Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Deuxième partie : La dynamique socio-spatiale

Chapitre I. La recherche méthodologique

Texte intégral

1Ce n'est qu'après avoir examiné, sinon épuisé, toutes les directions de recherche qui ont conduit à observer la dynamique urbaine sous ses multiples facettes et ses divers degrés d'intensité, que s'est imposé à nous ce qui, à notre sens, est le véritable problème posé par la ville moyenne, soit celui du rôle de la mobilité dans les mutations sociales de ces trente dernières années.

2L'entreprise est tout aussi redoutable qu'elle est d'envergure, tant, à notre connaissance, les deux termes du changement à la fois spatial et social ne sont d’ordinaire reliés. Aussi, pour ne pas fractionner notre interrogation, mais afin de relier chaque élément tout en respectant sa dynamique propre, est-il nécessaire de mettre en place une démarche de travail rigoureuse qui, après avoir déterminé l'interrogation d’ensemble, précisera les hypothèses de travail ; seulement alors, celles-ci permettront de définir une méthode de recherche, soit un ensemble d'actions susceptibles d'aboutir à la résolution des questions posées grâce à des techniques appropriées, et par un va-et-vient constant entre les différentes démarches de notre investigation.

3On l'a compris, notre cheminement n’est pas marqué d'apriorisme. Tout au contraire, l’outil se forme et s'adapte en même temps que se précise l'objet de la recherche dans sa globalité. En faisant sienne la réflexion de Nietzsche (L'Antéchrist) en matière de méthode, E. Morin (1977) explique cette nécessité de L'"inspiration spirale" : "la méthode ne peut se former que pendant la recherche ; elle ne peut se dégager et se formuler qu'après, au moment où le terme redevient un nouveau point de départ, cette fois doté de méthode".

I.1. LA FORMULATION DES HYPOTHESES

I.11. Villes moyennes : villes "passoires"

4Avant d'expliquer plus avant notre démarche méthodologique, il convient de revenir brièvement sur le moteur du changement subi par nos villes, soit l’extrême turbulence que nous avons rencontrée.

5Tout comme les systèmes biologiques, les systèmes sociaux présentent une grande inertie qui donne le plus souvent l'illusion de la statique. C'est le cas du système socio-spatial constitué par la ville moyenne, resté apparemment stable depuis la fin du XIXe siècle. Cependant, durant ces trois dernières décennies, les incidences sur le système se sont multipliées, dues à de violents mouvements migratoires responsables de l'explosion démographique urbaine survenue à partir des années cinquante.

  • 1 Cf. graphique no 1, p. 34.

6Ce phénomène, aujourd'hui bien connu dans son ensemble, a particulièrement affecté les villes moyennes ; Chalon, Mâcon et Bourg sont à cet égard de parfaits archétypes, avec un accroissement de population d'environ 75 % entre 1954 et 1975, soit un croît annuel de l'ordre de 2 à 3 %. Le choc est rude après la stagnation de l'entre-deux-guerres, même si Bourg et Mâcon connaissent durant cette période une poussée limitée de l'industrialisation responsable d'un faible regain de population1.

  • 2 Cf. tableau no 6, p. 77.

7Ce renversement de la situation, elle-même retournée à nouveau, plus timidement, à partir du milieu des années soixante-dix, est bien sûr le fruit d'un solde migratoire singulièrement puissant. Celui-ci est en réalité l'expression d'un double mouvement où le flux de départ, avant d'être majoritaire durant la dernière période intercensitaire, est lui-même très important, à peine inférieur au flux inverse dont il égale plus des neuf dixièmes entre 1968 et 19752. Rappelons que ce flux divergent équivaut au tiers du volume des populations des trois villes entre 1962 et 1968, ou encore entre 1968 et 1975, au double de l'accroissement démographique, pour ne reprendre que l'exemple de Mâcon.

  • 3 Entre 1968 et 1975, 34 706 mouvements pour Chalon, 23 852 pour Bourg, 23 235 pour Mâcon.

8Ainsi nos villes sont-elles devenues de véritables "passoires" : elles subissent plusieurs dizaines de milliers d'entrées et de sorties en l'espace des quelques années qui séparent deux recensements3. Les incidences du phénomène sur le changement sociétal sont à la mesure de l'intensité de ces mouvements. Mais comment apprécier la part du renouvellement des citadins ? Lesquels sont venus - et restés -, lesquels sont partis ? La question est d'importance ; car nous savons, de plus, que les flux d’arrivée à la ville concernent le plus souvent des mouvements de proximité, issus des milieux ruraux voisins, et qu'ils impliquent des qualifications professionnelles, comme des comportements, spécifiques par rapport aux caractéristiques des flux de départ.

9La permanence de l'identité de nos villes moyennes depuis la guerre est illusoire. De nouvelles sociétés se sont mises en place, sous l’effet du dynamisme apparu dont le ressort essentiel est cette extrême mobilité. Mais, pour comprendre ces transformations, encore faut-il pouvoir en analyser conjointement l'aspect socio-spatial.

I.12. La position du problème

10Si les études consacrées aux villes moyennes sont assez peu nombreuses, celles qui sont relatives aux sociétés urbaines sont en revanche pléthoriques. Mais, dans l'ensemble, il s'agit surtout de recherches ponctuelles, eu égard à leur support spatial ou temporel, en particulier pour celles qui sont issues des travaux de l'école de Chicago. Celle-ci a été davantage "dans la ville que de la ville", comme l'a montré P. Jackson (1985) lorsqu'il critique les essais de généralisation, y compris ceux qui portent sur la société des villes moyennes.

