Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Ciel des Fouriéristes

 | 
Michel Nathan

Chapitre quatrième. Sur la terre comme au ciel

Texte intégral

  • 1 Victor Considérant, Destinée sociale, op. cit., p. 96.

1Dans les aperçus de la doctrine phalanstérienne qu’ils publièrent, les disciples se démarquèrent plutôt des théories cosmogoniques du Maître, n’en parlant que par allusions, insistant sur leur caractère hypothétique et provisoire. « Je ne prétends point que la cosmogonie de Fourier soit complète, achevée et parfaite, mais je soutiens sa donnée générale » déclare Victor Considérant1.

  • 2 Cantagrel, op. cit., p. 152.

2Ils justifièrent leur silence ou leurs interprétations restrictives par le fait qu’il faut connaître parfaitement la théorie sociétaire pour comprendre la cosmogonie et qu’on peut d’ailleurs être phalanstérien sans l’admettre : « Vous pouvez sans inconvénient la considérer comme un roman, du reste fort intéressant, ou si vous voulez comme des extravagances comparables aux rêveries de Newton sur l’apocalypse »2.

3La cosmogonie des disciples aboutit le plus souvent au vague éloge d’une science à venir dont le Maître a laissé des éléments d’une hardiesse prodigieuse. Pour en donner une idée, les disciples s’expriment de façon si peu précise, avec un vocabulaire si stéréotypé qu’on croirait lire parfois des manuels d’édification morale qui se confondent avec les sermons sur l’immortalité de l’âme qui distingue l’homme de la bête. Les arguments de Fourier deviennent occasion de pathos sur la vie et la mort. Et, comme si l’autorité du Maître ne suffisait pas, les lieux communs prononcés en son nom sont confirmés par la science contemporaine. Pourtant les disciples ont tout de même réussi à exprimer quelques idées maîtresses de la cosmogonie de Fourier. En voici le bilan, illustré de citations nouvelles qui montrent à quel point les propos de certains disciples sont interchangeables :

A. L’HOMME GÉRANT DU GLOBE

4Tous les disciples s’accordent pour dire que Dieu a confié à l’homme la gestion de la Terre, comme il a confié aux habitants des mondes la gestion de leur globe. L’évocation du Créateur passant en revue les éléments de sa création inspire à Hippolyte Renaud ses plus belles pages :

  • 3 Hippolyte Renaud, Destinée de l’homme dans les deux mondes, op. cit., p. 49.

(Le devoir de l’homme) « son seul devoir est de faire que dans cette revue que Dieu passe incessamment des globes, des soleils, des univers, notre planète ne fasse pas tache ; qu’il n’ait pas à s’en détourner pour contempler, avec plus d’amour, d’autres planètes mieux ordonnées et plus dignes de satisfaire ses regards.
Car Dieu donne à la population intelligente de chaque planète, l’administration de son globe, de sa parcelle d’univers, et c’est sur la planète la plus sagement conduite, qu’il a été le mieux compris et obéi »3.

  • 4 Victor Hennequin, Théorie de Charles Fourier, op. cit., p. 27.

5« La destinée de l’homme est la gestion du monde terrestre » écrit Just Muiron et Victor Hennequin dans ses premiers exposés lui fait écho « L’homme a été mis sur cette terre avec la mission de la dominer, de la gouverner, d’être le régent du globe »4.

6Même affirmation chez Gabet :

  • 5 Gabriel Gabet, Science de l’homme, Traité élémentaire de la science de l’homme considéré sous tous (...)

7« La destination de l’espèce humaine ici-bas, est d’expliciter, de gérer et d’embellir le globe. Cette noble mission semble l’associer en quelque sorte à la direction du mouvement de l’univers, dont Dieu tient les rênes entre ses mains »5. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter pour Victor Considérant, Clarisse Vigoureux et bien d’autres, le précepte chrétien : « Que ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel » :

  • 6 Clarisse Vigoureux, Parole de providence, Librairie phalanstérienne, 1847, p. 8.

« Et où serait donc la gloire des hommes, si le dispensateur céleste ne leur eût laissé leur part dans l’œuvre ?
Or, je vous le dis en vérité : la recherche de la LOI des destinées universelles est la tâche imposée au génie humain ; la promulgation de cette loi, le devoir impérieux de tous ceux qui la connaissent et son application, la condition absolue du règne de Dieu sur la terre »6.

B. PLUS D’ENFER NI DE PARADIS ÉTERNELS

8Les disciples ne voulurent plus de la mythologie chrétienne issue de la théologie médiévale. Edouard de Pompéry est, sur ce sujet, le porte-parole de l’école :

  • 7 Edouard de Pompéry, Traité de l’association et de l’unité universelle, Capelle, 1841, p. 12.

