Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Première partie : La dynamique démographique

Conclusion

Texte intégral

1L'extraordinaire développement de la ville moyenne durant ces trente dernières années rencontre son terme à partir de 1975 et manifeste un fléchissement certain dès 1968. Si les degrés du dynamisme de la ville varient selon les cas étudiés ici, le comportement d’ensemble est reproductible selon un même modèle et traduit avec les pulsions de la ville-centre celles du système spatial qu'elle constitue. Ce sont les composantes des flux migratoires qui expliquent la dynamique démographique, gouvernant l'évolution des bilans naturels et structurant l'espace affecté par les départs ou les arrivées en fonction de l'attractivité de la ville et, partant, de sa puissance de redistribution de population.

2L'ensemble de ces effets cumulatifs a engendré un processus de régulation à double effet. D’une part, l'accumulation de population dans la ville se développe jusqu'à un seuil à partir duquel la situation s'inverse au profit de la croissance de la périphérie urbaine. Cependant, les deux phénomènes de rassemblement et de desserrement coexistent jusqu'à ce que les tensions induites déterminent ce seuil d'inversion situé vers 1975 pour la commune-centre, voire également pour les communes de la périphérie immédiate. Il s'en suit une régulation de l'espace de domination urbaine qui s'opère par ondes successives jusqu'à une extension maximale qui définit au moins pour un temps la sphère de dilection du système urbain et au sein de laquelle se déterminent de auréoles homogènes. Les espaces résiduels interstitiels aux systèmes urbains contigus déterminent à la fois des potentialités et des limites à l'attractivité urbaine et à l'extension spatiale des systèmes urbains dont la dynamique spatiale trouve ses propres frontières aux interférences avec les systèmes voisins. Dans la mesure où les villes-centres sont de niveau comparable, il n'y a pas coalescence ou superposition de forces de degrés différents, c'est-à-dire emboîtement, mais simplement coexistence et partage d'influence spatiale.

  • 1 Cf. livre II, deuxième partie : la dynamique socio-spatiale.

3D'autre part, au sein même de la cité, les mouvements migratoires responsables de la dynamique urbaine reproduisent et accentuent les structures démographiques, mais accusent en revanche les carences socio-économiques et concourent à développer une situation univoque et banalisée que précisera l'étude minutieuse des sociétés urbaines1.

4Cependant, si la dynamique urbaine est engendrée par des processus démographiques, en particulier d'ordre migratoire, elle se traduit non seulement à l'intérieur du système spatial qu'elle organise par le jeu des flux de population, mais aussi au sein de l'espace urbain lui-même qui subit en tout premier lieu les conséquences de la croissance. Les différents modes de consommation et d'organisation de l’espace urbain sont alors autant de réponses aux problèmes nés de cette expansion. Dans l'ensemble, les solutions apportées, aussi bien "spontanées" que résultant de politiques d'aménagement, se rapportent au seul espace urbain, négligeant le plus souvent l'articulation de la ville avec la région quelle s'est ménagée ; il est utile à notre sens, de la qualifier de "pays urbain", de la même manière qu'a pu être défini le pays, comme un espace privilégié de l'aménageur.

Notes

1 Cf. livre II, deuxième partie : la dynamique socio-spatiale.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search