Version classiqueVersion mobile

Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province

 | 
Michel Bozon

Chapitre IV. Le quotidien de la sociabilité

Texte intégral

1L’ensemble d’événements et de contacts qui définit l’univers social quotidien d’un individu présente une grande régularité. La sociabilité paraît inscrite dans la répétition monotone des jours : chacun rencontre toujours un peu les mêmes gens, dans des circonstances qui se reproduisent à intervalles réguliers. Seule la vie qui passe, les migrations, le mariage semblent amener quelque renouvellement. Traditionnellement, on attribue ce caractère répétitif et routinier de la sociabilité à la forme immuable des « institutions » dans lesquelles les individus sont inscrits : famille, voisinage, amis, vie associative, etc… Selon cette perspective, les variations dans les caractéristiques individuelles de la sociabilité s’expliqueraient simplement par la diversité infinie des tendances psychologiques d’acteurs sociaux placés dans des groupements institutionnels sensiblement identiques.

2Cependant, à ne voir dans la sociabilité que le rapport infiniment varié d’individus à des institutions abstraites, on oublie d’abord que les individus sont eux-mêmes un rouage actif de ces groupements humains, qui n’existent pas en dehors d’eux, et réciproquement qu’aucun individu ne peut exister sans un univers social quotidien déjà en partie structuré : en établissant une distinction tranchée entre individu et société, on s’interdit de comprendre les stratégies et les comportements des habitants d’une petite ville. En fait, les différences (et les similitudes) entre individus sont à la fois plus profondes, plus sociales, plus systématiques que de simples nuances psychologiques. Il serait stupide de nier l’importance des facteurs psychologiques dans le domaine de la sociabilité. Cependant, leur portée véritable apparaît seulement si l’on définit l’univers des possibles dans lequel se déploient les comportements de sociabilité de chaque groupe social. Dire de quelqu’un qu’il est « sociable » recouvre des réalités objectives très différentes selon les cas : quand on passe des ouvriers aux commerçants, des professeurs aux ingénieurs, d’une petite ville à une commune de banlieue, de Paris à une grande ville de province, les conditions, les formes et les enjeux de la sociabilité se modifient du tout au tout. Comment s’explique l’unité de style des manifestations de sociabilité, aussi bien privées qu’extra-familiales, des membres d’un même groupe social ? A l’inverse, dans un contexte local donné, comment se différencient les pratiques sociables des groupes en présence ? Comment peut-on expliquer les différences aussi tranchées que l’on constate dans une petite ville ?

  • 1 Par ce terme d’apparence paradoxale, on désigne ici l’ensemble des attitudes et des comportements (...)

3Pour répondre à ces interrogations, on se propose, dans ce chapitre, d’examiner avec des méthodes d’analyse et de description comparables, les relations familiales, les relations amicales, les relations de voisinage, la sociabilité impersonnelle1, les réunions, les rencontres, les activités d’associations, et de dégager ainsi l’unité profonde de styles sociaux.

LES RENCONTRES FAMILIALES

4Quand on envisage les phénomènes de sociabilité, on est souvent tenté de mettre la famille à part, et d’en faire un lieu clos de relations interpersonnelles : les membres d’une parentèle seraient les simples acteurs d’une pièce psychologique, qui se jouerait de façon assez immuable dans tous les milieux sociaux, même si le texte peut être légèrement modifié par des contraintes externes. Ces relations intra-familiales seraient en outre caractérisées par l’existence universelle d’une « dominante féminine », c’est-à-dire une tendance permanente des femmes à s’impliquer davantage dans ces relations et à les marquer de leur sceau.

5En fait, l’enquête sur Villefranche rejoint de nombreuses enquêtes déjà réalisées sur le même sujet, et conduit à des hypothèses sensiblement différentes. Les pratiques de sociabilité familiale présentent des variations telles qu’il faut poser l’existence de plusieurs modèles sociaux pour rendre compte de cette diversité. Il semble également que la théorie de la «dominante féminine » ait une portée bien plus réduite qu’on ne le dit généralement.

Diversité sociale de l’univers familial

6Si l’on examine la catégorie sociale des ascendants des enquêtés, si on la compare avec celle de leurs enfants mariés, et si on répertorie enfin les professions de leurs frères et sœurs, on est frappé par l’extraordinaire immobilité qui prévaut aux deux extrémités de l’échelle sociale. On est fondé à parler de deux univers sociaux qui ne se mêlent pas, un univers populaire et un univers « bourgeois ».

  • 2 Ce sont les enquêtes, faites deux ans après le Recensement, que l’on utilise pour mesurer la mobil (...)

7Ainsi un tiers des ouvriers de Villefranche sont issus de parents agriculteurs, tandis que une moitié est d’origine déjà ouvrière. Les frères et sœurs des ouvriers caladois sont eux-mêmes ouvriers dans un cas sur deux, agriculteurs dans un cas sur six, artisans ou petits commerçants dans la même proportion, employés une fois sur dix. Quant aux enfants qui ont quitté la demeure paternelle, une moitié d’entre eux deviennent ouvriers, un sixième employés et un huitième artisans ou petits commerçants. Si l’on prend maintenant le groupe formé par les cadres supérieurs et les membres des professions libérales, il faut noter qu’aucun d’eux n’est fils d’ouvrier ou d’agriculteur. En revanche, un quart d’entre eux est fils d’artisans ou de commerçants, un autre quart est d’origine employée et un tiers des membres de la catégorie est déjà fils de cadres supérieurs. Les frères et sœurs sont employés (un sur six), cadres moyens (un sur cinq), cadres supérieurs (près d’un sur deux). Enfin, les enfants qui n’habitent plus avec les parents sont étudiants (un sur quatre), cadres moyens (un sur trois), cadres supérieurs (un sur six). Pas d’ouvriers, d’artisans ou de petits commerçants. Les taux d’immobilité sociale semblent très élevés à Villefranche : les enquêtes Formation Qualification Professionnelle de l’I.N.S.E.E.2, qui se font à l’échelle nationale, donnent des taux légèrement plus faibles. Les caractéristiques sociales des familles ouvrières et bourgeoises sont, bien entendu, à mettre en rapport avec leur dispersion géographique : on constate alors que l’homogénéité sociale de la famille ouvrière va de pair avec sa concentration géographique, alors que l’homogénéité aussi forte de la famille bourgeoise s’accommode fort bien de sa dispersion dans l’espace. Les caractéristiques bien marquées des familles ouvrières et bourgeoises permettent de penser que ce sont les pratiques de ces catégories sociales qui permettront de construire les modèles les plus cohérents de sociabilité familiale.

Tableau 18. Univers social familial des ouvriers (hommes)

Tableau 18. Univers social familial des ouvriers (hommes)

Tableau 19. Univers familial des cadres supérieurs et professions libérales (hommes)

Tableau 19. Univers familial des cadres supérieurs et professions libérales (hommes)

8L’univers social familial des couches moyennes paraît en revanche bien moins homogène et rappelle, selon les cas, l’univers populaire ou l’univers bourgeois. Ainsi, la moitié des artisans et petits commerçants sont fils d’artisans-commerçants, un sur quatre est fils d’ouvrier, un sur six fils d’agriculteur. Leurs frères et sœurs sont ouvriers dans un cas sur trois, artisans ou commerçants dans un cas sur cinq seulement, et agriculteurs une fois sur six. Les cadres moyens sont d’origines très diverses : fils d’ouvriers, (un sur quatre), d’employés (un sur cinq), de cadres supérieurs (un sur six), d’artisans-commerçants (un sur six). Leurs frères et sœurs sont ouvriers (trois sur dix), cadres moyens (deux sur dix), cadres supérieurs (deux sur dix) ou artisans-commerçants (deux sur dix). Leurs enfants sont cadres moyens (un sur quatre), ouvriers (un sur cinq), cadres supérieurs (un sur cinq). Les artisans et petits commerçants semblent plus appartenir au monde populaire que les cadres moyens. Ces derniers constituent d’ailleurs un des groupes les plus hétérogènes qui soient : on peut dire que le statut de cadre moyen est un statut transitoire, point de départ, de passage ou d’aboutissement selon les cas.

9Cette brève présentation synchronique des effets de la mobilité permet de mieux connaître le contexte social des rencontres familiales.

La fréquence des rencontres

10L’intensité des relations avec les membres de la famille proche dépend étroitement de l’âge des enquêtés et de leur situation familiale.

11Il est manifeste que la fréquence des rencontres avec les ascendants, assez grande dans la tranche 20-29 ans, décroît avec l’âge des enquêtés : le point le plus bas est atteint entre 40 et 49 ans. Mais au-delà de 50 ans, la tendance s’inverse, et l’intensité des relations connaît un nouveau sommet, résultat indirect du veuvage ou de la mauvaise santé des parents. Les rencontres avec les membres de la fratrie suivent un schéma plus simple : leur intensité diminue irrémédiablement à mesure que les enquêtés prennent de l’âge. Le point de non-retour semble véritablement atteint lorsque les ascendants communs ont tous les deux disparu. La relation fraternelle est ainsi plus liée qu’on ne le croit, à l’existence des parents, au moins à partir d’un certain âge. La disparition de ces derniers donne le signal (plus qu’elle n’est la cause) de la segmentation familiale.

12En outre, toutes les études publiées sur la famille trouvent que la branche de la femme (parents, frères et sœurs) est plus fréquentée par les conjoints que celle du mari, toutes choses égales d’ailleurs, et l’enquête sur Villefranche ne contredit pas apparemment ce résultat. On peut cependant se demander si la confection d’une telle moyenne, toutes classes et tous âges confondus, ne cache pas plus de choses qu’elle n’en montre. Par exemple, il faut bien voir que c’est seulement dans la tranche d’âge 20-29 ans que les conjoints fréquentent sensiblement plus les ascendants de la femme que ceux du mari, alors que les écarts sont négligeables entre 30 et 50 ans, et de nouveau plus marqués après 50 ans (ainsi par exemple, 1,2 % des ménages qui ont des ascendants vivants, cohabitent avec un parent âgé du mari, contre 6,7 % avec un parent âgé de la femme). La plus grande fréquentation de sa famille par la femme jeune mariée semble liée au problème que pose la garde des enfants : dans toutes les générations et toutes les classes sociales, on (c’est-à-dire la femme presque toujours) recourt toujours beaucoup plus aux parents (à la mère) de la femme qu’à ceux du mari pour garder les jeunes enfants, régulièrement ou occasionnellement. De la même façon, quand les parents vieillissent, et deviennent demandeurs d’aide, c’est de leurs enfants féminins qu’ils l’attendent généralement. La division sexuelle traditionnelle du travail (l’attribution aux femmes des tâches ménagères et liées aux enfants) explique cette tendance « féminine » dans les relations avec les ascendants, tendance que la démographie accentue en nombre absolu, étant donné que les femmes, se mariant plus jeunes, ont des parents qui vivent plus longtemps que ceux des maris, et atteignent elles-mêmes des âges plus avancés que ces derniers.

