Version classiqueVersion mobile

La rumeur minière

 | 
Philippe Lucas

Conclusion

Texte intégral

Et, sous ses pieds, les coups profonds, les coups obstinés des rivelaines continuaient. Les camarades étaient tous là, il les entendait le suivre à chaque enjambée. N’était-ce pas la Maheude, sous cette pièce de betteraves, l’échine cassée, dont le souffle montait si rauque, accompagné par le ronflement du ventilateur ? A gauche, à droite, plus loin, il croyait en reconnaître d’autres, sous les blés, sous les haies vives, les jeunes arbres. Maintenant, en plein ciel, le soleil d’avril rayonnait dans sa gloire, échauffant la terre qui enfantait. Du flanc nourricier jaillissait la vie, les bourgeons crevaient en feuilles vertes, les champs tressaillaient de la poussées des herbes. De toutes parts, des graines se gonflaient, s’allongeaient, gerçaient la plaine, travaillées d’un besoin de chaleur et de lumière. Un débordement de sève coulait avec des voix chuchotantes, le bruit des germes s’épandait en un grand baiser. Encore, encore, de plus en plus distinctement, comme s’ils se fussent rapprochés du sol, les camarades tapaient. Aux rayons enflammés de l’astre, par cette matinée de jeunesse, c’était de cette rumeur que la campagne était grosse (...)
Zola, Germinal

1Au terme de cet essai, on comprend mieux ce que je risquais en introduisant : la rumeur du pays minier, ce qu’on dit de et avec la mort de la mine, ne se confond pas avec la revendication explicite – qu’il ne s’agit pas cependant d’ignorer. La « reprise » de la production charbonnière, et de l’embauchage, dont on sait aujourd’hui qu’elle sera sans lendemain, n’aurait été, même poursuivie, qu’une très partielle réponse à la rumeur minière. Ce n’est pas seulement que le pays montcellien en demande plus ; mais cette nouvelle « bataille de la production » est paradoxalement grosse d’utopies qui rompent avec le credo productiviste. En ce sens, la rumeur minière est encore politique, et plus que jamais peut-être : de tout temps, les luttes minières ont été politiques – les grèves, en particulier, qui mettent en rapport directement, et bien avant les nationalisations, les travailleurs de la mine et l’Etat (Perrot, 1974, p. 375 sq.).

2On entrevoit ici la richesse d’un droit de vivre de « son » métier, confondu avec un droit de vivre au pays – plus ambigu pour la population minière au sens strict en raison de son origine. Vivre au pays, ou plus justement « maison garder » (il restera au moins la maison), ce n’est pas seulement refuser de partir, de perdre son « métier », c’est aussi refuser de sacrifier les possibles, les pas-encore dont est lourde toute une histoire, et, serais-je tenté de dire, l’impossible, bref ces fragments d’utopie et cet autre monde, l’Autre de ce monde, qui font qu’on tient « quand même » à celui-ci et qu’on a encore quelque chose à dire à ce qui nous arrive, parce que justement ça nous arrive encore de quelque façon.

3Inutile cependant de rechercher dans les fragments des utopies montcelliennes quelque indication que ce soit sur les moyens d’effectuation ni sur les fins. Rien là d’un projet. « L’utopie n’est pas de main» (Marin, 1973, p. 344). Il n’est pas question non plus de tirer du pays minier des enseignements définitifs ni généraux. Mais au moment où la passivité nous gagne, où chacun se plaint de la passivité de tous, il n’est pas sans intérêt de s’arrêter sur ces mouvements très ordinaires et multiformes qui font figure de combats d’arrière-garde : le dernier des métiers. Non parce qu’ils précèderaient enfin des mouvements sociaux nouveaux ou renouvelés, mais parce qu’ils sont les mouvements du social. Il n’est pas sans intérêt, après avoir salué et pleuré tant de rédempteurs successifs dans les mouvements sociaux (adieux au prolétariat, aux mouvements du tiers-monde et plus récemment aux « nouveaux mouvements sociaux »), de mesurer les potentialités critiques de luttes que je dirai « intérieures », voire de soubresauts dont on ne débarrassera pas en les qualifiant de combats de retardement.

4On s’en débarrassera d’autant moins qu’après le pays minier, c’est le pays industriel qui devient un arrière-pays. Non pas nécessairement ni seulement parce que lui succéderait une société postindustrielle dont on célèbre l’avènement depuis bien longtemps – trop longtemps ? Mais parce que l’industrie est de plus en plus l’arrière-pays de l’industrie, parce qu’elle voit se rabougrir et s’évanouir devant elle les espaces infinis (le pays rural, le tiers-monde) qui étaient son horizon, parce qu’elle est condamnée à renaître de ses propres cendres (Campagnac, Coing, Convert et Pinet). La crise venue, la reconversion économique est désormais la modalité la plus fréquente du développement industriel. Avec ses réimplantations et ses bouleversements, dont les traces – les « découvertes » par exemple – sont sensibles dans le paysage montcellien.

5On ne s’en débarrassera pas non plus en faisant miroiter la conscience de classe ni en désignant à ces luttes « intérieures » et à ces mouvements, la voie royale qui mène des pratiques clandestines, des révoltes privées à la conscience collective. Parce que les mineurs ont déjà accompli ce chemin. Et que la conscience de classe, même parvenue à son expression achevée, n’épuise pas nécessairement le contenu de ces fragments d’utopie, ces façons de recommencer, bref le travail retravaillé par la vie.

6C’est là également, dans le travail retravaillé, que, pour l’ignorer, les politiques sociales rencontrent leurs limites. J’entends des politiques et des pratiques sociales qui font mission d’accompagner la crise et de distribuer – ou redistribuer – les consolations. Mais c’est là encore, dans ces fragments d’utopies, qui sont des utopies « pratiquées » (Baczko, 1978), ces façons de recommencer, qu’une autre politique sociale, d’autres pratiques sociales— à l’instar de ce qu’a osé le GRPS – peuvent trouver leurs « préalables » et une légitimité tout à la fois technique et sociale.

7A l’heure où j’achevais les dernières analyses de cette étude, le gouvernement arrêtait sa politique face à des mutations industrielles jugées fatales. Le pays lorrain, où j’ai vécu une enfance et une adolescence, protestait contre le sort qui lui était fait. Ce livre n’est pas une réponse à la crise. Et d’abord parce que la crise ne questionne pas si on ne la questionne pas. D’une certaine façon, elle a réponse à tout. Parmi tant de questions sans réponse et de réponses sans question, ces lignes témoignent que la crise se parle, qu’elle peut se parler – en dépit des mutismes, avec eux. Et que le dernier des métiers fait encore son métier. Assez pour en permettre le « repositionnement » (Segrestin, 1985), et celui de tout un « savoir social » (Pharo, 1983) qui est aussi un droit de suite.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search