Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La Caricature entre République et censure

 | 
Philippe Régnier
, 
Raimund Rütten
, 
Ruth Jung
, 
et al.

Antisocialisme et antiféminisme

Les Vésuviennes : les femmes-soldats dans la société de 1848

Laura S. Strumingher
Traduttore: Jane Kairet

Testo integrale

  • 1 L’idée que l’émancipation de la femme est un objectif social illégitime et que les féministes ne m (...)

1Lors de la révolution de février 1848, les femmes françaises eurent quelque temps l’espoir de voir leurs droits politiques respectés et leur situation sociale améliorée. Elles espérèrent aussi la légalisation du divorce et un accès plus facile à l’instruction. Ces espoirs furent ridiculisés au cours de réunions publiques et dans les récits, les chansons, les pièces de théâtre, et les caricatures antiféministes qui parurent dans la presse au début du mois de mars1. Le produit symbolique le plus signifiant de cette satire est la Vésuvienne, image complexe de la femme-guerrière, à la fois agréablement séduisante et scandaleusement rebelle. On s’en souvient peu aujourd’hui, mais elle était devenue la coqueluche de la société de 1848. On la voyait dans tous les grands journaux, tandis que, dans la rue, de vraies femmes revendiquaient ce qualificatif en paradant sous une bannière vésuvienne.

  • 2 Natalie Z. Davis, Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press, (...)

2La femme-soldat n’était pas une nouvelle venue sur la scène historique. Dans ses études sur les débuts de l’Europe moderne, Natalie Davis a analysé la signification, par rapport à l’ordre social, de plusieurs modes d’inversions dans les rôles sexuels, et en particulier le cas des femmes combattantes2. Elle soutient de manière convaincante que des renversements temporaires de rôles peuvent agir comme une soupape de sécurité renforçant finalement le système hiérarchique en place, mais peuvent aussi saper ce même système, dès lors qu’ils sont directement liés à la vie quotidienne, et non plus limité au temps privilégié du carnaval et de la foire. Les femmes de 1848 qui marchèrent sur l’Hôtel de Ville furent sensibles à l’image des Vésuviennes et l’utilisèrent à leurs propres fins. La représentation de troupes révolutionnaires féminines leur fit entrevoir d’autres modes de comportement et consacra, ne fût-ce que pour quelques mois, leur rébellion. L’art avait inspiré la protestation.

  • 3 Thomas Laqueur, « Orgasm, generation, and the politics of reproductive biology », Representations,(...)

3L’historien qui désire comprendre toutes les nuances de l’image de la Vésuvienne dans la France de l’époque, est confronté à une variété infinie de sources, à la fois écrites et iconographiques. Celles-ci fournissent des indications contradictoires sur les relations hommes-femmes à ce moment critique de l’Histoire de France. Cet article, qui a pour but de cerner, d’analyser et d’évaluer l’importance de cette réalité, fait partie d’une étude plus large sur la participation des femmes parisiennes à la révolution de 1848. Il a été suscité, tant par la qualité et l’humour de certaines images vésuviennes, que par le désir de comprendre comment ces images furent reçues par l’opinion française de l’époque. Dans un article récent, Thomas Laqueur souligne que le féminisme et la nouvelle peur de la femme qui en résulte ont trouvé une expression essentielle au XIXe siècle3. Ces deux éléments sont étroitement associés aux images vésuviennes, et leur étude peut nous permettre de mieux comprendre les relations hommes-femmes au milieu de ce siècle. Avant de nous tourner vers les dessins et les anecdotes, examinons rapidement certains témoignages sur les activités des femmes en février et mars 1848, activités qui nous aideront à expliquer la fascination ultérieure qu’exerceront sur les écrivains et les artistes parisiens ces représentations de femmes militaires.

4Les mémoires de Maxime Du Camp, de Daniel Stern (pseudonyme de la comtesse Marie d’Agoult) et de la baronne Florence Bonde témoignent de la réprobation de certains spectateurs confrontés à la participation des femmes dans les insurrections de février. La description que fait Du Camp d’une femme qui mène l’attaque du Palais-Royal traduit bien la réaction masculine face à ces femmes militaires :

  • 4 Maxime Du Camp, Souvenirs de l’année 1848, Paris, Hachette, 1876, p. 90-91. Pour une description d (...)

« Une bande armée, d’une cinquantaine d’individus environ, arriva au pas de course par la rue Saint-Honoré ; en tête marchait une femme qui n’était couverte que d’une chemise et d’un jupon ; sa chevelure brune et très-longue avait roulé jusque sur ses reins ; elle marchait dans des chaussons éculés et un de ses bas tombait en spirale autour de la cheville ; ses bras, ses épaules et presque toute sa poitrine étaient nus ; elle criait en brandissant un coutelas de boucher ; des hommes se jetaient sur elle et l’embrassaient ; elle ne s’en apercevait même pas4. »

  • 5 Daniel Stern, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Charpentier, 1862, Vol. I, p. 264-266.
  • 6 Florence Bonde, Paris in 1848 : Letters from a Resident, New York, J. Pott, 1903, p. 25.

5On retrouve ce rapport étroit entre les images de femmes combattantes et celles de femmes débauchées dans la description de Daniel Stern. Elle évoque ces femmes intrépides qui envahirent les Tuileries et s’y attardèrent pour parfumer leurs cheveux, se mettre du rouge aux joues et se parer de dentelles, de fourrures, de plumes et de bijoux5, ainsi qu’une prostituée qui, s’étant emparée d’une pique, posait, telle une allégorie de la Liberté. Plusieurs jours plus tard, la baronne Bonde rapporte que ces « horribles » femmes paradaient encore aux Tuileries6

  • 7 Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Fla (...)

6.Plusieurs témoignages laissent à penser que certaines femmes, qui avaient rejoint les barricades pour soigner les blessés et approvisionner les insurgés, ont été emportées par la tourmente révolutionnaire. Le 22 mars, La Voix des Femmes rapporte l’incident suivant : une ouvrière, ayant apporté de la nourriture à son mari qui montait la garde, prit son fusil et le remplaça jusqu’à ce qu’il ait terminé son repas. Ces femmes attiraient d’autant plus l’attention que leur action était inattendue et semblait déplacée7. Daniel Borme, un chimiste de vingt-six ans, avait été fortement impressionné par ces femmes combattantes. Il avait inventé une arme pouvant tirer trois cents projectiles à la minute, et il déclara plus tard que cette invention permettrait à un bataillon de deux mille femmes de vaincre cinquante mille hommes.

7C’est Borme qui, le premier, qualifia les femmes révolutionnaires de Vésuviennes. Au début du mois de mars, il fit placarder dans tout Paris l’affiche suivante :

  • 8 Jean Maitron éd, Borme, dans Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditi (...)

« Aux Citoyennes parisiennes ! Mes sœurs en République ! Citoyennes ! La République vous doit le quart de son existence, c’est par vos exhortations que vos pères, vos frères, vos amis ont affronté la mitraille, le 24 février. Vous avez mérité de la patrie, citoyennes, et c’est pour cette considération que j’ai demandé au Gouvernement provisoire de vous enrégimenter sous le titre de Vésuviennes. L’engagement sera d’un an ; pour être reçues, il faut avoir quinze ou trente ans au plus et n’être pas mariées. Présentez-vous tous les jours de midi à quatre heures, 14, rue Sainte-Apolline, où vos noms, prénoms, professions âges et demeures seront inscrits. Salut et fraternité, Vive, vive et vive la République. Borme, fils8. »

8Du 21 mars à la fin du mois de novembre, la presse parisienne consacra aux Vésuviennes dix-huit articles et vingt-cinq dessins satiriques. À l’exception d’un seul article, tous relevaient de la pure fiction et tournaient en dérision les femmes combattantes.

  • 9 « La Légion Vésuvienne », Le Charivari, 21 mars 1848 Le Charivari commença à paraître en décembre (...)
  • 10 Devenues la risée de tous elles durent changer de titre. La Femme libre devint La Femme de l’aveni (...)

