Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Première partie : La dynamique démographique

La dynamique démographique

Texte intégral

  • 1 Cf. tableau no 1, p. 22.

1L'accélération du processus d'urbanisation tôt développée en pays industrialisé, s'est particulièrement manifestée en France après la seconde guerre mondiale, revêtant cependant des formes diverses selon les tailles des villes et leur région d'appartenance. Alors que l'agglomération parisienne voit son expansion quelque peu freinée au profit de celle des métropoles d'équilibre à la suite des mesures prises en matière d'aménagement du territoire, les villes moyennes manifestent un dynamisme constant jusqu'au recensement général de population de 1975. Le tableau publié par l'.I.N.S.E.E.1 exprimant les taux annuels de variation de population urbaine selon la taille des villes, entre 1954 et 1975, montre que, si la croissance est d'autant plus forte que la taille des villes est plus grande, un seuil se manifeste au-delà de 200 000 habitants, comme en deçà de 20 000 ; et si les disparités de croissance liées à la taille des villes se résorbent entre 1968 et 1975, la croissance relative des villes moyennes demeure soutenue, de toute manière supérieure à la croissance moyenne des unités urbaines françaises.

2Les premières études d'aménagement relatives à la croissance urbaine - et spécialement à celle de la ville moyenne - mettent toutes en évidence la corrélation qui existe entre la puissance d'accroissement, la dynamique régionale, et la proximité d'une métropole d'équilibre, sans toutefois être unanimes sur la supériorité de l'un ou l'autre facteur. Les villes de notre champ d'étude, quelle que soit la part faite aux effets d'entraînement des métropoles ou de la puissance économique locale, bénéficient, de toute évidence, des effets conjugués des deux facteurs ; toutes trois situées dans une région fortement urbanisée (presque à 75 %) et industrialisée, marquée par la présence lyonnaise, elles s'insèrent dans le groupe que la Direction de l'aménagement foncier et de l'urbanisme(D.A.F.U.) définit ainsi, en 1972 : "Entre ces deux extrêmes (villes prises dans une conurbation ou satellites, et villes isolées) se placent des villes fortement marquées par l’ambiguïté de leur situation par rapport à la métropole. Suffisamment éloignées pour que leur destin ne lui soit pas irrémédiablement lié, elles en sont suffisamment proches pour que son influence ne puisse être négligée". On comprend alors toute la richesse de la situation des trois villes étudiées, et l’intérêt qu'il y a à mesurer une croissance plus que conforme à celle de l'ensemble des villes moyennes françaises.

  • 2 Cf. tableau no 2, p. 23.

3Chalon-sur-Saône, Mâcon et Bourg-en-Bresse en sont des archétypes remarquables, avec un taux d'accroissement démographique supérieur à 2 % par an (voire égal à 3 %) dès 1954 comme le montre le tableau2 d'évolution de la population municipale d'après les recensements de 1954 à 1982. Afin de rendre compte du poids des échanges migratoires dans cet accroissement urbain, toute étude de la dynamique démographique en ville moyenne oblige à une recherche des changements survenus, non seulement dans la ville elle-même, mais dans tout l'espace de proximité susceptible d'être comptable d'un mouvement de migration lié à la ville. Alors, seulement, peut être définie et spécifiée la multiplicité des rapports entre les habitants et leurs lieux de vie, ainsi que les changements survenus, en raison des brutales variations numériques des composantes démographiques de la croissance urbaine de ces trente dernières années.

Notes

1 Cf. tableau no 1, p. 22.

2 Cf. tableau no 2, p. 23.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search