Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Caricature entre République et censure

 | 
Philippe Régnier
, 
Raimund Rütten
, 
Ruth Jung
, 
et al.

L'agonie

Du Printemps des peuples à la guerre franco-allemande (de 1848 à 1870-1871)

Étude comparée des caricatures du « pays voisin » d’après le quotidien parisien Le Charivari et l’hebdomadaire berlinois Kladderadatsch1

Ursula E. Koch

Texte intégral

  • 1 Kladderadatsch est l’équivalent exact du français Patatras ! [N.D.L.R.]
  • 2 No 17 du 11 avril 1858. La citation provient du dernier des auteurs satiriques importants de la li (...)

« Difficile est satiram non scribere ! »
(Kladderadatsch)2

  • 3 Le Charivari, 25 mars 1880. Le Charivari contenait certes de nombreuses contributions satiriques, (...)
  • 4 Le Kladderadatsch parut de 1848 à 1944 à Berlin. Au sujet de cet hebdomadaire qui, pendant la péri (...)
  • 5 Voir Dietrich/Fekl 1987, p. 19

1Les journaux satiriques tels que Le Charivari ou le Kladderadatsch jouèrent au XIXe siècle un rôle primordial comme moyen de communication. Le Charivari, fondé à Paris en 1832 par Charles Philipon et tiré à 2 000, voire 3 000 exemplaires, était « le plus sérieux des journaux revêtus de l’habit de la Folie3 » ; quant au Kladderadatsch, diffusé en peu de temps dans le monde entier (il tirait en 1870-1871 à 50 000 exemplaires), il était un enfant de la révolution de mars 1848 à Berlin4. Les auteurs et les dessinateurs des deux périodiques donnèrent aux lecteurs une image plus exacement une image hostile – du pays voisin, qui a imprégné pendant de nombreuses décennies la conscience collective des deux peuples. Ce n’est qu’après 1945 que le changement profond dans les relations franco-allemandes provoqua peu à peu des évolutions significatives, y compris dans le domaine de la caricature5

La force prime le droit ! – Image de la Prusse dans Le Charivari

  • 6 Le Charivari, 22 mars 1848 (éditorial). Entrées en vigueur le 9 septembre 1835, les lois infernale (...)
  • 7 Voir l’ouvrage toujours fondamental de Veit Valentin, Geschichte der deutschen Revolution von 1848 (...)

2En 1848, à la suite de la révolution de Février à Paris et de l’abolition des lois infernales contre la presse, en vigueur depuis septembre 1835, Le Charivari connut une deuxième jeunesse. Lorsque l’étincelle révolutionnaire atteignit en mars les États allemands, le journal de tendance républicaine applaudit des deux mains : « À l’heure qu’il est, l’Allemagne tout entière est libre ou va le devenir |...] La France et l’Allemagne ne font plus qu’une seule nation6 ». Le 15 avril, lors du soulèvement en Bade, le dessinateur Charles Vernier, âgé de 17 ans et méconnaissant les véritables rapports de forces en Europe, prophétisa la victoire de la république allemande7. La République était représentée de manière allégorique comme une jeune femme bien en chair portant un bonnet phrygien et brandissant le drapeau de l’Unité et de la Liberté. Le Prussien luttant avec son rival autrichien pour l’hégémonie en Allemagne portait cet attribut devenu en très peu de temps le symbole du caractère national : le casque à pointe, porté depuis 1842 par l’infanterie prussienne, et qui se composait d’un casque en cuir recouvert de métal et surmonté d’une pointe métallique (ill. 429).

  • 8 Dès 1818, Ludwig Borne (1786-1837) avait espéré l’arrivée du « Printemps des peuples ». En 1830 et (...)
  • 9 La nouvelle « Charte de la Presse », un décret du 17 février 1852 complété par plusieurs autres te (...)
  • 10 L’ouvrage collectif d’André Castelot, Alain Decaux, Marcel Jullian et Jacques Levron, Histoire de (...)

3Au « Printemps des peuples8 » succéda de part et d’autre du Rhin la Réaction, et l’opinion publique se vit à nouveau bâillonnée. Après la réintroduction de la censure des images le 17 février 18529, Le Charivari fut contraint par la force des choses de publier des caricatures traitant de l’évolution des mœurs, de sujets grivois ou encore de politique extérieure. Avec ses guerres sur trois continents, le Second Empire était en effet une source d’inspiration particulièrement féconde10. La guerre de Crimée contre la Russie (de 1854 à 1856) avait certes été victorieuse, mais elle avait aussi entraîné de nombreuses pertes, ainsi que l’intervention des Français en Chine (de 1857 à 1860), en Italie (de 1859 à 1860) et au Mexique (de 1861 à 1867).

429. Vernier, « L’Empereur dAutriche et le roi de Prusse se disputant l’Allemagne./La République. — Battez vous mes gaillards... vous ne l’aurez ni l’un ni l’autre !... », Le Charivari, 14 avril 1848.

430. Cham, « Le Grand Frédéric. — Ah ! mon Dieu, quel changement... mon épée qui taillait des armées en pièces, la voilà maintenant réduite à tailler des plumes !... », Le Charivari, 6 novembre 1855.

  • 11 Voir, au sujet de Frédéric II, une caricature d’Alfred Darjou parue le 24 juillet 1866 : la statue (...)

4Dans la chronique satirique du monde publiée en page 3 (page connue pour cet usage) jusqu’en 1870-1871, la Prusse ne joua au début qu’un rôle secondaire. Pendant la guerre de Crimée, on persifla maintes fois la faiblesse de la politique de neutralité menée par la Prus se, et Cham alla le 6 novembre 1855 jusqu’à appeler à la barre des témoins le roi de Prusse Frédéric II, très admiré alors en France (ill. 430). Après l’intervention en Italie, qui, en Prusse, eut pour conséquence une vague de nationalisme et de haine contre les Français, « Le Grand-Frédéric » fut à nouveau utilisé par Le Charivari, mais les signes étaient cette fois inversés. Le 28 avril 1859, dans une lettre fictive publiée en page de couverture, on conseillait au régent prussien, qui venait d’accéder au trône sous le nom de Guillaume Ier, de renoncer à l’alliance militaire voulue par l’Autriche et dirigée contre la France11.

  • 12 Font partie des plus grandes collections John Grand-Carteret, Bismarck en caricatures, Paris, 1890 (...)

5La Prusse ne fut promue « le sujet du jour » qu’après la nomination de Bismarck au poste de ministre-président et de ministre chargé des affaires extérieures, à l’automne de 1862. Désormais l’homme d’État prussien, que les Parisiens connaissaient très bien depuis son séjour au Palais Beauharnais en tant qu’envoyé de la Prusse, fournit à la presse humoristique européenne, et donc aussi au Charivari, une source inépuisable de sujets12.

  • 13 Dès 1851, Bismarck avait montré que la constitution prussienne comportait une lacune à l’article 9 (...)

6À l’époque du conflit qui, quatre ans de suite, l’opposa aux députés libéraux à propos de l’armée et de la Constitution, Bismarck fut représenté par Daumier comme un « Barbe-Bleue prussien » dont la réponse à ses adversaires se limitait à une seule formule : dissolution du Parlement (ill. 43113). Cham, Daumier, Alfred Darjou (connu pour ses esquisses militaires), le portraitiste satirique Paul Hadol, Jules Pelcoq ou Charles Vernier ne laissèrent pas planer le moindre doute chez les lecteurs du Charivari sur la question de savoir laquelle, des deux grandes puissances allemandes, sortirait victorieuse du conflit qui couvait depuis 1848. Ce sont les commentaires en images des événements de l’époque qui ont créé et répandu dans toute la presse européenne, sérieuse ou satirique, le cliché de la Prusse avide de pouvoir, avec ses innombrables variantes.

