Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Deuxième partie : La dynamique spatiale

Chapitre II. L’héritage spatial

Texte intégral

1Si le changement urbain se révèle de manière éclatante au cours des trois dernières décennies, il résulte en réalité d'un aménagement constant réalisé tout au long de l'histoire urbaine le plus souvent de manière irréversible, et contraignante à tout le moins. Aussi ce qui peut être pressenti comme une construction contemporaine de l'espace urbain par le jeu subtil des forces politiques et économiques et des comportements sociaux n'est-il fréquemment que la résultante, le prolongement ou la reprise d'éléments fondamentaux déjà suffisamment enchâssés dans l'espace urbain pour que la production de celui-ci soit considérée au sein d'une longue phase plutôt qu'en des temps courts et cloisonnés, cependant plus préhensibles et propices à la démonstration et tout autant illusoires.

2Dire la ville dans le changement spatial qui la caractérise ne veut pas forcément sacrifier au "morphologisme" descriptif qui a trop longtemps défini toute étude de géographie urbaine. "Ces formes et ces lieux ont du sens" a écrit R. Ledrut, et leurs significations ne peuvent être isolées des besoins et productions des habitants au temps même de leur propre vécu. Si bien que les traditionnelles distinctions - parfois arbitraires - de site et situation nous paraissent inadaptées lorsqu'il s'agit d'observer l'évolution du "corps" urbain, lui-même compris dans son ensemble, dans la mesure où selon les référents chronologiques pris en compte les critères qualitatifs varient autant que faire se peut. Quelle est aujourd’hui la valeur d'un site défensif, quelle contrainte à la construction représente un sol marécageux ?

3Si "le phénomène urbain" - selon l'expression de Ph. Pinchemel - se crée afin de développer et de tirer le meilleur parti possible de "l'interaction sociale" selon la formule de P. Claval (1981), il connaît à travers le temps, et selon les lieux et leur usage, des fortunes singulièrement diverses.

4Indiscutablement, Chalon, Mâcon et Bourg participent d'une même histoire urbaine dont les temps forts sont le plus souvent communs, parce que soumis aux mêmes aléas d'une histoire politico-économique semblable, tout particulièrement pour Chalon et Mâcon.

II.1. LA LOCALISATION : HEURS ET MALHEURS DE L'ASSISE SPATIALE1

  • 1 Cf. figure no 1, p. 14.

5Dans une région des plus anciennement humanisées, qui compte entre autre le site prestigieux de Solutré, il n'est guère possible de parler de fondations urbaines à une époque précise pour des cités rassemblant des individus depuis plusieurs millénaires, comme l'attestent les vestiges des palafittes de la vallée de la Saône ou les pierres dressées réemployées dans les murs de défense romains au cœur de la ville de Bourg. Néanmoins, l'existence de villes est bien réelle, au moins lors de la conquête romaine qui développe un réseau urbain important en tant que facteur opérant de la romanisation et où Mâcon, Chalon et Bourg ont leur place. La pérennité des lieux développée depuis, en dépit de périodes de vicissitudes et de translations à la fois ponctuelles et de courte durée des espaces occupés, autorise, au moins dès l'époque gauloise, à retenir avec certitude la localisation des trois villes.

II.11. Chalon et Mâcon : villes de la Saône

6Chalon et Mâcon possèdent l'une et l'autre de grandes similitudes d'implantation : une hauteur proche de la Saône, en rive droite, à l'abri des fréquentes inondations. Le sillon séquano-rhodanien, par où ont progressé très tôt les hommes et les marchandises afin de traverser au mieux l’isthme européen, offre à Mâcon, comme à Chalon, des ouvertures vers le nord et l'ouest. A Mâcon, au niveau même où un éperon calcaire des monts du Mâconnais domine un gué de la rivière de 30 à 50 m entre deux abaissements d'axe montagneux par les vallées de l'Abyme et du ruisseau de Bioux, la vallée de la Mouge au nord et plus encore celle de la petite Grosne au sud permettent d'atteindre la vallée de la Loire à l’ouest. Le Mâconnais est en effet le lieu de passage le plus étroit entre les vallées de la Loire et de la Saône, alliant en outre une moindre altitude des seuils. Longtemps d'ailleurs, les produits du Mâconnais - en particulier les vins - ont-ils emprunté cet itinéraire, pour gagner Paris via les canaux de Briare et d'Orléans. Par là s'est établie la grande voie transversale Centre-Europe-Atlantique par Genève, Mâcon, Moulins, Nevers... et tout récemment une portion du nouveau tracé ferré du Train à Grande Vitesse (T.G.V.) suit le même trajet.

7Au nord, en revanche, la vallée fluviale limitée à l'ouest par le rebord oriental du Massif Central s'ouvre sur l'ouest et le nord-ouest, dans la mesure où le chaînon le plus à l'est - celui du Mâconnais - se termine à la confluence de la Grosne et de la Saône, alors que celui du Charolais, plus à l'ouest, ménage à la Saône une large vallée alluviale où elle s'étale en divers méandres, et où convergent la Dheune et le Doubs ; de là, le bassin de la Seine s'atteint aisément, de même que la dépression Dheune-Bourbince permet de rejoindre le bassin de la Loire et que la vallée du Doubs relie l'Est de la France et les pays rhénans par la porte de Bourgogne.

8Là où la Saône s'engage résolument vers le sud, la cité chalonnaise s'est développée à partir d'une terrasse alluviale de marnes et de sables, à une quinzaine de mètres du niveau de la Saône, et taillée par la rivière sur la rive concave du méandre qu'elle dessine en cet endroit, face aux îles qui, tout comme à Mâcon, facilitent l’établissement d'un pont. La terrasse est également hors d'eau, limitée à l'ouest par la vallée inondable de la Thalie, et à l'est par celle de la Noue.

9Face aux deux cités se déploie la plaine bressane où s'étend le lit majeur de la Saône à chaque inondation. Villes de rive droite de la Saône, étendues sur le plateau en direction du nord-ouest ou bien le long de l’escarpement du nord au sud, elles ne possèdent l'une et l'autre qu'une maigre extension de rive gauche à la tête du pont urbain - des faubourgs nés sur les îlots émergeant alors des bras et marécages de la rivière et partageant jusqu'au même éponyme : Saint-Laurent ! Les premières buttes à l'abri des divagations de la rivière n'apparaissent que plus à l'ouest, où se sont établies les communes de Saint-Marcel face à Chalon, et de la Madeleine face à Mâcon.

10Dans la mesure où les travaux d'aménagement comme les extensions incontrôlées n’ont pu, ou voulu, surmonter les aléas engendrés par la présence de la Saône, il demeure un déterminisme pesant quant à la forme et au développement de la cité, et relativement à la dissymétrie de la vallée qui rejette ici, avec la rivière, la ville sur le rebord occidental du Massif Central.

II.12. Bourg : ville de la plaine bressane

11La localisation de Bourg est quelque peu différente de celle de ses voisines, bien que la ville soit également installée sur la grande plaine qui sépare le Jura du Massif Central et met en relation le bassin parisien et le fossé rhénan avec les régions rhodaniennes et méditerranéennes. Si Chalon et Mâcon sont adossées au Massif Central et en bordure de la Saône qui draine la vallée, Bourg en revanche se situe sur la bordure orientale de la plaine, à proximité du débouché de vallées transversales jurassiennes fondamentales ; ce sont la vallée de France qui conduit à Saint-Claude, la cluse de Nantua et surtout la grande fracture du Jura méridional : la cluse des Hôpitaux qu'empruntent aujourd’hui les voies ferrées qui se dirigent en Italie via Chambéry.

12Dans la Bresse au relief uniforme et monotone, la ville primitive s'est installée à une dizaine de kilomètres du Revermont, à la lisière nord-est de la Dombes, sur un très modeste saillant du plateau qui se raccorde au Revermont et que couvre encore en partie la forêt de Seillon. L'avancée de ce long plan incliné, dû à la proximité de la Dombes et au jeu des glaciers, domine d’une dizaine de mètres à l'est la vallée de la Reyssouze à sa confluence avec le ruisseau du Cône. Petite rivière provenant du Revermont et se dirigeant vers la Saône, la Reyssouze divague à loisirs en de nombreux bras, biefs, marécages et méandres, entre des berges basses qu'elle inonde à la moindre crue, dans une vallée élargie par des méandres recoupés ; ceux-ci dessinent deux modestes bassins de part et d'autre de l'avancée du plateau que le conquérant romain utilisa comme un oppidum bien que des plus modestes.

13Lieu de passage privilégié entre le Jura, les pays rhénans, la vallée du Rhône en amont de la confluence avec la Saône et le couloir séquano-rhodanien, la cité burgienne établie primitivement sur la rive gauche de la Reyssouze non loin du gué de Brou, ne présente visiblement pas les mêmes difficultés originelles que ses voisines quant à son extension future, si ce n'est la proximité peu engageante de marécages et d’étangs croupissants dûs à la présence de la paresseuse Reyssouze. Il n'empêche que pour Bourg, comme pour Chalon et Mâcon, se vérifie l'assertion d'Y. Guermond (1984) : "Le développement inégal des villes, souvent superficiellement attribué à des acteurs locaux" est fréquemment inscrit dans les contraintes des structures spatiales.

II.2. LA CROISSANCE URBAINE JUSQU'AU DEBUT DU XXe SIECLE

14C'est dans le cadre géographique décrit précédemment que les trois villes étudiées se sont développées selon des rythmes souvent proches de ceux de la plupart des villes françaises. Cependant, les particularismes locaux ont parfois pesé lourd, expliquant des développements propres à l'une ou l'autre cité et créant des situations spécifiques sur lesquelles la croissance de l'après-guerre s'est exercée brutalement.

15Les réactions du tissu urbain engendrées par ce développement subit, les enjeux représentés comme les tentatives d'aménagement d’un espace urbain devenu très souvent inadapté aux besoins des usagers, ne peuvent être compris en faisant l'économie de la part explicative que représente la lente gestation de l'espace urbain envisagée sur le temps long de son histoire ; c'est-à-dire selon "la longue durée...qui pose à elle seule tous les grands problèmes des structures sociales, présentes et passées" (F. Braudel, 1977). Car l'histoire transcrit dans la trame urbaine la combinaison complexe qui relie les facteurs culturels, sociaux et économiques par lesquels les individus organisent l'espace urbain qu'ils produisent. Dès lors, les rapports des hommes à l'espace changent selon les périodes de référence.

  • 2 Cf. livre II, deuxième partie.

16Mais ici seul le résultat de quelque deux millénaires d'histoire urbaine nous importe, et seule la production d'espace contemporain est envisageable dans sa composante socio-culturelle2 qui lui donne sa signification. Il ne saurait donc être question d'étudier l'espace en soi, mais en revanche de saisir la genèse des processus spatiaux semblables ou différents selon les trois cités, et qui leur permettent d'acquérir une structure spatiale particulière.

II.21. Les facteurs de la croissance

- Le développement des voies de communication

17Les premiers facteurs du développement des villes françaises se retrouvent dans la volonté politique et militaire de l'Empire romain de mettre en place un véritable réseau de routes terrestres sur lesquelles, en conséquence, les villes deviennent des étapes obligées. Ainsi en est-il de Bourg où les Romains s'installent vers l’an 20 et où le vicus gaulois de Brou devient une halte sur la voie d’Agrippa qui relie Lyon aux pays rhénans.

18Cependant, contrairement à Mâcon et surtout à Chalon, l'antique Bourg n'est en rien une cité prospère. Est-ce à dire que Rome ne la considère guère comme indispensable à sa grandeur ? La conjonction de la route terrestre et de la voie d'eau, ici insignifiante contrairement à Chalon et Mâcon, fait-elle la différence ? Le débat est ancien quant à l’antécédence de la voie fluviale ou de la voie terrestre pour justifier du développement urbain.

19A ce propos, analysant en particulier le cas de Cabillonum, M. Le Lannou (1971) montre que ce Chalon ancien est avant tout une "ville de routes", qu’à travers la volonté impériale, c'est le croisement de routes terrestres, qui à Cabillonum comme à Matisco (Mâcon) fait la première fortune de la ville ; elle sera rehaussée plus tard grâce à la voie d'eau associée au nœud routier, et par le truchement d'un commerce à la fois plus étendu et diversifié. Car la ville jouit alors d'une plus large audience que celle où son rôle de carrefour terrestre l'eût strictement confiné. Peut-on ainsi expliquer, dès l'époque romaine, la différence qui existe entre les deux villes de la Saône déjà opulentes et remarquées tôt par César, et la très modeste cité de Bourg - au nom romain oublié partagée entre un vicus gallo-romain ouvert à l'échange et un oppidum sur la petite butte hors d'eau chargé de maintenir l'ordre ?

20Sans doute, grâce à la valeur exceptionnelle des nœuds de communications, Mâcon et Chalon survivent-elles à la décadence romaine par la force des échanges qui s'y déroulent ; et le temps des foires moyenâgeuses continue d'en assurer la prospérité, alors que Bourg subsiste difficilement et connaît une longue période d'effacement jusqu'à la domination des comtes de Savoie sur la Bresse.

  • 3 Archives municipales HH 12-756.

21Dans la mesure où la fortune urbaine est liée en partie au développement des moyens d'échanges assurés par les cités, il est certain que les temps forts de l'histoire des communications sont autant d'éléments favorables au développement urbain et qu'après la mise en place du réseau routier romain il faut retenir, dès le XIIe siècle, le rôle primordial de "la politique routière" des ducs de Bourgogne favorables au commerce qui procure puissance et revenus, en particulier en s'assurant "le contrôle et les profits des grands itinéraires menant de Lyon et de Mâcon vers les foires de Champagne" (H. Dubois, 1976). Ainsi s'explique l'appropriation en 1237 du comté de Chalon par le duc Hugues IV. De même, G. Duby (1953) explique que les comtes de Mâcon sont au XIIe siècle les gardiens "d'une seigneurie routière". Au moins jusqu'à la fin du XIVe siècle cette politique des échanges assure la fortune du prince et des marchands et, d'une manière sans doute beaucoup plus restreinte, favorise également, sinon le développement urbain, du moins une vitalité suffisante pour mettre Chalon et Mâcon à l'abri des longues périodes de déclin subies par Bourg à la même époque. Ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle, lorsque tardivement des foires à date fixe sont accordées par Louis XV3, que les routes qui conduisent à la capitale de la Bresse sont rénovées, et de manière suffisamment insigne pour qu’un préfet de l'Empire - Bossi - le signale dans son état du département de l'Ain, en 1806.

22Même si après les troubles des XIVe et XVe siècles la grande voie méridienne Saône/Rhône et les carrefours urbains étudiés retrouvent leurs prérogatives, et plus particulièrement lors des guerres d'Italie ou encore à la fin du XVIIe siècle, il faut en réalité attendre le XIXe siècle pour voir se manifester de profondes transformations des moyens de communications. Car on ne se contente plus de renouer avec des routes traditionnelles comme celle de la voie d'eau qui permet à la Saône de devenir un excellent axe de transport grâce aux coches d'eau qui se multiplient, mais on aménage, transforme, ou crée de nouvelles structures.

  • 4 La première fonte du minerai de fer au coke est effectuée en France au Creusot en 1785. En 1836 la (...)

23Le canal du Centre est achevé en pleine période révolutionnaire (1793), et c'est seulement avec la paix intérieure retrouvée à partir du Consulat, et surtout de l’Empire, qu'il permet de contribuer à l'essor chalonnais du XIXe en assurant le débouché des bassins miniers de l'Ouest du département4. D'autre part, les barrages de Freycinet succèdent sur la Saône aux épis noyés et régularisent le cours de la rivière à la fin du siècle.

  • 5 Chalon reste en réalité desservie par la gare de Montchanin-Le Creusot située à 28 km de là.

24Mais surtout, le chemin de fer révolutionne le transport des hommes et des marchandises, et en atteignant le cœur des villes, il modifie par là même le tissu urbain et l'organisation de l'espace de la cité. La voie ferrée atteint Chalon en 1849, Mâcon en 1854, et enfin Bourg en 1857. Aujourd’hui, le nouveau tracé du T.G.V. desservant directement Mâcon et Bourg5 pour les liaisons Paris/Genève n'apporte aucun bouleversement comparable si l’on s'en tient aux seuls effets économiques ou strictement urbanistiques.

- Les facteurs politico-historiques

25Les grandes décisions politiques ont également pu peser de manière décisive sur les devenirs urbains, même si les villes ne sont parfois qu’indirectement concernées. Et il est souvent nécessaire, là encore, de s'en référer à un passé lointain. Ainsi en est-il de l'appartenance de Bourg à la maison de Savoie à partir de 1272. Au sein du vaste état qui comprend sur le versant occidental des Alpes, la Savoie, la Bresse, le Bugey, le pays de Gex, Bourg devient la capitale de la Bresse et une place forte savoyarde de telle qualité qu’à la fin du XIVe siècle elle manque de très peu de supplanter Chambéry à la tête de l’Etat savoyard. On comprend dès lors que Bourg doive à la maison de Savoie plusieurs siècles de prospérité liés à la politique française des ducs et dont le joyau gothique qu'est l'église de Brou marque l'un des derniers éclats.

26Si Bourg s’individualise et accroît sa puissance au cours de sa longue histoire par l'intermédiaire de la Savoie, il en va de même pour Mâcon, comme capitale du comté du Mâconnais. Créé lorsque Charlemagne organise son empire, le comté du Mâcon* nais s'organise autour de la ville de Mâcon, et par elle-même, avec d'autant plus de force que la Saône devient frontière avec la Bourgogne impériale à partir du traité de Verdun en 843, lequel consacre la partition de l'Empire carolingien et, de fait, celle de la Bourgogne entre le duché et la comté impériale. Cependant, jusqu'à son rattachement à la couronne royale en 1239, le comte du Mâconnais gardera ses distances avec le duc de Bourgogne, se tournant beaucoup plus vers Lyon, et considérant le comté chalonnais comme un écran protecteur contre les visées méridionales du duc de Bourgogne ; car le Méconnais montre une tendance toujours renouvelée à s'ouvrir vers le sud et à affirmer son originalité à l’égard de la Bourgogne et de la couronne, au point que tous ses privilèges et coutumes passés étaient considérés comme inaliénables par Louis IX, peu après la vente du comté au Roi. En revanche, Chalon reste résolument plus bourguignonne et tournée vers le nord, tout en étant elle aussi située le long de la frontière avec le Saint-Empire. Mâcon et Chalon retirent évidemment de vastes bénéfices de leur état de ville-frontière par l'importance des droits de douane - en particulier ceux que procure le commerce du vin à Mâcon - et par le développement des foires. Celles-ci renaissent grâce à la paix rétablie par Saint Louis et prospèrent tout spécialement à Chalon-sur-Saône.

27Les foires chalonnaises sont très anciennes et signalées dès le Xe siècle, mais c'est au XIIIe siècle que les privilèges accordés par le duc de Bourgogne permettent de revivifier la qualité du carrefour de Chalon et d'insérer les deux grandes foires chalonnaises dans "le cycle champennois" ainsi que l'explique encore H. Dubois : "En route pour les foires de Champagne, bien des marchands devaient quitter la rivière à Chalon ou, au retour, s'y embarquer". Foire froide d'hiver et foire chaude d’été assurent à la ville une longue période de prospérité. Il en est de même à Mâcon lorsque Philippe le Bel concède en 1309 deux grandes foires annuelles en dépit des doléances du duc de Bourgogne soucieux d’une concurrence à l'égard de Chalon. Mais de toute manière l'envergure du commerce chalonnais ne saurait souffrir de l'influence mâconnaise qui ne représente qu'un écho assourdi des tractations du carrefour amont. Pourtant, à partir du premier quart du XVe siècle, avec le développement du trafic maritime et des nouveaux axes du commerce européen - en particulier celui qui joint la Haute-Allemagne à l'Espagne - l’insécurité due à la guerre civile, surtout lors du passage des Ecorcheurs, conjuguée avec le rayonnement croissant de foires de Lyon, déclasse les carrefours de la vallée de la Saône. Désormais Chalon n'assure plus la liaison entre les foires du Lendit et celles de Genève. Cependant, plus de deux siècles de prospérité ont marqué le développement urbain de ces cités rompues à l'échange, et à Chalon, le maintien, encore aujourd’hui, d'une foire des peaux, témoigne de ce fructueux négoce du Moyen Age.

  • 6 Malheureusement Chalon redevient pour un temps ville-frontière avec le tracé de la ligne de démarc (...)

28Quelques autres événements historiques importants pèsent également sur le devenir urbain, qu'il s'agisse de structure spatiale ou de fonction urbaine. Ainsi à partir des traités de Lyon en 1601, puis de Nimègue en 1678, la Saône n'est plus frontière6 et les villes bordières peuvent s'ouvrir à l'est ; par le même traité de Lyon la maison de Savoie abandonne le Bugey, la Bresse et le pays de Gex à la couronne de France, et bien que ralliée à la généralité et au gouvernement de Bourgogne, c'est-à-dire à la trop lointaine administration dijonnaise, Bourg devient siège du présidial de Bresse et dès lors, comme le disait l'intendant Bouchu, elle "vit de la justice".