« Point de néant, de mal, d’éternelles ténèbres, de froid mortel, de Satan ; mais pour des êtres finis, des privations de la vie et du bien, des absences graduées de lumière et de chaleur ; et Dieu partout et toujours, manifesté dans les créatures les plus minimes par des modes infiniment variés »7.

C. REFUS DE L’EXPIATION ET DE LA PRIÈRE QUI DISPENSERAIT DU TRAVAIL

  • 8 Pour La Morvonnais par exemple, Dieu impose de « parcourir les termes d’une série, d’une épreuve g (...)

9Les thèmes de l’expiation, de l’épreuve et de la souffrance rédemptrice n’ont pas plus de rapports avec la pensée du Maître qu’avec celle de la majorité de ses disciples. Non que ceux-ci aient tous rompu avec le christianisme, ni renoncé à des croyances proches de celles de Ballanche8.

10Mais rares sont les fouriéristes pour qui la douleur doit faire partie de la destinée humaine :

  • 9 Lechevalier, Etudes sur la science sociale, op. cit., p. 29 Just Muiron, op. cit., p. 2.

« L’exception (...) constitue la douleur, le mal ; et le mal représente l’essor d’un mouvement qui cherche son équilibre ou qui l’a perdu ».
« L’homme peut éprouver des douleurs, goûter des plaisirs sans que le plaisir ou la douleur soit l’utilité de l’homme, soit la raison du rang ou de la fonction assignée à l’homme dans la chaîne des êtres. Le plaisir et la douleur peuvent être un véhicule, un accessoire du destin de l’homme sans être ce destin lui-même »9, écrivent J. Lechevalier et Just Muiron en disciples fidèles.

11D’autres vont plus loin, affirmant comme Cantagrel dans ses dialogues du Fou du Palais-Royal que cultiver la douleur pour être agréable à Dieu est une véritable impiété (« S’il existe aujourd’hui un dogme subversif, IMPIE, c’est celui du renoncement, du Sacrifice » p. 203). Prétendre le contraire, c’est n’avoir pas compris le Sens vrai de la doctrine de la rédemption (Considérant). Le bonheur est possible « sur la Terre comme au Ciel ». Le bénéfice de la promesse de l’Evangile n’est pas borné à l’autre vie. Jésus a annoncé « la voie de la Rédemption du monde », la voie du salut de l’humanité. Il a voulu que les hommes vécussent unis entre eux et avec Dieu par l’amour, dans un univers parfaitement géré :

  • 10 Victor considérant, Du vrai Sens de la doctrine de la rédemption, librairie phalanstérienne, 1849, (...)

« Et voici que la créature condamnée aux ronces et aux épines arrache les épines et les ronces, ou que, les transformant par la greffe, elle ordonne à leur écorce de s’adoucir, à leurs branches de porter des fruits savoureux »10 !

12Le Fou du Palais-Royal oppose au puritain qui prétend que l’homme est sur la Terre pour expier que « la douleur procède de l’infraction des lois de l’ordre, (qu’)elle s’est introduite dans le monde avec le mal. C’est l’homme qui l’a fait naître ; c’est Dieu qui a institué le plaisir ».

13Citant des extraits des Trois Discours prononcés à l’Hôtel de Ville, il poursuit :

  • 11 Cantagrel, Le Fou du Plais-Royal, Librairie phalanstérienne, 1841, p. 211. On peut ajouter à ces t (...)

« Je crois que tout être qui remplit sa Destinée jouit et que tout Etre qui est hors de sa destinée souffre. Je crois que les forces du plaisir, de la jouissance, du bonheur, sont les forces employées par Dieu pour gouverner les mondes, pour révéler et dicter ses lois à tous les êtres. La souffrance, c’est le signe de la déviation de Destinée »11.

***

14L’idée de pluralité des mondes est généralement acceptée par les disciples, ainsi que la théorie de la vie éternelle qui commence par une succession d’alternats dans l’un et l’autre monde puis se prolonge en fusions dans les âmes d’astres. Mais les ouvrages courts et clairs qui en rendent compte (sauf ceux de disciples très émancipés comme Victor Hennequin) simplifient, abrègent, parlent le langage du temps, excluant surprise et provocation. Contrairement au Maître qui passait du simple au composé par l’écriture brouillonne et foisonnante d’une œuvre qui ne pouvait s’achever, les disciples sont passés du composé du texte au simple de l’aperçu.