431. Daumier, « Le Barbe bleue Prussien se disposant à occire une nouvelle Chambre », Le Charivari, 13 mars 1866.

  • 14 La formule « inséparables à tout jamais » avait joué un grand rôle dans l’opinion publique pendant (...)
  • 15 L’opinion selon laquelle « la force prime le droit », exprimée le 21 janvier 1863 par un député pr (...)

7La signification prophétique de nombreuses caricatures est intéressante. Dès le 9 août 1864, huit jours donc après la paix préliminaire, Alfred Darjou supposait à juste titre que le butin de la guerre de coalition de la Prusse et de l’Autriche contre le Danemark - les duchés « inséparables à tout jamais » de Schleswig et de Holstein14-, ne reviendrait en fin de compte qu’à la Prusse. Quatre semaines plus tard, le 2 septembre, Cham illustra la maxime politique implicite et jamais formulée de Bismarck : « la force prime le droit » (ill. 432). Depuis lors, cette phrase est citée par les journalistes ou les publicistes français comme un mot historique15.

8La guerre fratricide de l’Allemagne contre l’Allemagne au cours de l’été 1866, pendant laquelle la France resta neutre, constitua un sommet de la satire politique du Charivari. Comment pouvait-il en être autrement ? La conséquence la plus importante de cette guerre fut la dissolution du Bund allemand prévue par Daumier le 6 août, après la bataille de Königgrätz/Sadowa le 3 juillet (ill. 433).

  • 16 Au sujet de l’origine, du déroulement et des conséquences immédiates de cette guerre inter-alleman (...)

9La paix de Prague, le 23 août 1866, signifia à la fois la fin de l’histoire commune à tous les États allemands, qui avait duré presque 1 000 ans, et le début de l’État allemand moderne. Les Autrichiens se retirèrent de la confédération ; la Prusse agrandit son territoire et le chiffre de sa population en annexant le Hanovre, puis la Hesse, le duché de Nassau, la ville libre de Francfort sur le Main et le Schleswig-Holstein16.

432. Cham, « Professeur du nouveau droit prussien développant l’axiôme : La force prime le droit. — Du biceps, der Teufel ! un beau coup de poing ! tout est là ! », Le Charivari, 2 septembre 1864.

434. Hadol, « Un nouveau Faust — Scène de la Séduction. Marguerite, fermez les yeux ! », Le Charivari, 6 mai 1867.

433. Daumier, « Un convoi », Le Charivari, 6 août 1866.

  • 17 Voir W Radewahn, Die Pariser Presse und die deutsche Frage unter Berücksichtigung der franzosische (...)
  • 18 Voir aussi les reproductions 118-136 dans Koch/Sagave (même référence que supra note 3), ainsi que (...)

10Autre sujet exploité régulièrement par la rédaction du Charivari, l’expansionnisme de la Prusse, considéré comme une menace de guerre par une grande partie de la presse française - qui n’alla toutefois pas jusqu’à se joindre au cri « Revanche pour Sadowa17 ! »-, fournit également un leitmotiv à la rédaction du Charivari. Bismarck eut dès lors plusieurs rôles historiques et littéraires. Le 6 mai 1867, c’est-à-dire peu de temps après la crise luxembourgeoise qui troubla les opinions publiques allemande et française, Hadol le représenta dans une des scènes les plus célèbres du Faust de Goethe, sous les traits de Méphisto. À côté de la doctrine du « pangermanisme », personnifiée ici sous les traits de dame Marthe, le tout-puissant chancelier prussien de la Fédération de l’Allemagne du Nord observe avec attention comment le « nouveau Faust » (en soldat prussien) séduit une Marguerite hésitante (allégorie de l’Allemagne) (ill. 43418). Quelque temps auparavant, le 24 février 1867, Bismarck apparaissait comme le « Richelieu de l’Allemagne », promettant à son royal collaborateur, Guillaume 1er, un trône d’empereur sous deux ans. On sait que cette prophétie du journal parisien se réalisa non pas deux, mais quatre ans plus tard.

  • 19 De part et d’autre du Rhin, on parlait d’une « guerre sainte ». L’expression « ennemi héréditaire  (...)
  • 20 Voir [Daumier et Cham], Album du Siège : recueil de caricatures publiées pendant le siège de Paris(...)

11Contrairement à de nombreux autres journaux parisiens, Le Charivari était en juillet 1870 plutôt pacifiste. Après le début de la « Guerre Sainte » entre l’« ennemi héréditaire » (la France) et « les Barbares » (les États allemands fédérés19), le journal ne voulut plus seulement être un journal de divertissement, mais se considéra comme la conscience satirique de la nation. Comme Le Charivari, pendant le siège de Paris (du 19 septembre 1870 au 28 janvier 1871), était le seul organe de presse satirique qui parût régulièrement, il représente une source précieuse d’informations, tant pour l’histoire politique que pour celle des mentalités20 Au cours des mois pendant lesquels la censure fut provisoirement levée, Le Charivari publia plusieurs lithographies de Daumier qui émeuvent profondément, encore aujourd’hui, le lecteur par leur graphisme et par la part du noir dans la caricature. L’observateur de ces dessins voit la guerre franco-allemande comme l’artiste l’a vécue lui-même : une des grandes tragédies de l’histoire mondiale, un sujet d’horreur pour le monde civilisé. L’artiste va d’ailleurs parfois trop loin dans la transposition picturale de son patriotisme, comme par exemple le 22 août 1870, lorsqu’il désigne Bismarck comme le seul responsable des énormes pertes françaises (ill. 435).

435. Daumier, « Un cauchemar de M. de Bismark. — Merci !... », Le Charivari, 22 août 1870.

  • 21 Voir par exemple les caricatures de Cham parues le 25 février 1871, le 23 janvier et le 2 octobre (...)

12Après l’armistice, on constate deux tendances contraires dans Le Charivari. Tandis que le rédacteur en chef Pierre Véron, pacifiste dans l’âme, se distingue par un ton modéré, les caricaturistes, et en premier lieu Cham et Daumier, consacrent de nombreuses lithographies aux conséquences de la guerre et donc aussi à l’idée de revanche. Le leitmotiv de la vengeance paraît dans de nombreuses variations, la plupart du temps en relation avec la génération montante21.

13Concernant les « fruits de la victoire » - la contribution de guerre de 5 milliards de francs-or (plus les intérêts), ainsi que l’Alsace (sans Belfort) et une partie de la Lorraine (y compris Metz) –, Le Charivari édita en 1871 et 1872 plusieurs illustrations qui prédisaient l’avenir. Le 2 août 1871, Daumier montra à ses lecteurs un Bismarck littéralement écrasé par un afflux inopiné de sacs d’or français (ill. 436). Il ne se trompait pas, car il est connu que cette « pluie d’or » fut suivie à Berlin d’un boom de créations de sociétés reposant sur des manigances peu honnêtes et que cette vague fut elle-même suivie en 1873 d’un krach funeste pour la politique intérieure de l’Allemagne.

14À peine trois mois plus tard, le 23 octobre, Cham indiqua sans équivoque que la Prusse, en annexant l’Alsace-Lorraine par la force, s’était attaché un boulet (ill. 437). En fait, concernant les « fruits territoriaux de la victoire », on ne peut que répéter ici ce sur quoi s’accordent presque tous les observateurs : la décision de Bismarck d’annexer trois départements français contre la volonté de la population concernée, se révéla vite, pour le Reich, être une hypothèque lourde, tant en politique intérieure qu’en politique extérieure.

