Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Première partie : La dynamique démographique

Chapitre II. Villes moyennes et croissance démographique

Texte intégral

1Le premier constat du dynamisme des villes moyennes est né de la simple observation de leur évolution démographique. Celle-ci est d'autant plus étonnante qu'après une longue période de stagnation, elles connaissent brutalement une véritable explosion démographique dont les conséquences multiples varient selon les politiques et les sociétés mises en cause, mais aussi les héritages locaux, indépendamment d'une adéquation d'ensemble aux vicissitudes et aux grandes orientations politiques nationales.

II.1. LES HÉRITAGES

  • 1 Cf. graphique no 1, p. 34 : populations de Chalon, Mâcon, Bourg-en-Bresse 1801-1982.
    - Population mu (...)

2L'histoire démographique des trois villes1 d'étude, depuis le recensement du Consulat, raconte des vies parallèles reflétant l'histoire démographique française en général, mais aussi des réactions locales spécifiques qui illustrent les individualités urbaines dont nous recherchons également les particularismes comme autant de phénomènes explicatifs de la situation contemporaine.

3Notre propos n'est pas celui de l'historien démographe ; et malgré une recherche précise sur les recensements de population du XIXe siècle, notre analyse de l'évolution démographique urbaine de Chalon-sur-Saône, Mâcon et Bourg-en-Bresse, depuis 1801, relève plus de l'analyse descriptive que de l'analyse causale, étant limitée à l’étude des résultats globaux des recensements, sans entrer dans les détails des soldes naturels et migratoires. Comme l'écrit P.Bairoch (1977) "cette lacune (...) pratiquement inévitable (...) est le lot de toutes les analyses cherchant à décrire et à comparer sur un plan spatial et historique les modifications d’une structure sociale ou économique qui a des composantes régionales spécifiques et qui se trouve modifiée par le processus du développement économique. Cela est le cas, certes de la notion de population urbaine, mais aussi de celle de la ville, comme cela serait le cas des notions de population active...".

Graphique 1 : Population de Chalon, Mâcon, Bourg 1801-1982
Source : I.N.S.E.E., A.D. Saône et Loire, Ain
* Population totale 1801-1954
(1) Population municipale 1954-1982 (définition nouvelle depuis 1962)

  • 2 Arrivées du chemin de fer : Chalon : 1851 ; Mâcon : 1852 ; Bourg : 1856.

4Le recensement de 1801 indique trois villes semblables d'environ 11 000 habitants et demeurant telles durant les trois premières décennies du XIXe siècle. A partir de 1831 la croissance urbaine reprend régulièrement et sensiblement de la même manière d'une ville à l'autre jusqu’au recensement de 1881, où Chalon, qui manifestait déjà une certaine supériorité depuis 1821, prend nettement ses distances avec un accroissement de 13 % entre 1881 et 1891, alors que la population de Bourg et de Mâcon stagne aux alentours de 20 000 habitants jusqu'en 1921 et 1931, respectivement. La période de croissance de Bourg et de Mâcon s'est limitée aux trente années qui suivent l'avènement de la monarchie de Juillet, et qui correspondent à une phase d'expansion économique générale marquée plus particulièrement ici par l'arrivée du chemin de fer2 et des grands travaux qui le précèdent. De grands chantiers attirent les travailleurs, animent les échanges et enrichissent la bourgeoisie commerçante. Ainsi M. Vitte (1960) a-t-il pu compter une augmentation d'un tiers des actes notariés relatifs aux achats ou ventes de propriétés par des habitants de Mâcon pour la seule période de 1852 à 1866.

  • 3
  • 4 Les noms de Chalon, Mâcon et Bourg seront toujours utilisés au sens de « ville de » et donc employé (...)
  • 5 G. BRUNO, 1877. Le Tour de France par Deux Enfants. Devoir et Patrie. Cours Moyens. Paris, E. Belin (...)

5Cependant, en dépit de cette courte période de forte croissance, et d'une légère reprise entre la fin de la première guerre mondiale et les premiers effets de la grande crise économique des années trente, la médiocrité de la fin du XIXe siècle se poursuit à Bourg et Mâcon jusqu'en 1954, où le chiffre de population de 1801 est à peine doublé3. L’une et l'autre n’ont pas tenté l’aventure industrielle de la fin du XIXe siècle. Privées ou éloignées de matières premières parfois difficiles d’accès - en particulier quant au charbon des bassins de Montceau-Blanzy pour Mâcon - elles se satisfont d'être des marchés d'échanges avec un monde rural environnant opulent dont elles profitent d’autre part par le biais de la rente foncière, qu'il s'agisse du vignoble mâconnais ou des prés d'élevage bressans. Bourg et Mâcon évoluent lentement, au gré de l'accroissement de la puissance publique qui contribue au développement de l'administration dont elles assurent le pouvoir départemental. Le secteur industriel est réduit à l'artisanat et à quelques ateliers - plus qu'à des usines - qui procurent les produits de transformation nécessaires aux populations locales, urbaines comme rurales. Ni Bourg ni Mâcon4 n'est entrée dans une phase véritablement productive. On compte à Bourg 725 "travailleurs industriels" au recensement de 1896 qui démontre avec éloquence un malthusianisme général : 32 % des ménages recensés - selon leur définition statistique - représentent alors des couples sans enfants ou des célibataires ! Lorsque André et Julien, les deux héros du "Tour de France par deux enfants" traversent Bourg et Mâcon en 1871, seuls sont retenus l'élevage des poulardes de Bresse et le marché de Mâcon, pour l'édification des populations scolaires à qui le manuel est destiné. La ville de Bourg est à peine citée : "Deux jours après on traversa sans s'y arrêter la ville de Bourg, située dans la plaine fertile de Bresse..."5. C'est dire la faible audience de ces petites villes de province !

6Cette situation démographique stagnante prolongée est d'autant plus étonnante à Mâcon que la fin du siècle dernier est marquée par un exode rural puissant, né ici du découragement des vignerons. Les vignes, qui couvraient alors une surface bien supérieure à celle d'aujourd'hui, sont ravagées par le phylloxera apparu aux alentours de 1876 en Saône-et-Loire. Dans sa thèse, G. Garrier (1973) a montré des conditions analogues dans le Beaujolais. C'est en effet l'ensemble du vignoble qui est touché et ses populations réagissent sensiblement de la même manière, ainsi que nous l'avons expliqué en ce qui concerne le Mâconnais (N. Commerçon, 1978). Nombre de ruraux quittent alors les campagnes pour travailler dans les grandes villes proches - telle Lyon - pour participer aux travaux de construction des chemins de fer, ou encore pour aller fort loin parfois retrouver une activité viticole. Aussi l'arrondissement de Mâcon perd-t-il 28 % de sa population entre 1876 et 1936. Cependant, la population urbaine mâconnaise semble avoir atteint un équilibre voisin de 20 000 habitants, et la ville est incapable d'accueillir des migrants du département - en particulier ceux du vignoble - faute de pouvoir leur offrir des emplois.

7En revanche, le comportement de Chalon diverge totalement de celui de ses voisines Mâcon et Bourg ; dès la fin du XIXe siècle, sa croissance démographique s'accélère alors qu'elle stagne, voire régresse, à Mâcon et à Bourg. Chalon gagne 8 000 habitants dans les vingt dernières années du siècle et atteint les 35 000 en 1931, devenant la première ville du département et dépassant ainsi Le Creusot. Aucune période de décroissance ne se signale entre 1801 et 1954 ; seulement peut-on noter une phase de stabilité, en particulier de 1931 à 1946. En 1954 Chalon compte 37 400 habitants, soit plus du triple qu'en 1801, alors que Mâcon et Bourg ont péniblement doublé leur chiffre de population.

8Les raisons de cette évolution chalonnaise originale sont dues à l'entrée de la ville dans la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle, cause de la première explosion du "fait urbain". Les éléments explicatifs sont multiples, liés à la qualité exceptionnelle du carrefour chalonnais, à un esprit d’entreprise local certain, à la proximité du grand centre métallurgique du Creusot et des gisements de matières premières de l'Ouest du département que le canal du Centre, mis en service après la Révolution, permet d'atteindre aisément.

  • 6 Département de Saône-et-Loire :

9Lorsqu'en 1839 les maîtres de forges creusotins, MM. Schneider frères, créent à Chalon, sur la rive gauche de la Saône, des chantiers navals en un lieu-dit nommé dès lors Le Petit Creusot, ils engagent le processus d’industrialisation qui va suivre et contribuent à la formation d’une main-d’œuvre experte en métallurgie. La prospérité du second Empire et de la "Belle Epoque" ne fait que développer les implantations industrielles dont les effets induits sur la croissance urbaine sont évidents. Le maintien en l'état qui suit 1930 est la conséquence directe de la grande crise économique qui affecte relativement plus Chalon que Mâcon et Bourg, en raison même de son développement industriel. En février 1934 on dénombre 516 chômeurs chalonnais. En dépit de cette période difficile, qui maintient la population à son chiffre de 35 000 habitants durant quinze ans, Chalon affirme depuis 1801 un dynamisme remarquable au sein de son département ; en effet, la ville s'accroît alors que la population de Saône-et-Loire diminue à partir de 18866, et d’autre part elle prend ses distances avec Bourg et Mâcon pourtant de taille comparable au début du XIXe siècle. Manifestement Chalon-sur-Saône devient très tôt un pôle régional de croissance alors que Mâcon et Bourg ne sont encore que des petits centres administratifs et de marché.