11La même remarque pourrait être portée sur les travaux réalisés en France, où la ville moyenne a peu retenu l'attention des géographes, ou alors selon des aspects spécifiques, comme l'aménagement (M. Michel, 1984). De toute façon, les interrelations qui composent le système urbain n'ont pas été envisagées simultanément ; en particulier, il n'existe pas, semble-t-il, d'analyse à la fois longitudinale et transversale de mobilité qui relie les parcours spatiaux aux trajectoires sociales et exprime ainsi la dynamique urbaine dans ses perdurences et ses transformations.

12Tout comme les géographes, économistes, sociologues, démographes et statisticiens ont eux aussi négligé cette interaction entre les mouvements spatiaux et les mécanismes sociaux, quels que soient leur intérêt porté à la ville et l'importance de celle-ci. Pourtant, les travaux qui se rapportent depuis quelques années à la mobilité sont des plus nombreux ; mais la signification donnée à la mobilité est elle-même fort variée. On peut distinguer, d'une part, les études des sociologues qui traitent avant tout des phénomènes de reproduction sociale (D. Bertaux, 1977), en particulier à partir de celles de R. Boudon (1973). D'autre part, de multiples travaux de démographes et de statisticiens portent également sur la mobilité, tels ceux de D. Courgeau (1980, 1984) ; mais, de manière générale, ils ne prennent pas suffisamment en compte la relations à l'espace. Cependant, A. Blum, G. de la Gorce et C. Thélot (1985) abordent enfin le problème, mais aussi dans le dessein de déterminer une structure globale de l'espace géographique.

13C'est G. Barbichon (1974) qui, en ethnologue, a le mieux introduit la question ; et finalement, dans notre discipline, X. Piolle (1979) est le premier à avoir pressenti les rapports qui lient le citadin à des espaces de migration, fussent-ils compris au sens restreint des pratiques urbaines, à partir du cas de la ville de Pau.

14Si notre démarche paraît originale à vouloir relier la migration à la mutation sociale en ville moyenne, elle appelle de plus deux exigences. La première, compte tenu du vaste domaine que recouvre la question, est de nous limiter ici aux conséquences de l'attraction urbaine dans le strict cadre de la ville moyenne, sans poursuivre l'investigation en périphérie urbaine - ou même au-delà - en recherchant le devenir de ceux qui, au contraire, ont quitté la ville moyenne. Même si cela présente un intérêt certain, il est hors de notre propos ; à tout le moins, il ne fait pas la preuve - ou au mieux par la négative - du changement survenu en ville moyenne depuis la guerre.

15La seconde exigence concerne la nécessité de préciser ce que nous entendons par mobilité, tant, sur ce seul terme, les auteurs restent éloignés de tout consensus. Il existe, de fait, plusieurs formes de mobilité qui vont du simple déménagement - il s'agit alors de la mobilité spatiale ou migration, parfois effectuée quasiment sur place - à un changement non seulement de véritable lieu de vie, mais aussi de mode de vie. Seule cette connexion nous paraît relever de la mobilité, c'est-à-dire d'un transfert socio-spatial ; aussi, dans un premier temps, s'agit-il pour nous de déterminer qui sont les nouveaux arrivants, acteurs de la migration vers la ville moyenne, mais également qui sont les nouveaux citadins, c'est-à-dire ceux que celle-ci a retenus. Quel changement cela implique-t-il dans leur manière de vivre, dans leur situation par rapport à la société locale et à la société globale ? Là réside une autre difficulté ; car si chaque terme de la mobilité possède sa propre dynamique, tout en étant l'un et l'autre reliés aux multiples composantes du changement social, il est souvent délicat de distinguer ce qui relève du cadre local et ce qui appartient à l'ensemble de la société, elle-même en gestation.

16En outre, différents types de mobilité peuvent sans doute être distingués, selon les âges de la vie ou les périodes prises en compte. Ainsi que l'exprime J. Bouchet (1983), en période de plein emploi "la mobilité géographique est largement liée à des trajectoires professionnelles", et elle apparaît la conséquence première des transformations technico-économiques de l'après-guerre. D'autre part, selon les temps forts du cycle de vie, les causes de la migration diffèrent, liées tour à tour à la recherche de débouchés professionnels, à la reconnaissance d'un statut social, aux aspirations de la préretraite ou de la retraite, comme l'a spécialement montré F. Cribier (1983) dans ses travaux sur une génération de retraités parisiens.

17Si les périodes de croissance impliquent une typologie de la mobilité, celle-ci n'est-elle pas alors remise en cause en période de crise, lorsque, de plus, les flux de départ de la ville l'emportent sur les flux d'arrivée ?

I.13. Les hypothèses de recherche

18A partir de ce large faisceau d'interrogations il convient de formuler clairement nos hypothèses, afin de les valider par une démarche expérimentale qui permette de revenir, si besoin, aux lignes générales du questionnement, pour préciser alors ces hypothèses et affiner la méthode, avant d'aboutir à une éventuelle généralisation des résultats obtenus ; car notre propos est de rechercher des régularités structurelles dans les mouvements socio-spatiaux observés, c'est-à-dire de déterminer les aspects réguliers et récurrents des phénomènes observés dans un champ d'expérimentation limité, celui de nos trois villes.

19Si la croissance de l'après-guerre n'a pas perturbé la structure d’ensemble du système urbain français, Chalon, Mâcon et Bourg ont toutefois été l’objet de changements induits dans le domaine de "la dynamique sociale", pour reprendre l'expression d’Auguste Comte. Cela signifie que les composantes démographiques et sociales n'auraient pas subi les mêmes transformations aux mêmes instants. Distorsion dans le temps et dans l'espace, variations de la substance urbaine sont les supports de nos questions, à l’heure de la "crise des villes".

  • 4 Cf. tableau no 7, p. 93.

