Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Caricature entre République et censure

 | 
Philippe Régnier
, 
Raimund Rütten
, 
Ruth Jung
, 
et al.

Dimensions européennes

Dimensions Européennes

Texte intégral

  • 1 Karl Marx, Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel, Introduction, in Karl Marx, Œuvr (...)
  • 2 Ibid., p. 388.
  • 3 Ibid., p. 383.
  • 4 Kladderadatsch. Die Geschichte eines Berliner Witzblattes von 1848 bis ins Dritte Reich, éd. par I (...)
  • 5 Berliner Groβmaul. Humoristisch-satirische Zeitschrift, nos 1-11, du 12 août 1848 au 25 décembre 1 (...)
  • 6 Der Satyr, nos 1-12, 1848-1849, rééd par Alfred Estermann, Bibliotheca Satirica 2, Vaduz, 1981.
  • 7 Deutsche Reichs-Bremse, Leipzig, Braunschweig 1849-1851, rééd par Alfred Estermann, Bibliotheca Sa (...)

1« Il s’agit de n’accorder aux Allemands aucun instant d’illusion ni de résignation. Il faut rendre l’oppression réelle encore plus oppressive, en lui ajoutant la conscience de l’oppression, rendre la honte plus honteuse encore, en la divulguant. Il faut dépeindre chaque sphère de la société allemande comme la partie honteuse de cette société, il faut forcer ces conditions fossilisées à entrer dans la danse, en leur chantant leurs propres airs ! Il faut apprendre au peuple à avoir peur de lui-même, afin de lui donner courage. On satisfait ainsi un besoin irrépressible du peuple allemand, et les besoins des peuples sont eux-mêmes les raisons ultimes de leur satisfaction1. » En justifiant ainsi sa critique des conditions sociales dans l’Allemagne de 1844, et du « statu quo allemand » qui n’est que « le franc accomplissement de l’Ancien Régime2 », Karl Marx traduit à la fois un pouvoir et un procédé de la satire, qui va trouver une occasion d’emploi dans la révolution de 1848 en Allemagne. Jusqu’à quel point la satire a saccagé « les fleurs imaginaires qui ornent la chaîne, non pour que l’homme porte une chaîne sans rêve ni consolation, mais pour qu’il secoue la chaîne et cueille la fleur vivante », dans quelle mesure elle s’est efforcée de détromper « l’homme, afin qu’il pense, qu’il agisse, qu’il forge sa réalité en homme détrompé et revenu à la raison3 », c’est ce qu’analyse plus loin Ute Gerhard. Bornons-nous ici à constater le spectaculaire développement qualitatif et quantitatif de la caricature dans les États allemands de 1848 à 1849 : ainsi, aux Fliegenden Blatter [Les Feuilles volantes] publiées à Munich et aux Düsseldorfer Monatshefte [Cahiers mensuels de Düsseldorf] s’ajoutent, à Berlin, le Kladderadatsch [Patatras4], le Berliner Groβmaul [La Grande Gueule berlinoise5], le Berliner Krakehler [Le Râleur berlinois] et Der Teufel in Berlin [Le Diable à Berlin] ; à Francfort, Der Satyr [Le Satyre6] ; à Stuttgart, l’Eulenspiegel [L’Espiègle] ; à Munich, les Leuchtkugeln [Les Balles traçantes] et le Münchener Punsch [Le Punch de Munich] ; à Leipzig, la Deutsche Reichs-Bremse [Le Frein de l’Empire allemand7]. Ce sont les mouvements révolutionnaires de mars 1848 qui ont permis cet essor en poussant la Confédération, la Prusse et l’Autriche, à établir la liberté de la presse. Un éditeur de Francfort, H. Umpfenbach, décrit dans un prospectus d’octobre 1848 l’importance de la caricature pour l’opinion publique alors en cours de formation :

  • 8 Texte intégral chez Hartwig/Riha, 1974, p. 78

« Depuis qu’en mars de cette année, la voix du peuple après un long silence, s’est à nouveau élevée avec force, depuis qu’elle a fait comparaître les oppresseurs de ses libertés devant le tribunal de l’opinion publique, depuis que les chaînes déshonorantes de la censure sont tombées et qu’elles ont fait place à la liberté de parler et d’écrire, la critique populaire, c’est-à-dire le jugement que le peuple porte sur les faits et les hommes publics, s’est développée ; elle est devenue une force avec laquelle il faut compter, et aucun voile diplomatique ne peut plus faire écran à sa clairvoyance. À côté du principal instrument de cette critique – les journaux et autres feuilles publiques – il en existe un deuxième, qui n’est pas moins efficace : la caricature. De son fouet implacable, elle pourchasse les ridicules et les sottises de ceux qui se produisent sur la scène de l’époque ; elle dévoile les faiblesses que les feuilles publiques n’évoquent souvent qu’à peine8... »

  • 9 Voir à ce sujet Catalogue Ludwigshafen, 1988, p. 25.

