Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Caricature entre République et censure

 | 
Philippe Régnier
, 
Raimund Rütten
, 
Ruth Jung
, 
et al.

Diversification et limites de la satire

Satire des mœurs et critique sociale dans la caricature française de 1835 à 1848

Paul Allard

Volltext

163. Daumier, « Aureriez vous de l’huile de Cotterêts !... », La Caricature provisoire, 31 mars 1839, pl. 22.

1Les lois de septembre, exploitant l’émotion suscitée par l’attentat de Fieschi contre Louis-Philippe le 28 juillet 1835, signent l’arrêt de mort de la liberté de la presse. Déjà exclue de la vie politique par le système censitaire (100 000 électeurs pour une population de 33 millions d’habitants), la petite et moyenne bourgeoisie voit ses possibilités d’expression rétrécies comme une peau de chagrin. Désormais les dessinateurs doivent se résoudre à ne plus jouer que sur un seul registre, apparemment inoffensif, et qu’avaient déjà illustré Traviès et Gavarni, celui de la satire des mœurs.

2Ce repli doit-il être interprété comme l’abandon du terrain politique par les caricaturistes, c’est-à-dire comme l’aveu d’une défaite de l’opposition républicaine, ou peut-on lire, à travers la satire des mœurs contemporaines, la critique d’une société – cette société louis-philipparde sur laquelle s’appuie le régime ? Peut-on y voir une nouvelle forme, plus prudente et plus subtile, de contestation politique ? Le Charivari répond à cette question en publiant en 1841 une Charte composée d’un seul article, « Tous les Français sont égaux devant le ridicule », et en précisant :

« Depuis que les lois de septembre ont soumis le dessin à la censure, nous avons mis toute notre application à compenser les pertes de la caricature politique par l’extension que nous avons donnée à la caricature de genre, qui touche par tant de côtés à la politique. »

  • 1 Hebdomadaire fondé en 1843 par quatre hommes proches du journal républicain modéré Le National (Ch (...)

3Certains signes montrent du reste que les journaux satiriques illustrés n’ont pas désarmé. Plus voilées que naguère, les allusions hostiles au régime n’en sont pas moins transparentes aux yeux d’un lectorat habitué depuis plusieurs années à lire les caricatures et à déchiffrer leur sens caché. Ainsi ce dessin de Daumier, paru le 31 mars 1839 dans La Caricature provisoire (ill. 163), où l’on voit un épicier vendant de l’huile de cotret, c’est-à-dire des coups de bâtons en langage populaire : le dessin échappe à la censure, puisque rien ici ne désigne explicitement Louis-Philippe et son gouvernement, mais pour le lecteur un tant soit peu perspicace, tout épicier évoque « Fip Ier, roi des épiciers », et l’orthographe Cotterêts fait plus clairement encore allusion au roi, qui possède un château à Villers-Cotterêts. La légende tacite de l’image peut ainsi s’énoncer : Louis-Philippe = répression musclée. Lorsque la censure interdit de faire de la personne royale l’objet de caricatures, le simple fait de la représenter de dos, comme s’y hasarde L’Illustration en première page de son numéro du 19 octobre 1844 (ill. 164), peut être interprété comme un signe d’irrespect. Enfin, faute de pouvoir attaquer le roi et ses ministres, la caricature s’en prend volontiers à la Justice – il faut dire que les journalistes ne connaissent que trop le monde des tribunaux –, et au Parlement : le 11 juillet 1842, Le Charivari publie des dessins de Grandville qui ridiculisent les députés battus, et L’Illustration1 se fait une spécialité de la satire des mœurs parlementaires (ill. 165), genre qui permet une critique indirecte du régime et de ses institutions, et dont on sait quelle faveur équivoque il rencontrera un demi-siècle plus tard, sous la Troisième République.

164. Non signé, « Réception du roi Louis-Philippe par la reine Victoria au bas du grand escalier de Windsor, le mardi 8 octobre 1844 », L’Illustration, 19 octobre 1844

165. Non signé, « Ce que devient un député. Première session. — Deuxième session. — Troisième session », L’Illustration, 8 août 1846.

166. Daumier, « Serment renouvelé... des Suisses. — Jurons ! d’augmenter encore nos locataires au prochain terme !... — Nous le jurons !... nous le jurons !... », série Locataires et propriétaires No 2, Le Charivari, 29 septembre 1856.

  • 2 15 tomes de 1831 à 1834.
  • 3 Curmer, 1840.
  • 4 Hetzel, 1845-1846.
  • 5 Mais qui n’a pas encore été véritablement touché par la révolution industrielle : le peuple parisi (...)

