissance des individus de l'échantillon comme au lieu d'habitat de leurs parents, les résultats globaux sont les mêmes ; c'est-à-dire qu'au-delà de la part permanente de population urbaine - ou arrivée à la ville à la génération précédente - sensiblement égale au tiers de l'échantillon, un autre tiers provient du même département, voire un peu moins pour Mâcon en rai - son de sa situation excentrée qui renforce la part des départements du Rhône (5 %) et de l'Ain (9 %). Seulement 24 % sont originaires du reste de la France et à peine 5 % de l'étranger. Il faut toutefois remarquer que la faible représentation des étrangers est plus due à leur difficulté de répondre au questionnaire, et à celle des enquêteurs à transcrire des réponses parfois incertaines, exprimées péniblement10.

  • 11 Cf. figure no 90, p. 518.

22La proximité spatiale des origines est telle que la répartition cantonale montre un maximum d'individus dans les cantons qui entourent immédiatement la ville, soit près de la moitié des effectifs (47 %) ; hormis un regain dû à la métropole lyonnaise, au-delà d'un rayon d'une trentaine de kilomètres autour de la ville de Mâcon, prise ici comme exemple11, l'attraction retombe brutalement.

23Si au cours de leur existence les parents des citadins ont migré, ce n'est semble-t-il qu'à l'intérieur d'un même espace régional, fort restreint d'ailleurs, que la redistribution a pu se faire. Mais le fait que cette population soit en grande partie composée de ruraux réduit encore la part possible de ces mouvements. Même si nous n'avons pas cherché à suivre les déplacements de la génération précédente, il n'est guère hasardeux de parler à son endroit de permanence de lieux de vie, comme le confirme l’identité de la répartition des lieux d'habitat des parents et des lieux de naissance des nouveaux citadins. Cette similitude est telle que nous ne présentons qu'une seule carte de répartition cantonale. Lorsque des différences existent, elles ne sont que très ténues, et seulement perceptibles au niveau communal : quelques variantes d'une commune à l'autre n'apportent guère d'information supplémentaire.

  • 12 Cf. figure no 91, p. 519.

24Lorsque l'on s'intéresse au lieu d'habitat précédent des citadins interrogés, la même constatation relative à une origine proche s'impose12. La carte obtenue est presque identique à celle de la répartition des lieux de naissance : les rares nuances relèvent des degrés d'intensité de quelques cantons voisins. Là aussi, les cantons qui entourent Mâcon, pour reprendre le même exemple, rassemblent la majorité des citadins (49,7 %) et une répartition communale n'ajoute rien non plus à la démonstration. Il semble bien, compte tenu de ces similitudes, et toujours pour l'ensemble des citadins soumis à l’enquête, que la migration à la ville soit faite directement, c'est-à-dire sans étape intermédiaire plus ou moins proche de la ville. Effectivement, des trajectoires de cet ordre ne sont que des cas d'espèce. Lorsque, faute de logements en nombre suffisant, nos villes ne sont pas en mesure d'absorber les citadins potentiels, ces derniers deviennent des migrants alternants dans l'espoir d'une migration définitive, si toutefois la résidence est suffisamment proche de la ville. Plutôt, le candidat à la ville choisit, le plus souvent, d’attendre que puissent se conjuguer logement et profession ; il se contente alors de ce que les petites villes et les campagnes peuvent lui offrir comme travail.

- Les changements d'activité

  • 13 Par exemple à Mâcon 14,8 % des hommes et 33,8 % des femmes (en pourcentage des actifs).

25Ces liens avec l'environnement rural expliquent combien sont nombreux les citadins interrogés à se déclarer agriculteur avant leur venue à la ville13. En réalité, on s’aperçoit qu'il s'agit plus d'une profession usurpée qui masque, le plus souvent, l'absence d'emploi ou de réelle qualification ; cela est surtout vrai pour les jeunes filles restées à la ferme des parents jusqu’au mariage, ou jusqu'à ce qu'un petit emploi en ville les libère de leur activité épisodique d'aide agricole, alors que les garçons secondent véritablement leur père. Un contrôle des réponses selon 1'âge, la première profession déclarée, l'âge d'arrivée à la ville, permet d’abaisser de plusieurs points la part des agriculteurs ; cependant, il n'empêche que, même si le statut est quelque peu trompeur, il traduit l'absence d'un véritable métier, compensée par une occupation d'attente dans un monde agricole en transformation.

  • 14 Cf. graphique no 38, p. 521.

26Dès lors, l'arrivée à la ville implique un changement radical d'activité sinon de profession ; une simple étude comparée des catégories socio-professionnelles d'origine des nouveaux citadins en 1954 et en 1982, c'est-à-dire entre les années qui encadrent la période des flux migratoires les plus intensifs montre des différences sensibles14. On remarque, évidemment, la presque disparition des agriculteurs : ceux qui subsistent sont en fait quelques rares employés des maraîchages. Le groupe des personnels de service enregistre également une perte notable :-9 % à Bourg,-16 % à Chalon. La redistribution des actifs s’effectue au profit de l'ensemble des autres groupes avec quelques variantes selon les villes ou selon le sexe des migrants. La plus forte croissance est pour les cadres moyens à Bourg (+12 %), les ouvriers à Chalon (+20 %) et à Mâcon dans une moindre proportion (+9 %) lorsqu'on ne considère que les citadins. A propos des femmes, l’augmentation se produit essentiellement dans les professions intermédiaires : +12 et 13 % à Mâcon et à Bourg, 6 % seulement à Chalon où l’emploi féminin est insuffisamment développé.

  • 15 - Accroissement des ouvriers : impact 6,2 % du Khi-2, molécule 24,2 à Chalon, pour 3,3 % et 14,2 à (...)

27Une analyse du Khi-2, selon les mêmes variables, apporte quelques précisions. Dans les trois villes, il apparaît, pour les hommes, un fort gonflement des employés, des patrons de l’industrie et du commerce, des cadres moyens et, secondairement, des ouvriers15. On note aussi une sensible augmentation des catégories les plus élevées.

Fig.90 : Les lieux de naissance des nouveaux Mâconnais. Source : enquête 1982

Fig.91 : Les lieux d'habitat précédent des nouveaux Mâconnais. Source : enquête 1982

28Cependant, quelques divergences se dessinent selon les villes. L'accroissement des employés et des cadres moyens est très fort à Mâcon, celui des patrons de l'industrie et du commerce l'est à Bourg et à Chalon ; et c'est encore à Chalon que le nombre d'ouvriers, proportionnellement, augmente le plus.

  • 16 Chalon : impact 17,5 % molécule 67,9 ; Bourg : impact 7,4 % molécule 27,3 ; Mâcon : impact 3,9 % m (...)

29Deux groupes se distinguent encore. D'une part, timidement, le groupe des professions libérales et des cadres supérieurs a enfin émergé entre 1954 et 1982, plus fortement à Chalon et à Bourg16 qu’à Mâcon. C'est dans ce groupe, en particulier celui des cadres supérieurs, que la part de citadins aux origines géographiques de proximité est le plus faible, surtout dans les périodes récentes. Mais il faut noter que le groupe des professions supérieures est étoffé par l'arrivée à l'âge de l'activité professionnelle de populations encore d'âge scolaire ou universitaire en 1954, surtout à Mâcon ; ces actifs sont, en majorité, les enfants ou les petits-enfants des migrants de l'entre-deux-guerres. La même remarque est au demeurant valable pour les cadres moyens.

30D'autre part, nombre de citadins aujourd'hui en retraite déclarent en 1954 une profession d’employés, surtout à Chalon, ou de cadres moyens, à Mâcon et secondairement à Bourg. Le maximum est atteint à Bourg avec 36 % des retraités d'aujourd'hui inscrits dans ces groupes en 1954, soit 22 % des actifs d'alors ; Chalon, puis Mâcon, suivent toutefois de près avec, respectivement, 34 et 30 % des actuels retraités. L’importance numérique de ces citadins qui ont atteint l'âge de la retraite à un moment ou à un autre de la période considérée prouve deux choses : la première est qu'ils ajoutent encore à la part représentée par ces groupes intermédiaires dans nos villes ; la seconde est que leur retraite prise sur place, dans une ville où leur carrière s'est accomplie toute entière, fait de ces citadins la population stable de leur cité dont, en quelque sorte, ils définissent ainsi le caractère majeur. Aucun autre groupe socio-professionnel n'atteint ce degré de représentation et de permanence.

  • 17 Cf. livre I, première partie, chapitre II.42.

31Se vérifie ainsi l'une de nos hypothèses principales : la migration vers la ville se traduit par le gonflement des classes moyennes et modestes. Même si l'accroissement des professions supérieures implique un certain rééquilibrage, celui-ci demeure très insuffisant pour compenser la montée des autres groupes. Déjà importants en 1954, ceux-ci n’ont fait que renforcer leur primauté. En ce sens, il semble qu'existent plus de transferts à l'intérieur de groupes voisins que de véritables changements entre 1954 et 1982. Les différences d’identité entre les villes subsistent au-delà d'une certaine convergence entrevue entre 1962 et 1975, mais résorbée ensuite, ainsi que nous l’avons déjà montré17. Cela explique pourquoi en 1982, Bourg et Mâcon d'une part, Chalon d’autre part, conservent plus fortement soit la marque des employés, soit la marque des ouvriers.

32Une même analyse, relative cette fois à l'emploi des citadines, ne conduit qu'à des retouches mineures des conclusions précédentes qui concernent les professions masculines : tous les résultats s'aggravent d'une part encore plus grande prise par les catégories les plus modestes. Il n'est guère qu'à Mâcon où les cadres supérieurs et moyens montrent un notable accroissement ; en revanche, plus ici qu'ailleurs, le groupe des personnels de service suit le même développement (+8 %). Il est à noter, en outre, qu'à Chalon, en particulier, nombre de femmes inscrites dans ce groupe se sont déclarées agricultrices en 1954 et grossissent l'ensemble de 5 %.

Graphique 38 : Les nouveaux citadins selon les groupes socioprofessionnels en 1954 et en 1982. Source : enquête 1982

33L'image des nouveaux citadins se profile ainsi distinctement, en ce qui concerne leur appartenance socio-professionnelle, mais les raisons de leur venue à la ville demeurent encore à préciser.

II.13. Pourquoi ? ou les ressorts de l'arrivée à la ville

34Si la migration vers la ville entraîne des transferts d'activité, c'est aussi, avant tout, parce qu’elle est liée à des motivations d'ordre professionnel ; et des degrés de qualification déterminent des filières professionnelles. De plus, ces choix sont attachés à des solutions en matière d’habitat. Aussi, de même que, selon les grandes vagues de migration, différents secteurs urbains ont été tour à tour investis, on peut discerner dans la ville une mobilité résidentielle propre à l'âge et aux niveaux socioprofessionnels et culturels des nouveaux citadins, c'est-à-dire en réalité, en fonction des genres de vie que cela sous-entend.

- Une migration de travail

35Deux questions posées aux citadins permettent d’apprécier les motifs de la migration vers la ville. La première, libellée : "pourquoi êtes-vous venu à Chalon, Mâcon ou Bourg ?", regroupe six classes de réponses : le travail, la famille, le hasard, la guerre, la présence d’établissements d'enseignement, la qualité de la vie en ville moyenne ; une septième classe rassemblant les diverses raisons... "inclassables". La seconde question concerne le lien entre le changement professionnel et le déménagement, en particulier l'arrivée à la ville.

