Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Caricature entre République et censure

 | 
Philippe Régnier
, 
Raimund Rütten
, 
Ruth Jung
, 
et al.

Diversification et limites de la satire

Cham polémiste

Michel Nathan

Volltext

1Les dessins d’Amédée de Noé, dit Cham (prononcer Cam), ne délivrent généralement pas, censure oblige, de message politique. Les cibles privilégiées sont les petites gens qui ronchonnent, se donnent de grands airs, s’indignent, s’extasient, manifestent leur bêtise ou leur infortune conjugale, se font berner par des artistes nuls qui les méprisent, tombent en extase devant les vaches grasses des concours agricoles.

Feuilletons les albums

  • 1 Calendrier pour 1853 par Cham, Paris, au bureau du journal Le Charivari.

2Le Calendrier pour 1853 publié par Le Charivari donne des conseils cocasses : « Je vous souhaite la goutte, parce que c’est la maladie des gens riches » ; « Je souhaite que tous vos enfants soient bossus, attendu que les bossus sont généralement spirituels. » On y plaisante sur la Sainte-Catherine, les futurs époux qui ne se décident pas à entrer à la mairie, les galopins traînés à l’école par leur père, les mauvaises langues des portières1.

  • 2 Emotions de chasse, à la Librairie nouvelle et au bureau du Charivari.

3Dans Émotions de Chasse, un gros bourgeois en chemise et bonnet de coton tire sur le plafond de sa chambre à coucher. Des hippophages visent leur gibier favori : les chevaux de fiacre. Un plaisant ramène à son épouse deux rats : les derniers lièvres de la plaine Saint-Denis2.

  • 3 Fariboles album par Cham, au bureau du Charivari, 1855.

4Dans Fariboles (1855), M. Prudhomme, par excès de patriotisme, encloue, la veille de la fermeture de l’Exposition, les pièces de canon appartenant à l’étranger. Un visiteur de l’Exposition transporte un poêle énorme : « bonne précaution ». On raille les conséquences de l’impôt sur les chiens : les chats se tiennent les côtes. On se moque également de la nouvelle loi sur la boucherie : « à trop manger du cheval, mon mari rue » se plaint une ménagère. À la boucherie, des chevaux sont pendus aux crocs tandis que les promeneurs montent des bœufs3 !

  • 4 Un peu de tout, au bureau du Charivari, 1856.

5Dans Un peu de tout (1856), à trop fréquenter les moscovites, M. Prudhomme grossit. Les bœufs hongrois portent de gigantesques cornes : « Il parait que les vaches de ce pays là leur en font voir ». « Si j’étais né porc ou bœuf », explique M. Prudhomme tout boursouflé, après une visite à l’exposition agronomique, « je serais arrivé à quelque chose ». Madame Sand coupe les cheveux de Shakespeare4.

  • 5 L’Arithmétique, illustrée par Cham, au bureau du Charivari.

6Dans L’Arithmétique, deux hommes se battent en duel. C’est le résultat d’une division. Un crocodile coupe un homme en deux : c’est le plus grand diviseur5.

  • 6 Le Salon de 1857, illustré par Cham, au bureau du Charivari.

7Dans le Salon de 1857, un nègre marron « marronne » contre la providence à la vue d’une souris blanche ; une mégère assène des coups de parapluie sur le crâne de son mari parce qu’il s’arrête devant les portraits de femmes polissons. Craignant de s’attirer une affaire avec la société protectrice des animaux, une jeune femme dépose avec soin, sur un coussin, une puce qu’elle vient de se prendre sur le corps. Un bourgeois refuse de manger des légumes : il a vu trop de paysages à l’exposition6.

  • 7 Folies parisiennes, album par Cham, au bureau du Charivari, 1857.

8Dans Folies parisiennes (1857), ces dames ont des crinolines si amples qu’il faut plus de cinq minutes pour en faire le tour. D’aucunes mettent sous leurs jupes un poêle, ou un zouave – ils sont très à la mode. Des maris surprennent leur femme au Bois de Boulogne, des chiffonnières remplissent leur hotte pour fournir des costumes à M. Courbet. M. Prudhomme montre des cochons à son petit garçon : « Admirez-les, mon fils, mais ne les imitez pas7 ».

  • 8 Ces Petites Dames et ces Jolis Messieurs, par Cham, Michel Lévy, 1867.

9Dans Ces Petites Dames et ces jolis Messieurs (1867), Cham raille les toilettes des élégantes, les réunions houleuses de la Société des Gens de Lettres (un Peau-Rouge se faufile pour scalper le Président). Des domestiques demandent des avances afin de souscrire pour la statue de Voltaire. Des patineurs tombent sur leur séant8.

  • 9 Ces Diables de Parisiens par Cham, Michel Lévy, 1867.

10Dans Ces Diables de Parisiens (1867), un gros viveur demande la permission d’aller embrasser sa famille avant de goûter au jambon de Pâques acheté à la Foire. Un valet de chambre se réjouit de la grève des tailleurs, des élégants ont des problèmes avec leurs mollets. Il y a tant de Turcs en été à Paris que les chapeaux ronds surprennent. Tout le monde est à l’exposition. M. Nadar, voulant sortir de son ballon, ne sait pas où poser le pied pour descendre9.

11Dans Cascades dramatiques (1868), la statue du Commandeur est furieuse contre Madame Sand, car Don Juan lui fait manger de la soupe aux choux et des plats à l’ail. M. Offenbach prie Barbe-Bleue de lui prêter son grand sabre ; un vieux spectateur admire la verdeur des Trois Mousquetaires. Un couple de badauds craint que Mignon ne soit pas un grand spectacle :

  • 10 Cascades dramatiques, par Cham, Michel Lévy, 1868.

