Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Première partie : La dynamique économique

Chapitre II. La ville moyenne et la polarisation de l'espace

Texte intégral

1Au delà de la ville et de l'action exercée sur les rapports entre les différentes portions d'espace urbain qu’il détermine, l'impact des mutations économiques s'effectue aussi dans l'espace régional que constituent nos trois villes. Il devient alors nécessaire de définir les hiérarchies mises en place. Comment Chalon, Mâcon et Bourg polarisent-elles, à leur niveau, l'espace de référence que bornent les métropoles de Dijon au nord, et de Lyon au sud ? Quel est le pouvoir d'organisation de la ville moyenne, quelle est sa place dans le système urbain ? L’étude des aires de chalandise et des bassins de main-d’œuvre cherchera à résoudre ces questions.

2La détermination d'un espace spécifique à la ville apporte également une forme de réponse aux multiples interrogations rencontrées à vouloir préciser la notion de ville moyenne (J. Lajugie, 1974, M. Michel, 1977). Chalon et Mâcon expriment ainsi leur rôle de ville moyenne en Bourgogne médiane et méridionale, et Bourg le sien au cœur de la Bresse, aux confins de la région lyonnaise, du Jura et de la Suisse.

3Au sujet du pouvoir de la ville moyenne, nombre d'auteurs restent dubitatifs. En particulier, l’économiste P. Aydalot (1983) pense que la division spatiale du travail conduit, dans la hiérarchie des villes, à des restructurations par lesquelles les villes moyennes "perdent la maîtrise de leur développement". L'intervention de plus en plus grande des grands groupes internationaux dans le domaine du commerce et plus encore de l'industrie, dans celui des services spécialement dans la banque - ne risque-t-elle pas en effet de renforcer la subordination de la ville, surtout en période de difficultés économiques ? Cependant, la capacité de réponse à la crise, en particulier de la part de l'appareil industriel, peut apporter une contrepartie nuancée, et d’une certaine manière évoquer à nouveau les chances des villes moyennes, sous une autre forme que celle qui sont mises en avant au début des années soixante-dix par un VIe Plan soucieux de promouvoir les villes moyennes.

II.1. LES AIRES DE CHALANDISE

4Examiner la fonction commerçante de Chalon, Mâcon et Bourg, laquelle est, pour une grande part et dans un premier temps, dévolue au centre-ville, s'est révélé le plus sûr moyen de mesurer à la fois l'évolution et l'emprise spatiale de ce dernier, témoin de la puissance commerciale urbaine. Celle-ci s'apprécie en outre par l'intermédiaire de l’auréole de chalandise qui précise la zone d’influence urbaine, détermine les relations entretenues, et replace la ville dans son espace régional propre. La définition de celui-ci est essentielle à la connaissance du maillage des villes, en particulier lorsque celles qui le constituent, comparables entre elles quant à leur poids démographique, ne permettent pas une approche classique liée à l’effet de taille.

5Il en est ainsi de Chalon, Mâcon et Bourg, qui dominent un ensemble de petites villes inégalement réparties et au rôle peu connu, dans une région où la partition administrative ajoute à la complexité.

6Délimiter, interpréter pour les trois villes, les diverses aires de chalandise, elles-mêmes filles du commerce urbain, permet ensuite de reconstituer un réseau urbain hiérarchisé qui donne la pleine mesure de la dynamique de nos villes moyennes et des changements apparus au moment où l'armature commerciale se développe et se transforme.

II.11. Les sources et les méthodes employées

7On conçoit aisément les difficultés que l'on peut rencontrer en cherchant à mesurer l'aire d'influence commerciale de trois villes dont l'appareil commercial est développé et renommé. Rappelons seulement que le tiers de la population active de Chalon-sur-Saône est employé dans le secteur du commerce. Et lors de la grande expansion commerciale des années 1970-1975, c'est Chalon, suivie d'assez près par Mâcon, qui enregistre le plus fort taux d'accroissement du nombre d'établissements commerciaux du département de Saône-et-Loire ; selon la Chambre des métiers l'augmentation est de 17 % pour Chalon. 13 % pour Mâcon et seulement 7,5 % pour l'ensemble du département.

8Les sources dont on dispose pour l'étude des auréoles de chalandise sont peu nombreuses et souvent sujettes à caution. Hormis quelques documents administratifs ou corporatifs qui se limitent à aligner quelques résultats chiffrés sans en expliquer l'origine ou la validité, ou encore quelques enquêtes parfois anciennes - mais utiles pour la comparaison-, il n'existe guère de données directement utilisables.

  • 1 Nous avons effectué le dépouillement de différents fichiers-clients par sondages systématiques ; l (...)

9Aussi avons-nous fondé notre analyse sur l’exploitation à la fois de sources pré existantes répondant partiellement à notre attente, et de sources rassemblées en fonction de nos objectifs ; ces dernières résultent du contenu d’une enquête de type Piatier réalisée à notre initiative dans les trois villes étudiées1.

- Les sources pré-existantes

10Il n'est guère possible, à l'usage, d'accorder quelque crédit aux indications des commerçants relatives à l'origine de leur clientèle. Trop peu précises, intuitives plus que raisonnées, leurs réponses prouvent surtout que peu de commerçants ont une vision objective de la provenance de leur clientèle qu'ils savent par ailleurs opulente et plutôt routinière dans ses fréquentations ; et cela ne les incite guère à la prospective.

11Cependant, un certain nombre de commerçants en général de produits de luxe - possèdent un fichier-clients réalisé à partir des adresses mentionnées sur les chèques versés par les clients. D'autre part, existent - bien que plus rarement - des livres de comptent où sont consignés, outre les sommes encaissées, les noms et adresses des débiteurs.

12Le travail de dépouillement des différents fichiers est très lourd, leur analyse critique parfois délicate ; sans parler des réticences aisément compréhensibles, mais souvent difficiles à vaincre, que manifestent les commerçants lorsqu'ils sont sollicités de livrer un outil de travail, ou un témoignage tangible du volume de leurs ventes à des investigations étrangères leur propos.

13Toutefois, aussi représentatifs soient-ils d’une "cote qualitative" comme d’un certain type de produit, ces diverses sources ne s'en limitent pas moins à quelques catégories d'achats et donc, peut être, à un espace commercial spécifique de ces achats et de leurs acquéreurs. Afin de réduire ce handicap, nous nous sommes alors intéressée aux aires d'influence des hypermarchés régionaux, en raison de la grande variété des produits anomaux et banaux proposés.

14Mais, en dépit de son intérêt certain, ce type d’investigation demeure par trop univoque, dans la mesure où il émane des points de vente d’une même ville et, comme tel, n'autorise pas la comparaison entre aires concurrentes ou hiérarchisées. Si nous ne publions pas ici les résultats cartographiques obtenus, en particulier en raison de leur caractère trop analytique, ils ont certes contribué à nourrir notre réflexion sur le sujet ; ils nous ont permis d'avancer des hypothèses quant à la définition des aires d'enquête de type Piatier ; celles-ci, malgré toute leur lourdeur de mise en place et d'exploitation, sont indispensables pour pallier les carences des analyses liminaires.

- Les enquêtes de type Piatier

15Contrairement aux diverses sources pré-existantes qui permettent d'aller des commerces à la clientèle, l'enquête dite Piatier offre la démarche inverse en portant sur la clientèle potentielle et ses modes d'achat. Pratiquée pour chaque ville étudiée, elle donne le moyen, non seulement de préciser les aires de chalandise de chacune, mais également celle des différentes villes et bourgs aussi bien inclus dans faire urbaine que ceux qui lui sont extérieurs mais exercent sur elle quelque influence. Un questionnaire permettant d'apprécier les tendances de comportement d'achat des populations concernées est adressé aux instituteurs ; car les instituteurs, selon A.Piatier, sont "les hommes de synthèse (...) les plus susceptibles d'avoir une vue valable sur les habitudes d'achat de leurs concitoyens". Aussi les instituteurs remplissent-ils le formulaire selon les réponses apportées par leurs élèves des classes des cours moyens deuxième année (CM2), c'est-à-dire en fin de cycle primaire.

16Ce questionnaire s'adresse par la voie hiérarchique sous couvert de l'Inspecteur d'académie et des Inspecteurs départementaux des différentes circonscriptions de l'enseignement primaire. Pour les trois villes étudiées, nous avons dû solliciter l'accord des cinq Inspecteurs d'académie des départements de Saône-et-Loire, de l'Ain, du Rhône, de la Côte d'Or et du Jura, lesquels relèvent des académies de Lyon, Dijon et Besançon. Nous avons accompagné le questionnaire d'une lettre explicative et de l'accord écrit de l’Inspecteur d'académie, lequel indique en outre l’intérêt de l'étude dans le cadre des activités d'éveil de l'enfant à la connaissance de la région ; pour les écoles dépendant de l’inspection de Bourg, une information relative à l'objet de la recherche a même été organisée à l'initiative de l'inspection départementale.

17Le soutien effectif des responsables de l'enseignement primaire, allié à la sollicitude et à l'intérêt manifestés par les instituteurs et leurs élèves, expliquent un excellent taux de réponse à l'enquête ; celui-ci va de 78 % à Mâcon - qui fait les frais d'une première expérience - à 84 % à Bourg et à 88 % à Chalon. Au total, 904 communes constituent faire soumise à l’enquête et à partir de laquelle l’auréole de chalandise de chaque ville peut être délimitée et structurée au terme du dépouillement des questionnaires et de son analyse.

18Comme nous l'avons déjà expliqué (N. Commerçon, C. Monnier, 1980) nous avons repris le questionnaire d’A. Piatier en l'aménageant selon les spécificités locales et en l'adaptant aux réalités d'aujourd'hui - par exemple en modifiant la liste des achats courants et des services. En partant de l'hypothèse selon laquelle l’attraction d’un centre varie selon les types d'achat effectués, la délimitation de la zone de chalandise nécessite la sélection d'un grand nombre de produits qui, combinés, sont susceptibles de donner une bonne représentation du commerce de détail. La première partie du questionnaire, non exploitée ici, renseigne sur l’équipement commercial et les services locaux. La seconde indique les lieux préférentiels d'achat et leurs fréquences, selon une hiérarchie à la fois des produits et des centres de commerce. C'est donc en termes d'espace et d'intensité des flux dominants qu'est conçu le questionnaire. Son exploitation est fondée sur ce double principe.

19Le dépouillement permet tout d’abord de mesurer l’attraction des centres par produit, par groupe de produits, par service ; c'est ensuite la conjugaison des achats de produits anomaux et de recours aux services qui conduit à l'élaboration de la carte globale d’attraction. Les différents degrés d'attraction se mesurent en pondérant les réponses de fréquence selon les coefficients définis par A. Piatier et appliqués maintes fois depuis leur publication. Par exemple, les réponses de fréquence "le plus souvent" reçoivent 5 points, les "quelquefois" 3 points, et aux "exceptionnellement" en est alloué 1 seul ; d'autre part, les villes citées à la question "résumé des relations" perçoivent 20, 10 ou 5 points, selon leur rang. Ainsi, pour chacun des questionnaires, un certain nombre de villes sont mentionnées, et pour chaque ville citée dans la réponse, les coefficients attribués et sommés en indiquent le "poids" ; il peut alors être calculé relativement aux autres centres, en établissant le pourcentage d'attraction de cette ville par rapport au poids total des villes citées. Ces poids ne signifient, bien sûr, que des tendances, et non des valeurs exactes.

20Seuls les centres d'une certaine importance sont choisis comme lieux d'attraction. Selon A. Piatier un centre est considéré attractif lorsqu'il possède au moins une ou plusieurs communes sur lesquelles l'influence est supérieure à 50 %, et un nombre plus important de communes sur lesquelles le rayonnement s'exerce entre 25 et 50 %. Seuls les villages mentionnant ce centre comme lieu d'achat à plus de 10 % sont compris comme faisant partie de son aire d'attraction.

  • 2 Les cartes sont réalisées sur la base des limites communales établies au R.G.P. 1975, en tenant co (...)

21Au terme de ce long travail de dépouillement, quatre zones d'intensité d'attraction sont précisées ; la zone de très forte attraction possède un taux supérieur ou égal à 70 %, celle de forte attraction est comprise entre 50 et 69 % ; ce taux varie de 25 à 49 % dans la zone de moyenne attraction, et s'abaisse jusqu'à 10 %2 dans la zone de faible attraction.

22Nombre de critiques ont été portées à la méthode Piatier, dont la littérature a largement rendu compte. En fait, un certain nombre de précautions liminaires en infirment la portée, qu'il s'agisse de la délimitation de la zone d'enquête, de l'administration des questionnaires, ou du dépouillement en fonction des pondérations des réponses.

23La délimitation a priori de faire d’enquête se doit d'englober largement l'auréole à définir et, pour ce faire, nécessite des présupposés fondés sur une bonne connaissance de la région et sur d'éventuels résultats similaires.

24Nous avons nous-même entrepris diverses autres investigations concernant les méthodes d'évaluation des aires d'influence commerciale, et leurs résultats, même partiels, nous ont permis de préciser et de conforter nos hypothèses de délimitation.

25Outre l'exploitation des fichiers-clients, des livres de comptes et des études de marché des grandes surfaces commerciales dont il a déjà été fait état, nous avons, par exemple, dépouillé les fiches d'entrée des malades de l’hôpital de Mâcon. Nous avons alors établi une carte de fréquentation de l'hôpital en rapportant pour une année donnée le nombre de personnes hospitalisées au moins une nuit à la population résidente de leur canton d'origine, et en déterminant les degrés d'attraction d'après les seuils des courbes de fréquentation. En découvrant alors la similitude qui existe entre l'aire du recours à l'hôpital de Mâcon et celle de faire d'influence du seul hypermarché de l'époque, on ne peut qu'être déterminé à utiliser l'enquête Piatier qui prend en compte à la fois services et achats. D'autre part, nous disposons pour Chalon et Mâcon de résultats d'enquêtes plus anciennes pouvant servir de référence.

26Pour Chalon et Mâcon, nous nous sommes en effet appuyée, en plus de nos travaux personnels, sur les résultats établis par l'Institut d'Economie Régionale de Bourgogne et de Franche-Comté lors d'une enquête relative à l'attraction commerciale des villes de Bourgogne menée en 1962 et en 1972. Même si ces enquêtes antérieures à la nôtre omettent les influences de Chalon sur la Côte-d'Or et de Mâcon sur le Rhône en se limitant aux communes des départements de Saône-et-Loire et de l’Ain, elles offrent une indiscutable base de comparaison ; d'une part parce que les résultats sont issus de deux enquêtes Piatier, d’autre part parce que la direction de l'Institut d'Economie Régionale a bien voulu autoriser le relevé des pièces originales afin que puissent être produits des documents cartographiques précis directement comparables à nos propres cartes.

27Pour la ville de Bourg nous disposons également des enquêtes réalisées en 1966 par le C.E.T.E.M. (Centre d'études des techniques économiques modernes), puis en 1975 avec la collaboration du Crédit Agricole, sous la direction d'A. Piatier, et publiées ultérieurement. Mais là encore, seuls des résultats plus élaborés nous sont profitables et, malheureusement, les coûts d'acquisition prohibitifs proposés nous en ont privée.

28Adresser un questionnaire par commune et par classe de CM2 se révèle plus complexe à l'usage qu'on ne saurait le supposer. Ainsi les limites administratives ne coïncident pas entre elles, comme par exemple celles des cantons avec celles des circonscriptions des inspections académiques. En outre, les regroupements scolaires nous ont obligée à décompter tout d'abord toutes les communes sans école, puis à connaître comment s'effectuent ces regroupements, afin de demander aux maîtres de remplir autant de questionnaires que de communes représentées par les enfants des classes regroupées. Or, cela a été peu exécuté ou présente peu d'intérêt dans la mesure où de très petits effectifs scolaires sont en cause. Si bien que, pour plus d'homogénéité, nous avons préféré ne pas tenir compte des communes sans école, de même que de celles, peu nombreuses il est vrai, dont les questionnaires mal remplis apportent des réponses ambiguës et peu fiables. De plus, lorsque pour une même commune plusieurs classes de CM2 sont sollicitées, c'est la moyenne des coefficients d'influence donnés par chaque classe qui est retenue.

29Des distorsions peuvent apparaître entre les cartes réalisées et les résultats d'enquête. En effet, certaines communes aux limites des zones d'attraction des villes ont été par deux fois soumises à l'enquête. Deux réponses établies à peu de temps d'intervalle, et dans une frange d’espace commercial parfois difficile à saisir, apportent une vérification précieuse. Mais quelquefois, certains instituteurs n'ont renvoyé qu'un seul questionnaire. Par exemple, une commune sans réponse à l'enquête chalonnaise se trouve malgré tout représentée dans la définition cartographique de l’aire de chalandise ; c'est qu'alors nous tenons compte de la réponse liée à la première enquête concernant Mâcon. L'inverse existe aussi, et ces cas de figure se retrouvent également sur la zone de partage d'influence entre Mâcon et Bourg.

30Sans doute est-il possible de discuter du bien-fondé de la liste finie d'articles proposés dans le questionnaire - même si nous l'avons revue-, ou de la validité des rapports de pondération choisis, ou encore de la valeur d'un questionnaire unique qui résume les diverses réponses d'une classe d'enfants transmises globalement par leur maître d'école. Mais rappelons que ce questionnaire est simple, qu'expliquer son objet comme son mode d’emploi réduit les sources d'hétérogénéité. De plus, même si le niveau des réponses est parfois inégal, n'oublions pas que les résultats qu'elles engendrent, par le jeu des pondérations, sont des taux indicatifs de fréquence et que ce sont les degrés relatifs d'attraction qui importent, en termes alors qualitatifs.

31Quelles que soient ses imperfections, la méthode Piatier nous paraît être un outil précieux et, en l’état actuel de la recherche, indispensable à la connaissance des influences urbaines et de la hiérarchie des différents centres, en particulier lorsqu'il s'agit d'une analyse nuancée, pratiquée à l'échelle des communes. En outre, dans le cadre spécifique de notre étude, seule l'enquête Piatier peut permettre une comparaison avec les situations antérieures de 1962 et 1972, même si celles-ci sont géographiquement plus restreintes qu'il n'est souhaitable.

II.12. Les aires d'attraction de Mâcon, Chalon et Bourg

32Nous considérons le cas de Mâcon comme pivot de notre étude des auréoles de chalandise ; en effet, cette aire du commerce mâconnais s'étend largement sur trois département, et elle se mêle sur ses franges à celles de Bourg et de Chalon dont elle défi nit, par opposition, les limites occidentales de l'une et de l'autre. Nous jugeons aussi l'aire d’influence de Mâcon d'évaluation plus délicate par l'hétérogénéité à la fois administrative, topographique, démographique et économique qu'elle présente, de part et d'autre de la Saône. Aussi examinerons-nous en premier lieu les différents résultats obtenus pour la ville de Mâcon, avant d’analyser plus brièvement ceux de Chalon et de Bourg.

- L’aire d'attraction de Mâcon3

  • 3 Cf. figure no 67, p. 411.