II.2. LA SITUATION EN 1954

  • 7 Accroissement annuel de population totale 1946-1954 ; Chalon-sur-Saône : 0,80 % ; Mâcon : 0,58 % ; (...)

10Au sortir de la guerre, la croissance démographique de Chalon, Mâcon et Bourg renaît timidement jusqu'en 19547 lorsque s'ouvre une longue période de vingt et un ans de croissance forte et ininterrompue, mais qui maintient chaque ville au rang assigné précédemment et laisse donc à Chalon sa supériorité indiscutable.

II.21. Les structures démographiques

  • 8 Cf. graphiques no 2, 3, 4, p. 38, 39 et 40.
  • 9 Mâcon, 1954. Poids des classes d’âge dans la population totale : 0-4 ans : 6,9 % ; 5-9 ans : 9,1 %. (...)

11Les trois villes considérées présentent des structures démographiques semblables, comparables à celles des villes françaises de l'après-guerre où l'histoire nationale se relit aisément. Vieilles populations en voie de rajeunissement, elles présentent une pyramide des âges8 à base élargie, en particulier pour la classe d'âge de 5 à 10 ans née dans les cinq années qui ont suivi la fin des hostilités. Mais ce phénomène classique d'après guerre se ralentit déjà entre 1950 et 1954, en particulier à Mâcon, où un écart de 2 % sépare la classe d'âge de moins de 4 ans de celle de 5 à 10 ans9, au bénéfice des plus âgés que l'érosion de la vie devrait au contraire situer au deuxième rang, en faisant l'hypothèse d'une fécondité constante.

Structure démographique par sexe et par âge

Structure démographique par sexe et par âge

Graphique 2 : Chalon. Source : R.G.P. 1954-1982

Graphique 3 : Mâcon. Source : R.G.P. 1954-1982

Graphique 4 : Bourg. Source : R.G.P. 1954-1982

12La guerre et l'occupation, et auparavant la crise économique des années trente, expliquent en grande partie la récession des naissances de 1930 à 1945, où chaque classe d'âge équivaut environ à 6 % de la population totale des trois villes. La reprise de la natalité due aux mesures gouvernementales natalistes de 1940 n'est qu'une courte parenthèse devant les difficultés croissantes issues de la guerre puis de l'occupation. Au premier recensement d'après-guerre, la France connaît son taux de classes jeunes le plus bas de son histoire démographique.

13Seules les années de la "Belle Epoque" ou celles de l'immédiate après-première guerre mondiale marquent quelques temps forts pour les classes d'âge correspondantes. Ainsi les 45-55 ans en 1954 regroupent plus de 15 % de la population chalonnaise, de même que les 25-35 ans. A Bourg, ils atteignent un taux de 15,5 %. La présence au front et la mortalité des populations masculines durant la première guerre mondiale se manifestent très sévèrement par une diminution importante des naissances survenues entre 1914 et 1918, et par la présence d'une faible proportion de gens âgés de 55 à 75 ans en 1954. La faiblesse de la natalité des années trente, relevée précédemment, coïncide également avec l'arrivée à l'âge de la fécondité de ces classes creuses nées durant le conflit du début du siècle. On sait que le taux de natalité est alors le plus bas du monde, et qu'il relève plus d'un malthusianisme profond, apparu précocement en France dès le XVIIIe siècle, que d’événements majeurs aux conséquences apparentes et brutales.

14Par ailleurs, le décalage habituel entre les proportions de populations masculine et féminine est évidemment remarquable, de semblable manière, à Mâcon, Chalon et Bourg, conséquemment à la surmortalité masculine par rapport à la mortalité féminine. Les classes d'âge nées entre 1880 et 1900, et ayant donc affronté en partie la guerre de 14-18, ne comportent qu'environ 40 % d'hommes. Cependant, si l’on regroupe les individus en trois grands groupes correspondant aux principales phases de l'existence, le vieillissement de la population paraît se résorber à partir de 1954, car les moins de 15 ans rassemblent alors plus de 22 % de la population mâconnaise ou chalonnaise (21,8 % à Bourg), alors que les plus de 65 ans ne comptent plus que pour 11 % dans les trois populations urbaines étudiées.

II.22. Les structures socio-économiques

15Si l'évolution démographique générale des trois villes apparaît quelque peu banale et en tout état de cause semblable d’une ville à l'autre, et comme ne faisant pas intervenir un quelconque effet de taille pour Chalon, cependant beaucoup plus peuplée, des données plus spécifiquement sociales ou économiques expriment des particularismes locaux.

Graphique 5 : Répartition des ménages selon le nombre de personnes par ménage en 1954 (en pourcentage de la population municipale) – Source : R.G.P. 1954.

Graphique 5 : Répartition de la population active selon les catégories socio-professionnelles en 1954

  • 10 Cf. graphique no 5, p. 42.

16Le dépouillement du R.G.P. de 1954 présente un tableau des ménages et du nombre de personnes par ménage10. Il est frappant de compter un nombre important de personnes seules, ou de ménages composés de deux personnes seulement.

17Mâcon culmine avec 52 % de population répartie dans ces deux groupes, devançant à peine Chalon. En revanche, les familles importantes de quatre personnes et plus ne regroupent pas 29 % des effectifs totaux de population. Seule la commune de Bourg enregistre une plus faible part de personnes seules ou de ménages de 2 personnes (48 %) et en corollaire possède davantage de familles nombreuses ; 32 % des ménages burgiens comportent quatre personnes et plus. Dans l'ensemble, les ménages de ces trois villes moyennes sont peu féconds en 1954 ; cette situation explique en partie et confirme qu'en 1954 la croissance démographique est encore très timide et qu'un développement ultérieur a peu de chance de provenir exclusivement de la population citadine recensée en 1954.

  • 11 Cf. graphique no 6, p. 42.
  • 12 La catégorie ouvriers regroupe les contremaîtres, les ouvriers qualifiés, les ouvriers spécialisés, (...)

18La population active des trois communes étudiées oscille autour de 45 % de la population municipale, avec un maximum atteint à Mâcon (46,6 %) qui partage avec Bourg le taux de population étrangère le plus élevé. C'est seulement la répartition interne des différentes catégories de population active qui permet d'esquisser les portraits urbains respectifs des trois villes, en dépit d'une apparente similitude de la composition de la population active, en particulier entre celle de Bourg et celle de Mâcon11. Bourg se distingue quelque peu de Mâcon par l'importance du groupe "divers", due à la présence de communautés religieuses et d'un centre militaire encore notable en 1954. Modestement industrialisées avec respectivement 33 % et 36 % d'ouvriers12 parmi leurs actifs, Bourg et Mâcon demeurent encore en 1954 des villes de préfecture et des centres de marché, pérennisant jusqu'à la seconde moitié du XXe  siècle leur situation du siècle précédent ! Ainsi dominent les catégories des patrons de l'industrie et du commerce (plus de 27 %) et les cadres moyens et employés (31 %). Certes la définition donnée par l'I.N.S.E.E. à cette dernière classe, et qui amalgame aussi bien les employés dits de bureau que ceux dits du commerce, explique-t-elle son importance, relativement aux autres catégories (21 %).

19La situation se présente différemment à Chalon. Si les patrons de l'industrie et du commerce sont aussi nombreux proportionnellement qu’à Bourg ou à Mâcon, les cadres supérieurs et professions libérales ainsi que les cadres moyens et le personnel de service le sont moins, et le groupe des employés est encore plus restreint (17 %). En revanche, les ouvriers dominent largement la composition de la population active chalonnaise avec un poids de 43,4 % qui atteint même 52 % si l'on ne se réfère qu'aux actifs masculins. Ainsi s'explique le taux de 63 % obtenu par les salariés du secteur privé à Chalon ; ceux-ci ne représentent que 54 % des actifs à Mâcon et à Bourg. L'importance des salariés des secteurs public et para-public est dès lors inversée : 25 % à Bourg, 27 % à Mâcon, et seulement 18 % à Chalon. Au simple regard de la répartition socioprofessionnelle de ses habitants, Chalon s'identifie à une cité industrielle. En 1954, tout comme ses voisines burgienne et mâconnaise dans un autre registre, Chalon persiste dans le rôle qu'elle s'est choisi à la fin du XIXe siècle.

Tableau 3. Population active par branche d’activités collectives, 1954 (valeur absolue et pourcentage. Source : R.G.P. 1954, I.N.S.E.E., (1) valeur absolue, (2) pourcentage

Tableau 3. Population active par branche d’activités collectives, 1954 (valeur absolue et pourcentage. Source : R.G.P. 1954, I.N.S.E.E., (1) valeur absolue, (2) pourcentage

Les résultats sont exprimés, pour les agglomérations de Chalon et Mâcon, selon la définition adoptée par l’I.N.S.E.E. en 1954 :
- l’agglomération de Chalon comprend les communes de Chalon s/Saône, St-Rémy
- l’agglomération de Mâcon comprend les communes de Mâcon, Flacé-les-Mâcon et Saint-Laurent-sur-Saône (Ain).

II.23. Les situations économiques respectives13

  • 13 Cf. tableau no 3, p. 44.

