Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Deuxième partie : La dynamique spatiale

Chapitre III. La structure urbaine

Texte intégral

1La ville d'aujourd'hui est née des ajouts successifs créés par les pulsions de l'histoire, et par lesquels s'est mise en place la présente structure spatiale. Les transformations d’envergure du XIXe siècle se situent davantage sur le plan du renouveau économique, dans la mesure où la refonte de l'espace urbain des trente dernières années en a le plus souvent gommé l'empreinte initiale par les transferts des activités industrielles et artisanales vers des zones appropriées. En fait, la structure de la ville se dessine durant l'entre-deux-guerres et les bouleversements des années soixante à soixante-dix, en particulier, entérinent le processus déjà engagé d'une partition spécialisée de l'espace urbain.

2Selon les rythmes de la dynamique urbaine, les divers secteurs sont tour à tour privilégiés ; ainsi, d'une consommation d'espace péri urbain sans précédent, passe-t-on à des interventions ponctuelles sur le tissu existant. Après trente années d’altérations profondes à la mesure de la croissance démographique aiguë subie, de cités historiques complexes et cloisonnées, Chalon, Mâcon et Bourg deviennent des villes à la fois plus rationnelles et plus banales, à l'image de la société qui les compose et les construit. En rend compte l’étude de la structure urbaine d'aujourd'hui ainsi que celle des mesures prises pour la façonner selon le regard porté sur la ville moyenne, par ses utilisateurs, mais aussi par les aménageurs et les "décideurs".

III.1. LA DIVISION SOCIALE DE L'ESPACE, 1954-1982

III.11. Le quartier : une unité de mesure comparative ?

3S’il faut s'en tenir aux simples aspects que l’ordre spatial met en évidence, relativement aux densités humaines, à l'âge et à la densité de l'habitat, aux repérages chronologiques de la croissance et des temps forts de l'histoire urbaine qu'illustrent les productions du bâti en tous genres, l'étude de la structure urbaine devient chose aisée ; selon l'un ou l'autre critère de repérage, des ensembles urbains apparaissent qui sont autant de quartiers lus dans le paysage urbain et dont la juxtaposition forme la ville. Or, indépendamment de la mesure choisie par l'observateur-aussi exercé soit-il- l'idée de quartier porte en elle des sens variés comme l'ont montré les travaux de M. J. Bertrand et d’A. Metton, d'A. Frémont ou encore ceux de X. Piolle. Car, en dépit des volontés fonctionnalistes des urbanistes de la croissance - "les fabricants d'espace" - où la fonction économique devient créatrice et déterminante d'un espace donné, le quartier prend aussi ses racines dans la réalité vécue de "l'homme-habitant" selon la formule de M. Le Lannou.

4Comment dès lors parler de quartiers individualisés caractérisant la structure de la cité ? Terme de l'espace vécu, terme de l'espace conçu, le quartier n'en demeure pas moins l'élément spatial indispensable de référence. Tout le problème consiste alors à lui donner une définition satisfaisante. C'est à cette tâche méthodologique que nous nous sommes tout d'abord donnée afin de tenter de disposer d’un instrument de comparaison spatiale.

  • 1 Cf. supra, chapitre 1.22.

5Une approche de la notion de quartier à partir d’une classification des îlots urbains en fonction de critères donnés et d'une "distance" comparative appliquée à des variables "homogènes", a été mise en œuvre sur le plan théorique et ensuite expérimentée sur les îlots urbains de Mâcon1.

6Les résultats ne peuvent qu'inciter à la prudence en matière d'utilisation du quartier comme référent spatial. En effet, si l'on retient une partition en 15 quartiers, égale en nombre à celle effectuée par les découpages statistiques officiels, et compte tenu de l'exigence de contiguïté spatiale ainsi que des critères retenus comme descripteurs fondamentaux de l'îlot urbain, seules se distinguent les grandes aires nettement individualisées. C'est-à-dire que les parcelles industrielles et le centre commerçant se définissent aisément, regroupant environ 35 îlots chacun. Si les quartiers industriels recoupent les zones industrielles existantes, le centre commerçant apparaît en revanche supérieur à celui qui est communément admis et en grande partie confondu avec l’extension de la cité du XIVe siècle, soit le dessin des remparts d’alors ; autrement dit, la permanence spatiale du centre commerçant et administratif de la ville est si prégnante, y compris dans les esprits et dans la vision qu'ont les propres usagers de la cité, que la définition du centre-ville est toujours donnée, a priori, comme conforme à l'image du passé. A l'évidence, l'extension de facto du centre-ville n'a pas été perçue avec suffisamment d'acuité pour être, hélas, prise en considération dans les décomptes administratifs, y compris ceux de l'I.N.S.E.E.

7Enfin, les autres quartiers redéfinis montrent de très faibles distorsions entre eux - du moins au degré d'analyse où nous nous sommes placée. Si bien que tout comme nous le redoutions, le découpage en quartiers, tel qu'il sert de base d'analyse et de support de données statistiques, devrait être repris selon des critères plus rigoureux, et à tout le moins utilisé avec circonspection. Hélas, ce travail de grande ampleur de redéfinition de quartiers par agrégats spatiaux conduit une fois achevé, outre à la critique constructive du découpage spatial en usage, à une refonte totale des sources statistiques disponibles ou à lu prise en compte de celles-ci sur la base de l’îlot. Avec plus de 1500 îlots dans les seules communes de Chalon, Mâcon et Bourg, il est clair que cette recherche se limite dès lors à ses aspects théoriques et à une seule application urbaine destinée à la valider.

8Si bien que nous n'avons pas donné de solution totalement satisfaisante au problème de la valeur du quartier comme réfèrent spatial. Faute de pouvoir passer aisément du théorique à l'applicable nous avons décidé, en dépit des questions soulevées, de nous en tenir au quartier tel que les services de l'I.N.S.E.E. le regardent, soit un regroupement d'îlots considéré comme un ensemble individualisé de la partition urbaine. D'un recensement à l'autre un tel découpage permet des comparaisons utiles dans la mesure où, malgré les réaménagements des surfaces de quartier en fonction des changements survenus, il est possible de reconstituer, par des tables de conversion, des îlots de surfaces identiques.

  • 2 Cf. livre II, deuxième partie.

9Certes, avons-nous conscience de l’apriorisme que contiennent nos hypothèses de travail en la matière, mais nous avons vu là l'unique possibilité d'étudier sur un temps long la structure urbaine dans ses aspects dynamiques. En particulier, îlots et quartiers sont nos seuls référents d'échantillonnage dans la quête statistique personnelle que nous avons pratiquée afin d'étudier les relations existantes entre les migrations spatiales et les mutations sociales2 et dont les données sont également exploitées pour saisir la signification de la partition spatiale.

10Forte de ce travail théorique sur la structure urbaine et pour les raisons déjà énoncées, c'est essentiellement sur la ville de Mâcon qu’a porté notre effort de compréhension de l'évolution de l'organisation spatiale de la ville, en nous fondant sur le découpage de quartiers du R.G.P. 1975, et en nous référant aux résultats des recensements sur la base de Pilot depuis 1962, faute d'avoir pu utiliser ceux de 1954 selon les mêmes critères.

ΠΙ.12. La partition socio-démographique à Mâcon3

  • 3 Cf. figure no 31, p.217 et graphique no 23, p. 218-219.

11En 1962, la commune de Mâcon n'a pas encore annexé celle de Flacé et toute l'actuelle partie septentrionale de la ville, alors peu urbanisée, échappe à la classification en quartiers urbains et onze secteurs se distinguent seulement. Visiblement, la répartition de la population est assez homogène dans la mesure où chaque quartier porte encore en lui une ressemblance marquée au "profil" de la répartition socioprofessionnelle et à celui de la répartition en grandes classes d'âge de l'ensemble de la population municipale, à de rares exceptions près ; ouvriers, employés, cadres moyens et enfin patrons de l’industrie et du commerce forment, par ordre décroissant, les grandes catégories représentées.

12Il existe un espace central composé des quatre quartiers Saint-Pierre, Saint-Vincent, Saint-Louis et E. Herriot où dominent les populations modestes, mais où le quartier Saint-Pierre fait figure d'hyper-centre par l'importance des professions du commerce et de l'artisanat. Ces dernières persistent dans le centre-ville à cette date, et nombre de commerçants logent encore sur leur lieu de travail. Il est vrai aussi qu'avant l'implantation des grandes surfaces commerciales les petites boutiques abondent, en particulier pour satisfaire la demande de produits alimentaires quotidiens. Cela explique aussi la forte proportion d'actifs. Mais par ailleurs, les quartiers centraux marquent une nette tendance au vieillissement avec les plus fortes proportions de plus de 65 ans (14, 15 et 16 % respectivement à St-Vincent, St-Pierre, St-Louis). Seul le quartier E. Herriot s'en distingue à la suite des premières réalisations de la percée Sud, elle-même destinée à accueillir les jeunes populations immigrées vers la ville (38 % de moins de 20 ans et 8 % de plus de 65 ans).

13En revanche, la structure de la population change radicalement au nord et au sud de l'espace central. Au nord s’étalent les beaux quartiers, en particulier sur les pentes de la zone dite "des lycées", ainsi que le laissaient prévoir les lotissements de l'entre-deux-guerres créés sur les parcs des riches demeures. Là, les professions aisées sont davantage représentées et les classes intermédiaires équilibrent une population ouvrière peu importante (26 % seulement, pour 34 % pour la ville entière). Si dans le quartier des lycées la répartition par âge y est conforme à celle de la ville, dans celui des Perrières la grande jeunesse de la population (40 % a moins de 20 ans) est due là encore à l'achèvement des premiers immeubles de la Z.U.P. Nord.

14Au sud, au contraire, se déploient les quartiers modestes, tous marqués par l'importance des catégories ouvrières, des coteaux de Bioux aux prairies de Saint-Clément (57 %) et à la zone industrielle évidemment. On note cependant que les classes moyennes y sont encore nombreuses (Bioux : 37 %) et qu'en réalité le quartier industriel est constitué en majorité de populations à très faibles revenus classées dans la catégorie dite personnel de service. En revanche les étrangers sont presque absents, tant il est vrai que la cité de relogement proche de Bioux est cependant située à l'extérieur du quartier, au-delà de la route de Nevers. Effectivement ils se retrouvent nombreux en Fontenailles (12 %) ou aux Crays (6 %), c'est-à-dire aux limites extrêmes de la ville, dans un secteur fort mal desservi dans ses liaisons avec le centre et encore très marqué par une activité agricole. Aux Crays, les agriculteurs forment l'essentiel de la population active (41 %).

15La sectorisation de l'espace urbain de Mâcon, en 1962, se manifeste comme si un double gradient se dégageait à partir du centre : vers le nord et le nord-ouest celui relatif aux catégories sociales élevées, vers le sud celui relatif aux catégories les plus modestes - ouvrières, dites de service, ou étrangères. Ici se maintient encore une activité agricole périurbaine, essentiellement maraîchère. Cependant cette diffusion des populations à partir du centre et assez loin de celui-ci (quartiers des Crays et de Fontenailles) demeure limitée puisque le centre regroupe alors 53 % de la population de la ville et les quartiers aisés 25 % ; si bien que les grandes opérations d'urbanisme n'ont qu’à peine affecté la répartition socio-spatiale des populations, qu'il s'agisse de la Z.U.P. Nord ou des Perrières, ou encore de la percée Sud. Seul le quartier de Bioux marque l'implantation de couches de populations jeunes et modestes au sud-ouest de la ville. Il répond bien à la volonté de fixer les populations rurales migrantes vers Mâcon après la guerre. Le dépouillement de notre enquête réalisée en 1982, mais permettant de reconstituer la population de 1954, montre que quelques signes timides du changement se manifestaient déjà. Les populations aisées se fixent alors sur les coteaux et commencent à abandonner le centre, surtout le quartier Saint-Pierre déjà dégradé où dominent encore les commerçants et les artisans. A Bioux ouvriers, employés, mais aussi cadres moyens dans une moindre part, s'installent au fur et à mesure des premières constructions de logement. Selon une analyse effectuée par la méthode du Khi-2 les professions libérales et cadres supérieurs sont sur-représentés dans le quartier des lycées (pour 9 % de la valeur du Khi2) alors que les ouvriers et les cadres moyens le sont à Bioux (3 % et 1,3 % du Khi-2) et que l'artisanat et le commerce demeurent les activités premières du centre (5,1 % du Khi-2).

Fig.31 : La division sociale de l'espace à Mâcon, 1962-1982 (voir légende au verso)

Graphique 23 : Mâcon, typologie des quartiers 1962 à 1982.
Source : R.G.P. 1962-68-75, enquête pers. 1982

16En revanche, en 1968 les grands travaux de l’urbanisme opérationnel des années soixante induisent une nouvelle structuration de l'espace urbain.

  • 4 Mâcon - 1962 : Patrons de l’industrie et du commerce : 11,3 %, ouvriers 34 %, employés 21 %.
    - 1969  (...)
  • 5 Mâcon, secteur central ; population étrangère 1962 : 5 % de la population du secteur et 45 % de la (...)

17En effet, les résultats du R.G.P. de 1968 mettent en évidence, avec l'apport important de nouvelles populations, à la fois la complexification de la structure de la ville et une partition plus affirmée des différents secteurs spatiaux. D'une part le centre se limite aux trois quartiers de Saint-Pierre, Saint-Vincent et Saint-Louis formant un ensemble plus homogène où les catégories du commerce et de l'artisanat se sont réduites alors que se développent les classes intermédiaires, à l'image de la ville entière4. En même temps, la proportion d'étrangers5 établis dans le centre augmente forte ment en regard de la population du quartier, mais non en regard de celle de la ville, alors que globalement cette zone perd près de 4 % de ses habitants dans le même temps et que sa population vieillit (65 ans et plus : variation de + 2 %). Le centre accuse ainsi sa décrépitude.