4De 1835 à 1848 cependant, il est exceptionnel que la caricature soit ouvertement politique ; elle se cantonne le plus souvent dans la satire des mœurs, et elle choisit ses sujets en fonction du public auquel elle s’adresse, qu’on peut définir globalement comme parisien et appartenant à la petite ou moyenne bourgeoisie. La province, le monde de la paysannerie et de la grande industrie sont presque absents des caricatures, tout comme le monde de l’aristocratie et de la haute finance, car ce que proposent au lecteur les journaux satiriques illustrés, ce sont des scènes de la vie quotidienne – de sa vie quotidienne –, un « Tableau de Paris » qui s’inscrit dans une tradition inaugurée par Sébastien Mercier et illustrée par des ouvrages tels que Paris, ou le livre des Cent-et-un2, Les Français peints par eux-mêmes3, ou Le Diable à Paris4 : tableaux de mœurs, mais aussi scènes balzaciennes de la vie sociale, dans un Paris d’avant Haussmann qui n’a pas encore repoussé les gens du peuple du côté des fortifs, et qui a donc conservé une certaine hétérogénéité sociale et professionnelle5 ; scènes d’intérieur mettant en évidence les caractéristiques de telle ou telle fraction de la société, ou scènes de rues où se croisent les métiers et les conditions.

167. Daumier, « En vl’à un petit pochard ! il vous avale ça comme du lait ! pauvre chou... c’est tout le portrait de son père ! », série Mœurs conjugales No 42, Le Charivari, 29 mars 1842.

  • 6 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Plon, 1958.

5La représentation de la société est donc déterminée par la position qu’occupe le lecteur dans cette société, et la figure de l’ouvrier, du propriétaire et du banquier sont d’autant plus facilement tenues à distance que le lecteur ne saurait s’identifier à eux. Pour le bourgeois en effet, le banquier, l’homme d’affaires véreux ou le politicien cynique, c’est Robert Macaire, personnage sans scrupules venu du théâtre et récupéré par Daumier, figure centrale du Charivari dans les années 1836-1838, et que les caricatures, avant 1835, identifiaient à Louis-Philippe (ill. 145) ; le propriétaire c’est le Vautour, bourgeois profiteur et rapace, bourreau des locataires, personnage créé par Gavarni à partir d’une pièce de Désaugiers (1805), et repris par Daumier (ill. 166) ; et l’ouvrier c’est l’autre, celui qu’on croise mais qu’on ne connaît pas, figure inquiétante qu’a analysée Louis Chevalier dans son ouvrage Classes laborieuses, classes dangereuses6, et qu’on représente volontiers sous les traits du gueux ou du buveur (ill. 167). Cette représentation ne va pas toujours sans une certaine ambivalence. Ainsi cette planche de Daumier, parue en janvier 1840, et qui montre un bourgeois croisant dans la rue un fort des Halles (ill. 168) : si le bourgeois est effrayé, est-ce parce que l’ouvrier est véritablement effrayant, ou est-ce parce que le nanti a une peur viscérale du peuple ? Là encore, rien ne provoque ouvertement la censure, mais le lecteur a sous les yeux une représentation limpide des clivages sociaux et des préjugés de classe, et tout commentaire s’avère superflu. La même remarque peut être faite pour cette vignette de Bertall (ill. 169), parue en 1846 dans Le Diable à Paris : la légende (« Jeu de bouchon. – Le père est au cabaret. ») témoigne apparemment de l’hostilité et du mépris du dessinateur à l’égard des ouvriers, accusés de s’enivrer et de laisser leurs enfants seuls dans la rue ; mais la mise en parallèle de cette vignette avec celle qui lui fait pendant (ill. 170) ne délivre pas tout à fait le même message : les enfants de toutes conditions jouent à des jeux innocents, que leur père soit ouvrier ou député à la Chambre, et la Chambre n’est-elle pas, pour la bourgeoisie, l’équivalent du cabaret populaire, c’est-à-dire le lieu où l’on discute politique ? Après la Révolution de février 1848, le discours iconographique pourra être plus clair : il suffit pour s’en convaincre de comparer la planche de Daumier déjà présentée (ill. 168) à celle qu’il donne au Charivari en avril 1848 (ill. 171). L’image n’a plus aucune ambiguïté : c’est à l’évidence la frayeur du couple bourgeois, tremblant à la vue d’une troupe d’enfants, qui est ridiculisée, et la structure du dessin en renforce le sens – le couple bourgeois s’esquive furtivement par la gauche, c’est-à-dire se replie frileusement sur le passé, tandis que la cohorte révolutionnaire d’enfants du peuple s’avance hardiment vers la droite, c’est-à-dire vers l’avenir.