9Le premier de ces récits humoristiques fut publié dans Le Charivari, le plus important des quotidiens satiriques républicains de l’époque9. Intitulé « La Légion Vésuvienne », il se présentait comme un résumé de l’histoire des femmes guerrières, de l’Age d’Or à nos jours. L’auteur y évoquait les Amazones, femmes-archers au sein unique, les femmes de la cavalerie légère rendues célèbres par Platon, les glorieux exploits de Jeanne d’Arc et de Jeanne Hachette, et il posait cette question : « L’ère du courage féminin reviendra-t-elle ? » Le reste de l’article commentait l’affiche de Borme, et l’auteur apportait quelques petits changements au texte pour souligner son côté amusant et divertissant. À la formule : « femmes non-mariées », l’auteur substituait celle de « femmes libres », en jouant sur le double sens d’une expression qui avait déjà fait l’objet de maintes plaisanteries (elle avait en particulier été utilisée en 1833, quand un groupe de femmes saint-simoniennes fondèrent un journal intitulé La Femme libre10). Il laissait ainsi entendre que les Vésuviennes étaient des femmes de mœurs légères – suivant en cela une opinion alors largement répandue. En adoptant le ton de l’ironie, l’auteur cherchait à atténuer les craintes des lecteurs face aux changements radicaux qu’avait entraînés le renversement de la monarchie de Juillet. Il les rassurait en les faisant rire : ces femmes rebelles ne concentreraient pas leurs forces sur Paris, mais plutôt « dans les environs du Vésuve » – « terrain inflammable pour des soldats dont le sexe est lui-même déjà inflammable », ajoutait-il.

  • 11 La Silhouette, 24 mars 1848. On retrouve cette référence à la barbe, symbole évident de masculinit (...)

10Cet article du Charivari fut suivi trois jours plus tard d’une deuxième annonce de la légion vésuvienne dans La Silhouette, accompagnée cette fois d’un dessin non signé, représentant des femmes armées s’élançant d’un volcan. Cet article rappelait le précédent par son ton et son contenu : il reprenait le jeu de mots sur « femmes libres » et la référence historique à Jeanne d’Arc. Il ajoutait une autre référence historique relative cette fois à la Judith de la Bible, présentée en exemple aux Vésuviennes, ainsi qu’une référence littéraire à Molière : « Du côté de la barbe est la toute-puissance11 ». Le ton était sensiblement plus hostile que celui de l’article précédent, mais, dans l’ensemble, il restait dans la tradition gentiment moqueuse et voulait amuser plutôt qu’effrayer les lecteurs.

  • 12 La Voix des femmes fut publié chaque jour du 19 mars au 10 avril 1848, puis tous les deux jours jus (...)

11Le 28 mars, La Voix des Femmes consacra aux Vésuviennes un troisième article12, au ton et au contenu sensiblement différents. Il évoquait la manifestation, quelques jours plus tôt, d’une légion de jeunes femmes, bien vêtues et de conduite irréprochable, au pied de la colonne Vendôme ; après avoir hissé un drapeau aux couleurs nationales portant l’inscription « Vésuviennes » cousue en lettres d’or, elles s’étaient mises en route dans le plus grand ordre, et avaient marché jusqu’à l’Hôtel de Ville pour demander l’aide du gouvernement provisoire. L’auteur explique que les Vésuviennes sont de pauvres jeunes filles vivant en communauté à Belleville. Leurs règles sont strictes, et garantissent à chacune la nourriture, le logement, plus dix francs par mois. Le ton moqueur des articles précédents faisait ici place à un ton moralisateur :

« Nous trouvons l’œuvre des Vésuviennes digne de toute notre sympathie ; mais pourquoi ce nom de Vésuviennes ? Leur jeunesse, le dévouement à la cause républicaine l’autorise à coup sûr, mais l’intérêt général le commandait-il ? »

  • 13 Davis, Society and Culture, p. 126.

12En refusant le qualificatif de Vésuviennes, les auteurs de La Voix des Femmes faisaient écho aux voix des premières féministes qui contestaient l’idée que les femmes étaient le sexe désordonné, et prenaient ainsi leurs distances par rapport aux femmes rebelles13

13Un peu plus tard, dans un manifeste probablement publié à la fin du mois de juillet, Adèle Esquiros, Marie-Noémi Constant, Angeline Pignot et Julia Hemal revendiquèrent le nom de Vésuviennes :

  • 14 Vésuvienne, ou Constitution politique des femmes par une société de françaises, Paris, Bartuche 184 (...)

« Pourquoi ce titre ? C’est le premier nom de dérision qui a servi à nous désigner au ridicule, et nous mettons notre amour propre à le réhabiliter. Puis il peint merveilleusement notre position et plus qu’aucun autre il exprime notre pensée. Seulement, la lave si longtemps contenue, qui doit enfin se répandre autour de nous, n’est nullement incendiaire, elle est toute régénératrice14. »

  • 15 Voir Claire G..Moses, French Feminism in the Nineteenth Century Albany, New York, SUNY Press, 1984 (...)

14Celles qui s’étaient déclarées des Vésuviennes étaient jeunes, pauvres, et réclamaient l’amélioration de la condition féminine. Ainsi que Claire Moses l’indique, elles étaient fortement influencées par Jeanne Deroin et les adeptes saint-simoniennes de La Femme libre15. Elles continuèrent la lutte commencée par celles qui les avaient précédées, dont la devise : « Liberté pour les femmes, liberté pour le peuple grâce à une nouvelle organisation des foyers et de l’industrie » reflétait la conviction que les femmes ne pourraient atteindre à la liberté qu’après avoir remis de l’ordre, aussi bien dans la vie privée que dans la vie publique. Contrairement aux auteurs de La Voix des Femmes, qui écrivaient essentiellement pour la reconnaissance des droits politiques et économiques des femmes, la vision vésuvienne d’un avenir égalitaire mettait l’accent sur le partage des responsabilités domestiques et civiles.

227. Cham, « Une patrouille de la Légion Vésuvienne. — Caporal, faites donc taire votre moutard ou donnez-lui à téter. Il va faire fuir les voleurs avec ses cris », Le Charivari, 26 mars 1848.

15Leur déclaration : Vésuvienne, ou Constitution politique des femmes par une société de françaises, reflétait leur déception personnelle face aux résultats effectifs de la libération sexuelle et de la vie en communauté, où les obligations domestiques n’étaient pas partagées par tous. Les auteurs qui connaissaient, pour l’avoir vécue ou pour en avoir été témoins, la situation de fille-mère – situation encore compliquée par la pauvreté – rejetèrent « l’amour libre » et se prononcèrent pour le mariage obligatoire et le partage des responsabilités domestiques. En ce qui concerne les travaux ménagers, les Vésuviennes recommandaient :

« Forçons les hommes à partager ces soins de la vie privée, et ils ne pourront plus s’armer contre nous du ridicule, sans se blesser à leur tour ».

  • 16 Vésuvienne ou Constitution..., p. 23-28.

16En ce qui concerne la question du divorce, largement débattue en 1848, les Vésuviennes invitaient à la prudence. Elles pensaient que le divorce devrait être rendu difficile, et être reconnu comme un signe d’incapacité personnelle et sociale16

17.Reprenant l’idée lancée par Borme, la Constitution vésuvienne réclamait le service obligatoire pour toutes les femmes :

« Les citoyennes devront fournir leur contingent aux armées de terre et de mer. Leur enrôlement se fera, comme celui des hommes, par tirage au sort ; il durera cinq années, de quinze à vingt ans. Les enrôlées formeront une armée, dite de réserve, qui sera partagée en trois corps, savoir :

  1. Le corps des ouvrières ;
  2. Le corps des vivandières ;
  3. Le corps de charité.
  • 17 Vésuvienne, ou Constitution..., p. 21. D’autres ouvrières reprirent, dans une moindre mesure, les i (...)

Ces trois corps seront répartis selon l’urgence entre les divisions militaires17. »

18Par cette proclamation féministe enthousiaste, les Vésuviennes entendaient protester contre plusieurs mois de caricatures et de récits qui témoignaient d’une forte ambivalence face à l’émergence d’un nouveau type de femme.

19Quelques jours après la manifestation vésuvienne de mars, Le Charivari fit paraître un dessin de Cham, un des caricaturistes en vogue à l’époque (ill. 227). Il représentait des gardes vésuviennes et juxtaposait pour la première fois deux éléments propres à la situation révolutionnaire – les femmes prenant les armes et les enfants livrés à eux-mêmes. Ces deux thèmes, ainsi que des variantes, furent repris le mois suivant, mais le ton avait changé. Les horribles Vésuviennes de Cham s’éclipsèrent peu à peu, tandis qu’une image bien différente, issue d’une série de Beaumont, retint l’attention du public (ill. 228).

228. Beaumont, « — Mâme Coquardeau, j’te défends d’aller au rappel... n’y a pas d’bon sens de me laisser comme ça avec trois enfans sur les bras... et pas de biberon !... », série Les Vésuviennes No 1, Le Charivari, 1er mai 1848.