20Même si l'histoire démographique récente et les structures démographiques laissent entrevoir peu de divergence entre les trois villes moyennes de la vallée de la Saône, les données d'ordre économique éclairent définitivement les situations respectives.

  • 14 Cf. figure hors-texte : la commune de Bourg.

21Bourg et Mâcon sont par excellence, en 1954, les villes administratives et de négoce de leur département. A Bourg, et plus encore à Mâcon, la bourgeoisie marchande et libérale a peu investi dans l'industrie et tient le haut du pavé d'une société urbaine qui en 1954 n'a encore guère évolué. L’importance du personnel de service à Bourg comme à Mâcon est significative à cet égard ; elle dépasse celle des cadres moyens. A Bourg, il y a même autant de domestiques que de membres des professions libérales et cadres supérieurs ! Première ville de son département, Bourg représente 8 % de la population totale de l'Ain et 7 % de ses actifs recensés au lieu de résidence ; le chef-lieu du département est bien un foyer économique non négligeable ; mais bien que diversifiées, ses activités restent très traditionnelles, ainsi que le prouve l’importance relative du groupe des patrons et la faiblesse de celui des ouvriers. La surface communale de Bourg est vaste14 et les maraîchers ne sont pas encore, en 1954, repoussés à l'extérieur. Aussi sont-ils encore nombreux (3,9 %), contrairement à Mâcon (2,6 %) dont le territoire est trop exigu ; les maraîchages sont l'apanage des terrasses fluviales de la rive gauche de la Saône, dans le département de l’Ain. La situation de Chalon est comparable à celle de Mâcon (2,9 %) à cet égard ; la commune voisine de Saint Marcel s'est spécialisée en effet dans la production légumière et florale.

22L'importance du groupe B.T.P. (Bâtiment et Travaux Publics) à Bourg provient de la présence d’une entreprise d'une forte taille, qui est de loin la première du département de l'Ain. Chalon et Mâcon possèdent des activités voisines dans ce domaine traditionnellement lié au monde urbain ; mais ici, à l'inverse de Bourg et malgré le développement de Chalon, ce type d'activité ne représente pas un poids aussi considérable. Il est vrai que Chalon, bien que première ville de Saône-et-Loire par son ampleur démographique et par le nombre de ses actifs, ne représente que 7 % de son vaste département, que ce soit par référence à l'ensemble de la population, ou seulement à la fraction active. Ainsi, qu'il s'agisse de maraîchages ou des activités de B.T.P., et en dépit de ses 36 000 habitants, Chalon semble jouer un rôle voisin de celui de Mâcon, au regard de la Saône-et-Loire, hormis, certes, la fonction administrative dévolue à Mâcon depuis le vote de l'Assemblée Nationale Constituante du 11 février 1791.

23Dans le domaine des transports, Chalon l'emporte largement en raison même du poids écrasant qu'elle manifeste au chapitre des activités industrielles de transformation. Ainsi, le transport regroupe 7 % des actifs chalonnais et à peine 4 % des actifs mâconnais. Car, la métallurgie chalonnaise paraît bien l'industrie maîtresse de la ville avec la moitié de ses actifs salariés de l'industrie employés dans ce secteur. En 1954, la métallurgie de transformation née des extensions creusotines du XIXe siècle se maintient fortement, mais requiert une main-d’œuvre d'exécution plus que du personnel de commandement. Les cadres supérieurs et les professions libérales sont ainsi moins nombreux à Chalon (4 % des actifs) pour une population ouvrière de plus de 7 000 personnes, deux fois plus nombreuse qu'à Mâcon et à Bourg, où les catégories socio-professionnelles de commandement atteignent 6 % des actifs.

24La rubrique commerce-banques-assurances montre des activités voisines d'une ville à l'autre ; en mettant en évidence la faiblesse du service aux entreprises, elle renforce l'idée déjà exprimée de villes au développement limité ; car il est patent de voir le commerce remplir à lui seul la dite rubrique. Enfin, plus généralement, la part de l'ensemble des services publics comme privés est très faible à Chalon. La ville est véritablement tournée vers une industrie de transformation où les tâches exécutives sont primordiales ; en revanche, à Mâcon et à Bourg, l’activité est à la fois plus diversifiée mais davantage spécifique des fonctions administratives et commerciales habituelles aux chefs-lieux de département.

25En tout état de cause, en 1954, Mâcon, Bourg et Chalon sont l'image même de centres urbains en timide croissance par rapport aux années trente. Mâcon et Bourg demeurent confinées dans leur rôle de petite capitale administrative et commerciale de leurs départements respectifs. Une longue stagnation démographique, des conditions naturelles locales peu propices au développement industriel et le conservatisme d’un monde urbain encore trop tourné vers les bénéfices tirés de l'environnement rural, sont autant d'éléments explicatifs de cette médiocrité économique et sociale. Au contraire, bien que privée du renfort d'une vocation administrative, Chalon est sans nul doute l’un des pôles économiques de sa région. Ce sont dans ces conditions particulières que Chalon, Mâcon et Bourg abordent, à partir de 1954, une période de croissance démographique sans précédent.

II.3. LES RYTHMES DU CHANGEMENT CONTEMPORAIN

II.31. La croissance de 1954 à 1982

  • 15 Population urbaine : population des unités urbaines de plus de 2 000 habitants recensés au lieu de (...)

26Le graphique no 1 exprime un changement radical de la situation démographique des trois villes à partir de 1954. Mâcon, Chalon et Bourg s'inscrivent, en un parfait ensemble, dans le vaste mouvement d'urbanisation qu'a connu la France depuis la guerre, la population urbaine15 passant alors de 41 % de la population totale à 68,6 % en 1962, à 73 % en 1975. Durant ces trente dernières années, les trois villes ont retrouvé des devenirs démographiques similaires que la révolution industrielle avait séparés.

27Les trois courbes démographiques croissent très vivement jusqu'en 1975 pour s'infléchir ensuite fortement et brusquement jusqu'en 1982, date du dernier recensement de population. L’évolution est conforme à celle des villes moyennes françaises qui connaissent un renversement total de leur développement démographique à partir de 1975. Depuis le premier recensement général de population de 1801, aucune récession ne s’était manifestée avec tant de brutalité, et en une durée si brève.

28L’accroissement entre 1954 et 1975 est le même pour Bourg et Mâcon, dépassant 73 %, et se situe au voisinage de 61 % pour Chalon. Cette croissance globale masque des rythmes d’évolution quelque peu différents selon les périodes et selon les villes considérées.

29D'un recensement à l'autre, entre 1954 et 1975, Chalon maintient un gain de population remarquablement stable, de l'ordre de 15 à 16 %. En revanche, Bourg croît d’une manière beaucoup plus heurtée. Son accroissement entre 1954 et 1962 est considérable (+26 %), mais il se résorbe assez rapidement pour tomber à 13,5 % entre 1968 et 1975. Mâcon éprouve une situation intermédiaire pour la première période intercensitaire, mais égale Chalon de 1962 à 1975.

  • 16 Cf. tableau no 2, p. 23.

30La baisse démographique survenue entre 1975 et 1982 affecte les trois villes, Chalon plus fortement, Bourg plus faiblement, et Mâcon de manière moyenne à nouveau. Il est vrai, cependant, que les écarts de variation sont assez faibles16.

  • 17 Cf. graphique no 7, p. 48.

31Si l'on considère d'autre part, les variations annuelles17 à l'intérieur de chaque période intercensitaire, les comportements urbains sont moins dissemblables entre eux, mais ils sont davantage significatifs des diversités spécifiques de chaque ensemble urbain.

Variation annuelle de la population municipale 1954-1982

Variation annuelle de la population municipale 1954-1982

Graphique 7 : Chalon, Mâcon, Bourg. Source : R.G.P. 1954-1982

Graphique 8 : ensemble des communes. Source : R.G.P. 1954-1982

  • 18 Pour Mâcon et Chalon il s'agit respectivement de 45,3 % et 38 % d'habitants supplémentaires entre 1 (...)

32Ainsi les trois villes ont-elles des taux de croissance annuels très voisins allant de 2,2 à 3 % entre 1954 et 1962, de 2,5 à 3 % entre 1962 et 1968, et seulement de 1,8 à 2 % entre 1968 et 1975. Mâcon occupe une position médiane, semblable à celle de Bourg de 1954 à 1962, puis identique à celle de Chalon dès 1962 ; le taux de variation annuel s’abaisse régulièrement et lentement jusqu'en 1975, pour accélérer ensuite sa récession. Pour Mâcon et Chalon l'écart est maximum durant la dernière période intercensitaire avec 2,5 points ! L'originalité de Bourg consiste à croître très fortement après 1954, et presque jusqu'en 1968, pour au contraire progresser par la suite beaucoup plus lentement que ses voisines. Traduit en courbe, le taux de variation annuel de Mâcon, et plus encore celui de Bourg, s'apparenterait à une droite tant la pente est régulière. C'est dire la brutalité de la croissance démographique subite que connaissent Mâcon et surtout Bourg-en-Bresse après la guerre. Plus l'accroissement est fort, plus sa réduction l'est aussi ; les variations de population se sont opérées comme si chaque ville, à la recherche d'un équilibre, tentait, une fois atteint un maximum, de revenir à un état plus stable. Tel est particulièrement le cas de Bourg, après seulement quatorze années de violente croissance durant lesquelles la ville a absorbé 11 800 habitants supplémentaires, soit 50 % de plus qu'elle n'en possédait en 195418 ; le choc est quelque peu amorti à Mâcon, et à Chalon l'apport de population nouvelle est presque régulier de 1954 à 1975, avec une poussée plus tardive entre 1962 et 1968, et une récession à peine plus marquée durant la dernière période intercensitaire.