168. Daumier, « Noir et Blanc », série Émotions Parisiennes No 23, Le Charivari, 18 janvier 1840.

  • 7 Cité dans R Searle, C. Roy, B Bornemann, La Caricature art et manifeste, Genève, Skira 1974, p. 14 (...)

6Le personnage auquel le lecteur est susceptible de s’identifier est précisément celui que les caricaturistes ridiculisent le plus volontiers, c’est-à-dire le bourgeois parisien. Comme le souligne E. Fuchs, « la caricature accompagne le bourgeois du saut de son lit jusqu’à l’heure invariable où s’éteint la lampe de sa chambre conjugale7 ».

  • 8 C’est précisément à cette époque que la bourgeoisie anglaise, grâce à la révolution industrielle e (...)

7La caricature de la société bourgeoise, illustrée par Hogarth dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle8, est en France un phénomène assez nouveau, mais qui, dès l’accession de Louis-Philippe au trône, et plus encore après 1835, devient l’une des composantes majeures du discours satirique. Classe montante qui n’en finit pas d’accéder au pouvoir depuis la Révolution de 1 789, la bourgeoisie est aussi le plus sûr soutien du régime : s’en moquer, c’est toujours, peu ou prou, s’en prendre à la monarchie bourgeoise qui ne reconnaît que deux valeurs, l’ordre public et la bonne marche des affaires.

  • 9 Sur la difficulté de définir la bourgeoisie, voir la synthèse d’Adeline Daumard Les bourgeois et l (...)
  • 10 J. Portalis, L’homme et la société ou essai sur les devoirs respectifs de l’homme et de la société (...)
  • 11 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis-Bonaparte, 1852. Joseph Proudhon, Manuel du spéculateur à la Bo (...)

8Encore faut-il savoir exactement ce que recouvre le terme « bourgeoisie ». Pour l’historien, la bourgeoisie correspond à un groupe social qui n’a pas beaucoup d’homogénéité, et qui s’étend des frontières de l’artisanat et du petit commerce au monde de la Haute Finance en une complexe hiérarchie de la fortune et de la considération, comme le montrent les travaux d’Adeline Daumard pour le monde parisien9. Par rapport à cette stratification des conditions bourgeoises, il apparaît déjà assez clairement que Daumier et la plupart des caricaturistes dessinent de préférence des individus appartenant à la petite et moyenne bourgeoisie, monde composé d’employés, de boutiquiers, de petits rentiers, et de professions libérales inférieures. Leur condition sociale reste modeste, souvent à peine supérieure à celle du peuple, mais ils ont acquis un niveau d’instruction qui les dispense de travailler de leurs mains, et ils ont atteint un niveau de vie suffisant pour s’habiller, se loger, et se comporter en bourgeois. Les contemporains ont eu quelques difficultés à définir la bourgeoisie comme une classe. Guizot la considère comme une classe moyenne entre le peuple et l’aristocratie, mais Portalis s’y refuse, conscient de l’hétérogénéité économique, sociale et culturelle de la société bourgeoise10. La classe bourgeoise n’apparaît en tant que telle que dans les écrits socialistes des années 1850, chez Proudhon et Marx en particulier11, opposée à la classe ouvrière sur le mode de l’antagonisme entre capital et travail, mais dès les années 1830 le bourgeois existe comme un type en soi : le Joseph Prudhomme d’Henri Monnier doit moins sa définition de bourgeois à un ensemble de données socio-économiques objectives et quantifiables, qu’à sa manière d’être, de parler et de penser. Être bourgeois dans la première moitié du XIXe siècle, c’est bien entendu bénéficier d’un niveau de vie plus élevé que le reste du peuple, mais c’est aussi s’en distinguer grâce à son comportement, à ses mœurs, à la pratique des bonnes manières, à un certain accès à la culture et à la pratique de certains loisirs : le bourgeois se définit alors par son style de vie. Mais privé du prestige de la naissance qui inscrit l’individu dans un ordre immuable, il n’est que le produit de son travail et de sa valeur individuelle. Nulle transcendance dans son ascension sociale, la morale qui l’anime et qu’il défend a comme récompense l’argent ; toujours obligé de faire ses preuves, toujours anxieux à l’idée de ne pas respecter les règles qui ont cours dans la bonne société, toujours soucieux d’être à la hauteur de son rang social et de donner de lui une bonne image (ill. 172), il est inévitablement guindé, emprunté, et ridicule. Comment s’étonner que les caricaturistes lui rappellent en permanence tous les travers dont il cherche sans cesse à se corriger ?

169. Bertall [Charles Albert d’Arnoux] « Jeu de bouchon. — Le père est au cabaret », Les Enfants à Paris (15 vignettes), illustration extraite de Le Diable à Paris. Le Tiroir du Diable, 1846, vol. Il, p. 257.

