Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Introduction

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré à trois villes d’un même espace régional : Chalon-sur-Saône, Mâcon et Bourg-en-Bresse. Leur trait commun est d'appartenir au groupe des villes de taille moyenne, qui ont subi depuis la guerre un changement tel qu'il a suscité tout à coup, en particulier vers les années soixante-dix, un certain engouement et soulevé de multiples questions relatives à leur avenir, aux causes et formes du changement. Aujourd'hui, la plupart de ces interrogations demeurent, paradoxalement, encore sans réponse.

  • 1 Emile VERHAEREN, 1883. Les campagnes hallucinées.

2"Tous les chemins vont vers la ville"1... Les chemins des géographes ont de fait conduit nombre d'entre eux à étudier les villes ; les travaux de géographie urbaine ne se dénombrent plus et rassemblent genres et thèmes les plus variés. Cependant, le thème de la ville moyenne a peu requis l'attention et le terme même de moyen, de connotation peu exaltante, est généralement passé sous silence !

3Cependant, la France urbaine se caractérise par l'abondance de ses villes moyennes qui parsèment plus ou moins régulièrement notre territoire. Nous ne redéfinirons pas ici le concept de ville moyenne, largement explicité par M. Michel (1977). Nous retiendrons son sens étymologique - mediana - qui fait de la ville moyenne la ville de niveau intermédiaire dans la hiérarchie urbaine, tant par son importance numérique que par ses fonctions.

4Au recensement de 1968, on compte en France 77 % de villes moyennes sur l'ensemble des villes de plus de 20 000 habitants ; elles rassemblent déjà 20 % de la population urbaine. Ce n'est cependant que sept ans plus tard, dans une perspective d'économie et d'aménagement, qu'est publié le premier ouvrage qui met véritablement l'accent sur l'importance des villes moyennes. Son auteur, J. Lajugie (1974), reprend l'idée de "niveau intermédiaire de villes à rayonnement moins étendu", inspirée des travaux de J. Hautreux et M. Rochefort (1964), et relève l'originalité de l'accroissement démographique de ces villes moyennes dans le mouvement accéléré d’urbanisation de ces trente dernières années. Entre 1962 et 1968, les villes de 20 000 à 50 000 habitants ont subi une croissance numérique presque égale à la fois à celle des villes de plus de 200 000 habitants et à celle de l'agglomération parisienne ; et cela selon un taux de croissance qui est allé s'accélérant. Plus du quart de la population française vit alors dans des villes moyennes ! Si, dès lors, on s'intéresse enfin à ce type de villes, c'est avant tout pour les aménager, les transformer, en vanter les vertus ; mais cet intérêt-prétexte ne sera que feu de paille.

5Nous avons choisi d'étudier ce thème, par trop délaissé, de la ville moyenne par le biais du changement si important survenu durant ces trois dernières décennies, et en recherchant l'ensemble des forces conjuguées ou contraires, internes ou externes, susceptibles d'expliquer le changement dans une perspective évolutive.

- Les questions soulevées

6L’accroissement du chiffre de population qui réside en ville moyenne - aspect le plus tangible de l'évolution - suggère la première interrogation. Cette croissance implique-t-elle un simple changement numérique de ce type de ville, comparativement à l'ensemble de la typologie urbaine, ou bien engendre-t-elle un changement structurel ? Si l'augmentation du nombre d'habitants a eu pour conséquence première d'alourdir la densité urbaine, son effet essentiel a été d'étendre largement la surface urbanisée par une consommation d'espace effectuée à un rythme inconnu. C'est donc toute la structure de villes passées brutalement de cités historiques, repliées sur elles-mêmes, à des agglomérations plus ou moins diluées sur plusieurs surfaces communales qui se trouve affectée, voire remise en cause. Mais quels sont les mécanismes, les acteurs, les enjeux, les conséquences de cette nouvelle donne de l'espace urbain, résultat des conflits de production de l'espace ?

