Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Caricature entre République et censure

 | 
Philippe Régnier
, 
Raimund Rütten
, 
Ruth Jung
, 
et al.

Diversification et limites de la satire

Les Bas-Bleus de Daumier : de quoi rit-on dans la caricature ?

Christine Planté

Texte intégral

  • 1 La série des Bas-Bleus est publiée dans Le Charivari du 30 janvier au 7 août 1844 Elle comporte 40 (...)

1La caricature des femmes écrivains, dans la serie des bas-bleu 1, relève plus en apparence de la sortie des mœurs que d’une dénonciation politique. L’enjeu, pourtant, est politique, on le perçoit directement à travers certaines légendes (nos 31, 33), toute discussion du statut des femmes impliquant au XIXe siècle une dimension politique, même lorsqu’il ne s’agit que de leurs aptitudes littéraires ou intellectuelles, et cela pour deux ordres de raisons.

2D’une part, le rapport entre les sexes, dans le mariage et la famille, fournit un modèle qui doit permettre de fonder en nature l’ordre social, exemple d’une relation inégale et associée et d’une hiérarchie acceptée. Tout écart de la femme par rapport à ce modèle (or écrire constitue indiscutablement un écart) met en doute l’idée d’un fondement naturel de l’ordre social – avec les inégalités qu’il comporte, et la légitimité des hiérarchies existantes. Parler des rapports entre hommes et femmes, c’est donc toujours parler aussi d’autre chose, parce que ces rapports servent de métaphore pour désigner ceux qui se jouent entre les classes, ou entre la société civile et l’État.

3D’autre part, la famille est le support concret d’une politique de pacification sociale, et tous les courants politiques, libéraux comme conservateurs, en font un fondement de leur projet de société. Les écarts des femmes par rapport à leurs schémas mettent aussi en cause la fonction d’éducation, de restauration, de pacification qui leur assigne comme seul lieu la cellule familiale.

  • 2 Les premières années de la monarchie de Juillet avaient constitué une période favorable aux femmes (...)
  • 3 « La peinture des femmes » (10 mai 1844) fait partie d’une série de comptes rendus du Salon. Ce tr (...)

4La série de Daumier, dont le titre, à l’évidence polémique, renvoie d’emblée le lecteur à toute une littérature contemporaine sur le sujet, est à situer dans le cadre d’une évolution générale de l’opinion, de moins en moins favorable, à partir des années 18402, aux activités intellectuelles des femmes. Au sein du déchaînement satirique contre les prétentions féminines, Le Charivari n’est certes pas en reste, mais le ton y demeure celui de la misogynie traditionnelle, d’une dérision plus plaisante que vindicative avec, pour leurs tentatives artistiques, une certaine indulgence sur laquelle tranchera la virulence de Daumier. La publication des Bas-Bleus va d’ailleurs entraîner, dans l’ensemble du journal, un redoublement d’animosité à l’égard des femmes intellectuelles, et une solidarisation délibérée avec Daumier. En témoigne cet article consacré à « La peinture des femmes3 », qui s’ouvre sur une laborieuse justification des éloges pourtant mesurés qu’il délivre plus loin, et affirme qu’il ne faut pas voir là contradiction avec le propos de Daumier :

« Le journal qui illustre les femmes de lettres, qui crayonne de la terrible main de H. Daumier les défauts et les sottises, les ridicules et les travers des Bas-Bleus, doit être cru sur parole quand il proclame les exceptions à la règle, les quelques noms de ces femmes d’élite qui ont et doivent avoir un vrai succès mérité par un vrai talent. Et puis il faut bien le dire, il ne nous répugne en rien de voir une femme peindre ou chanter, tandis qu’une buveuse d’encre est désagréable à la vue de l’esprit. »

  • 4 Mœurs conjugales commence en 1839, et Les femmes socialistes paraît d’avril à juin 1849.

5Daumier semble donc avoir agi à la fois comme témoin de l’évolution contemporaine, et comme précurseur et amplificateur du thème au sein du Charivari, traitant le motif avec une violence qui préfigure celle des courants antiféministes de 1848 et au-delà. C’est que cette satire s’inscrit aussi dans la cohérence de son œuvre, où on peut en suivre la continuité. Les Bas-Bleus se trouve à mi-chemin entre les Mœurs conjugales et les Femmes socialistes, non seulement du point de vue de la chronologie4, mais dans le traitement des thèmes et des personnages, J’en prendrai pour exemple ce Bas-Bleu (no 28) (ill. 192) qui lance une culotte à la tête de son mari avec cette légende : « Une femme comme moi... remettre un bouton ?... Vous êtes fou !... — Allons bon !... voilà qu’elle ne se contente plus de porter des culottes... il faut encore qu’elle me les jette à la tête ! » Un tel dessin est une reprise de Mœurs conjugales (no 6) (ill. 193) où le mari, tenant à la main son pantalon d’un air dépité et furieux, prend à parti sa femme qui lit assise à l’arrière-plan : « Je me fiche bien de votre Mme Sand... qui empêche les femmes de raccommoder les pantalons et qui est cause que les dessous de pied sont décousus !... Il faut rétablir le divorce... ou supprimer cet auteur-là ! » Dans ces deux dessins, même allure ridicule du mari en caleçon, chemise et pantoufles, mais une évolution : dans celui de 1839, l’homme est debout, c’est lui qui occupe le premier plan, et prend l’initiative de la querelle : il s’adresse à la femme qu’il regarde- elle reste muette. (La nature de la responsabilité de « Mme Sand » n’est d’ailleurs pas bien claire : auteur de romans qui tournent la tête aux femmes et absorbent toute leur attention au détriment des tâches ménagères, ou instigatrice avouée de la révolte contre les maris ?)