18D'autre part, les quartiers plus aisés et le secteur ouvrier se différencient nettement, l'un et l'autre s'étant rapidement étendus. Au quartier des lycées font suite vers le nord-ouest ceux de Beau Site et de Beau Soleil grâce à l'annexion de la commune de Flacé (1965) où une part importante de Mâconnais des classes moyennes et opulentes s'était déjà installée, venant souvent du centre, dans des lotissements de villas neuves. Peu à peu la zone se densifie. Mais surtout, au nord comme au sud, l'extension du bâti dû aux grandes opérations immobilières (Z.U.P. Nord, percée Sud, Gautriats) s'est produite au profit de la classe ouvrière locale. Le quartier ouvrier s'étend même à la zone de Fontenailles, où les agriculteurs ont quasiment disparu pour ne plus subsister vraiment qu’aux limites de la ville dans le quartier des Crays, mais en plus faible proportion il est vrai (1962 : 41 % des actifs, 1968 : 6 %). Ici encore la part de population ouvrière l'emporte, celle-ci remplaçant peu à peu celle-là alors que les expropriations et les ventes alléchantes face à la pression foncière ont réduit en peau de chagrin les terres agricoles, en particulier celles des maraîchages. Ainsi se diffuse spatialement, mais aussi socialement, l'espace urbain.

19Enfin apparaît un nouvel élément de la structure urbaine, à la limite du centre-ville et des quartiers ouvriers du Sud de la ville. Secteur intermédiaire spatial et social, il est constitué du quartier de Bioux mais aussi du quartier E. Herriot où la percée Sud est achevée. Les catégories des employés se rapprochent quantitativement de celle des ouvriers. Effectivement, les classes intermédiaires qui croissent avec le développement économique et en particulier avec le secteur tertiaire, se retrouvent de préférence dans ces deux quartiers. La croissance industrielle appelle aussi la main-d’œuvre immigrée. Déjà nombreuse en 1962 elle représente plus de 7 % de la population active de la ville en 1968. Elle se regroupe à proximité des lieux de travail ou dans les logements sociaux de la Z.U.P. (8 % d'étrangers) ou de Fontenailles (14 %), mais aussi, et vivement, dans les logements délabrés du centre-ville.

20Si en 1975 l'examen précédent demeure valable, on s'aperçoit néanmoins, alors que la ville enregistre son maximum de population, que l'individualisation des secteurs urbains précédemment définis est non seulement encore plus tranchée, mais que la zone tampon et la zone ouvrière se distendent au détriment des quartiers aisés et ouvriers. Ces derniers englobent enfin les Crays où les agriculteurs ont achevé de disparaître. Le quartier des Perrières, qui avait conservé en 1968 des catégories socioprofessionnelles assez équilibrées et un apport important de couches aisées (26 %), voit celles-ci se restreindre (2 %) au profit des plus modestes (+7 %). Les Perrières peuvent alors être considérées comme le quartier miroir de la ville : tout comme la ville il a plutôt évolué vers la médiocrité, voire un certain appauvrissement global.

21La partition socio-économique de l'espace se double d'autre part d’une partition par âge. En effet, au quartier des lycées ou au centre peuplés de gens âgés (21 % ont au moins 65 ans), s'opposent les quartiers neufs, ouvriers de préférence (aux Gautriats 43 % de la population a moins de 20 ans). Pour une moindre part, le quartier Beau Soleil, composé de lotissements récents investis par excellence par de jeunes ménages des classes moyennes, comporte 34 % de moins de 20 ans.

22Seuls les étrangers dont la part atteint près de 12 % de la population mâconnaise exercent un trait d’union entre les quartiers centraux et la zone d'habitat ouvrier. C'est le signe d'une commune pauvreté, sinon sur l'ensemble des secteurs concernés, au moins sur une part d'îlots non négligeable.

23Les résultats du R.G.P. de 1982 que livrent les services de l'I.N.S.E.E. ne nous permettent pas d'établir une comparaison identique aux précédentes, faute d'avoir accès aux résultats exhaustifs par îlot. En revanche, notre enquête de 1982 et les travaux que les services informatiques de la mairie de Mâcon ont bien voulu entreprendre pour nous sur les données du recensement de 1982 nous autorisent néanmoins à reprendre une classification de quartiers comparables, réalisée sur la base de l'îlot.

24La première constatation vaut pour le centre-ville en réalité restreint au quartier Saint-Pierre qui s'individualisait comme tel en 1962, en tant qu'hypercentre. Il demeure aujourd'hui le lieu d'habitat privilégié des plus riches comme des plus pauvres et des plus âgés, tout en gardant une part importante d'employés de bureaux soucieux de demeurer près de leur lieu de travail. Mais les ouvriers l'ont définitivement délaissé. Cependant, les quartiers Saint-Vincent, et Saint-Louis dans une moindre mesure, par leur proportion de catégories intermédiaires, montrent combien la rénovation du centre-ville porte ici ses fruits. Bien avancée dans le quartier Saint-Vincent, elle est en cours à Saint-Louis où de petits immeubles de qualité remplacent peu à peu les anciens ateliers et entrepôts, et contribuent à rendre plus homogène, socialement parlant, un secteur dont la partie Ouest/Sud-Ouest est bâti de belles villas individuelles. Pour l'instant, les transformations du quartier Saint-Pierre sont davantage à l'état de projets que la densité des boutiques rend plus difficiles à réaliser.

25La zone que nous avons qualifiée d’ouvrière offre un changement semblable à celui du centre dans la mesure où il se limite certes à la zone industrielle, mais aussi aux quartiers de la Z.U.P. Nord et d'E. Herriot, c'est-à-dire ceux des premières manifestations de l'urbanisme de grande ampleur des années soixante. Aujourd'hui vieillis et dégradés leurs immeubles abritent les plus démunis. Ainsi le quartier Herriot a-t-il achevé une évolution qui l'a conduit de la zone encore centrale en 1962 à une situation intermédiaire en 1968 et au secteur ouvrier en 1982, comme déjà l'état de 1975 le laissait augurer. Cependant, il offre maintenant une image globalement illusoire. Car si les immeubles de la percée Sud symbolisent le quartier au moins jusqu'en 1975, une certaine transformation s’est opérée depuis au sein même du quartier. D'une part, à la limite du centre-ville, les îlots tranchés par l’aménagement de la N.6 et laissés en l'état depuis plus de vingt ans sont enfin rénovés, de même que ceux de la rue des Cordiers à l'emplacement d'anciens entrepôts. Et puis, les derniers immeubles édifiés le long de la N.6 en direction du centre-ville sont des bâtiments dits de standing et en rien comparables aux H.L.M. élevées plus loin dès 1956. Si bien que le découpage du quartier montre ici la nécessité d'une nouvelle refonte au cœur de ce vaste espace de la percée Sud. Encore homogène jusque vers 1975, il s'en détache maintenant, aux limites du centre-ville, un secteur à l'image de la zone intermédiaire.

26L'examen de vingt ans d'évolution des différents quartiers de Mâcon prouve combien s'est affirmée et affinée la ségrégation de l'espace urbain telle que les transferts fonciers des années trente le laissaient présager. L'extension urbaine vers le nord et le sud a confirmé l'existence d'aires très nettement différenciées selon les caractéristiques démographiques et socio-professionnelles de leurs habitants. De part et d'autre du centre se sont développés des quartiers ouvriers et aisés dont le devenir s'est infléchi selon les cas dans un sens ou dans l'autre. Ainsi la première cité de Bioux, construite avec soin, bien entretenue et investie tout d'abord par des populations modestes, est peu à peu devenue, de quartier ouvrier, une zone intermédiaire plus proche de manière économique et sociale des quartiers à populations aisées. A Bioux, les habitants se sont le plus souvent maintenus sur place et ont également profité de l'accroissement général du niveau de vie ainsi que des promotions professionnelles acquises au cours d'une vie de travail et fréquemment dans la même entreprise. Dans l'ensemble, la mobilité spatiale sur le quartier est faible, elle s'apparente plus à une mobilité d'ordre économique et social. De la même manière ont évolué les Gautriats ou encore Fontenailles par l’apport, grâce aux derniers programmes de construction, des populations de classes moyennes ; ce sont celles qui ont bénéficié du plus fort accroissement relatif induit par les changements de société depuis la guerre. Bioux, Fontenailles, les Gautriats sont en quelque sorte des quartiers "reclassés" à l’inverse des Perrières ou d'E. Herriot, "déclassés".

27Car les poches de pauvreté se sont développées dans les Z.U.P. de première nécessité comme à la percée Sud ou encore aux limites communales sud (les Crays) où les programmes d’aménagement n’ont pas interféré. Mais en 1982 nombre d'îlots centraux constituent des portions d'espace tout autant misérables en dépit des vitrines qui animent les vieilles rues et créent l'illusion de l'opulence que renforcent quelques signes timides de remise à neuf.

28Si la ségrégation socio-démographique des populations est forte dans sa traduction spatiale, elle n’en est pas moins soumise à des fluctuations susceptibles de transformer la structure de la ville. Aujourd’hui, à la suite des années de croissance vigoureuse, on constate l'extension des zones intermédiaires par glissement vers elles de quartiers antérieurement investis par des populations plus modestes. Celles-ci sont rejetées vers la périphérie de la ville - mais aussi au-delà - puisque l'espace urbain qui leur est imparti se raréfie, alors qu'en revanche l'économie locale les emploie en plus grand nombre. La ville retient davantage les plus pauvres comme les plus âgés, cependant que les classes moyennes l'investissent largement. Est-ce l'apanage de la ville moyenne et le résultat de brassages de population des quatre décennies de l'après-guerre ?

III.13. La partition à Bourg et à Chalon

- Bourg6

  • 6 Cf. figure no 32, p. 225 et graphique no 24, p. 226-227.
  • 7 Le centre-ville regroupe 20 % de l'ensemble du bâti urbain. La densité de population au kilomètre c (...)

29A l'image de Mâcon, Bourg offre en 1962 une structure de quartiers différenciés, mais au sein desquels la répartition de la population est également assez équilibrée, en partie en raison du découpage même des quartiers. Car ceux-ci sont vastes, formés au fur et à mesure du développement communal, autour d'un centre qui à lui seul représente l'extension urbaine à la fin du XVIIIe siècle. Bien délimité par la voirie, à l'intérieur de la petite rocade, il s'identifie également par la densité importante du bâti7 et de ses occupants. D'autre part, l'étendue de la surface communale (24 km2) autorise un desserrement tel que la densité d'ensemble reste faible (en 1968 : 1588 habitants au km2) et que l'Est et le Nord de la commune ne sont pas alors urbanisés. La ville montre donc encore des groupes socio-économiques assez bien répartis parmi les quartiers, mais aussi entre eux, à l’image des activités urbaines.

30Ce constat vaut aussi bien pour 1954 et 1982 où une analyse par la méthode du Khi-2 ne découvre pas de différences suffisantes entre les quartiers, renforçant ainsi l'idée de quartiers relativement semblables et homogènes, davantage fidèles à la composition globale de la ville. Cependant, la configuration de ces quartiers n'est pas pour autant à remettre en cause. Bien individualisés, ils reçoivent malgré tout les faveurs plus marquées de certains groupes sociaux et correspondent chacun à une étape de l'extension urbaine ; ainsi avons-nous dû constituer un treizième quartier correspondant à la Z.A.C. de la Croix-Blanche.

  • 8 Bourg, centre-ville, évolution démographique 1962-1975. Part de population totale : -10 %, d’actifs (...)
  • 9 En 1982, selon notre enquête, les employés ne représentent plus que 4 % des actifs du centre, les o (...)
  • 10 Cf. infra, chapitre III.3.

31L’évolution de la structure urbaine jusqu'en 1982 est également fort semblable à celle de Mâcon, si l'on excepte le rôle du centre plus important spatialement et démographiquement (19 % de la population urbaine en 1968) et dont seule une étude au niveau de chaque îlot et pour chaque recensement pourrait rendre compte des partitions internes et des éventuelles fluctuations. Pris dans son ensemble il subit le destin habituel des centres-villes, c'est-à-dire la dépopulation, le vieillissement, la paupérisation8. Certes est-ce apparemment moins grave qu'à Mâcon dans la mesure où la vaste surface centrale dilue dans l'ensemble l'impact des îlots à problèmes. Notre enquête de 1982 montre néanmoins que la situation s'est améliorée par le retour de populations habitant traditionnellement en centre-ville, mais que la dégradation générale avait conduit pour beaucoup au délaissement, même si les vieux hôtels particuliers de la rue Bourgmayer, par exemple, retenaient encore leurs occupants privilégiés. Les catégories du commerce et de l'entreprise dépassent leur score de 1962 (26 %) et les professions libérales, les cadres supérieurs et moyens ont très fortement augmenté leur représentation, alors que les employés et les ouvriers sont partis en très grand nombre9 Ils témoignent, chacun à sa manière, des transformations du bâti central10 qui engendrent, avec les changements des genres et des niveaux de vie, les transferts socio-économiques spatiaux.

32La croissance économique a permis en revanche l'urbanisation des secteurs Nord et Est de Bourg. En 1962, seulement 4 % de la population est installée sur ces quartiers périphériques ; en 1975 la proportion est dix fois plus importante et les agriculteurs encore nombreux en 1962 (26 % des actifs) ne subsistent plus qu’en faible part dans le quartier des Belouses (10 %). D'abord gagnée par des populations modestes à dominante ouvrière, toute cette zone semi-rurale est peu à peu devenue un secteur d'habitat privilégié, à tout le moins ce que nous appelons une zone intermédiaire. En effet, l'évolution de la structure urbaine s'est réalisée au profit de ce type de quartier. Les classes moyennes s'y sont multipliées et traduisent là encore un éventuel changement socioéconomique urbain. Les beaux quartiers, longtemps limités à ceux de Bel Air et du Mail, à l'ouest, se sont étendus à l'est du centre-ville à la faveur des derniers programmes immobiliers de la Z.A.C. de la Croix-Blanche, comme des lotissements de villas individuelles aux Dîmes ou aux Vennes. Là, la pression foncière joue largement en faveur des classes aisées sur des terrains considérés longtemps comme trop éloignés et dès lors peu recherchés, voire méprisés. Ce fut le cas d'une partie des Vennes, aujourd'hui au contraire très prisée, ou encore du quartier des Crêts. Depuis 1962, celui-ci n'a cessé de subir des mutations sectorielles. Inclus dans la zone semi-rurale péri urbaine, il a tout d'abord été investi par une population modeste avant l'arrivée récente de populations de classes intermédiaires avec l'extension des petits lotissements à "l'américaine" où se juxtaposent de petites villas jumelées ou non, plantées sur quelques centaines de mètres carrés de pelouse collective.