13Mais le fait que, dans un couple, la fratrie de la femme soit fréquentée toujours plus régulièrement que celle de l’homme ne peut être expliqué de la même façon. Dans ce cas, tout se passe comme si la femme était investie d’une fonction d’« entrepreneur en relations familiales », qui la porterait à privilégier naturellement sa branche parentale. Mais peut-être faut-il encore relativiser ce jugement, en considérant la catégorie sociale des femmes et leur activité. Ainsi, en ce qui concerne l’intensité des relations avec les ascendants, on ne remarque pas de privilège notable pour la branche de la femme ou celle du mari, dans la classe ouvrière ni dans la classe supérieure. C’est uniquement dans les couches moyennes (employés, cadres moyens, artisans et petits commerçants), que les parents de la femme sont plus fréquentés que ceux de l’homme. Par ailleurs les femmes qui restent à la maison et n’exercent pas d’activité professionnelle, contrairement à ce qu’on pourrait croire, voient moins leurs parents (et légèrement moins ceux de leur mari), que les femmes actives : le « familialisme » n’est donc pas spécialement l’attribut des femmes au foyer, contrairement à d’autres activités sociales qui sont étudiées dans ce chapitre. Il semble, en conclusion, qu’il soit à peu près impossible d’aborder/le problème de la dominante féminine dans la sociabilité privée, si l’on n’envisage ni le contenu social des rencontres familiales, ni l’appartenance sociale des intéressés.

14Ainsi si l’on compare, en matière de fréquentation de la famille proche, les données qui concernent les ouvriers, et celles qui portent sur les cadres supérieurs, on note des différences très nettes entre ces classes sociales, même si la hiérarchie d’intensité de la fréquentation reste la même (les enfants mariés du couple passent avant les ascendants, et les ascendants avant les membres de la fratrie). Spatialement proches de leurs proches, les ouvriers les fréquentent bien plus intensément que les cadres supérieurs qui, malgré leur « mobilité » et leur habitude de l’automobile, n’ont avec parents, frères et sœurs que des relations épisodiques. Ainsi il est possible de parler d’un certain familialisme des classes populaires et, à l’inverse, des liens plus lâches que les classes supérieures entretiennent avec leur famille. La seule exception est constituée par les relations avec les enfants, qui ont la même forte intensité dans l’un et l’autre cas.

Tableau 20. Fréquentation de la famille proche dans les ménages ouvriers

Tableau 20. Fréquentation de la famille proche dans les ménages ouvriers

Tableau 21. Fréquentation de la famille proche dans les ménages de cadres supérieurs

Tableau 21. Fréquentation de la famille proche dans les ménages de cadres supérieurs

15Dans l’ensemble, les couches indépendantes (y compris les professions libérales) ont des attitudes proches du modèle populaire : l’enracinement local de ces couches sociales le laissait supposer. Mais les couches moyennes salariées ont des comportements très divers et parfois déroutants. Les employés fréquentent très peu la famille du mari (parents, frères et sœurs), alors qu’ils ont des contacts bien plus assidus avec celle de la femme. Les cadres moyens ont des relations très fréquentes (plus que les employés) avec tous les membres de leur parenté, y compris leurs frères et sœurs, mais avec une préférence pour le côté féminin, comme chez les employés : cette intensité des relations familiales les rapproche beaucoup, en apparence, de l’attitude populaire. Malgré l’éloignement de leur parenté, les cadres moyens la fréquentent assidûment, comme si, en somme, la distance n’était pas pour eux un obstacle : ainsi ils semblent tenir à la fois des classes populaires (fréquence des contacts avec la parenté) et des classes supérieures (mobilité, capacité à se déplacer). Dans le cas des employés, au contraire, tout se passe comme si l’éloignement constituait un obstacle réel aux rencontres, malgré le désir de se voir (dont témoigne la plus grande intensité des contacts avec la famille de la femme) : cette difficulté à abolir la distance physique rapprocherait, d’une certaine manière, les employés et les ouvriers déracinés. Notons enfin que la tendance à fréquenter plus facilement la parenté utérine (trait que l’on a relevé chez les employés et chez les cadres moyens) n’est pas assez marquée pour que l’on conclue à l’existence d’un « modèle matrilinéaire » dans les couches moyennes.

Les parents éloignés

16Jusqu’à présent, on ne s’est intéressé qu’à la « famille proche » : parents, frères, sœurs, enfants mariés des conjoints. On peut se demander quels contacts sont entretenus aussi avec des parents plus éloignés. Dans ce domaine les entretiens avec les enquêtés montrent que dans tous les milieux sociaux les contacts et les fréquentations régulières avec des oncles, tantes ou cousins germains sont très rares, et que les parents plus éloignés encore ne sont jamais rencontrés. Les classes supérieures et une partie des classes moyennes se distinguent des classes populaires, en montrant une connaissance souvent approfondie (verticale et horizontale) de la famille étendue jusqu’à des parents assez éloignés dont la profession, le prénom, la résidence sont connus, même si les intéressés n’ont jamais été vus. Ce savoir précis sur la parenté lointaine, qui s’exprime parfois par la confection d’arbres généalogiques, va rarement de pair avec une fréquentation régulière de celle-ci ; on parle de la famille lointaine, mais on ne la voit guère. La famille, objet de discours, permet à des individus en situation d’ascension sociale de mettre en valeur leur trajectoire. En revanche, dans les classes populaires, on connaît mal les parents éloignés, et on ne les considère pas comme faisant partie de la « famille ». Quand on déclare à propos d’une réunion familiale, « Tout le monde était là, des deux côtés ! », cela signifie seulement que les parents, les frères et sœurs, leurs conjoints et leurs enfants, ainsi que les enfants des intéressés, étaient présents. Les cousins, oncles et tantes, ne font pas partie de ce « tout le monde » de la famille proche : à ce titre, on ne les rencontre que par hasard (quand « on tombe dessus ») et on ne les fréquente pas, même si on s’entend bien avec eux, et qu’ils habitent à proximité (ce qui est souvent le cas puisque les ouvriers sont ceux qui ont le plus de parents éloignés résidant dans la ville). Beaucoup de familles populaires reprendraient subjectivement à leur compte cette déclaration d’une ouvrière caladoise : « J’ai de la famille vraiment directe, mais autrement personne ! ».

17En règle générale, les contacts réguliers avec oncles, tantes, cousins germains, autres parents, cessent brutalement à la disparition du dernier des grands-parents, le domicile de ceux-ci étant le seul lieu de rencontre possible. A partir de ce moment, les contacts avec eux revêtent presque exclusivement une forme occasionnelle : on les rencontre par hasard chez les parents, on les retrouve à un mariage ou à un enterrement, on leur envoie des vœux, on les rencontre dans la rue, ou le jour de la Toussaint, ou à l’occasion de vacances dans le pays d’origine. Il peut arriver que les liens soient plus serrés avec des parents éloignés. Parfois, dans les classes supérieures, on décide de traiter un cousin « comme un ami », tandis que dans les familles ouvrières, on parle de tel cousin, qui est ou a été « comme un frère », pour l’un des conjoints. Mais ces exemples exceptionnels montrent bien, a fortiori, que les parents éloignés n’appartiennent pas à la famille.

18Pour interpréter toutes ces différences d’attitudes entre groupes sociaux, aussi bien le familialisme populaire que l’apparente distance des cadres supérieurs à l’égard de leur famille, il est nécessaire d’envisager le contenu des rencontres familiales. Savoir comment se déroulent concrètement les contacts entre parents (au sens le plus matériel) éclaire sur les relations que les individus entretiennent avec leurs voisins, leurs amis et l’ensemble des personnes qu’ils connaissent.

