Version classiqueVersion mobile

La rumeur minière

 | 
Philippe Lucas

Première partie. Produire

Chapitre II. Les éléments

Texte intégral

1Le charbon est une cargaison magique. En lui, il y a toutes les richesses du monde ; du moins, toutes les richesses montcelliennes : Montceau doit tout à son charbon, répète-on. Les enfants des écoles ont appris à le répéter sur l’air de « nos ancêtres les Gaulois » : «Montceau : sa piscine climatisée, son centre sportif, son canal, son pont, sa Centrale, ses restaurants, etc. Avec tout cela, on peut faire des réclames et même on peut se targuer d’avoir une assez grande ville moderne. Mais quand on se pose la question : mais pourquoi cela existe-t-il, d’où provient cet argent, ce commerce, cette ville (...), on s’aperçoit effectivement que cela provient du charbon ». (Un élève de 3ème, C.E.S. Jean Moulin). Et quand bien même ces richesses, la ville, le commerce sont évidemment menacés, quand bien même l’avenir se dérobe, la mine n’en demeure pas moins le recours. La récession minière, qui entraîne notamment la liquidation d’un énorme patrimoine immobilier, c’est encore, d’une certaine façon, la cargaison. Mais derrière les attentes plus ou moins agressives, sous les comportements apparemment très « privatistes », il y a cette pétition fondamentale : la vie est indivisible ; ou mieux : les vies sont indivisibles. Si l’on demande tout à la mine, n’est-ce pas qu’elle le doit ?

1 – Corps...

2Des puits voisins ont fermé : ainsi La Machine, Decize, il y a quelques années ; de lourdes menaces pèsent sur le devenir immédiat de ceux qui sont encore en activité dans l’agglomération montcellienne (Darcy, Roselay). Les prévisions des Houillères qui gèrent les deux derniers puits du bassin ne laissaient aucun doute : suivant le plan d’extinction appliqué avant mai 1981, l’effectif moyen des personnels employés au fond devait provisoirement décroître (par fusion naturelle, mutations, etc.) et ne compter plus que 200 personnes en 1997). Les recrutements qui ont suivi la victoire de la gauche n’ont été qu’une péripétie ; ils n’ont pas modifié le cours des choses, ni le mouvement de rétraction. Alors que l’effectif moyen était, à la veille de 81, de moins de 1500 personnes, l’âge moyen des personnels était de plus de 40 ans pour les travailleurs de fond et de 44 ans pour les travailleurs de jour. Ce mouvement de rétraction est également sensible dans la démographie de la cité et de l’agglomération tout entière.

Tableau no 2
Les mineurs dans la population active montcellienne par quartier en 1975

Tableau no 2Les mineurs dans la population active montcellienne par quartier en 1975

Graphique 1
Répartition par âge des ouvriers (fond) des houillères de Blanzy en 1978. (Source : Rapport annuel H.B.C.M. – Groupe Blanzy –)

3Les données démographiques le font assez nettement apparaître : les mouvements sont très parallèles que décrivent l’évolution de la population minière et celle de la population ouvrière dans son ensemble — même si le mouvement de la première est plus accusé que celui de la seconde et s’il pèse sur ce dernier.

  • 7 Entendons les communes dont la population d’ouvriers et de mineurs est plus élevée que les moyenne (...)

4De 1962 à 1975, la population de l’agglomération montcellienne (Montceau, Blanzy, Sanvignes et Saint-Vallier) décroît ; elle décroît plus encore de 1962 à 1968 (50 755 habitants en 1962, 49 070 en 1968, 49 671 en 1975). Le déclin de la population minière et de la population ouvrière, sensible dans l’agglomération, l’est plus encore dans les deux communes les plus ouvrières et les plus « minières »7. Ainsi Sanvignes et Saint-Vallier où la population minière représentait, en 1968, 42 et 30 % de la population active masculine et n’en représente plus en 1975 que 19 et 12 % ; la population ouvrière, qui représentait dans ces mêmes communes 67,4 et 68,9 % de la population active en 1968, n’en représente plus, en 1975, que 64,4 et 62,4 %. Ces deux communes sont également celles dont la proportion de moins de 15 ans diminue le plus fortement (Sanvignes 28,8 % en 1968, 20,9 % en 1975 ; Saint-Vallier 25,6 % et 20,6 %) ; celles aussi où les mouvements migratoires quotidiens sont les plus accusés ; celles enfin où le travail féminin augmente le plus rapidement (+ 7,5 à Sanvignes, + 7 à Saint-Vallier). Toutes ces caractéristiques se retrouvent à l’échelle des quartiers. Ainsi à Montceau-les-Mines, commune pour laquelle j’ai fait un inventaire systématique : ce sont les quartiers ouvriers et, parmi eux, les quartiers de mineurs où l’évolution que je viens de décrire est la plus affirmée. Dans le même temps, se dissipent chez les mineurs de quarante ans quelques-uns des caractères les plus marqués chez les aînés. Fils et souvent petit-fils de mineurs, mariés à une fille de mineurs, les aînés savent aujourd’hui encore se prévaloir d’un « métier » qui a, pour eux, ses « avantages », ses bons moments (le « pain », la « remonte », la douche, les copains, les fêtes) et dans lequel ils disent se sentir libres même s’ils ne l’ont pas évidemment choisi...

5Toutes choses qui ne s’imposent pas de la même façon chez les cadets, nos enquêtes l’ont montré (Lucas, 1980 b). Elles sont, chez les aînés mêmes, à l’épreuve : les blessures reçues au travail, portées hier comme des blessures de guerre, le sont parfois aujourd’hui comme celles d’une guerre perdue ; « on n’a plus le même goût au travail », dit-on et les témoignages abondent : « c’est le relâchement, au fond, ça n’a plus d’importance ». Les demandes d’arrêt de travail, les médecins de la mine le soulignent, sont souvent accompagnées d’un commentaire désabusé : « Vous pouvez y aller, docteur, pour ce qu’on y fait maintenant... »

6La vie reflue donc. Mais elle reflue suivant un mouvement symétrique de celui qui a façonné le paysage montcellien (urbanisation concentrique, multipolaire correspondant à des couches successives d’immigrés de nationalités diverses, agrégées autour des puits) ; elle se retire laissant apparaître les stigmates du développement antérieur (zones d’effondrement, isolement des différents quartiers, traversée de la ville en baïonnette, etc.) et ses îlots de retraités, ou plus précisément de veuves... Cette façon de... retraite se fait dans l’ordre, un ordre tout puissant semble-t-il.