« Sans quoi, ils n’auraient pas mis Mignon. Ce doit être tout petit. — Mignon, connais-tu ça ? dit une appétissante demoiselle à sa voisine. — Je connais des péchés qui portent ce nom là10. »

12Dans Bouffonneries de l’Exposition (1868), Cham plaisante sur l’odeur des fromages. Les tarifs des restaurateurs sont exorbitants (ils servent souvent du chat). Les cochers sont tellement sollicités qu’on doit parfois être ramené par les marchandes de quatre-saisons. Les bons bourgeois font des mots. Un long bonhomme tourne le dos aux tableaux exposés :

  • 11 Bouffonneries de l’Exposition, par Cham, Michel Lévy, 1868.

« Croûtes, plat d’épinards, galettes ! Au lieu d’appeler cela un salon, vous feriez mieux de dire une cuisine ! — Mon ami, dit une grosse dame à son mari replet, voilà un tableau qui est mal éclairé. — C’est probablement l’huile qui ne vaut rien, répond le lampiste11. »

13Les milliers de dessins de Cham se reconnaissent très facilement. Il a le trait grossier, la patte lourde, parfois hésitante, tremblée. D’une sorte de gribouillis émergent de laids visages d’hommes et de femmes qui grimacent, yeux ronds, lèvres pincées, nez proéminents, pointus, qui expriment la méfiance. Trop petits, trop grands, trop gros ou trop maigres, les personnages respirent l’envie, la graisse, l’aigreur. Ils regardent bêtement et, surtout, ils sentent la cupidité. Épouvantablement. Dans cet univers où tout est simplifié à l’extrême, pas de place pour la générosité ou l’idéalisme. Toutes les ambitions sont mesquines. Tout est gris, petit, âpre, acide. Nous sommes dans le monde pingre de la constipation. Dans le cadre étroit de la vignette, rien n’explose. On ricane et se recroqueville. Rien ne s’explicite vraiment. On parle entre ses dents. Si bien qu’une légende un peu longue est nécessaire pour dire ce qui se passe dans ces têtes renfrognées.

14Apparemment, rien ne trouve grâce aux yeux du caricaturiste qui voit, en laid, un monde qui ne vaut pas la peine qu’on se mette en colère. D’aucuns s’indignent. Cham et ses personnages maugréent, bougonnent, rouspètent, interminablement.

15Je propose d’examiner deux œuvres très différentes dans lesquelles Cham, sortant de la satire de la vie quotidienne et des plaisanteries sans conséquence qui constituent l’essentiel de son œuvre, apparaît comme un redoutable polémiste :

  • la parodie du Juif errant, sorte d’hommage au succès d’Eugène Sue, aigre et sans illusion.
  • les dessins parus dans L’Ouvrier en 1874, qui épinglent soiffards et pétroleuses : la lie du peuple.

Parodie du Juif errant

16Publié dans Le Constitutionnel (1844-1845), Le Juif errant est un roman populaire militant. De toutes ses forces, Eugène Sue supplie ses contemporains de prendre conscience de la misère des hommes et des femmes du peuple : à moins de mourir de faim, ils ne peuvent rester honnêtes quelles que soient leurs aspirations à la vertu. De ce constat, se déduit l’urgente nécessité de s’associer comme le souhaitaient Fourier et Saint-Simon, et de se libérer du joug des Jésuites, responsables de l’abrutissement des masses et de l’aveuglement des riches. Suppôt de l’inégalité sociale et de l’obscurantisme, le Jésuite est l’ennemi de l’émancipation des peuples.

17Eugène Sue expose ses idées par l’intermédiaire d’une gigantesque machine dont la ligne directrice est très simple : une poursuite et une course au trésor.

18Prévoyant la révocation de l’édit de Nantes, un riche protestant a confié sa fortune à un banquier juif, à charge pour lui de la faire fructifier et de la transmettre, deux siècles plus tard, à ses descendants.

19Dans Le Juif errant, les héritiers légitimes, venus des quatre coins du monde, et de toutes les couches de la société, se rendent à Paris pour prendre possession de ce qui est devenu un magot fabuleux. Ils ont rendez-vous le 13 février 1832. Mais les Jésuites, alliés aux Étrangleurs de l’Inde, veulent s’emparer du trésor. Ils se livrent à toutes sortes de forfaits, vols, crimes, réclusions abusives, abus de confiance.

20Presque tout le monde meurt à la fin du roman et le banquier juif détruit le magot. Ce roman d’amour et d’aventures ne se limite ni à ces réflexions socio-politiques, ni à ces péripéties. Il a une dimension mythique inscrite dans le titre lui-même.

21On rencontre, dans le Prologue, le Juif errant condamné à parcourir le globe pour l’éternité. Symbole de l’humanité souffrante et du peuple opprimé, comme le veut une certaine mythologie romantique, il va mourir, en paix avec Dieu. Il est rejoint dans la mort par Hérodiade, la grande pécheresse, elle aussi absoute. Le roman est ainsi ponctué d’apparitions d’Ahasvérus et de la danseuse qui volent au secours des héros et promettent des lendemains meilleurs.

22Le Juif errant est donc un récit plein de péripéties graves et pathétiques. Sue ne se veut pas habile romancier professionnel, mais penseur, analyste, philanthrope, prophète.

  • 12 La « Bibliographie chronologique d’Eugène Sue », établie par René Guise (Europe, nov-déc.l982) pré (...)

23De ce roman qui eut un énorme succès, Charles Philipon, Louis Huart et le dessinateur Cham ont fait une parodie publiée dans Le Charivari, et dans un volume de 345 pages, illustré de 300 vignettes : Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties. La publication de l’œuvre de Sue dans Le Constitutionnel dure deux ans, du 25 juin 1844 au 26 août 1845. La publication de la parodie, dans Le Charivari, dure aussi deux ans, du 22 août 1844 au 15 septembre 184512. Le texte parodique suit donc le texte originel avec un très léger décalage. Les railleurs n’attendent pas la fin du roman pour en mimer la démarche d’ensemble. Ils démarquent le texte au fur et à mesure qu’il se publie. Un lecteur attentif des années 1844-1845 pouvait lire quelques épisodes du Juif errant dans Le Constitutionnel et, environ un mois plus tard, lire dans Le Charivari la parodie de ces mêmes épisodes. En attendant la suite du roman de Sue, il pouvait donc rire de ce qu’il venait de lire.