LES PARENTS ÉLOIGNÉS « AU FOND, ON SE VOIT QUE POUR LES MAUVAISES OCCASIONS »
Professeurs. 45 ans. Femme originaire de la région de Béziers :
« F. : Mes grands-parents tenaient un hôtel-restaurant dans un petit village : y se sont jamais enrichis dans leur métier. Y z’ont quand même eu cinq enfants. L’oncle, le frère aîné de ma mère, il est mort maintenant, il était parti mécanicien dans la marine. Π a épousé une Lyonnaise de Saint-Fons, mais ça n’a jamais bien collé avec ma grand-mère d’après ce que j’ai cru comprendre (…). Son fils aîné, mon cousin quoi, il est devenu instituteur, puis directeur de C.E.G. et adjoint au maire. C’est un grand pêcheur et un grand cueilleur de champignons. On le voit de temps en temps mais c’est un ours ! (…) Et puis il y a les deux autres frères de ma mère, avec qui on a de très bons rapports. Y en a un, Roger, qu’est retraité de la mine. Je le vois une fois par an, chaque fois que je vais en vacances. Et puis, j’ai un autre oncle, qu’habite Montpellier : il est cadre retraité de la mine et il a épousé l’institutrice du village à Plaisance. C’était son premier poste, elle avait 18 ans. Y z’ont une fille unique, qu’a été comme une petite sœur pour moi. Elle, elle a épousé un ingénieur. On la rencontre dans le Midi quand elle est chez sa mère. Mais on va pas la voir spécialement. On s’écrit juste une fois par an. Y n’sont jamais venus ici. Ah si ! son mari, une fois, de façon tout à fait fortuite. Y partent en vacances de leur côté, nous du nôtre.
H. : Il faut reconnaître qu’on a pas beaucoup d’intérêts communs. En se voyant de temps en temps seulement, ça passe très bien. Mais quant à coexister… ».
Ouvriers. 38 ans. 3 enfants. Femme sans profession. Originaires de la région :
« Du côté de ma mère, y a une sœur mais on la voit peu. Elle est à Francheleins [village situé à 15 kms de Villefranche] et y sortent pas beaucoup. Ça fait bien dix ans qu’on les a pas vus : depuis qu’on s’est mariés ! On dit toujours qu’on va aller les voir, mais c’est toujours repoussé. Au fond, on se voit que pour les mauvaises occasions… ».
– Ouvrière au chômage. 35 ans. Mariée. 2 enfants. Originaire de la région :
« On se fréquente pas tellement entre cousins. J’ai un cousin du côté de ma mère à Villefranche, mais c’est pas pour ça qu’on se voit plus. Au maximum, trois ou quatre fois par an, peut-être… Du côté de mon père, j’ai un cousin avec qui on s’entend bien. Mais lui, il habite très loin, au moins cinquante kilomètres, alors on se voit une ou deux fois par an, pas plus. On s’écrit dans l’année, et on fait parfois un repas au restaurant avec lui… ».
— Femme d’ouvrier. 36 ans. Sans profession. 1 enfant.
« Mon beau-père, il est mort. Π a des frères et sœurs qui vivent encore, mais y z’ont leurs enfants ! On se voit pas. Y z’habitent à Lyon ou dans la banlieue, je sais même pas. A la mort du beau-père, on a cessé de se voir, on a coupé. Ça fait trop de monde à inviter. Et puis, y z’ont tous leur famille… On s’écrit même pas les vœux ».
— Professeur. 53 ans. 2 enfants. Originaire de Lyon :
« Ma mère avait aussi un frère aujourd’hui décédé. Sa femme est encore vivante, c’est la plus âgée de la famille, elle a au moins 86 ou 87 ans. Je ne saurais vous dire où elle est maintenant car elle se partage entre ses propres enfants et un appartement qu’elle a gardé à Ambérieu-en-Bugey. Je sais qu’elle y fait de temps en temps des séjours entre deux séjours chez ses enfants… Elle a deux enfants, deux filles dont l’une est installée en Normandie, dans un pays qui s’appelle Bourg-Thérould, c’est plus ou moins dans la banlieue de Rouen, dans la banlieue éloignée de Rouen. Je vois cette cousine et son mari fort rarement, j’ai peu l’occasion d’aller à Bourg-Thérould et eux trouvent le trajet assez long pour venir dans la région. Son mari travaille dans les services de sécurité d’une usine Shell. Nous les avons vus par hasard il y a à peu près une quinzaine de jours, ils étaient de passage dans la région, ils sont allés chez mes parents un jour où j’y étais moi-même… Ces cousins ont eux-mêmes des enfants, deux filles, maintenant mariées toutes les deux, que je n’ai pratiquement jamais vues. L’une est installée en Normandie, l’autre vit à Montpellier où elle poursuit des études, je crois, dans un Institut de Technologie… La famille est à peu près répartie sur toute la France… ».
Artisan. 43 ans. 1 enfant. Né à Villefranche :
« Ma belle-mère, elle avait une sœur qu’est morte maintenant, son mari aussi, alors y reste que les cousins, et y z’habitent Roanne. Alors on se voit, mais quand ça accorde… Par exemple dans quinze jours, y va y avoir un match de rugby à Roanne [entre Roanne et Ville franche], et justement on s’occupe tous les deux un peu de rugby, alors on va se retrouver à cette occasion… On se voit des fois pour la Toussaint au cimetière. Mes beaux-parents sont enterrés dans la Loire à Montbrison, alors eux ils y vont et nous aussi. A midi on mange au restaurant ensemble, et comme ça on se retrouve ».

Forme et contenu des rencontres : famille, voisins, amis

19Les entretiens avec les enquêtés permettent de distinguer deux formes extrêmes que prennent les rencontres avec la famille, et par extension avec les amis ou les voisins. Le premier mode de relations, typique des classes populaires, se caractérise à la fois par l’informalité, et par l’importance (la visibilité) des supports matériels concrets. A l’opposé, le mode de rencontres par lequel se définissent les classes supérieures se distingue par l’importance des facteurs formels, et la faible visibilité des supports matériels. L’opposition de contenus ne doit naturellement pas être isolée des autres caractéristiques qui ont été relevées : les différences dans la géographie familiale, ou dans l’intensité de la fréquentation. Le mode populaire de fréquentation familiale, très lié au localisme de la classe, apparaît comme une pratique Spontanée et inévitable, alors que le mode bourgeois se présente comme une obligation acceptée mais aussi mise à distance.

20Chez les classes populaires, le temps de préparation de la rencontre est réduit au minimum, « ça se décide au dernier moment », les coups de téléphone pour s’annoncer sont brefs, et l’on n’hésite pas à arriver à l’improviste. Souvent, l’on se rencontre comme par hasard. L’invitation formelle est assez rare. Il y a chez les ouvriers comme un goût de l’impromptu et du spontané, et une méfiance à l’égard de l’organisation et de la prévision. Prévoir, ce serait traiter des proches comme des étrangers.

21Les rencontres populaires ne se limitent pas à mettre en présence les individus : souvent multifonctionnelles, elles sont généralement dominées par une activité concrète, entraide ou loisir commun. Elles ne se réduisent jamais à un échange verbal. Il y a parfois une véritable division du travail dans la parenté proche : l’une coiffe, l’autre coud, celui-ci bricole, celui-là maçonne, le cousin s’occupe de football, le beau-frère est un mordu de pêche, la grand-mère fait les courses ou le ménage, si bien que l’on sait toujours à qui s’adresser quand il le faut. Une véritable circulation de savoir-faire se produit donc dans ces rencontres. Pourtant, la sociabilité familiale ouvrière est moins utilitariste que simplement matérialiste. Quand on apprécie un membre de sa parenté, on n’oublie jamais de l’inscrire dans l’univers des compétences techniques et/ou domestiques. Le support matériel revêt une nécessité fondamentale : moins importants en valeur même relative que les transferts de patrimoine qui s’effectuent dans les classes supérieures, les flux de biens et de services et les transferts de compétence dans les familles populaires ont une visibilité bien plus considérable, parce qu’ils constituent le support principal de la relation et que la circulation de patrimoine social et culturel intervient fort peu.

22Les classes populaires prisent aussi beaucoup les sorties ou loisirs en famille (pêche, pique-nique, cueillettes…), pour lesquelles elles font appel presque exclusivement à leur famille proche. On remarque que ces sorties sont assez volontiers organisées en commun par des frères et sœurs (plutôt que par un couple et ses ascendants). En milieu populaire, le lien fraternel « égalitaire » semble plus valorisé que le lien entre générations.

23Réticents à l’égard des contacts purement verbaux, et par ailleurs familiers des rencontres face à face en raison de la densité de leur réseau parental, les ouvriers répugnent doublement au contact à distance. Souvent réservée à la femme, l’utilisation du téléphone est limitée à de courtes distances et à des échanges concrets. Il n’y a pas seulement là affaire de coût. C’est l’abstraction inhérente à ce type de contact (la voix sans la présence) qui rebute les couches populaires. Les ouvriers tendent donc d’autant plus à se reposer sur les réseaux locaux. Du même ordre est l’absence de connaissance approfondie que les ouvriers ont de leur parenté lointaine.– L’éloignement généalogique produit les mêmes effets que l’éloignement physique et explique une absence totale de fréquentations régulières (alors même que ces parents éloignés peuvent être proches dans l’espace).

24Chez les classes supérieures, même si on habite près les uns des autres, on s’invite, on organise la rencontre, le jour, l’heure, on se téléphone longuement, on veille ostensiblement à « ne pas déranger ». L’important ici est peut-être de se faire désirer. Tout ce travail de prévision, de mise au point, d’organisation vient de ce que les membres des classes supérieures attachent un’ prix à leur « présence » même. La plupart des visites n’ont pas de support matériel concret, et la conversation y tient donc une place plus grande. Le caractère plus symbolique et contraint des contacts familiaux rend ceux-ci particulièrement difficiles et rares entre frères et sœurs, sauf si des affinités notables existent entre eux. Quand l’échange entre deux individus est surtout verbal, il ne suffit pas en effet qu’ils soient approximativement de même niveau social ou culturel : dans une même famille, un ingénieur et un professeur trouveront qu’ils n’ont rien de commun, un professeur de sciences et un autre de lettres se jugeront très différents. Tout se passe un peu comme si, dans les classes supérieures, on choisissait ses frères et sœurs, comme on choisit ses amis.

25En raison de la dispersion de leur parenté, les classes supérieures profitent souvent des périodes de vacances pour organiser de brefs séjours en commun avec leur famille : « famille » désigne ici plus les ascendants ou les enfants mariés du couple que les frères ou sœurs des conjoints, comme si, dans ce milieu social, c’était la relation « inégalitaire » entre les générations qui était valorisée. Il faut rappeler à ce propos l’importance de l’aide matérielle concrète entre générations (en particulier dans le sens ascendants enfants mariés) ; si elle est moins visible que dans les classes populaires, c’est qu’elle n’est pas fractionnée en une multitude de petits biens. Les contacts téléphoniques avec des membres de la parenté peuvent couvrir des distances bien plus importantes. L’éloignement n’est pas un obstacle, quand on se contente de relations épisodiques et formelles avec sa parenté.

  • 3 Voir en particulier, Agnès Pitrou, Relations entre générations et insertion sociale, thèse de troi (...)

26La double opposition que l’on a dégagée (informel/formel, matériel/ non matériel) pour décrire ces rencontres est corrélative d’autres oppositions fondamentales comme la différence entre des contenus non verbaux et des contenus verbaux qu’ont relevée d’autres auteurs3. Le même schéma permet de rendre compte des types de contacts avec des amis ou des voisins. En milieu populaire, les voisins, collègues de travail, camarades (syndicat ou parti politique), ou amis qui entrent les uns chez les autres le font généralement pour des raisons pratiques précises. Les visites sans objet matériel sont rares. On vient demander un service, on vient chercher les enfants pour les emmener à la piscine ou le mari pour le conduire au match de rugby, on vient rédiger un tract. On ne fait pas une visite, on ne fait que « passer ». Plutôt que d’offrir à manger à un visiteur attardé, le visité propose l’apéritif. Et s’il finit par ajouter une assiette sur la table, c’est sans discussion ; le visiteur ne peut plus refuser, alors qu’à aucun moment il n’a été « invité » formellement. La plupart des amis sont des amis d’enfance ou d’anciens voisins. Il est rare qu’ils soient invités à manger à domicile. Les invitations se font plutôt au café quand il s’agit d’hommes. Il arrive seulement parfois que certains amis soient utilisés comme des frères ou sœurs pour des sorties ou loisirs communs à l’extérieur.