  • 18 Cf. graphique no 39, p. 523.
  • 19

36La réponse est claire : on vient à la ville pour travailler18 ; la motivation professionnelle est de loin primordiale comme l'exprime la moitié des citadins non natifs de leur ville, alors qu'un tiers, nous le savons, est né et demeuré sur place. On s'aperçoit que la présence des écoles, tels les lycées et les établissements d'enseignement professionnel, comme le genre de vie que la ville implique, n'entre que pour une très faible part dans les raisons de la migration, guère moins que le hasard ! Cela signifie aussi que la ville n'est pas retenue pour elle-même, que la taille, en particulier, n'intervient pas. Que la ville la plus proche distribue du travail paraît le souhait le plus partagé. Les différences notables de motivation entre les hommes et les femmes - les parts de la première et de la deuxième classe s'intervertissent - sont seulement à relier à la moindre importance des emplois féminins et à leur plus faible qualification19. Aussi est-ce à Chalon que le motif relatif à la famille l'emporte largement (58 %), et à Mâcon qu'il est le plus bas (47 %), là où le taux de femmes actives est le plus important. Le métier du chef de famille importe en priorité, et lorsque les femmes répondent qu'elles sont venues dans l'une de nos trois villes pour des raisons familiales, c'est simplement parce qu'elles suivent leur mari dans son parcours professionnel. En outre, nombre de femmes n'ont pas quitté leur ville natale et, en revanche, ont épousé un citadin de fraîche date, venu travailler à la ville.

Graphique 39 : Les raisons de la venue à la ville. Source : enquête 1982

Graphique 40 : Les niveaux d’études. Source : enquête 1982

- Une qualification limitée

37Le choix des filières professionnelles à l'arrivée à la ville est conditionné à la fois par le niveau d'emploi de nos villes et par le degré de qualification des nouveaux arrivants qui, à terme, conduisent au gonflement des classes modestes et intermédiaires.

  • 20 Cf, graphique no 40, p. 523.

38Au-delà de certaines divergences entre les villes, quelques grandes tendances communes se dégagent à la simple lecture de la répartition des individus d'après leur niveau scolaire20. D'une part, - cela ne nous surprend pas - le niveau général est assez bas : la moitié de notre échantillon est allée en classe jusqu'au certificat d'études primaires ou possède un C.A.P. ; d'autre part, les hommes sont de loin les plus diplômés : l'écart oscille entre huit et neuf points pour le groupe relatif aux études supérieures. Mais la prise en compte des sous-classes montre que, là encore, le niveau moyen se situe plus près du baccalauréat que des grands diplômes universitaires. Les femmes possèdent le plus faible bagage scolaire, et sont ainsi, proportionnellement, plus nombreuses du C.E.P. au baccalauréat, le C.A.P. restant un diplôme davantage masculin, plus destiné aux métiers de l’industrie. On comprend mieux le faible rôle que jouent les femmes dans la vie économique de nos villes, et particulièrement à Chalon, où l'écart est le plus creusé et le degré de qualification moyen le plus faible. En revanche, l'importance du cycle secondaire à Mâcon et à Bourg est à relier à la forte part de l'activité féminine dans les services publics, avec en particulier la possession du B.E.P.C. qui, pendant longtemps, a permis d'"entrer dans les bureaux" et représentait, jusque dans les années soixante, l'assurance d'un emploi très prisé qui assurait l’avenir dans des conditions jugées satisfaisantes, voire "promotionnelles" ; la machine à écrire et un bureau "convivial" ne peuvent qu'être préférés à la machine à coudre des ateliers textiles ou aux chaînes des usines.

39Chalon se distingue encore des deux autres villes, par la faiblesse moyenne des qualifications masculines ; celles-ci sont plus élevées à Mâcon et plus encore à Bourg, où 21 % de l'échantillon a effectué des études supérieures et où la situation est plus équilibrée en ce qui concerne les études des citadins.

  • 21 Exemple de Chalon : 42 % de la classe née entre 1940 et 1950 a fait des études supérieures, soit 2 (...)

40Si l'on détaille, entre 1954 et 1982, l'évolution des parts respectives de chaque catégorie de niveau scolaire, on ne remarque pas non plus, pour les femmes, d'augmentation générale notable du niveau moyen, excepté pour celles qui ont aujourd'hui entre 35 et 45 ans et qui, manifestement, sont davantage diplômées21. Nous avons vu que cette classe d'âge détient en tait les professions les plus qualifiées ; les autres citadines sont sans doute parties ailleurs trouver l'emploi que leur ville ne peut plus leur offrir ; dès lors, elles ne sont, bien sûr, pas représentées dans notre échantillon.

41Les femmes partagent enfin avec les hommes le même pourcentage d'analphabètes - ou presque tels ; si les hommes marquent toutefois une légère supériorité numérique, elle est simplement due à leur plus forte part dans la population immigrée, laquelle, le plus souvent, n'a presque pas été scolarisée.

  • 22 Cf. infra, chapitre II.2.

42Cette faiblesse du bagage scolaire explique, en partie, l'importance des catégories socio-professionnelles modestes et moyennes qui caractérisent nos trois villes. Les conséquences se portent, en outre, sur l'évolution respective des différentes catégories, sur les transferts possibles entre celles-ci, et plus généralement sur les comportements ; nous les examinerons en traitant de l'aspect relatif de la mobilité sociale22.

43Quelles que soient les classes d'âge ou les périodes sur lesquelles portent notre investigation, il existe toujours une correspondance très étroite - et attendue - entre les niveaux scolaires et les types de profession ; les changements professionnels notables apparaissent essentiellement chez les détenteurs d'un C.A.P. et, en fait, entres les différentes catégories d'ouvriers. Au contraire, les femmes détentrices d'un B.E.P.C., comme les hommes qui ont accompli des études supérieures, ne manifestent pas de changements professionnels. Ensemble, ils sont, en quelque sorte, les nantis de nos villes, à des degrés différents de l'échelle professionnelle et sociale, mais où la satisfaction est sans doute aussi grande. Plus modestement, l'obtention du baccalauréat entraîne davantage de mobilité professionnelle.

44Cette question du changement relatif à la profession est essentielle ; au fur et à mesure que se multiplient et se diversifient nos exploitations de fichiers, on s'aperçoit de la faiblesse de ce changement. Il se manifeste davantage récemment, sans doute sous l'effet des difficultés économiques, plus que selon des classes d'âge et des groupes socio-professionnels distincts. Est-ce à dire qu'il témoigne d'une certaine satisfaction envers un état de fait ? Ne rend-il pas plutôt compte d'une situation bloquée qui verrait les sociétés locales se reproduire globalement semblables à elles-mêmes, en n'autorisant que des transformations mineures et sectorielles ?

45Le véritable changement se produit plus par l'arrivée à la ville, et en particulier lors du choix du premier emploi de citadin, ou encore lors des mutations et des promotions à l'intérieur de la fonction publique ou des groupes industriels ; mais ces avantages ne s'adressent qu'à un nombre limité d'emplois, et de toute manière qualifiés, voire très qualifiés.

- La mobilité résidentielle conséquente

  • 23 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III. 1.

46Nous avons cherché à relier, selon les sexes et la place des individus dans les ménages, la résidence dans les quartiers ainsi que les déménagements successifs - suivant leur nombre et leur lieu - aux qualifications scolaires et professionnelles. Déjà, une étude de l'espace urbain nous a montré combien, entre 1962 et 1982, la division sociale s'est accentuée. Une analyse à la fois différente et plus précise confirme cette tendance et apporte quelques résultats complémentaires23.

47Bien sûr, saisir le changement à travers la mobilité résidentielle, elle-même mise en relation avec des critères socio-professionnels et culturels, peut ne paraître qu'une modeste tentative dans la mesure où le changement existe avant le déménagement, par ses raisons et ses aspirations nombreuses et complexes. Cependant, sa réalisation exprime tout à la fois ces multiples facettes.

48L'étroite association entre le niveau scolaire et le métier disparaît lorsqu'elle est mise en corrélation avec le lieu de résidence ; car, il n'existe que peu de relations, en particulier à Bourg et à Mâcon, entre ce niveau culturel et l'habitat ; de même, le lien profession-habitat dans ces deux villes est moins affirmé qu'à Chalon ; il semble ainsi qu'au-delà d'une classification d’ordre sociétal certaine des quartiers, le brassage des sociétés locales soit relativement plus sensible à Mâcon et à Bourg dans la mesure où, en particulier par le jeu de la croissance du secteur tertiaire, les classes moyennes se sont ici plus développées qu'à Chalon, restée ville plus ouvrière. En outre, le gonflement des classes moyennes explique que si le bagage scolaire importe en premier lieu lors de l'entrée dans la vie active, il ne compte plus guère ensuite ; des promotions sociales existent, sans doute limitées, mais qui permettent un mieux être que les choix successifs de domicile laissent apprécier, plus à Bourg et à Mâcon. Il y a bien une typologie des quartiers qui perdure et même s'accentue, mais notre enquête prouve que les citadins migrent entre les différents quartiers au cours de leur existence, au fur et à mesure que s'élève leur niveau de vie, que l'importance de leur famille varie. Ces transferts sont plus nombreux à Bourg et à Mâcon.

* A Bourg et à Mâcon

49On remarque qu'outre le centre ancien, les quartiers du Mail et de la Grenouillère, à Bourg, comportent aujourd'hui une forte population de personnes retraitées (12 % des plus de 60 ans) ; il en est de même pour le quartier des lycées à Mâcon, alors que la Z.U.P. de la Reyssouze et le quartier neuf de la Croix-Blanche ou la Z.U.P. Nord et les Gautriats rassemblent des jeunes ménages avec enfants, des femmes inactives, des femmes seules ou divorcées avec enfants. Entre 1954 et 1982, les migrations intra-urbaines se sont faites d'abord des quartiers anciens centraux vers les quartiers neufs de la périphérie au fur et à mesure de leur développement ; un peu plus tard, les nouveaux citadins s'y installent directement.

50Parallèlement, comme l'âge des citadins s’avance, une nouvelle migration prend corps, si toutefois les conditions économiques des ménages le permettent. En ce sens, il est souvent nécessaire de procéder à des analyses prenant en compte les activités de chaque membre du couple.

  • 24 Cf. livre II, première partie, chapitre II.22.

51Les déménagements se produisent, d'une part, à l'intérieur des Z.U.P. dans les logements de gamme moyenne, en accession à la propriété, et d'autre part vers les nouveaux lotissements de villas aux limites de la ville, au moins jusque vers la fin des années soixante ; plus tard, les coûts fonciers deviennent dissuasifs pour trop de gens : ceux-ci se contentent alors d'appartements en ville, où la gamme d'acquisition reste vaste, ou bien ils partent vers des communes plus ou moins proches où, là encore, nous avons pu définir une typologie de ces villages24 selon les groupes sociaux qui les investissent et qui reproduisent alors la partition intra-urbaine ; on découvre également que nombre d'individus aisés préfèrent aussi quitter la ville pour les environs ; ils laissent dans ce cas la place en ville à une majorité de population qui relève des classes modestes et moyennes. Ce sont ces dernières qui justement effectuent la majorité des transferts de domicile et assurent la redistribution sociale des quartiers. Nous avons pu suivre maintes fois de ces trajectoires dont quelques-unes nous paraissent spécialement représentatives.