  • 12 Voir Henri Desroche, La Société festive.

15On a envie de dire en voyant comment fut abordée la cosmogonie de Fourier que son message a été mal compris par ses contemporains, comme par sa postérité immédiate et qu’il a fallu notre époque pour qu’il soit possible de le comprendre vraiment. Le message de Fourier fut pourtant à la base de nombreux phénomènes communautaires12 et il est peu d’œuvres qui furent à l’origine de tant de vocations si diverses. Il est impossible de négliger un tel impact sur tant d’expériences qui furent bien en rupture avec leur temps.

16Mais par un étrange renversement, l’illisible d’autrefois (l’érotisme, la cosmogonie) est devenu ce qui passionne aujourd’hui, alors que certains développements sur le commerce et l’organisation du phalanstère — idées maîtresses des aperçus sociétaires — semblent plutôt rébarbatifs. Un second Fourier est né, sous le parrainage d’André Breton, des textes que les contemporains ont négligés ou mal compris : celui qui fait figure aujourd’hui de précurseur, de grand ancêtre, de maître ès écriture subversive.

  • 13 Hubert Bourgin, op. cit., p. 197.

17On ne fonde plus (l’a-t-on jamais fait ?) de phalanstère Fourier en mains (comme on dirait Bible en mains). Le Maître n’a pas fondé de religion (« le monde a besoin, non pas d’une réforme religieuse mais d’un retour à l’esprit religieux »). Il enseigne seulement à réaliser « la parole divine en découvrant la loi sociale universelle et parfaite qui accomplira dans la société humaine les desseins de la Providence »13.

18La leçon de Fourier se veut retour à une manière de christianisme primitif, invitation à l’expérience, point de départ et non guide précis, exhaustif, à suivre au pied de la lettre (sauf peut-être lorsque sont expliqués l’art et la manière de fonder une première association domestique — agricole). Tout résumé, aussi adroit soit-il, s’il est bref, clair et cohérent rend donc mal compte de la pensée de Fourier à qui rien ne fut si étranger que la synthèse définitive (ses textes courts sont prospectus dont il faut attendre les suites, meubles gigognes et boîtes à malice). Bien sûr tout s’organise autour de principes formulés avec une rigueur mathématique, mais à partir desquels tous les prolongements sont possibles.

19Y compris ceux qui se perdent dans la pensée du siècle. Au prix de quelles distorsions !

20— Fourier n’avait pas de style ; il s’en est plaint quelquefois et plus souvent fait un titre de gloire. D’aucuns se sont crus autorisés à lui en donner un — ou plutôt à le faire parler selon les règles du bien dire —. Ce faisant ils ont instauré une hiérarchie dans ses propos. Alors que chez le Maître, d’amples théories embrassaient l’ordre du monde et la destinée de l’homme en passant par l’entretien du jardin potager, le jardin potager disparaît des propos des disciples pour faire place à des pathos sur la vie et la mort.

21— Alors que Fourier éclate d’un rire énorme qui accompagne les sarcasmes divins lorsqu’il exprime par exemple son mépris pour l’ascétisme et la résignation, les disciples restent conciliants, expliquent que le Maître n’était pas un monstre et qu’il connaissait la vertu du sacrifice.

22Ainsi, un disciple montra — ironiquement il est vrai — que le mal n’est pas absent de la théorie de Fourier et que la douleur continuera d’accompagner mort, naissance et crises attachées aux phases de croissance et de décroissance. L’analogie le prouve aussi et les réflexions cosmogoniques de Fourier qui déclare qu’au début et à la fin des cycles astraux, règne le désordre :

  • 14 Fernand Guillon, Accord des principes, travail des écoles sociétaires, Librairie phalanstérienne, (...)

« Nous ne livrons pas ces assertions analogiques de Fourier au sourire de l’incrédulité et à la raillerie des esprits forts, comme des articles de foi absolument indispensables à l’intelligence de sa théorie ; mais seulement comme un moyen de convaincre les partisans de la douleur que Fourier lui-même, le grand utopiste, n’a pas poussé la puissance ou la folie jusqu’à vouloir faire disparaître tout vestige du mal dans l’univers entier »14.

  • 15 Dans la 3e édition de la Vie de Charles Fourier, Pellarin cite Bonnet “dont les vues générales sur (...)

23— La condition première de la démarche fouriériste était le doute et l’écart absolu. Les disciples reconnurent dans sa pensée des arguments confirmés par Charles Bonnet15, Fabre d’Olivet, le magnétisme, le somnambulisme, Herschel, Arago. Ou bien, ils voulurent l’enrichir de spiritisme ou le faire renouer avec de vieux mythes.