  • 7 Décret de l’Assemblée nationale constituante du 11 février 1791 : « Le tribunal criminel du départ (...)

29A la fin du XVIIIe siècle, une grande décision politique va marquer définitivement l'avenir de Mâcon, Chalon et Bourg. Il s'agit de la partition administrative de l'Etat français en départements, et de l'attribution de leurs chef-lieux. Si Bourg reçoit naturellement le siège de la préfecture de l'Ain, la décision de l'Assemblée nationale constituante mécontente pour longtemps les Chalonnais. En effet, après une lutte serrée, de nombreux votes, appels et amendements, à la suite de l’intervention du député Monseigneur Moreau, évêque de Mâcon, et du maire de la ville Maître Merle, Mâcon devient chef-lieu du département de Saône-et-Loire. En revanche Chalon, déjà plus développée et occupant une situation plus centrale dans le département, ne se voit confier que la fonction judiciaire7. Les rancœurs seront très lourdes, et durant tout le XIXe siècle Chalon a tenté de faire revenir l'Etat sur sa décision. Il n’est même pas certain qu'aujourd'hui la querelle soit tout à fait éteinte, et en tout état de cause Mâcon s'est dès lors engagée résolument dans sa voie de ville administrative et de négoce, au détriment parfois des activités industrielles potentielles.

30Enfin, plus récemment, la politique d'aménagement du territoire a conduit à diviser le territoire français, dès 1956, en "circonscriptions d'action régionale" ou "régions de programme" devenues plus simplement les vingt-deux "régions" françaises, regroupant un certain nombre de départements autour d'un établissement spécialisé à vocation juridique et financière destiné à faciliter le développement économique et social de la dite région, dans le cadre d'une volonté de décentralisation et de rééquilibrage régional. Bourg est insérée, avec justesse, dans la région Rhône-Alpes, et dépend donc de la préfecture régionale lyonnaise alors que Chalon et Mâcon appartiennent en revanche à la région Bourgogne. Si la décision paraît conforme au destin de Bourg ou de Chalon, il n'en est rien pour Mâcon, de tout temps tournée vers Lyon, mais retrouvant de nos jours une situation administrative comparable à ce qu'elle connut aux temps de la féodalité et de la toute puissance des ducs de Bourgogne, qu'elle chercha toujours à amoindrir sinon à éviter.

31A travers quelque vingt siècles de choix parfois décisifs et souvent imposés aux villes auxquelles ils s'appliquent, se sont donc liés les destins urbains, au moins à propos de commerce ou de relations hiérarchiques d'ordre politico-administratif qui ensemble dessinent les bases à la fois de la fortune des villes et du réseau urbain dans lequel elles s'insèrent avec plus ou moins de bonheur, mais avec suffisamment de force et durant des périodes assez longues pour en évaluer les conséquences sur leur développement économique et spatial. D'autres exemples auraient sans doute pu être pris en compte, mais, de moindre importance, ils n'engageaient pas l'avenir avec autant de vigueur.

II.22. De la cité historique à la ville contemporaine8

  • 8 Cf. figures no 19, 20, 21, p. 158-159, 162-163 et 165.

32La production et l'organisation de l'espace urbain se sont effectuées selon le rythme de la croissance de la plupart des villes françaises, sur lequel l'histoire locale a surajouté son empreinte et renforcé les particularismes urbains. Chalon, Mâcon et Bourg participent de concert aux grands moments de l'histoire urbaine nationale où stratégies militaires, politiques, économiques s'entremêlent. A la suite de l'époque gallo-romaine, marquent des temps forts le Moyen Age commerçant, la Contre-Réforme triomphante et bâtisseuse, et enfin ce XIXe siècle qui remet en cause l'acquis du passé en faisant éclater les structures urbaines traditionnelles et en mettant en place l'assiette spatiale de l'agglomération d'aujourd'hui.

- Urbanisme et fortifications

33De l’époque romaine aux traités du XVIIe siècle qui voient Bourg entrer dans les possessions royales, et Mâcon et Chalon cesser d'être des villes-frontière, l'histoire du développement urbain se confond avec celle des fortifications à travers une vision militaire de l'organisation de l'espace urbain dans un monde essentiellement défensif.

  • 9 Le cours du Linguet sera plus tard emprunté par le Canal du Centre et, depuis sa déviation, par l' (...)
  • 10 Cardo : Grande Rue. Decumanus : rue Saint-Vincent, rue du Châtelet.

34C'est la conquête romaine qui apporte aux trois villes une première forme d'organisation par la création d'une forteresse sur une butte défensive. A Bourg, l'oppidum est édifié sur le talus dominant la confluence du Cône et de la Reyssouze ; à Mâcon il couvre le petit plateau surmontant un gué de la Saône ; et à Chalon il est installé en rive droite, dans le lit majeur de la rivière, face aux îles qui en facilitent la traversée au droit du port né au débouché du Linguet sur la Saône9, en contrebas de la forteresse gauloise. Déjà, il semble bien que la puissance romaine s'inscrive avec plus de force à Chalon ; vite reconnue comme port et place militaire face aux Séquanes et sur le chemin de Bibracte, Cabillonum devient un grand carrefour marchand que renforce le croisement de la voie d'eau et des nouvelles routes aménagées par Rome. Car c'est une véritable ville nouvelle qui est créée au débouché du pont jeté entre les îles et les rives de la Saône, et dont le plan en écusson, organisé à partir du cardo et du decumanus10, se lit toujours à travers la trame des rues.

Fig. 19a : La croissance de Chalon

Fig. 19b : Le développement historique de Chalon

  • 11 « Trésor de Mâcon » : riche ensemble archéologique de statuettes d’argent et de monnaies romaines (...)

35Chalon, Mâcon et Bourg souffrent sévèrement toutes trois des premières invasions ; mais seules les villes de la Saône survivent véritablement à ces épreuves et se protègent par une solide enceinte édifiée sur le pourtour de leur castrum, conférant ainsi aux deux villes un premier espace connu et délimité, de quinze hectares à Chalon et de cinq hectares à Mâcon, à l'emplacement même de l'oppidum gaulois. Mais sans doute la paix romaine avait-elle déjà suscité des constructions au-delà des limites fortifiées ; ces nouvelles demeures témoignent de la prospérité urbaine de l'époque romaine, comme le rappellent les nombreux et riches vestiges archéologiques chalonnais, ou encore le "trésor de Mâcon"11 découvert lors du creusement des fondations de l'ancien hôpital au XVIIIe siècle, à l'ouest du castrum.

  • 12 Gérard, évêque de Mâcon, se retire en 927 près de la forteresse de Bourg, au-delà des marécages, e (...)

36En revanche, Bourg ne se relève guère des invasions du IIIe siècle. Détruite par un incendie, elle renoue avec quelque activité lors de la domination burgonde pendant laquelle se retrouve la double unité de l'époque gauloise : le village à Brou - et plus tard l'église12 - et le château à l'emplacement de l'oppidum romain à un kilomètre de là. En réalité Bourg souffre de l'absence de stabilité politique, et il faut attendre l'avènement de la maison de Savoie en Bresse pour retrouver une nouvelle phase de développement. Entre temps, au Xe siècle, la délimitation de la première paroisse de Brou fixe en grande partie les limites de l'actuelle commune burgienne.

37Durant cette même période de troubles l’assise spatiale de Mâcon n'évolue guère, limitée essentiellement aux quelques hectares enserrés dans la haute-enceinte et aux faubourgs qui débordent timidement en période de paix. Seule encore et pour les mêmes raisons stratégiques qui la virent se développer durant toute l'époque gallo-romaine, Chalon connaît une époque faste en tant que capitale d'un vaste royaume burgonde jusqu'au VIIe siècle, alors qu'à nouveau se succèdent les envahisseurs et les destructions. Le palais royal burgonde est élevé sur la butte du Châtelet, adossé à la muraille du Bas-Empire ; il représente, en quelques sorte, la première extension organisée de la cité chalonnaise gallo-romaine.

38Cependant, si la valeur des carrefours de Mâcon et surtout de Chalon a présidé à leur fortune primitive, elle entraîne aussi leur perte lors des nouvelles invasions puis des guerres seigneuriales. Il faut attendre en fait le renouveau médiéval pour percevoir de nouvelles transformations urbaines tant à Mâcon qu'à Chalon, à partir du XIe siècle, avec la reprise du grand commerce. Par l'octroi de franchises, le développement des foires, Mâcon et Chalon entrent dans une période de prospérité économique qui voit grossir toute une population urbaine nouvelle d'ecclésiastiques et d'officiers chargés de l'administration, de marchands étrangers juifs, lombards... en même temps que commence à apparaître la bourgeoisie.

39Par le jeu de l’activité économique revigorée, l'espace urbain subit une nouvelle transformation qui, tout en reprenant les éléments d'organisation passée, dessine les grandes lignes du plan d'aujourd’hui ; tant il est vrai que les villes moyennes étudiées ont reproduit à travers les siècles l'espace engendré et organisé par ajouts successifs et sans transformation radicale majeure.

  • 13 Il s’agit toujours du pont dit de Saint-Laurent, actuellement encore le seul pont urbain, si l’on (...)

40A Mâcon, le centre est enserré dans les remparts du Bas-Empire et est constitué à l'intérieur même de plusieurs quartiers fortifiés comme l'enclos du chapitre de la cathédrale, celui du château comtal construit au XIIe siècle ; comme l'explique G. Duby (1980) "... se trouvèrent soudés dans la ville trois offices, les trois facteurs de la suprématie : faire respecter la loi, veiller au salut des âmes, repousser les envahisseurs. Le palais, la cathédrale, la muraille : trois édifices manifestant trois missions associées." Ces trois ensembles se développent de manière anarchique du XIe au XIIe siècle, alors que dans le même temps, de nouveaux faubourgs s'amorcent au sud et au nord. En effet, très tôt, le site primitif se révèle trop exigu et les pentes de l'ouest, peu propices au développement de la cité, sont abandonnées au Moyen Age aux oratoires, aux abbayes et aux cultures. En outre, ces nouveaux bas quartiers du Bourgneuf ou du faubourg Saint-Antoine, essentiellement commerçants et artisans, ont le mérite d'être situés au débouché du nouveau pont bâti en pierre sur la Saône au milieu du XIe siècle13.

41Selon le même schéma, on retrouve dans le plan du Chalon d'aujourd'hui la ville médiévale formée de la demi-ellipse gallo-romaine et des faubourgs Saint-Laurent à l'est, Saint-Pierre au nord, et Saint-Jean-de-Maisel au sud où se tiennent les foires. A la suite des troubles du XIVe siècle ce faubourg marchand est protégé par une première et légère fortification délimitée aujourd'hui par la rue Pasteur et la place de l'Hôtel de Ville. Mais elle est reprise un siècle plus tard par la basse enceinte construite de briques et de pierres, qui enserre plus largement les faubourgs nord et sud jusqu'au Linguet, alors qu'à l'ouest elle se raccorde au niveau de l'enceinte romaine. Comme à Mâcon, l'extension urbaine se fait au pied de l'oppidum et le long de la rivière.

  • 14 Il s’agit de protéger en particulier le faubourg Saint-Pierre qui dépend alors d’une abbaye bénédi (...)
  • 15 Bâtie de 1547 à 1555.
  • 16 L’unique pont - le pont de Saint-Laurent - est rebâti en pierre à partir de 1419.

42A Mâcon également, une seconde enceinte marque un nouvel arrêt du développement de la ville, en englobant les faubourgs et en reprenant grossièrement la forme initiale de la cité qui continue de s'étirer du nord au sud. La ville est isolée de la Saône, et le pont fortifié. En effet, si Mâcon est terre royale depuis 1239, elle n'en est pas moins ville-frontière depuis le partage de l'héritage carolingien. Et depuis le XIIIe siècle la Bresse est savoyarde, c'est-à-dire terre d'Empire, tout comme la comté bourguignonne à partir de la mort de Charles le Téméraire, qui confère également à Chalon un rôle de ville-frontière. Si bien que devant la menace représentée par la proximité des Impériaux et aggravée par les dissensions politiques de l'époque ainsi que par les progrès de l'artillerie, François Ier puis Henri II décident de faire construire une autre enceinte afin d'étendre la protection de la ville de Chalon sur les derniers faubourgs de l'ouest14. L'œuvre est confiée à un ingénieur italien Girolamo Bellarmato qui conçoit une très belle enceinte15 à bastions et fossés ; à la suite du saccage de l'abbaye de Saint-Pierre par les Huguenots en 1562, elle est complétée par une cita delle tournée vers la ville. La position stratégique de Chalon est telle que les travaux de fortifications sont poursuivis jusqu'à la fin du XVIIe siècle. Outre une modification importante du paysage urbain, les dernières défenses donnent une nouvelle impulsion au développement spatial de Chalon. Adossée à la Saône, la ville s'étend dorénavant vers le nord, dans l'axe du bastion septentrional, et se détourne d'une rivière surtout susceptible d'amener les envahisseurs16. L’urbanisme d'aujourd'hui, en dépit de nombreuses tentatives, n’a pas encore rompu avec cette propension à se tourner vers le nord imprimée à la ville à partir du XVIe siècle, alors qu'auparavant Chalon tendait à s’étendre le long de la rivière.

Fig.20a : La croissance de Mâcon

Fig.20b : Le développement du centre historique de Mâcon

43La longue éclipse de la ville de Bourg s'achève avec l’avènement des maîtres de la Savoie et l'affranchissement de la ville à la fin du XIIIe siècle. La cité possède - elle aussi les trois édifices essentiels de la vie médiévale : le château fortifié à l'emplacement de l'oppidum romain est entouré, ainsi que les premiers faubourgs, d’une première enceinte au XIIe siècle, alors que l'église demeure hors les murs, à Brou. Dès le XIVe siècle, les ducs de Savoie bâtissent une nouvelle fortification, plusieurs fois élargie et remaniée, afin de protéger les nouveaux faubourgs nés de la prospérité retrouvée, mais aussi pour faire de Bourg une solide place forte aux portes du pays rhodanien sur lequel les ducs ne manquent pas d’ambition. C'est l'époque de la splendeur de Bourg durant laquelle Marguerite d’Autriche fait élever l'église de Brou, alors que les Burgiens édifient leur propre église au cœur de la cité et que les riches bourgeois bâtissent de belles maisons en encorbellement, à colombages et pans de bois, dont certaines demeurent aujourd'hui la parure architecturale de la ville.

  • 17 Au traité de Cateau-Cambrésis Marguerite de France, fille de François Ier, apporte en dot la Bress (...)

44Les changements dans l'aspect de la ville sont encore accentués durant la première occupation française lorsque des bastions sont aménagés en avant des remparts. Cependant, lorsque la maison de Savoie retrouve la Bresse17, le prince de Savoie décide de doter Bourg d'une citadelle. Bourg, en effet, se trouve en situation difficile alors que sévit la guerre d'Espagne et que des batailles sont livrées aux confins de la Bresse et de la Franche-Comté. Cette citadelle fait de Bourg l'une des grandes places fortes européennes après Turin et Anvers. Formée de cinq bastions, elle est construite par l'ingénieur italien Paccioti, à l'ouest de la ville, au-delà d'une esplanade ; démolie peu après sa construction lorsque Bourg est définitivement française en 1601, il subsiste aujourd'hui de la citadelle le champ de Mars qui la séparait de la ville ; et le mail tracé sur le terrain réservé aux exercices est l'une des principales voies d'accès au centre-ville, celle de l'ouest.

Fig.21 : La croissance de Bourg

45L’étude des constructions successives de fortifications permet ainsi de suivre avec précision la croissance de l'espace urbain à travers les déformations continues de sa surface, et selon ses anciennes voies d'accès et de circulation internes qui ont infléchi le développement de la ville jusqu'à nos jours. En outre, les lignes de fortifications déterminent les axes de croissance en reprenant, certes le plus souvent a posteriori, une situation déjà largement engagée, mais en pesant aussi vivement sur l'avenir par le déterminisme qu'elles engagent. Ainsi Chalon se détache de la Saône ; au contraire Mâcon s'étale le long de la rive droite, en auréole entourant ses fortifications semi elliptiques. A Bourg, les fortifications comme les faubourgs qui les débordent gagnent les marécages de la Reyssouze et tendent à rejoindre le deuxième noyau urbain de Brou. En revanche, le plateau abandonné à la citadelle ne sera envahi que beaucoup plus tard par l'avancée du bâti.

- L'acquis médiéval

  • 18 Chalon Portrait de la ville de Chalon, 1573. R. Rancurel. Extrait de P. de Saint-Julien de Balleur (...)

46L'importance de ces premiers éléments de croissance est telle que la ville contemporaine en garde une trace indélébile avec laquelle toutes les tentatives d'aménagement ultérieures doivent compter. Par bonheur, indépendamment des travaux d'histoire et d'archéologie décrivant la ville à diverses époques, des plans anciens sont parvenus jusqu'à nous18 et, à travers leurs similitudes, celui de Mâcon établi vers 1568 nous livre, outre une vision de l'espace vécu du moment, un excellent témoignage de la permanence des structures urbaines à travers le temps, et en particulier à la suite des premières productions d'espace organisé depuis la conquête romaine jusqu’à la fin des grandes transformations du Moyen Age.

  • 19 Cf. figure no 22, p.167. La ville compte alors environ 5000 habitants, Chalon et Bourg sans doute (...)
  • 20 La Cosmographie de F. de Belleforest (historiographe du roi Charles IX) paraît d’abord à Bâle puis (...)

47C'est à P. de Saint-Julien de Balleure que l'on doit le plus ancien plan connu19 de la ville de Mâcon, lui-même publié une première fois quelques années auparavant à Bâle puis à Paris (1575), chez le même éditeur20. Produite sur cuivre par le graveur angevin Rancurel, cette planche caractéristique de son époque met l'accent sur les éléments architecturaux les plus importants du temps, soient les édifices militaires et religieux, par ailleurs démantelés par les assauts protestants. La présence de ces bâtiments est telle dans l'esprit du graveur - et sans doute de ses contemporains - quelle détruit les proportions du dessin et gomme le relief : le plateau de la Baille, où l'oppidum s’était établi, n’apparaît pas.

Fig.22 : Mâcon, plan de Rancurel, vers 1568 (cliché ville de Mâcon)

  • 21 Rue Gambetta(sud), rue V. Hugo, place de la Barre (ouest), rue du 28 juin (nord), les quais (est).
  • 22 Place Gérard-Genevès (sud), place de la Barre (ouest), place Gardon (nord).
  • 23 La N.79 est en voie de déclassement dans la traversée de la ville en raison de sa mise partielle e (...)
  • 24 Place poissonnière par exemple.

48Les remparts du XIVe siècle corsètent un espace très densifié où se distinguent les fortifications internes du château comtal et de la cathédrale, et donnent à la ville sa forme encore conservée de demi-cercle adossé à la Saône. En effet, les grands axes établis à l’emplacement des remparts21 délimitent aujourd'hui le centre-ville de Mâcon. Quatre portes permettent l'entrée de la cité fermée sur elle-même, et cinq porches débouchent sur la rivière. Aux premières ont succédé de nos jours les trois grandes places aux limites du centre-ville22, alors que le pont draine toujours le trafic est/ouest et que la N.79 traverse la ville, du pont à remplacement de l’ancienne porte de la Barre23. Quant aux poternes, elles procurent aux ruelles du centre un débouché élargi en forme de places24 sur les quais.

49D’autre part se retrouve sur le plan de Rancurel la partition marquée de l’espace du centre-ville d'aujourd'hui. Au nord s'élève l'éperon du castrum aux voies étroites et tortueuses, alors que de part et d'autre se distingue la trame plus aérée et orthogonale des faubourgs de la Barre, Saint-Antoine et du Bourgneuf. Visiblement, le développement anarchique des constructions à l'intérieur des fortifications cède peu à peu le pas à une croissance plus organisée.

50Sans doute peu de bâtiments sont-ils parvenus jusqu'à nous, tant les guerres et les aménagements successifs ont multiplié les destructions. Bien que transformé et allégé de ses tours et portes fortifiées le pont de Saint-Laurent est l’un des rares édifices encore visibles dans sa quasi intégralité. Mais l'essentiel transmis réside dans la permanence des formes de la structure urbaine. Les villes étudiées sont bien des villes marquées profondément par leur histoire, y compris dans sa transcription spatiale, par la production et l'organisation d'un espace bâti spécifique d'un moment. Le plan de Rancurel de Chalon ou celui plus tardif de Jean de Beins (1607) relatif à Bourg traduisent les mêmes tendances fondamentales.

- Le renouveau du XVIIIe siècle

  • 25 Telles les épidémies de peste à Bourg.

51Après les multiples troubles et malheurs du XVIe siècle25 les villes de Chalon, Mâcon et Bourg retrouvent quelque vigueur et en particulier lorsque les traités de Lyon et de Nimègue repoussent plus à l'est les frontières du royaume. Mais comme la plupart des villes françaises, les trois cités végètent et les seuls changements notables résident dans les constructions religieuses qui se multiplient une fois surmonté par l'Eglise le choc des guerres de religion. Ainsi à la fin du XVIIe siècle quatorze ordres religieux existent à Chalon ; Mâcon voit se construire douze couvents en cinquante ans : ils couvrent le tiers de la surface bâtie. Le collège des Jésuites (comme à Chalon et Bourg) ou encore les couvents des Visitandines et des Ursulines (comme à Chalon) témoignent de la renaissance religieuse. Mais le fleuron de ces constructions est bien l'évêché de Mâcon, avec son toit ardoisé, ses tourelles et clochetons, bâti au milieu de jardins en terrasses sur le rebord sud du site primitif de la ville.