192. Daumier, « — Une femme comme moi... remettre un bouton ?... vous êtes fou !... — Allons bon !... voila qu’elle ne se contente plus de porter les culottes... il faut encore qu’elle me les jette à la tête !... », série Les Bas-Bleus No 28, Le Charivari, 23 mai 1844.

6Au contraire, dans le dessin de 1844, les deux personnages sont désormais tous deux debout, sur le même plan (fait relativement rare dans la série des

7Bas-Bleus, où il y a le plus souvent décalage de hauteur et de profondeur de plan entre les protagonistes), et cette disposition n’implique pas l’entente, mais l’affrontement. La scène a gagné en dynamisme, et c’est la femme qui en constitue l’élément moteur, même si la phrase qu’elle prononce constitue une réplique à une demande antérieure du mari. Son corps, tout en courbes et en mouvements qu’il communique à la culotte jetée à la tête de l’homme, s’oppose à la raideur statique de celui-ci, toujours ridicule, mais devenu plus pitoyable qu’odieux. La femme n’est ni vieille, ni laide, ni démesurément grosse ou maigre, son mouvement presque dansé semble contenir plus de défi ou d’ironie que de haine, et une grande énergie dynamique. Ce n’est pas encore le bras levé d’appel à la mobilisation des Divorceuses (no 1) (ill. 246), mais l’épouse a déjà quitté la position assise et se prépare à l’action, de même que le jeu de mots sur culotte annonce celui du Sans-culotte littéraire (Bas-Bleus, no 35), titre d’un journal qui montre le passage à l’action publique. Or, cette rébellion domestique annonce celle des Femmes socialistes (nos 4 et 5) qui, contraintes encore à recoudre des boutons, ou empêchées de rejoindre leurs frères d’action publique, s’épancheront auprès d’autres femmes, et exporteront leur révolte hors du foyer conjugal. De série en série, on peut reconstituer le trajet d’une révolte qui irait de la résistance silencieuse à l’affrontement déclaré, jusqu’à l’association avec d’autres femmes au sein de réunions littéraires, puis politiques. Devant cette manifestation d’énergie, le mari de Bas-Bleus (no 28) (ill. 192), en tout cas, reste perplexe et accablé : verticalité tombante des lignes du corps et du visage, regard de côté fuyant celui de sa femme ou cherchant un hypothétique secours. Pas plus qu’il ne la regarde, il ne lui parle : il en parle, et ce elle par lequel elle figure dans ses paroles consacre la rupture du dialogue. Monologue-ressassement intérieur ou appel à l’aide, à qui s’adressent les phrases de l’homme ?

193. Daumier, « Je me fiche bien de votre Mme Sand.. qui empêche les femmes de raccommoder les pantalons et qui est cause que les dessous de pied sont décousus !... Il faut rétablir le divorce... ou supprimer cet auteur là ! », série Mœurs conjugales No 6, Le Charivari 30 juin 1839.

8Mais la virulence de Daumier n’est pas réservée aux bas-bleus : la série des Mœurs conjugales, poursuivie plusieurs années à partir de 1839, n’offre assurément pas l’image d’un bonheur idyllique dans le mariage, quand bien même l’épouse n’y déploie pas d’activités littéraires. Elle présente des figures de maris médiocres et hargneux, qui donnent assez à comprendre la révolte des femmes, et les dessins qui ne sont consacrés ni à la dispute, ni à la mesquinerie, proposent de la vie de famille des évocations plus ridicules que touchantes. Les Papas (commencés en 1846) ne montrent pas non plus des hommes particulièrement bons pères, ni réjouis des devoirs de la paternité. Quant à La journée du célibataire, elle ne laisse guère rêver de solution alternative au mariage, sans complaisance pour le vieux garçon maniaque qui préfère ses chiens et ses chats aux enfants, et refuse l’aumône à un pauvre tout en gavant son animal favori. Homme et femme ne semblent pouvoir vivre ni l’un avec l’autre, ni l’un sans l’autre. Les femmes auteurs ne sont pas une aberration isolée, mais le produit d’un ordre social où tout va mal, épiphénomène peut-être seulement plus révélateur, ou plus scandaleux qu’un autre. Replacés dans cet ensemble, les Bas-Bleus apparaissent moins antiféministes, puisqu’ailleurs (et même au sein de cette série, j’y reviendrai) les hommes ne sont pas épargnés ; mais aussi plus profondément pessimistes, puisqu’il n’y a nulle part de solution ni de refuge, et qu’il y faut voir la dénonciation non d’un ridicule passager, mais d’un malaise durable — ce qui fait l’importance de cette série que je vais maintenant tenter d’analyser dans sa cohérence. Série, car les dessins de Bas-Bleus justifient particulièrement d’être traités ainsi en raison de leur abondance et de leur publication sur un laps de temps relativement court. Série encore, car d’autres éléments poussent à les envisager comme un tout : la numérotation ne suit pas absolument l’ordre de publication, ce qui tend à prouver que plusieurs dessins étaient conçus et réalisés d’avance, et dans un ordre précis ; les deux derniers dessins, à fonction de clôture et d’auto-réclame, constituent la suite en un ensemble dont ils annoncent la vente. C’est l’analyse de cette série comme telle qui permet de dégager les principes organisateurs de la vision et de la satire de Daumier.

