Version classiqueVersion mobile

Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province

 | 
Michel Bozon

Chapitre VII. Sociabilité et distance sociale

Texte intégral

1Dans la proximité, toute différence s’exacerbe. L’individu est plus sensible aux traits qui distinguent socialement autrui quand il le rencontre fréquemment ; le contact lui donne en outre l’occasion concrète de mettre en scène les signes de l’identité qu’il revendique pour lui-même. Mais les rapports d’interdépendance entre habitants d’une petite ville diffèrent sensiblement de l’interconnaissance villageoise traditionnelle. Les mécanismes qui régissent cette dernière font correspondre à chaque individu lié à une communauté territoriale une définition sociale assez précise et contraignante. L’absence d’incertitude sur l’identité des personnes rend suspects les comportements originaux ou ostentatoires ; la communauté les explique par des caractéristiques psychologiques individuelles qui signalent les individus cherchant à s’élever socialement. Les choses se passent différemment dans une petite ville, où les habitants ne connaissent (n’identifient) personnellement qu’un petit nombre de leurs concitoyens./« Etre en familiarité » avec l’univers d’une petite ville revient à savoir désigner les principaux groupes d’appartenance (groupes sociaux, quartiers, grandes corporations, origines géographiques… etc.), et groupes d’élection (associations, lieux fréquentés… etc.) qui la composent, ainsi que les noms de quelques individus qui les symbolisent. L’appartenance à la ville s’établit sur le mode d’une interconnaissance « groupale », qui ne se distingue guère d’une sociologie spontanée et intuitive. Les habitants qui connaissent bien leur ville identifient sans difficulté les principaux champs et leur organisation interne, et développent un sens pratique qui leur permet d’assigner assez sûrement les individus à leur groupe. Mais les catégories de classement sont d’autant plus grossières que les milieux sociaux à appréhender sont éloignés du leur. En outre, chez les habitants installés depuis peu, ce sens pratique fait défaut. En définitive, les incertitudes ou les confusions sont fréquentes pour tout ce qui touche aux appartenances des individus. Dans une petite ville, le danger est réel d’être confondu avec d’autres.

2La définition sociale de l’individu connaît une double expression, positive et négative. La théâtralisation, l’ostentation, la mise en scène de l’identité réelle ou rêvée de l’intéressé, la production de signes ou de symboles d’appartenance, la référence à des valeurs ou à des comportements de groupe entrent dans le cadre d’une définition sociale positive, par identification. Mais chacun s’affirme aussi en se différenciant d’un autrui social ou de sa représentation. Les phénomènes de rivalités entre groupes, les défis, les médisances et les rumeurs, les conduites d’évitement, de ségrégation, de mise à distance produisent une définition sociale par opposition.

3Pour comprendre comment s’opère la définition sociale de l’individu dans les situations de contact ou de rencontre non professionnelles, il faut introduire la notion de champ local. Un champ local est un ensemble d’individus, de groupes, d’activités, appartenant à une unité locale, unis par le fait qu’ils se servent mutuellement et régulièrement de référence (positive ou négative). Parmi les champs locaux, on peut mentionner le champ politique, le champ musical, le champ des activités culturelles, le champ des fêtes. La description de leur fonctionnement permet de voir comment se fait le contact entre les individus représentant des couches et des pratiques sociales différentes.

4Nous avons déjà remarqué que dans chaque lieu social s’exerçait de manière parfois diffuse, parfois directe, la domination symbolique d’un groupe. Deux questions se posent. Dans quelles conditions ces dominations ponctuelles s’exercent-elles ? Dans ces situations de micro-domination, quelles sont les attitudes possibles des dominés ?

5Dans ce chapitre, on se propose d’analyser de façon détaillée le fonctionnement d’un champ local, avant de décrire les principales formes de mise à distance entre groupes sociaux.

***

PRATIQUES MUSICALES ET CLASSES SOCIALES

6Phénomène transversal, qui balaie tout l’espace d’une société, la pratique musicale constitue un des domaines où les différences sociales s’ordonnent de la façon la plus classique et la plus marquée, même si les agents, plus souvent et plus constamment que dans d’autres champs, refusent d’admettre que la hiérarchie interne de la pratique est une hiérarchie sociale. Loin d’être une activité unifiante concernant tous les milieux et toutes les classes, la musique est le lieu par excellence de la différenciation par la méconnaissance mutuelle ; les goûts et les styles souvent s’ignorent, se méprisent, se jugent, se copient.

  • 1 On peut citer en particulier les enquêtes « Pratiques culturelles », réalisées en 1973 et en 1981 (...)
  • 2 Voir Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle», Ethnologie Françai (...)

7L’étude du champ musical a suivi jusqu’ici diverses voies. En premier lieu, celle d’une sociographie de la pratique. Plusieurs bonnes enquêtes statistiques1 nous permettent maintenant d’avoir un panorama précis du peuple des pratiquants. Mais l’on ne saisit guère l’originalité du champ si l’on se contente de classer les pratiques musicales dans ces catégories résiduelles « activités de loisir » ou « pratiques culturelles », rubriques de questionnaire qui deviennent abusivement point de vue sur la réalité. La sociologie du goût telle que Pierre Bourdieu la pratique dans La Distinction permet d’aller plus loin : appliquée à la musique, elle indique à quel point le goût musical est socialement classant, mais aussi comment les goûts des classes supérieures, dans un mouvement incessant, sont délaissés par ces dernières et repris par des groupes situés plus bas dans l’échelle sociale. De son côté, l’ethnomusicologie montre que des institutions sociales comme l’École, l’Armée ou les orphéons ont profondément remodelé les répertoires et pratiques populaires2.

  • 3 Voir Jean-Paul Callède, « Quelques pratiques associatives de la musique. Contribution au thème des (...)

8Il reste pourtant à souligner une autre dimension du phénomène musical, qui joue un rôle important dans le « vécu » des pratiquants : son caractère social, le fait que la pratique même implique des relations entre personnes jouant ensemble, et induise dans le même temps un processus de différenciation entre groupes de musiciens. Plusieurs travaux récents3 ont insisté sur le fait que la musique constituait ainsi un phénomène de sociabilité.

9En décrivant de façon minutieuse l’univers des pratiques musicales à Villefranche, nous voulons appréhender le fonctionnement d’un champ local exemplaire.

Apprentissage de la musique et système des instruments

10C’est à l’École de Musique que se fait l’apprentissage légitime de la musique. Pour comprendre les fonctions qu’exerce cette institution dans la ville, il est nécessaire de présenter d’abord brièvement les associations musicales existantes. Villefranche compte en 1979 neuf sociétés musicales et quelques orchestres de jeunes, à notoriété locale, qui jouent de la musique rock ou folk. Cinq associations pratiquent une musique instrumentale : la Fanfare, l’Harmonie (Union Musicale), l’Orchestre Symphonique, l’Amicale des Accordéonistes, et les Trompes Caladoises. Les quatre autres pratiquent un art vocal : « A Cœur Joie », l’Association Chorale, les Chansonniers Beaujolais, les Cadets du Beaujolais.

11Vis-à-vis de ce dispositif associatif, l’École de musique, institution dont les coûts de fonctionnement sont supportés à quatre-vingt-dix pour cent par la municipalité, n’est pas neutre. Elle entretient des relations extrêmement étroites avec trois associations qui, chacune dans une nuance différente, représentent la légitimité musicale locale : ce sont l’Harmonie, l’Orchestre et la Chorale. On peut même parler de liens organiques. L’École de Musique actuelle émane en effet d’une école de musique de l’Harmonie qui a été municipalisée. Et la Chorale qui est aujourd’hui une association disposant de locaux municipaux indépendants était naguère la classe adulte d’art vocal de l’École. Un précédent directeur de l’École a été, à une époque donnée, directeur (c’est-à-dire responsable musical) des trois associations sus nommées, simultanément. L’actuel président de l’Harmonie exerce aussi deux fonctions à l’École : représentant des parents d’élèves et professeur de tuba. Enfin et surtout ces trois sociétés recrutent systématiquement leurs nouveaux adhérents parmi les meilleurs élèves de l’École de Musique, ce qui explique que, d’après le directeur actuel, « on voit sans arrêt les présidents de l’Harmonie, de l’Orchestre ou de la Chorale dans l’École ».

12Dans cette École qui, en 1979, compte 555 élèves de plus de six ans, l’enseignement musical dispensé comprend un tronc commun suivi d’une spécialisation et d’une diversification. La première période correspond au moment abstrait de l’apprentissage du solfège et elle dure deux ans. La seconde période voit l’introduction progressive, puis la pratique exclusive par l’élève d’une spécialité instrumentale, parmi les seize qui sont enseignées par l’École. Le solfège apparaît comme un passage obligé et relativement indifférencié, même s’il est aussi très sélectif socialement, tandis que le choix d’un instrument est l’occasion pour les divers groupes de manifester leurs différences, leurs appartenances ou leurs aspirations sociales.

13Il est aisé de distinguer les instruments selon la manière dont ils sont enseignés (cours collectifs/individuels), selon leur destination possible (fanfare, harmonie, orchestre, instruments qui peuvent être joués en solistes ou non, dans le cadre d’une sociabilité privée ou non), selon leurs possibilités musicales (instruments polyphoniques ou non), selon leur coût. On peut construire un véritable système des instruments, qu’il est facile de mettre en relation avec un système social du goût musical. Il est aussi possible d’interpréter le choix de l’instrument, dans lequel les parents de l’élève jouent un rôle prépondérant, comme celui d’une stratégie de sociabilité. L’instrument exprime le style de vie et de contact avec autrui que l’on a ou que l’on souhaite avoir, en somme la stratégie sociale (sociable) suivie par le groupe. L’appréhension que les agents ont de la valeur symbolique des instruments (résultat d’une histoire sociale incorporée) leur permet d’assigner à ces derniers un niveau social, défini essentiellement par les formes de sociabilité dont l’instrument peut être le support. Un relevé systématique de l’origine sociale de ceux qui ont choisi un instrument donné éclaire sur les modalités de ce choix.

14On a retenu pour cette approche, un représentant de chacune des grandes familles d’instruments : un instrument à percussions, un cuivre (la trompette), un bois (la flûte traversière), et deux instruments à cordes (le piano et le violon). Percussions, cuivres et bois sont enseignés en cours collectifs, tandis que les cordes font l’objet de cours individuels, même si une minorité de professeurs de piano donne des cours collectifs. Les instruments de la première catégorie sont typiquement ceux de l’harmonie, tandis que les cordes, à l’exception du piano, se retrouvent généralement dans des orchestres symphoniques. Les premiers sont dépourvus de possibilités polyphoniques, au contraire des secondes qui, par conséquent, souffrent beaucoup moins l’approximation dans l’exécution. En revanche, la ligne de partage entre les instruments qui peuvent être joués en solistes, et ceux qui ne le peuvent guère, passe ailleurs, puisqu’elle oppose les cordes et les bois aux percussions et aux cuivres. Notre enquête fait apparaître que les groupes sociaux manifestent des préférences instrumentales marquées. Les classes populaires (ouvriers et agriculteurs) sont nettement plus nombreuses que les autres couches sociales à choisir la trompette ou les percussions. Les classes supérieures adoptent en revanche le violon, et les classes moyennes le piano, massivement. Enfin, la flûte traversière paraît avoir des caractéristiques moins marquées : elle est seulement un peu plus souvent choisie parmi les ouvriers et parmi les couches supérieures. Parallèlement, on peut dire que les couches indépendantes, au contraire des autres milieux sociaux, ne présentent pas de personnalité musicale nette, du moins dans le cadre de l’École de Musique.

Tableau 29. Instrument choisi à l’École de Musique, et catégorie socio-professionnelle du père de l’élève

Tableau 29. Instrument choisi à l’École de Musique, et catégorie socio-professionnelle du père de l’élève

15Le principe qui préside au choix des instruments rappelle d’une certaine manière celui qui s’exprime dans le choix des sports. Aux sports collectifs correspondent les instruments qui ne sont joués que dans un ensemble, aux sports individuels les instruments qui peuvent être pratiqués par des solistes : les couches populaires marquent une préférence pour les premiers, les couches moyennes et supérieures pour les seconds. Ces grandes tendances, dans les faits, souffrent de multiples exceptions, fort significatives. En plaçant leurs enfants dans une institution comme l’École de Musique, les individus accomplissent en effet un acte qui n’est nullement obligatoire et qui, dans certains milieux sociaux (classes populaires, classe moyenne inférieure), ne va pas de soi. On peut donc penser qu’ils constituent un échantillon assez atypique du groupe social auquel ils appartiennent et que l’adhésion de leurs enfants à l’École de Musique entre dans une stratégie d’ascension sociale supposant l’apprentissage d’une autre sociabilité.

16Quand on s’aperçoit que certains instruments « bourgeois » sont choisis également par des membres des classes populaires ou moyennes, on peut faire une double hypothèse : d’une part que ces classes populaires constituent un sous-groupe bien spécifique dans leur classe, d’autre part que l’assignation sociale de cet(ces) instrument (s) est justement en voie de redéfinition. C’est un tel processus de déclassement qui a affecté le piano ; dans notre échantillon, la classe de piano comprend plus d’élèves des classes moyennes que des classes supérieures. A l’inverse, on n’enseigne la pratique d’instruments « populaires » à l’École que lorsqu’ils ont subi les transformations techniques qui permettent une forme de jeu noble ou autorisent leur intégration dans une Harmonie ou dans un Orchestre Symphonique : leur sens social en est alors oblitéré. Trompette, percussions et guitare prennent le nom de « classiques ». Le cor enseigné à l’École n’est pas le cor de chasse vulgaire, mais le cor d’harmonie, cuivre « noble » que se disputent l’harmonie et l’orchestre. Enfin l’apprentissage de l’accordéon ne se fait pas à partir d’un accordéon-musette, mais d’un accordéon chromatique dit classique. Un instrument qui n’a pas été « dépopularisé » a fort peu de chance d’être intégré à l’enseignement de cette École. L’École de Musique exerce un double rôle : désigner les pratiques légitimes, stigmatiser les autres.