  • 18 John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en France, Paris, Librairie Illustrée, 1888 p. 246 (...)
  • 19 Grand-Carteret, Les Mœurs..., p. 288, 305.

20L’œuvre d’Édouard de Beaumont a été occultée par celle de Daumier et de Gavarni. Le style mordant de Daumier, ainsi que sa position critique en politique, ont marqué de façon décisive la satire sociale du milieu de ce siècle, et ont influencé certains artistes, tels Toulouse-Lautrec, Van Gogh et Rouault. Sa série de 1848 sur les femmes comprenait des caricatures féroces de Divorceuses, de Femmes en révolte et de Femmes socialistes. Gavarni, par son style élégant et séduisant, tournait subtilement en dérision la vulgarité et la cupidité de la société bourgeoise. Gavarni soutenait les femmes contre les hommes, la jeunesse contre la vieillesse, la beauté contre la laideur. Dans ses séries sur les Grisettes, les Lorettes et les Étudiants (toutes publiées avant 1848), il lançait un défi aux valeurs bourgeoises établies, et cherchait à changer les habitudes de la classe moyenne par l’élégance, le bon goût, l’esprit et le charme. Au cours des années 1847-1851, Gavarni se trouvait à Londres ; ce fut donc à Beaumont, son successeur et le créateur des charmantes dames du Quartier de la Boule Rouge, qu’il incomba de répondre au défi lancé par les femmes rebelles de 184818. Mais si la technique de Beaumont était souvent supérieure à celle de Gavarni, ses légendes n’étaient que rarement réussies19.

21Le 1er mai, la série des Vésuviennes de Beaumont commença à paraître dans Le Charivari. Le premier dessin de cette série (ill. 228) présentait des traits que le lecteur verrait réapparaître, avec des variantes, dans les mois à venir : la Vésuvienne est jeune, séduisante, sensuelle et libre. En uniforme (pantalon, blouse décolletée et guêtres) et coiffée d’un képi coquettement incliné, elle porte souvent un fusil, tout en prenant une pose aguichante. L’homme qui lui fait face est vieux, chétif, peu attrayant, souvent vêtu d’un habit qui pourrait être celui d’une femme, et il se ridiculise lorsqu’il tente de faire preuve d’autorité.

  • 20 On retrouve le terme « coquardeau » dans le récit d’Eugénie Niboyet publié par Le Charivari le 14 (...)

22Le premier dessin de Beaumont est accompagné d’un de ses meilleurs commentaires. En appelant sa femme « Même Coquardeau », le pitoyable mari se rend ridicule. « Coquardeau » renvoie en effet au « coquard », qui avait plusieurs significations, dont « œil poché » (l’idée de débauche étant sous-entendue), et « vieux beau », et sert à désigner un mari trompé et vaniteux20. Beaumont joue également sur l’ambiguïté du mot « biberon ». Celui-ci peut en effet signifier soit un vrai biberon, soit une bouteille de vin ou d’alcool.

229. Beaumont, « Grosse Ronde-Major », série Les Vésuviennes No 2, Le Charivari, 3 mai 1848.

  • 21 Le Charivari, les 3, 6 et 9 mai 1848 À propos des femmes fumant le cigare et portant le pantalon, v (...)

23Beaumont précisa par la suite sa représentation des Vésuviennes en dessinant plusieurs scènes qui les montraient en groupe, tantôt pendant leur service, tantôt au repos dans leur caserne, ou encore en train de jouer aux cartes. Son deuxième dessin, paru dans le numéro du 3 mai, représentait trois Vésuviennes et leur chef de ronde (ill. 229). Trois jours plus tard, un autre dessin montrait des Vésuviennes se distrayant entre deux patrouilles en jouant aux cartes (ill. 230). Quelques jours plus tard, il dessina une Vésuvienne fumant le cigare et critiquant le son de son tambour (ill. 23121). Tous ces dessins montraient des jeunes femmes attirantes et plaisantes, dans diverses attitudes et vues sous différents angles. Mais parce qu’ils les représentaient s’adonnant à des distractions déplacées – fumer le cigare et jouer aux cartes symbolisant clairement le mépris des Vésuviennes pour les convenances – ces dessins renforcèrent l’image immorale des Vésuviennes. Ils détournèrent l’attention des véritables questions sociales qui se posaient en 1848, et qui furent rarement traitées dans Le Charivari.

24Deux autres journaux, Le journal pour rire et Le Canard reprirent en mai le thème de la Vésuvienne. Le premier, publié par Charles Philipon, fondateur de La Caricature, du Charivari et de l’imprimerie Aubert (qui imprima les Vésuviennes de Beaumont), offrit, le 6 mai, une série de quatre dessins de Gustave Doré, qui n’avait alors que seize ans (ill. 232, 233, 234, 235). Ses Vésuvienne s ne sont pas aussi séduisantes que celles de Beaumont, et les légendes manquent souvent d’imagination. Doré et Cham continuèrent à dessiner des caricatures politiques pour plusieurs journaux, mais ils laissèrent à Beaumont le soin de dessiner les Vésuviennes. Le Canard, un hebdomadaire publié d’avril à juin 1848, n’utilisa qu’une seule fois l’image des Vésuviennes, dans son numéro du 14 mai. L’auteur déclarait que c’était la déesse Diane qui avait donné vie aux Vésuviennes, et lui aussi se servait de l’image des Vésuviennes pour tourner en dérision les aspirations des femmes.

230. Beaumont, « Entre deux patrouilles », série Les Vésuviennes No 3, Le Charivari, 6 mai 1848.

25L’article intitulé : « Le club des femmes. Appel au sexe », qui parut le 10 mai dans Le Charivari, est un exemple significatif du ton mordant qu’utilisait ce journal pour traiter des difficultés d’un changement social. Il débutait en affichant des idées apparemment libérales : il était normal que les femmes, comme les hommes, aient des clubs où elles puissent s’exprimer. Mais il affirmait que la révolution de février n’avait rien apporté aux femmes, à l’exception d’une plaisanterie de mauvais goût, la Légion Vésuvienne, et il continuait à exploiter cette veine humoristique en se moquant des femmes qui réclamaient le droit au divorce : l’auteur ridiculisait celles qui étaient à l’origine des nouvelles propositions législatives, en suggérant que les veuves et les vieilles filles y trouvaient un intérêt particulier, puisqu’un grand nombre d’hommes mis « sous séquestre » par une union matrimoniale seraient ainsi remis en circulation. Il utilisait en outre le vocabulaire socialiste de l’époque pour appuyer ironiquement la loi sur le divorce : un mari est un privilège, or tout privilège est un vol – donc, si l’on encourage les citoyens à combattre les privilèges, il est normal que le Club des femmes décrète à sa première réunion le droit de voler les maris...

26Mais la plaisanterie ne s’arrêtait pas là. L’auteur poursuivait en relatant les événements qui, prétendait-il, avaient eu lieu lors d’une réunion du Club des femmes. Chaque femme aurait été invitée, par esprit de fraternité (sic !) et de justice, à faire don de son mari au club, en échange du reçu suivant :

« Reçu de la citoyenne... un individu du sexe masculin, qu’elle a déclaré être son mari et auquel elle renonce dans l’intérêt général. »

231. Beaumont, « — Tambour, tes flas commencent à être agréables mais trop souvent tes ras sont ratés !... », série Les Vésuviennes No 4, Le Charivari, 9 mai 1848.

  • 22 Pour une description de l’indiscipline des clubs de cette période, voir Peter Amann, Revolution an (...)

27Suivaient alors des indications sur l’âge, la couleur et les signes particuliers de l’individu. Il serait créé, à partir de ces dons, une réserve d’hommes libres qui pourraient être gagnés par tirage au sort, pour un mariage d’une durée d’un an et un jour. Les femmes auraient également décidé d’abolir les cheveux longs, afin de ne pas pénaliser celles qui ne peuvent avoir une belle chevelure. Elles auraient aussi aboli les différentes couleurs d’yeux, le club votant à la majorité des voix pour adopter une seule couleur, et toutes consentant d’en changer afin de satisfaire aux nouvelles normes. Enfin, le club aurait décidé de se réunir chaque année pour remettre aux voix cette couleur uniforme, en guise de concession aux goûts changeants des hommes22.

  • 23 Le Charivari, 14 mai 1848.

