Version classiqueVersion mobile

Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province

 | 
Michel Bozon

Chapitre V. Les grands moments

Texte intégral

1A Villefranche, comme ailleurs, l’existence des individus semble, en certaines occasions, échapper à la répétition quotidienne. L’impression de vivre « des moments pas comme les autres » provient, selon les cas, de la foule assemblée, de l’abondance, de la liesse, des couleurs, ou bien du spectacle, des cadeaux ou du dépaysement. Quelques-uns de ces événements ont déjà été évoqués : la Fête des Conscrits, la soirée annuelle ou le voyage à l’étranger d’une association, une réunion d’amis, un grand concours de boules… Le caractère hétéroclite de la liste souligne la diversité de ces grands moments. C’est à dessein que nous n’avons pas parlé de « fêtes », car ce terme fonctionne trop souvent comme une expression restrictive, ou normative. Gala, fête foraine, soirée, repas, réception, sortie, mâchon, ouverture de la chasse, grand rassemblement familial, intronisation, banquet, grand match, bal, quinzaine commerciale, fêtes de fin d’année, défilé dans la rue, création théâtrale, fête politique se laissent difficilement enfermer dans une définition stricte ou unique. On peut seulement remarquer, très empiriquement, que dans toutes ces occasions, il y a rassemblement exceptionnel ; des personnes qui ne sont pas en contact quotidien les unes avec les autres se trouvent assemblées en un temps et en un lieu donnés. Le fait qu’il y ait rassemblement physique, ne permet pas de déduire ce qui se passe pendant, ou à l’occasion de tels événements : on peut néanmoins affirmer que les grands moments, à la fois rares et valorisés, font partie des manifestations de la sociabilité. Mais seule une étude ethnographique détaillée permet de décider si cette cristallisation en un même lieu fait tomber les barrières entre personnes et entre groupes, modifiant temporairement l’univers des rapports établis, ou au contraire si elle fournit l’occasion d’une mise en scène encore plus poussée de ce qui différencie socialement les individus. Dans cette seconde hypothèse, les comportements festifs seraient de simples prolongements (ou des expressions concentrées) des comportements sociables quotidiens. L’alternative peut se formuler autrement : existe-t-il un modèle festif unique concernant indistinctement les deux sexes, toutes les classes sociales, tous les groupes d’âge, ou bien y a-t-il différentes manières de célébrer, différentes « idées de la fête » ?

2Le journal quotidien peut-il servir de source pour une analyse des événements festifs ? Il est vrai que la rubrique locale du journal quotidien fait son ordinaire du compte rendu de tous ces (petits) événements. Le correspondant local, que beaucoup d’habitants connaissent personnellement, est en effet l’invité régulier et obligé des innombrables festivités de la communauté. Naturellement, ces invitations renouvelées s’adressent moins à une personne qu’au rôle qu’on veut lui faire jouer : celui de mémorialiste des grands moments de la ville. Ainsi les « pages de Villefranche » sont-elles truffées de reportages sur des soirées, des réceptions, des petites ou des grandes fêtes. Mais le compte-rendu journalistique d’un événement festif est un genre très stéréotypé, fournissant fort peu d’informations concrètes. On reprend le programme ou ce qui en tient lieu, on cite les personnalités présentes, on glisse quelques mots chaleureux, on place parfois une photographie témoin qui n’a besoin d’être ni précise, ni évocatrice. En outre, il s’opère une sélection très nette dans les sujets de comptes rendus : par exemple on parle beaucoup moins des bals ou des soirées d’associations que des petites fêtes de clubs du 3ème âge (qui n’échappent jamais à la vigilance du correspondant). Enfin, le journaliste ne rend compte que d’événements publics ou semi-publics. Dans une petite ville, à la différence d’un village, fêtes et réunions familiales ne font pas partie des « nouvelles locales ». En définitive, le dépouillement systématique de la presse semble ne pas pouvoir remplacer l’observation ethnographique, même réduite à un petit nombre de cas.

3Dans ce chapitre, on ne cherche pas à décrire toutes les fêtes qui se déroulent à Villefranche, ni même les plus importantes. A partir de l’observation d’un certain nombre de festivités privées et publiques, on se propose seulement de montrer qu’il n’existe qu’un nombre assez limité de comportements festifs.

LA FIN DE L’ANNÉE A VILLEFRANCHE

4Les fêtes qui marquent la transition d’une année à l’autre semblent illustrer au plus haut point le thème de la fête-fusion. Cette période n’est-elle pas un des rares moments d’unanimité sociale et nationale que connaisse notre pays ? Fêtés partout en France, dans tous les milieux sociaux, Noël et Jour de l’An font apparemment partie d’une culture commune. Pourtant l’observation concrète des « fêtes » à Villefranche conduit à récuser ce schéma unanimiste. En effet, les différentes couches sociales ne vivent pas toutes la fin de l’année de la même façon.

5Plus longues que celles des autres couches de la population, les « fêtes » des commerçants sont aussi les moins festives. La période de la fin de l’année représente surtout pour ces derniers un moment d’intense activité professionnelle (campagne publicitaire en décembre, renouvellement des stocks en janvier). Ce sont donc les commerçants qui indiquent symboliquement le début et la fin des festivités, par l’installation rituelle d’éclairages multicolores dans les grandes rues de la ville, et en particulier dans la rue Nationale, « rue de la fête ». Si on s’en tient à cet indice lumineux, les « fêtes » à Villefranche sont interminables, puisque les lumières restent en place du début décembre à la fin janvier. Ce début prématuré est lié à la volonté des commerçants d’introduire à Villefranche une imitation de la fête lyonnaise> u 8 décembre, mais malgré leurs efforts, il n’a encore jamais été possible Je provoquer dans cette ville qui n’a pas de vie nocturne les mouvements de foule des périphéries vers le centre qui caractérisent la grande fête de Lyon. Une fête ne se greffe donc pas si facilement dans un contexte qui ne s’y prête pas.

La fête qui se déroule tous les ans à Lyon le 8 décembre se caractérise par plusieurs éléments traditionnels. D’abord, les illuminations nocturnes prises en charge par les habitants eux-mêmes : des bougies placées à l’intérieur de verres de couleur sont disposées sur les rebords des fenêtres des habitations. Des dizaines de milliers de fenêtres sont éclairées par ces lueurs tremblotantes. Ensuite, le déferlement de groupes de jeunes vers les quartiers centraux, avec des comportements carnavalesques. Enfin, trait plus récent mais déjà traditionnel, l’organisation par les commerçants d’un concours de vitrines qui anticipe sur la période des fêtes proprement dites. Cette fête aurait selon la tradition, été instituée par les habitants au Moyen Age, après que la ville ait été délivrée de la peste par l’intercession de la Vierge. La fête actuelle ne remonte en fait qu’au début du Second Empire : elle a été lancée par les notables de la ville (dans un but expiatoire ?).

  • 1 Cette distinction due à l’ethnologie spontanée est critiquée par François-André Isambert dans son (...)

6Le fait qu’à Villefranche les illuminations de rues se prolongent si tard en janvier s’explique par l’importance locale de la Fête des Conscrits, située à la fin janvier, mais considérée par les Caladois comme la dernière et la plus grande des festivités de cette période de l’année. Dans les magasins de Villefranche, on trouve des cartes de vœux de conscrits, sur le modèle des cartes de Nouvel An. En outre, plusieurs commerçants nous ont déclaré faire plus d’affaires pour la Fête des Conscrits qu’à l’occasion de Noël et du Nouvel An réunis. On peut dire qu’il y a là une véritable réinterprétation locale du calendrier : beaucoup d’habitants de Villefranche voient dans la succession de Noël, du Jour de l’An et de la Fête des Conscrits un cycle ordonné, qui culmine dans la dernière nommée. Peut-être faut-il même inclure dans cette série la Fête des Rois, fête privée, mais aussi fête célébrée par de nombreuses associations comme moment de retrouvailles et de redémarrage hivernal. De la succession des quatre fêtes, une interprétation en termes symboliques peut être donnée. Moment incertain par excellence, la transition d’une année à l’autre s’accompagne d’une série de rites de passage, qui mobilisent progressivement les divers groupes auxquels appartiennent les individus, et mettent en scène leur unité et leur stabilité renouvelées : ainsi sont célébrées la réunification de la famille (Noël), celle des amis (Nouvel An), celle des groupes formels (les Rois), enfin celle de la ville tout entière, à travers la célébration des classes porteuses du même millésime (Fête des Conscrits). Cette interprétation globalisante ne rend pas compte, en fait, des pratiques festives de tous les groupes sociaux. Il n’est pas certain en effet que Noël et Jour de l’An puissent être distingués dans tous les cas comme étant l’une une festivité familiale sacrée et l’autre une réjouissance amicale un peu fêtarde1.

