Version classiqueVersion mobile

Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province

 | 
Michel Bozon

Chapitre VI. Associations et capital social

Texte intégral

« Si vous allez rue Nationale et que vous dites « bonjour président », vous êtes sûr de jamais vous tromper ».
M. Charles Germain, ancien maire de Villefranche.

« Si tous les présidents de Villefranche défilaient, il n’y aurait plus personne pour les regarder ».
Un président de société musicale.

« A Villefranche, on entend volontiers dire que presque tout Caladois peut s’honorer du titre de président… ».
Le Patriote Beaujolais, 20 mars 1981.

1Organisations hiérarchisées, les associations sont des machines qui fonctionnent, des êtres sociaux qui naissent, se développent, s’étiolent, meurent, se reproduisent, se modifient à travers l’addition des stratégies nombreuses et complexes dont elles sont le théâtre. La diversité des activités pratiquées et des styles associatifs va souvent de pair avec de profondes différences dans les modes de fonctionnement, les hiérarchies internes, les divisions du travail. Les responsables d’associations ont suivi des trajectoires variées, et exercent des fonctions très différenciées.

2Il paraît très difficile d’expliquer par une théorie unique le nombre élevé d’associations à Villefranche, et la proportion importante d’adhérents et de responsables d’associations dans tous les milieux sociaux. Notre hypothèse est que la sociabilité organisée permet le déploiement de stratégies certes diverses, mais qui sont toutes plus ou moins fondées sur une recherche de capital social. Ce capital social se présente sous des formes très variées, mais avec des enjeux essentiellement symboliques. La logique du fonctionnement associatif diffère ainsi profondément d’une logique de type administratif, politique, économique ou professionnel. Aucune analyse ne peut se permettre d’ignorer le volontariat des adhérents, le bénévolat des responsables, la spécificité du capital social que l’on acquiert dans les associations.

3On se propose dans ce chapitre de définir l’originalité du fonctionnement associatif, vis-à-vis d’un fonctionnement institutionnel, et de mettre en lumière le rôle spécifique, mais non prépondérant, que jouent les associations dans le système de pouvoir municipal. On tente ainsi d’évaluer l’importance réelle de la vie associative dans l’unité locale observée, ce qui implique l’élaboration d’un instrument de mesure approprié.

LA QUANTIFICATION DU PHÉNOMENE ASSOCIATIF

4Il existe en théorie deux moyens assez simples pour mesurer l’intensité locale du phénomène associatif. En comptant les associations qui existent dans une agglomération donnée et en rapportant le total obtenu au nombre d’habitants qui y vivent, on obtient un nombre moyen d’habitants par association. Ou bien après avoir déterminé le nombre total d’adhérents aux associations locales dans un périmètre donné, et l’avoir rapporté à la population locale, on obtient un taux d’adhésion. Les deux méthodes proposées, à partir du nombre d’associations et à partir du nombre d’adhérents, sont-elles pratiquement et théoriquement utilisables ?

Qu’est-ce qu’une association locale ?

5En premier lieu, il importe de déterminer ce qu’on entend par association locale. Au plan légal rien n’est plus facile à définir : c’est un groupement local à but non lucratif, au sens de la loi de 1901, déclaré à la sous-préfecture de l’arrondissement. Cette définition conviendrait parfaitement si notre but était de cerner un phénomène juridique. Elle est insuffisante dans une optique socio-ethnographique, car elle laisse échapper tout un ensemble de groupements locaux non déclarés ou qui n’entrent pas dans ce cadre juridique, alors qu’elle admet, par suite d’une extension progressive du domaine d’application de la loi, des institutions ou des groupements économiques qui trouvent dans cette formule juridique des avantages fiscaux importants. Il est donc nécessaire de définir précisément ce qui, d’un point de vue sociologique, peut être considéré comme association locale. Cinq caractéristiques ont été retenues en définitive. On parlera d’association locale dans le cas d’un groupement volontaire, à but non lucratif, qui repose sur un recrutement à base locale, se réunit au moins une fois par an, et sécrète une organisation locale. Aucun des termes de cette définition n’est négligeable.

6Il faut que le groupement soit volontaire. Il existe en effet certaines associations au sens de la loi de 1901 dont tous les membres sont élus ou désignés suivant une procédure définie dans les statuts. C’est le cas à Villefranche de ce que l’on peut appeler les cartels d’associations, comme le Groupement des Sociétés Musicales, ou l’Union Bouliste Caladoise. A ces deux cartels, nul n’adhère individuellement ; pour en être membre, il faut en effet avoir été désigné par des associations de rang inférieur (sociétés musicales ou sociétés de boules). D’autres cartels, juridiquement considérés comme des associations, sont composés pour moitié de membres désignés par la municipalité et pour moitié de représentants élus des associations (culturelles pour l’Office Culturel Municipal, sportives pour l’Office Municipal des Sports…). Groupements de notables, plus qu’associations locales, les cartels seront étudiés avec attention, mais à part. Il n’est pas opportun de les confondre avec les autres associations.

7Il faut que l’association soit sans but lucratif. En théorie, c’est bien ce qui définit fondamentalement toutes les associations déclarées sous la loi de 1901. En pratique, certains groupements hésitent au moment de leur constitution entre la formule « Association Loi 1901 » et la formule «Groupement d’intérêt Économique » (ou G.I.E.), ce qui montre bien que la limite n’est pas étanche. C’est le cas par exemple de l’association T.E.C. (Timbre Escompte Caladois) qui regroupe une cinquantaine de commerçants, pour l’organisation, autour de leurs commerces, d’une animation publicitaire permanente. Il s’agit bien en fait d’une association à but lucratif. De nombreux groupements de professionnels caladois doivent être rangés dans cette catégorie : le but déclaré « défense d’intérêts communs » le cède souvent à l’organisation d’achats en gros ou de promotions commerciales. Il faut aussi y inclure les groupements qui n’ont pas d’autre fonction déclarée que la gestion et l’entretien d’un patrimoine immobilier : le Foyer de Jeunes Travailleurs, le Centre Aéré, un collège privé…, etc. Les groupements de professionnels, ainsi que les groupements de gestion seront considérés à part, même s’ils dépendent de la loi de 1901.

8Le troisième trait qui définit selon nous une association locale est la nature de son recrutement, qui doit reposer sur une base locale. Cette condition fixée de façon très intuitive semble aller de soi. Si une association a son siège déclaré dans une ville ou un village, c’est bien parce que ses adhérents actuels ou potentiels y demeurent. Pourtant, à la réflexion, les choses paraissent beaucoup moins évidentes : il semble difficile de ne considérer comme associations caladoises que celles dont tous les adhérents vivent dans l’agglomération en question. Le critère de la base locale du recrutement devra être assoupli. Il faut en effet tenir compte du rayonnement associatif des villes : on sait que les bourgs, les villes petites et moyennes (des chefs-lieux de canton aux sous-préfectures) drainent les adhérents des zones rurales ou rurbanisées, et qu’il en résulte une localisation privilégiée des associations dans les centres locaux ou régionaux. Il s’ensuit un gonflement important de la proportion d’associations dans les petites capitales locales, qui renvoie à deux phénomènes différents : l’attractivité des petites villes et leur vitalité associative. Il est frappant de constater que, mesurées à la même aune, les grandes villes manifestent au contraire un rayonnement bien faible. La grande ville attire ceux qui ne l’habitent pas par l’intensité plus grande de ses activités de commerce et de service, non par sa vie associative. Les relations des ruraux ou néo-ruraux du Beaujolais et de la Dombes avec leur petite capitale locale sont bien plus profondes et plus « familières » en un certain sens : à l’influence commerciale et culturelle qu’ils subissent, à la dépendance administrative dans laquelle ils sont placés, s’ajoute l’attirance que les associations de l’agglomération caladoise exercent sur eux, comme si les limites de la ville n’étaient pas dans ce cas une frontière rigide. Cette continuité essentielle entre ville et campagne fait que chaque association déclarée de Villefranche a une aire de recrutement d’extension différente. Certaines associations sont plus « citadines » et d’autres plus « régionales». Ce sont d’ailleurs les associations populaires qui sont les plus citadines, et à l’inverse, les associations touchant des milieux plus aisés qui sont les plus régionales. Néanmoins on considérera que toutes celles qui ont leur siège à Villefranche sont des associations locales, même si elles ne comptent qu’une proportion faible d’adhérents : elles existent au moins au titre de possibilités offertes. Le recrutement peut n’être que partiellement local sans compromettre le caractère local de l’association.

9Les trois premiers éléments de définition d’une association locale que nous venons d’utiliser s’appliquent tout aussi bien à certains groupements qui n’entrent pas dans le cadre juridique de la loi de 1901 et de la déclaration à la sous-préfecture. Ainsi certains clubs ou sociétés dépendent financièrement de comités d’entreprise et ne sont donc pas déclarés. En outre, certains groupements, en particulier les syndicats, les associations professionnelles, les mouvements d’action catholique, et les partis, sont juridiquement considérés comme les simples sections locales d’associations plus vastes. On en déduit souvent qu’il suffit d’observer l’activité de ces groupements au seul plan national. Cette attitude est contestable. Constater la dépendance organisationnelle et idéologique des sections locales à l’égard de centres de décision extérieurs (phénomène incontestable, mais dont les modalités sont infiniment variées) ne doit pas empêcher de poser le problème central : la section locale est-elle un agrégat invertébré d’individus affiliés à un groupement national extérieur, qui pourraient à l’extrême limite ne pas se connaître entre eux, ou a-t-elle une existence sociale réelle dans la localité (ce qui implique à la fois un recrutement local, une activité de groupe locale, des responsables locaux élus) ? Dans le second cas, on peut parler sans hésiter d’associations locales : cette formulation a le mérite de faire ressortir avec force le phénomème d’enracinement local. Prenons l’exemple de la section du canton de Villefranche du Parti Socialiste. Selon les indications données par son secrétaire, elle compte en 1979 entre 80 et 100 adhérents, dont un peu moins de la moitié se réunissent tous les mois dans un local qui appartient au Parti Socialiste. Les responsables de la section sont élus tous les ans. Il nous semble difficile de ne pas considérer cette section de parti comme une véritable association locale. Il en va de même pour les équipes d’Action Catholique ou les cellules du Parti Communiste.

10Le quatrième trait, qui définit une association locale vivante, est le fait qu’elle se réunisse effectivement au moins une fois par an. Cette condition peut paraître tellement évidente qu’il serait inutile de l’énoncer. Il s’agit en fait d’un principe méthodologique : recopier simplement la liste des associations inscrites sur le registre préfectoral ne permet pas de savoir celles qui ont une activité effective, même minimale. Une association qui ne se réunit pas une fois l’an doit être considérée comme en sommeil, ou disparue, suivant les cas, et ne pas être comptabilisée, même pour mémoire.

11Enfin on ne peut parler d’association locale que lorsqu’il existe une organisation locale émanant des adhérents. Le processus d’apparition d’une association nouvelle se confond d’ailleurs avec l’émergence d’un groupe de responsables locaux : ces derniers ont droit par la suite au titre envié de « membres fondateurs ». Ainsi le Club de Tir Beaujolais, de création récente (1971) provient de l’initiative de sept tireurs caladois qui, s’étant rencontrés à Lyon dans un club de tir où ils pratiquaient leur sport, avaient décidé de lancer « quelque chose » à Villefranche. Cet exemple illustre bien comment une collection d’individus affiliés à un groupement extérieur peut se transformer en une association locale.

Nombre d’associations, nombre d’habitants par association

12Ayant défini d’un point de vue sociologique à quelles conditions il est légitime d’employer l’expression d’association locale (peut-être faudrait-il dire localisée), nous pouvons nous demander maintenant comment en évaluer le nombre. Plusieurs sources peuvent et doivent être utilisées simultanément. On pense spontanément au fichier de la sous-préfecture. Il comprend toutes les associations locales qui dépendent de la loi de 1901, mais seulement ces dernières. En outre, il n’enregistre la disparition d’une association que si elle a déclaré explicitement sa dissolution ; or, les associations qui meurent, la plupart du temps, n’en font pas la déclaration. Ceci explique que le fichier ne soit jamais à jour et comprenne environ les trois-quarts de toutes les associations déclarées à Villefranche depuis 1901, indiquant ainsi près de sept cents noms, bien plus qu’il n’en existe véritablement. A l’opposé, la liste des groupements qui émargent aux budgets municipaux, même si elle comprend des noms qui ne se trouvent pas sur la première liste, est trop restrictive, puisqu’elle n’indique plus que cent quarante à cent cinquante associations environ. Plus étoffée déjà est la liste que l’on obtient en relevant les noms de tous les groupements qui sont mentionnés au moins une fois par an dans la presse locale (environ deux cent cinquante associations). Mais le critère le plus déterminant est de nature proprement ethnographique : c’est au cours des observations et des entretiens avec les enquêtés que l’on peut découvrir, dans la conversation ou en regardant les murs d’une rue ou d’un café, des associations dont on ignorait l’existence. Ou qu’on peut dire que telle association déclarée n’existe plus.

13En raison de l’hétérogénéité des groupements examinés, il semble peu souhaitable de fournir une estimation globale de leur nombre. En aplatissant les différences de nature entre associations, on risque surtout de renforcer une représentation abstraite de la « vie associative ». Il est légitime de ne pas confondre dans une même évaluation des associations aux rythmes et aux formes d’activités aussi divers qu’une société de boules, l’Académie, la section du Secours Populaire ou une amicale d’anciens élèves. On se contente donc d’estimer le nombre d’associations qui existent dans chaque catégorie. Encore reste-t-il à résoudre le difficile problème de la catégorisation des associations.

  • 1 Rose A.M., « Voluntary associations in France », dans Theory and Method in the social sciences, Mi (...)

14Il ne s’agit pas de réaliser une typologie formelle à la manière du sociologue américain Arnold M. Rose1, qui opposait les « expressive groups » (groupes d’expression) tournés vers la satisfaction des aspirations de leurs membres, aux « social influence groups » (groupes de pression) mus par un objectif extérieur au groupe. Il paraît difficile de répartir les associations en deux catégories selon l’orientation dominante, d’autant plus que les fonctions internes au groupe sont étroitement articulées aux fonctions de type externe.

  • 2 Maurice Agulhon et Maryvonne Bodiguel, Les associations au village, Éditions Actes-Sud, Le Paradou (...)

15Nous préférons adopter une démarche plus descriptive, suivant en cela les conseils de l’historien Maurice Agulhon2, qui recommande de répartir les associations d’après l’activité principale autour de laquelle elles se constituent, plus que d’après leur idéologie (qui est en fait souvent celle des fondateurs) ou d’après les classes sociales concernées (qui peuvent être décrites par la suite). Nous avons donc distingué quatre grands types d’activité associative : les groupes de loisir, les groupements économiques, les groupes de pression, les groupes qui mènent une activité spirituelle ou idéologique. Chacune de ces catégories a été subdivisée de nouveau : ainsi les groupes de loisir ont été décomposés en associations sportives, associations socio-culturelles et amicales, et ces sous-catégories ont été elles-mêmes subdivisées. Dans chaque rubrique, on indique le nombre d’associations locales, le nombre de cartels d’associations, et le nombre moyen d’habitants par association (en comptant quarante mille habitants dans l’agglomération caladoise). Les syndicats ne sont cités que pour mémoire dans ce tableau, puisqu’ils n’ont pas été étudiés. Dans la rubrique des associations politiques, on pourra s’étonner de trouver un chiffre aussi élevé. C’est que nous avons compté les cellules actives du Parti Communiste comme autant d’associations différentes (elles ont toutes une organisation et ont comme rayon d’action une entreprise ou un quartier à la façon d’une amicale de locataires ou d’une société de boules), et la section de Villefranche, qui les fédère, a donc été considérée comme un cartel. En revanche, les autres groupements politiques sont envisagés comme des associations simples : leurs adhérents étant moins nombreux, l’unique instance locale organisée est la section.