28Quelques jours plus tard, Le Charivari consacra un article aux « Émissaires du Club des femmes23 ». Il commençait par affirmer l’inexistence des Vésuviennes, pure invention de la presse populaire, et poursuivait en citant Eugénie Niboyet (éditeur de La Voix des Femmes et présidente de la Société du même nom), qui avait vainement envoyé des émissaires à leur recherche. Celles-ci avaient visité toutes les casernes, les soldats les avaient saluées, leur avaient offert du vin, et parfois des baisers. L’auteur utilisait ainsi l’image des Vésuviennes pour ridiculiser les femmes appartenant au Club le plus connu, la Société de la Voix des femmes.

29Le 15 mai, un dessin de Beaumont, qui faisait allusion aux soulèvements de mai, présentait de nouveau les Vésuviennes comme des femmes coquettes et séduisantes (ill. 236). En appelant le personnage central « Virginie », prénom fréquemment porté par les danseuses de l’époque, Beaumont donnait au dessin un double sens : est-ce une troupe de soldats ou de danseuses qui est représentée ici ?

  • 24 Le Charivari, 17 mai 1848.

30Deux jours plus tard, un article intitulé « Exportation des Vésuviennes24 » informait les Parisiennes de l’embarquement à Cherbourg de cinquante Vésuviennes, pour une destination lointaine. Est-ce une référence indirecte aux déportations qui suivirent les journées de mai ? L’auteur se lamente : « Pourquoi enlève-t-on les Vésuviennes à Paris, elles en faisaient la joie et l’orgueil ? » Mais la plainte se transforme vite en brocard :

« Rendez-moi mes Vésuviennes ou laissez-moi prendre une demi-tasse pour me consoler. D’autres préféreraient mourir, moi je préfère une demi-tasse (...) Si encore on me disait que ces Vésuviennes ont été embarquées à bord d’un vaisseau de l’État pour servir de mousses, je comprendrais la chose. Il est admis qu’à bord des vaisseaux tous les mousses sont des femmes, voyez plutôt les pièces de l’Opéra-Comique. »

232. Gustave Doré, « Serrez, serrez fort ! un officier doit donner l’exemple de la bonne tenue », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.

233. Doré, « Un corps de garde Vésuvien », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.

234. Doré, « Éruption Vésuvienne. Le volcan éclate », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.

  • 25 La Voix des femmes ne mentionne aucun désordre durant les réunions de la Société, mais signale, sa (...)

31Une semaine plus tard, le 24 mai, Le Charivari publia un article qui était censé décrire une attaque sauvage du Club des femmes par les Vésuviennes25. L’auteur relate ainsi les événements de cette deuxième séance : deux cents Vésuviennes, qui avaient envahi la salle de réunion, forcèrent Madame Niboyet à démissionner de son poste de présidente, confisquèrent la cloche qu’elle utilisait pour ramener l’ordre, et proclamèrent la dissolution du Club suite à son incapacité à remplir son mandat. Puis elles exigèrent une taxe sur tous les hommes de belle prestance, proclamèrent l’abolition des crinolines et la fin de tous les privilèges que donne la beauté. Finalement, les « défenseurs de l’ordre » vinrent au secours de Madame Niboyet et arrêtèrent les fauteuses de troubles. Ces Vésuviennes insoumises et potentiellement licencieuses coexistèrent, dans l’imagination du public, avec les charmantes et innocentes jeunes femmes des premiers dessins de Beaumont.

  • 26 Le Charivari, 25 mai 1848.

32Le lendemain, Le Charivari présenta un dessin dont le ton était sensiblement différent (ill. 23726). Ici, comme dans le premier dessin de la série, on voit une jeune et séduisante garde vésuvienne qui prend son rôle de sentinelle au sérieux, et barre le passage à un vieux bourgeois, bien que celui-ci prétende la connaître.

  • 27 Le Pamphlet, 26 mai 1848.

33Le 26 mai, une courte remarque dans un journal satirique éphémère, Le Pamphlet, évoque les Vésuviens, malheureux maris de ces Vésuviennes trop « libres ». On n’entend plus parler des exploits des Vésuviennes, dit l’auteur, mais cette remarquable institution n’a pourtant pas disparu sans laisser de traces, puisqu’elle a introduit dans le dictionnaire un nouveau substantif, qui permet d’exprimer l’idée de malheur conjugal et l’infortune d’un mari trompé. Aujourd’hui, ajoute-t-il, sans choquer un puriste, nous savons exactement ce que veut dire : « un chat est un chat et beaucoup de gens Vésuviens »27.

235. Doré, « Musique de la légion Vésuvienne », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.

  • 28 Le Charivari, 30 mai 1848

34Fin mai, Le Charivari publie un nouveau dessin de Beaumont, accompagné d’une légende ambiguë (ill. 23828). La jeune Vésuvienne n’y est pas très séduisante, et la vieille femme ressemble à une des sorcières de Daumier. Le décor pourrait être l’appartement de la jeune fille, et la légende sous-entend qu’il s’agit d’une jeune fille entretenue. La vieille femme est-elle en colère parce qu’elle a appris à la plus jeune le respectable métier de chemisière, pour découvrir plus tard qu’elle est devenue une infâme Vésuvienne ? Ou pensait-elle faire de sa jeune protégée une prostituée, en la « mettant dans des chemises d’homme », et est-elle furieuse de voir que la fille soumise s’est transformée en femme libre ?

236. Beaumont, « — Tiens, Virginie c’est la première fois qu’on peut se flatter de m’avoir mise au pas !... », série Les Vésuviennes No 5, Le Charivari, 15 mai 1848.

237. Beaumont, « — Qui vive ?... — Eh ! mais je ne me trompe pas, c’est m’am’selle Virginie ! — N’y a pas de Virginie qui tienne... réponds au qui vive ou j’t’embroche !... », série Les Vésuviennes No 7, Le Charivari, 25 mai 1848.

  • 29 Le Charivari, 31 mai 1848. La Voix des femmes rapporte, le 1er juin, qu’Eugénie Niboyet est ridicul (...)

35On retrouve le ton de la farce dans un article intitulé : « Les femmes et le Citoyen Crémieux29 ». L’auteur rend compte d’un attroupement de deux cents femmes, mais assure à ses lecteurs qu’ils n’ont rien à regretter s’ils ont manqué le spectacle, car ce rassemblement était composé de femmes mariées réclamant le droit au divorce. Les Vésuviennes les plus en vue ont cessé d’apparaître en public car, explique-t-il, elles n’ont pu se mettre d’accord sur le choix d’un colonel – satire traditionnelle de la prétendue incapacité des femmes à prendre une décision, ainsi que de leur vanité.

  • 30 Le Charivari 1er juin 1848

36Le lendemain, Le Charivari publia une caricature de Beaumont qui représentait une Vésuvienne « battant » un bourgeois (ill. 23930). Ce dessin inaugure une série de Beaumont riche en doubles sens. L’expression des visages souligne la détermination de la Vésuvienne, la surprise et la douleur de sa victime. Mais le ton de la scène rappelle aussi celui des fabliaux médiévaux et leurs récits burlesques de femmes qui dupent et battent des maris benêts et ridicules.

  • 31 Le Charivari, 5 juin 1848.
  • 32 Le 16 juillet 1848, La Silhouette sous-entend qu’avec « leur caraco sentimental, leur pantalon sém (...)

37Le thème de l’inversion des rôles continue dans le dessin suivant de Beaumont (ill. 240) qui représente des Vésuviennes et un vivandier gros et fort qu’elles appellent petit31. La vivandière est un personnage typique de 1848 : elle suit son mari sur les barricades avec nourriture et boissons32, elle défend son poste pendant qu’il se restaure. Dans les dessins de Beaumont, les combattantes héroïques de la révolution sont des petites femmes minces et séduisantes ; l’une d’elles fume une pipe à long tuyau, tandis que le vivandier est un gros homme rondouillard en robe. Beaumont espérait-il ainsi rassurer les lecteurs, en traitant les revendications des femmes sur le mode de l’humour, ou a-t-il simplement trouvé amusant de profiter de l’occasion pour dessiner des femmes en pantalon et des hommes en robe ? En ramenant systématiquement les protestations des femmes au domaine traditionnellement humoristique de la réforme vestimentaire et aux questions de maris trompés et de femmes vaniteuses, Beaumont détournait l’attention du public des véritables préoccupations des femmes, telles qu’elles étaient exprimées dans La Voix des Femmes : les conditions de travail, le droit à l’instruction, au divorce, et le droit de vote. Mais en retour, ces dessins semblent avoir aussi poussé certaines femmes à protester vivement, et à maintes reprises, contre la domination masculine dans tous les domaines de la vie domestique et civile.

