Version classiqueVersion mobile

La rumeur minière

 | 
Philippe Lucas

Introduction

Texte intégral

1A côté des mouvements féministes et écologiques, et même à côté des luttes engagées par les « pays » contre l’Etat (Touraine, 1981), le combat du pays minier de Montceau, comme celui des sidérurgistes de Longwy par exemple, fait figure de combat d’arrière-garde. Et certes, il n’y a rien ici d’une prophétie. Contrairement à ce qu’attend notre conscience progressiste, les mineurs, en tout cas les mineurs de Montceau en redemandent ; même s’il leur arrive de plus en plus souvent de reconnaître, ils le disent de bien des façons, qu’ils font un travail de bête. Le dernier des métiers.

2Cet entêtement a de quoi étonner. D’autant que, d’une certaine manière, ça continue : la mine n’a jamais cessé de mourir et l’incertitude des lendemains est le propre de la condition minière ; la mort de la mine, la mort à la mine c’est tout un (Lucas, 1981).

3On s’étonne jusqu’au jour où l’on en vient à soupçonner que ce que le pays minier redemande, revendique, est lourd d’un devenir autre et procède moins d’un passé que d’un pas encore. Il (ré)clame son dû, en même temps qu’il s’invente, ou mieux réinvente des contiguïtés, des possibles, une façon d’être, une autre fois encore, chez lui... chez les autres : la population minière de Montceau est aussi, pour une bonne part, issue de l’immigration. Elle réclame et réinvente une sorte de droit de cité, une façon d’être ce qu’elle n’a pas encore été. Frappé de récession, le pays montcellien multiplie paradoxalement les actes de fondation. Les sanctuaires se multiplient sur ce qui fut la communauté minière. Je me suis arrêté, dans La religion de la vie quotidienne (Lucas, 1981), sur quelques-uns de ces sanctuaires, les gymnases, les banquets de la mémoire minière, etc. Il est des fondations plus secrètes, plus quotidiennes peut-être et qui relèvent de la rumeur, voire de la « civile conversazione ».

4Ce qui arrive n’advient jamais seul. Ça arrive avec ceux qui en parlent, ou n’en parlent pas, ou parlent d’autre chose. L’abstention n’est pas rien et le silence peut être grave : on ne parle pas de la mort de la mine aux enfants mais, d’une certaine façon, on ne parle que de ça et la mort de la mine fait son chemin ; il se fait grand bruit autour du rachat des maisons ouvrières liquidées par les Houillères et il arrive que le mutisme soit assourdissant : éloges du travail minier, Salon de la mine, mémoires ouvrières. Et d’un coup, c’est comme si l’on n’avait jamais cessé d’en parler. Peut-être en effet n’a-t-on jamais cessé d’en parler. Le silence conspire ; ça sent l’intrigue. Ici et là les langues se délient ; on ose dire ce qu’hier on n’aurait jamais dit : le travail minier, un travail de bête. Je m’arrête ici sur les façons de parler qui sont aussi des façons de faire et relèvent, loin du langage de (la) vérité, d’une logique de la persuasion ; de l’opinion, du « jugement » et de la conviction, du croire dont J.T. Desanti rappelle justement qu’il « s’institue sur la scène de l’autre » (Desanti, 1982, p. 45). Là, dans la rumeur qui accompagne la récession, avec les mots les plus traditionnels de l’idéologie productiviste s’ébauchent paradoxalement les éléments d’une légitimité autre. Je montre ici comment les mineurs montcelliens et, avec eux, une « société », font usage d’une sorte de droit de suite, au-delà de la production, voire au-delà du sanctuaire minier, sur « leur » vie livrée à la production. Le travail retravaillé.

5J’ai, dans La religion de la vie quotidienne, avancé l’idée d’histoire persuasive sur le modèle de la « parole persuasive » de M. Bakhtine. Rompant avec la conception familière d’une histoire qui ne procéderait que par accumulation et capitalisation, ou à la façon de « comptes qui s’additionnent pour former une combinaison favorable » (Lévi-Strauss, 1961), j’ai introduit l’hypothèse d’une histoire « intérieure » et cependant polyphonique qui procède par accentuation, réaccentuation, hybridation, manipulation, détournement, retournement, bref une histoire-tactique qui, par manière de clandestinité, s’écrit sur la scène de l’autre. A. Gramsci parle de ces classes ou fractions de classes dominées qui n’imaginent même pas que leur histoire puisse être de quelque intérêt et qui ne laissent guère de traces que dans l’histoire des autres ou dans ses marges. L’histoire des sociétés colonisées en est un exemple (Lucas, Vatin, 1975 ; Lucas, 1982) ; et sans doute cette « seconde vie » évoquée par J. Rancière à propos de la communauté icarienne de 1840 (Rancière, 1981 a). D’où parlent-ils ces mineurs frappés par la récession lorsqu’ils lui opposent — prétendent lui opposer — « leur métier » qui n’a jamais été un métier ? Ils parlent tout à la fois depuis cette conscience qu’on dira trop vite aliénée, qui tient l’existence « pour quelque chose qui se manipule, se traite et s’analyse directement » (K. Kosik, 1970, p. 57) ; mais aussi depuis cette « seconde vie », non point comme le dit Rancière à côté de la première, mais dans la première, dont le travail minier entretient quelque part tout à la fois la nostalgie et l’utopie (un rapport immédiat à l’élément, aux outils, aux camarades) et qu’il arrive aux mineurs d’approcher dans le ciel du gymnase (Lucas, 1981), l’espace secret du jardin, la retraite telle qu’ils la rêvent. « A l’origine du discours de l’émancipation ouvrière, il y a le désir de n’être plus ouvrier : ne plus abîmer ses mains et son âme, mais aussi ne plus avoir à demander ouvrage et salaire, à défendre ses intérêts ; ne plus compter le jour, ne plus dormir la nuit » (Rancière, 1981 b). Frantz Fanon ne s’exprimait pas autrement évoquant hier les « rêves » des damnés de la terre. C’est cette « seconde vie » que défendent aujourd’hui les mineurs de Montceau, cette autre vie contre laquelle ils ont chaque jour, dans le corps à corps avec l’élément, tenté d’échanger leur vie triviale, pour laquelle enfin ils se sont battus, comme ils disent, et qui, à force d’anachronismes, d’inexactitudes formelles et de contradictions, est irréellement ou mieux idéalement advenue. Droit de suite, ai-je dit. Une provocation de l’avenir.