  • 22 Dans la « proclamation de l’Empereur » du 18 janvier 1871, document important de l’histoire allema (...)
  • 23 Cité d’après M. Schmolke, « Wie Medien mit Feindbildern umgehen », dans Feindbilder. Wie Völker mi (...)

15La fondation du Reich allemand dans la galerie des Glaces du château de Versailles le 18 janvier 1871, décision par le haut et solution pour « la petite Allemagne », fut interprétée par Daumier comme un danger croissant pour la liberté de la démocratie de l’ouest de l’Europe. Le casque à pointe devint et resta le symbole de la Prusse et de l’Allemagne prussienne (ill. 438). Comme sans doute beaucoup de ses concitoyens, le dessinateur ne crut pas au renoncement à de nouvelles guerres de conquête, exprimé lors de la proclamation de l’empereur22. Au lieu de cela, il supputa que l’Allemagne unie voulait retrouver la taille énorme du royaume carolingien. Dans une caricature parue dans Le Charivari le 6 avril 1871, Guillaume 1er est assis sur le trône comme successeur de Charlemagne. Il porte une « couronne à pointe » ; son sceptre est un os, le globe (insigne impérial) est remplacé par une horloge, et son trône est entouré d’horloges et de pendules (ill. 439). Le souvenir des vols d’horloges commis pendant la guerre par des soldats allemands, sujet souvent utilisé dans Le Charivari, s’est à ce point inscrit dans la conscience collective française, et ce grâce à la capacité de la caricature à créer des stéréotypes23, que certains sont allés jusqu’à raconter qu’en 1914, lors de l’invasion du Nord de la France, on aurait vu, sur le seuil des maisons, des horloges déposées pour ainsi dire en offrande à l’intention des soldats allemands.

436. Daumier, « Je t’en avais comblé, je t’en veux accabler (vers connu) », Le Charivari, 2 août 1871.

437. Cham, « La Prusse s’attachant l’Alsace », Le Charivari, 23 octobre 1871.

438. Daumier, « L’éclipse sera-t-elle totale ? », Le Charivari, 17 mars 1871.

439. Daumier, « Successeur de Charlemagne », Le Charivari, 6 avril 1871.

L’empire, c’est l’épée ! – L’image des Français dans le Kladderadatsch

  • 24 Voir à ce propos Ernst Drahn, Die Berliner Presse des Revolutionsjahres 1848 Eine kulturhistorisch (...)
  • 25 Sur ce sujet, voir en particulier Ruth-Esther Geiger, Zeitschriften 1848 in Berlin, Berlin, 1980.

16Le premier numéro du Kladderadatsch, vendu le 7 mai 1848 à la criée24, faisait apparaître en première page, dans la liste des collaborateurs souhaités, les noms des républicains français Louis Blanc, Lamartine et Ledru-Rollin. Comme pour beaucoup d’autres journaux de Berlin, la France était pour le Kladderadatsch, au cours des semaines qui ont suivi la révolution de Février, le pays de la liberté, qui avait réveillé au son de la Marseillaise le « Michel » allemand25 Les journées de Juin à Paris avec leurs milliers de morts, de prisonniers et de déportés, ainsi que le prix attaché par le « boucher Cavaignac » à l’alliance franco-russe, mirent fin à cette euphorie.

  • 26 Fin du poème de W. von Merckel (1803-1861) « Die fünfte Zunft », paru sous forme de tract en août (...)
  • 27 À propos de la loi sur la presse en Prusse du 12 mai 1851, voir Kurt Koszyk, Deutsche Presse im 19 (...)

17Lorsqu’à Berlin la contre-révolution eut remporté la victoire avec le mot d’ordre : « Gegen Demokraten helfen nur Soldaten » [Contre les démocrates, pas d’autre solution que des soldats26], la presse prussienne fut à nouveau mise sous camisole de force le 12 mai 1851. Le législateur avait toutefois renoncé à toute censure préliminaire et à toute censure des images27.

  • 28 Voir U. E. Koch, même référence que supra note 4, chapitres II et VII. La période révolutionnaire (...)
  • 29 Après avoir illustré en 1848 plusieurs journaux satiriques, Wilhelm Scholz (1824-1893) devint le d (...)
  • 30 Voir G. Hauptmann Œuvres Complètes, vol. 9. Sur le « baromètre » d’ambiance, voir les illustration (...)

18Le Kladderadatsch, qui paraissait « tous les jours sauf les jours de semaine », fut le seul des 35 journaux satiriques et humoristiques de la « folle année28 » de Berlin à ne pas tomber aux mains de la police. Il développa une stratégie de survie habile en pratiquant une autocensure dont il donnait régulièrement à ses lecteurs les moyens de se rendre compte. Des saisies, des avertissements, des amendes ou des peines de prison, des menaces de retrait de concession ainsi que l’interdiction dans plusieurs pays allemands et étrangers ne purent empêcher le journal de tourner en dérision les Grands de son époque. Bismarck et Napoléon III étaient du nombre. Tous deux furent munis par le dessinateur principal du Kladderadatsch, Wilhelm Scholz29, d’attributs qui, après 1866 (excepté toutefois dans Le Charivari), connurent un grand succès dans la presse politique humoristique. La tête du ministre prussien, qui devint par la suite chancelier du Bund et du Reich, Otto von Bismarck, fut caractérisée à partir du 3 mai 1863 par ses « trois cheveux » légendaires faisant office de baromètre de l’atmosphère politique (Gerhart Hauptmann, plus tard, y trouva l’inspiration d’un texte peu connu, « Bismarckhaar30 »). Napoléon III était immédiatemment reconnaissable à sa grosse tête, à son long nez, à ses moustaches tournées en pointe, à son gros ventre supporté par des jambes courtes et grêles chaussées de hautes bottes de cavalier. La caricature obtenue en déformant la silhouette humaine eut un tel succès auprès des contemporains, que l’humoriste Julius Stettenheim composa les vers suivants dans le style du Wintermärchen de Heine :

  • 31 Cité d’après R Hofmann, Der Kladderadatsch und seine Leute 1848-1898 Ein Culturbild, Berlin, 1898, (...)

Einst sah ich reiten in Paris
Den Kaiser, den groβen und stolzen.
Und sieh, ER hat sich gebildet ganz
Nach Bildern von Wihelm Scholzen31.

440. Scholz, « lllustrationen zu Redensarten glaubwürdiger Manner. « Die militärische Rolle der Napoleoniden in Europa ist beendigt ; jetzt wird sich die Aera des europäischen Friedens und der europäischen Wohlfahrt eröffnen. » Persigny » [Illustrations des sentences dhommes dignes de foi. « Le rôle militaire des napoléonides en Europe est fini ; aujourd’hui s’ouvre en Europe une ère de paix et de prospérité. » Persignyl, Kladderadatsch, 9 septembre 1860.

441. Scholtz, « II. Im Westen. (Szene aus « Faust », ebenfalls neu bearbeitet mit einigen kleinen Veränderungen.)/Valentin. Parire den !/Mephisto. Warum denn nicht ?/Valentin. Auch den !/Mephisto. Gewiβ !/Valentin. Ich glaub’der Teufel ficht !/Doch hoff’ich mit ihm fertig bald zu werden/Und ihm die Larve abzuziehn ! » [II. A l’ouest. (Scène de Faust, également remaniée avec quelques petits changements) Valentin — Pare ce coup !/Méphisto — Pourquoi pas ?/Valentin — Et celui-là !/Méphisto — Sûrement !/Valentin — Je crois que c’est le diable qui ferraille !/Mais pourtant j’espère en finir bientôt avec lui/et lui arracher son masque !], Kladderadatsch, 8 mai 1859.