33L'auréole externe, ou zone de faible intensité, est certes la plus difficile à préciser de part l’imprécision de ses limites. Toutefois, celles-ci repoussent l’attraction de Mâcon jusqu'aux petites villes distantes de 20 à 60 kilomètres comme Tournus, Belleville, Charolles, ou encore jusqu'à l'entrée de Bourg. Mais si l'analyse porte spécialement sur un type ou une qualité de commerce la zone se restreint en fonction du niveau de l’équipement commercial de ces petites villes, en particulier Cluny et Belleville. Au cours de ces vingt dernières années l'aire d’attraction s'est davantage étendue en Bresse ainsi que le long de la vallée de la Saône.

  • 4 Cf. figures no 70, 71, p. 417, 418.

34La zone de moyenne attraction s'est développée en direction de sud-est, dans le canton de Thoissey, mais aussi à l'ouest, où elle englobe peu ou prou le Clunysois. Compacte autour de Mâcon, elle est cependant dissymétrique par rapport à la Saône puisqu'elle ne s'étend en Bresse que sur une dizaine de kilomètres. Au nord, le canton de Tournus définit sa limite septentrionale ; c'est-à-dire que cette auréole moyenne trace en réalité la limite des aires concurrentes de même intensité de Lyon, de Chalon et de Bourg4.

  • 5 Cf. figures no 68, 69, p. 413, 415.

35A plus d'un titre l'auréole de forte et très forte attraction retient toute notre attention. Son expansion spatiale est d'autant plus étonnante qu’en 1962 et 19725 elle se limite à quelques communes proches de la ville, toutes situées en rive droite de la Saône en 1962. Aujourd'hui, elle s'étend sur les monts du Mâconnais jusqu'à hauteur de Lugny, sur le versant Nord-Est du Beaujolais, sur les communes de l'Ain de la périphérie de Mâcon, ainsi que sur celles qui jalonnent la route de Mâcon-Cluny. Les communes attirées sont celles qui sont revigorées par un courant migratoire en provenance de la ville et liées à celle-ci par le genre de vie et les activités de leurs résidents. Une exception intéressante est le comportement des habitants de la basse vallée de la Saône : celles-ci entrent dans l’air moyenne, alors que leur proximité les verrait normalement se joindre aux zones fortement attirées. L’excellence des liaisons routières en est sans doute paradoxalement la cause : les consommateurs sont alors tentés par plusieurs centres entre lesquels se partagent leurs achats.

36En permettant de délimiter les différentes auréoles d’attraction selon leurs intensités respectives les enquêtes de chalandise démontrent le rôle fondamental des grandes articulations de relief, des axes de communications, des comportements des acheteurs.

37A l'Ouest de Mâcon, la vallée de la Grosne dessine très nettement faire de Cluny, bornée à l'est par le col du Bois Clair, lequel sépare le Clunysois du Mâconnais. Ou encore, le Mont Saint-Vincent marque une coupure entre les influences de Cluny et de Montceau-les-Mines. Des remarques analogues à ces quelques exemples peuvent être exprimées au regard des lignes de partage des eaux en Charolais, ou bien à l'examen du Haut-Beaujolais, peu tourné vers Mâcon malgré sa proximité. Le relief tourmenté incite les chalands à se diriger vers Belleville ou Villefranche, d'accès plus facile.

Fig.67 : Aire d'attraction commerciale de Mâcon, Chalon, Beaujeu, 1980

38Les routes bouleversent l'emboîtement des auréoles d'attraction. Parfois limites d'attraction commerciale, comme c'est le cas pour le partage d'influence entre Chalon et Mâcon par la route départementale 14, les axes routiers, plus généralement, tendent à élargir de manière tentaculaire une aire définie, comme ils permettent quelque liberté à l'égard de la hiérarchie des centres commerciaux. Ainsi nous avons vu que la vallée de la Saône n'est pas aussi fidèlement liée à Mâcon que l'on serait tenté de le supposer. Car l’excellence de l'axe représenté par la route nationale 6 ou l'autoroute A.6, et le chemin de fer qui l'emprunte, rend aisés les déplacements, y compris vers les métropoles régionales ou même vers la capitale, grâce au nouveau tracé du T.G.V. Nous avons vu que dans l'ensemble la vallée de la Saône échappe, pour certains types d'achats relatifs à l'équipement de la personne, en particulier, à l'aire d'influence de Mâcon de très forte intensité. Quant à la Saône, franchie par trop peu de ponts, elle s'inscrit comme une véritable frontière.

39La Saône sépare non seulement deux régions bien différentes - le Mâconnais et la Bresse - mais aussi deux espaces de comportements dissemblables que les cartes mettent en évidence. L'origine de ces habitudes remonte parfois fort loin ; rappelons, par exemple, l'incidence des histoires divergentes du duché et de la comté de Bourgogne matérialisées par la frontière de la Saône, et vécues souvent en termes d'affrontement. D'autre part, on ne peut négliger de relier les comportements des acheteurs à leurs propres activités économiques. Sur une même commune, les achats des agriculteurs sont souvent différents de ceux des résidents non-agriculteurs. En Bresse en particulier, les ruraux s'adressent volontiers aux gros bourgs ou aux foires - surtout celle de Bourg - pour leurs achats, alors qu’en Mâconnais ils se rendent plus directement au chef-lieu. La vigne a engendré très tôt des modes de vie ouverts à l'échange et à la ville. Aussi, les différences d'équipement des bourgs ruraux nous paraissent-elles moins une cause qu'une conséquence de ces mentalités passées et actuelles. Certes, ces traits de comportements ont tendance à s'estomper lentement, et la création de nouveaux axes de circulation peut contribuer à les gommer définitivement. Il ne nous est cependant pas encore possible d'apprécier la répercussion de l'ouverture du nouveau pont, en amont de Mâcon, destiné à assurer une meilleure liaison entre la Bresse et la vallée de la Saône, ou encore celle de l’achèvement de la mise en voie rapide de la route nationale 79 de Mâcon à Digoin.

40Si l'on peut évaluer à près de la moitié de la clientèle la part d’acheteurs qui provient de l’agglomération de Mâcon, un quart est issu de Saône-et-Loire, environ un sixième de l’Ain et enfin le dixième peut être qualifié de clientèle de passage. Aux multiples raisons déjà évoquées pour expliquer le fort déséquilibre de la zone de chalandise par rapport à la Saône, s'ajoute encore l'importance du maillage des petites villes et gros bourgs de l'Ouest de la Saône-et-Loire où, en revanche, n'émerge aucune ville de la taille de Mâcon susceptible de concurrence sévère ; il faut aussi signaler l'incidence de la localisation intra-urbaine d'un point de vente dans la définition de l'aire de chalandise. Les commerces proches de la Saône attirent davantage les populations de la Bresse, et ceux qui sont situés à l'ouest du centre-ville possèdent une clientèle en majorité originaire de l'Ouest mâconnais. Voilà, dans un centre de seulement 600 m de large, des signes de pratiques urbaines qui se vérifient et que les commerçants reconnaissent péremptoirement.

Fig.68 : Aire d'attraction commerciale de Mâcon, Chalon, 1962
Source : Institut d'Economie Régionale de Bourgogne Franche Compté.

41La clientèle de passage, c'est-à-dire résidant hors des régions des départements de l'Ain, de la Saône-et-Loire et du Nord du département du Rhône incluses dans la zone de chalandise, est, par son importance, un atout indiscutable pour le commerce de Mâcon ; le caractère homogène du centre-ville, sa petite taille, la concentration des points de vente, la variété des produits proposés et la renommée de "maison de confiance" de quelques commerces anciennement implantés attirent le client de passage lors d'une halte au cours des grandes migrations hivernales et surtout estivales, parfois d’ailleurs d'une année sur l'autre. Enfin, une clientèle d'origine locale qui revient à Mâcon pour les fêtes, et dans les résidences secondaires des environs en fin de semai - ne, manifeste également sa fidélité.

- L'aire d'attraction de Chalon

  • 6 Cf. figure no 70, p. 417.

42Au terme du dépouillement de l'enquête Piatier et à partir du taux d'attraction communal de 10 % se délimite une vaste zone autour de Chalon6 ; sur un rayon d'une trentaine de kilomètres, elle s'étend à l'ouest jusqu’à Epinac, les portes du Creusot et de Montchanin, Mont-Saint-Vincent. A l'est, elle couvre presque toute la Bresse, à l'exception des cantons du Sud-Est, ceux de Beaurepaire et de Cuiseaux. Au nord, elle atteint le Sud de la Côte-d'Or dans les trois cantons bordiers ; au sud, elle s'étire jusqu'à Tournus.

43L'auréole de très forte attraction est très limitée ; elle concerne les quelques communes de proximité, contiguës à Chalon, au nord de la ville, ou situées quelque peu au-delà dans la partie méridionale. Ces communes sont celles de l'agglomération chalonnaise, ou bien légèrement excentrées mais ayant enregistré un très fort courant migratoire positif.

44D'autres communes doivent leur appartenance à cette zone à leur situation géographique : Marnay et Varennes-le-Grand sont bordées par la N.6 qui les met en relation avec Chalon en quelques minutes de voiture. Les liaisons aisées paraissent en effet, là encore, déterminantes ; elles expliquent l'allongement de cette aire de très forte influence le long d'un axe qui n’est autre que celui de la N.6, particulièrement net au nord de Chalon, où il atteint Chagny. L'irrégularité de cette zone tient en outre à la présence de communes contiguës à Chalon qui sont elles-mêmes de gros bourgs - Saint-Marcel par exemple - disposant déjà d'un fort équipement commercial. Chalon représente surtout, pour ces communes, le lieu d'achat des produits de luxe, ou de recours aux services rares. Une dernière remarque s'impose : cette aire de chalandise est aussi très nettement limitée par la Saône au sud-ouest. Les communes de rive droite sont bien reliées à Chalon par la N.6 qui conduit au cœur de la ville ou plus directement au centre commercial de la Thalie, alors que celles de rive gauche doivent emprunter la N.433 et la N.78 qui joignent le centre-ville par des ponts urbains rassemblant un important trafic venu de Bresse et de Franche-Comté. Sans doute est-ce là un accès plus dissuasif que celui de la rive droite : il peut rendre compte de cette dissymétrie des zones d'attraction au sud de Chalon et de l'allongement de faire de très forte attraction dans cette direction.

Fig.69 : Aire d'attraction commerciale de Mâcon, Chalon, 1972 Source : Institut d'Economie Régionale de Bourgogne Franche Compté.

45L'auréole de forte attraction se dessine plus régulièrement autour de Chalon, mais reste également modeste dans ses dimensions. Elle s'étire à l'ouest le long de la N.78, à l'est le long de la N.83 bis, au sud le long de la N.6. En direction de Chagny, c’est la très forte attraction qui l’emporte, au détriment de cette deuxième auréole, ainsi que nous l'avons montré.

46L’auréole d'attraction moyenne entoure très largement Chalon, particulièrement au sud. En effet, au nord, elle concerne essentiellement Chagny et les communes environnantes, ne franchissant que très peu la limite départementale de la Côte-d'Or. En revanche, au sud, elle s'étend par la vallée de la Grosne jusqu'à Saint-Gengoux-le-National, et par la vallée de la Saône jusqu’à Tournus. En Bresse, elle gagne jusqu'à Pierre-de-Bresse ; au sud-est, elle s'achève aux limites du canton de Louhans.

47Enfin, l'aire de faible attraction circonscrit régulièrement la zone précédente ; elle semble constituer une limite étroite à celle-ci sur toute la partie occidentale, alors que, plus large en Bresse et en Côte-d’Or, elle relève plus sûrement d’une véritable zone que d'un simple degré de moindre attraction. Le nombre important de communes sans école dans le canton de Verdun réduit notre part d'interprétation ; mais, de même que dans le canton de Buxy, cela n’ampute pas la limite extérieure, laquelle définit faire d’extension maximale de l’attraction de Chalon. La partie attirée à un taux inférieur à 10 % conforte seulement cette notion d'extension maximale.

  • 7 Cf. figures no 68 et 69, p. 413 et 415.

48Ainsi délimitées, ces quatre auréoles emboîtées peuvent être comparées, comme celles de Mâcon, aux aires obtenues lors des enquêtes de 1962 et 1972 dans des conditions semblables7. Une première constatation s'impose : faire d'influence de Chalon s'est étendue, en particulier en Bresse dans les cantons de Saint-Germain-du-Bois, Pierre, Louhans, mais surtout en direction de l'ouest, vers Epinac, Le Creusot. La limite méridionale reste inchangée, et la variation de celle du nord n'est pas appréciable, puisque la Côte-d'Or est exclue des études antérieures. C'est essentiellement à l’intérieur même de cette aire que les degrés d'influence ont varié.

Fig. 70 : Aire d’attraction commerciale de Chalon, 1982

Fig. 71 : Aire d’attraction commerciale de Bourg, Lyon, 1981

49Les zones de très forte et forte attraction se sont restreintes ; celle de très forte intensité s'est réduite la première, essentiellement entre 1960 et 1970. Aujourd'hui, seuls les axes de communication permettent à la zone très fortement attractive de se maintenir en dehors des communes de la périphérie urbaine immédiate. La zone de forte attraction a subi le même sort plus récemment (1970-1982), se stabilisant en grande partie le long de la vallée de la Saône empruntée par les principales voies de circulation. En revanche, et plus encore qu'à Mâcon, l'auréole d'attraction moyenne s'est nettement déployée : elle entoure très largement l'agglomération, s'étale au sud par les vallées de la Grosne et de la Saône et, à l'est, de Pierre-de-Bresse à Louhans. Ce développement s’est effectué au détriment des deux premières zones, mais aussi de la dernière, dans la mesure où celle-ci a également repoussé ses limites.

- L'aire d'attraction de Bourg8

  • 8 Cf. figure no 71, p. 418.

50L’influence de Bourg s'exerce très largement sur le département de l'Ain, et particulièrement entre la rivière d'Ain et la Saône. Au nord, Bourg attire quelque peu les cantons les plus méridionaux du département du Jura, au détriment de Lons-le-Saunier ; au sud, cette attraction n'outrepasse pas une ligne passant par Villars-les-Dombes, Ambérieu-en-Bugey, Tenay.

  • 9 Canton de Brénod, taux de variation annuel ; 1962-68 : -1,28 % ; 1968-75 : -1,52 % ; 1975-82 : +1, (...)

51Il est clair que la Saône, la rivière d'Ain et surtout la montagne jurassienne bornent l'espace fini dans lequel se limite l'attraction de Bourg. Ce carcan est d’autant plus contraignant que les communes rurales exclues ont subi, du fait de leur isolement montagnard, un plus long temps de déclin démographique ; ainsi, les résultats du dernier recensement annoncent seulement quelque renouveau amorcé pour ces communes des cantons d'Izernore, Nantua, Poncin, Brénod9.

52L’aire de très forte attraction est, encore plus qu'à Chalon ou Mâcon, réduite à quelques communes, alors que les zones de forte, moyenne et faible attraction s'étalent largement en couronne dans la plaine de Bresse et la vallée de la Saône. Cependant, à l’est, l'aire de moyenne attraction est tronquée par la rivière d'Ain et disparaît au profit de la zone de faible influence. Celle-ci s'étale alors largement sur le Jura plissé et englobe Oyonnax, au nord, et le canton de Saint-Rambert-en-Bugey, au sud. Elle concerne plus particulièrement les communes du Haut-Bugey raccordées aux voies de passage essentielles comme la route nationale 84 - Nantua, Pont-d'Ain, Ambérieu - ou comme la nationale 504 qui emprunte la cluse de l'Albarine et la cluse des Hôpitaux. Toutefois, le val d'Hauteville, au pied des grands chaînons jurassiens, marque nettement la limite orientale.

53Au terme de ces enquêtes de chalandise, il apparaît qu'au cours des vingt dernières années les aires d'influence de Mâcon et Chalon se sont étendues de manière significative, englobant des zones rurales auparavant étrangères, comme le nord du Beaujolais pour Mâcon, la Bresse louhannaise et la région creusotine pour Chalon. Il en va sans doute de même pour Bourg, en particulier à l'égard de l'Est montagneux.

54Toutefois, ces changements s’effectuent très lentement. Depuis nos enquêtes de 1980, 1981 et 1982, nous avons réalisé quelques compléments d’étude destinés à saisir d'éventuelles évolutions, par exemple le long de la N.79 récemment aménagée en voie express, ou dans le canton de Bâgé-le-Châtel, où les liaisons transversales sont améliorées depuis la construction du pont-Nord de Mâcon. Or, durant ce peu d'années, nous n'avons rencontré qu’une grande inertie certainement liée aux comportements des populations. Les habitudes d'achat ne se bousculent pas aisément.

55Celles-ci relèvent non seulement des mentalités et des activités économiques locales, mais aussi de l'histoire et du relief qui sont à l'origine des tracés des grands axes de communications, lesquels perturbent l'emboîtement régulier des aires d'influence d'intensité décroissante. Ensemble, ces différents facteurs contribuent à étendre ou non la domination urbaine par l'intermédiaire de l'auréole de chalandise d'intensité moyenne ; l'élévation du niveau de vie, les facilités accrues de déplacement ont, en deux décennies, réduit l’ampleur des zones de très forte attraction. La multiplicité de choix des lieux d'achat réduit l'intensité des flux quasiment uni directionnels que représentent les zones d'attraction à plus de 70 %. Le dynamisme d'une ville se manifeste aujourd'hui plus certainement dans l'envergure de son auréole d'attraction moyenne, laquelle traduit la compétitivité de son commerce et assure en retour l’essor de celui-ci.

56Par ailleurs, les comportements à l'égard de l'achat, transcrits par les différents niveaux d'attractivité de la ville, sont révélateurs des degrés de ruralité de l’espace considéré, et peuvent permettre également d'anticiper la définition d’une agglomération de ville moyenne, par l'empreinte distinctive de l'influence tyrannique de la commune-centre sur ses voisines. La mesure de faire résiduelle de très forte attraction nous paraît être par là un critère de choix. L'existence de cette aire prouve que la récession démographique de la commune-centre n'altère en rien sa puissance d'attraction commerciale, dans la mesure où il y a seulement reclassement de population à l'intérieur de la zone considérée.

57Les cartes d'influence commerciale des trois villes montrent de plus que, si Chalon et Mâcon dominent deux zones bien délimitées et indépendantes l’une de l'autre, Mâcon et Bourg se disputent en revanche la partie bressane de la vallée de la Saône - d'ailleurs au bénéfice de Mâcon. L’interpénétration des deux aires exprime le jeu des concurrences entre villes de même importance et laisse augurer de celui des villes de niveau supérieur. L'envergure des zones de chalandise ne saurait en effet être dissociée du rôle de la concurrence des villes, y compris de celle qui est issue des unités de niveau inférieur, lesquelles organisent des sous-espaces régionaux qu'il nous reste également à apprécier.

II.13. Le maillage des villes

58Les différentes aires d’attraction, définies selon les degrés de la hiérarchie urbaine et non plus en fonction seulement de nos trois villes, aident à comprendre comment s'organise la maîtrise de l'espace. En comparant, d'autre part, les résultats observés aux modèles théoriques construits, nous chercherons à formaliser le système urbain étudié et à mettre en lumière sa structure interne.

