Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Première partie : La dynamique économique

Chapitre I. L'éclatement des fonctions urbaines et la différenciation spatiale

Texte intégral

1Le changement économique de l’après-guerre s'amorce avec les années cinquante et s'accélère durant cette dernière décennie. Après le temps de l'immobilisme et des visées malthusiennes héritées du XIXe siècle et poursuivies sous la IVe République, s'esquisse une mutation du système capitaliste. De familiaux ou locaux, les capitaux deviennent nationaux ou internationaux, alors que se modernise l’appareil de production, que celle-ci se restructure et qu'une nouvelle localisation se met en place par le biais de la décentralisation et de l'aménagement. Dès lors, toute la géographie et tout le marché du travail s'en trouvent affectés, ainsi que la hiérarchie des professions et la qualification de la main-d’œuvre, de même que la répartition habituelle des grands secteurs d'activité.

2En ce qui concerne les villes étudiées, on assiste à la diversification des industries ainsi qu'à un renouveau du commerce sous des formes différentes de celles du passé. De près ou de loin, ces changements économiques contribuent au développement sans précédent du secteur tertiaire issu principalement du déploiement de l’administration et des services privés, eux-mêmes liés à l’accroissement démographique urbain. Car la ville offre aux ruraux du voisinage, par la masse d'emplois nouveaux dégagés, une solution à la fois à l'atonie et à la mutation du monde rural où l'agriculture devient tardivement une activité moderne.

3Cette transformation brutale du rythme des activités, alliée à leur diversification ou à leur spécialisation selon les cas, bouleverse certes les sociétés locales tant rurales qu'urbaines ; mais l'insertion de ces implants économiques, comme leur développement dans la ville, entraîne des effets mesurables à beaucoup plus court terme sur l'espace urbain ; celui-ci demeure à cet égard le meilleur témoin de la dynamique de la ville moyenne.

I.1. COMMERCE ET CENTRALITÉ URBAINE

  • 1 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre II.2.

4De par sa situation entre la petite ville liée au monde rural et la grande cité à vocation de capitale régionale, la ville moyenne jouit d’un rôle de relais dans la hiérarchie urbaine qui la conduit à offrir tous les biens et services indispensables aux populations locales, citadines ou rurales. Cette fonction commerciale dévolue aux villes moyennes est le plus souvent le résultat d'une longue histoire dans ces cités généralement anciennes, aptes à l’échange plus qu'à la fabrication. Mâcon, Chalon-sur-Saône et Bourg-en-Bresse ont développé tôt des fonctions commerciales1 que l'économie contemporaine et l’essor des moyens de communication ont maintenues et confortées.

5Citons pour mémoire les grandes foires internationales des XIVe et XVe siècles de Mâcon et surtout de Chalon, qui sont "l'écho des pulsations de l'Europe", comme l'a écrit H. Dubois (1976), ou encore celles plus tardives, de Bourg, au XVIIIe siècle. Davantage tournées vers le marché lyonnais, ces dernières permettent d'écouler bœufs gras et volailles de Bresse qui forment alors l'essentiel de la production locale. Héritière du monde médiéval, l'actuelle foire des sauvagines de Chalon, à l'issue de laquelle sont fixés les cours des peaux en France pour l'année, perpétue cette tradition de ville commerçante. De même, la foire nationale des vins de Mâcon attire des exposants venus de toute la France, et les marchés à bestiaux de Bourg ont acquis depuis longtemps une large célébrité ! Ces manifestations sont les témoignages tangibles de la puissance du commerce local, qui s'exprime par l’importance de son armature en centre-ville et à travers les enjeux urbains qu'il suscite, ainsi que par son audience régionale. La vitalité commerciale est telle qu'elle se traduit par l'emploi de 9 % des actifs de la commune à Chalon ou à Mâcon, 7,6 % à Bourg, d'après les résultats du recensement de 1982.

I.11. Le commerce, activité primordiale du centre-ville

- Une activité résiduelle

6Nous avons montré comment, au cours des trente dernières années, s'était fait jour une nouvelle logique de l'espace, s'exprimant par une spécialisation marquée des espaces urbains. Les stratégies des acteurs financiers, les choix des aménageurs comme ceux des populations concernées ont concouru à porter tous les efforts de construction sur la périphérie urbaine afin de faire face à la violence de l'accroissement démographique.

  • 2 Exemple de Mâcon : 52 % des commerces de l’agglomération sont installés en centre-ville et représe (...)

7Dans le même temps, l'artisanat a succombé peu à peu sous les coups de la standardisation et abandonné la place en centre-ville, alors que le développement industriel, lié à la reprise économique de l'après-guerre, rendait trop étroits les anciens locaux et justifiait les transferts et les créations d'entreprises dans les nouvelles zones industrielles installées elles aussi en périphérie. Privé de l'artisanat et de l'industrie, il ne demeure plus alors, en centre-ville, que l'administration d'une part, les services et le commerce d'autre part. Si nos trois villes sont des centres administratifs importants par leur fonction de chefs-lieux de département pour Mâcon et Bourg, et de sous-préfecture et siège de circonscription judiciaire pour Chalon, en revanche les services privés restent encore limités dans ces villes de niveau intermédiaire. Aussi, la fonction commerçante est-elle devenue l'activité maîtresse du centre-ville, même si une partie non négligeable du commerce s’est installée ou réinstallée en périphérie2. Cette omniprésence du commerce en centre-ville est particulièrement marquée à Mâcon, renforcée par le départ des principales directions de l'administration départementale. Comme les vieilles usines celles-ci ont quitté le centre-ville où leurs locaux anciens et étriqués ne correspondaient plus aux exigences d'aujourd'hui.

  • 3 Cf. figure no 46, p. 298.
  • 4 R.G.P. 1982 : variation relative 1975-82 de la population municipale : -2,5 %

8Face à de tels changements, nous avons vu que le centre-ville n'a pu que mal vieillir, qu'il s'agisse de la structure démographique et sociale ou de la situation d’un bâti laissé en l'état. Si l'on prend pour mémoire la seule évolution démographique du centre de Mâcon - dont les limites sont peu ou prou celles du secteur sauvegardé - on s'aperçoit que 40 % des îlots ont perdu plus de 30 % de leur population entre 1962 et 19753. Alors que le centre regroupe 22 % de la population communale en 1962, il n'en retient plus que 13 % en 1975 ; c'est-à-dire que le centre a perdu le quart de sa population lorsque la ville s'est accrue en nombre de la même proportion. A ce rythme, il a été calculé que le centre serait vide d'habitants à l'horizon du troisième millénaire ! Malgré les récentes mesures d'aménagement prises à son égard et en dépit d'un certain regain d'intérêt de la part des citadins, le centre-ville demeure encore un espace en crise alors que globalement la ville elle-même est entrée dans une phase de récession démographique4.

  • 5 Cf. tableau no 8, p. 302 et figure no 47, p. 300.

9Si bien que le centre-ville n'est plus guère le reflet social de la ville comme le prouve la répartition des catégories socioprofessionnelles en 1975 et en 1982 à Chalon-sur-Saône5. Les étrangers - en particulier les Portugais - sont nombreux dans le quartier Saint-Vincent, de même que les personnes âgées. En revanche, peu d'enfants y sont domiciliés, et le centre enregistre le plus fort taux de stabilité de l'habitat. En effet, cohabite avec une fraction de population immigrée, de personnel de service ou de jeunes ménages en transit, une population de vieux Chalonnais appartenant au monde du commerce, aux professions libérales, et surtout aux cadres moyens. Le centre retient donc plus particulièrement, et relativement à la répartition moyenne de sa population, les catégories extrêmes de ses groupes sociaux. Les résultats du R.G.P. 1982 montrent que cette représentation sociale du centre-ville, que l’on pouvait pressentir dès 1968, n'est pas affectée de manière sensible en dépit des mesures d'aménagement du centre déjà engagées.

Fig.46 : Mâcon, la population en centre-ville 1975. Source : R.G.P. 1962, 1975

10En revanche, parce que livré essentiellement au commerce, le centre-ville exprime par le dynamisme de ce dernier une grande part de la vitalité urbaine. Mais le commerce est-il suffisamment puissant pour recréer, à partir de ses lieux d'existence privilégiés, une cohésion spatiale peu à peu détruite par l’explosion urbaine ? Ou bien les mutations quantitatives et qualitatives de l'équipement commercial aggravent-elles encore la division de l'espace urbain ? Quel rôle peut-il enfin jouer dans la reconquête des centres-villes ?

11En effet l'activité commerciale a subi ces quinze dernières années une transformation telle que l'on a pu parler de "révolution commerciale", liée en particulier à l'explosion urbaine développée à partir des années soixante. Si "la ville est fille du commerce" - ce qui est spécialement vrai, ainsi que nous l'avons vu, pour Chalon, Mâcon et Bourg - il est possible aussi de renverser la proposition. Le commerce est également fils des mutations urbaines. Avec le déclin des centres-villes, la naissance de vastes quartiers périphériques, le commerce s'adapte et transcrit sa transformation dans la nouvelle organisation de l'espace où apparaissent alors de nouvelles règles économiques et sociales. Car deux logiques de croissance s'opposent dans un premier temps. D'une part celle du commerce qui évolue lentement dans des constructions héritées du passé, et du fait d’initiatives individuelles. D'autre part celle de la ville qui brutalement enfle, s'étale, croît avec démesure. Or, très vite les deux modèles évoqués se rejoignent. Aussi l'une des questions essentielles à la compréhension du changement urbain est-elle celle de cette double réaction de la ville et du commerce aux transformations simultanées de l'une et de l'autre et de l'une envers l'autre ; comme il s'agit de villes moyennes où l'activité commerciale est primordiale, l'interrogation est capitale.

- Les méthodes d'analyse

12L'analyse de l’appareil commercial urbain présente d'emblée de nombreux obstacles. Soumis à la loi du profit, le commerce est marqué le plus souvent du sceau de l'individualisme et de la discrétion, qui ne se prêtent guère l’un et l'autre aux investigations précises, ni à des études de synthèse auxquelles, devant les réticences affirmées des commerçants et les coûts élevés de la moindre enquête, renoncent en général des chambres de commerce et d'industrie elles-mêmes. En effet, l'ampleur du travail requis, la dispersion spatiale des points de vente, la complexité des règles du marché, les difficultés d'appréciation des modes et des surfaces de vente, des types de commerce et des revenus, à quoi s'ajoutent la nécessité d'évaluer les besoins et les désirs d'une clientèle encore plus insaisissable, ont le plus souvent raison des tentatives d'analyse du commerce local. Seules quelques notes de travail ou des petites études effectuées par les chambres de commerce et d'industrie, les associations de commerçants ou de consommateurs peuvent très modestement servir de base à un travail de réflexion relatif au commerce traditionnel. A propos de la grande distribution, les difficultés s'aplanissent dans la mesure où existent de nombreuses études réalisées afin d’exploiter au mieux un marché local âprement disputé par une concurrence très sévère. Mais encore faut-il tirer ces études du secret qui les entoure.

Fig.47 : Chalon, répartition de quelques groupes professionnels par quartiers 1975
Source : R.G.P. 1975

13Si bien qu'en raison même de la complexité du domaine à étudier, et en dépit de la valeur d'exemple que représente à plus d'un titre la fonction commerçante, les travaux relatifs au commerce sont demeurés longtemps à la fois empiriques, disparates et sans préoccupation méthodologique aucune. Cependant, avec l'explosion urbaine, l'amélioration du niveau de vie et le développement de la consommation des "trente glorieuses", l'étude du commerce se renouvelle en s'amplifiant et apparaît de plus en plus comme indispensable à la connaissance des économies, des sociétés contemporaines et de leurs implantations. Alors que s'élaborent les thèses relatives au commerce de détail de M. Coquery ou de A. Metton, un groupe de géographes s'efforce, à partir de 1975 environ, de définir des bases de recherche propres au thème du commerce qui autoriseraient des études comparées à partir de fondements moins empiriques. Ainsi les bases méthodologiques de nos recherches relatives au commerce sont-elles celles qui ont été établies par ce groupe de travail auquel nous avons nous-même participé. Toutefois, nous les avons adaptées aux cas de nos villes dans la mesure où l'échelle de référence diffère pour des villes de niveau intermédiaire et un cadre régional spécifique.

  • 6 Cf. infra, chapitre II. 1.

14Cependant, ainsi que nous l'avons déjà exprimé, l'étude du commerce de détail souffre de l’absence de travaux analytiques de base, et en ce qui concerne nos trois villes d'étude, seules existent deux enquêtes anciennes et partielles établies par les chambres de commerce et de l'industrie de Bourg et de Mâcon datant respectivement de 1977 et de 1975 et 1979, sans remise à jour depuis lors. Les travaux des chambres régionales - bien que le plus souvent de grande qualité - n’offrent que des synthèses qui autorisent quelques comparaisons statistiques interurbaines à l'échelon régional. Seule la Chambre Régionale de Bourgogne a entrepris en 1962 puis en 1972 des études de chalandise qui permettent d'établir a posteriori d'utiles constats sur le changement des aires d'attraction urbaine6. C'est dire que, dans l'ensemble, notre recherche sur le dynamisme commercial n'a bénéficié d'aucune référence de base suffisamment substantielle ou fiable, et que les sources de l'analyse ont dû, là encore, être constituées de toutes pièces.

I.12. L'équipement commercial et la bipolarisation spatiale et structurelle

  • 7 Ce résultat est obtenu d’après le R.G.P. 1975. Il s’élève en réalité à 18,2 points de vente par ha (...)
  • 8 Moyenne française 0,8 m2 de surface commerciale par habitant ; pour Mâcon 0,94 m2. Source C.R.C.I. (...)

15Mâcon, Chalon et Bourg possèdent toutes les trois une armature commerciale solide ; par exemple, Chalon, la mieux dotée, détient 1,24 m2 de surface commerciale par habitants et 17,7 points7 de vente pour 1 000 habitants, sans compter les nombreux forains du marché hebdomadaire et les commerçants ou producteurs du marché de gros journalier. Déjà en 1977, une étude de la Chambre Régionale du Commerce et de l'Industrie de Dijon classe Chalon au second rang des villes de Bourgogne pour l'ampleur de son commerce, devant Mâcon et Dijon8.

Tableau no 8 : Chalon, les groupes socio-professionnels 1975, 1982

Catégories socio-professionnelles

Chalon (%)

France (%)

R.G.P. 1975 (exhaustif)

Patrons de l'industrie et du commerce

6,5

7,8

Professions libérales, cadres supérieurs

6,1

6,7

Cadres moyens

14,0

12,7

Employés

20,4

17,6

Ouvriers

44,8

37,7

Personnel de service

5,9

5,7

R.G.P. 1982 (sondage au 1/4)

Artisans, commerçants, chefs d'entreprise

5,8

7,8

Cadres, professions intellectuelles supérieures

6,1

8,1

Professions intermédiaires

17,0

16,7

Employés

29,4

26,5

Ouvriers

39,0

33,2

N.B. : La classification nouvellement adoptée par l'I.N.S.E.E., pour la répartition des C.S.P. au R.G.P. 1982, ne permet pas une stricte comparaison de classe à classe entre les différents recensements.

  • 9 Cf. livre I, première partie, chapitre II.4.

16Cependant, afin de ne pas multiplier en vain les exemples, nous prendrons plus spécialement pour référence les villes de Chalon et Mâcon qui, au moins sur le plan des activités économiques globales, offrent les deux cas les plus différents. Comme nous l'avons vu9, Bourg se situe dans ce domaine entre Chalon, modèle de ville industrielle, et Mâcon ville tertiaire par excellence. Nous pensons ainsi parvenir à l'examen le plus large possible du commerce, de ses rapports subtils et complexes avec l'espace urbain et de ses effets inducteurs sur la dynamique des villes.

17Avec les transformations urbaines apparues dès les années soixante, le commerce de ville moyenne a subi une mutation remarquable traduite par une bipolarisation à la fois spatiale et structurelle opposant le centre à la périphérie, le petit commerce au libre-service, l'anomal à l'alimentaire, les biens de haute gamme des boutiques de luxe aux produits de masse des grandes surfaces...

- Le centre-ville et le commerce de détail traditionnel

  • 10 Cf. figure no 48a, p. 305.
  • 11 Les références toponymiques sont indiquées sur la figure no 19b, p. 159.
  • 12 Densité commerciale : nombre de boutiques par 100 m de rue ; pour la Grande Rue elle atteint 14,8.

18Avec plus de mille établissements commerciaux, Chalon10dispose d'une forte infrastructure commerçante dont la plus grande partie est installée dans le centre-ville traditionnel où il se répartit sur quelques rues privilégiées. La première de toutes est incontestablement la Grande Rue11 avec la plus forte densité commerciale12, suivie de près par l'axe transversal qui va de l'église Saint-Vincent à la place de l'Hôtel de Ville. Un second secteur commerçant se résume à quelques rues situées à l'autre extrémité de la place de l'Hôtel de Ville, en particulier rue Pasteur. Un troisième ensemble pourrait se réduire à deux grands axes ; l'un conduit de la gare à la place de l'Obélisque (densité : 9,5) et se poursuit jusqu'au début de l'avenue Monot, aux limites de l'ancienne commune de Saint-Jean-des-Vignes. Perpendiculairement, du quai à la rue des Remparts Saint-Pierre, le tracé urbain de la N.6 appelle également une densité importante de commerces, alors que les rues avoisinantes n’offrent dans l'ensemble que peu de boutiques, marquant ainsi un contraste brutal.

19Les trois places principales de Chalon - les places de Beaune et de l'Obélisque au nord-ouest, la place de l'Hôtel de Ville au sud-est - assurent la jonction entre ces trois noyaux commerçants. Le plus important est incontestablement celui de la Grande Rue, où les rues adjacentes ont ici un commerce plus étoffé qu’ailleurs, telle la rue aux Fèvres, la rue des Cloutiers, la rue du Blé... aux noms porteurs d'histoire. D’autre part, elles constituent, grâce à leur faible taille, un ensemble urbain commerçant ramassé, et très riche en boutiques. Il faudrait lui adjoindre la rue de Strasbourg dans l’île Saint-Laurent, dans le prolongement de la Grande Rue, mais séparé du centre par la coupure de la Saône.

  • 13 Cf. figure no 48b, p. 305.

20Dans cette délimitation des artères royales du commerce chalonnais se relit toute l’histoire du centre-ville. Chaque noyau commerçant13 rappelle un des temps forts de la croissance urbaine : la vieille ville gallo-romaine et médiévale, les faubourgs médiévaux, l'extension et les transformations du XIXe siècle. La Grande Rue n'est autre que la première voie de la ville romaine - le cardo latin ; le tracé de la rue aux Fèvres et de la rue Saint-Georges suit celui de l'ancien rempart du IVe siècle qui adossait la ville à la Saône. Au-delà se développèrent les faubourgs : Saint-Pierre au nord, Saint-Laurent au sud, Saint-Jean de Maisel au sud-ouest. Ce dernier affirme la pérennité de l'espace commerçant de la cité chalonnaise ; c'était le quartier des marchands, le lieu d'implantation de leurs loges et des foires. Aujourd'hui encore la foire des sauvagines s'y tient deux fois l'an...

21Au nord-ouest de la vieille ville s'étend la partie la plus récente du centre-ville, celle qui lut remaniée au XIXe siècle après la destruction de la Citadelle, le comblement du bassin de l'Obélisque et le transfert de la gare des voyageurs à l'ouest du nouveau boulevard de la République. Ici, le maillage des rues s'est aéré, le parcellaire s'est élargi et explique également la faiblesse des densités commerciales par rapport à celles des artères du vieux centre, où de minuscules parcelles étirées en longueur permettaient d'établir un maximum d'échoppes sur rue.

22Si le commerce contemporain trahit encore un passé parfois lointain, il dessine aussi sûrement le centre-ville d'aujourd'hui ; celui-ci recouvre l'extension de la ville au XVIe siècle, avec deux appendices, celui de la gare à l'ouest, celui de l'entrée dans la vieille ville à l'est. Au-delà, brutalement, les densités commerciales sont nulles - ou presque-, n'exprimant quelques points de vente de quartier que loin du centre, là où les grandes surfaces en libre-service ont été édifiées. Commerces de quartier, boutiques de dépannage de coins de rue, qui peu à peu se ferment, ne concurrencent guère les négoces des quelques voies commerçantes qui exercent une domination sans conteste. Ces boutiques assurent entre les trois grands quartiers commerçants du centre une liaison tout aussi tyrannique. Ainsi les rues Denon et Fructidor qui joignent le boulevard de la République à la place de l'Hôtel de Ville ne sont-elles pas des rues commerçantes ; seule la rue Général Leclerc assure ce relais.

  • 14 Cf. figures no 49a et 50, p. 307 et 309.

23La même constatation relative à l'emprise spatiale du commerce en centre-ville vaut pour Bourg ou pour Mâcon14 : les points de vente se concentrent le long des axes principaux ou au cœur de la vieille ville, d'une manière plus compacte dans la mesure où le centre n'a pas été remodelé comme à Chalon et maintient la trace du carrefour initial. Ainsi le commerce de Mâcon est bien celui d'un centre carrefour au croisement des voies fondamentales qui firent la fortune de la ville : la route nationale 79 et la route nationale 6, aujourd’hui détournée le long des quais. Les densités de boutiques y sont supérieures à 14, mais s'abaissent très vite en quittant le centre ainsi défini. L’axe nord (route de Strasbourg) montre une faible densité commerciale dans un quartier des plus anciens, peu peuplé, souvent vétuste, coupé du centre actif par la présence de la préfecture. Commerçant il y a encore trente ans, ce quartier n'offre plus guère que des commerces de produits quotidiens ou bien de services récemment installés dans les pas de portes délaissés par le commerce traditionnel ou l'artisanat. Il en est de même pour la rue qui lui fait pendant au sud (la rue de Lyon) où ferment les magasins "de bouche" et où surgissent les services, favorisés ici par l'apparition de quelques rénovations immobilières.

Fig. 48 : Chalon, le commerce en centre-ville

24A la fois trop près et trop loin du centre, la gare n'a pas créé de véritable quartier commerçant ; elle est seulement reliée au centre par deux grandes voies aux densités assez faibles (6 9). De même, les quais possèdent un commerce limité. Certes, la ville ne tourne pas le dos à la rivière comme le ferait plutôt sa voisine Chalon-sur-Saône ; mais elle porte la marque de l'ancien rempart protecteur, abattu tardivement, et où le commerce, implanté de ce fait plus récemment, n’a pas remplacé celui du centre-ville traditionnel. A l'inverse de Chalon, à Mâcon comme à Bourg, le vieux castrum ne comporte quasiment pas de boutiques. Plus tourné vers les services publics, il est vrai qu’il ne se prête guère aux échanges, avec sa voirie étroite, tortueuse et peu rénovée.

25Les fortes densités commerciales supérieures à 10 se rencontrent donc dans le centre historique où les boutiques sont les héritières des échoppes médiévales qui offrent seulement de 5 à 8 m de largeur de façade, alors que le bâti s'allonge à l’arrière sur 25 à 30 m par densifications successives. Dans ces conditions, on comprend en outre qu'un magasin de grande emprise au sol ne puisse guère se fixer en centre-ville. A Bourg, comme à Chalon, la présence des grandes surfaces dans le centre est liée à la possibilité d'une meilleure insertion dans les larges artères de la fin du XIXe siècle, telle l'avenue Alsace-Lorraine. A Mâcon, où le centre-ville est demeuré compact faute d’avoir été aéré au XIXe siècle, ce genre de commerce est repoussé aux franges du centre-ville, en périphérie immédiate.

  • 15 Cf. tableaux no 9, p. 311.

26Les brutales ruptures de densité commerciale observées à Chalon, et encore davantage à Mâcon, proviennent essentiellement de l'évolution récente des commerces de ces villes15. On s'aperçoit en effet que les commerces se sont multipliés dès les années cinquante, et surtout entre 1950 et 1967 : 44 % des commerces existants en 1975 dans l'agglomération se sont créés durant ces dix-sept années. Il est vrai que cela coïncide avec la grande période de croissance démographique. Les installations se réduisent en nombre entre 1968 et 1972 (23 %) et atteignent, entre 1973 et 1975, un taux inférieur à celui de l'avant-guerre (16 %).

27La répartition spatiale s'opère, certes, au profit du centre, qui accueille 56 % des commerces créés depuis 1950 ; mais le tiers des nouveaux négoces est né, dans le même temps, dans les quartiers périphériques ; car c'est l'époque où la ville s'élargit, rompt enfin avec ses limites du XIXe siècle, créant de nouveaux quartiers dépourvus de commerces.

Fig.49 : Mâcon, le commerce en centre-ville

28Ceci explique à la fois le développement des grandes surfaces de périphérie et la part importante des créations de commerces alimentaires destinés à ['approvisionnement des nouveaux citadins. Ces commerces alimentaires arrivent en tête de classement, avec 23 % du total des affaires créées ; ils sont suivis de près par les services qu'attirent la qualité du bâti des nouveaux immeubles de bon standing et des prix plus modérés que ceux que l'on pratique dans le centre.

29Ces phases de poussée du commerce de périphérie varient évidemment selon les villes en fonction de la politique d'aménagement choisie. Mais qu'il s'agisse de Chalon, où la concurrence s'exerce le plus précocement à l'égard du centre avec l'installation des centres commerciaux des Aubépins, de la Thalie ou des Prés Saint-Jean ; qu'il s'agisse encore de Bourg, où l'urbanisation excentrée est plus tardive avec l'achèvement de la Z.A.C. de la Croix-Blanche ou avec l'aménagement plus ponctuel, par exemple, du quartier des Vennes, et implique la mise en place de trois supermarchés entre 1981 et 1983 ; le centre-ville continue, au fil du temps, d'affirmer sa supériorité écrasante pour tous les types de commerce. La remarque vaut tout autant pour Mâcon, où est mis en place un second centre commercial en 1981, sur la zone industrielle des Bouchardes, au sud de l'agglomération, à la jonction de la nationale 6 et de l'autoroute A.6, autour d'un hypermarché. En effet, on remarque que plus du tiers des commerces de l'agglomération, dont le chiffre d'affaires baisse ou stagne, est composé de ceux de la périphérie du centre ville ; et parmi tous ces commerces péri-centraux seulement 7 % d'entre eux enregistrent un croît de plus de 20 % par an de leur chiffre d'affaires. Cette omniprésence du centre-ville s'exerce plus spécialement pour les commerces anomaux : 75 % des magasins d'équipement de la personne sont installés dans le centre, soit l'équivalent de plus de 85 % des surfaces utilisées par ce type de commerce dans l'agglomération mâconnaise. Seuls les commerces banaux du centre voient leur supériorité s’effriter sans pour autant être contestée. Il semblerait donc, de plus, que la permanence du commerce en centre-ville ne soit pas pour autant synonyme d'immobilisme.

30Ainsi, en dépit des transformations spatiales brutales subies par les villes, le commerce de centre-ville se maintient honorablement, alors que de nouvelles formes de distribution naissent et se développent rapidement. La contradiction paraît cependant profonde entre ces dernières et ce commerce de détail traditionnel hérité des formes du passé, géré par un capital familial et attendant la clientèle dans un court rayon de parcours pédestre. Pour, à l'évidence, ne pas avoir succombé aux coups sévères portés par les pratiques modernes du commerce de grandes surfaces de périphérie, le commerce de centre-ville a réussi, en contrepartie, à s'adapter. Cette réponse ne peut toutefois s'apprécier qu'après avoir mesuré la force que lui a opposé le commerce de périphérie, à la fois par sa localisation, ses modes de financement, ses méthodes de vente et les types de produits qu'il offre.

Fig. 30 : Bourg, les densités commerciales en centre-ville

-La périphérie et les commerces de grandes surfaces16

  • 16 Cf. figures no 51 abc, p. 314, 316, 318.
  • 17 Cf. tableaux no 9, p. 311

31Jusqu'en 1950, il n’est pas encore question d’envisager de développer des commerces en dehors du centre-ville autres que ceux des petits centres de quartier. Plus de 60 % des commerces installés dans l'agglomération de Mâcon datent d’avant 1950 en ce qui concerne le centre-ville17. Cette phase de prééminence du centre-ville commerçant se maintient encore jusque dans les années soixante, où 41 % des points de vente du centre-ville recensés en 1975 sont nés entre 1950 et 1967.