Fig.32 : La division sociale de l'espace à Bourg, 1962-1982 (voir légende au verso)

Graphique 24 : Bourg, typologie des quartiers 1962 à 1982.
Source : R.G.P. 1962-68-75, enquête pers. 1982

33Par ailleurs, le remodelage urbain, induit par les constructions de petits immeubles de qualité qu'ont multipliées les investisseurs privés au gré des effets de la désindustrialisation de centre-ville de ces quinze dernières années, a favorisé la "remontée" socio-économique de certains quartiers ouvriers. C'est par exemple le cas du quartier de la Grenouillère où l'installation de nombreux services publics ou privés a contribué à retenir sur place beaucoup d'employés de bureaux.

34Dans le même temps, l'inverse se produit dans le quartier de la Reyssouze, et sans espoir d'amélioration à court terme, contrairement au centre, par suite des réaménagements de voirie et du bâti. Ici, lorsque la Z.U.P. se créée, elle attire vivement les classes moyennes à la recherche de logements décents et d'un prix abordable que la pénurie rendait rares jusqu'alors. Peu à peu les habitants ont délaissé la Z.U.P. qui ne représentait pour eux qu'une solution transitoire, et ont réinvesti dans d'autres immeubles de meilleure qualité, ou bien sont allés à l'extérieur de la ville bâtir une maison individuelle. Avec le temps, la mobilité des populations s'est accentuée dans la Z.U.P. et ceux qui restent sont le plus souvent les plus défavorisés. En 1982, le quartier de la Reyssouze demeure le seul espace urbain véritablement ouvrier. Est-ce le sort de toutes les grandes opérations immobilières de grande envergure à vocation sociale ? C'est en tout état de cause celui de la percée Sud à Mâcon. On peut cependant penser que la Z.A.C. de la Croix-Blanche échappera à cette dégradation dans la mesure où le bâti y est davantage hétérogène et intègre des immeubles de qualités et de vocations diverses, mêlant heureusement les catégories sociales.

- Chalon11

  • 11 Cf. figure no 33, p.231 et graphique no 25, p. 232-233.
  • 12 40 % des actifs relèvent du secteur agricole.

35La partition spatiale de Chalon évoque à la fois des différences structurelles conformes à l'identité de la ville et une évolution semblable à celle de ses voisines. Une analyse effectuée selon les mêmes critères et par la même méthode prouve qu'ici, dès 1954, l'espace urbain est différencié en quartiers nettement individualisés, beaucoup plus qu'à Mâcon et Bourg. Il s'agit bien d'une ville industrielle où s'ordonnent, autour d'un centre voué au commerce et aux services, quelques rares quartiers opulents et une couronne de vastes quartiers industriels et ouvriers. Les plus significatifs sont ceux de Saint-Cosme, de Saint-Jean-des-Vignes, des îles qui retiennent davantage les professions aisées ; celles-ci apparaissent en surnombre tout en expliquant 7 % de la valeur du Khi-2. Il en est de même pour les cadres moyens à la Citadelle, aux Remparts Saint-Pierre par exemple (7 % du Khi-2), alors que les ouvriers dominent largement aux Charreaux (12 % du Khi-2), à Fontaine aux Loups (3 % du Khi-2). Avec celui du port ces quartiers paraissent de loin à la fois les plus homogènes et les plus déshérités. Entre le vieux bourg de Saint-Jean-des-Vignes et le nouveau tracé du canal du Centre subsiste encore un secteur semi-rural où se maintiennent principalement des maraîchages12.

36Si l'on effectue par ailleurs une comparaison étroite de la représentation des divers groupes socio-économiques pour chaque quartier, d'un recensement à l'autre, l'individualité des quartiers s'accroît au profit d'une couronne d'habitat intermédiaire ou aisé alors que les populations ouvrières sont rejetées en périphérie urbaine et que le centre subit la dégradation inhérente aux années de la croissance urbaine. En 1982 le centre traditionnel se réduit essentiellement au quartier Saint-Vincent ; les commerçants y sont toujours sur-représentés (2,6 % du Khi2), alors que les ouvriers l'ont quitté (2 % du Khi-2) et que le quartier de la Citadelle ou même celui de Chabas qui achèvent de définir les limites du vieux Chalon s'apparentent plus à des quartiers d'habitat aisé et central. Ici, la politique d'aménagement du centre-ville recueille ses premières conséquences tangibles sur le plan économique et social. De la même manière, les petits programmes immobiliers du bord du lac, des îles, ou ceux plus importants de la pointe de la Colombière, retiennent les couches intermédiaires de la société chalonnaise qui, il y a peu, faute de trouver des logements en ville à leur convenance, s'installaient en périphérie où la publicité et les avantages financiers concrétisaient le rêve de la petite maison bien à soi. En quelque sorte, le maintien en ville de ces populations redonne à la cité une certaine hétérogénéité sociale qu'elle avait perdue. Il est vrai que le brassage social s'effectue semble-t-il au profit des classes moyennes. Mais dans le même temps, de vieux secteurs ouvriers remarquablement conçus à leur époque en tant que logements sociaux destinés aux nouveaux travailleurs chalonnais des années trente (les Charreaux) comme de l'après-guerre (les Aubépins) se retrouvent socialement déclassés et rejetés par leurs premiers occupants. Quartiers dits à problèmes, quartiers d'immigrés ou de petits retraités qui n'ont pu ou voulu quitter le lieu de leur existence active, tels s'identifient ces secteurs urbains.

37A travers les similitudes socio-spatiales de l’évolution de la structure urbaine à Mâcon, Chalon et Bourg se dégagent deux temps forts que sépare la fin des années de croissance. D'une part, la division de l'espace s'accentue avec l'extension urbaine et le flot de nouveaux arrivants dans la continuité des changements survenus entre les deux guerres et sous l’effet d'une insuffisance patente du parc de logements, malgré le rythme forcé des constructions entreprises à partir de 1955 à Chalon-sur-Saône et à Mâcon, ou un peu plus tard à Bourg-en-Bresse. La politique de construction des logements sociaux accentue les clivages intra-urbains centre/périphérie : le centre est de plus en plus abandonné au profit de la périphérie où se développe l'habitat nouveau ; social et locatif pour une large part, il est dévolu aux plus pauvres sous la forme de tours et de barres d'H.L.M. des années soixante édifiées sur les terrains les moins chers ; aisé, en pleine propriété ou en accession, bien situé, il se développe sous la forme de pavillons individuels. La partition socio-spatiale se déploie alors entre quartiers à dominante ouvrière et quartiers à majorité de cadres moyens et supérieurs.

38De manière concomitante, s'étendent peu à peu des zones intermédiaires où un groupe social se substitue à un autre, contribuant le plus souvent à "reclasser" des quartiers ; le cas le plus significatif à cet égard est celui de Chalon. A partir du centre essaiment les quartiers à catégories socioprofessionnelles aisées et moyennes. Certes, faut-il par là même replacer les sociétés des villes moyennes dans leur propre contexte local et par rapport à une société globale dont elles ne sont qu'un pâle miroir ; et il faut entendre davantage cadres moyens et supérieurs comme constitutifs des classes aisées. De même la prise en compte du groupe des employés - de définition, comme on sait, si ambiguë - peut-elle introduire une apparente complexification du tissu urbain. Car ce groupe se diffuse sur toute la ville par la féminisation de la profession, par l'extension du salariat et la croissance très vive du secteur tertiaire, plus particulièrement à Bourg et Mâcon, chefs-lieux de leur département.

39D'autre part, dans un deuxième temps, soit environ à partir de 1975, alors que la courbe démographique des villes s'infléchit, si le clivage intra-urbain passe encore entre le centre ou la périphérie, il s'opère en revanche au profit du centre ou des quartiers péri-centraux. A la faveur de la désindustrialisation et des politiques d’aménagement du centre-ville, et par le jeu du déploiement des couches sociales moyennes, s'effectue la reconquête d'îlots, sinon de quartiers entiers où se multiplient les petits programmes immobiliers de qualité. Le déclassement se produit alors pour les quartiers éclatés des premières Z.U.P. de périphérie.

40L'importance des zones intermédiaires-relais ainsi créées apporte l'illusion d'une nouvelle unité urbaine retrouvée, ou en passe de l'être. En réalité la division socio-spatiale passerait dorénavant au sein même des classes moyennes, sans négliger par ailleurs la hausse de qualification survenue pour l'ensemble des catégories socio professionnelles. Mais en tout état de cause, la croissance des classes sociales moyennes a profondément perturbé la morphologie urbaine et contribué au rejet, aux limites de la ville et au-delà, des populations ouvrières. Dès 1968, par exemple, celles-ci ont largement investi les communes périphériques chalonnaises de Chatenoy-le-Royal et de Saint-Rémy. La discrimination a donc gagné l'espace péri urbain. En cela, nos trois villes moyennes ont suivi le modèle déjà mis en place par les villes de taille supérieure.

Fig. 33 : La division sociale de l'espace à Chalon, 1968-1982 (voir légende au verso)

Graphique 25 : Chalon, typologie des quartiers 1968 à 1982
Source : R.G.P. 1968-75, enquête pers, 1982

41La politique du logement a donc largement conditionné l'évolution de la structure socio-spatiale, simultanément - ou en retard le plus souvent avec le changement de la société locale qui agit en retour en accentuant le processus. En assignant une vocation propre à des portions d'espace, c'est-à-dire en engendrant un fonctionnalisme créateur d'espace, l'urbanisme opérationnel des années de grande croissance urbaine a accéléré les transferts socio-spatiaux conduisant à la ségrégation spatiale. Le volontarisme en matière de structuration de l'espace n'est cependant pas le propre de la politique contemporaine d'aménagement, et un retour sur son histoire ajoute à la compréhension des mutations structurelles qui ont contribué à transformer ces cités, jadis composites et compartimentées à la fois, en villes aujourd'hui plus rationnelles.

III.2. LES PLANS ET TENTATIVES DE PLANIFICATION DE L’ESPACE

42Projets avortés, projets réalisés tout au long de l'histoire urbaine, afin de tenter de maîtriser la consommation d'espace, sont autant d'éléments primordiaux, explicatifs d'une des multiples composantes de la dynamique du changement spatial. L'aménagement des villes relève des valeurs et des fondements des sociétés qui les sécrètent, et chaque époque construit ou transforme à sa manière sa cité idéale dont la ville d'aujourd'hui a hérité, bon gré mal gré, et sur laquelle se surajoutent les modèles contemporains en matière d'habiter.

III.21. Les tentatives jusqu'à la seconde guerre mondiale

- Le passé révélateur du présent

43Les premières tentatives d'organisation de l'espace remontent à l'origine même de la ville, où toute implantation rend compte du désir d'un groupe d’un partage d'activités en un même lieu de rencontre. Ces activités se transcrivent dans les modes d’occupation dont le devenir fait ou défait celui de la cité. Dans un monde à la fois défensif et mercantile la vie des citadins, comme le tissu urbain, s’organise en fonction des échanges et des moyens de protéger les hommes et les biens acquis. De la palissade de bois gallo-romaine aux remparts du XIVe siècle ou aux forteresses et bastions plus sophistiqués du XVIe siècle, le changement procède d'une vue considérée aujourd'hui comme frileuse, mais remarquablement conforme aux exigences de l'époque ; selon les périodes, l'expansion se limite aux bourgeonnements de pied de fortifications ou au départ des axes de communications, dans l'anarchie la plus totale.

  • 13 Cf. supra, chapitre II.2.
  • 14 Plan des quais à gradins. Chalon-sur-Saône. Thomas Dumourey, ingénieur en chef des états de Bourgog (...)

44L'histoire de la dynamique spatiale13 a montré qu'en réalité les premières mesures d'envergure d'organisation urbaine apparaissent à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les systèmes défensifs devenus inutiles sont abattus, et que la ville se libère enfin de son corset de pierre, selon les modalités décrites par les plans d'embellissement14. Puis la révolution industrielle et la richesse acquise à la fin du XIXe siècle conduisent aux grands bouleversements qui culminent avec l'arrivée du chemin de fer, ensuite avec les grands travaux d'urbanisme imités de ceux du baron Haussmann. Si, contrairement à Chalon et Bourg, Mâcon a peu participé à ces remaniements de l'espace urbain, les projets n'ont cependant pas manqué et furent parfois riches et novateurs en leur temps. Deux d'entre eux sont particulièrement significatifs et prouvent que l'aménagement urbain a depuis longtemps hanté les esprits de ceux qui d'une manière ou d'une autre avaient cure de leur cité, même si le terme d'aménagement n'est pas exactement porteur de son sens d'aujourd'hui.

  • 15 Plan de Ducharne, pluviose an XII, figure no 34, p. 236 (A.D. GF/1Fi 27-78).

45Le premier plan d'aménagement d'ensemble de la ville de Mâcon date de 180415. Culturaliste avant l'heure, l'ingénieur Ducharne intègre à son projet la vieille ville débarrassée de son carcan de remparts et prévoit d'organiser l'extension future en la raccordant au tissu ancien par un double système de places et de voies d'accès. D'une part, le plan propose un large boulevard circulaire englobant la partie urbanisée et sur lequel s'articulent au nord comme au sud deux places semi-circulaire et circulaire d'où rayonnent de nouveaux axes. Sans doute le projet est-il directement influencé par l'urbanisme parisien et napoléonien, en particulier par la place de l’Arc de triomphe ; et les fontaines censées orner les points forts de l’organisation du bâti confirment évidemment le goût du temps. Mais pour la première fois, on ne se contente plus de préconiser une démolition ou de créer une portion d'espace en fonction d'une finalité nouvelle, comme ce fut le cas pour l'arasement des remparts et l'aménagement des quais à Mâcon et à Chalon-sur-Saône, ou pour la destruction de la forteresse à Bourg. Enfin, le projet répond à un objectif global et explicite. Hélas, le projet, remarquable et original pour une ville de cette importance, ne fut pas mis à exécution ; mais il est à noter que les futurs boulevards prendront un tracé peu différent de celui que préconisait Ducharne, et la percée Sud de l'architecte Petit après la guerre se raccorde à la vieille ville, légèrement à l'est de la place ronde prévue par Ducharne, et par plusieurs carrefours étoilés, de part et d'autre de l’axe de la N.6. Au nord de la ville, Z.U.P. et Z.A.C. du Km400 se rattachent à la voirie principale non sans rappeler également et en un même lieu - ce projet vieux d’un siècle et demi qui pressentait déjà l’extension méridienne de la cité.

Fig. 34 : Mâcon, plan de Ducharne, 1804 (cliché ville de Mâcon)

  • 16 Plan des architectes Poinet et Cuvy, 2.12.1899, figure no 35, p. 238 (A.D. MBr-311).
  • 17 Rappelons le creusement du canal du Charolais à Chalon en 1793 et les aménagements successifs des b (...)