24Philipon, Huart et Cham refusent d’accorder le moindre crédit au discours progressiste de Sue. Tout propos réaliste, utopique, mythique ou simplement pathétique est présenté comme du bavardage de feuilletoniste payé à la ligne. Le roman est vidé de toutes ses réflexions sociales. Les épisodes poignants, tragiques, solennels, deviennent péripéties cocasses ou niais tableaux attendrissants. Les gestes nobles deviennent prosaïques, les fabuleux combats, crêpages de chignons. Le Juif errant se réduit à un bric-à-brac de situations invraisemblables et de procédés éculés.

25Le roman est parodié par le texte et par l’image qui vient compléter, sur la même page, les phrases irrévérencieuses. Les propos d’Eugène Sue sont donc tournés en dérision par le verbe, par le dessin et par l’alliance de l’un et de l’autre.

26Certains traits ne sont portés que par les mots. Le narrateur de la Parodie est un feuilletoniste qui raconte à son tour Le Juif errant. Lourd pensum, qui visiblement l’ennuie. Tantôt il pousse d’énormes soupirs, tantôt il s’excite et, comme s’il se prenait au jeu, tremble d’effroi ou éclate en sanglots. Mais rien ne le touche vraiment – surtout pas les professions de foi. L’essentiel est de compter les mots et de compter ses sous.

27Ainsi, lorsqu’il fait une digression, le narrateur se justifie en précisant qu’il divague à la demande du metteur en page venu annoncer qu’il manquait trente lignes pour arriver à la prochaine vignette. Lorsqu’il fait une description, le narrateur explique au lecteur qu’il lui en donne strictement pour son argent :

« Ah ! quelle tempête ! Je vous la narrerais avec tous ces détails...si cela devait seulement me rapporter 50 c. de plus. Mais je ne tiens pas à tirer à la ligne. » (p. 54)

« Par dessus les profondeurs fabuleuses, inouïes de la description, j’ai hâte d’arriver, car, quoi qu’en dise l’éditeur Aubert, je n’ai pas reçu 100 000 francs pour vous tenir le bec dans l’eau... Ah ! si j’avais reçu 100 000 F, vous n’en seriez pas quittes à si bon marché, je tiendrais à gagner loyalement mon argent. » (p. 30)

28Lorsque l’action est relancée, c’est que la date de renouvellement de l’abonnement approche. Le plaisir du texte, si plaisir il y a, est donc un plaisir tarifé. Tant de lignes, tant d’argent.

29Puisque Eugène Sue exige de ses éditeurs des sommes considérables, il est normal qu’en échange il inflige à ses lecteurs des discours d’une longueur démesurée. Le narrateur de la parodie souffre donc avec le lecteur de la prolixité de Sue qui, payé à la ligne, n’économise guère les mots. Pour « accomplir sa divine mission sur la terre et dans les cabinets de lecture », (et pour gagner le plus d’argent possible) « le romancier philanthropique » entasse les volumes.

30Le châtiment du Juif errant a des conséquences inattendues :

« Notre juif est condamné à courir sans cesse ; M. Eugène... sue à le suivre ; nous prenons aussitôt la piste de M. Eugène Süe, et enfin, vous-même, cher et innocent lecteur, vous nous suivez pas à pas » (p. 37-38)

31La satire du feuilletoniste et de ses lecteurs s’organise autour d’un jeu sur le mot : « Marche ! ». « Marche ! », c’est l’expression solennelle de la colère divine qui force Ahasvérus à poursuivre sa route sans jamais trouver de repos. C’est aussi l’expression familière qui signifie « est dupe de ». Le lecteur doit subir situations invraisemblables et lieux communs accablants :

« (Elle court) Pourquoi ? Lecteur tu le sauras plus tard :.. En attendant, marche ! marche !... ma pauvre plume, marche, marche, marche ! »

32La docilité du lecteur de Sue qui « marche », s’excite et s’émeut sur commande est l’objet de sarcasmes permanents :

« Avez-vous des nerfs, cher lecteur ou adorée lectrice. Vous avez des nerfs ; ah ! tant pis, ah tant pis ! Si j’ai un conseil à vous donner c’est de les tendre le plus possible, car je vais vous raconter des choses capables de vous faire dresser des cheveux sur votre tête, si toutefois vous en avez... des cheveux. » (p. 73)

« Lecteurs, mouchez-vous ; ça devient affreusement pathétique, vous allez pleurer comme une borne fontaine. » (p. 113)

33Chaque fois que meurt un personnage, le caricaturiste ordonne au lecteur de pleurer... Et il donne parfois l’exemple lui-même :

« La vue de tant d’infortunes [... ] me brise le cœur. C’est l’heure de déjeuner, je pleure comme un bœuf à la mamelle. » (p. 107)

34Et comme naturellement le chagrin est contagieux, il arrive que tout le monde verse des larmes : le lecteur, le narrateur et les personnages :

« Quant à la Mayeux vu son tempérament hydraulique, il y a déjà cinq minutes qu’elle inonde son mouchoir. » (p. 181)

« Le pauvre phalanstérien dégommé pleurait le passé, le présent et l’avenir ; il pleurait le jour, il pleurait la nuit, il fondait, il se réduisait à moins que rien. » (p. 289)