17Malgré sa puissance institutionnelle, l’École de Musique n’est pas la source locale unique de la légitimité musicale. D’une part, une petite fraction des classes supérieures (celle qui est la plus étrangère à la ville par ses lieux d’origine ou par sa faible ancienneté locale) cherche à faire entrer le plus vite possible ses enfants dans un Conservatoire National, tel celui de Lyon, et s’investit donc fort peu dans la défense de la réputation de cette École « provinciale ». Et d’autre part, plusieurs associations de musique, essentiellement populaires, pratiquent une sorte d’auto-formation de groupe, qui aboutit en définitive à une légitimation interne des compétences musicales individuelles. Cette validation autonome tire sa force d’une légitimation indirecte externe. La Municipalité soutient en principe toutes les associations, mais l’aide financière et matérielle qu’elle apporte à certaines (comme la fanfare) se situe au niveau d’une subvention de fonctionnement. Le soutien financier informel de la population peut être considéré aussi comme une légitimation indirecte de certaines pratiques musicales. L’École de Musique est, sans aucun doute, détentrice de la légitimité culturelle ; mais il existe aussi une légitimité municipale, et même une légitimité sociale des activités musicales locales.

Le système des associations musicales

18Les associations entrent dans un système de mise en scène de l’identité sociale collective. Pour décrire des associations musicales, il ne suffit pas de donner leur composition sociologique et leur répertoire, il faut aussi montrer quel style de vie et de sociabilité est mis en œuvre avec la pratique musicale, indiquer comment chaque association se situe par rapport aux autres et par rapport à la population.

la fanfare

19Traditionnellement, la Fanfare de Villefranche, société comprenant essentiellement des ouvriers, des artisans et quelques vignerons, n’entretenait pas de rapports avec l’École de Musique. Ensemble musical accomplissant de nombreuses sorties, elle fonctionnait de façon autonome comme un lieu de formation pour ses jeunes. Apprentissage et répétitions ne se faisaient pas avec des partitions, mais à l’oreille, à partir d’enregistrements, et sous la direction d’un chef. Ce fonctionnement traditionnel a atteint son apogée vers 1970, époque où la société comptait quatre-vingts exécutants et remportait de nombreux concours. Mais la mort en 1972 du président de l’association révèle ses faiblesses profondes. Du jour au lendemain, le bureau de la Fanfare se désorganise. Personne ne se charge plus du contact avec l’extérieur. En outre, des rivalités très vives entre jeunes et anciens se font jour, qui se cristallisent autour de la discipline ou de la nomination du chef. Au bout de quelques années, la Fanfare perd tous ses membres un peu âgés et se trouve réduite à une quinzaine de musiciens. C’est dans cet état d’extrême désorganisation que son nouveau président, « parachuté » par la Municipalité, la découvre vers 1976. Son premier souci est de faire redémarrer l’association en recrutant des jeunes. Le récit de son échec met en lumière un certain nombre de barrages sociaux fondamentaux.

« Pour remonter la société, j’avais décidé de ne pas aller rechercher les anciens et de compter surtout sur le recrutement des jeunes que nous formerions nous-mêmes. Alors j’ai fait passer de grands articles dans le journal. Mais la réputation de la société était faite, (N.B. : il s’agissait d’une réputation d’alcoolisme), personne n’est venu malgré tout le battage. Alors j’ai pensé qu’il serait peut-être possible d’attirer des gens chez nous si l’École de Musique Municipale organisait des cours de batterie-fanfare. La municipalité l’a demandé au directeur de l’École, qui a bien voulu organiser un cours d’embouchure (clairon, trompette militaire) et un cours de percussion (tambour militaire, grosse caisse). J’ai été critiqué dans la Fanfare. Les gens disaient : si les gars vont à l’École de Musique, on les verra pas chez nous après, ils iront plutôt à l’Harmonie ou à l’Orchestre. Alors, pour marquer le coup, et parce que ça faisait pas mal de bruit aussi, les cours ont été donnés dans notre local, et pas à l’École. La première année, il y a bien eu huit ou neuf inscrits. Mais la plupart d’entre eux n’étaient pas de Villefranche. Les familles trouvaient les cours trop chers. En plus, il y avait quelque chose qui n’allait pas dans ces cours, c’est que les professeurs ne comprenaient pas qu’il y avait urgence pour nous. Ils commençaient par le solfège, mais c’était trop long, ça dégoûtait les élèves. Quand un gars, à dix, douze ans, tâte d’un instrument, il veut en jouer le plus vite possible. C’est pas comme ceux qui commencent à six ans et qui ont tout leur temps. Par exemple on a vu un gamin, au bout de plus d’un an, qui avait appris un peu de solfège, mais il savait pas encore jouer du clairon, alors que nous, on était capables de former un clairon en six mois. Je m’astreignais à passer toutes les semaines au cours pour dire bonjour au prof et voir ce que faisaient les élèves. Mais c’était trop long, et pour eux, et pour nous. Ce qui devait arriver est arrivé. La deuxième année que le cours marchait, il y a eu un gros problème. Les gosses ont eu envie de faire du football, au lieu de la fanfare. Y en a plus de la moitié qui sont partis, d’un coup, comme ça… ».

20Après l’échec d’une tentative de recrutement sur le mode traditionnel, qui achoppe sur la mauvaise réputation de la Fanfare dans la population, le président a donc tenté une stratégie différente : s’appuyer sur le prestige local de l’institution légitime de formation musicale pour attirer, selon l’exemple de l’Harmonie ou de l’Orchestre, de jeunes musiciens dans la Fanfare. Mais les deux systèmes d’apprentissage s’opposent en profondeur, car ils s’appuient l’un, sur le maniement d’un objet, et l’autre, sur l’apprentissage d’un langage abstrait. Le décalage entre le fonctionnement de l’École de Musique et les exigences de la Fanfare apparaît encore mieux si on met en parallèle le récit du président avec l’histoire de la création, de la vie et de la disparition du cours de fanfare, racontée par le professeur de musique qui avait été chargé de son organisation.

« Depuis la mort de l’ancien président, la Fanfare ne marchait plus. Et ça préoccupait la mairie, qui était directement intéressée dans cette affaire : forcément la Fanfare doit normalement être là à toutes les occasions officielles ! C’est donc la mairie qui avait demandé à l’École de Musique de créer une classe de batterie-fanfare. Moi, qui étais professeur de solfège, on m’a demandé de faire un cours de clairon et de trompette militaire, et on a créé aussi un cours de tambour militaire. Le professeur de percussion de l’École a été contacté pour l’assurer, mais ça ne l’intéressait pas, alors il s’en est tout de suite déchargé sur un de ses assistants. Le recrutement s’est fait par l’intermédiaire des dirigeants de la Fanfare, qui ont envoyé quelques jeunes pour qu’ils se forment. La première année, j’en avais cinq, la deuxième année trois, et la troisième année, aucun, ce qui fait que le cours a été supprimé. C’étaient tous des fils d’ouvriers, sauf un fils de commerçants.
Ce que j’essayais de faire, c’était pas de leur apprendre le solfège comme à l’École de Musique, c’était de leur donner quelques bases, un solfège sommaire. En général quand ils arrivaient là, et qu’ils connaissaient trois, quatre notes, ils se croyaient capables de jouer ! Normalement, pour savoir jouer du clairon ou de la trompette, ils auraient dû suivre la classe trois ans, à mon avis. Aucun n’est resté si longtemps. Un seul est resté un an et demi, et je trouve qu’il avait fait pas mal de progrès. Peut-être bien que ça ne se prête pas tellement aux cours, la fanfare… !
Les cours étaient donnés dans le local de la société. Au début, on a tout fait pour essayer d’intégrer un peu les élèves à l’École de Musique. A la fin de la première année, pour marquer le coup, on leur a fait passer une petite audition facile au Théâtre, avec les autres. Puis il est arrivé un nouveau directeur à l’École, qui voulait travailler seulement pour l’élite ! Il n’a pas voulu qu’on organise d’audition la deuxième fois. Il se moquait complètement de la Fanfare, il y mettait beaucoup de mauvaise volonté et il n’y a jamais eu de propagande pour la classe de fanfare dans l’École. Dès ce moment, j’étais presque sûr qu’elle disparaîtrait l’année suivante, et ça n’a pas manqué. Il faut dire que les dirigeants de la Fanfare avaient aussi fini par se lasser. Ils ont recruté ceux qui étaient passés à l’École, mais ils ne nous ont plus fait de publicité. C’est comme ça que c’est tombé. Mais c’est quand même dommage que cette classe n’ait pas marché. Dans une ville comme Villefranche, une Fanfare, c’est nécessaire ! Il faut des gars qui soient prêts à sortir par tous les temps… ».

21Le professeur décrit les rapports de la Fanfare et de l’École de Musique, du point de vue de l’institution. Parfois il donne simplement une image inversée de la réalité décrite par le président, notamment à propos du rôle du solfège dans la formation des élèves. Parfois les choses apparaissent clairement sous un autre jour. Ainsi la disparition du cours de fanfare résulte moins de causes anecdotiques qu’elle n’est l’effet du rejet par l’institution d’un enseignement illégitime. Il y a hétérogénéité radicale entre la pratique musicale scolaire et les pratiques populaires d’apprentissage de la musique. L’institution craint d’être contaminée (« ils font du bruit ») et les membres de la Fanfare craignent que leurs jeunes ne soient pervertis (« ils ne voudraient plus venir chez nous »).Tout le monde est d’accord pour que les cours ne se déroulent pas dans les locaux de l’École, mais au lieu de réunion de la Fanfare. L’esprit de l’institution apparaît également dans les comportements de ses agents. Le professeur de percussion ne veut pas enseigner pour la Fanfare. Le nouveau directeur de l’École refuse d’admettre les membres du cours à l’audition annuelle traditionnelle. Il est frappant de constater que la nécessité de la Fanfare est pourtant reconnue par le professeur de musique, mais sur un mode mineur (« être prêt à sortir par tous les temps »). La mauvaise image sociale de la Fanfare dans l’opinion publique (l’alcoolisme), son rejet par les instances légitimes de la musique, ses difficultés de recrutement ouvrent pour elle une crise d’identité et mettent en cause son existence. A l’époque où nous avons interrogé le président, les musiciens de la Fanfare se définissaient pourtant encore largement par opposition à l’Harmonie, les rapports entre les deux groupes étant traditionnellement tendus.

l’harmonie

22On sait qu’une Harmonie est un orchestre composé uniquement de vents (bois et cuivres) et de percussions : c’est le cas de l’Union Musicale de Villefranche. Le fait que les rapports des exécutants de la Fanfare et de ceux de l’Union Musicale soient difficiles ne saurait étonner puisque l’Harmonie est fortement liée aux instances locales légitimes de la musique, comme on l’a noté plus haut. L’animosité entre musiciens est une forme de définition sociale par opposition.

Le président de la Fanfare : « J’ai essayé de rétablir des liens avec l’Union Musicale. V…, le président est un ami. Traditionnellement, les relations étaient mauvaises entre nos deux sociétés, c’était ridicule ! Les musiciens refusaient de se saluer… Dans les cérémonies officielles, la Fanfare et l’Harmonie ne se mélangeaient pas. La Fanfare marchait devant et jouait des marches militaires tandis que l’Harmonie, à l’arrière du cortège, défilait en silence. C’est seulement quand le cortège s’arrêtait que l’Harmonie jouait la Marseillaise, parce que ça, nous, on le joue pas ! Mais maintenant, on va essayer de travailler ensemble. On l’a d’ailleurs déjà fait pour certaines cérémonies. Ils jouent, et nous, on les soutient à certains moments. On est en train de faire des essais de répétitions communes pour le 11 novembre. Alors, bien sûr, des gars, chez nous, font des réflexions du genre : attention, on va fusionner ! C’est idiot. On peut très bien jouer un peu ensemble sans fusionner… ».
Le président de l’Harmonie : « Vous savez, on a quatre cents membres honoraires, des commerçants du centre en général, et chaque année, régulièrement ils nous disent : c’est dommage, on vous voit pas assez ! Mais la rue, c’est pas ce qui nous convient le mieux. C’est pas notre vocation, on fait pas assez de bruit. On est obligés de participer à certains services officiels, cinq ou six par an, souvent avec la Fanfare. Mais nos jeunes n’aiment pas les défilés, et ils y mettent pas mal de mauvaise volonté. Quand il y a une cérémonie, y en a la moitié qui viennent pas, ils boycottent ! Et puis, ils veulent plus porter la casquette. Ils ont voté à main levée l’an dernier pour la supprimer. Dans le temps, on allait défiler au stade pour le 14 juillet, maintenant on n’y va plus. Là où on est à l’aise, nous, c’est en salle, et c’est là qu’il faut nous juger. Encore que tous les lieux ne soient pas propices : le théâtre, par exemple, ça n’est pas sensationnel. Ce qui nous va le mieux, c’est le cloître du collège ou les églises. Mais vous allez voir ce qui se passe quand on essaie de faire quelque chose de bien. L’an dernier, on a monté la Symphonie Funèbre de Berlioz avec la Chorale. On a joué à Notre Dame des Marais à Villefranche, et dans l’église de Civrieux d’Azergues. C’était un concert d’une haute tenue et la salle était comble. Eh bien, y a pas eu un mot dans la presse, pas une ligne, rien. Le journal (= Le Progrès) n’avait envoyé personne. Si ça avait été un concours de boules, avec un petit mâchon et du beaujolais à la clé, ils seraient venus, ça ne fait aucun doute. Mais du moment que c’était un concert… ! ».

23Cadre moyen qui s’est un peu déclassé en acceptant la présidence de la Fanfare, le responsable de celle-ci décrit avec précision la rivalité avec l’Harmonie, mais sans la prendre à son compte : bien au contraire, il veut essayer de faire collaborer les deux groupes, ce qui n’est pas du tout le souci du petit entrepreneur qui dirige l’Harmonie et qui s’identifie tout à fait au comportement hostile de ses troupes.

24Les rivalités superficielles entre musiciens trahissent manifestement des oppositions profondes que la mise en parallèle des deux discours permet de mettre au jour. Un tableau résume utilement les modèles conscients-inconscients qui sont à l’œuvre dans les pratiques de chaque groupe.