  • 5 Ce jeu de mots insultant qu’Albert Cim mettra, en 1891, en exergue de son roman Bas-Bleus est déjà (...)

9Si on examine les lieux, on s’aperçoit que les trois quarts des scènes sont situées à la maison, dans des intérieurs plus souvent marqués comme bourgeois par la présence de quelques éléments. Ce décor sert donc à préciser la situation sociale, mais il relève aussi de la caractérisation du bas-bleu tel que l’a peint Soulié dans sa Physiologie. Sauf en cas de prolifération significative des objets (no 7) (ill. 195), il est souvent réduit à quelques accessoires essentiels pour l’organisation de la scène, stylisé plus que réaliste. Cette prédominance du cadre domestique, liée au projet de Daumier d’une peinture des mœurs contemporaines, lui est aussi imposée par le sujet même de la série et par sa position idéologique implicite : le foyer est la place d’une femme, dont elle ne devrait pas sortir. Mais la circonscription des scènes à l’espace domestique privé, systématiquement exploré (chambre, salon, cuisine, palier), ne dénonce que mieux, dans sa mise eh œuvre, la faillite d’un système de valeurs, car tout montre qu’en fait l’ennemi est déjà dans les murs. Plusieurs dessins témoignent en effet de la pénétration de la vie publique à l’intérieur de l’espace privé (par le biais du livre, du journal, par l’octroi d’un prix académique à une femme), comme de l’ouverture de celui-ci sur l’extérieur : ici une femme sort, laissant son mari sur un : « Adieu mon cher, je vais chez mes éditeurs... » (no 3) ; là un appartement s’ouvre sur l’escalier pour saluer une amie (no 4) ; ou une femme s’apprête à sortir avec son « collaborateur » (no 27). Ouvert sur la vie extérieure, l’espace domestique est aussi envahi par ses conflits et ses enjeux : le foyer conjugal a cessé d’être ce havre de paix, ce refuge face aux duretés de la compétition sociale que l’ensemble des penseurs politiques voudraient faire de lui. De cette destruction, la littérature au sens large est une des premières responsables, et si le théâtre, comme lieu public par excellence, est plusieurs fois mentionné(nos 17, 19), plus largement, le terme même de publication dit bien clairement où est l’enjeu, et qu’à trop (se) publier, une femme devient fille publique5.

10Mais inversement, on peut lire dans cette focalisation sur l’univers domestique l’avertissement que c’est au sein du foyer conjugal que naît le conflit qui va devenir une menace sociale. Cet élargissement des enjeux est clairement suggéré par la progression des titres de séries : Mœurs conjugales, Bas-Bleus, Les Divorceuses, Les Femmes socialistes. Dans le même temps, les hommes sont, eux, devenus des Papas, dans une série interrompue par les événements de 1848. À ce moment, Daumier, sur la question des femmes, restera relativement en retrait au sein du Charivari qui se déchaîne contre les Vésuviennes, n’intervenant qu’assez tard (les Divorceuses commencent en août). Il s’intéresse moins au mouvement minoritaire, pour le tourner en dérision, qu’aux revendications durables qu’il prend au sérieux, ce qui fait la force de son point de vue, inscrit dans la continuité d’une peinture sociale montrant dans ces divorceuses une menace autrement sérieuse et durable que dans des Vésuviennes d’opérette.

194. Daumier, « Poète classique composant une églogue sur le calme de la vie champêtre. Et ces gueux de journalistes diront que mon style est diffus !... soyez donc clair avec de pareils collaborateurs ! », série Mœurs conjugales No 17, Le Charivari, 28 février 1840.

11Les Bas-Bleus détaillaient déjà les modalités du passage de la rébellion conjugale au désordre social, faisant de celle-là à la fois la métaphore et l’apprentissage concret de celui-ci. C’est d’abord, dans le mariage, le principe de l’autorité légitime bafouée : un capitaine de la garde nationale occupé, au premier plan d’un dessin, à trier le linge pour la blanchisseuse, tandis qu’au fond sa femme reste absorbée dans sa lecture (no 2) ; c’est la vie domestique peu à peu rendue odieuse à un homme obligé d’en assurer les corvées élémentaires, tandis que sa femme, négligente ou rebelle, refuse de recoudre boutons et bretelles, et verse du cirage dans son chocolat (no 37). Dans ce foyer dévasté, les enfants sont abandonnés à eux-mêmes (no 7) (ill. 195), confiés au soin d’un père vite débordé (no 11), battus (no 14) (ill. 197), et donnent lieu de craindre le pire pour leur avenir. Quoique dénuée, très probablement, de bases sociales concrètes, cette représentation des enfants laissés aux soins de leur père hante l’œuvre de Daumier, et les pères ne se tirent pas brillamment de cette mission nouvelle. Déjà le « Poète classique composant une églogue sur le calme de la vie champêtre », au milieu du désordre et des hurlements de ses enfants semblait, dans Mœurs conjugales (no 17) (ill. 194), incapable de maîtriser la situation, au contraire de ce bas-bleu (no 7) (ill. 195), tout absorbée par l’écriture, et qui a complètement oublié la présence de son fils en train de suffoquer la tête dans la baignoire. Le père qui clôt la série des Femmes socialistes (no 10) se retrouvera dans une situation analogue : l’enfant en train d’étouffer, un chapeau haut-de-forme enfoncé sur le visage. Mais ce père, lui, n’est pas absorbé par la création littéraire : simplement épuisé d’attendre depuis quarante-huit heures sa femme partie à un banquet.