35Le lecteur n’est décidément pas difficile. On peut l’émouvoir et l’exciter avec n’importe quoi. Il suffit de prendre une pose solennelle, d’accumuler les antithèses, les décors insolites, les portes qui grincent, les tempêtes, les pluies, les vents, les orages, les épithètes homériques pour lui donner l’illusion du grandiose. Le caricaturiste joue ainsi avec les déclamations poétiques, les descriptions tonitruantes et enflammées dont abusent, au grand bonheur des consommateurs naïfs, les professionnels de la plume :

« La nuit est revenue, il fait un temps hideux, et la pauvre bossue, assise et grelottante sur une chaise s’était endormie [...] En ce moment d’embêtement solennel, la porte pleure sur ses gonds rouillés. »

« Java ! pays hideux et magnifique, rempli de reptiles de poisons subtils, d’arbres splendides, de chauvesouris parfumées et d’étrangleurs ravissants ; terre peuplée d’adjectifs, montagne de superlatifs superposés, volcan d’antithèses clinquantes. » (p. 41)

« Mais le vent rugit comme un tigre, siffle comme un serpent, il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors. » (p. 273)

36Sont ainsi dénoncés les trucages de feuilletonistes, le recours à la Providence : « O bizarre hasard, voilà bien de tes coups ! », les figures de style tarabiscotées : « Quand on a tout perdu et qu’on n’a plus d’espoir... la mort est douce comme du sucre... je vais en goûter » (p. 158), les clichés livrés sur commande :

« Djelma risqua le premier un œil, cet œil était à la fois plein de feu et de larmes ; on y lisait la fougue d’un amour exalté, la brûlante ardeur de l’âge, l’admiration des belles formes. » (p. 207)

37Et aussi l’art d’arrêter le bras de l’assassin à la fin du chapitre, d’interrompre le récit dès que la curiosité est éveillée :

« Lecteur, mon ami, sais-tu ce qu’il trouva dans ce salon rouge ?... Il trouva... oh !... il trouva... je voudrais bien te laisser sur ce mot terrible : comme tu renouvellerais ton abonnement, (p. 153) »

38La satire par les mots permet de dénoncer les effets faciles et de railler la crédulité des lecteurs. Les mots du caricaturiste jouent avec les mots du feuilletoniste, s’insurgent contre le flot du philanthrope qui endort au lieu de convaincre. Ils prennent une autonomie cocasse. Au lieu d’être soumis au sens, au mouvement didactique, ils se rebiffent et se dénoncent comme clichés. Le fil du discours est ainsi perpétuellement rompu. Les mots désobéissent, brisent la magie incantatoire ou soporifique. Plus rien n’est solennel. Les expressions et les idées reçues pèsent de tout leur poids.

39Le travail du caricaturiste sur les noms propres est représentatif. Il suffit d’une lettre ou d’une syllabe pour qu’un personnage effrayant ou admirable perde toute crédibilité. Mademoiselle de Cardoville devient Mlle de Carotteville (parce qu’elle est rousse), Baleinier devient Bedainier. Faringhea Farina, Rodin Rondin (« Rodin rime très richement avec gredin et vous prouve qu’en dépit du proverbe, la rime marche souvent avec la raison »).

40Le héros devient marionnette lorsque son nom rappelle de trop près la réalité quotidienne. La carotte, la bedaine, la farine nuisent au romanesque. Il en va de même pour certaines expressions familières, peu compatibles avec la solennité des circonstances et la dignité des personnages. Le banquier juif sert peu la gloire de ses ancêtres lorsqu’il parle ainsi :

« — Pourquoi ne pas desceller les fenêtres ? dit judicieusement le petit clerc.

— Parce que papa me l’a défendu, répondit doucement le vieillard.

— Et pourquoi votre papa ?

— Parce que son papa tenait de son papa qu’il ne fallait pas. » (p. 144)

41Hérodiade sort du mythe lorsqu’on sait qu’elle a un cor au pied, qu’elle marche depuis 1800 ans et que le caricaturiste juge bon de préciser : « On serait fatigué à moins. Tudieu, quel jarret ! ».

42Les mots changent de registre, jouent contre les mots. Ils jouent également avec la durée. La satire de Philipon et Huart démarque le roman de très près. Presque tous les épisodes du roman sont là, mais réduits à quelques pages. L’ampleur et la solennité du texte d’origine font place à une verve primesautière ; l’accélération des événements est telle que les effets de pathétique ou de grandiose se perdent dans la bousculade des péripéties.

43Lorsque quelques expressions denses et narquoises remplacent les longs développements, on peut difficilement être ému ou convaincu. Par leur précision désinvolte, certains mots du caricaturiste suppriment la souffrance, l’angoisse, la grandeur et le temps. Eugène Sue consacre de longues pages à l’épidémie de choléra de 1832. Les malheurs des Parisiens se limitent dans la caricature à quelques phrases. Le choléra se manifeste par la colique. Les Parisiens se frottent le ventre et les croquemorts se frottent les mains. Il en va de même pour le suicide des deux sœurs, Bacchanal et la Mayeux. Aux pathétiques développements sur l’agonie des héroïnes, se substituent soupirs et remarques désabusées :

« Moyennant six sous de charbon pris à crédit chez la fruitière de la rue Clovis, qui venait également de tourner les deux yeux (tiens ! j’oubliais encore de vous adresser un billet de faire-part pour ce trépas), moyennant six sous, les deux sœurs se mirent à respirer de la vapeur de charbon à narine que veux-tu, non sans tenir jusqu’au dernier instant des discours dont les bas-bleus de profession se seraient montrés jaloux. Il paraît qu’il n’y a rien qui pousse à l’esprit comme les fumerons. » (p. 68)

44La satire par les mots souligne les invraisemblances et les clichés avec une allégresse malicieuse. Usant et abusant du comique de répétition, elle insiste surtout sur le bavardage des personnages :