- L’influence des villes concurrentes

59L'enquête Piatier permet, là encore, de cerner l'influence commerciale des petites villes comme des métropoles puisque tout centre d'achat peut être cité et pris en compte comme tel, à partir d'un taux global d'attraction d’au moins 10 %. Mais nous n'avons retenu que les villes aux aires les plus vastes ou à l'attraction la plus forte, en fonction de la part explicative quelles portent. Il est clair qu'un chef-lieu de canton n’attirant que quelques communes de sa circonscription même de manière très marquée - n'a pas été jugé significatif.

* Les espaces de domination

  • 10 Cf. figures no 67, 72, 73, 76, p. 411,422, 424, 430.

60Une série de cartes relatives aux petites unités10 du réseau urbain régional, met en valeur les sous-espaces d'attraction. Il se distingue tout d'abord un ensemble de petits centres comme, par exemple, Nantua pour Bourg. Beaujeu, La Clayette, Charolles, Cluny pour Mâcon, ou encore Pont-de-Vaux, sur la zone de partage d’influence avec Bourg. Leur influence de forte voire de moyenne - intensité ne dépasse pas les limites cantonales, mais en revanche leur attraction comprise au sens le plus large peut devenir un frein certain à celle de la ville moyenne, en particulier lorsque ces bourgs sont situés sur les marges de leur auréole. C'est le cas de Pont-de-Vaux, dont l’influence s'exerce également en rive droite de la Saône ; conjuguée à l'attraction de Tournus, elle affaiblit à la fois celle de Chalon au nord, de Mâcon au sud-ouest, de Bourg au sud-est. Il est vrai que le rôle de Pont-de-Vaux est renforcé par les comportements des populations rurales de Bresse encore très attachées aux bourgades et marchés locaux. On pourrait aussi citer Nantua, dont la situation est valorisée par les difficultés de relations avec Bourg, ou encore Beaujeu par rapport au Haut-Beaujolais, lequel est partagé entre l'influence de Villefranche et celle, plus secondaire, de Mâcon.

  • 11 Cf. figures no 72 à 76, p. 422, 424, 426, 428, 430.
  • 12 Agglomération (Louhans - Sornay - Branges - Chateaurenard), variation annuelle de population 1975- (...)

61Du côté des petites villes11, Oyonnax, Belley, Ambérieu organisent des sous-espaces d'attraction étendus à plusieurs cantons, à l'est de la rivière d'Ain. De la même manière, Belleville, Digoin, Paray-le-Monial s'inscrivent dans l'aire d'influence de Mâcon, alors que Louhans et Tournus concernent celle de Chalon. Le partage d'attraction entre Chalon et Mâcon s'opère d'ailleurs à hauteur de Tournus, tout comme Belleville arbitre, au sud, les influences concurrentes de Mâcon et de Villefranche. Sans concurrence sérieuse entre la Saône et l'Ain, Bourg assure sa mainmise sur cette région à un degré tel que les auréoles de forte et moyenne intensité prévalent largement sur les deux autres. Dans la partie bressane de la Saône-et-Loire, seule Louhans, au sud-est, offre quelques résistance à la puissance du commerce de Chalon, particulièrement marquée au nord-est, où Pierre-de-Bresse fait très pâle figure. A lire la carte d'attraction de Louhans, on remarque en effet que son auréole de chalandise est étonnamment vaste pour une petite ville de 10 300 habitants. Mais, c'est un centre actif, jouant bien son rôle de sous-préfecture, et dont le rayonnement, à l'image de celui des villes moyennes voisines, ne paraît pas affecté par la baisse démographique que révèle le recensement de 198212. Petite capitale de la bien nommée Bresse louhannaise, Louhans maintient une forte influence bien délimitée par la frontière départementale ainsi que par la Saône, là encore franchie par trop peu de ponts. Ici, on ne se rend à Chalon que pour des achats et services rares ; et la fréquentation des villes de préfecture voisines, comme Lons-le-Saunier ou Bourg, n’en est également que plus rare.

Fig.72 : Aire d'attraction commerciale de Bourg, Cluny, La Clayette, Montceau-les-Mines, Belleville, 1980

62D'autre part, l'Ouest de la Saône-et-Loire ne comporte que des petites villes comme Cluny et Charolles, ou encore comme Paray-le-Monial et Digoin, quelque peu plus importantes. Leur proximité sur un même axe routier et leur faible importance démo graphique n'engendrent pas un appareil commercial suffisant. Seule Montceau-les-Mines, au nord-ouest, possède un équipement commercial supérieur, de même que Le Creusot. Toutes deux exercent leur concurrence à l'encontre de Chalon. Seule Montceau limite à l'ouest, au-delà de Cluny, la fréquentation du commerce mâcon nais ; car Montceau domine davantage en direction du sud et du sud-est, alors qu'au nord Le Creusot prend le relais, tout en étant elle-même freinée par faire de chalandise d'Autun qui s'étend quelque peu en Côte-d'Or.

  • 13 R.G.P. 1982. Commune du Creusot : 32 149 habitants, agglomération : 44 389. Commune de Montceau-le (...)

63Par rapport à Chalon, Montceau et Le Creusot sont toutes deux des villes de moindre importance13, vivant de graves problèmes économiques et sociaux nés de la récession de la mine et de la sidérurgie ; ainsi s'explique en grande partie le recul - près de 6 % - de la population creusotine depuis 1968. Le marasme économique et social paraît responsable - face au dynamisme chalonnais - du recul de l'influence commerciale du Creusot et de Montceau, dont l'équipement n'est pas à la hauteur de celui de Chalon, qu'il s'agisse du poids de l'appareil commercial comme de son niveau qualitatif.

64A l'exception de Cluny, qui étend son champ d'action sur la vallée de la Grosne, ou de Pont-de-Vaux, qui attire maintenant le canton de Lugny, ces petites villes ont vu se limiter en une décennie leur aire de chalandise, par restriction de l’auréole de faible fréquentation, au profit de faire d'attraction des villes moyennes. Cependant, depuis 1972, leur rayon de forte intensité s'est accru. Dans l'ensemble, tout se passe comme si la partition en sous-espaces de domination par les petites villes se marquait de plus en plus fermement en unités davantage indépendantes les unes des autres.

Fig.73 : Aire d'attraction commerciale de Charolles, Pont-de-Veyle, Pont-de-Vaux, Tournus, Villefranche, 1980

65L'organisation hiérarchique des unités urbaines par le jeu de la fréquentation commerciale des bourgs ruraux, des petites villes et des villes moyennes s'est à la fois clarifiée et charpentée, en particulier durant les années soixante-dix. Cette évolution est le fruit du dynamisme, déjà analysé, de l'appareil commercial des trois villes moyennes qui sont notre propos.

* Les espaces dominés

  • 14 Cf. figures no 71, 74, 76, p. 418, 426, 430.

66Trois grandes villes sont susceptibles de déployer leur influence sur l’espace régional que nous étudions : Dijon, Genève et Lyon14.

67La carte d’attraction de Dijon prouve le peu de concurrence exercée par la capitale bourguignonne : seulement sept communes se disent attirées par Dijon, et pour une faible part de leurs achats (taux compris entre 10 et 25 %). Ce sont quelques communes de Côte-d'Or, limitrophes de la Saône-et-Loire, ou encore quelques autres incluses dans l'agglomération de Chalon et qui, bien reliées à Dijon par l’autoroute, peuvent éventuellement être séduites par un niveau de produits jugé supérieur ; mais cela reste quasiment négligeable.

68L'aire d'influence de Genève paraît tout autant limitée et ne se marque que sur les trois cantons frontaliers de Gex, Ferney-Voltaire et Collonges. Sur cette partie orientale et appendiculaire du département de l'Ain, l'attraction de Bourg est presque inexistante : elle n'atteint pas le taux de 10 %, et est réduite aux relations obligées avec le chef-lieu du département. Il est par ailleurs trop tôt pour apprécier l'impact des nouveaux aménagements autoroutiers entre Lyon et Genève (A.42 et A.40), entre Bourg et Genève via Pont-d'Ain (A 40).

69En revanche, la métropole lyonnaise agit tel un redoutable aimant en matière commerciale sur la partie méridionale des départements de la Saône-et-Loire et de l'Ain ; elle ne permet pas à l'influence de Mâcon de dépasser Belleville, ni à celle de Bourg d'aller plus avant qu'Ambérieu, Villars-les-Dombes, Saint-Triviers-sur-Moignans et Thoissey ; ces trois dernières communes marquent d'autre part l'avancée de Villefranche sur la rive gauche de la Saône. La limite extrême de l'auréole de faible attraction de Lyon (taux de 10 %) remonte la vallée de la Saône jusqu'au cantons de Lugny et de Pont-de-Vaux et, en Bresse, atteint ceux de Montrevel, Coligny, Treffort, mais aussi ceux de Nantua et d'Hauteville dans le Jura.

  • 15 Une soixantaine de kilomètres.

70La proximité de Bourg et de Mâcon à l'égard de Lyon15, la facilité accrue des liaisons en particulier entre Mâcon et Lyon, l'usage aujourd'hui courant de l'automobile pour l'achat de bien anomaux contribuent à accentuer la séduction du commerce lyonnais, essentiellement sur les populations urbaines, mais aussi de plus en plus sur les populations rurales voisines. Il est vrai, cependant, que toutes les couches de la population ne sont pas concernées ; mais les classes aisées, et même moyennes pour une plus faible part, ainsi que la population jeune sont les clients attitrés de Lyon de manière régulière, parfois hebdomadaire.

Fig. 74 : Aire d’attraction commerciale de Dijon, Bourg, Le Creusot, Montceau les Mines, Beaune, Tournus, Louhans, 1982

71L'achat à Lyon est signifiant à plus d'un titre. D'une part, la démarche traduit une certaine insatisfaction envers le commerce local jugé trop cher, trop peu diversifié. "Aller à Lyon", en revanche, permet l'espoir d'acquérir un bien plus original et non caractérisé d'emblée quant à son prix et à sa qualité, comme le sont presque tous ceux de Bourg et de Mâcon que tout un chacun a pu déjà apprécier en vitrine. Cela est spécialement vrai pour les biens d'équipement de la personne, parmi lesquels le vêtement tient une place de choix ; en particulier dans les emplois de bureau, le vêtement est associé à un code de valeurs d'autant plus asservissant que ce type d'activité est plus largement déployé à Bourg et à Mâcon, et que l'élément féminin y domine. Car Lyon implique une image de marque qui attire vers son commerce pour les achats de produits rares et onéreux, mais aussi pour tous ceux qui revêtent un certain prestige. Enfin, l'aller et retour à Lyon relève aussi des loisirs, et l'achat n'est alors le plus souvent qu'un prétexte pour investir la grande ville...

72Certes, tout cela représente une fuite réelle de clientèle ; mais elle est compensée par la démarche inverse de Lyonnais fidèles, habitués de la ville moyenne par leurs liens familiaux ou leurs séjours réguliers dans leurs résidences secondaires des environs. Ils sont sensibles à la tradition du commerce local, aux relations personnalisées, à l'efficacité : faire ses courses dans un centre-ville ramassé sur lui-même est en effet plus rapide que dans une ville à l'échelle de Lyon. Mais, d'autre part, le commerce de Bourg et de Mâcon s'adapte en retour aux exigences nouvelles que la clientèle attirée par Lyon a faites siennes à son contact. Finalement, l'effet est plutôt roboratif, et par ailleurs la perte de clientèle au profit de Lyon est compensée, d’après les responsables des associations de commerçants, par l'importance de la clientèle de passage (10 %).

73En matière de relations commerciales, il ne saurait donc être question de domination de Lyon sur Bourg et Mâcon, mais plutôt de liens obligés entre la ville moyenne et la grande ville qui fournit biens et services supérieurs.

- Le cadre théorique de l'analyse

74La polarisation de l'espace, saisie à travers l'influence commerciale de Mâcon, Chalon et Bourg et des différentes unités urbaines en relation avec celles-ci, nous a amenée à distinguer les divers niveaux de la hiérarchie urbaine, sans pour autant établir une synthèse de l'ensemble des interactions rencontrées au terme du dépouillement de nos travaux sur les auréoles de chalandise. Cependant, saisir l'ensemble spatial étudié comme un système urbain nous procure un cadre théorique commode pour mettre en lumière la structure fonctionnelle de l'ensemble et sa décomposition en sous-systèmes interdépendants, déterminés selon l'échelle d'analyse, et reliés par l'action des villes de niveau supérieur, comme l'explique A. Dauphiné (1979).

Fig. 75 : Aire d'attraction commerciale de Lons-le-Saunier, Oyonnax, 1981

75Dans un premier temps, nous avons utilisé la loi dite de Reilly pour définir la zone d'influence d’un pôle urbain. A partir de recherches empiriques sur le commerce de détail des villes américaines, W.J. Reilly (1929) a transposé dans le domaine géographique la loi de la gravitation. Selon cet auteur, l'attraction d'une population d’une ville i par celle d'une autre ville j s'exprime proportionnellement au produit de leurs populations, et inversement au carré de leur distance D, soit Mij = Pi.Pj. (Dij)-2. On démontre que le lieu géométrique des points extrêmes de faire d'attraction est un cercle de rayon r et de centre c tel que :

76Les calculs, effectués pour chaque unité urbaine de l'enquête, retracent les limites extrêmes de faire de faible intensité. Sans doute, la prise en compte de la totalité de la population est-elle discutable, et le volume de population employée dans le secteur tertiaire suffirait-il à mesurer l'attraction urbaine. Diverses suggestions ont en effet été faites en ce sens, à la suite des réserves exprimées à l'égard de cette technique, et après les applications à l'ensemble de la France réalisées à partir des enquêtes du C.T.E.M. En particulier, C. Moindrot (1975) a montré les limites de cet emprunt à la physique en cherchant à l'appliquer au Centre-Ouest de la France. Cependant, en ce qui concerne notre espace d'application, les résultats sont suffisamment convaincants, et d'autres méthodes, comme celle dite "du polygone" de Thiessen, utilisée très tôt aux Etats-Unis pour délimiter les aires d'influence des métropoles, n'apportent pas dans le cas de nos trois villes de résultats aussi satisfaisants. Dans la vallée de la Saône, où le relief est relativement homogène, le modèle théorique approche au mieux l'ensemble urbain observé, et met en évidence une structure urbaine très élaborée et hiérarchisée, sans doute en raison de l'ancienneté de sa formation.

  • 16 Cf. figure no 77, p. 432.

77Cette structure apparaît en juxtaposant et en recoupant les différentes zones d'influence des villes soumises à l'enquête, et selon leurs divers degrés d'importance. Cela nous conduit à élaborer un modèle théorique16 sous la forme d'un réseau urbain inspiré des travaux de W. Christaller (1933), sur le principe de l'approvisionnement de l'arrière-pays urbain, et visant à systématiser l'organisation de l'espace à partir de places centrales hiérarchisées. Nous obtenons un réseau à trois niveaux allant des places centrales régionales (niveau 1) comme Chalon, Mâcon et Bourg, aux centres de niveau 2 et 3, soient les petites villes (Tournus, Louhans...) et les bourgades rurales (Pont-de-Vaux, Charolles...). En fait, le système de Lôsch (1940), reprenant et généralisant celui de Christaller, ajuste plus exactement le réseau observé dans la mesure où les unités urbaines de même taille n'ont pas forcément les mêmes fonctions et où un centre supérieur ne comporte pas non plus obligatoirement toutes celles des places de niveau inférieur. Ainsi en est-il des villes du Creusot et de Montceau-les-Mines, de taille voisine de celle de Mâcon, mais inscrites au niveau inférieur. De même, le cas est particulièrement adapté ici pour les centres de niveau 3 tels Chagny, Pierre-de-Bresse...

Fig.76 : Aire d'attraction commerciale d'Ambérieu, Nantua, Belley, Genève, 1981

78Ce modèle théorique met particulièrement l'accent sur la virtualité de certains nœuds du maillage ; avec la distorsion existante entre le pavage observé et le pavage théorique, elle explique la déformation des aires de chalandise ; celle-ci est due à l'irrégularité du semis urbain dans l'Ouest et l'Est du département, entre Louhans, Lons-le-Saunier et Chalon par exemple.

79La confrontation du maillage urbain avec le modèle construit montre combien est complexe cette question de la hiérarchisation d'un réseau urbain, et délicate toute interprétation. Si nous avons souvent, en commentant nos cartes de chalandise, mis en avant le rôle du relief et des axes de communication, force nous est de constater que ce déterminisme, toutefois pesant, ne suffit pas à justifier les irrégularités du réseau, en particulier dans la vallée de la Saône et la Bresse. De même, si à l'ouest de Mâcon, Roanne et Moulins - places centrales de même niveau - sont anormalement éloignées, il n'en existe pas moins, au niveau inférieur, un semis abondant et régulier de petites villes ; la présence et le dynamisme de ces dernières ne se justifient plus aujourd'hui par le cloisonnement et l'isolement des petites unités spatiales qu'elles animent au cœur d'une région montagneuse.

80D’autre part, malgré les comportements contemporains à l'égard de l'achat, qui, par le jeu de la mobilité, relient moins le niveau d'un produit à celui des lieux où il s'acquiert, la lecture du modèle met en évidence le fort degré d'inertie de la hiérarchie urbaine en matière d'attraction commerciale. La mise en lumière des anomalies du maillage urbain, comme de la complexité de sa mise en place, est à notre sens le principal mérite de cette modélisation des zones d'attraction urbaine saisie à travers la fonction commerçante ; elle aide à répondre aux questions nées de l'analyse empirique, spécialement dans le cas de notre espace d'étude relativement homogène, où la théorie est ici vérifiée à l'échelle régionale.

81La mesure de l’attraction commerciale de Chalon, Mâcon et Bourg exprimée à travers les enquêtes de chalandise et confirmée et clarifiée par une analyse théorique comparative affirme la puissance de ces villes.

82Les aires de chalandise paraissent fonctionner comme des espaces indépendants, où le dynamisme de la ville-centre induit directement celui de l'ensemble de la zone d'influence commerciale, sans interférences urbaines extérieures notables ; en particulier pour Chalon dont le domaine est peu pénétré par ses voisines Mâcon et Bourg, et à qui Dijon et Lyon sont presque étrangères, alors que Lyon exerce une influence certaine, bien que modérée, à l'endroit de Bourg et de Mâcon.

Fig.77 : Le maillage urbain, modèle théorique

83Certes, les reports de population à l'intérieur de l'espace communal, d'une part vers la ville et sa périphérie plus ou moins immédiate jusqu'en 1975, puis d’autre part vers un périmètre d'étalement plus vaste au détriment de la commune-centre au solde migratoire devenu négatif, ont pu être partiellement comptables des variations intervenues dans la délimitation des aires de très forte et forte attraction. Mais la puissance de la ville relevant davantage de l'emprise et de l’extension de l'aire d'attraction moyenne, c'est bien à la dynamique propre de l'unité urbaine organisatrice qu'est due celle de l'aire de chalandise, et non à des effets extérieurs agissant en sens inverse et à l'évidence de manière mineure.