  • 26 Par exemple à Bourg : Collège des Jésuites (lycée Lalande) ; Hôtel Riboud (services municipaux)
    à C (...)
  • 27 Bourg : Hôtel Marrons de Meillonas (Trésorerie générale) ; Mâcon : Hôtel de Montrevel (Hôtel de Vi (...)

52Si beaucoup de ces constructions sont aujourd'hui de précieux ornements, elles ont surtout le mérite de ménager encore quelques espaces verts intra-urbains et d’offrir les rares bâtiments anciens suffisamment vastes pour accueillir les grands services administratifs et culturels26. C'est également le sort réservé aux grands hôtels particuliers27 élevés au XVIIIe siècle par la bourgeoisie urbaine enrichie par les offices, le commerce ou les revenus de la terre, ceux du vignoble à Mâcon et Chalon, à Bourg ceux de l'élevage des volailles et bœufs gras bressans destinés au marché lyonnais. Vaste halle, théâtre, hôpitaux et autres bâtiments de charité complètent les grandes réalisations architecturales du XVIIIe siècle. Ensemble, elles témoignent du renouveau urbain et des transformations que la fin du siècle multiplie, permettant enfin à nos trois villes de rompre avec les temps du Moyen Age. Jusqu'alors les plans de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe pouvaient être sensiblement reconduits en l'état.

53En effet, avec la relance et le développement des activités économiques la croissance urbaine reprend, et si les fortifications de Bourg et de Chalon ménagent encore quelque surface intra-muros disponible, l’exiguïté de Mâcon conduit à des développements hors les murs plus importants, en particulier le long des routes d'accès. D'autre part, l'inutilité des remparts en terre française conduit à leur démantèlement et à la création de nouvelles voies de circulation qui se relient au réseau routier français réorganisé, lequel s’ouvre alors vers l'est. Ainsi la nouvelle route de Paris atteint-elle Mâcon par les quais aménagés à l'emplacement de remparts orientaux démolis en 1756. Les jardins de la Charité sont transformés en promenade - l'actuelle promenade Lamartine - entre les berges à gradins et le quai où s'alignent de nouvelles bâtisses. Si l’idée de quais à gradins prévaut aussi à Chalon où les fortifications sont détruites en 1788, l'ingénieur en chef des Etats de Bourgogne lui associe la construction grandiose de maisons en façade, afin de redonner vie à la ville sur sa rivière. Seuls quelques immeubles verront le jour, mais ils parent les quais d'une certaine unité architecturale.

54Le grand bouleversement de Chalon se produit en réalité sous l'impulsion d'un nouvel ingénieur de la Bourgogne, E. Gauthey, qui achève les travaux des quais, perce le canal du Centre, aménage le pont de Saint-Laurent et crée un nouveau quartier à l'emplacement de la citadelle.

55La citadelle devenue elle aussi inutile est démolie à partir de 1788, et E. Gauthey trace de nouveaux axes d’accès, d’une part en réutilisant l'emplacement des remparts pour créer une sorte de boulevard circulaire qui aujourd'hui délimite peu ou prou le centre-ville, et d'autre part en dessinant au sein du nouveau quartier un système de rues orthogonales. Agrémenté de deux places de taille voisine l'une ronde et l'autre carrée - et implantées en situation de symétrie, il tranche avec la précédente structure spatiale et fait entrer Chalon dans l'urbanisme contemporain.

  • 28 Long de 121 km et comportant 51 écluses, il est destiné aux barges de 120 t. L’Obélisque est dress (...)

56Parallèlement à l'élaboration de ce nouveau quartier, Gauthey entreprend le percement du canal du Charolais destiné "à réunir la Loire à la Savoie" par la dépression Dheune-Bourbince qui avait déjà émerveillé Strabon et que plusieurs tentatives de réalisation avaient amorcé au siècle précédent. Construit de 1783 à 179128, et bientôt appelé canal du Centre, il débouche dans Chalon-sur-Saône au sud de l'ancien bastion Saint-Jean, au port Saint-Cosme, et comprend deux autres bassins à l'intérieur de la ville. Dès lors, Chalon retrouve son rôle de carrefour marchand que les transformations du XIXe siècle développeront encore. En réalité le canal va surtout permettre de joindre les bassins houillers de l’Ouest de la Saône-et-Loire à la Saône, plus que d'unir la Saône à la Seine par la Loire. Le canal sera en effet à l'origine de la fortune industrielle de Chalon désormais bien reliée aux villes minières et métallurgiques du Creusot, de Montceau-les-Mines, de Blanzy.

  • 29 Hôtel de Ville (1771) ; nouvelle halle (1773-81) ; théâtre (1776) ; hôpital (1783-1791).
  • 30 L’avenue du Mail est ainsi tracée en 1789.
  • 31 1700 : 4500 hab. (D’après l’Abbé EXPILLY, 1743, Dictionnaire Géographique).
    22 sept. 1795 : 7117 ha (...)

57Tout comme ses voisines, Bourg subit à la fin du XVIIIe siècle une période de grands travaux qui bouleversent l’organisation urbaine établie. En effet, aux constructions ponctuelles de bâtiments29 s'ajoutent ici encore la reprise des terrains fortifiés. Cédés à la ville par le roi en 1771, ils sont remblayés et transformés en jardins, promenades et boulevards30 pendant que les étangs et les plaines marécageuses sont drainés et délivrent enfin la ville de leurs pestilences et du frein qu'ils représentaient à son expansion vers la plaine ; elle se poursuit au rythme de l'accroissement de la population31 que les anciennes limites fortifiées ne peuvent plus contenir.

58En un demi-siècle, Bourg, Mâcon et surtout Chalon ont donc montré de considérables changements spatiaux par le développement de la surface bâtie, et par une utilisation à la fois nouvelle et plus organisée de celle-ci. Lorsque survient la révolution industrielle, Mâcon, Chalon et Bourg se sont enfin libérées des contraintes urbanistiques du Moyen Age tout en conservant durablement l'empreinte du passé, dans la mesure où les transformations se surajoutent à un acquis plus qu'elles ne le transgressent et ne l'abolissent. Nonobstant les tendances générales à l'ensemble de villes françaises, c'est là le propre des villes de développement limité dont les ressources, suffisantes pour des améliorations, n'autorisent cependant pas des mesures radicales, et obligent le plus souvent à composer avec le passé. Si bien qu'il demeure aujourd'hui dans ces villes un patrimoine historique important à des titres divers, qu'il s'agisse de bâtiments, de trame des rues ou d'organisation spatiale en général, qui conditionne partiellement leur structure et leur fonctionnement actuels.

- L'éclatement du XIXe siècle

59La seconde moitié du XIXe siècle marque la troisième étape du développement de Mâcon, Chalon et Bourg. Avec la révolution industrielle, les transformations techniques et économiques apportent la prospérité que la politique du second Empire traduit de multiples manière, en particulier en matière urbaine, par de nombreux aménagements. Par le jeu du développement de l'industrie et du surpeuplement rural, on assiste aux premières manifestations d'exode rural et à une forte croissance démographique de la ville. Cependant, dans la mesure où Bourg et Mâcon ne tentent pas l'aventure industrielle et se contentent de leur rôle de ville administrative et d'échanges des produits agricole des campagnes voisines, leur renouveau ne survit pas à la crise de la fin du siècle, et la population des deux villes stagne alors jusque vers la troisième décennie du XXe siècle. A Chalon, en revanche, se multiplient les implantations industrielles alors que la population triple au cours du XIXe siècle.

60Les changements urbains se développent à partir de trois éléments : l'arrivée du chemin de fer, l'éventuelle industrialisation et les aménagements dont l'ampleur ou l’impact sont très variables selon les villes. Comme on l'a compris, ils s’entendent sur le mode mineur à Bourg, et encore davantage à Mâcon. La venue du chemin de fer à Mâcon en 1854, puis à Bourg en 1857, a pour conséquence immédiate d'une part le premier apport de populations rurales venues s'embaucher auprès des compagnies de chemin de fer, d'autre part la constitution de nouveaux quartiers autour de la gare.

61Il en est particulièrement ainsi à Bourg où la gare est bâtie à l’ouest de la ville et entraîne désormais le développement de la ville sur le plateau, à l'ouest, et non plus vers la rivière à l'est, comme elle se propageait jusque là depuis plusieurs siècles. Il est vrai que le vaste hôpital psychiatrique pour femmes a longtemps fait écran à l'extension dans cette direction. Le quartier de la gare devient un véritable pôle de développement, et il est relié au centre-ville par l'avenue Alsace-Lorraine percée entre 1890 et 1895. Délibérément, on tranche alors dans les rues étroites et sinueuses du centre, dans les maisons souvent vétustes en bois et pisé ; car la pierre n'est utilisée à Bourg comme matériau pour les constructions privées qu'à partir du XVIIIe siècle, lorsque charroyer depuis le Revermont devient possible. De nombreux bâtiments nouveaux témoignent en outre des transformations de la ville : prison et palais de justice à l'emplacement du château ducal (1837), nouvelle préfecture (1856), lycée de jeunes filles (1888), et bien d’autres en remplacement d'édifices trop anciens (halle, salle des fêtes, maternité, hospice...).

  • 32 Cf. graphique no 1, p. 34.

62L'accroissement de population particulièrement élevé entre 1821 et 186132 se traduit par une extension considérable de la surface bâtie. Les maisons se construisent le long des grandes routes : celles de Lyon, de Mâcon, de Pont-d Ain, de Ceyzériat qui demeurent encore maintenant les axes du développement de la ville. Dans le même temps, le tissu urbain se densifie, soit à l'intérieur du périmètre bâti, soit au-delà, entre les voies d'accès à la ville, en particulier en direction de la gare dont le nouveau quartier se rattache alors peu à peu aux constructions anciennes du centre. Il en est de même du quartier de Bel Air né au droit de l'avenue Alsace-Lorraine, en direction de la ligne de chemin de fer et de la route de Lyon. Ces nouveaux quartiers de l'ouest doublent ainsi la superficie de l’ancienne cité.

  • 33 Le tracé du chemin de fer par Mâcon fut ardemment défendu par Lamartine dans Le Bien Public, puis (...)
  • 34 La municipalité cherche en réalité à s’approprier les taxes d’octroi du marché aux grains de Saint (...)

63Les transformations de Mâcon sont comparables à celles de Bourg, mais présentent encore moins d’ampleur dans la mesure où le siècle précédent avait doté la ville de nombreux et vastes édifices qui permettent de faire face aux nouveaux besoins en bâtiments publics, et parce que la gare33, édifiée aux portes du centre-ville et adossée au cimetière, n'autorise guère la naissance d'un nouveau quartier, même si elle nécessite l'annexion du village de Saint-Clément en raison de l'exiguïté de la surface communale. On assiste à une densification très importante du bâti du centre, en particulier dans les îlots des faubourgs médiévaux, et la ville s'étend évidemment le long des voies de roulage : routes de Cluny, de Lyon, de Paris. Timidement, la petite commune bressane de Saint-Laurent s’étend aussi le long de la digue de la prairie en direction de Bourg, mais reste rebelle aux tentatives d'annexion par la ville de Mâcon34.

64Les quais du Breuil et des Marans sont aménagés vers 1840 alors que la batellerie vit ses dernières heures de gloire, et le petit boulevard Rocca est mis en chantier par les ouvriers des Ateliers Nationaux durant l’hiver de 1854. La préfecture est dégagée des vieux îlots insalubres qui la bordent et l'église Saint-Pierre est élevée dans le Bourgneuf. Mais le plus important consiste sans doute dans le tracé des voies extérieures, à l'ouest, vers 1880 ; sortes de boulevards de périphérie, ils engagent dans cette direction, le futur développement suburbain. Car, l'extension urbaine vers l'est est quasi inexistante ; la route de Bourg, située dans une autre commune et dans un autre département, n’attire guère, et maintient la dissymétrie héritée du passé de ville frontière.

  • 35 La commune de Saint-Cosme sur laquelle la gare est installée est annexée en 1855 à la commune de C (...)

65Les changements de Chalon sont d'une tout autre envergure puisqu'avec l'industrialisation la ville voit tripler sa population au cours du siècle. Dans un premier temps, Chalon s'enrichit par le développement des activités du port fluvial durant le blocus continental, puis par le transit qui résulte de l'ouverture du canal du Rhône au Rhin (1833) et du canal de Bourgogne (1834). Dans un deuxième temps, avec l'arrivée de nombreuses industries dans le quartier Saint-Cosme, en bordure de Saône ou de canal, puis près de la voie ferrée à partir de 184935, la ville s'étend vers l'ouest et le nord-ouest le long de l'Avenue Boucicaut et de la route nationale 6 (Avenue de Paris). Il est vrai que le tissu urbain reste encore assez lâche et aéré dans l'ensemble. Cependant un certain bourgeonnement extra-communal se développe malgré tout sur deux communes voisines, au sud-ouest à Saint-Rémy le long de la N.6, et à Saint-Jean-des-Vignes qui jouxte Chalon au nord-ouest.

  • 36 Créée par ordonnance royale en 1842, la Chambre de Commerce et d’industrie de Chalon devient en 18 (...)
  • 37 Celle de Mâcon n’est créée qu’en 1898.
  • 38 Par exemple : fabrique de parapluies Neyrat (1906), compagnie Saint-Gobain (1913)...

66Outre les établissements à usage industriel, le nouveau bâti se traduit par les premières constructions d'immeubles pour locations ouvrières à proximité des lieux de travail, c'est-à-dire à Saint-Cosme et dans le quartier Boucicaut. Mais les grandes opérations d'urbanisme de type haussmanien sont effectuées à la fin du siècle sous la forme de la rue de la Banque et du large boulevard de la République. Comme à Bourg, les nouvelles artères relient la gare aux abords du quartier central. Elles voient le jour sur l'emplacement des bassins du canal du Centre remblayés une première fois pour la construction de la gare de voyageurs de l'Obélisque. Lorsque la gare Saint-Cosme seule subsiste quelques années plus tard, l'ensemble du quartier de l'Obélisque est remanié et fait place à ces deux nouvelles rues. Bordées de beaux immeubles cossus à boutiques en rez-de-chaussée, elles attestent la richesse de la cité. Commerçante et industrielle, la ville voit en effet s'installer une chambre de commerce et d'industrie dès 184336 et une succursale de la banque de France en 186337. Car en dépit des difficultés de la fin du siècle les implantations industrielles se poursuivent jusqu’en 191338. Le carrefour chalonnais a alors définitivement supplanté celui plus au sud de sa voisine Mâcon.

  • 39 En particulier les chantiers navals Schneider du Petit Creusot établis dès 1839.

67A la veille de la guerre de 1914, Chalon-sur-Saône, Mâcon et Bourg-en-Bresse, ont acquis leur visage d'aujourd'hui, au moins pour ce qui concerne les quartiers centraux. Nouvelles percées, densification des vieux quartiers, développement d'une urbanisation en doigts de gants en sont les marques essentielles. Les transformations accompagnent le plus souvent l'arrivée du chemin de fer qui détermine à Bourg et à Chalon le nouvel axe du développement urbain. Avec l'industrialisation de Chalon, les premiers quartiers ouvriers se bâtissent en périphérie du centre-ville ; ils tendent à introduire dans le tissu urbain les premiers éléments d'une structuration socio-économique de l'espace, alors qu'aux abords même du centre et reliant le nouveau pôle commercial que représente la gare ferroviaire, la bourgeoisie locale élève de superbes immeubles le long des nouvelles avenues. Au centre se mêlent encore artisanat, commerces, services administratifs, dans le dédale des rues tracées dès l'époque gallo-romaine ou médiévale. Quartier du XVIIIe siècle à l'emplacement de la Citadelle, quartiers de la République, de la gare, et quartiers Saint-Cosme et Boucicaut du XIXe siècle entourent le centre historique et composent avec lui une ville d'environ 30 000 habitants en 1914. En dépit d'une belle façade architecturale sur la Saône et d'industries liées à la voie d'eau39, la ville s'étend vers l'ouest et le nord-ouest entre le chemin de fer et la N.6.

68La ville de Mâcon, au contraire, se tasse sur un territoire exigu et s'étire assez loin, proportionnellement à sa taille, le long des axes de communications, en particulier celui de l'ouest (Mâcon/Nevers) et celui, méridien, de la N.6 (Paris/Lyon). Sans grand lien commercial ou industriel avec la rivière, la ville s'étend pourtant le long du front de Saône et conserve sa forme originelle de demi-ellipse bordant la rivière. Au plateau aux rues tortueuses s'adjoignent les anciens faubourgs médiévaux à la trame orthogonale. L'extrême enchevêtrement des toits de tuiles rondes et peu élevés témoigne de la densification urbaine, alors que peu à peu l'habitat se propage le long des voies d'accès à la ville. Mais tout comme Bourg, ne cherchant pas à s'industrialiser, la ville vivote gentiment à l'entrée du XXe siècle ; revenus de la terre et du négoce forment ses principales ressources. Dans ces conditions, on comprend la faiblesse des transformations urbaines - faute de réels besoins - mais aussi un certain laisser-aller dans le domaine du bâti que les travaux d'urbanisme de la seconde moitié du XXe siècle devront relever non sans difficultés.

  • 40 Bourg, surface communale : 23,86 km2

69A Bourg, la situation est très voisine de celle de Mâcon, même si les transformations spatiales sont plus riches au cours du XIXe siècle. Bourg présente le grand avantage de disposer d'une vaste surface communale40. En reprenant le développement sur le plateau, en joignant la gare au centre-ville, s'amorce, en même temps que de nouveaux quartiers, un abandon manifeste du bâti du centre-ville, à l'image de ce qui se passe à Mâcon, par simple absence de dynamisme et d'envergure. Or beaucoup de ces vieilles maisons burgiennes en bois et pisé sont vieilles de plus d'un siècle.

  • 41 Par exemple Saint-Vincent de Chalon-sur-Saône, le vieux Saint-Vincent de Mâcon, Notre-Dame de Bour (...)

70Par mutations successives plus que par les transformations d'un urbanisme volontariste, Mâcon, Chalon et Bourg conservent profondément l'empreinte de leur passé de vieilles cités commerçantes ou défensives selon l'époque ; l'éclatement de la cité historique sous l'effet de l'arrivée massive de populations rurales ne se produit guère qu'à la fin du XIXe siècle, et encore est-il modeste à Bourg et davantage à Mâcon, où la bourgeoisie locale malthusienne ne s'engage pas dans l'industrie. Mais de toute manière, quelle que soit l'importance des changements spatiaux, ces villes sont "finies" par l'histoire, et le centre-ville, de par sa permanence à travers les siècles, est devenu un paysage archéologique ; il n'y a pas eu de transferts spatiaux à travers le temps. Même si l'on ne distingue véritablement de monuments de tout premier ordre, hormis quelques églises41 maisons médiévales ou hôtels du XVIIIe siècle, l'ensemble du bâti par les lignes horizontales des toits serrés les uns contre les autres, les perspectives, les rues étroites et l'absence d'alignement, constitue un héritage homogène et ancestral à l'image des valeurs des sociétés qui l'ont composé et dont il est le théâtre permanent. Devenu "paysage fossile", comment peut-il répondre aux aspirations de la société d'aujourd'hui, en particulier celles que suggère l'économie ?

71Toutes les tentatives d'aménagement du tissu urbain existant sont une forme d’appropriation, dans de meilleures conditions, d'un passé inadapté au présent ; de la même manière, la production de nouveaux espaces urbains peut espérer répondre aux besoins du moment. Cependant, la puissance initiale des lieux perdure et pervertit le plus souvent les résultats escomptés, en particulier dans ces villes moyennes où les sociétés superposent en un même espace leurs modes d'existence. De ce fait, les marges d'action sont le plus souvent limitées et prédéterminées par des points de non-retour. Ainsi en est-il de la situation urbanistique de Mâcon, Chalon et Bourg après la seconde guerre mondiale ; déjà les grandes transformations du XIXe siècle surajoutées à la lente construction passée leur ont imposé des conditions difficilement réversibles. Mais de plus, entre les deux guerres, une appropriation de l'espace urbain au coup par coup par le jeu des transferts de la propriété privée détermine une nouvelle donne déterminante pour l’avenir.

II.3. LE FAÇONNEMENT CONTEMPORAIN

II.31. La nouvelle donne de l’entre-deux-guerres42 43

  • 42 On été dépouillées les archives suivantes :
  • 43 Cf. figures no 25, 26, 27, p. 190, 192, 194.

72Nous avons montré combien les transformations de l'espace urbain au cours des siècles étaient prisonnières des acquis précédents dans la mesure où les villes étudiées ne sont guère que l'objet d'aménagements successifs au fil du temps, et non de changements radicaux, hormis ceux du XIXe siècle, en particulier à Chalon-sur-Saône où l'industrialisation naissante contribue à la forte croissance de la population urbaine.