« On ne croirait jamais combien le chagrin rend bavard les héros du roman de M. Eugène Süe. Au lieu d’un morne désespoir, tous ces singuliers personnages jabotent, jabotent, ni plus ni moins qu’une vieille portière qui tient conversation avec une pie non moins âgée. Mon Dieu, faites que M. Eugène Süe n’ait pas la fatale pensée de rendre ses héros encore plus malheureux dans le dixième volume. »

45Il ne s’agit pas là d’un simple jugement esthétique. Condamner le bavardage des personnages de Sue, c’est refuser de prendre au sérieux la mission philanthropique. Le roman est vidé de sa substance idéologique par les moyens qui dénoncent les procédés du feuilletoniste : l’amplification ironique ou, au contraire, la réduction du message à quelques formules :

« Il y avait encore d’importantes améliorations à apporter sur ce point délicat, il faut espérer que M. Eugène Süe daignera y consacrer un jour huit ou dix volumes. » (p. 86)

« Dans tout notre travail nous nous sommes proposé deux choses également importantes :

  1. La réhabilitation des rousses ;
  2. La glorification des bossues.

Comme accessoire, nous avons prouvé en passant que les jésuites sont tous des gueux qui vivent de radis noirs, que les garçons serruriers possèdent généralement d’énormes dispositions pour la poésie, et que les directeurs de manufactures sont enclins à mourir crétins ». (p. 344)

46Là où Sue s’indigne et prophétise, les caricaturistes s’esclaffent. Dans la satire verbale, il n’y a plus de personnages monstrueux ni de victimes attendrissantes. Les Jésuites sont partout – mais ce ne sont que croqueurs de radis noirs, bonshommes étriqués qui éternuent. Les disciples de Saint-Simon et de Fourier rabâchent leur évangile, la larme à l’œil ; les femmes, bien que victimes de la société, n’en sont pas moins de redoutables phraseuses. Tout se ramène toujours à la réalité la plus prosaïque. Adrienne est moins belle puisqu’elle fume :

« Sa toilette avait un certain chic oriental, et, pour plaire à Djelma, à son idolâtré, elle fumait ni plus ni moins qu’un tambour de la garde nationale ou qu’une femme de lettres. » (p. 325)

47Si le juif errant est puni, c’est qu’il a eu la « malheureuse idée de se montrer impoli avec un pauvre passant ». L’inconnu est toujours ramené au connu, l’exceptionnel au matériel, aux intérêts petits, légitimes, mesquins. Nul n’est vraiment habité par la passion. Dérangés dans leur confort quotidien, les personnages ronchonnent ou poussent des cris.

48Les images de Cham vont exactement dans le même sens. Tout se réduit toujours à des gestes cocasses, à des disgrâces physiques. Les personnages sont de bons bourgeois. Les femmes sont boulottes, les hommes trop grands ou trop gras. Épanouis, fatigués, revêches ou rageurs, ils ne ressemblent pas du tout à des personnages de roman.

49On ne fera croire à personne que cet homme trop grand est l’incarnation d’un mythe. Sa démarche rageuse et décidée, son grand nez pointu, son rictus, marquent plus la rage et la détermination que la conscience de représenter l’humiliation des prolétaires.

50Ce personnage hirsute qui porte besace ressemblerait plutôt à un voleur de poules.

51Il est difficile également de prendre au sérieux cet index mollement tendu, censé représenter la malédiction divine (ill. 179).

52Même refus du tragique lorsque, dans l’Épilogue, Hérodiade et Ahasvérus meurent enfin réconciliés avec Dieu. Ils auraient trouvé la paix de l’âme. Les jambes, la main et la barbe tendues du Juif ne permettent guère de le croire. Et le soleil à l’horizon, comme dans les dessins d’enfants, laisse peu de place aux évocations prophétiques (ill. 180).

53Dans le Prologue du Juif errant d’Eugène Sue, Ahasvérus rencontre Hérodiade. L’homme vient de Sibérie, la femme d’Amérique. Ils sont au bord du détroit de Behring. Dans une nature ravagée sur fond d’aurore boréale, les deux personnages se font des signes. Eugène Sue écrit :

« Sur le cap sibérien, un homme à genoux étendait les bras vers l’Amérique avec une expression de désespoir indéfinissable.

Sur le promontoire américain, une femme jeune et belle répondait au geste désespéré de cet homme en lui montrant le ciel.

Pendant quelques secondes, ces deux grandes figures se dessinèrent ainsi pâles et vaporeuses aux dernières lueurs de l’aurore boréale »

54Ce qui devient dans la parodie :

« Le monsieur a de gros souliers ferrés... la grosse mère a des socques et un tartan... Ce sont des gens bien comme il faut. »

« Tout à coup il fait nuit !... »

« L’homme, à genoux, étend ses bras vers l’Amérique et vers la mère aux socques avec une expression de désespoir incommensurable (sic). De son côté, la dame tend également ses bras vers le monsieur avec une expression non moins attendrissante... »

179. Cham [Amédée de Noé], série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 2, Le Charivari, 5 octobre 1844.

180. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 10, Le Charivari, 15 septembre 1845.

181. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 1, Le Charivari, 22 août 1844.

182. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 2, Le Charivari No 2, 5 octobre 1844.

55L’image de Cham rend la scène encore plus triviale. Le décor est de carton-pâte. Une pancarte indique qu’il fait froid. Les oiseaux, bien habillés, n’ont pas l’air d’en souffrir. Quant aux personnages, on ne saurait les prendre au tragique. La « grosse mère » avec son bonnet et son baluchon tend une main gantée et grassouillette. L’homme à genoux suppliant, les traces de clous en forme de croix marquent lourdement le symbolisme. Mais le chapeau et le parapluie, la mollesse de l’attitude n’inquiètent guère. (ill. 181)

56La méchanceté de Rodin – qui, dans le roman, rêve d’être pape – est représentée par sa maigreur, et surtout son crâne de squelette. On devine le prêtre à la soutane et aux mains jointes. Le rictus de la tête de mort transforme le personnage en marionnette, censée désigner le méchant. Cette caricature de la cruauté renforce la charge du texte. En allant encore plus loin qu’Eugène Sue, qui va déjà trop loin, la menace du Jésuite devient conte de croquemitaine.