20L'analyse des flux de migrations de départ à partir de nos trois villes nous a montré qu'ils témoignent de la structure démographique de celles-ci, en accentuant les traits spécifiques de la population citadine d'origine ; ils traduisent, en quelque sorte, le "trop-plein" alimenté depuis la guerre par la double incidence des arrivées sur le solde migratoire et secondairement sur le bilan naturel. En revanche, la répartition des catégories socio-professionnelles introduit de notables différences4 et révèle que nos villes sont peu capables de retenir les populations diplômées. Professions dites supérieures et même cadres moyens quittent la ville - en particulier les hommes - sans pour autant s'installer à proximité, dans le bassin de main-d’œuvre. Au contraire, les catégories les plus modestes, en particulier les ouvriers, sont arrivés plus nombreux, et surtout peu sont repartis. Le redéploiement industriel a multiplié les emplois d'exécution aussi bien dans l'industrie que les services. Si les emplois supérieurs sont aussi plus nombreux, ils demeurent toutefois très largement inférieurs à la demande locale.

21Ainsi, le double mouvement migratoire accentue les tendances à la médiocrité de l'emploi qu'expliquent les caractéristiques de l'économie locale, et il fait des trois villes moyennes le lieu de dilection d'une société d'employés et d'ouvriers, inapte à retenir ses "élites", faute d'emplois appropriés. La migration définitive à partir de Chalon, Mâcon, ou Bourg est donc directement liée à la qualification socioprofessionnelle et à l'acquis culturel de la classe migrante.

22Cependant, ces hypothèses nous entraînent vers d'autres problèmes : celui de la correspondance entre statut social et mobilité, et celui du rôle de la mobilité dans la diffusion des modèles urbains. Autrement dit, la migration signifie-t-elle un simple transfert professionnel qui conduit par exemple l'ouvrier agricole à devenir manœuvre en ville, lorsqu'en outre l'évolution économique implique la déqualification de nombre d'anciens ruraux ? Sinon, existe-t-il des variantes en fonction des classes d'âge, des référentiels familiaux, socio-économiques, culturels... qui conduisent à définir des types de mobilité ?

23Enfin, l'apparition de comportements nouveaux à propos des motifs de migration comme des pratiques de la ville est-elle à relier à la crise économique d'aujourd’hui, qui agirait comme accélérateur, ou plutôt doit-elle être intégrée à des mouvements de fond de l’ensemble de la société ? Alors que s'accroît la complexité de la dynamique socio-spatiale et que l'attraction des villes et régions en expansion n'a plus la même intensité, on peut se demander si celle-ci ne va pas jusqu’à remettre en cause les déterminants, jusque là reconnus comme tels, de l'organisation spatiale du territoire ?

I.2. LA MISE AU POINT DE LA METHODE5

  • 5 Cf. schéma no 5, p. 493.

24Mettre en place une méthode destinée à contrôler et valider les hypothèses formulées passe, en premier lieu, par la solution de deux problèmes nés de l'envergure du champ d'hypothèses et d'application : celui des sources et celui de leur traitement (N. Commerçon, 1984).

25Notre domaine d'application est celui des quelque 134 000 habitants que rassemblent Mâcon, Chalon et Bourg. Même si cette grande quantité de citadins est susceptible d'être réduite à une part représentative, il va de soi que la masse des données à recueillir ne peut être exploitée que par des traitements statistiques et des techniques informatiques.

26Nous insistons alors sur la nécessaire rigueur de la conduite de notre recherche, selon chaque étape - l'obtention et le choix des données, leurs traitements-, puisque, logiquement, les conclusions seront intimement dépendantes des résultats des calculs. Plus l’outil est sophistiqué, et plus les précautions doivent être grandes. Cela signifie qu’il ne s'agit pas de se contenter de réutiliser des techniques plus ou moins éprouvées, sans les avoir tout d'abord analysées, comprises, maîtrisées. L'outil doit être adapté au but de la recherche, sinon créé en vue de cet objectif, qui est ici la résolution des questions posées par la dynamique socio-spatiale en ville moyenne.

I.21. L'insuffisance des données pré-existantes

27Pour réunir les données requises par notre projet, il est logique de se tourner tout d'abord vers la première source disponible : les recensements généraux de population. Rechercher les flux d'arrivée à la ville et les flux de départ est chose relativement aisée. Soit une exploitation spéciale très fine, telle que celle dont nous avons bénéficié, soit encore les procédures Migraine-Migralt ou Mirabelle peuvent, en ce sens, nous donner satisfaction. Toutefois, ces fichiers présentent diverses faiblesses quant à notre objectif.

Schéma 5 : Mobilités spatiales et mutations sociales : méthode d'étude

Schéma 5 : Mobilités spatiales et mutations sociales : méthode d'étude

28Il y a d'abord, outre les coûts requis, la lourdeur d'une exploitation spéciale de l'ensemble du R.G.P. 1975, par exemple, à propos des flux de départ, alliée à une certaine difficulté de les relier à leur composante spatiale et de reconstituer ensuite des tableaux statistiques spécifiques. Mais, il y a une autre difficulté rédhibitoire : lorsque sont déterminés les volumes de population à l'arrivée et au départ, il n'est en aucune façon possible de faire correspondre les deux fractions de population, soit de connaître quelle part reste ou non commune aux deux flux, donc quels individus sont demeurés en ville, c'est-à-dire ceux sur lesquels portent notre étude.

29De plus, si sont précisées les caractéristiques socio-démographiques des nouveaux citadins, à la date du recensement, il est en revanche impossible de connaître celles-ci au précédent recensement, pour un lieu de résidence différent. De même, tout change - ment intervenu durant les années intercensitaires n'est pas retenu. Et puis, aucune données satisfaisante n'existe relative aux trajectoires individuelles et familiales, aux acquis culturels, aux comportements.

30Certes, les services de l'I.N.S.E.E. ont effectué des enquêtes spécifiques de migration, mais elles sont souvent délocalisées, et elles ne concernent pas spécialement les villes de taille moyenne.