2 – ... et biens

  • 8 A titre indicatif, les Houillères du Bassin de Blanzy qui gèrent l’exploitation montcellienne déti (...)
  • 9 Jusqu’au développement d’une politique de construction des HLM dans les années cinquante.

7Il faudrait évoquer ici le patrimoine immobilier des Houillères8 ; la mine détient d’immenses espaces, publics et privés, y imprimant son ordre et perpétuant la hiérarchie du travail : les attributions de logements répondaient, il n’y a pas si longtemps9, à des règles extrêmement rigoureuses, de même que le bénéfice des différents « avantages » dont la mine est... prodigue. Les volets aux fenêtres des maisons, l’installation sanitaire intérieure, le fil d’étendage pour le linge étaient des privilèges dûs aux ingénieurs, employés, techniciens et agents de maîtrise, inaccessibles aux ouvriers mineurs ; aux premiers étaient exclusivement due la livraison de fumier, du petit bois de chauffage, etc. De « sages » discriminations présidaient également à la répartition des bons et mauvais logements ; aujourd’hui encore, si l’on veut bénéficier de travaux d’entretien ou de rénovation, il vaut mieux être « bien noté », et n’appartenir pas à une famille de « crassoux » — entendons une famille de « gens pas soigneux », en tout cas réputés tels, et de telles réputations s’héritent à Montceau. Le charbon est un ordre, en effet.

8De la mine procèdent également les écoles, l’hôpital et la société de secours avec son centre médico-social, ses dispensaires, ses pharmacies, et bien des associations, sportives notamment ; bref, autant d’instruments de cette paix sociale où les fondateurs de la ville-village, les Chagot, voulaient que soit régénéré le prolétaire, où enfin, loin des faubourgs et des villes industrielles, devait grandir une race nouvelle de travailleurs. La mine, aujourd’hui nationalisée, subventionne encore la vie associative et cette « activité intellectuelle » dont les Chagot disaient que l’ouvrier avait « à la dépenser » et que, s’il fallait qu’« il (la) dépense (...) bien ou mal », mieux valait qu’elle le soit bien que mal. « Les associations à but économique et social, ou même simplement établies pour procurer à leurs membres des distractions honnêtes, sont encore le meilleur aliment qu’on puisse offrir à cette activité. Les associations bien dirigées contribuent d’ailleurs puissamment à consolider la paix sociale ; car elles apprennent aux braves gens à se compter, à se connaître, à s’apprécier, elles permettent de démasquer plus facilement les meneurs, les nullités tapageuses » (Notice sur les institutions ouvrières, 1890, p. 70).

9On sourira. Et cependant, la générosité des Chagot ne s’est pas éteinte. La vie associative est, à Montceau, l’objet d’une célébration toute particulière. Sa vitalité, ce qu’on célèbre ainsi, est l’un des démentis les plus couramment opposés à l’agonie de la mine. Dans une brochure diffusée en 1979, l’association dite « L’Elan gymnique » (fondée en 1938) rappelle sa vocation : « Animer la jeunesse du quartier (...), donner l’envie de l’effort physique, faire des Hommes », etc... Elle vante ses « activités récréatives » : « Le concours de classement, véritable fête de famille (...) permet aux parents de voir évoluer leurs enfants »... pour enfin le rappeler : « L’Elan gymnique est une association vivante, ouverte qui éduque et prépare les jeunes physiquement, moralement à tous les sports et suscite chez certains de ses sociétaires le désir d’orienter leur vie professionnelle à la discipline sportive. Pratiquer les sports c’est travailler à la conservation de la race » (Souligné par moi, P.L.).

10On célèbre aujourd’hui encore l’origine paysanne de la population montcellienne cultivée, si j’ose dire, avec un soin tout particulier par les fondateurs : la sollicitude de ceux-ci ne se limitait pas, il est vrai, à l’affectation d’un lot de terre à chaque famille, mais la dotation était assortie d’une police assez minutieuse, voire jalouse : « Les jardins seront entretenus correctement (...) ». De même que les logements, les jardins étaient assujettis au « droit de pénétration » ; les gardes des Houillères pouvaient intervenir de nuit « si des scènes tumultueuses, des désordres, des bruits (troublaient) la tranquillité du voisinage », (E. Buhot, in R. Rochefort, 1977, p. 73) et il n’est pas dit qu’il n’en subsiste pas aujourd’hui quelque chose dans les regards croisés qui s’échangent entre voisins au-dessus des clôtures.

11« Y a quelque chose (...) en face là qui ne va pas. J’vous garantis avec son chien tous les jours, tous les jours, la nuit, sitôt qu’ils partent, un gros chein loup. Puis alors, elle, elle est terrible hein... on ne peut pas regarder à la fenêtre ; elle dit qu’on la regarde ; la gamine, si elle regarde, elle lui dit tous les noms (...) » (B.T. Phuong Tram et J.P. Simonet, 1978).

12Dirai-je que « la » religion même, comme les jardins ouvriers, a été donnée avec le charbon ? « Je suis catholique, disait le fondateur, j’exige que mes ouvriers soient catholiques et qu’ils fréquentent l’Eglise » (cité par J.F. Bonnot, 1935, p. 8)... Je ne suis pas loin du compte si j’en crois le souci qui porte les prêtres diocésains à dénoncer aujourd’hui (« avec le recul du temps ») le paternalisme minier, la confusion des rôles et la servilité de l’Eglise aux premiers temps du règne du charbon.

