Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Première partie : La dynamique économique

Conclusion

Texte intégral

1L'analyse des aires de chalandise, comme des bassins de main-d’œuvre, a mis en évidence, pour chaque ville, différents niveaux d'espaces fonctionnels, bien délimités, organisés en unités gigognes possédant leur propre dynamique. Celles-ci renvoient à l'emboîtement des espaces de domination démographique ; commune-centre, agglomération, auréoles d'intensité décroissante subissent ensemble un même modèle d'évolution décalé dans le temps et (ou) dans l'espace global de référence que gouverne la ville. Espaces de migrations alternantes ou définitives, espaces d'échanges, espaces de travail, ils constituent l'orbite des villes et définissent le système urbain.

2A travers les décennies sur lesquelles porte notre étude, une plus grande polarisation au profit de la ville moyenne paraît se dégager. A elles trois, Chalon, Mâcon et Bourg se partagent, à leur niveau, un ensemble régional intermédiaire que ne coiffent que très partiellement les villes de rang supérieur les plus proches. Car, les relations inscrites dans la hiérarchie des villes sautent parfois les relais de la grande ville, cela d'autant plus que la polarisation par la ville moyenne est plus marquée. Mais cela pose le problème des besoins de la ville moyenne, et donc du niveau de ses fonctions économiques, qui relèvent davantage, et de plus en plus, des tâches les plus ordinaires. Chalon est la plus autonome des trois villes, parfois déjà haussée à un niveau supérieur qui n'est pas dû seulement à sa plus grande importance démographique ; toutefois, il faut aussi tenir compte de l'élévation générale du seuil qualitatif du marché.

3L'espace organisé par nos villes moyennes est en fait dépendant d'aires beaucoup plus vastes et "sans rivages". Leurs limites sont impalpables et varient au gré du jeu des capitaux nationaux ou multinationaux, de la politique nationale ou internationale. Par la puissance des liens entretenus avec le niveau local - ici nos trois villes - se mesure la part d'indépendance et de dynamisme intrinsèque de celles-ci. Le sursaut de nos villes pour réactiver leur propre développement, transpose, selon une autre dimension, l'opposition centre-périphérie, en favorisant le premier terme. Il en va de même en ce qui concerne l'espace urbain proprement dit. Le retour au centre-ville s'exprime de multiples manières et traduit un repli sur le local. Aujourd'hui, le mouvement dessiné il y a quelques années - avec des variantes selon les villes - est précipité par la crise. Les mutations économiques contemporaines ont puissamment affecté les logiques spatiales, renforçant les relations d'opposition, fort complexes, d’un espace divisé ; il reste à apprécier quelle correspondance existe en matière de société.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search