Tableau 26. Les grandes catégories d’associations de l’agglomération de Villefranche (Estimation 1979)

Tableau 26. Les grandes catégories d’associations de l’agglomération de Villefranche (Estimation 1979)

16Pour sommaire qu’il soit, le tableau des associations de Villefranche met en évidence plusieurs phénomènes : l’importance sociale persistante de l’amicalisme, la popularité des activités sportives, l’écho encore très faible du syndicalisme du cadre de vie, la place des cartels dans les associations socio-culturelles. De ces caractéristiques « provinciales » qu’on aimerait pouvoir comparer avec celles d’autres villes, on tente de donner une explication dans ce chapitre. Mais il faut avant toute chose pondérer ces nombres d’associations par les nombres d’adhérents réels, si l’on veut avoir une idée de l’importance véritable des phénomènes aperçus.

Le taux d’adhésion dans l’agglomération caladoise

17Plus encore que de dénombrer des associations, il est ardu d’évaluer l’importance de l’adhésion individuelle aux associations. Cette difficulté a des causes structurelles, liées aux caractéristiques générales de la participation aux associations, ainsi qu’à ses conditions locales.

18Tout d’abord, l’appartenance à une association, peut recouvrir des degrés d’implication assez divers. Il y a une assez grande différence entre l’adhésion impliquant un simple versement symbolique de cotisation, et l’adhésion entraînant au contraire une participation active de l’individu. Infinis sont les degrés qui mènent du sympathisant au responsable d’association. Dans un premier temps, on ne retiendra que le nombre de membres cotisants.

19Il n’est pas toujours facile de définir exactement ce nombre. Il arrive que certaines sociétés sportives ne comptabilisent comme adhérents que ceux qui prennent officiellement une licence ; à notre avis, il faut compter également parmi les adhérents ceux qui font partie de la société sans être licenciés de la Fédération. Ce phénomène, on le sait, est particulièrement important dans les sociétés de boules. Par ailleurs, certaines associations, outre la carte ordinaire de l’adhérent, émettent des cartes de membres honoraires : ceux qui les achètent donnent un témoignage financier de leur intérêt pour l’existence de l’association, mais ils ne gagnent pas le droit de participer à sa vie. Nous ne les considérons donc pas comme de véritables adhérents.

20Pour avoir des états d’adhérents assez précis, il faut s’adresser aux responsables des associations elles-mêmes. Mais il n’est pas toujours possible de connaître par eux la proportion d’adhérents extérieurs à l’agglomération. En outre, on ne peut guère savoir combien de personnes appartiennent à plusieurs associations en même temps. Certaines associations ne veulent ou ne peuvent pas nous renseigner exactement. Il y a donc toujours une incertitude assez importante sur le nombre réel d’adhérents locaux, si l’on prend comme point de départ les seuls dénombrements faits par les associations.

21Le seul domaine où l’on obtienne des renseignements satisfaisants est celui des sociétés sportives. Après enquête auprès des 78 associations recensées, et en retenant une définition large de l’adhésion, on obtient un total de 9.500 membres de sociétés sportives, pour une agglomération de 40.000 habitants. En minorant le nombre obtenu de 10 à 20 % pour tenir compte des adhérents non locaux ainsi que des adhésions multiples, il n’en reste pas moins qu’une proportion de Caladois se situant entre 19 % et 21,5 % de la population globale de la ville participe à l’activité d’au moins un club sportif. Pour les associations socio-culturelles ou autres, les renseignements obtenus par la voie officielle sont nettement plus incertains, et peuvent difficilement donner lieu à des dénombrements fiables.

  • 3 Il s’agit de chiffres non pondérés. Une pondération donnant à chaque groupe social son poids réel (...)

22Pour évaluer le taux d’adhésion dans une population, il semble préférable en définitive d’interroger un échantillon de cette population. Les résultats obtenus par cette méthode montrent que le taux d’adhésion caladois est sensiblement supérieur au taux national : une enquête nationale effectuée en 1974 situe cette proportion à 28 % des Français âgés de plus de 14 ans, tandis que notre enquête portant sur des ménages de 20 à 65 ans, résidant à Villefranche, donne 38 %3 d’adhérents (avec les membres de syndicats et de partis politiques, l’on obtient un pourcentage d’environ 49 %). Chez les hommes de 20 à 65 ans, plus d’un individu sur deux (54 %) est membre d’au moins une association, plus encore (68 %) si l’on tient compte des membres de syndicats et de partis politiques. Beaucoup moins d’adhérentes : une femme sur quatre (23 %) ou une sur trois (32 %) en incluant les organisations syndicales et politiques.

23Un autre résultat de l’enquête par questionnaire sur Villefranche, assez surprenant à première vue, concerne le nombre de personnes qui exercent des responsabilités dans la ou les associations dont elles sont membres. On s’aperçoit ainsi que sur 100 enquêtés masculins, 30 sont des responsables d’associations, contre 24 qui ne sont que simples adhérents. Plus de la moitié des adhérents et près d’un tiers des hommes sont donc responsables. Le phénomène touche à peu près dans les mêmes proportions tous les groupes sociaux, à l’exception des industriels et des professions libérales (qui ont plus souvent des responsabilités que tous les autres). Ce résultat d’ensemble contredit à première vue la sociologie spontanée : on se représente généralement les associations comme des pyramides larges à la base, étroites au sommet. Quelle explication donner à cette pléthore de responsables et de dirigeants ?

24La réponse ne peut provenir que d’une description de la hiérarchie et du fonctionnement des associations caladoises. Deux approches seront suivies. D’une part, on décrira les systèmes de responsabilités dans les associations, d’autre part, on observera, de manière dynamique, la carrière des individus dans les associations, ou d’une association à l’autre.

LA HIÉRARCHIE ASSOCIATIVE

25Du point de vue de l’organisation hiérarchique explicite, chaque association paraît unique. Cette diversité correspond plus à des nuances dans le système d’appellation des membres et des responsables ou dans la répartition des tâches entre individus, qu’à des fonctionnements implicites rigoureusement différents. Les systèmes de fonctions implicites sont en fait peu nombreux et se ramènent à quelques grands types.

26Prenons l’exemple du modèle organisationnel qui caractérise les amicales et la majorité des sociétés sportives caladoises. A la tête des groupements de ce type, on trouve toujours un président. C’est un minimum, car le plus souvent, ils sont trois ou quatre, sinon plus, à porter ce titre. Sommairement en effet, on peut dire que la présidence se décompose en quatre fonctions distinctes, qui parfois sont réparties entre autant d’individus, et parfois sont rassemblées sur les épaules d’une ou deux personnes seulement. Il y a la fonction de représentation et d’intervention vers l’extérieur. Il faut avoir « un président dont le nom ouvre les portes », disent les Caladois. C’est généralement un notable, bien connu dans la ville, capable d’obtenir une autorisation ou une aide matérielle grâce à sa caution ou à son influence. En second lieu, il faut disposer d’une personne qui symbolise la continuité et le respect des traditions de l’association. En général, on désigne un membre-fondateur ou un ancien président, qui représente un lien vivant entre les premiers membres de l’association et les adhérents actuels. Ensuite, il faut quelqu’un qui s’occupe concrètement de l’organisation et assure la direction matérielle de l’association : organiser les activités, fixer les objectifs, donner les ordres et même recruter les autres présidents. Enfin, il y a celui ou ceux qui sont responsables des rentrées financières extraordinaires, les organisateurs du mécénat, ou les mécènes eux-mêmes. Dans les fonctions de représentation, de continuité et d’organisation du mécénat, apparaît toute l’orientation de l’association vers l’extérieur : ces fonctions sont d’ailleurs attribuées à des individus riches en capital social acquis en dehors de l’association. En revanche, le président organisateur ne parvient à cette place que par son activité et son dévouement au service du groupe, ainsi que par sa capacité à s’imposer. Il en résulte que bien souvent les présidents à usage interne et les présidents à usage externe n’ont pas le même profil social.

Tableau 27. Deux systèmes d’appellation des hauts responsables d’associations

Système no 1

Président d’honneur

Président

Vice-président

Fonctions

Continuité

Représentation-Financement

Organisation

Système no 2

Président d’honneur

Président

Président actif

Fonctions

Financement

Continuité

Représentation-Organisation

27Les systèmes d’appellation des responsables varient suivant les associations, permettant à plusieurs fonctions de se mêler subrepticement. Ainsi on comprend aisément que la fonction de représentation, par sa nature même, soit très souvent associée à d’autres fonctions.

28Dans un bureau ou un comité d’association, le nombre des fonctions distinctes reste à peu près constant. On peut distinguer là aussi un pôle externe et un pôle interne. Il existe d’abord des fonctions supérieures (secrétariat, trésorerie), qu’exercent dans certains cas des individus très peu liés aux activités proprement dites de l’association. Il n’en va pas de même des fonctions subalternes (responsabilité et entretien de l’équipement et du patrimoine, direction des différentes activités, formation des nouveaux adhérents) qui sont assumées généralement par les meilleurs parmi les membres ou les anciens de l’association : ils concourent ainsi à sa reproduction. Enfin, il existe une fonction non qualifiée de « membre du bureau » ou du comité : il s’agit des personnes à qui il est possible de faire appel pour obtenir un « coup de main » en cas de besoin. Le bureau de l’association que nous venons de décrire a pour fonction, suivant la théorie classique, d’administrer et de diriger la base des adhérents, par définition plus nombreuse. Or qu’en est-il en réalité ? L’analyse d’un organigramme d’association donne une représentation concrète de la place et de l’importance numérique des responsables.

29Prenons l’exemple du club rival du Moto-ball Club étudié plus haut : le Moto-Club de Villefranche, société masculine d’ouvriers et d’artisans, qui pratique le moto-ball. En 1978, le bureau de l’association compte trente et une personnes, alors que l’équipe sportive n’en compte que quatorze. Parmi les membres du bureau, sept occupent des postes non actifs (président à vie, présidents d’honneur et membres d’honneur), et les vingt-quatre autres exercent des fonctions actives à un titre ou un autre. Parmi les quatorze joueurs licenciés membres de l’équipe, neuf sont aussi membres du bureau, et cinq seulement sont sans grade, joueurs et seulement joueurs. Certains des membres de l’association ont des statuts très particuliers. Le président à vie, titre qu’on peut s’étonner de trouver dans une association régie par la loi de 1901, est tout simplement le fondateur de l’association et le symbole de sa pérennité. Les présidents et membres d’honneur sont des commerçants, des anciens joueurs et des parents de joueurs, qui font occasionnellement des « cadeaux » à l’association. Notons l’importance de l’entraînement familial dans l’adhésion à ce type d’association : les trente-cinq individus recensés appartiennent à seulement vingt-quatre familles distinctes. La plupart des membres actifs du bureau sont d’anciens joueurs du club, qui continuent à l’aider.

30A travers le fonctionnement de ce club, on peut essayer de dégager quelques traits typiques d’une association populaire homogène : répartition assez égalitaire et peu différenciée des tâches, polyvalence plus grande de certains individus, existence de réseaux familiaux dans l’association, participation continuée des anciens. La pléthore des fonctions de responsabilité ne renvoie pas dans ce cas à la recherche d’un statut social valorisé, mais à une tradition d’entraide et de travail collectif. Prendre une responsabilité n’est qu’une des façons les plus naturelles d’appartenir vraiment à un groupe.

31A observer l’attribution des fonctions dans des associations moins populaires, on s’aperçoit que le cas du Moto-Club, où presque tous les adhérents sont membres du bureau, reste quand même plutôt exceptionnel. Le club de hand-ball, et le club de tennis privé présentent des modèles hiérarchiques plus courants et qui se retrouvent dans la plupart des autres associations. Ainsi les handballeurs, qui sont environ cent cinquante, sont dirigés par un comité de trente personnes. Mais dans le comité, seules cinq fonctions se dégagent, les vingt-cinq autres personnes étant indistinctement qualifiées de « membres du bureau » : les fonctions supérieures sont celles de président, secrétaire général administratif, trésorier, et vice-président (deux personnes). La base des sportifs n’est pas représentée dans ce bureau d’âge moyen assez mûr. Ce non mélange de la base et du bureau est homologue de la distinction tranchée entre simples membres du bureau et hauts responsables. De son côté, le club de tennis privé qui compte deux cent cinquante joueurs en 1978 présente à cette époque son bureau comme composé d’un président, d’un vice-président, d’une secrétaire, d’une trésorière, et de trois responsables de commission (commission sportive, commission des jeunes, commission d’accueil et d’animation). Le nombre de simples membres du bureau n’est pas précisé : il ne comprend sans doute pas plus d’une dizaine de personnes. Dans ces deux cas, la hiérarchie et la spécialisation des fonctions est bien plus nette. La polyvalence et la fluidité sont moindres. On valorise la compétence de chacun au poste qu’il occupe. Le rapport du nombre de responsables au nombre d’adhérents est également bien plus faible que dans le cas du club de moto-ball. Et la majorité des adhérents sont dépourvus de responsabilités. Les associations socialement hétérogènes, ainsi que celles qui se composent de membres des couches moyennes ou supérieures, adoptent assez spontanément ce fonctionnement hiérarchisé. Dans un tel contexte, la fonction présidentielle est chargée de prestige et peut être recherchée pour elle-même.

LE CURSUS HONORUM DES PRÉSIDENTS

32Seule l’analyse des trajectoires concrètes de responsables d’associations locales permet de comprendre le processus d’acquisition du capital social qui mène à la présidence. A titre d’exemple, nous présentons trois carrières de responsables : dans les deux premiers cas, il s’agit d’entretiens avec les intéressés, réalisés par nos soins, dans le dernier cas, c’est une nécrologie parue dans la revue Expansion Beaujolaise.

33Le premier récit provient d’un ouvrier ajusteur de cinquante-cinq ans qui après avoir été membre du bureau de l’Union Gymnique est devenu vice-président du Judo-Club Caladois.