73En revanche, Mâcon et Bourg subissent un déclin démographique relativement sévère remarqué dès le recensement de 1896. Le relèvement ne s'opère véritablement qu'après la seconde guerre mondiale, mais il se dessine déjà entre 1921 et 1931 ; et les logements ouvriers du quartier Saint-Cosme comme les immeubles bourgeois du boulevard de la République ne suffisent plus aux nouveaux Chalonnais ; à Bourg et à Mâcon l'insuffisance de logements est patente en raison du faible nombre de constructions nouvelles du XIXe siècle finissant. Les trois cités connaissent donc à nouveau des conditions communes favorables à une reprise de la dynamique spatiale, même si l'ampleur du mouvement chalonnais, en matière de construction et de consommation d'espace, dépasse celui des deux autres.

74Ce renouveau se traduit de deux manières ; par le biais des premières constructions à vocation sociale destinées à la location, et à la fois par celui de la diffusion de la propriété bâtie stimulée par les premières lois sociales votées dans ce domaine ainsi que par l’émiettement des grandes propriétés foncières situées aux abords de la ville. Si bien que les acteurs du changement représentent des couches sociales diverses pour des enjeux eux-mêmes variés et selon des moyens adaptés à chaque type de transfert de l'espace urbain.

- Les conditions du développement de la surface bâtie

  • 44 Ils réclament 5 F par jour - le coût d’une livre de beurre - et la grève est totale dans les établ (...)

75La situation de Chalon, Mâcon et Bourg entre les deux guerres mondiales n'est que le reflet de la situation générale française marquée par le malthusianisme démographique et économique qui explique en partie la stagnation de la population urbaine des trois cités. Toutefois, le relèvement se dessine à partir de 1924 avec la fin des difficultés économiques et sociales de l’immédiat après-guerre. A Chalon de nombreuses manifestations et grèves traduisent la misère de la population ouvrière. Face à l'inflation née de la guerre, au printemps de 1920, 500 cheminots réclament des hausses de salaires, ainsi que 4000 ouvriers de la métallurgie44 ; plusieurs soupes populaires fonctionnent alors.

  • 45 Nous ne donnons ici que quelques éléments explicatifs du développement urbain. L’industrialisation (...)
  • 46 Limonier (1922, bonneterie, layette), Terrade (1925, BTP), SOCAD (1925, mécanique), Air Liquide (1 (...)
  • 47 La fabrique de cartes postales CIM fondée en 1907, les établissements Protat (1848) spécialisés da (...)

76La reconversion de l'économie de guerre en économie de paix contribue cependant à un redéploiement du secteur industriel45 jusqu'à ce que la grande crise gagne la France. Ainsi de nouvelles industries continuent-elles de s'installer à Chalon46 pendant que les plus âgées se modernisent. A Bourg et Mâcon les plus anciennes industries se développent également, comme la poterie culinaire, la saboterie industrielle et la tréfilerie à Bourg et les imprimeries et la fonderie de cuivre (établissements Gardon) à Mâcon47. Mais timidement, là aussi, quelques nouvelles fabriques prennent place ; ainsi à Bourg les cycles et motos Radior, la fabrique de crics Scott ou encore l'entreprise d'outillage Morgon emploient une petite centaine d'ouvriers chacune. A Mâcon, Monet-Goyon déploie son activité première en fabriquant des voiturettes pour mutilés de guerre avant de se livrer à la production de mobylettes. En même temps que se crée le port fluvial (1919) sont fondés les établissements Bergeaud (matériel de concassage), puis en 1930 une nouvelle fonderie de cuivre (établissements Chartier) s'installe. Enfin, le repli d’industries en 1940 et 1942 dote Mâcon de deux nouvelles affaires - une tréfilerie de cuivre et une manufacture d'allumettes - appelées à un développement local ultérieur important.

  • 48 Population de Saône-et-Loire 18861936 :-16 % (source I.N.S.E.E. R.G.P. 1886, 1936) ; en dépit d’un (...)
  • 49 Bourg R.G.P. 1931, population : 23 118 personnes dont 5 % d'étrangers (en particulier 561 Italiens (...)

77On assiste alors en même temps à un appel de main-d’œuvre des campagnes qui se dépeuplent rapidement48 au profit des grandes cités ferroviaires (Dijon, l'agglomération lyonnaise) ou des grands centres industriels (Le Creusot, Montceau-les-Mines...). La ponction de population effectuée par Chalon, Mâcon et Bourg, demeure modérée mais suffit à alimenter une industrie qui recrute essentiellement des manœuvres. Aussi à Bourg les émigrés étrangers sont-ils nombreux entre les deux guerres49. Il n'empêche que ce faible surcroît de population contribue à rendre plus aigu le problème du logement urbain.

  • 50 E. LECLERC, 1965. Ouvrage cité, p. 25.

78La crise du logement sévit en effet très sévèrement. A l'état déplorable de la voirie s'ajoute celui du bâti. Particuliers comme municipalités n'investissent plus depuis la fin du siècle et des îlots entiers surpeuplés, surchargés d'appentis, sont devenus insalubres et propices au développement de la tuberculose. Au malthusianisme ambiant s'ajoutent les effets de l'inflation et des lois sur les loyers qui ont ruiné nombre de petits propriétaires et à tout le moins contribué à la dégradation d'un patrimoine immobilier qui n'est plus entretenu. D'autre part, la possibilité de location en meublé afin d'échapper au blocage des loyers pousse au développement de la pratique des chambres meublées sous-louées et à leur surpopulation. L'enquête chalonnaise de l'office public municipal des habitations à bon marché (O.M.H.B.M., fondé en 1925) reprise par E. Leclerc50 indique que 1380 ouvriers logent en meublés en 1928-1929, mais que par ailleurs 1541 sont obligés d’habiter dans les communes de périphérie faute de trouver un logement en ville. La même année, la municipalité chalonnaise dépense un million de francs au titre de l'assistance aux malades et à la désinfection de leurs taudis.

  • 51 A.D. Ain : 24 X-1095.
  • 52 « 1°) La crise du logement sévit à Mâcon à l’état aigu ; les offre sont nulles alors que les deman (...)

79Toutes proportions gardées, les travailleurs de Mâcon ou de Bourg connaissent les mêmes difficultés, tant il est vrai que la crise est surtout sectorielle et concerne les populations ouvrières qui s'entassent tant bien que mal dans les vieux faubourgs médiévaux laissés en l'état depuis bien longtemps. A Bourg, des migrations journalières effectuées à bicyclette sur plus de dix kilomètres dans chaque sens sont fréquentes, note le président du syndicat des locataires dans un rapport au conseil municipal51. Il explique que plus de 50 ménages de fonctionnaires, ouvriers et employés sont sans foyer. Plus de cinquante autres sont menacés d'expulsion pour des loyers impayés, d'un montant triple de celui de 1914. L'auteur de la note déplore non seulement les conséquences fâcheuses sur le plan social mais aussi sur le plan économique et relie la crise du logement à la lenteur du développement industriel : "Si l'on avait eu des locaux disponibles entre 1919 et 1920, des filiales (industrielles) de Saint-Claude et d'Oyonnax seraient venues". Les preuves de la situation précaire du logement ouvrier abondent également à Mâcon52 et arguent des mêmes causes et des mêmes effets. C'est là un thème commun à beaucoup de villes françaises où l'industrie s'étend ou simplement se met en place : R. Chagny fait état d'une situation analogue à Grenoble.

- Les différents acteurs

80Face à ces problèmes, et avec la reprise économique de l’après-guerre, les acteurs du nouveau changement spatial sont de diverses origines ; d'une part la bourgeoisie industrielle peu à peu relayée par l'Etat se préoccupe du logement social ; la question n'est pas sans relation avec les difficultés politiques de l'Europe au lendemain de la guerre de 14-18 ni avec la montée des mécontentements de la classe ouvrière ; d'autre part, petits et grands propriétaires fonciers profitent de la crise pour tirer parti de la valeur vénale du sol. Dans le même temps l'accession à la propriété favorisée par les lois sociales ajoute à l'ensemble des conditions propices au développement de la surface bâtie.

81R. Butler et P. Noisette (1983) expliquent combien les balbutiements de la politique du logement sont nés du développement du capitalisme à la poursuite de la rationalisation de la production et d'un maximum de profit qui, sous couvert de philanthropie, recherche pour ses propres intérêts la paix sociale et le contrôle social.

  • 53 En 1889 le congrès des cités ouvrières (mouvement philanthropique) s’intitule Congrès des Habitati (...)
  • 54 La société de crédit immobilier « pourra consentir des prêts aux ouvriers, petits employés, petits (...)
  • 55 L’office des H.B.M. dispose alors d’un financement de ses programmes immobiliers à 90 % par les su (...)

82Ainsi naissent en 1889 les habitations à bon marché (H.B.M.)53 que la loi Siegfried officialise en 1894 par les dégrèvements fiscaux qu'elle leur tolère, avant que ne soient crées en 1906 les sociétés d'H.B.M. Peu à peu, la puissance publique rejoint la volonté de la bourgeoisie industrielle par la promulgation de la loi Ribod en 1908, puis en 1912 de la loi Bonnevay ; la première autorise la création des sociétés de crédit immobilier avec intervention de l'Etat54, la seconde fonde les offices publics d'H.B.M. Suivent encore ultérieurement divers textes législatifs concernant les aides à la construction, dont la loi Loucheur en 1928 qui développe l'aide à l'accession à la propriété bâtie55. Dès lors l’intervention de l'Etat supplante l'initiative privée en matière de logement social.

* Le patronat local

83Les premières constructions de l'après-guerre sont le plus souvent le fruit des initiatives de la bourgeoisie industrielle qui cherche à loger ses ouvriers à proximité des lieux de travail afin d’exercer un double contrôle à la fois d'ordre social et d'ordre spatial. Sous couvert d'aide sociale et de bons sentiments hérités des thèses hygiénistes du siècle dernier, diverses entreprises sont menées dans ce sens à Chalon où la main-d’œuvre ouvrière loge le plus souvent dans des conditions misérables dans le centre-ville, ou effectue de longs trajets journaliers depuis les campagnes environnantes.

84Le premier établissement à donner dans cette politique est la Verrerie Aupècle qui bâtit cinq maisons contiguës accolées à l'usine ; elles comportent dix-huit logements en façade de rue et un jardin à l’arrière destiné au potager des ouvriers. Cette petite cité ouvrière commencée en 1916 et achevée en 1919 s'agrandit en 1922 d'une autre bâtisse de quatre logements ouvriers. L’expérience est encore timide mais d’autres entreprises la suivent, comme la maison Durand qui construit pour ses ouvriers chapeliers 26 logements dès 1919. Le confort y est plus que réduit puisque les cuisines n'ont pas d'évier et l'eau s'obtient à la borne fontaine !

  • 56 Chaque logement est composé de deux chambres, salle à manger, cuisine, WC en appentis adjacent. Il (...)
  • 57 Par exemple rue de la Verrerie :
  • 58 Chaque logement possède l’eau, le gaz, le tout à l’égoût, les W.C. intérieurs ; 150 m2 de potager (...)

85De la même manière un entrepreneur (Fabris) bâtit six petits logements d'ouvriers à partir de 1917, et la société Pinette élève trois maisons semblables séparées par un jardinet, de quatre logements chacune. Si ces dernières comportent quelques commodités supplémentaires56, le logement ouvrier est encore le plus souvent une stricte affaire de rentabilité économique. Ainsi la Verrerie construit à nouveau en 1931 une trentaine de logements gratuits pour les ouvriers : il s'agit en réalité de chambres possédant quelques pièces communes indispensables57. Seule la compagnie du P.L.M. (Paris Lyon - Méditérannée) conçoit le logement de ses employés avec quelque envergure et réel bienêtre ; à partir de 1922, 96 logements sont répartis dans 24 maisons jumelées et symétriques offrant un jardin d'agrément en façade et un potager sur l'arrière58.

86Ce n'est donc évidemment pas avec ces modestes initiatives du capitalisme local que la crise du logement risque d'être résolue à Chalon. Il en est de même à Mâcon où l'industriel A. Goyon se borne à construire onze villas pour ses ingénieurs, à l'extrémité du parc de sa propriété (1929) ; à Bourg, le patron de la tréfilerie préside la société de crédit immobilier populaire de l'Ain ; la petite cité ouvrière qu'il fait édifier tout près de l’usine ne peut loger que 20 familles d'ouvriers d'une entreprise qui compte déjà 600 ouvriers en 1933. Dans le même quartier, c'est à dire au débouché de la ville sur la route de Lyon s'élève aussi une cité de la compagnie P.L.M. de 15 maisons seulement. Evidemment ces attitudes du patronat local ne sont pas neutres et montrent comment peu à peu le problème du logement social est transféré à la charge de l'Etat.

* L'Etat

  • 59 Office public départemental d’HB.M. de Saône-et-Loire - 1923, office public municipal d’H.B.M. de (...)

87En réalité, la solution vient des politiques municipales grâce aux aides fournies par l'Etat. Par l'intermédiaire des sociétés de crédit immobilier populaire, de sociétés puis d'offices municipaux et départementaux d'H.B.M., de sociétés coopératives ou de bienfaisance et de secours mutuel59, les communes vont mettre en place de vastes programmes immobiliers dont les logements seront loués ou vendus sur prêts à long terme aux mal logés ; ou bien encore les municipalités vont céder une partie des biens fonciers communaux aux candidats au logement aidé.

  • 60 G. Nouelle : maire de Chalon de 1926 à 1940 puis de 1944 à 1952.

88Ce n'est pas seulement par suite de l'ampleur de la crise du logement ou de la masse ouvrière plus importante que Chalon déploie une politique du logement social de vaste envergure. En effet, Georges Nouelle, socialiste, devient maire de Chalon en 192660 et profitant à la fois de la reprise économique et des lois d'aide à la construction, il pratique une politique hardie de rénovation urbaine, en partie par la mise en place d'importants programmes de construction de nouveaux logements. Très vite, les cadres d'application de la loi Ribot puis de la loi Loucheur sont mis en place comme en témoigne la date de fondation de l'office public municipal d'H.B.M. chalonnais, alors qu'à Mâcon et à Bourg rien de semblable ne fonctionnera rapidement.

89C'est le moment où l'on passe du mythe de la "cité ouvrière" à celui de la "cité-jardin", riche en connotations socio-économiques, né du monde industriel londonien et repris par l'idéologie socialiste des années vingt. Celle-ci a fait siennes les thèses hygiénistes et moralisantes du XIXe siècle et édifie les premières cités-jardins dans la banlieue parisienne. Plus diversifiée que la cité ouvrière, agrémentée de jardins et éventuellement d'équipements collectifs, la cité-jardin doit certes assurer une vie domestique de meilleure qualité ; mais l'investissement et la gestion du parc immobilier sont soustraits à la charge de la bourgeoisie capitaliste locale qui en revanche tire les bénéfices de la production industrielle ainsi développée et améliorée. Enfin, c'est parfois l'ébauche d'une réflexion sur l'organisation de l'espace urbain profondément lié, en l'occurrence, au redéploiement industriel et aux choix politiques nationaux et locaux.

  • 61 J. Richard (radical) est maire depuis 1904 où il a conduit la liste du bloc républicain.
  • 62 A Chalon, l'allocation patronale de chauffage sous forme de bois et charbon pose un problème d’ent (...)
  • 63 Soit au total 250 logements.

90Dès la fondation de l'office municipal d'H.B.M. chalonnais trois cités-jardins sont créées à proximité de l'avenue de Paris, à partir de 1926. En 1932, 98 logements et 6 commerces sont bâtis et occupés tant aux cités Carnot que G. Nouelle. Dans le même temps, est poursuivie la réalisation de la cité Saint-Gobain entre le canal du Centre et le chemin... du Paradis. Au moment de la construction des usines Saint Gobain (1912), il avait été convenu entre les directeurs et le maire61 que seraient bâties 144 habitations de type H.B.M. en vue de loger les ouvriers de l'usine. Par suite de la guerre, le programme prend du retard et, en 1918, seules 11 maisons de 24 logements sont achevées. Il s'agit là encore d'une cité-jardin de 5,9 ha dont les maisons comportent deux ou trois logements avec jardins potagers (280 m2), parterres fleuris et petits squares, et sont bâties sur le modèle de celles de la cité minière de Dourges en Pas-de-Calais62. Au total, les cités Saint-Gobain représentent 102 pavillons construits durant l'entre-deux-guerres, mais en fait des maisons seront élevées jusqu'en 196063.

  • 64 Financement du premier programme : subvention de l’Etat 33 % ; prêt à taux réduit 53 %.

91Le premier programme immobilier64 de l'office municipal d'H.B.M. a donc non seulement repris celui de l'ancienne société anonyme des H.B.M. quant aux cités Saint-Gobain, mais a créé ses propres cités-jardins destinées à la location pour familles nombreuses et modestes.

  • 65 Article 11, loi du 13.7.1928.
  • 66 « La santé physique et la santé morale de la famille exigent une habitation salubre, confortable e (...)
  • 67 Outre les subventions et exonérations fiscales prévues, les bénéficiaires perçoivent des prêts all (...)
  • 68 Avec en outre cuisine, WC, cave et grenier. Cf. plan d’ensemble de la cité, figure no 23, p. 182.

92Un second programme lui succède immédiatement après la promulgation de la loi Loucheur65, pour construire une nouvelle cité-jardin, cette fois destinée à "la vente aux travailleurs vivant principalement de leur salaire"66. Il s’agit de la cité des Charreaux particulièrement remarquable par l'ampleur et la qualité de sa réalisation pour une ville de l'importance de Chalon67. Dans la vallée de la Thalie, à l'extérieur de la cité, la ville achète un vaste terrain de 16,29 ha à la limite de la commune de Chatenoy-le-Royal, en 1927 ; et l'architecte voyer P. Boullier est chargé de réaliser un plan d'ensemble qui se veut original pour son temps. De part et d'autre d'un axe central reliant deux places, quatre rues rayonnantes et trois transversales découpent le lotissement que ceinture une voie de desserte. Toutes ont 10 m de large et permettent un accès direct aux 235 lots d'environ 500 m2 chacun qui comportent de petites maisons de deux à quatre pièces68.

93Compte-tenu de l'éloignement du centre-ville situé à plus de deux kilomètres, et au-delà de la barrière que représente le chemin de fer, des équipements collectifs sont réalisés peu à peu ; mais surtout le chauffage central collectif est l'un des premiers de France et donne toute la mesure de l'effort fourni par la municipalité de G. Nouelle.

94Un troisième programme prend forme en 1931 pour édifier les 140 logements de la cité P. Vaux. C'est en fait une cité de relogement de 24 immeubles et destinée à être louée aux 150 ménages habitant le vieux quartier Saint-Vincent frappé en partie d'expropriation par le conseil municipal pour insalubrité. On est alors loin du projet d'envergure de la cité des Charreaux ; le programme de l'office d'H.B.M. est explicite :

95"il faut seulement construire des logements sains sans rechercher la note confortable... ; c'est une population "indésirable" mais qu'il faut abriter... il se peut d'ailleurs que placés dans des conditions d’hygiène qui lui ont manqué jusqu'alors, éloignés du milieu sordide où ils ont coutume de vivre, quelques uns des ménages qui la composent - les jeunes notamment - contractent de meilleurs habitudes et apprennent à aimer et à soigner leur intérieur". Il est donc bien question de parer au plus pressé à un moindre coût, et les thèses hygiénistes du Dr. Villermé sont encore bien vivantes.

Fig.23 : Chalon, plan d’ensemble de la cité des Charreaux 1928

  • 69 « Ce fut M. Derain, président du syndicat des locataires qui fit accepter à Chalon cette idée de c (...)

96Bien que restreinte, une autre réalisation mérite d'être encore retenue pour l'originalité de sa prestation. La cité de l'Avenir (1923) est le fruit d'une société coopérative d'H.B.M. dont les 23 membres bâtissent ensemble et de leurs propres mains les 23 maisons projetées69. Localement, elle contribue à l'aura d'une cité socialiste où l'on valorise le capital-travail.

97Enfin, en 1936, 150 logements de type H.B.M. sont encore construits au rempart Saint-Vincent.

  • 70 Coût total de la cité-jardin : 3 450 116 francs dont 52 % empruntés à la Caisse des dépôts et cons (...)

98Rien de semblable n'a lieu à Mâcon et Bourg ; à Mâcon un projet tardif (1930) consiste à réaménager une caserne en logements populaires, un autre donne le jour à la première cité-jardin de la ville. Sur le vallon nord-ouest du ruisseau des Rigolettes, l'office public départemental des H.B.M. construit en 1925 sur 2,75 ha, 75 maisons individuelles groupées ou isolées, disposant chacune d’environ 200 m2 de jardin, et destinées aux familles modestes d'au moins trois enfants à charge et aux chefs de famille pensionnés de guerre. L'ensemble est sans grande recherche et offre un confort minimal. Il est intéressant de noter qu'une partie du financement est assurée par un emprunt à long terme couvert rapidement par les notables méconnais70.