57Le Jésuite, crapule et prédateur, n’existe que dans la tête des feuilletonistes à la recherche d’effets de terreur :

« Et quel Jésuite ! — c’est à la fois un tigre, un renard, un hibou, un cloporte et un serpent. Vous voyez que c’est un rare morceau d’histoire naturelle. » (p. 235 – ill. 182)

58Le dessin de Cham, plus encore que le texte de Philipon et Huart, réduit le mythique et le tragique à des attitudes mesquines, à des gestes frileux, à des postures ridicules. Les objets familiaux, cannes, besaces, chapeaux, les airs pincés, rageurs ou assoupis, ou d’une méchanceté qui effraie les petits enfants, ne sont guère romanesques. Tout le monde, sans exception aucune, est laid. Piètres figurants, ni les bons ni les mauvais ne sont capables de jouer leur rôle. Les petits personnages grotesques ne sont jamais inspirés. Tout ce que le roman de Sue pouvait avoir d’effrayant, de grandiose ou de subversif est totalement étranger à l’univers du dessinateur qui ne songe qu’à rabattre les caquets.

59Les auteurs de la caricature ont voulu réduire l’œuvre de Sue à de fastidieux discours et à des péripéties extravagantes. Ils ne font pas mine de s’intéresser aux problèmes sociaux, ne tentent pas de comprendre les questions, de contredire ou de nuancer les thèses exprimées. Ils les ignorent – ce qui est sans doute le meilleur moyen de les combattre, si telle est leur intention. Leur comique est presque exclusivement fondé sur l’exploitation outrancière des procédés traditionnels. Le texte accumule les clichés à un point tel que ni le lecteur, ni le narrateur ne peuvent être dupes. Et l’image vient encore alourdir le texte, lui donnant le coup de grâce par quelques traits grossiers. Il s’ensuit quelques rencontres très drôles où l’on jouit à la fois du plaisir du feuilleton, du plaisir de la caricature du feuilleton, du plaisir du dessin et de la caricature du dessin comme dans ces pages qui présentent le portrait d’Hérodiade ou illustrent la Vie de Rancé (ill. 183 et 184). Si on privilégie l’aspect progressiste de l’œuvre de Sue, on peut être tenté de dire que cette parodie est une mauvaise action. Le discours sur la misère et les méfaits de l’obscurantisme, même s’il est lourd, naïf, paternaliste, trop attentif à désigner dans le Jésuite le bouc émissaire, méritait peut-être mieux que cette charge qui le dénature et le minimise.

183. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 5, Le Charivari, 25 février 1845.

60Mais si l’on privilégie le talent de Sue romancier, on peut considérer cette parodie comme une sorte d’hommage un peu pincé de confrères envieux. La lire, c’est relire le Juif errant. D’une manière irrespectueuse bien sûr, en se jouant des conventions et des épithètes obligatoires. Mais en étant sensible aussi aux trouvailles, aux péripéties, aux rebondissements, aux personnages. On sait, depuis Bakhtine, qu’il y a, dans toute parodie, un éloge et une reconnaissance. La caricature s’amuse avec les ficelles du genre. Mais fait-on vraiment autre chose à la lecture d’un roman-feuilleton qui ne se présente pas comme parodique ? Dans les deux cas, se mettent en place les mêmes affrontements et la même manière de dire. Le clin d’œil très ostensible qui, dans la charge, accompagne le jeu n’en change pas fondamentalement la nature. C’est la même balle qu’on se renvoie et l’on s’adresse souvent au même public. Placé ou non entre guillemets, le « regard fatal » reste un cliché qu’apprécient seuls, au premier ou au second degré, les amateurs de feuilletons.

184. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 9, Le Charivari, 30 août 1845.

61La satire par les mots joue avec la tradition, avec l’excitation et l’émoi rituels qu’engendrent les textes romanesques pour grand public. La satire par l’image se réfère moins à la tradition. Elle est plus brutale dans son parti-pris de tout enlaidir, de tout ramener à la quotidienneté. Bien souvent, les romanciers font référence à la peinture lorsque leurs phrases ne peuvent rendre l’effroi ou la beauté. Comme si la toile permettait mieux l’accès au grandiose ou à l’horreur. Dans la Parodie du Juif errant, Cham prend systématiquement le relais du texte. Avec toute la force de ses dessins aux allures hâtives et grossières, il fige les situations dans un prosaïsme définitif. Le mouvement du feuilleton vient, à toutes les pages, se heurter à la censure du dessinateur qui, imperturbablement, lui coupe les ailes. Les redondances brisent systématiquement le rythme. On doit s’arrêter sur l’image qui s’enchâsse dans le texte et empêche la lecture cursive. La complicité du narrateur et du dessinateur enferme le roman dans les grilles du réalisme et du bon sens. Tout cela se fait sans hargne, dans la bonne humeur. Philipon, Huart et Cham se conduisent comme des galopins qui font du bruit pendant le spectacle, huent les traîtres, applaudissent trop fort, sifflent d’admiration lorsque l’actrice est un peu déshabillée. Par sa manifestation bruyante, et à sa manière, le public dissipé participe aussi à la fête.

Les croquis de L’Ouvrier

  • 13 Au cours de l’année 1874, Cham publia un croquis par semaine dans L’Ouvrier, journal hebdomadaire (...)