27En milieu bourgeois, l’on voisine peu, et l’amitié prend des formes. On n’improvise pas. On s’y prend à l’avance pour inviter des amis à un repas à domicile, ou à une réception chez soi. Cette sociabilité du soir prend parfois une apparence très formelle : certains groupes d’amis, en milieu bourgeois, ont des allures de club privé très fermé. Une comptabilité très stricte des invitations est faite, et chacun assume sa part, à son tour. Les nouveaux amis sont souvent rencontrés dans le cadre d’associations ou dans le cadre professionnel (par exemple dans les établissements d’enseignement). Même les « coups de foudre » suivent le rituel immuable de l’invitation et de la contre-invitation. On mange et on boit, on danse ou on joue, et toujours on parle. Les sorties communes au spectacle sont plus rares. Tout se passe comme si les rencontres que les hommes des classes supérieures ne peuvent faire au café se déroulaient chez eux, dans le cadre strict de l’invitation. Les visites informelles et rapides, les « sauts en vitesse » sont bannis des milieux bourgeois, où la préparation minutieuse est de tradition.

28Dans chaque milieu social, les femmes remplissent certaines fonctions spécifiques dans l’organisation de la sociabilité du couple. Mais il existe en outre une sociabilité féminine originale qui doit être envisagée en tant que telle.

LA SOCIABILITÉ DES FEMMES

29Si l’on envisage de nouveau les lieux publics de Villefranche, en examinant cette fois leur assignation plus ou moins exclusive à l’un ou l’autre sexe, on note sans surprise excessive que certains lieux paraissent presque interdits aux femmes, comme les cafés ou le stade. ; En revanche, elles fréquentent les cinémas, les établissements scolaires de leurs enfants, le théâtre, la salle de conférences, le Centre d’Éducation Populaire, et la rue centrale : on ne peut donc pas dire que l’espace public caladois soit absolument réservé aux hommes. En outre, on a noté que les femmes de Villefranche travaillaient dans une proportion importante. Villefranche ne ressemble donc pas à ces petites villes du Midi où le sous-emploi (ainsi que le chômage) féminin se combine à l’interdiction implicite de fréquenter de nombreux lieux publics pour river les femmes à leur foyer.

« MIDI, C’EST LES PARENTS. LE SOIR, C’EST LES AMIS, ET LES RÉUNIONS »
— Femme sans profession. 35 ans. Mari, ouvrier boulanger. 4 enfants :
« Mon mari va voir les rencontres de rugby, ça c’est sacré, le dimanche… Quand c’est à Villefranche, il emmène les enfants parce qu’y a un stade, des balançoires, tout ça, alors y peuvent quand même prendre l’air, mais moi j’aime pas. Autrement quand c’est en dehors de Villefranche, ben y part avec des voisins, toujours un peu les mêmes, et y partent plusieurs dans une voiture, en partageant les frais d’essence… On a de bons rapports avec nos voisins, y en a qui viennent prendre l’apéritif. Remarquez, des fois, on reste 15 jours sans se voir et des fois on se voit plus souvent, ça dépend. Le monsieur qui va au rugby avec mon mari, des fois y vient, y prend l’apéritif ou alors c’est mon mari qui y va, ça dépend… Moi aussi de temps en temps je vais prendre le café chez une dame ou j’en invite une, ça dépend… Pas toutes les après-midi quand même… De temps en temps, l’après-midi, je pars avec deux, trois camarades, enfin des voisines de l’immeuble, et on va faire du vélo. On va dans le Beaujolais ou dans l’Ain, les routes tranquilles quoi, parce qu’on a de vieux vélos. On va à notre allure… ».
Femme 68 ans. Mari ouvrier retraité. Même âge. 1 fils marié. Le mari a de nombreux frères et sœurs qui habitent Villefranche :
« On se rencontre souvent avec la famille… Sans chercher, on se rencontre. Ce matin, c’était le cas. En allant faire mes courses, en ville, je suis tombée sur mon beau-frère, c’est-à-dire le mari de ma belle-sœur. J’en rencontre en général tous les jours, soit les uns, soit les autres… ».
Ouvriers. Mari et femme. 34 ans. 4 enfants. Nés à Villefranche tous les deux :
« H. : Je fais du football dans une équipe. J’avais fait du sport jusqu’à l’âge de 18 ans, puis j’avais arrêté. Et alors j’ai repris y a deux ans, parce qu’y a deux de mes beaux-frères [= frères de la femme] qui jouent à Fareins [village situé à 5 kms]. Y m’ont entortillé jusqu’à ce que je joue avec eux. Et maintenant, je le lâcherais pas pour tout l’or du monde. C’est dans l’équipe réserve qu’on m’a mis : on se déplace jamais bien loin. Y a deux entraînemnts par semaine : j’les manque jamais…
F. : Moi je fais de la gym. J’y ai encore été ce matin. On y va tous les mercredis avec ma sœur et ma belle-sœur, une amie. C’est chez un kiné qu’est dans le quartier. J’allais chez lui parce que j’avais besoin de massage pour le dos. Il m’a dit : vous pourriez faire du sauna, mais venez à plusieurs, ça fera moins cher. Alors on y est allé à 3 ou 4. Après 3 séances de sauna, on a trouvé que c’était crevant : alors on s’est mis à lagym ».
F. : Mon mari, y fait le bricoleur pour toute la famille. Moi, je raccomode, je fais des ourlets de pantalons pour tout le monde. Coiffeuse, je fais aussi. Toute la famille défile. Je vois arriver mes nièces. Je coupe du cheveu ».
— Pharmacien. 31 ans. 1 enfant :
« Toutes les semaines, on a un minimum de deux ou trois soirées retenues par des amis, soit qu’ils nous invitent, soit qu’on les reçoive. Le plus souvent, c’est des repas à quatre ou six avec les épouses. Mais une fois par mois, régulièrement, il y a un repas où on est quatorze ou seize. On est un groupe de huit amis du même âge, qui avons fait toutes nos études à Villefranche et qui sommes tous mariés maintenant. On s’est jamais perdus de vue. Alors on s’invite à tour de rôle tous les mois, et c’est un peu la foire. Il y a un avocat, un notaire, deux kinésithérapeutes, deux cadres (haut placés), un courtier d’assurances, et moi… Mes parents, je les vois assez souvent puisqu’ils habitent juste à côté. On mange une ou deux fois par semaine chez eux, toujours à midi. Midi, c’est les parents. Le soir, c’est les amis, et les réunions, en moyenne deux par semaine ».
Ouvrier. 50 ans. Femme sans profession. 3 enfants mariés. Originaire du Beaujolais ainsi que sa femme :
« J’ai des frères et sœurs qu’habitent au nord du département et puis à Lyon. On se voit fréquemment, surtout que le grand-père, enfin mon père vient de se casser une jambe, il est hospitalisé à Villefranche alors ça fait venir un petit peu toute la famille aux nouvelles et aux visites quoi. Alors bon y viennent pas à l’hôpital sans venir nous voir aussi bien les uns que les autres, alors ça fait un lien plus fréquent que quand y a pas d’accident, on se voit une fois par mois à peu près, justement quand on va voir mon père. Il est au Bois d’Oingt [chef-lieu de canton situé à 20 kms au sud-ouest de Villefranche] tout seul, veuf depuis deux ans. Alors y vont le voir et on se retrouve chez lui quoi ».
« Des amis, on en voit toujours bien à l’occasion. Y a plus tellement d’anciens, à part un de Lachassagne [village situé à 8 kms de Villefranche] : quand y passe à Villefranche, y fait toujours un saut chez nous. Et nous aussi quand on monte là-bas on va chez eux : oh pas pour rester la demi-journée, mais pour dire de passer… On peut pas dire qu’on invite des amis à manger, mais s’ils se trouvent d’être là au moment du repas, on est pas regardants. Ça se fait par inadvertance quoi… Bien souvent, y en a, quand on se voit, on se dit : faut qu’on mange la friture ensemble un jour, et puis y se fait rien du tout. Quand y en a un qui peut, l’autre y peut pas ».
— Ouvrier. 52 ans. Femme ouvrière. 2 enfants dont 1 marié. Nés à Villefranche :
« Les parents de ma femme, y z’habitent à Villefranche. Y se passe pas une semaine sans qu’on y aille ma femme et moi, ou des fois ma femme toute seule si je suis pas là. Si ma femme a l’occasion, elle y va au milieu de la semaine, des fois même plusieurs fois par semaine. C’est quand même ses parents à elle… Quand elle y va, c’est pour donner un coup de main à faire le ménage, changer les rideaux, laver les vitres pour éviter à sa mère de faire de gros efforts hein ».
— Vendeuse au chômage. 35 ans. Mari ouvrier. 2 enfants. Habitent dans le centre ancien de Villefranche :
« J’arrive pas à trouver de travail dans le commerce. C’est difficile pour une femme qui a des enfants, on vous refuse partout. Ça fait un an que je cherche. Pour faire garder les gosses, ça serait pas un problème. J’ai une voisine, une personne âgée, qui dirait pas non. Déjà maintenant, quand y fait mauvais l’hiver, je lui laisse les enfants, et je fais les courses pour tout le monde : pour elle, pour l’autre dame qu’est au fond de la cour et pour moi ».
Femme sans profession. 31 ans. Mari cadre supérieur. 2 enfants :
« On a énormément d’amis et c’est très mélangé. Y a de tout. On a des amis médecins, on a des amis architectes, on a des amis commerçants, on a des amis… enfin disons que c’est dans la même catégorie sociale c’est certain. Y a quinze jours, on a rencontré des gens chez des amis. Ça a fait tilt, c’est le cas de le dire, on s’est vus presque deux fois dans la semaine d’après, on est allés prendre l’apéritif, on s'est encore vus le dimanche, on est invités à dîner chez eux samedi, et on leur rend l’invitation tout de suite après ».
Professeur. 53 ans. Femme secrétaire de direction. 2 enfants :
« Mes parents sont encore vivants tous les deux, ils sont fort âgés puisque mon père a maintenant 80 ans, et ma mère 79, pas en très bonne santé, ils habitent Lyon – disons que nous allons les voir à peu près une fois par mois et que entretemps il est bien rare qu’il n’y ait pas un ou deux coups de téléphone soit d’eux soit de nous, puisqu’ils ont le téléphone aussi. J’ai deux sœurs, qui sont mariées toutes les deux et vivent toutes les deux très loin. L’une est installée à Limoges et l’autre actuellement à Martigues – ce qui fait que nous nous rencontrons relativement peu souvent, les déplacements étant longs et difficiles. Alors nous entretenons surtout des contacts par lettre et par téléphone, puisque nous nous téléphonons, je ne dirai pas fréquemment, mais de temps en temps quand-même ».
On est un groupe de cinq ou six familles, et ça tourne en rond toutes les semaines. Une fois, c’est l’un qui invite, une fois c’est l’autre. C’est pour être entre amis et puis… (F. : c’est un groupe qui a commencé pendant la guerre, il dure depuis plus de trente ans, ce groupe), y a une vingtaine d’années que nous y sommes nous (F. : Alors les messieurs jouent au bridge, et les dames au tarot), et puis on met l’argent de côté pour aller faire un petit dîner au début de la belle saison. Nous jouons des sommes d’argent (F. : Oh des sommes minimes hein, ça suffit jamais pour payer le repas !), et il y a un responsable de la cagnotte du groupe (F. : Alors surtout y a jamais eu d’histoires dans ce groupe, on est quand même environ quinze, seize…). Ce sont des collègues enseignants et leurs femmes : elles ont cette particularité qu’aucune n’est dans l’enseignement ».