Tableau 30. La Fanfare et l’Harmonie

Modèle populaire

Modèles de classes moyennes

Rue

Salle

Nombreuses sorties

Quelques concerts

Auto-formation

École de musique

« Bruit »

« Haute tenue »

Ouvriers

Enfants d’ouvriers (en ascension sociale ?), commerçants, artisans, cadres moyens

25Le malaise des musiciens de l’Harmonie, contraints de participer à certaines cérémonies officielles, s’explique essentiellement par leur peur d’être confondus avec ceux de la Fanfare. Dans un cas, comme dans l’autre, les costumes sont fournis par le groupe et ne permettent pas aux exécutants de l’Union Musicale de se distinguer avec assez de netteté. Les défilés dans la rue sont vécus par eux comme un déclassement. Ils ne peuvent absolument pas les éviter car les principaux bailleurs de fonds (municipalité, commerçants, membres honoraires) tiennent à « voir » leurs protégés, et sont en revanche plus indifférents dès qu’ils organisent des concerts (ce qui explique la « bavure » du correspondant du Progrès). L’Harmonie et ses musiciens aspirent à être reconnus comme producteurs de créations artistiques à part entière, alors qu’ils doivent jouer en même temps un rôle d’auxiliaires municipaux. Cette forte tension entre l’identité sociale réelle et l’identité revendiquée peut être mise en rapport avec la structure sociale de l’Harmonie, dominée par des couches intermédiaires (classes moyennes, salariées ou indépendantes et ouvriers en ascension sociale). Elle doit être reliée également au rajeunissement de la société : l’association, qui comptait il y a dix ans quatre-vingt dix pour cent d’anciens et seulement quelques jeunes, se compose aujourd’hui de deux tiers de jeunes et d’un noyau de musiciens plus âgés, qui se réduit. Tous, jeunes et anciens, connaissent le solfège. Les premiers ont fréquenté l’École de Musique et l’ont pratiqué à un haut niveau. Les seconds ont acquis une formation personnelle, généralement plus modeste, soit en autodidactes, soit par l’intermédiaire de professeurs privés. Cette différence de formation permet de comprendre pourquoi les jeunes rejettent si nettement le modèle traditionnel de l’Harmonie. Les anciens, qui arrivaient à concilier défilés et concerts, se sentent de plus en plus mal à l’aise : ils ne sont plus assez formés, le chef est trop jeune, et beaucoup « partent d’eux-mêmes ».

26Entre l’Harmonie et l’Orchestre Symphonique, il existe de petites rivalités. On s’arrache les jeunes musiciens, frais émoulus de l’École de Musique, dans les spécialités rares (basson, hautbois), certains d’entre eux font d’ailleurs partie des deux groupes en même temps. Mais il ne s’agit pas d’une rivalité fondamentale. L’image sociale de l’Orchestre Symphonique représente l’idéal de l’Harmonie, et ses meilleurs exécutants se laissent volontiers débaucher.

l’orchestre symphonique

27L’Orchestre Symphonique de Villefranche n’est pas, comme on s’en doute, tenu de participer à des défilés de me. Pour les grandes occasions, contrairement aux musiciens de la Fanfare et de l’Harmonie, les exécutants de l’Orchestre ne sont pas habillés par le groupe : c’est à eux-mêmes qu’il appartient de trouver le costume sombre ou la robe noire qui les font considérer comme des « bourgeois ». Il faut dire que les « grandes occasions » sont infiniment moins nombreuses pour un orchestre que pour une fanfare ou une harmonie. Les trois sociétés musicales citées ont bien le même rythme hebdomadaire de répétition, mais les « rendements » ne sont pas comparables. Que représentent les très rares concerts de l’Orchestre, face aux innombrables sorties de la Fanfare ? Ces écarts quantitatifs correspondent à des différences dans le domaine des relations interpersonnelles, plus exubérantes dans la Fanfare (la sortie implique souvent un déplacement commun en car, une déambulation dans la rue, un contact personnel avec une foule ou un groupe), plus distantes dans l’Orchestre (chacun a une place fixée en répétition comme en concert, et le public est bien loin).

Tableau 31. Composition sociale comparée de l’Harmonie et de l’Orchestre Symphonique

Tableau 31. Composition sociale comparée de l’Harmonie et de l’Orchestre Symphonique

28Entre l’Orchestre et l’Harmonie, il existe aussi des différences sociales sensibles. Les musiciens de l'Orchestre proviennent dans l’ensemble de catégories bien plus aisées que ceux de l’Harmonie. Dans le premier groupe nommé les milieux populaires ne sont presque pas représentés, les couches moyennes salariées sont moins nombreuses, tandis que prédominent les couches supérieures et les couches moyennes indépendantes, riches en capital économique.

  • 4 Ce prestige provient autant de la « noblesse » de l’instrument à cordes que de la proximité du che (...)

29A l’intérieur même de l’Orchestre, la distribution des fonctions est relativement rigide : elle reproduit les divisions d’âge et les divisions sociales. La fonction la plus prestigieuse4, celle des premiers violons, échoit à des individus âgés et de milieu social aisé. En revanche, ceux qui ont le rôle le plus intermittent et qui sont les plus éloignés du chef, les cuivres et les percussions, présentent des caractéristiques opposées (jeunesse, milieu social moyen ou modeste). Nous avons établi une moyenne d’âge pour toutes les fonctions recensées : les premiers violons (au nombre de neuf) ont en moyenne quarante-sept ans, les deuxièmes violons (neuf également) vingt-neuf ans, les autres cordes (altos, violoncelles, contrebasse, au nombre de douze) vingt-six ans, les bois (au nombre de huit) vingt-trois ans, de même que les cuivres, tandis que les exécutants des percussions ont en moyenne seize ans. La hiérarchie musicale dans l’Orchestre est donc aussi une hiérarchie sociale.

30On retrouve dans le fonctionnement de l’Orchestre les principes de choix des instruments qui avaient été mis en évidence à propos de l’École de Musique, mais « naturalisés » en quelque sorte par la division musicale du travail. Porteur d’une image sociale « bourgeoise », représentant local le plus achevé de la légitimité musicale, l’Orchestre est une association hiérarchisée où s’expriment des aspirations diverses : désir d’ascension sociale, autant que désir de distinction intellectuelle (on y trouve beaucoup de membres de l’Éducation Nationale).

31Il y a une gradation de la Fanfare à l’Harmonie et de l’Harmonie à l’Orchestre. Les musiciens de la Fanfare connaissent ceux de l’Harmonie et les jalousent. De leur côté les exécutants de l’Harmonie veulent surtout ne pas être pris pour une Fanfare, et beaucoup d’entre eux aspirent plus ou moins à être intégrés dans l’Orchestre : plusieurs personnes, membres à la fois des deux sociétés, servent d’intermédiaire. En revanche, ceux de la Fanfare ne connaissent même pas ceux de l’Orchestre, et réciproquement. On ne peut parler de rivalités entre deux groupes que lorsque leur proximité dans l’espace culturel, social, ou géographique est telle qu’il y a nécessité pour eux d’accomplir un gros travail de différenciation. Si la distance sociale est déjà grande, il n’est pas nécessaire de mettre en scène la rivalité.

32Il existe à Villefranche d’autres associations, dont l’activité se déroule en marge de la légitimité musicale, l’Amicale des Accordéonistes et les Trompes Caladoises, dont les caractéristiques sont assez proches de la Fanfare.

accordéon et trompes de chasse

33Aucun de ces deux instruments n’est en effet enseigné à l’École de Musique. Dans le premier cas, la formation des musiciens revêt l’aspect d’une « école parallèle », sous la direction d’un professeur lié à la société, et dans l’autre celui d’une auto-formation de groupe, comme pour la Fanfare. Les modes de validation de l’enseignement reçu sont tout à fait comparables : il s’agit de concours organisés par des fédérations, permettant d’évaluer le niveau individuel de chacun et de l’assigner à une catégorie. Les accordéonistes gravissent peu à peu les échelons dans les concours de l’Union Nationale des Accordéonistes de France, tandis que les sonneurs voient leur valeur reconnue par l’obtention du « brevet de sonneur classé », à l’occasion d’un concours national annuel.

34L’histoire des deux sociétés de musique est celle d’une longue errance, de local en local, de préau en caveau, de café en café. Chaque fois qu’elles croyaient avoir trouvé un siège, on les mettait à la porte poliment, parce qu’elles « faisaient trop de bruit ». C’est le lot des pratiques musicales illégitimes ! Les sonneurs, dont vraiment personne ne veut, en sont réduits à s’exercer sous la tribune du stade. Les accordéonistes, eux, ont fini par obtenir une salle dans le groupe des locaux municipaux réservé à la musique. Cet ensemble, construit il y a une dizaine d’années sur une place centrale, mais assez éloignée de toute habitation, abrite les trois associations déjà étudiées, ainsi que « A Cœur Joie » et la Chorale. Cette concentration spatiale apparente des musiciens est en fait réglée par l’instauration de jours de répétition différents : ainsi, on ne se « gêne » pas, l’expression étant à prendre au sens social autant que musical.

35L’activité des accordéonistes et des sonneurs, comme celle des musiciens de la Fanfare, est fondée sur des sorties nombreuses, mais à caractère très saisonnier : elles sont presque toutes rassemblées entre mai et septembre. Les musiciens ne créent pas d’œuvres nouvelles, ils reprennent un répertoire que tous connaissent déjà. Les deux sociétés sont essentiellement animatrices de fêtes dans le Beaujolais et dans la région immédiate. Les accordéonistes participent traditionnellement aux bals, aux kermesses, aux quinzaines commerciales, aux fêtes patronales, « pour des cachets symboliques » d’après le président. Les sonneurs, en revanche, après une période où ils ont pratiqué l’animation des petites fêtes, ont décidé d’être sélectifs. « On s’est aperçu que toutes les fêtes n’étaient pas en convenance avec la trompe de chasse » déclare pompeusement l’ouvrier qui est président actif des Trompes Caladoises. En pratique, cela signifie que la société a conclu une sorte d’accord avec l’Union Interprofessionnelle des Vins du Beaujolais. Ainsi les sonneurs sont réquisitionnés pour toutes les « tenues » (intronisations) de la société bachique des Compagnons du Beaujolais. C’est à eux que les congrès qui se tiennent à Lyon font appel pour organiser éventuellement des « soirées beaujolaises ». En somme, ils ne se déplacent plus que pour de « grandes » occasions.

36Entre accordéonistes et sonneurs, des différences importantes sont à noter. L’Amicale des Accordéonistes comprend soixante adhérents : deux orchestres, un senior et un junior, et de jeunes élèves qui sont tous sur les rangs pour entrer dans l’orchestre. Il y a donc une étroite imbrication entre l’école d’accordéon et l’orchestre. Les élèves, qui peuvent commencer leur apprentissage à six ou sept ans, sont d’origine modeste (ouvriers, employés, artisans). « Les gosses qui viennent prendre des leçons, c’est souvent qu’ils nous ont vu dans un gala ou une fête et qu’ils veulent entrer dans l’orchestre » dit le professeur de l’Amicale, fils d’ouvrier, et ancien ouvrier lui-même. Derrière le goût pour l’accordéon, il y a toute une série d’éléments propres à attirer des enfants de milieu populaire, et que l’on retrouvera aussi avec le Groupe Folklorique des Cadets du Beaujolais : un joli costume, l’appartenance à un groupe connu localement, la participation valorisante à des fêtes, l’attrait des voyages (tous les ans l’Amicale se rend chez une des sept sociétés d’accordéon avec lesquelles elle est jumelée : aussi bien Annecy que Lausanne ou Munster !).

37La société des Trompes Caladoises ne comprend en revanche que neuf personnes, toutes adultes. Il faut rappeler que l’association est d’origine récente (1959), et qu’elle est issue de la Fanfare, un groupe de musiciens ayant été très « impressionné » à l’époque par un concert du Débûché de Paris donné à Villefranche. Bien qu’aucune précision ne nous ait été donnée sur la nature de cette « impression », nous pensons que la beauté de la musique et l’attrait de la chasse n’y entraient que pour une faible part. Pour des musiciens de fanfare, de milieu ouvrier, c’est le prestige social des instruments et des splendides costumes de vénerie rouges qui a dû être l’élément déterminant du coup de foudre pour la trompe de chasse. Les propos liminaires du président actif de la société à notre égard en témoignent sous une forme détournée : « Les trompes de chasse, ça a une réputation un peu bourgeoise. Pour les gens, ça fait partie de la chasse à courre, de la vénerie. En fait, c’est pas toujours le cas. Il y a énormément de sonneurs et de sociétés de sonneurs qui n’ont rien à voir avec la chasse… ». Cette tonalité symbolique de l’instrument et du costume est sensible surtout à ceux qui ne disposent pas d’un capital culturel élevé. La trompe de chasse est située au sommet de la hiérarchie des pratiques musicales non légitimes. C’est pourquoi les sonneurs, comme on l’a vu plus haut, refusent de participer aux fêtes d’ordre mineur, même s’ils sont réclamés. On peut penser qu’ils veulent surtout éviter d’être confondus avec la Fanfare ou un simple orchestre d’agrément. La société comprend, en 1979, deux ouvriers, deux agriculteurs, deux contremaîtres, un employé, un sous-officier en retraite et le fils d’un cadre moyen. Leur volonté de se distinguer musicalement est l’expression détournée d’un désir de se différencier socialement.

38Dans la catégorie des associations musicales animatrices de fêtes, il faut inclure deux groupements de type folkloriques. Appartiennent-ils au champ musical ou au champ de la culture locale ?

les groupes folkloriques

39Les groupes des Cadets et des Chansonniers du Beaujolais présentent de très grandes similitudes. L’Interprofession viticole, sans être à l’origine d’aucun des deux groupes, leur a nettement assigné une fonction d’ambassadeurs de la région et de ses produits. Il en résulte que l’un et l’autre se produisent presque uniquement dans les régions limitrophes et très peu à Villefranche où ils sont pratiquement inconnus. Sur 40 représentations annuelles des Cadets, trois seulement se déroulent à Villefranche, alors que tous les membres de l’association demeurent dans la ville. L’aire de déplacement du groupe s’étend de Châlon-sur-Saône à Valence dans un sens, et de la frontière suisse à Saint-Étienne dans l’autre, soit le Rhône et l’ensemble des quatre ou cinq départements limitrophes : les « ambassadeurs du Beaujolais » se déplacent moins que certains clubs sportifs, mais couvrent une région bien plus vaste que les autres sociétés musicales animatrices de fêtes. Quand les Cadets se déplacent plus loin que ce que l’on peut appeler la région étendue, il s’agit de voyages d’agrément destinés à récompenser les sociétaires : ceux-ci, qui sont âgés de sept à vingt ans environ, sont ainsi déjà allés en Belgique et en U.R.S.S. !