442. Scholtz, « Politische Lesefrüchte./Bescheidene Anfrage./— Willst Du immer weiter schweifen ?/Sieh, das Gute liegt so nah ! » [Morceaux politiques choisis./Humble interpellation./Veux-tu toujours divaguer au loin ?/Regarde, le bien est tout proche !], Kladderadatsch, 19 juin 1859.

[Un jour, je vis, grand et fier, l’empereur,
traverser à cheval Paris.
Vois, IL s’était arrangé
comme Wilhelm Scholz l’a imaginé.]

19Depuis le coup d’État sanglant du 2 décembre 1851 et l’instauration de l’Empire, le Kladderadatsch, prototype du journal politique et satirique de la nation allemande, mena dans toutes ses rubriques, à l’aide de ses nombreux « personnages types » représentant les différentes couches de la société, un combat personnel contre LUI. Les abréviations utilisées pour le désigner : ER, LUI ou LN (Louis-Napoléon) et NB (Napoléon Bonaparte), ainsi que le surnom Lulu inventé pour le futur héritier du trône, firent dès lors partie de l’arsenal de plaisanteries codifiées du Kladderadatsch, tout comme les comparaisons récurrentes entre Napoléon Ier, le Grand, l’oncle, et Napoléon III, le Petit, le neveu.

  • 32 Kladderadatsch, no 24, 13 juin 1852. L’interdiction fut maintenue jusqu’en 1870. Sauf quelques cou (...)
  • 33 Kladderadatsch, no 42, 9 septembre 1860. Persigny qui promit une ère de paix après les guerres déj (...)
  • 34 Kladderadatsch, no 3, 16 janvier 1859.

20Lorsque le Kladderadatsch fit l’objet d’un avertissement en Prusse et d’une interdiction en France pour offense au gouvernement français, la rédaction posa ironiquement, le 13 juin 1852, la question suivante : « Qu’avons-nous fait de mal pour être renvoyés hors de France ? Nous avons traité le président avec le respect qui lui revient, nous l’avons même plusieurs fois placé aux côtés de son oncle... Qu’y pouvons-nous si la comparaison n’était pas à son avantage32 ? » La fameuse déclaration de Bordeaux de Louis-Napoléon Bonaparte, répétée lors de son discours d’accession au trône : « Je dis que l’Empire, c’est la paix ! », fut inlassablement ressassée par le Kladderadatsch (ill. 44033). Le 16 janvier 1859, le personnage de Zwickauer, un juif caractérisé comme tel, se livre ainsi à un constat apodictique : « L’Empire, c’est l’épée34 ! » La guerre d’Italie qui éclata en avril 1859 et au cours de laquelle l’Autriche apparut comme l’agresseur du royaume de Piémont-Sardaigne et la France comme le défenseur des patriotes italiens, troubla les cercles diplomatiques et militaires tout comme les journalistes, qu’ils fussent conservateurs, libéraux ou socialistes. C’est en vain que les rédacteurs et le caricaturiste Wilhelm Scholz cherchèrent à décrire et à dépeindre la défaite du « coq en chef » de la « grrrrrrrande nation », Napoléon III. Le 8 mai 1859, le Kladderadatsch publia une de ces nombreuses parodies de Faust auxquelles aucun journal, alors, ne pouvait échapper. Le fort Valentin (l’Autriche) y combat le petit royaume de Piémont-Sardaigne, représenté par Faust-Cavour, qui, sans le soutien de Méphisto-Napoléon, ne ferait pas mieux que le Faust de Goethe contre Valentin sans l’aide de Méphisto. En parodiant le texte classique, le Kladderadatsch montre un Valentin autrichien, sûr de la victoire, qui va démasquer la nature diabolique de Napoléon. Sur la guitare de Cavour, on peut lire l’inscription « Italie libre et unie ». La figure de l’observatrice sur la gauche (Marguerite à la fenêtre) est une allusion à la neutralité de la Prusse dans ce conflit (ill. 441).

21En outre, le Kladderadatsch utilisa les affaires d’Italie à plusieurs reprises pour dénoncer l’oppression des libertés civiques dans le pays voisin (ill. 442). Par l’intermédiaire de la « question italienne », la question allemande et le danger lié à l’intervention française devinrent un sujet d’actualité brûlant. Dans les années qui suivirent Königgrätz/Sadowa, le couple antagonique Napoléon/Bismarck domina la caricature politique. Le « César franc », pour sa part, est alors attaqué sur deux fronts à la fois : ridiculisé, d’un côté, comme vieux, faible et maladif, il est en même temps cité devant le tribunal de l’opinion publique comme un tyran, un hypocrite et un fauteur de guerre.

443. Scholtz, « Noblesse oblige. — Meine Herren Friedensfürsten ! ICH hatte schon längst entwaffnet, allein ΜΕΙΝΕ Chassepots und Kugelspritzen sind leider noch nicht fertig. ICH hoffe, daβ dieses Zeichen des Vertrauens Sie ermuthigen wird, dem Beispiel der grrrrande Nation voranzugehen, damit wir endlich der Welt den längst verdienten Frieden geben » [Noblesse oblige. Messieurs les princes de la paix ! MOI, j’aurais désarmé depuis longtemps déjà, mais malheureusement MES chassepots et MES mitrailleuses ne sont pas encore prêts, l’espère, MOI, que ce signe de confiance va vous encourager à précéder l’exemple de la grrrande Nation, pour que nous puissions enfin donner au monde la paix qu’il mérite depuis longtemps. !, Kladderadatsch, 3 mai 1868.

22Le 3 mai 1868, le Kladderadatsch publie une caricature d’allure très moderne, qui évoque par anticipation les controverses du XXe siècle sur le désarmement. Le journal berlinois n’accorde aucun crédit aux propositions de désarmement avancées par la France dans les discussions diplomatiques. Le message iconographique est clair : Napoléon III traîne derrière lui le sabre de son oncle. Autour de l’empereur, de droite à gauche : un officier russe étonné portant l’indispensable knout, Bismarck, avec ses trois cheveux hérissés comme des flèches, Victor-Emmanuel, un officier autrichien, et John Bull – le représentant classique de la puissance maritime anglaise (ill. 443).

  • 35 Kladderadatsch, no 20, 1er mai 1859.
  • 36 L’oracle de Crésus était formulé ainsi : « Si tu franchis le fleuve Halys, tu détruiras un grand r (...)

23Quelques semaines plus tard, paraît un portrait satirique que les lecteurs cultivés du journal n’eurent certainement pas de peine à déchiffrer. Comme dans de nombreux dessins précédents35, Napoléon Ier, fort de sa propre expérience, avertit son neveu de ne pas tenter d’offensive sur le Rhin. Wilhelm Scholz, versé en mythologie, met dans la bouche de l’oncle prestigieux un oracle légèrement modifié, à double sens, et destiné originellement à Crésus (ill. 444). Tout comme naguère le roi de Lydie, l’empereur des Français, deux ans plus tard, détruisit son propre royaume36...

  • 37 Au sujet de la presse parisienne pendant la crise de Juillet, voir W. Radewahn (même référence que(...)
  • 38 Voir à ce sujet Angelika Menne, Einigkeit und Unité. Die Legitimation politischer Vorgänge mit lyr (...)