195. Daumier, « La mère est dans le feu de la composition, l’enfant est dans l’eau de la baignoire ! », série Les Bas-Bleus No 7, Le Charivari, 26 février 1844.

12Quand ces mères dénaturées s’occupent de leurs enfants, c’est presque pire : qu’on voie plutôt cette ridicule fillette grimpée sur un tabouret et débitant des niaiseries devant des commères en extase (no 36) – une future bas-bleu à coup sûr. Et nul n’est à l’abri de la contagion, car les Bas-Bleus font du prosélytisme et reprochent aux honnêtes femmes leur façon d’éduquer leurs filles (no 35). En 1848, Daumier reprendra le motif dans les Divorceuses (no 2) (ill. 247) : deux femmes à l’air revêche toisent avec mépris une jeune mère occupée de son enfant : « — Voilà une femme qui, à l’heure solennelle où nous sommes, s’occupe bêtement de ses enfants... qu’il y a encore en France des êtres abruptes (sic) et arriérés ! » Valeurs morales sens dessus dessous, rôles sexuels inversés : c’est la reprise du vieux thème carnavalesque du monde à l’envers. C’est le désordre du langage aussi, dans lequel les mots perdent leur sens parce que les femmes se les approprient, qu’il s’agisse du vocabulaire poétique (Bas-Bleus, no 4), ou du vocabulaire politique (no 31), dans un monde où toutes et tous parlent en même temps sans s’entendre. Dans l’Académie littéraire des Bas-Bleus (no 25) (ill. 147), ou dans la réunion des Divorceuses (no 1) (ill. 246), règne la confusion de Babel, qui semble annoncer un prochain châtiment des passions coupables de l’humanité. Le Bas-Bleu, qui sort de l’ordre de la nature (pour montrer peut-être la difficulté qu’il y a à classer cette nouvelle espèce, le premier dessin de la série faisait, dans sa légende, référence à Buffon), entraîne partout à sa suite le désordre, qui envahit de nombreux dessins où prédominent les obliques. Au sein de l’espace domestique, c’est le balai abandonné, la chaise renversée, les objets éparpillés, et bien sûr l’enfant gigotant la tête dans la baignoire dans la chambre du Bas-Bleu (no 7) (ill. 195). Dans les quelques lieux publics où Daumier l’introduit, c’est l’ordre silencieux de la bibliothèque brisé (no 13), la pile d’invendus qui encombre la boutique du libraire (no 30), ou encore ce désordre moral que constitue la présence d’une femme seule, visiblement remarquée par les hommes, au restaurant (no 10). Une seule apparition publique a une signification plus ambiguë : celle de la femme auteur acclamée par le parterre de l’Odéon (no 17) car, si ridicule qu’elle paraisse, elle n’en a pas moins été acclamée par des hommes, probablement parce qu’ils ignoraient que l’auteur de la pièce était une femme. Exemple de caricature à double tranchant.

196. Daumier, « O douleur !... avoir rêvé pendant toute ma vie de jeune fille un époux, qui, ainsi que moi adorât la sainte poésie, et tomber sur un mari qui n’aime que les goujons... Cet homme-là était né pour être brochet !... », série Les Bas-Bleus No 20, Le Charivari, 27 mars 1844.

13Daumier a situé enfin trois scènes à l’extérieur, dans une nature qui, à rebours des clichés romantiques, ne préside nullement à l’effusion et au rapprochement des amants, mais souligne cruellement la distance séparant les personnages. Distance morale pour ce couple, probablement illégitime (no 18), au sommet d’une falaise battue par le vent où l’homme refuse de partager avec sa compagne l’idée poétique de se précipiter dans l’abîme. Distance plus grande encore pour les couples mariés, que matérialisent la disposition spatiale et l’attitude physique des personnages pour le dessin no 20 (ill. 196), où une femme, appuyée à un arbre un livre à la main, rêve à ses espérances déçues, tandis que son mari pêche en lui tournant le dos – et la femme n’étant ni vieille, ni laide, on se demande une fois encore qui vise ici la critique. Ou pour le no 32 : un homme se traîne accablé derrière sa femme, et marche à la recherche de l’inspiration pour son « quatrain sur les beautés de la nature dans la Plaine Saint-Denis ». Seuls les couples non mariés gardent une proximité spatiale sur les dessins, donc, on peut le supposer, affective : le mariage sépare au lieu d’unir.

197. Daumier, « — Satané piaillard d’enfant va !... laisse moi donc composer en paix mon ode sur le bonheur de la maternité !... — C’est bon, c’est bon,... il va se taire... je vais aller lui donner le fouet dans l’autre pièce (à part.) dans le fait, de tous les ouvrages de ma femme c’est bien celui qui fait le plus de bruit dans le monde !... », série Les Bas-Bleus No 14, Le Charivari, 9 mars 1844.

  • 6 Accessoires lourdement chargés de valeur symbolique : miroir, lune à la fenêtre, crâne, poignard, (...)