« J’ai commencé la gym à 15-16 ans. D’accord, tout le monde ne devient pas moniteur ou membre du bureau. Mais en principe tout ancien qui est dans un club, c’est obligé, y prend une responsabilité quelconque : c’est tout naturellement qu’y va s’occuper des débutants, qu’y va donner la main à l’entretien du matériel ou à former ceux qui arrivent. Dans tous les clubs, je vois, ça se passe comme ça. Ou alors c’est des gens retirés dans leur coin et qui s’occupent de personne, mais ça, c’est pas de jeu quand on est dans une société… La première chose qu’on m’a fait faire, c’est le moniteur, un jour qu’y avait beaucoup de débutants. Alors y m’a pris comme ancien, y m’a dit « prends trois ou quatre élèves avec toi et puis commence à leur faire faire ça ! ». C’est comme ça que je me suis mis à aider le moniteur pour le débarrasser… Pour ce qui est d’avoir plus de responsabilité, ça se décidait à l’assemblée générale. Tous les membres du club participent à l’assemblée générale, mais les jeunes, jusqu’à 17-18 ans, y z’ont pas droit au vote. On a toujours fait ça à main levée sans trop chercher une législation quelconque. Alors dans cette assemblée, si y a un membre du bureau, plusieurs membres du bureau qui veulent s’arrêter, se reposer, alors on demande si y a des personnes qui veulent s’en occuper. Alors les anciens qui sont là, y sont poussés presque automatiquement à prendre une place, voilà tout. C’est rare que quelqu’un se propose par lui-même. C’est plutôt ceux qui sont autour qui nous proposent. La responsabilité qu’on m’avait donnée à moi, c’était de m’occuper du matériel. Parce que j’habitais à côté du local, ça m’était plus facile, et on m’avait donné la clef. Mais c’est le maximum que j’ai fait à l’Union Gymnique. J’ai jamais été secrétaire, j’ai été membre quelconque du bureau, voilà… Et puis j’ai quitté l’Union Gymnique, enfin sans quitter vraiment. Disons que je me suis mis dans une section de judo à l’U.G., qui après est devenue indépendante. A l’origine, on était un noyau à la gymnastique, et par curiosité surtout, on voulait savoir ce que c’était que le judo. On a eu l’occasion d’avoir un professeur qu’est venu à l’Union Gymnique, parce que ça marche bien de pair au point de vue souplesse, et on a formé un groupe de judo. Et ça a tellement bien marché qu’on s’est détaché de la gymnastique. Dans les derniers temps, pour le judo, y fallait un coin de salle avec un tapis qui restait en permanence, et ça gênait plus ou moins dans la salle de gym. Alors on a pris un local complètement à part, et on a formé une société indépendante. Là, j’ai été membre fondateur du Judo-Club, et j’ai toujours fait partie du bureau jusqu’à aujourd’hui. Je me suis occupé premièrement du secrétariat, de la trésorerie, j’ai été moniteur. Pendant longtemps, j’ai été faire des stages à Lyon, j’ai été arbitre, j’arbitrais à Lyon souvent. Mais au sein du Judo-Club, je suis toujours membre dirigeant »…

34Avec l’ancienneté, une certaine confiance est ici accordée à l’individu. Elle lui donne le droit d’assumer des tâches de responsabilités subalternes (organisation de la vie de l’association) qui institutionnalisent le capital social qu’il a acquis par la fréquentation du groupe. L’ajusteur, devenu très jeune membre du bureau de son association à la faveur de la promotion automatique des anciens, reste responsable du matériel pendant dix ans. C’est seulement parce qu’il se trouve faire partie du groupe initial qui a fondé, par segmentation, une autre association, le Judo-Club, greffée initialement sur la précédente, qu’il arrive à devenir vice-président, après avoir gravi d’ailleurs tous les échelons. Le fait qu’il se fasse nommer en définitive arbitre n’est-il pas la seule compensation qu’il ait trouvée au fait qu’on ne l’ait jamais jugé digne de devenir président ?

35Le second récit est celui d’un représentant en textiles (mari d’une commerçante), âgé de 56 ans, devenu président de l’Union Nautique (aviron), un des clubs les plus prestigieux de Villefranche.

« Voilà comment je suis devenu président. Tout d’abord, j’ai un oncle qui a été champion d’aviron à Villefranche, et qui a été dirigeant après, bon dirigeant même. Alors il m’a poussé un peu. A l’âge de quatorze ans, je suis entré à l’Union Nautique et je me suis bien défendu, puisque j’ai été champion du Sud-Est. J’y suis resté jusqu’au régiment. Après vous savez ce que c’est, je fréquentais, alors je n’y allais plus. Mais je restais en contact avec des anciens du club, des copains, qui avaient ramé avec moi, et on allait se balader ensemble. Comme ça j’étais au courant, quand même… Et puis pendant la guerre, y manquaient de dirigeants, y avait plus assez de monde au bureau, alors y en a un jour qui m’a dit : « Tu vas bien faire quelque chose pour l’aviron ». J’ai dit oui, y m’ont mis secrétaire. Je faisais un sacré boulot. Et puis, quand y sont allés voir B…, l’entreprise de plomberie-zinguerie du boulevard Étienne Bernand, eh bien il a fallu que je devienne vice-président parce que B… n’acceptait que si je voulais être vice-président. Résultat, j’ai fait autant de travail qu’un président. Et quand il est mort, il m’ont tout de suite mis président. Au bout de cinq ans, j’en ai eu marre, je leur ait dit : « Ça suffit ! Je veux plus être président » Alors y sont allés chercher M…, l’entreprise de chiffons industriels, et ils l’ont fait président. Moi je suis resté dans le bureau. Et quand M… s’est suicidé, ils me sont tout de suite tombés dessus, y z’ont dit que j’étais le meilleur président, que sans moi ça irait à vau-l’eau. Ça fait dix-huit ans que je le suis, et vous voyez, j’ai pas encore réussi à démissionner. Ça fait trois ans que j’essaie, et trois ans qu’y refusent ma démission. Alors j’y suis toujours. J’insiste bien pour qu’y ait une réunion du bureau chaque lundi soir, y a que comme ça que ça peut marcher. Je ne dis pas que je suis là chaque fois, mais j’essaie… ».

36Le représentant en textiles a plus d’atouts dans son jeu, dès le départ. Ancien du club, ancien champion même, il bénéficie en plus de l’aura d’une tradition familiale dans l’association elle-même. Surtout, sa profession d’intermédiaire entre des industriels et des commerçants fait de lui un homme naturellement précieux pour une association. H débute au poste important de secrétaire, et montre une grosse capacité de dévouement au groupe. A tel point que l’association peut se permettre de recruter des présidents pour la représentation et le financement, tandis que lui-même, comme secrétaire ou comme vice-président assure la direction et l’organisation pratique des activités. Le capital social acquis ainsi dans l’association lui ouvre la voie de la présidence.

37La troisième carrière que nous présentons n’est pas un récit à la première personne. C’est un extrait de la biographie d’un industriel caladois, parue après sa mort en octobre 1978 dans l’Expansion Beaujolaise. La première partie de l’article, intitulé « M. Henry C…, ancien confectionneur » donne les grandes lignes de l’activité professionnelle de l’intéressé : on y apprend qu’après une trentaine d’années consacrée à la fabrication de vêtements de travail (tradition caladoise), il a su dès 1960 deviner l’évolution du marché et réorienter la production de ses usines vers les jeans. A la fin de sa carrière, son affaire employait deux cent quarante personnes. La seconde partie de l’article que nous citons, décrit les activités sociales de l’intéressé.

« M. Henry C. aurait pu se contenter de cette vie professionnelle bien remplie et en constante évolution, mais sa personnalité et son sens de l’intérêt général l’entraînèrent vers bien d’autres activités.
Paraprofessionnellement, il fut vice-président du Syndicat Patronal des Confectionneurs de Villefranche, ainsi que de celui des Fabricants-Transformateurs. Dès l’après-guerre, avec M. Ennemond Ullard, il participa au rétablissement des élections à la Chambre de Commerce et d’industrie de Villefranche où, de 1945 à 1963, il s’intéressa à la vie économique, d’abord comme membre, comme président de la Commission Fiscale et Financière, puis comme vice-président de la Chambre de Commerce.
La promotion touristique de la région fut aussi un de ses soucis à la présidence du Syndicat d’initiative de l’arrondissement de Villefranche et à l’Union Départementale des Syndicats d’initiative du Rhône dont il fut le président-fondateur.
Également membre-fondateur des Compagnons du Beaujolais, il élabora même leur tenue avec les regrettés Léon Foillard et Jean Guillermet, et les tabliers et vestons brodés aux couleurs du Beaujolais sortaient évidemment de ses ateliers.
Administrateur des H.L.M., l’action civique et sociale ne le laissait pas indifférent. Il fut membre du Conseil d’Administration de la Sauvegarde de l’Enfance, assesseur au Tribunal pour Enfants de Villefranche ; délégué au ministère de la Justice il s’occupa activement du reclassement des prisonniers au Comité Post-Pénal.
Lieutenant de Louvèterie, président de la classe 1921, membre-fondateur du Lions Club, il contribua aussi à la vie associative de son époque, notamment dans le domaine des sports. Le Football Club trouva en lui un généreux président actif et bien d’autres sociétés locales en firent leur président honoraire… ».

38Ce texte illustre un profil de président tout à fait différent. Cette nécrologie officielle, qui donne le point de vue des industriels et commerçants caladois sur la carrière d’un de leurs pairs, ne signale de la vie de l’intéressé que ce qui est jugé socialement significatif.

39Sont mentionnés ici les responsabilités sociales de l’intéressé, ses activités associatives, son travail de promotion du tourisme et son activité dans les organismes professionnels. Ce rapprochement est intéressant car il illustre l’idée que se font traditionnellement de leurs « responsabilités » les patrons et les industriels caladois. Les chefs d’entreprise soucieux de « l’intérêt général», selon l’expression employée dans le texte, sont tenus de faire face à toute une série de devoirs sociaux. L’intérêt manifesté pour la vie économique doit aller de pair avec l’exercice de responsabilités dans le secteur social et la pratique éclairée du mécénat vis-à-vis des associations. L’industriel en question a fait plus, puisqu’il a contribué à la formation de plusieurs d’entre elles. L’article précise que la plupart des associations auxquelles il a participé ont eu en lui un membre honoraire, c’est-à-dire qu’il représentait pour elles un simple bailleur de fonds : cet impôt volontaire et visible est l’équivalent laïque des dons de patrons paternalistes à des œuvres religieuses. Outre ce mécénat passif, il faut prendre en compte un mécénat plus actif, illustré par les rapports du confectionneur avec le Football Club de Villefranche : en le qualifiant de « généreux président actif », l’article suggère qu’à la fonction de mécène, il joignait celle de représentant officiel et peut-être celle de dirigeant de certaines activités du club. Notons que contrairement aux deux enquêtés précédents, le confectionneur accède directement à la présidence, sans jamais avoir été membre de l’association. C’est sa notoriété locale, c’est-à-dire le capital social et économique qu’il a acquis dans sa vie professionnelle, qui lui vaut d’être sollicité par les membres du bureau du club. Tout sépare ce président « parachuté » dont la carrière est extérieure à son association, et les deux responsables précédents qui ont franchi les degrés intermédiaires à l’intérieur de l’organisation ; leurs promotions ne s’expliquent pas par des apports de capital social extérieur, mais par la constitution d’une notoriété à usage interne.

40Ces récits très contrastés montrent que si les carrières des individus semblent à première vue diverses, elles restent inscrites pour chacun dans un univers assez restreint de possibles sociaux.

IL M’A PRÉSENTÉ EN DISANT : « VOICI MON SUCCESSEUR »
Cadre moyen. 41 ans. Président de la Fanfare :
« La Fanfare a bien marché jusqu’en 1972 grâce à son président. Quand il est mort, ça a été une grosse perte. La société est allée à vau l’eau. Plus personne ne s’occupait du contact avec les sociétés extérieures ou avec la municipalité pour les cérémonies locales. Π n’y avait plus de secrétariat, plus de président, plus rien. Un nouveau chef a été élu, mais bien plus jeune, ce qui n’a pas plu à tout le monde, et notamment aux plus anciens. Π s’est produit alors une scission et la plupart des anciens sont partis définitivement. Moi je ne suis pas musicien et je ne me suis jamais occupé de musique. Mais je connaissais quelques musiciens dans la fanfare, d’anciens camarades de classe. L’un d’eux est venu me voir un soir, c’était le trésorier adjoint, et il jouait dans la fanfare depuis vingt ans. Il m’a dit : « La fanfare est après couler (en train de couler), faut que tu fasses quelque chose ! ». A la répétition suivante, il m’a amené, et il m’a présenté aux musiciens présents. Sans vouloir être président, j’ai accepté de me charger du contact avec l’extérieur, et je me suis mis à participer à toutes les répétitions de la fanfare, en observateur. Je ne suis toujours que président par intérim, je n’ai jamais été élu par une assemblée générale. J’ai découvert des amas d’archives et je me suis plongé dedans… ».
Employé de commerce. 35 ans. Président du groupe folklorique « Les Cadets du Beaujolais » :
« Ma femme, avant son mariage, a été dans le groupe qui a fondé les Cadets en 1959. Et celui qui est devenu mon beau-père en a été président en 1963. Moi-même, étant jeune, je m’étais occupé d’un groupe de jeunes à Arnas (banlieue de Villefranche), et j’avais arrêté à mon mariage. En 1970, le président des Cadets à l’époque est venu voir ma femme, ancienne cadette, pour lui demander de devenir monitrice. Elle a accepté. Après ça, il a insisté pendant des années pour que j’entre au bureau de la société. Et puis, un jour, il m’a fait une proposition : « Tu suis pendant un an toutes les réunions en observateur, mais après tu seras président ! ». J’ai fait comme il a dit, j’ai suivi toutes les réunions pendant un an sans rien dire. Puis à l’Assemblée Générale, il a annoncé qu’il se retirait et il m’a présenté en disant : « Voici mon successeur ». Il a fallu que je fasse un peu le ménage… ».

41L’analyse des carrières de présidents ainsi que celle des organigrammes d’associations, prouve que la proportion élevée de « responsables » mise en lumière dans l’enquête statistique correspond bien à une réalité. La multitude des responsabilités bénévoles qui existent dans des associations elles-mêmes nombreuses permet en quelque sorte de démultiplier les postes de notables locaux officiels, peu nombreux et qui ne satisfont pas tous les désirs de notabilité. La prise de responsabilités dans le secteur associatif serait un moyen d’expression détourné de la recherche de pouvoir et de notabilité locale. Une brève analyse du fonctionnement de la « démocratie associative » illustre en quoi ce moyen d’expression est détourné et même dégradé.

42Le fonctionnement théorique d’une société sportive ou culturelle, ou d’une amicale respecte apparemment la lettre du jeu de la démocratie représentative. Il y a d’un côté les citoyens-administrés-électeurs que sont les adhérents de base, de l’autre les représentants élus des précédents que sont les dirigeants d’associations. Rien ne manque au tableau : le respect des élus (on ne manque jamais de saluer le principal responsable de sonores « bonjour président »), le vote (en assemblée générale), le conseil des ministres (la réunion de bureau), les cabales contre les sortants, les démissions fracassantes, le choix et la promotion des plus dignes. Faut-il alors y voir comme le pensent certains un « apprentissage de la démocratie et du pouvoir » ? Nous ne le pensons pas car sur un tel terrain et avec de tels enjeux, l’administré peut toujours faire sécession sans dommage, et le notable reste un notable « pour rire » investi d’un pouvoir essentiellement symbolique. Si le président est toujours honoré de son titre, cela n’empêche pas généralement qu’on le traite avec familiarité : on le plaisante, on le tutoie, on peut même l’appeler par son prénom. Quant aux votes, ils représentent une simple formalité et sont généralement acquis à l’unanimité, car il est très rare que deux candidats soient en rivalité pour un même poste ; quand aucun membre du bureau n’exprime le désir de se retirer, il arrive qu’on ne vote même pas en assemblée générale. En outre, les candidats, comme on l’a vu plus haut, ne se présentent jamais de leur propre chef. Enfin, la cohésion d’une association, la « loyauté » de ses membres sont rarement suffisantes pour que les désaccords en son sein se règlent sans des départs ou des scissions. Les règles et les honneurs de la démocratie représentative fonctionnent plus comme un décor valorisé que comme une véritable référence.