30Si la situation sociale des Caladoises est éloignée du modèle « méridional », il existe néanmoins à Villefranche une ségrégation des sexes assez marquée. La vie associative, par exemple, reste le grand domaine des hommes. En prenant en compte toutes les associations de Villefranche (à l’exception des syndicats et des partis politiques), on remarque que 54 % des Caladois de l’échantillon sont adhérents d’au moins une association, contre 23 % seulement des Caladoises. La proportion de ceux qui exercent des responsabilités dans une association au moins est de 30 % chez les hommes et de 13 % chez les femmes. La ségrégation est d’ailleurs plus marquée que ces chiffres, confondant toutes les formes d’associations, ne le laissent penser. Car les associations sont loin d’être toujours mixtes. La non mixité caractérise particulièrement les sociétés sportives : en 1979, 27 d’entre elles sur 50 sont masculines (plus de 80 % d’hommes), 3 sont féminines (plus de 80 % de femmes), et 20 seulement sont mixtes. C’est au contraire la mixité qui prédomine dans les sociétés culturelles : en 1979, sur 27 associations classées dans cette catégorie, 8 sont masculines, 18 sont mixtes, et une seule est féminine. L’opposition entre associations sportives et associations culturelles redouble l’opposition déjà soulignée entre les lieux (stade, contre théâtre ou salle de conférences, lieux populaires contre lieux non populaires).

31Le fait pour une femme d’exercer un emploi ou de rester au foyer, étroitement dépendant de la catégorie sociale de son mari (à Villefranche, les trois-quarts des femmes d’ouvriers, d’artisans, de petits commerçants, d’employés travaillent, mais seulement un tiers des femmes de cadres moyens, cadres supérieurs et professions libérales) semble exercer une influence prépondérante sur la sociabilité féminine.

32Par exemple, le fait de recevoir à domicile des femmes qui viennent prendre le thé ou le café caractérise nettement les femmes au foyer, même si le phénomène prend des formes différentes suivant les milieux sociaux. Particulièrement répandue chez les femmes de cadres moyens et de classes supérieures, la pratique du thé est la réplique dans l’après-midi des réceptions et des repas bourgeois de la soirée. Des traits identiques les caractérisent : invitation formelle préalable (chez les « nouvelles venues », la première invitation est attendue avec impatience, comme étape décisive de l’intégration à la « société » locale), série d’invitations à tour de rôle (un noyau de femmes se retrouve à chaque « thé », mais l’invitante du jour peut convier quelques amies plus personnelles que les autres ne connaissent pas, ce qui permet d’élargir le cercle). En milieu populaire, prendre le thé ou le café avec une autre femme est une activité bien plus informelle dans le temps et dans l’espace. Cela se passe aussi bien le matin que l’après-midi, dans la cuisine plutôt qu’au salon, aussi bien avec une voisine ou une parente qu’avec une amie, et généralement sans invitation préalable. Chez les commerçantes, le thé ou le café pris dans l’arrière-boutique avec d’autres femmes pendant les heures creuses semble être le pendant des fréquentes visites des commerçants au café.

33Une pratique d’un type tout à fait différent, la fréquentation dominicale de l’église, est très liée à la fois à un statut social élevé, et à la non activité de la femme. Les femmes des classes supérieures sont plus familières du lieu que celles des classes populaires et d’une partie des classes moyennes (employés, artisans, petits commerçants), et il y a deux fois plus de pratiquantes régulières chez les femmes non actives. Tout se passe comme si la messe dominicale était l’une des grandes sorties hebdomadaires des couples où la femme est sans profession.

34La fréquentation du cinéma et du théâtre est légèrement plus répandue chez les femmes sans profession que chez les autres. En revanche, dans le domaine de la vie associative, on trouve a priori la même proportion d’adhérentes chez les actives que chez les inactives. Il faut décomposer les chiffres pour remarquer que non activité et activité ne jouent pas dans le même sens pour toutes les catégories sociales. Ainsi chez les artisans et commerçants, et les employés, les femmes sont plus souvent membres d’associations quand elles ne travaillent pas, alors que chez les cadres (moyens et supérieurs) c’est l’inverse : celles qui ont une profession sont deux fois plus nombreuses que les femmes au foyer à être adhérentes. Il n’y a, en revanche, pas de différences dans la participation (très faible) aux associations des femmes actives et des femmes non actives chez les ouvriers. Il est donc impossible d’interpréter de manière univoque la participation des femmes à la vie associative : c’est une activité liée, selon les catégories sociales, aux loisirs de la femme au foyer ou aux facteurs qui l’en éloignent (en particulier la profession).

35Chez les femmes, nombre d’activités sociales sont par ailleurs conditionnées par leur capacité à se déplacer. Doublement immobilisées à leur domicile sont celles qui ne travaillent pas et qui ne conduisent pas (soit qu’elles n’aient jamais passé le permis de conduire, soit que, le détenant, elles ne l’utilisent jamais). L’appartenance sociale joue moins ici que la génération de l’intéressée. Les femmes de plus de 40 ans possèdent le permis de conduire dans une proportion non négligeable, mais conduisent rarement, l’utilisation de l’automobile restant pour leur génération la grande prérogative masculine. Plus nombreuses à avoir le droit de conduire, les femmes de moins de 40 ans sont surtout plus nombreuses à utiliser effectivement leur droit.

Tableau 22. Appartenance des femmes aux associations en fonction de la catégorie sociale de leur mari et de leur situation par rapport à l’emploi

Tableau 22. Appartenance des femmes aux associations en fonction de la catégorie sociale de leur mari et de leur situation par rapport à l’emploi

Tableau 23. Sexe du (des) conducteurs(s) de la (des) voiture(s) familiale(s) et âge de la femme

Tableau 23. Sexe du (des) conducteurs(s) de la (des) voiture(s) familiale(s) et âge de la femme

36Ne pas savoir conduire ne signifie pas être incapable d’établir une communication. Dans tout ce qui est contact à distance (téléphone, correspondance), les femmes jouent un rôle prédominant dans la plupart des ménages, comme pour compenser ainsi les difficultés qu’elles éprouvent à s’éloigner socialement et physiquement de leur domicile. Le phénomène est particulièrement net en milieu populaire, où ce sont les femmes qui appellent, qui écrivent, qui répondent. En milieu bourgeois, la division des tâches est moins tranchée, mais une tendance féminine existe néanmoins dans ce domaine. C’est peut-être cette spécialisation des femmes dans le contact à distance qui fait croire à une dominante féminine marquée dans les relations familiales. En fait, les deux phénomènes sont distincts et ne doivent pas être confondus.

37L’éloignement de l’interlocuteur rend parfois abstrait et difficile le contact téléphonique ; en revanche, l’absence totale d’interlocuteur véritable facilite paradoxalement le contact impersonnel qui s’établit entre les gens et les moyens de communication de masse (les journaux, la radio, la télévision). Dans la représentation la plus commune du phénomène, le téléspectateur ou le lecteur de la presse est considéré comme un pur récepteur ou consommateur passif. La circulation s’établit dans un seul sens. En fait, ceux qui ne voient ainsi dans le poste de télévision qu’un « débit d’images » (comme ceux qui réduisaient le café à un débit de boissons) négligent la diversité concrète des attitudes sociales envers cet objet vivant. S’il n’y a certes pas échange, il y a du moins contact actif. Les rapports entretenus avec les mass media doivent donc être partiellement envisagés comme des phénomènes de sociabilité.

LA SOCIABILITÉ IMPERSONNELLE

3894 % des ménages enquêtés à Villefranche possèdent un poste de télévision, et cette proportion est identique dans toutes les catégories sociales. La télévision n’est plus ce spectacle rare que les classes populaires allaient contempler au café. Malgré cette diffusion, les rapports entre les individus et l’objet demeurent très différenciés. Le phénomène est connu, mais on se contente souvent de l’interpréter en termes culturels, en termes de « goût » : la préférence des classes populaires va à tel type d’émission, tandis que les classes supérieures ne jurent que par telle autre. En fait, les différences sont plus fondamentales.

  • 4 L’expression est empruntée au livre de Robert Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Mi (...)

39Ainsi en milieu populaire, le poste est un objet et une présence familière. Dès qu’il entre chez lui, l’individu tourne le bouton de la télévision, aussi naturellement qu’il change de chaussures ou qu’il ouvre une fenêtre. Le poste est fait pour être allumé ; l’image qui bouge, le son en sourdine sont des éléments d’ambiance. Si un visiteur entre, on baisse un peu le son, on n’arrête pas l’image. La plus grande indifférence peut régner à l’égard de ce qui passe sur le petit écran : dans les classes populaires, on est capable de discuter, bouger, manger, faire mille choses tout en regardant la télévision, du coin de l’œil. Parfois le poste marche, sans que personne n’y prête attention. Il est rare qu’un choix préalable ait été effectué, à partir d’un programme. La plupart du temps, on laisse d’abord venir les images et selon les cas, on s’y intéresse plus ou moins. Cette attention oblique4, cette aptitude à ne retenir du spectacle que ce qui intéresse et à considérer pour le reste la télévision comme un objet de compagnie (combinant les avantages de la lumière tamisée et de la musique de fond) dessine une ligne de résistance populaire, d’ailleurs involontaire, à une réception purement passive.