31Enfin, le fichier Migraine du R.G.P. 1982 vient seulement d'être disponible, et les renseignements détaillés (âge, C.S.P....) ne sont là encore que des résultats au quart. Nous avons montré toutes les incertitudes que cela représente sur de petits effectifs communaux, et l'échelle communale est indispensable, étant donné notre niveau d'investigation.

  • 6 Cf. le théorème d'échantillonnage de Shannon.

32Ainsi, les sources statistiques disponibles ne rendent-elles compte que d'une faible information. Mais celle-ci est, de plus, inadaptée. Car il s'agit pour nous de traduire le diachronisme des éléments constitutifs des flux par une série de phénomènes synchroniques dont seule la saisie exhaustive autorise à faire l'hypothèse d'une transcription approchée au mieux de la dynamique socio-spatiale6. Or les solutions de continuité des R.G.P. masquent les mouvements intermédiaires et les mouvements intra-urbains, et donnent l’illusion de saisir le changement de manière ininterrompue.

33Force nous est donc de renoncer à exploiter les recensements de population, et de recourir à une analyse principale telle que tous les événements qui relient le parcours spatial à la trajectoire sociale puissent être pris en considération. A notre connaissance, l'aventure n'a encore jamais été tentée.

I.22. L'échantillonnage

34Comme il nous était évidemment impossible, matériellement, d'interroger chaque citadin des trois villes, nous avons cherché à définir, pour chaque ville, un échantillon significatif sur lequel porterait une enquête directe.

  • 7 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre I.22 et III. 11

35Pour ce faire, deux hypothèses conduisent notre travail. La première, déjà retenue lors de l'étude de la division socio-démographique de l'espace urbain veut considérer que la partition en quartiers traduit la structure socio-spatiale de la ville7. Nous avons émis des réserves à ce sujet, mais nous avons montré que nous n'avons pu apporter de solution satisfaisante à la question d'un nouvel agrégat d’îlots qui tiennent compte à la fois de la contiguïté spatiale et des proximités socio-démographiques.

36La seconde hypothèse tient à l'origine des sources employées à la constitution de l'échantillon de population. En effet, notre première enquête a été réalisée au printemps de 1981 ; il nous a fallu, pour cela, utiliser les données du dernier recensement du moment, celui de 1975, et les considérer encore comme fiables. Or, dans certains quartiers, la situation avait par trop évolué. Aussi avons-nous dû opérer parfois des ajustements, afin de réduire le biais introduit par une source secondaire vieille de six ans, mais cependant indispensable. Rénovations de centre-ville, mises en place ou achèvement de Z.A.C., opérations immobilières sur des îlots atteints par la désindustrialisation sont les formes les plus tangibles de ces changements ; nous avons usé de tous les moyens disponibles d’information complémentaire pour en tenir compte : statistiques partielles de l'I.N.S.E.E., des municipalités, des ateliers d'urbanisme, auxquelles se joignent les sources disponibles auprès des sociétés d'équipement, d'économie mixte, immobilières... L'échantillonnage requiert un travail minutieux et prudent ; de sa qualité dépend en partie le crédit des résultats d'enquête. Ajoutons qu'à l’exigence statistique il convient d'allier une fine connaissance de l'espace urbain.

37Après cette réflexion préalable et cette remise à jour partielle, nous avons extrait, parmi les diverses données du recensement, un ensemble de variables qui nous paraissent décrire au mieux les caractéristiques d'un quartier, selon quatre rubriques :

38- démographie

  • part de la population et part des ménages sur l'ensemble de la population et des ménages
  • répartition selon les sexes
  • répartition selon les tranches d'âge (moins de 20 ans, 20-64 ans, 65 ans et plus)
  • part de la population étrangère (Maghrébins dont Algériens, Portugais)

39-niveau culturel

40• répartition de la population selon les niveaux d'éducation (primaire, secondaire, supérieur)

41- économie

  • part respective des différentes C.S.P.
  • part de population active

42- état du bâti

  • part des immeubles construits avant 1914
  • nombre d'immeubles, de logements, de pièces
  • statut d'occupation (propriétaire ou locataire)
  • confort des logements (avec ou sans eau, "confortable").

43Ensuite, nous avons cherché, pour chaque quartier, quel îlot - c'est-à-dire la plus petite unité spatiale retenue lors des recensements - restitue alors la meilleure image de celui-ci, en se fondant sur des variables identiques, tirées du même recensement. Quartier après quartier, îlot après îlot, nous avons exploré toutes les variables sélectionnées afin de réserver l'îlot pour lequel ces variables possèdent les poids les plus proches de ceux des variables du quartier d’appartenance.

  • 8 A cette fin, nous avons défini des fourchettes de tolérance pour chaque variable.

44Nous avons réalisé cet examen long et fastidieux à l'aide des bandes informatiques des recensements de Chalon et Mâcon, que nous possédons, en procédant à un tri préalable des variables choisies. Pour Bourg, nous avons travaillé à partir des microfiches de chaque îlot et de chaque quartier ; au total, plus de 1 500 îlots ont été inventoriés. De plus, notre sélection était limitée par deux contraintes annexes. En effet, afin de réduire la part des rebuts éventuels, nous avons appliqué un seuil inférieur de population à interroger valant le quadruple du nombre de questionnaires à proposer ; en second lieu l'îlot doit pouvoir assurer une représentation numérique de son quartier au prorata de la part de celui-ci dans l'ensemble de la population urbaine. En fait, il s'agit plus, pour nous, de raisonner sur le nombre des ménages statistiques que sur le nombre des citadins, puisque les enquêtes doivent être conduites au domicile des individus, pour un ménage donné. Pour répondre à toutes ces exigences, nous avons, dans certains cas, adapté notre pratique du tri des îlots. Par exemple, afin d'obtenir une meilleure représentation d'un quartier hétérogène, deux îlots très dissemblables, porteurs respectivement des traits distinctifs des deux caractères dominants du quartier, sont de loin préférables au choix d'un seul îlot très moyennement significatif8. Il en a été de même, parfois, pour assurer la proportionnalité numérique entre l'îlot et le quartier. Au terme de notre classement nous avons arrêté notre échantillon à 38 îlots pour Chalon, 22 pour Bourg, 24 pour Mâcon, en dégageant de plus un certain nombre d'îlots de repli en cas de difficulté lors de l'enquête.