43Les associations ne fonctionnent nullement comme des institutions ou des entreprises. Seules les associations unies voient leur existence garantie. En revanche, les conflits ou les divisions internes se résolvent le plus souvent par l’apparition d’associations nouvelles, qui se posent comme rivales des précédentes.

SCISSIONS ET RIVALITÉS

44Si l’on considère en premier lieu l’ensemble des associations qui existent à Villefranche, on remarque que beaucoup font double emploi, ou sont même franchement rivales. La chose n’étonne pas pour les groupements politiques ou pour les groupes de pression. Tous les établissements d’enseignement public comptent deux groupes rivaux de parents d’élèves (alors que ceux d’enseignement privé n’en comptent qu’un seul) : dans ce cas, il s’agit d’une rivalité idéologico-politique bien répertoriée au plan national, et la rivalité locale est plus ou moins homologue à la rivalité nationale. Dans d’autres cas, il s’agit encore d’une rivalité idéologique globale, mais avec le temps, l’évolution historique et la disparition des fondateurs, les oppositions explicites se sont atténuées. Ainsi en va-t-il des sociétés de gymnastique caladoises qui, il y a encore vingt ans, se distinguaient par leur caractère confessionnel ou laïque. Sous cette forme militante, l’opposition catholique/laïque n’a plus cours aujourd’hui. Les anciennes associations de gymnastique confessionnelles n’ont par exemple plus d’aumônier. Il demeure néanmoins des différences notables de recrutement : le fait que les unes continuent à recruter l’essentiel de leurs adhérents dans les établissements d’enseignement privé, et les autres dans l’enseignement public, contribue à reproduire une certaine différence, mais plutôt dans la composition sociale. Les deux sociétés de gymnastique semblent s’ignorer complètement : elles appartiennent à des fédérations différentes et à ce titre ne se rencontrent jamais en compétition. La plupart du temps, cependant, quand il existe plusieurs associations dans un même secteur d’activité, le fait n’a, semble-t-il, pas d’explication idéologique ou politique. On peut s’étonner de trouver dans une petite ville comme Villefranche, deux clubs de moto-ball, quatre ou cinq clubs d’arts martiaux, deux clubs de patins à roulettes sportifs, deux clubs de montagne, deux clubs de hand-ball, deux sociétés de tennis, dix-huit sociétés de boule lyonnaise, deux associations de poètes, deux associations chorales, ainsi qu’à un moment donné deux clubs cyclistes (outre le club cyclotouriste). Cette profusion un peu déconcertante se comprend si l’on considère le processus d’apparition des associations.

45La plupart des associations qui sont créées à Villefranche proviennent d’une autre association, soit par scission, soit par accès à l’indépendance d’une section de l’association-mère. En somme, il semble qu’il s’effectue dans beaucoup d’associations un véritable travail de segmentation qui, à son terme, violent ou pacifique, donne naissance à un nouveau groupement. Par exemple, le club de judo est fils de l’Union Gymnique, le club de tennis de table provient du club de tennis, le club d’aéromodélisme s’est détaché de l’Aéro-Club, tandis que la Société de Trompes de Chasse a été nourrie dans le sein de la Fanfare. C’est à la suite d’une scission que deux clubs de moto-ball sont apparus là où il n’en existait qu’un seul. C’est le même phénomène qui explique l’apparition de toute une série de clubs d’arts martiaux.

46Cette irrésistible tendance à la fragmentation, qui donne parfois naissance à des associations à peine viables (exemple l’Aïkido-Club, 18 adhérents) est imputable dans chaque cas à des causes très différentes : rivalité économique entre des marchands de cycles, ou entre des professeurs d’arts martiaux, disputes entre jeunes et anciens, désaccord entre président d’une société de boules et patron du café-boulodrome, heurts entre dirigeants, développement trop considérable des activités d’une section, tous ces éléments entrent en ligne de compte. Mais fondamentalement, il y a une double explication à cette « scissionite » : le besoin de différenciation de certaines catégories sociales ou catégories d’âge, le désir qu’ont certains individus d’exercer des responsabilités associatives (« devenir présidents »).

SOCIOLOGIE DES PRÉSIDENTS ET AUTRES RESPONSABLES

47En dépit des boutades citées au début de ce chapitre, tout le monde ne devient pas responsable ou président d’association à Villefranche. L’enquête par questionnaire démontre que les taux de responsables au sens large sont à peu près identiques dans tous les groupes sociaux (25 % chez les hommes) sauf chez les membres des professions libérales et les industriels ou gros commerçants : c’est dans ces milieux-là seulement que presque tous exercent une responsabilité associative. Un examen plus attentif montre qu’il s’agit essentiellement de responsabilités de représentation. Le phénomène est plus net encore si on considère un milieu restreint d’industriels et de commerçants dynamiques comme ceux qui se font élire à la Chambre de Commerce et d’industrie de Villefranche. Chacun préside « son » association, avec beaucoup de sérieux, comme pour montrer qu’il est capable d’efficacité même dans un domaine non économique. Une association qui marche sert peut-être aussi bien la réputation d’un membre important de la Chambre de Commerce que la bonne gestion de son affaire personnelle. Un notable local en puissance trouve là le moyen de marquer sans équivoque son intérêt pour la chose publique.

48La spécialisation sociale du « métier » de président apparaît bien aussi si l’on établit la liste des professions que ces derniers exercent dans le « civil ». Nous avons exploré deux secteurs, les amicales de classes, et les sociétés sportives. Les noms de présidents qui nous ont été indiqués sont ceux des individus plus particulièrement chargés des contacts avec l’extérieur. Sur cinquante-huit personnes qui présidaient les amicales des classes 1914 à 1972 en 1975, nous avons trouvé six industriels, six artisans, quinze gros commerçants, douze petits commerçants, six représentants (V.R.P.), quatre ingénieurs ou cadres, huit employés, un contremaître. En ce qui concerne les sociétés sportives (exception faite des sociétés de boule lyonnaise et des associations sportives scolaires) nous avons réussi à déterminer les professions de quarante-sept présidents sur cinquante-quatre. En 1978, il y avait neuf industriels, gros commerçants ou propriétaires terriens, quatre membres des professions libérales, neuf ingénieurs ou cadres supérieurs, neuf cadres moyens, trois représentants (V.R.P.) » quatre employés, neuf artisans ou petits commerçants, un ouvrier, un viticulteur. On note dans l’un et l’autre cas, que les couches supérieures salariées, détentrices d’un capital culturel élevé, se voient confier moins de responsabilités importantes que les couches moyennes ou supérieures riches en capital économique (commerçants, artisans, industriels, professions libérales). Dans une association de Villefranche, un boucher en gros ou un notaire est considéré comme une meilleure enseigne qu’un professeur (aucun dans cet échantillon) ou qu’un ingénieur, sans parler évidemment d’ouvriers. Mais c’est moins la richesse effective qui compte, que la « visibilité » d’une situation assise. Pour espérer devenir président, l’individu doit avoir un nom qui s’étale sur une devanture, sur un mur ou sur une plaque.

49Ces données montrent qu’il n’est pas possible de donner une explication unique de ce taux élevé de responsables. La recherche de responsabilités associatives comme expression détournée d’un désir exacerbé et provincial de notabilité est seulement la stratégie de couches sociales indépendantes riches en capital social et économique (professions libérales, industriels, gros commerçants). Les membres de ces couches sociales sont les plus susceptibles d’être choisis pour les plus hautes et les plus visibles fonctions, celles qui donnent le pouvoir de parler d’égal à égal avec les personnalités.

50Si l’on excepte ces quelques notables potentiels, on peut dire que le plus souvent, dirigeants et animateurs bénévoles cherchent seulement à jouir d’un surcroît de prestige social et culturel, aux yeux d’un groupe limité de personnes (les membres d’une association) : n’ayant guère de chances d’accéder aux postes les plus hauts, ils limitent leurs prétentions à des responsabilités subalternes et se persuadent aisément qu’ils ne cherchent pas à devenir présidents.

51Les formes concrètes que prend cette acquisition de capital social ou culturel varient suivant le milieu social de l’intéressé. Un petit commerçant cherchera surtout à occuper un poste visible dans un bureau d’association (par exemple, trésorier), à seule fin d’augmenter le réseau de ses connaissances. Pour les individus de milieu populaire, c’est le poste de formateur dans une association (quel qu’en soit le nom véritable) qui a le plus de prestige : l’exercice scrupuleux de cette fonction est pour certains d’entre eux une revanche sur l’école et sur le capital culturel qu’il n’y ont pas acquis. La plupart des associations sportives ou culturelles assurent en effet la formation de leurs membres. Dans certains cas, le formateur est salarié et extérieur au groupe. Mais bien souvent, ce sont des anciens formés par l’association, dont la compétence est reconnue par celle-ci seulement ou par une instance supérieure, qui deviennent à leur tour les formateurs des nouveaux. Ainsi un ouvrier membre du bureau de la Société Mycologique explique qu’il y exerce la fonction de dé terminateur, c’est-à-dire que tous les lundis au siège de la société, il « détermine » les champignons que les sociétaires (en particulier les jeunes) viennent lui montrer, parce que c’est lui qui connaît le plus grand nombre d’espèces : outre le nom, il donne des explications sur le champignon. Les moniteurs bénévoles d’associations sportives, comme au Club Cyclotouriste, sont souvent aussi de milieu populaire : leur passion de « former des jeunes » entre dans une stratégie d’auto-valorisation culturelle. Les ouvriers attachent un prix particulier à cette reconnaissance sociale de leur compétence technique. S’il y a dans ce cas acquisition d’un certain capital social, elle reste interne au groupe et récompense un travail effectif, un dévouement.

52Enfin, dans certaines associations populaires homogènes (moto-ball, sociétés de boules), l’appartenance des adhérents au bureau n’est que l’expression d’un fort désir d’intégration au groupe, qui se traduit par la participation de chacun aux tâches communes. Le désir des individus d’augmenter leur capital social ou culturel propre apparaît ici comme secondaire.

53La nature des responsabilités exercées par un individu dans une association ne s’explique pas seulement par l’appartenance sociale. Elle est étroitement liée au sexe et à l’âge de chacun.

AGE, SEXE, RESPONSABILITÉS

54Dans les associations, les femmes de toutes origines sociales détiennent beaucoup moins de responsabilités que les hommes. D’après notre enquête, 13 % des femmes (contre 30 % des hommes) sont concernées ; et si l’on considère les personnes qui cumulent des responsabilités dans plusieurs associations, on découvre qu’il n’y a plus que 1,5 % de femmes dans ce cas, contre 7 % d’hommes. Elles sont contraintes d’intérioriser cette loi sociale, en limitant fortement leurs ambitions. Très rares, les présidentes se retrouvent surtout dans quelques associations féminines, comme les sociétés de gymnastique ; exceptionnelles sont les femmes présidant aux destinées d’associations mixtes. Les postes les plus élevés auxquels elles puissent prétendre sont généralement ceux de secrétaire et de trésorière. La division sexuelle du travail social se retrouve très largement dans les associations.

55L’âge influe beaucoup sur les taux d’adhésion (plus d’adhérents après quarante ans qu’avant) et sur la proportion de ceux qui exercent des responsabilités associatives. Dans notre échantillon, 23 % des hommes qui ont entre vingt et trente-neuf ans détiennent une fonction de responsabilité dans une association, contre 34 % de ceux qui ont entre quarante et cinquante-neuf ans. Entre soixante et soixante-cinq ans, ils sont 36 % à se trouver dans ce cas. Si on s’intéresse à ceux qui cumulent des responsabilités dans plusieurs associations, on obtient le même profil, mais bien plus marqué : 1 % de pluri-responsables chez les moins de quarante ans, 9 % entre quarante et cinquante-neuf ans, 18 % entre soixante et soixante-cinq ans. Avancer en âge est une condition nécessaire pour acquérir du capital social et avoir le droit d’exercer de véritables responsabilités dans une association. Néanmoins l’imbrication des trois termes (âge, capital social, responsabilités associatives) varie selon les groupes sociaux. Dans les couches populaires, l’acquisition éventuelle de capital social s’opère par un processus lent, continu de vingt à soixante-cinq ans, cumulatif, et interne à l’association. Dans les couches indépendantes (en particulier chez les commerçants), c’est seulement une fois que la notoriété professionnelle et le pouvoir social de l’individu sont bien établis (généralement entre quarante et cinquante ans) qu’il s’intègre à une association et y prend des responsabilités. On ne peut pas parler d’ascensions « foudroyantes » ; il s’agit de trajectoires externes. Le capital accumulé en dehors de l’association s’investit directement dans celle-ci. C’est parce que l’âge mûr correspond dans ce milieu à la maturité sociale et professionnelle qu’il est aussi l’âge des responsabilités associatives.

56L’âge où l’on se retire d’une association varie suivant la nature de celle-ci. Il ne correspond que très rarement à l’âge de la retraite. Les membres et les bureaux d’associations manifestent un étonnant respect pour les anciens et les membres fondateurs. Les anniversaires de la fondation sont célébrés avec faste, et il existe même des amicales d’anciens adhérents d’une société. La mémoire collective des membres joue donc fréquemment un rôle considérable dans la vie des associations.

LA MÉMOIRE DES GROUPES

57Certaines associations ne marquent aucun intérêt particulier à leurs anciens. D’autres, au contraire, cultivent méthodiquement les liens qui les unissent à leur passé et à ceux qui l’ont vécu. Ces rapports se situent indissolublement sur plusieurs plans, symbolique, social et matériel, et constituent plus un échange qu’une relation à sens unique. Comment expliquer ces différences ?

58Il existe indiscutablement des associations sans mémoire, qui ne valorisent pas leur passé, n’en retiennent aucun événement saillant, et où personne ne se souvient parfois du nom du président précédent. On peut remarquer qu’il s’agit d’associations qui apparaissent surtout comme prestataires de services. La cotisation est considérée comme un paiement, et le sentiment d’appartenance au groupe peut être assez ténu. Quand le patrimoine matériel et social de l’association est trop réduit ou que son ancienneté est faible, il est sans objet de vouloir valoriser symboliquement le passé. L’adhérent est moins membre d’un groupe que consommateur d’un service. Les associations de ski, le club philatélique, le club photo, ainsi que bien souvent les associations de parents d’élèves constituent des exemples typiques d’associations apparemment « transparentes ». Ces groupements sans épaisseur semblent être la règle dans les grandes agglomérations. Dans une petite ville comme Villefranche, ils représentent en revanche plutôt l’exception, et l’importance des associations enracinées est fort grande.