40Le recrutement social des Cadets est comparable à celui des accordéonistes. en plus prolétarien peut-être. D’après le président :

« Ils viennent tous de familles ouvrières, et souvent de familles qui ont des problèmes : soit des familles nombreuses qui sont tout heureuses de se débarrasser un peu du gosse, soit des cas sociaux ».

41Pour des enfants de milieu très modeste, l’appartenance à un groupe folklorique est une occasion inespérée de sorties ou de voyages. Les parents même en profitaient largement, jusqu’à ce que le nouveau président y mette bon ordre :

« Quand je suis devenu président, j’ai remarqué que pour les déplacements en car, il y avait toujours quarante personnes, alors que le groupe ne comprenait que vingt cadets. Beaucoup de parents venaient pour le voyage et le casse-croûte. Évidemment ça nous coûtait cher. Alors j’ai fait arrêter tout ça, et j’ai décidé que désormais il ne devait y avoir que deux accompagnateurs, en plus de moi… ».

42Le spectacle standard du groupe comprend une vingtaine de chansons et une dizaine de danses sans chanson. Le lien qu’elles entretiennent avec la «culture beaujolaise » semble assez ténu, de l’aveu même du président.

« Nos danses, nos chansons ne sont pas spécifiquement beaujolaises. C’est du folklore terrien qu’on retrouve un peu partout, un folklore universel. Dans notre répertoire, il y a beaucoup d’éléments bourguignons et bressans. En plus, on a un de nos présidents d’honneur, un représentant, qui nous compose des chansons. Mais le costume que portent les Cadets, lui est régional. Il a été mis au point par le président-fondateur de la société (un instituteur en retraite) après des recherches auprès de personnes qu’il connaissait dans le Beaujolais… On nous considère comme les ambassadeurs du Beaujolais, mais c’est finalement plutôt rare quand on nous voit dans la région. Pour les fêtes du Beaujolais, en septembre, les gamins sont allés chez les vignerons, ils étaient tout contents, c’était la première fois que ça leur arrivait… ».

43Le recrutement social du groupe, la manière dont ses membres sont formés (formation interne sous la direction « d’anciens » de la société), les liens étroits qu’ils entretiennent avec l’Interprofession (celle-ci assure leur publicité, et les fournit abondamment en vin à distribuer dans tous leurs déplacements), l’indifférence marquée du groupe à l’égard du problème de « l’authenticité » du folklore qu’il présente, font que les Cadets ne sont pas bien vus dans les milieux locaux qui s’intéressent aux études régionales et qu’ils occupent eux aussi une place illégitime dans l’espace musical. Une femme de médecin déclare :

« Les Cadets ? Leurs mouvements de danse sont mal exécutés. En plus, ce sont des jeunes qui boivent dès leur plus jeune âge. C’est triste à voir, surtout quand on pense que c’est eux qui représentent le Beaujolais à l’extérieur… »

44La fête annuelle fermée qui rassemble les membres du groupe et leurs proches n’est pas la Sainte Cécile, comme il est de tradition chez les musiciens ; elle se célèbre à l’occasion du jour de la fête de Saint Vincent, patron des vignerons. La pratique vocale des Cadets est tellement éloignée de la légitimité locale représentée par l’École de Musique qu’ils sont donc pratiquement exclus de la communauté des musiciens. Leur local n’est même pas situé dans le groupe de salles réservé aux sociétés musicales. Ce n’est pas le cas des deux autres sociétés pratiquant un art vocal, bien qu’une seule d’entre elles soit fortement liée à l’institution musicale.

45Dans le champ musical à Villefranche, les chorales d’adultes (« A Cœur Joie » et l’Association Chorale) représentent un secteur à dominante féminine nette, alors que les associations instrumentales (Fanfare, Harmonie, Trompes de Chasse) étaient presque exclusivement composées d’hommes ; seul l’Orchestre comprend à peu près autant d’exécutants de chaque sexe. On ne compte pas ici les groupes d’enfants, tous mixtes, mais en quelque sorte « asexués ». L’opposition du vocal féminin et de l’instrumental masculin est corrélée avec d’autres : le dedans et le dehors, la mise en jeu du corps et la mise en jeu de l’objet et de la technique. Les chorales se produisent presque uniquement en salle, alors que les associations instrumentales sortent parfois ou même souvent ; dans la seule de ces dernières qui ne sorte pas (l’orchestre), le rapport des sexes est d’ailleurs équilibré. En outre, l’acte de chanter implique, un peu comme l’exercice de la gymnastique, une utilisation et une mise en valeur des ressources du corps de l’individu, pratiques très liées à la féminité sociale. En revanche, l’appréhension sociale du monde par l’homme semble moins liée à une mise en jeu de son corps qu’à la médiation technique et à l’utilisation d’objets qui fondent une certaine sociabilité virile. Sous cet aspect, la pratique instrumentale est parente de la chasse, de la pêche (dans les classes moyennes et supérieures), du moto-ball… etc.

46Les deux chorales d’adultes entretiennent des relations complexes. Après une phase de rivalité ouverte, leurs rapports se sont détendus ; ils rappellent aujourd’hui, au plan formel, ceux qui existent entre l’Harmonie et l’Orchestre. La « Chorale » représente un peu un idéal pour les choristes d’« A Cœur Joie » : les membres du bureau de cette dernière, soit une douzaine de personnes environ, sont d’ailleurs en même temps adhérents de la chorale.

47La période de rivalité franche remonte à l’époque (quelques années auparavant) où la Chorale était pratiquement intégrée à l’École de Musique, ayant comme responsable musical le directeur de l’École lui-même. Celui-ci, ne voulant « travailler que pour l’élite » (voir le récit du professeur de musique, plus haut), n’avait que mépris pour les choristes d’« A Cœur Joie », qui assurent de façon autonome la formation vocale de leurs membres. En retour, les membres du bureau de cette association considéraient et tendent toujours à considérer que l’École de Musique traditionnelle est un lieu très ennuyeux et très décourageant pour les enfants.

48La Chorale s’est ensuite détachée de l’institution. Elle est toujours néanmoins considérée comme le lieu de la pratique vocale légitime, même si la présidente de l’association reconnaît que les adhérents sont plus mélomanes que musiciens, la plupart d’entre eux ne connaissant pas le solfège, et certains continuant à fréquenter la classe adulte de chorale à l’École de Musique. Le prestige de la Chorale, réel puisqu’il a attiré des membres d’« A Cœur Joie », tient aussi à d’autres raisons qu’au talent intrinsèque de ses adhérents. En comparant sa composition sociale à celle de la chorale adulte d’A.C.J., on remarque d’abord dans les deux cas une absence presque totale des classes populaires. « A Cœur Joie » est une association de classes moyennes, comprenant beaucoup de membres de l’enseignement primaire. Dans la Chorale, on compte un tiers de cadres supérieurs et membres des professions libérales. Sans être majoritaires, les classes supérieures servent ici de point de référence obligatoire ; elles savent dominer socialement une association, sans la dominer numériquement.

49La Chorale entretient des relations de collaboration avec les deux autres sociétés musicales légitimes, en vue de réaliser des créations communes, à l’occasion de concerts. Le grand concert annuel, le plus valorisé par la présidente, est celui qui est organisé, une fois l’an au théâtre avec l’Orchestre Symphonique. La collaboration est moins fréquente et comme moins naturelle avec l’Harmonie. La présidente déclare que très rares sont les œuvres orchestrées pour chorale et harmonie. Est-ce la seule raison ? Au point de vue du succès populaire, il semble pourtant que l’Harmonie n’ait aucun mal à remplir une salle, au contraire de l’Orchestre Symphonique. Quand la Chorale tente de se produire seule, dans un lieu inhabituel, ou même en plein air, l’affluence semble beaucoup moins bonne.

« Une fois, on a fait une répétition décentralisée à Béligny (quartier périphérique, très ouvrier) : on s’est mis dans la cour de l’école. Il y avait trois curieux, pas plus. Même chose, on a voulu faire un concert de propagande dans l’église de Belleroche (quartier ouvrier). Mais pas possible de toucher les gens du quartier. Pourtant des tracts avaient été mis dans toutes les boîtes pour l’annoncer. Je sais pas : c’est peut-être la jupe noire et le chemisier blanc qui font très solennel et qui nous donnent une image de marque. Certains nous disent : « Vous êtes des bourgeois ». C’est un peu vrai. On aimerait percer en milieu ouvrier, mais pour le moment, on reste sur nos acquis. D’ailleurs c’est un problème général à Villefranche. Je me rappelle : une fois, l’École de Musique avait voulu faire les auditions des classes d’orchestre vers le centre commercial de Belleroche. Personne n’était venu écouter… ».

50La subversion des lieux ne suffit évidemment pas pour rendre populaire une pratique que tous les signes extérieurs désignent comme bourgeoise, et que les acteurs conçoivent comme telle. L’avis, légèrement dévalorisant, que la présidente de la Chorale donne sur l’association concurrente, montre qu’elle sait bien ce qui « distingue » son groupe.

« Avec « A Cœur Joie », on est presque amis à la limite. Vraiment, les relations sont bonnes. Mais notre précédent directeur n’aimait pas tellement leur genre. C’est nettement plus boy-scout chez eux, il y a plus d’entraide. C’est un mouvement national, alors que nous, on est indépendants ».

51L’association « A Cœur Joie » de Villefranche entretient très peu de relations avec les autres sociétés musicales de la ville, sauf avec la Chorale. En revanche, les contacts avec les associations-sœurs des villes voisines (Belleville ou Tarare), semblent être recherchés délibérément, ce qui est bien la marque d’un mouvement national. L’association de Villefranche comprend deux chanteries d’enfants et une chorale d’adultes : les directeurs des répétitions sont généralement formés dans des stages organisés par A.C.J. au plan national. Le chant est conçu comme un loisir. L’enseignement aux enfants, fondé sur des chants rythmés, délaisse l’apprentissage du solfège. Le répertoire de la chorale adulte se compose uniquement de chansons contemporaines et d’œuvres courtes. On comprend les difficultés du groupe quand il tente de passer au chant-spectacle. Les concerts au théâtre ne rassemblent que les amis, parents et connaissances, ce qui ne remplit jamais la salle, et les tentatives en plein air rencontrent aussi peu de succès que celles de la Chorale. En vue de rompre l’isolement social et musical du groupe (dans lequel les femmes, célibataires en particulier, tiennent une grande place), deux stratégies sont tentées. La première consiste à s’appuyer sur la cohésion du mouvement au plan national et à organiser des rencontres entre sections locales. La seconde consiste en une ouverture vers d’autres formes vocales, plus valorisées, et vers des milieux sociaux plus élevés : c’est ainsi qu’il faut interpréter l’adhésion d’un tiers des membres adultes d’A.C.J. à la Chorale, et l’organisation d’activités communes avec celle-ci (une sortie à l’Opéra de Lyon). Si les relations entre les deux groupes sont orientées dans ce sens (A.C.J. vers Chorale), c’est que l’activité musicale du premier, sans être tout à fait illégitime, est néanmoins dévalorisée et considérée comme étant au bas de l’échelle : c’est donc celui-ci qui est demandeur de contacts. De cette situation intermédiaire, entre légitimité et illégitimité, témoigne assez bien l’habillement des choristes. En concert, elles ne portent ni uniformes appartenant à l’association, ni tenue de cérémonie personnelle. Le groupe achète cinquante mètres de tissu qui sont coupés par une adhérente couturière ; les jupes longues, roses ou bordeaux, qu’elle confectionne, restent la propriété de l’association. « A Cœur Joie » commande également des corsages fantaisies, roses avec des fleurs, que chaque adhérente est tenue d’acheter. L’ensemble vestimentaire fourni aux choristes se situe donc entre fantaisie et cérémonie.

52Une approche ethnographique des associations musicales montre donc que les pratiques que l’on intitule « musicales » sont extrêmement différenciées, mais aussi qu’elles se servent, concrètement et mutuellement, de référence ou de repoussoir. On peut donc parler d’un champ local.

Structure d’un champ local

53Les caractéristiques socio-géographico-culturelles d’une petite ville rapprochent des activités et des groupes que tout, dans la société globale, tend à séparer. Ainsi les activités musicales ne sont pas seulement liées par une parenté logique, mais par des relations concrètes : citons par exemple la concentration des locaux d’associations, la participation commune à des fêtes municipales, la circulation (relative) des musiciens d’une association à l’autre, l’existence d’une École de Musique et d’une super-association sous contrôle municipal (le Groupement des Sociétés Musicales).

54Si l’on construit un espace des associations de musique, on est presque automatiquement conduit à dessiner un système hiérarchique. On s’aperçoit d’ailleurs que la hiérarchie dans la légitimité des pratiques musicales recoupe très largement une hiérarchie sociale. Les associations les moins légitimes au plan culturel, composées de membres des milieux populaires, cherchent leur légitimation dans le contact avec des associations extérieures, de même nature qu’elles. Elles forment elles-mêmes leurs membres et leurs activités consistent en des sorties et des animations nombreuses, qui leur permettent d’obtenir une certaine reconnaissance locale. A l’inverse, les associations les plus légitimes et les plus prestigieuses localement comprennent des membres des couches aisées et bénéficient du soutien des instances et des pouvoirs locaux, dont la presse. La formation de leurs membres s’opère dans une institution municipale, et leurs activités consistent en de très rares concerts en salle, fortement valorisés.