40Les classes supérieures n’ont pas cet usage informel et souple du petit écran. Le choix d’allumer le poste à telle heure s’effectue parfois avec plusieurs jours d’avance, en consultant le programme hebdomadaire. C’est dire qu’on ne l’utilise pas tous les jours, que l’on « sélectionne ». Regarder la télévision est considéré comme une action prenante, exclusive d’autres activités. L’objet télévision est lui-même rigoureusement destiné à cette consommation attentive du spectacle télévisé : dès que le spectacle choisi est terminé, ou dès qu’un visiteur apparaît, on coupe l’image. En somme, on ne mélange pas les genres. L’attitude « sélective » des classes supérieures pourrait être éventuellement expliquée comme un snobisme, en réaction à une forme de consommation devenue « vulgaire », parce que trop répandue. Mais il est particulièrement frappant de constater que l’attitude populaire, et l’attitude des classes supérieures à l’égard de la télévision, prolongent, dans le domaine de la sociabilité impersonnelle, les oppositions de comportement que l’on avait mises en évidence dans la sociabilité interpersonnelle.

  • 5 Voir Pierre Debreu, Les comportements de loisir des Français, Paris, Collections de l’I.N.S.E.E., (...)
  • 6 Depuis le moment où ces lignes ont été écrites, la position de monopole du Progrès s’est sensiblem (...)

41Le même type de remarques pourrait sans doute être fait à propos de la lecture des journaux quotidiens, que nous n’avons pas pu étudier de façon détaillée. On sait d’après les études nationales que les quotidiens sont plus lus dans les petites villes que partout ailleurs, particulièrement par les femmes5. Il est manifeste à Villefranche que la proportion de lecteurs des journaux nationaux, faible dans toutes les couches sociales, est plus forte dans la classe supérieure. Le quotidien local, publié à Lyon, mais avec une abondante rubrique concernant Villefranche et les environs, détient une position très puissante6. Il faudrait chercher en quoi les modes de lecture du journal local diffèrent suivant les couches sociales. La lecture privilégiée de la page de Villefranche (et secondairement de la rubrique sportive, qui est aussi pour une grande part, une page locale) caractérise-t-elle les couches populaires ? En tout cas, les associations à recrutement populaire se servent abondamment de cette page pour annoncer leurs activités, et en particulier les dates de leurs réunions, qui, dans bien des cas, peuvent se dérouler sans autre convocation : ceci suggère au moins que les lecteurs populaires parcourent attentivement et régulièrement la page de Villefranche.

42Nous avons décrit jusqu’à présent des pratiques de sociabilité familiale et privée, qui sont généralement jugées peu codifiées. Le terme de « sociabilité informelle » que l’on emploie pour les désigner est pourtant mal adapté : il ne traduit pas la pratique de toutes les classes sociales et notamment des classes supérieures qui mettent des « formes » là où on n’en attend pas. Il faut donc se demander si le terme symétrique de « sociabilité formelle », par lequel on résume en général la vie et les activités des associations exprime adéquatement la réalité des pratiques sociales dans ce domaine, ou au contraire si la diversité des comportements des classes sociales et la diversité des associations elles-mêmes interdit de voir dans la « vie associative » un phénomène simple.

LES STYLES ASSOCIATIFS

43La relation associative se distingue apparemment de la relation amicale par sa définition juridique. Pour exister, une association doit avoir déposé en préfecture ses statuts, qui définissent de façon précise les droits et les devoirs des adhérents. Cependant, l’examen des statuts d’associations se révèle très décevant : la reprise de modèles-types fait qu’ils présentent une grande uniformité, d’une association à l’autre. L’acte inaugural d’une association est bien un acte juridique ; mais l’étude du document administratif ne nous apprend rien sur le phénomène associatif, ou sur les relations interpersonnelles dans les associations, qui doivent être abordés d’une autre façon.

  • 7 Voir en particulier, Secrétariat d’État à la Culture, service des études et de la recherche, Prati (...)

44On peut envisager le phénomène de façon quantitative. Ainsi il existe un lien incontestable entre taille des villes et intensité de la vie associative : parmi les divers types d’agglomérations, ce sont les villes moyennes qui se montrent les plus vivaces, par le nombre et la variété des associations, et aussi par le nombre des adhérents. Villefranche en fournit d’ailleurs un parfait exemple. Des enquêtes générales7 ont montré de manière très sûre que les taux d’adhésion aux associations en milieu urbain sont élevés parmi les classes supérieures, et faibles parmi les classes populaires. Or ce n’est pas vrai à Villefranche, puisque les taux d’adhésion des hommes, toutes associations confondues, varient assez peu d’une catégorie sociale à l’autre, les cadres supérieurs étant adhérents dans la même proportion que les ouvriers. Seuls font exception les membres des professions libérales, et les industriels et gros commerçants, qui adhèrent beaucoup plus que les autres, pour des raisons qui sont examinées plus loin. En revanche, la dispersion est plus grande dans les taux d’adhésion des femmes ; les plus engagées dans la vie associative sont les femmes de cadres moyens, cadres supérieurs et membres de professions libérales, ce qui est un résultat plus classique en somme.

45La véritable portée de ces taux d’adhésion masculine ne peut apparaître qu’à partir de comparaisons raisonnées avec d’autres contextes locaux. Nous suggérons l’hypothèse que la domination numérique du groupe des ouvriers dans la population locale, jointe à la variété et au nombre des associations existantes, produit un effet de neutralisation sociale. Si les couches populaires ne se tiennent pas à l’écart des associations à Villefranche, cela signifie seulement que les mécanismes subjectifs/objectifs d’exclusion qui fonctionnent en général contre elles ne jouent pas dans ce contexte local, et que la participation aux associations recouvre ici plusieurs types de pratiques associatives.

46Cette diversité sociale des pratiques associatives s’observe aisément sur le terrain. Sans entrer dans une véritable sociologie des goûts en matière de sport, de culture ou de loisir, on note des différences saisissantes entre adhérents, selon les caractéristiques sociales de l’association.

Tableau 24. Proportion d’adhérents aux associations (partis et syndicats exclus) par catégorie sociale

Adhérents (hommes)

Adhérentes (femmes)

%

%

Ouvriers

49

17

Employés

46

16

Cadres moyens

60

35

Cadres supérieurs

50

30

Professions libérales

91

36

Artisans, petits commerçants

55

17

Industriels, gros commerçants

88

25

Les sociétés sportives

  • 8 Voir Lemel et Paradeise, op. cit., p. 222-225, et Christian Pociello et al., Sports et Société, Pa (...)

47Les individus qui se déclarent membres d’une association sportive sont des pratiquants, des organisateurs ou des dirigeants. Selon les sports, ces fonctions se succèdent dans la vie de l’individu, ou au contraire sont exercées parallèlement (les pratiquants sont en même temps les organisateurs). Si l’on distingue les enquêtés d’après les types d’associations sportives auxquelles ils appartiennent (sociétés boulistes, sports individuels, sports collectifs), on voit se dessiner des tendances intéressantes. En dépit de son caractère sommaire, la distinction sports collectifs/sports individuels recouvre par exemple des différences sociales fondamentales. Les sports collectifs sont surtout pratiqués par les ouvriers et les couches moyennes indépendantes ou salariées, très peu par les couches supérieures. Les sports individuels, qui ne sont pas ignorés des ouvriers ni des employés, sont pratiqués bien plus souvent par les cadres moyens, les couches moyennes indépendantes et les couches supérieures. Des études générales ont mis en évidence le caractère social de cette opposition sports collectifs/sports individuels8, qui semble un peu moins marquée à Villefranche qu’ailleurs à cause du fait qu’ouvriers et employés ne dédaignent pas les sports individuels. En revanche, le jeu de boules, que l’on considère souvent (8) comme un sport pratiqué par toutes les classes, est très nettement ici un loisir d’ouvriers et de couches populaires : c’est le fait de toutes les activités sociales qui présentent à la fois un caractère de masse et un caractère local prononcé, comme la colombophilie dans le Nord ou le rugby dans le Sud-Ouest.

48Qui adhère à un type d’association donné ? Des enquêtes menées à l’échelle nationale, notamment par l’I.N.S.E.E. et par le ministère de la Culture, permettent de répondre globalement à cette question, même si elles doivent négliger l'inégalité des « offres » locales en associations (qui ne sont pas une simple traduction des demandes). Mais ces enquêtes ne sont pas prévues pour fournir des données sur d’autres questions aussi fondamentales : que fait-on dans une association, quel type de relations avec autrui y entretient-on ? C’est l’intérêt d’une monographie locale que de pouvoir aborder les associations de ce point de vue.

L’esprit du groupe

49Il suffit souvent que le profil social d’une association ne s’écarte que très légèrement de la structure générale de la population de Villefranche pour que le style de comportement de la catégorie « dominante » (c’est-à-dire la catégorie sur-représentée dans l’association, et souvent bien représentée au bureau, mais pas forcément majoritaire) devienne le style de référence de toute l’association, aux yeux des adhérents, comme aux yeux des autres : il en arrive à incarner l’esprit du groupe. A la manière des quartiers que l’on a présentés plus haut, les associations sont, à la fois, rarement homogènes socialement et rarement hétérogènes au point de reproduire exactement la structure sociale de la ville. Il en résulte que ce sont des différences marginales qui produisent les effets sociaux d’identification. Cependant la faiblesse des effectifs de nombreuses associations et le caractère volontaire de l’adhésion interdisent de pousser trop loin la comparaison avec les grandes unités que sont les quartiers. Alors qu’il suffit de peu de choses pour qu’un quartier apparaisse comme commerçant, résidentiel ou ouvrier, les associations sont rarement considérées comme ouvrières ou bourgeoises par leurs membres ou leurs responsables, qui refusent vigoureusement l’idée que leur groupe ne serait pas un microcosme social (« on trouve de tout chez nous »). Ce sont en fait le style, l’image extérieure et la réputation de l’association qui trahissent son profil social, comme le montrent quelques exemples.

le club de moto-ball9

  • 9 Le moto-ball est un jeu d’équipes (équipes de cinq joueurs) : comme au football, il s’agit de marq (...)

50En interrogeant le président d’un des deux clubs existants à Villefranche, on se rend compte à quel point l’appartenance au club présuppose une identité sociale dont, en retour, elle renforce (ou modifie) les traits par l’identification au modèle de comportement dominant du groupe. Le club de moto-ball dont il s’agit est composé d’ouvriers, d’artisans, de viticulteurs. Le club rival comprend uniquement des ouvriers ou des artisans.