62En 1874, dans L’Ouvrier, revue catholique qui présentait aux lecteurs urbains des romans-feuilletons d’un conservatisme musclé, Cham fait la satire du chiffonnier et de la virago13. Généralement, c’est du bourgeois que l’artiste se moque au XIXe siècle. Ici, ce sont les peintres, les rapins, les ivrognes portant la blouse, les mégères affublées de haillons, qui font l’objet de sarcasmes. Étrange renversement au service de l’Église et de l’Armée. Le souvenir de la Commune n’est pas effacé. Maintenant l’ordre règne, on respire. Il faut que les auteurs du désordre perdent leur caractère effrayant et monstrueux pour devenir ridicules. La pétroleuse et l’insurgé ne sont plus que des personnages crasseux bougonnant la nostalgie de ce qui fut leur heure de gloire. La manière de Cham se durcit et se radicalise. Avec insolence et mépris pour la crapule, il simplifie, minimise et fait éclater le regard stupide et envieux des pochards Il y a nettement deux mondes qui s’opposent : celui des propriétaires et des gens bien nés qui jouissent légitimement de ce qu’ils méritent ; celui des jaloux qui ne comprennent que le désordre et la jouissance immédiate. Cham rassure le lecteur catholique. Maintenant que tout danger est écarté, on peut sourire des revendications des gueux – ce qui n’empêche pas la vigilance.

63Plusieurs dessins représentent l’ivrogne, sa sottise, son fanatisme. Hirsute, il ne croit qu’au vin. Dans un croquis intitulé « De l’Athéisme », il proteste contre le recul de la religion : « Plus de ciel ni d’enfer ! ça me gêne tout de même, j’envoyais toujours ma femme au diable ». Attablé devant une bouteille, il se livre à une profession de foi : « L’eau de la Salette, ça me blesse dans mes croyances. Je crois qu’au vin ». Un représentant de l’autorité le sort brutalement de chez le marchand de vin : « Ne plus pouvoir se pocharder ! s’écrie-t-il, m’enlever ma lucidité politique ! » Plus loin encore, fumant la pipe les mains dans les poches, il croise un fier soldat : « Votre Dieu, je n’y crois pas » proteste-t-il. « Parbleu ! réplique martialement le militaire, c’est le Dieu des armées et l’armée t’administre des corrections ».

64Lorsqu’il croise un curé, l’ivrogne en haillons lance des quolibets qui en disent long sur sa mentalité sanguinaire : « C’est si bon la vengeance ! Eh bien, eux autres, plus on les fusille, plus ils prêchent la charité. C’est pas des hommes, quoi ! » (ill. 185). Ou bien : « Aimez-vous les uns les autres ; en voilà des bêtises ! Fusillez vous les uns les autres. Parlez moi de ça. Ma devise. »

185. Cham, « C’est si bon la vengeance ! Eh bien, eux autres plus on les fusille, plus ils prêchent la charité. C’est pas des hommes quoi ! », L’Ouvrier, 18 avril 1874.

65La contestation de l’ordre par le gueux est naturellement un hommage à l’ordre, une invitation à admirer la charité des prêtres, la bravoure des soldats, les bienfaits de l’éducation chrétienne. Deux petits voyous s’étonnent de ce qu’un fier gamin leur tourne le dos : « Il ne veut donc pas venir chaparder avec nous autres ? — Excuse le, Gugusse, une éducation faussée par les frères de l’école chrétienne. » (ill. 186)

186. Cham, « — Il ne veut donc pas venir chaparder avec nous autres ? — Excuse-le, Gugusse, une éducation faussée par les frères de l’école chrétienne », L’Ouvrier, 18 juillet 1874.

187. Cham, « — La Commune ! on m’appelait colonel ! », L’Ouvrier, 14 juillet 1874.

188. Cham, « — Moi aussi, j’en ai fait de la peinture, et à l’huile, encore ! de pétrole. En ai-je badigeonné de ces monuments, sous ma chère Commune ! », L’Ouvrier, 8 août 1874.

189. Cham, « La colonne Vendôme. — Les misérables ! faire disparaître les souvenirs de notre chère Commune ! », L’Ouvrier, 30 mai 1874.

190. Cham, « La réforme sociale », L’Ouvrier, 4 juillet 1874.

191. Cham, « — Je suis pour l’égalité ! m’faut des domestiques aussi ! », L’Ouvrier, 3 octobre 1874.

66La bêtise et l’intolérance sont du côté des gueux, ouvriers ivrognes et peintres sales qui ressemblent à Courbet, souvent raillé. Devant un tableau, un barbouilleur fumant la pipe ricane : « Leur Raphaël ! une canaille qui travaillait pour les églises, pas de danger qu’il ait peint Marat ou Robespierre ! »

67Un autre, devant une sculpture : « Bayard ! encore un abruti de la monarchie ! »

68L’intelligence, la générosité, le pardon des offenses ne sont pas du côté des gueux. Un brave bourgeois tend la main à un misérable qui la refuse : « jamais ! T’as des bottes et je n’ai que des souliers ! » Comme les pochards regrettent le bon temps de la Commune où ils pouvaient voler et piller ! « La Commune ! On m’appelait colonel ! » dit un chiffonnier crasseux, les bras croisés, la hotte pleine d’ordures sur le dos (ill. 187). Au tribunal, un juge s’adresse à un vagabond : « Vous avez été voleur ? – Sous la Commune, pour ne pas me faire remarquer. »

69Quelques dessins mettent en scène une ancienne pétroleuse au visage de sorcière, l’air mauvais, sale, déguenillée, portant panier ou hotte de chiffonnière. Croisant des élégantes, elle s’écrie, hideuse : « Si la Commune existait, c’est moi qui donnerais le ton à la mode ». Croisant des porteurs de tableaux, elle lance : « Moi aussi, j’en ai fait de la peinture, et à l’huile encore ! de pétrole. En ai-je badigeonné de ces monuments, sous ma chère Commune ! » (ill. 188)

70On la voit aussi, les bras croisés devant un tas de ruines : « Malheur ! reconstruire l’Hôtel-de-ville, quand on s’est donné tant de mal ! »

71Et, constatant que la colonne Vendôme est en voie de reconstruction, elle s’indigne : « Les misérables ! faire disparaître les souvenirs de notre chère Commune ! » (ill. 189)

72Ne croyant pas en Dieu, l’ancien insurgé et la vieille pétroleuse n’ont aucun sens des hiérarchies. Leur extravagante prétention à avoir de l’or, des domestiques, des bottes, à donner le ton à la mode, fait rire. Il y a, entre eux et ceux qui possèdent légitimement, une véritable différence de nature. Un chien qui fume, une guenon qui danse, font rire. De la même manière, le gueux dans le fiacre, le chiffonnier qui réclame des domestiques, sont absolument incongrus ! Les croquis parlent tout seuls et en disent long sur les différences sociales au début de la IIIe République ! (ill. 190 et 191). Tout est bien en ordre, et le regard envieux de l’auguste ne fait pas peur au clown blanc.

