Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Ciel des Fouriéristes

 | 
Michel Nathan

Chapitre second. Éléments de cosmogonie harmonienne

Texte intégral

1D’où qu’elles partent, les analyses de Fourier aboutissent au même constat. Tout décline, périclite et se gâte, depuis notre soleil jusqu’à la saveur des légumes en passant par le climat de la terre, la richesse des gisements miniers et l’âme des défunts. Ceci par la faute de l’homme qui n’a pas su organiser sur la terre la société harmonienne. Cette société Charles Fourier se propose de nous donner les moyens de la construire.

2La cosmogonie ne disserte pas sur les promenades d’astres oisifs. Elle embrasse l’unité de l’univers et la pluralité des mondes en procédant du plus lointain au plus proche, du concentrique à l’excentrique, de notre planète aux tourbillons et des tourbillons au jardin potager. La terre s’explique par le système solaire et les tourbillons de tourbillons, mais certaines anomalies des tourbillons peuvent s’expliquer par les anomalies de la terre. La cosmogonie doit donc situer notre planète dans l’infini et en « science médecin » donner les moyens de mettre fin aux anomalies qui troublent une partie de l’ordre du monde. Au centre de la cosmogonie, le bonheur dans ce monde et dans les autres : bonheur de l’homme sur la terre qui joue son rôle dans l’infini, bonheur des sociétés qui se conforment aux règles de la cosmogonie appliquée, bonheur des êtres dans les mondes conformément aux mêmes lois. Il y a donc une cosmogonie descriptive et une cosmogonie appliquée : l’une décrit l’état fâcheux du sort des âmes ici et dans l’au-delà, l’autre propose de les mener à la béatitude.

1. La Terre dans la « courge étoilée »

3Nous ne désignons par le terme d’univers qu’une infime partie de ce qui existe. Notre soleil et notre tourbillon occupent le centre d’une boule qui, vue à une distance égale à 10 000 fois son diamètre, est une petite étoile qui se confond avec des millions de petites étoiles. L’ensemble forme un de ces millions de bi-univers qui s’agrègent en tri-univers lesquels s’agrègent en quatri-univers et ainsi de suite jusqu’aux milli-univers et à ces grandes créatures qui se forment à partir de centillions d’univers comme le nôtre.

4Ces grands nombres n’ont rien d’effrayant, car, curieusement, Fourier n’est pas atteint du vertige des espaces infinis. Il n’est pas effarouché par la perspective d’un voyage « dans les astres de la voûte qu’on prétend si éloignés et qui le sont beaucoup moins qu’on le croit ». Nous mesurons mal les distances :

« A sept diamètres de la grande aire du tourbillon (environ 9 400 000 000 lieues) nos yeux et nos télescopes opèrent comme une lunette retournée, qui éloigne les objets autant qu’elle devrait les rapprocher. De là vient que nous voyons les étoiles fixes à une distance incommensurable. Elles sont pourtant si peu éloignées que le soleil, par jets aromaux, communique avec elles en trois mois et demi. » (III-342)

  • 1 Maurice Blanchot, « En guise d’introduction », Topique, no 4-5, p. 8.

5L’infini n’est que multiplication d’éléments homologues et toute multiplication peut être dominée par les nombres. L’espace infini, simple emboîtement d’une infinité d’espaces finis, ne donne pas l’impression de lieux étriqués juxtaposés, expliqués invariablement par les mêmes principes. C’est que la plus infime partie de ce qui existe, comme l’ensemble des milli-univers, reproduit en son sein groupes et séries qui se multiplient dans toutes les directions en même temps que vers une manière de lieu fixe, sans cesse débordé. L’application de principes simples aboutit à un tel foisonnement de conséquences logiques, qu’on en reviendrait difficilement au principe premier s’il ne nous était rappelé par des théorèmes qui surgissent au milieu des injures et des jubilations. « Les notions de système, de totalité, de continuité convergent toutes vers l’UN ou convergent vers la convergence » ; mais Fourier ne peut aller à « l’UN autrement que par le multiple », en sorte que « l’unité n’est en quelque manière nulle part n’étant jamais que le mouvement du multiple en voie de se multiplier », — multiple qui exige une mesure si complexe » que l’UN ne s’y insert qu’en s’y dérobant »1.

6Se référant à cet espace infini, éclatement d’espaces faits de foisonnements de lieux homologues, Fourier ne manque jamais d’introduire dans ses descriptions les images de pomme, de ruche, de melons, de courges et de graines :

7« Il faut considérer notre univers comme une pomme sidérale » (IV-262), « notre tourbillon est à l’image d’une abeille occupant une alvéole dans la ruche » (IV-147) ; « l’univers a pour foyer notre soleil et son tourbillon, pour cintre les étoiles fixes, pour enveloppe extérieure d’autres soleils invisibles formant la croûte ou le cuir de cette courge stellaire tapissée à l’intérieur d’un seul réceptacle de graines qui est la voie lactée » (XII-7). Le déploiement des centillions de milli-univers s’accompagne d’un mouvement de rétrécissement. Aux images d’écartèlement à l’infini s’associent des images de contraction, signes de maturité. La valeur ne se mesure pas en étendue. Le meilleur fruit n’est pas le plus gros, mais le plus savoureux. Ainsi des univers et des astres, dont la seule densité compte :

« Dès qu’un univers est raffiné, parvenu au degré pubère, il se concentre ; ses tourbillons se resserrent et sont d’autant plus riches et plus heureux. Les univers impubères sont aux pubères ce qu’est la courge au melon ; l’un des fruits est une masse informe, fade et sans sucs, l’autre plus petit est régulier, orné, succulent et plein, sans désert intérieur comme en ont les jeunes univers, et la courge leur emblème » (IV-262).

8Cet espace sidéral sans désert, ni béance, ni nuit est aussi rassurant que le sont les espaces pré-coperniciens. La Terre est au centre de l’univers, et comme telle, promue dans l’économie cosmique à des fonctions primordiales. « Foyer d’univers placé au centre de la courge étoilée » (XI-325), notre planète joue un rôle dont seules des métaphores militaires sauraient rendre compte. Elle est tourbillon foyer pivotai pour tous les tourbillons de voûte, donc en mécanique aromale ce qu’est le général dans une armée. S’il est en retard, toute la voûte céleste est « en retard d’opérations » (IV-257). Alors que si un simple tourbillon périclite, cela « n’entrave pas plus les opérations de son univers que ne ferait la maladie d’un capitaine dans une armée ». « D’où il suit que notre petit astre tient en ce moment, sinon le sceptre des destinées de l’univers, au moins le fil de ces destinées, puisque c’est sur lui qu’est assignée l’opération qui tient notre soleil, notre tourbillon en retard, et par suite la voûte entière » (XI-325).

9De cette planète au centre de l’univers, l’homme est le gérant. Considéré comme un « corps unitaire » et non comme simple individu, il est de « douze pieds plus grand qu’elle », il l’enveloppe comme la peau qui entoure la pomme et comme la coque entoure l’œuf. Si la peau se gâte, le fruit est contaminé. La gale, après l’épiderme s’attaque au sang et aux humeurs. Tout désordre corrompt le globe, influe sur le corps de la planète dont les arômes se gangrènent.