Tableau 32. L’espace de la musique à Villefranche

Fêtes de référence

Classes populaires

Classes moyennes

Classes supérieures

Fanfare

Harmonie

Orchestre

Sainte Cécile

Accordéon

A Cœur Joie

Chorale

Saint Huber

Trompes de chasse

Saint Vincent

Cadets Chansonniers

55Chaque groupe produit des signes extérieurs de reconnaissance par lesquels s’opère une véritable théâtralisation de l’identité collective (rêvée ou revendiquée) de chacun. L’importance accordée par toutes les sociétés au costume de leurs musiciens en est un bon exemple. La volonté de renouveau de la Fanfare s’exprime ainsi dans la décision d’acquisition de costumes neufs, mais identiques aux précédents. Les musiciens de l’Harmonie, pour éviter d’être confondus avec leurs inférieurs, refusent de porter des casquettes pendant les cérémonies officielles. Les éclatantes tenues de vénerie des sonneurs marquent leur désir d’être distingués du vulgaire, en même temps qu’elles trahissent un goût du chatoyant, de la parade, du brillant, spécifiquement populaire. L’habillement cérémoniel des membres de l’Orchestre ou de la Chorale veut signifier leur distinction sociale naturelle.

56L’image de marque d’une association est son image sociale. Les associations comme l’Orchestre ou la Chorale qui ont peu d’occasions de se mettre en valeur soignent donc particulièrement la préparation et la présentation de leur grand concert annuel. Femme de notaire, la présidente de la Chorale insiste beaucoup sur l’apparence extérieure des chanteurs : « Si les choristes ne sont pas tous pareils, je ne les accepte pas. Ils s’habillent d’ailleurs eux-mêmes… Les femmes ont la jupe noire et le chemisier blanc, c’est très solennel, mais il faut que le spectateur soit d’abord frappé par l’œil. Pour les hommes, c’est le costume sombre (noir ou bleu marine), la chemise blanche et le nœud papillon. Ceux qui en ont plusieurs en donnent à ceux qui n’en ont pas. Pour moi, la présentation, ça compte beaucoup. Je soigne toujours énormément l’entrée des choristes ». L’idéal social mis ici en scène n’est manifestement pas populaire.

57Le contact entre deux groupes, deux associations locales relativement proches par leur pratique ou par leur recrutement social peut s’établir sous deux formes, en principe exclusives : une relation assez équilibrée de rivalité ou de distance (chacun des deux groupes servant de repoussoir aux membres de l’autre), ou bien une relation inégale d’imitation ou d’identification (l’une des deux servant de point de référence, inaccessible, aux membres de l’autre). Ainsi s’expliquent ces jugements de valeur et ces réputations que l’on crée aux associations dont on ne fait pas partie : telle association est formée d’alcooliques, telle autre est dite bourgeoise, la troisième est un peu boy-scout, la quatrième fait du bruit. Le caractère simultanément concret et lapidaire des jugements énoncés traduit à la fois la proximité dans l’espace et la volonté sociale de garder (marquer) ses distances, situation caractéristique d’agents inscrits dans un champ local. Au tout début de ma recherche, j’avais lu dans le journal local que les relations entre sociétés musicales étaient un domaine où abondaient les « susceptibilités ». Plus qu’une particularité psychologique de la musique, il semble s’agir d’un effet de champ local. Dans une petite ville, les habitants développent une capacité particulière à matérialiser les distances qui les séparent, et à éviter les rencontres qu’ils ne désirent pas.

CONDUITES D’ÉVITEMENT

58Fréquenter un même lieu, une même institution, un même groupement, n’empêche nullement de garder des distances. Il peut s’agir de distances temporelles : ainsi des individus ou des groupes ne se rencontrent jamais parce qu’ils fréquentent le même endroit à des heures différentes (comme dans l’exemple de la maison de quartier du grand ensemble de Belleroche). Il arrive aussi qu’on assiste à des conduites d’évitement ou de ségrégation dans l’espace. La manière dont les groupes se forment dans les cafés en est un bon exemple.

59Rappelons que la quasi-totalité des cafés de Villefranche sont du type « bistrot populaire ». Les groupes sociaux qui les fréquentent principalement sont les ouvriers, les artisans et les petits commerçants, qui imposent en quelque sorte un style d’utilisation populaire du café. Ceci n’empêche pas que des membres des classes moyennes ou supérieures fréquentent de temps en temps, ou même régulièrement, des cafés dans la ville. Comme il n’existe pas à Villefranche de café qui ait véritablement « de la classe », ils choisissent de préférence les établissements qui, bénéficiant d’un espace plus grand, permettent dans une certaine mesure la cœxistence d’une utilisation populaire (toujours dominante) et d’une utilisation bourgeoise (pour dire vite) du lieu. C’est ainsi que l’on remarque dans plusieurs cafés un phénomène de ségrégation spatiale concentrique. Le premier cercle est en quelque sorte le chœur : c’est le domaine situé à portée de voix normale du cafetier. Il comprend le comptoir et les tables les plus proches, souvent à peine séparées l’une de l’autre. En ce lieu se disposent les habitués et les clients de milieu modeste. En dehors de ce saint des saints, où règne l’exubérance et la familiarité qui caractérisent l’utilisation populaire du café, il existe un deuxième cercle, éloigné du bruit du comptoir et de ses alentours, qui comprend des tables plus isolées et à l’intimité mieux protégée. Pour prendre les commandes, le maître du lieu est contraint de se déplacer. C’est la clientèle inhabituelle du café, employés, cadres, femmes, clients de passage, qui s’installe ainsi à la périphérie. Les comportements des clients diffèrent profondément d’un lieu à l’autre. Près du comptoir, on boit du rouge ou du blanc, on lit le journal du café, on discute avec d’autres consommateurs ou avec le patron qui parfois s’assied à côté de ses clients. Quand on est loin du comptoir, on reste sur son quant-à-soi : on prend un café ou un thé, on lit son journal personnel, on ne parle pas au patron. Cette ségrégation spatiale traduit la domination localisée d’un groupe social, ici le groupe populaire masculin, qui ne laisse aux autres usagers du heu que la possibilité d’une utilisation résiduelle de celui-ci. Parfois elle peut s’inscrire dans un processus d’appropriation du lieu par l’un des deux groupes (par exemple quand le café est fréquenté à la fois par des jeunes et par des retraités). Selon la tactique des « envahisseurs » éventuels (débarquement ou encerclement), la zone des abords du comptoir apparaît comme une tête de pont, ou comme une position de repli.

60L’expression de ségrégation spatiale désigne à la fois le regroupement d’un certain nombre d’individus, et l’isolement ou la mise à l’écart des autres. Le groupe constitué et l’agrégat des isolés ne sont pas à égalité. Ainsi s’explique l’effet de domination, plus lié à la cohésion du groupe central qu’à sa domination numérique, qui n’est pas toujours attestée. Cet élément transparaît nettement dans les impressions que livrent un cafetier et un ouvrier sur le fonctionnement comparé des sociétés de boules dont chacun d’eux s’occupe.

« — Cafetier : C’est toujours dans les plus grosses sociétés qu’il y a le plus de problèmes, comme chez moi. J’ai cent cinq licenciés, beaucoup d’ouvriers bien sûr, mais aussi pas mal de cadres (= contremaîtres), de commerçants, de petits entrepreneurs que j’ai su m’attirer. Le président est confectionneur, mais c’est moi qui dirige tout, en fait. Comme y a pas mal de différences entre les gens, il se fait des scissions, des petits groupes suivant le mode de vie de chacun. Y en a qu’ont beaucoup plus les moyens que d’autres, et ça joue. Y en a qu’ont plus d’attirance pour les uns ou pour les autres, et qui préfèrent jouer entre eux : y ne prennent des gens que s’ils sont pas au complet. J’ai par exemple des groupes de cadres qui jouent le samedi et le dimanche matin. Ils sont des fois six, des fois huit, ils ne prennent d’autres personnes avec eux que pour compléter les deux quadrettes. S’ils peuvent, ils se mettent dans un jeu au bout du clos ; c’est plus fort qu’eux, ils veulent garder leurs distances. Et j’en ai d’autres comme ça.
— Ouvrier : Chez moi, c’est uniquement ouvrier. On voit même pas de commerçants. C’est sympathique. Tout ce qui est fait au sein de la société, c’est par la bonne volonté des membres du bureau. C’est à nous d’organiser, parce qu’y a personne qui puisse nous donner un petit chèque si on a un trou dans la caisse.
— Cafetier (à moi) : C’est pour ça qu’il y a tant de sociétés de boules à Villefranche : les adhérents de chez lui et les adhérents de chez moi auraient du mal à se mélanger ».

61D’après la sociologie spontanée de notre informateur cafetier, la ségrégation spatiale dans la société de boules qu’il dirige est très nettement d’origine sociale. Elle repose sur l’existence de groupes pré-constitués, socialement homogènes, qui n’acceptent pas de se dissoudre.

62La marginalisation de certains individus dans un groupe résulte d'un phénomène social objectif que ceux-ci intériorisent fort rapidement, et qui tient à l’opposition de deux styles de sociabilité, ainsi qu’à la domination de l’un sur l’autre. Le récit d’un professeur de lettres qui, parce que son fils joue au rugby, est devenu supporter et dirigeant du club, permet d’analyser plus précisément ce processus de marginalisation.

La construction d’un stade couvert de boule lyonnaise représente une étape marquante dans l’effort des autorités sportives pour arracher ce loisir populaire masculin à la sociabilité de café et pour le transformer en un véritable sport, soumis à des règles stables et aux lois de la compétition.
Nouveau stade bouliste de Villefranche. Photo Michel Bozon.

Tout sport permet une mise en valeur des atouts corporels et culturels spécifiques du groupe social qui le pratique. Quand le groupe des pratiquants devient trop hétérogène socialement, il tend à se fragmenter et de nouveaux sports apparaissent. Ainsi le Judo - Club de Villefranche a-t-il donné naissance à des clubs de karaté et d’aïkido.
Enseigne du Club de Judo de Villefranche. Photo Michel Bozon.

« J’assiste aux matches de l’équipe première, et pas seulement à Villefranche. Je la suis aussi en déplacement. Ma femme ne m’accompagne pratiquement jamais pour ces sorties là, le spectacle sportif n’ayant pas de charmes particuliers pour elle. Je pars donc avec mon fils. Nous nous limitons quand même un peu mais l’année dernière par exemple, nous sommes allés jusqu’à Tournon (Ardèche), voyez-vous. Une année, nous sommes allés à Cosne-sur-Loire (Nièvre), ce qui nous avait paru un trajet assez considérable. Nous sommes allés à Nantua (Ain), à Aix-les-Bains (Savoie). Au début j’utilisais le car des supporters, et puis finalement depuis quelques années, je préfère ma voiture. J’emmène généralement mon fils et un ou deux de ses camarades de manière à ce que la voiture soit complète. Le car des supporters avait tendance à s’arrêter plusieurs fois au retour pour arroser les victoires ou noyer les défaites. Le chauffeur cédait pas mal aux sollicitations, si bien qu’on perdait parfois du temps. Alors c’est un peu pour ça que… et pour être plus indépendant aussi. Et puis j’essaie de concilier, enfin pour le compte de mon fils, le goût qu’il a pour le rugby et la nécessité d’un petit peu de travail scolaire. Oui, si l’on peut rentrer d’un match à six heures du soir au lieu de huit heures, ça fait deux heures où il peut vérifier ses leçons, où je peux le surveiller un peu à ce sujet ».

63Précisons d’abord qu’il est rare de voir, dans une petite ville, un « intellectuel» s’occuper activement de sports collectifs. L’intéressé diffère donc assez sensiblement du dirigeant moyen de club de rugby, et encore plus sans doute du supporter moyen. Sa décision de ne plus accompagner l’équipe en car mais avec sa voiture personnelle n’est pas d’ordre purement personnel. Sans doute a-t-il compris que le voyage en car ne représentait pas pour la majorité des participants un simple moyen de déplacement permettant de rallier rapidement et facilement la scène du spectacle sportif. Visiblement le car fonctionne ici comme un lieu de sociabilité populaire ambulant. La rapidité du transport devient un objectif secondaire pour les supporters, qui veulent au contraire prolonger au maximum ces moments exubérants de rassemblement et de retrouvailles : ainsi s’expliquent d’ailleurs les arrêts nombreux en cours de trajet. Une étude spéciale mériterait d’être faite sur ce support de sociabilité extraordinaire qu’est l’autocar en déplacement. Il est manifeste que le professeur n’entre pas du tout dans ce style de sociabilité, localement dominant chez les supporters, et que « l’indépendance » lui est imposée autant qu’il la choisit. La consommation collective de boissons alcoolisées, et en particulier de vin, qui sert indifféremment à « arroser » ou à « noyer », joue un rôle essentiel ici, comme dans la sociabilité des classes populaires en général.

LE VIN GAI

64Les rapports entre consommation de vin et sociabilité populaire sont fort complexes à Villefranche. De nombreux éléments sont à prendre en compte : la réalité de la pratique populaire, la façon dont elle est revendiquée par les individus de la classe, les tentatives des membres des classes supérieures pour la déconsidérer, et enfin les discours hyperboliques sur le vin que prononcent les responsables locaux de la viticulture. La convergence contradictoire de ces différentes données contribue à brouiller l’image de la pratique.

65Tout montre que la consommation collective de vin est un élément capital du langage traditionnel de la sociabilité populaire masculine. Mais c’est un élément menacé. Quelques exemples suffisent à le démontrer.

66Ainsi le président de l’Union Bouliste Caladoise, nouvellement installé, explique une modification à laquelle il a procédé dans le fonctionnement de l’association :

« Il a fallu changer des habitudes. Pour payer les fournisseurs de la société, mes prédécesseurs, ils se déplaçaient avec l’argent, et ils allaient boire un canon au bistrot avec eux. Comme ils faisaient ça pour chacun, vous comprenez, ça prenait du temps. Nous maintenant, on se contente d’envoyer des chèques par la poste… ».

67L’enquêté oppose une pratique « sociable » des relations commerciales (argent liquide, déplacement, « canon » au bistrot), qui appartient dans ce cas à un passé très récent, à une pratique « administrative » (chèque et lettre). Ce changement d’attitude ne correspond pas à une modification dans le recrutement des dirigeants boulistes, toujours issus de milieu populaire, mais peut-être à une élévation de leurs aspirations sociales qui s’exprime dans leur désir de voir reconnaître les boules comme un sport, et non plus comme un simple jeu de café. C’est une attitude tout à fait opposée que Ton rencontre chez un vieil ouvrier, vétéran du Club Cyclotouriste, qui exprime dans le bulletin de l’association, ses préférences en matière de boisson, sous le titre « Mais où sont les buveurs d’eau ? ».