32Mais c’est justement la période où s'amorcent, avec les mutations urbaines, les mutations commerciales. Peu à peu, le nombre total de commerces a tendance à s'infléchir en dépit des nouvelles créations et du développement de la consommation. Alors que le centre se paupérise - ainsi le centre de Chalon perd plus de 22 % de ses habitants entre 1968 et 1975 - et que disparaissent les commerces banaux de centre-ville, faute de clientèle, de nouveaux quartiers périphériques se créent ; ils absorbent avec peine les nouveaux citadins trop nombreux et sont en revanche vides de commerces, au moins dans un premier temps. Citons le cas de Bourg, où la Z.A.C. de la Croix-Blanche n’accueille le premier hypermarché qu'en 1977, ou encore celui de Mâcon, où la Z.U.P. est achevée bien avant l'arrivée de la grande surface en 1970.

33Une nouvelle logique commerciale se met alors en place, où l'initiative individuelle n’a plus guère droit de cité : elle ne suffit plus à répondre aux récents besoins de la ville. Entre alors en lice le grand capital, jusque là peu présent dans la distribution des villes moyennes, où quelques grands magasins ou magasins populaires le représentaient modestement, le plus souvent par association avec un capital régional et familial qui s’est le premier intéressé à la nouveauté commerciale représentée par ce type de commerce. Le centre-ville ne paraît plus guère capable, par le jeu du commerce, de s'adapter aux mutations d'ensemble de la ville.

  • 18 Coteau étiré d’ouest en est des confins du Clunysois à la Saône, jalonné par les villages d’Igé, S (...)

34Or le centre-ville, s’il est socialement et démographiquement en perte de vitesse, apparaît d'autant plus nécessaire à l'acheteur qu'il reste alors le seul secteur d'achat de la ville en expansion, voire de la campagne environnante, où disparaissent également les commerces traditionnels. Ainsi, en 1977, un recensement du commerce des villages d’un coteau du Mâconnais18 situé à une dizaine de kilomètres au nord de Mâcon, montre la disparition progressive des commerces. Si quelques commerces essentiels de type alimentaire se maintiennent alors, non sans difficultés, aujourd'hui, ces dernières boutiques ont fermé, et certains villages ne possèdent même plus de café. Dans une région viticole, c’est là un phénomène que peu d'esprits auraient osé envisager il y a seulement une décennie !

Tableau no 9 a : Distribution des installations des établissements commerciaux à l'intérieur de chaque secteur de l'agglomération de Mâcon jusqu'en 1975 (en pourcentage)

périodes considérées

centre-ville

quartiers périphériques

communes périphériques

total

1973-75

66,2

27,3

6,5

100

1968-72

52,6

39,5

7,9

100

1950-67

54

29,6

16,4

100

avant 1950

61,2

30,6

8,2

100

jusqu'en 1975

56,9

31,7

11,4

100

Tableau no 9 b : Répartition des installations des établissements commerciaux à l'intérieur de chaque secteur de l'agglomération de Mâcon jusqu'en 1975 (en pourcentage)

périodes considérées

centre-ville

quartiers périphériques

communes périphériques

total

1973-75

18,3

13,6

8,9

15,7

1968-72

21,6

29

16,1

23,3

1950-67

41,4

40,6

62,5

43,6

avant 1950

18,7

16,8

12,5

17,4

jusqu'en 1975

100

100

100

100

35L'afflux de clients rend le centre-ville encore plus inadapté à la circulation ; l’étroite voirie séculaire est engorgée de manière endémique faute de parcs de stationnement suffisants, faute de plan de circulation, faute de place pour approvisionner les boutiques...

  • 19 Dès 1962 on compte 3 800 migrants journaliers. En 1975, 45 350 véhicules/jours sont recensés aux e (...)

36Le cas de Mâcon est particulièrement aigu ; en effet convergent, à la frontière même du centre-ville, le trafic intra-urbain, local, national et international, avec le croisement de la N.6 et la N.7919. Celle-ci aborde la ville, venant de l'est, par le pont de Saint-Laurent, qui ne comporte que deux voies de circulations. Il est l'unique passage d'eau jusqu'à l'ouverture du pont Nord, en février 1979, qui relie l'autoroute A.6 à la N.6 et à la N.79 en attendant la future A.40. Jusqu'à cette date, l'été, les files de voitures au pas cherchant à entrer dans la ville se mesuraient en dizaines de kilomètres.

37Des remarques du même ordre pourraient être reprises à l'égard de Chalon ou de Bourg où la saturation des trafics routiers est également dénoncée dès la publication des Livres blancs. Par exemple, celui de Bourg(1970) fait une large part à l'inadaptation de son réseau routier à la circulation contemporaine, qu'il s'agisse des voies pénétrantes ou du centre-ville. On peut lire, en caractères gras : "comme dans toutes les villes anciennes, le centre de Bourg-en-Bresse représente des rues étroites et inadaptées à la circulation actuelle". Ce sévère constat soutient bien sûr un projet de création de routes destinées à détourner le trafic du centre-ville. Il est vrai qu'à la date de publication du Livre blanc, environ 50 000 véhicules sont recensés journellement à l'entrée ou à la sortie de la ville.

  • 20 Raccordement de Chalon et de Mâcon à l’autoroute A.6, puis construction du pond sud de Chalon, et (...)

38Dans ce nouveau contexte urbain de la fin des années soixante, l'apparition du commerce péri-urbain est perçue comme la solution urgente à l'asphyxie de la ville et au sous-équipement des quartiers neufs. Alors que se mettent en place les grands axes de raccordement des villes aux autoroutes20, ou que des rocades extérieures permettent au trafic de longue distance d'éviter le centre-ville, le nouveau commerce qui s'implante s'adresse à une clientèle motorisée, à qui il offre des produits standardisés, à moindre coût et selon des techniques de vente séduisantes. Au nouvel ordre urbain né de l'explosion urbaine, de la création de nouveaux quartiers et de la mobilité des populations, correspond un nouvel ordre commercial. L’un reflétant l'autre, l'opposition centre-périphérie se renforce dans un premier temps et, dès lors, la fonction commerciale est spatialement partagée.

39Dès les années soixante-dix, nos trois villes sont l'objet de toute la sollicitude des investisseurs des nouvelles formes de distribution qui fondent leurs espoirs de profit sur le dénuement des nouveaux quartiers en matière de commerces. Desserte commerciale de proximité pour les ménages de ces quartiers, desserte aisée pour la population de toute la ville compte-tenu de l'évolution du commerce de centre-ville et des difficultés de circulation, desserte obligée pour les ruraux, qu'ils soient ou non des migrants alternants vers la ville où ils travaillent : les grands groupes de la distribution jouent gagnant sur tous les tableaux, et les villes moyennes deviennent très vite un enjeu de choix par le contact offert avec les populations rurales et le contraste présenté entre le centre et la périphérie.

  • 21 Supérette : magasin alimentaire en libre-service, de surface de vente comprise entre 120 et 400 m2.(...)

40Les premiers magasins en libre-service s'installent entre 1964 et 1970 dans la première couronne du développement urbain, péri-centrale en quelque sorte. Ce sont là, d'abord, quelques modestes supérettes21 avoisinant 300 m2 de surface de vente ; mais simultanément se développent des supermarchés comprenant de petits parcs de stationnement que le desserrement du bâti autorise. Cependant, en l'espace de quelques années, supérettes et supermarchés sont remplacés par des hypermarchés sans comparaison possible quant à leur volume. Le premier est créé à Mâcon en 1970, aux limites de la Z.U.P. Nord et de la Z.A.C. des Gautriats, avec 5 600 m2 de surface de vente ; un autre de même enseigne, avec 7 400 m2 de surface, est implanté à Chalon à 4 ans d'intervalle. Plus tardivement apparaît un hypermarché à Bourg, de 4 500 m2 de surface de vente, sur la Z.A.C. de la Croix-Blanche (1977) et une seconde grande surface est installée au sud de Mâcon (1981, 11 000 m2). Enfin, le dernier-né (1986) est l'hypermarché du Parc de la Chambière, au nord-ouest de Bourg : il est le plus vaste de tous (11 300 m2).

41On s'aperçoit ainsi que l'appareil commercial se moule dans le nouvel espace urbain, s'adaptant à celui-ci, trouvant un épanouissement maximal là où la ville s'est également répandue avec les plus fortes densités de population, au contact de communes elles-mêmes en pleine mutation. Au nouveau paysage urbain des Z.U.P. et des Z.A.C. correspond un nouveau paysage commercial composé de constructions souvent sommaires et d'apparence comparable, dont les produits sont tout aussi semblables et communs ; elles sont entourées de vastes parkings à proximité desquels d'autres magasins, participant du même système de vente, voient peu à peu le jour. Comme la stratégie d'implantation des investisseurs est liée à une desserte routière aisée et rapide - soit celle des grandes pénétrantes urbaines et des raccordements auto routiers - ce nouveau paysage commercial se reproduit quasiment à l'identique, sans originalité, d'une ville à l'autre, à l'image du cadre qui l'a vu naître. On remarque là un autre aspect de la banalisation de la ville moyenne déjà évoquée par ailleurs.

  • 22 Cf. infra, chapitre I.12 et I.13.

42Paradoxalement, c'est Mâcon qui rassemble le plus de surfaces de vente en hypermarché, avec quelque 17 000 m2 partagés entre deux points de vente. Si l'on addition ne toutes les surfaces de vente des magasins en libre-service, ainsi que celles des grands magasins et magasins populaires, Mâcon remporte encore la palme, devançant de peu Chalon (22 200 m2) mais largement Bourg (13 200 m2) jusqu'en 1986, lorsque celle-ci comble son écart (24 500 m2). Même si l'on prend en compte des considérations locales en relation avec la pugnacité des grands groupes ou l'habileté de leurs représentants, ainsi que la moindre résistance éventuelle de la Commission départementale d'urbanisme commercial (C.D.U.C.) aux pressions de ces groupes, l'importance relative du grand commerce à Mâcon prouve que la puissance du commerce local n'est pas en liaison directe avec le poids de sa démographie. Nous savons que Mâcon est la moins peuplée de nos trois villes. Là, intervient la puissance intrinsèque de la ville moyenne mesurée à son influence régionale, à son bassin de main-d’œuvre, à celui de ses migrants alternants, au niveau de vie et aux comportements des populations. Ville d'employés de bureau au contact du vignoble, aux marges de deux départements voisins, Mâcon bénéficie d'une large audience régionale que confirment l'étude de son niveau d’équipement commercial à la fois en volume et en qualité ainsi que celle de son aire de chalandise22.

Fig.51 a : Les points forts du commerce à Chalon

43Dans un deuxième temps, après la vente des produits courants et alimentaires selon les nouvelles normes, apparaît une autre génération de magasins de même type, qui nécessite aussi de grandes surfaces pour exposer le matériel, des parcs de stationnement, des voies d’accès aisées... D'ailleurs, hormis quelques rares magasins de meubles, de sanitaires ou de jardinerie à capital familial local, ces commerces sont aussi le plus souvent le fruit des investissements nationaux dans l'électroménager, le bricolage, la jardinerie, l'équipement de la maison (fauteuils, moquettes en particulier) sous des enseignes bien connues. Ils ne sont que l'expression d'un même phénomène transcrit en un premier temps dans la vente des produits alimentaires. Installés sur un même espace approprié, aménagé selon les besoins du consommateur et ceux de l'approvisionnement du magasin, ils constituent la version française des shopping-centers à l’américaine et reflètent, quelque soit la ville, des stratégies et des moyens identiques.

44Certains sont installés en site propre, parfois même sur les communes de l’agglomération dans une sorte de seconde couronne péri-urbaine. Ainsi vingt-et-un magasins vendant des produits d'équipement de la maison sont créés dans l'agglomération chalonnaise depuis 1970. Si l'on recense les surfaces de vente - hors la commune de Chalon - on constate que des 18 700 m2 appartenant à des magasins de plus de 400 m2, seulement 14 % sont destinés à des surfaces de vente de produits alimentaires.

45L'achèvement du centre des Bouchardes créé en 1981 sur la commune de Chaintré, au sud de Mâcon, entre la N.6, l'autoroute A.6 et la bretelle de jonction, porte alors aux environs de 40 % en 1986, et non plus à 36 % comme en 1975, la part des surfaces de vente installées dans les quartiers périphériques. En ce qui concerne les magasins à rayons multiples, la périphérie l'emporte également d'une manière fort large avec onze magasins contre trois en centre-ville. Au total, avec 93 500 m2 de surfaces de vente, la moyenne par habitant passe à Mâcon, en 1986, à 2 m2 par habitant, soit plus qu'un doublement en dix ans. Depuis 1979, 28 340 m2 de surfaces de vente de magasins de plus de 400 m2 ont été créés, augmentant de 41 % le plancher commercial de l'agglomération mâconnaise. Ces seuls chiffres traduisent l'ampleur de l'expansion du commerce de grandes surfaces durant cette dernière décennie.

Fig.51 b : Les points forts du commerce à Mâcon

46Aux environs de 1975 l'opposition centre/périphérie semble portée à son paroxysme. Les centres-villes dépérissent et leur commerce paraît devoir difficilement supporter l'épanouissement de la grande distribution qui accompagne l'expansion urbaine de périphérie. Cependant, nous avons montré combien la fonction commerciale demeure encore l'activité primordiale des centre-villes, et combien ceux-ci offrent aujourd’hui un appareil commercial vigoureux. En effet, en améliorant le niveau d'équipement, les commerçants des centres-villes ont fait pièce à la domination des grandes surfaces. La réponse du petit commerce, alliée à la politique du retour au centre-ville, ne manque pas d'intérêt dans la mesure où elle participe - tout comme l'expansion de la révolution commerciale - à un même processus : celui de l'adéquation au changement urbain. La double modification - spatiale et structurelle du commerce entre 1960 et 1975 ne serait-elle donc que le témoignage d'une transformation à la fois spatiale et socio-économique, effectuée tout d'abord selon un mode violent et en terme d'affrontement, pour faire place peu à peu à un modus vivendi où chaque type de commerce trouve profit et justification ? A l'opposition succéderait la complémentarité ; de par sa nature, le commerce propose une fidèle traduction à la fois du maillage et de la hiérarchie des espaces.

I.13. L'adaptation au changement

47A l'affaissement à la fois démographique et résidentiel du centre-ville correspond le développement d'une périphérie qui acquiert une fonction commerciale inconnue jusque là. Devant la crise du centre-ville et la réussite des nouvelles formes de distribution, on conçoit l'émoi et les réactions alarmistes des petits commerçants du centre. Il est significatif que durant cette période se multiplient les enquêtes auprès de la clientèle de la part des associations de commerçants et les études détaillées entreprises par les chambres de commerce et d'industrie sur la situation du commerce de détail.

48De fait, la transformation du centre-ville comme celle des quartiers périphériques porte au commerce central de sérieux coups. Mais encore faut-il nuancer : nous l'avons vu, le commerce ne cesse de se maintenir en centre-ville et seulement certains espaces centraux, seulement certains commerces sont affectés.

49De fait, l'évolution de l'appareil commercial du centre relève de la totalité des éléments qui sont eux-mêmes à l'origine du développement du commerce de périphérie et de la révolution commerciale, lesquels ne sont que les termes visibles de la relation de cause à effet. La transformation d'ensemble de la ville, les transferts et la mobilité de la population, les nouveaux choix des grands groupes financiers à l'égard de la distribution des produits courants, les nouvelles habitudes des consommateurs, l'évolution globale du niveau de vie comme l’entrée dans la crise économique, sont autant d'éléments dont les interactions sont responsables du changement du commerce de centre-ville.

Fig.51 c : Les points forts du commerce à Bourg

50Ce changement se mesure essentiellement de deux manières ; d'une part, par l'évolution de l'emprise spatiale et de la qualité de l'appareil commercial, de l'autre, par l'incidence réciproque de l'activité commerciale et de la transformation du centre-ville.

- L'hyper-centre et "l'affinage" commercial

  • 23 Indice de spécialisation : pourcentage de commerces de môme type dans une rue. La rubrique combust (...)

51En analysant chaque rue commerçante selon les catégories de produits vendus dans ses boutiques, il est possible d'établir une typologie des spécialisations commerciales indiquant le pourcentage de commerces de même type dans une rue considérée, lequel taux définit alors l'indice de spécialisation23. Nous avons retenu pour les rues unifonctionnelles, un indice de spécialisation supérieur ou égal à 40 %, et un indice supérieur ou égal à 30 % pour les rues plurifonctionnelles.

  • 24 Cf. figures no 52, 53, 54, p. 320, 323, 325.

52Au terme de l'enquête et du classement des points de vente, les cartes de spécialisations obtenues24 ne conservent plus que les rues à fortes densités commerciales, le plus souvent supérieures à 10, voire à 14 commerces pour 100 m de rue. Ce sont les rues royales de la chalandise ; elles définissent un espace commercial très restreint par rapport à l'ensemble du centre-ville, véritable hyper-centre tout entier voué au commerce anomal.

53C'est un nouveau maillage urbain qui surgit alors, sorte d'épure du centre-ville commerçant dont il met en évidence les principaux caractères. D'une part, il accuse encore l'archaïsme de l'entrelacement des rues issu des voies romaines, comme la Grande Rue chalonnaise, ou des rues médiévales que les toponymes conservent ; d'autre part, il s’est adapté à l'espace central. Par exemple, dans le centre de Mâcon, spécialement restreint (1,5 km d'est en ouest), il est limité aux trois rues commerçantes de la double fourche de la N.79 appuyée sur la rue Carnot, laquelle n'est autre que l'ancien tracé de la N.6 à travers la ville. L'hyper-centre s'étale au contraire beaucoup plus librement dans Bourg, dont la surface commerciale est spacieuse. Constitué en noyau unique, il indique que le centre d'échanges s'est pérennisé.

54En revanche, à Chalon, on retrouve un hyper-centre multinucléaire conformément à l'évolution de l'histoire urbaine. Le vieux centre historique est devenu l'apanage des commerces d’équipement de la personne ; peu à peu les boutiques de mode l'ont envahi (61 % dans la Grande Rue). Parfois jointives, elles ne laissent plus guère de place à l'équipement de la maison. Celui-ci réussit à disputer la place seulement dans la rue du Châtelet (équipement de la maison : 47 %, équipement de la personne : 32 %).

Fig.52 : Hyper-centre et spécialisations commerciales à Chalon

55Comme par le passé, les commerces de bouche représentent encore l'essentiel de l'antique rue au Fèvres, mais atteignent péniblement l'indice d'unifonctionnalité de 40 % ; une évolution timide s'y tait jour, en faveur des commerces de la personne (21 %), ou d'équipement de la maison, par des boutiques de petits objets d'artisanat, de souvenirs... qui remplacent de vieux magasins d'alimentation (épiceries, poissonneries). Le commerce alimentaire subsiste enfin dans deux axes isolés : la petite rue Pasteur, ainsi que la rue de la Citadelle, desservant tout un quartier quasiment dépourvu par ailleurs de commerces de ce type.

56Une troisième spécialisation se distingue nettement : celle des hôtels, bars, restaurants, associés le plus souvent à des fonctions de services, aux abords du vieux centre, près des bâtiments des services publics pourvoyeurs de clients, tels la gare, le palais de justice, l'hôtel de ville. Curieusement, cette catégorie de commerces n'a pas colonisé les quais, illustrant une nouvelle fois le peu de cas fait ici de la rivière. Ville besogneuse de commerce et d'industrie, Chalon tourne le dos à la Saône, n'exploitant pas les possibilités qu’elle offre de valoriser un site, à l'inverse de ce qui s'est produit et affirmé à Mâcon, où les quais sont considérés comme la parure de la ville. Cafés, restaurants, antiquaires en particulier retiennent le passant venu de près comme de loin.

57Le boulevard de la République est enfin le seul à offrir un grand nombre de commerces spécialisés dans les produits d'entretien de la personne. C'est le commerce de luxe par excellence, qui siège ici dans la plus belle artère de la ville, et qui témoigne du haut niveau du commerce chalonnais, par exemple dans le domaine de la fourrure. A Mâcon, ce type de spécialisation n'émerge pas, même si l'on distingue dispersés, quelques commerces de très haute gamme, comme dans l'habillement féminin ou la bijouterie-orfèvrerie ; à Bourg, le commerce de luxe est quasiment absent. Indépendamment d'un équipement supérieur en nombre, proportionnellement à la population desservie, le haut degré de spécialisation et de qualité manifesté par le commerce de détail de Chalon, prouve, dans ce domaine particulier, la suprématie régionale de la ville. En matière d'équipement commercial, la ville moyenne peut se hausser au niveau de la grande ville.

58Le changement dans le commerce de centre-ville s'opère donc par le jeu d'une spécialisation accrue dans les magasins de produits de haute gamme - relativement à la consommation locale-, d'équipement ou d'entretien de la personne ou encore d'équipement de la maison, comme les bijouteries, les parfumeries et les boutiques de vêtements, de décoration et de cadeaux... Mais cet affinage est la conséquence, d'une part, de la rétraction de l’espace commerçant, d'autre part, de la disparition de certains types de commerces au profit de ceux qui aujourd'hui se multiplient dans les centres-villes.

59Depuis les années cinquante, l’espace voué au commerce s'est restreint alors que, paradoxalement, a augmenté le nombre des commerces. Hors les rues à fortes densités de commerces, les boutiques ferment ; en revanche, ces artères de fortes densités accueillent un maximum de magasins. Ainsi s'est mis en place un hyper-centre commerçant où s'accroît la concentration des boutiques au détriment des rues adjacentes.

60Des rues du centre, à vocation commerciale il y a encore vingt ans, ont vu leurs commerces disparaître ou changer totalement. Citons pour mémoire la rue de Lyon, à Mâcon, où les commerces de produits banaux ont cédé la place à quelques restaurants et magasins de loisirs, mais plus encore à des services à caractères commerciaux comme les agences immobilières ou d'assurances. De la même manière, la partie septentrionale du centre de la ville (route de Strasbourg) montre une faible densité commerciale. Commerçant encore dans les années d'après-guerre, ce quartier n'offre plus guère que quelques commerces alimentaires ou des services ayant repris des pas de portes libérés.

  • 25 Dépouillement de la revue Vie économique de Saône-et-Loire. Edition de la C.C.I. de Mâcon-Charolle (...)

61Les nouveaux commerces se sont installés dans le maillage déjà existant, reprenant une échoppe d'artisan ou une partie de boutique revendue par un commerçant qui préfère rétrécir sa vitrine et la rendre en revanche plus attractive. C'est ainsi que peuvent s'accroître en nombre les magasins alors que l'espace commerçant se réduit. Mais le plus souvent, les créations sont des reprises d'anciens commerces avec mutation du type de vente : à Mâcon, l'on décompte 108 mouvements de fonds de commerce du 1er avril 1983 au 31 mars 198425. Des 45 magasins inventoriés à la rubrique ventes et cessions, plus de la moitié changent d'enseigne et de genre de produit. Parmi les 63 créations se distinguent 11 commerces ambulants, et il est significatif de voir les 52 autres commerces, sédentaires, se répartir en services à caractère commercial pour plus du tiers (dont 3 d'informatique de service), à égalité avec l'équipement de la maison et de la personne ; dans cette dernière rubrique, les boutiques de prêt à porter dominent largement avec une dizaine de créations. L'alimentaire se réduit à deux magasins de produits fins, mais trois restaurants de spécialités s'installent, ainsi que quatre commerces de type loisirs.

  • 26 Cf. figure no 49b, p. 307.

62C'est de cette manière qu'ont disparu ces quinze dernières années la plupart des petits magasins alimentaires, ou encore ceux dont les produits devenaient passéistes ou trop onéreux ; on ne compte plus un seul gantier ou tailleur à façon, et la petite épicerie de quartier n'a pas survécu aux transformations du centre, c'est-à-dire à sa perte sévère de population, ni à l'ouverture des grandes surfaces. Bien sûr, des commerces alimentaires se sont maintenus dans le centre26, mais plus luxueux que jadis (charcutiers-traiteurs, épiceries fines...) ou bien desservant une population abondante venant s'approvisionner au petit marché aux légumes de la bien nommée place aux Herbes à Mâcon, ou de la place Saint-Vincent à Chalon. Ainsi, ces commerces de bouche se trouvent essentiellement sur l'axe méridien de l'hyper-centre et expliquent que la rue Carnot demeure à Mâcon, par exception, plurifonctionnelle. La disparition de cinq commerces alimentaires ces quatre dernières années et la progression des magasins de vêtements tendent cependant à réduire cette originalité et à rendre plus homogènes les rues de l'hyper-centre quant à la spécialisation commerciale.

Fig. 53 : Hyper-centre et spécialement commerciales à Mâcon

63De même ont beaucoup régressé en nombre certains types de magasins d'équipement de la maison. Les drogueries ont disparu, comme la plupart des magasins de meubles, alors que se sont multipliés les commerces d'antiquités ou d'équipement de la profession. Les magasins de meubles ont eux aussi préféré installer des surfaces d'exposition à l'entrée de la ville, ouvertes au public même le dimanche. En revanche, les magasins d'équipement de la personne ont colonisé le centre : ils représentent 50 % des magasins de la rue de la Barre à Mâcon, de la Grande Rue à Chalon. Leurs vitrines, parfois jointives, offrent leurs étals pour tous les goûts, pour toutes les bourses, mais...non pour tous les âges : les jeunes consommateurs sont les plus sollicités.

64Cette évolution du centre commerçant se retrouve dans nombre de villes de niveau intermédiaire, miroirs de notre société où les approvisionnement de nourriture ont acquis des rythmes et des besoins différents, où les niveaux de vie se sont élevés, et où l'espace central a perdu sa capacité de lieu d'habitat. Il est également vrai que dans ces villes où le secteur tertiaire est très important - et spécialement à Mâcon et à Bourg - le rôle social du vêtement n'est pas négligeable, sans parler de la relative stabilité des emplois et des budgets du personnel de la fonction publique des villes de préfecture, qui permettent tant bien que mal de maintenir une apparence de train de vie à laquelle s'attache une incontestable valeur de reconnaissance sociale. Mais alors que s'affine ainsi le commerce de centre-ville, synonyme d'éviction du commerce banal et familial, toute une vie de quartier disparaît que soutenait le va-et-vient des chalands.

  • 27 figure no 65, p. 395.
  • 28 Cf. infra, chapitre I.3.

65Si l'affinage du centre est directement lié à la disparition de nombre de commerces, il l’est aussi à celle des échoppes de ces artisans dont le savoir-faire n'a pas supporté la production standardisée, l'élévation des coûts de main d'œuvre et l'évolution des goûts de la consommation de masse. La localisation des boutiques subsistantes27 montre qu'elle est semblable à celle des services à caractère commercial, sur lesquels nous reviendrons28. Sur le pourtour de l'hyper-centre commerçant se dessine nettement un espace central complémentaire colonisé par les services.

66Cette différenciation spatiale, très prononcée au regard des activités économiques de centre-ville, passe par des enjeux dont les principaux acteurs sont à l'origine du maintien du centre-ville comme pôle de dynamisme. La connaissance des politiques commerciales et de leurs incidences sur les transformations du centre représentent un autre élément de l'explication du changement en ville moyenne.

- Les politiques commerciales et les enjeux spatiaux

67Alors que les centres-villes sont remis à l’honneur, quel rôle le commerce a-t-il joué dans cette reprise du dynamisme ? Car, passé le premier choc d’un engouement pour les grandes surfaces périphériques, on remarque assez vite que les commerces du centre, non seulement survivent, mais, au moins globalement, reprennent vigueur, comme en témoignent la concentration spatiale et la spécialisation des produits vendus de plus en plus affirmées. Mais la réponse du commerce de centre-ville prend d'autres formes que celles qui sont directement perceptibles à la simple analyse.

* La réaction du petit commerce de centre-ville

  • 29 « Discount : formule de vente adoptée par les magasins en grande surface qui appliquent le slogan (...)