14Les rapports des personnages et les propos que leur prêtent les légendes confirment ce constat de désordre, d’inversion des valeurs et de rupture du dialogue. L’isolement auquel se condamne le bas-bleu par sa rébellion contre l’ordre de la nature et de la société est cinq fois (nos 1, 8, 15, 19, 26) figuré par la solitude physique de la femme au centre de la page, à chaque fois soulignée par un accessoire qui semble être son seul interlocuteur6, et ces dessins sont parmi les plus cruels de la série. La femme seule en compagnie d’un enfant fait éclater son indifférence et son égoïsme (no 7) (ill. 195) ; en compagnie d’une servante (no 38), elle n’en paraît que plus seule, car celle-ci, à l’arrière-plan, semble se réjouir de l’échec de sa maîtresse (revanche de la femme de bon sens, ou de la domestique ?). Si on ne trouve pas d’image positive de la femme seule, même lorsqu’elle reste à sa place au foyer, les représentations des femmes entre elles sont encore plus inquiétantes, et la critique qu’elles impliquent est d’une double nature : thèmes traditionnels de la misogynie (oisiveté, frivolité, inconséquence), et peur fantasmatique du pouvoir des femmes entre elles, qui rend menaçante toute réunion féminine, si intime et anodine soit-elle. À cette peur, les événements et les dessins de 1848-1849 donneront rétrospectivement raison.

15Les rapports de couple, légitime ou non, occupent la plus large part : 16 dessins, qui mettent en scène l’incompréhension ou le conflit, et où il semble que ce soit toujours la femme qui ait le dessus. Au désordre, aux prétentions absurdes, à la tyrannie féminine, on ne voit ni opposition ouverte, ni réaction violente de la part des hommes : les relations telles que Daumier les représente sont totalement déséquilibrées, et l’affrontement rejeté hors image, avant ou après le moment fixé par le dessin. À moins que ce hors-image ne soit la réalité sociale elle-même, la réaction possible, et souhaitée, devenant alors celle des lecteurs – ce pour quoi il faut noircir le tableau et accentuer la dissymétrie, fût-ce au détriment de la vraisemblance. Cette absence de conflit ouvert et actuel se marque dans la non-rencontre des regards, dans la position décalée des corps et dans le petit nombre de dialogues à proprement parler que proposent les légendes. Dans la plupart des scènes, un seul des protagonistes parle, sans obtenir de réponse, du moins le temps fictif de l’image. Les seuls échanges de répliques (nos 9 et 18) sont le fait de couples extra-conjugaux, et ne manifestent que distance et incompréhension. Dans le no 14 (ill. 197), c’est à l’enfant que la femme s’adresse, et non directement au mari ; si celui-ci répond, c’est en sortant de la pièce, et d’ailleurs il ne s’adresse pas non plus à sa femme. L’original porte une correction indiquant bien la volonté de Daumier de souligner la rupture de communication : « C’est bon, ma femme... il va se taire » est rayé pour « C’est bon, c’est bon... Il va se taire ». Ont disparu l’apostrophe, le terme affectif et le déterminant personnel. Comme le mari en caleçons à côté de sa femme qui lance la culotte (cf. ill. 192), celui-ci ne parle pas à sa femme, mais parle d’elle, dans un a parte de théâtre : « je vais lui donner le fouet dans la pièce voisine... (à part) dans le fait, de tous les ouvrages de ma femme, c’est celui qui fait le plus de bruit dans le monde !... » Ce même jeu préside au rapport du dessin et de sa légende dans plusieurs caricatures (nos 5, 23, 24, 32, 37), où les hommes s’abstiennent de s’adresser à la femme et font part de leurs lamentations au lecteur. Comportement ordinaire, semble-t-il, puisque le lecteur de la bibliothèque agit pareillement vis-à-vis de l’envahissante lectrice qu’il ne connaît pas, ne daignant pas répondre vraiment aux excuses qu’elle lui a adressées. L’impossibilité de compréhension et de dialogue atteint son sommet dans ce dessin où l’homme seul, plumeau sous le bras, considère avec accablement le buste de sa femme (no 12). L’usage de la troisième personne, s’il est surtout le fait des hommes, apparaît aussi chez des femmes, qui soupirent en se plaignant des hommes (no 16), ou de cet homme-là, semblant elles aussi en appeler à quelque sympathie du lecteur.

  • 7 D’autres traits confirment cette ouverture sur le lecteur : ainsi l’avant-dernier dessin (no 39) d (...)

16Ce dispositif, à la fois graphique et textuel, de non-rencontre des regards et de non-dialogue, signifie d’abord la profondeur de la rupture entre les sexes, et l’impose avec brutalité au lecteur. Mais il a aussi pour effet de constituer la caricature en espace ouvert sur ce lecteur pris à partie par les personnages, témoin d’a parte tel un spectateur de théâtre. Les légendes vont dans le même sens, par le recours fréquent à des points de suspension qui en laissent entendre plus long qu’il n’est dit. D’usage courant dans toutes les caricatures de l’époque, en particulier chez Daumier, ils surabondent dans les Bas-Bleus (38 dessins sur 40), à la limite d’un automatisme dépourvu de valeur particulière. Ils y ont toutefois la vertu de solliciter la collaboration du lecteur pour suppléer au non-dit et au sous-entendu, et de renvoyer à certains clichés en circulation sur les femmes (dont il y a tant à dire qu’on ne saurait tout en dire, surtout le temps d’une légende), ainsi qu’à des interdits (d’elles, on n’a pas le droit de tout dire, revers galant de la misogynie qui peut aussi avoir des effets misogynes puisque, là où rien n’est dit, on peut imaginer le pire). Comme l’ouverture du dessin, ils tablent sur l’existence d’un implicite commun entre auteur et lecteur : autrement dit, le lecteur type visé est un homme7. Ce présupposé, si évident qu’il paraisse, redouble efficacement, par l’exclusion des femmes de l’espace de réception du journal, la thématique des dessins et implique les mêmes contradictions : car après tout, les femmes savent lire, et elles peuvent, surtout les bas-bleus, lire des journaux, même Le Charivari – ce qu’on voit d’ailleurs dans certaines scènes. Contradiction amplifiée de ce que, dans plusieurs dessins, ce sont des femmes qui semblent s’adresser au lecteur pour lui parler de l’homme, laissant en tout cas entrevoir la possibilité d’une réception féminine et d’un déplacement du sujet comme de l’objet du regard critique.