  • 19 Cf. graphique no 8, p. 48.

33Le cas de ces trois villes n'a rien d'original. Chalon et Mâcon enregistrent un taux de variation annuel comparable à celui des villes françaises de taille comprise entre 20 000 et 50 000 habitants. Celui de Bourg est plus proche de celui des villes de taille supérieure, c'est-à-dire comprise entre 50 000 et 90 000 habitants19. Cependant, en tout état de cause, l'accroissement de Chalon-sur-Saône, Mâcon et Bourg-en-Bresse dépasse largement, quantitativement parlant, celui de la moyenne des villes françaises de même taille. Néanmoins, ces comportements démographiques urbains, globalement semblables, mais montrant des aptitudes au changement différentes, ne doivent pas masquer d'autre part les dynamiques propres des composantes des bilans démographiques, plus représentatives des situations personnelles de chaque ville.

II.32. Les composantes de la dynamique démographique

  • 20 Cf. graphique no 9, p. 50.

34L'analyse des bilans naturels et migratoires permet de déterminer les causes premières de la variation démographique. Les résultats des recensements20 indiquent évidemment une évolution inverse des deux termes de la croissance. Dans un premier temps, jusqu'en 1968, le solde migratoire très fortement positif et supérieur au bilan naturel est responsable de l’accroissement urbain. En revanche, à partir de 1968, l'excédent naturel l'emporte ; cette compensation apportée par l'excédent des naissances n’a rien de surprenant. Elle est seulement la conséquence du très fort mouvement migratoire de la période précédente, vraisemblablement dû à une population jeune et par là même procréatrice.

Variation intercensitaire de la population municipale 1954-1982

Variation intercensitaire de la population municipale 1954-1982

Graphique 9
Source : R.G.P. 1954-1982

35Cependant, dans le même temps, le solde migratoire s'effondre et devient négatif dès 1975, alors que le solde naturel se résorbe et se maintient autour de 1 % par an depuis 1975, rejoignant son taux de la période 1962-1968. Il ne suffit plus, dès lors, à compenser l'émigration urbaine. Ainsi s’explique la brutale décroissance de la population depuis le précédent recensement.

  • 21 Taux de variation annuel : le maximum est atteint pour les unités urbaines de 100 000 à 200 000 hab (...)

36L’augmentation très rapide et très forte de population à partir de 1954 est donc le résultat d'un apport massif de populations venues de l'extérieur. Le taux de variation annuel moyen dû au solde migratoire pour les trois villes atteint 1,8 % de 1954 à 1968. Il y a là l'expression d'un dynamisme puissant, supérieur à celui de la moyenne des villes françaises indiqué par les résultats des recensements généraux de population de 1954 à 1968, et quelle que soit la catégorie de communes envisagée21.

37Mâcon, Chalon et Bourg apparaissent donc dans le peloton de tête des villes fortement attractives après 1954. Les comportements respectifs de chaque ville permettent d'apprécier les originalités locales que l'analyse des taux de variation annuels laissait entrevoir.

38Semblables entre 1954 et 1968, les bilans naturels divergent entre 1968 et 1975 avant d'être à nouveau égaux entre 1975 et 1982. Bourg est toujours en tête, particulièrement entre 1968 et 1975, Mâcon toujours la dernière - de très peu, il est vrai. Les disparités du solde migratoire confirment la puissance attractive de Bourg dont le bilan migratoire atteint 2,1 % par an entre 1954 et 1962, expliquant à lui seul 65 % de la croissance de ces huit années ! Mâcon connaît une situation comparable dans le même temps ; mais si Bourg attire encore très vivement de nouveaux arrivants durant la période intercensitaire suivante, Mâcon s'essouffle déjà. En revanche, l'attraction burgienne s'effondre de 1968 à 1975 puisqu'elle n'atteint pas 0,50 % par an, alors que Mâcon maintient visiblement une force d'attraction avec 0,9 % par an de solde migratoire ; c'est toujours Chalon qui paraît la ville la plus équilibrée, avec une croissance plus régulière où le taux d'attraction reste fort et inchangé entre 1954 et 1968 (1,5 % par an) et s'amenuisant plus lentement durant les sept années ultérieures. Mâcon rejoint cette tendance chalonnaise dès 1962. Est-ce le signe timide d'une meilleure santé démographique ?

39A tout le moins, et pour les trois villes étudiées, il est permis de redouter les effets d’une croissance aussi brutale que vive et limitée dans le temps. La division classique selon la taille des villes n'apparaît pas ici. Toutes trois manifestent un dynamisme globalement semblable et très puissant, qui surpasse les rythmes de croissance moyens des villes françaises de toute taille. Les composantes du changement et leurs rythmes apportent quelques éclaircissements sur les comportements propres à chacune des trois villes, mais montrent éloquemment qu’ici, au sein d'un même espace régional - en dépit d'appartenances administratives plus ou moins heureuses et suivies - la taille urbaine n'est pas un facteur d'originalité en ce qui concerne la croissance urbaine. Mâcon, de moindre importance numérique, règle ses attitudes démographiques tantôt sur sa voisine burgienne, de taille et de situation économique et sociale comparables en 1954, tantôt sur sa rivale chalonnaise ; or celle-ci compte plus de 50 % d'habitants de plus qu'elle, et a tôt atteint un dynamisme économique auquel Mâcon ne peut absolument prétendre.

Graphique 10 : Répartition des classes d’âge à Chalon, Mâcon, Bourg 1954-1982
Source : R.G.P. 1954-1982

II.33. Les conséquences de la croissance sur la structure démographique

40L'apport massif de populations nouvelles a entraîné une transformation globale de la population citadine par un rajeunissement et par une répartition différente de celle-ci au sein des ménages.

  • 22 Cf. graphiques 2,3, 4 et 10, p. 38-40 et p. 52.

41D'un recensement à l'autre les proportions de jeunes et d'adultes en âge de travailler évoluent en sens inverse22. A Mâcon comme à Chalon, la fraction de moins de 20 ans s'amplifie vivement entre 1954 et 1962, gagnant près de 5 % à Mâcon, alors que les moins de 65 ans diminuent presque d'autant dans la mesure où le troisième âge demeure sensiblement constant durant les 25 années postérieures à 1954, oscillant autour de 11 % de l'ensemble de la population. A partir de 1962, les jeunes Chalon - nais représentent environ un tiers des citadins, le maximum étant atteint en 1968. A Mâcon ce maximum est obtenu dès 1962, mais en revanche, en 1975 la population de jeunes est sensiblement inférieure à celle de Chalon.

  • 23 Bourg ; taux de natalité 1954-62 : 18,2 ‰ 1962-68 : 19,4 ‰ ; taux de mortalité 1954-62 : 10,0 ‰, 19 (...)

42L'uniformité qualifie davantage le comportement de Bourg où la population de moins de 20 ans diffère seulement de 0,7 % entre 1954 et 1975, et de 1,2 % entre 1954 et 1968, date du maximum de jeunes dans la ville ! Cette situation originale se comprend aisément si l'on se reporte à ses modalités de croissance globale, ou si l'on se réfère à l'évolution des taux de natalité et de mortalité. En effet, un très brutal et fort solde migratoire positif entre 1954 et 1968 à Bourg, conjugué à un taux de mortalité faible, explique qu'avec un taux de natalité23 pourtant très voisin de ceux de Chalon et Mâcon, la population jeune demeure dans les mêmes proportions ; car les nouveaux venus à la ville sont de jeunes actifs et les effets démographiques induits sont de longue durée. Les classes de 20 à 35 ans représentent à elles seules 26,5 % des Burgiens en 1975, 23,1 % en 1968 et 22 % en 1962. C’est-à-dire que les jeunes parents arrivés à Bourg lors du "décollage démographique" entre 1954 et 1962 voient leurs enfants être à leur tour les parents de la toute nouvelle génération. Le solde migratoire, bien que brutalement freiné dès 1968, a été si puissant qu'il explique le maintien - presque en l'état depuis 1954 - de la répartition des classes d'âge, avec en revanche un poids de jeunes de moins de 20 ans relativement plus faible qu'à Mâcon et à Chalon. Il faut attendre 1968 pour que cet équilibre soit acquis à Mâcon et Chalon ; en particulier dans cette dernière la reconduction à l'identique des poids des différentes classes d'âge est parfaitement exacte. Il est vrai qu'à Chalon le taux de variation annuel a été le plus régulier et son maximum se situe en 1962 et 1968. Ce décalage chronologique est responsable en partie de la jeunesse actuelle de la population chalonnaise.

43La répartition des ménages, suivant le nombre de personnes par ménage statistique, confirme si besoin est l’afflux de populations jeunes depuis 1954. Si la proportion de célibataires augmente considérablement (entre 3 et 4 %), celle des ménages à 2, 3 et 4 personnes croît également de manière sensible (1,5 %). En dépit d'une évolution générale de la société dont on sait les choix de fécondité actuels, se dessinent ici les caractéristiques d'une population jeune qui a investi les villes moyennes étudiées dès 1954 (Bourg) ou 1962 (Mâcon et Chalon).