En prenant comme test le lieu de déroulement et la nature des participants aux repas de Noël et du Nouvel An, on note en fait une très grande similitude entre ces deux journées. Ont pris ce repas chez eux 51 % des enquêtés dans le premier cas et 50 % dans le second, dans la famille proche 42 % et 33 %, chez des amis ou autres 4 % et 14 %. Examinons maintenant les participants : ils peuvent se limiter au groupe domestique seul, s’élargir aux parents proches ou plus lointains, ou bien comprendre des amis. De ce point de vue, la différence entre les deux repas considérés est minime : dans 15 % et 23 % des cas, c’est le groupe domestique seul qui est concerné, il y a des parents proches présents dans 51 % et 47 % des cas, des amis participent au repas dans des proportions comparables (13 % et 15 %). Il est manifeste que ces fêtes et les repas qui les accompagnent sont tous deux, majoritairement, des occasions de rassemblement familial · Le fait de rester chez soi n’indique nul repliement sur la famille conjugale, puisque le plus souvent des parents ou des amis sont invités au domicile des intéressés. Des différences dans la manière de considérer ces deux occasions festives apparaissent en revanche quand on compare les pratiques des différentes classes sociales.

7Les ménages populaires (ouvriers, petits commerçants, artisans) semblent plus casaniers et plus familialistes que les autres, sans qu’il faille accorder à ces termes une valeur autre que descriptive. Ce sont eux qui passent le plus souvent Noël et le Nouvel An à leur domicile, et qui sont le moins souvent invités par des parents ou des amis. La fête n’en est pas solitaire pour autant : le cercle domestique, pour Noël, s’élargit presque toujours à la proche parenté, notamment aux ascendants directs (surtout s’ils sont veufs). Le Nouvel An ne représente qu’une fête de Noël dégradée, plus terne, moins célébrée mais de même nature : 30 % des ménages ouvriers (contre 15 % à Noël) n’invitent personne au repas du 1er janvier, et les veillées du type réveillon sont plus fréquentes la nuit de Noël que le soir de la Saint-Sylvestre. Centrées sur le domicile et la parenté proche, les fêtes de fin d’année ouvrières ne laissent guère de place aux sorties ou aux amis. Rarement préparées avec beaucoup d’avance, apparemment improvisées (« ça se fait toujours au dernier moment »), elles rassemblent néanmoins toujours, année après année, dans des lieux qui ne varient guère, les mêmes gens ou peu s’en faut. Cette impression de permanence provient du fait que le déroulement de ces cérémonies est inscrit dans le cycle de vie du couple et que le passage d’une phase à l’autre est insensible.

8Les ménages des couches moyennes (employés et cadres moyens), qui de toute façon ont beaucoup moins de parents à proximité, semblent nettement moins retranchés dans la forteresse du domicile et de la parenté proche. Ils se déplacent plus facilement, à Noël comme au Nouvel An. Tandis que le 25 décembre, ils se laissent volontiers inviter par leur parenté et ne sont en définitive qu’une minorité à passer Noël chez eux, ils sont un certain nombre (un sur cinq environ), le 1er janvier, à échapper au cercle familial et domestique, en se faisant inviter par des amis, en allant au restaurant, en prenant des vacances en dehors de Villefranche.

9Cette nuance qui distingue Noël et Nouvel An dans les classes moyennes se retrouve bien plus nettement chez les couches supérieures (cadres supérieurs, professions libérales, industriels). Il semble possible dans ce cas de parler de deux fêtes distinctes, spécialisées l’une dans le regroupement un peu traditionnel de la parenté proche autour du groupe domestique, et l’autre dans les rassemblements profanes et électifs de parents et d’amis. Le jour de Noël, les ménages enquêtés semblent très casaniers, se contentant de lancer des invitations. Le 1er janvier n’a pas le même caractère domestique et sacré : c’est une occasion de réception, de vacances ou de sortie, et dans un cas sur trois, des amis participent au repas de midi. En outre, le réveillon de la Saint-Sylvestre est bien plus répandu dans ce milieu social que dans les couches populaires. Parfois dans certains cas-limite, liés au développement des loisirs de neige, Noël se désacralise totalement (il s’agit toujours en l’occurence d’un sacré laïque), au point de pouvoir être tout simplement déplacé d’une semaine ou de quinze jours pour ne pas entraver des vacances prévues depuis longtemps.

10Il y a indéniablement un effet du cycle de vie sur le déroulement des fêtes de fin d’année. Chez les individus qui se limitent à des réjouissances familiales, on distingue nettement plusieurs phases liées à l’âge et à la situation familiale. Les célibataires, les couples qui n’ont pas encore d’enfants ou n’en ont qu’en bas âge, ne disposent pas traditionnellement de ce qu’on peut appeler la « puissance invitante ». Ils sont tenus, en période de fin d’année, de partager strictement leur temps : par exemple, Noël chez les parents du mari et Nouvel An chez les parents de la femme (ce type d’alternance se présente assez fréquemment dans notre échantillon). A mesure que la situation financière et professionnelle du ménage se stabilise, alors même que celle des ascendants devient plus précaire, la dépendance du couple plus jeune à l’égard des aînés va diminuant. Tandis que ses enfants grandissent, il acquiert peu à peu le poids et l’autorité nécessaires pour inviter à son tour chez lui ceux qui sont devenus des « grands-parents ». Mais si ceux-ci ont plusieurs enfants mariés, il peut se produire une véritable surenchère d’invitations entre ces derniers. Trois possibilités se présentent alors. Parfois, pour couper court à toute rivalité, les ascendants décident d’inviter à leur domicile tous leurs enfants et petits-enfants. Autre possibilité qu’adoptent parfois des grands-parents âgés ou veufs : partager leur temps entre leurs enfants, qui deviennent les invitants, avec la volonté affichée de ne « favoriser » aucun d’entre eux. Mais le plus souvent pourtant, c’est l’inégalité qui prévaut : par sa « puissance invitante », l’un des enfants mariés l’emporte sur ses frères et sœurs dans l’enchère de l’invitation des ascendants. Plusieurs facteurs concourent à renforcer cette « puissance » : un nombre d’enfants élevé, une maison spacieuse, une situation socio-professionnelle valorisée par les parents (il ne s’agit pas systématiquement de la position sociale la plus élevée de la fratrie), un domicile proche de celui des parents. On sait que la proximité physique à l’égard du siège de la famille est souvent considérée comme l’indice d’une proximité affective à l’égard de celle-ci. Dès qu’un ménage réussit à inviter à l’occasion des « fêtes » les ascendants de l’un des conjoints, il lui est loisible de convier également les membres de la fratrie de ce dernier : la demeure du ménage concerné devient alors le temple réunificateur du culte familial, et les conjoints, se substituant aux ascendants comme grand-prêtres de ce culte (surtout la femme), se voient reconnaître implicitement un « sens de la famille », qui accroît leur capital social. Des conflits surgissent parfois entre membres d’une même fratrie ou entre ascendants et enfants mariés, ou enfin entre les deux couples d’ascendants, quand les uns, « omettant » de respecter une certaine alternance, veulent recevoir toujours, sans jamais se laisser inviter. Des tensions apparaissent en particulier quand certains membres de la parentèle sont trop manifestement en ascension sociale. Dans les classes moyennes, les phénomènes de mobilité sociale et/ou géographique entraînent de fréquents « malentendus » entre individus d’une même famille. L’hospitalité obligatoire, sans contrepartie possible, d’un des membres de la parenté (notamment à l’occasion des « fêtes ») traduit parfois trop clairement une supériorité sociale.

ARBRES DE NOEL ET FETE DES CONSCRITS

11Assez rares sont les manifestations publiques qui accompagnent Noël et Nouvel An dans une petite ville. Aux illuminations et aux manifestations commerciales déjà citées, il suffit d’ajouter la coutume, bien ancrée dans les entreprises, des arbres de Noël. Les membres du personnel d’une usine ou d’un service public et leurs conjoints se rassemblent autour de leurs enfants dans un local appartenant à l’établissement, sous le patronage de la direction, qui ne déteste pas administrer ainsi la preuve que « l’entreprise est une grande famille ». C’est l’occasion pour les membres du personnel de faire voir à leurs proches leur lieu de travail, au moment où ils n’y travaillent pas. Des cadeaux sont offerts aux enfants, et des saynètes sont jouées sur une scène improvisée. La fête revêt à la fois un caractère privé (familial) et public, puisqu’organisée souvent par le comité d’entreprise.