84L'audience commerciale des trois villes étudiées est non seulement le témoignage insigne de leur dynamique, mais aussi la transcription spatiale de la hiérarchie urbaine structurée selon les différents niveaux de la puissance urbaine. Cependant, cette question relative au pouvoir d'organisation des pôles urbains régionaux ne saurait être résolue sans l'appréciation complémentaire du pouvoir de la ville, comme centre de travail et de production c'est-à-dire comme point de rencontre de flux de diverses natures-, et sans celle du degré d’autonomie qu'il implique, en particulier dans le secteur industriel.

II.2 LES AIRES D'EMPLOI

85Les déplacements quotidiens de main-d’œuvre se sont multipliés au cours des dernières décennies. Rappelons, pour l'essentiel, la convergence de facteurs explicatifs nés d'une croissance urbaine dont nous avons également apprécié la force inductive : augmentation des coûts fonciers et asphyxie des centres des villes, processus d'urbanisation péri-urbaine, créations de zones industrielles excentrées, réduction des actifs agricoles, développement des activités féminines, accroissement de la motorisation... La dissociation résultante entre les lieux de résidence et les lieux d'emploi conduit à une nouvelle typologie des espaces où s'inscrivent de manière privilégiée les bassins d'emploi. Les délimiter permet de discerner - selon un autre angle d'approche que celui de l'attraction commerciale - les zones d’influence urbaine et les interrelations de ville à ville à différents niveaux.

86Mais, d'autre part, ces espaces de domination urbaine recouvrent d'autres phénomènes, eux-mêmes indissociables des milieux socio-professionnels, comme les habitudes culturelles comprises dans leur acception la plus large, les pratiques d’achat... voire encore les héritages de l'histoire locale en matière de relations spatiales. Aussi, même si le terme est commode et si nous l'employons par souci de simplification, peut-être vaudrait-il mieux parler, plutôt que de bassins de main-d’œuvre, d'espaces socio-culturels dépendants de la ville à des degrés divers et révélés par l'analyse des migrations journalières de travail. Celles-ci nous paraissent être d'excellents indicateurs de synthèse permettant donc de compléter les renseignements obtenus par l'étude des aires de chalandise, ou encore les flux migratoires définitifs à partir de la ville.

  • 17 Cf. livre I, première partie, chapitre III.

87Enfin, ces lieux privilégiés de relation à la ville par le biais de l'emploi, ne comportent-ils pas des différences suffisantes pour permettre de discerner, là encore, des sous-ensembles en autant d’espaces économiquement et socialement divisés qui expriment d'une autre manière le même processus, déjà entrevu17, engendré par la croissance urbaine ?

II.21. Les sources et les méthodes d'étude

- Les fichiers des recensements

88Les données à traiter sont tout d'abord issues de l'exploitation des recensements généraux de population par les directions régionales de l'I.N.S.E.E. La direction de Bourgogne nous a, dans un premier temps, présenté un dépouillement au quart des migrations alternantes au R.G.P. 1975, et celle de Rhône-Alpes un dépouillement au cinquième. Après une première étude où nous avons montré à la fois toute la richesse potentielle de ces données, mais aussi toutes les incertitudes liées au tirage au quart - en particulier sur le pourtour du bassin d'emploi, où la migration porte sur de petits effectifs, les services de Dijon ont accepté de réaliser pour nous une exploitation exhaustive donnant en outre le sexe des migrants et leur appartenance socioprofessionnelle par regroupements de catégories ; quatre classes sont distinguées : les agriculteurs exploitants et les patrons de l'industrie et du commerce (0-2), les professions libérales et les cadres supérieurs ainsi que les cadres moyens (3-4), les employés et le groupe "divers" de la huitième catégorie (5-8), enfin les ouvriers, les personnels de service et les ouvriers agricoles (6-7-1). Certes, ces amalgames peuvent être discutés, mais ils sont acceptables en ce qui concerne les conditions locales de l'emploi. La catégorie des agriculteurs exploitants ne migre pas, et en réalité la première classe est tout entière celle des patrons de l'industrie et du commerce. La huitième catégorie (artistes, clergé, armée, police) est ici tout à fait négligeable dans la troisième classe ; enfin, dans une région de maraîchages et de pépinières, l'adjonction des salariés agricoles au monde ouvrier se justifie tout à fait par leur commune appartenance socioéconomique.

89En ce qui concerne Bourg, l'I.N.S.E.E. nous a ultérieurement livré des données exhaustives dans le cadre du programme MIRABELLE, tout d'abord résolu sur des sondages au cinquième. Il s'agit d'une "méthode informatique de recherche et d'analyse des bassins pour l'étude des liaisons logement-emploi” mise au point par l'I.N.S.E.E. de Nancy et permettant de définir des bassins d'emploi par un procédé de classification hiérarchique ascendante. Pour chaque commune de référence impliquée dans le flux d’échanges sont indiqués : le nombre de résidents actifs, le nombre de sorties et le taux par rapport aux résidents actifs, le nombre d'emplois, le nombre d'entrées et le taux par rapport aux emplois, le nombre d'actifs résidant et travaillant dans la commune, ainsi que le solde migratoire.

90Mais notre objectif premier était de mener la comparaison avec les résultats successifs des recensements afin de saisir l'évolution des migrations journalières et de leur impact spatial. Hélas ! Seule une saisie au quart était alors réalisable pour 1968. Aussi, en raison de la faiblesse des effectifs, encore plus grande qu'en 1975, et des conclusions prudentes que cela implique, nous avons renoncé à remonter au-delà et nous nous sommes bornée à une présentation comparée des résultats de Chalon et de Mâcon. D'autre part, il n'est pas possible de prolonger ce travail jusqu'en 1982, car, là encore, seuls des résultats au quart sont actuellement disponibles ; nous préférons dès lors utiliser les données globales en tant qu'indicateur de tendance d'intensité des flux migratoires.

91Notre analyse se fonde donc essentiellement sur les données du R.G.P. 1975, complexes, précises, parfois disparates pour l'étude comparative entre les régions de Bourgogne et de Rhône-Alpes, mais au moins exhaustives.

92Afin de déterminer l'ampleur des flux migratoires, nous avons calculé un taux de migration communale exprimant le poids respectif de chaque commune d'émigration journalière vers la ville sur l'ensemble du secteur de migration vers celle-ci. Ce secteur a généralement la valeur d'une surface départementale mais rassemble des mouvements répartis sur plusieurs départements, en particulier pour la ville de Mâcon. D'autre critères pourraient être choisis, par exemple en rapportant les migrants d'une commune à sa population. Mais cette relation perd de son sens par suite des très grandes disparités démographiques des communes d'émigration, et parce que ces mouvements nous intéressent plus par leurs caractéristiques spatiales, leurs forces relatives et leurs liens à la ville que par les changements socio-économiques qu'ils suscitent localement dans les communes d'origine.

93A partir de la transcription spatiale des flux, nous délimitons les bassins d'emploi et leurs spécificités internes, y compris à l'intérieur des agglomérations. Cependant, la double origine de nos sources - une exploitation spéciale et détaillée pour Chalon et Mâcon, le fichier MIRABELLE pour Bourg - nous oblige à deux lectures différentes.

- Les fichiers de salariés

  • 18 Compte tenu des conditions d'exploitation du R.G.P. de 1982 et annoncées très tôt, nous avons dès (...)

94Afin de préciser les résultats par trop insuffisants issus du recensement de 1982, nous avons cherché un complément de données dans les listes d'électeurs aux conseils de prud'hommes18 ; car, outre l’opportunité de mieux saisir l'évolution - par rapport à 1975 - des rapports entretenus entre la cité et son espace de tutelle économique par le jeu des migrations journalières, ces listes permettent d'évaluer le changement intervenu à l'intérieur des groupes socioprofessionnels concernés.

95Les élections aux conseils de prud'hommes suscitent un véritable recensement des salariés du secteur privé, lesquels sont obligatoirement inscrits par leur employeur sur la liste de leur propre collège dans la ville du lieu de travail. Cinq collèges distinguent cinq catégories de salariés appartenant à l’industrie, au commerce et aux services, à l'agriculture, aux activités diverses, à l'encadrement. Une seconde liste récapitulative, établie par employeur, permet d’effectuer un double compte vérificateur.

96Cependant, quelques remarques nous obligent là encore à manier ces données avec précaution. D’une part, les adresses indiquées demandent une lecture attentive : transcrite telle que le salarié l'a lui-même déclarée, l’adresse peut être erronée ou incomplète, et il est souvent nécessaire d'en restituer l’exactitude par un code postal corrigé, par la substitution d'une commune à un lieudit... Mais surtout, les catégories des collèges électoraux sont peu précises, et la comparaison avec les catégories socioprofessionnelles de l'I.N.S.E.E. se montre délicate : il est bien certain qu'un cadre de l'industrie, par exemple, peut être inscrit aussi bien dans le collège 1 que dans le collège 5 ; et seul l'examen minutieux des listes d'employés des entreprises permet de limiter les erreurs en reconstruisant éventuellement les listes. Aussi, en raison du gros travail ainsi requis et de sa valeur indicative du changement survenu, nous sommes-nous limitée à n'analyser, dans ce domaine, que le seul cas de la ville de Mâcon, considéré à nouveau comme pivot de l'étude comparée.

97Pour la seule ville de Mâcon, 15 000 salariés composent l'ensemble du corps électoral, et nous avons restreint notre double compte critique aux entreprises les plus significatives, c'est-à-dire qui réunissent plus de cinquante salariés. Rappelons que ces listes électorales donnent une image partielle du salariat local puisque seuls sont électeurs les employés du secteur privé : à Mâcon, environ un tiers des actifs occupés échappe à notre investigation.

98Cependant, afin de disposer de données récentes pour Chalon et Bourg, nous avons collecté auprès de deux des plus grands employeurs locaux la liste de leurs employés et leur adresse ; ainsi Kodak à Chalon et R.V.I. à Bourg donnent une image de leur propre bassin de recrutement de main-d’œuvre, mais aussi, en raison même de leur ampleur tant numérique que spatiale, une bonne approximation de Faire de domination économique directe de leur ville.

II.22. Les flux de main-d’œuvre et les bassins d'emploi

  • 19 Flux vers Mâcon : 7922 personnes, vers Bourg : 8379 personnes, vers Chalon : 10105 personnes.
  • 20 A l'agglomération de Chalon (définition I.N.S.E.E. 1975) composée des communes de Chalon, Crissey, (...)

99Chalon, Mâcon et Bourg attirent toutes trois une population nombreuse venant chaque jour travailler et représentant sensiblement la même proportion d'emplois de la ville, soit 32 % pour Mâcon ou Bourg et 30 % pour Chalon19. De fait, 38 % du flux vers Chalon est composé d'actifs des communes de l'agglomération et travaillant à Chalon. Aussi le taux de migration vers Chalon est-il calculé sur la base de 6 300 personnes, lesquelles représentent l'ensemble des migrants de Saône-et-Loire travaillant dans l'agglomération de Chalon20 ; saisis au niveau communal sur l'ensemble de l'espace migratoire, les flux de migrants à destination de Chalon sont ajoutés à ceux qui sont dirigés vers les autres communes de l'agglomération. Ce courant migratoire des communes de l'agglomération vers la commune-centre n'existe pas avec une telle ampleur dans les deux autres villes, où les phénomènes de retombées démographiques périurbaines sont, nous le savons, plus tardifs et plus restreints. Aussi, en raison des localisations industrielles existantes en 1975, considérons-nous, à cette date, comme pôle d'attraction la commune de Bourg, d'une part, et la commune de Mâcon associée à celle de Charnay-les-Mâcon, d'autre part.

- Les zones migratoires ou les lieux privilégiés d'échanges

  • 21 Cf. figures no 78, 79, 80, p. 438, 440, 441.

100Trois cartes, constituées à partir du taux d'attraction déterminé pour chaque commune concernée par la migration, indiquent la provenance des migrations quotidiennes de travail vers les trois villes21. Les travailleurs migrants vers Chalon proviennent essentiellement du département (95 %), en particulier du Nord-Est ; des appendices joignent les villes de l'Ouest comme Autun, Gueugnon, Montceau, ou descendent le long de la vallée de la Saône, mais il ne s'agit là que de quelques unités de population communale, et nous nous limiterons à l'étude des communes dont le taux est supérieur à 0,1 % et qui forment la zone migratoire.

101Dès lors, cette zone migratoire est mieux cernée. Elle s'étend des marges orientales du département aux villes du Creusot et de Montceau-les-Mines à l'ouest, et de la limite de Tournus, au sud, à quelques communes proches en Côte-d'Or, au nord. Si, à l’ouest, la région morvandelle, peu peuplée et organisée autour d'Autun, n'entre guère en relation avec Chalon, les villes minières entretiennent en revanche un fort courant migratoire avec elle, courant auquel la ville d'Autun elle-même n'échappe pas. Certes, il est normal que les unités urbaines possèdent un volant migratoire plus notable, lié à leur propre volume démographique ; mais ces liens privilégiés avec Chalon sont ici, en raison de leur ampleur, le signe de difficultés économiques graves pour ces villes dont l'activité, longtemps liée au charbon - ou au meuble comme à Autun - s'est difficilement reconvertie et subit de sérieux revers.

Fig. 78 : L’espace des migrations de travail vers Chalon, 1975

  • 22 Rappelons l'exemple de communes comme Saint-Martin-en-Bresse, variation démographique 1962-1975 : (...)

102Le secteur privilégié d’échanges demeure le Nord/Nord-Est de Chalon, au-delà d'une diagonale N.6 - D.978 (Chagny-Chalon-Louhans). Il correspond à l'axe de développement démographique Chagny-Chalon, à l'ensemble des communes du périmètre positif de Chalon, mais aussi aux communes bressanes proches de la ville et en situation de forte baisse démographique jusqu'en 197522. Au-delà, les migrations de travail s'abaissent rapidement, dessinant très nettement, en négatif, l'aire d'attraction de Louhans. Au sud, la zone migratoire s'étire dans la vallée de la Saône, par l'intermédiaire des gros bourgs ou petites villes de Sennecey-le-Grand et Tournus, cependant sans lien marqué avec l'espace rural voisin. La limite d'influence s'achève nettement à hauteur de Tournus, à partir de laquelle tout le Sud du département est soumis à l'attraction de Mâcon.

103La migration de travail vers Mâcon est très différente de celle de Chalon. Plus vaste, plus diffuse aussi, avec un grand nombre de communes à faible taux de migrants, faire d'attraction mâconnaise ne possède ni la force ni la cohésion de la chalonnaise. Cruciforme, elle s'étire de Pont-d'Ain à Bourbon-Lancy, et de Chagny à Lyon, et se répartit sur trois départements en raison de la situation excentrée de Mâcon ; la Saône-et-Loire réunit 43 % des migrants, l’Ain 55 %, et le Rhône 2 %, venus des marges du Haut-Beaujolais et de l’agglomération lyonnaise.

104Ces flux migratoires traduisent la force d'attraction du carrefour mâconnais, où la transversale de Genève à l'Atlantique, via Bourg et Nevers, l'emporte en intensité de flux comme en distance à la ville, libre de la concurrence de Chalon et même de Louhans au nord, et de celle de Villefranche et surtout de Lyon au sud. En revanche, à l’ouest, le réseau de petites villes égrenées de Cluny à Digoin alimente le marché du travail de Mâcon.

105Si l'on applique à la zone migratoire de Mâcon le même critère restrictif de 0,1 %, celle-ci s'amoindrit considérablement et devient alors beaucoup plus réduite que la zone de Chalon. De Tournus, au nord, elle s'étend jusqu'au sud du département sur les cantons bordiers de la Saône, avec quelques appendices le long de la route Bourg-Nevers. Comme pour la zone d'attraction commerciale, la Saône marque une dissymétrie importante ; mais dans ce cas, et davantage pour la zone de forte intensité, celle-ci joue en faveur de la Bresse.

106Quant à l'espace couvert par les migrations de travail en direction de la capitale bressane, il est le plus compact des trois, presque entièrement contenu dans son département (94 %) où il se cantonne dans la partie nord-occidentale comprise entre la Saône et la rivière d'Ain. A l'est sévit la concurrence de Genève, à l'ouest celle de Mâcon, au sud celle de Lyon. La métropole lyonnaise procure, en revanche, quelques travailleurs migrants à Bourg (intensité moyenne), plus d'ailleurs qu'à Mâcon, par suite, en particulier, de la présence à Bourg de plusieurs affaires d’émanation lyonnaise, dont par exemple l'importante unité de R.V.I.

Fig. 79 : L’espace des migrations de travail vers Mâcon, 1975

Fig. 80 : L’espace des migrations de travail vers Bourg, 1975

Fig.81 a : Le bassin d'emploi de Chalon, 1975, actifs migrants masculins
Source : R.G.P. 1975 (exhaustif)

Fig.81 b : Le bassin d'emploi de Chalon, 1975, actifs migrants selon leur C.S.P.

107Réduite à ce que nous appelons la zone migratoire, l'aire de travail surprend ici par son ampleur, sa cohésion, son intensité autour de la ville, même si elle s'allonge quelque peu le long des deux routes de liaison vers Lyon et le long d'une ligne Ambérieu-Pont-d'Ain-Louhans, c'est-à-dire les axes de développement démographique déjà amorcés entre 1962 et 1968 et affirmés entre 1968 et 1975. Mais cette zone rassemble aussi les communes du Nord-Ouest de l'Ain, tout autant dépendantes de Bourg, mais composant des espaces ruraux aux bilans démographiques alors fortement négatifs.

- Les bassins d'emploi ou l'espace divisé

108Nous définissons comme bassin d'emploi toute partie de la zone migratoire dont le taux communal de migration est supérieur à 0,5 % pour Chalon, 0,3 % pour Mâcon et Bourg (les seuils sont choisis à partir de l'analyse des diagrammes de répartition). Pour ces communes, nous avons effectué un dépouillement des données exprimant pour Chalon et Mâcon l'appartenance socio-professionnelle et le sexe des migrants. En revanche, pour Bourg, le système MIRABELLE conduit à une autre analyse des liens de dépendance économique.

* L'espace divisé : l'exemple de Chalon et Mâcon

  • 23 Cf. figures no 81a, 82a, p. 442, 446.

109Ici, comme ailleurs, les populations masculines composent la majorité des flux de travail23. Pour Chalon, leur part s'élève à 77 % et aucune commune n'enfreint cette règle de la majorité masculine. Avec le taux le plus bas, Fragnes possède encore un flux masculin à 60 %, et c'est la partie Est et Sud-Est du bassin d'emploi qui connaît les plus fortes proportions ; par exemple, tous les migrants de Verjux, à une unité près, sont des hommes ! Cette zone de Bresse, assez proche de Chalon, est la partie la moins dynamique démographiquement et économiquement.

110Le commentaire de la carte des migrants masculins vers Mâcon appelle quelques nuances. En effet, le taux moyen est beaucoup plus bas (62 %), sans différence notable entre l'Ain et la Saône-et-Loire, avec une dispersion spatiale équilibrée.

  • 24 Chalon, taux d'emploi féminin ; emploi industriel : 20 %, tertiaire privé : 50 %, tertiaire public (...)