59Certaines associations sont structurellement tournées vers le passé, notamment les amicales (dans certains cas). Mais des groupements d’un tout autre ordre, sportifs, culturels ou autres, valorisent leurs anciens et mettent en scène les traditions et la mémoire collective du groupe.

60Le président de l’association d’aviron présente les installations de son club dans une brochure municipale sur la vie sportive à Villefranche.

« Un premier bâtiment renferme l’immense garage des bateaux et comporte quelques belles salles de réunions et de jeux, très agréablement décorées. Le jeune adhérent pourra, grâce à un musée photographique, apprendre l’histoire de son club, y découvrir le visage des anciens et le riche palmarès de l’Union Nautique de Villefranche… ».

61Le président du. Cyclotouriste Caladois, de son côté, évoque le moment de la fondation dans un bulletin consacré au trentième anniversaire du club.

« Lorsque le 7 octobre 1979, nos amis J.D. et G.L. (membres-fondateurs) se sont retrouvés entourés de la grande famille du Cyclotouriste Caladois, 149 membres auxquels s’étaient joints une centaine d’anciens et d’amis, ils ont pu mesurer le chemin parcouru depuis cette journée de 1949 où ils écrivirent la première page d’une belle histoire qui dure maintenant depuis trente ans. J’espère qu’ils ont été fiers du C.T.C. 1979, qu’ils ont pu vérifier que nous avons réussi à franchir de nombreuses étapes, bien des épreuves aussi, en préservant ce qui était et reste le premier objectif de notre société : la simplicité et l’amitié. Il est loin cependant le C.T.C. de 1949 où une poignée d’amis avec l’aide d’un pipeau (pour mesurer) et d’une carte Michelin organisaient la sortie du week-end. Lointaine est cette époque où l’improvisation était reine, où les routes n’appartenaient pas encore à des automobilistes conquérants (…) Seuls quelques « mordus » croyaient encore à la bicyclette ; il leur fallait beaucoup d’enthousiasme pour prêcher en faveur du cyclotourisme… (Suit une liste de noms caladois connus). Rien ne réussit à les décourager, pas plus les cuisants échecs sanctionnant de longues heures passées à l’organisation d’un Brevet de Cyclotourisme, (…) que les sorties soigneusement préparées où le peloton s’élançant de la Place du Promenoir, était parfois réduit à une unité, quelquefois moins…
Progression des effectifs, naissance de l’École de cyclotourisme, participation à de grands Brevets, comme Paris-Brest-Paris, qui jusque-là n’avaient que de très loin éveillé notre curiosité, firent du C.T.C. une autre société qui aurait pu nous éloigner du merveilleux esprit qui avait entretenu nos ardeurs pendant les années difficiles. Il n’en a rien été, ceci grâce à une nouvelle équipe de mordus qui surent donner un souffle nouveau à nos activités sans en changer l’âme, adapter nos traditions à l’heure présente. Si bien que totalement différent, notre club est resté tel qu’il était.. ».

62La mémoire d’une association peut s’incarner sous bien des formes. La forme la plus répandue est celle de l’exposition permanente des résultats obtenus dans le passé, soit par inscription de ceux-ci sur un tableau de bois artistiquement sculpté, soit par exposition des récompenses obtenues (coupes, brevets, diplômes). L’exemple de la société d’aviron dépasse ce cadre étroit : un véritable musée photographique a été créé, pour garder le souvenir des résultats exceptionnels obtenus par l’association pendant l’entre-deux-guerres.

63Mais dans beaucoup d’associations, il n’y a pas à proprement parler de « résultats ». La mémoire collective de l’association est surtout contenue dans ses archives et dans les souvenirs des plus anciens des adhérents. Le contrôle du passé de l’association, sous la forme de la détention de ses archives, semble être une dimension non négligeable du pouvoir qu’exercent les dirigeants : la transmission des archives est d’ailleurs un des rites les plus importants de la passation de pouvoir. Un cadre du secteur privé nous a déclaré que son premier souci, quand il avait été nommé (« parachuté ») à la tête d’une société musicale, avait été d’examiner et de classer les papiers de l’association, ce qui lui avait permis de s’en approprier l’histoire. La possession des archives définit donc la légitimité du responsable. Présidents, dirigeants, responsables ne se contentent cependant pas d’amasser des papapiers ; ils accumulent aussi dans leur mémoire, par des conversations nombreuses avec les membres les plus anciens, des faits, des noms, des dates, des anecdotes sur la vie de l’association. Dès que la connaissance devient référence dans la conversation, le discours ou l’écrit (cf. bulletin d’association), elle s’inscrit dans une stratégie de légitimation. Connaître le passé de l’association, pouvoir citer des noms et des faits qui la concernent, c’est prouver son ancienneté, son appartenance locale (au moins d’adoption). C’est indiquer qu’on dispose d’assez de capital symbolique pour diriger une association locale. Il est frappant de constater que le passé n’a pas besoin d’être glorieux (cf. les « cuisants échecs » des premiers cyclotouristes) pour être valorisé ou « épique ». De même les membres-fondateurs peuvent n’avoir guère accompli personnellement de hauts faits, ils n’en seront pas moins vénérés jusqu’au dernier par les membres du bureau en place, parce qu’ils représentent un enracinement et une continuité, et permettent une identification.

64Le groupe des anciens est apparu jusqu’à présent comme un potentiel essentiellement passif. Nous avons vu que souvent ces derniers étaient « utilisés » par les nouveaux dirigeants. Mais parfois, ils ne se limitent pas à jouer un rôle de faire-valoir. Dans plusieurs associations caladoises, ils mènent une activité propre. Il faut noter en particulier que dans certains cas, les anciens sont encore assez jeunes : c’est ce qui se passe dans le club de rugby, celui de foot-ball ou les sociétés de gymnastique. Dans ces associations, les anciens ont formé un groupement amical régi par la loi de 1901. Outre des activités « amicalistes » comme les banquets et les sorties, ces groupements ont des relations permanentes avec l’association d’origine. Ils fonctionnent comme des clubs de supporters, ils fournissent un appoint de main-d’œuvre pour l’organisation matérielle des activités, ils exercent dans certains cas (sociétés de gymnastique) un véritable magistère moral, et enfin leur contribution financière est importante.

65La plupart du temps cependant, les anciens ne représentent qu’un groupe en puissance, qui se reconstitue en acte grâce à la médiation de membres âgés du bureau et pour les grandes occasions anniversaires. Dans cette situation, le rôle des anciens ne se différencie guère de celui des amis et des parents des membres, ainsi que des sympathisants de l’association. On leur rend essentiellement visite pour leur demander de prendre une carte de membre honoraire. Le recours aux anciens est en effet l’une des stragégies parmi bien d’autres pour assurer le financement d’une association.

SÉBILLE ET RELATIONS PUBLIQUES : LES RESSOURCES DES ASSOCIATIONS

66Il est rare que des associations, pour assurer leur fonctionnement, utilisent uniquement les forces et les moyens de leurs adhérents actifs. Quelques-unes dépendent en fait entièrement d’un individu, d’une institution, d’un organisme qui les patronnent. Certes la plupart des associations sont beaucoup moins dépendantes, mais l’impossibilité de l’autarcie financière les pousse néanmoins le plus souvent à rechercher des contacts et des appuis extérieurs.

67On peut supposer que chaque mode de financement est lié à un style associatif, à un type de rapports qui prévalent entre les membres. On se propose ici de rapporter les relations interindividuelles dans un groupe formel aux conditions économiques de son existence en tant que groupe. D’autre part, il est certain que les demandes de subventions, et les efforts par lesquels les membres d’une association essaient d’assurer son équilibre financier impliquent eux-mêmes des actes de sociabilité (contacts personnels, fêtes, ventes de cartes) : en les décrivant, on se donne les moyens d’analyser certains liens concrets qui unissent les groupements formels à la société globale.

Les sources et les modes de financement extraordinaire

68Par financement extraordinaire, on entend tout ce qui ne provient pas du paiement de la cotisation ordinaire par l’adhérent. Toutes les associations connaissent des rentrées financières extraordinaires, mais à plus ou moins grande échelle. L’argent provient de trois sources principales : les subventions (régulières ou exceptionnelles), les cotisations extraordinaires (commissions d’honneur, membres bienfaiteurs, cartes de membres honoraires), les recettes d’activités festives organisées par l’association.

69Il y a plusieurs catégories de bailleurs de subventions. Certaines subventions sont d’origine extra-locale. Elles se limitent à quelques aides du ministère de la Jeunesse et des Sports ou du Conseil Général en direction de trois ou quatre associations (club d’aviron, club de natation, association sportive des sapeurs-pompiers). Leur rareté-même confirme par contraste une caractéristique fondamentale des associations locales : le financement local. Et c’est la municipalité, institution gestionnaire par excellence des affaires locales, qui constitue pour les associations le premier bailleur de fonds, et de loin. En volume d’argent dépensé, en nombre d’associations aidées (environ cent cinquante), elle devance nettement toutes les institutions ou mécènes locaux. Les sommes inscrites aux chapitres « Sports et beaux-arts » et « Participation aux associations » représentent 2 % des dépenses du budget communal en 1978. Les chapitres mentionnés ne comprennent d’ailleurs que des subventions ; si on inclut toutes les dépenses effectuées en faveur d’associations (gestion et entretien de bâtiments, locaux, et installations utilisées par celle-ci, investissements dans le secteur sportif, culturel et social, salaires du personnel permanent travaillant pour ou dans des associations), on atteint une proportion située entre 10 et 12 % du budget communal. L’aide publique aux associations est implicitement considérée par l’État et par les acteurs sociaux comme relevant du ressort exclusif du pouvoir municipal. Les subventions sont d’ailleurs accordées systématiquement à tous les groupements formels à but non lucratif qui en font la demande. Il en résulte que la somme moyenne accordée dans chaque cas est assez faible et parfois même « symbolique ». Les services municipaux, « pour ne pas faire de jaloux », établissent une proportion approximative entre nombre d’adhérents et montant de la subvention. Ainsi en 1977, l’Aéro-Club avec deux cent cinquante adhérents recevait deux mille neuf cents francs, le Canoé Kayak Club, deux cents francs pour dix-sept adhérents, tandis que Fémina Gymnique avait droit à mille sept cent cinquante francs pour cent soixante-quatorze adhérentes. Les exceptions à la règle de proportionnalité permettent de deviner les principes implicites de la politique associative municipale.

70Ainsi certains groupements, qui ne forment pas un ensemble cohérent, reçoivent une aide substantielle, nettement supérieure à la moyenne. Il y a d’abord les associations liées organiquement à la municipalité. Soumises à la loi de 1901, ces dernières remplissent certaines des fonctions de l’administration communale, et ne comprennent parfois que des membres au second degré, représentants municipaux ou d’associations. Ces groupements qui ne comptent donc pas toujours d’adhérents à proprement parler voient leurs frais de fonctionnement entièrement pris en charge par la municipalité. Citons par exemple l’Office Municipal des Sports qui en dépit de son nom, constitue légalement une association, ou l’Amicale des Employés Municipaux, gestionnaire d’œuvres sociales mais aussi organisatrice de festivités. Parmi ces groupements, le Syndicat d’initiatives a un fonctionnement original puisqu’il comprend à la fois des représentants nommés et des adhérents individuels. Le coût de son fonctionnement est assuré à cinquante pour cent par la Chambre de Commerce et d’industrie, et à cinquante pour cent par la municipalité, et il compte en outre deux cent cinquante adhérents à titre personnel, qui sont intéressés professionnellement par la valorisation de la ville et du Beaujolais. Cette mixité de structures illustre bien l’ampleur de l’enjeu social de la propagande régionale à Villefranche.

71Les associations institutionnelles ne sont pas les seules à recevoir des aides très importantes. Parmi les associations de loisir, quelques-unes, en raison des fonctions de représentation qu’elles peuvent remplir dans la commune et hors la commune, sont nettement privilégiées : les sociétés musicales, et en particulier la fanfare, ainsi qu’un groupe théâtral, reçoivent des subventions disproportionnées par rapport au nombre d’adhérents. Ces sociétés se voient ainsi conférer un statut de véritable service municipal, sans qu’en apparence leur fonctionnement en soit modifié.

72Certaines sociétés reçoivent simplement de « bonnes subventions », assez supérieures à la moyenne. Plusieurs facteurs interviennent : l’ancienneté de la société, ses bons résultats qui font d’elle un exemple local, parfois le prestige social de l’activité qu’elle mène, plus rarement le besoin de renouveler régulièrement le matériel utilisé ou les appuis extraordinaires dont elle bénéficie au plan municipal. Citons dans ce groupe des bien lotis : les clubs de rugby, d’aviron, d’haltérophilie et d’athlétisme, le groupe de spéléologie, les sociétés masculines de gymnastique (plus que les sociétés féminines d’ailleurs). Les montants des subventions municipales ne sont pas sujets à des variations brusques d’une année sur l’autre. On se contente généralement d’actualiser la somme de l’année précédente. Ainsi il n’y a jamais de baisse de subvention, les subventions exceptionnelles pour achats d’équipement ou réfection de locaux étant inscrites à d’autres chapitres.

73D’autres associations sont assez mal loties, en comparaison des précédentes. Les mêmes facteurs interviennent, mais en sens inverse : la société est trop récente, elle n’obtient pas de bons résultats, l’activité qu’elle mène n’est pas spectaculaire ou n’a guère de prestige chez les conseillers municipaux ; parfois le coût de l’activité est considéré comme faible. Sociétés trop récentes : la Compagnie des Archers Caladois, ou le Judo-Club (qui pourtant existe, discrètement, depuis vingt-cinq ans). Associations qui ne bénéficient pas d’un prestige suffisant : le club de tir, ou les sociétés de boules. Groupes qui n’ont pas apparemment de frais importants : société mycologique, ou club philatélique. Toutes ces raisons peuvent naturellement se cumuler. Pendant la courte période de temps considérée (1975-1980), qui a vu notamment un changement complet d’équipe municipale, la hiérarchie des aides aux associations ne s’est guère modifiée, à quelques exceptions près : ainsi le club cyclotouriste qui recevait au départ une subvention faible reçoit en 1980 une subvention moyenne. Peu de choses en vérité. Le système municipal d’aide financière aux associations paraît assez intangible. En revanche, en matière d’aide indirecte, il faut noter une action assez volontariste de la municipalité de gauche en vue d’aménager et de fournir aux associations des locaux ou des sièges situés en dehors des cafés. Ainsi a été inaugurée en 1979 une maison des sociétés sportives et culturelles qui rassemble en un même lieu les locaux d’une vingtaine d’associations.