24En juillet 1870, le Kladderadatsch tenta comme Le Charivari de conjurer le danger de guerre devenu soudain aigu. Le numéro sorti juste avant la déclaration de guerre contenait comme éditorial un poème, « La réponse du Rhin », adressé au « vieux sorcier » et à sa « bande de tueurs », c’est-à-dire à la presse gouvernementale bonapartiste qui embouchait les trompettes guerrières37. Sur la page 2, « Germania » prononçait des réflexions profondes dans un « monologue tiré d’une tragédie inachevée » sur « les vantardises insensées » de la « Grande nation » (autre cliché d’époque). Après la déclaration de guerre du 19 juillet, le jour de la vengeance sembla arriver pour le plus grand des journaux satiriques et politiques allemands. « Sus au tyran ! » et « Mort à l’engeance mensongère ! », tels étaient les titres des éditoriaux, sous forme de poèmes enflammés qui constituent une partie importante de la poésie guerrière nationale, à peine étudiée jusqu’à ce jour38.

444. Non signé [Scholz], « Gebrannt Kind scheut Feuer. Ein altes Orakel. Der groβe Onkel zu dem Neffen : Wenn du diesen Fluβ überschreitest, wirst du ein groβes Reich zerstören » [Chat échaudé craint l’eau froide. Un oracle ancien. Le grand oncle à son neveu : Si tu franchis ce fleuve tu détruiras un grand empire], Kladderadatsch, 27 septembre 1868.

  • 39 Comme personnages marginaux on peut citer encore : en haut à gauche un moine chartreux avec sa cél (...)

25Wilhelm Scholz attendit les premières victoires allemandes pour dessiner, le 21 août, un portrait de groupe avec dames, dans lequel tous les représentants de la France bonapartiste se donnaient rendez-vous. Au premier plan, on voit la famille impériale - Napoléon III, Eugénie et leur fils Lulu-, derrière eux les cousins, le prince Pierre Bonaparte (avec une barbe), qui avait abattu un journaliste et avait été acquitté, puis « Plonplon », c’est-à-dire l’intrigant Jérôme Napoléon ressemblant trait pour trait à Napoléon 1er. À côté de l’impératrice, on reconnaît la cousine Mathilde Bonaparte, qui, sous le Second Empire, avait joué un rôle mondain important. À droite et à gauche, apparaissent de vraies « cocottes » parisiennes, d’une certaine manière les symboles de la capitale, qui est présentée comme une moderne Babel. Le dessin, très chargé, qui contient des allusions concrètes et symboliques à la politique française en matière de presse, d’armée et d’Église39, est un exemple typique de la caricature allemande du XIXe siècle (ill. 445), bien différente du graphisme français, souvent plus original et plus aéré.

445. Scholz, « Die ganze Bande. Und Das wollte, « an der Spitze der Civilisation marschirend », Deutschland überschwemmen ! » [Toute la bande. Et cela voulait, « marchant à la tête de la civilisation », submerger l’Allemagne !], Kladderadatsch, 21 août 1870.

  • 40 L’article parut en première page dans la rubrique « Compte rendu politique quotidien ». L’édition (...)

26Le 4 septembre 1870, Scholz reflète, dans son dessin, le point de vue officiel. En référence aux revendications annexionistes de Bismarck parues trois jours plus tôt dans l’officieuse Norddeutsche Allgemeine Zeitung, il compare la France à un loup féroce. Bien qu’il soit déjà muselé, le vétérinaire (Bismarck) lui coupe résolument les griffes des pattes antérieures, qui figurent l’Alsace et la Lorraine. Guillaume Ier (à droite) et le prince héritier Frédéric Guillaume (au milieu) sont dessinés avec une précision photographique et viennent prêter main-forte au chancelier aux trois cheveux (ill. 44640).

  • 41 Voir Kladderadatsch, no 38/39 du 21 août 1870, et no 46 du 2 octobre 1870. Le professeur d’histoir (...)

27Par le biais du thème « Strasbourg allemand », le Kladderadatsch ne ferraille plus seulement contre Napoléon III, mais même contre Louis XIV, selon une formule de Leopold von Ranke souvent citée en 1870. Par la suite, il poussa la ville, « volée » par les « Welsches » en 1681, à ôter son voile de veuve et à poser la première pierre de la « splendeur allemande restituée41 ».

28Le Ier janvier 1871, jour de l’entrée en vigueur des traités d’unification, bien qu’il manquât encore l’accord de la Deuxième Chambre de Bavière, le Kladderadatsch créa un dessin de Nouvel An très original. Dans la cuisine du diable, on voit un Napoléon-Méphisto ténébreux attiser le feu sous le chaudron des sorcières, où doit être préparé le déclin de l’Allemagne. Au lieu de cela, s’élève du chaudron une silhouette lumineuse, Guillaume Ier, habillé en empereur du Moyen Age, tenant l’épée du Reich et le globe. Les esprits infernaux, complices de Napoléon III, portent des uniformes français.

  • 42 Voir de manière générale à propos de la réaction de la presse berlinoise à la fondation du Reich, (...)

29Les vers de Goethe (Faust, vers 1335-1336), dans lesquels Méphisto se définit lui-même, montrent les conséquences inattendues de la chute de Napoléon III (ill. 447)42. La défaite de la France ne signifia pas pour le Kladderadatsch la fin de sa « gallophobie ». À l’occasion de la guerre civile qui suit l’armistice en France, le journal, dont les flèches empoisonnées visaient jusqu’alors une personnalité, Napoléon III, et le système politique qu’il représentait, s’en prit au pays dans sa totalité. Le poème-éditorial du 23 avril portait le titre « De l’Enfer de Dante junior », et l’avant-dernière des quinze strophes disait :

Du Volk des Brudermordes und der Schande !
Die Vôlker, die vor deines Namens Klange
Erzitternd, einst getragen deine Bande –
Sie sollen spotten dein in Red’ und Sange ;
Kein Klagelied soll deinem Sturz erschallen !
Du bist, o Volk, geweiht dem Untergange-,

[Toi, peuple du fratricide et de la honte !
Les peuples, qui tremblent au son de ton nom
Ont autrefois supporté tes desseins !
Ils doivent rire de toi en paroles et en chansons
Aucune plainte ne doit retentir à ta chute !
Tu es, ô peuple, voué au déclin !]

  • 43 L’image impressionnante montre Adolphe Thiers, proclamé « chef de l’exécutif » le 17 février 1871, (...)

30Pendant la Semaine sanglante, le Kladderadatsch publia un de ces dessins que leur virulence retient de considérer vraiment comme des caricatures (ill. 44843). L’éditorial s’adresse à « Lutèce » en ces termes :

Stumm stehn, die du Barbaren gescholten einst,
Und schauen stolzen Blickes, doch mitleidesvoll
Dein Wüthen an und deiner Führer

[Muets, ceux que tu traitais autrefois de barbares,
Regardent l’œil fier, mais plein de pitié,
Tes atrocités et celles de tes chefs.]

  • 44 John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en France, Paris, 1888, p. 409 et suiv. Voir en gé (...)

31En résumé, on peut estimer, avec un historien réputé de la caricature, qu’Allemands et Français, lorsqu’ils veulent connaître l’état des opinions publiques en Europe sous le Second Empire, ont tout intérêt à en lire les témoignages dans Le Charivari, le Kladderadatsch ou le Punch44. On y voit notamment qu’après le Printemps des peuples, qui dura quelques semaines et ne fut pas sans échos dans la presse, Le Charivari et le Kladderadatsch à force de marteler les mêmes thèmes, finirent par créer chacun des images du voisin négatives, et de plus en plus hostiles, qui ont survécu aux deux protagonistes, Napoléon Ill et Bismarck. Estimons-nous heureux qu’aujourd’hui la haine nationale entre le « coq gaulois » et le « Michel allemand » aient fait place à l’amitié dont les deux journaux satiriques s’étaient déjà faits les promoteurs en 1848.