170. Bertall, « Jeu de volant. — Le père est à la Chambre », « Jeu de bouchon. — Le père est au cabaret », Les Enfants à Paris, illustration extraite de Le Diable à Paris. Le Tiroir du Diable, 1846, vol. II, p. 257.

171. Daumier, « — Ou peut aller cette bande d’hommes armés !... rentrons, ma femme, c’est effrayant !... », série Les Alarmistes et les Alarmés No 18, Le Charivari, 10 avril 1848.

172. Daumier, « Photographie. Nouveau procédé employé pour obtenir des poses gracieuses », série Croquis Parisiens No 4, Le Charivari, 5 juin 1856.

9Le paradoxe de la caricature des mœurs bourgeoises réside dans le fait que le lecteur appartient précisément à la fraction de la société qui est caricaturée. Il partage les valeurs, les peurs et les désirs de la bourgeoisie : lui aussi veut que l’ordre public règne et que ses affaires marchent bien ; lui aussi est désireux de paraître à son avantage et se soucie de sa respectabilité sociale. De quoi rit le lecteur lorsqu’il regarde ces planches ? Se reconnaît-il dans ces caricatures de bourgeois prudents et mesquins, et a-t-il assez d’humour pour les trouver drôles ? Ou y reconnaît-il son voisin de palier, son collègue, son beau-père ou son associé, bref, l’autre, si tant est que, comme le dit Henri Monnier, « on est toujours le bourgeois de quelqu’un » ? Il est plus facile de rire du roi ou d’un ministre, de cette femme du peuple qui alcoolise son bébé (ill. 167), d’un député somnolent (ill. 165), d’un propriétaire-vampire (ill. 166) ou d’un Robert Macaire qui s’est enrichi malhonnêtement, que de soi-même...

  • 12 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Plon, 1960.
  • 13 A Burguière, C Klapisch-Zuber, M. Segalen, F Zonabend, Histoire de la famille, Armand Colin, 1986.
  • 14 P. Ariès, G Duby, dir., Histoire de la vie privée, Seuil, 1987.
  • 15 Voir en particulier : Y. Knibiehler et C. Fouquet, Histoire des mères, Paris, Montalba, 1980 ; et (...)
  • 16 Voir par exemple Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, roman paru en feuilleton dans La Presse (...)

10Les dessins satiriques représentant des scènes de la vie familiale sont plus délicats encore à analyser, leur signification étant rarement univoque. Depuis quelques années, les historiens se sont intéressés à l’évolution des mœurs et des comportements familiaux, et proposent ainsi, à travers l’étude de la vie privée, de nouvelles grilles de lecture de la vie sociale. Les travaux de Philippe Ariès, qui dès les années 1960 s’est intéressé à l’évolution de la cellule familiale et à la place de l’enfant dans celle-ci depuis le Moyen Âge12, ont été depuis repris, nuancés, et approfondis. Une Histoire de la famille a été publiée13, et l’histoire de la vie privée a fait également l’objet d’un ouvrage collectif dirigé par Philippe Ariès et Georges Duby14. Il ressort de toutes ces études qu’au XIXe siècle la bourgeoisie a de nouveaux comportements qu’elle tend à ériger en véritables modèles. La famille bourgeoise poursuit à la fois un mouvement de repli sur elle-même, une réduction des naissances qui favorise la promotion des enfants, et une redistribution des tâches à l’intérieur du ménage. La femme se voit assigner un rôle maternel accru auquel sa physiologie et sa psychologie particulières la prédestinent. Pour la science médicale en effet, la constitution naturelle de la femme lui donne des aptitudes particulières qui déterminent son rôle social et familial15, et ne pas se conformer à ce rôle, c’est enfreindre les lois de la nature. La caution de l’autorité scientifique est également appelée en renfort d’un discours moral qui prétend régir les comportements privés, normaliser la sexualité, et répartir les rôles à l’intérieur de la cellule familale. La littérature contribue puissamment à diffuser ces modèles16, ainsi que la caricature.

11Ces mœurs bourgeoises ne sont pourtant pas encore dominantes ; elles doivent s’imposer peu à peu à une société qui vit de manière traditionnelle dans les campagnes (même si l’évolution y est déjà sensible) et qui, dans les villes, est victime de conditions de vie telles, que le prolétariat ne peut vivre de manière décente. L’exiguïté des logements entraîne l’insalubrité et la promiscuité. Les naissances illégitimes et les abandons d’enfants atteignent, durant la première moitié du XIXe siècle, des taux records ; le mariage qui soude la famille, base de l’organisation sociale, est retardé au profit du concubinage, ce qui offense la morale.

173. Daumier, « Un intérieur parisien. — Monsieur fait le ménage ; Madame songe à le défaire », série Mœurs conjugales No 53, La Caricature, 15 mai 1842.