7A l'accroissement quantitatif et spatial de la ville moyenne répond, en corollaire, l'affaiblissement d'autres espaces au détriment desquels la ville a grandi. Quels sont-ils ? Au cours du temps n'ont-ils pas réagi, sur des modes divers, à l'égard de la ville ? Comment dégager les flux de départ des flux d'arrivée qui simultanément concourent au changement urbain par un déplacement incessant de population ? Nous voici au cœur de l'interrogation fondamentale : étudier le changement de la ville nous ramène sans cesse au problème des rapports entre les hommes et leurs lieux de vie. Si les individus d'une société donnée sont - directement ou non - les producteurs de leur espace urbain, n'y a-t-il pas en retour une variation "sociétale" induite ? Son degré de transformation reste alors à apprécier. De cette dialectique permanente naît-il une spécificité de la ville moyenne qui justifierait l'engouement dont elle a pu bénéficier à divers titres et qui permettrait de la mieux définir ?

8C'est en effet à partir des années soixante-dix que les aménageurs se tournent vers la ville moyenne, la parant soudain de toutes les vertus. Cadre et qualité de la vie, société locale sont idéalisés. Jérôme Monod (1974) à la tête de la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (D.A.T.A.R.) donne alors une définition de la ville moyenne qui souligne le mieux-être de ses habitants et est depuis souvent citée : "la ville moyenne est celle où les relations sociales sont autres". Caduc est donc désormais le traditionnel jugement porté sur les villes balzaciennes où l'on voit "la jeunesse (...) se consumer", comme disait Lamartine en faisant référence à sa ville natale.

9La ville est subitement redécouverte et considérée comme le moteur du nouvel aménagement du territoire français. Sans la tare des grandes villes jugées inhumaines et coûteuses, la ville moyenne, devenue symbole du bonheur d'habiter, doit servir de relais dans la redistribution de la croissance, avec l'arbitrage des "métropoles d'équilibre", dont le Ve Plan a défini le rôle. L'impossibilité, vite éprouvée, d'organiser la totalité du phénomène urbain dont le développement se poursuit, conduit logiquement à recourir à la ville moyenne. "Une grande politique des villes moyennes s'ouvre à nous" déclare Olivier Guichard, ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Equipement, du Logement et du Tourisme, dans sa préface du dossier d'étude des villes moyennes (D.A.T.A.R., 1972). Tel devient alors l'un des objectifs du VIe Plan. A terme, le citadin a-t-il bénéficié de cette tentative d'aménagement comme, plus tard, des volontés politiques locales de "changer la ville, changer la vie", spécialement destinées aux villes moyennes ?

10Seule l'étude des mutations sociales peut permettre d'apprécier si le rêve d'un monde urbain "à taille humaine" peut se réaliser en ville moyenne. Celle-ci n'est-elle pas, plus simplement, le reflet d'un temps fort de l'histoire urbaine, en période d'euphorie économique, et en un moment idéal - compte-tenu des faveurs et des transformations dont elle est l'objet - pour l’analyse des hommes dans leurs relations avec l'espace urbain saisi dans sa globalité ? Une nouvelle fois, nous voici renvoyée au thème des changements sociaux, élément explicatif essentiel des multiples aspects de la question des villes moyennes.

11Dans ce contexte, il reste enfin à préciser quel rôle demeure propre à la ville moyenne dans l'organisation régionale et locale ? Certes, le concept de réseau urbain hiérarchisé n'est pas neuf, né des travaux, dans les années trente, de W. Christaller et de A. Lösch puis, en France, dans les années soixante, de ceux de M. Rochefort, E. Julliard, J. Labasse et de bien d’autres ultérieurement ; mais il demeure le moyen de saisir, à travers des espaces fonctionnels construits - démographiques, économiques, sociaux-, à travers leurs interrelations, la structuration spatiale que détermine la ville moyenne. Met-elle encore en évidence des hiérarchies locales, ou bien assiste-t-on à une "dérégionalisation", phénomène quasi général en régions urbaines de pays dits évolués et né des mutations de la ville ?