446. Non signé [Scholz], « Selbsterhaltung. Man muh der Bestie die Krallen abschneiden, damit man künftig Ruhe vor ihr hat » [Instinct de conservation. Il faut couper les griffes à la bête, pour qu’à l’avenir elle nous laisse tranquille], Kladderadatsch, 4 septembre 1870.

447. Scholz, « Glück auf zum neuen jahr !/— Ein Theil der Kraft,/Die stets das Böse will, und stets das Gute schafft. (Goethe. Faust.) » [Bonne année nouvelle !/— Une partie de la force/qui toujours veut le mal et toujours crée le bien. (Goethe. Faust) !, Kladderadatsch, 1er janvier 1871.

448. Scholz, « Eine Frage an das Schicksal. Thiers (auf den Trümmern von Paris). — Nun bin ich wirklich neugierig, fur wen ich eigentlich Paris erobert habe ! » [Une question posée au destin. Thiers (sur les ruines de Paris) — Eh bien, je suis vraiment curieux de savoir pour qui exactement j’ai conquis Paris !], Kladderadatsch, 28 mai 1871.

Notes

1 Kladderadatsch est l’équivalent exact du français Patatras ! [N.D.L.R.]

2 No 17 du 11 avril 1858. La citation provient du dernier des auteurs satiriques importants de la littérature romaine, Juvénal (env. 60-140 après J.-C.), Satires I, 30.

3 Le Charivari, 25 mars 1880. Le Charivari contenait certes de nombreuses contributions satiriques, mais il n’était pas exclusivement un journal humoristique. Articles littéraires et critiques de théâtre étaient ainsi rédigés dans un style sérieux. Voir Ursula Koch/Pierre-Paul Sagave, Le Charivari Die Geschichte einer Pariser Tageszeitung im Kampf um die Republik (1832-1882), Köln, 1984

4 Le Kladderadatsch parut de 1848 à 1944 à Berlin. Au sujet de cet hebdomadaire qui, pendant la période étudiée, était rédigé par l’humoriste David Kalisch (1820-1872) et ses cousins Ernst Dohm (1819-1883) et Rudolf Löwenstein (1819-1891), voir, bien qu’il en néglige l’importance politique et culturelle, Klaus Schulz, Kladderadatsch. Ein bürgerlichesWitzblatt von der Marzrevolution bis zum Nationalsozialismus (1848-1944), Bochum 1975 ; voir aussi l’ouvrage illustré édité et commenté par Ingrid Heinrich-Iost, Kladderadatsch. Histoire d’un journal humoristique berlinois de 1848 au Troisième Reich, Köln, 1982 (on regrettera que la période bismarckienne y soit à peine abordée). Qu’il me soit permis de renvoyer également à U. E. Koch, Der Teufel in Berlin Von der Marzrevolution bis zu Bismarcks Entlassung. Illustrierte politische Witzblätter einer Metropole - 1848-1890 [Le diable à Berlin. De la révolution de Mars à la chute de Bismarck. Les journaux satiriques illustrés d’une métropole-1848-1890], Köln, 1991-D’après le Dictionnaire étymologique de la langue allemande de Kluge, l’origine du titre du journal est une onomatopée du bas-allemand, qui s’est développée en passant de klatsch à kladatsch, et qui accompagne une chute bruyante. Le mot aurait donc initialement servi à suggérer un « effondrement du passé ».

5 Voir Dietrich/Fekl 1987, p. 19

6 Le Charivari, 22 mars 1848 (éditorial). Entrées en vigueur le 9 septembre 1835, les lois infernales (par analogie avec la machine infernale utilisée par Joseph Fieschi lors de sa tentative d’attentat contre Louis-Philippe) étaient très répressives : la caution nécessaire pour publier un quotidien était relevée à 100 000 francs ; critiquer le roi et le gouvernement était assimilé à un crime contre la sécurité de l’État, et pouvait être puni d’exil ; les dessins, de quelque nature qu’ils fussent étaient soumis à une censure préliminaire qui, à part quelques brèves interruptions, devait demeurer en vigueur jusqu’en 1881.

7 Voir l’ouvrage toujours fondamental de Veit Valentin, Geschichte der deutschen Revolution von 1848-1849, 2 vol., Köln/Berlin, 1950-1951.

8 Dès 1818, Ludwig Borne (1786-1837) avait espéré l’arrivée du « Printemps des peuples ». En 1830 et surtout en 1848, l’expression devint un mot d’ordre politique.

9 La nouvelle « Charte de la Presse », un décret du 17 février 1852 complété par plusieurs autres textes, renouvela l’obligation de concession et la censure préliminaire pour tous les dessins, augmenta le timbre et refusa que les journaux fassent un compte rendu indépendant des sessions parlementaires. En outre, les délits de presse étaient de nouveau du ressort du tribunal pénal. Enfin, chaque journal pouvait être interdit deux mois après un double avertissement et, après une condamnation du gérant responsable, de manière provisoire ou définitive.

10 L’ouvrage collectif d’André Castelot, Alain Decaux, Marcel Jullian et Jacques Levron, Histoire de la France et des Français au jour le jour (vol. VII, Paris, 1977) en donne un bon aperçu.

11 Voir, au sujet de Frédéric II, une caricature d’Alfred Darjou parue le 24 juillet 1866 : la statue de Frédéric-le-Grand s’étonne en regardant son pendant posé à côté de lui.

12 Font partie des plus grandes collections John Grand-Carteret, Bismarck en caricatures, Paris, 1890 ; Gustav Hochstetter, Bismarck. Historische Karikaturen, Berlin, 1915 ; Paul Liman, Bismarck in Geschichte, Karikatur und Anekdote. Ein groβes Leben in bunten Bildern, Stuttgart, 1915 ; et K. Walther, Bismarck in der Karikatur, Stuttgart, [1900]. On peut encore citer le catalogue de l’exposition Bismarck in der Karikatur (Berlin, 1968), organisée par le Germanisches Nationalmuseum (Nuremberg) et le Geheimes Staatsarchiv (Berlin).

13 Dès 1851, Bismarck avait montré que la constitution prussienne comportait une lacune à l’article 99, dans la mesure où elle ne prévoyait pas de procédure en cas de refus du budget Lorsque les députés prussiens refusèrent les dépenses supplémentaires pour la réforme de l’armée, Bismarck gouverna sans budget légal. Voir Ernst Engelberg, Bismarck. Urpreuβe und Reichsgründer, Berlin, p 525-556 et Lothar Gall, Bismarck, Der misse Revolutionär, Frankfurt/Berlin/Wien, 1980, p. 248-292

14 La formule « inséparables à tout jamais » avait joué un grand rôle dans l’opinion publique pendant les guerres pour le Schleswig-Holstein (1848-1864). C’est une référence au coup de force par lequel, le 5 mars 1460, le roi Christian Ier du Danemark avait été fait duc de Schleswig et comte du Holstein, ce qui avait formé la base juridique du Schleswig-Holstein

15 L’opinion selon laquelle « la force prime le droit », exprimée le 21 janvier 1863 par un député prussien, résumait un long discours de Bismarck. Bismarck lui-même a déclaré plusieurs fois publiquement qu’il n’avait jamais prononcé ce mot qui fit les choux gras de la presse libérale en Allemagne même.

16 Au sujet de l’origine, du déroulement et des conséquences immédiates de cette guerre inter-allemande, voir Walter Bupmann, Das Zeitalter Bismarcks, Frankfurt, 1968, p. 81-106.

17 Voir W Radewahn, Die Pariser Presse und die deutsche Frage unter Berücksichtigung der franzosischen Pressepolitik im Zeitalter der Bismarckschen Reichsgründung (1866-1870/71), Frankfurt/Bern/Las Vegas, 1977, ainsi que Klaus Wenger, Preuβen in der offentlichen Meinung Frankreichs, Göttingen/Frankfurt/Zürich, 1979, p. 194-239.