10A l’époque où les humains furent créés, tout était dans l’ordre. Trente deux races écloses par masses peu nombreuses dans les diverses contrées du globe constituaient la cité primitive, la cité de Dieu. Puis vinrent les discordes et les guerres, le règne de Satan. Le mal s’étendit partout. Alors la Terre « fut disgraciée en mécanique matérielle comme en mécanique sociale ; son cortège sidéral se sépara d’elle, comme on s’isole d’un lépreux ou d’un pestiféré. »

11La Terre a perdu son anneau — « signe pubère en l’absence duquel elle ne peut pas créer, car l’absence du signe pubère entraîne suspension de la faculté procréatrice » (X-335). Dieu distribue aux univers harmonieux des « enveloppes circulaires ». Il peut donner aussi des « anneaux polaires » et même des « calottes polaires ». Il est urgent de connaître les théories qui réglementent cette distribution pour que notre globe partage une faveur dont Saturne est actuellement le seul à jouir, et qu’il se mette à ressembler enfin aux astres de ces tourbillons qui se composent de quatre à cinq cents planètes rangées en séries de groupes, en satellites de satellites, tous pourvus de ceintures, calottes polaires et autres ornements.

12Notre planète n’étant pas attrayante puisqu’elle n’a plus d’anneaux, a perdu quatre de ses cinq satellites. Elle ne garde que la lune, momie blafarde, flambeau terne, astre inhabitable qui ne distribue ni chaleur ni arômes.

13Ce n’est qu’une « dislocation temporaire ». Mercure, Junon, Cérès, Pallas et Vesta viendront « se conjuguer sur notre globe » quand renaîtront les anneaux, c’est-à-dire quand nous ne végéterons plus dans les périodes malheureuses ou lymbes sociales.

14Depuis six mille ans que notre planète est dans un état de « fièvre lente » l’univers a bien dû s’alarmer. Effectivement, il y a 1500 ans une colonne de secours a pris le départ et les travaux d’Herschel sur la dislocation de la voie lactée prouvent son arrivée prochaine. Il vaudrait pourtant mieux que ce soit l’homme qui remédie à tous ces désordres en modelant l’harmonie sociale sur l’harmonie des sphères, agissant de concert avec Dieu qui l’incite à participer à la création.

  • 2 Hélène Tuzet, op. cit., p. 359 et suivantes.

15Fourier se propose en « hygiéniste du cosmos »2 de guérir la terre de ses fièvres qui retardent l’évolution de l’univers.

2. Des copulations prolifiques aux copulations mobilières

16Les astres ne sont pas des blocs inanimés placés dans le ciel pour récréer nos yeux. Ce sont des corps doués de douze facultés sensuelles et spirituelles, et comme tout ce qui nous entoure, sujets à la maladie et à la mort. Ils copulent et se nourrissent aussi.

17Les relations de ces grands corps s’opèrent par communications aromales qui tiennent à la fois de la nourriture et de la sexualité. Les comètes sont par exemple « un troupeau aromal destiné à nourrir le soleil et les planètes ». « Chaque astre en aspire divers sucs et leur en verse d’autres nécessaires à leur tempérament » (XII12-13). Or les comètes sont engendrées par les planètes, et comme le pensait Restif de la Bretonne, elles deviennent planètes à leur tour. Les astres géniteurs peuvent ainsi, après avoir nourri leur progéniture et s’en être nourri, copuler avec elle pour donner naissance à d’autres créatures qui rendront ce qui leur aura été donné.

18La vie sexuelle des planètes est, comme toujours chez Fourier, très simple dans ses principes, très compliquée dans ses applications : « Une planète est un corps androgyne pourvu des deux sexes et fonctionnant en masculin par les copulations du pôle nord et en féminin par celles du pôle sud. »

19C’est par jets d’arômes aussi rapides que la lumière que s’exercent toutes les relations sexuelles. Peu importe, dit Fourier, la manière dont les astres se nourrissent et forment avec leurs jets d’arômes des mélanges variés. En revanche, il serait capital de savoir « ce qui est relatif aux copulations aromales des astres et aux produits de leurs amours qui sont de deux espèces » (XII-40) la « spéciale » et « l’industrielle ».

A. COPULATIONS SPÉCIALES OU COPULATIONS PROLIFIQUES (XII-55)

20Ce sont les copulations qui permettent aux astres de se reproduire. En copulant avec elles-mêmes et avec leur soleil, les planètes donnent naissance à des germes de planètes, qui sont germes de fluide aromal et non de matière solide. Les germes sont déposés dans ce magasin de matière sidérale qu’est la voie lactée. Ils y couvent comme dans des fours à poulet, et des étoiles les entretiennent comme les abeilles entretiennent les larves. Les lactéennes les foulent pour les imprégner d’arômes. Puis les comètes prennent leur essor, se dispersent comme les oiseaux au sortir du nid, tournent autour des étoiles qui se nourrissent d’elles et leur communiquent de leurs fluides. Elles passent à la trempe comme le fer « par des bordées d’arômes réfrigérents dont on les enveloppe », après avoir gravité autour de divers soleils et s’être fixées en plan dans un tourbillon (XII-13).

21Enfin elles se solidifient, deviennent planètes, croissent puis décroissent, non dans leur masse, mais en « titre d’arôme » comme on le dit d’une liqueur forte qui s’améliore puis se gâte avec le temps, sans pour cela changer de volume.

22Les astres se raffinent. Une planète comme la nôtre, qui est d’espèce vigoureuse, est encore comme un enfant au berceau, couvert de croûtes et d’irruptions qui disparaîtront pour faire place à un bon système humoral. Ou encore comme une femme jeune, dont il serait stupide de prétendre qu’elle n’est plus en état de procréer.

B. « COPULATIONS INDUSTRIELLES » (XII-40) OU « COPULATIONS MOBILIÈRES » (XII-54)

23Les planètes se reproduisent. De plus elles tendent à «meubler» la surface de chaque globe. Elles donnent naissance, en « copulation industrielle » à tous les germes des substances animales, végétales et minérales. C’est ainsi que, pour le règne minéral par exemple, la Terre copulant avec elle-même engendre le fer, en copulant avec Herschel l’étain. Pour le règne animal, la Terre engendre le chien et de ses amours avec Saturne naît le cheval. Pour le règne végétal, la Terre engendre la violette en copulant avec elle-même, le jasmin avec le Soleil, la jonquille avec Jupiter et le narcisse avec Jupiter et le Soleil.

24S’il est peu important de savoir comment les planètes se reproduisent, à quoi ressemblent les petits planetons, comment ils grandissent et à quoi on reconnaît leurs modifications, il est en revanche très important de déterminer quelles copulations d’astres nous ont donné « chacun des 30 000 végétaux, chacun des animaux et minéraux ». De plus, chaque élément de la création joue un double rôle : celui pour lequel il a été créé qui lui permet de participer, comme « rouage actif », au mécanisme cosmique et celui qui lui permet de refléter l’ensemble dont il fait partie. Les minéraux, les végétaux et les animaux sont à la fois êtres vivants qui se nourrissent, copulent et meurent — et miroir des passions humaines « qu’ils dépeignent hiéroglyphiquement » (XII-40).