« J’avais presque des complexes, lorsqu’au cours de différentes sorties je tirais mon litre de rouge. Mais maintenant je suis débarrassé de cette angoisse. Déjà, au pique-nique du Tunnel du Mortier lorsque j’ai sorti de mon sac mon breuvage préféré, j’ai vu peu de regards réprobateurs mais quelques regards envieux. Ce jour là je me suis posé des questions. Le dimanche 30 septembre, je ne m’en posais plus. En effet, ayant demandé un verre de vin à un vigneron de Moire, j’ai vu fondre la meute de cyclos en direction du cuvier. Et les buveurs d’eau, me direz-vous, où étaient-ils ? A part les vélos restés dehors, je n’ai pas vu âme qui vive. C’est quand même réjouissant… ».

68Le second exemple montre qu’à Villefranche, pratique sportive et consommation de vin, largement populaires l’une et l’autre, n’appartiennent pas à deux planètes sociales différentes. Derrière l’opposition entre buveurs d’eau et buveurs de vin, qui correspond d’abord à une différence sociale de goût, se profile une distinction entre les gens qui boivent « dans leur coin » (les buveurs tristes) et ceux qui boivent de façon sociable et joyeuse (les buveurs de vin). Le fait que les buveurs de vin, et donc le style populaire de sociabilité, l’emportent encore, explique le « C’est quand même réjouissant » qui conclut le récit du vieux cyclotouriste.

69Ces deux exemples montrent donc que le vin est situé du côté du sociable et du populaire en même temps. Dans les cafés de Villefranche, il est d’ailleurs servi presque uniquement en pot, et donc destiné à une consommation de groupe : ceci explique la pratique très générale des tournées. Pour les classes populaires, la possibilité d’extérioriser publiquement leur style social apparaît comme une des conditions d’une « conscience de classe » élémentaire. Dans la sociabilité publique et festive, il y a donc un véritable enjeu social. Dans une petite ville, il est certain que classes moyennes et classes supérieures ne se résignent pas facilement à ce que des lieux publics, des institutions, des fêtes, des pratiques sociales soient trop marqués par le style populaire ; elles mènent alors des stratégies (parfois inconscientes) pour « dépopulariser », ou au moins déconsidérer, ce qui peut l’être.

DEUX ASPECTS DE LA RIVALITÉ SYMBOLIQUE ENTRE CLASSES

70Les pratiques de sociabilité populaire font l’objet d’un dénigrement systématique de la part des classes moyennes et supérieures. Les cafés sont vus d’un fort mauvais œil (« gargottes enfumées et mal famées »). Les sociétés de boules, ainsi que la Fanfare, sont considérées comme des « écoles d’alcoolisme ». La grande fête locale ? D’après un étudiant : « C’est des banquets et des beuveries, c’est pas mon idée de la fête ! ». D’après un professeur : « La Fête des Conscrits, c’est une affaire de commerçants ! ».

  • 5 Jean-Pierre Terrail, « Boire et déboire. Sur les principes de la culture ouvrière », Société Franç (...)

71Sont également montrés du doigt les groupes folkloriques, les déplacements de supporters… Toute consommation collective de vin est assimilée par les membres des classes supérieures à de l’alcoolisme. Par extension, tout lieu ou forme de sociabilité populaire dont ils ne sont pas partie prenante est considéré comme une manifestation d’alcoolisme : cette accusation est une des principales formes locales de dévalorisation de la sociabilité populaire, mais elle n’est pas la seule (« ils aiment surtout manger, ils sont manipulés par les commerçants… »). On retrouve là une constante du discours antialcoolique bourgeois. « Il s’agit en premier lieu moins de limiter la consommation d’alcool pour elle-même que de détourner les ouvriers des lieux publics où elle s’opère : la répression de la boisson vise ici les pratiques de sociabilité dont elle est le support » déclare Jean-Pierre Terrail5 à propos de la propagande anti-alcoolique traditionnelle. A Villefranche, ce sont les membres des fractions intellectuelles des classes supérieures qui sont les plus méfiants à l’égard de toute consommation collective de vin.

72Mais cette méfiance se traduit essentiellement par des rumeurs et des accusations voilées, car l’attitude des membres des fractions moins intellectuelles des classes supérieures (gros commerçants, négociants, industriels) est sensiblement différente : on voit fréquemment ces derniers tenir des propos dithyrambiques sur le vin. Cet enthousiasme ne correspond pas à l’exaltation d’une forme populaire de sociabilité, mais à la valorisation commerciale d’un produit local. S’ils la reprennent volontiers à leur compte personnel, c’est qu’elle représente pour eux une des façons de mettre en scène leur autochtonie. En définitive, il est impossible à Villefranche de s’exprimer publiquement contre le vin et encore moins de mener une campagne antialcoolique. Quand, en 1974, la ville avait remporté le challenge de la « ville la plus sportive de France », attribué tous les ans par l’Équipe, le maire avait rappelé en conclusion de son discours que l’esprit sportif et la consommation de vin local n’étaient pas contradictoires.

« Le beaujolais réchauffe le cœur, lui donne la gaieté et fait s’épanouir l’amitié. Vous pouvez en boire beaucoup, car il donne aussi foi et courage. Je suis certain qu’il fut l’artisan de la victoire et que c’est avec lui que Villefranche est devenue le 11 mai de l’an de grâce 1974, la « ville la plus sportive de France ».

73L’exaltation publique régulière des vertus du beaujolais fait en effet partie des devoirs sacrés des élus et responsables locaux. Toutes les occasions de propagande sont bonnes, même s’il paraît paradoxal d’utiliser à cet effet une cérémonie sportive. Le paradoxe est moindre si l’on prend en compte le fait que les notables attribuent les mêmes fonctions idéologiques et sociales au vin et au sport, celles de faciliter l’intégration sociale et de diminuer les tensions, les rivalités, les différences entre individus et entre groupes.

74Quand elles ne peuvent pas déconsidérer une pratique sociale populaire, les classes moyennes ou supérieures essayent d’en transformer le sens, en y introduisant des valeurs ou des éléments de comportement non populaires (en la « dépopularisant »).

Ainsi, un professeur d’Université, secrétaire de la section de Villefranche du Parti Socialiste, compare une réunion de la S.F.I.O. en 1969 à une réunion du Parti Socialiste en 1979. Le local n’a pas changé. « Il y a un bar à la section, avec une banque, un petit évier, un réfrigérateur, des verres, des bouteilles… etc. A la S.F.I.O., je me souviens d’une ou deux visites, une ou deux réunions auxquelles j’avais été invité, juste avant la création du Parti. A l’époque, il y avait des viticulteurs à la S.F.I.O., qui alimentaient en beaujolais. Il y avait quelqu’un, un camarade, qui était chargé du bar, qui servait, et au bout d’une demi-heure de réunion, les bouteilles circulaient. C’est une mode qui a passé. Aujourd’hui (en 1979), il n’y a plus de vin, ça peut changer, remarquez. Il y a des petites canettes de Perrier, Pschitt, des petits trucs individuels comme ça, et chacun se sert, en fait c’est individuel, il y a une espèce de tronc ou de coupe pour que les gens paient. On se sert tout seul, on se prend une petite bouteille quoi, soit avant, soit après, soit pendant la réunion, sauf si elle est longue et qu’il y a une interruption de séance… Mais c’est vraiment différent de ce que c’était à la S.F.I.O. où là on discutait vraiment avec le verre devant soi. Certains camarades le regrettent… je l’ai encore entendu récemment. »

ALCOOLIQUES OU BONS VIVANTS ?
— A propos des musiciens de la Fanfare en 1975, la Présidente de l’Association Chorale (femme de notaire) déclare :
« On est dans le Beaujolais, tout le monde aime le bon vin, mais ils exagéraient. Quand ils avaient fini de jouer, il fallait pas trop regarder, parce que c’était pas beau à voir : ils roulaient sous la table, même les responsables. Et puis, ils avaient de ces tenues, les cheveux trop longs et pas propres. Non, ça n’allait pas ! Π n’aurait pas fallu que nous nous déplacions avec eux, ça n’aurait pas marché… ».
De son côté, le nouveau président explique comment il s’est opposé au comportement traditionnel des musiciens de la Fanfare dans ce domaine :
« Quand je suis arrivé (comme président), je me suis aperçu que pendant les répétitions, il y avait une bonbonne de vin qui circulait. Dès que les musiciens arrêtaient de jouer un instant, ils remplissaient leur verre. Au bout de deux répétitions, j’ai protesté et je leur ai dit qu'il faudrait au moins du jus de fruit pour les plus jeunes. Et finale ment au bout de six mois, j’ai décidé qu’on ne boirait plus rien du tout pendant les répétitions ; on pouvait bien se désaltérer après si on voulait ! En conséquence de quoi, j’ai mis les verres sous clé… ».

75La manière de boire et la nature de ce qui est bu permettent de caractériser avec une précision saisissante l’évolution du style d’activité d’un parti. La consommation de boisson peut être qualifiée ici de phénomène social total. Dans la première situation, c’est un membre du parti qui fournit sa production au groupe, et un autre (ou peut-être le même) qui s’occupe d’organiser le service. Chaque adhérent présent a son verre et les bouteilles circulent pendant la discussion. Dix ans plus tard, tout a changé. Les boissons sont achetées chez des commerçants. Il s’agit uniquement de boissons sans alcool ou peu alcoolisées, servies en petites bouteilles individuelles. Chacun se sert lui-même dans le réfrigérateur et les verres ont apparemment disparu. On passe ici de la sociabilité de la boisson et de la discussion autour de la bouteille (fournie par un membre du parti !) à l’individualisme du « débat » et de la consommation de canettes décapsulables : la modernisation du style de réunion correspond à une dépopularisation. Cette modification du style peut s’effectuer sans même que la composition du groupe change fondamentalement. Dans certains cas au contraire (voir par exemple l’évolution de l’Harmonie), le nouveau style produit un malaise ou un désir de sécession chez les membres populaires du groupe.

76Pour mieux comprendre ces phénomènes, il convient de considérer d’un point de vue sociologique les conflits sociaux ou symboliques qui surgissent dans la vie quotidienne, en dehors même du domaine professionnel.

INCOMPRÉHENSIONS ET CONFLITS

77Quand on parle de « conflits sociaux », chacun pense aux conflits du travail, dont le caractère collectif et l’âpreté frappent l’imagination. Mais bien d’autres conflits peuplent la vie quotidienne des gens. Mentionnons par exemple les conflits de voisinage, dont le « malaise » des grands ensembles et certaines formes de racisme sont une expression, les brouilles dans les familles, qui n’ont pas que des causes psychologiques, les luttes politiques, qui ne se réduisent pas toujours à de la politique. En outre, de nombreux conflits s’observent chaque jour dans la vie associative et la vie culturelle d’une ville. Autant que ce qui unit, la sociabilité est ce qui divise les gens, ce qui leur permet de se distinguer, de s’affronter parfois. La fonction conflictuelle ne le cède pas à la fonction intégrative. Quelles sont les formes, les causes et les enjeux de ces conflits ?

La famille et le voisinage

78Considérons d’abord les conflits qui ont pour cadre la famille étendue. Nous avons déjà montré que les rivalités entre parents auxquelles les invitations pour les fêtes de fin d’année pouvaient donner lieu, sont en fait d’ordre social. Les conflits familiaux sont d’autant plus fréquents que les termes de l’échange social et matériel entre individus sont plus inégaux. Ainsi les phénomènes de mobilité sociale et géographique différentielle des individus (surtout à l’intérieur d’une même fratrie) sont susceptibles de les favoriser. Dans une petite ville ouvrière comme Villefranche, on note en revanche peu de ces conflits « mauriaciens », liés à la succession des parents et à la transmission du patrimoine économique, qui peuvent se produire en milieu paysan ou grand bourgeois. D’une manière générale, le patrimoine des salariés urbains est faible en quantité, et il n’a pas de fonction économique directe. Au mieux, ils transmettent une maison de famille, qui certes peut avoir une valeur symbolique considérable pour les intéressés, mais qui est avant tout un lieu de résidence, et en aucun cas un moyen de production ou une source de revenus : les rivalités auxquelles donne lieu l’attribution d’un patrimoine de ce type n’ont pas du tout le caractère inexpiable des conflits évoqués plus haut. Les individus qui se sont le moins éloignés du berceau familial et qui ont la descendance la plus nombreuse sont les mieux placés dans la compétition éventuelle pour une maison familiale ; les gagnants ne sont pas forcément, comme dans d’autres domaines, ceux qui ont le mieux réussi socialement. Sans aller jusqu’à s’interrompre, les rapports entre membres d’une même parenté peuvent être empoisonnés par l’inégalité des apports et des attentes de chacun, que favorisent l’hétérogénéité sociale et la dispersion géographique. Le malaise naît quand ce qu’on a à dire ou à donner est mal apparié avec ce dont l’autre dispose.

79Les conflits de voisinage n’ont pu être analysés de façon détaillée au cours de cette étude. D’après les exemples que nous avons pu rencontrer, ils sont liés aux divergences entre les trajectoires individuelles et aux décalages qui existent entre les appartenances sociales des personnes et l’image de marque du quartier ou de l’ensemble résidentiel (subdivision du quartier). Les difficultés entre voisins sont donc à rattacher en dernière instance au processus de domination par lequel un groupe social, majoritaire ou minoritaire, exerce un effet local d’imposition dans une zone résidentielle donnée : à la suite de phénomènes complexes, qui mériteraient d’être étudiés avec précision, les modes d’occupation de l’espace, les types de relations sociales, les styles de vie caractéristiques d’un groupe particulier deviennent des pratiques de référence, négative ou positive, pour tous les habitants d’un quartier ou d’un sous-quartier. Quand un ouvrier se plaint que dans le quartier à réputation « résidentielle » (au sens social) où il habite, les gens sont froids parce qu’ils ne se (le) saluent pas, il ne fait en somme que se situer en opposition à cette sociabilité dominante dont il est exclu ; si l’aspiration à la mobilité sociale ascendante l’avait emporté chez lui, il aurait pu insister au contraire sur le fait que « c’était un quartier bien », prenant comme idéal et comme référence cette image sociale. Un cadre moyen en trajectoire ascendante, propriétaire de son appartement dans un quartier très prolétarien où la quasi totalité des habitants sont locataires de logements sociaux, se plaint en revanche de son environnement dans les termes caractéristiques de celui qui craint un déclassement symbolique.