52En 1920, venu d'un village voisin, un jeune Bressan s'installe à Bourg avec sa femme, dans un petit appartement sans confort du centre-ville. Orphelin très jeune, avec seulement quelques années d'école derrière lui, il trouve un emploi des plus modestes dans une petite affaire de produits alimentaires. Dix ans plus tard, profitant des avantages de la loi Loucheur et de l'amélioration de son revenu il est devenu employé de bureau-, il fait construire un pavillon dans le quartier du Mail alors en pleine expansion ; sa femme tient une petite pension de famille pour les ouvriers qui viennent des campagnes. Aujourd'hui, cinquante-cinq ans après son arrivée à Bourg, notre citadin demeure toujours dans sa maison et vit confortablement de sa retraite de cadre d'administration.

53Un autre cas de mobilité résidentielle est représenté par l'histoire de ce couple qui s'installe à son mariage, en 1953, dans le quartier populaire du Peloux, en louant un appartement dans une villa ; lui, diplômé d'études supérieures, travaille dans une banque ; elle, avec son brevet élémentaire, est employée de bureau. Quinze ans plus tard, avec leurs trois enfants, ils quittent leur premier logement pour une belle demeure qu'ils viennent de faire bâtir aux limites de la commune de Bourg ; le mari a gravi tous les échelons que lui offrait son travail au niveau régional, sa femme a quitté son emploi lors de la naissance du premier enfant. Ils sont devenus des notables...

54Si, en revanche, nous suivons quelques trajectoires récentes, elles prennent leur origine le plus souvent dans les quartiers neufs où les H.L.M. permettent de se loger rapidement à des coûts réduits. C'est ainsi que deux couples de professeurs nommés à Bourg - le premier en 1970, le second cinq ans plus tard - s'installent, l'un dans un immeuble de l'office municipal d'H.L.M. de la Z.U.P. de la Reyssouze, l'autre dans un I.L.N. (immeuble à loyer normalisé) du quartier de Brou. En 1982, avec un ou deux enfants de plus, chaque ménage change de logement pour accéder à la propriété ; le premier choisit le centre-ville avec un bel immeuble du XVIIIe siècle rénové, le second préfère du neuf, de qualité, et dans la verdure, toujours à proximité de l'église de Brou, en profitant d'une opération d'aménagement de quartier engagée par la municipalité.

55Ces exemples sont tous relatifs à des populations de classes moyennes ou supérieures. Dans le secteur ouvrier, les résultats sont assez différents et relèvent d'une alternative assez simple. D’une part, il y a permanence du lieu d'habitat, au niveau du quartier, par simple déménagement de proximité ; ainsi, nombre de ménages interrogés, arrivés entre les deux guerres, voire dans les années cinquante, restent fidèles à leur quartier, qu'il s'agisse du centre ou encore des Vennes, des Graves, du Peloux, pour citer encore Bourg-en-Bresse. Les changements se produisent pour un léger mieux-être, parfois par l'achat d'une petite maison. Ceux qui sont arrivés plus tard et se sont installés directement dans la Z.U.P. de la Reyssouze déménagent parfois plusieurs fois, d'un immeuble à l'autre, voire d'un étage à l'autre, en cherchant toujours une meilleur adéquation du logement à leurs possibilités financières et leurs charges familiales. Une meilleure qualité de vie, une certaine promotion sociale par la résidence n’entrent guère alors en considération. D'autre part, lorsqu'existe une véritable mobilité intra-urbaine, on s'aperçoit qu'elle ne concerne guère que des ouvriers qualifiés lorsque les deux époux travaillent, ou bien des agents de maîtrise, lorsque, en outre, le nombre d'enfants est restreint à un ou deux ; dans ce cas, le choix du logement est nettement lié à l'amélioration du confort, assorti d'une tentative d'accession à la propriété, toujours dans les quartiers excentrés et presque toujours en appartement.

56Mais ne nous trompons pas : ces groupes sont peu nombreux, tant à Bourg qu'à Mâcon, dans notre échantillon. C'est, bien bien sûr, parce que l'appartenance à un groupe social, ou du moins à une tranche économique, conditionne les trajectoires résidentielles, et parce que la mobilité sociale des groupes ouvriers est, de fait, restreinte, même s'il existe des variantes selon les groupes. Si nous ne rencontrons qu'un nombre limité de migrants ouvriers dans la ville, c'est parce que celle-ci se révèle assez vite trop onéreuse ; seuls les logements suffisamment bon marché, en particulier les logements sociaux, peuvent permettre à certains d'habiter encore en ville. Lorsque l'amélioration progressive du niveau de vie donne les moyens de quitter des logements très modestes, les choix possibles en ville apparaissent financièrement restreints ; et vouloir concrétiser le rêve de la petite maison oblige à partir en campagne. Un petit héritage ou des liens familiaux encore très vivaces en facilitent la réalisation. Si, au contraire, au cours d'une vie, ou du moins lorsque les charges des enfants se réduisent, il n'est pas possible malgré tout d'acquérir une maison ou même un appartement modeste, le mieux est encore la location, souvent à proximité de la résidence précédente.

57Ainsi s'explique la relative atonie de la mobilité résidentielle, en ville, des classes les plus modestes, alors que les classes intermédiaires investissent la ville, que leurs parcours expriment des stratégies bien établies et une meilleure connaissance et appropriation de l'espace urbain. Les différentes étapes d'une vie se marquent le plus souvent par autant de résidences dont les localisations successives sont des marques socialement très distinctives.

* A Chalon

  • 25 Par exemple, nombre moyen de changements de résidence, dans la ville, par citadin, selon la C.S.P. (...)

58Comparée à Bourg et à Mâcon, la ville de Chalon est nettement plus marquée par une partition sociale de l'espace urbain et par une certaine permanence de mêmes citadins à l'intérieur des quartiers. Il semble que la mobilité résidentielle intra-urbaine soit plus faible dans la mesure où les groupes ouvriers sont les plus nombreux : ainsi qu'à Mâcon et à Bourg ils présentent moins de changements de lieu de résidence, du moins d’un quartier à un autre. Mais, en prenant en compte tous les mouvements, quelles que soient leur forme et la ville, les résultats sont grossièrement semblables d'un groupe à l'autre et n'expriment qu'une vérité bien connue : les cadres déménagent plus souvent que les commerçants, les ouvriers et les employés se situent entre ces deux extrêmes. Lorsque, en revanche, on ne tient compte que du nombre d'emménagements à l'intérieur de la ville25 les rapports s'inversent ; cela signifie que les citadins les plus aisés trouvent d'emblée un logement conforme à leurs besoins, à leurs goûts et à leurs moyens, et que ceux-ci varient peu, au contraire des citadins les plus défavorisés. Pourtant, si seule la mobilité entre les quartiers est retenue, à nouveau les relations s'inversent ; l'intégralité de l'espace urbain est davantage l'apanage des classes supérieures et surtout intermédiaires. Pour ces dernières, comme à Mâcon et à Bourg, le logement témoigne d'une relative ascension d'ordre socio-économique.

  • 26 Analyse de la répartition des actifs selon leur C.S.P. dans les quartiers urbains : pour les ouvri (...)
  • 27 Molécule : 8,79, impact : 7,5 %.

59Si bien que certains quartiers de Chalon conservent, avec leurs particularismes socio-économiques, les mêmes citadins durant de nombreuses années et qu'alors professions et niveaux culturels se rejoignent dans leurs relations à l'espace urbain. A cet égard, le quartier des Charreaux est sans doute le plus significatif, qui, dans la plupart des analyses de Khi2 effectuées, exprime les plus fortes molécules. En 1954, les Charreaux sont surtout peuplés d'ouvriers26 venus à Chalon avant la guerre (environ 74 % des actifs). En 1982 le quartier réunit en majorité des retraités27 demeurés sur place ; ils représentent 57 % des ouvriers dénombrés en 1954. Et le petit nombre d'actifs qui subsiste appartient à 89 % au groupe des ouvriers.

60Il en est de même pour le quartier de Fontaine-au-Loup, où la part de population ouvrière s'est accentuée durant notre période d'investigation (+11 %), mais où, en revanche, celle qui habite toujours le quartier est plus restreinte, c'est-à-dire près de la moitié de celle qui résidait en 1954. Un certain renouvellement existe ici, mais presque toujours effectué dans le même groupe socio-professionnel.

  • 28 Part respective des différents groupes socio-professionnels en 1954 et en 1982 dans le quartier Sa (...)

61Dans le quartier de Saint-Cosme, on observe une situation intermédiaire, avec une forte proportion de retraités ouvriers en 1982, habitants du quartier en 1954 (51 %) ; mais il existe une meilleure répartition des différents groupes avec l'augmentation des catégories socio-professionnelles intermédiaires et supérieures28. Cela s'explique en partie par le comblement de l'ancien tracé du canal du Centre et le réaménagement du quartier qui a suivi, lequel a largement transformé Saint-Cosme en zone résidentielle. La constitution de la Z.A.C. de Saint-Jean est, de la même manière, responsable d’un afflux de populations de classes moyennes (+15 %). Celles-ci se sont en outre déployées dans les quartiers désindustrialisés autres que Saint-Cosme, tels ceux de la Verrerie ou de Boucicaut ; ces citadins proviennent du centre-ville pour nombre d'entre eux, ou de quartiers aujourd’hui dévalorisés, comme celui des grands ensembles des Aubépins, qui compte maintenant beaucoup d'étrangers.

62Comme le quartier des Charreaux, mais dans une autre tranche sociale, les quartiers de la Citadelle et des remparts Saint-Pierre ont vu leur population vieillir sur place (pour 44 %), alors que le renouvellement s'est opéré entièrement au profit des classes supérieures. Celles-ci se maintiennent toujours sur la partie résidentielle de l'ancien bourg de Saint-Jean-des-Vignes (42 % des actifs du quartier en 1954) où, là encore, presque la totalité des citadins du groupe soumis à l'enquête en 1982 habitait déjà le quartier en 1954 et dont le dixième a aujourd'hui atteint l'âge de la retraite à la même adresse. Ici aussi, le brassage social est donc faible.

  • 29 Sont ainsi représentés en surnombre, par rapport aux valeurs théoriques calculées, les détenteurs (...)

63Nombre de quartiers ont donc conservé non seulement leur étiquette sociale, mais une grande part des citadins qui y résidaient voici près de trente ans, ce que confirme l'examen, selon les mêmes techniques, de la répartition des individus dans les différents quartiers29, en fonction de leur niveau d'études.

64Les Charreaux et la Cité ouvrière se distinguent par leur forte proportion de détenteurs du seul certificat d'études primaires, de même que Fontaine-au-Loup, dont les résultats plus modestes expriment le léger renouveau entrevu.

65Le quartier de Bellevue, plus ouvrier, se remarque par des possesseurs de C.A.P., également représentés de manière excédentaire ; mais les îles et Saint-Jean-des-Vignes affirment leur image de quartier à populations de cadres moyens et supérieurs, toutefois avec moins de force que les quartiers à population à faible bagage scolaire ne se caractérisent.