99En 1932 l'office municipal d'H.B.M., tardivement créé, implante la cité Bréart à proximité de la précédente. Achevée en 1936 elle comporte quatre pavillons et trois corps de bâtiments jointifs, soit un ensemble de 40 logements dont une partie est réservée aux sous-officiers de carrière.

  • 71 Séance du conseil municipal du 10.6.1921. Registre des délibérations.

100La prestation mâconnaise en matière de logement social est donc bien mince ; pourtant dès 1921 le conseil municipal a reconnu l'insalubrité d'une partie des immeubles du plateau de la Baille, c'est-à-dire de la partie la plus ancienne de la ville, et envisagé leur expropriation71.

101A Bourg, où la question du logement est tout autant critique, les cités d'H.B.M. sont peu nombreuses ; environ une centaine de personnes sont logées dans les maisons jumelées de la cité des Dîmes ou de la Chambière, dont les aménagements de voirie et d'adduction ne sont pas encore achevés plus de dix ans plus tard 1937). (Enfin trois immeubles de type H.B.M. dans le quartier de la gare offrent une quarantaine de logements.

  • 72 Procès-verbal d’aliénation de terrain. Séance du conseil municipal 15.2.1922. A.D. Ain O. H.B.M.
  • 73 Terres et pâturages des Vennes ont été reçues en don du Duc de Savoie le 22.10.1487.

102La ville de Bourg entend régler le problème du surpeuplement du centre-ville en aliénant une partie de son territoire qui serait vendue en petits lots de 600 à 1200 m2 "afin de favoriser la création d'H.B.M. et particulièrement la construction de maisons familiales qui avec le concours du Crédit immobilier pourraient être édifiées par bon nombre d’ouvriers et employés économes et prévoyants"72. C'est ainsi que 10 ha du terrain vague des Vennes hérité de Philippe de Savoie73 situé au sud de la ville et bien au-delà de l'espace urbain bâti, sont mis en vente. Cependant le projet se borne à une division parcellaire et n’est en rien une ébauche d'organisation spatiale comme celui de la cité des Charreaux à Chalon. Loin du centre, peuplé en majorité d'ouvriers étrangers, l'endroit fera longtemps figure de quartier miséreux et peu fréquentable.

* Les propriétaires fonciers

103Les notables locaux ne s'impliquent donc guère dans les programmes de construction de logements sociaux, hormis par le jeu de la rentabilité économique tirée de l'amélioration des conditions de travail. Timidement, ils se hasardent à loger leurs ouvriers, ou plutôt profitent des revenus que procurent les prêts d'argent en matière immobilière, voire encore ils participent ès qualités aux activités des sociétés publiques ou para-publiques destinées à régler le problème du logement social. En revanche, ce groupe social domine les transactions foncières de l'entre-deux-guerres. Les opérations en sont infiniment plus lucratives que celles qui sont liées directement à la production de logements ouvriers.

  • 74 Vente du terrain de prés, vignes et jardins de 2,6075 ha pour 140 000 F en 1923.
  • 75 Vente du terrain de 1,4282 ha pour 214 230 F en 1928. On mesure ainsi les différences de prix non (...)

104Quelques rares grands propriétaires fonciers vendent directement une partie de leurs terrains à des sociétés immobilières. Tel est le cas de la vente des terrains de la cité des Charreaux à Chalon, ou de la cité Bel Air74 à Mâcon prélevée sur le domaine du château des Chanaux. Mais leurs situations excentrées et leurs qualités de terres agricole parfois médiocres, comme aux Charreaux, font de la vente, même à un prix relativement bas, une opération inespérée. Pour d’autres raisons liées à leur statut propre, d'autres sociétés de gestion vendent encore aux lotisseurs privés ou publics. Ainsi les hospices de Chalon cèdent leur terrain de la Maladière près de l'avenue de Paris à l'office municipal d’H.B.M. pour construire l'une des premières "cités-jardins" de G. Nouelle75. De même à Mâcon la société "La Bourgogne", société immobilière gérant les biens fonciers du diocèse, vend-t-elle à plusieurs reprises des terrains à lotir, mais sans assurer elle-même le lotissement.

105Le plus souvent, les propriétaires non seulement se séparent de parties de leurs biens mais effectuent le partage en lots qu'ils vendent à l'unité à des particuliers désireux de construire. Spécialement nombreux à Mâcon, les vendeurs appartiennent à la vieille aristocratie locale (familles de Lacretelle, de Parceval), à la grande bourgeoisie foncière (famille Fortoul) mais aussi industrielle (A. Goyon à Mâcon, Kretzschmar à Chalon) et banquière. Pour la première fois cette classe sociale n'achète pas, mais vend. C'est qu'en effet le profit est respectable lorsqu'il s'agit de vendre à bâtir des terrains bien situés, en périphérie immédiate du centre-ville, et jusqu'alors exploités en parcs d'agrément, jardins ou vignes.

  • 76 Cf. figure no 27, p. 194.

106Sur les 20 ha recensés à Mâcon comme parcelles de terrain mis en vente entre 1923 et 1936 sous forme de lots à bâtir, les trois quarts sont des biens de famille acquis par héritages et prélevés à la fin du XVIIIe siècle sur "la couronne sacrée" des terres de l'Eglise achetées comme biens nationaux. On relève les noms de négociants, de fonctionnaires et officiers supérieurs. Seul un lotissement important se distingue de l'ensemble76, créé par deux frères géomètres qui achètent en 1930 cinq ha à la famille de Lacretelle et qu’ils divisent en une soixantaine de lots destinés à la construction privée, avec ou sans aide de l'Etat. Le terrain est situé entre la cité-jardin Bel Air et la rue de l'Héritan. Cette voie est en fait l'axe nord/nord-ouest de développement urbain sur les coteaux bien ensoleillés dominant la ville et à proximité du centre, sans pour autant subir les nuisances qu’apporte l'axe ouest de la nationale 78, où il se développe également quelques lotissements, mais visiblement selon une gamme de constructions de moindre qualité. Tout un réseau de nouvelles rues est mis en place à cette occasion ; on peut ainsi parler d'un nouveau quartier né ici de la spéculation foncière et dont la municipalité mâconnaise se félicite dans la mesure où les lotisseurs participent aux frais de voirie et cèdent gratuitement les surfaces nécessaires à celle-ci.

107A Chalon, un même dépouillement des ventes enregistrées entre 1925 et 1940 indique pour seulement dix-neuf propriétaires vendeurs, trois négociants, sept industriels, un banquier, un notaire, un rentier, trois entrepreneurs... Comme à Mâcon, on remarque un seul cas de spéculation de type achat puis revente, encore est-il réduit ici à six lots pour maisons individuelles. Mais en revanche un propriétaire chalonnais fait bâtir trois petits immeubles d'une vingtaine "d'appartements bourgeois" destinés à la vente (1933). C'est-à-dire que discrètement les propriétaires terriens se transforment en promoteurs immobiliers. Mais, dans l'ensemble, il s'agit plus d'opérer une simple transaction de vente de terrain pour un bénéfice immédiat sur une propriété de famille localisée dans la proche périphérie du centre-ville. Ces biens de famille sont essentiellement ceux de la bourgeoisie urbaine, rares sont ceux qui appartiennent à de petites gens, lesquels saisissent leur chance de vendre un terrain bien situé.

* Les acquéreurs privés

  • 77 Outre le classement en le certificat de salubrité délivré par le comité de patronage des H.B.M. pe (...)

108Tenter de comprendre qui achète relève d'une double investigation. D'une part, en étudiant les demandes de certificat de salubrité auprès des comités de patronage d’H.B.M. afin de bénéficier des lois relatives au logement social77, il est possible de connaître les groupes sociaux qui profitent des possibilités d'accession à la propriété. D'autre part, les actes notariés comme les demandes d'habilitation à lotir éclairent sur les professions des acheteurs.

  • 78 En Saône-et-Loire le montant de la construction ne doit alors pas dépasser 21 850 F en 1924.
  • 79 Chalon, répartition des demandes de certificat de salubrité selon les catégories socioprofessionne (...)

109A Chalon les logements aidés l'emportent largement sur les achats individuels hors des normes du logement social78 ; par ailleurs, en grande majorité, les candidats à la propriété sont des ouvriers (par exemple 54 % en 1931), et encore le chiffre est-il sans doute inférieur à la réalité dans la mesure où la catégorie des employés (20 %) est en grande partie constituée d'employés de la compagnie P.L.M. qui sont en fait des ouvriers pour la plupart d'entre-eux79. La situation est très différente à Mâcon puisque le rapport est inverse avec 27 % d'ouvriers et 45 % d'employés ; ces derniers, avec les cadres moyens, sont le plus souvent des petits fonctionnaires (mairie, préfecture, P.T.T....). Mais à Bourg des résultats semblables sont obtenus à partir des listes de prêts de la Société de crédit immobilier populaire de l'Ain ; pour trois années (1929-1930-1931) la répartition est la suivante : artisans 24 %, employés 43 %, cadres moyens 7 %, ouvriers 26 %.

110En outre, lorsque l'on comptabilise la totalité des constructions individuelles recensées dans les 134 dossiers archivés de Mâcon, entre 1923 et 1936, à peine plus de la moitié relève du logement aidé ; les ouvriers en forment à peine le tiers (28 %) alors que les commerçants en représentent le 1/10e. Mais surtout, les artisans et les cadres moyens atteignent un taux de 21 % chacun, alors qu'à Chalon ceux-ci ne sont présents que pour moitié. D'autre part, plus le temps passe, plus cette tendance se développe. C'est-à-dire que les acquéreurs appartiennent de plus en plus aux classes moyennes et de moins en moins au monde ouvrier pris dans une large acception ; tant il est vrai que la crise économique s’alourdit, que le niveau de vie se détériore et que les sociétés d'aide au logement social ont de plus en plus de mal à satisfaire les demandes et leurs comptes-rendus de séance insistent sur leurs difficultés financières. Par exemple, l'office municipal des H.B.M. de Chalon augmente fortement son volume d'emprunt pour achever la cité des Charreaux.

- Les enjeux socio-spatiaux

111Ainsi la politique du logement social voit-elle ses objectifs peu à peu dénaturés dans la mesure où, à Mâcon et à Bourg, l'investissement est surtout d'ordre privé et où les classes moyennes accèdent en nombre de plus en plus grand à la propriété privée. A Chalon le remarquable effort de G. Nouelle dans le domaine du logement populaire permet en fait de limiter cette tendance. Il n'empêche qu'en avril 1936 seulement 21 % des maisons des Chameaux sont vendues malgré les avantages fiscaux et financiers prévus.

112Devant de tels résultats on peut alors se demander si cette politique nationale d'aide au logement social est adaptée au cadre des villes moyennes ? Oui, si l'on songe aux difficultés de logement des nouveaux citadins des années vingt qui constituent la main-d’œuvre industrielle de base. Mais en réalité celle-ci est encore trop peu importante à Bourg et à Mâcon pour poser un réel problème à la bourgeoisie locale qui préfère tirer parti de ses biens fonciers en dehors des normes du logement social moins lucratives. Avec d'autre part l'aggravation de la crise économique, les transferts fonciers sont de plus en plus effectués en dehors des organismes de logements sociaux. Si l'aide au logement perdure, elle est détournée au profit de populations moins nécessiteuses. Derrière les réalisations empreintes en apparence de bons sentiments, parfois récupérés selon d'autres objectifs moins généreux, se cachent aussi ça et là, avec le paternalisme industriel local, un certain électoralisme ou clientélisme, sans oublier le profit immédiat. Les villes étudiées sont encore des villes de notables, lesquels, directement ou non, président au devenir de leurs cités.

113Certes à Chalon l'industrialisation est plus ancienne et plus importante. Mais les ouvriers chalonnais doivent une amélioration de leurs conditions de vie à la municipalité socialiste. Clairvoyante dans l'avenir de l'aménagement urbain, l'équipe au pouvoir fait cependant le jeu du patronat local qui embauche alors aisément une population campagnarde, laquelle sait pouvoir se loger à relativement bon compte.

114A travers les programmes immobiliers de l’entre-deux-guerres se découvre en fait l'image des sociétés locales et des transformations dont elles sont l'objet. En particulier, par le jeu de l'accession à la propriété - même modeste - symbole de l'idéal bourgeois, se dessine l'éclosion des classes sociales intermédiaires que l'après-guerre verra se révéler.

115Les conséquences de l'expansion immobilière induites par les transferts de propriété sont considérables d'autre part, quant aux transformations spatiales urbaines. On s'aperçoit ainsi que les seules règles du profit et du Code civil réunis conduisent à une croissance anarchique où la voirie est plus souvent tracée a posteriori et sans grandes exigences, dans la mesure où les propriétaires concèdent gratuitement les surfaces nécessaires aux dessertes, voire les aménagent eux-mêmes en allégeant d'autant les collectivités locales de lourdes charges financières.

Fig.24 : Maison individuelle type H.B.M., Mâcon, 1932

116Seuls les grands lotissements de logements sociaux donnent lieu à des plans d'aménagement. Ainsi est-ce le cas à Chalon tant aux Charreaux qu'aux autres cités-jardins. Mais là encore la municipalité gère l'ensemble de la cité dans une perspective à long terme.

  • 80 Plan de maison de type figure no 24, p. 188.

117Cependant, même à Chalon, la ville n'échappe pas à une spécialisation de l'espace selon la qualité du nouveau bâti, autrement dit selon les classes sociales qui l’habitent. Pour de simples raisons liées à leur valeur vénale, les terrains les plus proches du centre-ville sont lotis en villas ou petits immeubles bourgeois, alors que les cités-jardins sont repoussées à la limite des communes : les Charreaux à Chalon, les Vennes à Bourg, ou Bel Air à Mâcon. Entre cette dernière cité et le centre-ville toute la gamme de résidences de l'entre-deux-guerres se lit aujourd'hui dans le paysage urbain où l'opulence s'accroît avec la proximité du centre-ville. La rue de l’Héritan est depuis, et sans conteste, l'axe des beaux quartiers résidentiels intra-urbains, alors qu'au-delà des boulevards ou le long des grandes routes d'accès dans la ville se multiplient les petites maisons bénéficiant de la loi Loucheur80.

118Si bien que si en grande ville les banlieues connaissent le règne des lotisseurs privés, en ville moyenne ceux-ci opèrent aux abords du centre-ville sur les plus beaux terrains disponibles. A partir du logement social des années vingt et trente l'espace urbain est daté et spécialisé, non seulement en relation avec la qualité du bâti qu'il supporte, mais par la traduction sociale qu'il implique. A l'habitat traditionnel de centre-ville, où se déploient jusqu'alors les brassages sociaux, se substitue peu à peu et parfois très discrètement un habitat spécifique de sa classe sociale d'appartenance qui engendre des clivages sociaux intra-urbains jusqu'alors quasiment inconnus.

119La dynamique urbaine de l'entre-deux-guerres traduit l’idéologie de son temps, mais aussi, et avec une grande force, les antagonismes et les problèmes de la société qui la sécrète. A la veille de l'explosion démographique de l’après-guerre qui conduit à une consommation brutale et importante d’espace urbain, ce dernier voit son devenir pré déterminé par les constructions des années trente. Si faible soit l'accroissement démographique entre 1920 et 1940, le retard accumulé en matière d'entretien de patrimoine immobilier, conjugué à la politique d'aide au logement social particulièrement soutenue à Chalon-sur-Saône, conduit à une nouvelle donne de l'espace urbain.

120Autour du centre-ville dont certains îlots sont paupérisés et laissés en l'état depuis fort longtemps, s'est développée une zone d'habitat plus ou moins aisé composé de villas individuelles construites sur les portions de grandes propriétés bourgeoises péri urbaines les mieux placées et les plus aptes à des opérations spéculatives. En revanche, au-delà et le long des axes d'entrée dans la ville, comme près de la rue Rambuteau (N.78) à Mâcon, de l'avenue de Paris (N.6) à Chalon ou de la route de Lyon (N.83) à Bourg, s'étalent les cités-jardins pour populations laborieuses. Sans que la proximité du lieu de travail n'apporte en général une justification, on peut le plus souvent parler de rejet socio-spatial par le biais du logement social, même si sa réalisation est sur le moment une incontestable réussite comme c'est le cas aux Charreaux.

Fig.25 : Le logement social dans la première partie du XXe s. à Chalon

121L'avenir foncier est enfin compromis d'une autre manière. Si l'accession à la propriété peut être conçue comme un progrès social et à tout le moins comme un frein aux antagonismes de classes, les difficultés financières d'entretien qui se développent à la longue chez des citadins modestes contribuent à susciter rapidement des poches de pauvreté. C'est de cette manière que le domaine des Charreaux a acquis aujourd'hui sa réputation de quartier à problèmes ; d'autre part, l'effort municipal portant à la fois sur l'aide au logement social et sur l'extension du réseau de voirie, alors que l'immédiate périphérie de centre-ville attire spéculateurs et classes moyennes ou aisées à la recherche de logements de qualité, on comprend que le centre-ville, déjà peu entretenu, pour suive un long temps d'abandon et de décrépitude.

122Ainsi les transformations socio-spatiales de l'entre-deux-guerres sont-elles explicatives pour une large part du devenir urbain, dans la mesure où des points de non retour sont atteints relativement aux axes de développement et de spécialisations socio-spatiales, et enfin parce que les grandes tendances inhérentes à l'évolution du patrimoine foncier sont déjà dessinées. A partir de 1950, l'urbanisme ne peut que compter avec l'ensemble de ces effets. De même, s’inscrit déjà l'ébauche de la société contemporaine en ville moyenne.

II.32. La production de logements et la consommation d'espace depuis 194681

  • 81 Cf. figures no 27, 28, 29, p. 194, 196, 202.
  • 82 24 % des logements de Chalon et 35 % des logements de Mâcon sont considérés comme surpeuplés. Bull (...)

123En dépit d’une empreinte indélébile dans l'espace urbain lui-même et d'une orientation irréversible dans l'organisation future de celui-ci, l'effort de construction entre les deux guerres est resté modéré si l'on s'en tient au nombre de logements construits en regard des besoins apparus dès 1920. Si bien qu'après la seconde guerre mondiale le problème du surpeuplement urbain, de la vétusté du bâti et du grave manque de logements demeure irrésolu82, aggravé par les destructions et le non-entretien du patrimoine foncier du fait des hostilités.

  • 83 Bourg. Migrations alternantes au lieu de travail : 1500. Source R.G.P. 1954.

124Et la crise empire encore d'autant plus que la population s'accroît selon un rythme plus élevé, jusqu'alors jamais atteint. Rappelons que pour Chalon, Mâcon et Bourg celui-ci oscille entre 2,2 et 3 % par an de 1954 à 1968, pour s'infléchir en dessous de 2 % durant la période intercensitaire suivante (19681975). L'incidence en matière de demande de logements est évidente et s'y ajoute celle, potentielle, des salariés de la ville restés habiter en périphérie faute de logements disponibles en ville83. Car la reprise économique de l'après-guerre, et en particulier le développement de l'industrie dans les trois villes étudiées, s'accompagne d’une accélération de l'exode rural. Les effets conjugués de la modernisation agricole et des structures économiques vieillissantes de l'agriculture contraignent les jeunes ruraux à quitter la terre pour un emploi urbain.

Fig.26 : Le logement social dans la première partie du XXe s. à Bourg

125En Bresse par exemple, en 1958, la moyenne des exploitations agricoles est seulement de 8 ha ; la population y est dense (58 habitants au km2, 53 pour le département) et présente un taux de natalité élevé (17 %)). Au même moment, à la fois pour profiter d'une main-d’œuvre disponible et pour la maintenir sur place, de nouveaux établissements industriels s'installent en ville ; les Câbles de Lyon arrivent à Bourg en 1956, Delle à Mâcon en 1955, Kodak-Pathé à Chalon en 1958... pour ne citer que quelques exemples révélateurs.

126Sans toutefois chercher à remodeler la cité ni à l'adapter à une nouvelle société qui se met ainsi en place peu à peu avec l'arrivée massive de nouvelles populations, les municipalités tentent dans un premier temps de faire face le plus rapidement possible à l'accroissement démographique. Elles parent au plus pressé jusque vers les années soixante, lorsqu'avec la prospérité et l’intervention croissante de l'Etat seront mis sur pied de vastes opérations d'urbanisme allant souvent de pair avec les grands travaux d'infrastructure nationaux ou régionaux, alors que le logement devient objet de consommation pour le plus grand profit des investisseurs privés.

127Avec la fin de la croissance, alors que peu à peu des transferts économiques se produisent dans les centres-villes par le jeu de la pression foncière et des coûts des terrains, et que l'opinion à partir de 1968 se soucie davantage du patrimoine urbain et de sa sauvegarde, on assiste à un regain d'intérêt pour les centres-villes ; ils sont dorénavant l'objet et l'enjeu des politiques urbaines en même temps que s'accélère la privatisation des opérations de constructions urbaines.