68La recherche du profit par la vente de produits de consommation s’est appuyée, en périphérie urbaine, sur les moindres coûts d’installation, sur l’utilisation des nouveaux axes de circulation, sur l’apparente liberté laissée à la clientèle ainsi que sur les pratiques du discount29 Il s’est ainsi développé un nouveau pôle de concurrence que les commerçants de centre-ville vont tenter de réduire et de transformer.

69La première réplique qui va de pair avec la rénovation des locaux est celle d’une publicité sur la qualité du service conforme à "l’idéologie humaniste" du commerce traditionnel. Pour renforcer l’attraction des boutiques, les animations de rue se multiplient sous formes de loteries, braderies... organisées par les associations de commerçants qui progressent également en nombre et en dynamisme.

  • 30 Concerne, pour le commerce de détail « la concession pour exploitation d’un fond de commerce ou d’ (...)

70C’est dire que l’individualisme du milieu commerçant cède peu à peu le pas à des formes de solidarité nées des nécessités d'une défense d'intérêts communs. Elles sont de plusieurs types, qu’il s'agisse d'achats groupés, d'appels à des services publicitaires ou de gestion par l'intermédiaire des associations professionnelles, ou encore de recours au système du franchising30 ou du succursalisme. Mais, plus que jamais, la libre concurrence est reine et le commerce se transforme ainsi pour ne pas disparaître.

71Si bien que le centre enregistre les plus fortes hausses de chiffres d'affaires... comme les plus fortes baisses. Par exemple. 46 % des commerces de l'agglomération mâconnaise dont le chiffre d'affaires décroît sont situés dans le centre, contre 31 dans les quartiers périphériques et 23 % dans les communes autres que Mâcon. Inversement, 58 % de l’ensemble des commerces de l’agglomération bénéficiant d'une hausse de plus de 20 % du chiffre d'affaires sont installés en centre-ville. C'est dire que tout n’est pas acquis d'avance en centre-ville, que tout peut se jouer. Il en est spécialement ainsi pour les commerces récents qui s'implantent parfois difficilement, en particulier lorsqu'il s'agit de capitaux indépendants, de même que pour les anciens commerces alimentaires, ou encore pour tous ceux qui ne sont pas ouverts sur les voies royales de la chalandise. Aussi assiste-t-on à une rotation rapide des commerces quant aux enseignes, aux gérances, aux propriétaires... La stabilité n'est qu'apparence, la turbulence du commerce intra-urbain est à l'image des enjeux représentés.

72La seconde réplique du commerce de centre-ville est plus directement liée à la répartition du capital mis en jeu. D'une part, afin de renforcer à la fois la concurrence et la complémentarité de la bipolarité spatiale et structurelle du commerce, les ténors du négoce traditionnel se lancent directement dans l'affrontement avec les grandes surfaces, en prenant place dans les boutiques des galeries marchandes, en multipliant les points de vente selon des produits différents ; en un mot, à une autre échelle, sont copiées les pratiques tant honnies !

73Il est vrai d'autre part, et réciproquement, qu'avec la reprise de l'activité du centre la grande distribution s'intéresse également à ce dernier, sous des formes nouvelles. Ainsi s'installent des supermarchés au cœur des villes chaque fois qu'une opportunité se présente. La reconquête du centre-ville est alors le support à une extension globale de faire de marché.

74Une troisième réplique du petit commerce central à la poussée des grandes surfaces de périphérie est perceptible à travers l'évolution du bâti des rues principales de la chalandise. Les aides consenties par l'Agence nationale pour l'amélioration de l’habitat et analysées pour les villes de Mâcon et Bourg depuis 1971 peuvent procurer un élément de réponse.

75Certes, les opérations d'amélioration immobilière ne relèvent pas toutes de cette aide de l'Etat, mais la grande majorité y participe à des degrés divers. S’il n'a pas été possible de mesurer le volume de la subvention par rapport au montant total des travaux, néanmoins a-t-on pu retenir pour quels types de travaux l'aide a été apportée. Sont distingués ceux qui concernent les toitures et cheminées, les façades extérieures, les installations sanitaires et de chauffage, les raccords à l'égout, au gaz, ainsi que les divers aménagements intérieurs... Deux cent treize subventions ont été allouées dans le secteur dit sauvegardé de Mâcon. Plus de la moitié ont permis des réfections de toitures ou des installations sanitaires et de chauffage. C'est dire que ces travaux élémentaires représentent un constat de vétusté et de long abandon du centre. Ils sont ceux de la première urgence ; seulement 20 % des subventions se rapportent aux façades.

  • 31 Cf. figure no 55, p. 329.

76La répartition géographique de ces travaux31 est également riche d'enseignement. La partie la plus ancienne de la ville est totalement oubliée. Le faubourg Saint-Antoine, pourtant dégradé lui aussi, mais peu commerçant, n'est guère aménagé non plus, alors que les rues de la Barre, Sigorgne, Carnot réunissent l'essentiel des travaux : ce sont justement les rues du négoce par excellence. Dans les deux premières, où le commerce de luxe s’est d'abord implanté, dans des îlots plus récents et moins laissés en l'état, ce sont les façades qui requièrent la majorité des subventions (plus du tiers). La rue Carnot, artère principale du vieux faubourg médiéval et devenue récemment une grande voie commerçante, regroupe plus du tiers des aménagements de type trois, c'est-à-dire relatifs aux sanitaires, au chauffage, au raccord à l’égout, au gaz. Voilà encore le signe de la dégradation de ce quartier à la fin des années soixante-dix. Mais c'est aussi la certitude que les rénovations sont liées au dynamisme commercial.

77A Bourg, deux îlots de l'hyper-centre ont reçu, de 1972 à 1982, des subventions pour amélioration de confort pour 42 % de leurs logements. Même si, là comme à Mâcon, les bénéficiaires des subventions de l'Α.Ν.Α.Η. ne sont pas toujours les commerçants de ces rues (l'enquête n'a pas pu le déterminer), ce sont bien les maisons des rues commerçantes qui sont rénovées ; et le commerce est de toute évidence le bénéficiaire des travaux par l'effet d'attraction induit, et à tout le moins est-il l’élément déterminant des choix de localisation de la restauration urbaine privée.

  • 32 Taux de logement : nombre de résidences principales par rapport au nombre d'étages par immeuble.

78D’autres signes de la mainmise du commerce en centre-ville apparaissent à l'étude de l'évolution du parc de logements. D’un recensement à l'autre, le nombre de logements vacants s'élève et des transferts d’affectation s'opèrent en faveur de locaux commerciaux : 35 % des demandes d'autorisation de changement d’affectation de logements en étages, dans le centre-ville, déposés en mairie de Bourg depuis 1958, visent une activité commerciale déclarée. En réalité, en dépit des contrôles limitatifs voulus par le législateur par l'application du Code de la construction et de l'habitat, puis par celle du Plan d'occupation des sols, nombre de transferts ont lieu sans caution ni trace administrative. Les commerçants qui utilisaient un logement au-dessus de leur boutique ont acquis ailleurs une résidence plus confortable ; de même, les baux ne sont pas renouvelés lors des départs de locataires. Si bien que peu à peu, sans qu'un contrôle puisse légalement s'exercer, ces petits immeubles de quelques étages à un ou deux logements par palier deviennent les bureaux, les pièces destinées au stockage, ou encore les prolongements, en étage, des surfaces de vente. La situation est difficilement réversible dans la mesure où l'agrandissement des boutiques a en général sup primé l'accès indépendant aux étages supérieurs inclus eux-mêmes dans le bail commercial. Aussi, nombre d'immeubles en centre-ville n'ont-ils plus qu'un taux de logement voisin de zéro32.

79Si le développement du commerce contribue à limiter l'habitat en centre ville, il agit à double sens sur la conservation du patrimoine immobilier. D'une part, il entraîne l'entretien et l'amélioration des façades destinées à la vente ; d'autre part, il laisse à l'abandon les pièces vouées à l'entrepôt, pourtant déjà inconfortables et vétustes. Faut-il encore attendre que la plus-value foncière s'élève davantage pour que les commerçants entretiennent l'intégralité des bâtiments en usage ?

Fig.55 : Mâcon, réfection d’immeubles subventionnés par l’A.Ν.Α.Η. dans le secteur sauvegardé
Source : Direction départementale de l'Equipement et Atelier municipal d'Urbanisme

80Moteur de l’activité de centre-ville, le commerce contribue non seulement à redéfinir celui-ci, mais aussi à le remodeler et le transformer, jusque dans son aspect.

* Les effets d'entraînement

81A ces réponses directes des commerçants de centre-ville à la menace qu'a fait naître la révolution commerciale, s'ajoutent celles, à la fois plus générales et plus spécifiques, qui sont liées respectivement à la politique économique de la France ou encore à l'aménagement urbain local.

82C'est en effet dans un contexte d'affrontement entre les deux formes de distribution commerciale qu'est née la loi Royer (déc. 1973), ou loi d'orientation du commerce et de l'artisanat, qui rend obligatoire, pour installer toute surface de vente de plus de 1 000 m2, d'en avoir l'autorisation délivrée par une Commission départementale d’urbanisme commercial. Il s’agit bien de rétablir l'équilibre entre le grand commerce de type récent et le petit commerce traditionnel. Dès lors, toutes les nouvelles tentatives d'implantation sont le plus souvent rejetées, ou donnent lieu à des difficultés multiples qui conduisent inévitablement à de sévères révisions à la baisse des surfaces de vente proposées. A Chalon, un projet de centre commercial a été plusieurs fois soumis à la C.D.U.C. - et chaque fois refusé ; il s'agit toujours du même terrain de 11 ha en rive gauche de la Saône et propriété de Schneider S.A. De la même manière, le projet de centre commercial au sud de l'agglomération à Saint-Loup-de-Varennes - en rive droite cette fois-ci - a été repoussé lui aussi à plusieurs reprises.

83On pourrait décrire les mêmes refus primitivement opposés au projet de création du centre commercial de la Chambière à Bourg. A Mâcon, la genèse du centre commercial des Bouchardes (1981) ne s'est pas non plus réalisée sans difficultés, mais la demande émanait, en l'occurrence, d’un groupe local que soutenait en particulier la C.C.I., elle-même à l'origine de la création de la zone industrielle support de l'opération.

84Aux réflexes conservateurs des petits commerçants faisant corps pour refuser le développement des grandes surfaces - tout en s'y ralliant lorsque des galeries marchandes accompagnent les nouvelles implantations-, s'ajoutent enfin les pressions exercées sur les élus locaux pour améliorer l'accessibilité du centre et lui redonner vie. Convergent alors les intérêts privés et l'intérêt général.

85L'hyper-centre commerçant est largement inscrit dans le cœur historique de Chalon, de Mâcon et de Bourg, où il est desservi par un maillage de rues né des bourgeonnements urbains de l'époque médiévale. Aussi les associations jouent-elles d'une influence déterminante pour mettre en place un plan de circulation, pour multiplier les parkings de proximité ou en linéaire de rue, avec un maximum de rotation possible des véhicules, et enfin pour définir le secteur piétonnier.

  • 33 Cf. figure no 53, p. 323.

86Car après l'expérience de Rouen (1972) et des autres grandes villes de France, les villes de taille moyenne tentent également "de rendre la ville aux piétons". Très vite (septembre 1978), Mâcon se dote d’un espace piétonnier permanent (une partie de la rue Carnot), imitée par Chalon, puis par Bourg. De portions de rue, on passe rapidement à des rues entières et si possible à un secteur de rues piétonnières sans solution de continuité, comme à Bourg dans la partie méridionale du centre-ville, ou à Chalon dans le centre historique. Mâcon offre une particularité longtemps dissuasive à l'extension de la zone piétonnière : l'axe est-ouest du centre, la très commerçante rue de la Barre, n'est autre que la N.6 traversant la ville. Bien qu'aujourd'hui cette rue soit rendue aux piétons, elle reste ouverte à la circulation des véhicules à vitesse réduite, en dépit de son exiguïté et en attendant un prochain déclassement ! Aussi le plateau piétonnier de Mâcon est-il encore constitué de plusieurs rues à cheminement discontinu.33

87Le développement des axes piétonniers a cependant connu d'abord une hostilité farouche de la part des commerçants du centre-ville, lesquels croyaient voir dans ces mesures une nouvelle atteinte à leurs intérêts. En réalité, très vite les associations de commerçants prennent l'attitude inverse, comprenant tout le parti à tirer de la réanimation de ces rues et de la réfection des chaussées, sans oublier la plus-value procurée aux biens immobiliers du fait de la rénovation qui accompagne la mise en secteur piétonnier et que les municipalités développent au moins pour quelques îlots ou monuments phares. A Chalon, l'îlot de la cathédrale Saint-Vincent est adossé aux premières rues piétonnières ; à Mâcon, l’hospice de la Charité offre une très belle façade du XVIIIe siècle à la rue Carnot ; à Bourg, c’est l’hôtel des Marrons de Meillonnas (XVIIIe siècle) pour la rue Teynière, ou encore l’église Notre-Dame (XV-XVIe siècle), en bordure du plateau piétonnier, qui font peau neuve. La meilleure image de marque d'un centre désormais plus attractif profite dès lors aussi bien aux intérêts privés des commerçants, des propriétaires, des promoteurs immobiliers qu'à ceux des équipes municipales qui valorisent globalement l'espace public dont elles ont la charge.

  • 34 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III.23 et III.3.

88Il faut alors relier la volonté des commerçants de renforcer le pouvoir d'attraction du centre-ville aux aménagements mis en place par les municipalités, en particulier par les possibilités qu'offrent les Opérations d'amélioration de l’habitat, et surtout les contrats de ville moyenne à Chalon ou à Bourg34.

89La convergence d’intérêts pourtant parfois très éloignés, ainsi que les procédures nouvelles d'aménagement, expliquent à la fois la rapidité et le succès des opérations de "retour au centre-ville" qui ont, en une décennie, transformé radicalement le paysage urbain.

90Car les effets d'entraînement sont multiples, qui conduisent les rues piétonnières à concentrer encore davantage les réfections possibles, à profiter d’une augmentation maximale des prix du sol et des coûts fonciers en général. Dans les mois qui suivent une mise en secteur piétonnier, on constate une rapide activation des investissements opérés par les commerçants, le plus souvent pour une reprise complète de l'aménagement intérieur ou la réfection des vitrines. Dans le même temps, les changements d'activité se multiplient au détriment des commerces quotidiens et au profit des commerces de luxe ou très spécialisés ; à quoi il convient d'ajouter des changements de propriétaires sans transformation d'activité, mais avec élévation du niveau de gamme des produits vendus. Par ailleurs, on assiste à une timide diffusion du dynamisme affectant les rues piétonnières sur les franges immédiates de celles-ci.

Schéma 4 : Dynamique commerciale et fonctionnalité urbaine

91A terme, l'aménagement de secteurs piétonniers aboutit à l'accélération de l'affinage commercial et à l'augmentation du standing des boutiques, ainsi qu'à l’aggravation des mutations apparues durant ces dix dernières années en centre-ville. Les contrastes n'ont fait que s'exacerber entre un espace central réévalué, avec ses portions laissées en l'état, et un espace péri-urbain qui n'est plus guère l'objet des enjeux d'aujourd'hui. Néanmoins, du seul point de vue de la rentabilité de l’investissement commercial et de ses conséquences sur l'espace urbain, centre et périphérie sont devenus plus complémentaires que concurrents.

  • 35 Cf. schéma no 4, p. 332.

92La fonction de centralité, un moment mise en cause par le renouveau commercial, se trouve maintenue et transformée par les réactions qu'entraîne ce même renouveau, lequel traduit un des aspects de la dynamique des villes. Les transformations des activités commerciales, par le changement quelles introduisent dans les relations fonctionnelles des différents ensembles qui constituent l'espace urbain, contribuent directement à modifier le paysage de la ville35.

1.2. INDUSTRIALISATION ET DESINDUSTRIALISATION

93Si un renouveau dans la stratégie du profit commercial engendre une logique parti culière de l'espace, un changement du même ordre conduit aux mêmes effets dans le domaine de l'industrie. Avec la domination des groupes nationaux et transnationaux, les nouvelles logiques de structuration de l’appareil de production remettent en cause les espaces habituels de production. Si bien que l’on assiste à la concentration des unités de production ainsi qu’à leur décentralisation, à la réorganisation du travail et de l’appareil de production par sa modernisation et sa restructuration. Alors que déclinent, voire disparaissent, les modes de production traditionnels tels que ceux des artisans ou des petits patrons de l’industrie, s'affirme la division du travail, mais aussi, tout à la fois, la déqualification du travail ouvrier et le développement de régions sans tradition industrielle. Dès lors, le faible niveau de qualification recherché rend aisé le recrutement de la main-d’œuvre ; en revanche, le grand nombre de salariés requis tempère cette facilité.

94Dans ce contexte particulier, Chalon, Mâcon et Bourg se retrouvent là encore au cœur des changements industriels. L'importance des transformations subies à partir des années soixante, et en particulier la présence d’une main-d’œuvre abondante venue des campagnes proches - et généralement peu qualifiée - favorise la reprise industrielle. A Chalon, une tradition industrielle et technologique préexiste, qui facilite l'installation ou le déploiement d’industries plus exigeantes en matière de savoir-faire ; à Bourg et à Mâcon, la création d'industries est une nécessité impérieuse pour faire vivre les nouveaux citadins. Aussi, avec des aspects différents selon les villes, l’industrialisation prend-elle forme ou à tout le moins connaît-elle une nouvelle jouvence, assortie d'une diversification des productions destinée à créer richesses et emplois nouveaux susceptibles de soutenir et d'accroître le violent apport de population ; c'est-à-dire d’offrir en même temps une solution aux problèmes du monde rural environnant. Mais, en tout état de cause, la reprise de l'industrialisation s'effectue, selon chaque ville, en fonction de l'acquis industriel et des mesures locales d'aménagement chargées d'attirer de nouveaux investissements.

I.21. Le poids du passé

  • 36 Cf. livre I, première partie, chapitre II.2.

95En 195436, Chalon apparaît comme une cité industrielle, alors que Bourg et Mâcon vivent davantage de commerce et d'administration. Ces contextes différents, alliés à des facilités d'échanges également propres à chacune des villes, conditionnent en partie le renouveau industriel.

- Chalon : un passé industriel

96L'industrie naît tôt à Chalon, en un temps où la localisation est impérativement liée à la présence de matières premières ou à un approvisionnement aisé. C'est ainsi que Chalon se trouve reliée dès la fin du XVIIIe siècle au bassin minier de l'Ouest de son département, grâce à l'achèvement en 1793, du canal du Charolais, dénommé plus tard canal du Centre. Si la voie d'eau permet de commercialiser les produits des villes minières, elle autorise aussi le transport des matières premières ou des produits semi finis qui, à leur tour, alimentent de nouveaux centres de production. Sans doute est-ce à l'origine la chance incontestable de Chalon de bénéficier, avec une situation de carre four mettant en relation les bassins de la Loire et de la Seine à ceux de la Saône et du Rhône, de la proximité des gisements de fer et de charbon des bassins du Creusot et de Blanzy - Montceau-les-Mines, au débouché du sillon industriel Dheune-Bourbince.

  • 37 Mines de fer et de charbon sont utilisées dès le Moyen Age. Mais les usines prennent le pas sur le (...)
  • 38 Ainsi le « Consortium Chalonnais » (17 membres) a-t’il sauvé de la mine par rachat (le 25.11.1835) (...)

97Ici l'innovation industrielle est remarquable. A la fin du XVIIIe siècle naît un centre industriel intégré37 associant mines de charbon et forges, où pour la première fois est produite la fonte au coke. Ce complexe original, racheté en 1836 par Eugène et Adolphe Schneider, devient alors en quelques années la plus puissante entreprise française. P. Lévêque (1978) explique que dix ans après son rachat elle produit 20 000 t. de fonte, autant de fer, et, avec l'atelier de Chalon, occupe 3 000 ouvriers. Dès 1839, les frères Schneider ont installé à Chalon, en rive gauche de la Saône, une nouvelle usine dite du Petit Creusot. Les liens entre Le Creusot et Chalon sont étroits : les notables chalonnais - banquiers, entrepreneurs en particulier - s'intéressent depuis longtemps aux mines de Blanzy et aux ateliers du Creusot, et soutiennent les maîtres de forges ou des houillères dans leurs entreprises (développement des mines ou rachats d'établissements)38. Chalon est le siège d'une foire aux fers des plus importantes de France, alors que le développement de la navigation fluviale, puis des voies ferrées, exige un accroissement des productions de tôles, de rails, de locomotives que le canal du Centre - via Chalon en particulier - et la Saône permettent de commercialiser aisément. La bourgeoisie chalonnaise comprend que ses chances de profit résident dans le développement de l'industrie locale qu'elle sert de son mieux. Et, dès 1838, une Compagnie du gaz s'installe à Chalon en même temps que plusieurs usines destinées à exploiter les productions agricoles de la plaine de la Saône ou du voisinage. Citons par exemple une brasserie à Saint-Cosme (1832) et une féculerie-glucoserie à Saint-Laurent (1841) ; celle-ci absorbe la production locale de betteraves sucrières.

98Mais l’essor industriel chalonnais est bien lié à la mise en place d'une unité métallurgique qui noue pour un temps l'avenir de la ville à celui des cités minières de l'Ouest du département dont Chalon est à la fois le débouché naturel et un relais pour certains types de production que le seul canal du Centre n'aurait pas la capacité de transporter : le Petit Creusot est un chantier naval pour bateaux à coque de fer dont le Creusot fabrique les machines. E. Leclerc (1960) explique en détail qu'à partir de 1885 le Petit Creusot construit des petites unités pour la Marine Nationale, d'abord des torpilleurs, ensuite des croiseurs légers (vers 1925), qui sont livrés pour le montage dans les ports maritimes. Puis, dès 1908, Chalon se met aux sous-marins confiés également à la Saône, sur docks-porteurs en l'occurrence.

99Après la première guerre mondiale, E. Leclerc montre encore que le Petit Creusot se distingue à nouveau avec la fabrication de péniches et de barges destinées à la Birmanie, ainsi qu'avec celle de grosse et moyenne chaudronnerie ou de charpentes métalliques : le pont-tournant de Brest, le pont Alexandre III à Paris, le viaduc de Malleco au Chili.... Durant la guerre de 14-18, les établissements Schneider de Chalon comptent près de 3 000 ouvriers, pour lesquels les chantiers du Petit Creusot sont un centre de savoir-faire qui donne à la ville une tradition de main-d’œuvre experte dans le domaine de la métallurgie ; celui-ci devient le point fort de l'industrie de Chalon-sur-Saône.

  • 39 Une seconde féculerie est installée en 1861 à Saint-Cosme et d’autres unités sont créées alentour, (...)
  • 40 Par exemple la verrerie Aupècle fondée en 1859 fournit des verres à bouteilles, les usines Pinette (...)
  • 41 Une nouvelle usine à gaz est construite à Saint-Cosme en 1873 entre le canal et le chemin de fer p (...)

100Attirée par la main-d’œuvre disponible des campagnes, par les productions agricoles locales à transformer39 ou nécessitant divers matériels40, par la rencontre de la voie d’eau et du rail et la proximité des gisements de matières premières41 ou des usines de fabrication de produits semi-finis, l'industrie chalonnaise ne cesse de se déployer et de se diversifier. Certes, celle-ci évolue conformément aux grandes périodes d'expansion ou de récession de l'économie française où se distinguent, particulièrement fastes, le second Empire, l'extrême fin du XIXe siècle, le renouveau de l'après-seconde guerre mondiale. Mais à Chalon le lien entre la métallurgie et l'armement ajoute aux conditions favorables d'un développement industriel presque continu pour lequel la première guerre mondiale est un indiscutable facteur de prospérité pour la ville.

101Les grands secteurs industriels très tôt dégagés, tels la métallurgie de transformation, la verrerie, l'agro-alimentaire, s'accroissent régulièrement en même temps que d’autres prennent naissance et se développent à leur tour, comme les constructions mécaniques, la chimie, le bâtiment, les textiles et la fourrure, et diversifient largement l'éventail industriel de la ville.

  • 42 En 1945 on estime que 300 personnes vivent encore du travail de la fourrure.

102Amplement disséminées sur l'espace communal ou environnant lorsque l'eau ou le rail ne sont pas déterminants dans l'approvisionnement ou la production, ces unités de fabrication sont, dans l'ensemble, de petites affaires, à capital familial ou local, nées de 1'esprit d’entreprise de quelques uns. Le travail de la fourrure représente dans ce sens le cas le plus significatif, enraciné dans l'histoire chalonnaise. Suscité par la foire aux Sauvagines et à l'instigation de la famille Kretzschmar, les activités liées à la fourrure se multiplient sous la forme de petits ateliers, à la limite de l'artisanat, qu'il s'agisse de pelleterie, d'apprêt et lustrage des peaux, de confection. D'après E. Leclerc, la maison Kretzschmar à elle seule, fabrique jusqu'à 9 000 "peaux de biques" avant 1914 ; ces célèbres "peaux de bique" pour hommes sont lancées sur le marché par Charles Kretzschmar en personne42.

103Il faut cependant attendre 1912 avec la création de la première usine Saint-Gobain de Chalon - c'est la seconde verrerie - pour que la ville accueille à nouveau une société de stature nationale.

  • 43 Limonier (1922, bonneterie), Terrade (1925, B.T.P.), Société d’études verrières appliquées (1926, (...)

104Un peu plus tard, entre les deux guerres, on note un certain nombre d'implantations, en dépit des difficultés multiples telles la concurrence, la surproduction, la stagnation démographique et les faiblesses monétaires qui trouvent leur paroxysme lors de la crise des années trente. Ces nouveaux établissements43 sont dûs pour la plupart à de petites et moyennes entreprises et résultent d'un effet d'entraînement induit par les installations plus anciennes, lequel renforce encore le poids de la métallurgie ou de l’industrie chimique naissante.

105Cependant, ce n'est guère qu'après la seconde guerre mondiale, avec une arrivée de nouveaux investissements que favorisaient les efforts de décentralisation et la volonté locale d'attirer de grosses unités de production, que Chalon confirme son rôle dans la grande industrie dont la société Schneider devenue plus tard la S.F.A.C. puis Creusot-Loire demeure le plus important témoignage. Cela signifie aussi, à l'heure où la métallurgie subit des reconversions drastiques, que la situation de l’emploi en particulier, et le dynamisme de la ville en général, sont indiscutablement liés au sort de l'entreprise qui depuis un siècle et demi est à l'origine de la fortune industrielle de la ville : aujourd'hui l'ex-société Creusot-Loire.

- Mâcon et Bourg : une industrie sans passé

106Même si le carrefour de Mâcon offre des avantages indiscutables, la ville souffre dès le XIXe siècle d'un handicap sévère dû à l'éloignement et, à l’inverse de Chalon, à l'absence de relations directes avec les centres miniers de l'Ouest de la Saône-et-Loire. Mais si Mâcon ne tente pas l'aventure industrielle à la fin du siècle dernier, elle le doit davantage à l’attitude de la bourgeoisie locale, qui jouit plus volontiers de la rente foncière tirée du vignoble que de profits jugés aventureux issus des nouveaux modes de production industrielle. Dès lors, la ville s'assoupit et se complaît dans son rôle administratif et commercial. Aussi est-ce à partir de la fin du siècle dernier que les histoires parallèles de Mâcon et de Chalon se séparent, Chalon devançant Mâcon par son dynamisme économique dû en partie aux choix des capitalistes locaux.

107Dépourvu d'un passé industriel prestigieux, Mâcon voit pourtant se développer - témoignage de l’essor qui marque l’après-seconde guerre certaines fabrications industrielles remarquables : l'imprimerie, la fonderie, la mécanique donnent à la ville, sinon la réputation d'un centre industriel, du moins la renommée d'un savoir-faire original et assuré.

