Version classiqueVersion mobile

La rumeur minière

 | 
Philippe Lucas

Deuxième partie. Et après ?

Et après ?

Texte intégral

1La mine défaite fait assaut de générosité : la liquidation du patrimoine des Houillères, avant même les premiers réembauchages de l’automne 1981, c’est encore la cargaison magique. D’une certaine façon, la mort promise et éloignée (?) de la mine n’est pas autre chose que 1 insécurité quotidienne de la condition ouvrière ; elle est dans la vie et dans celle du mineur comme la propre mort de celui-ci. Bref, que la mine meure ou renaisse, il s’agit encore de recommencer. Produire, reproduire, et après ?

2C’est sur cet après que je m’arrête dans les chapitres suivants. Un après qui, on le verra, est un pas encore, « quelque chose » que cependant « quelque part » on a déjà, d’une « certaine » façon, expérimenté. Non point certes sur le mode de la science expérimentale, l’histoire anticipant sur elle-même à coups d’hypothèses et vérifications successives (Coletti). Mais au travers des calculs et des bruits, des hyperboles et des euphémismes, des lapsus et des inexactitudes formelles, bref d’un langage qui « ment » et qui, en tout cas, ne dit pas « la » vérité parce qu’il n’y a plus de vérité, mais suggère, persuade, dit (autre chose) dans ce qu’il dit, avec ce qu’il dit.

3Je réunis ici les fragments d’un discours utopique, les bribes d’une vita nova enfouies dans le vieux credo productiviste. Les enfants de la mine – et de quelques autres – nous y introduisent : une fidélité sans objet (chapitre 4). Sans objet, vraiment ? Pas moins assurément que ce métier de mineur qui n’en est plus un, ne l’a probablement jamais été, mais renvoie aux (re)commencements mythiques de la communauté organique (chapitre 5). Pas moins que la maison minière, le temps tutoyé, qui est aussi le temps du possible (chapitre 6), c’est-à-dire la légitimité d’autres légitimités, celle d’un héritage sans testament – pour reprendre le mot de René Char souvent cité par Hannah Arendt.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search