2Éditeur avisé, Umpfenbach ne manque pas d’établir un lien entre « l’essor extraordinaire de cette branche d’actualités » et les goûts de sa clientèle. Il recommande au lecteur d’imiter les députés, qui, dit-il, se sont « constitué des collections intégrales, que chaque nouvelle publication vient compléter ». Rien de mieux que les caricatures, ajoute-t-il, « pour la décoration intérieure, tout particulièrement dans les auberges et les restaurants ». Parmi « l’assortiment complet et varié de toutes les feuilles parues jusqu’à présent » que proposait Umpfenbach, devaient probablement figurer quelques numéros du Charivari, et d’autres échantillons français9. La circulation des caricatures au-delà des frontières nationales leur confère une dimension européenne, soulignée par des titres mixtes (Münchener Punsch, Berliner Charivari). De plus, les techniques de reproduction facilitent les échanges : ainsi L’Illustration reproduit-elle le 28 juillet 1849 une série de six gravures sur bois d’Alfred Rethei, Auch ein Todtentanz aus dem Jahre 1848 [Encore une danse macabre en 1848], accompagnée des textes de Reinick.

3Avec le même décalage par rapport à la France, c’est également dans ces années révolutionnaires qu’apparaît en Italie un journalisme satirique illustré digne de ce nom. Là aussi, c’est le combat pour l’unité nationale et pour la libération sociale qui est déterminant. Le premier journal du genre paraît à Naples, au moment où, dans le royaume des Deux-Siciles alors aux mains des Bourbons, les libéraux commencent à réclamer une constitution pour mettre fin à l’absolutisme : malgré la censure, le cautionnement élevé et les poursuites incessantes, L’Arlecchino, fondé le 18 mars 1848, se maintient jusqu’en juin 1849 face au régime de Ferdinand II, même après la reconquête de la Sicile par les troupes des Bourbons. En mai 1848, à la faveur du soulèvement de la Lombardie contre les Autrichiens, paraît à Milan Lo Spinto folletto ; mais le journal doit suspendre sa publication au mois de juillet suivant, après la défaite des armées piémontaises et l’échec du « Regno dell’Alta Italia » sous le règne de Charles-Albert. Le 13 juillet, c’est à Florence, dans le grand-duché de Toscane, que paraît Il Lampione ; ce journal exprime les vues du mouvement libéral et patriotique, se radicalise après la fuite du grand-duc Léopold II en février 1849, mais cesse de paraître le 11 avril 1849, lorsque la monarchie constitutionnelle est rétablie à l’instigation des modérés. À Rome, Il Don Pirlone se bat depuis le 1er septembre 1848 contre les projets de restauration de Pie IX, et il contribue à la proclamation de la République romaine le 9 février 1849 ; mais, une fois la République renversée et le pape restauré par la grâce de la Seconde République, le journal est réduit au silence le 2 juillet 1849. Seul Il Fischietto, à Turin, survit à l’échec du combat pour une Italie unifiée : depuis le 2 novembre 1848, ce journal milite pour les prétentions de la maison de Piémont-Sardaigne à conduire l’unification italienne.

  • 10 Voir à ce sujet Hartwig/Riha, 1974, p. 89-138 : Karikatur und bürgerliche Öffentlichkeit.

4Cela étant, dans le domaine de la caricature aussi, les discours républicains allemand et italien ont leur spécificité par rapport au discours français. Deux remarques à ce propos. Contrairement à ce qui s’est passé en France, le mouvement révolutionnaire, en Allemagne et en Italie, est un combat à la fois pour l’unité nationale et pour la démocratie sociale. Ces deux objectifs sont étroitement associés, bien qu’ils ne soient pas sans entrer en contradiction politiquement et historiquement : cela tient, dans ces deux pays, à un état de développement économique sensiblement différent de la situation de la France au moment où la presse satirique illustrée y était apparue en force. Quant au décalage chronologique, il s’explique si l’on songe que c’est seulement à partir de 1848-1849 que s’amorce, en Allemagne et en Italie, le processus de formation d’une opinion publique bourgeoise qui constitue le terrain indispensable à l’apparition de ce type de journalisme10.