74En plus de la municipalité, deux institutions économico-professionnelles mènent une politique assez active en matière de vie associative, la Chambre de Commerce et d’industrie et l’Union Interprofessionnelle des Vins du Beaujolais (l’U.I.V.B.). La Chambre de Commerce et d’industrie est un organisme consulaire où siègent les représentants élus des commerçants et des chefs d’entreprise caladois (à l’exception des artisans). Organisme public, elle gère les zones industrielles de Villefranche, représente commerçants et industriels auprès des pouvoirs publics et constitue un centre important de formation permanente. De son côté, l’U.I.V.B. ou l’Interprofession, comme on l’appelle à Villefranche, est un organisme professionnel regroupant l’ensemble des viticulteurs et des négociants de la zone d’appellation contrôlée du Beaujolais. Sa fonction essentielle est d’assurer la propagande du vin et la prospection de nouveaux marchés. L’Interprofession est représentée à la Chambre de Commerce. Contrairement à la municipalité, ces deux organismes n’ont une action de soutien permanente qu’à l’égard de quelques associations ; mais beaucoup de groupements ont pu bénéficier par ailleurs de largesses ou d’aides ponctuelles de leur part. Leurs politiques associatives suivent des principes parallèles, avec parfois des différences d’accent, et parfois des convergences. La Chambre de Commerce cherche à vendre les zones industrielles de Villefranche et du Beaujolais. L’U.I.V.B. recherche surtout les moyens de faire parler du vin et de la région qui portent le même nom.

75Ainsi la Chambre de Commerce a poussé à la création de l’Accueil Beaujolais, association destinée à faciliter l’intégration des femmes d’employés et de cadres transplantés dans la région. De même, elle a été à l’initiative et continue à soutenir l’action de la Nef, association de sauvegarde et de mise en valeur du Centre-ville, car selon l’expression d’un des responsables de la Chambre de Commerce, « tout patrimoine culturel est aussi un patrimoine économique ». En d’autres termes, un Centre-ville dynamique et attractif est un élément essentiel de valorisation de la ville tout entière aux yeux d’industriels ou de cadres d’origine extérieure. C’est la même volonté de contribuer à la valorisation de Villefranche et de sa région qui explique l’importante participation de la Chambre de Commerce au financement du Syndicat d’initiatives. Citons également des actions plus ponctuelles : le prêt d’un lieu de réunion à l’Académie (action culturelle), l’octroi d’une subvention exceptionnelle à une société de gymnastique qui veut organiser une rencontre internationale à Villefranche (action de propagande pour la région), l’aide à la création d’une association France-U.S.A. à Villefranche (action « idéologique » et économique à la fois).

76De son côté, l’U.I.V.B. soutient ou finance un ensemble de groupements qui jouent le rôle d’« ambassadeurs » du beaujolais et du Beaujolais à la fois, de même qu’elle contribue à toute action d’une association qui puisse servir à la promotion de l’un des deux produits. Elle soutient ainsi une confrérie bachique (Les Compagnons du Beaujolais), une association de chansonniers (Les Chansonniers Beaujolais), un groupe folklorique (Les Cadets du Beaujolais), un ensemble de trompes de chasse (Les Trompes Caladoises), ainsi que la plus prestigieuse association de Villefranche, l’Académie. L’Interprofession est également partie prenante du Syndicat d’initiatives. Très nombreuses et multiformes sont ses interventions ponctuelles, financières ou matérielles, en faveur d’associations locales. Ainsi elle participe activement à l’organisation du Rallye Cyclotouriste du Beaujolais, dont le créateur et le responsable est le club cyclotouriste : le patronage de l’U.I.V.B. a conduit à la transformation de ce modeste rallye en un « Circuit des Crus ». L’Interprofession comble régulièrement de bouteilles de beaujolais les joueurs des équipes visiteuses de sports collectifs (football, hand-ball). Et dans l’action extrêmement dynamique de la section caladoise de l’Association France-U.R.S.S. (quatre-vingts adhérents !) en faveur du jumelage du Beaujolais et d’une région viticole soviétique, ne pourrait-on pas voir entre autres la main du lobby viticole ? En définitive, les deux organismes socio-professionnels cités, en fonction d’une définition large de leurs objectifs et de leurs attributions, mènent une stratégie de grand mécénat collectif, qui leur permet de constituer de véritables groupements d’associations.

77De son côté, le mécénat individuel ne concerne plus en 1977 qu’un nombre restreint d’associations. Celles-ci reçoivent de commerçants ou d’industriels des sommes très importantes qui servent à l’achat ou à l’entretien d’un matériel coûteux, ou contribuent à la naissance d’embryons de professionnalisme. Citons en particulier l’Aéro-Club, le club hippique, le club de football et le club cycliste (à ne pas confondre avec le club cyclotouriste). Ce grand mécénat, d’après tous les responsables d’associations, est en recul. Industriels, gros commerçants, membres de professions libérales préfèrent allouer des sommes relativement faibles en prêtant leur nom à plusieurs associations plutôt que de donner des fonds importants à un seul groupe. La disparition progressive du grand mécénat individuel laisse la place à un petit mécénat de groupe, anonyme et par actions, pourrait-on dire. Ainsi beaucoup d’associations de loisir connaissent-elles un système d’adhérents fictifs (les membres honoraires) ou bien un système d’adhérents d’exception (membres bienfaiteurs ou commissions d’honneur).

78Dans le premier cas, les membres de l’association placent auprès de personnes extérieures des cartes conférant une appartenance purement symbolique. L’achat de la carte leur donne l’occasion de manifester de la sympathie pour l’activité d’une association sans engager trop de frais. La qualité de membre honoraire permet en outre d’assister gratuitement aux principales manifestations publiques organisées par le groupe : exposition, rencontre sportive ou autre. L’apport de chaque membre honoraire étant assez faible, ce système de financement extraordinaire n’est intéressant pour une association que si elle réussit à vendre un maximum de cartes. Il faut donc que par son activité-même, elle puisse entrer en contact avec ses sympathisants. C’est le cas des groupes qui organisent des expositions comme la Société Mycologique, ou le Groupement des Artistes Beaujolais : ceux-ci font facilement le plein de leurs sympathisants. Mais la plupart des associations n’arrivent qu’assez difficilement à rassembler leurs « amis » en un lieu et en un temps donnés. Il leur faut donc faire une véritable prospection de membres honoraires potentiels. En général ce sont les membres du bureau qui vont rendre visite aux anciens de l’association, aux commerçants, ainsi qu’aux honoraires de l’année précédente. Mais dans plusieurs associations, nous avons remarqué que la fonction de prospection s’était individualisée, au point d’être confiée à un démarcheur professionnel, extérieur au groupe, payé au rendement, le prospecteur. Ainsi la société d’aviron, avec seulement quatre-vingt dix adhérents, atteint par ce biais un total de huit cents membres honoraires, tandis que la société d’harmonie, forte de cinquante-cinq musiciens, peut se prévaloir du soutien de trois à quatre cents sympathisants recrutés par le démarcheur. Le passage d’une collecte personnalisée et artisanale à une collecte professionnelle et anonyme est un des moments de l’institutionnalisation d’une association. Aux commerçants de la rue Nationale, le prospecteur évoque un collecteur d’impôts municipal. Ce nouveau système de prospection n’est pas sans rapport avec la modification des stratégies de soutien aux associations qui se fait jour chez les commerçants caladois : ils préfèrent en aider plusieurs en même temps mais dans une faible mesure, qu’en privilégier nettement une selon le modèle du mécénat traditionnel.

79Outre le soutien anonyme des adhésions fictives, beaucoup de sociétés bénéficient de l’émulation (suscitée par elles) d’adhérents bienfaiteurs qui s’imposent des versements plus élevés que la moyenne. Ainsi l’Académie, qui regroupe des personnes assez aisées, compte en 1975 cinquante-deux membres bienfaiteurs sur un total de cent cinquante-quatre adhérents. Mais l’expression de membres bienfaiteurs que nous employons spontanément ne fait pas partie du lexique spontané des Caladois, qui préfèrent parler de membres d’honneur ou de commissions d’honneur. Nous suivrons nos informateurs qui expriment bien de cette manière le caractère honorifique de la donation.

« ON A DES MEMBRES D’HONNEUR QUI PAYENT »
Agent de maîtrise. 41 ans. Membre fondateur des « Trompes Caladoises » :
« Je suis le seul des membres fondateurs de la Société qui y soit encore. Tout a commencé en 1958. On était une bande de neuf copains, dans la Fanfare Municipale. On jouait du cor en mi, et on avait envie de jouer du cor en ré, c’est-à-dire de la trompe de chasse. On était pas chasseurs, mais on avait entendu une Saint-Hubert sonnée par le « Débûché de Paris », à Villefranche, à Notre-Dame-des-Marais et ça nous avait fait pas mal d’effet. Au début, on restait dans le cadre de la Fanfare, et puis en 1959, on a pris notre autonomie. Mais quand on est devenus indépendants, on avait dix francs en caisse en tout et pour tout. Il fallait acheter les instruments, se procurer les tenues de vénerie. Neuf tenues à l’époque, ça faisait un million et demi. On ne les avait pas. Heureusement, je connaissais Monsieur D. [philantrope caladois, patron du textile] qui a accepté de se porter garant pour nous. Finalement, on a payé en un an et demi. On a réussi à placer en un an entre trois mille et quatre mille cartes de membre honoraire. On peut dire qu’on a rendu visite à tous les commerçants de Villefranche. Et puis, on a écrit, en 1960 donc, à tous les Syndicats d’initiative de la région pour se faire connaître. Si bien qu’entre avril et août cette année-là, on a fait dans les quatre sorties par semaine… ».
Représentant en textiles. 55 ans. Président du club d’aviron :
« On a des gros problèmes. C’est le matériel qui coûte très cher. L’an dernier [N.B. : nous sommes en 1978], on a acheté deux quatre avec barreur. Sans les avirons, ça faisait vingt-deux mille francs. Un aviron, à l’heure actuelle, il faut compter quatre-vingt, quatre-vingt cinq francs. Il s’en casse en moyenne une douzaine par saison. On les recolle, mais on peut pas s’en servir en compétition. En plus, il faut une voiture pour tirer la remorque, il faut la remorque, il faut les bâtiments, les assurances. A l’heure actuelle, on en a pour dix mille francs d’assurance par an. On nous fait payer pour avoir des pontons sur la Saône. Alors il faut rassembler de l’argent et on a pas à se plaindre parce qu’on a des membres d’honneur qui nous suivent et qui payent. En membres d’honneur, on rentre à peu près quinze mille francs. On a des membres importants qui nous donnent des sommes assez coquettes. Y sont dans le comité de soutien, c’est des copains qui ont plus le temps de s’en occuper. Heureusement qu’on les a ! On a aussi huit cents membres honoraires. C’est un encaisseur, un professionnel, qui va les voir, et il reçoit vingt pour cent pour tous les nouveaux membres, à leur arrivée. A côté de ça, toujours pour faire de l’argent parce que ça suffit pas, on a un bar, là où les bateaux sont rangés. Il est pas énorme, mais enfin y nous paie à peu près les déplacements. Parce que tous les dimanches on part, sans parler des fois où on part deux jours, et on touche rien du tout. Le moindre déplacement nous coûte cinq mille à six mille. Sans compter quand y faut aller à Paris, à Marseille, à Menton, à Nice. Pour faire encore de l’argent, on a une chance. On est tout un noyau à bien s’entendre, et on a une commission des fêtes qu’est assez dynamique. On fait des fêtes chaque année (Suit une liste des fêtes organisées : ball-traps, foires à la brocante, baptêmes de bateaux, petites fêtes,… etc.). C’est pas pour me vanter, mais depuis que j’ai pris la présidence, j’ai réussi à ramener un tas d’anciens. On les voit pas tout le temps parce qu’ils ont leurs obligations, mais enfin ils nous épaulent quand même beau coup ».

80La troisième grande source de financement extraordinaire pour les associations, est l’organisation d’activités festives à but lucratif, ouvertement commerciales pourrait-on dire. Toutes n’en organisent pas ; certains bureaux d’associations en revanche y recourent, de façon régulière ou irrégulière. Une association de jeunes responsables, la Jeune Chambre Économique, finance ses activités en organisant la venue à Villefranche de conférenciers connus. La société d’aviron organise des ball-traps et des foires à la brocante. Des associations sportives invitent des équipes étrangères prestigieuses à se produire à Villefranche. Plus simplement, beaucoup d’associations ont un jour ou l’autre organisé un grand bal pour faire rentrer de l’argent. Dans la mise sur pied de telles festivités, on remarque en général une faible participation des simples adhérents qui se sentent peu concernés, et au contraire une grosse mobilisation des responsables. Cet exemple fait surgir tout le problème du lien entre la base économique de l’association et les rapports entre adhérents.

Fonctionnement financier et fonctionnement humain des associations

81On peut dire qu’en gros, la source principale de revenu d’une association définit l’orientation humaine essentielle du groupe.

82Dans quelques cas, la vie du groupement repose avant tout sur une répartition relativement égalitaire des cotisations entre les adhérents : une amicale de locataires, une association de parents d’élèves, la section communiste locale, le club philatélique fonctionnent de cette façon. Dans d’autres cas, c’est le travail gratuit effectué par les adhérents eux-mêmes qui compte le plus : on a présenté plus haut l’exemple du club de moto-ball qui entre bien dans ce cadre. De cette relative égalité des contributions de chacun, il ne découle jamais un fonctionnement tout à fait égalitaire. Après tout, ces associations ont aussi des secrétaires ou des présidents. S’ils s’imposent à ces postes, c’est qu’ils en imposent. Mais ce n’est pas le capital économique ou social qui est déterminant ; c’est la capacité de travail (ou dévouement) de l’intéressé, ou parfois son capital culturel. Les contraintes pesant sur les simples adhérents restent néanmoins faibles.

83A l’opposé, on peut mentionner le cas extrême des associations liées organiquement à la municipalité. L’expression d’association institutionnelle leur convient parfaitement. Prenons l’exemple de l’Association Caladoise de Crèche et Garde d’Enfant. Chargée de gérer les crèches municipales de Villefranche, elle ne fonctionne que grâce au budget communal, sans être un service dépendant de la mairie. Chaque membre de l’association représente une institution, ou un groupement (la municipalité, les syndicats, les usagers, les associations familiales, etc…) suivant une répartition prévue dans les statuts. Les rôles, les interventions, les pouvoirs de chacun sont étroitement fixés, et la décision appartient toujours en définitive aux représentants du bailleur de fonds municipal.

84Envisageons maintenant les cas où la municipalité, la Chambre de Commerce ou l’Interprofession soutiennent fortement l’activité d’une association, sans la subventionner ou la contrôler totalement. Un phénomène que nous avons déjà mentionné comme le « parachutage » de présidents actifs est lié à ce type de fonctionnement financier. S’il n’y a pas, de la part de l’organisme qui verse les subventions, contrôle direct de l’association, du moins y a-t-il un intérêt tâtillon manifesté pour son fonctionnement. Si l’association marche mal, c’est l’organisme bailleur de fonds (non pas les adhérents) qui va s’en soucier et tâcher d’y remédier en suscitant artificiellement de nouveaux responsables : c’est ce qui est arrivé par exemple à la Fanfare. On peut évoquer aussi la manière dont certaines associations se réorientent. A l’Académie, association que soutiennent à la fois la Chambre de Commerce et l’U.I.V.B., l’intervention des mécènes est indirecte mais tout aussi efficace. On sait que dans cette institution culturelle, où les nouveaux académiciens sont désignés par cooptation, la part des personnalités choisies pour leurs mérites culturels se réduit désormais au profit de celle des responsables politiques ou économiques. La même évolution, plus lente, affecte les sujets des communications, qui deviennent plus « modernes », c’est-à-dire moins culturels. Il s’opère donc une sorte d’ajustement entre les objectifs et les principes de fonctionnement de l’Académie et ceux de ses mécènes. Sans intervention brutale, une vieille société culturelle réoriente peu à peu son activité. Le même phénomène s’observe à propos du groupe folklorique des Cadets qui, par la nature et le contenu de ses activités, intègre parfaitement les désirs de l’Interprofession. En définitive, l’Union Interprofessionnelle des Vins du Beaujolais et le Syndicat d’initiatives encouragent indéniablement un régionalisme culturel qui n’est ni passéiste, ni revendicatif, mais essentiellement « publicitaire ».