66Cette double adéquation des niveaux culturels et socio-professionnels selon les quartiers est l'originalité de Chalon par rapport à ses voisines. Elle confirme, certes, l'existence de la partition sociale que nous avons déjà analysée, mais elle traduit aussi une faible diffusion des classes moyennes à travers les différents quartiers de la ville : celles-ci ont investi les espaces de rénovation, comme le quartier de la Colombière, ou encore les parties les plus agréables des grands ensembles des Z.U.P. puis des Z.A.C., comme les bords du lac des Prés Saint-Jean.

67Cela signifie, outre un cloisonnement sans doute plus prononcé de la société chalonnaise, que les classes moyennes, plus nombreuses à Bourg et à Mâcon, traduisent à travers leur mobilité résidentielle intra-urbaine, une certaine mobilité sociale davantage marquée ou apparente. Cela ne préjuge pas pour autant de la réalité, ou des formes de cette mobilité qui, sous d'autres aspects, est susceptible de se révéler en ce qui concerne d'autres groupes sociaux.

II.2. UNE MOBILITE SOCIALE RELATIVE

68Exprimer quelle forme revêt la mobilité sociale pour l'ensemble des citadins de Chalon, Mâcon et Bourg, quels groupes sociaux sont le plus concernés est une entreprise fort délicate qui met en jeu de multiples paramètres et où, là encore, doivent être distingués le local et le général, l’individu et la société. En outre, la mobilité sociale se traduit à la fois par la comparaison avec la génération passée et par les changements survenus au cours de la seule trajectoire individuelle. Aux référentiels familiaux, culturels, socio-économiques, s'ajoutent, en conséquence, ce que nous qualifions de critères de comportements ; ils expriment aussi, peut-être de manière subtile mais combien significative, les modes du changement que la venue à la ville a engendré.

II.21. "Tel père, tel fils"

- Quelques remarques préliminaires

69Comparer la position sociale du père et du fils appelle tout d’abord quelques commentaires d’ordre méthodologique. Pour établir un diagnostic sur le rôle de l’hérédité sociale, il convient de décrire le chemin parcouru par un individu entre son origine sociale et sa position sociale. L’origine sociale est appréciée par rapport à la position sociale du père ; le point de repère est, par convention, la position du père au moment où le fils achève ses études. Pour travailler sur deux populations comparables, c'est-à-dire pour prendre en compte l'éventuelle évolution de la position sociale au cours d'une vie, père et fils sont retenus approximativement au même âge, soit entre 40 et 59 ans. En s'en tenant à la catégorie socio-professionnelle d'appartenance et à plusieurs périodes consécutives de référence, voire parfois à une seule, il est alors possible de construire des tables de mobilité qui expriment, selon les lignes ou les colonnes du tableau, la destinée des fils selon la catégorie d'appartenance des pères, ou l'origine des pères selon la position sociale des fils.

70A partir de cet outil de travail, de multiples indices de mobilité, d'immobilité, d'hérédité ont pu être construits en fonction d'hypothèses diverses, comme l'a montré R. Boudon (1973). Cet auteur explique en outre combien est contraignante l'évolution propre à la structure sociale, que celle-ci détermine la mobilité sociale par les reports obligés d'un groupe social sur les autres.

71Hypothèses, indices, paramètres et méthodes ont été largement discutés et analysés par C. Thélot (1982). Notre propos est beaucoup plus modeste et plus ambitieux à la fois. D'une part, nous ne travaillons que sur une population citadine, quel que soit son âge. Nous ne retenons que sa position sociale au moment de notre enquête, et celle du père est entendue à la veille de sa retraite ou de son décès. Autrement dit, la mobilité personnelle du père n'est jamais prise en compte ; nous sous-entendons que la catégorie socio-professionnelle enregistrée est la plus favorable. La mobilité des fils est appréciée d'une autre manière, par comparaison des emplois entre 1954 et 1982, par appréciation de tous les changements, nombres et formes.

  • 30 Dans notre appréciation des catégories socioprofessionnelles des citadins, celle des exploitants a (...)

72D'autre part, on peut arguer du caractère réducteur et approximatif d’une nomenclature de groupes socio-professionnels en 9 ou 10 postes30. N'oublions pas, cependant, combien ces professions ont été enregistrées avec toute la minutie nécessaire - c'est-à-dire en en se contentant pas d'une rubrique simpliste du genre : employé E.D.F. -, puis codées avec soin. Notre classification n'intervient qu'après le regroupement des 30 postes d'actifs recensés. Bien sûr, le statut, soit la situation au sein de la profession telle que l'appartenance au patronat, au salariat, à la fonction publique, au secteur privé, n'est que partiellement prise en compte dans la détermination de la catégorie socio-professionnelle ; de même, le revenu est toujours ignoré. Mais il ne nous était guère possible d'obtenir ce dernier et, pour ce qui est du statut, d'opérer une refonte complète des groupes socio-professionnels, laquelle aurait d'ailleurs abouti à rendre impossible toute comparaison, si tant est que notre nouvelle typologie soit meilleure.

73La lacune la plus importante et elle se retrouve dans toutes les tables de mobilité - est celle du rôle global de la famille, des comportements, souvent intimement liés. Nous avons cherché à réduire ce défaut en définissant un certain nombre de critères de comportements que nous analyserons en fonction, justement, des professions. Car les clivages peuvent alors émerger, par exemple entre les divers types d'ouvriers, ou selon leurs ascendances - paysannes ou ouvrières ; peut-être est-ce une forme de mesure de l'ouverture des groupes sociaux ?

74Mais surtout, sachant le rôle décisif du système scolaire dans l’orientation professionnelle, et celui tout aussi prégnant du milieu culturel dans l'obtention d'un diplôme et dans les choix professionnels, nous avons également comparé les niveaux d’étude des fils avec la position sociale du père ; ceci conduit aussi à limiter les réductions apportées par la classification socio-professionnelle.

75Les tables de mobilité que nous avons élaborées à la suite de nos enquêtes sont donc très spécifiques, mais adaptées à notre propos. Notre attention se porte sur la transformation d’ordre sociétal, par la venue à la ville qui agit comme médiation supplémentaire. C’est en ce sens que notre étude de la mobilité est plus complexe : elle met précisément en jeu le mouvement spatial. Et sans doute, dans le cas de nos villes moyennes, le changement est-il plus relié à la variation globale de la structure sociale dans la mesure où une forte proportion de nos citadins sont des fils de paysans, poussés bon gré mal gré vers la ville. Après avoir analysé la position sociale avant l'arrivée à la ville, il faut encore l'examiner par rapport à la position du père.

76L'évolution entre les deux générations est donc, a priori, brouillée par la mobilité structurelle. Mais le changement de fait ainsi introduit est-il un véritable changement ? Quel plus, ou quel moins, est apporté par l'arrivée à la ville : le nouveau milieu ? la nouvelle profession ? Après avoir exposé tout le poids de la reproduction sociale, nous montrerons encore combien ce changement apparent peut être en partie illusoire. Ici aussi intervient le regard porté sur "la valeur sociale" d'un métier d’une génération à une autre. C'est pourquoi nous avons là encore tenu à comparer, non pas des données brutes, en elles-mêmes, mais plutôt des ensembles de données, des profils de groupes socio-professionnels, de niveaux culturels, de genres de vie d'une génération à l'autre.

- La reproduction sociale

77D'emblée, la reproduction sociale apparaît très forte, qu'il s'agisse d'une première lecture des données observées, des résultats des analyses statistiques ou d'un examen des tables de mobilité.

  • 31 Contre 43 % à Bourg et 37 % à Mâcon, mais respectivement 20 %, 24 % et 31 % pour les ouvriers ayan (...)

78Globalement, 67 % des citadins interrogés, actuellement ouvriers, ont un père qui a été lui-même agriculteur ou ouvrier ; le rapport est environ de la moitié, en particulier à Chalon pour le seul groupe des pères ouvriers31. Si l'on s'intéresse aux enfants du groupe des personnels de service, la proportion des pères ouvriers et agriculteurs atteint des sommets, soit 92 %.

79Afin de préciser cette constatation criante de la reproduction des classes modestes d'une génération à l'autre, nous avons encore eu recours à une analyse du Khi-2 à la fois sur les groupes socioprofessionnels et sur les diplômes des pères et des fils, ou des pères et des filles.

  • 32 Molécule : 52,5 et impact : 34,2 %.
  • 33 Molécule : 27,8 et impact : 15,1 %.
  • 34 Molécule : 29,7 et impact : 16,4 %.

80En croisant tout d'abord la profession des pères et des fils, on remarque que toutes les différences entre les résultats proviennent d'une représentation, en surnombre, de groupes de même type, d’une génération à l'autre. Par exemple, les pères appartenant aux professions libérales et cadres supérieurs, et ayant des fils embrassant également ces professions, possèdent à Chalon la plus forte molécule32, juste devant les pères ouvriers dont les fils sont aussi ouvriers ; ils distancent ceux qui s'insèrent dans le groupe des patrons de l'industrie et du commerce. A Mâcon, après le groupe des employés, qui détient la plus forte part du Khi-233, se placent les professions supérieures, puis les ouvriers et enfin, avec un impact voisin de celui de Chalon, les patrons de l'industrie et du commerce. A Bourg, il en va à peu près de même, avec encore les professions supérieures en tête34, les qu’elles devancent les patrons de l'industrie et du commerce, puis les ouvriers et enfin les cadres moyens. Il est aussi à noter que cette analyse ne fait ressortir qu'un seul exemple de mobilité entre les pères et les fils, et pour la seule ville de Mâcon, soit entre les pères agriculteurs et les fils ouvriers, toutefois pour une molécule modeste (5,4). Or il s'agit là, justement, d'une mobilité plus apparente que réelle où, en tout état de cause, la reproduction sociale s'exerce sensiblement avec les mêmes pesanteurs culturelles et économiques.

81En revanche, la faiblesse des liens entre des groupes différents accuse encore, autant que faire se peut, ce très puissant héritage socio professionnel. Sont très fortement sous-représentés, et avec un faible impact, les pères ouvriers dont les fils sont classés dans les professions supérieures ou même inversement - à Chalon comme à Bourg, et à propos d'effectifs peu significatifs. A Mâcon, ces relations ne se signalent même pas.

  • 35 Cf. tableaux no 17a, 18a, 19a, p. 536, 540, 544.

82En reliant, dans un deuxième temps, la profession des pères et celle des filles, aucune différence significative n'apparaît, laissant penser que des brassages possibles existent dans ce cas précis. Or, l'analyse des relations entre les niveaux scolaires montre qu'il n'en est rien, ce que confirme aussi l'étude des tables de mobilité ; l'importance des professions d'employées (environ le tiers des femmes actives interrogées), alliée à la forte proportion de femmes inactives (60 % à Chalon), masque la réalité d'un héritage pourtant tout aussi important que chez les hommes ; ce que dénonce, pour les citadines comme pour les citadins, les correspondances entre leurs niveaux scolaires et les professions paternelles35.