I.23. La constitution du questionnaire

45Notre enquête est destinée à saisir la ville de l'intérieur, en demandant aux citadins de décrire leur trajectoire personnelle tant géographique que sociale. En outre, l'interrogation doit porter sur un temps suffisamment long et sur une population assez nombreuse pour gommer les épiphénomènes et les cas d'espèce, mais aussi pour préciser le changement survenu entre générations de citadins d'aujourd'hui et de citadins -ou de non-citadins - d'hier. Car, deux types d’analyse sont indispensables : l'analyse transversale, qui porte sur les migrations de périodes consécutives, l’analyse longitudinale, qui concerne les parcours individuels. Si bien que nous avons estimé à un minimum de 4 % la proportion indispensable de citadins soumis à l'enquête, et que nous avons décidé de relier les histoires personnelles à celles des ascendants et des descendants, au moins pour les repères essentiels.

46Nous avons personnellement procédé de manière classique pour bâtir notre questionnaire. Tout d'abord, dans chaque ville, et de manière aléatoire, nous avons pratiqué une dizaine d'entretiens semi-directifs. Leur dépouillement nous a permis d'ébaucher une première version du questionnaire que nous avons à nouveau testé, toujours de façon aléatoire, auprès d'une quinzaine de ménages, pour la seule ville de Mâcon, toutefois : notre pré-enquête nous ayant montré des comportements semblables de la part des populations interrogées d'une ville à l'autre, nous avons restreint l'étape suivante à cette seule ville, soit la première à subir l'enquête. Enfin, après un second test d'une dizaine d'entretiens dans un nombre restreint d'îlots échantillonnés, notre questionnaire était retouché pour la dernière fois, considéré alors comme conforme aux hypothèses posées et apte à un traitement informatique ultérieur.

47Ce questionnaire destiné aux ménages, à leur domicile, est composé de 58 questions fermées regroupées selon quatre thèmes : démographie, économie, société, espace. Entre 1954 et 1982 sont saisies toutes les trajectoires des membres adultes du ménage, ainsi que, partiellement, celles de leurs ascendants et descendants directs : changements de domicile, origines géographiques familiales... De même, sont retenues les trajectoires professionnelles : changements de profession, origines sociales... Pour cela, le questionnaire se dédouble : une moitié est réservée au chef de famille, une seconde moitié est destinée à un éventuel autre membre adulte du ménage, choisi selon l’ordre des parentés. En revanche, les questions relatives aux mutations de genres de vie, au comportement, s'adressent le plus souvent au ménage, compris comme un tout, et ne souffrent qu'une réponse : structures familiales, attitudes culturelles, habitudes d'achat, réseaux de relations, aires et modes de vacances, rôle et place dans la cité...

48Toute forme de mobilité est perçue dans son intégralité. Aussi sont retenus tous les déménagements, avec adresse complète, y compris à l’intérieur des trois villes, et chaque mouvement est rattaché à un éventuel mouvement professionnel. De même, chaque repère d'histoire personnelle est pris en considération, soit chaque date, chaque moment de trajectoire. Par ailleurs, toutes les questions-clés d’ordre chronologique sont recoupées à seule fin de vérification. Pour tenter de transcrire la dynamique urbaine, d'en restituer toute la diachronie dans la mesure du possible, nous avons donc inscrit chaque renseignement dans sa réalité et sa pluralité, et nous n'avons jamais procédé, a priori, à des évaluations globales par regroupement de classes de variation prédéterminées. Certes, la démultiplication des réponses alourdit l'information, mais aussi la déforme le moins possible, et c’est là notre but. Il revient ensuite au chercheur, au fur et à mesure que se déroule l’analyse, d'effectuer des synthèses judicieuses.

49La procédure du codage des réponses relève d'une semblable exigence. Pour des rai - sons pratiques, mais aussi parce qu'il est partie intégrante du questionnaire, le codage - ou plutôt son canevas - a été établi en même temps que la formulation des questions. Mais, d'une part, les agrégations n'ont été réalisées qu'au fur et à mesure de l'exploitation, et d'autre part l'affinage du codage, c'est-à-dire les répartitions en sous-classes, n'a été également définitif qu'une fois les entretiens achevés. Ainsi, afin de reconstituer des espaces de proximité, communes et cantons n'ont été réunis qu’au terme de l'enquête, et en fonction de l'état d'avancement du dépouillement.

50La codification des catégories socio-professionnelles offre un autre exemple de regroupement délicat. En raison des amalgames à l'intérieur de certains groupes - comme les divers (8) ou les inactifs (9) - ou encore par suite de l'imprécision de certains autres, comme les employés (5) nous n'avons pas repris, en première approximation, le codage hasardeux en un seul chiffre de la classification de l'I.N.S.E.E. En revanche, nous avons attribué un second chiffre qui, dans chaque groupe défini par l'I.N.S.E.E., permet d’introduire autant de subdivisions que nécessaire, toutefois dans la limite - suffisante d'ailleurs - de dix possibilités, étant entendu que les clivages se produisent sans doute autant à l'intérieur des catégories qu'entre les groupes socioprofessionnels. Certes, nous nous sommes inspirée de la définition des groupes (un chiffre) et des catégories (deux chiffres) établie par l’I.N.S.E.E., mais, tout en nous reportant au code des métiers, nous avons parfois pris quelque liberté, pensant par là mieux cerner la réalité d'une profession, dans le cadre de nos villes. Notre base de classification est celle qu'utilisent le R.G.P. de 1975 et les précédents, afin de pouvoir pratiquer des comparaisons avec des situations passées, même si la nouvelle répartition du R.G.P. de 1982 peut être considérée comme plus pertinente. Là encore, lorsque nous publions des résultats sur une répartition en dix groupes, ce n’est qu'à l'issue du regroupement des catégories.

