Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Ciel des Fouriéristes

 | 
Michel Nathan

Conclusion

Texte intégral

« Germinations, éclosions, floraisons, éruptions successives, simultanées, lentes ou soudaines, progressives ou complètes, d’astres, d’étoiles, de soleils, de constellations êtes-vous simplement les formes de la vie de Dieu, ou des habitations préparées par sa bonté ou sa justice à des âmes qu’il veut éduquer et rapprocher progressivement de lui-même ? Mondes éternellement étudiés, à jamais inconnus peut-être, oh ! dites, avez-vous des destinées de paradis, d’enfers, de purgatoires, de cachots, de villas, de palais, etc ? »
Charles Baudelaire, Réflexions sur mes contemporains

« Enfin, ils se demandèrent s’il y avait des hommes dans les étoiles. Pourquoi pas ? Et comme la création est harmonique, les habitants de Sirius devaient être démesurés, ceux de Mars d’une taille moyenne, ceux de Vénus très petits. A moins que ce ne soit partout la même chose. Il existe là haut des commerçants, des gendarmes ; on y trafique, on s’y bat, on y détrône les rois.
Quelques étoiles filantes glissèrent tout à coup, décrivant dans le ciel comme la parabole d’une monstrueuse fusée.
Tiens, dit Bouvard, voilà des mondes qui disparaissent ». Pécuchet reprit :
« Si le nôtre, à son tour faisait la cabriole, les citoyens des étoiles ne seraient pas plus émus que nous ne le sommes maintenant. De pareilles idées vous renforcent l’orgueil »
Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet.

I

1L’habitabilité des astres préoccupa bien des esprits du XIXe siècle, engendrant des anecdotes qui reflétaient la bonne conscience des astronomies positivistes ou des professions de foi venues de ceux que la mythologie chrétienne avait déçus. Les caricaturistes ont représenté dans la Lune et sur les étoiles des créatures cocasses qui prouvaient que tout était dans l’ordre dans un cosmos hiérarchisé à l’image des hiérarchies terrestres. Les noirs stupides et paresseux parce que trop près des rayons du soleil continuaient de se livrer à leurs superstitions puériles ou à leurs atrocités répugnantes tandis que les peuples du Nord, délivrés des contingences matérielles méditaient avec une sérénité parfois comique. Quant aux femmes, elles restaient toujours insupportablement bavardes et frivoles. Les planètes et les étoiles n’étaient que la grande banlieue de la Terre. Elles n’étaient pas l’espace des découvertes : la nature humaine étant toujours la même, visiter Mercure ou Vénus c’était visiter l’Afrique, visiter Neptune ou Uranus c’était traverser les neiges du grand Nord. A l’exception de Defontenay, personne n’imagina des humanités parvenues à un degré de civilisation tel qu’elles pourraient communiquer avec l’homme et devenir un danger ou un secours pour lui. Fourier attendait beaucoup d’un extraordinaire télescope, mais il fallait accéder à l’Harmonie pour en commencer l’exécution.

2Aujourd’hui, dans les discours des ufologues, deux thèmes angoissants dominent : celui des découvertes prodigieuses faites par certains extra-terrestres qui disposeraient d’armes redoutables et celui de la mauvaise conscience des nations colonisatrices qui craignent d’être traitées comme elles traitèrent les peuples qu’elles colonisèrent. Dans les deux cas, le XXe siècle projette ses obsessions : crainte des progrès de la technique capable d’anéantir la Terre ou susceptibles d’être au service d’êtres supérieurs qui réduiront les hommes en esclavage ; crainte d’un « retour des choses », d’une « civilisation » imposée par la force aux terriens qui seront vaincus par les armes dont on se sert dans d’autres galaxies, comme les sauvages le furent par les canons. Rien de ces angoisses dans les trois premiers quarts du siècle. On était persuadé que jamais la technique ne permettrait de traverser l’espace intersidéral et que les civilisations occidentales apportaient le progrès aux peuples du sud. L’évocation des habitants des mondes a permis d’élargir un peu les horizons par le pittoresque. Mais, cédant à la « tentation du contre-pied », feuilletonistes et vulgarisateurs, en inversant les coutumes n’en renforcèrent pas moins la norme. Si bien que chaque lecteur put se dire en pensant aux « Terres du ciel », avec le narrateur des Etudes astronomiques de Boitard : « C’est à peu de choses près ici comme chez nous ».