24Interroger successivement Fourier et ses disciples par le biais de la pluralité des mondes — c’est-à-dire par le biais d’une radicalisation — permet de mesurer ce qui les sépare. Méditer sur la vie dans les astres peut être une fuite, un refus de répondre aux questions posées par la réalité sociale en même temps qu’un recours à des valeurs présentées comme supérieures, blottissement dans un ordre différent. Les fouriéristes ne pouvaient accepter l’un ni l’autre. A moins que les valeurs supérieures ne concordassent parfaitement avec celles qui seraient instaurées sur la Terre et de marquer, avec l’avènement de l’Harmonie, la fin de l’Histoire.

25Fourier va plus loin.

26La destinée humaine est ancrée dans un univers dont les règles sont immuables. Ces règles organisent le mouvement, à la fois fuite et convergence. Toute déviation finit par suivre la trajectoire prévue. Alors qu’est-ce qu’une déviation sinon un retard ? Que les hommes ne sauvent pas la Terre, la colonne de secours le fera. Mais nous y perdrons en jouissance. Et l’essentiel est là : il faut que le bonheur soit intense, et ne pas perdre de temps.

27L’intensité ne doit pas être confondue avec la pérennité ni l’unique. L’intensité est éphémère et complexe, faite d’un éclatement d’instants parfaits qui aboutissent à d’autres instants parfaits, fuite et justification des premiers. Ainsi du rêve de l’Harmonien qui connaîtra indéfiniment un bonheur autre. Quel autre bonheur souhaiterait-il, lui qui les aura tous ? Un bonheur fait d’encore plus de jouissances, ailleurs.

28Pour le Maître, la pluralité des mondes ouvre les portes de l’espace à toutes les mégalomanies. Pour les disciples, elle est espoir en l’immortalité de l’homme, encouragement au labeur et à la Solidarité.

Notes

1 Victor Considérant, Destinée sociale, op. cit., p. 96.

2 Cantagrel, op. cit., p. 152.

3 Hippolyte Renaud, Destinée de l’homme dans les deux mondes, op. cit., p. 49.

4 Victor Hennequin, Théorie de Charles Fourier, op. cit., p. 27.

5 Gabriel Gabet, Science de l’homme, Traité élémentaire de la science de l’homme considéré sous tous ses rapports, L.B. Baillière et Bureau de La Phalange, 1842, p. 212.

6 Clarisse Vigoureux, Parole de providence, Librairie phalanstérienne, 1847, p. 8.

7 Edouard de Pompéry, Traité de l’association et de l’unité universelle, Capelle, 1841, p. 12.

8 Pour La Morvonnais par exemple, Dieu impose de « parcourir les termes d’une série, d’une épreuve grandiose et nécessaire » et de « dépenser une somme de douleurs exigée par la justice ». Voir l’article de Bowman, « Fouriérisme et christianisme : du Post-curseur à l’Omniarque amphimondain », Romantisme, no 11.

9 Lechevalier, Etudes sur la science sociale, op. cit., p. 29 Just Muiron, op. cit., p. 2.

10 Victor considérant, Du vrai Sens de la doctrine de la rédemption, librairie phalanstérienne, 1849, p. 37.

11 Cantagrel, Le Fou du Plais-Royal, Librairie phalanstérienne, 1841, p. 211. On peut ajouter à ces textes deux extraits de Solidarité d’Hippolyte Renaud :
« Avec les croyances que nous combattons, la vie terrestre n’avait d’importance que comme préparation à la vie future. Le séjour de la terre était un temps d’épreuve il importait peu pour chacun de nous que ce temps s’écoulât dans les larmes ou dans la joie, il fallait que nous fussions sanctifiés ! »
« Prier, au lieu de travailler, c’est espérer que les lois souverainement sages qui régissent l’univers, seront changées par notre influence (...). S’il nous écoutait, Dieu aurait à se contredire en créant tant d’exceptions à ses lois éternelles, que ces lois n’en seraient plus. »

12 Voir Henri Desroche, La Société festive.

13 Hubert Bourgin, op. cit., p. 197.

14 Fernand Guillon, Accord des principes, travail des écoles sociétaires, Librairie phalanstérienne, 1850, p. 34.

15 Dans la 3e édition de la Vie de Charles Fourier, Pellarin cite Bonnet “dont les vues générales sur la nature présentent parfois un si remarquable accord avec celles qui servent de base au système phalanstérien”. (Préface p. 8).

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540