  • 8 Le crâne fait partie du cadre de travail habituellement prêté à Sand, par exemple dans l’article q (...)

17Les jeux de mots créent d’autres ambivalences et occasions de dérapage. Plus de la moitié des légendes en comportent, et ils sont plus souvent le fait des hommes, qui font preuve ainsi de plus d’humour et d’une meilleure maîtrise du langage, parfois mis au service d’une auto-dérision. Les jeux de mots placés dans la bouche des femmes, involontaires, témoignent plutôt de leur ridicule ou de leur bêtise (nos 10, 26). Faits pour faire rire, et aux dépens des femmes, les jeux sur les mots peuvent pourtant recéler une dynamique ambiguë, par exemple lorsqu’il jouent sur l’analogie procréation/création, œuvre/enfant (no 2). Deux d’entre eux au moins méritent qu’on s’y arrête ; d’abord, le jeu de mots sur culotte, déjà évoqué (no 28) (ill. 192), qui se voit repris dans « Le sans-culotte littéraire » (no 33) dans un sens bien différent : car si porter la culotte implique évidemment un conflit de pouvoir entre les sexes, sans-culotte renvoie à un autre conflit de pouvoir, social et politique celui-là, et à la Révolution française. Le titre du journal est peut-être ridicule, mais il opère une analogie qui revient à reconnaître dans les revendications des femmes un enjeu politique, et à les situer du côté des révoltés contre les privilèges – donc, en bonne logique, à mettre les hommes du côté des aristocrates et des nantis. Formuler cette analogie, c’est avouer du même coup que la satire de l’émancipation féminine obéit à la défense d’intérêts et d’un pouvoir. Quant à la légende du no 15, formant titre sous un dessin de vieille fille solitaire : « Femme de lettres humanitaire se livrant sur l’homme à des réflexions crânement philosophiques ! », elle comporte un jeu sur crâne, puisque le bas-bleu tient un crâne à la main, qui suggère sa parenté avec quelque macabre sorcière et avec George Sand8 ; mais aussi un autre, plus discret, sur homme/humanitaire : tandis que l’adjectif humanitaire dérive à l’évidence de humanité, homme, ici, grâce à la polysémie vir/homo, suggère que c’est sur la partie masculine de l’humanité que la vieille fille se livre – et pour cause – à de sombres ruminations. Ce qui souligne la confusion de cette moitié de l’humanité avec le tout, et le statut problématique des femmes au regard de la définition de l’espèce humaine et de ses droits.

18Par-delà la virulence, voire la cruauté de cette série, surgissent donc de possibles ambivalences, et des contradictions certaines. Beaucoup viennent du langage, plus que de la caricature proprement dite. Ce recours à la légende, nécessaire dans de nombreux cas pour que l’image fasse sens, et surtout sens unique, n’est par une difficulté propre à la série des Bas-Bleus. Mais il y a peut-être ici un problème particulier, qui se marque dans la longueur des légendes, et révèle la difficulté à imposer un sens, une lecture des scènes évoquées, en raison d’une contradiction qui serait à la fois celle du dessinateur, et celle de l’antiféminisme même. L’idée reçue veut qu’une caricature réussie puisse se passer de légende, et il est vrai que l’intervention du langage, quand elle n’est pas une simple redondance, peut marquer l’insuffisance du dessin, ou du moins son incapacité à faire apparaître le sens suffisamment univoque et lisible que le dessinateur voudrait de lui. Mais cette polysémie constitue-t-elle une faiblesse, ou bien, chez Daumier, la force de la caricature, par où elle échappe à l’intention ? La légende peut créer un rapport de tension entre l’image et le langage, modifiant, voire contredisant l’interprétation spontanée du dessin. De tension aussi entre la simultanéité de la vision et la linéarité de la lecture d’une légende qui, de surcroît, dans le cas des Bas-Bleus, tend souvent à insérer la scène représentée dans une temporalité, à la situer au sein d’une micro-fiction, dans laquelle il faut supposer un avant comme un après au moment fixé par le dessin. Ce faisant, la caricature gagne peut-être en épaisseur humaine et sociale, mais elle devient plus ambivalente dans sa portée politique et idéologique : car, à imaginer l’histoire des couples, ou des femmes, que Daumier nous présente, et qui les a conduits au moment saisi par le dessin, il n’est pas sûr que les hommes sortent toujours indemnes.

19Or, force est de constater que relativement peu de dessins pourraient se passer absolument de légende, exceptés ceux qui mettent en scène l’inversion des rôles ou montrent la révolte en actes, individuelle ou collective – l’image du désordre, dans une chambre ou dans une réunion, parlant suffisamment de soi. Beaucoup n’auraient que peu, ou pas, de sens sans la légende (nos 4, 8, 18...), qui vient aussi parfois seule suggérer ce qu’un dessin ne peut pas dire : par exemple qu’un enfant à naître a de fortes chances d’être illégitime, et de beaucoup devoir au collaborateur. Surtout, beaucoup de dessins auraient un sens autre, moins univoque, si titre, contexte de la série et légende n’étaient pas là pour en guider le déchiffrement. Deux ambivalences majeures planeraient sur certains dessins, se ramenant toutes deux à une même question : qui est critiqué ? Dans de nombreux cas, rien ne situe précisément la femme dessinée comme Bas-Bleu, et sans le recours au langage, on n’y verrait que la satire de la femme. Ce qui ne laisse pas de faire problème, quand c’est au nom d’un idéal implicite de la femme que sont justement dénoncées les bas-bleus. D’autre part, dans certains dessins (no 7 (ill. 195) déjà commenté, mais aussi nos 18, 20 (ill. 196), 28 (ill. 192)), le mari, si on s’en tient à la représentation graphique, est moins bien traité que la femme : laid, ridicule ou pitoyable, et les rieurs pourraient bien être du côté de son épouse, pour peu qu’elle ne soit pas trop laide. Satire des Bas-Bleus, ou de leurs maris ? À qui la faute de ces mariages vides d’affection et de sens ?