111Ces résultats expriment deux situations économiques différentes. Comme nous le savons, la part d'emplois féminins est faible à Chalon (38 %), y compris dans le secteur tertiaire24, à l'inverse de ce qui se produit à Mâcon, qui compte 43 % d'emplois féminins. Le bassin de main-d’œuvre ne fait que traduire les caractéristiques du marché de l'emploi local, en accentuant les dissemblances internes. Ainsi, lorsque la part d'actifs masculins résidant à Chalon est de 61 %, elle s'élève à 77 % chez les migrants journaliers du bassin de main-d’œuvre travaillant à Chalon. De même, à Mâcon, la migration vers la ville des communes du bassin d'emploi augmente la part des femmes au travail de plus de 3 %. Loin de résorber le déséquilibre d'un ensemble économique, le développement des migrations journalières tend à aggraver le phénomène, mais aussi à l'étendre dans l'espace, car l'observation vaut aussi hélas ! pour d'autres indicateurs, tel que celui des catégories socio-professionnelles.

  • 25 Cf. figures no 81 b, 82b, p. 443, 447.

112En dépit des approximations qui résultent des regroupements de catégories socioprofessionnelles opérés par les services d'exploitation de l'I.N.S.E.E., la lecture des cartes de répartition des migrants d'après leur catégorie socio-professionnelle25 appelle quelques remarques.

  • 26 Gergy, solde démographique 19621975 : +12 %.

113La majorité du courant migratoire est composé des catégories les moins qualifiées, et spécialement celui qui est à destination de Chalon ; seules quatre communes du bassin de main-d’œuvre possèdent un taux de migrants des catégories regroupant les ouvriers, les personnels de service et les salariés agricoles compris entre 40 et 50 % ; la médiane de la série atteint 77 %. On comprend alors aisément la forte masculinité des flux de migration liés à des professions typiquement masculines... Les ouvriers chalonnais migrants proviennent essentiellement des communes de l'Est et du Nord-Est du bassin de main-d’œuvre, au-delà de l'axe Chagny-Louhans. Ces communes sont celles de la vallée de la Saône, à l'écart des grands axes de circulation ; elles forment la partie la plus déshéritée du bassin, même si déjà certaines communes relativement proches de la zone industrielle, comme Virey ou Gergy26, sont touchées par une forte retombée démographique en provenance de Chalon.

114Les employés constituent un deuxième groupe important d'actifs migrants (17 %), deux fois plus étoffé que celui des cadres moyens, professions libérales et cadres supérieurs. Le manque de rigueur de la définition de la classe des employés n'explique que partiellement la répartition équilibrée en une couronne autour de Chalon ; en fait, elle est complémentaire à la répartition de la fraction ouvrière du bassin, qu'il s’agisse des coteaux, du val de Saône ou de la portion bressane bien desservie par les routes de Chalon-Dôle ou Chalon-Lons-le-Saunier. Bien qu'aussi nombreux, les cadres et professions libérales viennent pour la plupart de la partie occidentale du bassin, des communes les plus proches de la ville et situées sur les versants ensoleillés de la côte chalonnaise.

115Le petit groupe des patrons de l’industrie et du commerce (2 %) est plus délicat à apprécier ; peu migrants en raison même de leurs activités professionnelles, et constituant une catégorie hétérogène, leur présence est diffuse dans nombre de communes ; mais ils sont significativement absents de la plaine bressane.

116La situation mâconnaise montre quelques différences sensibles. Outre l'habituelle dissymétrie introduite par la rivière, la catégorie ouvriers-personnels de service-salariés agricoles, pour être encore majoritaire, ne réunit que 53 % des migrants. L'essentiel émane de l'Ain, d’une seconde couronne de communes, la première demeurant celle des employés. Par leur nombre, ces derniers forment le deuxième groupe migrant (29 %) ; ils proviennent de tout le bassin de main-d’œuvre ; d'une part, des communes de l'Ain les plus proches, d'autre part, des communes du Mâconnais les plus éloignées, aux confins du Charolais par exemple. En revanche, les cadres moyens et supérieurs et les professions libérales, comparables en nombre à ceux de Chalon, résident également dans les communes des coteaux proches de la ville, à l'exception de quelques gros bourgs bressans bien reliés à Mâcon et offrant quelques avantages d'équipements, comme celui du plan d’eau aménagé de Thoissey.

Fig.82 a : Le bassin d'emploi de Mâcon, 1975, actifs migrants masculins Source : R.G.P. 1975 (exhaustif)

Fig.82 b : Le bassin d'emploi de Mâcon, 1975, actifs migrants selon leur C.S.P.

117La répartition des patrons de l’industrie et du commerce s'apparente à celle des employés pour les communes de rive gauche de la Saône et à celle des professions aisées pour la rive droite. N'est-ce pas là la simple traduction spatiale d'une double appartenance économique et sociale revêtue par cette classe ?

118L’étude de ces deux bassins de main-d’œuvre, pourtant différents dans leurs composantes économiques, conduit à une même conclusion. Les travailleurs les plus modestes qui constituent la majorité des actifs de la ville, et donc des flux de migrants, disposent d'un espace de résidence limité aux communes de la Bresse, voire à celles de la vallée de la Saône, lesquelles disposent d'une bonne desserte routière vers les zones industrielles, et où l'agriculture est moribonde et la pression foncière moins sévère. Les coteaux de l'Ouest, aux sites recherchés, sont dès lors dévolus aux catégories plus aisées ; leurs communes enregistrent un taux d'actifs migrants très élevé : 61 % des actifs de Virey partent journellement travailler à Chalon. La ville y exerce une mainmise économique sans partage. A Mâcon, la partition socio-spatiale est la même, cependant plus accentuée par l'opposition des sites qu'introduit la rivière. La division socio-professionnelle apparue dans nos villes avec l'accélération de leur croissance se prolonge bien au-delà de l’espace intra-urbain par le truchement des migrations alternantes. Celles-ci correspondent à un moment de l'organisation économique, mais aussi à une pratique de l'espace liée au statut social auquel l'individu s'apparente et que nous avons déjà rencontré en analysant les migrations définitives.

* La dépendance économique : l'exemple de Bourg27

  • 27 Cf. figure no 83, p. 449.

119Réduite à la prise en compte du poids des actifs migrants sur la population active de la commune d'origine, notre analyse du bassin de main-d’œuvre de Bourg nous permet cependant de mettre en évidence les différents degrés de dépendance économique des espaces péri-urbains.

  • 28 Cf. livre I, première partie, chapitre III.32.

120Seules quelques communes d’immédiate périphérie possèdent un taux d'actifs migrants supérieur à la moitié des actifs recensés dans leur commune de résidence ; Saint-Denis atteint même 71 %. En fait, ces communes forment l’agglomération de Bourg, au moins dans sa réalité économique. Une deuxième auréole se dessine sur ce pourtour où le taux varie entre 20 et 50 % avec deux excroissances à l'est et à l'ouest ; à quelques exceptions près, cette couronne rassemble les communes du périmètre positif de Bourg28. Les communes de la classe 10 - 20 % recouvrent en revanche des situations démographiques très hétérogènes, mais où, dans l'ensemble, la baisse se réduit entre 1968 et 1975, voire cède le pas à la hausse entre 1975 et 1982. Ce renversement de tendance est un phénomène que connaissait la seconde couronne durant la période intercensitaire précédente. Enfin, la quatrième auréole indique le terme de l'in fluence de Bourg concurrencée par Mâcon, Lyon et même certains petits centres comme Pont-d'Ain ; bien reliés à Bourg, ceux-ci n'en conservent pas moins une indépendance certaine.

Fig.83 : Le bassin d'emploi de Bourg, 1975

121Tout comme Chalon et Mâcon ont permis d’affirmer que la ville projette, par le jeu des migrations de travail, la division sociale née dans l'espace intra-urbain sur les zones de domination économique, Bourg montre, à travers son bassin de main-d’œuvre, que les effets d'entraînement déjà rencontrés sur le plan de la démographie se retrouvent sur le plan de l'économie. La domination économique s'inscrit autour de la ville en auréoles d'intensité décroissante où le pouvoir de la ville s'exerce progressive ment, avec un décalage chronologique d'une auréole à l'autre ; ainsi est-il significatif de voir les limites du bassin de main-d’œuvre, défini selon la règle adoptée ici, con corder à quelques unités communales près - avec celles de la troisième auréole de dépendance.

- La turbulence dans l'agglomération : le cas de Chalon

122La mobilité des travailleurs en direction de la ville, que nous venons d’apprécier en termes de flux, aussi bien selon leurs caractéristiques spatiales que socioprofessionnelles, est amplifiée par un triple mouvement interne à l'unité envisagée, relatif aux flux d'actifs migrants journellement des communes de l’agglomération vers la commune-centre et inversement, ainsi qu'aux échanges entre communes. L'agglomération chalonnaise offre un excellent exemple de cette turbulence et de ses particularités.

123Les actifs migrants alternants de la Saône-et-Loire vers Chalon sont en réalité issus, pour 43 % d'entre eux, des communes de l'agglomération telle que nous l'avons délimitée, et représentent des migrations quotidiennes, voire même souvent biquotidiennes, de plus de 4 000 personnes. Deux communes sont particulièrement liées à Chalon : Crissey et Chatenoy-le-Royal. Elles apparaissent comme des communes-dortoirs dont plus de 60 % des actifs travaillent à Chalon. La plus indépendante est Saint-Marcel, avec moins de 40 % d'actifs migrants ; c’est aussi la commune qui a conservé la plus forte population agricole grâce à ses maraîchages sur les sables de la Saône, et qui préserve ainsi son originalité économique. Aucune autre commune de l'agglomération ne peut prétendre à semblable privilège, car au moins 50 % de leurs actifs sont en dépendance directe du marché du travail de Chalon.

124Les traits significatifs du bassin de main-d’œuvre se retrouvent ici. Il en est ainsi de la dominante masculine (72 %), accompagnée d'un taux de migration féminine plus élevé, en raison sans doute de la proximité des lieux de travail. De même, l'opposition spatiale née de la répartition des catégories socio-professionnelles est très nettement discernable au sein de l'agglomération. Si les communes orientales fournissent relativement moins de travailleurs, compte-tenu de leur plus faible importance démographique, elles offrent en revanche la plus forte proportion d'ouvriers et de personnels de service migrants. Au contraire, les catégories à plus forte qualification sont originaires des communes de l'Ouest et organisent en quelque sorte un espace complémentaire à celui que forment les communes de Crissey et Saint-Marcel, par exemple. Les employés migrants, tout comme dans l'ensemble du bassin, sont certes mieux répartis, avec cependant une préférence pour le Sud-Ouest (Chatenoy-le-Royal).

125Il n'existe donc pas de différence de nature entre les communes de l'immédiate périphérie de la ville et celles de son bassin de main-d’œuvre, mais seulement une différence dans les degrés de dépendance à la commune-mère. Cette dernière semble gouverner son espace économique selon le même mode de fonctionnement que celui que nous avons déjà rencontré lors de l'analyse de l’espace d'attraction commerciale et de l'espace de domination démographique.

126D'autre part, un flux inverse existe, représentant environ la moitié du volume du mouvement convergeant vers la ville-centre, mais réunissant 11 %, des actifs chalonnais. Ils se rendent en priorité vers les communes qui enregistrent déjà les plus fortes migrations vers Chalon, avec des taux de répartition semblables. Cette migration concerne relativement plus les femmes (41 % des migrants), qui se dirigent en particulier vers Chatenoy-le-Royal (65 %) ou Saint-Rémy, là où des zones industrielles récentes ont permis l'installation d'unités secondaires employant plus de femmes que l'industrie métallurgique de Chalon.

  • 29 Commune de Chalon :

127La seconde originalité de ce mouvement se discerne au regard de la répartition des catégories socio-professionnelles ; 67 % de ces migrants sont des ouvriers et personnels de service, alors que ces deux groupes représentent ensemble à peine la moitié (49 %) des actifs travaillant et résidant à Chalon. En revanche, professions libérales, cadres moyens et supérieurs, et même employés, s’emploient peu à l'extérieur de la ville29 ; ceux qui migrent se dirigent vers Saint-Rémy, Chatenoy ou même Saint-Marcel ; les ouvriers travaillent surtout à Chatenoy, Chamforgeuil, Saint-Rémy : trois communes qui rassemblent 79 % des migrants de Chalon.

  • 30 Par jour : 412 personnes.

128Enfin, un bref regard sur les migrations pendulaires entre les communes de l'agglomération nous apprend que ce flux est assez négligeable devant les deux autres courants de population reliant Chalon à son agglomération30. Là encore, les femmes sont les plus concernées (60 %) et les communes d'accueil sont, bien sûr, Saint-Rémy (41 %) et Chatenoy-le-Royal (25 %) pour l'essentiel.

129Les flux centrifuges et journaliers d'actifs Chalonnais vers les communes péricentrales ne font donc qu'ajouter aux caractéristiques des migrations de travail à l'intérieur du bassin de main-d’œuvre telles que nous les avons décrites. Ce sont les populations les moins qualifiées qui migrent le plus, hommes comme femmes, et la commune-centre projette sur sa périphérie ses propres problèmes économiques et sociaux relatifs aux faibles qualifications d'emplois comme au sous-emploi féminin.

- Les relations interurbaines

130La migration de travail des citadins de Chalon, Mâcon ou Bourg au-delà de leur agglomération, confirme cette même tendance. D'une part, il s'agit d'un courant de faible importance, égal par exemple à 5 % des actifs migrants à partir de l'agglomération de Chalon ; et d'autre part, le courant se dirige en priorité vers les communes du département d’origine (70 %), à l'exception de celui de Mâcon attiré également par l'Ain de par la situation de la ville. Même le département du Rhône, avec sa métropole, n'attire guère les Mâconnais ou les Burgiens (10 %). Quant à Chalon, ce sont à peine 5 % de ses migrants hors agglomération qui se rendent chaque jour à Dijon. Et les échanges entre les trois villes étudiées sont aussi très limités : 60 Chalonnais travaillent à Mâcon (5 %), 18 Méconnais parcourent le chemin inverse, 30 se dirigent vers Bourg, 15 en viennent.

  • 31 Mouvements journaliers de Chalon vers : Le Creusot : 20 dont 14 C.S.P. 34 ; Montceau-les-Mines : 3 (...)

131Mais si les ouvriers demeurent encore les plus nombreux à émigrer chaque jour (40 % de l'ensemble) il se dégage un flux presque aussi important de membres des professions libérales, de cadres supérieurs et moyens (37 %) ; il témoigne du rôle de commandement économique exercé alentour. Les résidents qualifiés pratiquent à l'extérieur de la ville les fonctions essentielles à la conduite des unités industrielles rurales ou installées dans les petites villes, comme l'indique par exemple le décompte du mouvement des Chalonnais31. Il est d'autre part à noter, eu égard à ce style de liens, que Chalon n’échappe pas à un soupçon de dépendance envers Dijon, si minime soit-il : 68 % des migrants de Dijon vers Chalon (64 personnes seulement) sont classés dans les catégories socio-professionnelles 3 et 4 ; la même remarque, pour d'aussi modestes pro portions, s'impose pour Lyon à l'égard de Mâcon ou de Bourg.

132Ainsi, ces trois villes attirent les travailleurs, mais redistribuent peu de main-d’œuvre alentour. Elles demeurent, au moins jusqu'en 1975, des lieux actifs où la croissance économique, supérieure à la croissance démographique, tend à organiser en ensembles clos et proches, des bassins de main-d’œuvre à flux migratoires vigoureux et essentiellement uni-directionnels dont la turbulence croît avec la proximité de la ville. Quels que soient le sens du flux migratoire et l'espace de référence considérés, la dissociation des lieux d'habitat et d'emploi touche davantage les catégories sociales les plus défavorisées. Cela n'est pas sans hypothéquer l'avenir de ces espaces de travail ainsi dominés, en particulier face à leur éventuelle extension.

II.23. Le changement de 1968 à 1982

133L'évolution des bassins d'emploi depuis 1968 est susceptible d'apporter un élément de réponse à la question précédemment posée relative à la dépendance économique des zones migratoires et à celle de la réalité de la dynamique urbaine qu'elle sous-entend.

134Les simples données statistiques globales indiquent, entre 1968 et 1982, un considérable accroissement du volume des flux migratoires de travail en direction de la ville. Mâcon détient le record avec un triplement entre 1968 et 1975 et une augmentation de près d'un tiers, entre 1975 et 1982, qui porte alors le flux à plus de 10 000 personnes. Dans le même temps, la progression à Chalon est environ des deux tiers, puis du tiers, atteignant quelque 13 440 migrants quotidiens.

135En effet, surtout entre 1968 et 1975, le développement économique des villes entraîne une violente progression de la demande de main-d’œuvre (+36 % pour Mâcon, +28 % pour Chalon), alors que la population active résidente ne peut suffire à cette demande malgré sa forte croissance(+19 %). Durant la dernière période intercensitaire, l'importance du courant migratoire s'amplifie encore ; pour les trois villes, s'il représente le tiers des travailleurs en 1975, il équivaut environ à 43 % de celui-ci en 1982. Mais cette augmentation est alors plus due à la réduction en nombre de la population urbaine et à l'augmentation de celle des communes de périphérie qu'à la poursuite du développement économique, lui-même stoppé par la crise : le taux de chômage atteint aujourd'hui 12 % à Chalon.

136La teneur de nos sources nous conduit à étudier le changement relatif aux bassins d'emploi, d'une part, de 1968 à 1975, à Chalon et à Mâcon d’après les données de l'I.N.S.E.E., d’autre part, entre 1975 et 1982, essentiellement à partir des listes électorales des conseils de prud'hommes à Mâcon.

- L'évolution entre 1968 et 1975

  • 32 Cf. figures no 85, 86, p. 456-457, 459.

137La comparaison des cartes obtenues après dépouillement des données du R.G.P. de 1968 (sondage au quart)32 avec celles qui furent réalisées à partir des résultats de 1975 exprime combien est considérable l'étalement des zones de migrations alternantes durant cette période intercensitaire. Ainsi, en 1968, l'espace des migrations vers Chalon est réduit au Nord-Est du département ; il n’apparaît pas encore de véritable flux venu des villes de l’Ouest, et la mainmise sur la Bresse est à peine esquissée.

Fig. 84 : L’espace des migrations de travail de Chalon vers le communes de Saône et Loire, 1975

  • 33 Mâcon, accroissement des emplois de bureaux du secteur privé, 1972-1980 : +56 %. Source : ASSEDIC (...)

138A Mâcon, la différence est encore plus flagrante. Certes, la zone de migration est déjà étendue et diffuse à la fois, marquant en outre le rôle des axes de communication, mais elle souffre de l’absence d’un espace véritablement privilégié : le bassin de main-d’œuvre est alors réduit à quelques communes proches ; de plus, les cantons bressans ne sont guère attirés. En 1968 la ville paraît encore n'exercer qu'une maigre attraction sur son espace environnant. L'essor économique se déploie vraiment avec la fin des années soixante. Rappelons que la population active recensée au lieu de travail augmente de 36 % entre 1968 et 1975, que la zone industrielle Sud n'est entreprise qu'en 1965, et qu’en 1973 elle rassemble 1400 emplois alors que le secteur tertiaire est en pleine expansion33.