108Sans doute, sous l’influence de Lyon, les imprimeurs s'installent-ils tôt à Mâcon : un premier est signalé en 1493 et ils sont déjà huit durant la Révolution. Mais c'est l'imprimerie Protat qui donne à Mâcon une notoriété mondiale : elle possède la plus ancienne xylographie d’Occident connue universellement sous le nom de "Bois Protat" -, mais surtout, dès le XIXe siècle la firme se spécialise dans la production de travaux scientifiques pour lesquels elle possède une exceptionnelle collection de caractères spéciaux, y compris les plus rares (hiéroglyphes, cunéiformes...)· Jusque dans les années cinquante presque toutes les thèses de lettres anciennes de l'Université française sont imprimées à Mâcon. En dépit - ou à cause ? - de cette renommée, la maison Protat ferme en 1981, alors que le secteur de l'imprimerie compte une douzaine d'établissements et près de six cents salariés. Si le marché local domine pour certaines sociétés, en particulier en se distinguant par la production d'étiquettes pour bouteilles de vins, l'audience de l'imprimerie mâconnaise demeure toujours très large, par exemple en ce qui concerne l'impression de chèques, l'édition et l'impression de cartes pos tales.

  • 44 En 1953 Combier produit 8 % des cartes postales françaises et est la seule firme à imprimer et édi (...)

109Issue d'un petit laboratoire spécialisé dans la photographie des enfants des écoles, la fabrique de cartes postales débute en 1922 ; en 1936 sa production couvre toute la France et l'Afrique du Nord. Mais ses heures de gloire sont surtout liées, dès 1949, à l'impression en couleurs et à la prise de vues par avion, laquelle était jusqu'alors le propre de l'armée44. Aujourd'hui, la marque C.I.M. griffe encore les quelque 30 000 articles produits.

  • 45 En 1860 la fonderie Gardon emploie 135 ouvriers.
  • 46 Devenue Seguin et Cie en 1908 l’entreprise entre dans l’actionnariat de la Compagnie des Compteurs (...)

110Plus tardive que l'imprimerie, mais néanmoins ancienne, la métallurgie naît à Mâcon en 1796 avec la création d'une fonderie de bronze. Longtemps artisanale et routinière, elle demeure jusqu'à la fin du XIXe siècle le seul établissement d'industrie lourde, somme toute fort modeste45. Spécialisée dans les pièces d'équipement en bronze et les cloches, puis la robinetterie vinicole et les objets ménagers en laiton, la firme profite, à la fin du siècle, des besoins nés du développement des réseaux d'adduction d'eau et de distribution à domicile qui lui permettent d'exporter aux Etats-Unis et en Angleterre. Elle s'oriente alors vers la robinetterie de bâtiment, puis plus tard la production de compteurs d’eau46. Aujourd'hui, avec quelque 300 salariés, elle demeure le premier fabricant de compteurs à eau.

  • 47 1985 : 655 salariés, 1986 : 474 salariés.

111Malgré les succès rencontrés par la fonderie Gardon, rares sont les industries métallurgiques qui s'implantent à la fin du XIXe siècle ; certes, la matière première fait défaut, mais les notables mâconnais ne souhaitent toujours pas un développement industriel que l'exiguïté du territoire communal ne favorise pas, elle non plus. Aussi est-ce seulement en 1867 qu’apparaissent les ateliers Bergeaud, fonderie de fer et constructions mécaniques, devenant la seconde fabrique métallurgique de la ville. Dès la fin de la première guerre mondiale, elle se spécialise dans la fabrication de machines de concassage et, à partir de 1949, elle s'oriente vers la conception d'installations de traitement "clefs en main”. Si elle est maintenant l'une des premières entreprises de Mâcon par le nombre de ses salariés47, elle est aussi l'une des principales et des plus anciennes de France pour la production de matériel de traitement de matériaux de carrières et sablières.

  • 48 1928 : 11 records du monde sont obtenus sur 175 cm3, 4 sur 250 cm3 en 1929, 3 sur 350 cm3 en 1932, (...)
  • 49 En 1984 l’usine compte encore 382 salariés.

112Un autre fleuron du patrimoine industriel mâconnais est l'ancienne entreprise Monet-Goyon ; née en 1917 et spécialisée dans la voiturette pour mutilés, elle en fabrique également les moteurs et très rapidement crée un secteur bicyclettes et motocyclettes, ces dernières étant montées en série pour la première fois à Mâcon. La firme conquiert ses lettres de noblesse entre les deux guerres, en matière de motos de petites cylindrées, en gagnant nombre d'épreuves sportives aussi bien nationales qu'internationales et en collectionnant les records48. Malgré d’indiscutables succès après la guerre - en particulier avec la "Starlette" - la firme fait faillite en 1957. Devenue alors Unimeca et travaillant pour Motostandard, filiale de Gutbrod-Werke qui rachète Unimeca en 1959 (à 97 %), l'établissement de Mâcon abandonne pour toujours la fabrication des deux roues pour celle du matériel agricole léger, avant sa fermeture définitive en 198549.

113Quelques entreprises de renom soulignent donc plus un savoir-faire, un esprit inventif qu’un réel passé industriel. Il n'empêche que ces établissements, timidement développés à la fin du siècle dernier ou au début du XXe siècle, assurent les premières formations de la main-d’œuvre et jettent les bases de la croissance industrielle contemporaine ; au point qu'ils subsistent toujours ou qu'ils ont suscité une relève qui aujourd’hui demeure le fondement d'une industrie diversifiée et parfois originale.

  • 50 Pour la poterie d’usage courant l'argile de Brou fournit la matière première ; en revanche les obj (...)
  • 51 Statistiques industrielles. Bourg, 2e trimestre 1869. A.D. Ain. Série M. Quelques années plus tard (...)

114Les remarques faites au sujet de Mâcon, à propos de l'absence de matières premières ou du rôle des notables relativement aux investissements, sont encore plus pertinentes en ce qui concerne Bourg-en-Bresse où, à la fin du XIXe siècle, le caractère artisanal ou même rural des fabrications est très accusé ; poteries50 meubles et sabots représentent l'essentiel des productions assurées en 1869, par seulement 415 personnes réparties en 91 ateliers51. Les plus forts effectifs par établissements sont très bas, avec par exemple 28 personnes réparties dans les deux fonderies, cependant que 100 ouvriers travaillent à celle de Mâcon. La situation n'est guère plus brillante en 1907, année où sont dénombrées comme activités urbaines : cinq moulins, une brasserie, des fabriques de sabots, une poterie, une fabrique de chapeaux de paille, une autre de bougies et savons, une fabrique de bouchardes. Seuls quelques ateliers emploient sensiblement plus d'une dizaine de personnes. L'ensemble des fabrications est destiné aux besoins locaux des citadins comme des ruraux, lesquels vendent leurs produits à Bourg et s'approvisionnent en retour en objets manufacturés indispensables. Rien de considérable ou d'original ne se distingue réellement, hormis peut-être la maison Fornet, fondée en 1869, qui détient le monopole mondial de la fabrication d'émaux bressans ; mais bien qu'importante dans sa spécialité, la fabrication ne requiert guère, alors, qu'une dizaine d'ouvriers.

115Au début du siècle, Bourg est donc seulement un marché agricole où l'esprit d'initiative manque à coup sûr à la classe dirigeante. Cependant, quelques signes de développement dans le domaine de la métallurgie se dessinent peu avant la guerre de 1914, avec la création de deux entreprises qui constituent les fondements de l'industrie de la ville.

116La première est l'entreprise Morgon, qui, en 1869, lors de sa création, n'est qu'un modeste atelier fabriquant des outils de carrière. Mais très vite l'affaire s'impose sur le marché pour la qualité de ses bouchardes et barres à mines ; plus tard, la fabrique équipe les premiers marteaux pneumatiques utilisés en France et se hisse au premier rang, à l'échelle nationale, dans son champ d'activités. Il n'empêche que la progression de l'entreprise est lente, puisqu'en 1914 seulement 20 ouvriers sont employés. Il est vrai que ce sont, à l'époque, les seuls ouvriers qualifiés de Bourg.

117Il faut attendre 1921 pour voir la maison Morgon sortir de l'artisanat, avec la création d'une Société Anonyme des Procédés Morgon, assortie d’une installation dans de nouveaux locaux plus appropriés, rue du Stand, qui fonctionnent encore aujourd'hui. L'affaire prend une dimension supérieure treize ans plus tard par son entrée dans la puissante société d'Electro-chimie, d'Electro-métallurgie et des Aciéries électriques d'Ugine, qui lui fournit, outre les capitaux nécessaires, un approvisionnement régulier d'excellents aciers.

  • 52 Aussi en 1922 on compte 80 % d’absentéisme pour travaux agricoles.
  • 53 La société s’appelle tout d’abord Bailly-Chaudouet-Desvoyaud, Chaudouet étant l’ingénieur, Bailly (...)
  • 54 Devenue dans un premier temps l’entreprise « Chiers-Chatillon-Gorcy », puis Tecnor, et aujourd’hui (...)

118L'installation de la Tréfilerie Câblerie de Bourg (T.C.B.) en 1906 n'est pas sans appeler des comparaisons avec la précédente entreprise. En effet, la matière première est la même - des aciers purs de type Martin -, mais elle est ici destinée à la fabrication de pièces beaucoup plus lourdes, lesquelles demandent, en revanche, plus de manutention que de savoir-faire. Il est d'ailleurs aisé, en ce début de siècle, de recruter de la main-d’œuvre, dans la ville ou dans les campagnes proches. Totalement inexpérimentés, peu exigeants, les ouvriers se contentent de conserver une petite exploitation agricole52. Toutefois, après avoir échoué en région stéphanoise, le fondateur ne manque pas d'audace en cherchant à s'implanter dans un Bourg-en-Bresse sans matières premières ni tradition ouvrière, où règne une bourgeoisie terrienne détournée des intérêts industriels. Brillant ingénieur des arts et métiers, il réussit cependant à convaincre non sans mal deux notables burgiens53 de lui prêter les fonds nécessaires, à la condition expresse que l'affaire soit créée à Bourg et la main-d’œuvre recrutée localement. Le succès ne se fait pas attendre. De 35 ouvriers lors de sa création, l'affaire dépasse la centaine huit ans après et le millier dans les années cinquante. La qualité des câbles, la haute résistance du tréfilage d'acier attirent très vite la clientèle des mines, de la Marine Nationale, des compagnies de navigation, etc. Aujourd'hui, on ne compte plus les réalisations à la fois prestigieuses et de haute qualité effectuées par la T.C.B.54 ; l'équipement du téléphérique de l'aiguille du Midi en est sans doute l'une des plus remarquables.

119Certes, avant la véritable industrialisation de l'après-guerre, existe-t-il d'autres entreprises à Bourg, indépendamment de celles que nous avons citées. Mais elles sont encore au stade artisanal. Outre la transformation des métaux, seules émergent véritablement l’industrie du bois, issue directement de l'artisanat traditionnel, ou encore l'industrie alimentaire. Quelques patrons hardis développent des fabrications de meubles de style bressan ; d'autres multiplient les créations ou les extensions d'affaires alimentaires. Les créations concernent essentiellement les conserveries de produits locaux, volailles ou poissons des Dombes, telle la société Giraudet spécialiste de quenelles. Toutefois, il s'agit de bien petites entreprises comprenant quelques dizaines d’ouvriers dans le cas le plus favorable.

  • 55 Créée en 1909 la société Radior atteint un niveau industriel entre les deux guerres en fabriquant, (...)

120D’autres branches industrielles sont représentées entre les deux guerres par l'apparition de nouveaux ateliers de confection, de maroquinerie, de fabriques d'aiguilles à tricoter, de peignes, de cycles55. Leur expansion demeure malgré tout limitée, en particulier dans le secteur des produits plastiques ou celui des textiles.

121Au même moment, nombre d'activités régressent ou disparaissent avec les besoins qui les avaient fait naître. Par exemple, sabotiers et cordiers diminuent très sévèrement en nombre, avec une régression de 35 % des effectifs entre 1920 et 1927.

  • 56 La banque Tendret-Rive est la future Banque Régionale de l’Ain (B.R.A.).
  • 57 En 1938 la T.C.B. emploie 944 ouvriers, Morgon une centaine, Radior 150.

122A la veille de la seconde guerre mondiale, l'industrie à Bourg n’apparaît donc guère florissante, en dépit d'un certain essor sectoriel favorisé en particulier par l'arrivée de l'énergie électrique (en 1917 pour la T.C.B.), le soutien et l'apport de capitaux locaux comme ceux de la banque Tendret-Rive56, ou extérieurs, comme ceux d'Ugine par le rachat de la T.C.B. Seule la métallurgie, par un effort constant d'investissements en de nouveaux matériels, allié à une volonté d'élargissement des marchés, réussit à surmonter le choc de la crise des années trente57.

  • 58 En 1925, un rapport du Conseil général déplore « l’état lamentable » du réseau routier. En 1928 on (...)

123Contrairement à Chalon, ou même à Mâcon, Bourg connaît entre les deux guerres un développement industriel illusoire - aucun effet d'entraînement, diversification insuffisante - et cela en dépit d'une abondante main-d’œuvre circumvoisine. La médiocrité des communications58, la stagnation démographique qui freine la croissance du marché s'ajoutent aux réticences d'une bourgeoisie frileuse qui tolère seulement les petites affaires, dont l'impact social ne peut être que limité. Aussi la proximité relative de Lyon n'entraîne-telle même pas le développement d'une industrie textile.

124Dans ces conditions, le tissu urbain n'est guère affecté par les implantations industrielles, d'autant que le territoire communal de Bourg est vaste et alors largement desserré au-delà du centre-ville. En revanche, même avec un développement industriel limité, la place est comptée à Mâcon, si ce n'est à Chalon. Si bien que le renouveau industriel ou l'industrialisation de l'après-guerre, selon les villes, implique très rapidement des transferts spatiaux qui ajoutent à la dualité de l'espace déjà décrite à propos de l'activité commerciale ou encore de l'expansion des surfaces bâties.

I.22. Les formes du renouveau industriel

125A partir des années cinquante, le développement économique passe par une nouvelle dynamique spatiale qui affecte la répartition des unités de production à la fois dans l’espace national et dans l'espace urbain. Car la symbiose urbanisation/industrialisation devient le véritable moteur de la croissance dans la mesure où les facteurs de localisation se dissocient des exigences de proximité des gisements de matières premières et des possibilités du capital local. La politique nationale en matière de décentralisation, les politiques urbaines relatives aux installations industrielles, la disponibilité de la main-d’œuvre, sont les nouveaux critères de développement industriel.

  • 59 Cf. livre I, première partie, chapitre II.3.

126Connaissant la violence du croît démographique59 à Chalon, Mâcon et Bourg, on conçoit alors la force du déploiement industriel. Mais les formes de celui-ci ne peuvent être dissociées du support de l'industrialisation passée, laquelle définit les types urbains d'aujourd’hui.

127Aussi, nos trois villes se distinguent-elles selon deux systèmes de croissance ; d'une part Bourg et Mâcon peuvent être classées comme des villes dont le développement, dans un premier temps, est indépendant de l'industrialisation : la fonction administrative et de négoce est première et précède la phase industrielle. En revanche, Chalon relève d’un type différent, où l'industrie s’appuie sur le développement urbain, c'est-à-dire l’espace proposé, la disponibilité des capitaux, le marché et le savoir-faire du lieu. Ces critères rappellent ceux qu'a définis F. Perroux pour étayer sa théorie des pôles de croissance et que nombre d’auteurs ont précisés ou développés ultérieurement. Ce système de croissance procède d'une dynamique continue, déployée sur une longue période, alors que l'autre système, de type discontinu, est réactivé par la valorisation qu'apporte le renouveau industriel à une situation de carrefour qui avait jadis présidé à la fortune de ces villes.

- La méthode de travail

128Rechercher à travers le développement industriel les formes et les temps forts de la dynamique urbaine, qu'il s'agisse en particulier des rapports à l'espace urbain, à l'espace régional ou même extra-régional, ne relève guère des investigations classiques ; en effet les sources en ce domaine sont très fragmentaires, voire inexistantes, malgré les bons vouloirs manifestés par les organismes concernés, en particulier les chambres de commerce et d'industrie. D'autre part, établir les degrés de dépendance des affaires locales par rapport aux grands groupes nationaux ou internationaux, comme par rapport aux décisions de politiques nationales exprimées au plus haut niveau, nécessite une connaissance intime de chaque entreprise et de son devenir à partir de sa propre filiation.

129Afin de répondre à ces interrogations multiples, nous avons choisi d’entreprendre une enquête directe auprès des entreprises locales. Par cette triple enquête, nous nous proposons donc de vérifier la qualité du dynamisme industriel, de prendre la mesure du pouvoir des grandes affaires qui ont attaché leur nom à une cité. En quelque sorte, l'image de marque dessinée à travers la renommée industrielle est-elle aussi brillante que l'apparence le laisse supposer, en particulier à Chalon-sur-Saône ? Bourg et Mâcon ont-elles, par ailleurs, réussi le décollage industriel de l'après-guerre, en assurant aujourd'hui le maintien d'un tissu industriel capable de préserver avec l'emploi local, l’influence de la ville ?

130Le travail mené à Mâcon - et auquel nous avons participé - s'est effectué en 1981, à l'initiative de la ville et de la Chambre de Commerce et d'industrie de Mâcon, avec la participation de l'Etablissement public régional et l'aide de nombreux organismes susceptibles de répondre à la demande d'information, tels l'I.N.S.E.E., l’Agence nationale pour l'emploi (A.N.P.E.), les administrations départementales ; l'objectif était de faire le point sur l'économie locale, dans le cadre du bassin de main-d’œuvre, au moment où la crise commence à développer ses effets. De la réalisation confiée à la Fondation des Villes, nous avons retenu ici le champ d'interrogation réservée à l'industrie.

  • 60 L'enquête et son dépouillement ont été réalisés par Mme Pascale George, enquêtrice à l'U.A. 260.

131Pour Bourg et Chalon en 1982, puis en 198360, nous avons repris intégralement le travail de recherche afin d'assurer une possibilité de comparaison, en l'assortissant toutefois d'un complément d'enquête concernant la part du produit exporté par l’entreprise comme élément supplémentaire d'appréciation du dynamisme.

132Cependant, en une période de situation économique à la fois difficile et fluctuante, il va sans dire qu'afin de suivre au mieux le changement survenu et d'ajuster les conclusions de l'enquête, nous avons mis à jour régulièrement les données essentielles, tels le nombre des entreprises en activité, les effectifs salariés, le taux de chômage... A cette fin, nous avons dépouillé les renseignements réunis par les C.C.I. à partir des dossiers de l'A.N.P.E., des autorisations de licenciements, des demandes de préretraites, des plans de restructuration émanant des entreprises elles-mêmes, ou encore examiné les notes de conjoncture et les bilans établis par les directions locales de la Banque de France. A posteriori, ces compléments d'information nous autorisent à prendre toujours en compte les principaux résultats d'enquête ; mais ils sont, hélas, le plus souvent, infléchis par l'aggravation de la crise.

Graphique 27 : Typologie des entreprises selon leur taille à Chalon et à Mâcon, en 1956 et en 1982. Source : enquête 1982-1983

133Le questionnaire relatif à la dynamique industrielle comporte trois thèmes. Le premier traite de l'entreprise elle-même, c'est-à-dire de son développement, de son implantation, de la structure de son capital, de son degré d'autonomie. Un deuxième thème concerne la production : types de produits, chiffres d'affaires, répartition du marché, fournisseurs et sous-traitance, services aux entreprises. Un troisième s'attache au personnel : nombre, catégories, contrats, origines géographiques et sociales. Une série de questions porte enfin sur la politique salariale de l’entreprise, l’organisation du travail, le recrutement du personnel, la formation professionnelle, les relations institutionnelles. Il s'agit donc d'un questionnaire lourd, mais nécessaire, comme tel, pour embrasser l'ensemble de l'activité industrielle et la variété des types d'entreprises dans les trois villes. Cette diversité explique aussi la faible densité d'ensemble des réponses aux questions, pour la plupart des entreprises. Seules les grandes entreprises sont concernées par l'intégralité du questionnaire. De ce fait, il a paru relativement simple d'effectuer un dépouillement manuel, d'autant plus que nombre de questions appellent des réponses très hétérogènes et se prêtent mal à une quantification élaborée et à un traitement informatique.

- Le cadre local d'analyse

  • 61 Les industries agricoles et alimentaires, la construction mécanique, la construction électrique, l (...)

134Dans une étude traitant de l'économie industrielle du département de Saône-et-Loire, R. Brun (1979) mesure les différents degrés de spécialisation et de diversification des villes du département ; juste avant que la crise ne fasse véritablement sentir ses effets pervers, l'auteur montre les divergences existantes entre Chalon et Mâcon. Selon neuf secteurs jugés essentiels, deux seuils de spécialisation orientent les résultats. On remarque l'absence de spécialisation de Chalon-sur-Saône dans l'ensemble des secteurs retenus. En revanche, Mâcon offre une spécialisation plus marquée dans cinq secteurs61 qui caractérisent par ailleurs un développement industriel relativement récent. D’autre part, le degré de diversification industrielle de Mâcon apparaît également plus élevé que celui de Chalon.

135La situation industrielle des deux villes s’est fortement modifiée depuis la guerre. L’une a affirmé sa puissance industrielle dans la plupart des secteurs. L'autre a accueilli de nouvelles unités de production dans des branches d'autant plus diverses que les contraintes de localisation et la force de l'héritage ont moins joué. La remarque vaut aussi pour Bourg-en-Bresse, dont le take-off de l'après-guerre se réalise également avec la diversification du secteur secondaire.

* Chalon

  • 62 Cf. graphique no 27, p. 344.
  • 63 Il s’agit de Delle (1949) implanté à Chalon puis à Chatenoy-le-Royal, de Kodak-Pathé (1961), puis (...)
  • 64 Saint-Gobain Emballages remplace l’ancienne usine de verre et emploie 1 000 personnes en 1975 (800 (...)

136Le gonflement industriel de Chalon depuis la guerre se conçoit aisément au regard d’une typologie des entreprises selon leur taille qui autorise la comparaison entre la situation de 1956 et celle de 198262 ; car si la croissance touche toutes les classes définies, elle concerne encore davantage les plus grandes entreprises : les trois dernières crées63 rassemblent, à elles seules, près de 4000 salariés. Mais, durant cette même période les entreprises anciennes telles Creusot-Loire ou Saint-Gobain se développent aussi et diversifient leur production ; Saint-Gobain, par exemple, crée des divisions nouvelles spécialisées dans les vitrages isolants64.

  • 65 Cf. graphique no 28, p. 347.

137Le grand essor industriel, né du redéploiement de l'industrie traditionnelle et de l’apport d'entreprises nouvelles, se produit avant tout dans les années soixante, comme l'exprime le diagramme des créations, depuis 1900, d'établissements comptant aujourd'hui plus de 50 salariés65. Le maximum de créations équivaut aussi au maximum des productions d'emplois, en particulier grâce à Kodak-Pathé qui rassemble plus de la moitié des effectifs salariés dégagés durant la décennie 1960-1970. Encore aujourd'hui, plus de la moitié de ces entreprises conservent toujours plus de 100 salariés chacune.

138Cette nouvelle poussée de l'industrie de Chalon correspond à la phase aiguë de la croissance urbaine faite d'un apport sans précédent de population ; lequel est à la fois à l'amont et à l'aval de la reprise industrielle. Celle-ci apparaît bien comme le moteur essentiel du développement urbain, en étant à l'origine d'une production d'espaces, mais également de leur restructuration. Au-delà de la ville, cette restructuration concerne les hiérarchies régionales.

139Les implantations des années soixante-dix sont, en revanche, beaucoup plus modestes, non seulement en nombre d'entreprises, mais aussi en quantité d'emplois créés, si toutefois on exclut Framatome, qui regroupe plus de 1 000 salariés. La création de petites entreprises se généralise en effet, et particulièrement avec l'arrivée de la crise ; tant et si bien qu’aucune entreprise de plus de 50 salariés n'est enregistrée après 1976.

140Mais une meilleure appréciation des forces locales à l'origine du dynamisme de l'industrie chalonnaise se dégage des conclusions de l'enquête précitée destinée à pénétrer cette réalité.

  • 66 Certes le chiffre d'affaires de chaque entreprise fournirait un meilleur critère, mais son impréci (...)

141Au moment de l'enquête, en 1983, le nombre des entreprises de plus de 10 salariés recensés par la Chambre de Commerce et d'industrie de Chalon, Autun et Louhans s'élève à 125 pour l'agglomération de Chalon, si l'on comprend les communes de Chalon, Crissey, Chatenoy-le-Royal, Chamforgueil, Saint-Marcel, Saint-Rémy, détentrices de la quasi totalité des entreprises locales. En fait, la branche du bâtiment et travaux publics s'est révélée comprendre un grand nombre d'établissements de petite taille à la limite des services, et seuls ceux de plus de 50 salariés et rassemblant en réalité l'essentiel de cette branche d'activité ont été retenus. D'autre part, une fois décomptées les entreprises fermées ou en cours de fermeture, répertoriées plusieurs fois ou ne comportant localement qu'une agence commerciale, voire un simple bureau, la liste initiale se réduit alors à 81 entreprises. Parmi elles, 52 ont accepté de recevoir l'enquêtrice et de répondre au questionnaire présenté, soit 64 % du total des entreprises chalonnaises. En réalité l'échantillon est bien meilleur si l'on tient compte de l'ensemble des salariés concernés et de la taille des établissements retenus. En effet, les entreprises de plus de 50 salariés ont été volontairement privilégiées en raison de leur poids dans l'industrie locale (92 % du nombre des salariés)66. Le taux de couverture de l'enquête, à ce niveau, est de 92 % des établissements de plus de 50 salariés et de 95 % des salariés, soit plus de 75 % de la totalité des emplois industriels du bassin chalonnais. Quant au choix des entreprises de moins de 50 salariés soumises à l'enquête, il a été effectué en fonction de leur représentativité dans les différents secteurs industriels. Enfin, mis à part quelques rares questionnaires incomplets et quelques réticences à répondre de la part des responsables d'entreprises en difficulté, la fiabilité de l'échantillon est d’autant moins douteuse que les résultats quantitatifs tirés de notre enquête rapportés à ceux qui sont issus des statistiques globales relatives à l'industrie chalonnaise n'apportent pas de distorsions importantes. Toutefois, en raison des variations multiples dans les chiffres des salariés, nous avons souvent préféré présenter des résultats par taille d’entreprise ; dans ces conditions, et au moins dans les tranches supérieures à 50 salariés, les résultats d'ensemble sont peu altérés après les révisions à la baisse qui affectent aujourd'hui nombre d'entreprises.

Graphique 28 : La croissance industrielle à Chalon depuis 1900. Source : enquête 1982-83

Graphique 29 : La croissance industrielle à Bourg depuis 1900. Source : enquête 1982-83

142Au terme du dépouillement des questionnaires proposés, les causes locales du dynamisme industriel apparaissent essentiellement être de deux types : d'une part, directement ou non, le rôle des capitaux locaux, d'autre part celui des facteurs de localisation.

  • 67 Cf. tableaux no l0, p. 349.

143Sur l'ensemble des 64 entreprises étudiées, 34 ont été créées sur place67 à l'aide de capitaux locaux, d'origine familiale le plus souvent. Sans doute 11 d’entre-elles ont-elles été rachetées ultérieurement ; mais il est indiscutable que la qualité préexistante du tissu industriel, tout comme la tradition d'un savoir-faire hérité du XIXe siècle, est à l'origine d'interventions extérieures ; rachetées ou implantées, les entreprises résultantes ne sont pas sans effet d'entraînement dans la mesure où, encore aujourd'hui, elles possèdent le plus grand nombre de salariés et sont en outre génératrices d'emplois par l'effet de la sous-traitance. On peut ainsi citer "l'empire Schneider" devenu Creusot-Loire, Saint-Gobain puis Pont-à-Mousson, Air Liquide, Philips, Kodak-Pathé, Framatome, dont la venue à Chalon concourt à revivifier l’industrie locale qui a elle-même suscité ou attiré ces entreprises.