12La question sociale est une préoccupation centrale du règne de Louis-Philippe. Beaucoup d’observateurs souhaitent une amélioration des conditions de vie du prolétariat ; les solutions proposées sont aussi diverses que leurs origines politiques, mais tous sont d’accord pour déplorer les mœurs dissolues du peuple et proposer une véritable éducation morale. Les caricaturistes ne sont donc pas, dans le contexte de l’époque, particulièrement conservateurs ; ils défendent ce qu’ils croient être des valeurs universelles, susceptibles d’améliorer la condition des pauvres et le fonctionnement de la société tout entière, mais ils s’en tiennent à une attitude paternaliste, et presque colonialiste, qui omet d’analyser les causes économiques de la pauvreté, et qui, pour sortir le peuple de sa misère morale et matérielle, se garde bien d’envisager des solutions sociales.

  • 17 Voir ici même l’étude de Christine Planté, « Les Bas-Bleus de Daumier : De quoi rit-on dans la car (...)

13C’est la normalisation de la famille, c’est-à-dire l’embourgeoisement de son mode de fonctionnement, qui garantit la stabilité sociale. Toute femme qui s’aventure à sortir de son rôle d’épouse, de mère, et de ménagère – comme s’y risquent les Bas-bleus, les Divorceuses, ou les Femmes socialistes, que Daumier ridiculise impitoyablement17 – met non seulement en péril l’équilibre de sa propre famille, mais aussi celui de la société. Certains dessins sont on ne peut plus clairs, tel celui-ci (ill. 173), tiré de la série Mœurs conjugales de Daumier : l’homme manie le balai, tandis que sa femme paresse au lit, et la légende insiste en jouant sur le double sens du mot ménage : « Monsieur fait le ménage ; Madame songe à le défaire ». D’autres sont en revanche moins faciles à interpréter. Ainsi cette autre planche de Daumier, extraite de la même série (ill. 174) : la mère est absente, c’est le père qui s’occupe des enfants, mais il n’a pas l’air particulièrement dépité, bien au contraire ; transformé en nounou, il est sans doute un peu ridicule aux yeux d’un lecteur du XIXe siècle, mais il ne semble pas dépassé par la situation, comme c’est le cas dans certains dessins de Daumier (voir ill. 194). Le sens de l’image est ailleurs, et c’est la légende qui en donne la clef : « Eh, Eh !... petit gredin, vous en ferez aussi des moutards, vous avez déjà des yeux de scélérat. Vous serez comme votre père ». C’est le nombre excessif d’enfants qui est ici condamné, car non conforme au modèle malthusien que tente d’imposer la société bourgeoise : quatre enfants en bas âge, et combien à venir encore (d’autant que le père semble se vanter de ses ardeurs conjugales...) ? Une autre planche de Daumier, toujours extraite de Mœurs conjugales, peut être mise en regard (ill. 175) : « Cré nom !... Si on réfléchissait !... », dit ce père accablé qui tient sur ses genoux un bambin encore dans les langes, et vient d’apprendre que sa femme est une nouvelle fois enceinte. Contrairement au père de l’image précédente, celui-ci semble faire siennes, mais peut-être un peu tard, les thèses malthusiennes.

14Pour la petite bourgeoisie, le malthusianisme va de pair avec le désir de promotion sociale. Il en est la condition nécessaire – il est impossible d’élever son niveau de vie si l’on a trop de bouches à nourrir –, et il modifie radicalement le regard porté sur l’enfant. Cette fraction du peuple qui appartient à l’artisanat et au petit commerce et qui aspire à s’établir, et cette petite bourgeoisie qui monte en suivant le conseil de Guizot, « Enrichissez-vous », reportent bien souvent leurs ambitions sociales sur leurs enfants. La promotion de l’enfant, par les études et par l’héritage, est un des grands changements que la bourgeoisie a introduits dans les comportements familiaux au cours du XIXe siècle. L’enfant est ainsi valorisé, placé au centre de la famille, parfois idéalisé, objet de fierté et d’espoir pour ses parents, et Daumier ne se prive pas de ridiculiser, non pas l’enfant (qui n’est presque jamais la cible des caricaturistes), mais le père qui sanglote d’attendrissement devant la réussite scolaire de son rejeton (ill. 176). Il ne suffit pas du reste que l’enfant réussisse à l’école, il faut aussi, pour réussir dans la vie, qu’il apprenne les bonnes manières qui le distingueront des gens du peuple. Savoir se moucher proprement devient ainsi un critère de respectabilité sociale (ill. 177) : le maître d’école donne la croix d’honneur – de « l’honneur sans tache », évidemment – à l’élève qui ne s’est pas mouché sur sa manche.