- L'urbanisme "humaniste"

128Au sortir de la guerre, la pénurie de logements est grave à la fois pour les populations rurales qui arrivent à la ville et pour les citadins les plus démunis des quartiers anciens dont certains îlots sont devenus totalement insalubres par manque de réparations. Il faut donc loger ou reloger au plus vite la main-d’œuvre que réclame l'industrie en plein essor. Ensuite il sera temps de régler les problèmes scolaires puisque là encore l'équipement en place ne peut absorber ni les futurs écoliers nés nombreux après la guerre, ni les enfants des jeunes ruraux devenus citadins il y a peu.

129Des trois villes étudiées, sans doute est-ce à Mâcon où le problème est le plus cru cial. D'une part, en raison de la faiblesse des constructions d'entre les deux guerres, d'autre part, parce que la relance économique est plus violente qu'à Bourg ou à Chalon, attisée encore par le maintien sur place d’industries alsaciennes repliées pendant la guerre.

Fig-27 : Le logement social depuis le début du XXe s. à Mâcon

  • 84 La Résidence : 288 logements, les Bruyères : 50 logements, la cité des Neuf-clés : 180 logements H (...)

130La première opération mâconnaise d'envergure débute dès 1948 lorsque sur le coteau de Bioux est décidée la construction d'une cité de 500 logements de type habitation à loyer modéré (H.L.M.), aux limites de l'ancien bourg de Saint-Clément et à la jonction des boulevards avec la route de Nevers. Les infrastructures routières existent donc, mais en revanche tout le reste est à créer : centre commercial, groupe scolaire, etc... A 1,5 km du centre-ville, sur le versant qui domine l'un des rares abaissement d'axe des chaînons du Mâconnais, s'étagent un immeuble collectif de douze niveaux, une douzaine d’autres plus modestes, et des villas individuelles et jumelées. Le choix des matériaux en particulier la pierre utilisée en soubassement et décoration l'organisation du bâti et des voies d'accès, l'aménagement des espaces verts font de la cité une incontestable réussite qui attire immédiatement, en dépit de son éloignement, les mal-logés du centre-ville, en particulier les employés et les ouvriers qualifiés chargés de jeunes enfants. Alors que la cité s'achève, deux résidences d'appartements en copropriété et une cité d'H.L.M. en bordure des boulevards84 complètent l'extension de la ville vers l'ouest.

131Une seconde opération prend place vers le sud, à proximité du centre-ville, mais aussi et surtout de la zone industrielle portuaire née avec la fin de la première guerre mondiale, et développée après 1945. En 1954, un projet d'aménagement national consiste à porter la N.6 au gabarit international ; l'entrée au sud de la ville de la N.6 se fait encore par la vieille route romaine, devenue voie de roulage bordée d’entrepôts et d'habitations, qui rejoint le centre-ville au niveau de l'ancienne porte de Bourgneuf. Dès lors, le grand axe national méridien longera la ville en bordure de la rivière, sans détour malaisé par les vieux cheminements traditionnels. Pour cela, un quartier entier est exproprié et 1 000 logements de type H.L.M. sont édifiés en petits immeubles disposés en arêtes de poisson de part et d'autre de la route nationale et alternent avec de hautes tours, alors qu’un rideau de peupliers dispensera un écran de verdure à cette entrée monumentale dans la ville qui tranche vigoureusement avec un environnement de maisonnettes, de jardins ouvriers, d'entrepôts et d'ateliers.

132Enfin, en 1957, 391 logements H.L.M. sont encore bâtis au nord de la ville, à proximité du chemin de fer et de l'accès à la N.6.

133A la sortie de la guerre, le maire Pierre Denave entreprend simultanément une politique à long terme de rénovation de l'équipement scolaire vieilli, et insuffisant à brève échéance. Outre la réfection des locaux vétustes, il s'agit de développer l'enseignement du second degré en fonction du croît rapide de la population, mais aussi des besoins économiques locaux. Il faut prévoir d'une part, la formation de la main-d’œuvre industrielle car se font rares jusqu'alors les ouvriers qualifiés, mais aussi d'autre part, celle des employés et cadres moyens du secteur tertiaire dont le développement suit celui du secteur secondaire et accompagne nécessairement la croissance des services à une population en expansion. L'enseignement primaire est doté de 79 nouvelles classes entre 1952 et 1955 et 35 classes de maternelle sont créées entre 1946 et 1962. L'enseignement secondaire est traité de 1946 à 1959 ; une cité technique destinée à recevoir 1200 élèves est mise en place et le nouveau lycée Lamartine est achevé en 1959 alors que le lycée de filles et les écoles normales sont réaménagées et que l'inspection académique dispose de nouveaux locaux.

  • 85 Mâcon : 1954 - population étrangère : 1,7 % de la population municipale (dont 2,3 % de la populati (...)

134A l'ensemble de ces vastes réalisations s'ajoute enfin une entreprise relative au centre-ville. L'ancien castrum paupérisé, en voie de dépérissement, est déclaré insalubre en 1954, et la municipalité se propose de détruire le quartier pour reconstruire ensuite. Malgré une levée de boucliers à l'initiative des conservateurs du musée municipal et des archives départementales, qui s'insurgent de la destruction des témoignages de l'histoire de la cité, 100 taudis sont abattus et remplacés in situ par deux immeubles qui symbolisent alors le confort et le luxe, et vers lesquels converge la population aisée de la ville, en particulier de nombreuses professions libérales. Les populations expulsées des îlots détruits sont alors relogées dans des bâtiments construits à cet effet, à l’ouest de la ville, au-delà de la cité de Bioux. A ce transfert radical s'adjoint celui, dans le quartier de la Résidence (1956), de la population algérienne nombreuse alors dans les vieux immeubles du centre-ville85.

135A Bourg, où la situation en matière de logements est quelque peu moins difficile qu'à Mâcon au sortir de la guerre, l'effort de construction prend naissance avec la relance démographique qui se fait jour à partir de 1956. Avec l'arrivée des jeunes ruraux l'excédent naturel, qui déclinait à nouveau à partir de 1948, reprend vigueur très rapidement, et on considère que, de 1956 à 1960, de 400 à 500 personnes s'installent annuellement à Bourg. Aussi, entre 1950 et 1957, l'office public municipal d'H.L.M. construit 206 logements et, dès 1957, 171 sont mis en chantier et 438 autres prévus. Dès lors le processus de construction s’accélère et, tout comme à Mâcon à quelques années près, la ville prend un nouveau visage.

  • 86 Saint-Gobain au nord de la cité, la S.E.V.A. (Société d’études verrières appliquées, filiale de Sa (...)

136Dans le même temps, Chalon doit affronter les mêmes problèmes d'accueil de populations nouvelles. Malgré l'effort de G. Nouelle entre les deux guerres, le parc de logements est insuffisant. Et la ville étouffe dans ses limites communales ; l'annexion de la commune de Saint-Jean-des-Vignes en 1953 lui gagne heureusement de vastes terrains au nord-est de la ville. Si le programme de constructions de l'après-guerre est ici encore plus tardif qu'à Mâcon parce que la situation y est moins critique, il n’en est pas moins remarquable par son ampleur et la volonté manifeste de bâtir pour le long terme des locaux attrayants par leur nouveauté architecturale et la qualité du cadre de vie. De 1954 à 1959, la cité des Aubépins sort de terre, à 1,5 km au nord du centre-ville, à proximité de la N.6 et de plusieurs grands établissements industriels86. Sur une surface de 20 ha, 19 immeubles de 5 à 16 étages sont édifiés de part et d'autre d'un vaste terrain central planté d'arbres, agrémenté de pelouses et de pièces d'eau et interdit à la circulation. Tout comme à Bioux à Mâcon, l’effort d'aménagement paysager et la dispersion des immeubles permettent de masquer les formes strictement parallélépipédiques des bâtiments, mais aussi de faire oublier que 5000 personnes habitent les 1372 logements !

137D’une autre façon et sur une plus vaste échelle, la cité des Charreaux est rééditée ici et ne s’intègre pas mieux à la ville dont elle est trop éloignée ; d'autant plus que centre commercial et centres scolaires pourvoient aux besoins de proximité des ménagères et des enfants, et que 27 % des habitants viennent de l'extérieur de la ville. Enquêtant en 1958 sur les origines de ces locataires, L. Rhéty a en effet montré que la plupart d'entre eux sont d'origine rurale, le chef de famille salarié à Chalon pouvant enfin s’installer avec sa famille. Pour beaucoup d'entre eux le premier logement vétuste du centre-ville est enfin remplacé.

138Deux autres programmes chalonnais voient le jour à proximité de la cité des Aubépins, de part et d'autre de la N,6. D'une part 1006 logements H.L.M. à la cité du stade (1959-1962) et d'autre part 118 villas individuelles à la cité des Clairs Logis (1960-1962) permettent ['installation d'environ 4500 personnes.

139Dans l'ensemble, ces premiers programmes de construction de l’après-guerre accueillent environ 9900 personnes à Chalon, 8000 à Mâcon. 3500 à Bourg. C'est évidemment à Chalon, en dépit d’une population plus importante, que la municipalité fait le mieux face au courant d’émigration vers la ville puisque le bilan démographique entre 1954 et 1962 indique un apport de 6079 individus qui s'ajoutent aux 1867 enregistrés entre 1946 et 1957. A Mâcon, le bilan est également positif bien que l'avance en matière de logements soit moins confortable (pour un millier de personnes). En revanche en 1960 à Bourg, la politique du logement a pris du retard, mais d'ores et déjà des projets d'envergure sont mis en place afin de combler un lourd déficit immédiat de logements pour quelque 3500 personnes.

140La volonté des municipalités de fixer la population se concrétise peu à peu dans la décennie des années cinquante, par l'intermédiaire des offices d'H.L.M., municipal à Mâcon, départemental a Chalon. L'effort est considérable si l'on songe qu'à Mâcon, par exemple, ville de 22 600 habitants en 1954, 1999 logements H.L.M. sont bâtis en quelque huit années alors que la construction privée, qui accompagne comme en écho assourdi les grands programmes d'H.L.M., ne construit que 774 logements. A Chalon, le rythme de construction avoisine les 500 logements par an de 1954 à 1960 et le secteur public domine aussi très largement.

141Cependant, le désir de produire rapidement des logements sociaux destinés à fixer la main-d’œuvre rurale n’interdit pas parfois des choix urbanistiques novateurs comme aux Aubépins à Chalon, ou à Bioux à Mâcon. Mais compte tenu des coûts des terrains, les nouvelles constructions sont rejetées à la périphérie urbaine, parfois même à l'extérieur de la zone urbanisée comme la cité de Bioux ou, pire encore, comme la cité de relogement des populations modestes exclues de leurs taudis du vieux centre urbain mâconnais. La nécessité de faire vite et à moindre coût incite d'autre part les édiles locaux à profiter des choix nationaux ou régionaux en matière d’aménagement routier, liés eux-mêmes à une politique de développement économique et de redéploiement industriel. Ainsi le programme E. Herriot, au sud de Mâcon, va de pair avec le nouveau tracé de la N.6. et la décision de construction, à proximité, d'une zone industrielle. A Chalon, celle-ci entraîne le remodelage de la cité par la décision d’un nouveau tracé du canal du Centre (achevé en 1959) qui conditionne en outre les choix d’urbanisme de la décennie suivante.

Fig. 28 : Les grandes opérations de construction de logements à Chalon depuis la guerre

142Si bien que le volontarisme "humaniste" se trouve perverti dans ses aboutissements dans la mesure où le plus souvent, et avec les mêmes bons sentiments, les conséquences de la politique sociale du logement de l’entre-deux-guerres sont reconduites. Populations étrangères, jeunes ruraux non qualifiés, citadins modestes de vieux logements du centre-ville sont exilés à la périphérie ; les poches de pauvreté sont déplacées et développées loin du centre-ville lui-même abandonné en partie, ou bien dévolu, lorsqu'il y a rénovation, à d'autres groupes sociaux. Entre le centre-ville et les nouveaux espaces d'H.L.M. se constitue en revanche, et timidement tout d'abord, une zone tampon faite de lotissements de villas pour population aisée ; à Mâcon, cet espace intermédiaire se déploie à l'ouest, le long des boulevards et à proximité des nouveaux lycées.

  • 87 A Mâcon : 2,5 % de lu surface communale (y compris celle de Flacé).

143Trente ans auparavant, la bourgeoisie foncière avait engagé le processus en morcelant les parcs des grandes propriétés afin de lotir les meilleures parcelles. Après la guerre, la ségrégation de l'espace s’accélère en même temps que l'on assiste à une consommation d'espace sans précédent en une si courte période. A Chalon 56 ha sont consacrés aux constructions de logements neufs entre 1954 et 1962, soit près de 4 % de la surface communale agrandie de celle de Saint-Jean-des-Vignes87. L'extension se fait en doigts de gants, à partir des boulevards (à Mâcon et à Bourg) ou des grands axes de transit (à Chalon et à Mâcon).

144Cependant, malgré leurs effets négatifs quant à la sectorisation socio-spatiale de la population mâconnaise, les politiques locales de construction de logements, dans les quinze années qui suivent la guerre, sont pour le moins remarquables et réussies, quantitativement parlant, puisqu'elles permettent de suivre au plus près la demande de logements ; c'est-à-dire de faire correspondre à la demande de main-d’œuvre du secteur secondaire, en particulier, une volonté de retenir et même d'attirer un salariat nombreux et relativement peu exigeant. A cet égard, Mâcon offre sans nul doute un exemple significatif, en particulier parce que l'effort de construction est essentiellement à inscrire à l'actif du seul office municipal d'H.L.M.

- "L'urbanisme opérationnel"

145A partir des années soixante le rythme des constructions de logements s'accélère dans toutes les villes de France, et particulièrement dans les villes moyennes où le taux de croissance de la population maintient ou développe encore la pression démographique née durant la précédente période intercensitaire. A Bourg et à Mâcon la progression se maintient à un niveau de 2,5 à 2,9 % par an qu'atteint à son tour la ville de Chalon, dont le taux de croissance s'est élevé avec quelque retard par rapport à ses voisines.

146Si les objectifs des municipalités concernant le logement demeurent identiques à ceux de l'après-guerre, ils sont désormais guidés par de nouvelles impulsions. La première est celle de l'intervention de l’Etat qui se fait de plus en plus omniprésent. Il édicte un corps de mesures destinées à maîtriser l'aménagement de l'espace, et au sein duquel la loi d'orientation foncière de 1967 marque une étape décisive.

147Dans le même temps se réorganise, d'autre part, le système capitaliste. Il développe la concentration des capitaux, et conduit en particulier à une restructuration de l’industrie dont la traduction dans l'espace urbain se matérialise par l'intermédiaire des zones industrielles qui se multiplient à la périphérie des villes. Croissance et prospérité économique concourent en outre à améliorer le niveau de vie des citoyens, et à accroître l'importance des classes sociales intermédiaires que la réorganisation du système économique sécrète peu à peu, spécialement par le jeu du développement du secteur tertiaire d'accompagnement. Mais en matière d'habitation, le corollaire de la croissance se manifeste par l'entrée du logement dans la longue série des biens de consommation qui fait la part belle aux entreprises privées de construction ; elles prennent de plus en plus le relais des collectivités locales qui produisent de leur côté des logements de qualité moindre par rapport aux premiers programmes édifiés.

148Enfin, l'ensemble des mesure d’aménagement est imprégné des idées nées du courant architectural rationaliste de l'entre-deux-guerres traduites par la charte d’Athènes. Bien que conçue en 1936, celle-ci n'est publiée qu'en 1941, et c'est d’elle que vont s'inspirer alors l'architecture et l’urbanisme français.

  • 88 Cf. « Le plan voisin » de Le Corbusier en 1925 qui préconise de raser une grande partie de la rive (...)

149A partir des travaux de Tony Garnier, puis de Le Corbusier, on assiste à une véritable obsession de la modernité qui parfois conduit non seulement au désintérêt à l'égard du passé, mais à sa destruction88. L’habitat se conçoit sous forme d'unités autonomes dans un espace urbain où la rue est privée de son sens, et où le "zoning" rend compte, dans l'indépendance spatiale, des diverses activités urbaines : habitat, travail, loisirs... C'est ce que H. Lefebvre (1974) a appelé la "fracture" de la ville ; les villes moyennes en subissent d'autant plus les effets négatifs que jusqu'alors elles avaient peu subi de transformations brutales ; on se contentait de densifier les îlots centraux, et par auréoles successives ou par appendices le long des voies de communications détendre peu à peu la surface urbanisée. Les modestes réalisations de l'entre-deux-guerres ont cependant composé les préliminaires que l'après-guerre et les années "glorieuses" de l’expansion vont transformer en principe d'organisation urbaine.

150L'un des premiers instruments juridiques destinés à assurer la maîtrise de 1'espace est la Z.U.P. (zone à urbaniser en priorité) qui dès 1957 permet de réaliser d'importants programmes de logements dans un périmètre déterminé, soit par les collectivités locales, soit par les établissements publics ou les sociétés d'économie mixte. Dès lors, à l'image de la plupart des villes françaises, Bourg, Chalon ou Mâcon voient naître de vastes opérations de construction de logements, destinées à poursuivre la politique de fixation des nouveaux salariés qui ne cessent d'affluer à la ville.

* à Bourg

151A Bourg, entre 1954 et 1962, les emplois s'accroissent de 34,3 %, en particulier dans les entreprises industrielles qui sont alors à l'origine de l'expansion de la ville. Les plus fortes augmentations se rencontrent dans les industries du bâtiment et des travaux publics (58,5 %), dans les industries de transformation (33,9 %) ou encore dans les services publics (69 %), qui suivent de près la croissance du secteur secondaire. Compte tenu, d'autre part, du retard enregistré par Bourg dans la construction de logements neufs dans la première décennie de l'après-guerre, on comprend avec quelle rapidité les nouveaux moyens juridiques dont sont dotés les villes sont alors mis en œuvre dans la capitale bressane. En 1958 est créée la S.E.D.A. (Société d'équipement du département de l'Ain), et en 1959 est décidée la création de la première Z.U.P., dite Z.U.P. no 1, du Parc de la Reyssouze ; située dans la vallée de l'ancien tracé de la Reyssouze, à la limite extérieure du champ de foire et des faubourgs de Mâcon, elle permet d'abriter environ 8000 personnes (1603 logements, 27 ha) et rassemble l’essentiel des constructions neuves de la commune, lesquelles à un moindre degré s'élèvent également dans les quartiers orientaux de Brou et des Dîmes.

  • 89 650 sont également bâtis durant ces sept années sur les dix communes de périphérie.
  • 90 59 % de la construction entre 1962 et 1968 concerne des logements de 4 et 5 pièces ; ceux-ci ne re (...)

152Et dès 1967 une Z.U.P. no 2 jouxtant la première à l'est ajoute encore 827 logements (15 ha) au parc immobilier de la ville. Effectivement, le retard de construction n'est pas encore comblé puisqu'alors le quart des logements de la ville de Bourg a été bâti avant 1871, et près de 60 % des résidences principales demeurent sans installation sanitaire, 40 % sans W.C. intérieurs ! Par ailleurs, le surpeuplement atteint 31 % des logements de la commune, si l’on s'en tient aux normes ministérielles préconisant une pièce par personne ; on conçoit alors l'énorme effort réalisé depuis la création de la première Z.U.P. ; 550 logements sont bâtis annuellement entre 1960 et 1962, puis 450 de 1962 à 196889. L'essentiel est constitué de logements collectifs (89 %) destinés à des couples sans enfants et bénéficiant d'une aide de l'Etat (93 %)90.

Fig. 29 : Les grandes opérations de construction de logements à Bourg, 1962-1968

  • 91 Z.A.D. : loi du 26.7.1962 assurant par un droit de préemption le moyen de créer une réserve fonciè (...)
  • 92 Z.A.C. : zone d’aménagement concerté (loi d’orientation foncière du 30.12.1967, article 16) qui pe (...)

153Enfin, la poussée démographique se maintenant, à l’est de la ville (à la Croix-Blanche) est crée en 1966 une zone d'aménagement différée (Z.A.D.)91, transformée bientôt en Z.U.P. et destinée à assurer le relais des opérations de la Z.U.P. de la Reyssouze première et deuxième tranche, en voie de réalisation ; l'étude et l'aménagement de 60 ha devant recevoir 3000 logements étant confiées à la S.E.D.A. Alors qu'à la procédure des Z.U.P. succède celle des Z.A.C.92, après bien des vicissitudes et des transformations successives, le projet ne prend forme qu'à partir de 1972, et les derniers travaux s'achèvent aujourd'hui après avoir animé le débat politique depuis 1976.

* à Chalon et Mâcon

154A Chalon et à Mâcon la politique du logement se poursuit selon les mêmes objectifs, par des opérations de restructuration en particulier à Chalon, ou encore, dans l'une et l'autre ville, par l'intermédiaire de la procédure des Z.U.P. puis par celle des Z.A.C. Chaque fois, il s'agit de vastes projets grands consommateurs d'espace en périphérie urbaine.

  • 93 Par exemple : - cité des Clairs Logis : lotissement 1964-66, 101 logements ;
    - cité du Stade, Fonta (...)