46Le second plan d’aménagement digne de ce nom et dont la trace nous soit parvenue date de la fin du XIXe siècle16. Inspirés par les considérations économiques et urbaines du second Empire, deux architectes dénoncent le retard économique de Mâcon par rapport à celui de Bourg et surtout de Chalon, où l'industrie s'est développée plus tôt et où d'importants travaux ont vu le jour afin de permettre l'essor économique de ces villes17. Poinet et Cuvy relient directement la fonction économique à l'espace urbain qu'elle génère. "La ville - écrivent-ils - pourrait être un des points de notre région les plus recherchés pour le commerce et l'industrie. Malheureusement, aucune voie, aucune rue, ne se prête facilement aux opérations commerciales..." Leur projet prévoit justement d'établir une vaste percée entre la gare et le pont afin d'y éliminer les taudis des vieux îlots médiévaux, de créer un lieu de promenade, mais surtout de faciliter le commerce en permettant une liaison aisée entre la ligne méridienne du chemin de fer, la voie routière transversale (N.79) et la Saône. D’autres rues adjacentes améliorent la circulation entre le castrum, siège du pouvoir préfectoral, et le reste de la ville, en particulier la gare, symbole et organe de la prospérité.

47Si le projet n'a pas résisté aux coûts d'expropriation des immeubles et aux pressions locales des notables, plus attachés à la rente foncière du vignoble qu'au pari industriel, il démontre que toute intervention plus ou moins drastique sur la structure urbaine ne saurait faire fi des intérêts acquis et d'une situation accoutumée. Plus tard, les démolitions du plateau de la Baille à Mâcon ou le projet de percement d'un nouvel axe au cœur de la ville de Bourg se heurteront plus ou moins durement aux mêmes difficultés, faute d'avoir eu le souci de l'enracinement du passé qui ne souffre guère sa propre dislocation.

48Architectes du début du XIXe siècle prévoyant l'avenir spatial, comme ceux de la fin du siècle attachés à l'enrichissement économique et pour qui le futur se crée par la destruction de l'ancien, tous montrent que "la science des établissements humains" émerge durant ce siècle-là. Elle naît en contrecoup de la révolution industrielle commencée en Angleterre dès le siècle précédent, et se propage peu à peu, y compris dans les trois villes étudiées, où les projets architecturaux évoqués sont les rares témoins de cet urbanisme balbutiant, producteur d'ordre spatial. C'est d'ailleurs l’époque où I. Cerdà invente le mot d'urbanisme et devient le premier théoricien de cette nouvelle discipline en se fondant sur son projet pour la ville de Barcelone (1854-1835) et en s'opposant à son collègue et concurrent Rovira y Trias, qui revendique l'idée communément admise "que le tracé d'une ville est œuvre du temps plutôt que d'architecte". Comme toutes les villes anciennes Bourg, Chalon et Mâcon participent de ces deux tendances ; la seconde - celle qui est due aux volontés d'architectes - n'émerge véritablement qu'à la fin du siècle dernier pour se développer entre les deux guerres et s'épanouir de nos jours.

Mâcon, plan de Poinet et Cuvy, 1899 (cliché ville de Mâcon)

- Les projets de l'entre-deux-guerres

49Dans le court intervalle des deux décennies de l'entre-deux-guerres les tentatives d'aménagement sont moins ponctuelles dans l'espace et moins discontinues dans le temps que par le passé. Elles cherchent enfin non seulement à tirer le meilleur parti des espaces déjà bâtis, mais plus spécialement elles sont destinées pour la première fois à concevoir, organiser, réaliser le développement futur. Si bien qu'avec l'urbanisme et l'aménagement apparaît la planification qui, par un document cartographique joint à un règlement d'utilisation de l'espace, doit encadrer rationnellement la transformation ultérieure de l'ensemble de la ville.

50Sous sa forme contemporaine, c'est-à-dire systématisée et légalisée, la planification urbaine française est fille de la première guerre mondiale. Les lois du 14 mars 1919 et du 19 juillet 1924 créent les projets d'aménagement, d'embellissement et d'extension des villes. Déclarés d'utilité publique, ils sont destinés à guider l'effort de reconstruction des villes sinistrées et plus généralement à organiser l'extension urbaine de toute ville de plus de 10 000 habitants. Ils remplacent les plans d'alignement imposés en 1807... rarement réalisés, et en tout état de cause non prévisionnels.

  • 18 Cf. figure no 36, p. 240.

51C'est à Bourg que les efforts de planification sont le plus méritoires et expliquent la genèse du changement spatial dans sa forme organisée. Un premier plan d'aménagement paraît en 192218 ; s'il conçoit un léger curetage d'îlots insalubres, il prévoit surtout l'extension de Bourg au sud/sud-est entre le quartier Bel Air et celui de Brou. Par un système d'axes orthogonaux hiérarchisés raccordés au réseau existant, il se détache du centre-ville par deux voies radiales émanant d'une des places de jonction des boulevards de la première ceinture urbaine.

  • 19 Extrait du rapport des architectes MM. Faure et Journoud. Plan de 1922.

52Les auteurs du projet cherchent à concilier le présent et le futur et leurs préoccupations sont marquées par les théories hygiénistes qui s'épanouissent avec les futures cités-jardins ; mais ils les concilient avec celles du courant rationaliste et moderniste où "les surfaces vertes" l'emportent sur les taudis et où les nouveaux moyens de communication sont rois. Sans doute Tony Garnier a-t-il influencé les architectes mandatés par la ville de Bourg ; Lyonnais eux aussi ils expliquent ainsi leur travail : "les avenues, les rues et les places ont été prévues en tenant compte autant que possible de la circulation future qui tend à devenir de plus en plus intense. Les percées nouvelles ont été étudiées avec soin de façon à frapper le moins possible les immeubles d'expropriation. Les sites pittoresques de la ville ont été conservés lorsqu'ils ne nuisaient pas à la salubrité ; d'autres ont été mis en valeur par de nouvelles percées, les monuments historiques ont été dégagés, des squares, des jardins ont été créés dans chaque quartier et le développement de la ville future a été prévu dans les emplacements les mieux aérés de la ville et les moins marécageux"19.

Fig.36 : Plan d'aménagement et d'embellissement de Bourg, 1922

  • 20 Extrait du rapport de l'architecte M. Royer, 1938.

53Sans doute jugé trop novateur, et aussi faute de moyens financiers, le plan de 1922 est remanié en 1936 et achevé deux ans plus tard. S'il a le mérite d'envisager l'ensemble de la zone urbanisée comprenant Bourg et trois communes contiguës, il n'est plus qu’un timide essai de classification des espaces urbains : habitat collectif et dispersé, zone agglomérée, rurale et inondable. L'auteur lui-même a conscience de cette révision à la baisse d'un programme dépourvu cette fois-ci de toute originalité : "le plan peut paraître à première vue assez timide dans ses prévisions. Il s'est en effet attaché à ne comprendre que des transformations réalisables. Les opérations absolument indispensables, mais de ce fait en nombre limité, ont été seulement prévues, certaines pourtant considérables de conséquences puisqu'elles s'attaquent aux îlots insalubres"20.

54En réalité le plan de 1938 n'est approuvé par l'Etat qu'après la guerre (1950) alors qu'un nouvel arsenal juridique impose de nouveaux modes d'aménagement par lesquels se succèdent différents types de plans d'urbanisme.

III.22. Le développement de la planification

- Les Plans d'urbanisme directeur

  • 21 Extrait du décret du 31.12.1958.
  • 22 Ibid.

55C'est en effet après la guerre que la planification trouve son second souffle. Déjà, dès 1943, une nouvelle loi d'urbanisme instaure les Projets d'aménagement, mais sur tout, la grande réforme de 1958 et 1959 distingue les Plans d'urbanisme directeurs des Plans d'urbanisme de détail ; les premiers permettent de définir rapidement "le cadre général de l'aménagement et en fixent les éléments essentiels"21 afin de mieux maîtriser l'extension urbaine à plus ou moins long terme. En revanche, les seconds sont plus aisément révisables puisqu'ils ne concernent que ponctuellement l'espace urbain et qu'ils peuvent être mis en œuvre indépendamment du plan d'ensemble : "le plan d'urbanisme directeur peut être complété au fur et à mesure des besoins par le plan d'urbanisme de détail portant sur certains secteurs ou quartiers"22. Dorénavant, dotée de nouveaux outils d'aménagement, la collectivité peut réglementer et contrôler l'utilisation du sol mais aussi intervenir directement pour répondre aux graves besoins nés de la crise du logement et de ses multiples incidences ; les Z.U.P. étaient destinées à satisfaire ces objectifs.

56Dans la mesure où la ville de Bourg a très tôt répondu aux injonctions planificatrices de l'Etat, il est évident qu'elle est capable de présenter plus tôt que Chalon ou Mâcon un Plan d'urbanisme directeur. Approuvé dès 1959, ce plan, remanié ultérieurement plusieurs fois, refond totalement les projets antérieurs approuvés en 1950. En effet ceux-ci privaient la ville de possibilités d'extension sur toute la partie basse inondable par la Reyssouze, mais vers laquelle la croissance a toujours eu tendance à se réaliser. Or, avec l'extraordinaire développement démographique que connaît Bourg après la guerre, allant de pair avec le mouvement d'industrialisation, il n'est alors plus possible de satisfaire ni la demande en logements, ni les besoins d'implantations industrielles, faute d'espaces urbanisables appropriés.

Fig.37 : Plan d'urbanisme directeur de Bourg, 1939-1962

  • 23 Cf. figure no 37, p. 242.

57Le Plan d'urbanisme directeur23 est en ce sens une innovation puisqu'il est à l'origine d'un changement complet des hypothèses d'organisation future de la ville en engageant la municipalité à protéger définitivement la ville des crues de la rivière (1951) ; dès lors l'expansion urbaine peut renouer avec le fil de son histoire. Si bien que le plan d'urbanisme de détail des quartiers Est devient en fait l'élément essentiel de la nouvelle organisation spatiale qui s'ordonne autour de ce projet. A la création de la zone industrielle, de la Z.U.P. de la Reyssouze (1959), s'ajoutent les premières intentions d'aménagement du quartier de la Croix-Blanche avec 6000 logements, des installations propres mais aussi des équipements relatifs à l'ensemble de l'agglomération.

  • 24 Le groupement d’urbanisme de Chalon est créé en juin 1945 ; il est constitué de vingt communes susc (...)

58A Chalon et à Mâcon où la pression des populations rurales est relativement moins forte, les Plans d'urbanisme directeur sont un peu plus tardifs qu'à Bourg (1960), et il faut même attendre 1971 pour que celui du groupement d'urbanisme de l'agglomération de Chalon voie le jour24 ; devenu vite obsolète avec l'élaboration des P.O.S., il remplace lui-même le programme général de modernisation et d'équipement de l'agglomération de 1961, mais il avait été mis à l'étude dès 1946 pour être soumis à l'enquête publique en 1952. En fait, seul le plan de la commune de Chalon est approuvé en 1960, et par suite d'objectifs insuffisants il est mis en révision en 1965. Il apparaît d'ores et déjà difficile de mettre en œuvre une planification dépassant le cadre communal... Il n'empêche que la plus grande partie du futur projeté est réalisée, ainsi que nous l'avons montré à propos de la croissance spatiale de l'après-guerre, dans la mesure où la cohérence d’ensemble repose sur la déviation du canal du Centre. En revanche, rien de semblable ne se produit à Mâcon où les nouveaux plans - grandioses et peu réalistes - ne recevront qu'une ébauche d'exécution.

59En 1959 un architecte lyonnais, C. Petit, est chargé de concevoir le projet de groupement d'urbanisme de Mâcon recouvrant, outre Mâcon, les communes contiguës de Charnay, Flacé, Hurigny, Sennecé, à l’ouest et au nord de la ville. Contrairement au plan de Chalon on ne distingue pas dans celui-ci de thème organisateur. Il s'agit bien plutôt d'une reprise totale - voire d’une refonte - des points essentiels du tissu urbain : d'une part le centre et les faubourgs du Moyen Age, d'autre part le nouveau secteur d'extension de la percée Sud. S'il est question de prolonger le travail d'aménagement entrepris autour du nouveau trajet de la N.6 à l'entrée au sud de la ville par d'autres constructions d'immeubles et de commerces, il est surtout décidé d'intervenir sur l'emplacement du castrum. Là, en arasant les taudis mais aussi les vieux hôtels particuliers, ou même un ancien couvent de Carmélites, on doit élever la ville future à l'image d'un présent dynamique et porteur de grandes espérances démographiques et économiques. Un central téléphonique, les archives départementales et la bibliothèque municipale, un temple protestant, une cité administrative en sont quelques symboles. Quant au vieux Bourgneuf, son sort n'est guère différent. Dorénavant, à l'emplacement des anciens immeubles abattus, doivent être édifiés une bourse du travail, un centre médico-social, une maison des sociétés, un théâtre, un restaurant universitaire... Ici un secteur culturel, là un secteur plus administratif et décisionnel. En fait la logique du projet se devine aisément ; elle consiste à doter la ville des attributs apparents de la puissance que la croissance laisse augurer à court terme. Par un parti pris "moderniste" et destructeur du tissu ancien, l'avenir urbain est engagé à un niveau strictement local. Songeons que seules les communes voisines de rive droite sont intégrées au groupement d'urbanisme, et aucun aménagement prévu ne relie la ville à son environnement régional. La ville est conçue comme un en-soi où d’uniques perspectives architecturales mesurées à l'aune de l'expansion démographique tiennent lieu de prospective.

60Seule la partie du programme relative au plateau de la Baille sera réalisée. Elle a conduit à greffer sur la partie la plus ancienne du paysage urbain, composé des lignes horizontales de multiples petits toits étagés, à tuiles romaines, dominés de clochers romans, un ensemble de bâtiments administratifs faits de béton que surpasse la haute tour de vingt-deux étages du silo des archives départementales. La trame urbaine séculaire est tranchée avec mépris, sans tentative d'alliance entre deux types architecturaux ni réparation d'aucune sorte sur les îlots à demi-abattus. C'est que les prétentions locales évoluent au rythme rapide de la croissance et des aménagements nationaux. Revendiquer une vocation européenne sur le chemin de la future autoroute A.6 et de la liaison Rhin-Rhône pour lesquelles l'Etat vient de définir des priorités, implique de considérer dorénavant comme mineurs - et en réalité de les stopper - les objectifs de transformation urbaine strictement locaux. En quelque sorte l'ambition se place à un niveau spatial supérieur et renonce de ce fait à un changement radical du paysage urbain traditionnel pour se limiter à la production des espaces péri-urbains où tout est possible et moins onéreux.

