Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Première partie : La dynamique économique

La dynamique économiques

Texte intégral

1L'activation de nos trois villes moyennes s'est effectuée depuis les années cinquante à partir d’une effervescence sans précédent de leurs populations, effervescence liée elle-même à la réanimation des activités, lesquelles revigorent les fonctions essentielles de la cité ; si bien que pour une grande part la dynamique urbaine se mesure aussi par l’étude des échanges, des relations, des services... qui traduisent la prospérité et l'influence de la ville.

2Par leur implantation dans la ville et les mutations qu'ils ont fait naître, le commerce, l'industrie et les services sont les activités qui par excellence pèsent sur l'organisation de l'espace aussi bien urbain que régional. La localisation intra-urbaine, les enjeux et les stratégies développés, les spécialisations confirmées contribuent à accélérer les mutations du paysage urbain.

3Nous avons précédemment étudié les diverses forces qui ont conduit à la division socio-démographique de l'espace urbain, conséquemment à l'arrivée massive de nouveaux citadins et des choix d'aménagement qui l'ont suivie. En ce qui concerne les seules fonctions économiques, l'opposition centre-périphérie se retrouve en regard des activités commerciales, mais aussi dans la localisation des activités de service et de production. Cette dualité - et toutes les nuances qu'elle implique également - permet de dégager un autre aspect de la spécialisation des espaces, évidemment relié aux précédents à la fois par ses causes et ses effets.

4En revanche, aires de chalandise, bassins de main-d’œuvre, aires d'influence des banques reconstituent le maillage urbain et ses degrés de hiérarchie dans la sphère régionale. De plus, par la qualité de la main-d’œuvre requise comme par le niveau des produits et des services - entendus dans leur acception la plus large - offerts à la consommation locale, le redéploiement des activités concourt à accélérer la mobilité des populations, laquelle est elle-même à l'amont de cette résurrection des villes moyennes.

5Il n'est pas question d'examiner pour elles-mêmes les diverses activités de Chalon, Mâcon ou Bourg, mais bien plutôt de montrer quelles sont leurs incidences sur la dynamique urbaine tant sur le plan spatial que sur le plan strictement économique. On comprend par ailleurs aisément que le commerce ne s'étudie pas selon les mêmes démarches que l'industrie ou la banque, ou encore que l'espace urbain ne se perçoit pas de la même manière que l'espace régional. Aussi, n’aborderons-nous les méthodes d'investigation utilisées qu'en cours d'analyse, selon les thèmes retenus.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search