  • 34 - Variation du nombre des actifs au lieu de travail 1968-1975 à Chalon (agglomération, y compris S (...)

139A Chalon, le bassin d'emploi est déjà défini, spatialement identique à celui de 1975, par suite d'un développement économique plus précoce et plus important. Le vigoureux appel de main-d’œuvre émanant de Chalon entre 1968 et 1975 se traduit aussi, néanmoins, par un étalement spatial des migrations à toute la moitié septentrionale du département ; mais, proportionnellement, c'est le bassin d'emploi qui renforce son allégeance économique à l'égard de Chalon34 ; si donc l'espace de domination économique se met en place à Mâcon entre 1968 et 1975, celui de Chalon est déjà établi. L'essor de la période prolonge cet état de fait et renforce l'impact des migrations de travail. Aussi est-ce davantage le changement survenu à l'intérieur du bassin de main-d’œuvre qui nous permet de préciser la dynamique socio-économique de l'aire d'emploi de Chalon.

140La situation respective des différentes catégories socio-professionnelles se reproduit quasiment identique, de 1968 à 1975, à l'intérieur du bassin de main-d’œuvre et même de l’ensemble de la zone migratoire. Le bassin d'emploi donne une image fidèle des phénomènes migratoires qu’il rassemble en grande partie et de manière accrue (1968 : 63 %, 1975 : 70 %). La dernière auréole de la zone de migration résume les changements survenus, avec l'abaissement des catégories ouvrières (-7 %) et l'augmentation substantielle des classes 3 et 4 à salaires et qualifications élevés (+10 %). De même, si au total l'abaissement du taux migratoire masculin est notable et évoque un redéploiement des activités féminines, c'est cette même auréole qui accuse la plus forte variation en ce domaine (1968 : 83 %, 1975 : 77 %). Ainsi les éléments du changement se réalisent-ils tout d'abord, et avec le plus d'intensité, sur les marges de l'espace migratoire, le plus loin de la ville.

  • 35 Cf. figures no 81b et 85b, p. 443 et 457.

141En revanche, les relations à l'espace, dans l'intérieur du bassin de main-d’œuvre, des diverses catégories socio-professionnelles ont nettement évolué durant cette période intercensitaire35. Les disparités spatiales remarquées en 1975 se dessinent déjà en 1968 avec des translations propres à chaque groupe : les ouvriers, très nombreux en Bresse en 1968, sont installés dans les communes voisines de Chalon, alors que les professions aisées, venues déjà de l'Ouest, se situent dans les communes du pourtour du bassin. En 1975, ces derniers sont, certes, plus nombreux, mais ils habitent également dans des communes plus proches de la ville, alors que les ouvriers subissent un mouvement inverse laissant le champ libre aux employés, tant dans l'Est immédiat qu'au Sud. Quant aux patrons de l'industrie et du commerce encore peu nombreux en 1975, ils restent, bien sûr, à l'écart des mouvements migratoires en 1968 et ne proviennent que de quelques rares communes des coteaux.

Fig. 85a : L’espace des migrations de travail vers Chalon, 1968 ensemble des actifs

Fig.85 b : L'espace des migrations de travail vers Chalon, 1968, actifs selon leur C.S.P.

142La situation d'ensemble a donc relativement peu variée entre 1968 et 1975, à l'image du marché d'emploi de Chalon, demeuré semblable à lui-même, sauf en ce qui concerne l'emploi féminin. La mutation socio-spatiale s'est opérée à travers le bassin d'emploi dans le sens d'un renforcement des tendances existantes en 1968. En effet la division socio-professionnelle de l'espace est nettement plus marquée en 1975. Il aurait fallu pouvoir entreprendre cet examen très fin pour l'ensemble de la zone de migration afin de percevoir si sa dernière auréole, où les changements quantitatifs sont les plus importants, évolue en rééquilibrant la répartition spatiale, ou si, au contraire, elle accuse les disparités. Dans la mesure où la zone migratoire s'est largement étalée entre 1968 et 1975, mais en perdant de son importance relative, il n'est pas téméraire de penser que la situation apparue dans le bassin de main-d’œuvre et sécrétée par la ville se développe par simple contiguïté spatiale à l'image des transferts démographiques déjà étudiés.

143Enfin, la migration à l'intérieur de l’agglomération a subi également de notables variations. Outre le doublement du volume des mouvements de la commune de Chalon vers les communes de l’agglomération et entre celles-ci, il se remarque une évolution non négligeable des parts respectives des catégories socioprofessionnelles migrantes. Entre 1968 et 1975, les catégories 3-4 et 58 représentent 21 %, puis 32 %, de l'ensemble des flux de Chalon vers les communes de l'agglomération, alors que les catégories 671, composées en majorité d'ouvriers, passent de 74 à 67 %. On peut invoquer, pour expliquer ces variations, une amélioration globale de l'emploi ajoutée à une classification peut-être insuffisamment rigoureuse. Cependant nous savons combien l'économie de Chalon - et l’industrie en particulier - demeure liée à des tâches d'exécution. Aussi faut-il plutôt conclure à un rejet vers l'extérieur des travailleurs les moins qualifiés. Alors que les enjeux de l'espace urbain qui éclate atteignent leur paroxysme, ces populations se trouvent exclues de la ville, trop chère pour eux : nombre de résidents en 1968 se retrouvent migrants en 1975. Ainsi s'explique le déséquilibre socio-professionnel de l'ensemble de la zone migratoire qu'engendre la ville.

Fig. 86 : l’espace des migrations de travail vers Mâcon, 1968

- L'évolution entre 1975 et 1982

  • 36 Cf. figure no 87a, p. 462.

144En dépit de ses imperfections, la liste des électeurs aux conseils de prud’hommes conduit à retenir un flux migratoire, à destination de Mâcon, de 5 400 personnes ; celles-ci représentent en 1980 les salariés du secteur privé des entreprises de plus de 50 salariés. Compte-tenu de ces restrictions, si la répartition spatiale36 des salariés est difficilement comparable dans son ensemble à celle de 1975, en revanche les variations survenues à l'intérieur de la zone migratoire présentent un intérêt certain.

145D'une part, l'intensité des flux s’est accrue le long de la vallée de la Saône, et en particulier à partir des villes qui la jalonnent, quel que soit le niveau de ces villes. La remarque est vraie aussi bien pour les bourgades et petites villes comme Pont-de-Vaux, Thoissey et Tournus, Belleville, que pour les villes de taille comparable à celle de Mâcon, telles Villefranche et Chalon, ou encore pour la grande ville de Lyon. D'autre part, si l'on conserve les même critères de délimitation que pour les données de 1975, l'aire du bassin d'emploi paraît avoir peu varié : en revanche, l'intensité des flux s'est renforcée à l'intérieur de ce périmètre.

  • 37 Cf. figures no 87b, c, d, p. 463-465.

146De plus, l’examen de la répartition des différentes catégories de migrants37, selon les collèges électoraux des conseils de prud'hommes, confirme également, en 1980, les grandes tendances dessinées en 1968, renforcées en 1975.

147Les travailleurs de l’industrie représentent l'essentiel des migrants du secteur privé, avec une provenance marquée pour l'Ain (50 % contre 39 % pour la Saône-et-Loire). Sur les 35 communes de Bresse concernées, 21 possèdent plus de la moitié de leurs actifs migrants vers Mâcon inscrits dans le collège des salariés de l'industrie, alors qu’en rive droite 17 communes seulement, sur les 57 répertoriées, présentent cette même proportion ; et il s'agit surtout de communes du Sud, à proximité de la zone industrielle portuaire. A l'exception de quelques rares cas de communes très proches de la ville, telles Crottet ou Grièges dans l'Ain, il semble bien que les actifs migrants du secteur industriel proviennent des secteurs démographiques les plus déshérités, là où les anciens agriculteurs et leurs enfants se sont employés à la ville dans les seules entreprises encore créatrices d'emploi entre 1975 et 1980, et ne demandant pas d'aptitudes spéciales.

148Les actifs du commerce et des services d'une part, de l’encadrement d'autre part, offrent une image du bassin d'emploi complémentaire de celle que composent les salariés de l'industrie. Les flux des actifs du commerce et des services regroupent le tiers de la migration journalière et proviennent plus des départements voisins (le Rhône 39 %, l’Ain 31 %) que de la Saône-et-Loire (29 %). Outre, bien sûr les communes proches de la ville, lesquelles possèdent d'ailleurs une faible représentation de ces catégories d'actifs, ce sont les communes de la périphérie qui paraissent les plus concernées ; cela confirme que ces actifs ne répugnent pas à de longs trajets lorsqu'ils migrent journellement ; mais cela est vrai pour une minorité d'entre eux puisqu'ils sont largement sous-représentés dans le flux alternant, compte tenu de leur place restreinte dans les activités de la ville. Des remarques semblables sont suggérées par l'examen de la migration de travail du personnel d'encadrement ; celui-ci vient également plus du Rhône (23 %) que de la Saône-et-Loire (13 %) et de l'Ain (8 %).

149Le bassin d'emploi de Mâcon, en 1980, paraît bien être composé de plusieurs sous-espaces complémentaires, encore plus nettement distincts qu’antérieurement ; en particulier, le monde agricole - y compris le vignoble de qualité comme celui de l'appellation Pouilly-Fuissé - semble directement lié au pourvoi, vers l'industrie de la ville, de main-d’œuvre sans qualification. A l'inverse, les actifs à plus haut niveau professionnel, lorsqu'ils n'habitent pas l'agglomération ou la périphérie immédiate, résident beaucoup plus loin, en particulier dans les villes voisines, y compris Lyon. Mais, encore faut-il que la ville moyenne propose des emplois de qualification supérieure. Toutefois, en ce qui concerne le collège des professions d'encadrement, la prudence s'impose, en raison de l'amalgame certain qu'il sous-entend.

  • 38 Cf. figure no 88, p. 467.

150Pour Bourg, à seule fin d'établir un point de comparaison entre 1975 et 1982, nous avons élaboré la carte de l'aire de recrutement de R.V.I., le plus gros employeur de la ville38. Elle ne fait que confirmer l'étendue d'une zone migratoire privilégiée propre à la Bresse - Bresse de l'Ain ou Bresse louhannaise - allant de Louhans, au nord, à hauteur de Villars-les-Dombes, au sud, tout en englobant les plus proches cantons du Bugey. La concurrence de Chalon, de Mâcon, ou encore de Lyon, se lit toujours en négatif selon les mêmes limites. D'après cette seule vue d'ensemble, et relativement à l'espace de référence, aucun changement notable ne semble être survenu depuis 1975.

151L'examen des migrations de salariés de Kodak à Chalon dégage les mêmes conclusions ; si 52 % des salariés proviennent de l'agglomération, 17 % résident dans une seconde auréole de communes entourant l'unité urbaine, et 31 % dans une troisième auréole. Celle-ci est très étendue, et ses limites se situent, comme pour celle de l'ensemble des migrants en 1975, jusqu'à une cinquantaine de kilomètres de Chalon.

152En ce qui concerne la turbulence propre à l'agglomération de Chalon et sur laquelle nous renseigne succinctement le système MIRABELLE, on s'aperçoit que le volume et la direction des flux ont peu changé entre 1975 et 1982. Le nombre des migrants des communes de l’agglomération vers la commune de Chalon n'augmente que de 10 %, et il équivaut, invariablement, au double du flux inverse, si l'on s'en tient, bien sûr, à la définition que nous avons retenue en 1975 ; et les communes privilégiées, d'arrivée comme de départ, sont toujours celles qui ont bénéficié du desserrement industriel : aussi à Chatenoy-le-Royal s'ajoutent Saint-Rémy et Saint-Marcel. Il n'empêche que c'est toujours la commune-centre qui accueille le flot des travailleurs (88 % du flux).

Fig. 87a : Les migrations quotidiennes des travailleurs salariés du secteurs privé vers Mâcon, 1980 ensemble des migrants

Fig. 87b : Salariés de l’industrie, répartition communale

Fig. 87c : Salariées du commerce et des services, répartition communale

Fig. 87d : Salariés dits d’encadrements, répartition communale

153Comme, entre 1975 et 1982, l'ensemble du flux migratoire a augmenté en volume de 33 %, c'est bien parce que, relativement, le poids de l'agglomération s'est atténué ; l'intensification des retombées démographiques de Chalon sur une deuxième et troisième couronne de communes, la faiblesse du desserrement industriel hors agglomération, les conséquences de la crise industrielle dans les villes proches de Chalon, contribuent ensemble à accroître le flux des travailleurs en provenance du reste du bassin d'emploi (hors agglomération).

154Durant la dernière période intercensitaire, Chalon, Mâcon et Bourg accentuent donc leur pression sur leur espace de domination, en matière d’emploi, par renforcement de l'intensité des flux ; durant la précédente période intercensitaire, pour Bourg et Mâcon, le développement portait à la fois sur l'extension de l'aire et sur l'augmentation numérique des migrants ; la zone de Chalon s'était structurée plus précocement.

155L'absence de variation sensible, entre 1975 et 1982, dans faire de recrutement de la main-d’œuvre prouve - nous en avons ainsi conclu à propos des aires de chalandise - que l'espace de domination des villes semble être étale ; les transferts s'opèrent maintenant à l'intérieur des différents sous-ensembles spatiaux, lesquels transcrivent les conséquences des migrations définitives, en direction de la ville, de zones rurales plus lointaines à d'autres plus proches, mais surtout des migrations à partir de la ville. Dans la mesure où une bonne partie des ex-citadins demeure dans le bassin de main-d’œuvre, les conséquences des départs de la ville sont atténuées. Cependant, le poids important des salariés à professions peu qualifiées dans le flux migratoire journalier confirme combien la ville moyenne a tendance à retenir davantage les catégories socio professionnelles modestes. D'autre part, le jeu de ces migrations propage la division sociale intra-urbaine au-delà de la ville. L'organisation de l'espace de domination de la ville et son évolution résultent des articulations existantes entre les espaces de travail et les espaces d'habitat.

156L’étude des flux migratoires à partir de la ville, celle des aires de chalandise comme d'emploi, sont une même expression du changement urbain. La dynamique économique et la dynamique démographique témoignent, de façon complémentaire, d'un même schéma d'organisation.

II.3. UNE TRES RELATIVE INDEPENDANCE

157Si l'on s'en tient aux aires d'attraction commerciale ou d'emploi, Chalon, Mâcon et Bourg paraissent exercer là une influence peu partagée ; même les métropoles les plus proches en sont peu ou prou exclues, leurs relations à la ville moyenne, en particulier pour Dijon, sont assez distendues et relèvent davantage de liens administratifs obligés. L'influence lyonnaise se manifeste plus vigoureusement quant au commerce, à l'administration, aux services supérieurs, mais les flux migratoires relatifs à l'emploi, d’ordre journalier, demeurent restreints. Lorsque ce type d’attraction existe de manière sensible, il paraît davantage se traduire par des départs définitifs vers la grande ville.

Fig. 88 : Le bassin d’emploi de R.V.I. Bourg, 1982

158Tout cela ne signifie pas pour autant une totale autonomie de la ville moyenne ; si celle-ci règne, semble-t-il, sur un espace privilégié, sans subir par ailleurs de manière drastique le pouvoir d'une ville de rang supérieur, d'autres formes d'aliénation plus insidieuses existent, qui tempèrent cette apparente indépendance et trouvent leur origine dans l'organisation économique d'aujourd'hui, "dérégionalisée", voire "mondialisée". Les conséquences en sont dommageables en ce qui concerne la place des villes moyennes dans l'ensemble du système urbain français et leur rôle dans la polarisation des espaces.

II.31. La domination extra-régionale

159La décentralisation, la restructuration de l'industrie locale, la concentration des entreprises et du capital ont certes revigoré l'économie de nos villes moyennes à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. En revanche, le départ des sièges sociaux locaux ou le renforcement des pouvoirs des directions régionales dans les métropoles voisines, la mainmise du capital national et international, à quoi se sont ajoutées les conséquences négatives de nouvelles liaisons ferroviaires aisées avec Paris, ont ensemble contribué à réduire l'indépendance économique des trois villes.

  • 39 Cf. supra, chapitre I.22..

160Pour examiner plus avant ce phénomène et chercher si, en contrepartie, les villes ne possèdent pas en elles-mêmes des forces de résistance à l'ingérence extérieure, nous avons derechef exploité les réponses au questionnaire relatif à l'industrie des villes, proposé à un échantillon représentatif d'entreprises39. En effet, nombre de questions permettent de préciser cette interrogation : structure du capital, degré d'autonomie en matière d'investissements, de politique commerciale, d’organisation du travail et d’embauche, types et formes de production, rôle de la sous-traitance ; la marge d'indépendance des petites et moyennes entreprises à l'égard des grands groupes donneurs d'ordre témoigne de la santé de l'économie locale et de ses potentiels.

- Le rôle des groupes industriels et financiers

161En se référant à nouveau, pour une autre lecture, aux résultats relatifs la structure des entreprises, on s'aperçoit que la dépendance d'un siège social extérieur à la ville est grande, en particulier pour Chalon, puisque cette dépendance est liée à la taille de l'entreprise et, de ce fait, à son insertion dans un groupe financier national ou étranger. Même à Bourg, où le tissu industriel est composé en majorité de P.M.E., 30 % des entreprises - soient 56 % des salariés - ont leur siège social à l'extérieur ; à Chalon, les taux atteignent 35 % pour les entreprises, mais 73 % pour les salariés. De plus, certaines entreprises ayant conservé un siège social local sont en fait reliées à un groupe financier ou industriel ; cela porte alors à 83 % le nombre de salariés des entreprises de Chalon soumises à l'enquête qui travaillent dans des usines dépendant de groupes sous des formes variées : établissements, agences, ateliers, filiales, sociétés intégrées.

162Une investigation semblable menée sur la structure du capital des entreprises conduit aux mêmes conclusions. En s’appuyant sur l'exemple de la ville de Mâcon, en situation intermédiaire en ce domaine du financement entre Chalon et Bourg, il apparaît que le quart des effectifs des entreprises de plus de dix salariés du bassin d'emploi, soit près de 10 % de la population active, appartient à des entreprises à capital privé, national ou étranger. L'influence du financement extérieur sur l'économie locale est donc grande, même si lui échappent l'emploi public, l'artisanat, le petit commerce.

  • 40 La moyenne des effectifs est quatre fois plus forte que celle des entreprises à capital local.
  • 41 Pour Paribas : 6 entreprises locales, pour Suez : 7, et plus de 1000 emplois.

163Si le capital extérieur ne concerne pas certaines activités comme l'imprimerie, le travail du bois, ou s'il est minoritaire dans d'autres comme les textiles et l'habillement, le négoce du vin, il est en revanche important dans la métallurgie (55 % des salariés de la branche), et il est majoritaire dans les banques ou la construction électrique (91 % des salariés). Il intervient dans les branches à forte concentration d'effectifs40, liées aux marchés nationaux, voire internationaux. Framatome, à Chalon, est à ce titre un exemple parfait d’entreprise liée aux décisions politiques nationales et étrangères, nécessitant des investissements considérables en raison de son type et de ses techniques de production ; R.V.I., à Bourg, dépend lui aussi autant du marché national que du marché international. Pour le seul cas de Mâcon, on compte une dizaine de groupes financiers et d'entreprises multinationales, mais certains recouvrent plusieurs entreprises locales et, de ce fait, une large part de salariés en relèvent41.

