Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Deuxième partie : La dynamique spatiale

Chapitre I. Les sources, les méthodes

Texte intégral

I.1. LA DIVERSITÉ DES SOURCES

1Les sources nécessaires à cette d'analyse de la dynamique spatiale sont multiformes et la liste exhaustive en serait à la fois fastidieuse et impressionnante par son ampleur. Aux sources classiques et statistiques issues des principaux recensements de population s’ajoutent tous les documents des services publics et para-publics permettant de définir les politiques d'aménagement. Pour l'essentiel, nous avons consulté les services des mairies, des directions départementales de l'équipement, des ateliers d'urbanisme, des chambres de commerce et d'industrie, des sociétés d'équipement, des comités d’expansion, dont les minutes des comptes-rendus de réunion, aussi bien que les documents achevés d’intervention ou de définition d'une action à plus ou moins long terme, sont autant de sources précieuses et indispensables à l'étude du fonctionnement, des transformations et de l'articulation des espaces urbains.

2Cependant, il est difficile d'avoir recours à des dossiers antérieurs à la seconde guerre mondiale tant les archives des différents services sont souvent mal tenues... Com bien de greniers où le rangement est la litote de l'amoncellement, et de caves servant de magasins aux vieux papiers où l'inondation est de règle chaque année ! Comment alors suivre le changement dans ses multiples variations ?

3Devant les difficultés rencontrées à vouloir examiner les actions passées à l'intérieur de chaque administration, nous avons tenté de retrouver les traces de ce passé proche et décisif à la fois en dépouillant les liasses déposées aux Archives départe mentales de l'Ain et de la Saône-et-Loire et concernant les administrations précitées ayant eu de près ou de loin une part d'observation, de décision, de réalisation dans le changement relatif à l'espace urbain ; car faute de place et de compétences propres, les archives municipales se retrouvent pour l'essentiel versées également aux services départementaux.

4Nous avons alors recherché ces mutations en réalisant dans un premier temps l’inventaire des plans des villes étudiées depuis les plus anciens, remontant au XVIe siècle, jusqu'aux montages contemporains constitués de photographies aériennes dues aux prises de vue de l'Institut Géographique National. Aux représentations spatiales d'un moment de l'histoire urbaine, nous avons ajouté les travaux d'aménagement traduits sous forme de plans le plus souvent, de documents cartographiques divers, de longues pages descriptives des bien-fondés dudit travail qui reste parfois simplement prospectif. Dans cette rubrique des aménagements divers il convient de faire une part de choix à l'ensemble des documents traitant de l'édification de logements individuels relatifs, en particulier, aux constructions des premiers lotissements privés ou des premières réalisations de cités ouvrières de l'entre-deux-guerres. En effet, ces dépôts de permis de construire et d'agréments de lotir, de demandes de subventions par les sociétés d’habitations à bon marché (H.B.M.) puis d'habitations à loyers modérés (H.L.M.), de sollicitations en tous genres par les sociétés de bienfaisance, d'entraide à la construction, de développement de l’hygiène publique... très nombreuses dans les années trente, sont des éléments essentiels à la compréhension du changement spatial ; comment s'opèrent les transformations de l’entre-deux-guerres, comment la grande propriété foncière de l’immédiate périphérie urbaine change-t-elle de mains, se divise et s'ampute pour des profits immobiliers immédiats qui sont de plus en plus nombreux peu avant 1939 ? Ainsi s'ébauche la nouvelle donne de l’espace reprise et prolongée par l'expansion de l'après-guerre.