25Deux problèmes sont ainsi posés qui impliquent deux sciences jumelles mais distinctes. La première, attentive aux créations nées des copulations industrielles, permettra de favoriser l’apparition des espèces utiles à l’homme et de détruire les espèces nuisibles. C’est la cosmogonie appliquée proprement dite. La seconde, attentive à ce qui lie entre eux les éléments qui nous entourent, apprendra à déchiffrer la nature, à voir désirs et passions humaines se refléter dans les miroirs les plus inattendus. Cette science est celle des analogies. Il faut donc voir dans chaque planète un « ouvrier » qui donne l’agréable et l’utile : « l’agréable par la fidélité des tableaux de passions, et l’utile par les tributs dont nous sommes redevables à ses copulations aromales » (IV-242).

26Nous vivons parmi les éléments d’une première création. D’autres créations sont prévues. Sur chaque globe les premières et les dernières créations sont réglées « sur un plan opposé à celui des créations moyennes et donnent pour résultat une affluence de produits nuisibles avec un très petit nombre d’utiles ». Aussi vivons-nous aujourd’hui parmi une immense quantité de bêtes malfaisantes :

« le serpent à sonnettes, la punaise, les légions d’insectes et reptiles, les monstres marins, les poisons, la peste, la rage, la lèpre, la vénérienne, la goutte, et tant de venins morbifiques imaginés pour tourmenter l’homme et faire de ce globe un enfer anticipé. » (Théorie des quatre mouvements).

  • 3 Puisque la nature reflète nos passions et que nos passions ont été détournées, il n’est pas étonnan (...)

27L’existence de telles monstruosités ne s’explique pas seulement par les bavures qui accompagnent une première création. Après le déluge, et à cause de l’incapacité des hommes, les arômes de la Terre furent « en état vicié ». Leur putréfaction fit des taches au Soleil, ce qui explique les « éclosions subversives », le « mobilier odieux », les êtres nuisibles à l’homme pour les sept huitièmes. Les éclosions contre-moulées, les loups qui ont pris la place des hypo-chiens, les loutres qui ont pris celle des hypo-castors, les 130 espèces de serpents, 42 espèces de punaises et de crapauds sont appelés à disparaître. Une étude du système de la nature nous enseignera le rôle de chaque astre dans l’éclosion de tel ou tel élément et l’art de les ramener en scène de création pour un « travail contre-moulé ». Au lieu de créer baleines, requins, hippopotames et crocodiles, ils créeront des anti-baleines, des anti-hippopotames et des anti-crocodiles. Mais les créations subversives, produit des copulations des astres, sont en même temps le reflet des passions humaines. Or, tant que ces passions ne s’épanouiront pas dans une société harmonienne mais s’affronteront et s’engorgeront dans le chaos social, elles ne pourront qu’être reflétées par un mobilier odieux3. La science des analogies doit donc se mettre au service de la cosmogonie appliquée.

3. Analogies

28Chaque substance du règne minéral, végétal ou animal doit donc remplir deux missions : la première jouer son rôle d’élément dans un ensemble, être un rouage qui contribue au bon fonctionnement de l’univers, la seconde consiste à jouer le rôle de miroir qui reflète, « symboliquement », « emblématiquement », « hiéroglyphiquement », les travers ou les passions légitimes de l’homme. La science analogique étudie, ou du moins répertorie les ressemblances :

« L’analogie est la plus amusante des sciences, elle donne une âme à toute la nature. Dans chaque détail des animaux et végétaux elle dépeint les passions humaines et les relations sociales, l’intérieur de l’homme, aussi fidèlement qu’un peintre nous dépeint l’extérieur et les tableaux sont très piquants par la fidélité du pinceau » (XII-201).

29Tantôt Fourier se contente de représenter par un emblème qu’il ne commente pas une catégorie d’individus ou un ensemble de qualités et de défauts. Faisant par exemple l’inventaire des vertus féminines, il en cite les fleurs hiéroglyphiques : la reine marguerite représente la ménagère industrieuse, la jonquille l’amour maternel, la scabieuse la pruderie et le narcisse l’esprit de famille.

30Tantôt au contraire, il joue longuement à expliciter ce qui lie un geste, une attitude, un tic à quelque forme abstraite, couleur, objet ou animal : celui qui se livre à la masturbation trouvera dans le pavot l’image de sa dépravation puisque tous deux ont un air lymphatique et honteux :

« Le pavot (arôme d’Herschel) est hiéroglyphe de la masturbation ; son feuillage est bleuâtre comme celui de l’œillet en signe de tempérament amoureux. Le calice de la fleur en s’élevant est courbé en symbole de confusion et de langueur ; le parfum est amer et repoussant comme la société de ceux qui sont adonnés à ce genre de plaisir, la graine ou opium excite les rêveries et la léthargie comme la passion qu’elle représente (sa fleur est crispée) » (XII-84).

31Ce n’est pas un simple travers qui est représenté plus ou moins adroitement par le biais d’une métaphore ou d’une comparaison. C’est une manière d’être qui implique un certain mode de relation à autrui : l’hiéroglyphe rend compte et de l’attitude passionnelle et du comportement qu’elle impose au groupe. On s’écarte de celui qui se masturbe et l’on entoure la courtisane qui, si elle est issue d’une famille bourgeoise a été chassée du foyer paternel :

« La tubéreuse ou galante émancipée est le portrait de la jeune fille que l’amour entraîne à déserter le toit paternel. Aussi la fleur emblématique veut-elle déserter l’appartement ; son violent parfum oblige à la loger dehors.
Par analogie, la courtisane répand au loin son arôme ; il surprend, il arrête une masse de passants ; il fait sensation à la ronde et en plein air » (XII-85).

32Il arrive que Fourier aille plus loin encore, introduisant dans les éléments analogiques des sous-groupes qui se reflètent les uns les autres. Toute une architecture complexe est mise en place qui lie ensemble non plus deux éléments mais plusieurs séries d’éléments dont on ne pouvait penser qu’ils pussent figurer dans un même système. L’incongruité s’impose alors à la fois au cœur du système et en annexe sans qu’on sache trop quelle vérité doit en jaillir. Le chou par exemple est l’emblème des mystères amoureux. Il fait gonfler l’intestin et émettre des pets. Les mystères amoureux « causent des caquets et des bruits de scandaleuse espèce ». Il existe donc, entre les conséquences de la consommation de choux et les conséquences des amours clandestines toute une série de rapports :

« Si la nature veut être un peintre fidèle dans le tableau de nos passions, elle doit représenter dans le chou et ses effets les divers caquets ou vacarmes dont l’amoureux mystère devient la source ; on peut classer ces caquets en quatre sortes bien distinctes :

disputes secrètes entre individus
disputes publiques, ou éclats
mode direct

médisances en arrière de l’individu
calomnies
mode inverse

La nature en peintre fidèle a dû donner au chou la faculté de produire quatre sortes de bruits analogues aux susdits effets :

2 sortes de vents échappés par en haut
Un sourd et un sonore. Mode direct

2 sortes de vents échappés par le bas
Un sourd et un sonore. Mode inverse » (XII-95).