  • 10 Extrait d’un entretien avec l’enquêté no 35, viticulteur, président du Moto-Ball Club Caladois.

« C’est un sport assez rude. Les gars, ils prennent des « pains ». C’est pour ça qu’y a surtout des manuels dans nos équipes. Les intellectuels on les voit pas… Faut se rendre compte que les motos font des pointes de 80-90 à l’heure, sur un terrain règlementaire de football, alors faut être acrobate ! »10.

51On notera avant tout la spontanéité avec laquelle le président du club (de milieu populaire) établit une équivalence entre la rudesse du sport et le recrutement populaire du club. Mais il importe aussi de ne jamais réduire les activités d’un club sportif à la compétition. Les activités sportives proprement dites n’occupent en effet les membres du club qu’une partie de l’année, comme d’ailleurs dans les sociétés de boules. Il est à noter que ces deux sports populaires se déroulent suivant un rythme proche du calendrier agricole (opposition entre une morte saison qui recouvre l’hiver et une partie de l’automne, et une saison active, composée du printemps, de l’été, et d’une partie de l’automne), contrairement aux activités culturelles et à la plupart des activités sportives, qui battent leur plein pendant l’hiver et qui connaissent comme seule interruption les vacances scolaires d’été.

« La saison dure d’avril à septembre. Pendant ce temps, on dispute peut-être 20 matches. En automne et en hiver, les terrains sont impraticables. Alors le gros truc qu’on fait entre octobre et décembre, c’est la souscription, parce que ça coûte cher le moto-ball, quand on a pas de « sponsor ». On fait tous les cafés de Villefranche et de la région : c’est la souscription de la dinde de Noël, c’est moi qui l’ai inventée, c’est une sorte de tombola, on vend des cartons aux patrons de bistrot (environ 50 F le carton), et y gagnent des dindes. On a placé cinq cents cartons l’an dernier, ça rapporte encore pas mal… Janvier c’est le mois de la mécanique. On revoit toutes les machines, on les remet en état. Tous nos sociétaires sont absolument mordus de mécanique. En février-mars, on reprend les entraînements, si le temps s’y prête : on essaie de s’entraîner 5, 6 dimanches de suite… En plus, pendant tout l’hiver, le deuxième vendredi de chaque mois, y a la réunion au siège, dans l’arrière-salle du café. C’est important de pas se perdre de vue. Comme ça aussi, je les tiens au courant de tout ce qui se passe, je leur fais passer le courrier que je reçois, pour qu’y soient aussi informés que moi. Pendant l’hiver, on fait toujours une petite fête, une choucroute, avec bal, en invitant les épouses et un-deux copains par ci. Faut qu’on se retrouve, autrement, c’est difficile de redémarrer… Chez nous, y a aucun frais à la charge du joueur. C’est le club qui paie tout, les machines, les maillots, les déplacements. Y pourraient venir en slip au club, on leur fournit tout… Quand on est pas riches, on doit se débrouiller. Pour ranger les motos, il a fallu construire un garage chez moi : on s’y est tous mis pour faire le travail… Nos machines, c’est des motos de 250 cm3, des motos allemandes de moto-cross. On arrive à en trouver à des prix dérisoires à la Foire à la Moto de Neuville-sur-Saône. C’est notre mécano qui les transforme, les remet en état, change les embrayages. C’est un crack, sans lui l’équipe serait en l’air depuis longtemps… » (10).

52Le mode de financement, le fonctionnement égalitaire de l’association, l’entraide entre sociétaires, l’éloge de la débrouillardise, les difficultés des sociétaires à se retrouver pendant l’hiver, le choix d’un café comme siège, autant de caractéristiques d’un club populaire.

les sociétés de boules

53Ces associations très ouvrières présentent des traits différents du club de moto-ball, mais qui restent nettement populaires. Ainsi la période de l’année pendant laquelle les clos ne sont pas utilisables (de novembre à la mi-mars) n’est pas consacrée au financement ou à la préparation du matériel (les sociétés de boules n’ont pas de matériel coûteux à acheter et à entretenir), mais généralement à une activité sociale de remplacement qui se déroule à l’intérieur du café : la belote. Comme les cartes ne rassemblent quand même pas tous les joueurs de boules, les dirigeants de la société organisent au café un samedi après-midi du mois de janvier l’assemblée générale annuelle, réunion de retrouvailles des boulistes, souvent assez arrosée. L’adhésion à une société de boules (dont on prend la « licence » ou une carte de « membre honoraire ») est l’aboutissement d’un long processus informel. L’individu commence à fréquenter le clos et à jouer une partie de temps en temps, en compagnie d’un membre de la société ; après ce stage préalable qui peut durer un ou deux ans, il décide ou non de se joindre au groupe.

54La fréquentation des clos reproduit en outre les rythmes hebdomadaires de la vie populaire : ainsi le vendredi soir, naguère jour de paie hebdomadaire, aujourd’hui fin de la semaine de travail et début du week-end, est resté dans l’esprit de beaucoup d’ouvriers le grand moment de liesse que l’on arrose et que l’on célèbre par une partie de boules dans le clos familier. Le samedi après-midi est consacré aux parties sérieuses, en remplacement de celles du dimanche après-midi, ancien jour traditionnel des boulistes devenu maintenant le jour sacré de la famille. Les activités préférées des boulistes sont les concours amicaux entre sociétaires, se déroulant dans le cadre restreint du clos et suivis d’un petit mâchon, ou les sorties annuelles de la société (qui consistent le plus souvent en un banquet dans une auberge de campagne).

55Cependant cette pratique populaire génératrice d’une intense sociabilité se voit peu à peu redéfinie comme « sport ». La dévalorisation du « jeu de café » (baptisée par certains membres de la bourgeoisie locale « école de l’alcoolisme ») va de pair avec une tentative de promouvoir de véritables compétitions sportives boulistes respectant des règlements stricts, et donnant ainsi une certaine respectabilité au jeu. L’histoire de la création du boulodrome municipal est exemplaire. Les dirigeants locaux du sport-boules (socialement des petits commerçants, ou des membres de l’élite ouvrière) ont demandé à la municipalité de réserver sur un terrain ouvert à tous les vents, un espace sur lequel quarante jeux ont été tracés. C’est là, loin de tout café, qu’ils préfèrent voir se dérouler les compétitions officielles importantes. Par ailleurs, les dirigeants du sport-boules essaient d’encourager les sociétés de boules à organiser, dans leur clos, des concours officiels, c’est-à-dire inscrits sur un calendrier fédéral, surveillés par un arbitre fédéral et ouverts à tous les joueurs du département. Plus généralement, on essaie de réglementer le jeu en inculquant aux boulistes un éthos sportif : ne pas boire pendant les parties, limiter la durée de celles-ci, ne plus embrasser la tôle quand on n’a pas marqué de point dans une partie. Tous ces efforts semblent se heurter à une résistance passive mais opiniâtre des boulistes retranchés dans leurs petites sociétés. La plupart d’entre eux dédaignent les concours officiels qui dépassent le cadre de leur clos et qui nécessitent un déplacement au boulodrome municipal. Un plâtrier-peintre, président de société de boules déclare :

« Le boulodrome municipal là-bas sur les remblais, y promettent toujours de le couvrir, mais y a toujours rien. C’est pas marrant quand y faut descendre là-bas et puis y a pas de buvette, y a rien. Bon, pour un concours, ça va très bien mais pour une petite partie entre copains, c’est mieux dans un clos, vous mangez un petit casse-croûte, buvez un petit canon, tandis que là-bas y a rien. C’est pas pareil… »

LE JEU DE BOULES, « C’EST LA CAMARADERIE  »
— Ouvrier. Président de la Boule de l’E.D.F. :
« Le gars, pour venir chez nous, il faut qu’y connaisse quelqu’un. Moi j’en ai fait rentrer deux trois, tous des conscrits par exemple. D’abord c’est un peu retiré comme clos, c’est derrière le gazomètre de Villefranche. Ça commence, c’est des jardins, alors on n’y rentre pas sans connaître ! Si un gars y vient, c’est quelqu’un qui l’amène. Et puis après, ça se sanctionne tout seul, le gars il joue un an ou deux, et puis il prend une licence chez nous… On a une buvette au clos. C’est un bénévole qui la tient. Les boissons sont sous clé, et il est seul à avoir la clé. Y change toutes les années en principe, mais c’est toujours un retraité parce qu’y faut des loisirs. On a pas le droit de vendre au-dessus de 18° d’alcool : alors on fait vin, bière, Martini à la rigueur. Ça fait un tout petit peu moins cher que dans les bistrots de Villefranche : le pot de rouge, on le fait payer 4 F, contre 4,50 F dans les cafés. On a pratiquement pas de bénéfice : l’important surtout, c’est que ça tourne. Enfin, y a une toute petite marge : avec, on achète des paires de boules… ».
— Ouvrier. Ancien président de la Boule de Béligny :
« Avant, j’étais président de la Boule de Béligny. Quand j’ai commencé, la société était vraiment basse. Le patron [du café] jouait [aux boules]. Il se désintéressait donc pas vraiment, mais il laissait un peu aller les choses. Et puis, ça été vendu. C’est Monsieur G. qui a racheté. Il a fait beaucoup d’entretien à ses jeux. Ça a pris de l’ampleur : les jeux sont toujours complets maintenant. Au fond, c’est simple : il suffit de balayer les feuilles, ramasser les mégots, nettoyer quoi ! ».
— Cafetier. Trésorier d’une société de boules :
« Les petites sociétés [de boules] sont heureuses comme elles sont, elles veulent pas grandir, elles veulent rester petites. Y a un noyau de copains, et y ne veulent pas que ça prenne de l’ampleur : y z’ont leurs habitudes, leur routine, y veulent pas que ça change. C’est la camaraderie. Si ça grandit, y a toujours des brebis galeuses par là à travers… La pétanque c’est un jeu qui dégénère [sic !] de la boule lyonnaise. C’est un jeu auquel tout le monde peut jouer, aussi bien les gosses que les femmes, parce qu'il n’y a pas de structures aussi importantes : les boules sont plus légères, les distances sont plus courtes, c’est plus à la portée de la masse, c’est plus facile à jouer. A la lyonnaise, au contraire, y a un règlement qu’est assez compliqué. La pétanque s’est installée à Villefranche, parce qu’y a des gars du Midi qui sont venus s’établir ici, et puis des rapatriés en plus… Il faut bien reconnaître que les boules ont eu, pendant un certain temps, une très mauvaise réputation. On disait que c’était l’école de l’alcoolisme ». Beaucoup de gens se figuraient que parce que les joueurs étaient dans un bistrot, ça les amenait à boire : c’est sûr que quand arrivaient les dernières parties, y avait certains joueurs en état d’ébriété. C’était y a quinze ans quand les boules, c’était uniquement les clos, la camaraderie. Ça fait peu de temps que c’est aussi les stades, la compétition, le sport… ».
Chef d’atelier. Ancien responsable de société de boules :
« Les clos, surtout dans le Centre-ville, y sont appelés à disparaître. Certains disent que dans vingt ans, y aura 65.000 habitants à Villefranche. Alors y récupèrent le plus de place possible : les plus menacés, ce sont les clos de 10 ou 15 jeux. Y restera peut-être quelques petits clos de 2 ou 3 jeux : c’est moins intéressant pour la construction, forcément ! ».