5Cependant, la filiation des appropriations successives de l'espace urbain n'est pas toujours décryptable à travers le dépouillement des liasses archivées relatives aux grandes constructions nouvelles, dans la mesure où l'acte notarié de transmission de la propriété est absent, resté dans l'étude notariale ayant enregistré la transaction. Si bien que pour effectuer ce repérage, il devenait nécessaire de rechercher les actes de vente des principaux changements de propriétés parmi les études notariales urbaines où la plupart des actes étaient passés entre les deux guerres. Mais devant les difficultés du travail ainsi requis, dues en particulier à un archivage très approximatif ainsi qu'à des transferts d'archives notariées par rachats successifs d'études et par dispersion et éparpillements de documents quasiment impossibles à rassembler, nous nous sommes résignée à n’effectuer cette recherche que dans la seule étude dont les archives présentaient une possibilité d'investigation réalisable et fiable par ailleurs, puisque cette étude a conservé non seulement intactes ses propres archives, mais aussi celles d'études plus anciennes par rachat ou dépôt des actes lors de la cession d’une charge notariale.

6C'est à Mâcon que nous avons réalisé ce dépouillement d’actes de vente de propriétés urbaines, en analysant le chapitre de l'antécédence de propriété. Nul doute que des résultats comparables auraient été obtenus à Bourg ou à Chalon, ainsi que les actes conservés aux Archives départementales le laissent supposer. Qui possède quoi, comment, pourquoi l'aliénation de la propriété est-elle engagée, sont autant de questions auxquelles il devient alors possible de répondre afin de comprendre comment, et sur quelles bases, s'opèrent les changements de l'espace urbain ; ils conditionnent le développement de l'après-guerre, dans la mesure où les ébauches d'occupation du sol de l'avant-guerre deviennent les nouveaux quartiers urbains de l'après-guerre, et tout au moins dessinent de manière irréversible les nouvelles localisations de la consommation d'espace contemporain. Ainsi s'explique notre souci de saisir la genèse des phénomènes, de rechercher à travers le passé les éléments explicatifs du présent.

I.2. LES METHODES

7A partir d'une telle variété de sources de travail, il est certain que les méthodes employées pour les exploiter sont elles-mêmes multiformes afin de saisir les formes et les causes du changement spatial urbain. Dans l’ensemble, nous avons appliqué les règles classiques de dépouillement de documents statistiques, cartographiques, photo graphiques, administratifs, juridiques et fonciers. En particulier, nous avons emprunté aux méthodes de photo-interprétation afin de lire et de saisir la spécificité morphologique des trois cités, les traces de la croissance dans la trame urbaine d'aujourd’hui, l'organisation du bâti, l'âge et la valeur du maillage des rues, la validité des mesures d'aménagement réalisées ou projetées...

8De cette vaste panoplie de méthodes se distingue plus spécialement celle de l'analyse statistique relative à l'étude de la structure urbaine, d'une part afin de définir les caractéristiques économiques et socio-démographiques de chaque quartier, et d'autre part afin d'établir une critique constructive de la partition spatiale en quartiers urbains.

  • 1 Cf. livre I, première partie, chapitre 1.1.
  • 2 Cf. livre II, deuxième partie, chapitre I.

9Pour ce faire, nous avons essentiellement utilisé les résultats qui proviennent des recensements généraux de population, et en particulier de celui de 1975 à partir du fichier personnel que nous avons constitué selon notre perspective d’analyse1, ainsi que ceux qui sont issus du sondage que nous avons effectué de 1981 à 1982 dans les trois villes étudiées2.

1.21. L'analyse dite du Khi-deux3

  • 3 Nous tenons à remercier très vivement J. Chèze, professeur de mathématique, pour le montage inform (...)

10Il s’agit, par une approche probabiliste, de confronter une observation empirique à une loi théorique attendue en calculant une "distance" entre le réel et le modèle. Ainsi, en ce qui concerne la structure urbaine, les écarts à l'hypothèse théorique déterminent l'originalité des quartiers et autorisent l'analyse de celle-ci.

11Soit par exemple un tableau O de valeurs observées considéré comme un tableau de fréquences où une population est répartie selon deux critères de valeur A, B et X, Y.