13La liste des « bienfaits » de la mine serait longue. A ceux des Chagot, plusieurs fois comptabilisés dans les tableaux récapitulatifs des « Sacrifices faits par la Compagnie » et dans les tables des matières des Notices sur les Institutions ouvrières (cf. pages suivantes), ont succédé d’autres : ceux du Comité des entreprises des Houillères, dans ses bulletins, et, plus contradictoirement, ceux des « acquis » et conquêtes sociales, recensés aujourd’hui par les syndicats et menacés par la fermeture des puits. Sans nul doute, toute une histoire s'écrit-elle dans ces listes rétrospectives en forme de bilan ou, au contraire, quasi -programmatiques (ainsi les listes syndicales sont-elles les guides de l’action présente, un instrument de mobilisation) et enfin, pour reprendre la terminologie de J. Goody (1979, p. 140), lexicales : je pense en particulier aux dictionnaires et lexiques qui célèbrent un patrimoine commun, qu’il soit montcellien (le dictionnaire franco-montcellien vendu dans les librairies qu’on retrouve dans les bibliothèques des cadres de la ville) ou plus proprement minier (ainsi les travaux de la société savante « La Physiophile »), Elles constituent surtout les spécimens d’un incessant inventaire toujours approximatif (en ce sens qu’il est révisable et révisé) des choses de la vie et, en tout cas, de ce qui est encore la cargaison.

LISTE DES SOCIETES ETASSOCIATIONS PLACEES SOUS LA TUTELLE DE LA COMPAGNIE, EN 1890

INSTITUTIONS OUVRIERES.

23

INSTITUTIONS PATRONALES

27

I. Caisse de secours

28

II. Secours médicaux. Pharmacie

34

III. Caisse de retraite pour les ouvriers

39

IV. Logements

44

V. Bureaux d'assistance

49

VI. Caisse de retraite pour les ingénieurs, médecins, employés

53

VII. Ecoles

56

VIII. Atelier de tissage mécanique

57

IX. Ouvroirs

58

X. Constitution du patrimoine

59

Concessions de terrains

61

Avances d'argent

63

Ouvriers propriétaires

65

XI. Denrées alimentaires à prix réduits

65

XII. Chauffage

66

XIII. Dépôts d’argent.

67

XIV. Harmonie.

68

ASSOCIATIONS INDEPENDANTES

69

I. L’Union sportive

71

Société de tir

76

Société de gymnastique

76

Société d'Escrime

80

Société de Joutes.

81

Société de Saint-Hubert

82

II. La Prudence

83

Statuts

83

La Fourmi

91

La Tirelire

91

Arrangements avec les fournisseurs

92

III. Société de secours mutuels des Anciens militaires

95

IV. Association de jeunes gens

99

– de Montceau.

99

– Magny

100

– Bois-Duverne

100

– Saint-Vallier

100

V. La Physiophile

101

VI. La Gaîté

103

VII. Autres Associations

103

VIII. Observations. – Sociétés n’ayant pas de rapports avec la Compagnie. – L’avenir des Sociétés.

104

DIVERS

107

I. Culte.

107

II Conférence de Saint-Vincent-de-Paul

108

III. Bibliothèque et conférences.

109

IV. Cours d’adultes

110

V. Orphelinat

111

VI. Bourses

111

VII Ouvroir de Dames

111

VIII. Les Pompiers

111

IX. Gratification pour la Sainte-Barbe.

112

X. Cercle des Employés

112

XI. Bains

7/2

XII. Oeuvres diverses

110

TABLEAU RECAPITULATIF DES SACRIFICES FAITS PAR LA COMPAGNIE

113

PARTICIPATION AUX BENEFICES

115

DUREE DU TRA VAIL. – PAYE

115

ANCIENS OUVRIERS

116

CONCLUSION

117

TABLE DES MATIERES

119

TABLEAUX STATISTIQUES DE LA CAISSE DE SECOURS ET DE LA SOCIETE DE SECOURS MUTUELS DES ANCIENS MILITAIRES.

TABLE DES MATIERES de la Notice sur les Institutions ouvrières des Mines de Blanzy, Jules Chagot & Ge, 1890.

14La récession elle-même sert l’ordre minier — et la magie de la cargaison. Parle-t-on de la fin de la mine ? On lui oppose mieux que le doute, l’histoire très immédiate, celle des fermetures et des regains successifs, les atermoiements des autorités et puis le fait qu’il n’empêche, elle est toujours là. On lui oppose aussi, plus secrètement, la condition minière ; entendons l’incertitude d’une vie qu’on sait, de mémoire de mineur, essentiellement précaire : la mine va fermer, à ce qu’on dit... C’est pas la première fois qu’on nous fait le coup. Une fois déjà la mine était donnée pour morte et puis elle est « repartie ».

15« La mine est condamnée (...) C’est ce qu’on entend/Moi je n’y crois pas : il y a des raisons politiques/Je ne peux pas y croire : ils veulent nous faire peur/Moi, je n’en sais rien : une fois ça ferme, une fois ça ferme plus/Oh j’entends dire, j’entends dire les gens, un peu tout le monde que la mine va ferme... Mais en ce moment, je peux vous dire qu’une chose, c’est que moi, j’ai été me faire embaucher à la mine, réembaucher ». (Mineurs reconvertis, Blanzy 1978). Une fois déjà, en effet, « on » a voulu que la mine meure. Et puis on s’est ravisé. « Des mineurs furent alors licenciés et je me souviens de mes grands-parents très anxieux de l’avenir de la mine... Quand tout à coup en 1973, à la suite de la crise du pétrole, l’exploitation repartit de plus belle. Et le bassin minier assurait à nouveau, comme il l’a fait depuis plus de cent ans, le bonheur des Montcelliens (Muriel M., 3ème A)/En 1960, la récession charbonnière générale dans les bassins fait peser sur l’avenir de notre ville des menaces qui vont grandissantes au fil des ans. Montceau s’interroge sur son destin. Les sceptiques la condamnent. Le déclin économique et démographique s’amorce. Mais dès 1965... » (Claudine M., 3ème A).

16La liquidation du patrimoine immobilier elle-même, l’un des signes les plus évidents de la fin du règne du charbon, entretient paradoxalement le mythe de la cargaison magique ; suscitant des attentes contradictoires, elle entretient ce sentiment que tout encore dépend de la mine :

17— « Les bâtiments de la mine sont déjà bien vieux. Si ça passe à la ville, la ville pourra bien vendre ça à un promoteur et faire bâtir (...). Les coups de commerce c’est vite fait.

18— C’est plutôt des sociétés privées qui pourront acheter les maisons et nous feront payer un loyer (...). Ou bien un jour, un promoteur vient, nous oblige à quitter le logement en nous le payant le prix que la mine nous les vend... et l’affaire est dans le sac.

19— Les gens ont déjà acheté leur maison.

20Protestations.

21— Oh, il y en a pas mal.

22Nouvelles protestations.