  • 24 Cf. graphiques no 11 a, b, c, d, p. 56.

44Une série d'analyses des correspondances24 cherchant à comparer les "profils" démographiques de chaque ville aux dates des recensements de 1962, 1968, 1975 et 1982 apporte un complément explicatif clair et synthétique à l'examen de l'évolution des structures démographiques urbaines ; aux 3 variables Chalon, Mâcon, Bourg, correspondent 8 individus ou éléments, soient les tranches d'âge des populations à l'intervalle de 10 années, hormis celle au-delà de 70 ans qui regroupe la totalité des citadins de cet âge ou plus. Chaque colonne du tableau exprime donc l'ensemble de la population d’une ville répartie selon les classes d’âge, et une ligne représente l'ensemble des populations des trois villes pour une classe d'âge donnée.

45Une première analyse indique les oppositions caractéristiques à chaque recensement et leurs "poids" respectifs. De grandes constantes comme de grandes dissemblances se dégagent ; leurs dynamiques s'apprécient d'autant mieux que les résultats de chaque analyse sont portés sur un seul graphique.

  • 25 Il est à noter que beaucoup de profils évoquent l’effet Guttman, lequel traduit à la fois un rappro (...)
  • 26 Contributions relatives sur l’axe 2 :

46Les oppositions25 sont traduites par les coordonnées éloignées des points sur le graphique. Ainsi, les contributions relatives qui définissent les axes factoriels présentent une remarquable stabilité. Par exemple, les classes d’âge de moins de 10 ans et les deux classes de 20-29 ans et de 30-39 ans ont une contribution relative globale sur l'axe 2 de 78 % en 1962, 78 % en 1968 et 70 % en 197526. On note par exemple la convergence vers le centre de gravité des points représentatifs des projections des trois villes qui en quelques sorte "résument", par le principe barycentrique, les trajectoires des classes d'âge. De même, alors que Mâcon, s'opposant au couple Bourg-Chalon, définit à elle seule le troisième axe factoriel à chaque analyse, sa représentativité décroît de 48 à 43 puis à 35 %.

47C'est dire que si les villes conservent leur place spécifique sur le graphique, donc leurs caractéristiques démographiques propres de 1962 à 1975, les oppositions entre les villes se réduisent avec le temps ; et durant les treize années analysées, les trois villes tendent à uniformiser quelque peu leur comportement démographique. Le temps agit ici comme un élément réducteur des dissemblances.

48Mais en même temps, une double opposition se manifeste sur l'axe 2 entre Bourg et Chalon-sur-Saône, et sur l'axe 3 entre Mâcon et les deux autres villes. Bourg exprime là le poids de ses classes d'âge de 20 à 40 ans, alors que Chalon montre celui des jeunes enfants, mais aussi des personnes âgées de plus de 60 ou de plus de 70 ans lorsqu'elle est comparée à Mâcon. Cette dernière, à chaque recensement, affirme le poids de ses adolescents (1019 ans). Ainsi chaque ville se distingue nettement de ses voisines par sa position particulière vis à vis des axes factoriels.

49Bourg illustre remarquablement sa position originale déjà évoquée, par rapport à Chalon et à Mâcon. Elle est placée au centre de gravité des points identifiant les classes de 30 à 39 ans de 1962 à 1975, alors que les classes des 40-49 ans et même des 50-59 ans en 1975 rejoignent cette partie du nuage de points. Nous savons que Bourg doit cette originalité, ainsi prouvée, à l'apport très fort de populations actives dès 1954, lequel permet une stabilité manifeste de la répartition des classes d'âge où les 20-35 ans jouent un rôle prépondérant.

  • 27 0-10 ans, contributions relatives sur l'axe 2 à Chalon : 1962 : 14 % ; 1968 : 30 % ; 1975 : 32 %.
  • 28 Contributions relatives sur l'axe 3 à Chalon : 60-69 ans 1962 : 26 % ; 1968 : 21 % ; plus de 70 ans (...)

50En revanche, Chalon exprime une population plus équilibrée, rassemblant un nuage où toutes les classes sont présentes à un moment ou à un autre (excepté les 3039 ans qui sont l'apanage de Bourg), mais où les plus jeunes dominent27 et où se singularisent également les plus anciens28. Effectivement Chalon est la ville au développement le plus harmonieux, et où le maximum de croissance situé entre 1962 et 1968 explique la jeunesse de la population en 1975, tout comme déjà en 1954, car l'essor démographique a été ici plus précoce. Si bien que les structures démographiques sont plus "étirées" que celles de Mâcon ou Bourg ; ce qui explique les fortes contributions des classes d'âge de moins de 10 ans et de plus de 60 ou 70 ans.

51Mâcon diffère des deux autres cités par sa situation constante sur l'axe 3 quelle justifie à elle seule, en particulier par le poids des classes jeunes de moins de 10 ans en 1962, puis de 10 à 19 ans. En 1975, elle se dessine également au centre de gravité du parcours temporel des individus de cette dernière classe. En effet la croissance est tardive, l’apport migratoire se prolonge plus avant, et ses effets induits expliquent qu'en 1975 Mâcon se distingue encore par le poids de ses adolescents, héritiers des jeunes actifs arrivés à la ville au cours des deux décennies précédentes. Certes, tout comme pour Bourg et Chalon, l’originalité s'émousse avec le temps.

Graphique 11 : Les classes d’âge à Chalon, Mâcon, Bourg
Analyse des correspondances (communes)

52Voici donc trois villes bien typées dont les spécificités demeurent identiques durant treize années. Les pesanteurs démographiques et sociales ne se réduisent que lentement, mais dans le sens d'une convergence. Les deux axes qui permettent l'explication de l'analyse traduisent cette évolution ; le deuxième axe, lequel possède la plus grande inertie, est celui de la vie active, du travail. En effet, il rassemble les classes d'âge actives, responsables de la croissance démographique urbaine. Le troisième axe est davantage celui de la vie, étirant en particulier les classes d'âge de plus de 70 ans avec lui, et montrant le tassement de l'âge global des populations au fur et à mesure que les apports migratoires et les soldes naturels s'effritent. Ainsi la décroissance des 30-39 ans à Bourg entre 1968 et 1975 est patente, comme celle des 1019 ans à Mâcon.

53La poursuite de l'analyse par la projection des données de 1982 apporte des éléments sensiblement nouveaux ; si les trois villes maintiennent leurs caractères spécifiques et leurs situations relatives respectives, il s'opère cependant une sorte de retour en arrière par rapport à l'évolution de 1962 à 1975 ; beaucoup de similitudes apparaissent entre la situation de 1982 et celle de 1962, quant à l'inertie des axes, la position des classes d’âge aux plus fortes contributions relatives. Telle se manifeste la récession urbaine apparue entre 1975 et 1982 ; l'émigration de populations citadines est spécifique des classes d'âge de la maturité et de leurs enfants à l’âge de l’adolescence. Elle prend visiblement des formes plus ou moins marquées selon les villes.

  • 29 Cf. graphique no 11 e, p57.

54Une seule analyse29 prenant en compte l'ensemble des données des différents recensements confirme ces remarques. Si les villes conservent leurs caractères intrinsèques tout en montrant des tendances à la similitude par la convergence des structures démographiques étudiées d'après les classes d'âge, une reprise de la bi-dimensionnalité du nuage se dégage nettement. De profonds brassages semblent avoir entraîné des changements importants. L'étude des flux migratoires et de l'évolution des structures socio-professionnelles apporteront des compléments de réponse ; mais seule la liaison entre la mobilité et les transformations de la société urbaine pourra enfin donner la mesure de la dynamique urbaine qui peu à peu dévoile à la fois toute sa puissance et sa complexité.

55Dans ce cas d'application choisi, 1'analyse des correspondances montre ses possibilités d'explication dans le domaine des comparaisons multidimensionnelles ; de plus, une utilisation de l'analyse des correspondances à des fins d'étude dynamique est encore trop peu pratiquée ; pourtant elle a permis ici de rassembler des éléments dégagés antérieurement et de les relier selon des correspondances explicatives établies sur deux décennies d'histoire démographique urbaine.

II.4. L'AUJOURD'HUI À CHALON-SUR-SAÔNE, MACON ET BOURG-EN-BRESSE

56Après avoir livré des données globales extraites du R.G.P. de 1982, les services de l'I.N.S.E.E. ont enfin communiqué des renseignements plus précis au 1/4, au 1/20e et même à l'exhaustif. Mais de toute manière, toutes les variables du recensement obtenues en fin d'exploitation ne procéderont hélas que d'un tirage au quart. Les effectifs traités en exhaustif lourd sont limités à une proportion de 15 % de la population totale et ne sont accessibles que durant six mois, et à un coût élevé. Aux deux saisies manuelles classiques - et par là limitées - s'ajoutent éventuellement celles réalisées par les collectivités locales autorisées pour la première fois à effectuer leur propre exploitation du recensement, dans des limites précises définies en particulier par la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés.