  • 33 Léon Guillemin a écrit, sous divers pseudonymes (L. de Chaumont, Léon d’Ambroise, L. C. Juvenal), (...)

38Le dessin suivant de Beaumont (ill. 241), paru le 7 juin, montre une grosse Vésuvienne (la « chef », grosse et ronde, d’une caricature précédente) qui demande à sa camarade si elle doit se laisser pousser la barbe. La barbe faisait partie de ce répertoire d’images utilisées par les misogynes pour discréditer les femmes. On la retrouve dans deux chansons de Léon Guillemin33, publiées en 1848 dans le Journal des cotillons. Quelques vers de ces chansons nous donneront l’atmosphère dans laquelle Beaumont publia ses dessins :

« Tambours vésuviens, battez la générale :
Et vous, drapeaux, flottez aux vents.
Aux armes ! Devançons l’aurore matinale :
Serrons, oui, serrons bien nos rangs.
Mes sœurs, donnons-nous l’accolade :
Qu’un joug indigne soit rompu !
Partons pour la grande croisade,
Guerre, guerre au sexe barbu !
En avant ! Délivrons la terre
De tyrans trop longtemps debout :
À la barbe faisons la guerre,
Coupons la barbe,... coupons tout ! »

238. Beaumont, « — Comment pt’ite malhureuse, je te donne un état honorable, je te mets dans les chemises d’homme, et v’là que je te r’trouve dans les culottes d’une Vésuvienne... va, tu n’es plus ma fille !... », série Les Ve’suviennes No 6, Le Charivari, 30 mai 1848.

239. Beaumont, « Danger d’insulter une femme armée », série Les Vésuviennes No 8, Le Charivari, 1er juin 1848.

39Contrairement à Léon Guillemin, Beaumont ne craignait pas que les femmes deviennent trop puissantes et se livrent à des actes de violence transformant les « coqs en chapons ». Les femmes qu’il dessine sont imberbes et inoffensives. Elles semblent plus désireuses de trouver à s’occuper que dévorées par le désir de se venger. En fait, elles sont remarquablement calmes, compte tenu des événements tumultueux dans lesquels elles évoluent.

40Dans la même veine légèrement sarcastique, Le Journal pour rire prétendit le 3 juin que les Vésuviennes avaient pris d’assaut l’Assemblée nationale en brandissant une bannière où l’on pouvait lire « En avant ! La Dépendance ou la Mort ! ». L’auteur expliquait que ces femmes désiraient restituer l’excès de liberté qu’on leur avait accordé. Elles demandaient aussi le retour à l’emprisonnement pour dettes. On incitait cependant les citoyens à se méfier de la Vésuvienne solitaire qui, ayant abandonné sa troupe, cherche un os à se mettre sous la dent – c’est-à-dire quelqu’un aux crochets de qui vivre. Elle est facilement reconnaissable aux signes de son glorieux passé : sa dentelle est flétrie et ses chaussures datent du siècle dernier. Un farceur proposait de lui accrocher cet insigne au dos : « Propriété Nationale », initiative qui, disait-il, a sauvé bien d’autres monuments.

41Ce récit fut suivi d’un autre, consacré par Le Charivari du 9 juin au Club des Femmes. L’auteur affirmait que de nombreux lecteurs avaient demandé la nouvelle adresse du Club, et il supposait que le Club avait dû quitter son domicile précédent, rue Bonne-Nouvelle, pour cause de tapage nocturne. Quant à l’actuelle domiciliation du Club, l’auteur expliquait que des « personnes bien informées » croyaient que le Club avait élu domicile rue d’Antin, dans la salle de Club de la garde nationale. L’auteur y voyait un signe de rapprochement entre les vieilles légions de la Garde et le nouveau bataillon de Vésuviennes, et concluait par un jeu de mots plein de sous-entendus : « incessamment on fraternisera ».

240. Beaumont, « — Il est gentil tout d’même notre vivandier... allons versez, petit... », série Les Vésuviennes No 9, Le Charivari, 5 juin 1848.

  • 34 Le musicien Dufresne joua du cornet en solo dans des concerts et des bals. Il popularisa le cornet (...)

42Les deux dessins de Beaumont qui suivirent, les 10 et 14 juin, usaient encore des sous-entendus à caractère sexuel. Le premier (ill. 242) présente deux femmes langoureuses, discutant apparemment d’une arme automatique. L’expression « à piston » fait ici l’objet d’un calembour : elle se réfère à l’action automatique d’un fusil, tout en étant une allusion à peine voilée à l’éjaculation34. Le décor – une chambre à coucher –, ainsi que l’attitude et l’ample chemise de nuit de l’une des femmes, soulignent encore plus clairement l’allusion. Dans le deuxième dessin (ill. 243), la façon d’allumer le cigare a des connotations sexuelles certaines, et l’image contient de nombreuses images phalliques. Beaumont inverse gaiement les costumes traditionnels : c’est la femme qui porte le pantalon (bien qu’avec une tournure de jupe à l’arrière) et l’homme porte une longue veste, serrée à la taille, qui ressemble à une robe.

43Beaumont n’était pas seul, en 1848, à être fasciné par l’inversion des vêtements. Le 18 juin, La Silhouette publia un compte-rendu de la pièce : Les Volcaniennes de Saint-Malo, de Dartois et Rochefort. Les auteurs y décrivent un groupe de femmes possédées par le désir stupide de « porter le pantalon », au propre comme au figuré. Le héros de la pièce est un jeune homme qui parvient à ramener la situation à la normale, et en est récompensé en obtenant la main de la fille de Madame Patureau, la fauteuse de troubles. Le même numéro de La Silhouette rapporte que, lors d’une réunion, des femmes parisiennes adeptes des mystères d’Isis placèrent à l’entrée de la salle une garde, portant pantalon et baïonnette, afin d’en contrôler l’accès.

241. Beaumont, « — Me conseilles-tu de me mettre une barbe ?... », série Les Vésuviennes No 10, Le Charivari, 7 juin 1848.

242. Beaumont, « — Allons, habille-toi, Clorinde, essaye ton uniforme... je t’apporte une carabine toute neuve, elle est à piston... — Tiens j’croyais qu’il n’y avait que la trompette de m’sieu Dufrène qui était à piston ! », série Les Vésuviennes No 11, Le Charivari, 10 juin 1848.

44Enfin, le 20 juin, Le Charivari utilisa une nouvelle fois le motif du pantalon comme sujet d’une caricature (ill. 244). Cette fois, un homme supplie une femme, probablement son épouse, de recoudre un bouton à son pantalon. Elle s’y refuse obstinément. Ici encore, l’allusion sexuelle est claire – il s’agit d’un bouton de braguette –, et l’image exploite le thème du monde à l’envers : c’est la femme qui porte le pantalon. Il semble que la représentation de la femme en pantalon soit devenue une image populaire dominante dans un contexte où l’on tentait de définir les rapports de pouvoir entre hommes et femmes dans le Paris révolutionnaire.

  • 35 Deux autres dessins ne furent pas publiés dans Le Charivari : ce sont les planches 18 et 19 de la (...)

45Après le retour à l’ordre, Le Charivari publia le 26 juin cinq caricatures supplémentaires sur les Vésuviennes35. Ces derniers dessins n’avaient ni la fraîcheur, ni la fantaisie des dessins précédents, et n’étaient pas aussi amusants. Le thème était maintenant usé, et avait même désormais quelque chose de déplacé, compte tenu de la violence des événements qui s’étaient déroulés. Le 30 juin, on voit ainsi une Vésuvienne frivole demandant à son amie de lui prêter une plume pour orner son képi. Le 11 juillet, c’est un mari qui vient d’échapper aux coups de son épouse. Le 31 juillet, on voit une Vésuvienne, agressée sexuellement, qui demande de l’aide à son caporal et s’entend dire de s’occuper elle-même du coupable. Le 30 septembre, Beaumont dessine une altercation entre une Vésuvienne et un bourgeois. Le chapeau que tient la Vésuvienne aurait été identifié par les contemporains comme le symbole d’un homme rendant visite à sa maîtresse. Le dessin sur le mur rappelle La Voix des Femmes (dont le dernier numéro date du 15 juin) et le Club des Femmes, maintenant fermé. La femme qui demande cinq sous au bourgeois complète le cycle des dessins de Beaumont. Il ramène les Vésuviennes au Quartier de la Boule Rouge, d’où il les avait tirées en mai. Enfin, le dernier dessin, imprimé le 29 novembre, témoigne de la popularité grandissante de Louis-Napoléon (ill. 245). L’ultime apparition publique des Vésuviennes est solennelle. Les jeunes filles langoureuses se sont transformées en militaires de carrière. Seule, la fille qui n’est pas en ligne et qui brandit son képi nous rappelle les beaux jours du printemps.