33L’analogie n’est donc pas un procédé de style, une manière de métaphore ou de comparaison. C’est un reflet dans un miroir, ce qui suppose un miroir et un objet placé devant lui. Que l’objet disparaisse, il n’y a plus de reflet. Pour que les horribles créations, le « mobilier d’ordure » fuient notre planète, il suffit que disparaissent les travers humains dont ils sont le reflet. Pour être délivrés des cent-trente espèces de serpents, il suffit de se débarrasser des cent-trente « espèces de calomnies qui sont l’essence des sociétés mensongères distribuées par familles ». L’analogie est donc une science utile puisqu’elle permet de déterminer avec précision la part de responsabilité de l’homme dans le développement de ce qui lui est nuisible.

34De plus, l’analogie peut servir à l’édification d’un système moral. Pour savoir si une action est bonne ou mauvaise, on peut examiner la qualité de la substance qui la reflète :

« En traçant ces ébauches, mon but est de faire entrevoir que l’analogie va débrouiller tous nos préjugés sur le vice et sur la vertu. Nous aurons des oracles sûrs ; et c’est de leur ensemble, de leur unanimité, qu’on déduira les vrais caractères de la vertu, les vraies routes du bonheur social » (XII-209).

35C’est donc par l’analogie que Dieu fait savoir si l’homme se trompe ou s’il va dans le droit chemin. Toute initiative humaine et toute création divine sont sujets d’expériences : toute action humaine se reflète dans une substance à qui elle impose un développement dont les conséquences sont heureuses ou catastrophiques. Le développement des substances est l’œuvre de Dieu qui a lancé le mouvement, mais les passions et les travers humains les infléchissent. Dieu lui-même est attentif aux analogies qui sont instruments de mesure, moyens de contrôle. « S’il n’existait pas un système d’analogie entre les substances des divers règnes et les passions des hommes, la création serait une œuvre arbitraire. Dieu lui-même ne saurait pas se rendre compte de la justesse de sa méthode. Il ne saurait pas s’il a bien ou mal fait en créant le tigre et le serpent à sonnettes, car ces productions odieuses ne peuvent être justifiées que par la nécessité d’un système d’analogie avec les vices tels que la férocité et la calomnie » (XI1-210).

36Une seule conclusion s’impose : tout sur la terre a été créé en fonction de l’homme et chaque astre reflète l’état social de son humanité. L’homme est l’intermédiaire entre Dieu et les substances crées : « Les saintes écritures nous disent que l’homme est créé à l’image de Dieu. L’homme a donc les mêmes passions que Dieu et pour lier avec Dieu les substances crées, il a suffi de les lier avec l’homme, de représenter dans chacune quelques effets des passions et des sociétés humaines. »

37Tout s’explique. Ce qui lie les raves, les choux, Dieu et les hommes c’est que les raves et les choux reflètent les passions humaines qui reflètent les passions divines. C’est un bien pauvre reflet. Aux hommes donc de se mettre au travail pour que le potager soit un emblème digne du Créateur.

38Il faut que chacun se livre à l’analyse emblématique en renonçant à la fois aux analyses chimiques, qui jamais ne dévoileront les propriétés cachées des substances, (pas plus que leurs vertus thérapeutiques) et aux analyses philosophiques qui embrouillent tout. Ce sera d’ailleurs un excellent moyen de faire fortune. En accordant « un sou par feuille publiant des analogies découvertes » on offrira aux auteurs 12000 francs par lignes. Un ouvrage de 4000 tomes sera constitué, publié feuille après feuille au fur et à mesure des découvertes. Chaque lecteur en tirera parti et découvrira à son tour pour 125 ou 250 000 francs d’analogies (VI-453).

4. L’au-delà : des transmigrations à la fusion

39L’homme désire être immortel. Donc l’homme est immortel puisque les attractions sont proportionnelles aux destinées. Les prétendus philosophes ont fait une fois de plus la preuve de leur impéritie en ne disant rien du sort passé et futur des âmes.

MÉTEMPSYCHOSES

40Fourier revient, après quelques retouches, aux fables des barbares et des sauvages : « de tous les dogmes anciens, le plus rapproché de la vérité est celui de la métempsychose ». L’homme renaîtra sur cette planète parce qu’il n’est pas question que, dans l’autre vie, le nombre des passions diminue et qu’il faudra bien satisfaire à la IIe passion, dite Alternante, ou Papillonne qui fait goûter aux plaisirs du changement, ainsi qu’à la 12e passion, dite Composite, qui incite à goûter plusieurs plaisirs à la fois. Il faudra donc renaître périodiquement sur la Terre, « y fournir pendant la carrière de la planète un grand nombre d’existences ».

41Fourier émet l’hypothèse de 810 alternats. Notre planète devant durer 81 000 ans environ, et le rapport entre le temps passé dans ce monde et dans l’autre étant, par analogie, le même que celui de la veille au sommeil, soit 23, il faudra passer 54 000 ans dans 1 autre monde et 27 000 ans dans celui-ci. Fourier fait un inventaire de ce que seront nos diverses existences, tantôt favorables comme celles du bon bourgeois ou du bon fermier, tantôt fâcheuses comme celle d’Esope contrefait ou d’un chrétien captif des musulmans. Le passage d’un monde à l’autre se fait tout simplement, comme celui de la veille au sommeil :

« Nos âmes, en passant et repassant de l’un à l’autre monde, comme de la veille au sommeil, font la même opération que l’homme qui se couche ou se lève. Au coucher, il a quitté les vêtements souples pour une pesante enveloppe dite couverture, matelas, et au lever, il reprend les vêtements souples » (III-191).

TRANSMIGRATIONS

42Dans La Fausse Industrie, Fourier ne limite pas les réincarnations à notre pauvre monde sublunaire. Il envisage qu’après douze transmigrations effectuées en Harmonie — ce qui n’est encore le cas d’aucune âme puisque l’Harmonie est à venir — il sera possible de quitter le globe et d’habiter trois planètes lunigères : Uranus, Saturne et Jupiter. « L’âme doit effectuer au moins trois fois ce parcours des quatre planètes lunigères avant d’être apte à résider dans le Soleil et les Lactéennes d’où elle passera dans d’autres soleils, puis dans d’autres univers, binivers, trinivers etc, variant à l’infini ses jouissances en matériel comme en spirituel pendant l’éternité ».

« En passant de l’une à l’autre lunigère, notre âme fait une station de vie en terre et ciel dans l’étoile ambiguë :

— de la Terre : Vénus

— de Jupiter : Mars

— d’Uranus : Sapho

— de Saturne : Protée

2

inconnues

(IX-198).