Tableau no 10 a : Chalon, modalités des constitutions d'entreprises selon la date

Période

Création locale

Implantation extérieure

Rachats

Avant 1914

10

2

3

1920 – 1940

5

3

2

1940 – 1960

9

5

3

1960 – 1980

6

8

3

Total

30

18

11

Divers non datés

4

4

Tableau n° 10 b : Chalon, modalités des constitutions d'entreprises selon la taille. Source : échantillon d'enquête, 1983

Tableau n° 10 b : Chalon, modalités des constitutions d'entreprises selon la taille. Source : échantillon d'enquête, 1983
  • 68 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre II.32.

144Enfin, au titre des effets induits de l’attractivité industrielle chalonnaise s’ajoutent le rôle actif et positif de la chambre de commerce et des associations patronales, sans oublier l'effort important réalisé depuis la guerre par la ville en matière de logement social68.

  • 69 Le 1er avril 1985 la centrale thermique Chalon 11 a cessé son activité. Depuis 1959 elle succédait (...)

145Cependant, outre les effets porteurs du milieu industriel local, les chefs d'entreprise interrogés reconnaissent volontiers que d'autres facteurs liés à la localisation ont également joué. La proximité du Creusot ou de Montceau-les-Mines est citée très souvent ; mais il est certain que la richesse agricole de la région a aussi été à l'origine de développements industriels ; à ce titre on peut retenir la féculerie, l’huilerie, les conserveries, les sociétés de conditionnement et d'emballage pour le vin, dont Saint-Gobain Emballage en particulier. D’autres raisons sont encore notées, variables selon les époques, liées aux possibilités énergétiques offertes par le charbon arrivant de l'Ouest du département, ou encore, plus directement, par l'électricité de la centrale thermique69.

146Toutefois, la valeur de l'ancrage spatial apparaît comme le critère de choix par excellence, en partie par la situation de la ville à mi-chemin entre Lyon et Paris, la desserte routière et ferroviaire, l'existence d'un port sur un axe fluvial jugé primordial.

  • 70 Contre 1 116 000 tonnes en 1962.

147Aujourd'hui, le canal du Centre ne joue plus le rôle essentiel qui fut le sien au siècle dernier ; en dépit de quelques transformations, le canal demeure au gabarit Freycinet, et son trafic, tombé à 200 000 tonnes environ70, se limite à celui de la houille du bassin de Blanzy. En revanche, beaucoup est attendu de l'aménagement du canal du Rhône au Rhin destiné à joindre l'Europe du Nord et l'Europe centrale, via le Danube, le Main, l'Europakanal, aux rivages méditerranéens. Promis aux automoteurs de 1 500 tonnes, aux navires fluvio-maritimes et aux convois poussés de 3 000 à 5 000 tonnes, il suscite suffisamment d'espoirs pour que la Chambre de Commerce prenne d'ores et déjà rang sur ce nouvel axe dont la réalisation est d’année en année reportée.

  • 71 Outre un outillage varié indispensable, un slip-way pour bateaux rhodaniens, le port dispose d'un (...)
  • 72 Durant la décennie 1971-1980, la part des produits agricoles, engrais et denrées alimentaire et ce (...)

148C'est dans cette perspective qu'est développé le port fluvial de Chalon ; géré par la C.C.I., il se répartit en deux sites associés aux grandes étapes du développement industriel. Datant de 1946, le premier, le port Nord, situé au débouché du canal du Centre et à proximité de la première zone industrielle, est bordé d'une zone portuaire d'environ 10 hectares où sont établies une vingtaine d'entreprises, dont les Ateliers et Chantiers navals de Chalon. Le second, créé en 1974, est lié à l'implantation de Framatome, à la création d'un centre routier et à l'établissement d'une zone portuaire industrielle de 260 hectares bordant une darse de 90 hectares. Remarquablement équipé71, le port fluvial s'est doté en outre, depuis 1983, d'un centre d'empotage et de dépotage de conteneurs. Là encore, par l'exploitation des possibilités offertes à un moment donné, le développement du port fluvial chalonnais, souvent décrit comme un modèle du genre, illustre le dynamisme du milieu industriel local et sa capacité à s'adapter au changement en diversifiant le trafic72 et en anticipant sur les orientations économiques. Après le temps du charbon, que le canal du Centre a permis de valoriser, sont venus le temps du nucléaire, avec l'usine Framatome, et celui de l'insertion dans l'espace d'échanges de l'Ouest européen. C'est en ce sens que le port Sud recherche à affirmer une vocation de transit international, se contentant pour l'instant de celle d’un terminal de bassin, en attendant la réalisation de la liaison mer du Nord-Méditerranée.

Tableau 11 : Chalon, répartition des entreprises selon leur taille et leur branche, 1983. Source : échantillon d’enquête, 1983

Tableau 11 : Chalon, répartition des entreprises selon leur taille et leur branche, 1983. Source : échantillon d’enquête, 1983
  • 73 Cf. tableaux no 11 et no 12, p. 351 et 353.

149Au terme de ce dénombrement des forces locales sur quoi se sont appuyées les industries chalonnaises, il y a la diversification des activités. Nous avons vu comment, relativement aux autres villes, et en particulier à Mâcon, Chalon pratique peu la spécialisation. Mais au cours de son histoire, la recherche d'une industrie diversifiée apparaît comme un souci constant, et cela même en matière de trafic portuaire. A la métallurgie de transformation se sont ajoutés la chimie et, plus tard, la para-chimie, mais aussi la mécanique, la construction de matériel électrique et électronique, l'agro-alimentaire et les textiles. Certes, la métallurgie et la mécanique dominent encore ; avec le matériel électrique, ces trois branches regroupent presque 48 % des effectifs salariés ; suivent la verrerie, les produits chimiques et para-chimiques, avec 30 % des salariés. En réalité, c'est à l'intérieur des branches que s'établit la diversité, et c'est en dehors des deux branches principales que l'industrie chalonnaise se dégage des grands groupes nationaux et internationaux, avec une concentration beaucoup plus faible73 : dans les domaines de la métallurgie et de la mécanique, 72 % des emplois sont offerts par des entreprises de plus de 500 salariés, dans celui du verre et des produits chimiques et para-chimiques, la concentration atteint 84 %.

150A partir de la mono-activité héritée du siècle dernier et fille des productions creusotines, l'industrie chalonnaise semble avoir réussi à atteindre un pluralisme affirmé par une diversification progressive et constante, laquelle est elle-même, en partie, le fruit des effets d'entraînement des grandes entreprises, celles des "industries industrialisantes".

* Mâcon et Bourg

  • 74 Cf. tableaux no 13 et 14, p. 355 et 357.

151Tout comme à Chalon l'échantillon d'entreprises soumises à enquête à Mâcon et à Bourg74 décrit l'essentiel des industries locales, mais montre une distorsion par rapport à la structure de celles-ci. En effet, les grandes entreprises de plus de 100 salariés sont toutes prises en considération, alors que celles de 10 à 50 salariés sont représentées seulement à 57 %, pour ne citer que les résultats relatifs à Mâcon, d'ailleurs tout aussi voisins de ceux de Bourg ; 92 % des entreprises de plus de 50 salariés sont prises en compte dans notre enquête, soit 96 % des salaires de l'industrie locale. C'est dire déjà que le degré de concentration des entreprises est assez semblable d'une ville à l’autre - toute proportion gardée et que les petites entreprises, en dépit de leur nombre, ne traduisent qu’une très faible part des activités industrielles.

Tableau 12 : Chalon, répartition des salariés, selon la taille et la branche des entreprises, 1983. Source : échantillon d’enquête, 1983

Tableau 12 : Chalon, répartition des salariés, selon la taille et la branche des entreprises, 1983. Source : échantillon d’enquête, 1983
  • 75 Cf. graphique no 29, p. 347.

152Nous avons vu que l'industrialisation à Mâcon et à Bourg s’est opérée de manière assez semblable, précisément par quelques créations d'établissements entre les deux guerres. Mais le véritable essor se situe dans les années soixante et même soixante-dix75 ; l'activité industrielle a évolué dans le sens de la diversification, et les nouveaux établissements se sont installés là où la main-d’œuvre paraissait disponible - en particulier à Bourg - dans des villes bien desservies sur le plan des communications, ou proches de la région lyonnaise, dont certaines unités sont issues ; ainsi en est-il des Câbles de Lyon et de Renault Véhicules Industriels (R.V.I., ex-Berliet) à Bourg, d'Alsthom à Mâcon.

153A Mâcon, ce sont les branches de l'industrie électrique, de la mécanique et de l'agroalimentaire qui croissent le plus vigoureusement, respectivement pour 26, 16 et 14 % par rapport à l'ensemble de l'augmentation des emplois entre 1962 et 1975. Dans le seul domaine de la construction électrique, Alsthom, installé en 1955, emploie aujourd'hui plus de 1000 salariés ; d'autre part l'entrée de l'usine Elfit dans le groupe Thomson-Brandt (1975) permet de sauvegarder cette unité de fabrication de fil de cuivre (236 salariés en 1986), et l'installation de Stop-Circuit en 1961 - fabrication de micro-disjoncteurs maintient en outre plus d'une centaine d'emplois dans ce domaine.

  • 76 R.G.P. 1975. Part d’actifs employés à Bourg dans l’industrie électrique : 1,5 %, dans l’industrie (...)

154Au recensement de 1954 à Bourg, 12,2 % des actifs travaillent dans la métallurgie ; elle rassemble encore l'essentiel des productions industrielles, soit 36,5 % des actifs du secteur secondaire. Cependant, vingt ans plus tard, et avant que la crise ne remette en cause certains secteurs industriels, la métallurgie n'emploie plus que 7,5 % des actifs de Bourg, soit en fait un nombre voisin d'individus - 1 262 en 1954 et 1 415 en 1975-, alors que l'ensemble des industries en 1975 occupe 70 % de personnes en plus ; mais celles-ci ont vu leur part de représentation dans la totalité de l’activité économique s'abaisser de 2,3 % entre 1954 et 1975, par le jeu de la croissance du secteur tertiaire. L’industrie s'est donc très largement développée à Bourg depuis la guerre, dans le sens d’une diversification des productions. Les industries traditionnelles ont régressé au profit de l'industrie électrique, de la mécanique, de l'automobile76. Les industries de l'alimentation, de l'habillement, du bois perdent respectivement, durant la même période 5,4 %, 9,7 % et 4 % de leurs effectifs. Si bien que les textiles et l'habillement ne sont pratiquement plus représentés à Bourg (1 % des actifs). Les Câbles de Lyon, arrivés en 1957, et Berliet en 1964, sont les principaux responsables à la fois de la relance industrielle et de l'amorce de la diversification. Car, outre un important volume d'emplois créés propre à ces établissements (plus de 1 500 au total en 1986), tout un secteur de sous-traitance s'est développé qui englobe nombre de petites entreprises de mécanique générale, de chaudronnerie, ne regroupant parfois qu'à peine une dizaine de personnes ; et c'est peut-être en ce sens qu'à Bourg la diversification est relativement illusoire.

Tableau 13 : Mâcon, répartition des entreprises et des entreprises et des salariés selon la taille et la brache des entreprises, 1982. Source : échantillon d’enquête, 1982

Tableau 13 : Mâcon, répartition des entreprises et des entreprises et des salariés selon la taille et la brache des entreprises, 1982. Source : échantillon d’enquête, 1982

155Dans la mesure où le tissu industriel est constitué par des P.M.I. (petites et moyennes industries) de moins de 100 salariés pour les trois-quarts des établissements, le rôle des quelques grandes entreprises locales ne peut être que très important. Si les tréfileries-câbleries Trefilunion et Câbles de Lyon emploient encore respectivement 565 et 264 personnes, R.V.I. domine largement le marché de l'emploi avec 1 290 salariés fin 1986. C'est dire qu'en cas de défaillance, dans le secteur de l’automobile, en particulier, la perturbation créée serait évidemment à la mesure de cette distorsion dans la taille des établissements. Les plans de retraites et départs volontaires ont depuis trois ans permis sans grand choc de réviser à la baisse les effectifs de R.V.I. (-10 % des emplois entre 1983 et 1986), mais dans le même temps les tréfileries-câbleries ont également réduit leurs emplois dans de fortes proportions (-26 % pour Tréfilunion et - 11 % pour les Câbles de Lyon).

156Nous avons cité plus spécialement Bourg dont le cas est certes plus tranché, mais une interrogation similaire peut être portée à l'égard de Chalon, où Creusot-Loire, Framatome et Kodak-Pathé dominent de très loin la situation de l'emploi, puisqu’ils rassemblent à eux seuls, en 1982, 24 % des effectifs des entreprises de plus de 50 salariés de l'agglomération chalonnaise.

157Le renouveau industriel né après la guerre et poursuivi selon les secteurs ou les villes jusque vers 1975, voire 1980 pour Bourg-en-Bresse, n'est donc pas sans s'accompagner, au seul plan du cadre local que nous venons d'analyser, de réelles inquiétudes, en dépit d'un dynamisme certain responsable, en partie, de trente années de croissance urbaine.

158Il est clair que ces menaces, plus ou moins discernables selon les situations, tiennent moins à des raisons d'ordre local qu'à des déterminants étrangers aux trois villes, étant donné l’appartenance des établissements cités aux grands groupes industriels nationaux ou internationaux. Par ailleurs, ils sont aussi à l'origine de la relance industrielle : ainsi apparaît un aspect de la complexité des formes du dynamisme urbain, où s'imbriquent des données propres au cadres local et d'autres liées à des facteurs externes à la fois profitables pour les emplois dégagés comme pour leurs effets industrialisants, et dommageables quant à la concentration des effectifs engendrée dans certaines branches industrielles par quelques grandes affaires devenues omniprésentes. Ces relations subtiles traduisent dans nos villes les concepts "d'économies externes" comme de "déséconomies externes" développées dans les travaux d'économie spatiale à partir des recherches d'A. Weber relatives à la théorie de la localisation industrielle.

Tableau 14 : Bourg, répartition des entreprises et des selon la taille et la branche des entreprises, 1982. Source : échantillon d’enquête, 1982

Tableau 14 : Bourg, répartition des entreprises et des selon la taille et la branche des entreprises, 1982. Source : échantillon d’enquête, 1982

- Les facteurs externes

159Les interventions extérieures deviennent de plus en plus nombreuses et importantes au cours des phases successives d'industrialisation. A Chalon, par exemple, les créations d'entreprises d’origine locale concernent surtout des unités de petite taille : les deux tiers ont moins de 100 salariés, plus de la moitié moins de 50. D’autre part, 83 % des entreprises créées avant 1915 sont nées d’initiatives régionales sinon chalonnaises ; pour celles qui ont été établies après 1960, c'est-à-dire la plupart, la proportion se réduit à 43 %.

160Aussi, malgré la multiplicité des P.M.I. et le poids du dynamisme local, le développement industriel de Chalon, mais également ceux de Mâcon et de Bourg apparaissent en partie liés à un phénomène de concentration des emplois dans quelques grandes entreprises, en conséquence de la décentralisation et des regroupements de capitaux.

161Avec les années cinquante la décentralisation devient l’objectif principal de la politique d'aménagement du territoire, afin de tenter une organisation rationnelle de l'espace français destinée à en réduire les déséquilibres et les inégalités, singulièrement par l'industrialisation des régions défavorisées.

162Le paroxysme de la période de décentralisation industrielle survient à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix avec "la course à la concentration". En revanche, ainsi que l'analyse de la croissance industrielle de Chalon, Mâcon et Bourg l'a montré, émerge à la fin des années soixante-dix une nouvelle phase d'aménagement indépendante de la décentralisation. Elle est liée à l'arrivée de la crise et va davantage dans le sens d'un intérêt beaucoup plus marqué pour les entreprises de gamme moyenne et de niveau technologique supérieur que les municipalités et les chambres de commerce et d'industrie cherchent à attirer.

163Par exemple s'installe à Bourg, en 1978, une unité de fabrication d'outils de choc "performants". Bien d’autres établissements pourraient encore être signalés, comme à Mâcon une fabrique de joints plastiques d'étanchéité, ou une autre spécialisée dans les textiles d'hygiène et exportant en valeur 20 % de son chiffre d’affaires. Récemment (1986) vient d'être créée une entreprise spécialisée dans la monétique.

164Même si, au plan national, un certain dérapage des objectifs primitifs d'aménagement de la politique de décentralisation industrielle est regrettable, celle-ci produit des effets positifs dans les trois villes étudiées, car, selon la situation spécifique de chacune d'entre elles, la croissance ou la relance industrielle naît de la décentralisation de quelques grands établissements.

165Les conditions favorables à la décentralisation offertes par Chalon, Mâcon et Bourg sont celles que nombre de chefs d’entreprise ont évoquées lors de l'enquête en réponse à la question relative aux raisons d'implantation. Les structures d'accueil en matière d'industrie, telle l'existence de zones industrielles, sont un facteur incitatif de premier ordre ; mais la relative proximité de Paris et de Lyon, la qualité exceptionnelle des communications, en particulier pour Chalon et Mâcon, une certaine abondance de main-d’œuvre d'origine rurale, peu qualifiée mais aussi peu exigeante, un savoir-faire local renforcé par des possibilités de formations professionnelles dans les lycées ou écoles techniques régionales sont autant d'atouts retenus. S'ajoutent enfin les disponibilités propres à chacune des villes qui relèvent de ce qu'il est convenu d'appeler la qualité de la vie en ville moyenne.

  • 77 Chalon a été classée en pôle de conversion en mars 1984, mais dès la fin de 1986 l’Etat a annoncé (...)

166Il faudrait compléter cette liste par l'éventuel attrait exercé par les aides financières de l'Etat. Cet attrait est en fait restreint, en raison du classement de nos villes en zone IV, qui ne prévoit des aides, sous certaines conditions très réductrices, qu'en cas de décentralisation de la région parisienne. En réalité ce sont des régions comme celles du Creusot-Montceau et de Blanzy qui, vers 1968, bénéficient réellement des primes de développement régional imparties aux zones de type II. Puis, avec l’arrivée de la crise, la D.A.T.A.R. réserve le soutien de l'Etat à des régions très sévèrement touchées. Aussi la Saône-et-Loire est-elle devenue l'un des quinze pôles de conversion nationaux en raison des graves problèmes rencontrés par la sidérurgie et les houillères du bassin de Blanzy-Montceau, du Creusot, de la région chalonnaise ; Chalon bénéficie donc d'aides plus substantielles que Mâcon et Bourg, lesquelles ne relèvent pas de cette catégorie des pôles de reconversion77.

167Si l’on s'en tient à considérer comme opérations de décentralisation les implantations d'unités de production à partir de la région parisienne ou de la région lyonnaise, en excluant les rachats s'ils ne sont pas accompagnés d'un changement d’activité, on peut compter malgré tout sur une part importante d'emplois créés de ce fait. Pour les trois villes, en 1986, on dénombre encore 6 620 emplois nés de ces transferts, sans compter ceux que peut induire la sous-traitance en particulier. Si l'on calcule le nombre d'emplois créés pour 1 000 habitants de l'agglomération considérée, Chalon devance largement ses voisines avec un taux de 56,6 %o ; celui de Bourg atteint 33 %o, celui de Mâcon dépasse à peine 18 %o. La décentralisation touche donc les villes très inégalement mais, selon ses formes et selon les conditions initiales du développement économique, les effets peuvent être assez différents de ceux qu'on entrevoit à partir de telles données, bien que celles-ci soient habituellement utilisées comme bases de référence.

168La décentralisation à partir de la région lyonnaise touche davantage Mâcon et Bourg, mais son ampleur avoisine celle qui est issue de la région parisienne. Très tôt après 1945, les ateliers de construction de Delle (nés près de Belfort en 1912) essaiment dans le Sud-Est où ils s'étaient repliés en s'installant à Villeurbanne lors de la première guerre mondiale. En 1949 est créée l'usine Delle de Chalon, en 1958 celle de Mâcon. Ici. l'entreprise (aujourd’hui Alsthom S.A.) a atteint le premier rang de l'emploi et fait de la construction électrique, qu'elle domine largement, le second volet de l'industrie mâconnaise avec plus de 20 % du volume des salariés du bassin d’emploi. Ici, la retombée de la décentralisation s'est réalisée en deux temps et, en dépit de ses limites - une seule entreprise-, elle pèse très fortement sur la situation économique mâconnaise.

169C'est cependant la ville de Bourg qui profite le plus de la décentralisation lyonnaise avec les deux implantations des Câbles de Lyon et de Berliet. Aujourd'hui, malgré une réduction importante de leurs effectifs ces dernières années (-10 % en deux ans), ces deux entreprises rassemblent 27 % des emplois industriels de l'agglomération de Bourg, dont quelque 1400 pour R.V.I. En outre, Bourg a bénéficié, à l'encontre de Mâcon, d'une décentralisation d'un établissement parisien, de moins de 100 personnes, spécialisé dans les matières plastiques.

  • 78 Il s’agit des Fabriques Réunies de Lampes Electriques du groupe Pont-à-Mousson en 1951, de Kodak-P (...)

170La décentralisation parisienne a plus porté ses fruits à Chalon : le tiers de 1'emploi offert par les entreprises de plus de 50 salariés de toute l'agglomération lui est dû78. En particulier, l'installation de Kodak-Pathé est d'autant plus bénéfique qu’aujourd'hui la société a décidé de renforcer les effets de la première décentralisation en transférant à Chalon l'intégralité de l'usine de Vincennes ; cela signifie la création, entre 1986 et 1988, à Chalon, d'environ 1 400 emplois, dont 800 sont toutefois destinés à des employés originaires de l'usine de Vincennes. Il n'empêche que cet important volume d’emplois nouveaux profite globalement à l’activité chalonnaise grâce aux multiples apports qu'il introduit.

171Avec l'arrivée, dans ces villes moyennes, de grands établissements concentrant les emplois et dominant le plus souvent le secteur dont ils relèvent, apparaît en même temps la concentration des capitaux ; d'une part parce que la décentralisation est le fait de grands groupes, d'autre part parce que, par fusion ou rachat, les principaux acteurs de la scène économique interviennent avec d'autant plus de force qu'ils tiennent en mains une partie de l'emploi urbain.

  • 79 Saint-Gobain, nationalisé en 1981 puis de nouveau privatisé en 1986, détient, à Chalon, trois fili (...)

172Si l'on prend pour exemple le cas de Chalon, plus significatif en raison de l'importance de ses grandes unités industrielles, on s'aperçoit que plus de 80 % des salariés de l'agglomération dépendent d'un groupe industriel et financier. Les plus importants sont Kodak-Pathé, filiale française d'Eastman-Kodak, Saint-Gobain79, Framatome qui emploient respectivement 15, 12 et 18 % des salariés des entreprises industrielles de plus de 50 personnes. Avant son dépôt de bilan et sa reprise partielle par Usinor, Framatome et Jeumont-Schneider, Creusot-Loire - lui-même inclus dans le groupe Empain-Schneider - détenaient sensiblement autant d'emplois que Kodak-Pathé, si l'on y adjoint Framatome, alors société en nom collectif C.E.A.-Creusot-Loire. Mais Péchiney-Ugine-Kuhlmann (P.U.K.), Philips, Merlin-Gerin, Air Liquide représentent également un volume de main-d’œuvre variant de 2 à 4 % du total de celle-ci. A un moindre degré sont aussi présents Campenon-Bernard, A.E.G. Telefunken, Valourec, Sanders, Lesieur, Toledo-Ohio.

173Un décompte semblable à Bourg retient 10 entreprises incluses dans des groupes tels que Trouillé, C.G.E., Frigiking repris par Carrier (U.S.A.), Sandwick (Suède), P.U.K., Heuliez...

174A Mâcon, l'on retient principalement, pour le capital national et privé, les noms de Thomson-Brandt, Alsthom, C.G.E., Société Lyonnaise des Eaux auxquels s'ajoutent encore ceux d'un certain nombre de groupes financiers ou de multinationales tels que Mac Cornick (U.S.A.), Unilever (Pays-Bas), Gran Metropolitan (Grande-Bretagne) ; enfin, pour les entreprises industrielles dont l'Etat détient la majorité du capital, telles R.V.I. à Bourg ou Framatome à Chalon, il reste à Mâcon la Société nationale d’Exploitation Industrielle des Tabacs et Allumettes (S.E.I.T.A.).

175La décentralisation conjuguée à une concentration des emplois et des capitaux, et le plus souvent à une restructuration de la production, ont donc participé ensemble au renouveau industriel de Chalon, Mâcon et Bourg, en contribuant à revigorer le tissu industriel par la diversification et l'accroissement de la productivité du travail.

  • 80 A Chalon, Framatome augmente sensiblement ses effectifs : 1 050 en 1982, 1150 en 1986.

176Si les emplois se sont relativement maintenus80 dans l'ensemble, on remarque cependant qu'il s'agit d’emplois le plus souvent qualifiés, et la décentralisation renforce en quelque sorte l'atonie socio-professionnelle que nous avons évoquée. Le cas est patent pour Bourg, qu'il s'agisse des Câbles de Lyon ou de R.V.I. ; à Chalon, chez Kodak-Pathé, l'effet est quelque peu atténué dans la mesure où la deuxième décentralisation inclut celle du laboratoire de recherche et porte alors la part des cadres de 5 à 7,5 % et celle des techniciens de 10 à 14 %. Il n’empêche que les travaux de base occupent plus de 50 % de la main-d’œuvre, sans compter "le tertiaire élémentaire", qui s'élève à 17 %. Or, le niveau qualitatif des emplois conditionne la réussite du développement industriel. D’autre part, l'importance du volume de main-d’œuvre absorbé par l'arrivée de ces grands établissements entraîne un déséquilibre de l'emploi et fragilise la situation économique locale par les inégalités créées ; ainsi, en atteignant son maximum d'effectifs en 1971, soit 1 847 personnes, R.V.I. Bourg représente directement 29 % des salariés de l'industrie locale.

177Enfin, on peut aussi voir dans ces si puissantes formes d'interventions externes à la région, une réponse à la volonté des aménageurs du VIe plan, selon laquelle la ville moyenne devrait redistribuer la croissance.

I.23. Les transferts spatiaux

178L'ensemble des synergies qui fut à l'origine de l'industrialisation de Chalon, Mâcon et Bourg a créé de nouvelles logiques de production et d’emploi qui se transcrivent sur l’espace urbain, comme lors des changements apparus relatifs aux activités commerciales ; d'une part, il y a production d'espaces spécialisés dans l'accueil des unités industrielles ; d'autre part, et en retour, des transferts intra-urbains impliquent des modifications de l'affectation du sol, synonymes de désindustrialisation. Cette double transformation est une autre forme de la différenciation spatiale née de l'éclatement des fonctions urbaines, lui-même consécutif à la phase aiguë de la croissance urbaine des trente années qui suivent la fin de la guerre. A nouveau, la dynamique urbaine nous renvoie au processus d'élaboration d'un espace dual.

- La production d'espaces industriels

179Dans le cadre de la politique du zonage urbain définie en 1958 et liée à l'élaboration des plans d'urbanisme, apparaît la zone industrielle destinée à accueillir dans les meilleures conditions les industries urbaines. Même si les modalités juridiques ainsi que la terminologie adoptée varient avec le temps, la mise en place des zones industrielles est confiée aux collectivités locales et aux chambres consulaires, par l'intermédiaire de sociétés d'économie mixte comme la Société d'équipement du département de l'Ain ou la Société d'équipement du département de Saône-et-Loire ; ces opérations foncières sont destinées à la fois à desserrer le centre-ville, à favoriser la décentralisation, mais aussi à résoudre les problèmes de l'emploi de la région. Nos villes affirment par là leur volonté d'expansion alliée à leur souci d'aménagement local.

  • 81 zone portuaire Sud de Chalon est seulement occupée au tiers, la zone de la Garenne à Chatenoy-le-R (...)

180Cela est si vrai que les zones industrielles de nos villes ne cherchent pas à regrouper des investissements selon leur branche ou leur activité, mais accueillent toutes les industries qui acceptent de se déplacer vers l'espace imparti. Aussi les zones industrielles deviennent-elles le plus souvent fort disparates, porteuses d'industries qui n'y ont pas exactement leur place mais qui permettent, faute de mieux, de valoriser un espace dont l’aménagement a coûté fort cher. L'hétérogénéité évoquée croît avec le temps, non seulement parmi les activités industrielles, mais aussi par l'accueil d'entreprises à caractère commercial et de services. A Mâcon, la part d'établissements industriels passe de 91 % dans la zone du Stand la plus ancienne - à 2 % dans celle du Km 400-, l'une des dernières créées. Par ailleurs ces zones ne sont pas toutes loties81, ou le sont de manière peu rentable lorsqu’elles sont occupées par des entreprises ayant depuis cessé toute activité.