51Le codage est un exercice fort complexe qui oblige à la rigueur ; le plus souvent, nous avons utilisé une classification arborescente où toute redondance doit être bannie.

52Ajoutons, enfin, que si les questionnaires sont numérotés à l'intérieur de chaque fichier urbain et portent la référence de leur îlot, aucune indication ne permet de transgresser la règle absolue de l’anonymat.

53Nous le voyons, nous avons cherché à mettre en place une méthode très exigeante ; la validité de l'échantillon, la qualité des données et le soin méticuleux apporté à leur transcription codée forment les conditions indispensables à l’obtention de résultats crédibles : n’oublions pas combien est délicate une analyse qui relie des variables de temps et de lieu à des variables qualitatives. Cependant, une fois la méthode mise au point, encore faut-il pouvoir l'appliquer.

Schéma 6 : La dynamique socio-spatiale, un projet scientifique et pédagogique

Schéma 6 : La dynamique socio-spatiale, un projet scientifique et pédagogique

I.3. L'APPLICATION DE LA METHODE

  • 9 Villes de 20 à 100 000 habitants : 2,92 occupants par résidence principale.
    A Chalon : 2,84 ; à Mâc (...)

54En nous référant au nombre moyen de personnes par ménage9, et en raison du volume de population estimé pour notre échantillon, environ 1 700 questionnaires devront constituer notre base d'enquête. La tâche est dès lors impossible pour une seule personne, d’autant que réaliser l'enquête sur une courte période représente une chance supplémentaire de succès : un recours s'impose à d'autres enquêteurs.

I.31. Un projet pédagogique

55Nous nous sommes souvenue de notre premier métier, celui de professeur de lycée, réalisant alors l'intérêt possible que représentait notre projet pour des professeurs et leurs élèves. Notre expérience avec les maîtres d’école relativement aux aires de chalandise nous confortait, de plus, dans cette voie.

  • 10 A Mâcon, lycée Lamartine : J. Bourrigault ; à Bourg, lycée E. Quinet : X. Charpe ; à Chalon, lycée (...)
  • 11 Cf. schéma no 6, p. 499.

56D’autre part, les programmes d'histoire et géographie des classes de première, encore enseignés en 1982 selon d'anciennes normes de géographie régionale, pouvaient connaître, par l'étude originale d'une ville française - de surcroît celle des élèves-, un regain d'intérêt doublé d'une possibilité "d'ouverture" à la vie, grâce à une recherche pour une fois moins théorique et schématique qui permît, de plus, la rencontre de milieux sociaux divers. De même, des classes de sciences économiques étaient susceptibles de s'enrichir d'une telle démarche. Cela est si vrai que tous les professeurs sollicités10, comme leurs élèves, ont répondu immédiatement et avec enthousiasme. Ainsi est né un projet à la fois scientifique et pédagogique par lequel la méthode que nous avons décrite a pu être appliquée11.

  • 12 Classes de brevet de technicien supérieur et leurs professeurs d’informatique et de mathématiques (...)

57A Mâcon et à Chalon, respectivement trois et cinq classes d'histoire et géographie, à Bourg trois classes de sciences économiques ont participé à l'enquête. L'expérience a commencé à Mâcon et, de ce fait, la mise en place s’est révélée la plus lourde ; mais elle a aussi été la plus complète, dans la mesure où les élèves ont pu être associés aux diverses phases de l'enquête : pré-enquête, écriture du questionnaire, élaboration des sous-classes du codage, saisie informatique, traitement des résultats simples. Enfin, la section de B.T.S.12 du lycée Lamartine de Mâcon a travaillé sur certains problèmes posés par l'enquête, en écrivant, par exemple, des algorithmes de logiciels de saisie, ou encore en étudiant des résultats selon certaines méthodes d'analyse statistique.

58Cependant, au-delà des bons vouloirs manifestés par tous les protagonistes, de nombreux autres problèmes devaient encore être réglés avant de commencer l'enquête. Nous avons sollicité l'autorisation des chefs d'établissement, mais aussi des fédérations de parents d'élèves, des parents à titre individuel, étant entendu que la participation à l'enquête faisait partie intégrante des activités scolaires, avec allégement d'emploi du temps à Bourg et à Chalon. En outre, les municipalités des trois villes nous ont prêté leur concours ; si celui-ci est resté modeste sur le plan financier, en revanche le soutien matériel a été très large : préparation des plans, duplication des plans et des questionnaires... Enfin, nous avons été soutenue par la presse locale qui s’est fait largement l’écho de notre enquête, en expliquant les modalités et les buts, et en suggérant la nécessité d'un bon accueil des élèves-enquêteurs... En effet, l'accueil a été chaleureux, au point qu'à peu de temps de là, nombre d'agents de l'I.N.S.E.E., engageant le recensement général, se sont vu essuyer un refus péremptoire pour cause de double emploi, sur le mode : "pour notre jeunesse, on a déjà répondu" !