FUSION DANS LA « GRANDE ÂME »

43Nos âmes « les petites âmes » partagent évidemment le sort de la « grande âme » pour l’éternité, puisqu’elles sont des émanations de la sienne, comme nos corps sont des parcelles du grand corps nommé la planète. « A l’époque du décès de la planète, sa grande âme, et par suite les nôtres inhérentes à la grande, passeront sur un autre globe neuf, sur une planète qui sera implanée, concentrée et trempée » (III-326).

44Nos petites âmes achèveront leur carrière individuelle, perdront le souvenir des métempsychoses cumulées, se confondront et s’identifieront avec la grande âme.

45L’âme planétaire se séparant d’un globe défunt s’adjoint à une jeune comète encore implanée, qui deviendra planète. A la mort de cette planète, elle s’incarne dans une autre planète supérieure dans l’échelle des grades si l’univers est en vibration ascendante, inférieure si l’univers est en vibration descendante.

46Il serait hasardeux de lier entre elles les théories sur l’autre monde pour répondre aux principales questions que se posèrent ceux qui crurent à la pluralité des mondes :

  • après la mort, est-ce le même être qui se réincarne avec sa conscience et sa mémoire ou bien doit-on penser qu’il y a fusion de l’âme avec une âme d’astre puis avec Dieu ? (Ce qui conduit à nier l’immortalité de l’individu qui devient élément indissociable et inconscient d’un Tout).

  • Y-a-t-il une hiérarchie des mondes, ce qui impliquerait pour l’individu une succession de réincarnations dans des lieux de plus en plus cléments (à moins qu’il ne doive se purifier dans quelqu’astre bagne) ?

47Dans La Fausse Industrie Fourier affirme qu’en Harmonie les âmes pourront se réincarner sur d’autres planètes et résider dans le soleil. L’immortalité de l’individu semble donc respectée : une âme ne lie pas nécessairement son sort à celui de la planète. Mais partout ailleurs Fourier parle de fusion des petites âmes dans la grande âme ce qui conduit à nier l’immortalité de l’individu.

48Il y a donc contradiction entre les deux théories. Nous verrons comment certains disciples essaieront de la dissimuler. Il faut pour le moment insister sur le fait que si l’individu est immortel et que son sort peut être différent de celui de sa planète, il peut être sauvé tout seul, par sa bonne conduite. Au contraire, si l’être est inséparable de sa planète, il sera sauvé ou perdu avec elle, quelle que soit sa conduite. Cette dernière hypothèse est celle des fouriéristes et presque toujours celle de Fourier. Alors qu’elle s’oppose aux conceptions de ceux qui exposèrent leur foi en la pluralité des mondes. Pour Bonnet, Ballanche, Boucher de Perthes, Jean Reynaud, Pezzani, Camille Flammarion, l’individu seul se purifie d’astre en astre, et se réincarne selon son mérite, gardant en général, tout ou partie des souvenirs de ses existences passées.

49Pour Fourier, il n’y a pas en ce monde de réminiscence des existences antérieures. Au cours des alternats, l’individu dans l’autre monde se souvient de son séjour dans celui-ci, alors que dans ce monde il n’a pas de souvenirs de son séjour dans l’au-delà (exception faite de quelques communications entre les deux mondes dues à des phénomènes magnétiques).

50A la seconde question posée par les partisans de la pluralité des mondes sur la hiérarchie des séjours, Fourier répond, dans La Fausse Industrie, en promettant aux âmes des incarnations dans les binivers, trinivers etc. accompagnées de jouissances infinies, sauf lorsque ces mondes se dégradent au cours de leur vibration descendante qui précède la fusion dans un astre, ou un monde supérieur. L’ascension des âmes vers la Divinité, chère aux doctrines de la pluralité des existences de l’âme se fait donc, mais Fourier n’insiste guère, par une sorte de mouvement cyclique.

5. Le bonheur dans l’au-delà

51Fourier ne pose ni le problème de l’individualité, ni celui de la hiérarchie des mondes dans les termes du XIXe siècle. Pour lui seul compte le bonheur dans ce monde et dans les autres, et le moyen de le réaliser, qui passe par l’exploitation successive de ce monde et des autres.

52Après la mort sont envisagées trois séries de réincarnations. Au cours de la première, les âmes passent et passeront alternativement de ce monde à l’autre monde (qui est situé sur notre planète) : tel est actuellement le sort de l’âme des défunts, et cela jusqu’à l’avènement de l’harmonie.

53En harmonie (si l’on en croit La Fausse Industrie) les âmes s’incarneront dans d’autres astres. Quoi qu’il en soit, même si ces réincarnations ne se font pas, les âmes iront de ce monde à l’autre, et le séjour en ce monde sera merveilleux.

54Enfin après la mort de la planète, les petites âmes subiront le sort de la grande âme.

55La description des destinées futures tient compte de ces différents séjours, mais des félicités de même nature (toutes dépendantes des plaisirs des sens) sont promises à chaque réincarnation.

56Abandonnant leur corps mondain formé de terre et d’eau, les âmes après la mort prennent un corps formé d’arôme incombustible, homogène avec le feu qui permet de pénétrer l’intérieur brûlant du globe et de traverser, comme le fluide magnétique, les substances les plus épaisses. A la substance aromale se joint l’Ether qui « est la portion subtile et supérieure de notre atmosphère ».

57Le corps des ultra-mondains allie à la puissance que lui donne l’arôme (capable d’agiter les Alpes et l’Atlas par des tremblements, véloce comme le tonnerre et les fluides électriques), une beauté aérienne légère et diaprée de plus riches couleurs qu’une aile de mouche observée à la loupe.

58Le corps de l’autre monde, développe comme le corps d’ici-bas, douze passions fondamentales. Rien de plus ridicule que de concevoir, comme le font les doctrines civilisées que les jouissances dans l’au-delà seront limitées aux satisfactions de la vue (pour admirer la Divinité « les murs et les escaliers de diamant des demeures célestes »), de l’ouïe (pour entendre les chœurs célestes), de l’odorat (pour humer les parfums des cassolettes célestes). Le goût et le tact seront également développés. La nappe sera mise dans l’autre monde.

« On y goûtera tous les plaisirs des sens, et à un degré bien plus élevé, parce que les corps éther-aromaux sont beaucoup plus susceptibles de sensations délicates que les corps terre-aqueux. L’homogénéité avec le feu donne à leurs plaisirs sensuels une activité qui serait pour les corps mondains aussi peu supportable que le contact du feu » (III-337).

59De plus, les âmes des défunts connaissent et connaîtront le plaisir de se mouvoir. Les transmondains planent et se sentent perpétuellement bercés, comme nous le sommes ici-bas dans une voiture suspendue, ou sur une escarpolette. Ce mouvement permet de jouir du seul plaisir d’exister (on songe à l’extase de Rousseau sentant poindre sa présence au monde, blotti dans une barque, qui se balance au gré des flots). C’est aux limites de l’atmosphère, dans le « réflecteur », coque aérienne de la planète, « aussi lisse qu’une glace », « comparable à une bulle de savon » (II-191) que planent et voguent en tout sens, comme des oiseaux et des poissons, les âmes des morts. Mais ces séjours ne sont pas séjours d’oisiveté : les ultra mondains travaillent, exploitent leur espace pour le mettre au service de leurs plaisirs.