174. Daumier, « Eh. Eh ?...petit gredin, vous en ferez aussi des moutards, vous avez déjà des yeux de scélérat. Vous serez comme votre père », série Mœurs conjugales No 26, Le Charivari, 5 juillet 1840.

15Un examen un peu plus attentif de ces deux dessins montre toutefois que cette promotion de l’enfant n’offre pas toujours un aspect très réjouissant : les visages des autres élèves, à l’arrière-plan, sont particulièrement tristes et résignés, et les professeurs, surtout dans la scène de distribution des prix, ont une expression bien peu amène, pour ne pas dire effrayante. Le savoir et les bonnes manières en effet ne s’inculquent pas sans violence de la part des adultes (ill. 178) : Vallès en témoignera, comme il témoignera aussi du poids étouffant, pour un enfant, de l’injonction de réussir à l’école et de gravir l’échelle sociale. La cellule familiale bourgeoise mérite bien son nom : elle a en effet quelque chose de carcéral. L’enfant y est tenu, surveillé, enfermé entre les murs de la classe (ill. 176 et 177) ou dans une cour de récréation sans horizon (ill. 178), comme le couple petit-bourgeois est enfermé entre les murs de la chambre à coucher (ill. 173 et 175). Même pendant ses jeux, il reste sous la surveillance d’un adulte, alors que l’enfant du peuple joue en liberté dans la rue (ill. 170 et 171). Le monde petit-bourgeois offre ainsi l’image d’un monde clos, replié sur lui-même, de plus en plus coupé de la classe populaire dont il est issu, et à laquelle il abandonne l’espace ouvert de la rue. Comment s’étonner dès lors que le bourgeois se sente en danger dès qu’il met les pieds hors de chez lui (ill. 168 et 171) ? – Le baron Haussmann va bientôt mettre bon ordre à tout cela : vidées de leur population ouvrière, les rues parisiennes deviendront sûres, et le bourgeois ne risquera plus d’y faire de mauvaises rencontres.

175. Daumier, « Cré nom !... Si on réfléchissait !... », série Mœurs conjugales No 13, Le Charivari, 6 novembre 1839.

176. Daumier, « Premier grand prix de mathématiques. Mr. Isidore Cabuchet, déjà neuf fois nommé !... (Mr. Cabuchet ne peut plus contenir les larmes d’attendrissement qu’inondent décidément son nez paternel.) », série Professeurs et Moutards No 12, Le Charivari, 16 février 1846.

177. Daumier, « Mr. Alfred Cabassol, seul de la classe vous avez passé toute cette semaine sans vous moucher sur votre manche, recevez ce signe de l’honneur sans tache !... », série Professeurs et Moutards No 6, Le Charivari, 10 janvier 1846.

178. Daumier, « Comment on décide un jeune homme à venir enfin rendre ses hommages respectueux à ses parens », série Professeurs et Moutards No 26, Le Charivari, 19 mai 1846.

  • 18 Il faut cependant souligner que les journaux satiriques républicains, comme l’ensemble de la press (...)
  • 19 Voir N. Postman, Se distraire à en mourir, Flammarion, 1986.
  • 20 Une étude systématique des thèmes des caricatures permettrait de vérifier cette hypothèse ainsi qu (...)