12Similitudes et divergences des réactions des cités observées peuvent aider à comprendre si les changements survenus en villes moyennes ne sont pas eux-mêmes différents selon la place de la ville considérée, dans la typologie des villes. La question revêt d'autant plus d'intérêt que D. Pumain (1982) a montré qu'entre 1954 et 1975, l'évolution de la structure du système urbain français est plus un mouvement de translation, sans altérations profondes des diverses formes de hiérarchie, et cela en conclusion d'une analyse de 139 agglomérations de plus de 20 000 habitants en 1954. Toutefois, l'auteur n'envisage pas l’hypothèse du changement dans sa dimension sociale, laquelle nous semble fondamentale.

13Sous l'effet de la très forte croissance démographique, quelles formes revêt le changement sociétal ? Alors que les transformations économiques opérées depuis la seconde guerre mondiale ont multiplié les fonctions d’encadrement et de direction, que deviennent les sociétés de nos villes moyennes, occupées en majorité à de modestes emplois ? Peut-on envisager, par la redistribution des groupes socio-professionnels, une évolution vers la banalisation, c'est-à-dire une forme de nivellement à hauteur d'une certaine médiocrité ?

14Distorsions dans le temps et dans l'espace des changements subis par nos villes, variations des différentes composantes de la substance urbaine suscitent ensemble une vaste interrogation relative à un type commun de ville française, en un moment où "la crise des villes" soulève quelque inquiétude dans les pays industrialisés.

- Le champ d’application et les méthodes d’analyse

  • 2

15Il ne nous était pas possible, sur un sujet d'une telle ampleur et à un degré d’analyse aussi complet et délicat, de porter notre attention sur l'ensemble des villes moyennes françaises. Nous avons choisi une étude de cas pour répondre à nos hypothèses de travail, celui de Chalon-sur-Saône, Mâcon et Bourg-en-Bresse, villes moyennes de la vallée de la Saône et de ses bordures. L'exemple nous paraît judicieux. Situées dans l'espace intersticiel de deux métropoles aussi dissemblables que Lyon et Dijon, voici trois villes qui ont en commun des histoires parallèles jusqu'à la révolution industrielle, mais sont aujourd'hui différentes dans leurs fonctions primordiales. Mâcon et Bourg, chefs-lieux de leurs départements, à l’industrialisation plus récente, sont proches de la grande ville lyonnaise et entretiennent des rapports privilégiés avec un monde rural riche - celui de la vigne ou de l'élevage. En outre, les villes de Mâcon et Chalon sont situées sur le grand axe sequano-rhodanien, qui draine toujours davantage les hommes et les activités. Chalon, très et tôt industrialisée, serait plus indépendante ; plus peuplée2 - et cependant simple sous-préfecture-, elle permet une observation de la ville moyenne à un degré supérieur d’urbanisation. Si la question du changement en ville moyenne se pose sans détour dans ces trois villes, il convient encore de préciser les moyens d'investigation et leurs possibles.

16Nous présentons dans ces pages le résultat de quelque dix années de travail au cours desquelles l'objet de la recherche comme le chercheur lui-même ont évolué. Des pistes considérées comme essentielles en début de recherche sont apparues hors de propos quelques temps après, alors que d'autres se sont dessinées, insoupçonnées primitivement et nées d'hypothèses nouvelles issues des premières réponses apportées. Si bien que des travaux menés à leur terme n'apparaîtront pas ici, du moins dans leur intégralité : nous ne les jugeons plus indispensables à la démonstration.

17Patiemment, nous avons commencé une comparaison trilogique dans tous les domaines d'investigation définis. Après quelques années de ce rythme insensé, nous nous sommes aperçu que nous nous usions en vain à la tâche : lorsqu'enfin nous achevions d’étudier un thème, il fallait réajuster nos travaux portant sur la première ville étudiée. La dynamique du changement urbain surpassait notre propre dynamisme !

