Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Deuxième partie : La dynamique spatiale

La dynamique spatiale

Texte intégral

1Nous avons cherché à montrer les rythmes, les causes du développement et leurs incidences qui, sur le plan de la démographie urbaine, nous conduisent à la définition d'espaces de régulation de croissance engendrés par la ville moyenne et nés du changement considérable subi par celle-ci depuis la seconde guerre mondiale.

2Mais l'accroissement quantitatif implique tout d'abord l'extension de la surface urbanisée par le jeu d'une consommation d'espace effectuée à un rythme jusque là inconnu. Y a-t-il alors un simple changement d'échelle de ce type de villes, comparativement à l'ensemble de la typologie urbaine, par simple densification spatiale ? Ou bien existe-t-il, simultanément, un changement structurel au sein de l’espace urbain ?

3Quels en sont alors les enjeux, les acteurs, les conséquences ? En particulier, quel les réponses les aménageurs ont-ils successivement apportées à l'accumulation de population sans précédent supportée par les villes étudiées, aussi bien d'un seul point de vue local qu'en réponse aux discours des urbanistes officiels ? Car ces derniers ont découvert tardivement l'existence bénéfique du maillage régulier des villes moyennes sur le territoire français et ont espéré voir celles-ci redistribuer la croissance selon le schéma hiérarchique de la trame urbaine française allant de la capitale aux métropoles, puis aux petites villes et aux pays via les villes moyennes. Elles deviennent donc la pierre angulaire de l’aménagement français, du moins aux heures euphoriques d'une croissance continue, c'est-à-dire jusque vers 1975.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search