16Force est de conclure que les caricaturistes de la première moitié du siècle, et Daumier en particulier, sont animés vis-à-vis de la bourgeoisie d’un esprit satirique rarement complaisant. Avare, féroce pour les faibles, imbu de lui-même, mesquin et peureux, excessivement soucieux du regard et de l’opinion d’autrui, le bourgeois ne déploie à leurs yeux aucune des qualités qui en feraient un bon citoyen, dans la République qu’ils appellent de leurs vœux. Pourtant, les lecteurs des journaux appartiennent à cette bourgeoisie ridiculisée par les caricatures ; le coût prohibitif d’un quotidien ou d’une revue spécialisée en exclut les classes populaires (l’abonnement d’un an au Charivari est de 60 francs à Paris, soit environ 15 % des revenus d’un manœuvre parisien18). Le ridicule, il est vrai, n’atteint que les autres ; l’image personnalise, et il est difficile de critiquer en une seule caricature l’ensemble d’un groupe social19. En outre, quelques-unes des critiques les plus féroces se font au travers de personnages comme Robert Macaire (Daumier), M. Prudhomme (Monnier), l’ignoble Mayeux (Traviès), ou le Vautour (Gavarni et Daumier), figures auxquelles le lecteur ne peut s’identifier, même si elles exercent sur lui une certaine fascination : c’est toujours l’autre qui leur ressemble. Ces critiques atteignent quelquefois le cœur du système capitaliste, en particulier dans la série des Robert Macaire, qui connaît un extraordinaire succès, mais il est rare qu’elles donnent lieu à une véritable analyse politique, sociale, et économique. La critique des mœurs est d’une autre nature : soit elle s’inscrit dans la lignée des moralistes des XVIIe et XVIIIe siècles, et elle relève alors d’une morale universelle qui stigmatise les vices et les ridicules de l’être humain en décrivant des caractères et des situations qui ne sont pas propres à la petite bourgeoisie de l’époque ; soit elle s’attache à illustrer l’écart qui existe entre les principes de la morale bourgeoise et sa pratique. Ainsi le caricaturiste, tout en se moquant, rappelle en quelque sorte à l’ordre celui qui déroge aux mœurs du groupe social auquel il appartient. Le caricaturiste, dans ce cas, ne fait pas œuvre de critique des mœurs bourgeoises, mais plutôt de gardien de ces mœurs – ce qui montre à quel point l’organisation familiale de l’époque et la répartition des rôles de chacun étaient considérées comme naturelles, car fondées sur une observation qui se voulait objective du monde. Les caricaturistes partagent les valeurs de leurs lecteurs, et la caricature se fait ainsi pédagogique : s’adressant à la petite et moyenne bourgeoisie, elle lui indique, sous une forme humoristique, ce qu’elle doit faire en lui montrant ce qu’elle ne doit pas faire ; elle lui montre comment elle peut arriver à se distinguer du peuple, quitte à forcer le trait en faisant des classes populaires une image-repoussoir : enfants trop nombreux et laissés à l’abandon, ivrognerie, paresse et liberté sexuelle. D’une manière générale, la critique politique, telle qu’elle s’est développée dans les années 1830-1835, est en avance sur la critique de la société et des mœurs20, malgré les quelques ambiguïtés que nous avons relevées. Ce conformisme sous-jacent pourrait expliquer dans une certaine mesure l’apparent masochisme de la bourgeoisie, fascinée par le regard, somme toute plus normatif que critique, que portent sur elle les caricaturistes.

Anmerkungen

1 Hebdomadaire fondé en 1843 par quatre hommes proches du journal républicain modéré Le National (Charton, Joanne, Paulin et Dubochet), il tire à 17 000 exemplaires à la fin de la monarchie de Juillet. Y collaborent Gavarni, Cham, Bertall, et Töpffer, le créateur de la bande dessinée. Je renvoie ici à J.-N. Marchandiau, L’Illustration Toulouse, Privat, 1987.

2 15 tomes de 1831 à 1834.

3 Curmer, 1840.

4 Hetzel, 1845-1846.

5 Mais qui n’a pas encore été véritablement touché par la révolution industrielle : le peuple parisien n’est pas celui de la mine et des grandes filatures que décrit LR. Villerme dès 1840 (Tableau de l’état physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine et de soie), mais celui de l’artisanat et du petit commerce (voir C. Tilly « Le peuple de juin 1848 », Les Annales, septembre-octobre 1974).

6 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Plon, 1958.

7 Cité dans R Searle, C. Roy, B Bornemann, La Caricature art et manifeste, Genève, Skira 1974, p. 141.

8 C’est précisément à cette époque que la bourgeoisie anglaise, grâce à la révolution industrielle et au développement du commerce, devient la classe dominante. L’ascension de la bourgeoisie française est, on le sait, un peu plus tardive.

9 Sur la difficulté de définir la bourgeoisie, voir la synthèse d’Adeline Daumard Les bourgeois et la bourgeoisie en France, Aubier, 1987 Sur la bourgeoisie parisienne, voir, du même auteur, Les Bourgeois de Paris au XIXe siècle, Flammarion, 1970.

10 J. Portalis, L’homme et la société ou essai sur les devoirs respectifs de l’homme et de la société, Mémoire de l’Académie des Sciences morales, t. viii, 1850, cité par A Daumard, op. cit.

11 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis-Bonaparte, 1852. Joseph Proudhon, Manuel du spéculateur à la Bourse, 3ème édition, Paris, 1857.

12 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Plon, 1960.

13 A Burguière, C Klapisch-Zuber, M. Segalen, F Zonabend, Histoire de la famille, Armand Colin, 1986.

14 P. Ariès, G Duby, dir., Histoire de la vie privée, Seuil, 1987.

15 Voir en particulier : Y. Knibiehler et C. Fouquet, Histoire des mères, Paris, Montalba, 1980 ; et É. Badinter, L’amour en plus, Flammarion, 1980.

16 Voir par exemple Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, roman paru en feuilleton dans La Presse de novembre 1841 à janvier 1842, et qui oppose deux jeunes femmes, l’une acceptant son destin de mère, l’autre vivant une passion forcément coupable et tragique.