57Si bien que le recensement de 1982 se révèle fort décevant pour le chercheur et ne permet pas un menu degré d'analyse, à l'inverse des précédents recensements où toutes les données exhaustives peuvent être exploitées au niveau de Pilot. Et l'éventuel secours apporté par les municipalités demeure très restreint dans la mesure où les préoccupations des édiles sont trop souvent éloignées de celle des géographes pour compenser les insuffisances de l'exploitation de l'I.N.S.E.E. En un mot, les résultats du R.G.P. de 1982 ne peuvent être pris en compte qu'avec une grande prudence.

II.41. Des populations renouvelées

58Les diverses composantes de la dynamique démographique, analysées en elles-mêmes comme dans leurs inter-relations, ont permis d'expliciter les variations de population de Chalon, Mâcon et Bourg depuis 1954, en saisissant les causes du changement, en définissant ses rythmes, et en évaluant ses conséquences. Le recensement général de population de 1982 apporte les résultats chiffrés du terme de ces vingt-huit dernières années de bouleversements démographiques. Chalon, Mâcon et Bourg enregistrent respectivement, en mars 1982, 56 003, 38 220 et 39 742 habitants au titre de la population municipale. Il s'agit d’une population citadine jeune où la moitié des effectifs a moins de 30 ans et résultant essentiellement de la reprise brutale de la natalité en particulier de 1945 à 1955, à laquelle a succédé un fort solde migratoire positif dans les trois villes. Ce courant neuf est celui d'une population de jeunes actifs venus chercher un emploi à la ville.

  • 30 Cf. graphiques no 2, 3, 4, p. 38-40.

59A Bourg, l’apport de nouveaux citadins s'est révélé le plus puissant et le plus brusque ; il conduit à l'augmentation de près de 3 % entre 1954 et 1968 des classes d'âge de 20 à 45 ans. Dès lors, au courant migratoire positif qui se tarit dès 1968, succède un accroissement naturel compensatoire dû à la fécondité des populations jeunes nouvellement venues. Mais, si en 1975, les moins de 10 ans sont encore nombreux (pour quelque 15 % de la population), en 1982 hélas, les naissances ne compensent plus un solde migratoire devenu négatif. Aussi, en 1982, les trois communes enregistrent-elles une légère diminution de population. En corollaire, la pyramide des âges prouve un certain vieillissement en 198230.

60Si donc globalement on assiste à un rééquilibrage de la population à partir de 1975 en ce qui concerne ses classes d'âge, des nuances se font jour à l'examen des écarts entre les populations masculines et féminines. En effet, dans les trois villes la population se masculinise, particulièrement à Bourg qui gagne presque 4 % de citadins supplémentaires par rapport à 1954 - la population féminine diminuant évidemment d'autant.

  • 31 Évolution de la population active féminine 1954-1975 ; Mâcon : + 1,97 % ; Bourg : + 0,87 % ; Chalon (...)

61En revanche, lorsqu'il s'agit exclusivement de populations actives31, des différences se manifestent selon les villes. A Mâcon le rapport population féminine/population masculine est même fortement inversé, alors qu’il l'est à peine à Bourg. Au contraire, à Chalon, l'évolution de la population active s'effectue dans le même sens que celle de l'ensemble de la population. Les incidences du marché local de l'emploi pèsent d'un poids déterminant, sans doute plus que celles de l'évolution générale de la société française. Les villes moyennes maintiennent depuis trente ans un rôle de pôle d'emploi régional et attirent à ce titre davantage d'hommes que de femmes ; certes les hommes jouent le plus souvent le rôle de chef de famille gagnant le seul salaire du ménage, et les jeunes migrants ruraux vers la ville sont des jeunes gens célibataires dans la plupart des cas ; mais le développement industriel à Bourg, et encore davantage à Chalon, s'applique avant tout aux emplois masculins. L'industrie apporte à Bourg un effet compensateur à la vocation administrative du chef-lieu de département, traditionnellement pourvoyeur d'emplois féminins. En revanche, à Mâcon, le développement industriel demeure très en deçà de l’accroissement des services publics et privés.

62Ainsi, avec la fin de la croissance démographique communale, de nouvelles tendances se distinguent, tel le rééquilibrage partiel de la structure démographique en ce qui concerne les classes d'âge. Mais la même évolution prévaut-elle pour les groupes socio-professionnels, dans la mesure où le changement économique paraît avoir renforcé les aptitudes propres à chaque cité ? En particulier, Mâcon ville administrative et Chalon ville industrielle réduisent difficilement l'écart entre les grands secteurs de leur activité, accroissant ainsi les disparités entre les populations active et féminine ; les particularismes socio-économiques sont-ils renforcés ou atténués par l'évolution économique de ces trente dernières années ?

II.42. Vers une banalisation de la ville moyenne ?

  • 32 Cf. graphique no 12, p. 62.

63L'analyse de la structure professionnelle en 1975 et son évolution depuis 195432 confirment des tendances communes dans le changement ; ont régressé, très fortement et pour les trois villes, les agriculteurs, exclus peu à peu de la surface communale par la forte poussée de l'urbanisation, ainsi que la catégorie des personnels de service, ou encore des patrons de l'industrie et du commerce ; ceux-ci traduisent la récession marquée du petit commerce de détail anomal ou alimentaire, comme de la petite entreprise. Au même niveau dans les trois villes en 1954 (15 % des actifs), c'est à Mâcon que leur diminution est la plus sensible (- 9 %). En revanche, tous les autres groupes socio-professionnels se développent, en particulier ceux qui décrivent les classes sociales médianes regroupant les cadres moyens et les employés, nonobstant l'imprécision de la définition de ces catégories socio-professionnelles.

64Mais le phénomène le plus intéressant réside davantage dans la variation des écarts entre les divers groupes et leurs situations respectives conséquentes en 1975. Dans les trois villes, il existe apparemment une propension au rééquilibrage socio-économique dans la mesure où la différence de poids des diverses catégories, par rapport à l'ensemble des actifs, se résorbe dans tous les cas entre 1954 et 1975, à l'exception de celle des professions libérales et cadres supérieurs à Bourg-en-Bresse, et sensiblement de la même manière à Mâcon. En effet, déjà nombreux en 1954 - et deux fois plus qua Chalon - leur croissance reste évidemment limitée. En 1975, ils demeurent cependant, tant à Bourg qu’à Mâcon, une catégorie plus étoffée qu'à Chalon, même si l'écart s'est beaucoup réduit. Villes administratives et de services plus que Chalon, Mâcon et Bourg maintiennent encore leur fonction issue du XIXe siècle que Chalon cherche par ailleurs à gagner quelque peu : la classe des professions libérales et cadres supérieurs chalonnaise a augmenté de 36 %.

  • 33 R.G.P. 1975 niveau d’études de la population

65Si l'écart se résorbe entre les groupes socio-professionnels restants, en particulier à Chalon et à Mâcon entre les cadres moyens et les ouvriers, il n'est pas suffisant pour que le changement entre la situation de 1954 et celle de 1975 soit considérable et transforme profondément le visage des trois villes. Certes, il existe réellement une évolution vers l'harmonie par la réduction des distances entre groupes socioprofessionnels, mais les tendances propres se maintiennent ; 45 % de la population active chalonnaise est déclarée ouvrière en 1975, et malgré un accroissement de 3 % celle de Bourg n'atteint que 36 %, celle de Mâcon 38 %. Mâcon, comme Bourg, possèdent toujours plus de cadres moyens et d'employés - ces derniers ont crû de 5 % entre 1954 et 1975 à Bourg-en-Bresse ! A l'évidence, la situation la plus équilibrée paraît être celle de Bourg, comme le confirme la forte proportion relative de diplômés33. Malgré des composantes démographiques particulières, sans doute est-ce également la cité à l'économie la plus saine puisque seuls ses actifs sont particulièrement plus nombreux en 1975 qu'en 1954. A Mâcon, où les activités économiques sont proches de celles de Bourg, la poussée des cadres supérieurs et moyens demeure insuffisante, comme à Chalon celle des employés.

Graphique 12 : Les classes socio-professionnelles 1954-1975
Source : R.G.P. 1954-1975

66En dépit des tendances propres à chacune des villes, lesquelles se perpétuent entre 1954 et 1975, on assiste durant ces deux dernières décennies à une convergence - certes limitée - de la structure socio-économique des populations urbaines étudiées, et non à une "radicalisation" que certains facteurs auraient pu laisser entrevoir, tel le taux d'activité féminine. L'émergence d'une classe moyenne plus étoffée à Chalon (1954-1975 : + 11 %) est sans doute le phénomène le plus marquant, tout comme la réduction des écarts de classe à Bourg ; la situation mâconnaise restant intermédiaire entre ses deux voisines.

67Cette question relative au sens du changement socio-économique n'est pas simple, en particulier si on cherche à la résoudre à la fois pour les trois villes, sur le plan de la comparaison, et durant les années qui nous séparent de la fin de la guerre, en prenant en compte, enfin, la globalité du phénomène. La simple analyse des données socio-professionnelles, recensement après recensement, ne possède qu'une valeur indicative que seul un traitement approprié peut confirmer et affiner.

  • 34 Cf. graphiques no 13 a. b, c, d, p. 64.

68Nous avons tenté d'approcher la solution, en pratiquant à nouveau, pour chaque recensement, une analyse factorielle des correspondances34 selon la répartition numérique des groupes socio-professionnels. Jusqu'en 1968, dans toutes les analyses, les inerties des nuages, c'est-à-dire les valeurs propres, sont petites devant un, indiquant que les oppositions ne sont pas très tranchées et que ces villes moyennes étudiées offrent de grandes similitudes. De même, l'inertie totale s'abaisse : les trois villes évoluent vers un rapprochement de structure socio-économique plus que vers des situations plus dissemblables, qu'il s'agisse d'ailleurs de la commune-mère ou de l'agglomération.