12Les valeurs théoriques sont obtenues d'après les valeurs marginales de la matrice observée, par un calcul de probabilité, et à partir de l’exigence de l’indépendance des critères tels que :

Proba (A) = t1/T Proba (X) = q1/T
Proba (A et X) = t1/T. q1/T

13La valeur théorique présentant à la fois les critères A et X devient :

C11 =(t1/T . q1/T).T

14Pour les valeurs B et Y on obtient :

C22 = (t2/T . q2/T). T

15Si bien que le tableau théorique ainsi reconstruit permet de calculer le χ2. soit la somme des termes :

16Par commodité, dans la formulation des programmes nous appelons ces termes « molécules ». Ainsi la distance entre la distribution observée et la distribution théorique pour deux critères prenant respectivement k et n valeurs s’écrit :

17Le nombre de degrés de liberté tient compte des contraintes relatives à la construction du tableau, soit :

(n - 1) . (k - 1)

18Si le degré de liberté dépasse 30, le diagnostic peut-être porté en se référant à une loi normale ; sinon il est d’usage de comparer le χ2 calculé (χ20) aux valeurs du χ2 tabulées (χ2T) au seuil de confiance choisi, en général%.

19Si χ20 < χ2T il n'y a alors pas de différence entre les valeurs observées et les valeurs théoriques, dans le cas contraire les molécules les plus importantes expliquent cet écart. Il est d'autant plus élevé que la valeur du χ2 est plus grande.

20S’il peut être intéressant pour l'analyse géographique de montrer que des différences significatives n'apparaissent pas, il est encore plus nécessaire de comprendre d'où proviennent les "défauts" observés. Pour cela, est établi un classement par ordre décroissant des molécules, associé à l'impact (I) des molécules responsables de la "distance" apparue. Par exemple I1 = M12. Il est évident que plus l'impact est fort, c'est-à-dire plus il est comptable χ2, et plus la molécule mise en cause est représentative des écarts qu'il convient d'apprécier.

21Mais encore faut-il définir un seuil significatif de cet impact, à seule fin de le retenir dans l'analyse. Aussi chaque case, peut, en théorie, être considérée comme responsable de manière équiprobable de l'ensemble du χ2 apparu, soit χ2/Ν où N = nombre de lignes x nombre de colonnes, soit encore N = n x k. Si bien que tout impact tel que :

22est à prendre en compte avec d'autant plus d'attention que l'effectif correspondant est plus important ; il y a lieu également de s'intéresser au signe de la différence apparue (valeur observée - valeur théorique) afin d'obtenir le sens de la distance.

23Dans la pratique, quelques contraintes apparaissent. Tout d'abord, la première relève de l'ensemble des effectifs qui ne doit pas être, en général, inférieur à 20. D'autre part, chaque effectif du tableau théorique ou observé ne doit pas non plus être inférieur à 10. Cependant, une analyse critique du contexte peut justifier un abaissement de ce seuil.

24Enfin, il est de toute manière plus efficace pour le but recherché de dégager de grandes tendances représentant des distances de profils de lignes et de colonnes, plutôt que de se tenir à des différences ponctuelles portant sur quelques cases du tableau. Ce sont les concentrations de molécules significatives sur les lignes et colonnes du tableau de données qui donnent à l’analyse dite du Khi-2 toute sa pertinence.

1.22. La classification avec contrainte de contiguïté

25Toute analyse de la dynamique de l'espace urbain passe inévitablement par la prise en compte de données de tous ordres relatives aux quartiers urbains considérés à de nombreux titres comme unités de base de la structure urbaine, et sur lesquels se fondent l'ensemble des travaux d’analyse de l’espace urbain tout comme ceux d'aménagement.