  • 9 Termes utilisés dans le document préparatoire du colloque.

20La contradiction qui surgit ici ne se pose donc pas exactement en termes d’« attitude opérative critique » opposée à une consolidation de « l’ordre social établi9 ». En effet, de ce que la caricature propose toujours une représentation satirique du social, on ne peut déduire qu’elle débouche automatiquement sur une pratique politique ou sociale critique et « progressiste », et le rattachement plus ou moins explicite à un courant d’opposition politique n’entraîne pas nécessairement rupture radicale avec l’idéologie sur tous les points. Ce qui se vérifie aisément, à propos du Charivari, non seulement dans l’attitude vis-à-vis des femmes, mais dans l’ambiguïté de position sur les questions raciales, coloniales, ou dans la représentation du peuple en 1848. Au XIXe siècle, on ne peut situer l’antiféminisme et la misogynie uniquement du côté des conservateurs et des défenseurs de l’ordre ; on les retrouve, et largement, du côté de l’opposition républicaine, du mouvement ouvrier, des penseurs socialistes. La question, qui se pose ici, de façon particulièrement nette à propos des femmes, me semble plutôt être celle-ci : quel rapport s’établit, dans la caricature, entre la satire imagée, à laquelle on prête une vertu critique, et le cliché, qui consiste en la reprise passive d’une image préconstituée, et en une adhésion a-critique à l’idéologie ? Car si on veut supposer à la caricature la fonction d’appel à une action sociale, cela signifie qu’elle s’adresse de façon privilégiée à un courant ou à une communauté, susceptibles d’agir en leur donnant à reconnaître, pour les inciter à l’action, des traits immédiatement repérables et faisant signe de ralliement, parce qu’ils renvoient à un (contre-)système de valeurs que la caricature à la fois présuppose et contribue à constituer.

21Rien ne garantit a priori que ces contre-valeurs n’empruntent en rien à l’idéologie, ou ne puissent dégénérer à leur tour en clichés et en idéologie, en particulier lorsque les forces qui en sont porteuses accèdent au pouvoir. Les dessins de Daumier peuvent parfois se lire simultanément comme la satire explicite d’un fait social, mais aussi, la distance historique aidant, comme une caricature de la caricature, qui souligne la grossièreté et les limites de l’opposition à ce fait. Si misogyne et antiféministe qu’on puisse le dire, il n’est pas toujours possible d’identifier sa position et son regard avec ceux des maris. La caricature révèle alors, mieux que les discours, les ambiguïtés qui sont celles d’un antiféminisme qui s’est, tout au long du XIXe siècle, développé sur des argumentations contradictoires. Car ces contradictions que le langage peut diluer, masquer par l’apparence logique de l’argumentation ou par la cohérence narrative de la fiction, s’imposent brutalement dans l’image. Il faut, sur un dessin destiné à un déchiffrage rapide, qu’une femme soit belle ou laide, elle ne peut être les deux. Si elle est belle, elle risque d’attirer la sympathie, et son mari de paraître ridicule. Si elle est laide, on ne comprend pas pourquoi le mari l’a épousée, ni comment elle attire ses amants. De même, si un Bas-Bleu est une non-femme, il est problématique de la représenter enceinte, ou en compagnie de ses enfants, car c’est montrer du même coup que les activités intellectuelles ne sont donc pas absolument incompatibles avec la procréation – et il a bien fallu, pour faire ces enfants, le concours d’un homme qui, au moins momentanément, aura vu dans ce Bas-Bleu une femme. Cette difficulté de représentation explique la nécessité de la série, car celle-ci permet de présenter une galerie de portraits, une typologie plutôt qu’un archétype, à la façon de la Physiologie de Soulié, qui couvrait tous les terrains et toutes les figures possibles.