3Est-ce à dire que l’autosatisfaction et le prolongement des normes occidentales se projetèrent toujours dans l’espace ? On ne peut guère parler d’autosatisfaction après avoir lu les textes consacrés aux migrations stellaires. Le séjour terrestre étant considéré comme une expiation, l’être humain devait se sentir coupable et chercher moins le bonheur que la purification. Pour ce faire, il travaillait dans la cité, gérait la planète, se sentait solidaire de tous les hommes, espérait trouver dans les astres un bonheur conforme aux préceptes du Vrai, du Beau, du Bien qui, selon Jean Reynaud et Camille Flammarion étaient reconnus dans toutes les « Terres du ciel ». Gérer la planète pour qu’elle participât à l’harmonieux ballet céleste, jusqu’à ce que ses habitants pussent émigrer dans les sphères supérieures, avant d’être absorbées par Dieu, devint donc pour certains esprits du XIXe siècle la seule mission de l’homme sur cette Terre. Cette mission commençait pour certains socialistes par l’instauration d’un régime démocratique qui permettrait à chacun, non pas d’être heureux en ce monde, mais de souffrir en fonction de ses seules fautes commises dans ses existences antérieures, et de se racheter. Cela commençait pour les spirites du Second Empire par la résignation, l’obéissance aux principes moraux promus au rang de vertus interplanétaires.

4La notion d’expiation qui obscurcit l’horizon du XIXe siècle n’était pourtant pas sentie comme absolument pessimiste : elle venait se substituer à la damnation promise aux pécheurs par les catholiques, comme à leur paradis jugé terne. Au lieu d’une seule épreuve et d’un seul jugement qui fermerait à jamais aux damnés ou aux élus les portes du ciel ou de l’enfer, on préféra un échelonnement des peines et des récompenses, une participation plus active aux desseins du Créateur, et par conséquent un horizon moins borné.

5C’est aux sciences qu’on attribua le mérite d’une telle libération. En faisant voler le firmament en éclats comme le dit Jean Reynaud, l’astronomie a ouvert l’espace aux hommes, leur permettant de revivre et de laisser loin derrière eux les démons qui torturent dans les flammes et les anges qui jouent de la harpe. Les créatures, devenues les éternelles pionnières des « Terres du ciel », géraient les biens de Dieu et se transformaient peu à peu en créatures supérieures. En prouvant les liens analogiques qui unissaient tous les éléments cosmiques, compilateurs visionnaires et observateurs de la nature prolongeaient les principes newtoniens et découvraient la loi unique qui rendait compte de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, du sens de l’histoire, de la meilleure forme de gouvernement et des préceptes moraux devant guider les hommes. D’agrégats en dislocations et de dislocations en agrégats les éléments prenaient leur place dans une hiérarchie cosmique en perpétuel devenir où tout passait de l’imparfait au parfait, offrait sa quintessence aux éléments supérieurs, abandonnait à la « voirie » ce qu’il avait d’impur. Cette loi cosmique permettait à l’homme chrysalide de prévoir ses métamorphoses et de se sentir progresser.

6Mais en même temps qu’étaient promis perfectionnements et félicités infinis s’imposaient les limites de ces perfectionnements et de ces félicités. L’âme renaissait mais pas le corps qui lui servait simplement d’enveloppe, ou même parfois, si l’on radicalise, d’instrument de torture. L’homme souffrait et purifiait son âme par l’intermédiaire de son corps. D’astre en astre, l’âme revêtue d’atomes selon l’expression de Camille Flammarion témoignait de son degré de pureté par l’importance de plus en plus réduite des éléments matériels qui l’emprisonnaient. On admit bien que l’âme souffrît à travers le corps et qu’elle ne souffrît plus lorsqu’elle n’aurait plus de corps ou un corps moins matériel. Mais on ne put se résoudre à admettre que l’âme jouît également par l’intermédiaire de ce corps et l’on n’évoqua que par des périphrases embarrassées le bonheur physique des âmes qui en seraient délivrées.