« Ici, il y a un problème entre l’ouvrier et le bourgeois. A Saint-Étienne où j’étais avant, les ouvriers restaient à leur place. A Villefranche l’ouvrier veut faire comme le bourgeois. Ils ne savent pas rester à leur niveau, ils ont honte d’être ouvriers. Dans l’apparence, ils veulent se faire prendre pour des bourgeois. Par ici, il y en a plein qui ont de grosses voitures mais qui mangent pas le soir…. ».

80Le même individu se plaint à un autre moment de ce que les Caladois (pas du même milieu social, sans doute !) sont fiers et vivent dans un cercle très fermé. D’une manière générale, ce sont les classes moyennes qui par leur situation sociale sont les plus portées à trouver les ouvriers envahissants et les bourgeois méprisants. Ces heurts et ces difficultés de contacts entre individus d’origines sociales différentes sont plus sensibles encore quand les origines géographiques diffèrent. Les malentendus de ce type sont particulièrement nombreux quand la composition et l’image sociale d’un quartier se transforment, quand il y a imposition d’un style nouveau par un groupe social ou une fraction de classe qui devient localement influente.

Culture, domination culturelle et conflit

81Au centre de nombreux conflits, on retrouve les détenteurs du capital culturel, dans leurs tentatives pour se démarquer des détenteurs de capital social et économique, et des classes populaires locales. Ils cherchent ainsi à mettre en valeur l’espèce localement rare, invisible et incorporée de capital qu’ils possèdent. Des conflits opposent aussi divers groupes d’intellectuels entre eux, inégalement légitimes au plan culturel, tels que les professeurs et les animateurs culturels.

82On peut essayer de rendre compte ainsi d’une petite polémique locale dont s’est fait l’écho le bulletin de l’Office Culturel Municipal, et qui a surgi quand il a été décidé de supprimer les places numérotées au théâtre (un certain nombre d’abonnés ont envoyé des lettres de protestation et le responsable leur a répondu). Jusqu’à cette réforme, intervenue en 1978, un abonné au théâtre avait le droit, s’il le désirait, de retenir par avance une place précise dans la salle, pour toute la durée de la saison. Ce droit en entraînait un autre, celui de pouvoir réserver à vie (ou pendant des années) une même place, la location annuelle de la « place habituelle » constituant une sorte de bail résiliable seulement par le spectateur. Ce système permettait aux intéressés de choisir leurs voisins, personnellement dans certains cas, mais surtout socialement. Car il existait une hiérarchie dans la qualité des places, évidemment liée à une hiérarchie des prix des abonnements, et sans doute aussi à une hiérarchie sociale parmi les spectateurs. La possibilité de réserver automatiquement de bonnes places pour les spectacles du théâtre apparaissait comme le privilège statutaire et ostentatoire d’un groupe social à la fois enraciné localement, riche en capital économique, et relativement cultivé. Ceci nous mène à la supposition qu’il s’agissait de membres des professions libérales ainsi que de certaines fractions de commerçants et d’industriels. La réforme introduite par la suppression de la numérotation et donc de la réservation des places, ainsi que par la réduction de la hiérarchie des prix, ne correspond pas à une transformation sociale radicale du public, mais à une évolution de style, liée à la montée d’un nouveau groupe dominant. Ce groupe social, qui s’exprime par la plume d’un professeur, président de l’association municipale chargée de la programmation des spectacles, est celui des couches moyennes et supérieures, riches en capital culturel, mais moins enracinées localement. La liberté d’accès aux places du théâtre est la seule arme de ceux qui ne sont pas riches en capital économique et qui sont en outre nouveaux venus dans la ville. La célébration apparemment égalitaire de la « fête » par le responsable des programmes, apparaît surtout comme un moyen de valoriser le contact entre individus également pourvus en capital culturel : si fête il y a, elle est à rattacher à un modèle festif intellectuel. La décision prise et la petite polémique qui l’a suivie manifestent, dans un secteur limité, l’augmentation du poids social local de certaines couches intellectuelles qui, comme on l’a vu plus haut, ne jouent qu’un rôle assez secondaire dans les associations classiques.

UNE POLÉMIQUE LOCALE : LA SUPPRESSION DES PLACES RÉSERVÉES A U THÉATRE
Plus de places réservées au théâtre
Nous regrettons la suppression des places réservées une fois pour tout l’abonnement. En effet, en procédant ainsi vous pénalisez les gens qui comme nous ont le tort d’habiter loin et d’avoir des enfants en bas âge qu’il faut faire manger et coucher avant la« fête ».
Donc les gens les moins disponibles qui font le plus d’effort pour aller au théâtre et qui après « une course » arrivent à 8 h. 25 sont les plus mal placés…
M. François F.
J’ai été très surpris en voulant louer nos deux places habituelles pour la saison théâtrale prochaine, d’apprendre que l'on ne pouvait retenir des places précises.
Comment peut-il se faire que l’on prenne une décision aussi surprenante, aussi désagréable, sans consulter les « consommateurs » ?
Donc, nous n’aurions que le droit de vous avancer de l’argent, sans pour autant pouvoir retenir tel emplacement, tel siège adaptés à notre convenance. Vous devriez savoir que lorsqu’on a atteint un certain âge (c’est notre cas hélas !), il est nécessaire pour l’ouïe, pour la vue, etc., d’être placé là plutôt qu’ailleurs.
Et je préfère rester chez moi, que d’avoir à suivre un spectacle avec des crampes aux jambes, un torticolis ou ne rien entendre de ce qui se dit sur scène.
M. Joseph C.
Nous avons pris la décision de ne plus numéroter les places pour les raisons suivantes :
L’opération fait faire une économie importante qui est équivalente à la subvention donnée par le Centre pour la réalisation de la Savetière Prodigieuse.
Le choix de la place dépendait en grande partie de critères sociaux. Ceux qui ne pouvaient pas payer le prix le plus élevé se trouvaient relégués aux places les moins bonnes.
C’est aussi en pensant aux personnes âgées qui sont toujours les premières arrivées au théâtre que nous avons instauré ce système.
Enfin, le numérotage est l’expression d’une certaine idée du spectacle. Nous avons pensé que l’on peut aller « au théâtre » ou « aux variétés » ou « au concert » comme l’on va « au cinéma », comme l’on va « à la fête ».
Je reprendrai ici la remarque d’un abonné : « Les chaises réservées et marquées ont été supprimées à l’Église, on peut bien en faire de même au théâtre ! ».
Je soumets l’ensemble de ces réflexions aux spectateurs et je souhaite qu’ils n’oublient pas qu’avant tout le spectacle doit être une fête, la fête à laquelle nous devons tous participer.
« Que la fête continue ».
Jacques S.
Président du Centre des Spectacles

83Pour affirmer son existence et sa légitimité sociale, le groupe des animateurs culturels se trouve dans une position particulièrement inconfortable, car il doit conjuguer une attitude ouverte et un comportement élitiste. L’exemple de la création du cours d’astrologie au Centre d’Éducation Populaire le montre bien. Nous avons montré plus haut que cette institution, malgré son nom, était largement dominée par les couches moyennes (et en particulier par les cadres moyens). Quand le responsable du Centre décide de créer un cours d’initiation à l’astrologie, il ne s’agit nullement pour lui de satisfaire à une demande populaire dans ce secteur. Le prospectus de lancement est fort clair à ce sujet : après avoir ridiculisé le goût et la pratique populaires de la divination et de l’astrologie, il ne valorise cette dernière que si elle prend la forme d’une sorte de psychologie symbolique très intellectualisée. A ceux qui se reconnaissent dans la pratique populaire, il est formellement déconseillé de venir participer au cours. Ceux qui s’intéressent à la théorie psychologique sont, en revanche, invités à se faire connaître. On ne peut pas mieux exprimer que l’on vise certaines couches sociales et que l’on exclut les autres. Mais deux faits montrent que le message ne passe pas entièrement dans le public. Tenu de présenter ce projet au Conseil d’Administration du Centre d’Éducation Populaire, le responsable du Centre se fait critiquer, notamment par les enseignants (« les pédagos ») qui en sont membres (en tant que représentants de la municipalité ou des associations locales), parce que « l’astrologie, ça ne fait pas bien sérieux ». Malgré les stratégies d’anoblissement symbolique de l’objet, l’astrologie reste donc associée chez les « intellectuels » à toutes les pratiques culturelles populaires non légitimes. Cependant, dès que la propagande pour cette activité a été lancée, le succès en a été foudroyant : deux jours après l’ouverture des inscriptions, on refusait du monde ! Mais la grande diversité sociale des inscrits (sur un effectif de douze personnes, quatre ouvriers, deux employés, un cadre moyen, trois enseignants, une commerçante, un vétérinaire), leur caractère plus populaire que la moyenne des usagers du Centre, montrent que l’effet d’imposition sociale n’a pas été absolu. La stratégie d’anoblissement a partiellement échoué.

84A l’origine d’un certain nombre de problèmes locaux, on trouve le conflit de légitimité qui s’instaure dans un même univers social local entre fractions intellectuelles et fractions moins intellectuelles. L’altercation qui a opposé en 1979 l’assureur, président de l’amicale Interclasses au curé un peu « moderniste » de la paroisse du centre, est caractéristique de ce genre de malentendus. Elle avait pour objet la messe des conscrits. Celle-ci, qui se déroule le dimanche précédant la Fête des Conscrits, en est le préliminaire symbolique indispensable. C’est une messe ordinaire, à laquelle assistent les bureaux des amicales de classes concernées par la fête et les fidèles habituels. Au cours de la cérémonie, il est de tradition que le drapeau tout neuf de la jeune classe soit solennellement béni par le curé. Par ailleurs, on demande de prier pour les conscrits morts pendant la décennie, dont les noms sont proclamés. La messe est donc en même temps un baptême (qui solennise l’arrivée d’une jeune classe dans la grande fraternité des conscrits) et une messe du souvenir. Mais en 1979, le curé de la paroisse refusa de bénir le drapeau des conscrits !

« L’Église s’est trop longtemps prêtée, pour toutes sortes de raisons, à l’idolâtrie qui consiste à bénir des objets. On a béni des médailles, mais on a béni aussi des canons. En fait, on ne peut et on ne doit accorder sa bénédiction qu’à des personnes. C’est ce que j’ai essayé d’expliquer au président des classes qui voulait que je bénisse son drapeau. Il était furieux, il n’a rien voulu entendre, il s’est même un peu emporté dans l’église. Alors j’ai été obligé de lui répondre fermement que c’était encore moi qui commandait ici. Comprenez-moi bien ! En tant que chrétien, je suis particulièrement sensible au message d’amitié et de fraternité qui émane de la Fête des Conscrits. Si on m’invite à un banquet, je ne refuse pas. Mais bénir un drapeau, ça je ne peux pas ! ».

85La critique « intellectuelle » de l’idolâtrie par le curé remet en cause simultanément les pratiques symboliques populaires, et la collaboration de la religion avec les pouvoirs et les classes supérieures. L’argument ultime du prêtre (« c’est moi qui commande ici ») n’est pas un simple argument d’autorité, mais une manière de rappeler en somme que le style social de l’église a changé et qu’il s’est intellectualisé.

86Mais le véritable archétype local de « l’intellectuel » est l’enseignant, le « pédago ». Et apparemment d’innombrables petits conflits se nouent autour du groupe des membres de l’Éducation Nationale, d’après les multiples récits que nous ont fait les enseignants eux-mêmes et surtout les autres. Sans insister sur ce point, notons d’abord leurs difficultés de contact avec la population socialement très hétérogène des parents d’élèves.

Un agent de maîtrise décrit ainsi une réunion des parents d’élèves avec les professeurs de son fils : « J’ai été aux réunions de parents d’élèves, pour rouspéter. Comme tout le monde quoi ! Ah ben ! fallait défendre les jeunes parce que, la manière dont on généralise… La dernière fois qu’on avait été à une réunion, y avait dix-neuf élèves, eh bien d’après le directeur, les dix-neuf élèves c’étaient dix-neuf cancres, dix-neuf bons à rien. Alors ça été plus fort que moi, il a fallu rouspéter quoi. Y z’étaient incapables de passer un examen et à la sortie y z’ont presque tous réussi. La même année que mon fils était bon à rien, il a réussi un C.A.P. de tourneur, un B.E.P. de mécanique générale, il a réussi son code de la route du premier coup, sa conduite du premier coup, son examen de chez Berliet du premier coup… Pour un cancre, cinq examens dans l’année, il a tout réussi, alors qu’est-ce que ça veut dire s’il avait été intelligent ! Et puis malgré tout, étant agent de maîtrise dans la mécanique, je connais quand même un peu la valeur du travail qu’on peut donner à un élève, et j’ai plutôt attaqué les professeurs qu’autre chose. J’ai fini par leur dire que s’y travaillent mal, y travaillent comme vous leur avez appris à travailler… C’est ce qu’y fallait pas faire mais ça a fait du bien, parce que ça a stimulé les parents d’élèves qui restaient passifs dans leur coin et qui se sont tous trouvés à dire quelque chose après. C’était une volée de grêlons sur les enseignants, sans être méchants avec eux hein. C’était rien de particulier, mais c’était en général ». Cette brusque explosion en pleine réunion de parents d’élèves est révélatrice d’un état d’esprit général (« C’était rien de particulier… ») hostile aux enseignants.

87En outre, comme on l’a vu plus haut, les rapports entre enseignants et animateurs culturels professionnels sont traditionnellement tendus.