60Les âmes des morts ne connaissent encore pourtant que des félicités incomplètes : elles sont, puisque tout est lié dans la nature et que tout va mal sur la Terre, en état de « malheur relatif ». Tantôt Fourier les doue d’ichtyonévrisme, c’est-à-dire d’impassibilité, d’absence de douleur (II-192), tantôt il les en prive (IX-457). Les âmes sont de toutes façons privées de l’insouciance, puisqu’elles savent qu’elles devront retourner sur la Terre, en ce malheureux monde civilisé « où les chances du mal être sont au moins vingtuples de celles du bien être » (IX 457-2).

61Et c’est avec une impatience d’autant plus grande qu’elles savent de quoi elles sont privées que les âmes de nos pères nous supplient de réaliser l’Harmonie.

62Alors tout favorisera la bonne gestion du globe. La coque de la Terre remplira les deux fonctions de tout astre harmonisé : celle de « vive réflexion externe » et de « mirage interne ». La coque réfléchira les images des mondes et permettra des transmissions pouvant atteindre une rapidité trentuple de celle du télégraphe. Comme de plus nous disposerons d’un alphabet intersidéral grâce aux mercuriens, il sera possible de communiquer avec les habitants des autres mondes.

63Lorsque reviendront nos cinq satellites vivants, les produits malfaisants et nuisibles disparaîtront : l’atmosphère sera restaurée, les mers des côtes ne seront « meublées » que de zéphirs locaux, les pleines mers de vents réguliers qui rendront les tempêtes impossibles, l’eau marine aura la saveur de la limonade. Les pôles s’échaufferont, les déserts deviendront fertiles et les sables des zones torrides seront fixés, humectés, reboisés.

64Que nos instruments astronomiques atteignent enfin au grossissement du mégascope, nous verrons les mécanismes sociaux des planètes. Et le jour « où l’on pourra voir le mécanisme social des mercuriens, la civilisation n’aura qu’un mois à durer » (IX-712). Alors « le libéralisme sera apprécié à sa juste valeur » et les législateurs seront enfin confondus. Contemplant Jupiter, « on verra son faste immense, les belles harmonies de ses armées industrielles, de ses vastes palais sociétaires, de ses pompeuses cultures » (IX-N5) et on s’empressera de réaliser sur la Terre le règne de l’unité d’action, de la culture sociétaire, du ménage combiné et du concours des inégalités. Est-ce à dire que les astres ayant réalisé l’harmonie ne seraient que des espaces organisés comme le souhaitent les membres de l’école phalanstérienne, sans que leurs habitants soient radicalement différents des Terriens ? Rien n’est moins sûr. Il suffit de regarder au-delà des planètes vers le soleil. (« Peu nous importe, réplique-t-on, nous n’avons aucune relation avec les habitants du soleil. Si en vérité, vous en avez beaucoup, car vous y habiterez dans l’avenir. »)

65Les Solariens sont blancs (X-44), ils jouissent de facultés brillantes qui nous sont refusées, parce que nous sommes inférieurs à eux de 4 degrés. Ils disposent de surcroît de « leviers corporels » par lesquels ils peuvent faire quatre fois plus d’ouvrages que les Terriens.

« Cette supériorité tient principalement à un membre dont nous sommes privés, et qui comporte l’échelle de propriétés suivantes : T. Garantie en chute
1. Arme puissante
2. Ornement superbe
3. Force gigantesque
4. Dextérité infinie
P. Concours et appui à tout mouvement du corps » (IX-708).

66La critique arma par dérision les Solariens de Fourier de cornes, griffes, trompes et queues. Mais le Maître, superbe, les renvoya à leurs « pantalonnades mercantiles » (IX-708-720).

67Le bonheur des Harmoniens dans les astres reflète le bonheur promis par Fourier sur cette Terre, lorsqu’on aura tiré toutes les conséquences de son invention. Le bonheur dans l’autre monde n’est pas encore parfait, mais il est préférable aux malheurs de ce monde. La perspective de la vie future fait perdre à la mort ce qu’elle a d’odieux, elle devient transition ascendante, préparation au bonheur dans l’au-delà.

68Reste un problème qui semble avoir obsédé Fourier, tant les développements dont il fait l’objet sont nombreux. Pourquoi Dieu n’a-t-il pas donné des preuves plus claires de l’immortalité de l’âme ? Les réponses sont multiples :

  • Dieu n’a rien caché, mais il a voulu que l’homme fasse l’effort de la découverte.

  • « Dieu ne permet pas que les globes acquièrent, pendant l’ordre incohérent, des notions certaines sur la vie future des âmes ; si l’on en était convaincu, les plus pauvres des civilisés se suicideraient dès l’instant où ils seraient assurés d’une autre vie qui ne pourrait être pire que celle-ci l’est pour eux » (1-95).

69« Il ne resterait que les riches qui n’auraient ni aptitude ni penchant à remplacer les pauvres dans leur ingrate fonction ».

70Ainsi Fourier nous piège. Les pauvres sauront bientôt quel bonheur nous attend dans l’au-delà. Si l’Harmonie n’est pas bien vite réalisée, et que le bonheur sur cette Terre ne vaut pas le bonheur promis dans l’au-delà, ils se suicideront. Et notre globe restera constamment dans l’état sauvage — car jamais les riches ne prendront leur place.

6. Sarcasmes divins

71Dans un texte écrit avant la publication de la Théorie des quatre mouvements et publié dans La Phalange en 1847, on peut lire cette déclaration aux nations « civilisées et barbares » :

« J’ai une fâcheuse vérité à vous apprendre, c’est que les âmes de vos pères sont depuis le commencement du monde dans un état de souffrance, vos âmes participeront après le trépas au mal-être des défunts, et cette proscription de Dieu contre les trépassés durera autant que durera l’ordre civilisé, barbare et sauvage » (XII-605).

72Ceci ne souffre aucune exception. « Dieu juge les globes en masse sans distinction des bonnes ou des méchantes créatures. Les âmes de Néron et de Socrate sont dans l’autre monde réduites au même sort ». Dieu ne juge pas les homme individuellement, en tenant compte de leurs actions. Il n’est pas un « tatillon qui va mettre le nez dans les draps pour voir si un mari triche en exploitant sa femme ». Il a réglé « en système général les affaires de l’univers » et tant pis pour les globes qui ont préféré consulter la philosophie pour aboutir au chaos civilisé plutôt que de consulter l’attraction qui les aurait menés à l’Harmonie. Il faut bien qu’il y ait dans l’univers quelques globes ridicules « pour servir à l’amusement de Dieu, comme il y a des bouffons à la cour pour amuser le roi ».

73Dieu jouit au spectacle des malheurs dus à la constance de ridicules sociaux. Il rit en voyant les champs jonchés de cadavres, les empires ravagés par la révolution sans chercher à séparer le bon grain de l’ivraie, ni à consoler les innocents : « Quelque grands que soient vos malheurs, Dieu ne vous doit aucune indemnité dans l’autre monde pour les sottises dont vous pâtissez dans celui-ci » (XII-608).