83Se distinguent ainsi, quelle que soit la ville, les associations pères de professions supérieures et fils ayant accompli des études universitaires, pères ouvriers et fils possédant un C.A.P., pères agriculteurs et fils détenteurs d’un C.E.P., ou encore cadres moyens et niveaux d'études secondaires. Quant aux rares pères agriculteurs ou ouvriers dont le fils a accédé aux études supérieures, ils sont encore en nombre très inférieur aux valeurs théoriques calculées d'après l'échantillon d’enquête.

84Si les différences sont moins marquées, en ce qui concerne les professions des pères et les niveaux d'études de leurs filles, les mêmes relations se dégagent cependant ; à Chalon, ce sont les pères de professions supérieures alliés aux filles qui disposent d'un bagage de niveau universitaire (25,3 % du Khi-2), ou encore les pères ouvriers aux filles qui possèdent un brevet professionnel. A Mâcon et à Bourg, conformément à la situation propre de ces deux villes, les accords se réalisent entre les pères agriculteurs et leurs filles nanties du certificat d'études primaires, ou encore entre les cadres moyens et leurs filles bénéficiaires d'un enseignement secondaire long.

  • 36 Cf. tableaux no 17b-c, 18b-c, 19b-c, p. 537-538, 541-542, 545-546.

85Les tables de mobilité offrent deux lectures possibles. D'une part, pour un père donné, quel fils ? D'autre part, pour un fils donné, quel père ? La réponse à la première question permet une autre forme d'examen des pesanteurs sociales, soit la répartition des professions des fils et filles à partir d'une profession donnée du père36.

86A Chalon, à Mâcon ou a Bourg, les fils d'agriculteurs se retrouvent, en majorité, dans le groupe des ouvriers (47 % à Mâcon), voire également dans celui des employés, comme à Chalon. Si, en dehors de ces deux derniers, les groupes socio-professionnels se répartissent avec un certain équilibre, en particulier à Bourg, les écarts sont au contraire marqués à Mâcon et à Chalon, avec par exemple 42 points à Mâcon entre les professions supérieures et les ouvriers. Selon les caractéristiques de l'emploi de chaque ville, les filles d'agriculteurs se rencontrent en majorité dans les groupes ouvriers (Chalon : 23 %), ou les personnels de service (Chalon : 36 %) ou les employées (Bourg : 34 %). Si des fils d’agriculteurs entrent - en petit nombre il est vrai dans le groupe des professions libérales et cadres supérieurs, aucune fille de nos trois fichiers n'y est recensée.

Tableau no 17 a : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils

Tableau no 17 a : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils

-en ligne : le niveau des fils d'après l'origine des pères
-en colonne : l'origine des pères d'après le niveau des fils.

-AG :

agriculteurs

PIC :

patrons de l'industrie et du commerce

PLCS :

professions libérales et cadres supérieurs

CM :

cadres moyens

EM :

employés

OU :

ouvriers

PS :

personnel de service

DV

divers

-E.P. :

études primaires (dont C.E.P.)

1C. :

premier cycle secondaire

2C. :

deuxième cycle secondaire (dont B.E.P.C.)

E.S. :

études supérieures (dont baccalauréat)

P.E. :

pas d'école

C.A.P. :

certificat d'aptitude professionnelle

Tableau no 17 b : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils

Tableau no 17 b : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils

- en ligne : la destinée ou la position des fils d'après l'origine des pères
- en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des fils.

Tableau no 17 c : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des filles

Tableau no 17 c : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des filles

- en ligne : la destinée ou la position des filles d'après l'origine des pères
- en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des filles.

87Les professions des pères, autres que celles qui sont liées à l'agriculture, se retrouvent à l'aval, chez les enfants, avec une prédominance marquée dans la similitude. Ainsi, la plus forte représentation d’un groupe socio-professionnel donné des pères coïncide avec celle des fils, pour le même groupe socio-professionnel ; ce qui revient, à partir de la seconde ligne des tables de mobilité, à lire celles-ci selon leur diagonale. Les plus fortes reproductions d'un groupe à l'autre sont chez les professions supérieures (64 % à Chalon, 56 % à Bourg, 44 % à Mâcon) ; les ouvriers arrivent en deuxième position à Chalon (46 %), en troisième à Mâcon et à Bourg (41 et 40 %), où les employés (46 % à Mâcon) et les cadres moyens (47 % à Bourg) rappellent, en particulier, le rôle des services publics. Cette remarque est encore plus fondée si l’on ne tient compte que des professions des filles, et spécialement à Bourg, où 70 % des pères cadres moyens ont leurs filles inscrites dans le même groupe ; il en est de même pour 64 % des pères employés.

88Il semble donc bien que la reproduction sociale s'exerce de manière très contraignante dans nos villes, avec quelques variantes selon les groupes professionnels en fonction des caractères propres de chaque ville. Le poids des groupes ouvriers est plus marqué à Chalon ; celui des employés - en particulier du secteur tertiaire - l’est davantage à Mâcon et à Bourg où, de ce fait, les classes sociales paraissent plus équilibrées. Chalon, ici encore, se signale par une société plus partagée entre ses groupes extrêmes. Quelle que soit la ville, d'une génération à l'autre, les groupes sociaux se retrouvent toujours aussi fermés, en particulier au sein des plus modestes comme des plus aisés, des moins qualifiés comme des plus diplômés, la profession des pères jouant sur les diplômes des enfants un rôle décisif.

89Cette reproduction d'ordre socio-professionnel et culturel entre les pères et les enfants est accentuée par les reports des fils et filles d'agriculteurs qui, dans l'ensemble, grossissent vivement les rangs des classes modestes : les ouvriers et les ouvrières à Chalon, les ouvriers et les employés des deux sexes à Mâcon et à Bourg. On comprend, dans ces conditions, combien l’importance des classes modestes est renforcée par le jeu de la migration définitive, vers nos villes, de fils de ruraux peu qualifiés ; l'évolution de la structure sociale agit ainsi directement sur la mobilité spécifique de nos villes moyennes, soit, en conséquence, sur le changement dont elles font preuve.

Tableau no 18 a : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils

Tableau no 18 a : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils

en ligne : le niveau des fils d'après l'origine des pères
en colonne : l'origine des pères d'après le niveau des fils.

-AG :

agriculteurs

PIC :

patrons de l'industrie et du commerce

PLCS :

professions libérales et cadres supérieurs

CM :

cadres moyens

EM :

employés

OU :

ouvriers

PS :

personnel de service

DV :

divers

-E.P. :

études primaires (dont C.E.P.)

1C. :

premier cycle secondaire

2C. :

deuxième cycle secondaire (dont B.E.P.C.)

E.S. :

études supérieures (dont baccalauréat)

P.E. :

pas d’école

C.A.P :.

certificat d'aptitude professionnelle

Tableau no 18 b : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils

Tableau no 18 b : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils

en ligne : la destinée ou la position des fils d'après l'origine des pères
-en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des fils.

Tableau no 18 c : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socioprofessionnels des pères et des filles

Tableau no 18 c : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socioprofessionnels des pères et des filles

-en ligne : la destinée ou la position des filles d'après l’origine des pères
en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des filles.

- La promotion sociale illusoire

90En lisant les tables de mobilité non plus à partir de la profession des pères, mais à partir de celle des fils, on s'aperçoit que si le déterminisme familial est encore très pesant, il se dégage plus de variation dans les répartitions. Par exemple, à Chalon, 30 % des fils de cadres supérieurs ou assimilés ont un père appartenant au même groupe professionnel, alors que la question inverse donnait un taux de réponse deux fois plus élevé. A Bourg, les proportions sont respectivement de 26 et 56 %, à Mâcon de 16 et 44 %. Cela signifierait qu'il existe une certaine mobilité sociale que confirme une seconde analyse des tables de mobilité.

91La première mobilité constatée, rappelons-le, est celle des ouvriers venus de la classe paysanne ; ils sont, à Mâcon, en nombre sensiblement égal à celui des ouvriers fils d’ouvriers, et ne représentent que la moitié du groupe de Chalon, où la tradition ouvrière est plus forte. A dire vrai, toutes les professions modestes des fils (personnels de service, employés, ouvriers...) s'alimentent largement dans les couches paysannes de la génération précédente. Il existe alors bien une mobilité entre les générations, mais pour autant le cloisonnement socio-économique demeure-t-il très fort.

92Quel mieux-être représente une profession ouvrière, un modeste emploi de bureau ou encore celui de chauffeur de taxi, d'agent hospitalier, de gardien de nuit, ou de bien d'autres de ce genre ? La réponse se trouve en partie dans celle qui est donnée à la question de l'enquête relative à une éventuelle amélioration de situation des citadins au cours de leur existence, c'est-à-dire en incluant l’incidence de la mobilité professionnelle. Si tous les groupes répondent, à une forte majorité, que leur situation s'est améliorée (la palme revient aux employés et aux cadres moyens), ce bénéfice s'inscrit, en réalité, au compte des augmentations générales des salaires ; c'est le cas pour 65 % des ouvriers chalonnais qui ont répondu positivement et pour 76 % des cadres moyens. Il faut cependant noter que de tous les groupes, les ouvriers et les personnels de service demeurent les plus pessimistes, que près de 20 % d'entre eux dénoncent le chômage ou l'inflation comme responsables de la baisse de leur niveau de vie, considéré de toute façon comme modeste (63 % de l'échantillon de Chalon). Qu'il s'agisse de leur place dans la société locale ou dans la société nationale, les citadins interrogés s'estiment pour la plupart comme appartenant aux classes moyennes ou modestes. C'est-à-dire qu’au strict plan économique la mobilité apparente, et toutefois limitée, ne semble guère avoir porté ses fruits.

93Bien d’autres arguments qui renforcent notre constat du compartimentage social et de la mobilité illusoire peuvent encore être avancés. Nombre de professions se sont, par exemple, trouvées déqualifiées par suite de l'évolution de l'appareil économique ; les matrices de transfert des catégories socio-professionnelles, d'une date à une autre, en montrent de multiples cas, en particulier pour les femmes. Citons, entre autres, celui, très significatif, des couturières de l'entre-deux-guerres ou des années cinquante. Installées tout d'abord à la campagne, puis à la ville, elles ont vu leur situation vivement se dégrader. Fréquemment, bien avant la retraite, nous les retrouvons retoucheuse dans un magasin de vêtement, piqueuse dans un atelier de textiles, vendeuse, lingère... Détentrice d’un métier, d’une qualification dont l'apprentissage a signifié en général un véritable effort financier de la part de parents paysans, ces femmes sont aujourd'hui au bas de l'échelle professionnelle, rémunérées selon des salaires minimaux, dans des emplois précaires que, cependant, seule la ville peut leur fournir.

Tableau no 19 a : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils

Tableau no 19 a : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils

en ligne : le niveau des fils d'après l’origine des pères
en colonne : l'origine des pères d'après le niveau des fils.

- AG :

agriculteurs

PIC :

patrons de l'industrie et du commerce

PLCS :

professions libérales et cadres supérieurs

CM :

cadres moyens

EM :

employés

OU :

ouvriers

PS :

personnel de service

DV :

divers

- E.P. :

études primaires (dont C.E.P.)

1C. :

premier cycle secondaire

2C. :

deuxième cycle secondaire (dont B.E.P.C.)

