Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes de lettres au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

I. À propos de Louise Colet

Notice sur Louise Colet

Roger Bellet

Texte intégral

115 septembre 1810 – Naissance de Louise Révoil, à Aix-en-Provence ; sa mère Henriette Le Blanc était – selon le Grand Dictionnaire Universel de P. Larousse – issue d’une famille de robe (grand-père maternel membre du Parlement de Provence en 1789) ; le père, Antoine Révoil, était, selon la même source, employé des postes, fils d’un commerçant de Lyon qui, après 1789, se serait enfui de Lyon vers Aix. Il aurait été alors reçu au château de Servanne. A la mort d’Antoine Révoil, toute la famille aurait habité le château. C’est là que Louise Révoil aurait beaucoup lu, aurait composé ses premières pièces poétiques pour les envoyer à Lyon, Marseille, Paris, les signant « Une femme ». Ces indications du Grand Dictionnaire Universel semblent à vérifier.

21835 – Mort de la mère de Louise Révoil. Louise Révoil épouse, à Uzès, un compositeur de Nîmes, grand premier prix de Rome, Hippolyte Colet. Hippolyte Colet étant nommé professeur de flûte au Conservatoire, les deux époux viennent vivre à Paris.

31836 – Louise Colet publie, chez Dumont, le recueil Fleurs du Midi, poésies, qui lui vaut d’être présentée à Châteaubriand, puis à Madame Récamier, et de recevoir, pour les souscriptions au volume, une pension de 400 livres.

41838 – Louise Colet connaît Victor Cousin, qui passe pour être le père de la fille de Louise, Henriette Colet.

51839 – Grâce à Victor Cousin, Louise Colet obtient le grand prix de poésie de l’Académie française pour son poème, Le Musée de Versailles, et voit sa pension portée à 2.000 livres. Elle fait jouer une Comédie en un acte et en vers, La Jeunesse de Goethe, au théâtre de la Renaissance. Elle publie une nouvelle, Le Dévouement, dans le journal Le Colibri de Rouen.

61840 – Alphonse Karr, dans Les Guêpes, raille Louise Colet dans un article intitulé Une piqûre de Cousin. Louise Colet répond immédiatement par un célèbre coup de couteau (de cuisine) dans le dos d’Alphonse et, plus tard, par une Réponse aux Guêpes de M. Alphonse Karr. Louise Colet publie Penserosa, poésies nouvelles, chez Delloye, dont le titre est inspiré de Milton.

71841 – Une autre comédie, en un Acte, La Jeunesse de Mirabeau.

81842 – Deux drames en vers, Charlotte Corday, et Madame Roland, non joués. Voyage dans le Midi.

91843 – Nouveau grand prix de l’Académie française pour le poème Le Monument de Molière. Louise Colet publie des nouvelles, Les Cœurs brisés (Pétion) et des récits de voyages, Deux mois d’émotions.

101844 – Louise Colet publie deux volumes de contes, Folles et saintes.

111845 – Louise Colet publie Historiettes morales, dédiées à ses deux enfants.

121846 – (29 juillet), Louise Colet rencontre Flaubert chez le sculpteur Pradier (il faisait alors son buste) ; elle connaissait Pradier depuis 1838-1839.
4 août : Première lettre de Flaubert à « la Muse », Louise Colet. Louise Colet publie Les Chants des vaincus, poésies nouvelles (A. René) et une petite brochure de 4 pages, Réveil de la Pologne.

131847 – Louise Colet se sépare d’Hippolyte Colet.

141848 – Mars : Flaubert envoie à Louise Colet une lettre de rupture.

151849 – Louise Colet habite rue de Sèvres, dans la maison de Ballanche, en face de l’Abbaye-au-Bois.

161851 – Mort d’Hippolyte Colet. Le Salon de la rue de Sèvres est très fréquenté : le hantent Flaubert, Vigny, Leconte de Lisle, Musset, car Flaubert a renoué avec Louise Colet dès juillet, après son retour d’Égypte, de Grèce et d’Italie. Louise Colet remporte un nouveau prix de l’Académie française pour son poème, La Colonie de Mettray.

171852 – Elle publie Ce qui est dans le cœur des femmes, poésies nouvelles (Librairie nouvelle). Louise Colet n’a plus, et il en sera ainsi encore en 1853, que des rencontres trimestrielles avec Flaubert.

181853 – Nouveau prix de l’Académie française, pour le poème L’Acropole d’Athènes ; Vigny, Hugo et d’autres ont soutenu le prix sans savoir que l’auteur était une femme. Louise Colet publie, chez Perrotin, Le Poème de la Femme, premier récit : La Paysanne.

191854 – Publication de Ce qu’on rêve en aimant, poésies nouvelles, dont un poème est adressé « Aux Femmes » ; et de la suite du Poème de la Femme, deuxième récit : La Servante. Octobre : rupture avec Flaubert.

201855 – 6 mars, Dernière lettre de Flaubert à Louise Colet.

211856 – Publication, chez Cadot, d’Une histoire de soldat, liée à Madame Du châtelet, et, chez Perrotin, de la suite du Poème de la Femme, troisième récit : La Religieuse.

221857 – Voyage en Hollande, puis dans les Pyrénées.

231858 – Louise Colet publie Un drame dans la rue de Rivoli et La Marquise du Gange.

241859 – Le journal Le Messager de Paris publie Lui, roman contemporain.

251860 – Voyage en Italie, qui inspirera aussitôt Madeleine et Naples sous Garibaldi, Souvenirs de la guerre de l’indépendance (Dentu). À son retour, Louise Colet publie, à la Librairie Nouvelle, le roman Lui, sorte de réponse à Elle et Lui de George Sand et à Lui et Elle, de Paul de Musset : cinq réimpressions entre 1860 et 1864.

261862 – Paraît, chez Fontenay, Richesse oblige, Contes et nouvelles pour l’adolescence.

271864 – Voyage à Gênes, Turin, Venise, Naples. Louise Colet écrit Les Derniers abbés, ouvrage en partie dirigé contre la Cour de Rome, qu’elle publiera plus tard.

281866 – Publication de l’ouvrage Les Derniers marquis.

291868 – Les Derniers abbés, mœurs religieuses de l’Italie (Dentu).

301869 – Louise Colet assiste, en journaliste du journal Le Siècle, à l’inauguration du Canal de Suez. Elle voyage sur le Nil et publie, dans Le Siècle, un feuilleton, Les Pays lumineux, où elle revient sur sa liaison avec Flaubert ; le feuilleton ne paraîtra en librairie qu’en 1879.
Publication du roman Ces petits messieurs (Dentu).

311871 – Louise Colet donne sa sympathie à la Commune et accuse les Versai liais.

321873 – Louise Colet publie Les Dévotes du grand monde, types du Second Empire, et La Vérité sur l’anarchie des esprits en France.

331876 – 8 mars : Mort de Louise Colet.

341879 – Publication posthume de Les Pays lumineuxVoyage en Orient.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540