18 Voir aussi les reproductions 118-136 dans Koch/Sagave (même référence que supra note 3), ainsi que Karl Eugen Schmidt, Deutschland und die Deutschen in der franzosischen Karikatur seit 1848, Stuttgart, 1907. Voir aussi Klaus Schrenk, Honoré Daumier. L’œuvre lithographique, vol. 2, Munich, 1977, p. 1107 et suiv.

19 De part et d’autre du Rhin, on parlait d’une « guerre sainte ». L’expression « ennemi héréditaire », tirée du vocabulaire religieux, conférait à la haine des Français depuis les guerres napoléoniennes une dimension métaphysique. L’expression « barbare » mise en usage par les Grecs depuis les guerres Médiques pour désigner l’inculture et la grossièreté fut souvent utilisée dans les journaux français et ironiquement reprise dans les journaux humoristiques berlinois. On utilisait fréquemment de manière ironique les notions de gloire et de grande nation renvoyant à la Révolution et au Premier Empire.

20 Voir [Daumier et Cham], Album du Siège : recueil de caricatures publiées pendant le siège de Paris (1870-1871) dans Le Charivari, Ivry-sur-Seine, éd. Alexandra, 1979, introduction.

21 Voir par exemple les caricatures de Cham parues le 25 février 1871, le 23 janvier et le 2 octobre 1872 dans Le Charivari

22 Dans la « proclamation de l’Empereur » du 18 janvier 1871, document important de l’histoire allemande, il était dit : « À nous et à nos successeurs à la couronne impériale, que Dieu veuille confier la tâche d’agrandir le Reich allemand, non par des conquêtes guerrières, mais par les biens et les dons de la paix dans le domaine de la prospérité nationale, de la liberté, et de la morale » Cette déclaration lue par Bismarck à Versailles fut immédiatement publiée par la presse. Elle a été rééditée par Ernst Rudolf Huber, Dokumente zur deutschen Verfassungsgeschichte, vol. 2, Stuttgart, 1964, p. 285.

23 Cité d’après M. Schmolke, « Wie Medien mit Feindbildern umgehen », dans Feindbilder. Wie Völker miteinander umgehen Die Dokumentation zur Fernsehserie, Vienne, 1988, p. 24.

24 Voir à ce propos Ernst Drahn, Die Berliner Presse des Revolutionsjahres 1848 Eine kulturhistorische Schau der Preufyischen Staatsbibliothek auf der « Pressa », numéro spécial de la revue Der Buch- und Zeitschriftenhandel, 1928.

25 Sur ce sujet, voir en particulier Ruth-Esther Geiger, Zeitschriften 1848 in Berlin, Berlin, 1980.

26 Fin du poème de W. von Merckel (1803-1861) « Die fünfte Zunft », paru sous forme de tract en août et en septembre 1848.

27 À propos de la loi sur la presse en Prusse du 12 mai 1851, voir Kurt Koszyk, Deutsche Presse im 19. fahrhundert, Berlin, 1966, p. 122.

28 Voir U. E. Koch, même référence que supra note 4, chapitres II et VII. La période révolutionnaire fut désignée par les conservateurs comme la « folle année » de Berlin.

29 Après avoir illustré en 1848 plusieurs journaux satiriques, Wilhelm Scholz (1824-1893) devint le dessinateur principal du Kladderadatsch. Bien que sur le plan artistique il n’arrive pas à la hauteur d’un Daumier, ses caricatures, qui contenaient de nombreuses allusions à des personnages mythologiques, étaient importantes par leur expressivité politique

30 Voir G. Hauptmann Œuvres Complètes, vol. 9. Sur le « baromètre » d’ambiance, voir les illustrations présentées dans G. Langemeyer, G. Unversehrt, H. Guratzsch et C. Stölzl, Bild als Waffe. Mittel und Motive der Karikatur in fünf Jahrhunderten, Munich, 1984, p. 127.

31 Cité d’après R Hofmann, Der Kladderadatsch und seine Leute 1848-1898 Ein Culturbild, Berlin, 1898, p. 170. Le poème est tiré de Kleine Reisebilder. À propos de J. Stettenheim, voir U. E. Koch, « Ridendo dicere verum Julius Stettenheim (1831-1916) – ein Meister des jüdisch-berlinischen Witzes » Revue d’Allemagne, vol. 14, no 2, Strasbourg 1982, p. 252-266.

32 Kladderadatsch, no 24, 13 juin 1852. L’interdiction fut maintenue jusqu’en 1870. Sauf quelques courtes interruptions (la guerre de Crimée), le Kladderadatsch satirisa Napoléon III à peu près dans chacun de ses numéros. Il contribua ainsi à le discréditer dans l’opinion publique.

33 Kladderadatsch, no 42, 9 septembre 1860. Persigny qui promit une ère de paix après les guerres déjà menées, était un des amis les plus fidèles de Napoléon III. Deux fois ministre de l’Intérieur (1852-1855 et 1860-1863), il reçut en 1863 le titre de duc et devint membre du Sénat. Napoléon III fume le calumet de la paix, son chapeau est devenu un seau à champagne, et il se débarrasse de ses bottes pour avoir l’air pacifique. À l’arrière-plan, le coq gaulois le représente acclamé dans les villes mentionnées sur l’image. À droite, on voit le buste du « Grand oncle ».

34 Kladderadatsch, no 3, 16 janvier 1859.

35 Kladderadatsch, no 20, 1er mai 1859.

36 L’oracle de Crésus était formulé ainsi : « Si tu franchis le fleuve Halys, tu détruiras un grand royaume ». En 547 av. J.-C., Crésus franchit ce fleuve, fut battu et fait prisonnier – ce qui entraîna la destruction de son royaume.

37 Au sujet de la presse parisienne pendant la crise de Juillet, voir W. Radewahn (même référence que supra note 17) M Winkler, « Die Rolle der Presse bei der Vorbereitung des deutsch-französischen Krieges 1870/71 », Presse und Geschichte. Beitrage zur historischen Kommunikationsforschung, Munich, 1977, p. 171-194 Au sujet de la discussion autour de la responsabilité de la guerre, voir E. Kolb (éd.), « Europa vor dem Krieg 1870. Mächtekonstellation-Konfliktfelder-Kriegsausbruch », Presse und Geschichte Beitrage zur historischen Kommunikationsforschung, Munich 1987.

38 Voir à ce sujet Angelika Menne, Einigkeit und Unité. Die Legitimation politischer Vorgänge mit lyrischen Mitteln in den deutschen und franzosischen Kriegsgedichten von 1870-71, thèse, Berlin, 1980.

39 Comme personnages marginaux on peut citer encore : en haut à gauche un moine chartreux avec sa célèbre bouteille de liqueur, figure symbolique du clergé français hostile aux Allemands ; en haut à droite les troupes coloniales sénégalaises engagées par la France contre la Prusse en 1870 ; au milieu, derrière l’impératrice Eugénie, le rédacteur en chef du Journal officiel qui présente des défaites comme des victoires, ainsi que Paul de Cassagnac, le rédacteur anti-allemand du quotidien Le Pays.

40 L’article parut en première page dans la rubrique « Compte rendu politique quotidien ». L’édition postdatée du 2 septembre portait le no 203 Elle est rééditéé dans M. Busch, Tagebuchblatter, vol 1, Leipzig, 1899, p. 122-124

41 Voir Kladderadatsch, no 38/39 du 21 août 1870, et no 46 du 2 octobre 1870. Le professeur d’histoire berlinois Leopold von Ranke (1795-1886) avait dit lors d’une conversation avec A Thiers pendant son voyage en Europe en octobre 1870 : « Wir führen Krieg gegen Ludwig XIV » (Nous faisons la guerre contre Louis XIV].