23— Moi, j’en connais pas mal (...). L’avantage c’est qu’on peut aménager comme on veut ». (Juin 1979, Centre Médico-Social des Houillères, groupe de mineurs en arrêt de travail ou pensionnés).

24De fait, dans certains quartiers, et depuis quelques années déjà, les mineurs achètent leur logement et les Houillères, suivant une politique déclarée, le leur cèdent escomptant notamment, par un effet d’entraînement, que la ville se portera acquéreur des espaces publics détenus par la mine.

25« Il est pas dit qu’un jour j'vais pas l’acheter s’ils me le vendent... Ils vont ben vendre ; n’importe comment je l’achète quand je m’arrêterai ; sans ça je paierai trop. Ils paient maintenant jusqu’à 75 ans ; y en a beaucoup qui achètent la maison ; maintenant ma sœur, elle l’achète. A condition d’être en retraite, là alors ils donnent le total jusqu’à 75 ans ; ou comme à La Saule il y a beaucoup de retraités qui achètent (...). J’en ai vu une (maison), un copain, qui a tout en pierre, une maison avec un grand bout de terrain : 4 millions 500, il a dit, ça c’est valable... J’attends un an ou deux ; comme ça, ça va amortir un peu les frais qu’ils ont fait, autrement ils vont tout me compter dessus. Attendons un an ou deux. Oui j’ai dit à X... quand il est venu me voir pour les carreaux, il m’avait dit que c’est possible ». (Mineur de fond, 45 ans, entretien B.T. Phuong Tram et J.P. Simonet, 1978).

26« En face on a un voisin qui n’est pas propriétaire encore, qui n’a pas acheté sa maison... et il a fait faire toute sa clôture là aussi et il agrandit aussi, il envisage d’acheter par la suite (...). Mais dans la majorité des cas, là dans la rue, vous avez un, deux, trois propriétaires sur trois maisons, des demi-propriétaires de demi-maison, alors donc, vous voyez, les clôtures sont faites et on perce une porte, on fait une fenêtre. Et je passe souvent dans la cité des Gautherets, ça a changé beaucoup aussi, les peintures ont été refaites, les clôture sont été refaites, je pense que c’est des gens qui ont acheté ; je suis passé au Magny aussi, il y a des maisons qui ont été repeintes, on voit franchement que ça change ». (Chef de quart à la Centrale thermique, mêmes entretiens).

3 – La vie indivisible

27D’une certaine façon, on attend tout de la mort de la mine, comme hier (et aujourd’hui encore) on attendait (on attend) tout du charbon. Le meilleur et le pire, le bien et le mal : l’accession à la propriété et le promoteur ; le chômage et la fin du bagne, encore qu’on se défende d’être des « bagnards » ; la récession économique et une ville enfin propre, écologique dit-on même, qui ne transpire plus le travail ni la poussière ; le charbon est un diable :

28— « S’il faudrait recommencer, on me donnerait un million par mois, j’irais plus (à la mine).

29— Tu recommencerais.

30— T’as pas travaillé au fond, toi.

31— Si.

32— Pas comme mineur.

33— (...)

34— T’as qu’à voir. Il y en a qui sont foutus (...)

35— Moi, j’ai vu des gens travailler au charbon, comme ça (geste de trimer, tête baissée « comme une bête »). Il faudrait voir aujourd’hui à quoi ils ressemblent.

36— Ils ressemblent... Et encore : il y en a qui ne ressemblent pas ; il y a ceux qui sont morts.

37Rires.

38— (...) Ce type-là, il était comme ça. Il travaillait comme une bête. Le rendement. Maintenant il faut le voir. Il a de l’arthrose ; il a fini un jour avec une paye de deuxième catégorie. Il a gagné de l’argent pendant cinq ou sept ans, après c’est tout ». (Centre Médico-Social, groupe de mineurs, même débat que précédemment).

39Un travail de bête. Je pourrais multiplier les témoignages de cette nature. Mais c’est peut-être moins le témoignage qui est significatif que la façon dont il vient. Il vient avec... le reste. A la fois innocemment, comme quelque chose qu’on a déjà dit depuis longtemps, sur laquelle on est bien d’accord, mais aussi comme quelque chose dont on se libère et qui ne peut se dire que dans la polémique (j'irais plus / tu recommencerais) fût-elle intérieure. C’est très évidemment le cas lorsqu’il s’agit de se prononcer sur l’avenir des enfants ; alors même qu’on s’interdit de s’arrêter trop longtemps sur une question qui n’est plus d’actualité (si même la mine réembauchait, ça ne serait plus comme avant), on n’échappe ni à l’obsession du métier ni à la répulsion pour le travail de bête, on n’échappe pas à une polémique faite de savants balancements suivant un scénario dont j’ai pu constater, dans l’enquête, la permanence. C’est dramatiquement le cas lorsqu’on doit se situer vis-à-vis d’un problème comme celui de la drogue qui, peut-être plus sûrement que l’effondrement des courbes de la production, marque pour certains la fin des temps glorieux de la mine — étant entendu que c’est moins la consommation de la drogue qui fait grief, que la relation négative au travail ou l’exemption du travail (Lucas, 1980 et b). La polémique a, du reste, une histoire, même s’il y a, en l’espèce, un saut qualitatif de l'alcoolisme à la pratique de la drogue ; cette histoire est au fond celle des luttes minières, si du moins on accepte de ne les pas limiter aux grandes heures et de considérer leur... sous-sol : les phénomènes quotidiens de résistance qui, par exemple, se manifestent dans le rapport à la maîtrise et plus généralement à la hiérarchie, mais aussi toutes les conduites d’évasion (Lucas, 1981).

40Une question se pose à ce moment paradoxal de notre réflexion. Une question à laquelle nous introduit le débat cité : ça continue, mais qu’est-ce qui continue ? Est-ce la mine seulement ? Un ordre superbe jusque dans l’agonie ? Un ordre sans doute, mais pas uniquement, ni uniment. Ce qui continue aussi, contradictoirement, c’est une pétition fondamentale : la vie est indivisible, ou mieux les vies sont indivisibles.