« LES FETES, C’EST TOUJOURS LA MEME CHOSE »
Enquêtés professeurs. 45 ans. 3 enfants. Les parents de l’homme vivent en Bresse à une quarantaine de kilomètres de Villefranche :
« H. : Pour Noël et le Jour de l’An, on faisait ça ici à la maison avec mes parents. Tant que ma belle-mère vivait, c’était vraiment un point de concentration familiale, ici, pour les fêtes. Les deux familles se retrouvaient. C’était assez réunificateur… Mais ces deux dernières années, on a passé les fêtes à la montagne, ce qui nous isole [de mes parents]. On leur a bien proposé de venir, mais ça les intéresse pas. En revanche, on voit beaucoup mon beau-frère et ma sœur[ enseignants à Besançon] justement pendant les fêtes de Noël en Tarentaise. Les cherchaient un point de chute pour faire du ski, alors on leur a indiqué le coin où on va. On se voit, on voit des amis, mais on est pas dans le même chalet… A la rentrée, on se débrouille quand même pour fêter Noël avec mes parents. Ils viennent chez nous ou bien on va chez eux, à Louhans… ».
Artisan plâtrier-peintre. 43 ans. Femme ouvrière. 1 enfant. Les parents de l’enquêté résident à Villefranche :
« H. : Pour Noël, on fait le réveillon avec ma belle-sœur et mon beau-frère des Landes, ici à la maison. Y z’ont le mal du pays là-bas, alors y reviennent souvent dans le coin. On fait le réveillon toujours tous les quatre, avec les gosses aussi bien sûr ! Pas mes parents, pas qu’y z’aiment pas veiller. Le lendemain à midi, on mange tous ensemble avec mes parents. C’est qu’y sont déjà âgés, ma mère a 72 ans. On est bien huit-dix avec les gosses. Et puis, pour le Jour de l’An, on fait la même chose. On mange à midi ensemble. Seulement, on fait pas de réveillon la veille. On va jamais chez mes parents, on reste toujours ici ».
Ouvrier. 38 ans. Femme sans profession. 3 enfants. Les parents du mari sont cultivateurs dans la Dombes, ceux de la femme sont viticulteurs en Beaujolais :
« F. : Oh les fêtes, c’est toujours la même chose, Noël, chez mes beaux-parents, et le Jour de l’An, chez mes parents. C’est la tradition !
H. : Y z’invitent toute la famille.
F. : C’est-à-dire les frères et sœurs.
H. : Une grande table, tout le monde est autour, et ça fait du bruit !
F. : En fait, c’est plus compliqué, pour Noël, on va toujours passer d’abord la veillée chez mes parents. On va à la messe de Minuit là-bas, on revient ici, et on repart manger le lendemain chez mes beaux-parents. Pour le Jour de l’An, on fait plus de veillées. Avant, pendant un temps, on se retrouvait tous avec les belles-sœurs [les sœurs du mari], on allait danser ensemble, mais on a vieilli ».
Cadre supérieur. 41 ans. Sa femme travaille à mi-temps comme représentant. 2 enfants. Les parents de la femme sont caladois :
« F. : Le réveillon de Noël, on le passe en famille. Pendant des années, je l’ai fait chez moi, le réveillon. Mais depuis que je me suis mise à travailler, c’est ma mère ou mes belles-sœurs, ça dépend. Toute la famille est invitée. Mes parents, mes deux frères, leurs femmes, ma grand-mère, les enfants et c’est tout. Et puis si, l’année dernière y avait les parents de ma belle-sœur, sa sœur, son frère. Le Jour de l’An, pendant des années, on l’a fait à la montagne entre amis. L’an dernier, on l’a fait avec des amis, on était une trentaine. On danse toute la nuit, on est trop fatigués pour faire un gros repas le lendemain ».

  • 2 Pour une description détaillée de cette fête, voir Michel Bozon, « Conscrits et fêtes de conscrits (...)

12De son côté, la Fête des Conscrits, avec ses défilés, ses manifestations de mes, ses banquets d’hommes, ses soirées dansantes présente un caractère bien plus extériorisé. Cependant, on a vu que les Caladois inscrivaient cette fête dans la série de la fin de l’année. Comme eux, nous éviterons de considérer Noël, Jour de l’An, arbres de Noël et Fête des Conscrits comme des événements de natures radicalement différentes. On s’aperçoit ainsi que la dernière fête nommée est aussi une occasion de réjouissances privées et que ce trait est d’autant plus accusé que le milieu social est moins élevé. Tous les hommes de Villefranche qui fêtent un anniversaire multiple de dix sont dits conscrits. Ils font partie des classes de l’année (classes en 3, en 4, en 0, etc…) et disposent de plusieurs moyens pour célébrer leur état de conscrit2.

13Certains participent aux festivités officielles organisées par les amicales de conscrits : ainsi font une partie des ouvriers et des employés (un tiers), mais surtout la majorité des hommes de milieu indépendant (industriels, professions libérales, commerçants, artisans). Pour ces derniers, la Fête des Conscrits à la fin janvier est en premier lieu une fête publique, une parade sociale rituelle devant la population, un banquet entre pairs. Éléments moteurs des festivités officielles, les conscrits d’origine plus élevée organisent également deux autres types de réjouissances : des sortes de réceptions mondaines autour de chaque conscrit, auxquelles sont conviés ses amis personnels non conscrits et ses relations, et des banquets familiaux qui se déroulent en même temps que les banquets d’amicale, et qui rassemblent toute la parenté d’un conscrit en son honneur, mais en son absence (puisqu’il est lui justement en train de banqueter avec ses pairs).

14En revanche, certains, parmi les classards de l’année « font les conscrits à la maison », et rien de plus. Cela signifie que leur grand anniversaire décennal est célébré uniquement par une fête familiale et/ou domestique, au grand dam des responsables d’amicales de conscrits qui voient dans cette façon de faire une trahison de l’esprit amicaliste. Ce sont les ouvriers qui sont les plus nombreux à « faire les conscrits à la maison », à l’image de ce couple où les deux conjoints, tous deux natifs de Villefranche, sont âgés d’environ 35 ans.

« H. : J’ai jamais été à l’Amicale de Classe, jamais fait les conscrits ! Sauf en famille, bien sûr… Ah oui ! On fait les conscrits à la maison, comme tout le monde, à la fin janvier. Cette année, j’ai ma mère qui fait ses soixante ans, un frère qui fait ses quarante, une belle-sœur qui fait ses trente. Alors, ça fait du monde. Pour ça, on loue une salle parce qu’on est tous réunis. Ça va être une petite salle des fêtes dans un village voisin. On se fera servir par un traiteur et on aura la salle pour s’amuser, danser.

F. : Ça revient moins cher ! On tiendrait pas dans notre En principe quand il se passe quelque chose, on aime bien se réunir tous ensemble. Les frères et sœurs, et les parents. C’est rare quand ça va plus loin. Quelques amis personnels… ».

15Dans ce cas précis, les conjoints ont tant de frères et sœurs que ces « conscrits à la maison » ressemblent plus à une petite fête de mariage, qu’à une fête de Noël améliorée, ce qui est le cas le plus général. Le plus souvent, la parenté proche d’un couple populaire compte assez de membres pour qu’il soit possible de fêter les conscrits à la maison tous les deux ou trois ans, chez soi ou chez un proche.

16Parmi les conscrits de l’année qui veulent fêter leur état, il en est aussi qui ne désirent (ou ne peuvent) participer ni à des festivités publiques, ni à des festivités familiales : pour marquer le coup, ils se contentent d’offrir l’apéritif ou de payer à boire à des camarades de travail, à des voisins, aux membres de l’association dont ils font partie. Π s’agit là encore de conscrits populaires, ouvriers ou employés.

17Enfin, dans les milieux de cadres salariés et dans les fractions intellectuelles des couches supérieures, la Fête des Conscrits est un peu méprisée : les individus refusent qu’on les considère comme « conscrits », ils ne célèbrent pas les conscrits à la maison, ils ne participent pas à la fête publique. Il y a là une véritable abstention de la part de ces couches sociales, qui traduit et renforce leur non inscription dans des réseaux locaux. Précisons également que dans ces fêtes, les femmes sont soigneusement tenues à l’écart de toutes les réjouissances officielles, ce qui renforce leur prépondérance dans toutes les festivités privées liées aux conscrits.

18La même expression « Faire les conscrits » recouvre donc à Villefranche des pratiques fort différentes. L’anniversaire décennal de l’individu peut être célébré avec « publicité » (chez les indépendants), ou au contraire dans l’obscurité du groupe familial (chez les ouvriers). Il peut également ne pas être célébré du tout (chez les cadres supérieurs). Si l’on compare la célébration des Conscrits à celle du Nouvel An, on trouve des systèmes de différences homologues : à l’opposition obscurité/publicité, correspond dans le cas du Nouvel An une opposition entre des festivités familiales et des festivités affinitaires. Il semble donc qu’on puisse distinguer deux grands types de modèles festifs, l’un ouvert sur l’inconnu, le public, l’extérieur, et l’autre replié sur le déjà connu, le familial, le privé. Cette opposition est-elle socialement pertinente ?