E.S. :

études supérieures (dont baccalauréat)

P.E. :

pas d'école

C.A.P. :

certificat d’aptitude professionnelle

Tableau no 19 b : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils

Tableau no 19 b : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils

en ligne : la destinée ou la position des fils d'après l'origine des pères
-en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des fils.

Tableau no 19 c : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des filles

Tableau no 19 c : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des filles

-en ligne : la destinée ou la position des filles d'après l'origine des pères
-en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des filles.

94La mobilité plus virtuelle que réelle prend encore parfois des formes plus subtiles, comme celle qui conduit des ouvriers dans le groupe des cadres. Si l'on détaille les trajectoires professionnelles et si l'on se réfère aux dossiers concernés, les mouvements apparaissent relever de métiers bien précis et réellement qualifiés, comme celui d'ajusteur ; 25 ans après leur embauche à la sortie de la guerre, ils sont devenus cadres dans leur entreprise, c'est-à-dire agent de maîtrise, soit au niveau le plus bas de l’encadrement. Reconnaissons que la mobilité est de faible envergure, surtout lorsque l'on sait qu'en général elle s'est réalisée au terme d'une carrière effectuée dans la même entreprise...

  • 37 Cet indice représente le pourcentage d'individus actifs qui ont quitté leur catégorie d'origine en (...)

95Afin d’évaluer la part de mobilité propre à chaque catégorie socio-professionnelle, nous avons déterminé, pour chacune des 30 catégories d'actifs, un indice de mobilité37calculé à partir des matrices de transfert entre 1954 et 1982. Les résultats sont fort significatifs. La mobilité est nulle pour les ingénieurs, les professeurs, les cadres, les industriels ; elle reste limitée (environ 20 %) pour les professions libérales, les contremaîtres, les employés du commerce et, dans l'ensemble, pour les catégories intermédiaires (cadres administratifs moyens, techniciens, membre des services sociaux et médicaux). En revanche, elle dépasse le tiers pour les artisans, les petits commerçants, les ouvriers (43 %). Ici, la mobilité est essentiellement descendante ou intercatégorielle, alors que celle des classes moyennes est au contraire plutôt ascendante.

96Enfin, nous nous sommes penchée sur le rôle du brassage social par le mariage. Dans les trois villes, en 1954 comme en 1982, aucune mobilité ne transparaît par le mariage : il se conclut de préférence à l'intérieur d'un même groupe, en particulier pour les plus nantis comme pour les plus démunis. La même constatation prévaut pour l'étude des couples (mariés ou non) à travers les niveaux scolaires.

97Les pesanteurs de l’héritage socioculturel, les difficultés de transferts professionnels qui marquent notre société se retrouvent évidemment à l'échelle de nos villes, amplifiées par les situations économiques propres à ces dernières ainsi que par la force et la nature des courants migratoires qui ont grossi la population urbaine, modestement entre les deux guerres, puissamment ensuite. Ces flux ont drainé vers la ville une majorité de ruraux peu ou pas qualifiés, lesquels renforcent alors la part des classes modestes, au mieux moyennes, qui dominent l'emploi local. Les sociétés de Chalon, Mâcon et Bourg paraissent se reconduire semblables à elles-mêmes, et n'offrent guère que des transferts sectoriels, presque toujours à l’intérieur d'une même classe socio-économique.

II.22. La sortie de la spirale

98La reproduction sociale nous est donc apparue telle une spirale dans laquelle s'enferment les destins de chacun selon un déterminisme contraignant.

99Toutefois, des transferts se sont dessinés, en particulier dans les classes modestes, le plus souvent par simple redistribution, et sans véritable changement économique. Les classes supérieures semblent avoir, de multiples façons, verrouillé leurs entrées, avec d'autant plus d'efficacité que les postes offerts dans les trois villes sont en nombre plus restreint ; mais surtout, nous avons vu que les groupes intermédiaires se sont très fortement déployés durant ces trente dernières années et qu'ils offrent de plus une certaine mobilité. Faut-il voir par là une ouverture des classes sociales dans nos trois villes, une possibilité de sortir de la logique fatidique "tel père, tel fils" ?

100L'étude des modes de vie peut enfin nous dire si l'arrivée à la ville, malgré le maintien des migrants dans des catégories moyennes et modestes, le plus souvent, signifie un réel changement, ou bien une autre forme de mobilité, jusque là négligée.

- L'entrée dans les groupes médians

  • 38 Cf. tableaux no 17, 18, 19, p. 536, 540, 544.

101L'importance des groupes médians à Chalon, Mâcon et Bourg nous conduit à relire les tables de mobilité38 selon la profession des fils ; on découvre que la répartition des cadres moyens échappe à la règle de répartition de tous les autres groupes ; en étant plus régulièrement distribués, ceux-ci montrent que la reproduction sociale est moins forte que si l'on examine les professions des fils selon celles des pères. Pourtant, il existe encore une correspondance étroite entre les professions des pères et des fils, spécialement pour les groupes extrêmes : par exemple, les fils ouvriers, ou qui appartiennent aux professions supérieures et aux personnels de service, se recrutent, de préférence, chez les pères de professions identiques ou encore de même classe socioéconomique.

102La répartition des cadres moyens est beaucoup plus originale ; le maximum de fils de cadres moyens ne correspond pas à la classe des pères du même groupe. Les cadres moyens de nos villes ne sont guère issus de familles de cadres moyens. Alors que la mobilité de ce groupe socioprofessionnel nous est apparue ascendante depuis 1954, c'est-à-dire que les transferts au cours d'une vie se réalisent en majorité vers des professions supérieures, il existe aussi une mobilité ascendante entre générations, en direction des cadres moyens ; par eux, passerait donc l'essentiel des changements socio-professionnels.

103Même si nombre de cadres moyens ont un père inscrit dans le même groupe (22 % par exemple à Bourg), ils sont issus, en majorité, de pères recensés dans le groupe des patrons de l'industrie et du commerce (respectivement 22 %, 23 % et 27 % dans les trois villes), ou encore dans celui des ouvriers ; en particulier, 36 % des cadres moyens de Chalon ont un père ouvrier (23 % à Mâcon, 19 % à Bourg). Il semble donc, sachant que les patrons de l'industrie et du commerce, pour les pères, relèvent plus des petits artisans et des petits commerçants des campagnes, que se dessine, par l’entrée dans les groupes médians, une échappatoire à la rigueur de la reproduction sociale et à un changement positif de classe socio-économique.

104Les résultats sont semblables pour les hommes comme pour les femmes, avec cependant, pour les femmes, une plus forte proportion issue de familles d'agriculteurs, en particulier à Mâcon (30 %) et à Bourg.

105Si le changement se mesure indiscutablement par rapport à la génération précédente, il s'apprécie aussi par l'accès promotionnel au groupe des cadres moyens. Parmi ceux qui, déjà actifs en 1954, sont classés cadres moyens en 1982, on distingue deux types d'origine socio-professionnelle distincte : le premier est celui des ouvriers, largement majoritaire (33 %) devant le second, celui des employés de bureaux (22 %). Les catégories d’accueil sont celles des techniciens (pour 1/3 de l'ensemble des transferts des actifs) ou des cadres administratifs (pour environ 40 %) ; il s'agit des catégories dont l'accès est possible grâce aux promotions internes, comme le confirme l'analyse des matrices de transfert pratiquées alors selon les différents critères du niveau scolaire. Cela est si vrai que les catégories des instituteurs et professions intellectuelles diverses et des services médicaux et sociaux sont presque exclues des trajectoires ascendantes ; en revanche, ces catégories reçoivent la plupart des citadins déclarés scolaires ou étudiants en 1954 (37 % de l'ensemble des transferts), ou nés après cette date (20 %). Ils sont entrés directement dans ces catégories, sans étape intermédiaire ; leur importance dans les transferts explique d'ailleurs que le rythme de ceux-ci s'accélère avec le temps, comme nous l'a montré l'analyse des matrices de transfert réalisées sur des périodes décennales, à partir de 1954. Là encore interfèrent l'évolution de la structure des emplois et celle de la structure démographique des villes.

106L’ensemble des catégories médianes nous paraît donc être le terrain privilégié de la mobilité ascendante où aboutissent les trajectoires de promotion professionnelles comme celles qui se dérobent à la logique de la reproduction sociale. Plus spécialement, ces dernières voient le jour avec l'arrivée massive, à partir de la fin des années cinquante, de nouveaux citadins, ainsi qu'avec la mise en place d'une formation scolaire appropriée, adaptée au changement économique.

107Mais il nous faut revenir plus précisément sur la dernière forme de mobilité ascendante qu'offrent encore les catégories moyennes, soit celle qui conduit, par transferts professionnels, au degré supérieur. En effet, toutes les catégories moyennes ne permettent pas cette ascension ; seules les catégories des instituteurs et des professions intellectuelles diverses et des cadres administratifs autorisent l'entrée dans celle des professeurs et des professions littéraires et scientifiques, ainsi que dans celle des cadres administratifs supérieurs. Pour les trois villes, la presque totalité des transferts à partir des cadres moyens se produisent ainsi. En revanche, les techniciens ne présentent pas un seul exemple de mobilité vers les cadres supérieurs ou les professions libérales, et les membres des services médicaux et sociaux ne comptent que quelques cas d'espèce.

108Autrement dit, des clivages très prononcés se dégagent à l'intérieur même des groupes intermédiaires. Une partie est le terme de la mobilité ascendante à partir de catégories plus modestes, une autre est le tremplin vers des catégories plus élevées. Sorte de plaque tournante de la société, le groupe des cadres moyens est celui par où tout est possible et où passe sans doute la frontière entre les plus et les moins nantis, économiquement et culturellement. Le bagage scolaire d'origine joue alors un rôle décisif, puisque les promotions existent essentiellement là où les concours internes sont nombreux, où des passerelles existent ; prenons pour seul exemple celui des instituteurs qui, dans les années soixante, sont nombreux à devenir professeurs dans le premier cycle de l’enseignement secondaire. Au contraire, la promotion est très limitée, à tout le moins stoppée, lors de l'accès dans le groupe des cadres moyens, lorsqu'elle est impliquée dans des filières professionnelles où le diplôme s'acquiert, obligatoirement, avant l'entrée dans la vie active.

109Toutefois, la double forme de mobilité ascendante vers les groupes médians ou à partir de ceux-ci, au cours d’une vie professionnelle, demeure limitée ; la part de la première oscille, selon les villes, entre 7 et 11 % des actifs cadres moyens, et la seconde entre 8 et 13 %. Il se confirme ainsi combien nos sociétés se transforment lentement, combien l'ouverture sociale est réduite ; les variations les plus importantes sont liées aux changements globaux économiques et sociaux, et de ce fait au développement massif des catégories intermédiaires où s'intègrent, en majorité, par le jeu de la migration, les nouveaux citadins.

110Certes, la définition de ce groupe socio-professionnel intermédiaire est-elle sujette à caution, comme d’ailleurs toutes celles des autres groupes. Il ne faut pas oublier que l'amalgame facile et tentant avec les classes moyennes est quelque peu abusif, car certaines catégories d'employés, de commerçants et même d'ouvriers devraient alors leur être intégrées ; disons que ces cadres moyens sont un indicateur commode relatif à l'identité des classes moyennes.