- La nouvelle loi d'orientation foncière

61Au moment où s'élaborent et se concrétisent avec difficulté les Plans d'urbanisme directeur, une nouvelle législation intervient, reléguant ces derniers au rôle de documents intermédiaires dans l’attente des nouveaux outils de la planification que sont les Schémas directeurs d'aménagement et d'urbanisme et les Plan d’occupation des sols substitués aux documents précédents et requis par la loi d'orientation foncière du 31 Décembre 1967. A un simple urbanisme de prescription, l’Etat impose un urbanisme dynamique dans la mesure où la consommation de l'espace est envisagée selon plusieurs termes et selon plusieurs échelles afin de mieux contrôle le processus d'urbanisation. J.F. Deneux (1981) a montré combien cette loi de 1967 a permis à l'Etat d'étendre son pouvoir en matière d’utilisation et de production de l'espace mais aussi combien, en dépit des apparences, il soutenait également les intérêts du capitalisme immobilier dont il est en partie le produit et pour lequel la planification n'agit en fait qu'a posteriori.

62Destinés à prévoir et à réglementer l'usage du sol, S.D.A.U. et P.O.S. sont les deux outils majeurs de la planification contemporaine, élaborés en concertation par l’Etat et les collectivités locales. Le premier document fait office, dans une première phase, de constat de situation des affectations du sol pour un ensemble communal supposé subordonné à la dynamique de l'agglomération considérée. Dans une phase ultérieure dite de long terme, le S.D.A.U. fixe pour les trois décennies futures les orientations du développement prévisible de la ville et de sa région dont une situation intermédiaire de moyen terme définit les priorités et sert de cadre à l'élaboration du P.O.S. ; celui-ci détermine très précisément, pour les dix années à venir, à la fois l'usage et le droit des sols urbains dans la mesure où il s'agit d'un document juridique opposable au tiers. Si bien qu'à l'heure où les P.O.S. sont achevés et opérationnels, se pose le double problème de leur finalité et de leur validité, compte tenu de leur adéquation - au moins souhaitée par le législateur - à un S.D.A.U. devenu périmé en raison de la récession démographique. A cet égard, les documents d'urbanisme des trois villes étudiées sont des plus significatifs d'une tentative avortée de prospective de consommation et de production d’espace organisées et maîtrisées selon un schéma de développement discontinu des unités urbaines.

63Aussitôt après l'achèvement des Livres blancs conçus comme référence de base à la conception des S.D.A.U. et des P.O.S., en tant qu'examens de situation et diagnostics des problèmes à résoudre et des buts souhaités en terme d'aménagement, S.D.A.U. et P.O.S. sont prescrits et mis en œuvre non sans vicissitudes.

  • 25 Rappelons qu'entre 1962 et 1975 les taux de croissance varient entre 2 et 3 % par an.

64Les S.D.A.U. de Mâcon, Chalon et Bourg sont élaborés entre 1970 et 1974 et tous trois manifestent des objectifs accordés à une croissance supposée continue. Si bien que d’emblée les surfaces couvertes par le S.D.A.U. sont considérables ; celui de Chalon prend en compte 964 km2, soit 82 communes et près de 130 000 habitants. Dès lors que les courbes de croissance démographique sont projetées pour les années futures selon les mêmes incidences que celles révélées par le R.G.P. de 196825, la prospective devient démesurée ; la légère récession de croissance, non seulement de la commune-centre mais aussi de l’agglomération, mise en lumière par le R.G.P. de 1975 n'est en aucune façon envisagée. Les hypothèses les plus sages prévoient à Chalon, pour le long terme, un apport de 84 000 personnes, la création de 36 000 emplois, la consommation de 3 000 ha dont 600 pour les surfaces industrielles à créer, le reste pour l'habitat. De la même manière, à Bourg ou à Mâcon, sont envisagés des rythmes démesurés de construction de logements, au moins égaux à ceux des plus for tes années d'expansion (500 logements par an) ! Dans ces conditions, le changement envisagé conduit obligatoirement à rechercher des sites urbanisables nouveaux, et à concevoir selon quelles modalités la dynamique spatiale sera contenue et organisée.

Fig. 38 : Le S.D.A.U. de Chalon, trois partis pour l’avenir
Source : APAUC, mairie de Chalon

  • 26 Cf. figure no 38, p. 246.

65A cet effet, plusieurs schémas sont envisagés qui traduisent, au cœur des années de coissance, l'image de la cité future. Plus que le logement c’est l'emploi qui conditionne, par sa localisation, l’organisation du bâti et des axes de communication. A Chalon, trois schémas évoquent les trois localisations possibles à vrai dire banales - des nouvelles zones industrielles26. Un premier parti consiste à établir les secteurs d'emploi entre le centre-ville et les nouvelles zones d'habitat ; grâce à la déviation de la N.6. par l'est, cette solution implique des liaisons habitat-travail aisées, mais en revanche difficiles avec le centre ; celui-ci est isolé par les zones industrielles, mais également pollué - ainsi que les nouveaux pôles d'habitation - par les fumées que rabattent les vents du nord.

66Une seconde possibilité permettrait de développer les tendances d'expansion déjà dessinées, c'est-à-dire la production de secteurs d'habitat à partir de noyaux existants, tant à Saint-Marcel à l'est que sur les coteaux à l'ouest, et l'implantation d'une zone industrielle en rive droite de la Saône, loin de la ville. La N.6 se trouve alors déviée largement à l'ouest et ne réduit guère la dispersion des éléments majeurs de la structure urbaine. Si bien que le schéma retenu s'inspire du précédent en rapprochant cependant espaces de travail et d'habitat, au sud-ouest de la ville ; ici, au-delà de l'autoroute A.6 et de la route nationale, hors des terrains maraîchers et des coteaux viticoles, la valeur des sols est relativement médiocre.

  • 27 Bourg, huit partis possibles. Cf. figure no 39, p. 248-249.
  • 28 Cf.figure no 40, p. 251.

67A partir d'une agglomération limitée dans son expansion par la plaine inondable, et d'une urbanisation diffuse particulièrement développée sur les coteaux occidentaux et selon un axe nord-ouest/sud-est (Chagny-Chalon), le S.D.A.U. chalonnais indique une volonté marquée de freiner l’expansion de la commune-centre au profit des communes de périphérie, spécialement autour d'un centre secondaire repoussé au sud-ouest au-delà de l'autoroute. Ce schéma général se retrouve sensiblement à l'identique à Bourg et à Mâcon, où après avoir supputé tous les partis d'extension urbaine27 réalisables, on cherche à créer des centres secondaires-relais soit autour de Bourg, soit le long de l’axe de la Saône et en Bresse pour Mâcon28. "Le rééquilibrage de la ville", "l'expansion harmonieuse", "la protection des sites agricoles et des zones vertes", "la croissance industrielle", "les liaisons aisées" sont les mots-clé d'un même discours énumérateur de tous les bons vouloirs possibles qui composent les déclarations d'intention accompagnant les documents cartographiques.

68Or, les S.D.A.U. s'achèvent dans le courant de 1974, et aucun des trois n'est à ce jour ratifié par l'autorité préfectorale. Il s'agit en effet de documents très généraux, aux desseins peu réalistes ; ils laissent en suspens nombre d'interrogations, en particulier celles de la place des aérodromes, de l'opportunité des centres secondaires, de la validité des tracés des voies de communication tel celui de la N.6 déviée à Chalon... Enfin, très vite, les résultats du R.G.P. 1975 ajoutent au sentiment d’inachevé d'une prospective de croissance irréaliste, se bornant à projeter vers l'avenir les années de forte consommation d'espace et de redistribuer l'espace concerné en fonction de cette demande pour laquelle le S.D.A.U. ne se situe finalement qu’à l'aval d'un processus engagé bien avant, contrairement à l'apparence. Sans grande originalité, le S.D.A.U. recrée dans l'ensemble un réseau hiérarchisé d'unités urbaines de voisinage, comparable à celui qu'organise la grande ville, sans tenir compte de l’originalité de la ville moyenne.

Fig.39 : Scénario pour l'expansion de Bourg, huit partis possibles. Source : DDE Ain

  • 29 Extrait du P.O.S. de Chalon. Cf. figure no 41, p. 253.

69Les P.O.S. de Chalon, Mâcon et Bourg sont préparés à partir de 1971, mais leurs destins sont dissemblables tant sont puissants les enjeux mis en place et leurs incidences politiques. Soumis à l'enquête publique le 20 mai 1975, le P.O.S. de Chalon est approuvé le 28 janvier 1976. S’il reprend les objectifs de développement du S.D.A.U., le P.O.S. n'en évalue pas moins les contraintes qui pèsent sur l’avenir quant à l’asphyxie du centre, aux hypothèques des inondations, aux secteurs urbanisables, au manque de liaison inter-quartiers... Par le jeu des droits asservis aux différents secteurs spatiaux, il s'en suit une programmation précise de l'utilisation du sol pour la future décennie. Deux secteurs sont prévus en tant qu'extension du centre-ville : le plateau de Saint-Jean-des-Vignes et le quartier Boucicaut-Colombière, celui de Saint-Cosme constituant une troisième réserve éventuelle. Rocade de circulation, aménagement de silos à voitures près du centre, organisation du développement périphérique, multiplication des petites zones industrielles sans nuisances dans le tissu urbain, protection des derniers espaces verts intra-urbains forment l'essentiel des objectifs du P.O.S. S'il s'agit de mesures relativement conservatrices elles ont cependant le grand mérite, outre celui de leur adéquation avec les projets du S.D.A.U., de se fonder sur un échéancier financier précis : "en fonction des incertitudes cumulées, il est dès lors normal de considérer qu'il n'y aurait réellement de problème grave de financement que si l'estimation des dépenses du P.O.S. dépassait nettement celle des recettes. Ce qui n'est pas le cas de Chalon"29. En quelque sorte, la ville de Chalon s'est dotée rapidement d'un P.O.S. cohérent, empreint de bon sens, mais suffisamment ambitieux pour intervenir dans l'organisation future de la structure urbaine et ne pas se borner à n'être qu'un simple catalogue foncier.

  • 30 Cf. figure no 42a, p. 254.

70Il en va tout autrement des P.O.S. de Bourg et de Mâcon établis dans la précipitation préélectorale de 1977, et sur lesquels a porté le débat politique tant à propos des réserves industrielles et de leurs attributions (à Mâcon) que de l’aménagement du centre-ville (à Bourg en particulier) ; car, bien que déclaré hors P.O.S., le centre-ville demeure perceptible dans la mesure où il implique une cohérence de traitement avec le reste de la ville. A Bourg comme à Mâcon, les municipalités en place cèdent le pas à de nouvelles équipes à majorité socialiste pour lesquelles un "contrat municipal" portant sur l'aménagement de la cité prend le contre-pied des décisions passées, en particulier de celles qui sont entérinées par le P.O.S. Si bien que le P.O.S. de Mâcon, par exemple, est mis en révision (20.12.1978) aussitôt après son approbation (5.10.1978), et n'est finalement achevé qu'en 1982. Le premier P.O.S.30 se contente d'établir un inventaire foncier où, autour du centre conforté dans ses prérogatives, s'étirent du nord au sud les secteurs d'habitat et d'industrie dont l'éloignement contraint les salariés à d'impossibles migrations journalières par une voie de transit obligée au trafic de niveau international (N.6) ; le carcan administratif départemental et régional qui contribue à étendre la ville le long de la rive droite de la Saône n'est en aucune façon remis en cause, d'autant que les P.O.S. des communes voisines sont établis en parfaite indépendance de vue. D’autre part, l'autoroute A.6. et les bretelles de liaison avec la N.6 recréent, à l'ouest, une seconde frontière à l'expansion urbaine réduite à une expression exclusivement méridienne. Seules les réaffectations du S.D.A.U., dévolues aux centres secondaires de Bresse, cherchent à équilibrer la surface urbanisée. Enfin, le P.O.S. de 1978 ne comporte aucune prévision financière.

Fig.40 : Lx S.D.A.U. de Mâcon, le long terme

  • 31 infra, chapitre III.3.
  • 32 Cf. figure no 42b, p.255.

71Lorsque le P.O.S. de Mâcon est mis en révision, les perspectives de croissance ont radicalement changé et, peu à peu, avec les transferts idéologiques de société, s'est fait jour le projet d’un utile retour au centre-ville31 et d'un aménagement approprié à son patrimoine historique comme à ses fonctions économiques et sociales essentielles, jusque là gagnées par l'asphyxie. Aussi, la seconde version du P.O.S.32 s’attache-t-elle à étendre davantage la zone d'urbanisation dense, en particulier au sud de l'agglomération, tout en étendant au nord les projets de Z.A.C. dont la procédure permet de prévoir un aménagement global habitat-travail. Avec un zonage par ailleurs moins morcelé, le P.O.S. devient plus prévisionnel et s'apparente d'autant moins à une carte foncière adaptée aux objectifs immobiliers locaux.

  • 33 Lorsque la décision de voie d’échange est prise les boulevards enregistrent un passage de 1800 véhi (...)

72Les mêmes constatations prévalent pour le P.O.S. de Bourg, lequel n'est finalement approuvé que le 30 juin 1981. Deux données essentielles caractérisent le document. La première cherche à réduire les nuisances33 liées au très important transit de poids lourds et de voitures de tourisme par les boulevards extérieurs ; la solution proposée passe par la réalisation de l'autoroute A.40 et des deux diffuseurs au nord et au sud de la ville, ainsi que la création d'une voie d'échange urbaine à l'est, afin de canaliser les flux reliant le réseau local au réseau national et international. La seconde décision concerne la prise en compte du centre-ville alors hors P.O.S. jusqu'en 1977, et dont le traitement est rendu conforme aux normes d’un dossier de ville moyenne également remanié. Celui-ci fait suite à un plan de référence préconisé par le ministère de l'Equipement en 1975, à la fois pour résoudre des problèmes de financement et pour tenter de voir s'abaisser la pression exercée par les maîtres d'œuvre et les promoteurs immobiliers. Avec les contrats de villes moyennes, l'aménagement urbain entre dans une nouvelle phase de son développement qui va de pair avec l'intérêt que suscite soudain la ville moyenne.