22Tantôt hypersexué, tantôt asexué, le Bas-Bleu dans ses métamorphoses trahit la confusion du projet de la caricature – satire du Bas-Bleu, ou satire de la femme ? – qui est une contradiction fondamentale de l’antiféminisme. Face aux femmes intellectuelles, politiques ou artistes, faut-il, au nom des lois de la Nature, dénoncer une déviance, une aberration tératologique du féminin, ou désigner en elles les manifestations historiques d’un essentiellement et éternellement mauvais du féminin et de la femme ? Le choix n’est jamais net, car si affaiblie que puisse en être la critique du point de vue logique, le recours aux thèmes traditionnels de la misogynie est trop tentant, et trop efficace sur le plan des fantasmes. Les Bas-Bleus restent donc éternellement coupables d’être à la fois trop femmes et pas assez femmes, dénaturées d’une nature à laquelle pourtant elles n’échappent pas, et qui les voue, de toute façon, à l’infériorité et au Mal. L’impossibilité d’attribuer clairement au bas-bleu un statut au regard de la féminité, qui révèle l’affinité de démarche entre le travail du caricaturiste et la polémique antiféministe (à travers l’individu, dégager un type, pour mieux constituer et critiquer un groupe), repose constamment la question du particulier et du général, et, pour parodier un mot de Daumier lui-même, de la représentativité des représentées. Elle se cristallise dans le personnage dit d’exception, et il ne faut pas s’étonner que, chez Daumier, cette exception par excellence qu’est l’encombrante George Sand trouve le même traitement embarrassé que chez les critiques littéraires du temps. Coupable de la rébellion de la femme contre le mari et l’ordre familial dans Mœurs conjugales, elle y apparaît comme un prototype trop imité, en somme un super bas-bleu. Mais hors d’atteinte et de comparaison dans Bas-Bleus (no 21), où une mégère rêve ridiculement de l’égaler, elle donne la mesure de l’inaccessible, et incarne exemplairement la difficulté de la caricature, et de l’antiféminisme, à saisir une femme autrement que par rapport à une norme préalable, en tant qu’individu autonome.

Notes

1 La série des Bas-Bleus est publiée dans Le Charivari du 30 janvier au 7 août 1844 Elle comporte 40 dessins numérotés ; la référence aux dessins sera précisée dans le texte par leur numéro indiqué entre parenthèses.

2 Les premières années de la monarchie de Juillet avaient constitué une période favorable aux femmes auteurs. Au contraire, à partir des années 1840, de nombreux articles de la Revue des Deux Mondes, la Physiologie du Bas-Bleu de Frédéric Soulié, la publicité faite aux démêlés d’Alphonse Karr et de Louise Colet révèlent un revirement de sensibilité. Au nom de la morale, de la nature et du bon sens, un large consensus d’intellectuels se dégage en faveur de l’enfermement des femmes dans les tâches domestiques et dans leurs rôles traditionnels.

3 « La peinture des femmes » (10 mai 1844) fait partie d’une série de comptes rendus du Salon. Ce traitement collectif indique déjà un parti-pris, et dénie l’individualité et la créativité des femmes artistes.

4 Mœurs conjugales commence en 1839, et Les femmes socialistes paraît d’avril à juin 1849.

5 Ce jeu de mots insultant qu’Albert Cim mettra, en 1891, en exergue de son roman Bas-Bleus est déjà contenu en germe dans plusieurs caricatures de Daumier (nos 2, 27, 29), où les bas-bleus apparaissent avant tout comme des femmes infidèles et légères, vendues corps et âmes à leur « collaborateur », et le mari du Bas-Bleu comme une figure à peine renouvelée du cocu de comédie.

6 Accessoires lourdement chargés de valeur symbolique : miroir, lune à la fenêtre, crâne, poignard, pipe à opium.

7 D’autres traits confirment cette ouverture sur le lecteur : ainsi l’avant-dernier dessin (no 39) de la série, où une femme échevelée et grimaçante fait part de son indignation contre Daumier à une autre Bas-Bleu, en tenant à la main un journal tourné, peu logiquement, en direction du lecteur, et dont le titre Bas-Bleus est lisible. La mise en abyme, si caractéristique de la démarche publicitaire, suppose aussi, en l’occurrence, une intégration au moins virtuelle du lecteur-spectateur au conflit figuré et sa prise de position.

8 Le crâne fait partie du cadre de travail habituellement prêté à Sand, par exemple dans l’article que lui consacre J. Janin dans la Biographie de femmes auteurs contemporaines françaises de Boilly et Montferrand (1837).

9 Termes utilisés dans le document préparatoire du colloque.

Table des illustrations

Légende 192. Daumier, « — Une femme comme moi... remettre un bouton ?... vous êtes fou !... — Allons bon !... voila qu’elle ne se contente plus de porter les culottes... il faut encore qu’elle me les jette à la tête !... », série Les Bas-Bleus No 28, Le Charivari, 23 mai 1844.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Légende 193. Daumier, « Je me fiche bien de votre Mme Sand.. qui empêche les femmes de raccommoder les pantalons et qui est cause que les dessous de pied sont décousus !... Il faut rétablir le divorce... ou supprimer cet auteur là ! », série Mœurs conjugales No 6, Le Charivari 30 juin 1839.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Légende 194. Daumier, « Poète classique composant une églogue sur le calme de la vie champêtre. Et ces gueux de journalistes diront que mon style est diffus !... soyez donc clair avec de pareils collaborateurs ! », série Mœurs conjugales No 17, Le Charivari, 28 février 1840.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende 195. Daumier, « La mère est dans le feu de la composition, l’enfant est dans l’eau de la baignoire ! », série Les Bas-Bleus No 7, Le Charivari, 26 février 1844.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende 196. Daumier, « O douleur !... avoir rêvé pendant toute ma vie de jeune fille un époux, qui, ainsi que moi adorât la sainte poésie, et tomber sur un mari qui n’aime que les goujons... Cet homme-là était né pour être brochet !... », série Les Bas-Bleus No 20, Le Charivari, 27 mars 1844.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Légende 197. Daumier, « — Satané piaillard d’enfant va !... laisse moi donc composer en paix mon ode sur le bonheur de la maternité !... — C’est bon, c’est bon,... il va se taire... je vais aller lui donner le fouet dans l’autre pièce (à part.) dans le fait, de tous les ouvrages de ma femme c’est bien celui qui fait le plus de bruit dans le monde !... », série Les Bas-Bleus No 14, Le Charivari, 9 mars 1844.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 475k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site