243. Beaumont, « Entre camarades », série Les Vésuviennes No 12, Le Charivari, 14 juin 1848.

244. Beaumont, « — Phrasie... recouds-moi rien que ce bouton là, je n’peux pas sortir sans ça !... — Plus souvent !... » série Les Vésuviennes No 14, Le Charivari, 20 juin 1848.

  • 36 Voir Susan G. Bell et Karen M. Offen, Women, the Family and Freedom Vol. I, Stanford, Stanford Uni (...)

46Après l’interdiction des clubs aux femmes et aux enfants36, Le Journal pour rire avait publié les « Lamentations des Vésuviennes ». L’auteur rapportait que Coquerel, l’instigateur de cette loi, était convaincu que les enfants seraient mieux à l’école, et que les femmes devraient plutôt s’occuper de faire la soupe et de repriser les chaussettes. Il supposait que Madame Coquerel avait dû laisser son mari dans un état proche de la nudité, et se demandait si les journaux, les romans et les livres seraient ensuite interdits aux femmes, il concluait en citant une malédiction lancée par une Vésuvienne à Coquerel : « Que la stérilité, dont nous nous faisons gloire, pèse sur tes enfants jusqu’à la vingtième génération ».

47Le 5 août, le même journal ridiculise encore les femmes en citant des extraits de la Constitution Vésuvienne, accompagnés de commentaires qui traitent les Vésuviennes de « femmes-mâles », critiquent leurs mains sales et leurs cheveux épars, et ridiculisent l’hypocrisie et la lâcheté de ces femmes qui disent vouloir être comprises de leurs « frères ». L’auteur conclut qu’elles ont peur d’être battues.

48Le 8 septembre, un compte rendu du livre d’Alexandre Rémy, Les femmes devant la guillotine, dans La Silhouette, rappela brièvement les Vésuviennes à l’attention du public, mais pour constater qu’elles appartiennent désormais au passé. Jadis, George Sand était Dieu et Niboyet son prophète, mais La Voix des Femmes a maintenant disparu.

245. Beaumont, « Enrôlement des Vésuviennes dans le Parti napoléonien. Joséphine Frenouillot abuse de sa ressemblance avec Napoléon pour faire croire à sa troupe que l’Empereur n’est pas mort, comme la police en avait fait courir le bruit », série Les Vésuviennes No 20, Le Charivari, 29 novembre 1848.

49Autre signe du retour au statu quo : dans un article sur le divorce paru le 4 novembre dans Le Journal pour rire, l’auteur, confondant les Vésuviennes et le Club des Femmes et leur rappelant leur slogan : « Le divorce ou la mort ! », les invite à se lamenter, car le ministre de la Justice vient d’annoncer que le divorce ne serait pas permis.

  • 37 « Tohu-Bohu » est un terme biblique qui fut utilisé dans Le Tribun du peuple, le 19 mars 1848, pou (...)

50Tous ces récits et ces images furent le produit du tohu-bohu de 184837. Leur ton ironique tentait de tempérer les craintes de ceux qui désiraient préserver la République et la famille bourgeoises. L’image de la Vésuvienne offrait un symbole qui, s’il présentait l’apparence extérieure d’un changement de mentalités – femmes portant le pantalon, fumant le cigare, jouant au cartes et portant un fusil –, n’avait que peu de rapport avec les questions que soulevait au même moment La Voix des Femmes : le droit de vote, les lois sur le divorce, le travail et le salaire des femmes, leurs possibilités de s’instruire et d’accéder à une profession, le problème de l’éducation des enfants et le partage des responsabilités domestiques. Les écrivains et les artistes, qui s’étaient abondamment moqués de la monarchie de Juillet, étaient apparemment effrayés par les revendications des femmes en février et mars 1848. L’image caricaturale de la Vésuvienne témoigne de leurs inquiétudes, et contribua à faire échouer toute tentative sérieuse de réforme, en réduisant les aspirations féminines à celles des Vésuviennes.

51Certaines femmes cependant utilisèrent les images et les idées des Vésuviennes pour élargir le champ de leur protestation face à la domination masculine. Elles considéraient le partage des responsabilités domestiques et civiles, ainsi que l’entrée des femmes dans l’armée, comme le moyen d’en finir avec l’inégalité des sexes. Cinq ans plus tard, une femme proche des Vésuviennes changea d’avis sur les femmes militaires. Hortense Wild, une amie de Jeanne Deroin, qui écrivait en 1853 dans L’Almanach des Femmes, remit en question la valeur symbolique des Amazones :

  • 38 Voir Abby Kleinbaum, War against the Amazons, New York, New Press, 1983, p. 169-173.

« Offrons-nous cet exemple à l’imitation des peuples cependant, et demandons-nous qu’à l’exemple des Amazones du Dahomey, on favorise l’essor belliqueux chez la femme ? Non certes, puisque nous désirons le voir s’éteindre même chez l’homme, et qu’appartenant sans réserve à l’idée de paix, nous voulons l’anéantissement de la guerre38. »

52Les femmes abandonnaient ainsi l’idée que le service militaire pouvait être pour elles un moyen d’émancipation. Mais ce n’était pas encore la fin de l’influence vésuvienne.

  • 39 Jacques-Étienne Chenu, Montagnards de 1848, Paris, D. Giraud & J. Dagneau, 1850. Voir Jean Maitron (...)

53Jacques-Étienne Chenu, un révolutionnaire devenu indicateur, et qui désirait entrer dans les bonnes grâces de ses supérieurs, reprit les accusations de débauche proférées à l’encontre des Vésuviennes. Le récit qu’il fit des événements, en 1850, au Palais des Tuileries, était une présentation erronée des faits et avait pour but de jeter le discrédit sur son ancien allié, Pornin, et sur les troupes révolutionnaires de Montagnards qu’il commandait39, en calomniant par la même occasion les Vésuviennes. Selon Chenu, les Montagnards avaient organisé un bal au Palais. Pornin accepta de venir avec trois cents Vésuviennes. Quand on lui demanda d’expliquer ce qu’étaient les Vésuviennes, Pornin répliqua :

  • 40 Chenu, Montagnards de 1848, p. 56.

« Dans le genre de république que nous voulons, tout doit être partagé, y compris les femmes. Les plus prudes du gouvernement provisoire ne veulent pas entendre parler de ce nouveau plan, mais nous avons trouvé un moyen ingénieux de leur forcer la main. Nous leur démontrerons, en leur offrant un exemple de vie communautaire, que la chose est aisée et les masses alors nous imiteront... Vous devez comprendre, mes enfants, que notre devoir est de devenir des apôtres de cette doctrine Elle vous est enseignée par la Nature elle-même. La Nature vous a-t-elle jamais dit en créant les fruits de la terre : Ceci est pour celui-ci, ceci est pour celui-là ? Non, la Nature crée pour tous. La femme est la plus belle des créations ; elle doit suivre la coutume, sa beauté doit être partagée par tous40. »

54Chenu continuait en décrivant la soirée du bal. Les Vésuviennes, conduites par Borme, entrèrent dans la cour du Louvre sur deux colonnes. Les Montagnards les saluèrent avec fanfare et roulements de tambour. Les regards ardents fixés sur elles ne les intimidèrent point. Ensuite, on dansa follement et on s’enivra. Finalement, Pornin se déshonora en disputant à un de ses hommes les faveurs du tambour-major des Vésuviennes. Chenu affirmait enfin que Caussidière l’avait sommé de jeter toute cette racaille hors du Palais.

55Le récit de Chenu exploitait abondamment les jeux de mots qui avaient été faits précédemment sur les « femmes libres ». C’est d’ailleurs cette image de femmes débauchées qui persista, bien après que les dessins de Beaumont furent quasi oubliés et que la poussière s’accumula, à la Bibliothèque nationale, sur la Constitution vésuvienne. En 1876, le Grand Dictionnaire Universel définit ainsi le terme Vésuvienne : « Nom donné en 1848 aux femmes de mœurs douteuses qui formèrent une sorte d’association politique », et fait suivre cette définition d’un couplet peu connu de A. Montemont, géographe fécond et chansonnier-amateur :

  • 41 Cette image licencieuse est également reprise par le Littré : « Femme qui affecte le mépris des us (...)