181L'idée de créer une zone spécifiquement destinée aux établissements industriels est née tôt à Chalon, alors même que s’ébauche le premier plan national d'aménagement du territoire. Les pouvoirs publics donnent eux-mêmes l'impulsion en allant jusqu'à suggérer la vocation de Chalon en ce domaine. Lors d'une conférence sur l'aménagement du territoire à l'assemblée des présidents de chambre de commerce et d'industrie, en novembre 1950, le ministre de la Reconstruction et de l'Urbanisme E. Claudius-Petit fait directement allusion à Chalon : "une petite ville située sur une rivière, un canal et une importante voie de chemin de fer, à proximité relative des sources de matières premières lourdes et proche de centres de transformation chimique importants ; cette petite ville susceptible de communiquer avec le centre de la France, par la voie d'eau et la route, avec tous les réseaux ferroviaires et notamment avec celui de l'Est, et en liaison quasi directe avec la Méditerranée, semblait promise à un brillant avenir et pouvait au moins doubler le chiffre de ses habitants pour peu que les hommes qui y demeuraient consentissent à donner à la vie de cette cité, l'intensité que connaissent les villes suisses de même importance".

Graphique 30 : les implantations d’établissement en zone industrielle Nord 1951-1975

Fig. 56 : Chalon, les zones industrielles

Fig.57 : Mâcon, les zones industrielles. Source : Atelier municipal d'urbanisme

  • 82 Virey, Crissey, Chamforgeuil, Fragnes. Cf. figure no 56, p. 363.
  • 83 Cf. graphique no  30, p. 363.

182La première zone industrielle naît de ces bons vouloirs dès la même année et, en toute logique, elle reçoit le soutien appuyé des pouvoirs publics qui la considèrent comme une opération pilote. Elle est aménagée de part et d'autre d'un canal du Centre nouveau tracé dont le percement sera effectué peu après - immédiatement à l'amont de la zone industrielle portuaire mise en place après l'ouverture du port Nord en 1949, et elle comporte une trentaine d’entreprises réparties sur 80 ha. Cette zone industrielle dite Z.I. Nord est établie sur un plateau non inondable de maigre valeur agricole. Aujourd'hui, elle s'étale sur 430 ha en partie inclus dans les communes voisines82. Au départ, sa surface ne comprend que 140 ha, mais elle est bientôt portée à 230, puis à 430 ha en 1975. C'est que le remplissage de la zone industrielle est rapide, particulièrement grâce à Kodak-Pathé, qui réserve 230 ha pour une expansion ultérieure. L'afflux d'établissements est conforme au rythme du développement industriel de Chalon, où le début des années soixante marque une période particulièrement faste tant en surfaces acquises qu'en nombre d’établissements implantés83, lesquels sont 197 en 1986.

183Plus tardivement (1974), selon les mêmes modalités que pour la première, une seconde zone industrielle est également jumelée au port fluvial, mais cette fois en rive gauche, autour du deuxième port de Chalon ; l'ensemble de 210 ha est lié d'une part au développement de Creusot-Loire et à la présence de la centrale thermique, d’autre part à la venue de Framatome (1973). Couvrant 257 ha, dont 54 de zone portuaire et 90 de darse, elle est raccordée directement à la Saône et est destinée à l’industrie lourde. Enfin, peu après (1975), est créée une troisième zone dite Ouest, à la Garenne (50 ha), sur la commune de Chatenoy-le-Royal, dont Alsthom est l'établissement le plus prestigieux (1986 : 600 emplois) ; cette même commune comporte en outre une zone dite verte de 13 ha destinée aux activités artisanales et commerciales.

184Lors de l’élaboration du S.D.A.U., d'autres projets de création de sites industriels ont vu le jour au-delà de la première couronne de l'agglomération, à Sevrey et à Marnay par exemple ; mais, dans une situation économique difficile et faute d'avoir été portés par une prospective raisonnable, ils n'ont pu être suivis d'effet, comme tant d'autres ambitions issues des S.D.A.U.

  • 84 Cf. figure no 57, p. 364-365.

185Les desseins de Mâcon84 en matière industrielle se révèlent également précoces et étoffés si l'on songe à la très relative importance de la ville dans les années soixante. Dès 1951, une nouvelle phase d'aménagement et d'équipement des terrains encore disponibles (zone dite du Stand) ne réussit guère à pallier l'exiguïté de la première zone industrielle (36 ha) aménagée avec le port entre les deux guerres. Aussi, afin de pouvoir attirer de nouveaux établissements, une nouvelle zone industrielle portuaire est totalement reconstituée. C'est ainsi qu'en 1966 naît le port Sud ; il s'étend sur 30 ha, lesquels bordent une darse de 40 ha accessibles directement aux convois de 3 000 t. ; et il est associé à une zone industrielle de 42 ha extensible à 200 ha. En même temps est installée la petite zone des Bruyères (25 ha) à l'ouest de la ville, puis plus tard celle de la commune de Senozan au nord (1978, 12 ha), et enfin celles des Saugeraies (7 ha) et du Km 400 (11 ha), aux limites de la ville et de Sancé.

  • 85 Cf. figure no 40, p. 251.

186Divers projets ont, là aussi, plus ou moins avorté, par exemple lors de la mise en place de la Z.A.C. des Saugeraies (7 ha) ; et le grandiose n'est pas non plus absent du S.D.A.U.85, où le projet reçoit son double en rive gauche et où, 15 ans plus tard, seule la Z.A.C. de Senozan est réalisée. Celle-ci illustre par ailleurs le soutien apporté par la ville de Mâcon et la C.C.I. au développement des zones industrielles dans les communes avoisinantes ou associées telles encore Loché (5 ha) et Sennecé (20 ha). A Loché, la municipalité de Mâcon vient de saisir l'opportunité que lui offre l'opération "Banlieues 89", coordonnée par le ministère de l'Urbanisme et du Logement, pour mettre en valeur le carrefour que représente la ligne du T.G.V. avec la gare de Mâcon-Loché, l'autoroute A.6, la nationale 6, la nationale 79 remaniée dans le cadre de la liaison Centre-Europe Atlantique. En effet, l'industrie mâconnaise a subi sévèrement bien que tardivement les conséquences de la crise ; et tenter de valoriser un espace d’échanges aussi exceptionnel peut contribuer à relancer l'économie urbaine selon des modalités nouvelles, comme celles qui s'attachent à la recherche et aux secteurs de pointe de l'industrie. En ce sens, le projet de création d'une Z.I.R.S.T. (zone industrielle de recherche scientifique et technique) dans une ville moyenne - alors que la première zone de ce type est née à Grenoble dans un cadre d'une autre échelle - confirme cette volonté constante d'adaptation au changement montrée par les trois villes. Chalon et Mâcon paraissent en ce sens particulièrement maîtriser à propos la production d'espaces différenciés adaptés aux temps forts de la croissance urbaine ainsi qu'à leurs expressions spécifiques. A l'heure de la récession, des formes nouvelles sont destinées à apporter des solutions appropriées ; des zones industrielles (Z.I.) aux zones d'aménagement concerté (Z.A.C.), ou différé (Z.A.D.), et aux zones d'activité économique (Z.A.E.) en passant par les zones artisanales, les zones dites vertes, ou encore les zones industrielles portuaires (Z.I.P.) et aujourd'hui les Z.I.R.S.T., toute la gamme des possibles paraît être exploitée au fur et à mesure des opportunités juridico-financières offertes.

  • 86 Cf. figure no 58, p. 369.

187La zone d'activité de la Chambière, à Bourg, donne un autre exemple de réponse à une situation de difficultés économiques. La ville de Bourg s'est lancée beaucoup plus tard que ses voisines dans la création d’une zone industrielle86. A cela apparaissent plusieurs raisons. D'une part, les établissements industriels les plus importants, comme Tréfilunion ou les Câbles de Lyon, se sont implantés d'emblée aux limites de la ville sur de grands terrains que la commune - ou ses voisines - pouvait aisément allouer en raison de sa vaste superficie. D'autre part, le développement industriel a davantage concerné des P.M.I. qui ont également trouvé place sans difficulté dans un tissu urbain desserré ; et, nous l'avons vu, ce redéploiement est particulièrement vif dans les années soixante. Enfin, l'arrivée de R.V.I. implique une telle demande d'espace approprié que l'implantation de l'affaire représente à elle seule la constitution sur 120 ha d'une véritable zone industrielle. Si bien que la ville de Bourg, au moins dans une première phase, semble plus gérer la croissance que la provoquer en l'anticipant à l'image de Chalon ou même de Mâcon.

188Ainsi, la première zone industrielle (environ 50 ha) reçoit son premier établisse ment en 1964. Elle est ensuite, en 1971, agrandie de 10 ha, en particulier pour recevoir Ugine-Aciers devenue Sprint Métal sept ans plus tard. La zone de Pennessuy (15 ha), établie à proximité de R.V.I., est davantage une zone artisanale et commerciale, et les communes de périphérie n'offrent que quelques zones artisanales comme celles de Péronnas.

189Devant ce constat, la municipalité de Bourg et la C.C.I. affichent une détermination commune : exploiter un potentiel de développement jusque là peu valorisé. Cette attitude, novatrice à la fois dans la démarche et dans le projet, cherche à ne pas renouveler l'erreur passée qui a conduit Bourg à demeurer relativement à l'écart de la croissance industrielle, à l'inverse de régions voisines comme le pays de Gex ou la côtière de la Dombes ; si l'absence de terrains industriels aménagés et attractifs peut en être l'une des causes, la chance de Bourg aujourd'hui est entrevue dans "sa situation géographique exceptionnelle, au centre de gravité de l'Europe", comme l'indique la publicité de la zone de la Chambière. C'est-à-dire qu'avec plus de dix ans de retard, Bourg reprend un thème exploité à Mâcon, celui du "carrefour de l'Europe".

190Inscrit dans une Z.A.D. de 130 ha, le parc d'activités de la Chambière s'étend sur les trois communes de Saint-Denis, Viriat et Bourg. A la jonction de l'autoroute A.40 Mâcon-Genève, à proximité de la gare de Bourg où s'arrêtent les T.G.V. Paris-Genève, raccordé au réseau ferré, ce centre polyvalent, constitué d'une première Z.A.C. de 50 ha, est destiné à attirer des petites et moyennes entreprises (P.M.E.) pour lesquelles la qualité de l'infrastructure d'accueil et les facilités de liaisons sont primordiales. En ce sens, Bourg innove et se fonde sur une prospective originale - en particulier en regard du passé - pour relancer une dynamique aujourd'hui bien amortie.

Fig. 58 : Bourg, les zones industrielles

191Chalon, Mâcon et Bourg ont donc toutes trois exploité l'ensemble des modalités offertes pour définir des portions d'espaces vouées à la production industrielle, sortes de tremplins obligés du développement que les villes cherchent à susciter afin de créer des emplois et d'aménager un espace local dont la structure est alors bouleversée brutalement sans retour. Ces zones sont considérées comme l'expression majeure des stratégies d'expansion urbaine, en dépit des dysfonctionnements que nous avons énoncés, lesquels témoignent des velléités nées le plus souvent des ambitions démesurées inscrites dans les S.D.A.U. Cependant, l'apparition puis le développement constant du secteur tertiaire sur ces zones industrielles traduisent par ailleurs, outre les difficultés dues à la crise et les faiblesses du tissu industriel local, la tertiarisation de l'économie d'aujourd'hui.

192Les potentialités accordées aux zones industrielles sont telles que parfois, sous la pression de firmes industrielles, municipalités et chambres de commerce entérinent et achèvent des créations de fait ; la politique du "coup parti" paraît alors la moins mauvaise solution lorsqu’il est question de sauvegarder ou de développer des emplois.

193Motivant des créations de zones industrielles, on retrouve dans les trois villes un même souci d'exploiter des potentialités communes, comme la qualité des carrefours urbains, avec en outre la présence de la voie d'eau, en particulier à Chalon et à Mâcon où les zones industrielles les plus importantes lui sont associées. Autrement dit : même situation, même réponse ; ces schémas types des rapports entre la création de sites industriels et la croissance urbaine propres à nombre de villes en plein essor - ou cherchant à le devenir - dans les années soixante, à l'instar de Chalon, Mâcon ou Bourg, montrent que la maîtrise économique est supposée passer par celle de l'espace. Sous couvert de réduction de nuisances, de fonctionnalisme et de moindre coût, les zones industrielles sont rejetées en périphérie là où la pression foncière est encore restreinte. Dès lors, l'espace intra-urbain est soumis à un phénomène contraire de désindustrialisation ; à son tour il renforce la différenciation spatiale née de la localisation prédéterminée de sites industriels propres, mais aussi de l'habitat de masse de la main-d’œuvre qui leur est associée, ainsi qu'ultérieurement des grandes surfaces commerciales à la recherche des points forts du développement et du profit des années euphoriques de la croissance.

- La désindustrialisation

194Rares sont dans les trois villes les entreprises qui effectuent un transfert hors les zones industrielles, lesquelles offrent de multiples atouts si l'on s'en tient aux réponses à l'enquête auprès des établissements industriels précédemment citée. En effet, les terrains sont assez vastes pour recevoir des entreprises consommatrices d'espace ou génératrices de nuisances ; les raccordements aux réseaux ferrés et routiers ainsi que la proximité de la voie d'eau facilitent, bien sûr, approvisionnement et commercialisation, alors que le tissu urbain ancien, densifié, coûteux, à la circulation difficile, ne permet plus d'installations ou d'extensions. L'augmentation de la valeur foncière et la création des zones industrielles remettent ainsi en cause l'affectation des sols.

* Le cas de Chalon

  • 87 Cf. figures no 59, 60, p. 372, 373.
  • 88 Il s’agit de transferts des ateliers et/ou des bureaux.

195Le cas de Chalon est d'autant plus significatif de la désindustrialisation que son héritage industriel est plus important et plus lointain, disséminé primitivement dans le tissu ancien87. Après la création de la première zone industrielle, les transferts s'opèrent assez rapidement, et toutes les tailles d'entreprises, toutes les branches d'activité sont touchées par une nouvelle localisation au sens large du terme88 ; seulement 6 % des établissements soumis à l'enquête y échappent. Il est vrai que la crainte de perdre de la main-d’œuvre transférée est quasiment inexistante dans une ville de taille moyenne, où les distances à couvrir sont relativement courtes.

196La zone industrielle Nord accueille près de la moitié des établissements enquêtés, soit l'essentiel de ceux qui disposent de forts effectifs salariés. Ainsi les deux tiers des unités de 100 à 500 salariés, et même de celles de 50 à 100 salariés, appartiennent au groupe qui migre vers la zone Nord. Quelques autres s'installent à proximité de la ville, hors zone organisée, comme à Saint-Rémy. Si les très grandes affaires ne migrent pas, comme on peut l'observer à la lecture des cartes de transferts et d'installations, c'est uniquement parce que leur création récente est d’emblée réalisée sur les espaces alloués, tels Kodak dans la Z.I. Nord et Framatome dans la Z.I. Sud, ou alors parce que, bien que plus ancienne, leur installation, à l'époque loin du centre, a suffisamment préservé l'avenir. C'est le cas de Creusot-Loire ou de Saint-Gobain, dont par ailleurs la lourde infrastructure n'autorise guère un déplacement, et même si, pour Saint-Gobain en particulier, la périphérie de jadis ne mérite plus guère ce nom et n'est pas sans présenter d'inconvénients.

197Evidemment, les petites entreprises se sont peu déplacées vers les grandes zones industrielles, où les lots sont à la fois vastes et chers, variant de 20 ha à 2 000 m2 dans la Z.I. Nord et de 30 ha à 1 ha dans la Z.I. Sud. Le plus souvent, les petites unités ont quitté d’elles-mêmes leur ancienne implantation pour trouver un emplacement approprié en dehors des quartiers trop densifiés, soit à Chalon même, soit dans les communes de l'agglomération, où les taxes immobilières sont moins onéreuses.

198Si d’autre part on examine les secteurs d'activité concernés, on remarque bien sûr que les transferts sont en majorité relatifs aux productions polluantes et/ou exigeantes en surface. La moitié des entreprises métallurgiques, toutes les entreprises de B.T.P. ont rejoint une zone industrielle.

Fig. 59 : Les implantations industrielles à Chalon jusqu’en 1986

Fig. 60 : Les transferts industriels et les nouvelles localisations à Chalon, 1986

199La majorité des déplacements se produit tôt, rapidement après l'achèvement des zones industrielles. En revanche, depuis quelques années, peu de changements sont à noter pour d'évidentes raisons de coût ; on dénombre depuis 1982 un seul déménagement de quelque importance à destination de la Z.I. Nord.

200Au total, les nouvelles implantations représentent 71 % des établissements de l'échantillon d'enquête (dont 90 % en zone industrielle), soit par migration à partir du tissu ancien (65 % de l'ensemble), soit par arrivée de l'extérieur, ou encore création sur place. Seulement une faible fraction (6 %) demeure dans le centre ou à proximité, le reste se contentant d'une première implantation suffisamment à l’extérieur des quartiers densément urbanisés, voire déjà dans des zones industrielles que l'époque ne désignait pas comme telles mais qui en assuraient les fonctions (quartier du Petit Creusot avec Creusot-Loire, Air Liquide...).

* A Bourg et à Mâcon

  • 89 Cf. figure no 61, p. 375.

201Si le desserrement industriel à Chalon est à la mesure de l'ampleur des mouvements que nous venons de présenter, il est beaucoup plus limité à Bourg et à Mâcon, conforme là encore au poids de l'héritage industriel. Sans doute est-ce à Bourg où les transferts sont le moins nombreux89, en raison des vastes espaces que la superficie communale a permis d'offrir dès leur création aux établissements industriels. Les plus importants sont situés aux marges de la commune, le long des grandes voies d'accès à la ville ; ainsi, ni Morgon, ni Tréfilunion, ni les Câbles de Lyon, ni même R.V.I., plus tardivement arrivé, n'éprouvent le besoin d'une nouvelle implantation.

202Si bien que seules trois usines métallurgiques sont installées en zone industrielle, et le volume d'emploi représenté est relativement faible par rapport au nombre d'entreprises déplacées, lesquelles comprennent d'ailleurs des unités de commerce de gros et de services. Lors de leur installation en zone industrielle, trois entreprises seulement atteignent ou avoisinent la centaine de salariés ; les autres établissements ont alors en moyenne une dizaine de salariés. Aujourd'hui, les 12 plus importants atteignent à peine la cinquantaine de salariés, en dépit des 260 personnes du plus gros employeur. En fait, cela est conforme à la spécificité du tissu industriel que nous avons précédemment décrit.

203En revanche, à Mâcon, le desserrement industriel est à la fois semblable à celui de Bourg et à celui de Chalon. D’une part les grandes entreprises sont, comme à Bourg, d'implantation relativement récente, soit situées à l'extérieur du centre-ville, comme Bergeaud, soit directement installées dans les zones industrielles, comme Alsthom. Mais d’autre part, compte-tenu de l'exiguïté de la surface communale, de la densité du bâti, de la pression foncière et de l'opportunité de transferts dans les zones mises en place, c'est, à l'image de Chalon, la presque totalité des entreprises qui partent vers un site propre.

Fig. 61 : Les transferts industriels et les nouvelles localisations à Bourg, 1986
Source : enquête 1982, mise à jour 1986

204Enfin, en dépit de leur appartenance au domaine du commerce, mais en raison de leur nombre et des surfaces libérées, il faut signaler les transferts des maisons de vins. Car faute de place, de bâtiments fonctionnels, de facilité d'accès pour les camions de transport, les négociants éleveurs ont eux aussi peu à peu quitté la ville pour ses abords, en particulier au sud le long de la nationale 6.

* Désorganisation et réorganisation : le quartier Rambuteau à Mâcon

205Dans les trois villes, et plus spécialement à Chalon et à Mâcon, la désindustrialisation est donc d'envergure par suite des transferts, mais aussi par suite des fermetures d'unités de production durant ces quelques dernières années, sous l’effet de la crise. L’imprimerie Protat a laissé un temps, en plein cœur du centre-ville de Mâcon, une véritable friche industrielle. Car les problèmes de rachat de terrains à prix très élevés, conjugués aux difficultés de mise en forme de projets d’aménagement urbain relatifs à de grandes surfaces bien situées, repoussent souvent plus loin les solutions.

206Cependant, dans la plupart des cas, le desserrement industriel donne lieu à une reprise immobilière assortie de projets urbanistiques s’il s'agit de vastes îlots. En étudiant l'aménagement de centre-ville - ou péri-central - nous avons noté l'ampleur du remodelage du quartier Boucicaut-Colombière ou encore du quartier Saint-Cosme à Chalon. Ces anciens quartiers industriels et portuaires sont devenus résidentiels, lotis en immeubles dits de bon standing, prévus le plus souvent pour l'accession à la propriété.

207Mais pour approcher au mieux les conséquences des transferts spatiaux par suite de désindustrialisation intra-urbaine, le cas de Mâcon nous paraît des plus explicites en raison du nombre restreint des entreprises concernées, comparativement à Chalon, et, en revanche, de l’importance relative du nombre des salariés et des surfaces concernées.

  • 90 Seguin : compteurs, robinetterie ; Monet-Goyon : mobylettes puis machines de jardinage ; Combier : (...)

208Parmi d’autres, quatre départs exemplaires : ceux de Seguin, Monet-Goyon, Combler, Bouilloux90. Ces entreprises quittent des emplacements anciens, là même où elles ont pris naissance, aux limites du centre historique, dans un tissu totalement urbanisé ; leurs locaux sont inadaptés aux conditions contemporaines de la production, par vétusté comme c'est le cas pour Monet-Goyon, par exiguïté, voire par suite de l'émiettement des bâtiments rachetés peu à peu au gré des possibilités du quartier, comme pour Bouilloux. Si l'ancienne usine Seguin ne donne lieu qu'à une simple opération immobilière privée et luxueuse (le clos de la Bigeonnière), liée à un réaménagement du carrefour qui la borde, il n'en va pas de même des autres unités, situées toutes trois dans le même quartier. A la fois la désorganisation et la réorganisation de celui-ci donnent la mesure de la désindustrialisation intra-urbaine.

  • 91 Cf. figure no 62, p. 378. Certaines rues accusent des pentes de 5 à 6 %.

209Le quartier Rambuteau est situé à l'ouest de la ville, aux abords du centre ancien, immédiatement au-delà de la tranchée du chemin de fer, sur les premières pentes des coteaux91. C’est un ancien faubourg développé en grande partie aux XIXe siècle à partir de la porte de la Barre, de part et d’autre de la voie de roulage vers Cluny et Nevers. Longtemps, celle-ci est le seul axe d’entrée et de sortie à l’ouest de la ville et, comme tel, porteuse des barrières de l’octroi. Encore aujourd'hui, cette rue Rambuteau est une portion de la nationale 79.

210Le décor actuel date essentiellement du XIXe siècle, avec la percée du chemin de fer, la mise en place des rues, le tracé des boulevards qui limitent le quartier à l’ouest, et les constructions d'une école primaire, d'un collège religieux (l'actuel C.E.S. Bréard), la transformation d’un vieil hospice de charité en maison de vieillards (la Providence). Ces fondations ont conservé de nos jours leur vocation primitive et demeurent les repères principaux du paysage urbain dans la mesure où les usines qui ont peu à peu organisé le quartier autour d'elles n'existent plus.

211Très tôt, le quartier Rambuteau rassemble des populations de condition modeste qui tirent quelque profit de ce lieu de transit : aubergistes, artisans du bâtiment et du bois, tels les tonneliers et les charrons... Profitant de la présence de cette population labo rieuse, laquelle possède pour partie un certain savoir-faire, quatre entreprises s'installent et se développent au cours du XXe siècle.

212La plus ancienne, l'entreprise Bouilloux, date du siècle dernier, mais c'est à partir de la première guerre mondiale qu'elle prend une véritable importance. Spécialisée dans la production, la vente et la réparation de matériel agricole, elle emploie une centaine de salariés entre 1960 et 1977. Ses installations sont alors dispersées dans trois îlots, par suite d'héritages et de rachats successifs.

213L'entreprise Combier date de 1907, et d'un modeste atelier photographique naît peu à peu une entreprise importante et novatrice pour son temps ; en 1968, elle compte un maximum de 150 employés et produit alors 30 tonnes de cartes postales.

214Datant de 1917, l'usine Monet-Goyon est la plus grosse unité de production du quartier. Adossée au chemin de fer, elle se présente sous la forme d’un immense bâtiment de quatre étages aérés de verrières, sur 20 000 m2 de plancher. Le maximum d’emplois date également des années soixante-dix avec 850 personnes.

215Enfin, la fonderie Chartier, spécialisée dans la robinetterie, naît en 1930. Ses plus gros effectifs atteignent la centaine de salariés dès l'avant-guerre.

216De ces quatre entreprises, deux partent en 1970 (Combier et Monet-Goyon), une en 1977 (Bouilloux). Seule l'usine Chartier reste en place, mais, après de vives difficultés et son rachat par les cadres et quelques fournisseurs et clients en 1978, elle ne survit plus qu'avec une trentaine de salariés. Aussi peut-on dire qu'avec la désindustrialisation des années soixante dix, le quartier Rambuteau perd la quasi totalité de ses emplois, environ 1 200 ; ce sont pour la plupart des postes d'ouvriers.

Fig. 62 : La désindustrialisation du quartier Rambuteau à Mâcon, 1970-1986

  • 92 L’examen des données statistiques des différents recensements est effectué sur la base de quatre s (...)
  • 93 R.G.P. 1975, population du quartier : 1 379 habitants. Cf. graphique no 31, p. 380.

217A ce moment là, cette partie de la ville se présente comme très vétuste92 avec seulement 5 % de logements construits après 1914, lesquels sont en fait des villas individuelles bâties aux marges du quartier. L'ensemble de ce dernier est composé d'immeubles peu élevés, divisés en petits logements peu confortables. Un rapide examen de l'évolution de la population résidente montre divers changements déjà aperçus en partie lors de l'analyse comparative des quartiers urbains. Si la population décroît quelque peu de 1962 à 1968 (-4 %), elle se redresse nettement entre 1968 et 1975, et entre 1975 et 1982 (+15 %). Mais elle accuse un vieillissement marqué, la proportion des plus de 65 ans passant de 11 à 17 % de l'ensemble de la population alors que celle des moins de 20 ans diminue presque dans les mêmes proportions. D’autre part, la forte régression des patrons de l'industrie et du commerce (4 %) est liée ici à la fermeture des boutiques alimentaires d'un quartier aux portes de l’hyper-centre. Dans le même temps, on s'aperçoit que les ouvriers sont légèrement moins nombreux (-4 %), tout en demeurant le groupe principal (69 %), alors que les cadres moyens et supérieurs s'accroissent dans de grandes proportions (+10 %). Cette nouvelle répartition transcrit la réalité socio-spatiale du desserrement industriel.93

218Malgré le déplacement de leur lieu de travail, les populations ouvrières ont conservé leurs logements, peu confortables mais peu onéreux et proches du centre, que l'arrivée à l'âge de la retraite rend par ailleurs encore plus appréciables. En revanche, la désindustrialisation et les transferts d'affectation du sol qui lui sont liés permettent, par le jeu de la rénovation du quartier, une amorce de mutation sociétale que traduit l'arrivée des cadres. En effet, les transformations du bâti sont de grande ampleur et contribuent à faire perdre au quartier son image populaire.

