Version classiqueVersion mobile

La rumeur minière

 | 
Philippe Lucas

Première partie. Produire

Produire

Texte intégral

1« On réembauche, la mine réembauche ». On avance des chiffres. « Et maintenant », titre le journal d’entreprise des Houillères du bassin minier du Centre et du Midi : « Et maintenant ? Un nouveau Président de la République, un nouveau gouvernement dont la politique énergétique devrait conduire à un certain développement de la production nationale de charbon »... Un prudent espoir suivi de pointillés. « Un nouveau directeur général d’ici quelques mois (...). De nouveaux comités d’entreprise (...). Le printemps 1981 est porteur de renouveau » (Centre Midi Magazine, mai-juin 1981). Quelques pages plus loin, une photo montre l’enlèvement de la loge d’entrée des « grands bureaux » des Houillères de Blanzy. Une grue les emporte ; l’association « La mine et les hommes » a demandé à les récupérer ; ils seront réinstallés par ses soins à l’entrée du Musée de la mine.

2Après un premier embauchage fin 1981, un autre a suivi. On n’a jamais voulu croire à la fermeture de la mine ; du moins on s’est toujours, de quelque façon, refusé à y croire. On a toujours eu du mal cependant à croire qu’elle soit sauvée. Non pas seulement parce qu’« on nous a déjà raconté tellement d’histoires », mais parce que la mine, d’une certaine façon, n’a jamais cessé de mourir et de renaître : parce que la mort de la mine, sa renaissance « ça fait partie de la vie » de tous les jours et de toujours : c’est la précarité de la vie ; parce que ne pas croire ce qu’on dit ça fait partie de la vie, ça fait partie de ce que tout le monde doit savoir faire. Bref, la mine n’a pas dit son dernier mot. D’une certaine façon, le pays minier n’a jamais été aussi loquace. A côté des puits qui ferment, on hâte maintes répliques : le musée de la mine où les mineurs viennent faire leur bout de galerie, poser les étançons après... le travail, les sociétés de gymnastique (Lucas, 1981) mais aussi le jardin, la maison que l’on rachète à la mine, etc. Je m’arrête sur ces répliques, et toute cette rumeur. Branle-bas de combat (chapitre 1) ? De bien des façons, c’est une nouvelle bataille de la production qui s’engage. Produire, reproduire : le mythe de la cargaison magique est plus vivant que jamais (chapitre 2) ; les « éléments » sont rois. Pourtant le « petit travailleur infatigable » (Murard et Zylberman, 1976) interroge, s’interroge. Produire, et après ? Il calcule ; ses répliques sont celles de quelqu’un qui a appris à compter et n’a pas l’intention de s’en laisser compter. Sur « après », comme on dit pour désigner sans le dire ce qui viendra, pourrait venir après l’ère minière, après la mine, c’est-à-dire aujourd’hui, il ne s’avance guère, ni ne prophétise ; il compte, énonce ses droits. Ceux de la vie indivisible (chapitre 3).

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search