« ]e suis Vésuvienne
À moi le pompon !
Que chacun me vienne
Friper le jupon41 ! »

56La longévité de l’image vésuvienne, ainsi que sa popularité en 1848, soulignent la complexité de sa symbolique. L’étude des Vésuviennes révèle la double fonction de cette image, à la fois garante du statu quo et aiguillon de l’action. La jeunesse et l’attraction sexuelle des Vésuviennes étaient dans la tradition des Lorettes de Gavarni et des femmes du Quartier de la Boule Rouge de Beaumont. Mais le discours féministe des Vésuviennes montrait une volonté révolutionnaire de changer les relations entre les sexes, tout en les maintenant à distance de la réalité sanglante des barricades. Moins connues que les Lorettes de Gavarni, les Vésuviennes de Beaumont témoignent ainsi, bien que sur le mode du rejet humoristique, de l’évolution des mentalités et de la place que prirent les femmes dans la révolution de 1848.

Note

1 L’idée que l’émancipation de la femme est un objectif social illégitime et que les féministes ne méritent que mépris et sarcasmes, est discutée par Patrick K. Biddlemen dans Pariahs Stand Up ! The Founding of the Liberal Feminist Movement in France, 1848-1889, Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1982, p. 23. Voir aussi Sheila Rowbotham Women, Resistance and Revolution, New York, Vintage Books 1974, p. 106.

2 Natalie Z. Davis, Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press, 1975, p. 124-151.

3 Thomas Laqueur, « Orgasm, generation, and the politics of reproductive biology », Representations, no 14 1986, p. 18

4 Maxime Du Camp, Souvenirs de l’année 1848, Paris, Hachette, 1876, p. 90-91. Pour une description de la femme vêtue en République et aussi connue sous le nom de Marie aux yeux bleux, voir Loredan Larchey, Les Tuileries en février 1848, Paris, 1868, p. 15-16.

5 Daniel Stern, Histoire de la révolution de 1848, Paris, Charpentier, 1862, Vol. I, p. 264-266.

6 Florence Bonde, Paris in 1848 : Letters from a Resident, New York, J. Pott, 1903, p. 25.

7 Maurice Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Flammarion, 1979.

8 Jean Maitron éd, Borme, dans Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières 1968, tome I, p. 268 ; Alfred Delvau, Les Murailles révolutionnaires de 1848, Paris, J. Bry, 1852, p. 528.

9 « La Légion Vésuvienne », Le Charivari, 21 mars 1848 Le Charivari commença à paraître en décembre 1832 sous la direction de Charles Philipon ; il comptait parmi ses principaux dessinateurs Grandville, Daumier et Gavarni. Les lois de censure de 1835 furent, en partie, une réaction à ses mordantes caricatures politiques. Ces lois furent abolies en 1848.

10 Devenues la risée de tous elles durent changer de titre. La Femme libre devint La Femme de l’avenir, La Femme nouvelle, L’Apostolat des femmes, La Tribune des femmes. Voir Lydia Elhahad, « Les Femmes prénommées ; Les prolétaires saint-simoniennes rédactrices de La Femme libre 1832-1834 » Révoltes logiques, No 4 1977, p. 63-88.

11 La Silhouette, 24 mars 1848. On retrouve cette référence à la barbe, symbole évident de masculinité, dans de nombreux dessins et chansons consacrés aux Vésuviennes.

12 La Voix des femmes fut publié chaque jour du 19 mars au 10 avril 1848, puis tous les deux jours jusqu’au 29 avril. Sa publication reprit le 28 mai pour s’arrêter définitivement le 17 juin. Le numéro du 28 avril de La Voix des femmes publia un article de Marie Noémi (un des auteurs de la Constitution vésuvienne, voir note 14), intitulé « Citoyen Charivari », qui reprochait aux éditeurs du Charivari leurs attaques contre La Voix des femmes :
« Nous prendriez-vous, par hasard, pour des bas-bleus ? Nous prendriez-vous, par hasard, pour de vieilles mégères frondeuses, portant à la fois un jupon et des moustaches ! Cela prouverait bien que vous ne nous connaissez pas ! Si telles étaient vos prétentions détrompez-vous, citoyen Charivari ; loin d’être des personnages sans nom hérissés, courroucés, boursouflés, mal coiffés, ayant de l’encre aux doigts et des plumes sous les oreilles, nous sommes tout simplement des femmes... qui lisons le Charivari, et l’aimons... quand même »

13 Davis, Society and Culture, p. 126.

14 Vésuvienne, ou Constitution politique des femmes par une société de françaises, Paris, Bartuche 1848. Cette déclaration est signée par Élisa D., Marie N., Elv. de W., Marie C., Julie H., Sophie E., Clemence S., Angelina P., Anna de Sch., Henrietta B., Désirée L. Un compte rendu en a été publié dans Le Journal pour rire du 5 août 1848.

15 Voir Claire G..Moses, French Feminism in the Nineteenth Century Albany, New York, SUNY Press, 1984 p. 41-60. Voir aussi Édith Thomas, Les Femmes de 1848, Paris, PUF, 1948.

16 Vésuvienne ou Constitution..., p. 23-28.

17 Vésuvienne, ou Constitution..., p. 21. D’autres ouvrières reprirent, dans une moindre mesure, les images militaires. Voir « Amazones de la paix » La Voix des femmes, 16 avril 1848.

18 John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en France, Paris, Librairie Illustrée, 1888 p. 246, 261, 262, 270, 286-288, 294.
La série de Beaumont : Quartier de la Boule Rouge, commença à paraître en 1847 et continua jusqu’en 1850 avec un total de 51 images Le modèle de ces femmes fut le prototype des Vésuviennes. Voir Champfleury, Histoire de la caricature moderne. Paris, Dentu, 1865, préface, p. 161, 217, 302-310, 343 ; Charles Baudelaire ; Quelques caricaturistes français, Gallimard, Pléiade, 1961, p. 994-1013 ; T. J. Clark, The Absolute Bourgeois, London, Thames & Hudson, 1973, p. 21-26, 104 ; Raoul Deberdt, « La Caricature et l’humour au XIXe siècle », Revue Encyclopédique 1898, vol. 1, p. 1-40.

19 Grand-Carteret, Les Mœurs..., p. 288, 305.

20 On retrouve le terme « coquardeau » dans le récit d’Eugénie Niboyet publié par Le Charivari le 14 mai 1848, dans la légende d’un dessin de Daumier datant de cette période (« Les citoyens Cocardo, Boniface, Nicollet et autres payant très exactement leurs contributions, demandent au Gouvernement provisoire, que sous un régime quelconque, même sous la République, les femmes continuent d’être soumises à leurs maris », Collection de Vinck 84 B 96886), ainsi que dans une pièce jouée à Paris en 1852.

21 Le Charivari, les 3, 6 et 9 mai 1848 À propos des femmes fumant le cigare et portant le pantalon, voir Maurice Alhoy, Physiologie de la lorette, Paris, Ambert, 1842, p. 86. [ouvrage illustré par Gavarni].

22 Pour une description de l’indiscipline des clubs de cette période, voir Peter Amann, Revolution and Mass Democracy : The Paris Club Movement in 1848, Princeton, Princeton University Press, 1975, p. 67-68.

23 Le Charivari, 14 mai 1848.

24 Le Charivari, 17 mai 1848.

25 La Voix des femmes ne mentionne aucun désordre durant les réunions de la Société, mais signale, sans les expliquer, plusieurs changements d’adresse. Alphonse Lucas relate le déménagement du club par Caussidière dans Les clubs et les clubistes, Paris E. Dentu, 1851, p. 135-139.

26 Le Charivari, 25 mai 1848.

27 Le Pamphlet, 26 mai 1848.

28 Le Charivari, 30 mai 1848

29 Le Charivari, 31 mai 1848. La Voix des femmes rapporte, le 1er juin, qu’Eugénie Niboyet est ridiculisée à propos d’un entretien avec Crémieux dans un article récent du Pamphlet.