26Mais quelle validité accorder à ces sources multiples dans la mesure où le quartier nous paraît souvent relever d'a priori peu clairs, relatifs tantôt à la fonction, tantôt aux caractéristiques sociales, ou encore à des traditions historico-politiques dont les usagers de la ville ont pour leur part depuis longtemps oublié les fondements. Ainsi parle-t-on à loisir de "quartiers anciens", de "noyau historique", de "centre gallo-romain", de "quartier commercial et/ou industriel"... La réalité transparaît parfois fort différemment de ces appréciations convenues et lapidaires. Et pourtant, c'est par référence à ces définitions approchées, aux assises spatiales des plus floues, que les décisions d'aménagement se préparent, que les statistiques de base sont constituées... Ces découpages en quartiers communément admis sont-ils fondés et autorisent-ils le point de départ d'une réflexion, voire d'une action sur la structure spatiale urbaine ?

27Afin de répondre à cette interrogation située à l'amont de l'analyse urbaine, nous nous sommes engagée dans un travail théorique permettant de se donner les moyens de redéfinir les quartiers urbains et de confronter les résultats acquis avec la partition communément utilisée. Il existe peu d'exemples de ce type de recherche dans la littérature géographique, soit qu'ils demeurent plus spécifiquement théorique, soit qu'ils n'évoquent pas la double exigence de la classification et de la contiguïté spatiale, malgré l'ampleur des études effectuées.

28L'intérêt d’une application à la ville moyenne est double ; d'une part, les données se situent à un niveau quantitatif encore abordable en dépit d'une ampleur non négligeable des sources à prendre en compte, et elles permettent de traiter, dans son ensemble, de l'espace urbain considéré. D'autre part, la ville moyenne présente une relative homogénéité de structure, comparativement aux villes de niveau supérieur, et les quartiers définis a priori sont sans doute plus sujets à caution parce que plus difficiles à cerner et peu remaniés au cours du temps, alors que le tissu urbain a évolué brutalement durant ces dernières décennies. Si bien que le problème posé, sa solution et sa mise en œuvre prennent une valeur exemplaire.

29Il s'agit donc de tenter de définir des quartiers urbains "homogènes" à partir d'agrégations d'îlots urbains constituant la plus petite unité spatiale mesurable et considérés comme spatialement contigus ; dans le cas présent, les îlots sont déclarés contigus lorsqu'ils possèdent au moins une frontière linéaire commune ; les contiguïtés par les sommets, lorsqu'elles ne sont pas associées à des contiguïtés par arêtes, n'ont pas été retenues comme signe direct de contiguïté spatiale. De plus, les grandes coupures urbaines posent également un problème de contiguïté. Ainsi, à Mâcon, la ligne S.N.C.F. traverse la ville en tranchée et aucun îlot ne se retrouve de part et d'autre de la voie ferrée ; si bien qu'en considérant que deux îlots séparés par le chemin de fer ne sont pas voisins, une première dichotomie s'impose de part et d'autre de la ligne ferroviaire, invalidant le processus d’agrégation. Il est donc fait abstraction de la voie ferrée dans la délimitation des frontières d'îlots.

  • 4 Dans le cas d'application à la ville de Mâcon le nombre de quartiers est de 15, le nombre d'îlots (...)

30Ce problème de classification d'îlots en un nombre fini de quartiers4 se double d'un problème d'affectation d'îlots à des quartiers spécifiques, de taille semblable et répondant à des critères d'homogénéité.

31Une série de variables extraites du R.G.P. de 1975 est définie comme caractéristique de la spécificité de l'îlot, et donc du quartier à créer. Au nombre de 18, ces variables décrivent, avec 68 critères, outre la situation géographique, l'état du bâti (nombre d'immeubles, nombre d'étages, âge des bâtiments), les propriétés des logements (nombre de pièces, confort, statut d’occupation...), les particularismes socioéconomiques et démographiques des populations résidentes. Afin de mesurer les similitudes donc les possibilités d'agrégats - entre deux îlots selon les critères retenus, il est défini une distance telle que :

  • 5 En fait, une distance euclidienne.