L’OUVERTURE ET LE REPLIEMENT

19Un groupe qui organise un rassemblement exceptionnel cherche soit à « faire le plein » et ainsi à se reconstituer tel qu’en lui-même, soit à attirer des inconnus et ainsi à se faire connaître et à s’étoffer. Même si ces deux préoccupations vont souvent de pair, il semble bien que dans chaque cas, l’une ou l’autre soit prédominante. Quand l’une des deux éclipse totalement l’autre, on obtient des cas de figure caractéristiques. D’un côté, la fête de commémoration qui rassemble, année après année, les mêmes personnes jusqu’à leur mort : la reconstitution périodique et nécessairement imparfaite du groupe de base est tournée vers la célébration d’un passé. Les banquets d’anciens élèves d’un établissement scolaire sont à ranger du côté de la commémoration, mais pas nécessairement les fêtes de conscrits (les amicales cherchent à s’élargir à des nouveaux venus). D’autre part, la fête de type commercial qui vise à provoquer des regroupements informels : le groupe organisateur n’a plus comme but de s’étoffer en tant que tel, et ne cherche qu’à faire s’agréger en un lieu donné un maximum d’individus à des fins lucratives. Dans cette catégorie, on peut ranger les quinzaines commerciales, les fêtes foraines, certains bals publics.

20Distinguer ainsi deux types de fêtes correspond-il à un simple principe de classement, ou au contraire à une opposition fondamentale entre deux modèles socialement différenciés ?

Fêtes fermées ?

21La manière dont les sociétés de boules organisent matériellement leurs compétitions fournit un bon exemple d’ouverture et de repliement simultanés. Différents de nature, les concours officiels, et les concours amicaux jouent des fonctions très différentes dans la vie de ces associations.

22Tous les ans, chaque société de boules organise au moins deux concours officiels sur son clos : « officiel » signifie ici que le concours, ouvert en principe à tous les joueurs licenciés de la fédération du Rhône (aussi bien de Villefranche que d’ailleurs) est inscrit sur un calendrier fédéral. La fédération envoie un arbitre « officiel » et le résultat des parties compte pour le classement fédéral des joueurs. A ces concours que les sociétés sont tenues de programmer, peu d’habitués du clos participent : les membres honoraires n’en ont pas le droit et même ceux qui ont leur licence sont un peu « complexés ». Seules quelques rares doublettes ou quadrettes de la société osent affronter ces « étrangers » venus de Lyon, de Tarare ou de Vénissieux. Tous les autres habitués sont réduits à un rôle de spectateurs. Le jeu est intéressant à regarder, car il se pratique généralement par élimination directe (l’équipe qui a perdu arrête de jouer). En revanche, l’aspect festif semble singulièrement absent de ces concours « ouverts » : l’atmosphère est tendue, on boit à peine un verre à la fin de la partie, les habitués ne sont plus chez eux et doivent « faire attention où ils mettent leurs pieds ». Leur malaise provient essentiellement de ce que les concours en question sont des tournois sportifs sérieux, qui dévalorisent leur propre pratique du jeu de boules.

23Les habitués d’un clos participent en revanche massivement à des compétitions d’un type très différent, les concours amicaux ou concours de sociétaires. Chaque société en organise deux par an, un au printemps, l’autre à l’automne. Ces concours non sportifs ne reçoivent aucune sanction officielle, et sont ouverts seulement aux « sociétaires, honoraires et amis » : cette expression rituelle désigne très précisément les habitués du clos, qu’ils pratiquent le jeu avec une licence fédérale (sociétaires), avec une assurance valable uniquement sur le clos (honoraires), ou sans rien payer, parce qu’ils connaissent quelqu’un (amis). En somme, on est entre connaissances, souvent même entre gens du même quartier. Les parties ne se déroulent pas du tout de la même façon que dans les concours officiels : toutes les équipes engagées (généralement des quadrettes) jouent trois ou quatre parties par simple permutation des adversaires, et les perdants ne sont pas éliminés. Ainsi les joueurs présents participent du début à la fin et rencontrent tous les autres ; et si l’intensité dramatique est plus faible que dans les concours officiels, peu importe en somme, car il n’y a pas de spectateurs. Pourquoi y en aurait-il ? Un habitué du café vient quelquefois saluer ses amis boulistes, mais c’est bien tout. Le contrôle de la durée des parties s’opère de façon très approximative. Les joueurs n’hésitent pas à boire un verre entre deux lancers de but, et la bonne humeur règne sur le clos. Surtout la fin des parties est marquée par un mâchon (casse-croûte copieux dans la région lyonnaise) servi au café à tous les participants. Les sociétés de boules savent donc à la fois s’ouvrir sur l’extérieur (un peu par obligation), et se replier sur leur clos (concours amical fermé) ; mais seul le moment de fermeture du groupe sur lui-même peut être considéré comme un événement festif.

24Les fêtes organisées par les sociétés sportives comprenant surtout des enfants et des adolescents entrent aussi dans la catégorie « fermée ». Une fois l’an, elles réunissent les parents de ces derniers. Par exemple, les deux sociétés de gymnastique (anciennement) catholiques annoncent que tel samedi après-midi sera le jour du gala des Hirondelles et de la Jeune Garde. La salle de l’ancien cinéma paroissial est retenue. L’entrefilet qui paraît dans la presse locale est bref, car ce sont les enfants qui servent de canal d’information privilégié. Le jour dit, les parents assemblés peuvent admirer en première partie les jeunes gymnastes que les dirigeants s’efforcent de faire tous passer en scène, et en second lieu un film « familial ». Dans ces sortes de festivités, on fait le plein de ses sympathisants, mais on reste entre soi. C’est également le cas des associations où prédominent adolescents et jeunes adultes : l’événement festif principal de l’année en ce cas est plutôt un bal (bal du rugby, bal du football… etc…). Les membres de l’association disposent de cartes d’invitation qu’ils vendent ou qu’ils remettent eux-mêmes, de façon à ne laisser entrer que les proches : frères, sœurs, fiancées, amies ou épouses. Dans toutes les manifestations fermées, on remarque que l’information concernant la fête et son déroulement circule de manière très informelle, de bouche à oreille : pas d’affiches, et les communiqués de presse ne sont souvent que des rappels du jour et de l’heure.

Fêtes ouvertes

25Les festivités que, faute de mieux, nous qualifions de « tournées vers l’extérieur » se déroulent de façon fort différente. Le groupe organisateur fait d’abord un effort de propagande, qui peut emprunter des canaux divers : prospectus ou tracts, affiches sur les murs ou affichettes chez les commerçants, articles « racoleurs » insérés dans la presse locale. La soirée dansante organisée par la société d’aviron (l’Union Nautique) ou la fête de la section caladoise du Parti Communiste sont chacun dans leur domaine des événements largement annoncés au public.

26Le président de l’Union Nautique décrit ainsi une soirée qu’avait organisée son club :

« Y a deux ans, on a organisé une Nuit des Vendanges… Il fallait faire rentrer de l’argent pour acheter des bateaux. Alors j’ai réuni les parents des rameurs : ils nous épaulent toujours bien quand on veut monter quelque chose ! On a formé une commission de dix personnes, qui s’est réunie pendant plusieurs mois le vendredi. Au total, on a fait le compte, on a été cent cinq à travailler bénévolement sur cette fête. Sur l’Aire de Loisirs, on a dressé un chapiteau, et aménagé deux pistes de danse. Tout autour du chapiteau, y avait des stands commerciaux : Kanterbräu, vins fins… etc. L’Union Interprofessionnelle des Vins du Beaujolais était là avec les Compagnons du Beaujolais. Au total, y z’ont vendu mille litres de bière, et seize cents litres de vin ! On a fait mille huit cents entrées payantes, et servi huit cents soixante repas. D’ailleurs on a dû prendre de grosses mesures de sécurité… y a eu dix-sept arrestations… ».

27Une telle fête cumule les paradoxes. Commerciale et tapageuse certes, mais pour la bonne cause, puisqu’il s’agit simplement de trouver l’argent nécessaire à l’achat de matériel. Organisée de main de maître par des professionnels, on le jurerait ; mais seuls des membres bénévoles de l’association y ont travaillé. En somme, une gigantesque manifestation de propagande pour la société d’aviron, qui attire bien au-delà des habituels sympathisants et membres d’honneur de l’association, à tel point que des sociétés commerciales en profitent aussi. Mais si l’Union Nautique se distingue par sa capacité à monter des fêtes spectaculaires et très ouvertes, (elle met sur pied chaque année un ball-trap et un baptême des bateaux) elle organise aussi parfois de petites fêtes (par exemple des concours de boules ou de pétanque au siège de l’association) destinées aux membres, dirigeants et sportifs : ces types d’événements se complètent, ils ne s’excluent pas. Si l’on devait porter une appréciation d’ensemble sur cette association, on dirait pourtant que son caractère dominant est l’extraversion ; au contraire, l’introversion est tellement spécifique des sociétés boulistes que la partie de boules est justement devenue un élément du langage festif de tous les groupes un peu fermés.