7Avec une astronomie de pure fantaisie et en refusant de se laisser griser par le vertige de l’infini, Charles Fourier avait mis en place un système cosmogonique dans lequel chaque élément participait à l’harmonie universelle. Dans ce système, plus d’enfer ni de paradis mais de perpétuels échanges amoureux entre les astres, une alternance, pour les morts, de séjours dans ce monde et dans l’au-delà, puis des migrations stellaires et des fusions dans les âmes d’astres destinées à se fondre dans d’autres tourbillons selon un ordre prévu d’avance et qui n’en respectait pas moins les caprices de chacun. L’âme souffrait par le corps et jouissait par lui. La douleur était signe d’erreur, le plaisir désignait la route à suivre. Dans le système cosmogonique de Fourier tant de fois accusé d’incohérence, les métamorphoses de l’âme s’accomplissaient en toute logique. Les habitants des autres mondes n’étaient pas prisonniers d’un corps dont ils rêvaient d’être démunis. Sans le corps pas de souffrance mais pas de plaisirs non plus. Contrairement aux adeptes des métempsychoses stellaires et parce qu’il était trop attentif aux ruses des « obscurants », Fourier n’évoquait pas les plaisirs de la chair sans la chair et ne pouvait envisager sans rire qu’on pût limiter la béatitude des élus aux retrouvailles familiales, à la contemplation de la magnificence du Créateur et à l’audition des concerts célestes.

  • 1 Doctrine selon laquelle toutes les âmes d’élite de la terre sont, après la mort, transportées dans (...)

8Il est tout à fait remarquable qu’un peu avant 1848, c’est-à-dire entre la publication des articles de l’Encyclopédie nouvelle et la publication de Terre et Ciel, un peu avant la parution des cosmogonies socialistes, de la religion fusionienne1 qui furent suivis, sous le Second Empire des messages spirites, les disciples de Fourier aient publié dans La Phalange l’essentiel de la cosmogonie du Maître. Ces textes auraient pu fournir des arguments de choix aux adeptes des migrations stellaires car ils abondaient en descriptions sarcastiques du ciel et de l’enfer, proclamaient que l’homme était le gérant du globe, expliquaient que, selon les lois de l’analogie, l’individu devait subir des migrations terrestres puis les métempsychoses interastrales. Les textes de Fourier servirent simplement de repoussoir. On ne les cita que pour en rire ou on les corrigea, avec le secours des Esprits pour les transformer en textes édifiants.

  • 2 Histoire littéraire de la France, Editions sociales, 1977, t. V, p. 8.

9C’est que Fourier qui croyait à la préexistence ne croyait pas à l’expiation, à la culpabilité de l’homme ; Fourier ne croyait pas qu’il fût dans les desseins de Dieu de priver les âmes des plaisirs du corps. Craignant que les excentricités du Maître ne nuisent à la doctrine phalanstérienne ou réellement convaincus de la nécessité de l’expiation et des rigueurs de la loi morale, les disciples s’attachèrent à atténuer les différences et à ne présenter de la cosmogonie de Fourier que ce qui s’accordait avec les discours tenus à l’époque sur la pluralité des mondes. Disparurent donc les sarcasmes de Dieu et surtout les évocations des plaisirs ultramondains jugés indignes des habitants des astres. Disparurent également, sous le Second Empire lorsque le fouriérisme fut transmis par l’intermédiaire de spirites comme Michel de Figanières ou Victor Hennequin les implications politiques de la doctrine des migrations stellaires. Textes fouriéristes et textes socialistes confondus dans un même mépris par les théologiens, reniés par le moralisme des spirites ne furent plus crédibles à la fin du siècle. Ils laissèrent la place aux rêveries cosmiques de Camille Flammarion et aux premiers essais de science-fiction. La dépolitisation des textes consacrés aux habitants des astres, le passage d’une période subversive à une période de soumission permet de constater qu’effectivement, comme le dit Claude Duchet : « Il y a bien quelque chose qui se brise dans les esprits et dans les consciences après le naufrage de la IIe République ou ce Deux Décembre érigé en mythe par Hugo et Quinet »2.

II

10Escaladant péniblement les degrés de l’échelle des êtres, les créatures progressent d’épreuve en épreuve, de règne en règne, puis de sphère en sphère. On n’osa pas bouleverser ce bel itinéraire qui conduisait l’âme, post mortem, jusqu’à Dieu. Si bien qu’on n’imagina pas l’éventualité d’une visite des habitants des mondes. D’aucuns comme Boucher de Perthes ou certains fouriéristes prétendirent bien que la Terre, lors de sa formation, avait accueilli des germes venus d’autres planètes. Mais il s’agissait de germes et non d’êtres faits de chair, d’os (ou de métal).

  • 3 Les réapparitions provoquées par les spirites n’ont lieu que lorsque les Esprits ne sont pas encor (...)