Voici à titre d’exemple (car il ne peut être question ici de traiter ce problème en profondeur) le récit que fait un professeur, animateur d’une salle de cinéma « Art et Essai » municipale, sur son expérience et sur ses rapports avec le responsable de l’Action Culturelle à Villefranche. « On a des succès, et aussi des insuccès, pas mal, avec cette salle d’art et d’essai. On cherche une formule depuis trois ans. On pense, cette année, l’avoir trouvée d’ailleurs, pasqu’y a un public qu’est en train de se trouver, mais ç’a été difficile. On a projeté des tas de films où y avait vingt ou trente spectateurs, ce qui veut dire un certain déficit. Cette année, on a eu une suite de films qu’ont connu un certain succès : cinquante personnes, c’est bon. Il se trouve qu’on commence un règne. C’est difficile parfois parce qu’on a des différences de point de vue avec [le responsable de l’Action Culturelle]. On nous dit : attention, tombez pas dans l’intellectualisme, tombez pas dans le cinéma pour initiés, fuyez Marguerite Duras, plein de choses comme ça. Et puis on rajoute : est-ce que vraiment la Version Originale c’est indispensable parce que vous savez, on rebute les gens si on met la V.O., parce que les gens, ils aiment pas la V.O. ? Alors, vous voyez, de fil en aiguille, on commence par quitter Marguerite Duras, puis on abandonne la V.O., on sait plus jusqu’où on va comme ça. Alors on se bagarre pas mal, pour avoir certains critères, et pour pas que cette salle se transforme en une salle commerciale ». Taxé d’intellectualisme, l’enseignant répond en accusant implicitement l’animateur d’être un commerçant de la culture.

88Les enseignants se trouvent au centre d’autres conflits encore. L’animosité qui existe entre eux et le groupe social des commerçants, le maintien d’une forte rivalité à Villefranche entre enseignement privé et enseignement public, leur origine extérieure qui rend l’intégration locale difficile, leur forte représentation dans le Conseil Municipal (un conseiller sur quatre) et dans les super-associations locales, liée manifestement à la victoire de la gauche aux élections municipales de 1977, font que le groupe des « pédagos » est aussi visible et identifiable par la population que l’est, par exemple, le groupe des commerçants pour d’autres raisons. Les enseignants sont ainsi la cible privilégiée d’attaques d’origines très diverses ; on peut dire qu’ils cristallisent l’animosité de plusieurs groupes sociaux contre les détenteurs de capital culturel. Leur situation particulière fait qu’ils sont bien souvent réduits à la fois à une sociabilité « entre collègues » et à une sociabilité multipolaire très centrée sur la grande ville proche. Une étude spéciale mériterait d’être menée sur « l’isolement » social relatif du milieu enseignant dans les petites villes et sur les attitudes et les comportements qui en découlent. Il faudrait éclaircir notamment ce mélange étrange d’une conscience malheureuse de minorité et d’un complexe de supériorité.

89Tous les conflits qui viennent d’être décrits présentent un caractère ostentatoire marqué. La théâtralisation des comportements sociaux dans une petite ville comme Villefranche s’appuie sur une donnée fondamentale : l’existence d’une scène locale.

LA SCENE LOCALE

90L’existence d’une scène locale vivante à Villefranche, repose en premier lieu sur un phénomène que nous avons déjà évoqué de manière un peu intuitive, l’autonomie sociale de la ville. L’étude sociologique permet de donner un sens concret à cette expression. C’est la coïncidence de plusieurs éléments qui permet de parler d’autonomie sociale : l’existence de « lieux non privés » nombreux et fréquentés, la présence d’événements festifs à base locale, le nombre et la vitalité des associations, des groupes informels, des réseaux à base locale, et enfin un système d’information local.

91Pour qu’une véritable scène locale existe, il faut également que les cadres de la sociabilité qui viennent d’être évoqués présentent une certaine interconnexion. En somme la ville doit être pourvue d’un centre attractif qui permette rassemblement, confrontation, expression privilégiée. Une des originalités de la petite ville tient au fait que la distance au centre social et géographique n’est jamais très grande pour aucun habitant : ainsi acteurs et public ne sont pas démesurément éloignés, ils sont même relativement interchangeables. Multiples sont les micro-scènes locales. Leur existence éclatée, en dépit d’une certaine concentration spatiale ne permettrait qu’une « ostentation confidentielle » limitée à des publics réduits si n’existait pas la possibilité de faire connaître ailleurs ce qui se passe en chaque lieu.

92Il ne peut y avoir de véritable scène locale sans système d’information local. Ce système, plus ou moins développé suivant les villes, fonctionne sur plusieurs plans : la presse quotidienne (avec ses pages locales) ainsi que la presse hebdomadaire locale, les informations écrites occasionnelles (bulletins d’associations, circulaires et comptes rendus, affiches, tracts, brochures), la transmission orale de bouche à oreille (informations, récits, bavardages, (médisances, rumeurs). La presse locale, en premier lieu, occupe de façon permanente une dizaine de journalistes, chroniqueurs, secrétaires et photographes. Leur nombre paraît élevé ; c’est que l’aire couverte par ces derniers correspond à toute la zone d’influence de Villefranche. Le foisonnement de l’information écrite occasionnelle, en second lieu, est le meilleur indicateur de la vitalité d’une scène locale : il est profondément lié à l’existence d’une sociabilité dynamique et démultipliée, alors que la présence d’une presse institutionnelle peut en être relativement indépendante. De véritables études portant sur ce domaine encore mal exploré et en particulier sur les relations qu’il entretient avec les caractéristiques socio-géographiques des communes, seraient les bienvenues. Enfin la transmission orale des faits et des gestes, a une importance certaine dans une petite ville, même si elle ne constitue pas le tout de l’opinion publique. Elle permet souvent de contredire ou de compléter utilement l’information écrite officielle, obligée de faire silence sur certains points. Il est encore trop tôt pour dire si la mise en place d’une radio locale à Villefranche, comme dans la plupart des villes de France après 1981, se traduit par un renforcement du versant institutionnel de l’information locale, ou si elle donne une voix nouvelle aux réseaux d’information associatifs.

93Le fait que les informations sur les événements locaux circulent rapidement est parfois explicitement pris en compte par les agents sociaux. Certains événements sont ainsi créés par la scène locale.

94Un bon exemple est fourni par la description qu’un responsable du Groupe Écologique Beaujolais, professeur de lycée, donne d’une action entreprise par son groupe.

« Une fois on a fait une tentative assez marrante, une action de prise de conscience. On a pris des gros bidons d’huile alimentaire sur lesquels on avait peint le symbole des déchets radioactifs, un truc avec tête de mort. Et puis on a déposé ça un matin, assez tôt, sur le trottoir de la me Nationale, pas loin du Progrès. Notre projet, c’était d’arriver deux heures après, déguisés en blanc, et d’évacuer les bidons à ce moment, pour faire une intervention assez théâtrale. D’ailleurs on avait mis le Progrès dans le coup. Mais on n’a pas eu le temps de faire ce qu’on voulait. Les gens ont pris ça au sérieux, il y en a plusieurs qui ont appelé les pompiers, qui se sont finalement décidés à intervenir. Ça a été un succès, et on a eu un bon papier dans le journal ».

95L’objectif déclaré de créer un événement politico-théâtral dans le quartier le plus animé de Villefranche, et près du bureau du quotidien local, a été atteint puisque l’événement a fait l’objet d’un article dans le journal, des discussions et des récits des passants, et peut-être également d’un tract d’explication par la suite.

96Un autre exemple est celui des occasions officielles, où la présence de personnalités politiques locales (maire de Villefranche, député, sénateur, sous-préfet… etc.) a pour effet immédiat de théâtraliser lieux et événements. Acteurs principaux et assistants s’observent mutuellement, sous l’œil des journalistes locaux qui sont toujours présents. Discours, petites phrases, gestes, sont guettés et se voient accorder un sens symbolique, surtout quand des hommes politiques de tendances différentes sont rassemblés. L’obligation absolue pour les personnalités locales de se montrer souvent et d’apparaître sous leur meilleur jour fait du métier de notable un marathon assez épuisant, quelle que soit la couleur politique de l’intéressé. Leur fonction de représentation les pousse presque automatiquement à des comportements ostentatoires, et rares sont les grandes occasions de sociabilité où ils négligent d’être présents. Ainsi s’explique le fait que la presse locale les photographie si souvent. On peut dire que sur la scène locale ils occupent toujours la place centrale.

Voici, pour illustrer la théâtralisation de la vie politique locale, un fait divers paru dans Le Patriote Beaujolais du 10 mars 1978, quelques jours avant un premier tour d’élections législatives, sous le titre « Épisode tragi-comique lors de la visite du Centre Agricole de Belleville le samedi 4 février ».
« Le cortège officiel passe de salle de cours en salle d’étude et admire les installations. Soudain, un cri poussé par Madame la Directrice. Attention, on annonce l’arrivée d’un grand blessé. Dégagez la voie vers l’infirmerie ! Effectivement les assistants s’écartent pour laisser passer un impressionnant cortège. Des gaillards en blouse blanche qui soutiennent un blessé dont le bras sanguinolent est déjà à moitié sectionné. Un comparse porte la tronçonneuse, instrument du drame. Pâleur de l’assistance… et soudain que voit-on ? Monsieur Poutissou (P.S.), député du Beaujolais, blanchir, blanchir… puis tomber à la renverse dans les bras vigoureux de Monsieur Cimetière, conseiller général, funeste présage. Embarras dans l’assistance, Monsieur le Député se remet. Peu de temps après, Monsieur Poutissou, pas si bien remis que ça, part à nouveau, mais vers l’avant cette fois. Retenu par qui ? (on ne sait… nos recherches se poursuivent !). Stupeur générale. Du coup, une visite de l’infirmerie s’imposait vraiment et un solide remontant beaujolais confortait les âmes sensibles ! Cette mise en scène d’un accident (toujours possible certes, mais un peu appuyé tout de même) avait refroidi les ardeurs et on se demandait si les discours… mais pas du tout. Tout guilleret, Monsieur Poutissou était rendu à l’assistance émue, frais comme une grillotte, et après l’allocution d’usage, avait même ce mot à l’adresse de son concurrent, Monsieur Perrut (Parti Républicain) : « Je vous ai fait une fausse joie, hein ! ». »
En somme, on offre au député une représentation théâtrale dont il devient (involontairement ?) le principal acteur.

***

97Dans le cadre spatial restreint d’une petite ville, la sociabilité hors travail ne nous est pas apparue comme un élément d’uniformisation sociale. Tout se passe au contraire comme si les rivalités qui se manifestaient dans ce secteur contribuaient à une assignation encore plus tranchée des individus à des groupes sociaux d’appartenance et augmentaient les distances entre eux. Car la sociabilité n’est pas unanimiste, même si les antagonismes et les oppositions qui la caractérisent reposent surtout sur des enjeux symboliques.

98L’analyse d’un champ local et de diverses occasions de sociabilité, conflictuelles ou au moins différenciées, a fait ressortir que dans tout lieu non privé, toute association, toute activité « sociable », tout champ local, tout voisinage, tout groupe familial peut-être, il se produisait un effet de domination légitimant les pratiques de sociabilité d’un groupe social, pas forcément le plus nombreux. Ceux qui n’appartiennent pas au groupe dominant sont conduits soit à l’imiter en le prenant comme référence, soit à s’opposer à lui, soit à faire sécession. On peut par exemple fréquenter les cafés de Villefranche en adoptant le style de comportement populaire, ou bien en restant sur son quant-à-soi ; on peut aussi tout simplement ne pas les fréquenter.

99Le contexte socio-géographique de la petite ville entraîne plusieurs effets. La fréquence et l’hétérogénéité des rencontres et des contacts même superficiels que les individus sont amenés à avoir les portent vers des comportements ostentatoires, susceptibles de manifester sans équivoque leur appartenance sociale (réelle ou désirée) sur la scène locale. L’interconnaissance lâche caractéristique de la petite ville, que nous avons définie plus haut comme interconnaissance groupale, n’est pas une connaissance détaillée, et ne descend pas jusqu’à l’individu : sommaire, elle repose souvent sur des approximations intuitives. Ceci rend d’autant plus nécessaire l’effort volontariste que déploient les groupes et les individus afin d’être pris pour ce qu’ils sont ou ce qu’ils veulent être, et de ne pas être confondus avec ce qu’ils ne sont pas ou ce qu’ils ne veulent pas être. Tout se passe comme si la petite taille de la ville forçait les individus et les groupes à accuser leurs différences. Faut-il donc chercher dans les petites villes des conservatoires de la sociabilité ouvrière, bourgeoise, ou petite-bourgeoise ?

Notes

1 On peut citer en particulier les enquêtes « Pratiques culturelles », réalisées en 1973 et en 1981 par le Ministère de la Culture, succédant à une enquête « Loisirs » réalisée par l’I.N.S.E.E. en 1967.

2 Voir Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle», Ethnologie Française, janvier-mars 1980, X, 1, pp. 27-44.

3 Voir Jean-Paul Callède, « Quelques pratiques associatives de la musique. Contribution au thème des cultures populaires », 12 pages., communication au Colloque Les cultures populaires, Université de Nantes, 9 et 10 juin 1983 (organisé par la Société Française de Sociologie et la Société d’Ethnologie Française) ; Jacques Gutwirth, « Les associations de loisir d’une petite ville, Châtillon-sur-Seine », Ethnologie Française, no 1-2, 1972, pp. 140-180 ; Pierre-Michel Menger, « Conflits culturels et changement social. Les pratiques et la consommation musicales dans une ville moyenne», Cahiers de l’Observation du Changement Social, volume XVIII, pp. 97-153, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1982.

4 Ce prestige provient autant de la « noblesse » de l’instrument à cordes que de la proximité du chef.

5 Jean-Pierre Terrail, « Boire et déboire. Sur les principes de la culture ouvrière », Société Française, no 5, janvier 1983, p. 44.

Table des illustrations

Titre Tableau 29. Instrument choisi à l’École de Musique, et catégorie socio-professionnelle du père de l’élève
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 31. Composition sociale comparée de l’Harmonie et de l’Orchestre Symphonique
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende La construction d’un stade couvert de boule lyonnaise représente une étape marquante dans l’effort des autorités sportives pour arracher ce loisir populaire masculin à la sociabilité de café et pour le transformer en un véritable sport, soumis à des règles stables et aux lois de la compétition.Nouveau stade bouliste de Villefranche. Photo Michel Bozon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Tout sport permet une mise en valeur des atouts corporels et culturels spécifiques du groupe social qui le pratique. Quand le groupe des pratiquants devient trop hétérogène socialement, il tend à se fragmenter et de nouveaux sports apparaissent. Ainsi le Judo - Club de Villefranche a-t-il donné naissance à des clubs de karaté et d’aïkido.Enseigne du Club de Judo de Villefranche. Photo Michel Bozon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7673/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7673/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search