111Nous avions compris, en analysant la sectorisation de l'espace urbain, que le développement des quartiers que nous avons appelés intermédiaires était lié à la croissance des classes moyennes, et que de nouvelles divisions socio-spatiales apparaissaient au cœur de ces quartiers, en écho à celle des classes moyennes. La mobilité socioprofessionnelle nous ramène à ce problème de la correspondance entre groupes sociaux et portions d'espace urbain, en mettant en lumière les strates apparues, précisément, à l'intérieur des groupes intermédiaires.

- Le départ de la ville moyenne

112L’ouverture des groupes socio-professionnels intermédiaires et sa traduction dans l'espace urbain contribuent, sous d'autres formes, à accélérer la transformation - même mineure - des sociétés de Chalon, Mâcon et Bourg.

113L’accès à la classe moyenne de nouveaux citadins peut conduire, à la troisième génération, à prolonger la promotion sociale par l'entrée des enfants dans les classes supérieures ; ces cas sont toutefois peu nombreux, limités à 10 % des pères cadres moyens actifs, qui ont migré vers la ville et ont été soumis à l'enquête, comme le révèle l'examen de la question relative à la scolarité des enfants. Certes, notre question manque-t-elle de précision : elle n'inclut pas la profession des enfants ni son lieu d'exercice. Mais elle est suffisamment claire, en matière de niveau d'études et de lieu d’habitat en dehors des trois villes, pour apprécier le changement par rapport aux parents. Dans 90 % des cas, les enfants qui ont pu se hisser au sommet de l’échelle socio-professionnelle ont quitté leur ville natale... Quelques exemples retenus dans chaque fichier illustrent ces trajectoires originales.

114Cet ingénieur des arts et métiers, promotion de Cluny 1975, travaille à Strasbourg. Il est né à Chalon d'un père contremaître venu à la ville en bas-âge ; lorsque ses grands-parents s'y installent, en 1930, son grand-père était ouvrier au Petit Creusot, possédait son certificat d'études ; son père a été en classe à l'école nationale professionnelle de Chalon, sans pour autant pousser très avant ses études et "rentrer à Cluny". Dans la droite ligne de l'histoire familiale, le petit-fils réalise le rêve des deux générations précédentes et hausse d’un cran le niveau socio-professionnel ; mais il n'a aucun espoir de revenir un jour travailler à Chalon, en particulier à l'heure des déboires de la sidérurgie.

115A Bourg, nous renouons avec une trajectoire familiale déjà entrevue, en suivant le devenir des petits enfants de ce jeune paysan installé à la ville à la sortie de la guerre de 1914, aujourd'hui cadre retraité. Si sa fille a accédé à une scolarité secondaire, et à un emploi de cadre moyen, ses petits-enfants ont accompli de brillantes études supérieures. L'un est chef de clinique à Lyon, l'autre est archiviste dans une bibliothèque parisienne et aucun des deux ne reviendra travailler à Bourg. Certes, le grand-père a-t-il amélioré ses conditions de vie et son niveau professionnel au cours de sa carrière, mais l'ascension s'est poursuivie à la seconde génération et surtout à la troisième.

116Une autre trajectoire relevée à Mâcon est tout aussi significative : c’est celle d'un pilote de ligne domicilié à Paris. Ses parents sont, l'un cadre moyen, l'autre employée de l'administration municipale, et leurs origines familiales sont très modestes. Le père est né dans une commune contiguë de Mâcon où sa mère, veuve, tenait une petite épicerie, alors que la mère vient d’une famille d'agriculteurs, d'un village du Tournugeois. Le couple s'est rencontré sur son lieu de travail, c'est-à-dire l'administration qui l’avait embauché à la sortie de la guerre, elle au seuil - non franchi - du brevet élémentaire, lui l'examen en poche.

117De ces mobilités familiales exemplaires, mais relativement peu nombreuses, on peut seulement conclure qu'échapper à la reproduction sociale se traduit le plus souvent, si le niveau supérieur est atteint, par le départ de la ville moyenne. Il en va d'ailleurs de même pour toutes les catégories socio-professionnelles de ce niveau, quelle que soit leur origine sociale. Nos trois villes sont dans l'impossibilité d'absorber, en raison des hauts degrés de qualification obtenus, la plupart de leurs jeunes citadins fortement diplômés, ou entrés dans des filières professionnelles rares et de grande technicité.

118En explorant l’enquête à travers d'autres questions relatives à la place des citadins dans leur ville et à la qualité de vie que celle-ci leur procure, on s’aperçoit qu’existe une autre sorte de fuite de la ville moyenne et de ce qu'elle implique socialement et économiquement.

119Entre 33 et 38 % des personnes interrogées déclarent vouloir déménager, et pour l’extérieur de la ville à une écrasante majorité : 81 % à Mâcon, 88 % à Chalon et à Bourg ; en dépit des réponses d'ensemble favorables à nos villes, il perce dans l’esprit des citadins un certain refus de la ville qui s'exprime alors très clairement lorsque la question se précise. Ainsi est-il demandé "où souhaitez-vous habiter si vous désirez déménager ?", mais également "où désireriez-vous habiter, et selon quel type d'habitat, si vous aviez toute la possibilité de le faire ?". A la première question la réponse est simple : près de 90 % des citadins souhaitent habiter dans la "région" comprise au sens des cantons voisins de la ville. Mais, dispensés de toute contrainte, les mêmes citadins rêvent d'une maison individuelle (entre 76 et 81 %) ; si leur décor se plante encore dans leur région (entre 36 et 40 %), il se situe aussi au bord de la mer pour près du tiers d'entre eux !

120Ces réponses ne surprennent peut-être pas ; elles montrent cependant combien l'habitat en ville, fût-il en ville moyenne, n'est guère prisé ; la mobilité géographique est plus recherchée que ne le laisse transparaître l'apparente stabilité qui ressort des réponses à la question "est-on bien dans votre ville ?" : positive à 80 %, ou à 54 % lorsqu'il s'agit seulement de la qualité de la vie. Les motifs de satisfaction relatifs à la profession ou encore à la proximité de la famille sont négligeables (environ 10 %). En revanche, importent au premier chef le type d’habitat et son implantation. La venue à la ville est motivée par la recherche d'un emploi ; une fois celui-ci obtenu, en bonne logique, les stratégies du ménage sont orientées vers l'habitat ; lorsque, dans ce domaine, la ville ne répond plus à leurs aspirations, nos citadins se proposent de la quitter, tout en demeurant dans le bassin de main-d’œuvre.

121Nous avons expliqué comment s'ordonnent ces flux de départ de la ville, quels espaces sont privilégiés selon les catégories socio-professionnelles concernées, alors que l'espace urbain devient davantage le propre des classes moyennes, étant toutefois entendu que les quartiers restent socialement très différenciés.

122Certes, tous les groupes sociaux sont représentés dans la migration alternante qui suit le déménagement ; mais, dans l'expression du souhait de déménager - lequel n'est pas forcément réalisé-, des groupes apparaissent majoritaires ; les cadres moyens veulent changer de logement tout en restant en ville, pour la moitié d’entre eux ; les ouvriers, les personnels de service, les employés aspirent, selon des proportions diverses mais toujours supérieures à 50 %, à s'installer dans les communes de périphérie. Ceux qui ont plus facilement le choix, comme les professions libérales, les cadres supérieurs, les chefs d'entreprise, les commerçants aisés, se disent en général satisfaits de leur habitat en ville... et 80 % des retraités expliquent que ni le lieu ni le logement ne leur conviennent désormais.

123Le niveau de vie, le pouvoir d'achat, leur éventuelle évolution dictent ces réponses, au premier degré. En examinant soigneusement toutes les formes de réponses au diverses questions relatives à l'habitat, d'autres motivations se distinguent.

124Les plus mécontents de leur ville, d'une manière ou d'une autre, sont recensés dans les strates les moins élevées des classes intermédiaires et dans les strates les plus élevées des classes modestes : petits cadres moyens, mais aussi ouvriers spécialisés, employés, en particulier lorsque les deux membres du ménage sont salariés. Nous retrouvons ainsi la grande masse des nouveaux citadins, majoritairement venus des campagnes proches, fils de paysans le plus souvent. Leur mobilité spatiale - souhaitée tout au moins-, conséquente à leur insatisfaction de la ville, n'est-elle pas une sorte de compensation à une véritable mobilité sociale que la venue à la ville n’a pas procurée ?

125De toute manière, tous ceux - tous groupes socio-professionnels confondus - qui souhaitent si ardemment s'installer dans les villages proches sont des nostalgiques d'une campagne perdue par leur génération ou celle de leurs parents. En y retournant, même si la campagne idéalisée n'est plus celle que l'on revoit, les ex-citadins "se retrouvent en situation de promotion sociale" (M. Marié, 1982), et opèrent une sorte de fusion entre une mémoire collective du terroir qu'ils véhiculent et des valeurs plus spécifiquement urbaines qui sont toutefois aussi devenues les leurs. Ceux qui ont investi nos trois villes sont les héritiers urbains du monde rural environnant, et la volonté de le retrouver, sous une autre forme, montre qu'au-delà des ruptures, des multiples brassages effectués depuis la seconde guerre mondiale, voire de la première, il existe des tendances qui perdurent ; ce que M. Marié appelle encore "la continuité des représentations de l'espace", sorte d'inertie de la symbolique.

II.23. Un certain nivellement des modes de vie

126Si la migration vers Chalon, Mâcon ou Bourg est plus une mobilité d'emploi que de carrière, si la promotion sociale est souvent illusoire, si la croissance de ces villes implique le gonflement des classes moyennes et modestes, quel bénéfice - autre que celui de l'emploi trouvé ont donc retiré de leur mobilité géographique les nouveaux citadins ?

127Là encore, la réponse est délicate ; mais elle se lit dans les résultats des questions relatives aux comportements, aux modes de vie, en les associant aux groupes socioprofessionnels, aux niveaux scolaires, aux motivations du déménagement, au jugement porté sur le cadre et la qualité de vie offerte par les villes d'accueil.

128Les sept questions (et dix-sept rubriques) proposées destinées à cerner quelque peu les modes de vie portent principalement sur la place des citadins dans la société locale et dans la société française, sur l’éventuelle amélioration de situation au cours de l'existence et sur les raisons invoquées à ce propos, sur le pouvoir d'achat ; elles ont également pour objet les loisirs selon leurs types et leur fréquence, les vacances selon leurs modes et leurs destinations, les lieux d'achats, la vie relationnelle et enfin le rôle des citadins dans la vie associative ou politique de la cité.

129De même que les résultats n’apportent pas de différence significative entre les villes, on ne distingue pas non plus de réelle distinction selon les groupes socioprofessionnels, les niveaux d'études, les sexes... quelles que soient les techniques d'analyse envisagés. En quelque sorte, tout le monde semblerait vivre comme tout le monde ! Nos questions seraient-elles trop imprécises ? Il est vrai que ce problème ne constitue pas la pièce maîtresse de notre enquête ; cependant nous ne l'avons pas négligé pour autant, et la prise en compte, par un codage approprié, de réponses très détaillées en compense la sécheresse apparente comme l’aspect qualitatif sous-jacent. Or, précisément, l'analyse des variations qu'apporte la diversité des réponses à une même question introduit des distinctions parfois subtiles ; il s'agit plus de différences de degré que de nature.