11Pour ceux qui croient aux métempsychoses célestes, c’est l’âme seule qui voyage. Elle fait halte dans un corps qui est pour ainsi dire secrété par l’astre qu’elle habite provisoirement. Lorsqu’elle quitte ce corps et cet astre, l’âme peut bien emporter avec elle un peu de matière spiritualisée. Il est même possible que l’astre tout entier et l’humanité qu’ils portent s’agrègent à un astre ou à une humanité supérieure. Mais après la métempsychose il ne reste plus rien de la forme du corps dans lequel l’âme s’était incarnée. Les atomes disparaissent et l’astre absorbé par une sphère supérieure disparaît. Aucun retour à l’état antérieur n’est possible3.

12Pluralité des existences signifie pluralité de séjours dans les mondes. La Terre, station moyenne parmi d’autres dans la hiérarchie céleste accueille des âmes imparfaites qui subiront une nouvelle épreuve avant d’être promues ou de rétrograder. A la longue, toutes les âmes seront rachetées et pourront accéder aux félicités suprêmes. Et puisque finalement toutes les créatures seront sauvées, on peut dire que le voyage des âmes à travers l’espace intersidéral se fait toujours dans un seul sens, celui de l’échelle des êtres qui va des atomes imparfaits jusqu’à l’homme, de l’homme à l’ange, de l’ange à Dieu. C’est pourquoi Balzac a pu écrire « la terre est la pépinière du ciel », le philosophe de Terre et Ciel prouver au théologien que « dans la prédestination de Dieu toutes les créatures sont des anges », et M. de Tourreil déclarer :

« Les Anges, ce sont des hommes se développant sans cesse dans le bien et montant de plus en plus avec leur planète vers Dieu ».

  • 4 Il s’agit d’un « mot » de Victor Hugo rapporté par Jules Claretie. Voir J. Roos, Les Idées philoso (...)

13Ce serait, commencer un autre travail que d’aborder ici le thème de l’ange et celui de l’androgyne qui lui est lié. Au XIXe siècle, les habitants des planètes ne sont pas des anges. Pour prolonger l’échelle des êtres, Jean Reynaud et ceux qui l’ont suivi (ne se recommandant vraiment ni de Charles Bonnet, ni de Swedenborg, ni de la pensée du XVIIIe siècle mais de la science, d’Origène et des Druides) ont conçu des humanités célestes qui vont vers le salut. Ces humanités sont constituées d’êtres qui ne sont plus vraiment des hommes et qui ne sont pas encore des anges. Ce sont de curieux « Têtards d’Archange »4. Les astronomes leur ont fait un corps adapté aux conditions climatiques des lieux qu’ils sont censés habiter : ils sont taillés pour supporter le chaud et le froid, leur poids varie en fonction de la pesanteur. Avec une tranquillité que pouvait seule justifier l’obsession de l’analogie on passa du physique au moral. Le mal étant lié à la matière, on fit supporter aux êtres inférieurs des corps disgracieux, lourds à l’image de leur esprit et de leurs plaisirs. Le bien étant nécessairement subtil, on dota les créatures supérieures de corps éthérés, évanescents à l’image des plaisirs purement spirituels autorisés par une morale sourcilleuse.

14Que promet-on aux « Têtards d’Archange » ? En premier lieu de retrouver dans les sphères les êtres qu’ils ont aimés et qui organisent en leur faveur de touchantes cérémonies familiales. Jean Reynaud et Eugène Sue s’attendrissent en pensant aux parents et aux amis qui accueillent dans les astres ceux qui, leur ayant survécu sur la Terre, viennent maintenant se joindre à eux, pour entreprendre de nouveaux voyages. Bien entendu, les amants de notre planète qui ont été séparés par les cruautés de la vie s’unissent et ne font qu’un pour l’éternité. Le thème des migrations stellaires intègre les stéréotypes de l’androgyne et de l’amour-plus-fort-que-la-mort avec quelques variantes fouriéristes qui introduisent, avant la réunion définitive des deux moitiés complémentaires, un certain nombre de changements de sexe : pour Fourier comme pour Hennequin, l’homme renaît femme et la femme homme pour qu’une osmose parfaite s’accomplisse.