74Si tout va mal dans ce monde, tout ira mal dans l’au-delà. Si Dieu a créé l’homme pour le bonheur pourquoi commencerait-il par le rendre malheureux sur la Terre ? Inversement, si Dieu a créé l’homme pour la douleur, il n’y a aucune raison pour qu’il cesse de le tourmenter dans l’au-delà.

75Inutile d’espérer mériter individuellement la bienveillance de Dieu, ou d’échapper seul aux malédictions divines. L’illusion d’accommodement personnels entre Dieu et les hommes est entretenue par le charlatanisme des prêtres qui se veulent « entremetteurs de grand crédit » et présentent les malheurs sociaux comme « vengeance de Dieu contre la malice des individus, tandis que ces malheurs sont l’effet de la prescription divine contre le mécanisme social, sans acception des individus. »

76L’idée que nos souffrances sont des épreuves est proprement inacceptable. Pourquoi Dieu aurait-il besoin d’éprouver ses ouvrages puisqu’il en connaît — par l’analogie — les résultats ? Et puis sur quels critères se fonderait-il ? Osera-t-on dire qu’il distingue, comme le font prêtres et philosophes, entre les bonnes et les mauvaises passions, lui qui les créa toutes ? Ou entre ce que nous appelons vice et ce que nous appelons vertu ? D’un continent à l’autre le vice passe pour vertu et inversement : l’Occident condamne le suicide alors qu’il est déshonorant pour certains sauvages de périr de mort naturelle. L’anthropophagie est considérée comme un crime, mais les Auzicos se mangent les uns les autres :

« Un Auzico croit exercer la philanthropie et la vertu en avisant ses amis qu’il est las de vivre, qu’il va se faire tuer par le boucher, et qu’il lègue son rognon à tel ami, son aloyau à tel autre pour s’en régaler, comme il s’est régalé lui-même en mangeant son père, son frère et son enfant dans l’occasion ; ce sont des anthropophages économistes et philanthropes chez qui il y a toujours des gigots de chair humaine pendus au croc devant la boutique du boucher ».

77Dieu permet ces « bigarrures morales » pour prouver que les distinctions entre vice et vertu sont des préjugés qui varient selon le caprice des législateurs. Et c’est un signe de sa grande sagesse que de ne pas se mêler des infamies sociales. « S’il vous prenait au mot quand vous demandez la punition d’un crime, ne devrait-il pas créer 800 millions de monstres pour dévorer 800 millions de criminels qui couvrent le globe, et faire périr l’infernale vengeance des civilisés, barbares et sauvages par 800 millions de crimes différents ? »

78Le seul critère de Dieu pour juger d’un globe n’est pas la bonne ou la mauvaise conduite de chacun de ses habitants, mais la bonne ou la mauvaise gestion de ce globe. Pour permettre aux hommes de réaliser leur œuvre, il leur a donné la théorie de l’Harmonie qui peut être comprise par quiconque a peu de bon sens et réalisée très vite : il suffit de quelques millions pour entreprendre et achever en trois ans la première phalange qui sera le germe de la métamorphose générale. Alors la volonté de Dieu sera faite sur la terre comme au ciel (c’est-à-dire sur la terre et dans le ciel). Dieu a laissé l’homme libre de faire son bonheur ou son malheur. S’il préfère la philosophie aux lois de l’Attraction, qu’il consente à être la risée de l’univers. Dieu n’interviendra pas. L’espace sera envahi de créations contremoulées à l’image des turpitudes de l’homme.

79Que les créatures ne s’attendent pas à être récompensées toutes seules, si elles triomphent toutes seules de prétendues épreuves par la résignation. Dieu n’est pas responsable du mal. Il n’éprouve personne pour le mettre ensuite en paradis. D’ailleurs il n’est de paradis que celui rêvé par les prêtres et il ne vaut pas les moindres plaisirs de ce monde :

« Quel homme pourrait se plaire à l’idée de résider seulement une semaine dans le paradis des chrétiens, où l’on n’a d’autre délassement que de prier Dieu, voir Dieu face à face et dans toute sa gloire, disent les livres ascétiques. Dieu a donc une face, et par conséquent un derrière ? (...) A quoi pourra-t-on se délasser quand on aura longtemps admiré Dieu face à face ? Fut-il éclatant de richesse comme on le dépeint au Musée de Paris, où l’on voit Dieu le père en grande mitre d’or, vêtu de haut en bas en drap d’or, tout galonné en or dans un fauteuil ciselé, que devenir quand on l’aura admiré quelques heures » ?

80Et il n’y a pas non plus d’autre enfer que la terre, régie par de prétendus savants :

« O vous, qui avez inventé l’enfer, prêtres orientaux, vous avez, sans le savoir, dit la vérité. Oui, l’enfer existe, l’enfer c’est l’état d’un globe qui ignore les lois de Dieu et gémit dans les fureurs attisées par la législation humaine ! L’enfer c’est l’état civilisé barbare et sauvage qui a vomi sur cette terre malheureuse plus de calamités que les anges des ténèbres n’en auraient jamais inventé ! »

81L’intolérance, les persécutions, le système répulsif, le dogme « antivoluptueux » de la doctrine romaine ont empêché la découverte du calcul de l’attraction passionnelle, retardant ainsi l’avènement à l’Harmonie universelle. Les 99/100 du genre humain seraient, paraît-il, dans la géhenne « où il n’y a que pleurs, grincements de dents et tortures éternelles pour une peccadille d’amour aussi bien que pour un parricide ». Le Dieu des Chrétiens se plaît à plonger pour l’éternité une jeune fille « dans une fournaise remplie de vipères et de démons, parce que cette ingénue aura cédé un instant à l’amour dont l’impulsion lui fut donnée par ce Dieu distributeur de l’Attraction » ! Tandis que les élus s’ennuient à contempler le Créateur, indifférents aux souffrances de leurs frères. Une courte vie aurait suffi pour que soit fixé éternellement le sort des âmes ! Le pari est inacceptable : une vie de douleurs contre une infinité de béatitudes émasculées ! A cette espérance « simple », le bonheur dans l’un ou l’autre monde, Fourier oppose l’espérance « composée », le bonheur dans l’un et l’autre monde.

7. La corne d’abondance

82L’homme du XIXe siècle sait qu’il n’est plus au centre du monde. La Terre depuis Copernic est soumise aux volontés du soleil et les astronomes n’ont cessé depuis de la perdre dans l’infini. La créature humaine n’est plus l’enfant exclusif, chéri de Dieu. Les mêmes éléments forment notre planète et les astres qui l’entourent, l’homme est de la même pâte que tous les animaux du globe, peut-être même n’est-il que le résultat d’une série de transformations, peut-être, comme le veut Lamarck, descend-il du singe.

83Les savants ne sont plus capables, comme dans l’Antiquité, de fonder une cosmogonie cohérente à laquelle seraient associées toutes les lois qui devraient régir la vie quotidienne. Les astronomes positivistes se bornent à étudier le système solaire. Pour le reste, le monde est entouré de mystères.