164Les interventions extérieures à la région ont le plus souvent renforcé les liens de leurs établissements de villes moyennes avec la grande ville où est demeuré - ou parti - le siège social ou régional : les usines d'Alsthom sont reliées à la division régionale de Lyon et au siège social de Paris. Mais surtout, les cadres supérieurs détenant les fonctions de commandement sont maintenant absents de nos villes. Et leurs décisions, prises dans de lointains sièges sociaux, ne sont pas toujours conformes aux besoins locaux et n'honorent pas forcément les promesses d'un temps. A Mâcon comme à Chalon, en dépit d'investissements lourds mais hasardeux, Calor, vers 1975, et Rhône-Poulenc dans les années soixante, ont renoncé à s’implanter. Car les logiques du pouvoir répondent dès lors à des stratégies d'échelle nationale ou internationale, où le souci de la rentabilité du capital, allié aux impératifs politiques et économiques mondiaux, prime sur le devenir local. Par suite de la mondialisation de leurs intérêts, les grands groupes industriels et financiers ne se sentent pas concernés par les implications de décisions contradictoires parfois désastreuses pour la ville ; le plus souvent, les relations sont privilégiées avec les autres entreprises ou établissements du groupe aux dépens des relations de production - comme la sous-traitance - ou commerciales avec les autres entreprises locales, en particulier dans le domaine de la métallurgie.

165L'intégration au système économique national se mesure, de plus, par le degré de participation au marché national ou international, aussi bien à l'amont (les fournisseurs) qu'à l'aval (sous-traitance et commercialisation). Ce marché domine dans les activités de transformation des produits agricoles locaux (le vin, les cultures maraîchères, les volailles...) ainsi que dans celles qui fabriquent ou commercialisent des produits très spécialisés et/ou en très grande quantité (la métallurgie, la construction électrique, le textile, le bois, une partie de l'imprimerie et des services aux entreprises...). Enfin, la construction électrique, électronique et nucléaire, les entreprises de B.T.P. et de matériaux de construction sont en tout ou partie dépendantes des commandes publiques et des marchés de l'Etat. On peut cependant regretter qu'un chantier aussi important que celui du T.G.V. n’ait presque pas profité aux entreprises locales de B.T.P. qui se trouvaient dans l'impossibilité de soumissionner avec succès des marchés de grande envergure et à trop faibles marges bénéficiaires.

166La répartition des clients et des fournisseurs des entreprises chalonnaises ayant répondu à notre enquête illustre cette intégration des économies locales au marché national (pour les trois quarts des entreprises) et même international. On s'aperçoit que près d'un établissement sur deux agit presque exclusivement à ce niveau en ce qui concerne la clientèle (46 %), un peu plus relativement aux fournisseurs (52 %).

167On comprend alors combien la direction de l'économie de nos villes, du moins en ce qui concerne les activités primordiales, échappe de plus en plus au cadre local. Nous retrouvons là le paradoxe déjà dénoncé en matière d’aménagement urbain ; les aspirations du domaine local et celles qui relèvent d'un champ plus vaste - ici la production et le profit industriel et financier à un niveau parfois international - sont le plus souvent contradictoires.

  • 42 Cf. graphique no 34, p. 471.

168Cette situation conduit à un degré d'autonomie locale très faible42, et cela d'autant plus que la ville est plus industrialisée et aux mains des grands groupes. Les seuls pouvoirs de décision locaux importants concernent l'organisation du travail, l'embauche et la politique de formation. En fait, l'autonomie moyenne en matière d'embauche signifie que seule l'embauche du personnel de production et des agents de maîtrise dépend de l'autorité locale, alors que celle des cadres, de même que le plan de formation, relèvent du siège central ; seul le choix du personnel bénéficiant de formation est décidé sur place ; les investissements, la politique salariale et commerciale sont, dans l'ensemble, le fait de décisions du siège. La comparaison des deux cas extrêmes - Chalon et Bourg - montre bien que l'autonomie de Chalon est la plus réduite, dans la mesure où son industrie est plus soumise aux grands groupes industriels ou financiers, et où elle comporte moins de petites affaires. Le rôle aujourd'hui dévolu aux entreprises de Chalon, Mâcon et Bourg est restreint à celui d'agent recruteur de main-d’œuvre peu qualifiée, accessoirement formée sur place, et à celui de surveillant vigilant de la production et du salariat.

Graphique 34 : Degré d'autonomie des entreprises à Chalon et à Bourg, 1983
Source : enquête 1982-1983

- L’importance et les effets de la sous-traitance

169Même si la définition de la sous-traitance peut donner lieu à discussion dans la mesure où, trop vague, elle concerne "l'exécution d'une partie d'un travail confié dans sa totalité à un entrepreneur principal", l'appréciation de son importance, et des formes qu'elle revêt, permet à la fois de préciser l'interdépendance des entreprises de la ville et leur marge d’autonomie à l'égard des grands donneurs d'ordres.

170Dans certaines branches comme les verres et produits chimiques, les industries alimentaires, la sous-traitance est inexistante ; dans d'autres, comme le textile et l'habillement, elle est négligeable. Les grands donneurs d'ordres sont en fait les établissements métallurgiques, et pour certains la sous-traitance représente une large part du chiffre d'affaires : par exemple 43 % pour une entreprises d'assemblage de Chalon. On sous-traite également, dans la secteur du B.T.P., de nombreux travaux de sous-œuvre, mais de manière très irrégulière, et lorsqu'il s'agit d'importantes commandes globales. La part estimée de sous-traitance effectuée sur place - toutes branches confondues - reste assez faible : 30 % localement, 40 % dans les départements voisins, et le reste éparpillé dans toute la France, pour citer à nouveau le cas de Chalon. En réalité, à quelques exceptions près, l'industrie des trois villes ne dépend guère des fabrications extérieures : la moyenne du chiffre d’affaires réalisé en sous-traitance varie entre 2 et 5 %.

171C'est bien davantage l'inverse qui se produit car, à part la branche du verre et des produits chimiques et celle de l'agroalimentaire, toutes les autres branches sont concernées par la prise d'ordres, en particulier le bâtiment, les textiles, les matières plastiques, et surtout, là encore, la métallurgie. A Chalon, 80 % des entreprises métallurgiques sont sous-traitantes, quatre d’entre elles à 100 %, une à 75 %, une à 30 %. La sous-traitance en ce secteur concerne le plus souvent la mécanique générale, la chaudronnerie, les pièces de fonderie, les moules pour matières plastiques, l'outillage en petite série...

  • 43 En particulier Alsthom, Pont-à-Mousson, Gardy, Kodak, Merlin-Gerin, R.V.I., Creusot-Loire jusqu’à (...)
  • 44 Cf. tableau no 15. p. 480.
  • 45 Cf. taux de chômage pour le bassin d’emploi en février 1987 : 12,1 %, en mai 1988 : 10,8 % (pour l (...)

172Ces entreprises sont de petites affaires ; à Bourg, en mécanique générale, en chaudronnerie, dans les matières plastiques, l’effectif des salariés ne dépasse pas 10 personnes ; à Chalon il varie de 20 à 100 personnes pour la mécanique, la chaudronnerie, mais aussi l'usinage. Les donneurs d’ordres sont bien sûr les grosses entreprises locales43 ; à la fin de 1984, on estimait que 3000 salariés de la circonscription de la C.C.I. de Chalon dépendaient de Creusot-Loire par le jeu de la sous-traitance, et 4000 pour l'ensemble du département de la Saône-et-Loire. On conçoit aisément la catastrophe qu'a représentée, pour les petits preneurs d'ordres, la disparition du groupe, même si, dans les années qui la précédèrent, la sous-traitance s'était beaucoup réduite, abaissant les effectifs salariés concernés d’environ 25 %, et même si les dirigeants de Creusot-Loire avaient eu le souci de ne pas faire travailler une entreprise à plus de 20 %, en moyenne ; la situation s'est aggravée par le tassement général de l’emploi et la médiocrité des plans de charge dans tous les secteurs ; on ne s'étonne pas alors, après l'éclatement de Creusot-Loire (1984), de voir Chalon détenir le triste record du chômage en Saône-et-Loire44. Plus de deux ans après la reprise de Creusot-Loire par Usinor et Framatome sur le plan local, les effets néfastes en matière de sous-traitance comme d'emploi en général - ne sont pas encore compensés45 malgré une amélioration certaine.

173Si l'on ne se réfère plus au nombre de salariés dépendants ou au chiffre d'affaires réalisé, on s'aperçoit, par un simple décompte du nombre des donneurs d'ordres, qu'à Chalon, par exemple, 80 % d'entre eux sont localisés dans toute la France, avec une prédilection pour la région lyonnaise (17 %). C'est dire, comme nous l'avons observé à propos des entreprises chalonnaises dispensatrices de commandes, que les relations industrielles nouées du fait de la sous-traitance sont très éclatées, à la fois quant à la taille, la branche, les origines géographiques des établissements et la diversité des ordres et de leur contenu. La dispersion est d'autant plus accentuée que les grands donneurs d'ordres sont plus nombreux et plus puissants : les échanges se font alors de préférence entre les établissements du groupe.

174Un autre aspect de la dépendance à l'égard de l'extérieur est très souvent dénoncé par les chefs d'entreprise interrogés ; c’est, dans les trois villes, le manque de services élaborés : cabinets juridiques spécialisés dans le droit commercial international, cabinets d'expertise comptable de haut niveau, bureaux d’études et de conseils, maisons et courtiers d’import-export, services commerciaux à l'exportation... Nous savons, en effet, que le secteur tertiaire supérieur est généralement pauvre dans nos villes ; aussi de Chalon a-t-on recours aux services parisiens, de Bourg et Mâcon à ceux de Lyon. Il est vrai, cependant, que Paris, en ce domaine spécifique, tend de plus en plus à supplanter Lyon, et que d'autre part les grandes entreprises possèdent leurs propres bureaux spécialisés au siège, c’est-à-dire, encore le plus souvent, à Paris. Au total, la demande locale émane de quelques établissements qui ne pourraient justifier, à eux seuls, l'implantation de ces services rares dans une ville moyenne.

175La mainmise de l'extérieur sur l'économie locale, en particulier sur le secteur industriel, est donc très importante et s'exprime de multiples manières, qu'il s'agisse de l’intervention du capital extrarégional, des formes de commandement, des réseaux de production... Ces expressions sont souvent difficiles à apprécier, mais conduisent aux mêmes résultats : Chalon, Mâcon et Bourg sont devenues, aujourd'hui, les terrains d'action privilégiés des groupes nationaux et multinationaux dont elles dépendent étroitement.

176Toutefois, d'indiscutables signes d’autonomie existent, nés en partie et paradoxalement de la crise économique qui a révélé avec une douloureuse acuité les méfaits comme les bienfaits d’une domination d'origine extrarégionale.

II.32. Les potentiels locaux malgré la crise

- L'étendue de la crise

  • 46 Par exemple R.V.I. à Bourg emploie 1690 salariés en 1972, 1431 en 1983, 1290 en 1986. La baisse s’ (...)

177La crise est intervenue relativement tard à Chalon, Mâcon et Bourg, soit au début des années quatre-vingt ; cela ne nous surprend guère, étant donné les caractéristiques de leurs économies respectives. La présence, dans nos trois villes, de grandes entreprises intégrées à de puissants groupes financiers, celle d'une multitude de petites affaires aux productions diversifiées, conjuguées au rôle primordial du service public, en particulier à Bourg et à Mâcon, ont permis, durant près d’une décennie d'amortir les effets de la crise. Parce qu'elles disposent d'un centre de décision local et d'une organisation souple, les P.M.E. sont capables de réagir rapidement devant les difficultés. Cependant, elles sont aussi capables de s'effondrer soudainement, faute de marge de manœuvre suffisante, à la merci, dans une situation financière précaire, du moindre aléa dans la production ou la vente. Aussi, souffrent-elles d'une grande instabilité, y compris celles qui ont bénéficié de rachat ou de fusion ; en quelques années, elles peuvent changer plusieurs fois de mains, sans pour autant sortir d'un état de médiocrité devenu chronique pour certaines. Au contraire, les grosses entreprises, peu à peu restructurées, bénéficient parfois de commandes étalées sur le long terme, lesquelles maintiennent un temps des effectifs nombreux. Lorsque J.B. Charrier (1981) donne 43,7 emplois décentralisés à Chalon pour 1000 habitants en 1975, nous en obtenons près de 13 de plus en 1982. Et puis l'application de plans de mise à la retraite compense lentement les restrictions de personnel46.

178De plus, au début de la crise, une large part des activités des trois villes, bien que fortement liée aux marchés extérieurs, a bénéficié d'une conjoncture favorable : la construction électrique pour installations industrielles et nucléaires, la construction nucléaire, l'automobile, la transformation des produits agricoles, le commerce en gros du vin... Seuls le textile, la fabrication de cycles, l’électroménager, le B.T.P. et les fournisseurs de l’agriculture ont été gravement touchés. Les causes en sont multiples : la concurrence internationale (en particulier dans le textile et l'électroménager) et nationale (dans le B.T.P. avec l'arrivée d'entreprises qui jusqu'alors négligeaient les marchés locaux), la baisse du revenu agricole, l'encadrement du crédit, la réduction des commandes publiques, la crise pétrolière (spécialement dans la robinetterie industrielle).

179Peu à peu, en réaction aux difficultés rencontrées, et sans doute aussi par peur de l'avenir, dans la plupart des secteurs économiques - y compris les plus sains - les effectifs salariés ont été réduits par non remplacement des départs volontaires, eux-mêmes sollicités. De plus, les investissements ont été ralentis, sinon stoppés, et plus destinés à améliorer la productivité que les capacités de production. D'autre part, la baisse des effectifs dans les services publics et parapublics, la stagnation puis la restriction du pouvoir d'achat, ont fini par atteindre une partie du secteur des services, comme la banque et le commerce de détail, lui-même aux prises avec le processus de concentration. Enfin, des branches industrielles, jusque là soutenues par une conjoncture favorable, ont subi durement des renversements de situation par exemple le nucléaire - mais aussi la saturation des marchés - l’automobile - et la concurrence internationale. Cette dernière, ajoutée à des conditions spécifiques propres au secteur et aux groupes industriels concernés, met alors à mal la sidérurgie, en particulier l'ex-société Creusot-Loire.

  • 47 Par exemple, après Velosolex, Gutbrod (matériel de jardinage et de nettoyage, plus de 400 salariés (...)
  • 48 Il s'agit de Le Tanneur avec plus de 300 emplois en 1983.

180Aussi, à partir de 1982-1983, ne remarque-t-on pas seulement la poursuite du tassement de l'emploi, mais de nombreux "accidents industriels”. A Chalon, la branche du B.T.P., qui tenait là un rôle d'envergure nationale, perd 1000 emplois en moins de trois ans : la principale affaire ne conserve plus que le sixième de son personnel. Dans le même temps, les industries d'équipement sont privées de 2000 emplois : certains établissements de plusieurs centaines de salariés n'en possèdent plus que quelques dizaines. Même les grands groupes sont touchés : Saint-Gobain vitrage passe de 300 à 50 employés. Rappelons à Mâcon la fermeture de plusieurs établissements importants47, mais aussi les fortes réductions d’effectifs dans la construction électrique, l'imprimerie, à Bourg dans l'agro-alimentaire, les câbleries, l'automobile... alors que l'entreprise de maroquinerie dépose également son bilan48.

181Outre cette baisse prononcée de l'emploi, notre enquête de 1983 nous permet d’examiner, plus précisément, en matière d'investissements et de prospective, les premières formes sensibles de la crise qui s'installe. En se référant au cas le plus critique - celui de Chalon - on remarque tout d'abord la réduction rapide et importante du volume d'investissements. Entre 1981 et 1982, 15 % des chefs d'entreprises de l'échantillon d'enquête avouent n'avoir fait aucun investissement ; l'année suivante la proportion est de 38 %, et la moyenne des investissements baisse de 30 %. Une seule entreprise déclare un investissement supérieur à 10 % du chiffre d’affaires, contre trois en 1981 : la moyenne est alors d'environ 4 % si l'on prend en compte les investissements nuls ; elle tombe à moins de 3 % en 1982. Et si quelques branches offrent globalement une évolution positive des investissements, ces résultats sont en réalité assez artificiels, liés au petit nombre d'entreprises qui investissent : par exemple une seule grosse affaire dans le verre et les produits chimiques. Dans le B.T.P. la progression est d’autant plus forte et illusoire que le chiffre moyen de référence est plus bas, dû à un petit nombre d'entreprises encore en bonne santé (un tiers).

182Même si le taux d'investissements par salarié comporte des incertitudes liées au changement parfois brusque du nombre des emplois, et si la comparaison entre les diverses activités n'a guère de sens, ce taux permet néanmoins de constater, à l’intérieur des branches et tailles des entreprises, combien sont vives les difficultés rencontrées dans les plus grosses (-54 % pour celles de plus de 500 salariés) et dans la métallurgie et les textiles (-60 %) ; il faudrait citer aussi le B.T.P. pour lequel nous avons expliqué les résultats d’enquête, d'apparence contraire. Les petites entreprises, comme les plus grandes, enregistrent un perte brutale, alors que les moyennes se maintiennent plus aisément, protégées par leur souplesse de fonctionnement, la diversité et le volume de leurs productions.

183La nature des investissements accuse encore la gravité de la situation : le renouvellement du matériel est l'objectif prioritaire, parfois exclusif, les visées d'expansion sont rarissimes, la réduction du personnel très fréquente, compensée par l'amélioration de la productivité. Le plus inquiétant réside peut-être dans le fait que près de 40 % des entreprises de l’enquête n'ont aucun programme pour l'année à venir, et cela sans investissements passés substantiels qui pourraient justifier une pause. Les raisons avancées le plus souvent tiennent à l'état de médiocrité du marché, à la baisse des commandes (parfois de l'ordre de 40 % en un an), à l'absence de trésorerie, à l'endettement trop important, au refus, par les directions générales lointaines, d'une aide suffisante...

184Dans ces conditions, on comprend qu'à la fin de 1984 le marasme soit général dans nos trois villes, mais plus particulièrement à Chalon, qui connaît le plus mauvais bilan de son histoire, avec un taux de chômage de près de 14 % dans son bassin d'emploi, contre 11 % dans celui de Mâcon, et 7 % dans celui de Bourg, touchée plus tard que les autres et moins profondément, protégée par la structure de son économie.

- Les formes de résistance à la crise

185Un certain désengagement, vis à vis des problèmes locaux, des grandes directions industrielles, les conséquences désastreuses de la prépondérance d'une affaire importante, ajoutés à la gravité de la situation, ont conduit nombre de responsables des trois villes, animés par une volonté commune d'indépendance à l'égard des groupes industriels et financiers, à s'engager dans une politique de relance.

186Avec une vigueur et un esprit de coopération jusque là peu partagés, les principaux partenaires tentent de reconstituer le tissu industriel : préfectures, mairies, chambres de commerce, comités d'expansion, banques...