15Les êtres qui se rejoignent peuvent admirer leur métamorphose. L’homme « transporte sur les astres le germe de tout ce qu’il a vu et aimé sur la Terre » et ses affections le suivent « sur les globes régénérés » dit Esquiros. Comme les « organes sont transformés », les « jouissances sont plus pures ». Sur la Terre « la nature a enté les jouissances les plus recherchées et les plus délicates sur nos organes les plus vils ». Dans les sphères supérieures, ces mêmes jouissances « seront transportées dans le siège de l’âme et dans les membres spirituels qui lui serviront de satellites ». Les « Têtards d’Archange » ne seront pas privés des plaisirs de l’amour physique. Simplement ils connaîtront une sorte d’orgasme permanent sans l’intermédiaire de la chair, ce qui fut un grand rêve jusqu’à la fin du siècle. Vivant dans des mondes de plus en plus fluidiques, dans une tiédeur toujours égale, ils pourront se mouvoir au gré des courants de l’atmosphère vaporeuse. Ils seront doués d’ubiquité, voleront bien sûr et s’activeront parmi les parfums, les couleurs et les accords mélodieux des harpes éoliennes. Ils disposeront d’organes très développés ayant en particulier des regards portant plus loin que nos télescopes qui leur permettront d’admirer l’œuvre du Créateur au perfectionnement de laquelle ils contribueront.

16Exception faite de certaines scènes de genre dues à la plume malicieuse et gourmande de Fourier, les tableaux des félicités extra-terrestres sont bien ternes. Elles sont d’ailleurs peu nombreuses, présentées sous formes d’hypothèses timides par Jean Reynaud ou Alphonse Esquiros et plus complaisamment développées par des spirites comme Cahagnet ou Roze. Les fantasmes érotiques abondent sous les protestations de candeur, de pureté, d’innocence. Les désirs et les frustrations dont ils témoignent sont si évidents qu’il n’est pas nécessaire d’être grand clerc en psychanalyse pour les repérer.

III

17Ce n’est pas par les fantasmes érotiques projetés sur les habitants des astres qu’il convient de terminer. Une analyse des figures de l’ange androgyne et un travail consacré à la bi-sexualité seraient beaucoup plus éclairants sur certaines obsessions du siècle.

18Ce qu’il faut retenir de la doctrine des migrations stellaires c’est qu’elle manifeste un grand amour de la vie, une merveilleuse confiance en l’homme, une aspiration tonique à la fraternité. Il est certes des ombres au tableau : les stéréotypes abondent, la préexistence justifie parfois l’inégalité et les idées d’épreuve et d’expiation viennent obscurcir l’image de l’essor de l’homme vers la divinité. Mais l’abbé Constant et Hugo ont décrit la fin de Satan, des épopées romantiques ont rêvé la fin de l’histoire et la solidarité prévaut dans tous les textes utopiques.

19De Fourier à Hugo, de Michelet à Flammarion, les écrivains du XIXe siècle ont su faire jaillir la vie des pierres et des plantes ; ils ont été fascinés par les petits mondes peuplés de multitudes d’êtres actifs et par la matière animalisée qui résultait de leur décomposition. Vibrions, infusoires, animalcules témoignaient d’une impulsion initiale en perpétuel développement, de réseaux d’existences dans lesquels la vie humaine était intégrée, se métamorphosant selon les rythmes de la création. La tentation était grande de prolonger ces réseaux d’existence jusqu’aux étoiles et d’établir des parentés entre ce que dévoilaient les microscopes et ce que dévoilaient les télescopes. La radicalisation de ce vitalisme si fréquent dans la pensée du XVIIIe siècle et du XIXe siècle a conduit certains esprits à la doctrine des métempsychoses stellaires.

20Cette doctrine ne fut donc que rarement refuge dans l’ésotérisme, fuite des réalités socio-économiques, fantasmes érotiques projetés dans les astres. Née de la fascination de la fertilité et de l’abondance, elle fut en général déploiement et non repli, exigence d’émancipation et de fécondité. Elle conduisit à refuser les limites spatio-temporelles imposées à l’homme dans un avenir lointain, et, dans un avenir plus proche, les limites imposées par les institutions et les idéologies. Elle fut prolongement cosmique des utopies, ou plutôt assise cosmogonique des cités idéales.