30 Le Charivari 1er juin 1848

31 Le Charivari, 5 juin 1848.

32 Le 16 juillet 1848, La Silhouette sous-entend qu’avec « leur caraco sentimental, leur pantalon sémillant et leur gorgerette provoquante », ces « délicieuses créatures » que sont les vivandières ont une autre manière d’approvisionner les troupes :
« Je vous passe la description de ce qu’elles vendent, et surtout de ce qu’elles ne vendent pas ; vous iriez, lecteur folâtre, vous engager dans la mobile, et les places sont toutes occupées... militairement. Qu’il vous suffise de savoir que ce que les jolies vivandières portent dans leurs bidons pour désaltérer le mobile inflammable, ce n’est ni de l’eau-de-vie, ni du rhum, ni du kirsch, ni de l’anisette ni du curaçao, ni du vin, ni de la bière, ni de l’ale, ni du porter, ni... c’est tout cela et quelque chose de plus ; c’est de la crème de parfait-amour. »

33 Léon Guillemin a écrit, sous divers pseudonymes (L. de Chaumont, Léon d’Ambroise, L. C. Juvenal), des chansons et des histoires satiriques sur les femmes. Le Journal des cotillons parut deux fois en 1848, suivi de : Pétition des femmes de Paris en faveur des déportés, 1848 ; Chansonnier des dames, 1852 ; Almanach des dames de Paris, 1854. Le bonnet à poil, symbole de la garde nationale bourgeoise fut interdit après la révolution de Février. Les propositions pour leur reconversion abondent dans les dessins de 1848.

34 Le musicien Dufresne joua du cornet en solo dans des concerts et des bals. Il popularisa le cornet à piston. (Voir Marie-Louise Perlyra, Dufresne, dans Grove’s Dictionary of Music and Musicians, vol. II, éd. Eric Bloom, New York, St. Martins Press, 1954, p. 445-446).

35 Deux autres dessins ne furent pas publiés dans Le Charivari : ce sont les planches 18 et 19 de la série imprimée par Aubert. Le premier représente deux jeunes femmes habillées en fillettes et prêtes à se disputer pour un garde. Le second nous montre une Vésuvienne essayant de recruter deux jeunes femmes pour son régiment

36 Voir Susan G. Bell et Karen M. Offen, Women, the Family and Freedom Vol. I, Stanford, Stanford University Press, 1983, p. 248-249, pour un bref commentaire sur la suppression des clubs de femmes. Voir aussi Claire Moses et Édith Thomas (note 15).

37 « Tohu-Bohu » est un terme biblique qui fut utilisé dans Le Tribun du peuple, le 19 mars 1848, pour désigner le désordre indescriptible qui régnait dans les clubs :
« Si nous ne savons même pas délibérer, prions l’enfer de nous envoyer un tyran, il n’en est pas qui ne soit préférable au Tohu-Bohu de nos assemblées ; puis baissons la tête et passons sous le joug nous ne serons jamais libres ! »
Natalie Davis fait remarquer combien il est nécessaire de déterminer le rôle de chaque sexe et le symbolisme sexuel dans les différentes sociétés et périodes afin de comprendre leur signification et leur fonction pour maintenir ou changer l’ordre social (« Women’s History in Transition : The European Case », Feminist Studies, no 3, 1975-76, p. 90)

38 Voir Abby Kleinbaum, War against the Amazons, New York, New Press, 1983, p. 169-173.

39 Jacques-Étienne Chenu, Montagnards de 1848, Paris, D. Giraud & J. Dagneau, 1850. Voir Jean Maitron éd., Chenu, dans Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, tome i, p. 409, et Patricia O’Brien, « The Revolutionary police of 1848 », dans Revolution and Reaction : 1848 and the Second French Republic, ed. Roger Price, London, Croom Helm, 1975, p. 138.

40 Chenu, Montagnards de 1848, p. 56.

41 Cette image licencieuse est également reprise par le Littré : « Femme qui affecte le mépris des usages et de décence ». La définition la plus récente de Vésuvienne se trouve dans le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, vol. 10. « Nom donné en France en 1848 à une association politique de femmes, venant d’un groupe de femmes ouvrières réunies en une association »

Indice delle illustrazioni

Legenda 227. Cham, « Une patrouille de la Légion Vésuvienne. — Caporal, faites donc taire votre moutard ou donnez-lui à téter. Il va faire fuir les voleurs avec ses cris », Le Charivari, 26 mars 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-1.jpg
File image/jpeg, 280k
Legenda 228. Beaumont, « — Mâme Coquardeau, j’te défends d’aller au rappel... n’y a pas d’bon sens de me laisser comme ça avec trois enfans sur les bras... et pas de biberon !... », série Les Vésuviennes No 1, Le Charivari, 1er mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-2.jpg
File image/jpeg, 217k
Legenda 229. Beaumont, « Grosse Ronde-Major », série Les Vésuviennes No 2, Le Charivari, 3 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-3.jpg
File image/jpeg, 113k
Legenda 230. Beaumont, « Entre deux patrouilles », série Les Vésuviennes No 3, Le Charivari, 6 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-4.jpg
File image/jpeg, 103k
Legenda 231. Beaumont, « — Tambour, tes flas commencent à être agréables mais trop souvent tes ras sont ratés !... », série Les Vésuviennes No 4, Le Charivari, 9 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-5.jpg
File image/jpeg, 106k
Legenda 232. Gustave Doré, « Serrez, serrez fort ! un officier doit donner l’exemple de la bonne tenue », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-6.jpg
File image/jpeg, 113k
Legenda 233. Doré, « Un corps de garde Vésuvien », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-7.jpg
File image/jpeg, 119k
Legenda 234. Doré, « Éruption Vésuvienne. Le volcan éclate », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-8.jpg
File image/jpeg, 99k
Legenda 235. Doré, « Musique de la légion Vésuvienne », Le Journal pour rire, 6 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-9.jpg
File image/jpeg, 99k
Legenda 236. Beaumont, « — Tiens, Virginie c’est la première fois qu’on peut se flatter de m’avoir mise au pas !... », série Les Vésuviennes No 5, Le Charivari, 15 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-10.jpg
File image/jpeg, 393k
Legenda 237. Beaumont, « — Qui vive ?... — Eh ! mais je ne me trompe pas, c’est m’am’selle Virginie ! — N’y a pas de Virginie qui tienne... réponds au qui vive ou j’t’embroche !... », série Les Vésuviennes No 7, Le Charivari, 25 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-11.jpg
File image/jpeg, 416k
Legenda 238. Beaumont, « — Comment pt’ite malhureuse, je te donne un état honorable, je te mets dans les chemises d’homme, et v’là que je te r’trouve dans les culottes d’une Vésuvienne... va, tu n’es plus ma fille !... », série Les Ve’suviennes No 6, Le Charivari, 30 mai 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-12.jpg
File image/jpeg, 103k
Legenda 239. Beaumont, « Danger d’insulter une femme armée », série Les Vésuviennes No 8, Le Charivari, 1er juin 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-13.jpg
File image/jpeg, 99k
Legenda 240. Beaumont, « — Il est gentil tout d’même notre vivandier... allons versez, petit... », série Les Vésuviennes No 9, Le Charivari, 5 juin 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-14.jpg
File image/jpeg, 107k
Legenda 241. Beaumont, « — Me conseilles-tu de me mettre une barbe ?... », série Les Vésuviennes No 10, Le Charivari, 7 juin 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-15.jpg
File image/jpeg, 394k
Legenda 242. Beaumont, « — Allons, habille-toi, Clorinde, essaye ton uniforme... je t’apporte une carabine toute neuve, elle est à piston... — Tiens j’croyais qu’il n’y avait que la trompette de m’sieu Dufrène qui était à piston ! », série Les Vésuviennes No 11, Le Charivari, 10 juin 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-16.jpg
File image/jpeg, 221k
Legenda 243. Beaumont, « Entre camarades », série Les Vésuviennes No 12, Le Charivari, 14 juin 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-17.jpg
File image/jpeg, 213k
Legenda 244. Beaumont, « — Phrasie... recouds-moi rien que ce bouton là, je n’peux pas sortir sans ça !... — Plus souvent !... » série Les Vésuviennes No 14, Le Charivari, 20 juin 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-18.jpg
File image/jpeg, 501k
Legenda 245. Beaumont, « Enrôlement des Vésuviennes dans le Parti napoléonien. Joséphine Frenouillot abuse de sa ressemblance avec Napoléon pour faire croire à sa troupe que l’Empereur n’est pas mort, comme la police en avait fait courir le bruit », série Les Vésuviennes No 20, Le Charivari, 29 novembre 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7952/img-19.jpg
File image/jpeg, 400k

Autore

Hunter College. City University of New York

Jane Kairet (Traduttore)

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Freemium

open access

Offerto da L’éditeur de ce site