32où i et j sont deux lieux distincts (les îlots) dans un espace (la ville) à n dimensions (n variables Xv prises en compte). Cependant, l'utilisation de cette distance5 comme outil de la mesure de la similitude - ou de la dissemblance - oblige à utiliser des données "homogènes" afin de réduire l'influence des poids issus des unités de mesure utilisées pour les variables, et d'équilibrer les effets de variance. Pour cela, les îlots sont répartis en classes d'équivalence pour chaque variable, c'est-à-dire de manière à ce que la probabilité d'un îlot d'appartenir à une classe soit indépendante de la classe. Construites dans un premier temps avec un pas linéaire, les classes d'équivalence sont ensuite constituées avec un pas exponentiel. Les histogrammes obtenus pour chaque variable permettent alors de choisir un lot de variables équilibré, c'est-à-dire présentant des variances voisines.

33Le problème de l'affectation peut se résoudre par la méthode du plus proche voisin, ou de celle du diamètre, mais l'une et l'autre ne tenant pas compte de la structure interne des groupes à agréger, la méthode dite du "centroïde" a seule été retenue. Elle consiste à définir la distance entre deux groupes comme celle entre leur "centre de gravité" respectif, soit la moyenne de chaque variable affectée d'une même pondération à chaque lieu.

  • 6 Cf. Graphique no 22 et schéma no 3, p. 147.
    Alain LARDEAU, 1980. Problème de classification avec co (...)

34En dépit des multiples inconvénients rencontrés lors de l'établissement des centroïdes, ou des fichiers de données, la classification peut s'établir à partir de tables élaborées afin de constituer les nœuds d'agrégats permettant de regrouper les individus semblables selon les critères définis, mais aussi voisins au sens de l'indice de distance introduit sur les données, ainsi qu’au sens de la contiguïté spatiale. Bien entendu, un quartier est constitué d'un tout, il doit être intégralement parcouru sans jamais être quitté. Au terme des itérations successives, la classification consiste en un arbre dont le sommet représente la classe ultime réunissant l'intégralité des îlots, et dont les branches décrivent les différentes étapes d'agrégation. A tout moment, le choix d'un seuil particulier permet d'obtenir un niveau de classification plus ou moins élaboré6.

35La mise en forme de l'algorithme et sa réalisation informatique ont été testées à partir d'un jeu de variables aléatoires dans un premier temps, puis il a été procédé à une première application à la ville de Mâcon, à partir d’un nombre restreint d’îlots et de variables, avant de prendre en compte la totalité de l’espace mâconnais défini à partir des variables extraites du recensement et qui caractérisent, à notre sens, un îlot urbain. Non seulement il y a là un acquis théorique donnant les moyens de progresser dans le domaine de la connaissance de la structure urbaine ; mais cette méthode autorise aussi à redéfinir cette dernière à partir d’un construit rigoureux.

Graphique 22 : Dendogramme de classification des quartiers urbains

Schéma 3 : Les déterminations des quartiers

Schéma 3 : Les déterminations des quartiers

Notes

1 Cf. livre I, première partie, chapitre 1.1.

2 Cf. livre II, deuxième partie, chapitre I.

3 Nous tenons à remercier très vivement J. Chèze, professeur de mathématique, pour le montage informatique spécial réalisé à l’usage de notre analyse.

4 Dans le cas d'application à la ville de Mâcon le nombre de quartiers est de 15, le nombre d'îlots de plus de 500.

5 En fait, une distance euclidienne.

6 Cf. Graphique no 22 et schéma no 3, p. 147.
Alain LARDEAU, 1980. Problème de classification avec contrainte de contiguïté. Application à la ville de Mâcon. Projet de fin d'étude. Département d'informatique, I.N.S.A., Lyon, n.p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8186/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8186/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8186/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Graphique 22 : Dendogramme de classification des quartiers urbains
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8186/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Schéma 3 : Les déterminations des quartiers
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8186/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search