155A Chalon, en même temps que sont complétées les premières réalisations93 au nord de la ville (Aubépins, Fontaine-au-Loup, cité du Stade, Clairs Logis) ou encore au sud-ouest au Charreaux, à l'ouest sont entreprises de profondes transformations conséquentes à la première rénovation urbaine chalonnaise. Plus tardive et plus importante que celle de Mâcon, elle répond avant tout à un besoin de logements sociaux ; elle se situe sur l'ancien quartier portuaire de Saint-Cosme, développé autour du grand bassin du canal du Centre et de sa jonction avec la Saône. Après le détournement du canal à partir de la commune de Fragnes afin de contourner Chalon et de déboucher au nord-est de la ville (1952-1958), le remblaiement de l'ouvrage (1960-1962) permet, d'une part, d'ouvrir une large voie de transit dédoublant la N.6 qui traverse alors le centre-ville, et d'autre part d'aménager un ensemble de 591 logements, bureaux, commerces, une maison de la culture (1969-1971), et une maison des sports. Cette opération de restructuration se double peu après d'une seconde intervention plus en amont de l'ancien canal, en liaison à nouveau avec une action de désindustrialisation. Dans le quartier de l'ancienne verrerie Aupècle, par l'intermédiaire d'une procédure de Z.U.P., 1500 logements collectifs destinés à la vente ou à la location sont construits entre le pont de la Colombière et le pont Garibaldi. Un nouveau quartier se met en place, achevé en 1980.

  • 94 114 ha de prairie sont destinés à recevoir quelque 2800 logements. Cf. figure 28, p. 198.
  • 95 L’office public départemental d’H.L.M. du département de Saône-et-Loire devient en 1977 l’office p (...)
  • 96 Là encore les capitaux privés sont minoritaires puisque trois promoteurs sont responsables du loge (...)

156Mais la plus grande opération d’urbanisme de la période se situe à l'est de la ville, sur l'ancienne commune de Saint-Jean-des-Vignes. Cependant, devant le coût élevé des terrains maraîchers à exproprier et la présence de nappes aquifères souterraines, le conseil municipal renonce au choix de la basse terrasse alluviale et décide finalement de créer une nouvelle Z.U.P. sur la prairie inondable94 ! Cela n'en est pas moins une gageure puisqu'il faut remblayer le sol de plusieurs mètres et que les techniques de fondation des bâtiments doivent évidemment être adaptées ; dragages, pompages et remblaiements sont effectués de 1965 à 1969 ; en 1979 la cité des Prés Saint-Jean s'achève. L’équipement en est réalisé par la Société d’équipement de Saône-et-Loire (S.E.D.S.L.) et 2905 logements collectifs s'ordonnent de part et d'autre d'un vaste mail piétonnier de 1300 m de large sur lequel s’articulent les espaces destinés aux besoins collectifs : église, écoles, centre commercial, centre social... La cité s'adosse à un plan d'eau de 22 ha né des besoins de remblaiement et agrémenté d'un espace vert aménagé de 20 ha. Pour la plupart, les logements sont des H.L.M. réalisées par l'office départemental95 (2123 logements), le reste, de meilleur confort, est réservé à l’accession à la propriété (464 logements) ou encore à la location96.

157Certes, la réussite tant architecturale, technique, financière que sociale de la cité Saint-Jean est incontestable, mais dès avant son achèvement, se repose le même problème d'un manque de logements comme de terrains à bâtir. Aussi la ville de Chalon décide-t-elle alors de mettre en œuvre de nouvelles Z.A.C. afin de prévoir de nouveaux programmes immobiliers. Toutes étirent à nouveau la ville en périphérie, avec la Z.A.C. de Bellevue à l'est, celle du Plateau Saint-Jean dans le prolongement de la cité des Prés Saint-Jean sur la moyenne terrasse de la Saône (937 logements), ou encore celle des Granges Forestier, en rive gauche de la Saône.

158L'extension urbaine de Mâcon, après s'être développée tout d'abord au sud et au sud-ouest de la ville (Bioux, percée Sud), s'effectue ensuite dans les années soixante, au nord de la ville. Ainsi est créée en 1961, dans le prolongement de la petite cité des Perrières (400 logements), une Z.U.P. de 816 logements du secteur public, et 550 du secteur privé, organisés en blocs et tours séparés par des aires de jeux et de parking. Bien vite la Z.U.P. est prolongée sur le quartier des Gautriats qui, achevé en 1970, regroupe 847 logements H.L.M. Groupe scolaire, services commerciaux et divers autres aménagements sociaux complètent ces ensembles. Enfin, dès 1974, les premiers aménagements ont lieu sur le plateau, au nord-ouest des Gautriats, qui constituent la troisième tranche de la Z.U.P.. Puis toujours sur le plateau, mais plus au nord-ouest, en limite de la commune de Sancé, la Z.A.C. des Saugeraies comprend 1000 logements H.L.M., 400 en accession, et 500 villas individuelles. L'ensemble est considérable puisque la totalité de ce quartier nord s'étend sur 200 ha et comporte 3500 logements tant en immeubles collectifs qu’en villas individuelles, et pour lesquels la S.E.D.S.L. a été également maître d'ouvrage, au même titre qu’à la Z.A.C. de la Chanaye, dans le quartier de la Résidence, au sud-ouest de la ville ; cette dernière Z.A.C. met fin aux vastes opérations immobilières mâconnaises.

* "La sectorisation"

159Ainsi la grande période d'urbanisation des trois villes étudiées s'étend-t-elle des années soixante à celles qui connaissent à la fois le premier choc pétrolier et les indices d’une rémission dans la croissance démographique urbaine que le R.G.P. de 1975 met en évidence. Durant cette quinzaine d'années l'espace urbain s'est profondément transformé selon les directions amorcées par les programmes de constructions sociales de l'entre-deux-guerres pourtant réduits en nombre de logements. La volonté de voir grand en matière de logement cherche à répondre au mieux à la croissance démo graphique sans précédent enregistrée depuis la guerre, et se traduit par un urbanisme forcené, rapide ; le Code civil et le profit guident trop souvent les réalisations, en dépit d'une politique sociale affichée, comme le prouve l'extraordinaire effort réalisé par les sociétés constructrices de H.L.M. Cependant, peu à peu, s'installe avec la promulgation de la loi d'orientation foncière un urbanisme volontairement plus organisé et concerté entre les différentes forces d'intervention. Il n'empêche que dès les premières réalisations, les choix d’implantation des programmes immobiliers sont déjà établis en relation avec d'autres éléments structurants de l'espace urbain : la création des zones industrielles et les décisions de voirie. Ils ont été le plus souvent définis dans les Plans d'urbanisme directeur (P.U.D.) qui reprennent eux-mêmes des projets vieux parfois de plusieurs décennies et servent de cadre d’action à la période. En fait, lorsque les Schémas directeurs d'aménagement et d'urbanisme (S.D.A.U.) ainsi que les Plans d'occupation des sols (P.OS.) sont enfin mis en place, l'essentiel est alors réalisé en matière d’aménagement.

160Rappelons qu'il s'agit alors de construire des logements afin de fixer la masse des salariés nouvellement arrivés. Dans la mesure du possible ceux-ci sont logés à proximité du lieu de travail. A Bourg, la Z.U.P. du Parc de la Reyssouze est contiguë à la première zone industrielle ; plus tard, trois ans après l'installation de Berliet (1963) la Z.A.C. de la Croix-Blanche associe à l'est de la ville travail et habitat. Ces programmes vont de pair avec la création d'une nouvelle voirie urbaine tant circulaire - en doublant la couronne des premiers boulevards - que rayonnante, afin d'assurer une meilleure circulation intra-urbaine et de transit entre les vallées de la Saône et du Rhône, les Alpes, le Jura et la Suisse.

161A Chalon, des préoccupations semblables contribuent à insérer, entre la première zone industrielle (1950), le tracé du nouveau canal et sa zone portuaire, un nouvel ensemble urbain continu auréolant la ville sur un tiers de sa périphérie du nord-ouest au sud-est. Dans le même temps, la désindustrialisation centrale (Saint-Cosme) ou péri-centrale (Verrerie) permet d'établir une rocade urbaine qui relie entre eux quartiers urbains et grands axes de transit, comme la nouvelle N.6 à l'emplacement de l'ancien canal du Centre.

162Le cas de Mâcon est plus difficile à saisir compte tenu de la conformité de la surface communale, étirée le long de la Saône et tranchée par le chemin de fer. Mais il est certain que la réfection de la N.6 à l'entrée de la ville, l'édification de logements neufs aux abords de la N.6 et de la première zone industrielle du Stand (1956) constituent une opération d'urbanisme participant d'une même logique. En revanche, les programmes ultérieurs du nord de la ville accentuent les problèmes de transports urbains puisqu'il n'y a pas alors de mesures de redéploiement industriel d'accompagnement ; la plupart des salariés travaillent au sud de Mâcon, si l’on excepte le pôle d’emploi tertiaire qui se crée alors au nord, autour de la nouvelle cité administrative.

163Cette politique de transformation accélérée de la ville par la production de nouveaux espaces urbains destinés soit au travail soit à l'habitat, c'est-à-dire accompagnant le changement à la fois de la société et du système économique, conduit à diverses constatations a posteriori. Les thèses progressistes de Le Corbusier ont très largement pré valu durant cette période, y compris dans les trois villes étudiées. Car durant ces quinze années prises en compte, tout l’urbanisme développé à Chalon, Mâcon et Bourg ré pond aux vœux exprimés dans la charte d'Athènes : "les clefs de l'urbanisme sont dans les quatre fonctions : habiter, travailler, se récréer (dans les heures libres), circuler". Si bien que l'espace urbain devient une juxtaposition de divers secteurs qui justifient chaque fonction du citadin : "le zonage, en tenant compte des fonctions clefs : habiter, travailler, se récréer, mettra de l'ordre dans le territoire urbain". Effectivement, l'ordre apparaît, mais avec lui la "sectorisation" spatiale. La périphérie urbaine devient l'apanage des grands ensembles de logements destinés aux populations modestes, et à proximité des zones industrielles autant que faire se peut : "les distances entre lieux de travail et lieux d'habitation doivent être réduits au minimum". Il en est ainsi à Chalon et à Bourg, au nord-ouest de ces villes. En revanche, le centre laissé en l'état est de plus en plus abandonné à sa seule fonction commerciale alors que s'intercalent entre ce dernier et la périphérie des zones tampons réservées tantôt à un usage mixte habitat/travail, tantôt à la seule vocation d'habiter sous forme de villas individuelles. A titre d'exemple citons encore Mâcon. Au sud et sud-ouest réservés à l'industrie et quelque peu au logement, correspond au nord un vaste quartier de logements neufs, près de quelques rares industries, mais surtout d'un pôle d’emploi tertiaire. A proximité des boulevards et des voies d'accès au centre-ville se multiplient au contraire les villas et jardins privés là où les lycées, les cliniques et un petit nombre de programmes immobiliers de "standing" déterminent des quartiers plus ou moins bourgeois selon l'époque et la qualité de la construction.

  • 97 La Z.A.C. de la Croix-Blanche prévoit tout d'abord une densité de 5000.

164Alors que le zonage divise l'espace d'un seul point de vue économique et social, le bouleversement de la voirie, par la destruction de quartiers anciens (opération canal-rocade à Chalon) et par la réalisation de nouvelles percées (par exemple à Bourg) qui accompagne le phénomène de construction accélérée, introduit de nouvelles brèches spatiales et renforce encore le zonage. Si l'ancien patrimoine foncier est peu respecté parce que "tout ce qui est passé n'a pas par définition droit à la pérennité" - selon encore la formule de Le Corbusier-, en revanche le modernisme se déploie grâce aux techniques contemporaines qui assurent rapidité et abaissement des coûts par usage de stéréotypes architecturaux. Cubes et parallélépipèdes à nombreux étages s'ordonnent sans originalité sur des Z.U.P. où la rue est volontairement déstructurée, l'alignement des habitations étant alors "interdit" ; si bien que les densités de population recréées dépassent le plus souvent celles des vieux quartiers tant décriés97, même si des espaces verts sont intégrés aux programmes immobiliers.

165Enfin, avec la rationalisation des pratiques de construction et l'augmentation des coûts des terrains constructibles de moins en moins nombreux et de plus en plus recherchés, la quantité de logements des grandes opérations immobilières l'emporte sur la qualité de la construction ou du cadre de vie. Au fur et à mesure que se multi plient les projets, se restreignent ou disparaissent les équipements sociaux. De telle sorte qu'il faudra revenir sur ce problème de la qualité du bâti lors des diverses reprises du projet de Bourg à la Croix-Blanche ; par ailleurs, dans la troisième tranche de la Z.U.P. de Mâcon, il n’est plus question de centre commercial.

166Pour les mêmes raisons, en dépit (ou à cause) de l'effort des collectivités locales à poursuivre et même à accélérer le rythme des constructions, on s'aperçoit qu'au fil du temps, les capitaux privés sont de plus en plus nombreux à être investis jusques et y compris dans ces opérations d'envergure où ils profitent des réalisations d'infrastructure de la collectivité. En revanche les petites interventions ponctuelles que les investisseurs privés multiplient en centre-ville dispensent de tout aménagement d’accession. Le cas de Mâcon est encore patent à cet égard où l'on voit s'insérer, par exemple, des immeubles dits de standing entre le centre-ville et les premières H.L.M. de la percée Sud. Entre 1962 et 1977 la construction de locaux à usage d'habitation par des investisseurs privés rassemble 66 % de l’ensemble de la construction de la période. A Chalon, en dépit des réalisations remarquables déjà citées et d'une politique à la fois cohérente et soutenue de la municipalité, le secteur public représente environ la moitié des constructions. La volonté de planification par laquelle la puissance de l'administration est omniprésente et directrice trouve ici ses limites. Il est vrai que le contenu juridique de la Z.A.C. le laissait présager.

167Dans le même temps, sous l'effet des difficultés financières qui s'accroissent, les programmes sont révisés à la baisse, non seulement quant au nombre ou à la qualité du bâti ou des équipements, mais également quant à d'autres secteurs d'investissements délaissés par obligation. Ainsi avons-nous noté le relatif abandon des centres-villes, mais on peut également citer l’absence ou l'insuffisance de réflexion sur la maîtrise de la circulation intra-urbaine. Seules les relations de la ville aux grands axes nationaux et internationaux sont envisagées, dans le contexte d'une époque qui croit à une expansion continue. A Mâcon, n'aspire-t-on pas à devenir "carrefour européen" comme l'exprime le Maire de l'époque, à la croisée du Nord-Est français, sur la nouvelle route Centre Europe-Atlantique et le long de la voie Méditerranée-Mer du Nord ? Le grandiose n'est certes pas absent de la pensée des édiles qui se soucient avant tout de l'avenir de la ville dans le cadre du territoire national et en fonction de l'expansion économique. Il n'empêche que toutes les chances en ce domaine ne sont cependant pas saisies, et que les problèmes de circulation ne trouvent pas leur solution durant cette grande période de transformation, en dépit de nombreuses créations de voirie.

  • 98 Par exemple à Mâcon : annexions des communes de Flacé au (nord) en 1965, de Sennecé-les-Mâcon et S (...)

168Chalon ne profite pas non plus de la mise en place de l'autoroute A.6 pour créer une voie de contournement de l’agglomération ; à Mâcon la construction d’un pont au nord de la ville pour détourner une partie du transit vers l'est n’est alors qu'un vœu pieux, et l’on sait trop qu'à Bourg l'engorgement routier est un mal chronique. D'autre part, et toujours pour les mêmes motifs, les aménagements urbains ne sont pas replacés dans le cadre de l'agglomération où, sur les communes périphériques, se reporte le trop plein démographique ; l'effort de construction y est encore plus désordonné qu’ailleurs et coûte très cher en équipement de base aux petites communes désargentées. Leurs relations avec la commune-centre se traduisent le plus souvent soit sous forme d’annexion, soit en termes conflictuels98. Et comme en même temps se répandent les modèles architecturaux urbains, de type petits collectifs ou grands lotissements de villas individuelles, la diffusion des modes de vie urbains s'accélère.

- Le retour au centre-ville

  • 99 Développement des programmes de P.L.R. et P.S.R. au détriment des programmes de H.L.M.
    (P.L.R. : Pr (...)
  • 100 La loi du 31.12.1975, portant réforme de la politique foncière, instaure les zones d’intervention (...)
  • 101 Cf. figure no 46, p. 298.

169Vers le milieu des années soixante-dix la conjonction d'un certain nombre de conditions concourt à l'abandon définitif des grands programmes immobiliers dont l'Etat se désengage peu à peu en favorisant la participation des investisseurs privés et en se limitant davantage au secteur du logement social le plus défavorisé99. Aux coûts fonciers, déjà évoqués, s’ajoute d’autre part la conscience du relatif échec des Z.U.P. ; ségrégation, délinquance, coûts d'entretien, difficultés dues à l'éloignement, absence ou défauts d’équipements sont vivement dénoncés dès 1968 par A. Pitrou dans son célèbre rapport destiné à la D.A.F.U. Mais d'autres facteurs conduisent aux mêmes résultats. Ils relèvent aussi bien des échecs du législateur à permettre aux municipalités de pratiquer et de maîtriser une politique foncière cohérente100, que des changements économiques et sociaux survenus depuis 1968. Outre l'idée de qualité de la vie, de développement de la vie associative et de respect du patrimoine historique, les résultats du R.G.P. de 1975 arrivent à point nommé pour dénoncer les aberrations passées en matière de gestion de l'espace urbain. Car le recensement montre combien le centre s est paupérisé101 alors que les tours et les barres hérissent la périphérie urbaine et que les villages alentour subissent les affres de "la rurbanisation" décrite par G. Bauer et J.M. Roux (1976) et dont les conséquences économiques et sociales sont peu à peu condamnées à travers l'idée du "mitage" des campagnes.

170Simultanément, par fuite ou disparition des autres activités, le commerce devient l'élément prépondérant de l'animation du centre-ville, et, face à la concurrence sévère offerte par la grande distribution de périphérie, les commerçants pressentent les premiers les enjeux que représente le centre-ville. Nous avons montré (N. Commerçon, 1984) qu'en protégeant leurs propres intérêts ils sont les précurseurs de la défense des centres urbains.

171Survenant alors, la campagne relative aux élections municipales de 1977 est pleine de cette alternative de l'aménagement urbain qui oppose la périphérie au centre, le réalisé à l'oublié, les surcoûts au réalisme financier... Ainsi s'explique en partie le maintien ou le remplacement des équipes municipales en place. Le parti socialiste, vainqueur des municipales, s’appuie d'ailleurs sur le slogan "changer la ville, changer la vie". A Mâcon, comme à Bourg, la grandeur des actions passées ou projetées ne supporte pas une remise en cause au profit d'opérations plus modestes et davantage cohérentes. Small is beautiful, selon le titre de l'ouvrage de E.F. Schumaker (1979), devient le thème essentiel de cette dernière décennie de la politique de gestion immobilière à Mâcon, Chalon, Bourg, comme dans la plupart des villes françaises. Il ne s'agit plus de consommer l'espace, mais au contraire de tirer parti de celui qui est déjà urbanisé. Les préoccupations ont changé d’échelle et se fixent sur le centre-ville.

  • 102 Evolution de la population municipale au R.G.P. 1975-1982. Chalon : -3,5 % ; Mâcon : -2,7 % ; Bour (...)
  • 103 Selon la terminologie comprise dans son sens le plus large, et adoptée officiellement d’après le r (...)
  • 104 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III.3.

172Il n'est d'ailleurs plus question de bâtir à tout va pour loger les nouveaux habitants, puisque l'on constate que, depuis 1975, les citadins quittent davantage la ville qu’ils ne la recherchent102. On se tourne alors vers la réutilisation d’espaces déjà urbanisés, tout en achevant puis en abandonnant une consommation d'espace péri-urbain sans mesure. "Rénovation" puis "restauration" et "réhabilitation"103 sont alors au cœur des objectifs des politiques municipales d’intervention en centre-ville, précédés en cela par les commerçants ou les investisseurs privés de l'immobilier profitant des premiers desserrements urbains induits par la désindustrialisation du centre-ville. Suivent enfin les mesures législatives d'accompagnement104.

  • 105 Cf. p. 210.
  • 106 50 logements H.L.M. rue G. Jeanton, 49 rue Bigonnet, 50 rue des Cordiers (plus 34 en accession à l (...)

173La figure no 30105 montre combien, d'après l'exemple mâconnais, les programmes immobiliers en centre-ville relèvent davantage des initiatives privées. En effet, les coûts fonciers rendent très difficiles les opérations publiques en faveur du logement social, qu'il s'agisse de restauration d'immeubles anciens comme ceux de l'îlot de la République à Bourg, ou de constructions neuves à l'emplacement d'anciens entrepôts comme à Mâcon aux Cordiers ou rue G. Jeanton106.

Mâcon, réhabilitation du centre ancien et programmes immobiliers, 1960-1986
Source : Atelier municipal d’urbanisme

174En réalité, le regain d'intérêt suscité par le centre-ville participe tout à la fois d'un essai de politique globale d'aménagement d'une portion homogène de l'espace urbain, d’une sauvegarde d'intérêts économiques pour la fraction des activités commerciales de centre-ville et accessoirement pour celle du tertiaire privé, ainsi que d'une réponse à une idéologie qui a pris naissance après 1968 et que la crise a contribué à développer.