17 Voir ici même l’étude de Christine Planté, « Les Bas-Bleus de Daumier : De quoi rit-on dans la caricature ? »

18 Il faut cependant souligner que les journaux satiriques républicains, comme l’ensemble de la presse républicaine, ont un lectorat beaucoup plus important que leur tirage ne l’indique : voir Charles Ledré, La Presse à l’assaut de la monarchie, Colin. 1960, p. 13.

19 Voir N. Postman, Se distraire à en mourir, Flammarion, 1986.

20 Une étude systématique des thèmes des caricatures permettrait de vérifier cette hypothèse ainsi que le souhaitent A. Sauvy, Aux sources de l’humour, Odile Jacob, 1988, p. 223, et A. Daumard, op. cit., p. 28.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift 163. Daumier, « Aureriez vous de l’huile de Cotterêts !... », La Caricature provisoire, 31 mars 1839, pl. 22.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 354k
Bildunterschrift 164. Non signé, « Réception du roi Louis-Philippe par la reine Victoria au bas du grand escalier de Windsor, le mardi 8 octobre 1844 », L’Illustration, 19 octobre 1844
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 287k
Bildunterschrift 165. Non signé, « Ce que devient un député. Première session. — Deuxième session. — Troisième session », L’Illustration, 8 août 1846.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 295k
Bildunterschrift 166. Daumier, « Serment renouvelé... des Suisses. — Jurons ! d’augmenter encore nos locataires au prochain terme !... — Nous le jurons !... nous le jurons !... », série Locataires et propriétaires No 2, Le Charivari, 29 septembre 1856.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 440k
Bildunterschrift 167. Daumier, « En vl’à un petit pochard ! il vous avale ça comme du lait ! pauvre chou... c’est tout le portrait de son père ! », série Mœurs conjugales No 42, Le Charivari, 29 mars 1842.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 303k
Bildunterschrift 168. Daumier, « Noir et Blanc », série Émotions Parisiennes No 23, Le Charivari, 18 janvier 1840.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 326k
Bildunterschrift 169. Bertall [Charles Albert d’Arnoux] « Jeu de bouchon. — Le père est au cabaret », Les Enfants à Paris (15 vignettes), illustration extraite de Le Diable à Paris. Le Tiroir du Diable, 1846, vol. Il, p. 257.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 89k
Bildunterschrift 170. Bertall, « Jeu de volant. — Le père est à la Chambre », « Jeu de bouchon. — Le père est au cabaret », Les Enfants à Paris, illustration extraite de Le Diable à Paris. Le Tiroir du Diable, 1846, vol. II, p. 257.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 166k
Bildunterschrift 171. Daumier, « — Ou peut aller cette bande d’hommes armés !... rentrons, ma femme, c’est effrayant !... », série Les Alarmistes et les Alarmés No 18, Le Charivari, 10 avril 1848.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 542k
Bildunterschrift 172. Daumier, « Photographie. Nouveau procédé employé pour obtenir des poses gracieuses », série Croquis Parisiens No 4, Le Charivari, 5 juin 1856.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 353k
Bildunterschrift 173. Daumier, « Un intérieur parisien. — Monsieur fait le ménage ; Madame songe à le défaire », série Mœurs conjugales No 53, La Caricature, 15 mai 1842.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 239k
Bildunterschrift 174. Daumier, « Eh. Eh ?...petit gredin, vous en ferez aussi des moutards, vous avez déjà des yeux de scélérat. Vous serez comme votre père », série Mœurs conjugales No 26, Le Charivari, 5 juillet 1840.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 227k
Bildunterschrift 175. Daumier, « Cré nom !... Si on réfléchissait !... », série Mœurs conjugales No 13, Le Charivari, 6 novembre 1839.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 115k
Bildunterschrift 176. Daumier, « Premier grand prix de mathématiques. Mr. Isidore Cabuchet, déjà neuf fois nommé !... (Mr. Cabuchet ne peut plus contenir les larmes d’attendrissement qu’inondent décidément son nez paternel.) », série Professeurs et Moutards No 12, Le Charivari, 16 février 1846.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 375k
Bildunterschrift 177. Daumier, « Mr. Alfred Cabassol, seul de la classe vous avez passé toute cette semaine sans vous moucher sur votre manche, recevez ce signe de l’honneur sans tache !... », série Professeurs et Moutards No 6, Le Charivari, 10 janvier 1846.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 358k
Bildunterschrift 178. Daumier, « Comment on décide un jeune homme à venir enfin rendre ses hommages respectueux à ses parens », série Professeurs et Moutards No 26, Le Charivari, 19 mai 1846.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7925/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 360k

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site