Fig.41 : Plan d'occupation des sols de Chalon, 1976

Fig.42 : Plan d'occupation des sols de Mâcon, deux versions du plan de zonage

  • 34 Cf. figure no 43, p. 257.

73Cependant, dès 1982, le P.O.S. de Bourg subit une révision mineure avec la création d'une zone agricole au détriment d'une zone de réserve ; c'est le premier signe d'une révision d'ensemble envisagée en 1985. En effet, après cinq ans d'observation du fonctionnement du P.O.S., deux critiques fondamentales lui sont opposées. Une extrême complexité rend son utilisation délicate : on peut citer le cas du quartier du Peloux, composé d'une juxtaposition de petits immeubles collectifs et de villas individuelles, découpé en treize zones et parcelles pour une superficie totale de 75 ha. Aux effets de frontière entre zones et parcelles voisines, mal perçus par les propriétaires, s'ajoutent des conditions rigoureuses de constructibilité qui conduisent à un véritable blocage de l'habitat. Les mêmes conséquences perverses se perçoivent d'ailleurs sur l'ensemble de la ville où les contraintes réglementaires, valables aux environs de 1975 pour canaliser l'expansion, deviennent dix ans plus tard un véritable frein au dynamisme foncier déjà restreint par la crise. Certes, entre 1975 et 1982, 2860 logements ont été construits sur la commune de Bourg. Mais si 38 % ont servi à loger 1080 nouveaux ménages et 22 % ont permis de désaffecter 645 logements anciens, 40 % n'ont fait que remplacer des logements détruits ou transformés en bureaux ou commerces. Si bien que la révision envisagée tente de simplifier le zonage d'une part34, et d'autre part de redonner une certaine souplesse d’utilisation du sol qui puisse endiguer la fuite des classes moyennes vers la périphérie immédiate, à la recherche d'un terrain constructible, alors que la commune de Bourg présente encore de larges possibilités de lotir. Pour autant, les orientations d'aménagement du centre-ville liées au contrat de ville moyenne ou à l’Opération programmée d'amélioration de l'habitat (O.P.A.H.) ne sont pas remise en cause.

III.23. La politique contractuelle

74Lorsqu'avec les contrats de villes moyennes l'Etat inaugure une politique planificatrice de concertation qui succède à un passé de mesures dirigistes, la ville moyenne se trouve au cœur des enjeux de la politique nationale d'aménagement du territoire.

75Le choix de la ville moyenne, considérée dorénavant comme le nœud essentiel du maillage urbain, date des années soixante-dix, alors que la croissance urbaine liée au développement du système économique a conduit à un blocage de situation et que l'on découvre l'extraordinaire dynamisme de ces villes de niveau intermédiaire. Après la dénonciation de l'hyperconcentration parisienne et de ses effets pervers, l'espoir placé dans les grandes villes et autres métropoles d'équilibre pour une meilleure répartition spatiale de la croissance a été très vite déçu, le niveau de blocage se rencontrant à nouveau. Dès lors la ville moyenne est vite apparue comme le relais urbain qui per mettrait d'accomplir la mutation engagée vers une société urbanisée et industrielle. Par sa bonne répartition sur le territoire français la ville moyenne est censée redistribuer harmonieusement et avantageusement la croissance. Au cœur d'un réseau régional et au contact des populations rurales qui forment les masses salariales nécessaires, à un moindre coût, et sans remettre en cause l'ensemble des modes de production, la ville moyenne offrirait un modèle d'organisation spatiale enfin réussie par lequel se diffusent les modes de vie et les mentalités urbaines. Ainsi se développe le thème de la ville moyenne où le cadre de vie est présenté à la fois comme une chance et comme un objectif. En effet, la ville moyenne est désormais décrite comme l'unité idéale du niveau urbain ; en la parant de toutes les vertus, on justifie a posteriori les objectifs de l'aménagement. Simultanément, lorsque ces vertus ne sont pas exactement conformes à l'image recherchée, il s'agit de se doter des moyens de les mettre en œuvre. Aussi est-ce le souci de la plupart des opérations d'aménagement relatives à la ville moyenne, exploitées à partir de 1973, et où le contrat de ville moyenne est un élément fondamental. A cet égard, l'allocution de Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République, prononcée à Rodez en 1979, est le parangon du plaidoyer sur les avantages du contrat de ville moyenne - lequel permet "de mener une politique efficace de reconquête du centre-ville" et sur les qualités de la ville moyenne : "Les villes moyennes sont la grande chance de la France, à la recherche d'un nouveau modèle de croissance et de meilleures conditions de vie. Les villes moyennes où chacun se connaît, où chacun peut exercer des responsabilités à la dimension de son voisinage ou de son expérience, représentent le meilleur cadre de vie possible...".

Fig.43 : Plan général de zonage du P.O.S de Bourg révisé, 1986. Source : Mairie de Bourg

  • 35 Circulaire d'O. Guichard. 7.2.1973.

76La politique du recours à la ville moyenne prend la forme de contrats d’aménagement entre l'Etat et les municipalités élaborés à partir de 1973. Avec les contrats de pays, c'est l'aboutissement de la politique d'aménagement du territoire née après la guerre et ainsi définie, dès 1950, comme "la recherche dans le cadre géographique de la France d'une meilleure répartition des hommes en fonction des ressources naturelles et des activités économiques”. Après la politique d'aide aux métropoles d'équilibre du Ve Plan, celle engagée en faveur des villes moyennes implique à la fois de définir la place et la valeur de la ville moyenne35 mais aussi de reconnaître en même temps l'intégralité de ses problèmes. Ces derniers relèvent en fait d'un même phénomène inhérent à l'ensemble des villes des pays industrialisés, mais porté ici à son paroxysme en raison des rythmes de croissance très élevés et des structures trop longtemps statiques. Devant l'évolution des marchés des sols et de l'emploi, l'espace urbain s'est organisé en zones concentriques entre lesquelles la mobilité des populations s'est considérablement accrue et a contribué à faire apparaître une structure urbaine partagée entre le centre et la périphérie ; car, devenue disproportionnée par rapport au centre-ville, cette dernière a concentré les équipements, les zones d'emploi comme d'habitat, au gré d'un urbanisme forcené, discutable tant dans sa qualité que dans ses objectifs et dont la mise en œuvre est le plus souvent la conséquence d’opérations au coup par coup.

  • 36 L’attribution du contrat de ville moyenne a été limitée à une vingtaine de villes par an pour s’ach (...)
  • 37 Le financement est assuré par une ligne budgétaire spéciale du Ministère de l’Equipement, par l’aid (...)

77Le contrat d'aménagement de ville moyenne constitue un outil juridique très original qui permet une intervention souple et appropriée à chaque cité qui en fait la demande ; la commune doit se définir comme ville moyenne au sein du réseau urbain régional et manifester ses volontés d'aménagement, en se proposant de réaliser un certain nombre d'actions parmi un catalogue de possibilités que l'Etat s'offre d'aider à définir et de soutenir par l'intermédiaire de la D.A.T.A.R. et de la D.A.F.U. Prime au dynamisme, le contrat de ville moyenne inaugure pour un temps36 de nouvelles relations entre l'Etat et les collectivités locales qui reçoivent, après accord entre les parties, une subvention globale pour l'ensemble des travaux qui représente environ le tiers des dépenses engagées37. Des trois villes étudiées, Chalon et Bourg se sont portées avec succès candidates au contrat.

  • 38 Groupe opérationnel des villes moyennes : organisme centralisé de conseil technique pour lequel un (...)
  • 39 Chalon, 1976, part de l’emploi féminin : 20 % de l’emploi, 50 % du tertiaire privé, 30 % du tertiai (...)
  • 40 Coût total des opérations prévues : 25 645 000 F (dont 20 224 000 F au titre du financement ville m (...)

78Assistées comme il se doit par le G.O.V.M.38, les services techniques de la ville de Chalon ont présenté un dossier en juin 1975 approuvé le 25 juin 1976. Huit actions réunies en quatre thèmes tentent de cerner les principaux problèmes urbains et d'envisager des solutions à accomplir durant les trois années suivantes. L'un des premiers objectifs vise à développer le secteur d'activités tertiaires traditionnellement pauvre dans cette cité industrielle, en particulier en ce qui concerne l'emploi féminin39 ; adapter les filières de formation, diversifier les emplois, installer 1000m2 de bureaux... forment les solutions retenues. Les trois autres thèmes s'appliquent au problème urbain fondamental que présente l’opposition centre/périphérie. Sont dénoncés d'une part l'absence de vie de quartier et d'équipements sociaux en périphérie, et d'autre part la décrépitude d'un centre difficile d'accès, au bâti dégradé, abandonné à la fréquentation des jeunes chalands et à la résidence des plus démunis en général. Maison de quartier, centre social, aires de sport et centre de quartier dans la future Z.A.C. du plateau Saint-Jean, mesures ponctuelles d’aménagement du centre-ville effectuées en liaison avec d'autres interventions s'ajoutent au projet d'équipement et d’animation des rives de Saône dont la ville s'est détournée depuis l’arrivée du chemin de fer40. Enfin, dans le cadre de cette prise en main affirmée du devenir urbain, la ville de Chalon se dote d'un Atelier permanent d'aménagement et d'urbanisme (A.P.A.U.C.).

  • 41 Répartition du financement (2 100 000 F) : centre-ville (46,07 %), espaces urbains de proximité (16 (...)

79La signature du contrat de ville moyenne de Bourg connaît, à l'inverse de celui de Chalon, de multiples vicissitudes liées au lourd projet de restauration-rénovation du centre-ville. Accepté dans un premier temps avec de nombreuses réserves par le G.O.V.M., le dossier d'intention est ensuite repris par la nouvelle municipalité dès mars 1977. Approuvé en novembre de la même année il met l'accent sur l'aspect qualitatif des projets qui s'articulent autour de quatre thèmes. Ceux-ci reprennent également, avec le constat de rivalité centre-ville/périphérie, la nécessité d'améliorer l’environnement de la nouvelle Z.A.C. de la Croix-Blanche à proximité de l'abbaye de Brou, mais aussi celui des premières extensions urbaines d'envergure (Z.U.P. de la Reyssouze, les Dîmes). Cependant, l'essentiel des actions41 porte sur la revitalisation du centre-ville dont les enjeux ont nourri le débat politique durant plusieurs années et pour lequel diverses modalités d'aménagement sont désormais possibles et se conjuguent avec celles du contrat de ville moyenne.

III.3. L'AMENAGEMENT DU CENTRE-VILLE

80Nous avons montré combien les centres-villes de Mâcon, Chalon et Bourg-en-Bresse ont longtemps été les victimes de l'aménagement contemporain dont tous les efforts se sont portés en premier temps sur la périphérie urbaine. Or, lorsque se fait jour peu à peu la conscience de l'échec des politiques grandioses d’aménagement, en particulier au moment où le R.G.P. de 1975 montre que la croissance des villes moyennes s'effrite au profit des communes voisines, c’est paradoxalement le moment où se développe la sollicitude de l'Etat pour ces villes de niveau intermédiaire. Censées représenter le lieu de vie citadine idéal et être le ferment nécessaire de la poursuite de la croissance économique à la recherche d'un second souffle, les villes moyennes dévoilent en même temps leurs multiples problèmes liés à la fois à l'abandon des centres et à l'hyper-développement des périphéries, sans que la qualité de la vie soit en l'un ou l'autre point conforme à l’image officielle que l'on veut bien donner d'elle ; absence de vie de quartier et de liaisons inter-quartiers, asphyxie d'un centre délabré sont les maux les plus aigus.

81Si bien que tout un ensemble de mesures est peu à peu mis en œuvre afin de redonner vie au centre de ces villes et quelque adéquation entre un discours laudateur et la réalité du vécu. Car le centre-ville demeure encore le lieu de prédilection des échanges et des commandements, en dépit du laisser-aller du bâti comme de la voirie, mais aussi parfois d'une fuite déjà notable de certaines activités économiques en raison de la spécialisation des espaces développée avec la croissance. Y remédier permet, tout en agissant directement sur la structure du tissu urbain, de satisfaire tous les objectifs avoués ou tus liés à la valorisation de la ville moyenne, mais aussi d’aller dans le sens d'une longue évolution de l'opinion des citadins. Enfin avertis des perversions de la croissance urbaine mal maîtrisée, les pouvoirs publics, comme les citoyens, se préoccupent aujourd'hui davantage de préserver que de détruire, de recréer que de bâtir. A une politique de rénovation des années cinquante succède celle de la restauration puis de la réhabilitation.

III.31. De la rénovation à la réhabilitation

  • 42 En 1954 et en 1959 ; cf. supra chapitre II.32. et III.22.

82Nous avons déjà évoqué les méfaits de la rénovation de centre-ville à Mâcon qui ont résulté des interventions radicales et ponctuelles sur le tissu urbain existant42. Mais sans doute est-ce à Bourg que la transformation du centre-ville prend le plus d'importance et, de par ses implications sur l'aménagement global de la ville, devient l'enjeu de la politique locale. Les divers projets présentés au cours de ce dernier quart de siècle traduisent en outre les procédures successives mises en place par le législateur en matière d'aménagement urbain ainsi que les idéologies sous-jacentes.

  • 43 Extrait du rapport de l'architecte J. Royer annexé au plan d’aménagement, d’embellissement et d’ext (...)

83Les premières volontés d'intervention sur le centre-ville de Bourg remontent à celles que manifeste le Plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension de la ville de Bourg-en-Bresse entrepris en 1932 et approuvé en 1950, puis que reprend le Plan d'urbanisme directeur (19591962). Dans son rapport, l'architecte-urbaniste J. Royer justifie les deux actions majeures qu'il préconise. D'une part, il s'agit de cureter les îlots insalubres : "le centre de la ville occupant la partie déjà construite au Moyen Age est composé de maisons très denses bordant des rues étroites et ne laissant à l'intérieur des îlots que des cours d'une superficie insignifiante. Les logements existant dans ces îlots sont presque tous insalubres, ne recevant, pour la plupart, ni air ni soleil, certains n'étant éclairés qu'en deuxième et même troisième jour. La rénovation de ce quartier s'impose. Le moyen le meilleur est sa destruction partielle en vue d'une opération importante de voirie."43.

  • 44 Cf. figure no 44, p. 262.