41L’ordre tout puissant de la mine, si puissant qu’il règle les agonies de celle-ci, risque de nous le cacher : les « attentes », si évidemment tournées vers la cargaison, sont des attentes « armées », ou si l’on préfère critiques. Il en est ainsi du rachat des maisons, voire même du « rachat » de la mine dans la réplique muséographique par exemple. Il en est ainsi, plus quotidiennement peut-être du droit à pension, et en particulier de la pension de silicosé si proche parfois, dans son expression « spontanée », d’une sorte d’infernal droit à la silicose. Si l’on demande, si l’on exige tout de la mine — y compris la... silicose —, est-ce parce que la mine peut ou pourrait tout, ou parce qu’elle doit ou devrait tout à ceux qui lui ont tout donné — ils le disent ?

42Médecin 1 — Vous avez l’impression d’être mieux protégé aujourd’hui ?

43Mineur 2 — C’est pas facile à dire. Maintenant c’est les haveuses. Quand ça marche...

44Mineur 1 — C’est collectif maintenant.

45Mineur 2 — On n’est guère protégé.

46Mineur 1 — C’est plus les mêmes risques.

47Médecin 1 — On a l’impression qu’on voit de moins en moins de grosses silicoses chez les mineurs.

48Mineur 1 — Π y a certainement une cause... financière. Vous voyiez des gens : 100 %, 100 %. Maintenant on n’en voit plus. Où voulez-vous prendre l’argent pour payer ces gens-là ? C’est les cotisants qui payent... pas seulement les mineurs, tous les cotisants. Le maximum que vous verrez, c’est 20-30 %.

49Mineur 3 — Après la Libération, on a remarqué qu’il y avait beaucoup de silicosés... Juste après la guerre, peut-être pas la totalité, mais la très grande majorité des mineurs de fond étaient silicosés. On a attribué ça aux conditions de travail — c’est évident mais aussi au fait que les mineurs avaient énormément souffert. Leur organisme était affaibli car ils étaient mal nourris tout en effectuant un travail extrêmement dur. C’est là qu’on voyait les énormes silicoses (...).

50Médecin 1 — Ce qu’il y a eu dans les années d’après guerre, c’est que sur le grand nombre de silicosés, il y avait beaucoup de complications tuberculeuses. Dans les statistiques, au fur et à mesure que l’on s’éloigne de cette période et que l’on arrive actuellement, les silico-tuberculoses deviennent beaucoup plus rares. Alors que c’était très très fréquent, une calamité. C’est tout à fait admis et classique que la malnutrition expose à la tuberculisation, mais je n’ai vu nulle part – on ne l’a peut-être pas étudié — le rapport entre la façon de se nourrir et la silicose.

51Mineur 3 — Il ne s'agit pas de « façon ». On n'avait rien à manger. Et il est évident qu’un type qui est affaibli, par exemple du point de vue respiratoire, il souffle, et il en avale beaucoup plus du fait de son rythme respiratoire qu’un gars qui est en pleine forme. Pendant la guerre, ils en ont bavé ! Quand on descendait au fond avec une timbale de rutabagas, les gars quand ils remontaient ils n’étaient pas...

52Mineur 2 — Maintenant, les gens ils mangent à leur faim quand même. Il y en a qui sont silicosés au bout de dix ans, et d’autres qui ne le sont pas. C’est pas évident ça...

53Mineur 1 — Certainement. Π y a beaucoup de facteurs qui de ce point de vue...

54Mineur 2 — Il y a des gens qui sont plus silicotiques que d’autres...

55Mineur 3 — Ça ne vient pas quand même de faiblesses du poumon ?

56Médecin 2 — On n’a pas de cause. On ne sait pas pourquoi certaines personnes sont exposées à la silicose. Autrement, à l’embauche, il y aurait un test de dépistage pour savoir ceux qui risquent d’en faire une et d’autres pas.

57Médecin 3 — A l’embauche, on écarte les asthmatiques, par exemple. On écarte les gens qui ont une pathologie pulmonaire. Mais on ne sait pas si c’est... C’est par précaution, simplement. Certains sont silicosés en cinq ans d’exposition, d’autres en trente ans. Pour ce qui est des gens âgés, la silicose est une maladie chronique à évolution lente, et les gens âgés arrivent à un taux élevé de 100 %, alors qu’ils n’avaient pas 100 % au moment où ils ont quitté la mine, lorsqu’ils sont sortis, au moment de leur retraite. Les gens qui partent maintenant en retraite, on ne peut pas savoir si dans dix ans ils n’auront pas 100 %, on ne peut pas savoir l’évolution.

58Mineur 3 — Il y a des cas, quoi.

59Médecin 3 — Dans certains métiers autres que celui de mineur, il y a des silicoses beaucoup plus graves : les carriers, les céramistes.

60Femme de mineur 1 — Les boulangers n’en ont pas ?

61Médecin 3 — Ce n ‘est pas la même chose.

62Médecin 1 — Pour en revenir à la silicose, les carriers et les sableurs qui inhalent vraiment de la silicose à 100 %, c’est ça qui mérite le nom, qu’on appelle silicose vraie. La pneumoconiose des mineurs de charbon, c’est une anthracosilicose, bon, de toute façon on appelle ça silicose, mais c’est particulier aux mineurs de charbon. C’est ce qui fait que bon, il arrive que des masses de charbon s’accumulent et s’évacuent. C’est un peu différent de la silicose pure des céramistes.

63Femme de mineur 2 — Le vrai silicosé, c'est celui qui travaille dans les rochers. Mon mari y a travaillé 18 ans, je parle en connaissance de cause.

64Mineur 1 — Bien sûr, mais ce qu’il y a de plus fréquent, et de plus en plus, d’après les études, c’est ce qu’on appelle les anthracosilicoses. Bien sûr, à la mine, il peut y avoir des gens qui ont travaillé uniquement au rocher et qui font la même silicose que ceux qui travaillent dans une carrière de pierre.

65Femme de Mineur 2 — Mon mari en est mort.

66Mineur 4 — Est-ce qu’on peut faire la statistique, quelque chose de sérieux, de ceux qui sont silicosés ou pas ? Moi je connais des silicosés qui sont pas silicosés : actuellement, on a tendance à ne plus les reconnaître. Il y a celui qui est reconnu et celui qui ne l’est pas.