219A partir de 1970, et surtout depuis 1980, 196 appartements, dont 42 H.L.M., sont construits sous la forme de petits immeubles, à l'emplacement d'ateliers détruits (établissements Bouilloux par exemple), d'entrepôts, et même de l'école Ozanam, démolie en 1981-1982 ; ces programmes immobiliers se rattachent au réaménagement global du quartier permis par le départ de Monet-Goyon. En effet, la limite nord du quartier Rambuteau est tracée par le fond du vallon des Rigolettes, sur lequel s'adossaient l'usine et les jardins de la Providence ou de l’école religieuse. L’actuelle municipalité a saisi l'opportunité de la démolition de l'usine pour revenir sur un précédent projet destiné à détourner le trafic de la rue Rambuteau - N.79 - sur une large voie urbaine empruntant le vallon des Rigolettes. Celui-ci est devenu un vaste espace vert, sorte d'axe piétonnier au cœur de la ville mais nécessitant alors l'aménagement d'un raccord de voirie rapide avec la rue Rambuteau, aux deux extrémités du quartier ; il s'agit, à l’est, d'une estacade le long de la voie ferrée, à l'emplacement de l'usine, et d'une reprise de carrefour à l'ouest, avec destruction des vieux îlots de la place Saint-Louis, face aux ex-établissements Bouilloux, cependant que le reste de la place libérée par Monet-Goyon devient un vaste parking aux portes du centre ancien.

Graphique 31 : Le quartier Rambuteau à Mâcon, quartier ouvrier et désindustrialisation 1954-1982

220L'exemple du quartier Rambuteau nous montre ainsi que la désindustrialisation intra-urbaine, liée à la création des zones industrielles et au réaménagement qui s'en suit, contribue à accentuer la différenciation spatiale. Les transferts spatiaux sont à la mesure du développement industriel que les trois villes ont suscité depuis la guerre, selon des schémas comparables mais conformément à leur dynamisme propre.

221Ainsi que le commerce, l'industrie différencie l'espace, d'abord par la production d'espaces périphériques spécialisés, ensuite, par effet en retour, en contribuant à une nouvelle structuration. La logique de la production, de même que celle de la distribution c'est-à-dire celle du profit - se traduit par la division technico-économique de l'espace, suivie d'une division sociale qui ne fait que renforcer l'opposition déjà énoncée entre le centre-ville et la périphérie.

222Il reste à examiner le rôle du secteur des services comme troisième composante essentielle de la dynamique économique, afin de vérifier la convergence des effets des activités économiques en matière de différenciation spatiale.

I.3. TERTIARISATION ET ESPACE PERI-CENTRAL : LE DEPLOIEMENT DES ACTIVITES DE SERVICE

  • 94 Le secteur tertiaire est défini, par l'I.N.S.E.E., selon diverses rubriques :

223Parler de tertiarisation de l'économie contemporaine, c'est répéter une assertion bien connue, et affirmer une fois de plus qu'elle est le signe éminent du changement qui conduit la société industrielle héritée du XIXe siècle à une société dite postindustrielle et technocratique, où le secteur des services est devenu primordial, prenant le relais des activités industrielles comme fondement de la dynamique urbaine. Il en est ainsi à Chalon, Mâcon et Bourg, où le secteur tertiaire augmente respectivement de 5,2 %, 7,6 % et 8,6 % entre 1954 et 198294, pour atteindre 58 % des actifs à Chalon, 67 % à Mâcon et 71 % à Bourg.

  • 95 Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne, 1973. « Les bureaux ». Cahiers de l (...)

224Notre investigation ne relève ici que de ce qu’il est convenu d'appeler le tertiaire de bureaux, en tant que facteur de structuration du système local d'emploi comme de l'espace urbain, en complément des autres secteurs économiques. Aussi sont retenues les activités d'établissements spécifiques "n'échangeant avec l'extérieur que des informations orales ou des documents", selon la définition la plus communément admise95. Il s'agit des établissements dont l’activité s'exerce à titre principal dans des bureaux dits "bureaux purs", soient ceux des administrations, des banques, des assurances, des professions libérales..., mais aussi dans des bureaux "dissociés", soient ceux des sièges sociaux, des entreprises industrielles, des services d'étude, de marketing, d'informatique qui sont issus du secteur secondaire. Chaque fois sont pris en compte des emplois de "cols blancs", à l'exclusion de ceux qui les accompagnent et relèvent d'autre catégories (les femmes de ménage, les chauffeurs...).

225Les sources disponibles qui autorisent le traitement des emplois sont issues des divers recensements de population, mais aussi du fichier S.I.R.E.N.E. des établissements (Système informatique pour le répertoire des entreprises et établissements), constitué par l'I.N.S.E.E. ; les données permettant de suivre le parc de bureaux relèvent du fichier S.I.R.O.C.O. (Système informatique répertoriant des opérations de construction) du ministère de l'Equipement, ou encore des déclarations relatives aux réserves d'opérations foncières établies dès 1970 par les services cadastraux.

I.31. L'exemple de Mâcon

226Afin de réduire le lourd travail de collecte de données, nous avons choisi de limiter cette appréciation des activités de service à la ville de Mâcon dont l'exemple nous paraît judicieux, en raison de sa situation intermédiaire, entre Chalon et Bourg, pour l'importance du domaine tertiaire, mais aussi parce que Mâcon possède un service public et para-public étoffé et ancien, lié à son rôle de préfecture. En revanche, les bureaux dits dissociés tiennent une place beaucoup plus restreinte, en particulier par suite de la nature même du secteur industriel, plus tourné vers les tâches d'exécution que vers celles d'études et de recherche, qu'il s'agisse de petites et moyennes entreprises locales ou de filiales de grands groupes. En ce sens, il en va de même à Bourg et à Chalon, où seul le transfert récent des services de laboratoire de Kodak fait exception.

  • 96 Dont au total plus de la moitié des salariés constitue le service des bureaux purs.

227La distinction classique entre les secteurs publics et para-publics, d'une part, et le secteur privé, d'autre part, montre tout le poids des premiers au chef-lieu du département avec 31,4 % des actifs au lieu de travail et ayant un emploi, contre 20 % à Chalon et 28 % à Bourg. C’est-à-dire que 42 % des actifs du secteur tertiaire de Mâcon sont des salariés de l'Etat et des collectivités locales, lesquels sont parmi les plus gros employeurs de la ville96 ; ainsi, sur 6 employeurs de plus de 500 salariés, 3 relèvent du secteur public, de même que 6 des 15 employeurs de 200 à 499 salariés, et 7 des 37 employeurs de 100 à 199 salariés. Le reste du tertiaire, soit le secteur privé, se répartit entre la production économique (environ 400 personnes), les services aux particuliers (environ 2 700 salariés) et le secteur financier (900 personnes). Au total, le tertiaire de bureau équivaut à quelque 6 300 emplois.

Graphique 32 : Les emplois de bureau à Mâcon 1968-1982 (secteur privé)
Source : ASSEDIC de Bourgogne

  • 97 Cf. graphique no 32, p. 383.

228Si l’on considère les rythmes de croissance de l'emploi des principaux services publics et du secteur privé, on rencontre le plus fréquemment une très forte augmentation des effectifs depuis 1968, mais encore plus à partir de 1975 ; 85 % du croît des effectifs du secteur public interviennent entre 1975 et 1982. Mais il est à noter que nombre d'administrations ont déjà dès cette époque stabilisé leurs effectifs, la croissance s'étant le plus souvent effectuée dans les années précédentes. D’autre part, les sondages entrepris auprès des services les plus importants montrent que depuis 1982 la stabilité de l'emploi se maintient ; parfois même y-a-t-il régression par non rem placement des départs en retraite. Dans le secteur privé, la croissance brutale97 paraît avoir lieu un peu plus tôt, sans doute à cause des moindres pesanteurs de fonctionnement, et spécialement pour les services financiers et les services aux entreprises ; cette forte augmentation des effectifs salariés est suivie le plus souvent d'un reflux sévère avec l'arrivée de la crise, puis d'une légère reprise vers 1980, excepté pour les organismes financiers, d’assurances et d’immobilier, où aujourd'hui l’adéquation des emplois et de l'activité semble être assurée, en particulier par l'arrivée de nouveaux moyens dans les domaines de la bureautique et de la télématique, lesquels ont sans nul doute, après quelque période de tâtonnement, amélioré la productivité. La croissance à la fois plus durable et plus régulière des effectifs des services aux particuliers est tout aussi significative, dans un autre registre, de la poussée continue et régulière du secteur tertiaire, ici plus ajusté à la conjoncture et au marché local à très court terme, en partie parce que relevant de petites affaires à très faibles effectifs.

229Il est à noter d’autre part que ces emplois tertiaires sont dans l'ensemble peu qualifiés, en particulier dans le secteur privé, où le taux de qualification n'atteint pas 70 %. En revanche il avoisine 80 % dans le secteur public et para-public avec 20 % de cadres supérieurs, 24 % de cadres moyens et 35 % d'employés qualifiés. C'est encore le secteur qui offre le plus fort taux de féminisation. On peut en effet considérer que 30 % des femmes du bassin d'emploi de Mâcon travaillent dans des organismes publics, contre 15 % des hommes. Et même si des variations importantes existent d'un service à l'autre, globalement c'est aussi le tertiaire public qui permet le plus de promotion, toutefois dans le champ limité des cadres moyens...En même temps que s'enflent les effectifs, le parc de bureaux subit un changement comparable. D'après le fichier S.I.R.O.C.O., on enregistre, entre 1968 et 1982, 45 demandes de permis de construire à usage de bureaux suivis d'une déclaration d'achèvement de travaux. Les surfaces correspondantes ne sont indiquées que depuis 1974 et représentent alors, pour les 37 permis recensés, 26 400 m2 de bureaux, soient 9 permis et 5 600 m2 pour le secteur public, et 28 permis et 20 800 m2 pour le secteur privé, largement majoritaire. A ces résultats devraient enfin s'ajouter les surfaces qui bénéficient d’un changement d'affectation, comme les appartements transformés en tout ou en partie en locaux de bureau, mais leur repérage est difficile et leur emprise spatiale réduite, même si le phénomène est loin d'être négligeable. Aussi raisonnons-nous plutôt sur les locaux neufs.

230Il ne saurait bien sûr être question de rapporter les nouveaux mètres carrés de bureaux au nombre d'emplois créés. La politique de construction de bureaux relève, certes, d’une volonté d'agrandissement de locaux en période d’inflation des effectifs, mais encore plus d'une politique d'investissement et de re-localisation. C'est-à-dire qu'aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé, on assiste non seulement et très fréquemment à un transfert de locaux, mais aussi à une valorisation de l'usage du sol dans certaines zones urbaines jusqu'alors dépourvues de ce type d'activité. Commerce et industrie nous ont déjà montré semblables tendances que nous analyserons rapidement ici, à propos du tertiaire de bureaux.

231Si l'on rapporte l'ensemble des constructions de bureaux à la grande vague de construction immobilière qui l'accompagne, la part représentée reste relativement faible, soit environ 4 % des constructions. Mais leur concentration géographique, en particulier pour les services publics, conduit à créer un véritable quartier administratif, et d'autre part chaque nouvelle construction ou extension signifie le plus souvent le maintien en usage des anciens locaux. Aussi assiste-t-on à un double mouvement : d'abord un transfert de l'essentiel des services dans de nouveaux locaux, puis une reprise ou une densification des anciens bureaux, souvent eux-mêmes remaniés après une courte période de sous-utilisation.

232C'est en 1974 qu'est occupé le bâtiment de la cité administrative nouvellement construit dans le quartier du Breuil, en bordure de la N.6 et de la Saône. La nouvelle implantation répond au double souhait des aménageurs : faciliter l'accès pour les usagers et les employés par la présence d'une vaste aire de stationnement, maintenir les services administratifs à proximité du centre-ville. En effet, l'îlot du Breuil se situe aux franges septentrionales du centre-ville, là où déjà différents services se sont installés après la guerre, dans le cadre de la reconstruction, comme la direction départementale de l'équipement en 1945, la sécurité sociale en 1947, l'office public d'aménagement et de construction en 1948. A ce moment là, le quartier constitue la limite septentrionale de la ville et offre les rares possibilités d'extension en terrains plats et peu éloignés. Aussi est-ce également dans ce quartier que l'aménagement munificent des années de très forte croissance urbaine prévoit l'implantation d'un véritable centre directionnel régional, regroupant aussi bien services publics que privés. Ainsi la cité administrative côtoie-t-elle la maison de l'agriculture, l'agence nationale pour l’emploi, l'U.R.S.S.A.F. (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales), la caisse d'allocations familiales, la mutualité sociale agricole. Lorsque n'existent pas de locaux neufs bâtis en même temps que la cité administrative, c'est par constructions additives, rachats d'immeubles et d'appartements, ententes et transferts entre services administratifs que l'inflation des effectifs est peu à peu absorbée sur place.

233Même si l'îlot du Breuil ne répond pas exactement aujourd'hui aux prospectives des années soixante, sévèrement corrigées depuis lors, il constitue cependant le principal noyau administratif de la ville et le principal quartier d'emplois de bureau intercalé entre le centre ancien et les premiers bâtiments de la Z.U.P. Nord. En quelque sorte, il est conçu et réalisé comme étant l'élément moteur de l'expansion de la ville vers le nord.

  • 98 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III.2 et III.3.

234On rencontre d'autre part une ébauche de constitution d'un autre quartier de services administratifs, à proximité de la préfecture, avec l'arasement d'une partie des vieux immeubles de l'oppidum gallo-romain, en particulier un couvent de carmélites et son cloître du XVIIe siècle. La construction des archives départementales avec une tour silo de vingt étages, celle de la bibliothèque municipale attenante, puis celle d'un temple destiné au culte de l'Eglise Réformée, enfin celle d'un central téléphonique, sont les quelques réalisations des projets grandioses que D. Petit imaginait pour Mâcon en 1959. Le secteur tertiaire public se serait trouvé éclaté en trois pôles : celui de l’hyper-centre autour de la mairie, celui du nord autour de la cité administrative, celui du centre historique autour de la préfecture. Nous avons montré, étudiant l'aménagement urbain98, la fragilité de conception de ces plans irréalistes, symboles d’une croissance frénétique et tôt remplacés par d'autres projets. Si bien que seuls quelques services administratifs, dont la tour des archives est, hélas ! l'exemple le plus visible, ont eu le temps de voir le jour, mais ont contribué à éclater plus qu'à rassembler le secteur des bureaux administratifs publics et parapublics.

235Dans le même temps, d'autres services publics subissant également une forte inflation de leurs effectifs se trouvent dans l'impossibilité d'effectuer un transfert, en raison, à la fois, de leur trop grande importance, de leur implantation souvent prestigieuse par la qualité des locaux occupés, et d'une situation exceptionnelle et irremplaçable au centre-ville. Ce sont essentiellement la préfecture et la mairie, installées dans de beaux bâtiments du XVIIIe siècle (l'ancien évêché, l'hôtel de Montrevel), et la trésorerie générale, bâtie dans le parc d'un ancien couvent. La politique d'extension de ces bureaux revêt alors deux tendances. D'une part, un maximum de surface existante est aménagé et des bureaux annexes sont bâtis dans la mesure du possible ; d’autre part, des services sont dispersés au gré des opportunités, parfois fort loin de la "maison-mère", tel l'atelier municipal d'urbanisme installé dès sa création, en 1975, dans des locaux alors sous-utilisés du nouveau centre des expositions, totalement excentré.

236En matière de constructions annexes, les services de la préfecture offrent le meilleur exemple d'intégration urbaine de nouveaux locaux. Car l'opportunité de reprendre, par accord avec la ville, l'îlot des anciennes halles, face à la préfecture, s'insère dans le projet de rénovation du quartier, qui conduit à combiner architecture moderne et bâti ancien à quelques mètres de la façade médiévale de la vieille église Saint-Vincent, elle aussi restaurée et rendue au public. De la même manière, quelques années plus tard (1983), en optant également pour une architecture résolument moderne, la ville de Mâcon agrandit les locaux de l'hôtel de ville par construction d'une aile nouvelle, elle aussi inscrite dans un projet urbanistique de réhabilitation du centre-ville. Un troisième et dernier exemple participe de la même volonté d'aménagement global du quartier est celui de la chambre de commerce et d'industrie, installée à la limite du faubourg Carnot depuis 1914. Les bureaux, devenus trop exigus à la suite d'un brutal accroissement des effectifs entre 1968 et 1980 (40 %), sont étendus grâce à l'achat d'un immeuble et d'un terrain attenants. Démolition, reconstruction permettent de réaménager l’îlot et la place G. Genevès qui le borde et de les raccorder au centre historique par un nouveau tracé et une nouvelle affectation des voies de circulation.

237Ces fleurons du tertiaire de bureaux sont les derniers agrandissements importants réalisés à Mâcon, compatibles avec l'aménagement urbain. Précédemment, bien d'autres extensions au coup par coup, se sont révélées une gêne future, souvent décisive, disséminant à travers la ville des services pourtant connexes.

  • 99 Cf. figures no 63a et b, p. 388-389.
  • 100 C’est le cas de l’office public d’H.L.M. transféré dans les anciens bureaux de l’usine Monet-Goyon (...)

238Aussi la comparaison des différentes implantations des services publics et parapublics entre 1960 et 1970 d'une part, 1970 et 1986 d'autre part99, montre-t-elle bien que la croissance des emplois de bureau s'est traduite non seulement par un développement des locaux sur place ou à proximité, mais par deux types de transfert. Tout d'abord les principaux organismes se déplacent vers le nouveau pôle administratif, puis on assiste à la reprise d'appartements, d'immeubles anciens, de terrains libérés par la désindustrialisation100 en centre-ville. Ainsi la mairie reprend en grande partie les locaux de l'ancien lycée Lamartine à partir de 1980. Somptueusement rénové, le vieux couvent des jacobins abrite désormais les services techniques de la ville et retrouve en même temps sa place dans le patrimoine urbain. C'est alors l’occasion, pour l'atelier d'urbanisme, de revenir près de sa direction.

239Le double mouvement du centre ancien vers la périphérie, puis de la périphérie vers le centre, n'est pas original. Il relève des valeurs attribuées successivement aux différents quartiers de la ville, valeurs qui sont elles-mêmes l'expression des divers rythmes du dynamisme urbain. Aujourd'hui, après la croissance de périphérie, le centre-ville retrouvé attire de nouveau les bureaux administratifs, en nombre toutefois restreint, compte tenu de la très forte concentration du bâti et de ses potentialités très limitées.

  • 101 Cf. figures no 64a et b, p. 392-393.

240En revanche, si l'on recense les implantations du secteur privé de 1960 à 1970 et de 1970 à 1986101, la concentration de centre-ville paraît beaucoup plus marquée, mais en même temps l'on constate qu'au cours de la seconde période, lorsque se multiplient les activités de services, il s'opère une sorte de différenciation de la localisation selon les types de services. D’une part, le secteur lié à la production économique quitte le centre-ville ou ses abords immédiats pour des implantations d'accès plus commode, ou plus proches des secteurs de production en zone industrielle ou au voisinage-, ou du centre administratif, avec lequel certaines sociétés entretiennent des relations privilégiées. D'autre part, le secteur financier se développe et accentue sa mainmise sur le centre, en particulier le quartier de la Barre ou les quais qui attirent banques et organismes de crédit. Les banques sont toutes propriétaires de leur immeuble, acheté dès l'installation à Mâcon à la fin du siècle dernier ou au début du XXe siècle. Ce patri moine foncier comporte le plus souvent assez de surface de plancher pour que des agrandissements successifs permettent de conserver un emplacement jugé excellent et irremplaçable, au long des rues royales de la chalandise.

a- 1960-1970
Fig.63 : Mâcon, implantation des services publics et para-publics

241Cependant, quelques organismes financiers - dont deux banques à forte implication régionale - ont choisi le parti inverse, à savoir une installation dans de nouveaux locaux à l’extérieur du centre-ville. Aux possibilités réduites d'extension dans les locaux du centre s'ajoutent une volonté d'investissement foncier et l'affirmation d'une politique de valorisation d'une image de marque. Si bien que l'acquisition de terrains correspondant au type de construction souhaitée et à la mise en place de vastes parkings ne peut que se faire à l'extérieur des zones densément urbanisées. Immeubles de verre et de béton - poussés parfois au milieu des labours - deviennent alors les marques luxueuses et démonstratives de la puissance bancaire.

242Toutefois, les localisations de centre-ville ne sont pas pour autant abandonnées. Au contraire, délestés des bureaux purement administratifs, réaménagés, les anciens bâtiments sont davantage accueillants à la clientèle... A l'inverse, les banques concurrentes qui siègent en centre-ville multiplient les bureaux-antennes en périphérie. Il s'agit en fait, au-delà des apparences, d'une même stratégie de localisation où le centre-ville comme la périphérie sont perçus comme lieux essentiels des profits commerciaux ou immobiliers. Selon les circonstances et les services considérés, tantôt les implantations de centre-ville, tantôt celles de la périphérie sont privilégiées en matière d'investissements. Les transferts du Crédit Agricole illustrent au mieux cette ambivalence spatiale. Alors que le siège régional et des bureaux destinés à la clientèle sont déplacés en 1974 dans le nouvel immeuble de Bel-Air, les locaux de l'ancien siège social en centre-ville sont transformés de manière à devenir la plus importante agence bancaire du département.

243En ville moyenne, en dépit des surcoûts de fonctionnement comme d'équipement rencontrés en centre-ville, celui-ci conserve ses prérogatives en matière de localisation des services et spécialement de type privé. En s'installant dans l'immédiate périphérie, l’administration municipale comme la départementale traduisent l'inadaptation du centre-ville à l'économie d'aujourd'hui ; on peut assimiler ses transferts à ceux du secteur industriel. Mais fonctionnalisme et profit laissent les services du secteur privé partagés devant l'alternative, et la politique de retour au centre-ville incite plutôt au maintien en place qu'à la mobilité, en particulier en période de récession économique. Aujourd'hui, il est plus question d'inertie en matière de localisation de bureaux.

244Les contradictions de l'économie de marché dans ses rapports à l'espace trouvent ici un terrain d'application. Les limites de l'affinage du secteur tertiaire, privé en ville moyenne des services à très haute qualification dévolus plus spécialement aux métropoles voisines, voire à la capitale, sont sans doute la cause de ces choix peu tranchés, quant à la valeur de l'usage du sol urbain, de la part des responsables du secteur tertiaire privé où dominent la banque et les organismes de crédit et d'assurances.

245Dans les villes de niveau supérieur, les opérations de prestige sont sans conteste maintenues en centre-ville, alors que les départements de fonctionnement interne comme ceux du traitement bancaire sont repoussés en périphérie. Relativement aux logiques spatiales, dans ce domaine particulier des services, l'échelle de référence entraîne plus que des nuances.

246Avec un secteur tertiaire étoffé mais plutôt médiocre dans la mesure où le tertiaire supérieur est peu représenté et où dominent les services publics et para-publics, la ville moyenne montre une lois de plus ses limites en matière économique. Si bien que le modèle spatial de la grande ville n'est pas pleinement reconduit. Le secteur des services paraît en ce sens un bon élément d'appréciation du niveau urbain considéré, dans la mesure où il montre plus d'originalité que le commerce ou l'industrie.

  • 102 Les « bureaux-couveuses » proposés font référence aux « business-parks » américains et aux « usine (...)

247Et l'absence d'un véritable marché de bureaux ne peut que renforcer cet état de fait, malgré de réels besoins estimés, à Mâcon, à environ 3 000 m2. Il existe pourtant un volant de bureaux vacants d'environ 1 700 m2, mais l’essentiel est à vendre, au cœur de la ville ; alors que les demandes se portent sur des locaux en location, et à tout le moins à des coûts inférieurs à ceux qui sont offerts en centre-ville. L'investissement restreint dans l'immobilier de bureau, pourtant longtemps considéré comme plus bénéfique que la production industrielle, ajoute encore à cette sorte de dévalorisation des activités de services en ville moyenne. La part considérée comme induite par le secteur secondaire - tels les bureaux d'activités industrielles ou les services aux entreprises reste peu développée, compte tenu du type d'industrie de nos villes, et elle s'est même réduite ces dernières décennies avec le départ de plusieurs sièges sociaux. En outre, sans l'attribution de primes à la localisation des activités tertiaires, Mâcon et Bourg sont en particulier privées des retombées de la décentralisation. De même, l'arrêt du T.G.V. à Bourg, à Mâcon et à Montchanin, près de Chalon, voire à Chalon pour certaines rames, n’a jusqu'à aujourd'hui pas suscité directement les nouvelles implantations escomptées. Pourtant, que de projets échafaudés et d'espoirs mis dans le desserrement des bureaux d'études lyonnais ou genevois vers Mâcon et Bourg ! Aussi, tout récemment, le projet de la Z.I.R.S.T. de Mâcon-Loché et la création de la zone d’activités de la Chambière cherchent-ils à infirmer la tendance en attirant de nouvelles activités de type tertiaire, en particulier de tertiaire supérieur. Chalon, de son côté, a cherché encore plus tôt et de manière originale à capter des emplois tertiaires, en proposant des structures d'accueil adaptées à une demande potentielle. Ainsi, 1 000 m2 de "bureaux-couveuses"102 sont inscrits comme action no 2 du chapitre sur l'économie du dossier d'intention réalisé lors de la phase préparatoire du contrat d'aménagement ville moyenne. Louées par la collectivité, ces surfaces de bureaux banalisées auraient été construites près du lac Saint-Jean, ou aux Granges Forestier, en rive gauche de la Saône. Cependant le projet ne verra pas le jour, désavoué par les commissions intervenantes émanant du Groupe Interministériel des Villes Moyennes, sans doute parce que de rentabilité jugée trop hasardeuse...

a- 1960-1970
Fig.64 : Mâcon, implantation des services privés

248On constate donc que le secteur administratif suit, plus que le secteur privé, le schéma classique centre-périphérie déjà respecté en matière de commerce et d'industrie. Mais, au-delà de cette dualité spatiale, une différenciation s'établit en outre au cœur même de la ville, comme le confirme l'étude des services à caractère commercial.

I.32. Les services à caractère commercial et l'exemple de la banque à Bourg

  • 103 Cf. figure no 65, p. 395.

249Un relevé effectué en 1982, et mis à jour en 1986, permet d'élaborer une carte de localisation, en centre ville de Mâcon103, des boutiques d’artisans, des banques et agences d'assurances et immobilières, des professions libérales, des services publics et para-publics. De manière éloquente, il se dégage un espace central complémentaire de l'hyper-centre commerçant. Le développement des services à caractère commercial durant ces dernières années, sans parler de la multiplication des professions de santé, a contribué à renforcer ce partage de l'espace.

250Si globalement le centre de nos villes moyennes est dévolu au commerce et à l'administration, il se dégage des sous-ensembles qui sont ceux de l'hyper-centre commerçant et d'un pourtour davantage voué aux services. Car ceux-ci ont repris les anciennes boutiques d'artisans ou les pas de portes des commerces alimentaires de coin de rue. Exclus des grandes rues commerçantes, les services sont au contraire installés dans les rues à faibles densités commerciales, aux abords immédiats de l'hyper-centre. On les rencontre spécialement dans les rues d'accès aisé ou bien desservies par un parc de stationnement (tels les quais)-, dans les bâtiments du XIXe siècle qui relient la gare au centre de Mâcon, ou encore aux abords du palais de justice pour les professions juridiques. Mais ce sont les îlots rénovés qui semblent le plus attractifs. Il n'est que de citer les immeubles du plateau de la Baille, datant des premières tentatives de la rénovation mâconnaise (1954), ou encore ceux, plus tardifs, de la rue de Lyon ou de la rue Lamartine, où les services à caractère commercial se rencontrent avec les plus fortes concentrations.

251La même constatation vaut pour Chalon ou Bourg. A Chalon, le quartier de la Citadelle, qui s'appuie sur le boulevard de la République - lequel prolonge l'axe est-ouest issu de la gare-, fait suite à l'hyper-centre et rassemble la plupart des services ; aux débouchés sur le boulevard, d'anciennes boutiques de produits banaux rénovés pour la circonstance se spécialisent dans ce sens, profitant d'une situation appropriée. Cependant, ici encore, les services s'installent avec prédilection dans les bâtiments neufs, par exemple ceux de bon standing de la rue des remparts Saint-Pierre, toujours dans le quartier de la Citadelle, ou ceux de la place Mathias, toute proche du centre ancien. Mais, comme à Mâcon, les immeubles des quais, aux très belles façades datant du XVIIIe siècle, attirent aussi nombre de professions libérales. A Bourg, de la même manière, les immeubles cossus de l'avenue Alsace-Lorraine, ou encore l'ensemble rénové de la Grenouillère abritent l'essentiel des services.

