Version classiqueVersion mobile

La Dynamique du changement en ville moyenne

 | 
Nicole Commerçon

Préface

Maurice Le Lannou

Texte intégral

1Les traditionalistes de l'histoire et de la géographie craindront peut-être de ne pas trouver l'objet de leur attente : l'historien du "temps long" recherche les permanences, l'"événementiel" les déroulements brusques et singuliers, quand ce n'est pas à l’anecdote ; le géographe attaché à nos vieux maîtres aime les tableaux durables que présentait un monde agité en surface mais en somme peu remuant dans ses tréfonds. L’ouvrage que voici ne répond à aucun de ces modèles.

2Plus exactement, il leur fait une part, mais c'est une part subordonnée à un ensemble qui les dépasse. Ces pages sont le fruit d’une démarche intellectuelle parfaitement centrée sur un objet de géographie active à la moderne - le bouillonnement démographique et économique des quarante dernières années - en vue de la définition d'un type urbain - la "ville moyenne" - scrupuleusement illustré par les exemples de trois villes examinées dans leur passé et dans leur présent. Si bien que nos traditionalistes, au bout du compte, ne risquent pas d'être déçus : Chalon, Mâcon et Bourg, dans leurs pierres et dans leur éternité, leur sont exactement présentés, parce que le neuf a souvent dû s'accommoder du vieux, et que la "dynamique du changement" qui vient de modifier la physionomie des trois villes a bien dû composer avec pas mal de passé.

3Une dynamique singulièrement vive et efficace : les trois villes des plaines de la Saône, comme tant d'autres en France, ont vu grossir leur population dans l'après-guerre à un rythme dépassant celui de la région parisienne, et cette enflure est le résultat de migrations de travail elles-mêmes sollicitées par une industrie en croissance et une décongestion rapide des effectifs agricoles. Toutes ces nouveautés se sont bien ralenties, mais elles ont suffi pour conférer à ces cités simples et quelque peu endormies - sans leur donner l'ampleur de métropoles ni les fondre en mégalopolis - un notable pouvoir d'attraction et une aptitude à certaines formes et à certains calibres de l'économie rénovée qui pouvaient justifier des promesses de vie réussie et heureuse.

4Si bien que ces villes moyennes connurent, après 1970 surtout, la faveur des aménageurs, déçus par la mauvaise façon de croître des métropoles d'équilibre. Et il est vrai que ces villes d'échelle humaine ont accru leurs capacités de polarisation régionale et accentué leur fonction de relais urbains, capables de distribuer au mieux les bénéfices de la croissance. Comme d’autre part elles proposent un nouveau cadre de vie et sont censées favoriser de nouveaux types de relations sociales, elles deviennent l'unité urbaine idéale pour une politique d'aménagement à couleur humaniste qui recherche à la fois la satisfaction des hommes et leur meilleure répartition en fonction des ressources et des activités économiques du territoire.

5Qu'en a-t-il été de cette faveur et de ces espoirs ? Le présent ouvrage le suggère sans le moindre parti pris. Ces villes moyennes, durement secouées par une étonnante turbulence démographique, entrées et sorties se balançant sans toujours s'ajuster, ont beaucoup perdu de leurs caractéristiques propres qui les distinguaient les unes des autres : Chalon-sur-Saône, Mâcon, Bourg-en-Bresse ont des personnalités moins affirmées que naguère, et le fait d'être désormais rangées dans un même type leur enlève beaucoup de leur ancienne couleur. Les voici socio-économiquement banalisées, tendant à l'uniformité, n'offrant guère d'emplois supérieurs et attirant des gens de condition modeste qui finissent par constituer une société d’ouvriers, d'employés, couronnée de cadres moyens. Et ces villes, qui pourraient paraître figées dans leur homogénéité, n'en sont pas moins des "villes passoires" : sont condamnés à l'émigration tous ceux qui ne trouvent pas d'emploi à leur mesure, et les mouvements migratoires restent importants.

6On comprend que ces agglomérations soient en passe de perdre beaucoup de l'attrait qu'elles avaient du temps où elles étaient encore des cités. Leur physionomie a souffert des engouements mêmes qu'elles ont provoqués et des sollicitudes qu'elles ont reçues : logements sociaux, lotissements, zones industrielles, habitat pavillonnaire ont entraîné une irrémédiable division sociale de l'espace urbain et périurbain, tandis qu'achevait de se gâter le centre-ville. C'est ainsi la mort du quartier, tué par ce zoning qui ne mélange pas les conditions professionnelles ou sociales. Ce pourrait être aussi la fin de ces moyennes villes que nous avons aimées, majoritaires dans notre pays, et ce serait, paradoxalement, le résultat de leur promotion au grade de..."villes moyennes".

7Nous n'en sommes pas là, et sans doute nos villes gardent-elles quelques chances. L'étude si pénétrante de Nicole Commerçon nous aidera précieusement à les mesurer.

Auteur

Professeur (hon.) au Collège de France, Membre de l'Institut.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search