21La doctrine se voulut religion du peuple. Eugène Sue écrivit l’histoire de France à travers une famille de prolétaires restée fidèle à la foi des Druides, étouffée par l’Eglise romaine, ressuscitée par Jean Reynaud et Henri Martin. Le Concile de Périgueux condamna Terre et Ciel. En chaire, à Notre-Dame de Paris, le R.P. Félix exhorta les fidèles à ne pas croire à la pluralité des existences de l’âme. Au nom de la science et de la liberté de pensée, avec une allégresse d’autant plus vive qu’elle trouvait là une bonne occasion de saluer à nouveau les victimes de l’oppression catholique, la presse anticléricale fut favorable à l’habitabilité des astres rejoignant curieusement ainsi les médiums qui gagnaient dans toutes les couches sociales une audience de plus en plus large. Discrètement anticlérical, mu par l’amour de la science et la fascination du spiritisme, Camille Flammarion rendit la doctrine réellement populaire. Avec une adresse, une audace et une prudence qui tiennent du prodige, il fit en 1864 une première synthèse de ce qui était dit à l’époque de la pluralité des mondes. Puis, d’année en année, il conçut une œuvre grandiose publiée à des millions d’exemplaires dans le monde entier. Par un curieux mélange de naïvetés et d’érudition, de précisions scientifiques et d’effets de flou mystico-lyriques dans lesquels les professions de foi voisinaient avec les descriptions cocasses des habitants des planètes imaginés par les astronomes d’autrefois, Camille Flammarion exprima l’espoir de revivre dans les étoiles. Jusqu’à la première guerre mondiale, ses descriptions des splendeurs célestes donnèrent le sens de l’infini à des générations de lecteurs. En lisant aujourd’hui son œuvre on est surtout sensible à la manière dont elle intègre dans ses propos scientifiques les théories de Jean Reynaud et des spirites, les rêveries de Swedenborg et de Fourier, le vitalisme des cosmogonies d’avant 1848 et la fascination qu’exerça sur les esprits du XIXe siècle le passage de l’inorganique à l’organique, la vie des infusoires et la vie des astres, la fraternité de l’élan vital qui devait lier toutes les créatures.

22On définit beaucoup trop souvent le XIXe siècle par son mal, par le dandysme des petits romantiques, par le pessimisme des mouvements littéraires de la fin du Second Empire et de la IIIe République. On veut en faire le siècle de la mélancolie et de la mort, négligeant tout ce qu’il doit à l’optimisme des Lumières qui lui fit refuser la pensée darwinienne. C’est oublier que le XIXe siècle est aussi celui de Fourier, de Balzac, de Hugo, de Michelet et de Zola, donc aussi le siècle de la confiance dans l’harmonie cosmique et le devenir de l’humanité. C’est oublier que les Jean Reynaud et les Flammarion ont nié la mort et la solitude, qu’ils se sont sentis solidaires de toutes les créatures qui peuplent l’espace. Le XIXe siècle, c’est le dandysme et le mal de vivre, les utopies et les révolutions avortées, c’est aussi cet appel de Camille Flammarion dans lequel j’aime à retrouver fouriéristes et quarante-huitards, Michelet et Hugo :

« A travers l’immensité des mondes, parmi les deux stellifères, sous le voile argenté de nébuleuses lointaines, dans les profondeurs incommensurables de l’infini, et jusque par delà les régions inconnues où se développe l’éternelle splendeur,... saluons, mes frères, saluons tous : ce sont les Humanités nos sœurs qui passent ! »

Notes

1 Doctrine selon laquelle toutes les âmes d’élite de la terre sont, après la mort, transportées dans le soleil. Voir M. de Tourreil, Explication de Dieu et de l’homme (1845), Religion fusionienne ou doctrine de l’universalisation (1879) et Auguste Guyard, Des Droits, des devoirs et des constitutions au point de vue de l’absolu (1850).

2 Histoire littéraire de la France, Editions sociales, 1977, t. V, p. 8.

3 Les réapparitions provoquées par les spirites n’ont lieu que lorsque les Esprits ne sont pas encore réincarnés. Les voix qui parlent aux hommes par l’intermédiaire des tables tournantes sont celles d’Esprits qui, en général ne resteront pas longtemps sur la Terre. Parfois il est vrai, les Esprits liés aux objets qui leur furent familiers interviennent dans la vie de tous les jours, mais sous une forme immatérielle et, si l’on peut dire, individuellement. Rien de commun avec l’invasion de créatures venues d’autres mondes.

4 Il s’agit d’un « mot » de Victor Hugo rapporté par Jules Claretie. Voir J. Roos, Les Idées philosophiques de Victor Hugo, Nizet, 1958, p. 75.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540