84Mais de plus en plus, les savants découvrent de nouvelles lois. Si bien que l’imagination peut vagabonder avec une angoisse délicieuse ou suffoquante dans les espaces sidéraux ou s’enorgueillir de la puissance de l’homme qui dicte ses lois à l’univers.

85L’univers est en mouvement. « Plusieurs observations sont assez bien représentées en supposant le système solaire emporté vers la constellation d’Hercule » écrit Laplace. Ne sachant plus où va le monde, l’esprit se grise de « peut-être » (Hélène Tuzet). Le XIXe siècle a exprimé avec force ce grand mouvement de l’univers (progrès ou fuite ?) vers l’inconnu et voulu que l’homme ne fût pas seul dans cet exode ou dans cette marche vers la terre promise. Astres, hommes, animaux, végétaux, minéraux forment une grande fraternité. Et tout prend un sens. L’animalcule permet à l’historien de la nature de faire des réflexions sur l’origine de la vie ; les perturbations dans la révolution d’une planète permettent à l’astronome de découvrir une autre planète. Bien sûr, les savants analysent et se refusent aux vieilles analogies. Mais de glissement en glissement, les imaginations y reviennent, voient dans les nouvelles découvertes la confirmation des vieux mythes — et l’on sait le succès que connurent à nouveau le système global des correspondances et les ésotérismes de tous ordres.

86Fourier refuse à la fois nouvelles découvertes et vieux mythes. Il leur substitue des explications très simples : l’infini est la répétition d’éléments qui se ressemblent. On peut raisonner sur les grands nombres sans se laisser impressionner, mais c’est bien inutile. Tout peut être compris par l’observation des pommes, courges, cuirs, graines et melons. L’infini n’écrase pas l’homme. Un peu de bon sens suffit pour reconstruire un univers rassurant.

87Le vertige ne prend que les analphabètes et ceux qui se sentent coupables. Il faut combattre l’ignorance et faire comprendre que nul n’est fondamentalement coupable, sinon de quelques erreurs de gestion qu’on a aujourd’hui les moyens de corriger. Ceux qui ont souffert souffrent encore dans l’au-delà. Mais l’Harmonie est proche qui apportera le bonheur aux morts et aux vivants. Puis viendront de multiples fusions dans de multiples âmes d’astres.

88Charles Fourier parle de la pluralité des mondes avec la tranquillité des auteurs pour qui l’utilisation du thème est procédé de style. Mais il propose en même temps une eschatologie accompagnée d’une métaphysique qui est répétition du physique et qui se passe de théologie comme de profondeur, de mystère et de vertige. La démesure en tient lieu, et la pléthore de promesses en cascade.

89Il n’y a ni ciel ni enfer, mais un espace traversé de cordons, de vibrations en spirale, de germes qui s’entrecroisent et se fécondent, renaissant les uns des autres. Surgissent dans cet espace des tourbillons dont les astres gravitent selon un ordre incohérent (celui des comètes) et un ordre cohérent (celui des planètes) puis échangent leur rôle, permettant ainsi une cohérence générale tenant compte de l’ordre et du désordre. Aux globes sont associés des êtres qui les exploitent, organisés en sociétés où une telle cohérence générale est impossible : l’ordre doit succéder au désordre. Les cités sont l’image simplifiée du cosmos. Dans les unes la succession est la règle, qui implique des incompatibilités (dont l’Harmonie aura raison). Dans l’autre des rouages hétérogènes peuvent tourner simultanément, dans le même sens ou en sens inverse. Il suffit pour l’appréhender de passer du simple au composé et de comprendre une fois pour toutes que le composé est supérieur au simple, parce qu’il n’implique pas de renoncement.

90Dieu a douze passions, comme nous et comme tout ce qu’il a créé à son image. Que s’épanouissent ces 12 passions, passions des hommes, des astres et de Dieu et tout sera pour le mieux dans le meilleur des cosmos.

91Les doctrines fondées sur la pluralité des mondes promettent un bonheur « simple » auquel, dès ce monde, il faut se préparer par l’ascétisme. Un bonheur lumineux, angélique, ineffable, à la fois fusion en Dieu et contemplation de Dieu, apothéose de séjours initiatiques générateurs de purification. Un bonheur d’où le corps est absent, du moins dans ses manifestations sensorielles les plus apparentes — car les évocations de blottissement au sein d’une élémentarité — alimentarité évanescente et liquide ont pour nous aujourd’hui un sens clair.

92Chez Fourier au contraire, la douleur est laide, la pauvreté crasse, l’ascétisme crotteux. Le bonheur dans l’au-delà est une satisfaction des sens dont le raffinement ne transforme pas la jouissance en abstraction mais permet de se conduire en prince oriental. La table est mise, dans ce monde et dans l’autre. La purification consiste à apprécier de plus en plus les mets les mieux préparés. Jamais le plaisir ne change de nature, il passe par les mêmes organes, se raffine (mais comme rien ne s’exclut, raffiner veut dire compléter, compliquer, aller du simple au composé).

93Ainsi de l’amour des astres, êtres supérieurs. Les planètes sont androgynes, c’est-à-dire qu’elles ajoutent les voluptés viriles aux voluptés féminines. Les arômes, agents de copulation, sont comme l’indique le sens premier du terme, parfums. Mais parfums palpables, émanations de substances précieuses et nourricières dont les fusions engendrent d’autres substances précieuses et nourricières. Et ainsi de suite, non pas jusqu’à la quintessence seulement destinée à des organes qui n’en sont plus tant ils sont purifiés, mais vers la fraise, la cerise ou l’abricot.

94Le bonheur dans les doctrines fondées sur la pluralité des mondes est dépouillement, absence de désirs, abstraction. Le papillon s’est délivré de sa chrysalide. Chez Fourier il est enrichissement, variété, surenchère. En Harmonie comme dans l’au-delà on travaille pour produire de quoi satisfaire les sens et pour que chacun jouisse tout de suite. Celui qui découvrira une volupté nouvelle sera récompensé. Fourier ne cherche pas la vérité toute nue mais la corne d’abondance à une époque où l’on masque la réalité sociale par le recours à des valeurs supérieures : douleur rédemptrice, expiation, purification, dépouillement. Pour Fourier la privation n’est pas une vertu, c’est une erreur de calcul, ou une injustice calculée qui prend Dieu pour alibi.

Notes

1 Maurice Blanchot, « En guise d’introduction », Topique, no 4-5, p. 8.

2 Hélène Tuzet, op. cit., p. 359 et suivantes.

3 Puisque la nature reflète nos passions et que nos passions ont été détournées, il n’est pas étonnant que nous soyons entourés de créatures incommodes, revêches ou monstrueuses :
« Le développement malheureux de nos sociétés, en deçà de toute pensée claire et de tout acte vrai, ne vérifie le plan de Dieu que pour créer le mal ; notre histoire déviée s’est prise dans l’espace en êtres maléfiques ».
Simone Debout, préface à la Théorie des quatre mouvements, éd. Pauvert, p. 23.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540