84D'autre part, il s'agit d’autoriser un meilleur transit à travers la ville en créant une voie nouvelle sur une partie des îlots soumis à démolition44. L'aménagement s'effectue sur le strict plan de la rénovation qui consiste à tailler dans le bâti ancien par le biais de la démolition. Dans la pratique, le processus est engagé dès 1938 sous la forme des "aménagements et des rénovations des îlots urbains défectueux", puis développé après la guerre sous couvert du mouvement de Propagande et action contre le taudis (P.A.C.T.).

85Cependant, le coût de l’opération et les préoccupations majeures tournées vers la périphérie expliquent qu'en 1970 le projet nait toujours pas abouti ; un seul îlot est alors abattu, donnant naissance à la place des Bons Enfants. Néanmoins la voie nouvelle est inscrite au S.D.A.U. et la municipalité continue d'acquérir des parcelles en bordure de la future artère après avoir commandé une enquête sur le périmètre de rénovation et un avant-projet de plan-masse (1963).

Fig. 44 : Plan d’urbanisme directeur de Bourg, 1962 (reprise du P.U.D. de 1959 et du plan d’aménagement, d’extension de 1939-1950)

  • 45 Le secteur sauvegardé doit présenter « un caractère historique, esthétique, ou de nature à justifie (...)
  • 46 Rapport Chauvin-Vagne sur l’intérêt d’un secteur sauvegardé à Bourg-en-Bresse. Classement du bâti d (...)

86En 1971-1972 la municipalité revient à son projet d'intervention en centre-ville en tentant d'appliquer à Bourg une procédure de secteur sauvegardé telle que la prévoit la loi Malraux du 4 août 196245. Deux architectes des Monuments historiques pratiquent alors un inventaire exhaustif du bâti du centre-ville pour conclure à la nécessité de créer un secteur sauvegardé et pour proposer une autre version de voie nouvelle afin d'épargner un maximum d'îlots anciens46. Pour la première fois à Bourg est posé le problème de la préservation du patrimoine architectural, alors que se crée une association de défense, "les Amis du Vieux Bourg", dont la pression s'exerce au sein même du conseil municipal. Cependant, le Ministère des Affaires culturelles ne retient pas la solution d'un secteur sauvegardé qui eût d'ailleurs bloqué toute opération.

87Si bien que la municipalité peut reprendre ses projets sous la forme d'une proposition de périmètre de restauration immobilière comprenant un secteur insalubre à définir et une zone de rénovation urbaine sur laquelle serait réalisée la voie nouvelle ; d'autant plus qu'une étude de plan de circulation confiée à la Société Electronique Dassault ne fait que confirmer la nécessité d'ouvrir une percée au cœur de la ville.

  • 47 En 1975, la municipalité se propose encore de démolir 150 logements, d’en restaurer 730, et d’en bâ (...)

88Si ce nouveau projet retrouve les dispositions essentielles du Plan d’urbanisme directeur, deux éléments nouveaux apparaissent toutefois. Sur le simple plan du vocabulaire, il n'est plus question de rénovation mais de restauration ; c'est-à-dire qu'à l'intérieur d'un périmètre déterminé il s'agira avant tout de redonner vie au patrimoine historique ou culturel, avec recours exceptionnel à la démolition. Certes, la restauration en elle-même es-elle peu définie dans le projet, mais elle traduit un certain changement d'esprit à l'égard de l'aménagement du centre-ville où il est d'autre part envisagé pour la première fois de créer un secteur piétonnier. Enfin, explicitement, il est projeté de border la nouvelle voie d'immeubles neufs de qualité, à façades dans "le style local"... Ces opérations sont d'autant plus aisées que la municipalité reprend alors vivement sa pratique d'acquisition des propriétés situées sur le tracé de la percée. Il n’empêche que le ministre des Affaires culturelles se trouve en droit de refuser un projet dont le dernier document administratif de référence est vieux de dix ans, et propose un nouveau montage par les services d'un de ses architectes. Aussi, alors que commence l'élaboration du P.O.S., mais également du plan de référence (1975) puis du contrat de ville moyenne (1976), un ultime rapport met davantage l'accent sur la qualité d'ensemble de l'espace central de Bourg et sur la possibilité de le préserver par la création d'une percée très réduite et par la restauration de nombreux îlots. C'est en quelque sorte une nouvelle pression qui s'exerce à contresens des projets municipaux47.

  • 48 Le cas de Bourg est présenté à l’émission de télévision « La France défigurée » et dans un article (...)

89Cependant, en 1975, le débat dépasse celui qui est né entre les édiles - eux-mêmes divisés - les urbanistes-conseils et les représentants des Affaires culturelles. Même s'il y a un glissement certain entre les premiers et les derniers desseins municipaux, au profit d'une meilleure protection du patrimoine urbain, l’opinion locale se saisit de l'affaire ; elle dénonce, en particulier, l'accentuation de la division sociale de l'espace au profit des classes aisées susceptibles de réinvestir les nouveaux immeubles de qualité du centre rénové. Le débat devient passionné lorsque les media nationaux s'en font l’écho à leur tour48 ; puis, lorsque les partis de gauche inscrivent la réhabilitation du centre-ville à leur programme électoral de 1977, le problème prend une dimension politique et les électeurs se prononcent en mars 1977 pour le choix d'un aménagement urbain d'ensemble où le centre-ville serait l'objet d'une réhabilitation au profit de l'intégralité des couches sociales, y compris des plus défavorisées, et excluant tout projet de percée à travers le vieux bâti burgien. Dans ces conditions se justifie la reprise du P.O.S. et du contrat de ville moyenne ; et les procédés d'aménagement du centre-ville rejoignent ceux qui sont utilisés à Chalon et à Mâcon selon des motivations dès lors très voisines.

III.32. Les interventions sur le centre-ville à partir de 1977

90Lorsqu’à partir de 1977 les édiles municipaux ont pour souci primordial la maîtrise de l'espace central, tout un ensemble de mesures est alors susceptible de soutenir leur action afin d'enrayer la décrépitude des vieux centres historiques. Tout d'abord, deux Programmes d'action prioritaires (P.A.P.) du VIIe plan national de développement économique sont consacrés à rétablir "la qualité de la vie" (P.A.P. no 21) ou encore à "défendre le patrimoine architectural" (P.A.P. no 22) durant les années 1976-1980.

91D'autre part, au dédale juridique né des possibilités diverses mises en place depuis le décret sur la rénovation urbaine de 1958 jusqu'à la loi Malraux de 1962 et la loi Vivien de 1970 sur la résorption de l’habitat insalubre, s'est substituée une nouvelle possibilité. Elle tend à inciter les initiatives privées à participer à la réhabilitation, afin de réduire les pesanteurs administratives, les dérapages financiers comme les transferts sociaux, mais sans nul doute afin de relancer aussi, par le jeu de la libre concurrence, le marché du logement au centre-ville.

92Ainsi en 1976 est créé le Fond d'Aménagement urbain (F.A.U.) destiné "à animer et à coordonner l'action des administrations intéressées à l'aménagement de centres de quartiers existants, en vue de promouvoir un cadre de qualité..." Il permet de regrouper des financements autrefois répartis dans plusieurs ministères, et destinés aux collectivités locales et aux organismes publics. En revanche, les propriétaires privés (bailleurs ou occupants) sont aidés par l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (A.N.A.H.) qui depuis 1972 a remplacé le Fonds national pour l'amélioration de l'habitat (F.N.A.H.) ; de plus, diverses possibilités de financement adapté aux surcoûts rencontrés dans les centres anciens autorisent la réalisation de travaux spécifiques relatifs à l'insalubrité, la qualité architecturale et esthétique, les constructions sociales... Enfin, la procédure d'O.P.A.H. regroupe tous ces financements et concerne à la fois la commune, l'Etat et les propriétaires quant à l'aménagement d'un secteur particulier, justifié par des études préalables, et destiné à créer "un effet d'entraînement pour remédier aux conséquences du libre jeu du marché et freiner la dégradation physique du patrimoine bâti".

  • 49 Par exemple 9 attributions à ce titre à Mâcon au 31.12.1985.

93Si O.P.A.C., O.P.M.H.L.M., S.A.I.E.M. sont les maîtres d'œuvre privilégiés des opérations de réhabilitation, les initiatives privées tendent à suivre, mais le plus souvent dans le strict cadre des subventions accordées par l'Α.Ν.Α.Η. Environ 70 dossiers sont subventionnés annuellement dans les années soixante-dix, puis peu à peu le nombre augmente jusqu'à être aujourd'hui décuplé. Cependant, les primes en relations avec les O.P.A.H. sont négligeables49, les propriétaires préférant effectuer une réfection à titre individuel pour rester maître du contrôle du rapport locatif. Le plus souvent, les subventions obtenues sont à mettre en relation avec les pratiques commerciales ; indubitablement, il existe à ce titre un effet d'entraînement économique.

  • 50 Cf. figure no 30, p. 210.

94A Chalon, deux O.P.A.H. remodèlent les secteurs Gloriette et l'île Saint-Laurent ; à Mâcon50, un premier secteur de 500 logements, étendu très vite à 500 autres, détermine un périmètre d’intervention d'O.P.A.H. dit de Centre-Sud sur lequel, selon quatre lots privilégiés, sont appliqués les principes développés en 1977 ; il s'agit non seulement de préserver le cadre architectural des lieux et de maintenir puis de favoriser le retour de la population dans la perspective d'une politique sociale du logement, mais également de régénérer les activités traditionnelles en améliorant les possibilités de déplacement dans le centre. Si bien qu'à la politique de construction de logements sociaux s'ajoute celle de réaménagement de locaux existants et des espaces de circulation, places et rues. Aussi, avec la refonte des plans de circulation, sont peu à peu déterminés des secteurs piétonniers temporaires puis définitifs, alors que des parkings de proximité encouragent des pratiques nouvelles de l’espace central. Les points essentiels du centre-ville sont peu à peu rendus aux citadins et préservés de la circulation des véhicules.

95Aujourd'hui, quelques années après la mise en route de l'Ο.Ρ.Α.Η., trois actions d'accompagnement sont en voie de réalisation : l'aménagement de la place Saint-Pierre, la réhabilitation de l'îlot Dufour, l'extension de la zone piétonnière mixte ; enfin une seconde O.P.A.H. est réalisée sur le secteur septentrional du centre.

96Outre la volonté affirmée de réactiver le centre-ville, l'ensemble des interventions cherche à relier l'hyper-centre aux rues du faubourg méridional dont le commerce dépérit. Mais aussi à faire de cette entrée (place G. Genevès) dans le centre-ville une sorte de relais entre la partie historique et le quartier de H.L.M. dit de la percée Sud ; il s'agit d'une véritable remise en question de la structure urbaine existante.

97A Bourg, la transformation du centre-ville s'accélère également par une opération programmée d'amélioration de l'habitat mise en place en 1986, en complément de celles qui sont déjà impliquées par le contrat de ville moyenne. A la réhabilitation de l'îlot Bach-Gambetta, à l'emplacement de la percée prévue auparavant et considérée comme le symbole de la restructuration du centre-ville, s'ajoute une seconde entreprise de réhabilitation de 2600 logements répartis sur l’ensemble du centre.

  • 51 Bourgmayer, Charles-Robin, Paul-Pioda.
  • 52 Nombre moyen d’habitants par résidence principale : Commune de Bourg 1975 : 2,25 ; 1982 : 2,04
    Centr (...)
  • 53 Un logement est déclaré inconfortable si l’un des 4 éléments suivants est absent : baignoire/douche (...)

98En effet, les résultats du R.G.P. de 1982 montrent que la situation du centre-ville de Bourg a continué à se dégrader fortement, malgré les mesures entreprises dès 1977. Perte de population, vieillissement de celle-ci, abaissement du taux d'occupation d'un ensemble immobilier vétuste, sans confort, aux logements de petite taille et très souvent transférés à d'autres fonctions, sont les maux les plus graves. Entre 1975 et 1982, 1200 personnes ont encore quitté le centre-ville qui ne représente plus que 12 % de la population de Bourg, contre 15 % en 1975. Dans certains quartiers51, 30 % de la population a plus de 60 ans alors que les jeunes atteignent à peine la même représentation, contre 38 % sur l'ensemble de la commune. Si bien que l'avancement en âge accompagne une baisse du taux d'occupation des logements52 dont l'inconfort est flagrant. Si l'on prend en compte les quatre critères d’appréciation du confort53, on s'aperçoit que 44 % des logements sur lesquels porte l'O.P.A.H. sont inconfortables, voire insalubres pour 9 % d’entre eux. Or ce parc immobilier est ancien (85 % antérieur à 1948), parfois même très ancien (34 % construit avant 1871) et comporte nombre de maisons à colombages datant des XVe et XVIe siècles dont la conservation s'impose. De plus, en dépit d'un petit nombre de déclarations officielles de changement d’affectation de logements d'habitation, il semble qu'en réalité le nombre soit d’environ 300, transformés, pour une grande part, en locaux de stockage de boutiques d’équipement de la personne qui se multiplient dans l'hyper-centre. Grâce à l'O.P.A.H., aux 86 logements réhabilités ou rénovés dans le centre, à l'initiative de la ville par l'intermédiaire de la S.A.I.E.M. ou de l'O.P.M.H.L.M., devraient encore s'ajouter environ 200 logements réaménagés par les propriétaires privés. Aides de l'Α.Ν.Α.Η., prêts convention nés au titre de l’O.P.A.H., révision des loyers selon les normes H.L.M. pour les bailleurs, et possibilités d'Aide personnalisée au logement (A.P.L.) pour les locataires sont les mesures incitatives par lesquelles la municipalité espère stimuler l'effort de remise en état du centre-ville.

99L'expérience mâconnaise prouve en revanche que le capital foncier profite peu des avantages déployés par l'Etat dans la mesure où les règlements relatifs aux nouveaux baux réduisent la rente foncière ; aussi la réhabilitation n'est-elle guère réussie que dans le secteur public puisque seules les conditions offertes permettent alors le maintien sur place de la plupart des locataires des logements réhabilités. La réhabilitation privée accélère au contraire le renouveau social en centre-ville par le biais des surcoûts locatifs susceptibles d'être supportés seulement par les couches sociales les plus favorisées.

  • 54 Financement de la région : 35 %, soit à la charge de la ville : 85 000 F.
  • 55 Cf. figure no 45, p. 268.