130Les questions peuvent être rassemblées selon deux thèmes, l'un relatif à la situation économique des individus, fruit de leur travail, l'autre à la place du temps libre et à son utilisation, d'après l'appréciation qu'en donnent les citadins eux-mêmes.

131Nos citadins s'inscrivent en majorité dans les classes moyennes (62 %) ou modestes (22 %) de leur ville, alors qu'en plus faible nombre - plus faible que la réalité ! - ils se jugent plutôt aisés (entre 10 et 13 %). Voilà un résultat attendu. Mais ce qui l’est moins, c’est le décalage qu'introduisent les enquêtés entre la société locale et la société française ; en regard de la société française un glissement des réponses vers le bas se manifeste par l'abaissement des proportions de populations aisées et l'augmentation des autres : les groupes fortunés, déjà en petit nombre dans la société locale, disparaissent, alors que les groupes aisés perdent 4 points, les situations moyennes en gagnent 3 et les modestes 5. Il faut sans doute relier ce sentiment d'une certaine sécurité, d'une sensible supériorité ressentie à propos de la ville moyenne, au très fort pourcentage de réponses favorables relatives à la qualité de la vie.

132En revanche, chacun est bien lucide sur l'évolution de son niveau de vie ; tous les groupes socio-professionnels s'accordent pour observer un accroissement de leur salaire et un meilleur pouvoir d'achat, voire pour les cadres moyens une amélioration professionnelle. Cependant, lorsque la question s'affine et que le pouvoir d'achat est entendu seulement depuis 1979, près de 15 % des citadins de chaque ville répondent par la négative, en particulier 20 % des ouvriers de Chalon ; car 67 % de ces derniers expriment leur crainte du chômage : en 1982 la sidérurgie pose déjà ce problème. Ni Mâcon ni Bourg ne présente une réponse aussi claire sur ce sujet : la crise économique n’y est pas alors aussi engagée. Quant aux lieux d’achats, aucune réponse ne distingue véritablement les groupes sociaux ; il est vrai que notre question ne fait pas référence à la qualité, à la quantité et à la cherté des produits, mais aux lieux d'achats et aux diverses formes de distribution. Seules les catégories aisées, lesquelles incluent même une partie des employés (les employées de bureau en particulier), montrent leur souci d'achats plus diversifiés, moins vus, leurs disponibilités financières ou le rôle qu'ils assignent à l'achat, en pratiquant leurs courses dans les villes voisines, spécialement à Lyon.

133Ni les loisirs, ni les vacances, n'apportent non plus de renseignements d'ensemble autres que ceux que l'on attendait, comme à propos des classes d'âge ; seules les questions de détail opposent les plus riches aux plus modestes, par exemple en ce qui concerne les types de loisirs. Les ouvriers déclarent volontiers ne faire que du sport, les catégories aisées mêlent le sport et les loisirs culturels. Toutefois, les modes et les lieux de vacances différencient davantage les citadins : les professions supérieures cumulent tous les modes et tous les lieux de vacances proposés, alors que les cadres moyens sont, en majorité, les adeptes de la location et que les ouvriers et les employés pratiquent plus le camping et déclarent partir fréquemment pour la région où ils logent chez leurs familles ; nous retrouvons là, au-delà d'exigences économiques certaines, la force de l'enracinement local.

134Enfin, les catégories les plus diplômées sont aussi les plus engagées dans la vie associative, et leur vie de relation est spatialement plus diversifiée. L'échelle de l'espace investi, qu'il s'agisse justement des relations, mais aussi des lieux d'achats ou de vacances, est certainement le facteur le plus discriminant. Cependant, au degré d'analyse où nous nous sommes placée, en conclusion de notre enquête et en complément de l'ensemble des questions, il n'existe pas de notables différences, entre les divers groupes de citadins, relativement aux quelques interrogations portées sur les comportements des individus, que ceux-ci soient des citadins de fraîche date ou natifs de la cité. C'est dire que les modes de vie urbains sont sensiblement les mêmes pour chacun et que la mobilité vers la ville a contribué à l'acquisition de ces manières d'être.

Notes

1 Cf. graphique no 35, p. 509.

2 25,3 % du flux total ; à Mâcon 24 %, à Bourg 18 %. La C.S.P. prise en compte est celle de la profession déclarée lors de la première embauche à la ville.

3 R.G.P. 1982, Chalon : 16,8 % d’ouvriers dans l'ensemble de la population, Mâcon : 16,2 %, Bourg : 14,2 %.

4 Cf. graphique no 36, p 511.

5 1975-81 : 26 % des changements survenus entre 1954-81 ; 1967-71 : 22 %.

6 60 % de l'échantillon de Mâcon contre 31 % à Chalon et 24 % à Bourg.

7 Pour localiser les quartiers voir les figures no 31, 32, 33, p.217, 225, 231.

8 Cf. graphique no 37, p. 515.

9 L'écart est de près de 11 points à Bourg et 13 à Mâcon.

10 Cela explique aussi la faible part des populations maghrébines (environ 0,8 %) et celle plus importante des Espagnols et Portugais (2,3 %).

11 Cf. figure no 90, p. 518.

12 Cf. figure no 91, p. 519.

13 Par exemple à Mâcon 14,8 % des hommes et 33,8 % des femmes (en pourcentage des actifs).

14 Cf. graphique no 38, p. 521.

15 - Accroissement des ouvriers : impact 6,2 % du Khi-2, molécule 24,2 à Chalon, pour 3,3 % et 14,2 à Mâcon, 4,7 % et 17,3 à Bourg.
- Accroissement des employés : impact 14,4 %, molécule 61,2 à Mâcon.
- Accroissement des patrons de l’industrie et du commerce : impact 14,2 %, molécule 60,4 à Chalon.
- Accroissement des ouvriers : impact 6,2 %, molécule 24,2 à Chalon.

16 Chalon : impact 17,5 % molécule 67,9 ; Bourg : impact 7,4 % molécule 27,3 ; Mâcon : impact 3,9 % molécule 16,7.

17 Cf. livre I, première partie, chapitre II.42.

18 Cf. graphique no 39, p. 523.

19 Image

20 Cf, graphique no 40, p. 523.

21 Exemple de Chalon : 42 % de la classe née entre 1940 et 1950 a fait des études supérieures, soit 20 % du groupe qui a déclaré des études supérieures.

22 Cf. infra, chapitre II.2.

23 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III. 1.

24 Cf. livre II, première partie, chapitre II.22.

25 Par exemple, nombre moyen de changements de résidence, dans la ville, par citadin, selon la C.S.P. ; patrons de l’industrie et du commerce : 1, professions libérales et cadres supérieurs : 0,7, cadres moyens : 1,2, ouvriers : 1,4.

26 Analyse de la répartition des actifs selon leur C.S.P. dans les quartiers urbains : pour les ouvriers la molécule est de 22,78 et l’impact est de 7,5 % du Khi-2.

27 Molécule : 8,79, impact : 7,5 %.

28 Part respective des différents groupes socio-professionnels en 1954 et en 1982 dans le quartier Saint-Cosme : patrons de l’industrie et du commerce : 22,9 % - 16,7 % ; professions libérales et cadres supérieurs : 5,7 % - 12,5 % ; cadres moyens : 22,9 % - 29,2 % ; employés : 17,1 % - 16,7 % ; ouvriers 28,6 % - 16,7 %.

29 Sont ainsi représentés en surnombre, par rapport aux valeurs théoriques calculées, les détenteurs de :

  • C.E.P. : les Charreaux (molécule : 9,65 et impact : 5,1 % du Khi-2), la Cité ouvrière (8,87 et 4,7 %), Fontaine-au-Loup (3,95 et 2,1 %)
  • C.A.P. : Bellevue (8,68 et 4,6 %)
  • Baccalauréat : les îles (4,41 et 2,3 %)
  • Etudes supérieures : Saint-Jean-des-Vignes (8,5 et 4,5 %).

30 Dans notre appréciation des catégories socioprofessionnelles des citadins, celle des exploitants agricoles a été supprimée ; elle ne s’appliquait guère qu’à de rares propriétaires fonciers, habitant la ville mais n’exploitant pas en réalité. Notre échantillon comporte en revanche quelques cas d’ouvriers agricoles classés dans la catégorie des ouvriers.

31 Contre 43 % à Bourg et 37 % à Mâcon, mais respectivement 20 %, 24 % et 31 % pour les ouvriers ayant un père agriculteur.

32 Molécule : 52,5 et impact : 34,2 %.

33 Molécule : 27,8 et impact : 15,1 %.

34 Molécule : 29,7 et impact : 16,4 %.

35 Cf. tableaux no 17a, 18a, 19a, p. 536, 540, 544.

36 Cf. tableaux no 17b-c, 18b-c, 19b-c, p. 537-538, 541-542, 545-546.

37 Cet indice représente le pourcentage d'individus actifs qui ont quitté leur catégorie d'origine entre 1954 et 1982, après migration vers la ville, par rapport au nombre total d’actifs inscrits dans la catégorie d’origine en 1954.

38 Cf. tableaux no 17, 18, 19, p. 536, 540, 544.

Table des illustrations

Légende Graphique 35 : La venue à la ville. Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Graphique 36 : Les changements professionnels des nouveaux citadins 1954Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Graphique 37 : Les professions des pères des nouveaux citadins depuis 1954.Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig.90 : Les lieux de naissance des nouveaux Mâconnais. Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende Fig.91 : Les lieux d'habitat précédent des nouveaux Mâconnais. Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Graphique 38 : Les nouveaux citadins selon les groupes socioprofessionnels en 1954 et en 1982. Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Graphique 39 : Les raisons de la venue à la ville. Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Graphique 40 : Les niveaux d’études. Source : enquête 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau no 17 a : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils
Légende -en ligne : le niveau des fils d'après l'origine des pères-en colonne : l'origine des pères d'après le niveau des fils.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau no 17 b : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils
Légende - en ligne : la destinée ou la position des fils d'après l'origine des pères- en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des fils.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau no 17 c : Chalon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des filles
Légende - en ligne : la destinée ou la position des filles d'après l'origine des pères- en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des filles.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau no 18 a : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils
Légende en ligne : le niveau des fils d'après l'origine des pèresen colonne : l'origine des pères d'après le niveau des fils.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau no 18 b : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils
Légende en ligne : la destinée ou la position des fils d'après l'origine des pères-en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des fils.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau no 18 c : Mâcon, table de mobilité d'après les groupes socioprofessionnels des pères et des filles
Légende -en ligne : la destinée ou la position des filles d'après l’origine des pèresen colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des filles.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau no 19 a : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et les niveaux scolaires des fils
Légende en ligne : le niveau des fils d'après l’origine des pèresen colonne : l'origine des pères d'après le niveau des fils.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau no 19 b : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des fils
Légende en ligne : la destinée ou la position des fils d'après l'origine des pères-en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des fils.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Tableau no 19 c : Bourg, table de mobilité d'après les groupes socio-professionnels des pères et des filles
Légende -en ligne : la destinée ou la position des filles d'après l'origine des pères-en colonne : le recrutement ou l'origine des pères d'après la position des filles.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8231/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search