Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Livre I. Espace et démographie

Conclusion du livre I

Texte intégral

1La matérialité de l'espace construit et les possibles qu'elle suggère par le jeu des interventions plus ou moins radicales masquent en réalité une grande inertie de la part de l'espace urbain considéré, et expliquent que se maintiennent des dysfonctionnements en dépit des multiples tentatives d'aménagement réalisées. En traitant la ville pour elle-même plus que par rapport à son espace régional, celles-ci ont masqué le rôle structurant des flux migratoires tant par la régulation de l'attractivité et de la définition des seuils à partir desquels les sens migratoires s'inversent, que par la division sociale qu'ils opèrent sur l'espace.

2En effet, c'est par suite du très fort courant d’arrivée de nouveaux citadins correspondant à la fois à l'évolution de l'économie rurale et à celle de la production industrielle, essentiellement à partir de la seconde guerre mondiale, que s'est mis en place peu à peu un nouvel espace social intra-urbain. Avec l'apparition des premiers logements sociaux de l'entre-deux-guerres, comme celle des premiers lotissements de qualité, un processus irréversible de division sociale de l'espace s'est développé, accentué encore avec la constitution des zones industrielles et des vastes zones urbanisées en périphérie au profit des classes laborieuses. Si bien que la venue de nouvelles couches sociales remet en cause la morphologie urbaine ; la mutation du cadre bâti se fait alors en même temps que celle de la société.

3Nous avons vu comment, en étudiant la structure urbaine de Chalon, Mâcon et Bourg, les clivages socio-spatiaux longtemps propres à chaque quartier sont devenus des divisions intra-urbaines affectant à chaque quartier une qualification socioéconomique qui se reprend et se redéfinit au fur et à mesure que les groupes sociaux qui investissent la ville sont eux-mêmes mieux affirmés.

4En témoignent l'existence et le glissement spatial des zones intermédiaires où un groupe se substitue à un autre. Aussi, il semble bien qu'à la division sociale du travail qui a affecté la société contemporaine corresponde une division sociale de l’espace, renforcée par les politiques d'aménagement qui se font en fait elles-mêmes l'écho de l'évolution du capitalisme par le biais de l'implantation du zoning. Mais la nature du parc de logement n'est qu’un élément explicatif et conséquent de cette division sociale de l'espace urbain mise en place sous l'effet des flux migratoires pourvoyeurs d’une nouvelle société urbaine, ou du moins d'un remaniement dû à la présence de groupes sociaux plus importants, sinon majoritaires, qui adaptent par touches successives la ville à leurs besoins.

5A l'habitat s'ajoutent en effet les enjeux de l'emploi, de la consommation, de la culture, qui participent autant des projets privés que de ceux de la planification urbaine. La maîtrise de l'urbanisation devient alors une condition essentielle du développement urbain futur et de l'appropriation socio-spatiale qui elle-même la sous-tend et l'oriente. C'est le paradoxe qu’a décrit Y. Barel sur la double stratégie de la régulation sociale en "conflit entre le spécifique et l’universel".

6Au nouvel espace social correspondrait donc un ou des nouveaux groupes sociaux que seule l'étude des activités économiques et des brassages sociaux apparus depuis la guerre est susceptible de mettre en évidence afin de définir par là une éventuelle spécificité de la ville moyenne.

7Cependant, aux particularités spatiales intra-urbaines se superposent, en outre, celles qui sont propres aux activités urbaines ; elles structurent l'espace autrement que par le jeu des migrations des individus qui pourtant les impulsent par l'incidence de la masse d'emplois dont ils sont comptables. Ces aires emboîtées - démographiques, économiques, financières... - rendent compte à leur tour de la maîtrise de l’espace régional développée par la ville moyenne. Mais alors que la croissance depuis 1945 s'est particulièrement affirmée par l'intermédiaire de la ville - et spécialement de la ville moyenne présentée par les pouvoirs publics comme l'alternative à la concentration des métropoles - que devient cette ville moyenne en période de récession ? Quel avenir à court terme peut se déterminer pour la ville de niveau intermédiaire et les sociétés qui la façonnent ?

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search