67Médecin 1 — Oui, bien sûr, on pensait bien que ce problème serait soulevé. C’est un problème qui préoccupe tous les gens qui ont un problème respiratoire et à qui on dit ne pas trouver de silicose. La silicose, c’est une maladie professionnelle, ce qui est important. Quand on est reconnu silicosé c’est que... on obtient une indemnisation en contrepartie. Π n’y a pas d’indemnisation pour les maladies qui ne sont pas des maladies professionnelles. Si on attrape une maladie quelconque, on n’est pas indemnisé. La maladie professionnelle, on n’est pas indemnisé. La maladie professionnelle, la définition, c’est une maladie qu’on n’attrape pas si on... si on n’exerce pas la profession en question.

68Mineur 4 — ... le risque...

69Médecin 1 — Oui, par exemple, on prend de la bronchite. La bronchite, c’est une maladie que tout le monde peut attraper. Peut-être, et c’est même sûr que les mineurs l’ont plus que d’autres, mais la bronchite, du fait qu’elle peut s’attraper ailleurs, ça n’est pas une maladie professionnelle. Elle n’est pas reconnue dans le tableau légal, vous savez que c’est décidé en haut lieu, il y a une liste des maladies professionnelles. La silicose est dedans, parce qu’on ne peut pas l’attraper ailleurs. La bronchite n’est pas inscrite dans la liste des maladies professionnelles, parce que c’est une maladie qu’on peut attraper sans être mineur. Alors, bon, on est parti du fait des silicoses reconnues ou non reconnues... Il faut voir à quel niveau ça se passe. Ça se passe. Ça se passe d’abord au niveau du dépistage, au niveau de la médecine du travail, des radios qui sont faites systématiquement pendant la vie active, tout au moins. Ça se passe aussi au niveau du médecin traitant qui, chaque fois qu’il se demande s’il y a quelque chose ou pas, fait une radio, et, c’est sûr, c’est en regardant les radios que l’on peut dire si l’on voit de la silicose ou si on n’en voit pas. Quand on trouve une radio normale, c’est embarrassant lorsqu’une personne se trouve essoufflée, et se demande pourquoi. Mais en tant que médecin, si on voit une radio normale, on ne peut pas lui dire autrement que la radio est normale. Ce qui arrive, ce qui m’est arrivé puisque j’exerce depuis bientôt vingt ans, pas à Montceau mais chez les mineurs, et depuis quinze ans à Montceau, c’est que des gens à qui on a vu une radio normale pendant un certain temps, dix ans après, on voit bien que c’est de la silicose parce que c’est apparu sur la radio, parce que c’est devenu net. Il y a eu une période, évidemment, elle ne pouvait pas être reconnue (...)

70Mineur 4 — Si je prends le cas du dépistage, je prends mon cas personnel, avec le camion-radio, on m’a répondu pendant sept ans (que je n’avais pas de silicose). C’était le docteur A... Après, j’ai eu une blessure. Le docteur B... me soignait pour une autre blessure (médecin traitant). Sept ans avant, il m’avait dit que j’avais de la silicose. Pourtant, sept ans avant (qu’elle me reconnaisse), la médecine du travail (le camion radio) avait très bien vu que j’avais de la silicose...

71Médecin 1 et Médecin 2 — Pas forcément...

72Médecin 2 — Vous dites que la camion-radio a fait une radio qu’on vous a dite normale ?

73Mineur 4 —Le camion-radio m’avait trouvé de la silicose, il m’avait reconnu silicosé. On m’a convoqué à l’hôpital des Houillères pour repasser une autre radio. Et on ne m’a plus rien dit. Ce n’est que sept ans plus tard qu’on m’a donné 20 % de silicose. Je n’ai pas attrapé 20 % de silicose comme ça. Un autre mineur qui travaillait avec moi a été reconnu à 100 % en une seule fois ! Le dépistage ne va pas, là. Le cas de M. : il travaillait avec moi, il tombait dans le tas de charbon. Π est tombé chez lui, le docteur est venu qui lui a dit : « Vous êtes silicosé ». On l’a reconnu à 100 % ! Alors quand on dit qu’on dépiste avec la voiture...

74Mineur 5 – Z.M., il tombait, il passe la radio, un mois après on lui enlève un poumon. Les ingénieurs étaient outrés.

75Médecin 1 — Je pense que si on lui a enlevé un poumon, c'est qu’il avait autre chose. On ne dit pas tout, bien sûr, on ne peut pas déballer les diagnostics sur la place publique, dire les maladies des gens comme ça. Quand on enlève un poumon, je crois que ce n’est pas la silice.

76Commencé avec le souci commun de faire la vérité sur la silicose, le débat tourne vite à la suspicion, et la suspicion tourne comme une aiguille folle : la vérité sur la silicose, la vraie silicose (et les vrais silicosés), y a-t-il une vérité de la silicose ? Quelle vérité la silicose cache-t-elle ? Parce qu’il faut qu’elle cache en effet quelque chose pour qu’on (l’administration) veuille si évidemment l’ignorer. Autant de questions affirmées ou implicites, mêlées, et mêlées à la protestation, la revendication, l’accusation.

77Mineur 4 – Actuellement, les actifs on ne les reconnaît plus, on ne veut plus reconnaître la silicose. J’ai le cas de mon frère qui a 32 ans de fond. Il a pris sa retraite au mois de septembre. Il a passé trois fois l’expertise à Dijon. On lui reconnaît des nodules aux poumons. Π est surveillé. Il a tous les papiers pour être silicosé. Il est silicosé. Mais on ne lui donne aucun taux de pension. Il a la maladie de la silicose, mais il n’est pas reconnu ! On ne reconnaît plus la silicose. Π y a une pression qui dépasse peut-être les docteurs, la médecine. On est en régression actuellement. On dit qu’on trouve moins de silicosés. Mais le problème est faussé.

78Mineur 6 — Moi je travaillais au fond. On me trouve de la silicose, et on me remonte au jour. En 1972, on me donne de la silicose. Après, la silicose a disparu. J’ai été dix fois à Dijon. A Dijon, c’est toujours pareil. J’ai été reconnu, mais je n’ai pas été pensionné. J’ai été plusieurs fois à Galuzot où le docteur Z.... m’a dit que j’étais silicosé. Mon docteur me dit que je suis silicosé. Un autre docteur qui est hors de la mine m’a dit que je suis silicosé. Chaque fois que je vais à Dijon : « Pas de silicose. Pas assez caractérisée ». Alors voilà : j’ai travaillé dans le fond, j’ai travaillé aux ateliers pleins de poussière, j’ai travaillé à la station Lucy où on mangeait de la poussière, et on n’a pas de silicose ! Où est-elle partie cette silicose ?