I.32. Les modalités d'enquête

59Dans chaque lycée, les questionnaires ont été distribués aux élèves, groupés par deux, sur la base de cinq ou six par élève, suivant les cas ; ensuite, les groupes ont été répartis selon les îlots de l’échantillon, en tenant compte, en même temps, des disponibilités des élèves (heures de liberté, heures de cours libérées, statut des élèves, proximité du lycée ou de la résidence...) et de la variété des horaires d'enquête à respecter afin de ne pas obtenir de réponses d'une même fraction de population (non actifs, femmes au foyer...).

  • 13 On comprend ici combien il était nécessaire de ne faire figurer que des questions fermées.

60Après s'être exercés au maniement du questionnaire13, mais surtout après avoir compris sa finalité, comme la finalité générale de l'étude, selon la double perspective de l’enseignement et de la recherche, les élèves ont entrepris l'enquête, chacun muni d’un plan détaillé de ses îlots ainsi que d'une lettre d’introduction auprès des personnes sollicitées.

61Ensuite, chaque semaine, durant environ un mois et demi, à raison d'une heure par classe, nous avons procédé au codage des questionnaires remplis au domicile des citadins, le travail des élèves étant facilité par une fiche explicative très précise, le code détaillé des catégories socio-professionnelles, le code des départements, communes, cantons, quartiers ; en même temps étaient complétés - ou refaits - les questionnaires mal remplis ou erronés. Nous avons, personnellement, vérifié chaque questionnaire.

  • 14 Cf. tableau no 16, p. 503.

62Au total, après correction et reprise éventuelle des questionnaires, 1 641 d’entre eux, soit 98 % des questionnaires distribués, ont pu être retenus14. Le taux de fiabilité le plus bas est celui de Mâcon, où les élèves ont eu la lourde tâche d'engager l'enquête ; le meilleur est celui de Chalon, où nous avons tiré profit des expériences précédentes. Certainement, la préparation minutieuse de l'enquête, l'encadrement constant des élèves sont quelque peu à l'origine de la qualité du travail rendu ; mais la bonne volonté des enquêtés comme celle des enquêteurs, ainsi que leur intérêt manifeste à l'égard d'un travail original pour lequel leur entrain ne s'est jamais ralenti, sont davantage les garants de la réussite de cette expérience. Sans doute, les lycéens étaient-ils seuls à pouvoir conduire à bien l'opération dans la forme que nous lui avons assignée. Leurs professeurs entendaient aussi par là développer chez leurs élèves "l’esprit de recherche, (...) la nécessité de la rigueur, de la logique, de la précision, de l'honnêteté intellectuelle". Enfin, ils espéraient apporter "la reconnaissance de la qualité et de la validité d'un travail d'élèves" (N. Commerçon, J. Bourrigault, F. Kirchner, 1984).

I.33. La saisie et l'exploitation

63La dernière étape de l'enquête se divise en deux temps ; le premier appartient encore en partie aux élèves, le second ne relève plus que du chercheur.

- La saisie et la restitution

64Les questionnaires constituent pour chaque ville un fichier d'exploitation transcrit sur support informatique. A Mâcon, où le matériel en place se prêtait à l'expérience, nombre d'élèves volontaires sont venus - y compris durant les vacances d’été participer à la saisie, frappant, vérifiant et corrigeant eux-mêmes, toujours par groupe de deux.

65Lorsqu'à la rentrée scolaire suivante nous avons pu disposer de premiers résultats simples, analytiques, nous les avons de suite communiqués aux élèves, sous deux formes.

66D'une part, nous avons présenté les premières conclusions, dans une conférence-débat réunissant tous les élèves du lycée qui avaient participé à l’enquête, mais aussi en accueillant les journalistes qui avaient suivi l'enquête, à seule fin d'en rendre compte aux citadins eux-mêmes, sous forme d'articles dans la presse locale. Nous avons également transmis, un peu plus tard, des résultats davantage étoffés aux trois municipalités.

67D'autre part, nous avons directement offert des listings d’exploitation - essentiellement des tris à plat - à une nouvelle promotion d'élèves de classe de première, au lycée Lamartine de Mâcon. Là encore, cette restitution, plus riche, a été rendue possible par les liaisons établies avec le secteur informatique du lycée. Au terme d'un travail d’analyse d'une vingtaine de rubriques retenues parmi les quatre thèmes de l'enquête, les élèves ont réalisé une exposition qui relatait à la fois l'enquête et les conclusions qu'ils venaient d'en tirer, heureux de présenter la phase ultime d'un projet de longue haleine, parfois difficile mais, semble-t-il, enrichissant.

Tableau no 16 : Échantillon d'enquête

CARACTÉRISTIQUES

CHALON

MACON

BOURG

Nombre d'îlots

38

24

22

Nombre de classes

5

3

3

Nombre d'élèves

105

83

91

Nombre de questionnaires

630

498

546

Taux de fiabilité

98,7 %

97,2 %

98 %

Population enquêtée

2276

1823

1807

Taux de couverture

4.1 %

4,8 %

4,6 %

Total adultes

1090

866

928

Chefs de ménage (hommes)

622

484

535

Conjointes ou autres (femmes)

468

382

393

Enfants (quel que soit l'âge)

1186

957

879

- L'exploitation : les techniques d'analyse

68Aux trois fichiers de Chalon, Mâcon et Bourg, qui représentent ensemble une base de données d’environ 192 000 références, nous avons ajouté un quatrième fichier ; il comporte un nombre restreint de données connues afin de nous permettre de tester les calculs effectués par chaque logiciel. Cependant, avant d'aborder la phase d’exploitation, il faut encore vérifier, non plus les questionnaires, mais les données qu’ils comportent et qui composent les fichiers ; c'est-à-dire que les erreurs de saisie sont encore à éliminer ; en outre, il faut toujours pouvoir revenir à la saisie de n'importe quel dossier : en cours d'analyse, certaines originalités peuvent apparaître, et ne provenir que d'erreurs de saisie, ou de codage, encore ignorées.