Notes

1 Cf. figure no 1, p. 14.

2 Cf. livre II, deuxième partie.

3 Archives municipales HH 12-756.

4 La première fonte du minerai de fer au coke est effectuée en France au Creusot en 1785. En 1836 la société Schneider reprend la fonderie royale.

5 Chalon reste en réalité desservie par la gare de Montchanin-Le Creusot située à 28 km de là.

6 Malheureusement Chalon redevient pour un temps ville-frontière avec le tracé de la ligne de démarcation du 22 juin 1940 au 5 septembre 1944.

7 Décret de l’Assemblée nationale constituante du 11 février 1791 : « Le tribunal criminel du département de Saône-et-Loire sera établi dans la ville de Chalon, et celle de Mâcon sera définitivement le siège de son administration ».

8 Cf. figures no 19, 20, 21, p. 158-159, 162-163 et 165.

9 Le cours du Linguet sera plus tard emprunté par le Canal du Centre et, depuis sa déviation, par l'avenue N. Niepce.

10 Cardo : Grande Rue. Decumanus : rue Saint-Vincent, rue du Châtelet.

11 « Trésor de Mâcon » : riche ensemble archéologique de statuettes d’argent et de monnaies romaines exhumées en 1770 et déposé au British Museum au début du XIXe siècle.

12 Gérard, évêque de Mâcon, se retire en 927 près de la forteresse de Bourg, au-delà des marécages, et bâtit à Brou le premier édifice religieux de Bourg.

13 Il s’agit toujours du pont dit de Saint-Laurent, actuellement encore le seul pont urbain, si l’on excepte celui du chemin de fer au sud, et celui de la liaison A.6/N.6/N.79/A.40 au nord.

14 Il s’agit de protéger en particulier le faubourg Saint-Pierre qui dépend alors d’une abbaye bénédictine et est le lieu des marchés urbains.

15 Bâtie de 1547 à 1555.

16 L’unique pont - le pont de Saint-Laurent - est rebâti en pierre à partir de 1419.

17 Au traité de Cateau-Cambrésis Marguerite de France, fille de François Ier, apporte en dot la Bresse à Emmanuel-Philibert de Savoie.

18 Chalon Portrait de la ville de Chalon, 1573. R. Rancurel. Extrait de P. de Saint-Julien de Balleure, 1581. De l’origine des Bourguignons. Paris, N. Chesnau. (Inventaire no 5760. Musée des Ursulines, Mâcon)
- Cabillonum 1580 (A.D. 1/Fi/18-2)
Mâcon : - Portrait de la ville de Mâcon, 1568. P. de Saint-Julien de Balleure, ouvrage cité.
Bourg : - Plan de la citadelle. Plan manuscrit (B.M.062)
Plan de la ville de 1607. Le Dauphiné et ses confins vu par l'ingénieur Jean de Beins (B.M.503.524).

19 Cf. figure no 22, p.167. La ville compte alors environ 5000 habitants, Chalon et Bourg sans doute 6000.

20 La Cosmographie de F. de Belleforest (historiographe du roi Charles IX) paraît d’abord à Bâle puis à Paris en 3 volumes, en 1575. Elle éditée par Nicolas Chesnau qui réutilise sans doute la plaque du plan de Mâcon dans l’ouvrage de P. de Saint Julien de Balleure De l’origine des Bourguignons, en 1581. Ce plan a ensuite servi de modèle à tous les plans du XVIe et du XVIIIe siècle.

21 Rue Gambetta(sud), rue V. Hugo, place de la Barre (ouest), rue du 28 juin (nord), les quais (est).

22 Place Gérard-Genevès (sud), place de la Barre (ouest), place Gardon (nord).

23 La N.79 est en voie de déclassement dans la traversée de la ville en raison de sa mise partielle en secteur piétonnier - cas unique pour l’instant d’une route nationale interdite à la circulation autre que pédestre !

24 Place poissonnière par exemple.

25 Telles les épidémies de peste à Bourg.

26 Par exemple à Bourg : Collège des Jésuites (lycée Lalande) ; Hôtel Riboud (services municipaux)
à Chalon : Couvent des Visitandines (musée Denon) ; Couvent des Carmes (Hôtel de Ville)
à Mâcon : Couvent des Ursulines (musée municipal) ; Château de l’évêché (préfecture) ; Couvent des Jacobins (services publics divers).

27 Bourg : Hôtel Marrons de Meillonas (Trésorerie générale) ; Mâcon : Hôtel de Montrevel (Hôtel de Ville).

28 Long de 121 km et comportant 51 écluses, il est destiné aux barges de 120 t. L’Obélisque est dressé à l’extrémité de l'un des bassins pour marquer l’achèvement des travaux (1788).

29 Hôtel de Ville (1771) ; nouvelle halle (1773-81) ; théâtre (1776) ; hôpital (1783-1791).

30 L’avenue du Mail est ainsi tracée en 1789.

31 1700 : 4500 hab. (D’après l’Abbé EXPILLY, 1743, Dictionnaire Géographique).
22 sept. 1795 : 7117 hab. (D’après BOSSI, 1806. Statistique du département de l'Ain).

32 Cf. graphique no 1, p. 34.

33 Le tracé du chemin de fer par Mâcon fut ardemment défendu par Lamartine dans Le Bien Public, puis par les notables de Mâcon désireux de maintenir sur place à la fois la main-d’œuvre (environ 1600 ouvriers), les entrepôts et le négoce du vin.

34 La municipalité cherche en réalité à s’approprier les taxes d’octroi du marché aux grains de Saint-Laurent.

35 La commune de Saint-Cosme sur laquelle la gare est installée est annexée en 1855 à la commune de Chalon.

36 Créée par ordonnance royale en 1842, la Chambre de Commerce et d’industrie de Chalon devient en 1843 la 43ème chambre de France et consacre la réputation commerciale de la ville.

37 Celle de Mâcon n’est créée qu’en 1898.

38 Par exemple : fabrique de parapluies Neyrat (1906), compagnie Saint-Gobain (1913)...

39 En particulier les chantiers navals Schneider du Petit Creusot établis dès 1839.

40 Bourg, surface communale : 23,86 km2

41 Par exemple Saint-Vincent de Chalon-sur-Saône, le vieux Saint-Vincent de Mâcon, Notre-Dame de Bourg. Nous excluons l’église de Brou, située hors du centre-ville de Bourg.

42 On été dépouillées les archives suivantes :

  • Archives départementales de l'Ain
    • série 24X-1077-1078-1079-1081-1082-1083-1095-1106-1107-2157-2158-2159-2160-2161.
    • série HBM. Versement des archives municipales par la Préfecture de l'Ain aux Archives départementales.
    • série S 2631-2701
  • Archives départementales de Saône-et-Loire :
    • série 716. Versement de la sous-préfecture de Chalon. 100-101-106-107-504-539-540-541-542-544.
    • série O. 323-324-325-335-336-349.

43 Cf. figures no 25, 26, 27, p. 190, 192, 194.

44 Ils réclament 5 F par jour - le coût d’une livre de beurre - et la grève est totale dans les établissements Schneider explique E. Leclerc, 1965. Chalon entre les deux guerres. Chalon, C.C.I., p. 7.

45 Nous ne donnons ici que quelques éléments explicatifs du développement urbain. L’industrialisation sera traitée ultérieurement, livre II, première partie, chapitre 1.2.

46 Limonier (1922, bonneterie, layette), Terrade (1925, BTP), SOCAD (1925, mécanique), Air Liquide (1928), Peroxydés (1931), SIF (1936, ferblanterie), Gardy (1937, appareillage électrique), SEVA (1926, 1931, verrerie), construction de la centrale thermique (1928-1930).

47 La fabrique de cartes postales CIM fondée en 1907, les établissements Protat (1848) spécialisés dans les éditions de caractères rares, l'imprimerie Perroux (1884) éditant en particulier les annuaires téléphoniques, l’imprimerie Buguet-Comptour (1850)... Etablie en 1796 la fonderie Gardon est encore la seule manufacture mâconnaise à la fin du XIXe siècle ; elle emploie 180 ouvriers en 1886.

48 Population de Saône-et-Loire 18861936 :-16 % (source I.N.S.E.E. R.G.P. 1886, 1936) ; en dépit d’un léger redressement entre 1926 et 1931 la population du département décroît jusqu’en 1946 (1936-1946 : -3,6 %). La dépopulation rurale a précédé et entraîné cette perte que la croissance urbaine - limitée - n’a pu compenser.

49 Bourg R.G.P. 1931, population : 23 118 personnes dont 5 % d'étrangers (en particulier 561 Italiens).

50 E. LECLERC, 1965. Ouvrage cité, p. 25.

51 A.D. Ain : 24 X-1095.

52 « 1°) La crise du logement sévit à Mâcon à l’état aigu ; les offre sont nulles alors que les demandes sont très nombreuses ; les petites localités voisines de Mâcon n’offrent plus aucune ressource à cet égard. 2°) Les industries locales voient leur essor arrêté par suite de l’impossibilité d’accroître la main-d’œuvre. 3°) Un quartier important de Mâcon dit « Plateau de la Baille » où habitent environ 400 familles ouvrières frappé d’expropriation pour cause d’insalubrité publique ne peut disparaître tant que des constructions nouvelles n’auront pas été préalablement édifiées ». Rapport du président du conseil d’administration de l’office public départemental des habitations à bon marché, 14 juin 1924. A.D. Saône-et-Loire Versement 716-540.

53 En 1889 le congrès des cités ouvrières (mouvement philanthropique) s’intitule Congrès des Habitations à Bon Marché.

54 La société de crédit immobilier « pourra consentir des prêts aux ouvriers, petits employés, petits fonctionnaires.. » à un taux réduit. A Bourg le taux est de 3,5 % en 1923 lorsqu’est créée la société : « Elle dispose d’un capital de 300.000 F composé de 3000 actions de 100 F souscrites par les collectivités : caisse d’épargne, hospices, chambre de commerce, commune, voire même les particuliers ». Extrait de la délibération du conseil municipal du 21.12.1922. A.D. Ain Série O. Dossier H.B.M. Archives municipales versées par l’autorité de tutelle préfectorale aux archives départementales.

55 L’office des H.B.M. dispose alors d’un financement de ses programmes immobiliers à 90 % par les subventions de l’Etat et les prêts de la Caisse des dépôts et consignations (pour plus de 50 % après 1930).

56 Chaque logement est composé de deux chambres, salle à manger, cuisine, WC en appentis adjacent. Il n’y a pas de cabinet de toilette mais il existe un poste d’eau.

57 Par exemple rue de la Verrerie :

- rez-de-chaussée : 1 cuisine, 1 réfectoire, 1 lavabo, 2 WC, 8 chambres
- à l'étage : 1 lavabo, 2 WC, 9 chambres.

58 Chaque logement possède l’eau, le gaz, le tout à l’égoût, les W.C. intérieurs ; 150 m2 de potager sont alloués à chaque ouvrier.

59 Office public départemental d’HB.M. de Saône-et-Loire - 1923, office public municipal d’H.B.M. de Chalon - 1926, office public municipal d’H.B.M. de Mâcon - 1932, société anonyme de crédit immobilier populaire de l’Ain - 1923, société anonyme de crédit immobilier populaire de Chalon - 1928, société coopérative d’H.B.M « L’Avenir » de Chalon-1922, union des sociétés de secours mutuel de Saône-et-Loire.

60 G. Nouelle : maire de Chalon de 1926 à 1940 puis de 1944 à 1952.

61 J. Richard (radical) est maire depuis 1904 où il a conduit la liste du bloc républicain.

62 A Chalon, l'allocation patronale de chauffage sous forme de bois et charbon pose un problème d’entrepôt, faute de place prévue. A Dourges le chauffage n’était en effet dû qu’au charbon...

63 Soit au total 250 logements.

64 Financement du premier programme : subvention de l’Etat 33 % ; prêt à taux réduit 53 %.

65 Article 11, loi du 13.7.1928.

66 « La santé physique et la santé morale de la famille exigent une habitation salubre, confortable et attrayante. Pour sauvegarder cette indépendance, pour assurer son développement en toute sécurité, il est infiniment souhaitable que la famille puisse acquérir la propriété de son foyer. C’est pourquoi les pouvoirs publics viennent de faire un effort nouveau et d’une importance sans précédent en faveur du logement ouvrier. Cet effort développe et complète ceux qui avaient été précédemment réalisés par la République dans les lois antérieures auxquelles restent attachés les noms de Siegfried et Ribot ». Rapport du Sous-Préfet de Chalon sur la politique locale en faveur des H.B.M., commentaire sur la loi Loucheur. A.D. Saône-et-Loire 716-544.

67 Outre les subventions et exonérations fiscales prévues, les bénéficiaires perçoivent des prêts allant de 2,5 à 2,75 % d’intérêt à long terme.
La subvention de l’Etat (1 350 000 F) et les prêts à taux réduits (2 % pour 10 021 000 F) couvrent 90 % de l’ensemble des frais engagés qui se montent à 13 100 000 F dans un premier temps, puis à 14 200 000 F après la construction de l’école primaire.

68 Avec en outre cuisine, WC, cave et grenier. Cf. plan d’ensemble de la cité, figure no 23, p. 182.

69 « Ce fut M. Derain, président du syndicat des locataires qui fit accepter à Chalon cette idée de construire des maisons en commun, chacun fournissant sa propre main-d’œuvre et tous travaillant successivement pour chacun, selon un mode établi par tirage au sort ». Le Progrès, 25.6.1923.

70 Coût total de la cité-jardin : 3 450 116 francs dont 52 % empruntés à la Caisse des dépôts et consignations (taux de 2,5 % sur 40 ans) 4,6 % à la Caisse d’épargne de Mâcon (taux de 5 % sur 25 ans) et 10,4 % aux particuliers (taux de 3 % sur 25 ans) avec garantie par la ville.

71 Séance du conseil municipal du 10.6.1921. Registre des délibérations.

72 Procès-verbal d’aliénation de terrain. Séance du conseil municipal 15.2.1922. A.D. Ain O. H.B.M.

73 Terres et pâturages des Vennes ont été reçues en don du Duc de Savoie le 22.10.1487.

74 Vente du terrain de prés, vignes et jardins de 2,6075 ha pour 140 000 F en 1923.

75 Vente du terrain de 1,4282 ha pour 214 230 F en 1928. On mesure ainsi les différences de prix non seulement d’une ville à l’autre mais selon que le terrain est excentré ou non.

76 Cf. figure no 27, p. 194.

77 Outre le classement en le certificat de salubrité délivré par le comité de patronage des H.B.M. permet une exonération d’impôts durant 15 ans (contribution foncière, contribution des portes et fenêtres).

78 En Saône-et-Loire le montant de la construction ne doit alors pas dépasser 21 850 F en 1924.

79 Chalon, répartition des demandes de certificat de salubrité selon les catégories socioprofessionnelles des acquéreurs, en 1931 : ouvriers 54 %, commerçants 4 %, cadres moyens 11 %, employés 20 %, divers 11 % (dont mutilés de guerre). Source : listes d’attribution du comité de patronage d’HB.M. A.D. Saône-et-Loire 716-540-542.

80 Plan de maison de type figure no 24, p. 188.

81 Cf. figures no 27, 28, 29, p. 194, 196, 202.

82 24 % des logements de Chalon et 35 % des logements de Mâcon sont considérés comme surpeuplés. Bulletin régional de statistique. I.N.S.E.E., 1958/4. Source R.G.P 1954.
De plus, à Chalon 48 % des logements datent d’avant 1871, à Mâcon 39 % et à Bourg 39,5 %.

83 Bourg. Migrations alternantes au lieu de travail : 1500. Source R.G.P. 1954.

84 La Résidence : 288 logements, les Bruyères : 50 logements, la cité des Neuf-clés : 180 logements H.L.M. (5 immeubles).

85 Mâcon : 1954 - population étrangère : 1,7 % de la population municipale (dont 2,3 % de la population masculine).
1962 - population étrangère : 3,8 % de la population municipale (43 % sont logés dans le centre-ville).
Source : I.N.S.E.E., R.G.P. 1954, 1962 (population municipale, définition 1954).

86 Saint-Gobain au nord de la cité, la S.E.V.A. (Société d’études verrières appliquées, filiale de Saint-Gobain dès 1930) et la S.I.F. (Société industrielle de ferblanterie) rue du Pont-de-fer, à l’ouest.

87 A Mâcon : 2,5 % de lu surface communale (y compris celle de Flacé).

88 Cf. « Le plan voisin » de Le Corbusier en 1925 qui préconise de raser une grande partie de la rive droite de la Seine à Paris.

89 650 sont également bâtis durant ces sept années sur les dix communes de périphérie.

90 59 % de la construction entre 1962 et 1968 concerne des logements de 4 et 5 pièces ; ceux-ci ne représentaient en 1962 que 30 % du parc immobilier de Bourg.
1962-1968. Logements construits : H.L.M. 38 %, avec primes à la construction 55 %.

91 Z.A.D. : loi du 26.7.1962 assurant par un droit de préemption le moyen de créer une réserve foncière destinée à l’urbanisation future.

92 Z.A.C. : zone d’aménagement concerté (loi d’orientation foncière du 30.12.1967, article 16) qui permet à la commune, dans des opérations d’urbanisme de toute nature, de réaliser ou de faire réaliser l’aménagement et l’équipement des terrains nécessaires ; dans le but d’assouplir la procédure, ces réalisateurs peuvent provenir du secteur privé.

93 Par exemple : - cité des Clairs Logis : lotissement 1964-66, 101 logements ;
- cité du Stade, Fontaine au Loups 1963-65 : 420 logements ;
- cité des Charreaux : Résidence Arago 1972, 18 logements ; P.L.R. 1970-75, 191 logements.

94 114 ha de prairie sont destinés à recevoir quelque 2800 logements. Cf. figure 28, p. 198.

95 L’office public départemental d’H.L.M. du département de Saône-et-Loire devient en 1977 l’office public d’aménagement et de construction (O.P.A.C.).

96 Là encore les capitaux privés sont minoritaires puisque trois promoteurs sont responsables du logement non H.L.M. : la S.A.I.E.M. (Société anonyme immobilière d’économie mixte où la ville détient la majorité des actions et que gère la SCI) avec 548 logements, la S.C.I. (Société centrale immobilière, Caisse des dépôts) avec 122 logements et l’E.R.C I (Etudes et réalisations de constructions immobilières) avec 112 logements.

97 La Z.A.C. de la Croix-Blanche prévoit tout d'abord une densité de 5000.

98 Par exemple à Mâcon : annexions des communes de Flacé au (nord) en 1965, de Sennecé-les-Mâcon et Saint-Jean-le-Priche (au nord) en 1971, et Loche (au sud) en 1972. En revanche, les relations avec Chamay-les-Mâcon (à l’ouest) et Sancé (au nord) sont le plus souvent difficiles.

99 Développement des programmes de P.L.R. et P.S.R. au détriment des programmes de H.L.M.
(P.L.R. : Programme à loyer réduit, P.S.R : Programme social de relogement).

100 La loi du 31.12.1975, portant réforme de la politique foncière, instaure les zones d’intervention foncière (Z.I.F.) et par elles etend le droit de préemption des communes aux sols déjà urbanisés ; mais le droit s’exerce au prix du marché Or la plupart des municipalités n’ont pas les moyens de cette politique qui donne parfois lieu à des compromissions avec les entrepreneurs et les promoteurs, lesquelles défraient de temps à autres les chroniques locales...

101 Cf. figure no 46, p. 298.

102 Evolution de la population municipale au R.G.P. 1975-1982. Chalon : -3,5 % ; Mâcon : -2,7 % ; Bourg : -2,4 %.

103 Selon la terminologie comprise dans son sens le plus large, et adoptée officiellement d’après le rapport de S. NORA, 1976. L'amélioration de l'habitat ancien. Paris, la Documentation française, p. 200.

104 Cf. livre I, deuxième partie, chapitre III.3.

105 Cf. p. 210.

106 50 logements H.L.M. rue G. Jeanton, 49 rue Bigonnet, 50 rue des Cordiers (plus 34 en accession à la propriété).

Table des illustrations

Légende Fig. 19a : La croissance de Chalon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 19b : Le développement historique de Chalon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig.20a : La croissance de Mâcon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Fig.20b : Le développement du centre historique de Mâcon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig.21 : La croissance de Bourg
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig.22 : Mâcon, plan de Rancurel, vers 1568 (cliché ville de Mâcon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Légende Fig.23 : Chalon, plan d’ensemble de la cité des Charreaux 1928
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig.24 : Maison individuelle type H.B.M., Mâcon, 1932
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig.25 : Le logement social dans la première partie du XXe s. à Chalon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig.26 : Le logement social dans la première partie du XXe s. à Bourg
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig-27 : Le logement social depuis le début du XXe s. à Mâcon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 28 : Les grandes opérations de construction de logements à Chalon depuis la guerre
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig. 29 : Les grandes opérations de construction de logements à Bourg, 1962-1968
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Mâcon, réhabilitation du centre ancien et programmes immobiliers, 1960-1986Source : Atelier municipal d’urbanisme
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8189/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 404k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search