85Un certain nombre d’associations se caractérisent par l’existence de relations de clientèle en leur sein. Par clientèle, on entend aussi bien la relation marchande que la relation humaine de dépendance. L’exemple des associations très liées au commerçant le plus directement intéressé à leur développement (club de tir et armurier par exemple) est le cas qui vient le plus immédiatement à l’esprit. Mais d’autres exemples peuvent être cités. Un club d’arts martiaux est ainsi installé dans un local privé appartenant à son professeur. Les sociétés de boules dépendent étroitement de leur cafetier : le clos lui appartient, et c’est lui qui l’entretient. On comprend que le poste-clé de trésorier lui soit presque toujours attribué. La figure centrale du clientèlisme associatif est la visite du représentant du groupe (le président actif ou le trésorier) au président d’honneur, principal bailleur de fonds (s’il existe). Un cafetier, trésorier-président actif d’une société de boules, nous a ainsi expliqué que dès qu’il voulait organiser une activité sortant de l’ordinaire, comme une sortie pour la journée, il allait voir le confectionneur (président d’honneur de la société) pour lui demander un peu d’argent, ce qui permettait d’abaisser le coût de la sortie. Mais une demande de subvention supplémentaire est toujours aussi une reddition de comptes et une demande d’approbation du projet ou de la ligne de conduite de l’association. Dans certaines associations, on peut dire qu’il existe des relations de dépendance d’homme à homme, médiatisées par le fait que le détenteur du pouvoir réel est rarement président actif.

86Il faut mentionner, pour finir sur ce point, les associations qui dépendent principalement pour leur financement d’un soutien public diffus, se marquant par la participation aux nombreuses manifestations qu’elles organisent et l’achat de cartes de membres honoraires. Les relations entre adhérents deviennent alors presque secondaires, en comparaison des relations de ceux-ci avec la société extérieure. L’association se mue, même si son but reste non lucratif, en une entreprise commerciale. C’est le cas de la société d’aviron. C’est le cas aussi des associations dans lesquelles les adhérents, comme nous en avons vu des exemples plus haut, sont consommateurs de service, plus que participants à des activités de groupe.

87En définitive, le pouvoir municipal joue un rôle important dans l’aide matérielle et financière aux associations locales, et donc dans leur existence. Cette aide est-elle désintéressée ? Peut-on dire que les associations exercent une fonction précise dans le jeu politique local, ou encore qu’elles sont manipulées par les hommes politiques ?

ASSOCIATIONS ET POUVOIR LOCAL

88On se propose seulement d’envisager le rôle des associations dans la promotion des notables municipaux. Ce point de vue sur la question peut paraître étroit ; on verra qu’il permet d’aborder le problème fondamental du rapport entre associations et politique dans une petite ville.

  • 4 Voir à ce propos R. Bages, C. Benayoun, J.Y. Nevers, « Dispositifs associatifs et hégémonie locale (...)

89Avant toute chose, il convient d’écarter deux modèles possibles de relation entre associations et pouvoir local qui ne s’appliquent pas au cas de Villefranche. Le premier d’entre eux a été construit à partir de l’analyse du pouvoir municipal dans les communes du Sud-Ouest par Robert Bages, Chantal Benayoun et Jean-Yves Nevers, sociologues toulousains4. L’idée centrale des auteurs est que, dans une commune, il existe un ou plusieurs dispositifs associatifs cohérents regroupant les associations existantes. Ces dispositifs associatifs sont aussi des dispositifs hégémoniques : les associations apparaissent comme des enjeux stratégiques dans la compétition pour le pouvoir. Ainsi « qu’elles soient créées, investies, sabordées ou neutralisées » par tel clan, groupe ou force sociale, « elles constituent le champ de bataille d’une guerre de position » (art. cit.). Les postes de responsabilité sont disputés et conquis par un groupe (celui qui tient la municipalité) ou par l’autre ; directement ou indirectement, ces derniers contrôlent toutes les associations. Beaucoup de conseillers municipaux sont donc des responsables d’associations. Précisons qu’il peut s’agir aussi bien de sociétés de chasse, d’associations sportives, de syndicats d’initiative, de clubs du troisième âge ou d’associations de parents d’élèves. Cette théorie donne un éclairage intéressant sur certains aspects de l’associationnisme rural. Mais elle ne peut pas rendre compte de la réalité associative d’une petite ville pour la simple raison qu’un modèle explicatif valable pour une localité comptant moins de dix associations n’est pas applicable tel quel à une commune dans laquelle coexistent au moins trois cent cinquante groupements déclarés. Aucun réseau humain ne peut à lui seul contrôler une centaine d’associations. En outre, le changement d’échelle va de pair avec une spécialisation fonctionnelle beaucoup plus grande de chaque association. Tous les groupements formels ne sont certainement pas des « enjeux stratégiques » comme précédemment, mais la question reste posée de savoir lesquels exercent une fonction « politique », essentielle ou occasionnelle.

90Une autre explication souvent avancée est que les associations décisives au point de vue du pouvoir seraient les associations de résidents, ou les associations de quartier qui, à raison d’une par quartier, couvriraient la ville d’une organisation fédérative, prenant en charge l’ensemble des problèmes de chaque micro-secteur. Le pouvoir municipal serait une simple émanation de ces groupements déléguant leurs responsables. Mais nous avons déjà noté que les associations de quartier n’existaient pas à Villefranche. La faible superficie de la ville et le fait que le centre soit proche de tous les quartiers atténuent le sentiment d’appartenance à un lieu spécifique autre que la localité. Le quartier ne semble pas être à Villefranche, un lieu social de promotion du futur notable. La question posée reste entière : quelles sont les associations qui permettent une promotion de notables municipaux et dans quelles conditions ?

Le « milieu associatif »

91Par « milieu associatif », nous désignons l’ensemble formé par les hauts responsables des associations de loisir, qui constitue une société d’interconnaissance partielle. Les présidents se rencontrent en effet dans les mêmes lieux : mairie, maison des sociétés sportives, mais aussi théâtre, stade ou palais des sports. Ils voient leurs noms imprimés dans le journal aux mêmes emplacements. Ils organisent des activités communes : les concours de boules ou de belote inter-classes et la Fête des Conscrits pour les amicales de classe, la Nuit d’Été qui rassemble les sociétés culturelles, la compétition omnisports organisée tous les ans par les clubs sportifs contre ceux de la ville voisine de Bourg-en-Bresse. La municipalité établit tous les ans un palmarès des associations, ce qui permet de réunir leurs responsables. Également, pour l’inauguration d’un gymnase dans un quartier périphérique, l’Office Municipal des Sports organise en 1978 un « tournoi des gentlemen pongistes », rencontre amicale de ping-pong entre élus locaux et dirigeants des sociétés sportives. Il est certain qu’il existe donc une sociabilité des responsables d’associations, dans laquelle la municipalité est partie prenante. La constitution d’un « milieu associatif » n’est pas seulement une donnée de fait. Elle représente un élément de la stratégie municipale, en même temps qu’un élément de stratégie individuelle pour certains responsables d’associations : se faire connaître de ses pairs présidents et dirigeants est la première étape d’un certain type de promotion locale.

92La deuxième étape de ce cursus honorum est le passage de l’individu dans une super-association. Notre estimation a montré qu’il existait vingt-trois groupements de ce type dans le secteur des loisirs. Ces groupes, qui sont soit des cartels, c’est-à-dire des fédérations de sociétés dans un sous-secteur donné (Groupement des Sociétés Musicales, Union Bouliste, Inter-classes, Comité de liaison des anciens combattants…) soit des groupements municipalisés (Comité des Fêtes, Office Municipal des Sports, Centre d’Arts plastiques…) fonctionnent un peu de la même façon. Les groupements municipalisés ne comptent jamais plus de la moitié de membres nommés par la municipalité, le reste étant élu parmi les présidents d’associations. Les cartels proprement dits ne comportent que des membres élus mais reçoivent également d’importantes subventions municipales. L’existence de super-associations permet à la municipalité de se décharger d’un certain nombre de tâches qui lui incombent ordinairement : ces groupements jouent un rôle de gouvernement des associations. Les individus qui en deviennent présidents exercent des fonctions quasi-municipales très prestigieuses, sans avoir été élus par la population. La présidence du Syndicat d’initiatives, ainsi que celle du Comité des Fêtes sont les fonctions les plus convoitées, les plus porteuses d’honneurs, et les plus importantes au plan politique. Ainsi le leader de la liste de droite battue aux élections municipales de 1977 a-t-il tenu à rester, malgré sa défaite, président du Comité des Fêtes, ce qui lui a permis de se maintenir dans la course pour les élections législatives de l’année suivante.

93Dans ce type de carrière par les associations, la troisième et dernière étape est l’intégration de l’individu sur une liste aux élections municipales. Cette promotion par le capital social est, comme on le voit, « apolitique », c’est-à-dire qu’elle n’a pas besoin de s’appuyer sur une carrière à l’intérieur d’un mouvement politique. Elle est compatible avec la stratégie de mouvements conservateurs ou modérés, qui acceptent de ne fournir qu’au dernier moment des « étiquettes » à des notables dont la carrière s’est accomplie sans leur concours. Les personnalités du milieu associatif, valorisées par leur réseau de connaissances et leur clientèle supposée, peuvent former une petite fraction de ces notables « étiquetés » à la dernière minute. Dans une petite ville, ce mode quasi-rural de promotion des personnalités est pourtant fortement concurrencé dans le secteur associatif lui-même par deux autres types de sélection des notables municipaux.

Les clubs de citoyens compétents

94Il existe ainsi des associations que, faute d’un meilleur terme, nous baptisons clubs de citoyens intéressés aux affaires de la cité. Il ne s’agit pas de partis politiques et il n’entre pas parmi leurs objectifs d’accéder au pouvoir en tant qu’association. Il peut paraître surprenant d’inclure dans la même catégorie, le Groupe Écologique Beaujolais, les clubs de contacts(le Rotary club, le Lions’club et le Kiwanis club), ou une association de jeunes responsables comme la Jeune Chambre Économique. Mais on peut dire que toutes ces associations, à des degrés divers, forment, et même entraînent leurs adhérents à la responsabilité au plan municipal, en organisant des discussions, des dîners-débats, des conférences avec des personnalités locales, en formant des groupes de travail sur des problèmes locaux, en déposant des rapports. Leurs adhérents deviennent tous peu ou prou candidats à une responsabilité locale ; ce privilège n’est plus réservé aux dirigeants, comme dans le cas des associations de loisir. Analysons par exemple le fonctionnement et l’activité de la Jeune Chambre Économique qui, en dépit de son titre, est bien une association volontaire.

Cette association comprend en 1978 environ quatre-vingts adhérents, tous âgés de moins de quarante ans comme le prescrivent les statuts. Elle rassemble presque exclusivement des membres des « professions » au sens américain, c’est-à-dire des professions libérales, des industriels, des cadres du secteur public ou privé, des ingénieurs. Le bureau de l’association fixe en début d’année une série de thèmes de travail au nombre de six ou sept, qui peuvent être par exemple le tourisme dans le Beaujolais, la circulation à Villefranche, les handicapés dans le monde du travail, ou des thèmes plus restreints a priori comme la récupération du verre domestique à Villefranche, ou la modification du nom de la ville en Villefranche en Beaujolais. Tous les adhérents se répartissent alors en autant de groupes de travail, chargés de remettre à la fin de l’année un rapport sur le thème étudié. Ces rapports sont ensuite transmis à la municipalité, à la Chambre de Commerce et d’industrie et éventuellement à d’autres organismes intéressés. A mi-chemin du loisir et du travail, cette activité d’étude pratique est explicitement destinée à développer le « sens de l’intérêt public » chez les adhérents. D’autres activités les préparent à l’activité de responsable. Ainsi l’association organise des visites d’installations sociales ou économiques, des séances de formation à la parole publique, des conférences, des tables rondes et des dîners-débats. Plusieurs fois par an également, des soirées dansantes sont organisées pour permettre aux membres de mieux se connaître entre eux. La Jeune Chambre Économique finance elle-même à 80 % ses activités, par les cotisations des adhérents ou par les entrées aux conférences. Le reste provient d’une subvention municipale, et d’une autre de la Chambre de Commerce et d’industrie. Formée d’adhérents d’un niveau culturel élevé, dont certains détiennent aussi un capital économique important, l’association joue à être un second gouvernement de la cité, en « bombardant » la municipalité de projets et d’études. Mais peu de ses adhérents ont le moindre espoir de devenir un jour des notables municipaux à Villefranche. Certains seront peut-être élus à la Chambre de Commerce. D’autres, plus nombreux, deviendront conseillers municipaux de la petite commune du Beaujolais ou de la Dombes où leur résidence secondaire (éventuellement principale) est établie. La plupart devront transférer leurs ambitions sociales à d’autres domaines.

95Les trois clubs de contacts présentent des analogies sociales avec la Jeune Chambre Économique, mais le côté civique et formateur de cette dernière le cède ici à la discussion. Ce sont plus des parlements de notables locaux en réserve, que des ébauches de gouvernements de la cité. Enfin le Groupe Écologique Beaujolais présente des analogies par son style un peu « technocratique » avec la J.C.E.. Son activité repose aussi sur l’organisation de conférences, sur la constitution de groupes de travail à propos de thèmes locaux, et sur la rédaction de rapports à but pratique transmis à la municipalité (un projet d’aménagement d’une place dans le centre-ville, ou un projet de radio locale). Mais le recrutement social est nettement différent, puisqu’il s’agit presque uniquement d’enseignants (surtout du primaire).

96Les écologistes, comme les adhérents de la J.C.E. aspirent à la notabilité municipale, mais le chemin suivi par les uns et par les autres, qui est celui de la mise en avant de leurs capacités techniques et culturelles, en dehors de toute inscription dans un champ politique, leur laisse peu de chances d’accéder à de telles responsabilités à Villefranche. En fait, ils deviendront bien plus facilement des petits notables municipaux dans la banlieue ou dans la zone rurale proche de Villefranche. Le nombre élevé de petites communes multiplie le nombre des postes de notables, mais réduit la responsabilité attachée à chacun. Cette responsabilité modeste peut être considérée comme la seconde étape de l’apprentissage des affaires publiques. Beaucoup n’iront pas au-delà de ce dilettantisme. Tout se passe en effet comme si la promotion par la compétence « marchait » mieux en milieu rural qu’en ville. Car à Villefranche, nous l’avons vu, c’est d’un côté le capital social et économique des individus qui les qualifie pour une responsabilité municipale, plus que leur compétence supposée, et de l’autre c’est leur appartenance à des associations proprement politiques dont ils sont les représentants reconnus.

Les partis politiques : les exemples du P.C.F. et du P.S.