69En 1962, un seul axe factoriel, porteur de l'essentiel de la variance (95 %), oppose Chalon à Bourg et secondairement à Mâcon. Le contraste provient d'une forte opposition entre les ouvriers et les employés, voire avec les professions libérales et les cadres supérieurs. En effet, les contributions relatives de leur projection sur l'axe valent respectivement 40 %, 33 % et 13 %. En 1968, seul l'axe 2 peut encore être pris en considération (96 % de l'inertie totale) montrant qu'ensemble Bourg et Mâcon se distinguent de Chalon pour les mêmes raisons qu'en 1962. Cependant, la projection des lignes supplémentaires relatives aux ouvriers et aux employés, en 1968, prouve que si le profil des ouvriers a subi une importante variation entre 1962 et 1968, celle-ci n'a pas été compensée par une variation suffisante de la catégorie des employés. En 1962, Chalon est une ville industrielle, Bourg demeure une ville administrative et de marché. Mâcon, elle, se situe à un niveau intermédiaire, néanmoins proche de celui de Bourg. En 1968, l'une et l'autre sont devenues tout à fait semblables (projections confondues sur l'axe 2), mais avec une tendance au rapprochement de leur structure avec celle de Chalon. Les industries bressanes et mâconnaises se sont développées alors que le secteur tertiaire s’est étoffé à Chalon.

Graphique 13 : Les classes socio-professionnelles à Chalon, Mâcon, Bourg. Analyse des correspondances (communes)

Graphique 13 : Les classes socio-professionnelles à Chalon, Mâcon, Bourg. Analyse des correspondances (communes)
  • 35 Contributions relatives et signes conventionnels associés, 1975 : ouvriers : + 52,4 % ; employés : (...)

70La prise en compte des catégories socio-professionnelles de chaque ville au recensement de 1975 indique une évolution urbaine que les résultats antérieurs ne laissaient guère prévoir. Un seul axe est toujours responsable de la direction du nuage de points, mais son inertie atteint 97 % montrant par là toute l'importance de l’opposition révélée, celle de Chalon et de Bourg ; Mâcon se dissocie de cette dualité. Ainsi les résultats du recensement de 1962 se trouvent amplifiés en 197535 !

71Les rapprochements de structure socioéconomique sont toujours valables mais particulièrement pour Mâcon et Chalon. Bourg voit le poids de ses "cols blancs" s'amplifier ; il n'est pas compensé par une croissance suffisante du monde ouvrier. La situation est inverse à Chalon, où le développement du secteur tertiaire ne permet pas de contrebalancer l'importance des ouvriers. Cependant, indépendamment de ces constantes socio-économiques déterminées dès les résultats du recensement de 1954, et des tendances peu soutenues au rééquilibrage, il est à noter l'émergence des classes moyennes dont la contribution relative double de 1968 à 1975 au préjudice des catégories des professions libérales et cadres supérieurs dont le poids s'atténue. La situation mâconnaise apparaît davantage comme intermédiaire entre celle de ses deux voisines, nettement plus tertiaire qu'ouvrière, à l'image de Bourg, et caractérisée également par le développement des cadres moyens. De plus, le graphique indique combien Chalon est caractérisée par la présence de la catégorie des patrons de l’industrie et du commerce. Il est vrai qu'ici, plus qu'à Mâcon et à Bourg, nonobstant la baisse du petit commerce, le déploiement industriel implique le maintien d'une frange de petites affaires vivant le plus souvent de la sous-traitance.

  • 36 Contributions relatives des agriculteurs 1962 : 6 %, 1968 : 5 %, 1975 : 3 %.

72La catégorie des agriculteurs se retrouve évidemment à l'écart du nuage, mais une analyse de même type ne la prenant pas en compte n'apporte pas de changement notable dans les projections. Ils ne sont en rien des "bruits" liés aux décomptes statistiques, mais représentent une faible fraction d'actifs36 vivant essentiellement de maraîchages, plus à Bourg qu'à Mâcon et surtout qu'à Chalon.

73Nous avons enfin procédé à une même analyse avec les données du R.G.P. de 1982 ; l’opposition Chalon/Bourg demeure pour les mêmes raisons, et même s'aggrave si l’on s’en tient aux contributions relatives des professions libérales et cadres supérieurs (37 %). Mais globalement, cette dissemblance s'atténue, contrairement à ce que la période 1962-1975 a montré. L'inertie des axes a évolué en sens inverse, l'axe 3 acquérant plus d'importance : 34 % en 1982 contre 3 % en 1975. Or cet axe rassemble cette fois-ci Chalon et Bourg autour des professions intermédiaires, voire même des patrons de l'industrie et du commerce. Même si une stricte comparaison terme à terme est impossible en raison de la nouvelle classification introduite par les services de l’I.N.S.E.E. au dernier recensement, l'indication de tendance peut être retenue, c'est-à-dire celle du développement des cadres moyens et des petits patrons. En particulier à Chalon, l'importance de ces derniers s'est affirmée depuis 1975, indépendamment du rôle traditionnel de la sous-traitance ; car, en conséquence de la crise, de multiples petites entreprises ont été réduites en nombre, mais également ont révisé à la baisse de manière drastique leur personnel ; et en même temps, par effet de réaction, la crise a suscité des reprises d'entreprises sous des formes nouvelles et à très petits effectifs.

  • 37 Cf. graphique no 13 e, p. 65.

74Une dernière analyse globale37 prenant en compte l'ensemble des catégories socioprofessionnelles depuis 1962 et pour tous les recensements jusqu'en 1982, illustre de manière plus schématique l'évolution générale des trois villes, autour d'une double opposition de particularismes. De façon très nette, Chalon demeure une ville ouvrière et Mâcon et Bourg des villes administratives où les catégories d'employés sont très importantes, celles des professions libérales et cadres supérieurs faibles. Mais il se confirme bien que la principale transformation réside dans l'apparition d'une seconde opposition entre Mâcon et Bourg, voire Chalon. Car, Mâcon s'est industrialisée au cours du temps, alors que relativement, Bourg et Chalon ont vu se développer davantage leurs classes moyennes liées au secteur tertiaire. Enfin, le gonflement notable de la catégorie des patrons de l'industrie et du commerce relève des causes déjà expliquées précédemment. Mais nous croyons devoir rappeler le biais introduit par les changements de classification en 1982, lesquels obligent encore davantage à dégager des tendances plus qu'à évaluer des changements purement quantitatifs.

75L'analyse des correspondances, exprimée ici encore de manière originale selon une perspective dynamique à travers l'étude des catégories socio-professionnelles des trois villes en 1962, 1968, 1975 et 1982, permet d'apporter une réponse à la fois rigoureuse et plus nuancée à la question du sens de l'évolution de la structure socioéconomique urbaine, tout en confortant les résultats de l'étude classique des variations numériques ou relatives des diverses catégories ; celle-ci ne laissait pas apprécier, avec la fin de la croissance, le frein à la réduction des divergences ; la tendance au rapprochement est apparue en 1968, s'est quelque peu limitée en 1975 et a pris une autre forme en 1982. L'industrialisation relayée par la croissance du secteur tertiaire et le développement induit des classes intermédiaires sont les facteurs de convergence des profils des groupes socio-professionnels.

76Oui, au rééquilibrage démographique de la période 1962-1975 correspond bien une évolution socio-économique de même sens. Mais elle est beaucoup plus limitée, et en deçà de ce que la première analyse réalisée pour la période 1962-1968 pouvait laisser entrevoir. Si les villes ont vieilli en se ressemblant davantage, elles n'en gardent pas moins leurs caractéristiques propres ; les pesanteurs socio-économiques paraissent très puissantes, en dépit des renouvellements de population et des glissements sectoriels. Les changements de profils des catégories d'ouvriers et d'employés - en particulier entre 1962 et 1975 - ne sont pas suffisants pour retourner les situations spécifiques.

  • 38 Cf. livre II, deuxième partie.

77Le second intérêt de ces analyses est la confirmation de l'apparition d'un poids notable dans la catégorie dite des cadres moyens, au point de décupler l'inertie du troisième axe et d'infléchir le nuage de points selon une nouvelle direction. Cela prouve un changement appréciable dans la structure socio-économique et sans doute dans l'ensemble de la société. Là paraît résider la marque distinctive de ces villes de niveau intermédiaire ; l'évolution des trente dernières années entraînerait une sorte de banalisation socio-économique, sinon sociétale ; mais seule une investigation plus précise pourra affiner ultérieurement38 cette tendance à la médiocrité assortie d’une certaine réduction des caractéristiques spécifiques de chaque ville.

78Aux transformations strictement démographiques se conjuguent celles de l'organisation économique et sociale, nées les unes et les autres de la puissante croissance des années soixante dont les effets induits multiformes restent à cerner. Ils définissent, à travers les trois cas d'étude, le devenir de la ville moyenne depuis la guerre et sa situation actuelle tant au regard de l'espace urbain que dans ses relations avec la société qui y habite et y travaille.