28Si l’on observe maintenant une fête d’un tout autre genre, la « Grande Fête Caladoise », organisée tous les ans par la section de Villefranche du Parti Communiste Français, on note d’abord que c’est une fête qui s’annonce largement, par des articles de presse, par des tracts, par des affiches apposées essentiellement dans les deux quartiers les plus populaires (Belleroche et Béligny). On note d’ailleurs deux types d’affiches : une affiche politique, signée du Parti Communiste, annonçant « Grande Fête Caladoise » ainsi que la date, en surimpression sur une représentation des contours de la ville, et une affiche de type festif classique, comportant la publicité d’une marque d’apéritif, et donnant presque toute la place aux concours de boules organisés à l’occasion de la fête (la signature Parti Communiste est absolument minuscule). La seconde affiche vise manifestement les fractions les moins politisées des couches populaires. Sa facture plus classique lui permet d’être acceptée facilement dans les cafés, supports traditionnels de la propagande bouliste.

29Le succès d’une fête de ce type qui ne comporte pas de droit d’entrée est mesuré par les organisateurs à diverses aunes : la première est le nombre de personnes qui ne sont pas membres du Parti et qui ont visité la fête (lequel peut être apprécié en proportion au nombre d’adhésions réalisées), la seconde est le nombre total de visiteurs. Ce nombre total est souvent décomposé en une série de quantités partielles : les participants aux concours de boules, ceux qui n’ont assisté qu’au spectacle (on dit aussi la « partie culturelle »), ceux qui ont écouté le débat ou le discours politique, ceux qui ont fait un tour des stands, bu un verre de Beaujolais, acheté une enveloppe de tombola ou un livre politique, signé une pétition. Car cette fête est une sorte de libre-service : on ne trouve pas deux personnes qui y participent de la même façon. Des associations sont également invitées à la fête, partenaires politiques traditionnels comme la section caladoise du Secours Populaire Français qui dispose de son stand, ou certaines associations locales dont on réclame le concours pour la partie culturelle. La participation de ces associations (l’Amicale Laïque, qui fait une démonstration de danse folklorique, et les cadets des Sapeurs Pompiers, qui proposent au public quelques exercices gymniques) est naturellement « apolitique » : les responsables de la section communiste, considérant comme un succès politique tout ce qui contribue à ouvrir le Parti vers l’extéreur, s’en réjouissent néanmoins discrètement. Cette fête « ouverte » dans sa visée (sinon toujours dans son succès) n’a pas son pendant dans une manifestation festive fermée, réservée aux seuls membres du Parti ; plus exactement, ces manifestations ne se déroulent pas dans le cadre de la section (la ville), mais dans celui de la cellule (communistes d’un quartier ou d’une entreprise), à l’occasion du renouvellement annuel des cartes en janvier. Les cellules les plus dynamiques organisent à ce moment-là une petite fête : cette « assemblée de remise de cartes », en principe ouverte aux non adhérents, fonctionne en fait souvent comme une fête fermée.

L’annonce de la fête locale du Parti Communiste s’efface presque derrière la propagande pour le grand concours de boules amical organisé à cette occasion. Dans une petite ville, loisir populaire, sociabilité et politique locale n’appartiennent pas à des catégories aussi différentes qu’on le croit souvent.
Affiche de la section de Villefranche du P.C.F. Photo Michel Bozon.

30En définitive, extraversion et repliement sur soi sont des attitudes qui tendent à se rencontrer toutes les deux, à des moments différents, dans tous les groupes que nous avons étudiés. Les éléments de vérité que contient cette opposition doivent être intégrés dans une explication plus large, qui différencie socialement les comportements festifs. Afin de construire cette explication, on se propose de ré-analyser le déroulement des fêtes de la Société d’Accordéon (déjà présentées plus haut), et de dégager les raisons de leur échec ou de leur succès.

FETE RATÉE, FETE RÉUSSIE : L’EXEMPLE DE L’ACCORDÉON

31Rappelons que la Société d’Accordéon est une association très prolétarienne, formée surtout d’enfants et d’adolescents.

Voyons d’abord ce qui fait une fête ratée. Une année, le président de la Société d’Accordéon avait décidé d’organiser sa fête annuelle sur le mode gala-spectacle au Théâtre Municipal : en première partie, des exhibitions des jeunes de l’association (destinées à leurs parents) ; en seconde partie, le concert d’un soliste connu. Échec retentissant : les habituels sympathisants, boudant le théâtre ne se déplacent pas et aucun public nouveau ne se manifeste ! Mais l’année suivante, le président a une autre idée. En l’honneur du quarantenaire de la fondation de la société, il invite le père fondateur de l’association (un accordéoniste qui n’habite plus Villefranche) et organise avec sa formation une soirée-repas dansant dans un cuvage viticole, destinée aux parents, amis, anciens et membres présents de la société : cette fois, c’est un gros succès.

32Dans un cas, la fête prend l’aspect d’un spectacle culturel, donné dans un lieu ad hoc. Séparés matériellement de la scène, séparés entre eux (les fauteuils étant fixes), les spectateurs ne sont censés communiquer que silencieusement, en consommant de l’immatériel, ensemble, dans une inaction totale. Le soliste invité est connu du responsable de la société, qui pense avoir composé un bon programme ; son nom ne dit rien au public populaire, qui se voit mal devoir payer pour rester assis, sans rien faire. Dans le second cas, la fête inclut d’abord la consommation de nourritures matérielles. On mange, on boit, en famille, entre connaissances : on n’hésite pas à approcher ou à éloigner les tables (nul n’est rivé à sa place ou condamné au silence). Connu d’un certain nombre de participants, l’accordéoniste invité ne vient pas montrer un spectacle, il vient faire danser et animer une soirée. De fait, vieux et jeunes dansent sur cette piste entre les tables.

33Essayons de résumer dans un tableau les caractéristiques d’un modèle festif intellectuel et celles d’un modèle populaire, qui nous sont suggérées par l’opposition de ces deux fêtes.

Modèle intellectuel

Modèle populaire

— Théâtre (lieu culturel)

-Cuvage (lieu polyvalent)

— Culture

-Nourriture

— Séparations physiques rigides entre individus (scène—salle—rangées)

— Pas de cloisonnements (piste—tables—orchestre)

— Assistants inactifs

— Assistants actifs

— On peut ne connaître personne dans la salle

— Fête entre familiers et connaissances

— Animateur renommé

— Animateur connu personnellement

— But de l’organisateur : enrichissement culturel

— But de l’organisateur : retrouvailles et distraction

ATTITUDES FESTIVES

34Les attitudes « idéalistes » ou « matérialistes » en matière festive sont liées naturellement à la détention ou à la non détention de capital culturel par les intéressés : elles opposent donc les couches intellectuelles (supérieures ou moyennes) aux couches populaires. La déconvenue du président des accordéonistes peut donc s’expliquer comme l’échec de l’application d’un modèle intellectuel étroit à un public populaire. On interprète mieux ainsi l’aversion des couches supérieures salariées pour les « beuveries » et les banquets de conscrits (« Ce n’est pas comme ça que je conçois une fête » m’ont dit plusieurs enquêtés intellectuels), et la préférence des enquêtés populaires pour des fêtes de fin d’année strictement familiales et des fêtes publiques où l’on puisse se rendre en famille, c’est-à-dire sans risque de se retrouver isolé parmi des inconnus.

35La description demande cependant à être précisée pour certains milieux sociaux. Dans les couches indépendantes riches en capital économique (industriels, gros commerçants, mais aussi professions libérales), les fêtes comptent surtout comme occasion d’augmenter un capital social jugé toujours insuffisant. En participant à des fêtes, on peut faire des rencontres et se montrer à des inconnus. Pour désigner le modèle festif des indépendants, nous utiliserons l’adjectif « mondain », sans y mettre la nuance aristocratique habituelle. Le modèle festif mondain se rencontre rarement à l’état pur : plus généralement, on le trouve combiné soit avec le modèle populaire, soit avec le modèle intellectuel, selon qu’il s’agit des fractions indépendantes les plus populaires, ou au contraire des fractions les plus intellectuelles. Ainsi on peut avoir aussi bien des événements culturels mondains, que des banquets mondains.

36Que se passe-t-il quand, à l’occasion d’événements festifs publics ou privés, des groupes sociaux très différents se trouvent en contact ? La coexistence de plusieurs attitudes sociales est-elle aisée, ou bien y a-t-il au contraire domination nette d’un style donné ?