97Une liste d’union de la gauche à direction socialiste a pris en mains les destinées de la ville en 1977. Comment s’est faite la promotion des actuels responsables municipaux ? Comment ont-ils été désignés par leurs partis ? En somme, on cherche à saisir le mécanisme de la promotion interne dans un parti de gauche. Représentants municipaux et responsables locaux orientent l’activité de chaque groupe et représentent son image de marque devant l’opinion publique. Ils sont donc soigneusement sélectionnés par les comités ou les assemblées d’adhérents. Les principes politiques explicites sur lesquels se fondent les partis de gauche excluent que les responsables soient choisis, comme dans beaucoup d’associations de loisir, en raison de l’importance de leur capital économique. Comment devient-on alors dirigeant de cette sorte de parti ?

98Avant tout, il convient de définir la composition sociale des deux groupes de référence. Nous avons demandé aux deux secrétaires de section d’établir la sociologie locale de leurs partis. Nous avons respecté les taxinomies utilisées par les auteurs qui sont l’un, cadre moyen aux Postes et Télécommunications (le communiste) et l’autre, professeur dans l’enseignement supérieur (le socialiste). Les différences dans la manière de classer sont significatives. Le cadre de classement du socialiste, très détaillé en haut de l’échelle sociale, l’est beaucoup moins dès qu’il parvient aux strates inférieures : par exemple, les techniciens (considérés généralement comme des cadres moyens) sont rangés ici avec les ouvriers. Les retraités sont classés à leur ancienne profession et les femmes au foyer considérées comme un groupe à part. En revanche, le communiste classe les quelques femmes au foyer à la profession de leur mari, isole le groupe des retraités, distingue nettement les ouvriers, ne fait pas de différences entre cadres moyens et cadres supérieurs. Communiste et socialiste classent tous les deux les enseignants à part. Les tanixomies utilisées sont conditionnées d’abord par la nature des données, mais aussi par l’image que l’on cherche à produire. Dans un cas, le responsable veut donner l’impression d’un parti d’ouvriers et de salariés, et dans l’autre, d’un parti avant tout très divers par son recrutement social.

99Qu’en est-il dans la réalité ? Le parti socialiste apparaît classiquement comme un parti de couches moyennes salariées, où les employés, les cadres du secteur public et les enseignants sont nombreux. Mais on y trouve aussi des viticulteurs, originaires de la partie rurale du canton, et des membres des professions libérales, aussi nombreux que les instituteurs. Les ouvriers sont très peu nombreux, eu égard à leur importance dans la population. Le parti communiste, non moins classiquement, apparaît comme un parti très prolétarien, les ouvriers y étant plus nombreux que dans la population active. Moins de cadres en proportion, mais beaucoup plus de professeurs, plus même qu’au parti socialiste. Il existe donc chez les communistes caladois un noyau intellectuel, réduit mais solide. La faible proportion d’étudiants et d’élèves s’explique par le fait qu’ils ne sont pas adhérents du Parti, mais du Mouvement de la Jeunesse Communiste, qui rassemble une centaine de jeunes à Villefranche. Au P.S., comme au P.C.F., on note que le nombre des commerçants et artisans est très faible. Chaque section est administrée par un bureau qui se réunit au moins une fois par semaine. En 1979, le bureau de la section communiste est composé de onze personnes, cinq ouvriers, deux employés, une institutrice, une assistante sociale, un professeur, un cadre, ce qui semble reproduire en réduction la composition sociale de la section dans son ensemble. Mais le fait que quatre membres du bureau proviennent d’un même établissement public (les Postes et Télécommunications) et aucun d’une grande entreprise métallurgique introduit tout de même un biais important. Les responsables communistes sont souvent des personnes travaillant dans le secteur public, qui offre une stabilité professionnelle et des possibilités d’action syndicale plus grandes ; les ouvriers exerçant des responsabilités, de leur côté, proviennent de la fraction la plus stable et la plus qualifiée de la classe. Le groupe communiste au Conseil Municipal reproduit très exactement la composition du bureau de la section : ce sont d’ailleurs les membres du précédent bureau (celui qui était en place au moment des élections) qui ont été choisis pour représenter leur parti. Le bureau de la section socialiste comprend, lui, neuf personnes, soit deux employés, une femme au foyer, deux cadres moyens, un cadre supérieur, deux professeurs, un enseignant du supérieur : cadres et enseignants qui ne représentent qu’un tiers des adhérents détiennent les deux tiers des postes du bureau. Tout se passe comme si l’importance du capital culturel individuel était un élément décisif de promotion au Parti Socialiste. Cette tendance s’accentue au Conseil Municipal : les enseignants sont toujours en force, mais on trouve également parmi les représentants socialistes trois membres des professions libérales (qui se substituent à des cadres).

Tableau 28. Composition sociale du Parti Communiste et du Parti Socialiste à Villefranche en 1979 d’après les secrétaires de section

Tableau 28. Composition sociale du Parti Communiste et du Parti Socialiste à Villefranche en 1979 d’après les secrétaires de section

100L’accès à la notabilité municipale sous l’étiquette d’un parti politique de gauche obéit à plusieurs conditions. Contrairement aux mouvements conservateurs ou modérés, les partis de gauche exigent d’abord de leurs futurs représentants qu’ils mènent une carrière interne à l’organisation, c’est-à-dire qu’ils suivent des procédures démocratiques régulières. Ils doivent donc, comme tout militant, adhérer au parti, payer une cotisation, participer aux assemblées générales, puis éventuellement se proposer ou être proposés comme candidats au bureau, être élus. Les facteurs qui permettent de réussir cette carrière divergent selon les groupes. Chaque parti s’identifie à un modèle social implicite et parfois explicite. Chez les communistes, on juge le militant à sa capacité de dévouement au groupe, à sa non réticence devant les tâches matérielles, à sa fermeté dans l’adversité. Ces éléments ne sont pas négligés chez les socialistes, mais ils comptent moins que le capital culturel incorporé et les capacités oratoires et polémiques. Dans un cas, l’on retrouve un habitus ouvrier, dans l’autre, un habitus d’enseignant. Dans les deux partis, le capital social acquis à l’extérieur de l’organisation constitue également un atout essentiel dans la réussite d’une carrière politique. Chez les communistes, c’est l’activité syndicale qui est la plus valorisée. Chez les socialistes, il semble que la renommée personnelle et l’activité professionnelle de l’individu comptent beaucoup (ce qui expliquerait la présence de membres des professions libérales au Conseil Municipal). Contrairement à ce qui se passe dans des villes plus grandes, on ne trouve guère de responsables socialistes ayant fait leurs preuves dans des mouvements sociaux liés à l’aménagement, au cadre de vie, à l’écologie.

101L’existence et l’activité locales de partis, associations spécialisées dans la politique et la prise du pouvoir, est un trait distinctif de l’urbanité. En ce sens, les petites villes sont résolument du côté de l’urbain. On peut se demander en revanche si le phénomène social amicaliste, dont on a déjà noté l’importance à Villefranche, n’est pas à ranger du côté de la ruralité.

LE PHÉNOMENE AMICALISTE

102Les amicales semblent à l’heure actuelle un peu déplacées dans un paysage urbain. Certains auteurs y voient une pseudo-reconstitution de village à la ville, ou une forme de sociabilité du passé en voie de disparition. Pourtant à Villefranche, les amicales n’ont jamais été si nombreuses et si variées, et leur dynamisme participe du dynamisme général de la vie associative dans cette ville. Comment peut-on expliquer la vitalité d’une association quand le désir d’atteindre un objectif ou de pratiquer une même activité n’aiguillonne pas ses membres ?

103Une amicale se définit essentiellement comme association fermée. Par son intitulé, par ses statuts, elle s’adresse à une population particulière, sous-ensemble de la population générale, qui définit son extension potentielle maximale. A Villefranche, il existe plusieurs types de populations qui peuvent donner naissance à des amicales : les personnes qui travaillent dans certains établissements industriels ou services publics (police, employés municipaux, hospitaliers, postiers… etc.), les anciens élèves d’un établissement secondaire (le collège privé, ou le lycée), les gens qui sont originaires d’une même région, ceux qui ont été membres d’un même club sportif local, les personnes qui ont fait leur service militaire dans le même corps d’armée ou ont participé aux mêmes opérations militaires (anciens marins, anciens parachutistes, prisonniers de guerre, anciens combattants d’Algérie, etc…), les hommes qui sont de la même classe, c’est-à-dire qui sont nés la même année (amicales de conscrits). La diversité de ces populations n’empêche pas l’existence de certaines constantes.

104Toutes ces organisations se réfèrent à une même idéologie « amicaliste », qui tend à se répandre aussi dans les autres associations de loisir. Celle-ci s’exprime en premier lieu dans les statuts, mais aussi dans les discours de responsables, les propos des simples membres, et implicitement dans les rapports interpersonnels. Elle se résume en quelques propositions. Entre personnes liées par l’appartenance commune à l’une des populations citées, l’amitié est chose naturelle et comme originelle. Mais il faut l’entretenir et la renforcer, en écartant tout ce qui divise et en recherchant tout ce qui unit. Le but d’une amicale est de rassembler le plus souvent possible tous ses membres potentiels, pour qu’ils communient dans l’amitié. Ce christianisme tout à fait profane se retrouve dans toutes les amicales, mais plus particulièrement dans les amicales de conscrits qui ont d’ailleurs surnommé leur grande fête de la fin du mois de janvier la « fête de l’amitié ». Cet appel incantatoire à l’amitié est un moyen d’affirmer de manière performative la cohésion de groupes dont l’unité n’est pas ou plus évidente ; on ne parle d’amitié que quand les liens sont lâches ou tendent naturellement à se relâcher. Les amicalistes sont motivés par la tenue de « rassemblements pour être ensemble », et non par des buts extérieurs au groupe. Les réunions amicalistes les plus typiques sont les banquets, les parties de boules ou de belote, les soirées dansantes et les sorties en car : ce sont des occasions pendant lesquelles on peut discuter longuement, l’activité proprement dite (repas, jeu, voyage) n’étant guère prenante. Il y a toujours en cours de rassemblement un ou plusieurs moments particulièrement destinés à cimenter l’unité du groupe, par la commémoration, par les discours, par les minutes de silence pour les morts, ou par d’autres moyens symboliques.

105Selon la nature de l’amicale, on note tout de même des différences sensibles dans les activités pratiquées et les fonctions implicites. Les amicales d’établissement se distinguent assez nettement de toutes les autres par l’importance des moyens financiers dont elles disposent souvent, grâce à des subventions inscrites au budget de l’entreprise. Il en résulte qu’elles gèrent parfois de véritables œuvres sociales, et décident souverainement de l’attribution de secours ou de prêts. Les autres amicales, dont les moyens sont plus limités, pratiquent plus généralement une entraide informelle entre membres. Les amicales d’anciens d’un établissement scolaire, tout comme celles qui rassemblent les anciens d’un club sportif local, manifestent concrètement, quant à elles, leur attachement à l’institution ou à l’association d’origine, en participant à sa gestion ou à l’organisation d’activités demandant du personnel, comme les fêtes. Les amicales d’anciens combattants de leur côté défendent les revendications de leurs mandants auprès de l’État et ne jouent donc pas seulement un rôle festif. Enfin on a déjà décrit le fonctionnement des amicales de classe.

106En définitive, par la participation aux activités d’une amicale, à l’exception des amicales d’établissement, les adhérents sont mis en face d’une étape antérieure de leur vie et éventuellement de gens qui l’ont connue ou vécue avec eux. Faire le point sur ce que chacun est devenu socialement et matériellement est un exercice habituel aux amicalistes, qui permet à ceux qui ont bougé socialement de se mettre en valeur et de faire mesurer leur réussite à l’aune de l’immobilisme relatif des autres. Mais l’amicale n’est pas seulement un lieu valorisant pour les individus en ascension sociale ; ceux dont la carrière a été plus modeste participent par identification à la gloire des «personnalités », qu’ils sont fiers d’avoir comme relations, sinon comme amis. On peut donc dire en ce sens que les amicales, et en particulier les amicales de classe, sont un lieu où s’effectue une intense circulation de capital social. Dans toutes les amicales, d’ailleurs, les commissions d’honneur tiennent une place importante comme pour bien désigner à l’attention de tous, ceux qui « font honneur » au groupe. Les discussions politiques et religieuses sont soigneusement évitées : elles font partie de ce qui divise. Le succès de l’amicalisme tient à ce qu’il est une forme de sociabilité peu contraignante, qui peut se surimposer de manière légère à des réseaux d’interconnaissance lâches.

***

107Le taux considérable de responsables d’associations dans la population caladoise est un phénomène qui ne peut être interprété de façon univoque. Conséquence logique du nombre élevé d’associations à Villefranche, il va bien au-delà de leurs nécessités de fonctionnement et contribue à reproduire de façon élargie le phénomène associatif. L’exercice d’une responsabilité bénévole a des valeurs sociales différentes selon les milieux et les associations. Dans quelques cas, il s’agit de la recherche d’une notabilité de complément, d’un pouvoir de substitution. Le plus souvent, dirigeants et animateurs bénévoles cherchent seulement à acquérir une reconnaissance sociale ou culturelle plus grande. Dans quelques cas enfin, devenir responsable est un moyen plus poussé d’identification au groupe d’appartenance. La division du travail de responsabilité est fortement sociale : les postes les plus visibles, les plus représentatifs, les plus élevés sont réservés aux membres des couches sociales les plus riches en capital économique, les postes les plus internes, les plus techniques, les moins élevés aux membres des classes populaires. Néanmoins, prise de pouvoir dans les associations et prise du pouvoir municipal semblent relever de deux logiques assez différentes, les associations proprement politiques se distinguant nettement par leur fonctionnement de toutes les autres.

108L’importance des taux de responsables et de membres d’association est à mettre aussi en relation avec la petite taille de la ville. Une petite ville comme Villefranche est caractérisée par l’existence d’une forte discontinuité sociale dans un cadre spatial restreint. L’interconnaissance lâche qui règle les j rapports des habitants donne naissance à un besoin social simultané d’identification et de différenciation, qui explique à la fois l’importance du phénomène associatif et l’existence de micro-rivalités permanentes que tente en vain de conjurer l’idéologie amicaliste.

Notes

1 Rose A.M., « Voluntary associations in France », dans Theory and Method in the social sciences, Minneapolis, 1954, University of Minnesota Press, pp. 72-115.

2 Maurice Agulhon et Maryvonne Bodiguel, Les associations au village, Éditions Actes-Sud, Le Paradou, 1981.

3 Il s’agit de chiffres non pondérés. Une pondération donnant à chaque groupe social son poids réel ferait baisser très légèrement ces pourcentages.

4 Voir à ce propos R. Bages, C. Benayoun, J.Y. Nevers, « Dispositifs associatifs et hégémonie locale » dans Archives de l’O.C.S., volume III, mars 1980, Paris, C.N.R.S., pp. 71-97.

Table des illustrations

Titre Tableau 26. Les grandes catégories d’associations de l’agglomération de Villefranche (Estimation 1979)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Tableau 28. Composition sociale du Parti Communiste et du Parti Socialiste à Villefranche en 1979 d’après les secrétaires de section
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search