187La première démarche est la recherche de nouveaux marchés pour les entreprises existantes, c'est-à-dire, en raison du fléchissement du marché intérieur, le développement de l'exportation, trop longtemps négligée. Comme le montre encore, en 1983, l'exemple de Chalon, 60 % des entreprises soumises à l'enquête pratiquent la vente à l'exportation, mais dans des proportions très variables et dans l'ensemble restreintes ; seulement deux entreprises exportent en valeur plus de la moitié de leur chiffre d'affaires et, pour la majorité des entreprises, cette part se réduit à moins du dixième. Aussi les chambres de commerce aident-elles plus efficacement aux démarchages comme aux ventes à l'étranger (participations aux manifestations industrielles, rédaction des contrats...).

188On assiste, parallèlement, à des essais de reprise d'établissements en situation délicate, ainsi qu'à de nombreuses tentatives pour attirer, sous des formes variées, de nouvelles installations. Depuis 1982, la municipalité de Mâcon multiplie les interventions économiques : réemploi d'une usine abandonnée par rachat puis revente à une société, rachat et location-vente sur quinze ans, garantie de prêts... Le plus souvent, quelle que soit la ville, les efforts portent sur la renaissance de la petite industrie, en profitant de l'amélioration du niveau technologique que les grands donneurs d'ordres ont suscitée par l'intermédiaire de la sous-traitance ; ces petites affaires - créées ou recréées - emploient une dizaine de personnes ; elles produisent du matériel d'électronique, de la chaudronnerie, des produits alimentaires, des plastiques, des moules pour plastiques, généralement en sous-traitance. Cette forme de résistance à la crise, par l'innovation, n'est pas sans rappeler celle que décrit J.P. Houssel dans les milieux ruraux.

189Mais surtout Mâcon, Chalon, Bourg mettent ensemble l'accent sur la qualité de leurs situations respectives et l'excellence de leur desserte, sur les volontés locales de développement et les aides procurées ; chaque ville reprend à son compte le thème du "carrefour de l'Europe" et, comme l'écrit le maire de Mâcon, les trois maîtres-mots en matière de politique économique sont aujourd’hui : "aménager, accueillir, promouvoir".

  • 49 Par exemple, aides spéciales aux pôles de conversion (dont Chalon) coordonnées par la D.A.T.A.R., (...)
  • 50 Pour ne citer que les plus importantes :

190En complément des mesures nationales ou régionales49 visant à réduire le chômage et à résorber, en particulier en Saône-et-Loire, les effets désastreux de la chute de Creusot-Loire, voici que prolifèrent des structures locales destinées à accélérer le processus de reprise50.

191Enfin, le rôle joué par les banques régionales, ajouté à celui de l'Etat par l'intermédiaire de la Caisse des dépôts et consignations, est une des chances de nos villes moyennes et un gage d'indépendance économique. A cet égard, l'exemple de la banque à Bourg demeure des plus significatifs.

Fig.89 : L'influence du Crédit Agricole dans le département de l'Ain, 1983
Source : Crédit Agricole de l’Ain

  • 51 Elle ne dispose que de neuf guichets dans l'Ain.
  • 52 Cf figure no 89, p. 478.

192La Banque régionale de l'Ain et le Crédit Agricole dominent le réseau bancaire du département, où elles détiennent 60 % des guichets ; ils repoussent au-delà des limites départementales l'influence des grandes banques nationales lyonnaises ou régionales, telle la Banque populaire de Saône-et-Loire et de l'Ain51, ainsi qu'en témoigne l'audience du Crédit Agricole52. La Banque régionale de l'Ain et le Crédit Agricole interviennent plus spécialement auprès des P.M.E.-P.M.I., la seconde plus précisément dans le secteur de l'agro-alimentaire et des coopératives. Toutes deux jouent ensemble la carte du développement local, soit par un service efficace et rapide auprès des entreprises, soit par la participation au financement des grandes opérations de relance, comme celle du parc d'activités de la Chambière. Certes, l'influence bancaire de Lyon reste considérable sur le Sud du département, et pour les interventions très spéciales et d’envergure des grandes entreprises relatives à l'exportation, aux opérations immobilières, par exemple. Mais dans ce domaine comme dans d'autres, le Nord, et surtout la partie bressane de l'Ain, restent fortement gouvernés par Bourg : la ville apparaît comme une véritable petite place bancaire capable d'organiser une large part de la vie économique régionale.

  • 53 Cf. tableau no 15, p. 480.

193Trois ans de bons vouloirs et de combats se soldent par des résultats mitigés. Malgré une analyse comparative rendue délicate par les changements introduits successivement dans les modes de comptage, le chômage paraît s'abaisser sensiblement au cours de 1985, puis de 198653, et les créations de petites entreprises sont réelles. Au même moment, en prenant encore pour référence le seul cas de Chalon, on compte 111 dossiers traités à ce propos par la C.C.I., dont 63 % pour le bassin d'emploi de Chalon, où 78 % des dossiers ont abouti et représentent, pour moitié, des créations. Outre le secteur de la transformation des métaux, bien représenté (19 dossiers, 651 emplois), et résultant du reclassement du personnel de Creusot-Loire, se signalent deux secteurs absents jusque là : l'automatique et la transformation des matières plastiques. Il faut noter, de plus, 5 dossiers relatifs à des créations de bureaux d'études, 4 de prestations de services, tous susceptibles de créer des emplois ultérieurs.

  • 54 A Chalon : 48,3 %, à Mâcon : 48,4 %, à Bourg : 51,5 %, en France : 49,3 % (au 1.1. 1987).

194Même si en 1988 le chômage continue de régresser et approche le seuil national, les perspectives sont encore inquiétantes. La plupart des grandes entreprises annoncent encore des réductions du nombre de leurs salariés. Mais le plus alarmant est, sans doute, le poids toujours élevé des demandes d'emploi des 2549 ans54, des femmes, des jeunes ; ces deux derniers groupes formant d'autre part une population peu qualifiée : à Chalon, 85 % des femmes demandeurs d'emploi de moins de 25 ans possèdent un niveau de formation inférieur ou égal à celui d’un B.E.P. (brevet d'études professionnelles) ou d’un C.A.P. (certificat d'aptitude professionnelle) ; la proportion atteint 90 % chez les hommes. Enfin, il faut déplorer les dépôts de bilan de nombre des petites entreprises créées ces deux dernières années ; et, de toute manière, celles qui subsistent ne compensent qu’un faible nombre de demandes d'emploi.

Tableau 15 : Evolution du taux de chômage dans les bassins d'emploi de Chalon, Mâcon, Bourg 1983-1987

Tableau 15 : Evolution du taux de chômage dans les bassins d'emploi de Chalon, Mâcon, Bourg 1983-1987

(1) Calculs effectué d’après le R.G.P. 1975 jusqu’en février 1984, ce qui gonfle artificiellement les résultats. Ensuite calculs effectués d’après le R.G.P. 1982.
(2) Calculs effectués d’après le R.G.P. 1982.
(3) Les bases de calculs du taux de chômage sont modifiées à compter d’octobre 1986. Il ne saurait donc être question d’une stricte comparaison avec les données précédentes. De plus, le taux de chômage national est calculé par l’I.N.S.E.E en conformité avec les normes B.I.T., différentes de celles de comptages français.

195Les résistances à la crise apportent donc des résultats très insuffisants. La phase de "dynamisme récessif" qui atteint les économies des pays capitalistes, comme l’explique F.E.I. Hamilton (1985), perdure dans nos trois villes et leur région, comme ailleurs. En quelque sorte, la greffe, tentée sur un tissu industriel appauvri et désorganisé, prend difficilement. Les problèmes complexes que vivent ces villes, malgré des spécificités qui leur sont propres, dépassent le cadre local. Seuls les secteurs administratifs et commerciaux permettent de ne pas atteindre un seuil critique. Dans l'adversité, comme dans la réussite, à Chalon, Mâcon et Bourg l'indépendance économique demeure très restreinte. Elle se manifeste cependant à travers la maîtrise de l'espace régional.

Notes

1 Nous avons effectué le dépouillement de différents fichiers-clients par sondages systématiques ; le dépouillement exhaustif ainsi que celui de l’enquête Piatier à Mâcon sont dûs à C. Monnier dans le cadre d’un travail de stage de D.E.S.S. d’urbanisme, à l’Université Lumière de Lyon, que nous avons dirigé. En revanche, les enquêtes Piatier de Chalon et Bourg ont été dépouillées par Mme P. George, enquêtrice à l’U.A. 260, cependant que le contenu, la mise en place des enquêtes et l’exploitation des résultats nous ont incombé totalement.

2 Les cartes sont réalisées sur la base des limites communales établies au R.G.P. 1975, en tenant compte des regroupements communaux opérés auparavant, à l’exception de celui concernant la ville de Louhans en raison de la fusion - puis de la dénonciation de celle-ci avec quatre communes voisines.

3 Cf. figure no 67, p. 411.

4 Cf. figures no 70, 71, p. 417, 418.

5 Cf. figures no 68, 69, p. 413, 415.

6 Cf. figure no 70, p. 417.

7 Cf. figures no 68 et 69, p. 413 et 415.

8 Cf. figure no 71, p. 418.

9 Canton de Brénod, taux de variation annuel ; 1962-68 : -1,28 % ; 1968-75 : -1,52 % ; 1975-82 : +1,10 %.

10 Cf. figures no 67, 72, 73, 76, p. 411,422, 424, 430.

11 Cf. figures no 72 à 76, p. 422, 424, 426, 428, 430.

12 Agglomération (Louhans - Sornay - Branges - Chateaurenard), variation annuelle de population 1975-82 : -0,25 %.

13 R.G.P. 1982. Commune du Creusot : 32 149 habitants, agglomération : 44 389. Commune de Montceau-les-Mines : 26 925 habitants, agglomération : 51 290.

14 Cf. figures no 71, 74, 76, p. 418, 426, 430.

15 Une soixantaine de kilomètres.

16 Cf. figure no 77, p. 432.

17 Cf. livre I, première partie, chapitre III.

18 Compte tenu des conditions d'exploitation du R.G.P. de 1982 et annoncées très tôt, nous avons dès 1982 dépouillé les listes électorales des conseils de prud'hommes dont la constitution datait de 1980. A la fin de 1982 a eu lieu une nouvelle élection, primitivement imprévue, portant sur la base de collèges remaniés ; cette transformation ne nous permettant cependant pas d’obtenir de meilleurs résultats nous n’avons pas jugé utile de recommencer le dépouillement des fichiers électoraux.

19 Flux vers Mâcon : 7922 personnes, vers Bourg : 8379 personnes, vers Chalon : 10105 personnes.

20 A l'agglomération de Chalon (définition I.N.S.E.E. 1975) composée des communes de Chalon, Crissey, Chatenoy-Le-Royal, Chamforgeuil, Lux, Saint-Rémy, nous adjoignons celle de Saint-Marcel.

21 Cf. figures no 78, 79, 80, p. 438, 440, 441.

22 Rappelons l'exemple de communes comme Saint-Martin-en-Bresse, variation démographique 1962-1975 : -11,8 %.

23 Cf. figures no 81a, 82a, p. 442, 446.

24 Chalon, taux d'emploi féminin ; emploi industriel : 20 %, tertiaire privé : 50 %, tertiaire public : 30 %.

25 Cf. figures no 81 b, 82b, p. 443, 447.

26 Gergy, solde démographique 19621975 : +12 %.

27 Cf. figure no 83, p. 449.

28 Cf. livre I, première partie, chapitre III.32.

29 Commune de Chalon :

  • actifs au lieu de travail C.S.P. 3-4 : 20 %, C.S.P. 5-8 : 21 %
  • actifs au lieu d'habitat et migrant vers les communes de l'agglomération C.S.P. 3-4 : 13 %, C.S.P. 5-8 : 18 %.

30 Par jour : 412 personnes.

31 Mouvements journaliers de Chalon vers : Le Creusot : 20 dont 14 C.S.P. 34 ; Montceau-les-Mines : 35 dont 17 C.S.P. 3-4 ; Chagny : 55 dont 26 C.S.P. 34 ; Toumus : 24 dont 12 C.S.P. 3-4. Cf. figure no 84, p. 454.

32 Cf. figures no 85, 86, p. 456-457, 459.

33 Mâcon, accroissement des emplois de bureaux du secteur privé, 1972-1980 : +56 %. Source : ASSEDIC de Bourgogne, mouvement des effectifs salariés.

34 - Variation du nombre des actifs au lieu de travail 1968-1975 à Chalon (agglomération, y compris Saint-Marcel) : + 7500 personnes.
- Accroissement des migrations de travail 1968-1975 vers Chalon dans le bassin d’emploi : + 75 %, dans le reste de l’espace migratoire : +30 %, dans l’ensemble : +63 %.

35 Cf. figures no 81b et 85b, p. 443 et 457.

36 Cf. figure no 87a, p. 462.

37 Cf. figures no 87b, c, d, p. 463-465.

38 Cf. figure no 88, p. 467.

39 Cf. supra, chapitre I.22..

40 La moyenne des effectifs est quatre fois plus forte que celle des entreprises à capital local.

41 Pour Paribas : 6 entreprises locales, pour Suez : 7, et plus de 1000 emplois.

42 Cf. graphique no 34, p. 471.

43 En particulier Alsthom, Pont-à-Mousson, Gardy, Kodak, Merlin-Gerin, R.V.I., Creusot-Loire jusqu’à son dépôt de bilan.

44 Cf. tableau no 15. p. 480.

45 Cf. taux de chômage pour le bassin d’emploi en février 1987 : 12,1 %, en mai 1988 : 10,8 % (pour la Bourgogne : 9,5 % et la France : 10,3 %). Source : Direction départementale de l’emploi.

46 Par exemple R.V.I. à Bourg emploie 1690 salariés en 1972, 1431 en 1983, 1290 en 1986. La baisse s’est étalée sur 12 ans, et entre 1983 et 1986 elle correspond aux applications des plans de pré-retraites et de départs volontaires.

47 Par exemple, après Velosolex, Gutbrod (matériel de jardinage et de nettoyage, plus de 400 salariés en 1982), Tessier (textiles, plus de 100 salariés).

48 Il s'agit de Le Tanneur avec plus de 300 emplois en 1983.

49 Par exemple, aides spéciales aux pôles de conversion (dont Chalon) coordonnées par la D.A.T.A.R., aides du Fond national pour l’emploi, primes d’aménagement du territoire, primes régionales à l’emploi...

50 Pour ne citer que les plus importantes :

  • A.R.F.A.S. : Association pour le reclassement et la formation des anciens salariés de Creusot-Loire.
  • Sodicentre : filiale de Framatome et d’Usinor destinée à réanimer l’industrie locale.
  • A.P.E.M. 71 : Association pour la promotion des entreprises du secteur des métaux.
  • C.E.P.A.C. 71 : Centre de parrainage et d’accompagnement des créateurs d’entreprises.
  • S.I.V.P. : Structure pour le développement des stages d’initiation à la vie professionnelle.

51 Elle ne dispose que de neuf guichets dans l'Ain.

52 Cf figure no 89, p. 478.

53 Cf. tableau no 15, p. 480.

54 A Chalon : 48,3 %, à Mâcon : 48,4 %, à Bourg : 51,5 %, en France : 49,3 % (au 1.1. 1987).

Table des illustrations

Légende Fig.67 : Aire d'attraction commerciale de Mâcon, Chalon, Beaujeu, 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Légende Fig.68 : Aire d'attraction commerciale de Mâcon, Chalon, 1962Source : Institut d'Economie Régionale de Bourgogne Franche Compté.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Légende Fig.69 : Aire d'attraction commerciale de Mâcon, Chalon, 1972 Source : Institut d'Economie Régionale de Bourgogne Franche Compté.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Fig. 70 : Aire d’attraction commerciale de Chalon, 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Légende Fig. 71 : Aire d’attraction commerciale de Bourg, Lyon, 1981
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Légende Fig.72 : Aire d'attraction commerciale de Bourg, Cluny, La Clayette, Montceau-les-Mines, Belleville, 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig.73 : Aire d'attraction commerciale de Charolles, Pont-de-Veyle, Pont-de-Vaux, Tournus, Villefranche, 1980
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende Fig. 74 : Aire d’attraction commerciale de Dijon, Bourg, Le Creusot, Montceau les Mines, Beaune, Tournus, Louhans, 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Fig. 75 : Aire d'attraction commerciale de Lons-le-Saunier, Oyonnax, 1981
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig.76 : Aire d'attraction commerciale d'Ambérieu, Nantua, Belley, Genève, 1981
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Fig.77 : Le maillage urbain, modèle théorique
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 78 : L’espace des migrations de travail vers Chalon, 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Légende Fig. 79 : L’espace des migrations de travail vers Mâcon, 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Légende Fig. 80 : L’espace des migrations de travail vers Bourg, 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende Fig.81 a : Le bassin d'emploi de Chalon, 1975, actifs migrants masculinsSource : R.G.P. 1975 (exhaustif)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig.81 b : Le bassin d'emploi de Chalon, 1975, actifs migrants selon leur C.S.P.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Fig.82 a : Le bassin d'emploi de Mâcon, 1975, actifs migrants masculins Source : R.G.P. 1975 (exhaustif)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig.82 b : Le bassin d'emploi de Mâcon, 1975, actifs migrants selon leur C.S.P.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Fig.83 : Le bassin d'emploi de Bourg, 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 84 : L’espace des migrations de travail de Chalon vers le communes de Saône et Loire, 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Légende Fig. 85a : L’espace des migrations de travail vers Chalon, 1968 ensemble des actifs
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Fig.85 b : L'espace des migrations de travail vers Chalon, 1968, actifs selon leur C.S.P.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Fig. 86 : l’espace des migrations de travail vers Mâcon, 1968
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Légende Fig. 87a : Les migrations quotidiennes des travailleurs salariés du secteurs privé vers Mâcon, 1980 ensemble des migrants
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Fig. 87b : Salariés de l’industrie, répartition communale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende Fig. 87c : Salariées du commerce et des services, répartition communale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 87d : Salariés dits d’encadrements, répartition communale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende Fig. 88 : Le bassin d’emploi de R.V.I. Bourg, 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Légende Graphique 34 : Degré d'autonomie des entreprises à Chalon et à Bourg, 1983Source : enquête 1982-1983
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig.89 : L'influence du Crédit Agricole dans le département de l'Ain, 1983Source : Crédit Agricole de l’Ain
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 15 : Evolution du taux de chômage dans les bassins d'emploi de Chalon, Mâcon, Bourg 1983-1987
Légende (1) Calculs effectué d’après le R.G.P. 1975 jusqu’en février 1984, ce qui gonfle artificiellement les résultats. Ensuite calculs effectués d’après le R.G.P. 1982.(2) Calculs effectués d’après le R.G.P. 1982.(3) Les bases de calculs du taux de chômage sont modifiées à compter d’octobre 1986. Il ne saurait donc être question d’une stricte comparaison avec les données précédentes. De plus, le taux de chômage national est calculé par l’I.N.S.E.E en conformité avec les normes B.I.T., différentes de celles de comptages français.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8216/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search