Fils de mineur (5e)

79Médecin 2 — Trois personnes ont dit qu’elles avaient vu de la silicose, et trois fois l’expert a dit non. Je résume. Ou l’expert s’est trompé trois fois, c’est possible, ou les médecins se sont avancé trois fois. On est obligé de prendre toutes les hypothèses. On peut dire que c’est soit à Dijon, soit ailleurs qu’il y a erreur. Je ne préjuge pas de celle qui est vraie. Mais on ne peut pas toujours dire que c’est l’expert qui a tort.

80Mineur 3 — Moi j’ai vu à Dijon des mineurs — je ne sais pas si c’était des Algériens — qui, avec cinq ans de mine obtenaient 10 % de silicose. Et avec 36 ans de mine, on n’a pas de silicose !

81Médecin 1 — Qu’en pense ce Monsieur qui disait qu’on ne voulait plus reconnaître la silicose ? Quelqu’un qui a 10 % avec cinq ans de mine ?

82Mineur 4 — J’en pense... J’ai vu le cas... le plus jeune, il n’avait pas cinq ans, mais une année de mine, 18 ans, le plus jeune silicosé. Il n’était pas mineur. Il débutait au fond de la mine. On l’avait mis sous une trémie. On ne voyait pas à un mètre. Il a été reconnu à 20 % à 18 ans. Alors je ne suis pas étonné quand on me dit qu’il faut cinq ans. Pas du tout.

83Mineur 2 — Le texte de loi parle de deux ans.

84Médecin 3 — Monsieur (Mineur 4), le dépistage peut laisser passer de petites silicoses bénignes. Ce sont de petites photos qu’on regarde à la loupe. Effectivement, dans notre expérience de médecins généralistes, on découvre des silicoses légères qui n’ont pas été dépistées. Mais quand on a un doute sur les petits clichés, on ne porte jamais un diagnostic de silicose. On demande de passer un grand cliché. Il y a sûrement des erreurs. L’erreur est humaine. Mais laisser passer une silicose qui est reconnue à 100 %>, ça me paraît quand même...

85Mineur 4 – J’irai plus loin que ça ! Mais quand on est convoqué à l’hôpital des houillères pour repasser une radio de contrôle... et on ne trouvait plus rien.

86Médecin 3-Ça veut dire que la petite radio, soit elle était de mauvaise qualité, soit elle laissait entrevoir la possibilité de... On fait rarement de diagnostic définitif sur la petite radio. Et c’est quand même quelque chose d’intéressant, le dépistage, au niveau des retraités. Tous les retraités passent au camion, et on a l’occasion de dépister des silicoses chez les retraités. Ce n’est donc pas totalement inefficace.

87Mineur 4 — Pour reprendre le cas de mon frère, à Dijon, on a déjà trouvé bizarre que c'était la médecine du travail qui l’envoyait à Dijon. Il y en a très peu que la médecine du travail envoie à l’expertise.

88Médecin 3 — Pour répondre à votre seconde question, c’est un sentiment personnel de dire qu’on reconnaît de moins en moins la silicose, qui n’est pas basé sur les études statistiques. C’est un sentiment personnel que vous avez personnellement du fait de vos contacts avec les mutilés. (Mineur 4 milite dans une association de mutilés du travail).

89Mineur 4 — Est-ce que vous avez la statistique ? La statistique, cette chose là, moi je ne peux pas le faire. Vous non plus...

90Médecin 3 — J’ai une statistique beaucoup plus valable que la vôtre. Vous ne voyez que les mécontents. Mois je vois la totalité... tout l’éventail de la population. Il y en a que je vois et qui sont reconnus avant la retraite, un certain nombre. Je n’ai pas la statistique, mais enfin je n’ai pas le sentiment qu’on ne reconnaît plus du tout la silicose.

91Mineur 4 — Pour moi, c’est à peu près sûr, mais c’est un peu un point de vue personnel, c’est vrai, parce que je n’ai pas la statistique et que je ne suis quand même pas docteur non plus. Je n’ai pas les mêmes contacts que vous. Mais je vois le cas des jeunes silicosés ; c’est beaucoup plus difficile (de les faire reconnaître) que lors de la période d’après guerre, vers 1947, lorsqu’on a commencé à payer les pensions. C’est encore une chose qu’il a fallu arracher aux patrons. Avant, ça n’existait pas, la pension. Actuellement, il y a peut-être une pression.

92Médecin 1 — Si on est victime d’une pression, on voudrait bien savoir de qui parce que, vraiment, on ne s’en est pas rendu compte. Je peux parler de mon expérience. Effectivement, je dois avoir moins de dix dossiers où je ne suis pas d’accord avec l’expertise, où j’estime qu’il doit effectivement y avoir une silicose débutante qui n’a pas été reconnue. Cinq ou six personnes dans l’ensemble de mes clients. Et il s’agit de cas qui ne crèvent pas les yeux. Quand on regarde la radio, ça peut être discutable. Ce sont à mon avis des silicoses débutantes, et je pense bien qu’en remettant ça dans quelques années, ça sera reconnu. Ça deviendra, à mon avis, plus évident. Parmi les silicosés qui sont reconnus et qui ont un taux d’I.P.P. Alors là, effectivement, pour évaluer un taux d’I.P.P., moi je ne suis pas expert, je ne sais pas comment ils font (...). Il y a des écarts entre les experts. Il y a des experts plus larges que d’autres, c’est sûr. Il y a des discordances.

93Médecin 2 — Il y a des choses où je suis d’accord avec vous (Mineur 4). Par exemple à Dijon, les experts actuels par rapport aux experts que je n’ai pas connus, mais dont j’ai vu les pensions qu’ils donnaient. Autrefois, les pensions étaient sûrement plus importantes, il y a quelques années. Il est certain qu’au niveau de l’octroi du taux de pension, et non du dépistage, les experts ont une appréciation un peu différente.

94(...)