  • 11 Voir Catalogue Berlin, 1972.
  • 12 Le Charivari, 23 août 1851.
  • 13 Voir ill. 207 et l’analyse qui en est faite.
  • 14 C’est moi qui souligne.

5La question de la réception en Europe de la Seconde République doit être posée dans ce contexte. Modèle ou repoussoir ? Sans aucun doute, les journées de février 1848 ont constitué un modèle11 ; mais d’un autre côté, l’évolution conservatrice de la Seconde République a dissuadé ses premiers admirateurs de continuer à la prendre pour référence. Daumier le dit expressément dans une lithographie qui commente à sa manière un article du Charivari, en date du 23 août 1851, « Les Assommeurs Napolitains » (ill. 252). L’article compare les méthodes policières en vigueur sous Ferdinand II avec les agissements d’une organisation bonapartiste paramilitaire, la Société du Dix Décembre, une milice directement placée sous l’autorité du prince-président12. Bien qu’il ne montre pas les matraquages évoqués par l’article, mais de véritables assassinats en pleine rue, Daumier, contrairement à ce qu’on pourrait croire, n’exagère pas. Car les scènes qu’il dessine sont en fait un rappel historique des massacres commis le 15 mai 1848 dans la rue de Tolède13. La légende insiste : « À Naples. Le meilleur des rois continuant à faire régner l’ordre dans ses états14 ». Mais Daumier ne se contente pas de dénoncer la tradition de violence du royaume des Deux-Siciles. Il imagine en même temps, par le biais de la satire, l’avenir de la France. La couronne du roi Ferdinand II n’est-elle pas distinctement ornée d’une fleur de lys, l’emblème du légitimisme en France ? Ferdinand II n’est-il pas représenté à la Louis-Philippe, sous la forme d’une poire ? N’est-ce pas la Seconde République française qui a contribué au succès de la contre-révolution italienne en écrasant la République romaine et en restaurant le pape dans ses États ?

253. Non signé, « Ma caro signor Becchino, siete poi ben sicuro che sia morta ?? » [Mais, cher Monsieur le Fossoyeur, êtes-vous donc bien sûr qu’elle soit morte ??], Il Don Pirlone, 2 juillet 1849.

  • 15 Michelangelo Pinto, Don Pirlone a Roma, 1851, vol. ii, p 16 et suiv.

6Le regard satirique italien sur la France partage à peu de choses près cette vision. En Italie, le rôle de médiateur menaçant joué par un Cavaignac dans le conflit entre le Piémont et l’Autriche est caricaturé aussi vivement que l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence. Surtout, l’expédition de Rome suscite plus que des doutes quant à la volonté de la Seconde République de se conformer à l’article V de sa Constitution : « Elle |la République française] respecte l’indépendance des autres nations, tout comme elle veille à faire respecter sa propre indépendance. Elle ne mènera aucune guerre offensive et n’impliquera jamais ses forces armées contre la liberté d’un autre peuple ». L’iconographie satirique italienne présente toutefois une diversité intéressante. Les illustrations 221 et 222 nous ont déjà permis de montrer comment le Don Pirlone de Michelangelo Pinto, pour ne pas verser dans l’antirépublicanisme, présente la République française comme la victime du bonapartisme. Dans son dernier numéro, le 2 juillet 1849, le Don Pirlone s’en tient à cette attitude en montrant la nation française, symbolisée par le coq gaulois, en tête à tête avec le général Oudinot (ill. 253). Le fossoyeur de la France est en train d’ensevelir la République romaine, mais aussi, implicitement, la République française. Cette utilisation différenciée du code iconographique, qui s’explique par la façon dont le républicanisme italien appréhende en 1849 ses propres composantes sociales et politiques, est abandonnée par Michelangelo Pinto lorsqu’il fait paraître en 1851 son Don Pirlone a Roma (Mémorie di un Italiano dal settembre 1848 al 31 dicembre 1850). Le Don Pirlone ayant dû suspendre sa publication à Rome, Michelangelo Pinto, parti en exil à Turin, y publia, dès le début de Tannée 1851, cette histoire des années 1848-1849 qui est en fait une forme originale d’histoire par la caricature, puisqu’elle consiste principalement dans la reproduction de 306 planches réalisées en partie d’après les dessins satiriques d’Antiono Masutti dans le Dcm Pirlone de ces années-là. Ce qui est intéressant, c’est la façon dont Michelangelo Pinto modifie ou complète ces dessins : on y voit non seulement une évolution du discours satirique, mais aussi une évolution en faveur de la maison de Piémont-Sardaigne. La planche 107 par exemple – « Il soffio del diavolo » [Le souffle du diable] (ill. 254) – n’a pas d’antécédent dans le Dcm Pirlone : le dessin représente la République française, poussée par le mauvais esprit du pape (en haut à droite), s’apprêtant à abattre par derrière la République romaine en train d’épeler le précepte « Indipendenza » sur le texte constitutionnel français. La caricature n’est plus un appel à l’action, mais un retour critique sur un événement passé, et c’est à ce titre qu’elle est une composante de l’historiographie. Quant au texte d’explication, il présente l’image en ces termes : « Mais un ennemi inconnu, inspiré par des suggestions jésuitiques, se tenait au-delà des mers pour se précipiter, tel un géant, sur la toute jeune république. L’homme qui dirigeait la France et s’était associé à la Sainte-Alliance s’était acheté les faveurs de la réaction européenne avec le sacrifice de Rome15 ». Le texte concentre donc ses attaques sur les jésuites (le pape) et sur Louis-Napoléon Bonaparte. Il en va tout autrement dans l’image : Michelangelo Pinto met en scène l’histoire de Caïn et d’Abel, et attribue le rôle de Caïn à la République française. Le code iconographique fait donc de la République une entité négative – procédé auquel le Don Pirlone se serait refusé.