DEUX FACONS DE BANQUETER : L’EXEMPLE DE LA FETE DES CONSCRITS

37La participation à la Fête des Conscrits officielle revêt un caractère massif dans la population masculine de Villefranche (ce qui, comme on l’a vu, ne signifie nullement unanime). Ce phénomène permet donc d’observer concrètement la coexistence de plusieurs styles festifs.

38On sait que la fête est organisée conjointement par les sept classes de l’année, c’est-à-dire les amicales dont l’âge exprimé en années est un multiple de dix. Si, en principe, tous ceux qui ont atteint l’âge en question peuvent participer à la fête publique, en pratique, un tiers seulement des hommes qui appartiennent aux classes démographiques requises, « font les conscrits ». En fait, il s’opère une véritable sélection sociale, différente d’ailleurs à chaque âge.

39Si l’on ne retient pour la clarté de l’exposé que deux classes parmi les sept engagées dans la célébration des Conscrits une année donnée, par exemple l’amicale des jeunes gens de vingt ans et l’amicale des hommes de cinquante ans, on note que l’amicale des jeunes diffère sensiblement de celle des quinquagénaires par sa composition sociale. A vingt ans, les amicales comprennent surtout de jeunes salariés (ouvriers, apprentis, employés), célibataires, vivant chez leurs parents. En revanche, on y trouve peu d’étudiants. La participation à la fête s’inscrit nettement dans une stratégie d’acquisition symbolique de l’indépendance vis-à-vis du groupe familial. A cinquante ans, en revanche, on note que les amicales comptent proportionnellement moins d’ouvriers que trente années plus tôt. Les commerçants, les artisans, les professions libérales forment désormais une proportion importante de l’association, dont les couches intellectuelles salariées sont toujours aussi absentes. La participation à la fête n’a pas pour les quinquagénaires le même sens de « rite de passage » que pour les jeunes. Les grands banquets de la Fête des Conscrits permettent d’apercevoir avec une netteté toute particulière les différences de style social entre la fête des jeunes et celle des\aînés.

40En effet, c’est pour les grands banquets décennaux que les amicales de classe rassemblent le plus grand nombre de fidèles : aucun autre moment de la Fête des Conscrits, à l’exception peut-être de la Vague (décrite plus loin), n’est aussi propice à l’expression de l’image sociale des conscrits. Toutes les classes de l’année (de 20 à 80 ans) banquètent, dans des lieux séparés, entre hommes. Mais le banquet des jeunes se distingue nettement de tous les autres. Il se déroule strictement entre conscrits, sans invités, tandis que les autres comprennent de nombreux convives extérieurs à la classe. Si les banquets d’aînés durent jusqu’à la nuit, celui des jeunes ne dure que deux heures environ. Tandis que les jeunes conscrits tombent rapidement la veste, racontent des histoires grivoises, chantent des chansons paillardes, rient et remuent beaucoup dans leur salle, leurs aînés restent en permanence en costume, écoutent, sagement assis, des poèmes, des discours, quelques histoires drôles, et chantent tout au plus des chansons à boire. D’un côté, l’on a un banquet égalitaire, populaire, sans gêne, un peu débridé, et qui jouit d’ailleurs d’une mauvaise réputation dans la population ; de l’autre, des banquets hiérarchisés, à tonalité plus feutrée, avec des personnalités.

41Les banquets d’aînés sont d’abord ouverts aux conscrits de la classe, mais chacun d’eux peut inviter autant d’étrangers qu’il le désire, à condition de payer pour eux. Comme le banquet coûte cher (120 F par personne en 1976, alors que le salaire minimum est de 1.300 F), seuls les conscrits les plus aisés (commerçants, entrepreneurs, professions libérales) sont en mesure de s’acheter des invités. Le système des invitations, qui arrive à multiplier par quatre le nombre initial des participants au banquet, crée trois catégories de convives bien tranchées : les isolés, c’est-à-dire les conscrits sans invités, les invitants, conscrits qui ne sont pas venus seuls au banquet, enfin les invités, qui ne participent au repas que grâce à la protection d’un conscrit. Les isolés sont les moins fortunés de la classe, ceux qui n’ont pas réussi socialement, et qui restent ouvriers ou petits employés : le fait qu’ils ne puissent lancer d’invitations réduit d’autant leur surface sociale aux yeux des autres. Les invitants, de leur côté, sont doublement notables : provenant d’un milieu social aisé, ils occupent aussi des postes de responsabilité dans l’amicale comme membres du bureau, ou membres d’honneur. Les personnes qu’ils convient au banquet proviennent de trois catégories : d’abord les proches parents mâles par le sang ou par l’alliance, puis les amis proches (collègues, amis d’enfance), enfin les personnes avec lesquelles ils cherchent à établir des liens, leurs relations. Les deux premières catégories d’invités sont traditionnelles et obligées, alors que la dernière est plus stratégique. Mais en considérant les choses d’une manière plus large, on peut dire que le fait même d’inviter des personnes, quelles qu’elles soient, correspond à une stratégie sociale bien précise : dans tous les cas, la présence des invités a pour effet de multiplier la présence physique et sociale de l’invitant. Il suffit d’observer la manière dont les invités se disposent dans la salle, environnant leur conscrit et créant ainsi une sorte de petit banquet à la mesure de son importance. Même s’il est clair que l’invitation lancée honore celui qui la reçoit autant que l’invitation acceptée est gratifiante pour celui qui l’a lancée, il n’en demeure pas moins que les invités, par leur disposition spatiale, admettent publiquement une dépendance vis-à-vis de leur hôte et s’affirment comme une clientèle potentielle. Certains conscrits rivalisent même par leur nombre d’invités. Comme par ailleurs l’amicale lance une invitation collective à deux ou trois personnalités locales, on comprend que le banquet de conscrits soit le lieu idéal pour tous ceux dont la stratégie personnelle, politique, professionnelle, se fonde sur l’extension d’un réseau de relations. Les discours, à l’occasion desquels tous les participants un peu notables se congratulent réciproquement, sont un moment sacré du rituel des banquets d’aînés.

42Les deux banquets que l’on vient de décrire ne se rattachent pas au même modèle festif, bien qu’apparemment la consommation de nourriture soit au centre des festivités dans les deux cas. Le banquet des jeunes obéit à un modèle populaire classique : on mange et on plaisante entre pairs, on ne fait pas de discours. Pour la jeune classe, il est manifeste d’ailleurs que bals et « débordements rituels » dans la rue comptent beaucoup plus que le banquet, qui, sans être méprisé, est loin de représenter le sommet de la fête. Quant aux banquets d’aînés, ils permettent de comprendre comment un modèle mondain se surimpose à un modèle populaire : les quelques conscrits de milieu populaire deviennent des « isolés » dans leur propre amicale, leur style de réjouissances très exubérant se retrouve tout à fait marginalisé (ce qui crée chez eux une sorte de malaise), et le banquet devient le lieu de la parade sociale des invitants et des invités, symbolisée par les politesses exagérées des faiseurs de discours. On notera avec intérêt que les conscrits de vingt ans, une fois leur banquet terminé, sont tenus de former des délégations qui vont porter en musique et/ou en chansons l’hommage de la jeunesse dans les diverses salles où leurs aînés sont rassemblés. Les conscrits aînés tiennent beaucoup à cette marque de bonne volonté qui ne représente sans doute pas seulement un rite d’admission des jeunes dans le monde adulte, mais la soumission d’un modèle festif à l’autre. L’âge cache peut-être ici ; l’essentiel. Devenir officiellement adulte, ce n’est pas seulement gagner de l’âge, c’est aussi renier un style populaire de comportement en société.

43Dans un registre légèrement distinct, on peut noter que des différences fondamentales opposent des célébrations ou des événements qui portent le même nom et que le sens commun tend à confondre. On pense par exemple aux sorties annuelles qui représentent de grands moments dans certaines associations. Les styles de ces fêtes en déplacement sont très distincts. Certes on retrouve toujours l’autocar et le repas en groupe. Mais entre l’Académie, qui est reçue par une société savante proche et visite des monuments, et les membres de la Société Mycologique qui, aussitôt le banquet terminé, s’en vont draguer les bois à la recherche de champignons, il existe un véritable fossé social. Si l’on examine maintenant les banquets de chasseurs, on s’aperçoit que le même mot recouvre là aussi des réalités opposées. Le repas donné à l’occasion de la grande battue annuelle d’une chasse par actions des Dombes permet aux actionnaires d’inviter amis et relations (jusqu’à sept fois le nombre d’actionnaires), tandis que le banquet annuel d’une société de chasse communale du Beaujolais rassemble seulement les chasseurs sociétaires, avec parfois leurs épouses. C’est à l’opposition d’un modèle populaire-mondain et d’un modèle populaire strict que l’on assiste ici.