69On conçoit facilement combien la question de la validité des résultats peut être angoissante, même si toutes les précautions préliminaires ont apparemment été prises. Un premier dépouillement nous a heureusement renseignée sur le taux de couverture de l'enquête, situé, comme prévu, au-delà du seuil fixé de 4 % ; en moyenne, 4,5 % de la population des trois villes sont soumis à l'enquête. Mais surtout, nos premiers résultats, confrontés à ceux des recensements de 1982 pour les villes moyennes, voire pour l'ensemble des villes françaises, ont confirmé la pertinence de notre échantillon et l'idée que la ville moyenne peut être présentée comme un microcosme des sociétés urbaines.

  • 15 Cf. livre I, première partie, chapitre I.22, et deuxième partie, chapitre I.22, où nous avons expl (...)
  • 16 Si J. Vital, professeur d’informatique au lycée Lamartine de Mâcon, a, dans un premier temps, trav (...)

70En ce qui concerne l'analyse des données, nous avons usé de toute la panoplie des moyens aujourd'hui bien connus - sinon toujours maîtrisés - et que nous avons souvent utilisés au cours de ce travail15. Pour cela, nous sommes partie d'un préambule exigeant : n'utiliser que des logiciels "à façon", c'est-à-dire spécialement conçus selon nos propres objectifs et modalités de travail. En effet, seuls quelques logiciels "prêts à l'emploi, relatifs à l'analyse factorielle en particulier, pouvaient répondre à notre demande, sans toutefois épouser notre manière de réunir les données, de les coder, de les saisir. Toute démarche de cet ordre, à notre avis, offre le risque d'infléchir l'objectif fixé, et en conséquence les résultats, dans la mesure où n’existe que peu d'indépendance, relativement à la collecte des données. Car l'analyse des données créées par l'enquête et effectuée par le truchement d'un outil informatique, ne relève pas que de la simple lecture statisticienne" mais d'un travail expérimenta] d'autant plus exigeant qu'il porte sur les hommes et les sociétés humaines dans une perspective dynamique. De ce fait, une vingtaine de logiciels ont été spécialement conçus selon nos perspectives16. Nous ne reviendrons pas davantage sur la valeur plus ou moins affirmée de tel ou tel type d'analyse, discussion qui relève souvent de la polémique pure ou de querelles de chapelles plus que de vrai débat scientifique. Dans la mesure où nous avons pris un maximum de précautions, seuls importent les résultats dans leurs rapports avec les présupposés.

71Cette expérience de constitution d'une base de données, spécifique de notre propos, se révèle d'une grande richesse à plus d'un titre. D'une part, sur deux ans, vingt-et-une classes, réparties dans trois lycées, ont participé pleinement à un projet scientifique, sous l'égide du C.N.R.S., et notre recherche a aussi, en retour, grandement bénéficié de cette association peu commune et fructueuse.

72D'autre part, ce travail a été l’objet d'une mise au point méthodologique rendue nécessaire par la nouveauté de notre objet de recherche, et aussi par notre volonté de produire des résultats rigoureux ayant valeur d'exemple. Cette enquête originale a produit une telle moisson d'informations que ce travail n’en exploite qu'une partie ; bien d'autres thèmes de réflexion, suivis d'autres exploitations, pourront encore, ultérieurement, tirer parti de ces fichiers. La reprise de cette méthode sur d'autres champs urbains, selon une application allégée dans la mesure où l’expérience première le permet maintenant, devrait, dans une perspective à court terme, assurer par des comparaisons, la validation d'un modèle généralisable au-delà des trois cas de villes moyennes traités ici.

Notes

1 Cf. graphique no 1, p. 34.

2 Cf. tableau no 6, p. 77.

3 Entre 1968 et 1975, 34 706 mouvements pour Chalon, 23 852 pour Bourg, 23 235 pour Mâcon.

4 Cf. tableau no 7, p. 93.

5 Cf. schéma no 5, p. 493.

6 Cf. le théorème d'échantillonnage de Shannon.

7 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre I.22 et III. 11

8 A cette fin, nous avons défini des fourchettes de tolérance pour chaque variable.

9 Villes de 20 à 100 000 habitants : 2,92 occupants par résidence principale.
A Chalon : 2,84 ; à Mâcon : 2,80 ; à Bourg : 2,78 (source : R.G.P. 1975).

10 A Mâcon, lycée Lamartine : J. Bourrigault ; à Bourg, lycée E. Quinet : X. Charpe ; à Chalon, lycée Pontus de Thiard : F. Kirchner avec la collaboration de P. Renault et de Mmes Ruget et Casez ; 11 classes ont directement participé à l’enquête, 10 autres ont été concernées (support informatique, exposition, restitution).

11 Cf. schéma no 6, p. 499.

12 Classes de brevet de technicien supérieur et leurs professeurs d’informatique et de mathématiques J. Vital et J. Chèze.

13 On comprend ici combien il était nécessaire de ne faire figurer que des questions fermées.

14 Cf. tableau no 16, p. 503.

15 Cf. livre I, première partie, chapitre I.22, et deuxième partie, chapitre I.22, où nous avons expliqué ces procédés ; de plus, les logiciels d’enquête relatifs aux matrices de transfert d’une date à une autre utilisent les modèles de Markov.

16 Si J. Vital, professeur d’informatique au lycée Lamartine de Mâcon, a, dans un premier temps, travaillé sur les problèmes de saisie, et s’il nous a toujours prodigué son indeffectible soutien, en particulier d’ordre technique, c’est à J. Chèze, son collègue de mathématiques, qu’est due la réalisation des logiciels.

Table des illustrations

Titre Schéma 5 : Mobilités spatiales et mutations sociales : méthode d'étude
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Schéma 6 : La dynamique socio-spatiale, un projet scientifique et pédagogique
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search