95Mineur 1 — Une chose que j’ai constatée : il y a beaucoup plus de petits taux maintenant qu’à une certaine période. Alors pourquoi ? Est-ce que la silicose est dépistée plus rapidement ? Ou est-ce que ce sont des directives du gouvernement ? Et il faut bien dire que la technique du dépistage n’a pas beaucoup évoluée : c’est toujours le même camion-radio. Vous parlez de petite radio et de grande radio. Pourquoi ne commence-t-on pas directement par la grande ? Si on considère que la petite n’est pas très sûre. A ce niveau (dépistage), il n’y a pas telle de recherche et de découvertes. Π pourrait peut-être y avoir d’autres moyens de dépistage.

96Médecin 2 — C’est un fait qu’on n’a pas retrouvé autre chose comme méthode de dépistage.

97Mineur 2 — Les gens ne sont pas pensionnés en fonction des images radiologiques, mais en fonction des troubles fonctionnels.

98Médecin 1 — Oui.

99Mineur 2 — Il y a des gens qui ont des images radio très nettes, et qui ne sont pas reconnus parce qu’ils ont une capacité respiratoire au-dessus de la moyenne.

100Médecin 2 — Absolument.

101(...)

102Femme de mineur 2 — Pour mon mari, ça s’est produit comme ça. Il était silicosé à 75 %. A midi, il était à table, il a commencé d’étouffer. On a fait venir le docteur. C’était une petite remplaçante qui lui a fait une piqûre d’huile camphrée. Après, il est tombé dans le coma. On l’a emmené à l’hôpital. Il est mort dans la nuit. Et quand j’ai demandé si j’avais le droit de toucher la pension, on m’a dit qu’on ne pouvait pas, qu’il était cliniquement mort quand il est arrivé à l’hôpital. Je me suis adressée à Galuzot, chez le docteur...

103Médecin 1 — Il est difficile de trancher sans avoir une expertise qui comporte une autopsie. Parce qu’on ne peut pas dire comment ça s’est vraiment passé, sinon...

104Femme de mineur 2 — Il avait la partie inférieure des poumons dure, c’était du rocher.

105Mineur 2 — C’est impensable, quand même, la législation française ! Π y a aussi le problème de la tierce-personne. Ça fait partie quand même du même sujet. Vous avez un homme qui quitte la mine et qui est silicosé à 70 %. Il fait une demande de tierce-personne deux ans après parce qu’il a un cancer qui s’est greffé sur la silicose. Non, non... qui ne s’est pas greffé, qui s’est ajouté. On dit que cet homme-là n’a pas droit à la tierce-personne parce que la maladie invalidante n’est pas celle pour laquelle il a quitté le travail. C’est impensable !

106Mineur 3 — Le corps médical, dans tes déclarations là, il est pour toi, ou il est contre ?

107Mineur 2 — Il y a des médecins qui sont là et qui m’ont aidé dans mes positions.

108Mineur 3 — Mais dans les discussions au Ministère...

109Mineur 2 — Les gens ne viennent pas au Ministère.

110Médecin 1 — Je peux vous dire que j’ai assez souvent rédigé des certificats dans des cas semblables pour insister sur le rôle déterminant de la silicose dans le décès d’un malade mort apparemment d’autre chose. Je peux vous dire que jamais le ministère ne me l’a reproché.

111Mineur 2 —Un homme qui a 40 ou 20 %, je ne peux rien dire. Je ne suis pas médecin. Mais un homme qui a 70 %, on ne peut pas dire que la silicose n’a pas joué un rôle (dans son décès). Prenez les gens qui sont pensionnés militaires, même s’ils sont morts d’autre chose, la veuve touche quand même.

112Mineur 4 — Moi je pense que la silicose est cancérigène. Il y a beaucoup de silicosés qui ont un cancer des poumons.

113Médecin 1 — Pas plus que les autres. Ça, c’est formel.

114Mineur 4 — Il y a des statistiques. Il y a beaucoup plus de cancers du poumon chez les silicosés que chez les autres.

115Médecin 1 — Non.

116Mineur 2 — Quand même, il y a des relations. Il y a beaucoup de silicosés qui ont des cancers du poumon.

117Médecin 1 — Il y a des enquêtes. Le professeur E., spécialiste de pneumo-physio, en a fait dans les années soixante qui démontraient qu’il n’y en avait pas plus, qu’il y en avait autant, mais pas plus, de cancers des bronches, chez les silicosés que dans la population générale. Il y en a autant. Malheureusement, il y en a trop. Mais pas plus. Je viens de relire la thèse du docteur D., qu’il a faite à Montceau, sur les mineurs de Montceau. R trouve la même chose. Il y a la même proportion chez les silicosés que dans une population autre, de non-mineurs. Même proportion.

118Mineur 3 — La silicose est donc la cause primordiale du cancer.

119Médecin 1 — Non. R y a autant de cancers, mais pas plus, si on a de la silicose ou si on ne l'a pas. Donc ce n’est pas la silicose qui le provoque.

120(...)

121Mineur 2 — La question, c’est qu’un silicosé supportera moins le cancer qu’un autre. R est quand même plus affaibli.

122Médecin 1 — R y a à peu près 8 % des cas de décès. R a examiné 650 dossiers de décédés, dont 20 % de silicosés. 8 % sont décédés de cancer ; mais 8 % chez les silicosés, 8 % chez les non-silicosés. C’est la même chose chez les gens qui ne sont pas mineurs.

123Médecin 3 — R y a des cas où la silicose gêne le diagnostic du cancer, parce qu’on attribue une partie des symptômes du cancer à la silicose.

124Mineur 2 — On nous parle toujours du tabac, de l’alcool (pour ne pas admettre la filiation silicose-cancer).

125Le Bois du Verne, 2 avril 1981.

Notes

7 Entendons les communes dont la population d’ouvriers et de mineurs est plus élevée que les moyennes de l’agglomération.

8 A titre indicatif, les Houillères du Bassin de Blanzy qui gèrent l’exploitation montcellienne détiennent en 1975 quelque 4870 logements, 22 boutiques, magasins ou officines, 13 exploitations agricoles, 16 bâtiments culturels et équipements sportifs et sanitaires, près de 45 000 places et voieries.

9 Jusqu’au développement d’une politique de construction des HLM dans les années cinquante.

Table des illustrations

Titre Tableau no 2Les mineurs dans la population active montcellienne par quartier en 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Graphique 1Répartition par âge des ouvriers (fond) des houillères de Blanzy en 1978. (Source : Rapport annuel H.B.C.M. – Groupe Blanzy –)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fils de mineur (5e)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search