II.43. Des pôles régionaux confirmés

79En 1954, Chalon est déjà une petite capitale locale alors que Mâcon et Bourg amorcent timidement un renouveau économique. Depuis la guerre, le dynamisme de chacune des villes est tel que leur suprématie au sein de la région s'est affirmée pour l’une et conquise pour les deux autres. Certes, en 1954, Chalon et Bourg sont déjà les cités les plus riches d'hommes au sein des départements de Saône-et-Loire et de l’Ain, mais leur prépondérance s'est affirmée puisqu'elles regroupent près de 10 % de la population de leurs départements respectifs, soit environ 2 % de plus qu'en 1954. Mâcon, moins peuplée, rassemble à peine 7 % de la population de Saône-et-Loire, mais elle progresse de la même manière que ses voisines puisqu'elle ne comptait que pour 4,5 % de la population de son département en 1954. Depuis 1968 elle a supplanté la ville du Creusot, où sévit la crise de la métallurgie lourde, pour devenir la seconde ville de Saône-et-Loire.

  • 39 Variation de population 1954-1982 : Ain : +40 % ; Saône-et-Loire : +14 % ; Chalon : +55 % ; Mâcon : (...)

80Si l'on sait que dans le même temps le département de Saône-et-Loire a vu augmenter sensiblement le nombre de ses habitants, et que celui de l'Ain s'est pour sa part accru très fortement39, il est aisé de comprendre le rôle plus marqué de la ville moyenne dans le cadre régional. La redistribution de la population s'effectuerait, à l'intérieur du département, au profit de la ville moyenne.

81La même remarque s'impose si l'on considère exclusivement les individus actifs, et non plus l'ensemble des populations, et elle conforte, s'il était encore besoin, les premières conclusions : la population des villes moyennes étudiées a crû beaucoup plus que celle de leur département, et sans doute en grande partie au détriment de ceux-ci. Aussi, l'interaction apparue entre la ville moyenne et son environnement plus ou moins immédiat apparaît-elle enfin comme l'élément de connaissance nécessaire et fondamental à la compréhension des mécanismes de variations démographiques urbaines. Flux de population et définition de zones de croissance ou de récession replacent la ville en tant que membre vivant, à la fois actif et passif, dans un espace plus vaste sans lequel elle n'est que construction arbitraire.

Notes

1 Cf. graphique no 1, p. 34 : populations de Chalon, Mâcon, Bourg-en-Bresse 1801-1982.
- Population municipale : elle comprend essentiellement les personnes qui occupent des logements dans la commune.
- Population totale : elle comprend la population municipale et la population « comptée à part » c’est-à-dire résidant dans des établissements de la commune (militaires, internes, personnes en traitement en maisons de soins...) mais pouvant également être recensés dans une autre commune où ils possèdent une résidence personnelle (population dite des « doubles-comptes »).

2 Arrivées du chemin de fer : Chalon : 1851 ; Mâcon : 1852 ; Bourg : 1856.

3 Image 1000000000000201000000B2D2E0ECAA.jpg

4 Les noms de Chalon, Mâcon et Bourg seront toujours utilisés au sens de « ville de » et donc employés grammaticalement comme tels.

5 G. BRUNO, 1877. Le Tour de France par Deux Enfants. Devoir et Patrie. Cours Moyens. Paris, E. Belin, réédition 1980, p.94.

6 Département de Saône-et-Loire :
Image 1000000000000176000000A06EFF3E64.jpg

- Évolution de la population totale 1886-1954 :-18,3 %.
Source : I.N.S.E.E., recensements généraux de population.

7 Accroissement annuel de population totale 1946-1954 ; Chalon-sur-Saône : 0,80 % ; Mâcon : 0,58 % ; Bourg : 0,32 %. Source : recensements généraux de population, I.N.S.E.E.

8 Cf. graphiques no 2, 3, 4, p. 38, 39 et 40.

9 Mâcon, 1954. Poids des classes d’âge dans la population totale : 0-4 ans : 6,9 % ; 5-9 ans : 9,1 %. Source : R.G.P. 1954, I.N.S.E.E.

10 Cf. graphique no 5, p. 42.

11 Cf. graphique no 6, p. 42.

12 La catégorie ouvriers regroupe les contremaîtres, les ouvriers qualifiés, les ouvriers spécialisés, les manœuvres, selon le R.G.P. de 1954.

13 Cf. tableau no 3, p. 44.

14 Cf. figure hors-texte : la commune de Bourg.

15 Population urbaine : population des unités urbaines de plus de 2 000 habitants recensés au lieu de résidence (définition I.N.S.E.E.).

16 Cf. tableau no 2, p. 23.

17 Cf. graphique no 7, p. 48.

18 Pour Mâcon et Chalon il s'agit respectivement de 45,3 % et 38 % d'habitants supplémentaires entre 1954 et 1968.

19 Cf. graphique no 8, p. 48.

20 Cf. graphique no 9, p. 50.

21 Taux de variation annuel : le maximum est atteint pour les unités urbaines de 100 000 à 200 000 habitants ; solde migratoire 1954-1962 : 1,5 %, excédent naturel 1962-1968 : 1,1 %.

22 Cf. graphiques 2,3, 4 et 10, p. 38-40 et p. 52.

23 Bourg ; taux de natalité 1954-62 : 18,2 ‰ 1962-68 : 19,4 ‰ ; taux de mortalité 1954-62 : 10,0 ‰, 1962-68 : 9,2 ‰.

24 Cf. graphiques no 11 a, b, c, d, p. 56.

25 Il est à noter que beaucoup de profils évoquent l’effet Guttman, lequel traduit à la fois un rapprochement sur un axe et une opposition sur l’autre.

26 Contributions relatives sur l’axe 2 :
Image 100000000000024F00000046F6DFCBBF.jpg

27 0-10 ans, contributions relatives sur l'axe 2 à Chalon : 1962 : 14 % ; 1968 : 30 % ; 1975 : 32 %.

28 Contributions relatives sur l'axe 3 à Chalon : 60-69 ans 1962 : 26 % ; 1968 : 21 % ; plus de 70 ans 1975 : 38 %.

29 Cf. graphique no 11 e, p57.

30 Cf. graphiques no 2, 3, 4, p. 38-40.

31 Évolution de la population active féminine 1954-1975 ; Mâcon : + 1,97 % ; Bourg : + 0,87 % ; Chalon : - 1,23 %.

32 Cf. graphique no 12, p. 62.

33 R.G.P. 1975 niveau d’études de la population
Image 100000000000025E00000066483EEE78.jpg

34 Cf. graphiques no 13 a. b, c, d, p. 64.

35 Contributions relatives et signes conventionnels associés, 1975 : ouvriers : + 52,4 % ; employés : - 27,8 % ; cadres moyens : - 10,4 %. Cf. graphique no 13 c, p. 64.

36 Contributions relatives des agriculteurs 1962 : 6 %, 1968 : 5 %, 1975 : 3 %.

37 Cf. graphique no 13 e, p. 65.

38 Cf. livre II, deuxième partie.

39 Variation de population 1954-1982 : Ain : +40 % ; Saône-et-Loire : +14 % ; Chalon : +55 % ; Mâcon : +69 % ; Bourg : +69 % ; Source : R.G.P. 1954, 1982, I.N.S.E.E.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 : Population de Chalon, Mâcon, Bourg 1801-1982Source : I.N.S.E.E., A.D. Saône et Loire, Ain* Population totale 1801-1954(1) Population municipale 1954-1982 (définition nouvelle depuis 1962)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Structure démographique par sexe et par âge
Légende Graphique 2 : Chalon. Source : R.G.P. 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Graphique 3 : Mâcon. Source : R.G.P. 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Graphique 4 : Bourg. Source : R.G.P. 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Graphique 5 : Répartition des ménages selon le nombre de personnes par ménage en 1954 (en pourcentage de la population municipale) – Source : R.G.P. 1954.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Graphique 5 : Répartition de la population active selon les catégories socio-professionnelles en 1954
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 3. Population active par branche d’activités collectives, 1954 (valeur absolue et pourcentage. Source : R.G.P. 1954, I.N.S.E.E., (1) valeur absolue, (2) pourcentage
Légende Les résultats sont exprimés, pour les agglomérations de Chalon et Mâcon, selon la définition adoptée par l’I.N.S.E.E. en 1954 :- l’agglomération de Chalon comprend les communes de Chalon s/Saône, St-Rémy- l’agglomération de Mâcon comprend les communes de Mâcon, Flacé-les-Mâcon et Saint-Laurent-sur-Saône (Ain).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Variation annuelle de la population municipale 1954-1982
Légende Graphique 7 : Chalon, Mâcon, Bourg. Source : R.G.P. 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Graphique 8 : ensemble des communes. Source : R.G.P. 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Variation intercensitaire de la population municipale 1954-1982
Légende Graphique 9Source : R.G.P. 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Graphique 10 : Répartition des classes d’âge à Chalon, Mâcon, Bourg 1954-1982Source : R.G.P. 1954-1982
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Graphique 11 : Les classes d’âge à Chalon, Mâcon, BourgAnalyse des correspondances (communes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Graphique 12 : Les classes socio-professionnelles 1954-1975Source : R.G.P. 1954-1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique 13 : Les classes socio-professionnelles à Chalon, Mâcon, Bourg. Analyse des correspondances (communes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8171/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search