42 Voir de manière générale à propos de la réaction de la presse berlinoise à la fondation du Reich, U. E. Koch, Berliner Presse und europaisches Geschehen 1871, Berlin, 1978, p. 137-153.

43 L’image impressionnante montre Adolphe Thiers, proclamé « chef de l’exécutif » le 17 février 1871, en train de regarder les rats qui grouillent dans les ruines. La colonne Vendôme renversée sur ordre du Conseil de la Commune le 16 mai gît à ses pieds avec la statue de Napoléon 1er. Voir au sujet de la représentation de la Commune de Paris dans les journaux, qui n’était pas partout aussi négative que dans le Kladderadatsch, U. E Koch (même référence que supra note 42). Le Charivari cessa sa parution pendant la Commune pour protester contre tous les fanatismes. Cham faillit être capturé par les insurgés, mais il parvint à s’enfuir. Cet événement inspira un dessin satirique dans la série Les faits insensés de la Commune.

44 John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en France, Paris, 1888, p. 409 et suiv. Voir en général à propos de la caricature politique, F. Schneider, Die politische Karikatur, Munich, 1988.

Table des illustrations

Légende 429. Vernier, « L’Empereur dAutriche et le roi de Prusse se disputant l’Allemagne./La République. — Battez vous mes gaillards... vous ne l’aurez ni l’un ni l’autre !... », Le Charivari, 14 avril 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 430. Cham, « Le Grand Frédéric. — Ah ! mon Dieu, quel changement... mon épée qui taillait des armées en pièces, la voilà maintenant réduite à tailler des plumes !... », Le Charivari, 6 novembre 1855.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende 431. Daumier, « Le Barbe bleue Prussien se disposant à occire une nouvelle Chambre », Le Charivari, 13 mars 1866.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende 432. Cham, « Professeur du nouveau droit prussien développant l’axiôme : La force prime le droit. — Du biceps, der Teufel ! un beau coup de poing ! tout est là ! », Le Charivari, 2 septembre 1864.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Légende 434. Hadol, « Un nouveau Faust — Scène de la Séduction. Marguerite, fermez les yeux ! », Le Charivari, 6 mai 1867.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende 433. Daumier, « Un convoi », Le Charivari, 6 août 1866.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende 435. Daumier, « Un cauchemar de M. de Bismark. — Merci !... », Le Charivari, 22 août 1870.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende 436. Daumier, « Je t’en avais comblé, je t’en veux accabler (vers connu) », Le Charivari, 2 août 1871.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende 437. Cham, « La Prusse s’attachant l’Alsace », Le Charivari, 23 octobre 1871.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende 438. Daumier, « L’éclipse sera-t-elle totale ? », Le Charivari, 17 mars 1871.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende 439. Daumier, « Successeur de Charlemagne », Le Charivari, 6 avril 1871.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende 440. Scholz, « lllustrationen zu Redensarten glaubwürdiger Manner. « Die militärische Rolle der Napoleoniden in Europa ist beendigt ; jetzt wird sich die Aera des europäischen Friedens und der europäischen Wohlfahrt eröffnen. » Persigny » [Illustrations des sentences dhommes dignes de foi. « Le rôle militaire des napoléonides en Europe est fini ; aujourd’hui s’ouvre en Europe une ère de paix et de prospérité. » Persignyl, Kladderadatsch, 9 septembre 1860.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Légende 441. Scholtz, « II. Im Westen. (Szene aus « Faust », ebenfalls neu bearbeitet mit einigen kleinen Veränderungen.)/Valentin. Parire den !/Mephisto. Warum denn nicht ?/Valentin. Auch den !/Mephisto. Gewiβ !/Valentin. Ich glaub’der Teufel ficht !/Doch hoff’ich mit ihm fertig bald zu werden/Und ihm die Larve abzuziehn ! » [II. A l’ouest. (Scène de Faust, également remaniée avec quelques petits changements) Valentin — Pare ce coup !/Méphisto — Pourquoi pas ?/Valentin — Et celui-là !/Méphisto — Sûrement !/Valentin — Je crois que c’est le diable qui ferraille !/Mais pourtant j’espère en finir bientôt avec lui/et lui arracher son masque !], Kladderadatsch, 8 mai 1859.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende 442. Scholtz, « Politische Lesefrüchte./Bescheidene Anfrage./— Willst Du immer weiter schweifen ?/Sieh, das Gute liegt so nah ! » [Morceaux politiques choisis./Humble interpellation./Veux-tu toujours divaguer au loin ?/Regarde, le bien est tout proche !], Kladderadatsch, 19 juin 1859.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende 443. Scholtz, « Noblesse oblige. — Meine Herren Friedensfürsten ! ICH hatte schon längst entwaffnet, allein ΜΕΙΝΕ Chassepots und Kugelspritzen sind leider noch nicht fertig. ICH hoffe, daβ dieses Zeichen des Vertrauens Sie ermuthigen wird, dem Beispiel der grrrrande Nation voranzugehen, damit wir endlich der Welt den längst verdienten Frieden geben » [Noblesse oblige. Messieurs les princes de la paix ! MOI, j’aurais désarmé depuis longtemps déjà, mais malheureusement MES chassepots et MES mitrailleuses ne sont pas encore prêts, l’espère, MOI, que ce signe de confiance va vous encourager à précéder l’exemple de la grrrande Nation, pour que nous puissions enfin donner au monde la paix qu’il mérite depuis longtemps. !, Kladderadatsch, 3 mai 1868.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende 444. Non signé [Scholz], « Gebrannt Kind scheut Feuer. Ein altes Orakel. Der groβe Onkel zu dem Neffen : Wenn du diesen Fluβ überschreitest, wirst du ein groβes Reich zerstören » [Chat échaudé craint l’eau froide. Un oracle ancien. Le grand oncle à son neveu : Si tu franchis ce fleuve tu détruiras un grand empire], Kladderadatsch, 27 septembre 1868.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende 445. Scholz, « Die ganze Bande. Und Das wollte, « an der Spitze der Civilisation marschirend », Deutschland überschwemmen ! » [Toute la bande. Et cela voulait, « marchant à la tête de la civilisation », submerger l’Allemagne !], Kladderadatsch, 21 août 1870.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Légende 446. Non signé [Scholz], « Selbsterhaltung. Man muh der Bestie die Krallen abschneiden, damit man künftig Ruhe vor ihr hat » [Instinct de conservation. Il faut couper les griffes à la bête, pour qu’à l’avenir elle nous laisse tranquille], Kladderadatsch, 4 septembre 1870.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende 447. Scholz, « Glück auf zum neuen jahr !/— Ein Theil der Kraft,/Die stets das Böse will, und stets das Gute schafft. (Goethe. Faust.) » [Bonne année nouvelle !/— Une partie de la force/qui toujours veut le mal et toujours crée le bien. (Goethe. Faust) !, Kladderadatsch, 1er janvier 1871.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 448. Scholz, « Eine Frage an das Schicksal. Thiers (auf den Trümmern von Paris). — Nun bin ich wirklich neugierig, fur wen ich eigentlich Paris erobert habe ! » [Une question posée au destin. Thiers (sur les ruines de Paris) — Eh bien, je suis vraiment curieux de savoir pour qui exactement j’ai conquis Paris !], Kladderadatsch, 28 mai 1871.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8054/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

Auteur

Université de Munich

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540