254. Non signé, « Il soffio del diavolo » [Le souffle du diable], illustration extraite de Michelangelo Pinto, Don Pirlone a Roma, 1851, pl. 107.

255. Non signé, « Affranchissement de l’Italie », Il Fischietto, 29 mars 1849.

7Alors que le texte de l’étude historique s’en tient encore à l’argumentation du Don Pirlone, la représentation iconographique va à l’encontre de l’attitude habituellement pro-républicaine du journal, et se rapproche ainsi du langage iconographique qu’utilise à Turin la feuille satirique piémontaise Il Fischietto : le 29 mars 1849, c’est par un dessin antirépublicain, intitulé « Affranchissement de l’Italie » (ill. 255), que ce journal commente l’action diplomatique et militaire : il montre la République française décapitant l’Italie, à l’aide d’une hache de bourreau, précisément dénommée la « Mediazione » – la médiation.

8R. R.

Notes

1 Karl Marx, Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel, Introduction, in Karl Marx, Œuvres, éd établie, présentée et annotée par Maximilien Rubel, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. iii, 1982, p. 385-386.

2 Ibid., p. 388.

3 Ibid., p. 383.

4 Kladderadatsch. Die Geschichte eines Berliner Witzblattes von 1848 bis ins Dritte Reich, éd. par Ingrid Heinrich-Jost, Köln, 1982.

5 Berliner Groβmaul. Humoristisch-satirische Zeitschrift, nos 1-11, du 12 août 1848 au 25 décembre 1848, rééd. par Paul Thiel, Zentralantiquariat der DDR, Leipzig, 1986.

6 Der Satyr, nos 1-12, 1848-1849, rééd par Alfred Estermann, Bibliotheca Satirica 2, Vaduz, 1981.

7 Deutsche Reichs-Bremse, Leipzig, Braunschweig 1849-1851, rééd par Alfred Estermann, Bibliotheca Satirica 1, Vaduz, 1980.

8 Texte intégral chez Hartwig/Riha, 1974, p. 78

9 Voir à ce sujet Catalogue Ludwigshafen, 1988, p. 25.

10 Voir à ce sujet Hartwig/Riha, 1974, p. 89-138 : Karikatur und bürgerliche Öffentlichkeit.

11 Voir Catalogue Berlin, 1972.

12 Le Charivari, 23 août 1851.

13 Voir ill. 207 et l’analyse qui en est faite.

14 C’est moi qui souligne.

15 Michelangelo Pinto, Don Pirlone a Roma, 1851, vol. ii, p 16 et suiv.

Table des illustrations

Légende 253. Non signé, « Ma caro signor Becchino, siete poi ben sicuro che sia morta ?? » [Mais, cher Monsieur le Fossoyeur, êtes-vous donc bien sûr qu’elle soit morte ??], Il Don Pirlone, 2 juillet 1849.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende 254. Non signé, « Il soffio del diavolo » [Le souffle du diable], illustration extraite de Michelangelo Pinto, Don Pirlone a Roma, 1851, pl. 107.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende 255. Non signé, « Affranchissement de l’Italie », Il Fischietto, 29 mars 1849.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site