LA SORTIE ANNUELLE
— Membres du bureau de la Société Mycologique. Ouvriers :
« H. : On part le matin avec le car. On va prospecter un bois avec nos paniers. D’avance, on a retenu un restaurant, alors on fait un repas tous en groupe, ça resserre les liens si on peut dire et puis on retourne au bois après avoir mangé. Dans certaines sociétés, y portent la musette, mais ça fait pas le même effet. Nous on a commencé comme ça. Mais des fois, y fait pas beau et y faut quand même manger chaud. Dans un sens, on perd du temps au restaurant. Y servent pas très vite, alors au lieu de manger en une heure, on met presque trois heures pour manger, ça nous gâche une journée. On y va pas pour faire banquet, on y va pour manger un morceau !
F. : Tu sais, ceux qui sont un peu plus âgés, y z’aiment bien rester trois heures au restaurant. ».
Président d’une société de boules. Cafetier :
« Nous, à la boule Claude Bernard, on fait une sortie tous les ans en car. On a des accointances avec la société de Chessy-les-Mines [village industriel à vingt kilomètres de Villefranche], et avec pas mal de sociétés dans le coin. Cette année, on va à Chessy. C’est la société de là-bas qui nous reçoit, comme y a pas mal de gars de Chessy qui viennent jouer ici ! L’an dernier, on était allés à Grandris [à vingt-cinq kilomètres de Villefranche] parce que Monsieur D. [industriel caladois], qui est notre président d’honneur, a une usine là-bas et qu’il est donc aussi président d’honneur de la boule de Grandris. Y a deux ans, on était allés à Trévoux [petite ville à vingt kilomètres], parce qu’un gars de chez nous connaissait bien la société. On préfère faire un mâchon qu’un banquet, comme ça, on peut jouer aux boules après. ».
-Article extrait du Patriote Beaujolais du 25 mai 1979 : «l’Académie en Forez » :
« Ce que l’on appelle vulgairement la « sortie annuelle » de l’Académie est en réalité un périple archéologique dans une région déterminée. Cette année c’était le Forez avec Montbrison, l’église de Chandieu, le château de la Bastie d’Urfé et le vieux Pommiers. Les quatre-vingt-dix participants répartis en deux cars sont revenus enchantés et enrichis. Ils avaient eu la chance d’être guidés par Mademoiselle G. dont la haute culture, le sens du commentaire, et bien évidemment la connaissance parfaite des hauts lieux foréziens est bien connue. Elle a contribué pour une part primordiale à la réussite totale de cette journée organisée, comme toujours, par le secrétaire perpétuel maison, F.S. Il avait fixé l’heure de détente et de réconfort à « La Lézarder, une authentique auberge paysanne, ouverte seulement le samedi et le dimanche, dont la bonne cuisine est égale à la vue superbe qu’offre sa situation sur la plaine du Forez et les monts du Lyonnais. »

44En définitive, un des traits majeurs de l’attitude populaire en matière festive semble bien être une peur de (une difficulté à maîtriser) l’inconnu social, et une préférence pour les occasions où l’on retrouve des proches, famille, amis proches, collègues, voisins, utilisant le même langage. Mais dans les festivités de type « intellectuel » ou « mondain », ne peut-on pas dire que le désir de rencontrer des personnes non connues ne dépasse guère non plus le cadre étroit d’un milieu social de référence ? Au fond, ce qui arrache les grands moments à la platitude du quotidien, outre le fait qu’il y ait rassemblement inhabituel, n’est-ce pas surtout que les lieux soient différents ou différemment appropriés ?

L’APPROPRIATION FESTIVE DES LIEUX

45A l’occasion de certaines fêtes, manifestement, des lieux sont réappropriés, investis comme ils ne l’ont jamais été. Ainsi les kermesses annuelles drainent dans les écoles des flots de personnes qui n’entrent jamais dans les salles de classe ou les cours de récréation ; tout le travail de décoration qui s’effectue à ce moment-là est destiné à donner aux lieux « l’air de fête » qui légitime l’intrusion. Ces kermesses scolaires sont sans doute les fêtes les plus importantes dans ces quartiers fantômes que sont les quartiers périphériques : ceci est dû au fait qu’elles s’adressent en premier lieu aux habitants les plus permanents du quartier, les enfants.

46D’autres événements festifs s’approprient le Centre, et en particulier la rue Nationale qui, avec les deux places qui la limitent à chaque bout, constitue à elle seule un Centre-Ville. Toutes les fêtes qui comprennent un ou plusieurs défilés, à pied ou en voiture, notamment la Fête des Conscrits, empruntent cette rue. La me du commerce se travestit aisément en rue de fête, par la magie de quelques rubans, banderoles et lumières, qui enchérissent sur le chatoiement plus habituel des devantures et des enseignes. Le simple déroulement d’une retraite au flambeau dans la rue Nationale permet de comprendre les principaux ressorts de l’appropriation festive d’un lieu de plein air. La rue est, pour l’occasion, interdite à la circulation automobile, et le public qui espère voir passer le défilé en profite pour goûter au fruit défendu, en marchant ou en se plantant au beau milieu de la chaussée. A tout moment, le défilé doit se frayer un passage parmi les assistants, et une fois qu’il est passé, la foule reprend possession de la rue qu’elle occupe toute entière. Le public n’est pas vraiment spectateur : il se fait acteur d’un grand arpentage rituel et joyeux des mes de sa ville, solennisé ou peut-être exorcisé par le bruit (fanfare, pétards, chansons) et la lumière (illuminations, torches, lanternes vénitiennes). On retrouve la même jubilation à reprendre possession du territoire urbain, liée cette fois à un sentiment de transgression peut-être plus fort, dans les grandes manifestations de rue (en particulier celle du 1er mai) qui empruntent toujours la rue Nationale ; cependant manifestants et spectateurs sont plus séparés que dans le cas précédent. Mais c’est le grand défilé des amicales de conscrits, désigné localement par la métaphore si riche de vague, qui illustre le mieux le détournement de fonction festif d’un lieu public. Le défilé se fait de jour. La me a été littéralement vidée de toutes les automobiles en stationnement qui l’encombrent habituellement. Dans un certain nombre de cas, c’est même la fourrière qui procède à l’opération. Dans la rue débarrassée de ses voitures mais emplie d’un peuple compact, les classes rangées par ordre croissant de vingt à quatre-vingt dix ans, défilent chacune derrière sa fanfare et son drapeau. Bras dessus bras dessous, les conscrits chantent à tue-tête, formant des rangées de six, disposées en quinconce, d’un vaste mouvement de serpent qui leur permet d’occuper toute la me alors même que leur nombre est relativement faible. On a l’impression qu’ils sont partout, telle une vague qui déferle. Les conscrits utilisent d’ailleurs intelligemment la double pente de la rue pour prendre un formidable élan dans la descente, ce qui leur permet de se tailler un chemin dans la forêt vierge du public, aussi indiscipliné (mais est-ce le terme qui convient ?) que celui de la retraite au flambeau. Dès que les conscrits sont passés, la me redevient noire de monde, comme une plaie qui se cicatriserait instantanément, et les langues des spectateurs vont bon train.

Ceux dont l’existence sociale et professionnelle repose surtout sur une notoriété et un capital de relations à usage local, comme les commerçants et les artisans par exemple, participent volontiers à la Vague des Conscrits. Ce défilé est pour eux une occasion de mettre en scène leur réussite sociale aux yeux de tous.
La classe des 50 ans dans la Vague des Conscrits en 1976. Photo Michel Bozon.

Dans une petite ville, une fête populaire avec défilé est aussi un jeu de société. On scrute les personnes qui défilent, on reconnaît des personnalités, on cherche les amis et les parents pour les applaudir. L’attitude d’un public populaire n’est jamais passive.
Public de la Fête des Conscrits en 1976. Photo Michel Bozon.

47L’appropriation populaire de la me telle qu’elle se manifeste dans une retraite au flambeau, une manifestation de me, ou la Vague diffère profondément de celle qui s’opère pendant la fête nocturne en plein air créée par la nouvelle municipalité d’Union de la Gauche. La Nuit d’Été, telle est son nom, se déroule à la fin du mois de juin, et a été conçue par les responsables culturels municipaux comme une occasion offerte aux associations culturelles caladoises de montrer ce qu’elles font, sous forme d’informations distribuées, d’expositions ou de spectacle. Les écologistes, les troupes de théâtre amateur, certaines sociétés musicales goûtent fort cette tribune. Plusieurs possibilités ont été expérimentées : rassembler la petite scène démontable et les divers stands sur une petite place bordant la me Nationale, ou les disperser dans les très belles cours intérieures des vieux immeubles de la rue. Pour les assistants (jamais très nombreux semble-t-il), la fête est surtout une déambulation tranquille, d’un stand à l’autre, d’une cour à l’autre : on salue des connaissances, en restant sagement sur le trottoir. On peut sans doute parler en ce cas d’appropriation « intellectuelle » de la rue.