Fig.65 : Le centre-ville de Mâcon : tertiaire et artisanat, 1986

252Le secteur des services investit les immeubles de caractère, neufs ou anciens, afin de renvoyer à sa clientèle une image de marque attendue de confort, d'opulence, parfois de goût.

253Chalon, Bourg, mais plus spécialement Mâcon, nous montrent donc combien les activités de service jouent un rôle d’importance dans la structuration de l'espace et la mesure du dynamisme urbain. Cependant, au-delà de la forte progression des effectifs, ce secteur tertiaire demeure relativement médiocre, fruit de l'administration départementale et municipale ou d’une industrie, certes, variée, mais destinée davantage aux productions de base.

254Relevant à la fois du secteur public et du secteur privé, la banque occupe une place privilégiée dans l'ensemble du tertiaire. Soutien aussi bien de l’industrie que du commerce local, son cas spécifique retient notre attention dans la mesure où il est un puisant facteur d'entraînement des différenciations spatiales, mais aussi parce qu'il est le témoin, comme l'acteur principal, de l'activité économique locale. Pour cela, nous nous fonderons sur le cas du secteur bancaire de Bourg.

  • 104 Cf. figure no 66, p. 397.

255On compte à Bourg 32 implantations d’organismes financiers, si l'on retient, tous confondus, les bureaux permanents d'agences comme de sièges départementaux ou régionaux de l'appareil bancaire au sens large du terme, soit celui d'organismes collectant des ressources ou octroyant des crédits. Parmi cet ensemble, 19 sont situés dans le périmètre du centre ancien et 6 à proximité. C'est dire qu'à Bourg la centralité l'emporte largement ; seul le Crédit Agricole, là comme ailleurs, a implanté son siège en périphérie urbaine, le long d’un des grands axes de circulation locale, régionale et même nationale, le boulevard J.F. Kennedy. Ainsi que nous l’avons montré à Mâcon, la répartition spatiale s'effectue sur le pourtour de l'hyper-centre, lequel reste entièrement dévolu au commerce entre la place de Verdun et la place E. Quinet, la rue du 4 Septembre et l’avenue Alsace-Lorraine au niveau de la rue de la Paix. Comme les autres services avec ou sans caractère commercial, l’appareil bancaire se situe de préférence sur la moitié septentrionale du centre-ville, d’une part dans le quartier administratif constitué par la mairie, le palais de justice et, accessoirement, à proximité de la préfecture, d'autre part aux limites du centre, entre l'église Notre-Dame et le champ de foire104.

Fig.66 : Les organismes financiers à Bourg, principales localisations des banques et agences de crédit, 1986

  • 105 En 1978 et 1979 une série de changements est intervenue, assujettissant les caisses à l’impôt sur (...)
  • 106 Nous avons vu que ce secteur industriel, même s’il a relativement régressé depuis le début du sièc (...)

256Deux banques dominent la vie économique urbaine : la Banque Régionale de l'Ain et le Crédit Agricole. Nous retiendrons ce dernier à titre d'exemple, en raison de la large ouverture de ses compétences durant ces dix dernières années105, mais aussi pour son soutien primordial à l'économie agraire du département et à l'industrie, en particulier agro-alimentaire106.

  • 107 Toutes les données chiffrées utilisées ici sont extraites des divers documents que la direction de (...)
  • 108 Cf. graphique no 33a, p. 399.

257Le Crédit Agricole est implanté à Bourg en 1950, place de Verdun. Il compte alors 41 employés (73 au total pour tout le département)107. L'augmentation des effectifs est rapide108, en particulier en 1968 et 1975, c'est-à-dire durant les dernières années fastes de la croissance urbaine et de l'expansion économique : entre 1954 et 1982, les effectifs de la caisse régionale du Crédit Agricole de l'Ain sont multipliés par 7, ceux des agences du département par 10. Dans le même temps, la proportion d'emplois féminins reste stable, atteignant presque le tiers des salariés, cependant que le taux d’encadrement passe de 10 à 24 %. Ici, la tertiarisation joue, plus que dans les autres secteurs, dans le sens de l'élévation du niveau moyen de l'emploi.

258A travers ce seul exemple, on conçoit aisément l'importance du développement des emplois tertiaires. Il accompagne la croissance économique et, en ce qui concerne le secteur financier, l'évolution des modes de transactions comme des niveaux de compétence requis de la part des salariés des organismes financiers.

  • 109 Cf. graphique no 33b, p. 399.
  • 110 Part de marché : Σ des dépôts des comptes C.A./Σ des dépôts potentiels x 100.

259Toujours en prenant référence du Crédit Agricole, on peut mesurer d'autre part l'impact bancaire sur la population urbaine. On se rend compte que toutes les couches socio-professionnnelles sont concernées, selon une répartition grossièrement semblable à celle de l'ensemble des catégories socio-professionnelles pour la ville de Bourg. En réalité, le taux de pénétration est très variable ; celui-ci se détermine en rapportant le nombre des comptes bancaires à la population dite "bancable" - soit la population des plus de 17 ans109. On s'aperçoit alors que, si le taux moyen de pénétration est relativement important avec 18 %, il reste en-deça pour les retraités, les cadres supérieurs et les industriels. En revanche, cadres moyens, ouvriers et employés, étudiants, mais surtout commerçants, professions libérales et, évidemment, salariés et exploitants agricoles sont très largement représentés. Mais ce sont surtout les parts de marché qu’ils engagent qui nous renseignent sur l'impact économique de cette banque en particulier ; la part de marché110 est le rapport entre les sommes des dépôts des comptes bancaires et les dépôts estimés sur le marché d'une zone considérée - la ville de Bourg- selon une catégorie socioprofessionnelle ou l'ensemble des catégories. Le manque d’audience auprès du milieu industriel apparaît confirmé : celui-ci est tourné vers d’autres organismes financiers. En revanche, les professions du commerce et les professions libérales ainsi que l'ensemble des classes moyennes sont sensiblement impliquées au même degré. L'audience relative du Crédit Agricole auprès de ces dernières catégories étant voisine de celles des autres grands organismes bancaires sur Bourg, cela signifie que, là comme ailleurs, la société urbaine a largement fait siennes les pratiques bancaires ; celles-ci accompagnent l'ensemble de la vie économique, des transactions les plus communes et les plus modestes aux investissements les plus lourds.

Graphique 33 : Le Crédit Agricole à Bourg. Source : Crédit Agricole de l'Ain

260En ce sens, la ville moyenne ne fait que reproduire le modèle général. Mais la place de la banque dans la tertiarisation de l'économie nous paraît spécialement marquée dans nos trois villes, exprimant combien, de plus en plus, la fonction l'emporte sur le bien.

261L'épanouissement des activités de service revient à compléter la différenciation de l'espace urbain engagée plus tôt avec la désindustrialisation et le développement du grand commerce de distribution. La mobilité touche davantage le secteur public et para-public, et le secteur privé connaît plus de créations - et donc d'implantations premières - que de transferts. Si cet autre aspect du changement économique entraîne aussi une nouvelle structuration de l'espace, son rôle en matière de société urbaine est sans doute tout aussi important, puisque nous avons vu que la tertiarisation s'effectue au bénéfice des classes moyennes. L'étude de la dynamique socio-spatiale devra en donner la mesure.

262En examinant successivement le rôle du commerce, de l’industrie et des activités de service dans leur rapport à l'espace urbain, nous avons cherché à inventorier et expliciter les différents modes d'expression de la dynamique économique de Chalon, Mâcon et Bourg. La mobilité des composantes de la vie économique s'exprime dans le champ clos de l'espace urbanisé, qui devient lui-même un élément essentiel du jeu économique et subit des déformations plus que des transformations radicales.

  • 111 Cf. schéma no 4, p. 332.

263Tour à tour, certaines portions d’espace sont vouées au déclin, puis, au contraire, soumises à des formes de réanimation. C'est en ce sens que l'éclatement des fonctions urbaines et le renforcement du zonage qui en découle conduisent à la constitution d'un espace dual où le centre et la périphérie sont successivement valorisés, ainsi que nous l'avons déjà analysé à propos des changements démographiques ou de la division sociale de l'espace et de l'aménagement urbain. Ces différentes formes du changement urbain se relient les unes aux autres, à la fois causes et conséquences selon les temps et les espaces considérés. Les états successifs de l'espace urbain sont interdépendants. La thèse américaine de "1'incubateur" se vérifie dans nos trois villes. Les principales fonctions économiques naissent au centre-ville, et se transfèrent peu à peu en périphérie, en particulier pour les activités industrielles ou le commerce de grandes surfaces, ne laissant au centre que le commerce de détail ou les activités de service, le secteur administratif n'étant parfois lui-même que partiellement représenté111 ; ce schéma caractérise en général les villes européennes.

  • 112 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III. 1.

264Mais les rapports des forces économiques à l’espace sont subtils et, outre cette alternative conflictuelle centre-périphérie, se distinguent des tendances ambivalentes, en particulier en ce qui concerne certains services et même le commerce relevant des grands groupes. Ces activités sont très contingentes et créent des micro-spécialisations spatiales qui, aujourd'hui, par l’intermédiaire du commerce de luxe ou des activités de service les plus prestigieuses, participent à la réanimation des centres-villes, laquelle est renforcée par les héritages de l'histoire urbaine et les derniers choix d'aménagement. Les logiques de production d'espace associées aux mutations des fonctions économiques essentielles se traduisent par la production d'une certaine division technico-économique de l'espace urbain qui s'articule sur des divisions socio-spatiales, comme nous l'avons déjà vu112, mais aussi sur des mutations sociales que nous analyserons ultérieurement.

265D'autre part, à la division de l'espace urbain s'en superpose une autre : celle de l’espace régional, par lequel se dessinent les hiérarchies, se précise le rôle de la ville moyenne en matière d'organisation à l'échelle régionale, ainsi que sa place dans le système urbain.

Notes

1 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre II.2.

2 Exemple de Mâcon : 52 % des commerces de l’agglomération sont installés en centre-ville et représentent 38 % des surfaces commerciales.

3 Cf. figure no 46, p. 298.

4 R.G.P. 1982 : variation relative 1975-82 de la population municipale : -2,5 %

5 Cf. tableau no 8, p. 302 et figure no 47, p. 300.

6 Cf. infra, chapitre II. 1.

7 Ce résultat est obtenu d’après le R.G.P. 1975. Il s’élève en réalité à 18,2 points de vente par habitants selon les données du R.G.P. 1982.

8 Moyenne française 0,8 m2 de surface commerciale par habitant ; pour Mâcon 0,94 m2. Source C.R.C.I. Dijon.

9 Cf. livre I, première partie, chapitre II.4.

10 Cf. figure no 48a, p. 305.

11 Les références toponymiques sont indiquées sur la figure no 19b, p. 159.

12 Densité commerciale : nombre de boutiques par 100 m de rue ; pour la Grande Rue elle atteint 14,8.

13 Cf. figure no 48b, p. 305.

14 Cf. figures no 49a et 50, p. 307 et 309.

15 Cf. tableaux no 9, p. 311.

16 Cf. figures no 51 abc, p. 314, 316, 318.

17 Cf. tableaux no 9, p. 311

18 Coteau étiré d’ouest en est des confins du Clunysois à la Saône, jalonné par les villages d’Igé, Saint-Martin-Belle-Roche, Laizé, Charbonnières, Senozan.

19 Dès 1962 on compte 3 800 migrants journaliers. En 1975, 45 350 véhicules/jours sont recensés aux entrées et aux sorties de la ville.

20 Raccordement de Chalon et de Mâcon à l’autoroute A.6, puis construction du pond sud de Chalon, et enfin tardivement du pont nord de Mâcon (1979).

21 Supérette : magasin alimentaire en libre-service, de surface de vente comprise entre 120 et 400 m2.
- Supermarché : magasin en libre service, essentiellement alimentaire, de surface de vente comprise entre 400 et 2500 m2.
- Hypermarché : magasin en libre-service de produits courants, de surface de vente de plus de 2 500 m2.

22 Cf. infra, chapitre I.12 et I.13.

23 Indice de spécialisation : pourcentage de commerces de môme type dans une rue. La rubrique combustibles-transports, non significative dans nos villes de taille moyenne, a été éliminée ; alimentation, équipement de la personne, équipement de la maison, entretien de la personne, sports-loisirs et culture, hôtels cafés et restaurants forment les catégories prises en compte après un relevé magasin par magasin.

24 Cf. figures no 52, 53, 54, p. 320, 323, 325.

25 Dépouillement de la revue Vie économique de Saône-et-Loire. Edition de la C.C.I. de Mâcon-Charolles-Tournus. Extraits du B.O.D.A.C.C. d’avril 1983 à mars 1984.

26 Cf. figure no 49b, p. 307.

27 figure no 65, p. 395.

28 Cf. infra, chapitre I.3.

29 « Discount : formule de vente adoptée par les magasins en grande surface qui appliquent le slogan d’A. Boucicaut « vendre moins cher pour vendre plus » en offrant à la clientèle des prix défiant toute concurrence (« prix cassés »). La faiblesse de leurs marges bénéficiaires est rendue possible par l'adoption du libre-service, la grande rotation des stocks, la réduction des frais généraux et des investissements ». (Définition N. Vaudour). « Vocabulaire de la géographie du commerce ». Analyse de l’Espace, 1976, no 3 et 4, p. 26.

30 Concerne, pour le commerce de détail « la concession pour exploitation d’un fond de commerce ou d’une enseigne contre redevance » (Définition H. Nonn). « Vocabulaire de la géographie du commerce ». Ouvrage cité, p. 29.

31 Cf. figure no 55, p. 329.

32 Taux de logement : nombre de résidences principales par rapport au nombre d'étages par immeuble.

33 Cf. figure no 53, p. 323.

34 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III.23 et III.3.

35 Cf. schéma no 4, p. 332.

36 Cf. livre I, première partie, chapitre II.2.

37 Mines de fer et de charbon sont utilisées dès le Moyen Age. Mais les usines prennent le pas sur les petits ateliers à la fin du XVIIIe siècle, en particulier sous l’impulsion de G. Jars qui le premier associe forges et mines de charbon au Creusot. Dès lors, les usines du Creusot ne cessent de produire aussi bien du métal que des pièces mécaniques des plus perfectionnées selon les technologies les plus avancées.

38 Ainsi le « Consortium Chalonnais » (17 membres) a-t’il sauvé de la mine par rachat (le 25.11.1835) les usines du Creusot avant de les revendre (le 26.12.1836) à Messieurs Schneider Frères, eux-mêmes soutenus par la banque Seillère.

39 Une seconde féculerie est installée en 1861 à Saint-Cosme et d’autres unités sont créées alentour, comme à Aiserev (Côte d’Or).

40 Par exemple la verrerie Aupècle fondée en 1859 fournit des verres à bouteilles, les usines Pinette fabriquent et réparent le matériel agricole (1863).

41 Une nouvelle usine à gaz est construite à Saint-Cosme en 1873 entre le canal et le chemin de fer par où arrive le charbon.

42 En 1945 on estime que 300 personnes vivent encore du travail de la fourrure.

43 Limonier (1922, bonneterie), Terrade (1925, B.T.P.), Société d’études verrières appliquées (1926, aujourd’hui Pont-à-Mousson S.A. ; ses ateliers de bouchage mécanique développés dès 1938 appartiennent de nos jours au groupe P.U.K.), Air Liquide (1928), Produits péroxydés (1930), Société industrielle de ferblanterie (1936), Ventec (1937, aujourd'hui Solyvent-ventec, production originale de ventilateurs à façon).

44 En 1953 Combier produit 8 % des cartes postales françaises et est la seule firme à imprimer et éditer à la fois sa production.

45 En 1860 la fonderie Gardon emploie 135 ouvriers.

46 Devenue Seguin et Cie en 1908 l’entreprise entre dans l’actionnariat de la Compagnie des Compteurs en 1967, elle-même rachetée sous le nom de Flonic par le groupe Schlumberger en 1971.

47 1985 : 655 salariés, 1986 : 474 salariés.

48 1928 : 11 records du monde sont obtenus sur 175 cm3, 4 sur 250 cm3 en 1929, 3 sur 350 cm3 en 1932, 11 sur 350 cm3 sidecar en 1933, et 39 en 1937 sur 500 cm3.

49 En 1984 l’usine compte encore 382 salariés.

50 Pour la poterie d’usage courant l'argile de Brou fournit la matière première ; en revanche les objets d’art sont fabriqués dans la terre du village voisin de Meillonnas déjà réputée au XVIIe siècle.

51 Statistiques industrielles. Bourg, 2e trimestre 1869. A.D. Ain. Série M. Quelques années plus tard, le recensement de 1896 indique 725 « travailleurs industriels » dont 30 % appartiennent au secteur du bois.

52 Aussi en 1922 on compte 80 % d’absentéisme pour travaux agricoles.

53 La société s’appelle tout d’abord Bailly-Chaudouet-Desvoyaud, Chaudouet étant l’ingénieur, Bailly et Desvoyaud les bailleurs de fonds, l’un notaire, l’autre rentier.

54 Devenue dans un premier temps l’entreprise « Chiers-Chatillon-Gorcy », puis Tecnor, et aujourd’hui Trefilunion.

55 Créée en 1909 la société Radior atteint un niveau industriel entre les deux guerres en fabriquant, en 1928, 3000 cycles par mois.

56 La banque Tendret-Rive est la future Banque Régionale de l’Ain (B.R.A.).

57 En 1938 la T.C.B. emploie 944 ouvriers, Morgon une centaine, Radior 150.

58 En 1925, un rapport du Conseil général déplore « l’état lamentable » du réseau routier. En 1928 on lit dans le bulletin de la Chambre de Commerce et d’industrie : « (il faut) mettre enfin l’outillage de la gare en rapport avec l’importance de son trafic ». La C.C.I. proteste encore en 1931. Des travaux ne sont entrepris qu’en... 1936.

59 Cf. livre I, première partie, chapitre II.3.

60 L'enquête et son dépouillement ont été réalisés par Mme Pascale George, enquêtrice à l'U.A. 260.

61 Les industries agricoles et alimentaires, la construction mécanique, la construction électrique, l'imprimerie et l'industrie du bois, le bâtiment et les travaux publics.

62 Cf. graphique no 27, p. 344.

63 Il s’agit de Delle (1949) implanté à Chalon puis à Chatenoy-le-Royal, de Kodak-Pathé (1961), puis de Framatome (1973) à Saint-Marcel.

64 Saint-Gobain Emballages remplace l’ancienne usine de verre et emploie 1 000 personnes en 1975 (800 en 1986), en même temps qu’augmente la production de vitrages isolants (Saint-Gobain Vitrage) et d’isolants divers (Isover Saint-Gobain, créé en 1967).

65 Cf. graphique no 28, p. 347.

66 Certes le chiffre d'affaires de chaque entreprise fournirait un meilleur critère, mais son imprécision n'a d'égal généralement que la discrétion dont il est l’objet...

67 Cf. tableaux no l0, p. 349.

68 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre II.32.

69 Le 1er avril 1985 la centrale thermique Chalon 11 a cessé son activité. Depuis 1959 elle succédait à Chalon I, laquelle datait de 1930. L’une et l’autre étaient destinées à produire de l’énergie à bon compte à partir des charbons du bassin du Blanzy.

70 Contre 1 116 000 tonnes en 1962.

71 Outre un outillage varié indispensable, un slip-way pour bateaux rhodaniens, le port dispose d'un poste à colis lourd de 1 000 tonnes, unique en Europe.

72 Durant la décennie 1971-1980, la part des produits agricoles, engrais et denrées alimentaire et celle des produits pétroliers augmente sensiblement (+15 %), les minéraux et matériaux de construction, qui constituent encore l’essentiel des échanges en 1971 (85 %), ne se situent plus qu’à 65 %.

73 Cf. tableaux no 11 et no 12, p. 351 et 353.

74 Cf. tableaux no 13 et 14, p. 355 et 357.

75 Cf. graphique no 29, p. 347.

76 R.G.P. 1975. Part d’actifs employés à Bourg dans l’industrie électrique : 1,5 %, dans l’industrie mécanique : 2,7 %, dans l’automobile : 4,3 % (Recensement au lieu de résidence nomenclature de la comptabilité nationale, base 1962).

77 Chalon a été classée en pôle de conversion en mars 1984, mais dès la fin de 1986 l’Etat a annoncé l’abandon de cette classification et des avantages qui lui sont attachés ; ceux-ci ont semble-t’il suscité plus de « chasseurs de prime » que d’entreprises créatrices d’emplois.

78 Il s’agit des Fabriques Réunies de Lampes Electriques du groupe Pont-à-Mousson en 1951, de Kodak-Pathé en 1961, de Framatome en 1973.

79 Saint-Gobain, nationalisé en 1981 puis de nouveau privatisé en 1986, détient, à Chalon, trois filiales directes et une indépendante intégrée à Pont-à-Mousson, lequel est contrôlé à 98 % par Saint-Gobain.

80 A Chalon, Framatome augmente sensiblement ses effectifs : 1 050 en 1982, 1150 en 1986.

81 zone portuaire Sud de Chalon est seulement occupée au tiers, la zone de la Garenne à Chatenoy-le-Royal au cinquième ; mais il ne reste que 40 ha. dans la première zone industrielle chalonnaise, soit environ 10 %.

82 Virey, Crissey, Chamforgeuil, Fragnes. Cf. figure no 56, p. 363.

83 Cf. graphique no  30, p. 363.

84 Cf. figure no 57, p. 364-365.

85 Cf. figure no 40, p. 251.

86 Cf. figure no 58, p. 369.

87 Cf. figures no 59, 60, p. 372, 373.

88 Il s’agit de transferts des ateliers et/ou des bureaux.

89 Cf. figure no 61, p. 375.

90 Seguin : compteurs, robinetterie ; Monet-Goyon : mobylettes puis machines de jardinage ; Combier : cartes postales ; Bouilloux : machines agricoles.

91 Cf. figure no 62, p. 378. Certaines rues accusent des pentes de 5 à 6 %.

92 L’examen des données statistiques des différents recensements est effectué sur la base de quatre secteurs composés des îlots suivants :

  1. AD07, ADOS, AH05, AH07, AVO1 à AV07, ΑΧΟ1, AX09.
  2. AH08. ATO1 à AT03.
  3. AH04, AH12.
  4. AH03, AE07 à AE09

93 R.G.P. 1975, population du quartier : 1 379 habitants. Cf. graphique no 31, p. 380.

94 Le secteur tertiaire est défini, par l'I.N.S.E.E., selon diverses rubriques :

  • 1954 : population active par branche d'activités collectives
  • 1962 : actifs ayant un emploi par branche de la comptabilité nationale (branches 25 à 36)
  • 1968, 1975, 1982 : actifs ayant un emploi par activité économique (nomenclatures 15 A et 40 A, U8 à U 14).

95 Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne, 1973. « Les bureaux ». Cahiers de l’I.A.U.R.P., vol. 32, p. 28.

96 Dont au total plus de la moitié des salariés constitue le service des bureaux purs.

97 Cf. graphique no 32, p. 383.

98 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III.2 et III.3.

99 Cf. figures no 63a et b, p. 388-389.

100 C’est le cas de l’office public d’H.L.M. transféré dans les anciens bureaux de l’usine Monet-Goyon ou encore de l’O.P.A.C. quai de Lattre de Tassigny dans un îlot d’entrepôts.

101 Cf. figures no 64a et b, p. 392-393.

102 Les « bureaux-couveuses » proposés font référence aux « business-parks » américains et aux « usines-couveuses » françaises. Celles-ci sont des surfaces industrielles banalisées louées par les communes.

103 Cf. figure no 65, p. 395.

104 Cf. figure no 66, p. 397.

105 En 1978 et 1979 une série de changements est intervenue, assujettissant les caisses à l’impôt sur le bénéfice, mais ouvrant en compensation la zone géographique et le domaine de ses compétences.

106 Nous avons vu que ce secteur industriel, même s’il a relativement régressé depuis le début du siècle, occupe près de 40 % des actifs recensés au lieu de résidence pour la seule ville de Bourg.

107 Toutes les données chiffrées utilisées ici sont extraites des divers documents que la direction de la caisse régionale de l’Ain a bien voulu mettre sans réserve à notre disposition : bulletins de liaison, bilans annuels d’objectifs et d’orientations, rapports annuels de collectes de ressources, bilans sociaux, bilans financiers, tableaux d’évaluation des potentiels bancaires...

108 Cf. graphique no 33a, p. 399.

109 Cf. graphique no 33b, p. 399.

110 Part de marché : Σ des dépôts des comptes C.A./Σ des dépôts potentiels x 100.

111 Cf. schéma no 4, p. 332.

112 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III. 1.

Table des illustrations

Légende Fig.46 : Mâcon, la population en centre-ville 1975. Source : R.G.P. 1962, 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende Fig.47 : Chalon, répartition de quelques groupes professionnels par quartiers 1975Source : R.G.P. 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 48 : Chalon, le commerce en centre-ville
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig.49 : Mâcon, le commerce en centre-ville
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 30 : Bourg, les densités commerciales en centre-ville
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig.51 a : Les points forts du commerce à Chalon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig.51 b : Les points forts du commerce à Mâcon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig.51 c : Les points forts du commerce à Bourg
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig.52 : Hyper-centre et spécialisations commerciales à Chalon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Fig. 53 : Hyper-centre et spécialement commerciales à Mâcon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Fig.55 : Mâcon, réfection d’immeubles subventionnés par l’A.Ν.Α.Η. dans le secteur sauvegardéSource : Direction départementale de l'Equipement et Atelier municipal d'Urbanisme
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Graphique 27 : Typologie des entreprises selon leur taille à Chalon et à Mâcon, en 1956 et en 1982. Source : enquête 1982-1983
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Graphique 28 : La croissance industrielle à Chalon depuis 1900. Source : enquête 1982-83
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Graphique 29 : La croissance industrielle à Bourg depuis 1900. Source : enquête 1982-83
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau n° 10 b : Chalon, modalités des constitutions d'entreprises selon la taille. Source : échantillon d'enquête, 1983
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 11 : Chalon, répartition des entreprises selon leur taille et leur branche, 1983. Source : échantillon d’enquête, 1983
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 12 : Chalon, répartition des salariés, selon la taille et la branche des entreprises, 1983. Source : échantillon d’enquête, 1983
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tableau 13 : Mâcon, répartition des entreprises et des entreprises et des salariés selon la taille et la brache des entreprises, 1982. Source : échantillon d’enquête, 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 14 : Bourg, répartition des entreprises et des selon la taille et la branche des entreprises, 1982. Source : échantillon d’enquête, 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Graphique 30 : les implantations d’établissement en zone industrielle Nord 1951-1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 56 : Chalon, les zones industrielles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig.57 : Mâcon, les zones industrielles. Source : Atelier municipal d'urbanisme
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 58 : Bourg, les zones industrielles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 59 : Les implantations industrielles à Chalon jusqu’en 1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 60 : Les transferts industriels et les nouvelles localisations à Chalon, 1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig. 61 : Les transferts industriels et les nouvelles localisations à Bourg, 1986Source : enquête 1982, mise à jour 1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 62 : La désindustrialisation du quartier Rambuteau à Mâcon, 1970-1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Graphique 31 : Le quartier Rambuteau à Mâcon, quartier ouvrier et désindustrialisation 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Graphique 32 : Les emplois de bureau à Mâcon 1968-1982 (secteur privé)Source : ASSEDIC de Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende a- 1960-1970Fig.63 : Mâcon, implantation des services publics et para-publics
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende b- 1970-1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende a- 1960-1970Fig.64 : Mâcon, implantation des services privés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende b- 1970-1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Fig.65 : Le centre-ville de Mâcon : tertiaire et artisanat, 1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig.66 : Les organismes financiers à Bourg, principales localisations des banques et agences de crédit, 1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Graphique 33 : Le Crédit Agricole à Bourg. Source : Crédit Agricole de l'Ain
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8213/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search