18En réalité, ces accumulations de détails nécessaires en début de recherche ne l'étaient plus guère au fur et à mesure que nos hypothèses s'affinaient et se clarifiaient, et en outre elles n'apportaient pas de réponse décisive quant à la cause du changement. Le changement multiforme et son incessante évolution étaient certes précisés, mais il nous fallait aller au-delà de l'apparence et du mesurable au premier degré. Les villes ne s'étaient pas encore livrées.

19Nous avons alors décidé d'étudier, comme autant de variations, la dynamique du changement, en fondant notre comparaison sur une ville-pivot à laquelle les deux autres feraient référence. Le commun dénominateur se trouve être le plus souvent Mâcon, ville à la fois tertiaire et industrielle, ouverte et rompue à l'échange depuis longtemps, ayant également, comme Chalon et Bourg, connu une croissance démo graphique importante depuis la guerre ainsi qu'un fort brassage de population. Cependant, selon les thèmes évoqués, Chalon ou Bourg peuvent à leur tour devenir le terme essentiel de la comparaison.

20Une fois franchie cette étape de la réflexion, nous avancions plus rapidement dans la vérification de nos hypothèses de base qui nous conduisaient inéluctablement à l'aspect social de la ville, par son lien avec la migration, dans une perspective à la fois spatiale et chronologique.

21Il nous restait alors à adapter les méthodes de travail aux hypothèses formulées. Dans un premier temps, il était aisé de se contenter des sources habituelles de la connaissance des villes, issues des statistiques de l'I.N.S.E.E. (Institut national de la statistique et des études économiques), conçues à partir des recensements généraux de population, et de celles qui émanent des divers services publics et parapublics plus ou moins décideurs - mais surtout excellents témoins - du devenir urbain : préfectures, mairies, directions départementales des ministères, ateliers d’urbanisme, chambres de commerce et d’industrie, sociétés d'équipement, comités d'expansion... A ce travail de dépouillement classique s'est ajouté également celui de l'analyse des archives départementales ou notariales relatives au façonnement de l'espace contemporain, afin de mettre en évidence les modalités et les protagonistes du changement.

22Comment, d'autre part, mesurer la fonction commerciale, essentielle à la définition de la ville moyenne, ou encore saisir le monde industriel local et l'importance du capital régional sans, pour ainsi dire, créer nos propres sources ? A cet effet, nous avons dû bâtir des enquêtes de large envergure ; notre travail était parfois facilité par de semblables tentatives passées dont nous tirions expérience : il en a ainsi été des études d'aires de chalandise ou de bassins de main-d’œuvre.

23Si, par les résultats obtenus, nous approchions de plus en plus de cette composante sociétale que pressentaient nos hypothèses, nous ne pouvions la préciser en aucune façon par une méthode déjà connue. En effet, à notre déception, géographes, sociologues ou démographes n'avaient, à notre connaissance, cherché le lien existant entre les migrations spatiales - selon quelles trajectoires ? - et le changement possible des sociétés locales - selon quelles formes ? Dans ce domaine tout restait donc à faire.

24Enfin, autant que nous l'avons jugé nécessaire, nous avons usé de méthodes de dépouillement et de traitement de données sur support informatique, pratiqué la cartographie automatique et tenté l'approche systémique.

- Heurs et malheurs d'une recherche

25En jouant de méthodes aussi diverses, dans un champ urbain de plus de 175 000 habitants, de trois agglomérations distinctes, nous ne pouvions qu'éprouver de multiples difficultés, indépendamment d'un long et nécessaire apprentissage de techniques nouvelles d'investigation.