  • 3 Depuis que ces lignes ont été écrites, le stade bouliste a été couvert.

48On vient de voir comment des lieux ordinaires sont utilisés moyennant de très légers aménagements à des fins festives. De même, une petite place du Centre-Ville qui n’a pas été goudronnée et qui sert habituellement de parking accueille parfois, pour un soir, un chapiteau. Mais ces exemples tendent à se raréfier. Les grands événements festifs se déroulent de plus en plus nettement en des lieux spécialisés. C’est le cas, naturellement, des événements culturels. Mais c’est aussi ce qui s’est passé pour les grands concours de boules ou pour la fête foraine, qui en l’espace de quelques années ont été bannis du centre vers la périphérie, sur un grand terrain battu par le vent que l’on a baptisé aire de loisirs. Cette relégation ne semble pas avoir suivi exactement les mêmes étapes dans un cas et dans l’autre. Pour les grands concours de boules, c’est le président de l’Union Bouliste qui à la suite de la transformation en parking de la grande place de prédilection des boulistes caladois (la place Claude Bernard) a cherché, contre l’avis d’une partie des membres de son comité, s’il existait un lieu vaste pouvant être réservé de manière définitive aux concours de boules : une sorte de terrain vague, situé entre un quartier populaire périphérique et la zone industrielle portuaire, a été choisi, des barrières ont été posées, des jeux tracés, une buvette en dur construite, et l’ensemble a été baptisé stade bouliste3. Pourtant, il semble bien qu’il n’aurait pas été impossible de continuer à organiser des concours sur l’autre grande place du centre, la place du Promenoir, en acceptant bien sûr de n’en avoir pas la jouissance exclusive. Ce « stade bouliste », on l’a vu plus haut, est loin de faire l’unanimité des joueurs qui critiquent ce lieu où l’on ne peut rien faire d’autre que jouer ou regarder jouer. Pour la fête foraine, qui se tenait depuis toujours sur la place du Promenoir, l’éviction a été encore plus conflictuelle. Les protestations du directeur de l’école la plus proche, relayées par d’innombrables pétitions de riverains de ce quartier aisé, ont eu momentanément raison des forains et de leur farouche volonté de rester dans le Centre. Protestations et pétitions invoquent toutes le bruit : on peut se demander s’il n’y a pas aussi inconsciemment la peur (sociale) du déferlement des quartiers périphériques populaires vers le centre qu’amène toujours ce type de fête. Toujours est-il que la fête foraine a été reléguée dans une bordure de la ville, à côté du stade bouliste. Cette aire de loisirs à laquelle on ne peut pratiquement accéder qu’en voiture (sauf quelques riverains du quartier), accueille, outre la fête foraine et les concours de boules, la fête du Parti Communiste, de grands chapiteaux (exemple : la Nuit des Vendanges de l’Union Nautique), et de nombreuses fêtes de plein air.

49De la même façon, la plupart des bals et des grandes soirées privées se déroulent désormais en un lieu qui malgré sa situation en dehors de Villefranche, sert un peu de salle des fêtes à la ville : il s’agit d’un cuvage, c’est-à-dire d’une cave où l’on entrepose les fûts de vin, qui a été transformé par une société locale « Les Compagnons du Beaujolais » en un lieu festif. D’un bout à l’autre de l’année, on y danse, on y chante, on y boit. Pour les associations moins nombreuses ou les événements familiaux importants, deux autres possibilités existent : les salles des fêtes des petites communes environnantes, ou les quelques restaurants qui disposent de grandes salles. Ce confinement de plus en plus étroit des fêtes dans certains lieux spécialisés va de pair avec l’apparition d’associations qui se donnent pour but essentiel d’organiser des fêtes pour d’autres.

50En définitive, l’étude des modes d’appropriation des lieux enrichit la compréhension des phénomènes festifs, et permet de découvrir un processus historique général de cantonnement spatial des fêtes.

***

51Notre objectif ici n’est pas de donner une théorie de la fête, mais de voir à quels comportements elle donne lieu. Les événements festifs sont apparus comme des moments extrêmes de la sociabilité, exprimant de manière concentrée des tendances sociales profondes qui se manifestent sous d’autres formes dans la vie quotidienne. Nous nous sommes moins intéressé aux fêtes en général qu’aux acteurs et aux régularités dans leurs attitudes. Il a été ainsi possible de dégager trois modèles festifs, distincts même s’ils apparaissent rarement à l’état isolé.

52Pour les classes populaires, les grands et bons moments semblent être ceux qui concentrent et portent à un paroxysme ce que les classes populaires valorisent déjà dans leur sociabilité de tous les jours. L’abondance alimentaire ; l’absence de manières, de formes, de séparations marquées et de rapports d’autorité ; la possibilité de rencontrer des gens que l’on connaît, avec lesquels on puisse rire, parler le même langage, extérioriser ses sentiments, chahuter, boire ; une dépense physique librement consentie (par opposition à l’inaction de l’esthète au théâtre). Tous ces éléments entrent dans la définition d’un idéal festif populaire qu’on peut qualifier d’égalitaire et de matérialiste. A travers ces moments festifs, les classes populaires ne manifestent pas une volonté d’inversion, mais plus simplement un désir de réaliser temporairement leur rêve d’une bonne vie, qui s’inscrit dans le prolongement d’un mode de sociabilité quotidien.

53Les couches moyennes et supérieures intellectuelles, qui détiennent un capital culturel plus important, tendent à ne considérer comme fêtes véritables que les événements permettant de mettre en relief leurs compétences culturelles et sociales. Rencontres, fêtes, spectacles sont valorisés pour l’enrichissement personnel, intellectuel, social qu’ils procurent. Les occasions festives sont, pour les membres des couches intellectuelles, un des moyens de se rassurer sur leur valeur en la faisant reconnaître, implicitement ou explicitement, par des pairs. La conversation, la bonne présentation extérieure, le respect des formes et des hiérarchies comptent particulièrement dans ce modèle festif.

54Enfin, les commerçants, artisans, industriels, professions libérales, en somme ceux dont la réussite personnelle s’évalue à la surface sociale, envisagent les fêtes avant tout comme des moyens d’augmenter leur capital de relations et de connaissances. Ils réussissent généralement à exploiter au maximum les possibilités d’ostentation et de mise en relation avec d’autres individus qu’elles offrent. Ce modèle festif « mondain » s’associe aussi bien à un modèle populaire qu’à un modèle intellectuel. On l’observe dans des fêtes comportant des discours et aussi des temps morts qui laissent place aux discussions et prises de contact, et auxquelles sont invitées des « personnalités ».

55En introduisant la notion de modèle festif mondain, nous indiquons clairement que la sociabilité est aussi un lieu de circulation et d’appropriation de capital social. Mais s’agit-il d’une caractéristique très générale de la sociabilité, ou bien au contraire d’une tendance particulière liée à la position sociale indépendante de certains groupes ? Un examen approfondi du fonctionnement de la vie associative permet d’éclairer la question. Instruments d’une identification sociale quotidienne, organisatrices de fêtes, les associations ne seraient-elles pas aussi fondamentalement des banques de capital social ?

Notes

1 Cette distinction due à l’ethnologie spontanée est critiquée par François-André Isambert dans son étude consacrée aux fêtes de fin d’année à Paris en 1962, La fin de l’année, Paris, C.E.S., 1976. Repris dans Le sens du sacré. Fête et religion populaire, Paris, Minuit, 1982.

2 Pour une description détaillée de cette fête, voir Michel Bozon, « Conscrits et fêtes de conscrits à Villefranche-sur-Saône », Ethnologie Française, 1979, IX, 1, pp. 29-46.

3 Depuis que ces lignes ont été écrites, le stade bouliste a été couvert.

Table des illustrations

Légende L’annonce de la fête locale du Parti Communiste s’efface presque derrière la propagande pour le grand concours de boules amical organisé à cette occasion. Dans une petite ville, loisir populaire, sociabilité et politique locale n’appartiennent pas à des catégories aussi différentes qu’on le croit souvent.Affiche de la section de Villefranche du P.C.F. Photo Michel Bozon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende Ceux dont l’existence sociale et professionnelle repose surtout sur une notoriété et un capital de relations à usage local, comme les commerçants et les artisans par exemple, participent volontiers à la Vague des Conscrits. Ce défilé est pour eux une occasion de mettre en scène leur réussite sociale aux yeux de tous.La classe des 50 ans dans la Vague des Conscrits en 1976. Photo Michel Bozon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Dans une petite ville, une fête populaire avec défilé est aussi un jeu de société. On scrute les personnes qui défilent, on reconnaît des personnalités, on cherche les amis et les parents pour les applaudir. L’attitude d’un public populaire n’est jamais passive.Public de la Fête des Conscrits en 1976. Photo Michel Bozon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search