73De la satire des petits bourgeois parisiens aux amers sarcasmes ridiculisant insurgés et pétroleuses, en passant par La Parodie du Juif errant, le trait de Cham reste le même. Expressions de visage et prétendus bons mots émergent, griffonnés, de la grisaille dans un univers où tout est laid. Cham polémiste minimise, dévalorise, décape, met à jour ce qui anime tout le monde, en deçà du discours et du quant à soi : la cupidité.

Anmerkungen

1 Calendrier pour 1853 par Cham, Paris, au bureau du journal Le Charivari.

2 Emotions de chasse, à la Librairie nouvelle et au bureau du Charivari.

3 Fariboles album par Cham, au bureau du Charivari, 1855.

4 Un peu de tout, au bureau du Charivari, 1856.

5 L’Arithmétique, illustrée par Cham, au bureau du Charivari.

6 Le Salon de 1857, illustré par Cham, au bureau du Charivari.

7 Folies parisiennes, album par Cham, au bureau du Charivari, 1857.

8 Ces Petites Dames et ces Jolis Messieurs, par Cham, Michel Lévy, 1867.

9 Ces Diables de Parisiens par Cham, Michel Lévy, 1867.

10 Cascades dramatiques, par Cham, Michel Lévy, 1868.

11 Bouffonneries de l’Exposition, par Cham, Michel Lévy, 1868.

12 La « Bibliographie chronologique d’Eugène Sue », établie par René Guise (Europe, nov-déc.l982) précise la date de publication des volumes successivement publiés par Le Constitutionnel.
25 juin - 18 juillet 1844 (16 feuilletons, 1er vol.).
30 juillet - 23 août 1844 (18 feuilletons., 2e vol.).
27 août - 1er septembre 1844 (16 feuilletons, 3e vol.)
2 octobre - 1er novembre 1844 (26 feuilletons, 4e vol.)
16-25 janvier 1845 (8, 5e vol.)
29 janvier - 2 mars 1845 (20., 6e vol.)
6-22 mars 1845 (11 feuilletons, 7e vol.)
7 mai - 8 juin 1845 (18 f., 8e vol.)
12 juin - 12 juillet 1845 (18 feuilletons, 9e vol) 1er-26 août 1845 (19 feuilletons, 10e vol)
La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties a été publiée dans dix numéros du Charivari :
1ere partie : 22 août 1844
2e partie : 5 octobre 1844
3e partie : 12 novembre 1844
4e partie : 26 décembre 1844
5e partie : 25 février 1845
6e partie : 5 avril 1845
7e partie : 5 mai 1845
8e partie : 8 juillet 1845
9e partie : 30 août 1845
10e partie : 15 septembre 1845
Chronologiquement, les 10 « parties » de la parodie, s’insèrent donc entre les volumes du Juif errant d’Eugène Sue.

13 Au cours de l’année 1874, Cham publia un croquis par semaine dans L’Ouvrier, journal hebdomadaire illustré, Paris, Blériot.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift 179. Cham [Amédée de Noé], série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 2, Le Charivari, 5 octobre 1844.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 90k
Bildunterschrift 180. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 10, Le Charivari, 15 septembre 1845.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 22k
Bildunterschrift 181. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 1, Le Charivari, 22 août 1844.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 95k
Bildunterschrift 182. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 2, Le Charivari No 2, 5 octobre 1844.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Bildunterschrift 183. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 5, Le Charivari, 25 février 1845.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 137k
Bildunterschrift 184. Cham, série La Parodie du Juif errant, complainte constitutionnelle en dix parties No 9, Le Charivari, 30 août 1845.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 432k
Bildunterschrift 185. Cham, « C’est si bon la vengeance ! Eh bien, eux autres plus on les fusille, plus ils prêchent la charité. C’est pas des hommes quoi ! », L’Ouvrier, 18 avril 1874.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 30k
Bildunterschrift 186. Cham, « — Il ne veut donc pas venir chaparder avec nous autres ? — Excuse-le, Gugusse, une éducation faussée par les frères de l’école chrétienne », L’Ouvrier, 18 juillet 1874.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 29k
Bildunterschrift 187. Cham, « — La Commune ! on m’appelait colonel ! », L’Ouvrier, 14 juillet 1874.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Bildunterschrift 188. Cham, « — Moi aussi, j’en ai fait de la peinture, et à l’huile, encore ! de pétrole. En ai-je badigeonné de ces monuments, sous ma chère Commune ! », L’Ouvrier, 8 août 1874.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 118k
Bildunterschrift 189. Cham, « La colonne Vendôme. — Les misérables ! faire disparaître les souvenirs de notre chère Commune ! », L’Ouvrier, 30 mai 1874.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 119k
Bildunterschrift 190. Cham, « La réforme sociale », L’Ouvrier, 4 juillet 1874.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Bildunterschrift 191. Cham, « — Je suis pour l’égalité ! m’faut des domestiques aussi ! », L’Ouvrier, 3 octobre 1874.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7931/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 104k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site