26La première difficulté rencontrée est liée à la partition administrative de notre terrain d'étude. Celui-ci recouvre en effet deux régions de programme et, en conséquence, deux services régionaux de l'I.N.S.E.E. aux objectifs parfois différents. En particulier à Lyon, l'importance de la métropole limite les préoccupations, considérées comme mineures, relatives aux villes moyennes, telle celle de Bourg-en-Bresse. En outre, des exploitations sur un même thème ne sont pas toujours réalisées selon les mêmes modalités, ne serait-ce qu'au niveau des sondages.

27La division administrative est une gêne dans de nombreux autres cas, qu'il s'agisse de l’organisation spatiale à travers les documents d'urbanisme, ou de la quête de diverses sources autres que statistiques, mais qui relèvent d'administrations de tutelle travaillant en parfaite indépendance de vues. Le cas de Mâcon est sans nul doute le plus épineux, puisque l'agglomération s'étend sur deux départements et deux régions de programme.

28Et puis, diverses opportunités qu'il fallait bien saisir ajoutent à ce déséquilibre de la quête des données. Car dans les trois villes notre concours a été souvent sollicité pour des recherches diverses, mais hélas !, spécifiques à chacune des villes.

29D'autre part, les enquêtes que nous avons effectuées ont requis de très nombreuses démarches de notre part, afin par exemple de nous faire admettre dans des milieux comme ceux du commerce, de l'industrie ou de la banque, où la recherche est parfois peu prisée, voire suspecte en raison de ses curiosités. Les coûts de duplication et d'envoi d'un questionnaire, comme l'immense tâche que représentent les enquêtes directes, expliquent la nécessité d'avoir recours à des aides extérieures : celles des chambres de commerce, des municipalités, des inspections académiques, ou encore beaucoup plus précieuses et enrichissantes à divers titres - celles des enseignants et de leurs élèves. A ces difficultés d'ensemble, nous ajouterons celles, plus particulières, qui sont liées aux frais d'exploitation de données et nous ont contrainte à solliciter des subventions, à engager divers contrats. Nous devons, en revanche, au Collège de France, puis au C.N.R.S., la possibilité, dès 1976, d'avoir suivi des cours de perfectionnement en informatique ainsi que divers stages de mathématiques. Enfin, Monsieur Jacques Bethemont, directeur de notre laboratoire de rattachement, a facilité certaines de nos enquêtes en nous permettant la collaboration de Madame Pascale George, enquêtrice. De plus, le bureau de dessin animé par Monsieur Charles Danière, ingénieur cartographe, a assuré la mise en forme des croquis présentés ici.

30Telles sont les conditions dans lesquelles nous avons mené cette étude à son terme. Nous ne prétendons pas avoir épuisé un sujet aussi ambitieux ; mais nous pensons avoir abordé, sinon exploré dans leur intégralité, l'ensemble des voies qui conduisent à l'embrasser dans toute sa dimension et à ouvrir d'ultérieures perspectives de recherche. Nous avons tenté, à travers des recherches d'ordre méthodologique diverses, souvent originales, de comprendre le changement et de le traduire dans l'ampleur de son évolution, un peu à la manière des peintres cubistes qui cherchaient à représenter, sur le seul plan de la toile, et le volume et le mouvement. Nos "demoiselles d'Avignon" sont nos trois villes ; seule une écriture organisée "en spirale" peut nous permettre de saisir le changement dans tous ses aspects, eux-mêmes étroitement imbriqués, et en suivant fidèlement tous ses rythmes d'évolution, selon les caractéristiques de chaque ville.

Fig. 1 : Le champ d’étude : Champ,-sur-Saône, Mâcon, Bourg-en-Vresse

Schéma 1 : champ, modalités, objectifs

Schéma 1 : champ, modalités, objectifs

Notes

1 Emile VERHAEREN, 1883. Les campagnes hallucinées.

2 Image 10000000000001E20000004EC5A95120.jpg

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le champ d’étude : Champ,-sur-Saône, Mâcon, Bourg-en-Vresse
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Schéma 1 : champ, modalités, objectifs
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search