100Enfin, à la procédure du contrat de ville moyenne puis à celle de l'Ο.Ρ.Α.Η., la ville de Bourg ajoute aujourd'hui celle du contrat de quartier qui prolonge les actions précédentes. Dans l'optique de la décentralisation, ce contrat lie davantage la cité à la région et l'insère dans une politique cohérente d'aménagement urbain à l'échelon régional54. Si grâce à ΓΟ.Ρ.Α.Η. des logements vétustes sont réhabilités en centre-ville, le contrat de quartier vise à offrir de plus à ses habitants un cadre urbain plus amène ; trois thèmes essentiels - le stationnement, les cheminements piétonniers, les espaces verts se transcrivent dans le réaménagement de l'ancien champ de foire, du cours de Verdun, de la place des Bons Enfants, de la rue de la République, ou encore du parc de la trésorerie55.

  • 56 10 secteurs partagent la surface communale. Dans le premier, mis en réfection dès 1980, la ville po (...)
  • 57 Bulletin municipal de Bourg-en-Bresse, juin 1985, no 36, p. 11.

101D'autres mesures d'accompagnement pourraient encore être citées, comme l'obligation de ravalement par secteur et par décennie prise par la ville de Mâcon56, et qui s'adjoignent à la liste déjà longue des divers moyens mis en œuvre pour redonner vie au centre-ville défini comme "le quartier de tout le monde, le lieu privilégié où il se passe toujours quelque chose : commerce, administration, vie culturelle...57.

102Les procédures de réaménagement de centre-ville se révèlent ainsi très nombreuses et laissent parfois s'interroger sur leur cohérence ; car certaines - en particulier celles qui sont liées aux subventions de l'Α.Ν.Α.Η. - sont parfois réalisées hors de toute logique de réhabilitation programmée, au gré des opportunités financières ou des urgences dans l'entretien du bâti.

103D'autre part, le désir politique affiché de renouveler et de rééquilibrer la société urbaine en centre-ville consiste parfois à simplement déplacer le problème. Car, les coûts élevés de construction ou de réhabilitation rendent très difficile le maintien sur place des couches sociales les plus défavorisées, en dépit des aides financières mises en œuvre qui parfois jouent d'ailleurs à l'inverse du but recherché. Ainsi en est-il du fonctionnement de l'Aide personnalisée au logement qui aggrave en fait le déséquilibre social dans la mesure où elle prive les classes les plus dynamiques - les jeunes ménages avec enfants d'une installation dans des locaux réhabilités. De même, il y a souvent déplacement de population des îlots rénovés vers ceux qui ne sont pas soumis à la restauration mais cependant voisins, au confort encore médiocre, mais aux loyers peu chers. Il n'y a guère alors qu'un simple transfert de situation sur un espace contigu.

Fig-45 : Bourg, opérations d’aménagement des quartiers, 1985-1986

104Au total, au-delà des bons vouloirs manifestés, force est de constater que la production de logement social en centre-ville reste limitée. Il s'agit bien davantage d'opérations ponctuelles et la réutilisation d'un patrimoine relève aussi parfois d'une parade face à la pénurie d'une période de récession.

105En tout état de cause, l'ensemble des mesures destinées à reprendre en mains le devenir du centre-ville n'est pas sans favoriser des intérêts parfois divergents que seul l'espace central réunit. Ainsi, même si les discours officiels cherchent à prouver le contraire - et parfois en toute bonne foi - la réhabilitation est aussi une opération de prestige par l'embellissement qu'elle implique de bâtiments et de lieux dont le charme ou la qualité architecturale avait depuis longtemps cédé à la crasse ou succombé sous les nuisances engendrées par les perpétuels encombrements du trafic. Il est également clair que les politiques municipales sont essentiellement bénéfiques par les effets d’entraînement qu'elles veulent susciter auprès des propriétaires privés. Mais il est tout aussi évident, d'autre part, que leurs objectifs divergent, et l'investissement engagé comme la perception de l'espace valorisé n’ont dès lors plus le même sens selon les groupes sociaux concernés.

106La réhabilitation profite en premier lieu aux catégories sociales les plus favorisées et aux groupes économiques pour qui la qualité de l'espace central représente une plus-value certaine ; les commerçants et les membres du secteur tertiaire privé en sont les premiers bénéficiaires comme les premiers acteurs, sans oublier nombre de professions qui peu à peu se sont adaptées au nouveau genre de la réhabilitation et de la restauration et qui par exemple permettent au secteur du bâtiment de survivre par ce biais.

107Même si l'on s'en défend, ne livre-t-on pas alors une portion de l'espace public - le plus précieux aux intérêts d'un minorité active et mercantile ? De la périphérie produite depuis les années soixante, les mêmes effets et les mêmes acteurs convergent vers une centralité refaçonnée.

  • 58 Exemple de Bourg ; rénovation de la Z.U.P. de la Reyssouze : parties communes des H.L.M., 1985 : 50 (...)

108Après avoir négligé jusqu'à l'oubli le centre-ville au profit de la périphérie, assiste-t-on à un simple retour du balancier, au détriment alors des espaces précédemment produits ? Quelques signes timides d'amendement du bâti dans les Z.U.P. les plus dégradées58 laissent cependant espérer le contraire, ou du moins augurent une meilleure prise en compte de la globalité de l'espace urbain. Il est vrai que la peur de voir se développer - à l'image des grandes villes - des situations conflictuelles graves dans les vieux îlots de H.L.M. incite à davantage de clairvoyance.

Notes

1 Cf. supra, chapitre 1.22.

2 Cf. livre II, deuxième partie.

3 Cf. figure no 31, p.217 et graphique no 23, p. 218-219.

4 Mâcon - 1962 : Patrons de l’industrie et du commerce : 11,3 %, ouvriers 34 %, employés 21 %.
- 1969 : Patrons de l’industrie et du commerce : 9 %, ouvriers 37 %, employés 24 %.

5 Mâcon, secteur central ; population étrangère 1962 : 5 % de la population du secteur et 45 % de la population étrangère de la ville ; 1968 : 8 % de la population du secteur et 34 % de la population étrangère de la ville.

6 Cf. figure no 32, p. 225 et graphique no 24, p. 226-227.

7 Le centre-ville regroupe 20 % de l'ensemble du bâti urbain. La densité de population au kilomètre carré y est d’environ 9400.

8 Bourg, centre-ville, évolution démographique 1962-1975. Part de population totale : -10 %, d’actifs : -3 %, d’étrangers : +11 %, de plus de 65 ans : +3 %, de patrons de l’industrie et du commerce : -10 %.

9 En 1982, selon notre enquête, les employés ne représentent plus que 4 % des actifs du centre, les ouvriers 15 %, contre 20 et 31 % respectivement en 1962, selon l’I.N.S.E.E.

10 Cf. infra, chapitre III.3.

11 Cf. figure no 33, p.231 et graphique no 25, p. 232-233.

12 40 % des actifs relèvent du secteur agricole.

13 Cf. supra, chapitre II.2.

14 Plan des quais à gradins. Chalon-sur-Saône. Thomas Dumourey, ingénieur en chef des états de Bourgogne, 1754. Plan d'embellissement décidé par les Etats de Bourgogne et les intendants de Bourgogne, Mâcon, 1756.

15 Plan de Ducharne, pluviose an XII, figure no 34, p. 236 (A.D. GF/1Fi 27-78).

16 Plan des architectes Poinet et Cuvy, 2.12.1899, figure no 35, p. 238 (A.D. MBr-311).

17 Rappelons le creusement du canal du Charolais à Chalon en 1793 et les aménagements successifs des bassins, la création du boulevard de la République à la fin du XIXe siècle. A Bourg l’avenue Alsace-Loraine est percée en 1888 en application du premier plan d’alignement.

18 Cf. figure no 36, p. 240.

19 Extrait du rapport des architectes MM. Faure et Journoud. Plan de 1922.

20 Extrait du rapport de l'architecte M. Royer, 1938.

21 Extrait du décret du 31.12.1958.

22 Ibid.

23 Cf. figure no 37, p. 242.

24 Le groupement d’urbanisme de Chalon est créé en juin 1945 ; il est constitué de vingt communes susceptibles d’être intéressées par le développement et l’équipement de Chalon. L’ensemble représente 20 000 ha (dont 4 (XX) inondables).

25 Rappelons qu'entre 1962 et 1975 les taux de croissance varient entre 2 et 3 % par an.

26 Cf. figure no 38, p. 246.

27 Bourg, huit partis possibles. Cf. figure no 39, p. 248-249.

28 Cf.figure no 40, p. 251.

29 Extrait du P.O.S. de Chalon. Cf. figure no 41, p. 253.

30 Cf. figure no 42a, p. 254.

31 infra, chapitre III.3.

32 Cf. figure no 42b, p.255.

33 Lorsque la décision de voie d’échange est prise les boulevards enregistrent un passage de 1800 véhicules à l'heure de pointe. Entre 6 h et 21 h le total des entrées et sorties dans la ville s’élève à 58 000 véhicules (11 000 de transit, 47 000 d'échange) · entre 21 h et 6 h le trafic atteint 1660 véhicules (1460 de transit, 200 d’échange).

34 Cf. figure no 43, p. 257.

35 Circulaire d'O. Guichard. 7.2.1973.

36 L’attribution du contrat de ville moyenne a été limitée à une vingtaine de villes par an pour s’achever en 1979 avec la participation de 82 villes.

37 Le financement est assuré par une ligne budgétaire spéciale du Ministère de l’Equipement, par l’aide traditionnelle des ministères concernés, et enfin par des prêts de la Caisse des dépôts et consignations.

38 Groupe opérationnel des villes moyennes : organisme centralisé de conseil technique pour lequel un chargé de mission est délégué auprès de chaque commune afin d’établir son dossier d’intention.

39 Chalon, 1976, part de l’emploi féminin : 20 % de l’emploi, 50 % du tertiaire privé, 30 % du tertiaire public. Dossier ville moyenne. Chalon, 1976. p. 15.

40 Coût total des opérations prévues : 25 645 000 F (dont 20 224 000 F au titre du financement ville moyenne). Provisoirement les deux projets des bureaux-couveuses et du terrain de golf ont été ajournés en raison de leur cherté.

41 Répartition du financement (2 100 000 F) : centre-ville (46,07 %), espaces urbains de proximité (16,67 %), polyvalence du parc des expositions (13,69 %), environnement de Brou et de la Croix-Blanche (23,57 %).

42 En 1954 et en 1959 ; cf. supra chapitre II.32. et III.22.

43 Extrait du rapport de l'architecte J. Royer annexé au plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension, au titre « des mesures concernant les îlots insalubres », 1950.

44 Cf. figure no 44, p. 262.

45 Le secteur sauvegardé doit présenter « un caractère historique, esthétique, ou de nature à justifier la conservation, la restauration et la mise en valeur de tout ou partie d’un ensemble d’immeubles » ; un plan de sauvegarde est ensuite élaboré. En réalité, la lourdeur de la procédure en rend l’application difficile.

46 Rapport Chauvin-Vagne sur l’intérêt d’un secteur sauvegardé à Bourg-en-Bresse. Classement du bâti de centre-ville ; monuments historiques : 2, bâtiments inscrits à l’inventaire supplémentaire : 20, bâtiments intéressants : 51, bâtiments d’accompagnement : 300, monumental du XIXe et XXe siècle : 50.

47 En 1975, la municipalité se propose encore de démolir 150 logements, d’en restaurer 730, et d’en bâtir une centaine dans le centre-ville.

48 Le cas de Bourg est présenté à l’émission de télévision « La France défigurée » et dans un article du journal Le Nouvel Observateur : « La ville éventrée », 27.1.1975, p. 44-45.

49 Par exemple 9 attributions à ce titre à Mâcon au 31.12.1985.

50 Cf. figure no 30, p. 210.

51 Bourgmayer, Charles-Robin, Paul-Pioda.

52 Nombre moyen d’habitants par résidence principale : Commune de Bourg 1975 : 2,25 ; 1982 : 2,04
Centre-ville 1975 : 2,77 ; 1982 : 2,50.

53 Un logement est déclaré inconfortable si l’un des 4 éléments suivants est absent : baignoire/douche, WC intérieurs, chauffage central ou assimilé.

54 Financement de la région : 35 %, soit à la charge de la ville : 85 000 F.

55 Cf. figure no 45, p. 268.

56 10 secteurs partagent la surface communale. Dans le premier, mis en réfection dès 1980, la ville possède une majorité de propriétés.

57 Bulletin municipal de Bourg-en-Bresse, juin 1985, no 36, p. 11.

58 Exemple de Bourg ; rénovation de la Z.U.P. de la Reyssouze : parties communes des H.L.M., 1985 : 500 logements concernés. Prévision sur trois ans : 2000 logements.

Table des illustrations

Légende Fig.31 : La division sociale de l'espace à Mâcon, 1962-1982 (voir légende au verso)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Graphique 23 : Mâcon, typologie des quartiers 1962 à 1982.Source : R.G.P. 1962-68-75, enquête pers. 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig.32 : La division sociale de l'espace à Bourg, 1962-1982 (voir légende au verso)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Graphique 24 : Bourg, typologie des quartiers 1962 à 1982.Source : R.G.P. 1962-68-75, enquête pers. 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 33 : La division sociale de l'espace à Chalon, 1968-1982 (voir légende au verso)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Graphique 25 : Chalon, typologie des quartiers 1968 à 1982Source : R.G.P. 1968-75, enquête pers, 1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 34 : Mâcon, plan de Ducharne, 1804 (cliché ville de Mâcon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Mâcon, plan de Poinet et Cuvy, 1899 (cliché ville de Mâcon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig.36 : Plan d'aménagement et d'embellissement de Bourg, 1922
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig.37 : Plan d'urbanisme directeur de Bourg, 1939-1962
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 38 : Le S.D.A.U. de Chalon, trois partis pour l’avenirSource : APAUC, mairie de Chalon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig.39 : Scénario pour l'expansion de Bourg, huit partis possibles. Source : DDE Ain
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig.40 : Lx S.D.A.U. de Mâcon, le long terme
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig.41 : Plan d'occupation des sols de Chalon, 1976
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig.42 : Plan d'occupation des sols de Mâcon, deux versions du plan de zonage
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig.43 : Plan général de zonage du P.O.S de Bourg révisé, 1986. Source : Mairie de Bourg
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 44 : Plan d’urbanisme directeur de Bourg, 1962 (reprise du P.U.D. de 1959 et du plan d’aménagement, d’extension de 1939-1950)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig-45 : Bourg, opérations d’aménagement des quartiers, 1985-1986
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8192/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 529k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search