  • 1 M. de Certeau (1980, p. 116) souligne la difficulté rencontrée par P. Bourdieu lorsqu’il s’agit de (...)

6C’est provocation que célébrer le métier de mineur — dernier des métiers et dernier métier vivant. Et provocation, le rachat des maisons minières dont les Houillères tentent de se défaire, le consumérisme et autres formes de « privatisme » qu’accuse la récession. A bien des égards, le droit de suite dont je parle relève plus d’un principe dialogique que d’un principe stratégique : il est moins une suite de coups, selon la définition que P. Bourdieu donne de la stratégie, qu’une façon de parler de ce qui n’est pas1 ; il relève moins du jeu, avec ses règles et ses apparences — à sauver — que de l'épreuve. Le rachat des maisons, la célébration du métier, etc., sont des façons de parler ; ils sont, comme les mythes et les rites suivant E. Leach, un « langage pour discuter » et non un « chœur harmonieux » (Leach, 1972, p. 318). Et c’est cette discussion qui provoque l’avenir.

***

7L’ouvrage qu’on va lire a bénéficié pour l’essentiel des recherches réalisées dans le cadre de l’Action thématique programmée du CNRS « Observation continue du changement social et culturel » ; mais ces recherches ont souvent été conçues, en relation avec le mouvement engagé au Centre médico-social et dans les quartiers de Montceau sous l’égide du GRPS (Groupe de recherches pour la santé, ainsi que la presse locale a fini par l’appeler), comme des séquences multiples permettant un retour de l’information recueillie et un débat au sein de la population montcellienne — et plus justement, d’une population militante. Je n’entendais pas ainsi abdiquer mes responsabilités de chercheur — mais les assumer pleinement — ni me soustraire aux impératifs d’une recherche universitaire, mais prendre au sérieux le problème que pose la fameuse identité — partielle et contradictoire — de l’objet et du sujet dans les sciences humaines. Les pages qui suivent n’engagent que leur auteur, même si les signes de complicité sont nombreux — que je n’ai pas cherché à mettre en vitrine. Mais sans doute procèdent-elles de la même présupposition que le mouvement engagé à Montceau, la même présupposition qu’on dira brechtienne, en tout cas non-aristotélicienne, suivant laquelle il n’est de connaissance que du transformable (cf. annexes 2 et 3).

8Les différentes enquêtes, dont les annexes rendent compte, ont été précédées en effet d’une longue incubation dans le cadre d’un travail de quartier qui, lui-même, suivait ce que j’appellerai, pour aller vite, une expérience thérapeutique et militante à laquelle la revue Esprit a consacré, il y a quelques années, l’un de ses numéros (Lucas, 1978).

9L’ouvrage présent n’est en rien la relation de cette expérience. Mais, de quelque façon, il est « au commencement » de celle-ci. Comme elle, il rompt avec la culture du diagnostic qu’appelle et entretient la crise — et c’est bien de cela qu’il s’agit. Il propose une « reculturation » de la crise comme, dans les groupes de patients, le travail de quartier, le GRPS tente de reculturer la maladie — et notamment ce qu’on appelle la maladie mentale. Comme lui, à l’heure où, une fois de plus, le pouvoir politique avoue son impuissance à « relancer la production », il suggère qu’une politique sociale, et peut-être une autre politique sont possibles, loin de la distribution des consolations avec laquelle se confond souvent la justice sociale. Une autre politique qui prenne appui sur les formes ordinaires de réappropriation de soi : le travail retravaillé. A condition qu’on ne finisse avec les figures imposées qui font notre représentation des classes populaires, tout entières prisonnières de leur destin de dominées et condamnées, comme dit P. Bourdieu, à faire de nécessité vertu.

***

10Que soient ici remerciés tous ceux qui, avec les membres du Groupe de recherches pour la santé, ont apporté leur concours à ces travaux dont les étapes successives sont rappelées dans l’annexe méthodologique : S. Ben Abderrhamane, B. Bensoussan, M. Giraud, B. Jaubert, P. Kuntzmann, Cl. N’Guyen Minh, B. Seguin, Ch. Seymat, pour la collecte des informations et la réalisation des enquêtes, Y. Golay et P. Coste pour la dactylographie, O. Mongin et P. Bouvier pour leur lecture critique.

Notes

1 M. de Certeau (1980, p. 116) souligne la difficulté rencontrée par P. Bourdieu lorsqu’il s’agit de penser les pratiques auxquelles font défaut un lieu propre (un patrimoine) et un principe collectif de gestion (une communauté). Ce qui est partiellement le cas dans le pays minier et, comme le souligne M. de Certeau, dans nos sociétés technocratiques « par rapport auxquelles les insularités propriétaires et familiales dîner ou d’ailleurs deviennent les utopies de mondes perdus, sinon des robinsonnades ».

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search