  • 11 Il s’agit du concours corporatif du textile.

56Les seuls concours généraux organisés au boulodrome municipal qui aient un certain succès, sont les concours amicaux qui regroupent une corporation professionnelle ou les membres d’une association importante : ainsi le concours des métallos, organisé tous les ans par la C.G.T., rassemble près de 500 participants caladois, à peu près autant que le concours des amicales de classe et un peu plus que le concours de la « confection »11.

57Cette résistance aux concours officiels et à la tutelle de la Fédération s’exprime dans l’accroissement de la proportion de « membres honoraires » dans toutes les sociétés. La carte de membre honoraire d’une société, initialement réservée aux retraités, moins chère que la carte de licencié, donne droit de jouer seulement dans le clos et interdit de participer aux concours officiels. Cette autolimitation est d’abord un refus. Entrer dans une société de boules, pour les ouvriers, c’est adhérer à un lieu et à un groupe humain auquel ils peuvent s’intégrer sans difficultés. Il ne s’agit donc pas essentiellement de sport.

le tir sportif

58Contrairement au jeu de boules, il est d’introduction récente dans la ville puisque le club n’existe que depuis 1971. Le profil social des tireurs est très différent de celui des boulistes ou des joueurs de moto-ball. Une statistique faite sur un échantillon des trois-quarts des membres de l’association révèle en effet que plus de la moitié des tireurs proviennent de professions non salariées (agriculteurs, artisans, commerçants, professions libérales, industriels). Les cadres supérieurs y sont également sur-représentés. En revanche, on ne trouve guère d’ouvriers, d’employés ou de cadres moyens dans le club. On se refusera ici à chercher s’il existe une affinité profonde, ou circonstancielle (autodéfense ?) entre pratique du tir et appartenance aux couches indépendantes. Mais en dehors du sport lui-même, de nombreux faits, dans l’organisation du club, dans les relations entre les membres, témoignent de l’emprise de couches sociales indépendantes. Ainsi la fondation du club.

  • 12 Extrait d’un entretien avec l’enquêté no 48, cadre supérieur, président du Club de Tir Beaujolais.

« Quand le club a démarré, y avait pas de stand de tir à Villefranche. Nous ce qu’on voulait, c’était un endroit sûr, sans voisins. On a réussi à trouver une carrière abandonnée… Restait à l’aménager. On s’est bien débrouillés : y a un conducteur d’engins de chez Caterpillar (qu’est devenu membre du club d’ailleurs) qu’a accepté de nous construire la plate-forme de tir en profitant de la carrière pour faire des démonstrations commerciales à ses clients. En plus, on a été bien aidés au début par un armurier de Villefranche, membre fondateur du club, celui chez qui on se fournit toujours, qui nous a fait un gros prêt pour installer le stand » 12.

59Le recours « naturel » à des relations commerciales, le financement du club par un des commerçants les plus intéressés à son développement sont moins les preuves d’un matérialisme mercantile que les indices d’une fusion extrême entre stratégies professionnelles et stratégies sociales, qui caractérise les couches indépendantes. En outre, des règles très strictes (règles de sécurité seulement ?) régissent la pratique du tir. Ainsi nul n’a le droit de tirer seul ; le stand doit avoir été ouvert et être surveillé par un chef de stand agréé. En pratique, le stand est surtout ouvert le samedi après-midi (jour des salariés) et le dimanche matin (jour des professions indépendantes).

« Les tireurs sont très indépendants, très individualistes. Mais en même temps il y a une grosse discipline dans les stands. Par exemple, c’est sacrilège de toucher l’arme de quelqu’un d’autre sur le plateau de tir. On entend jamais, non plus, de commentaires sur le tir du voisin ; y a des gars qui font des 50, personne le sait, sauf le chef de stand… Y en a qui ont leur spécialité, le tir sur boîte de conserve, ou le tir avec armes anciennes. Os ont leur coin réservé… J’ai essayé d’organiser des repas et des sauteries du club de tir. Ça ne marche pas. On a jamais été plus de 25 avec les épouses. Le fiasco ! Cette année, on a renoncé… »(12).

60Dans cette association très masculine (5 % de femmes au club caladois), la pratique individuelle d’un sport va de pair avec une pratique très individualiste du contact social : tout se passe comme si le besoin de se distinguer en affirmant une autonomie (d’où le caractère sacré de l’arme, en général très personnalisée, que le membre du club acquiert lui-même après un an de stage probatoire pendant lequel il n’a le droit de tirer qu’avec les armes du club) s’unissait au désir d’une règlementation stricte de la concurrence et de la rivalité entre individus, ce qui correspond aux aspirations de certaines fractions des couches indépendantes.

le club de pétanque

61Le style du club de tir est très différent de celui du club de pétanque, où prédominent les couches moyennes salariées (employés, cadres moyens). Les femmes sont déjà plus nombreuses (15 à 20 % de l’effectif total) et ce, même pour un jeu qui a une solide réputation masculine. Ainsi le club organise-t-il au mois d’août un grand concours amical de doublettes mixtes (un homme une femme), auquel participent des épouses non licenciées de membres du club. On a déjà mentionné plus haut l’existence d’un concours amical « à la mêlée » qui permet aux membres du club de faire connaissance en appariant des gens qui ne se connaissent pas. Ces concours amicaux, qui ont un succès certain parmi les sociétaires n’empêchent pas le club d’organiser aussi des concours officiels (c’est-à-dire comptant pour un championnat). Cependant, on peut penser que le premier type de concours traduit mieux l’« esprit » du club, tel qu’il se retrouve aussi, dans les activités non sportives.

  • 13 Extrait d’un entretien avec l’enquêté no 49, employé de mairie, président de Calade Pétanque.

« Toutes les années, il y a une sorte de banquet, soirée dansante du club. Ça se fait en général un samedi soir, à l’extérieur de Villefranche. Avec les femmes, on est toujours une centaine. Vous me croirez si vous voulez, mais le lendemain à 5 heures du matin, y en a encore 80 qui restent pour prendre la gratinée (soupe à l’oignon, utilisée dans la région pour les lendemains de fête). Pour dire qu’on forme quand même un bon groupe… Ça nous arrive aussi de faire des sorties. Y a un club de pétanque suisse avec qui on est liés. Alors, une fois, ils sont venus à Villefranche en car, ils étaient une trentaine et on s’était chargés de leur hébergement. Et puis l’année d’après, on est allés chez eux, à Lausanne, au bord du lac, en voitures particulières »13.

62Toutes les associations où les classes moyennes jouent un rôle important ne ressemblent pas forcément à celle-ci, qui présente indiscutablement un caractère « dynamique ». Mais les traits principaux restent un peu les mêmes, à des degrés divers : participation des femmes, faiblesse du patrimoine possédé par l’association ou par ses membres, valorisation des relations sociales entre adhérents.

les associations dominées par les classes supérieures

63Elles ne sont pas très nombreuses à Villefranche. On essaiera d’identifier leurs caractéristiques à partir de l’observation de deux d’entre elles, le Tennis-Club de la Chartonnière (club privé), et l’Académie de Villefranche et du Beaujolais. Le club de la Chartonnière a été créé par d’anciens membres d’un club de tennis qui utilisait des courts municipaux. Voici comment le président présente l’apparition du nouveau club.

  • 14 Extrait d’un entretien avec le président du Tennis Club de la Chartonnière paru dans Expansion Bea (...)

« Je pense que notre création correspond à une double nécessité : d’abord de donner de nouveaux moyens à des gens qui ne pouvaient pas ou renonçaient à jouer… parce qu’il faut aller louer une heure de court au stade de la municipalité. Certes cette formule présente des avantages de coûts, si on ne joue pas souvent, mais aussi des inconvénients puisqu’il faut venir avec son partenaire ; de plus, vous n’avez pas de vestiaire… pas de douche, etc., et le Tennis-Club de Villefranche est pratiquement saturé avec 4 courts pour quelques 250 membres. Tout est souvent pris. Le deuxième besoin était d’avoir un club dans lequel on puisse trouver des agréments en dehors du tennis…, c’est-à-dire un lieu où l’on puisse passer la journée »14.

64La peur de la promiscuité sociale se transforme souvent chez les classes supérieures en désir d’un lieu (club) privé où n’entrent que des gens choisis. Ce résultat est obtenu ici par des cotisations très fortes (500 F pour six mois, pour un adulte en 1976), qui servent aussi en partie à rembourser les très gros investissements nécessaires pour la création du club : celui-ci comprend, en plus des courts, un bar et un restaurant privés, une terrasse, des terrains de volley-ball, une aire de jeux pour les enfants, etc… La description que donne le président d’une journée au club montre à quel point la fonction sportive s’efface derrière la fonction de contact social.

« A la Chartonnière, si un court n’est libre que dans une heure, pendant ce temps-là, on peut jouer à la pétanque ou au ping-pong, s’installer au bar, se mettre dans un transat sur la terrasse ou sur l’herbe. C’est vraiment un coin de loisirs autour du tennis, mais la base est quand même le tennis. Attention, il ne faut pas confondre… on ne veut pas en faire le Club Méditerranée. D’ailleurs voilà souvent comment ça se passe : le samedi et le dimanche, des gens arrivent le matin, ils font une partie, prennent l’apéritif et mangent là. Après c’est la pétanque et une autre partie de tennis. La journée s’est passée en plein air avec possibilité de repli confortable en cas de mauvais temps. Il y en a même qui restent encore à dîner le soir… » (14).

65Π existe d’ailleurs une cotisation de membre non joueur du club : l’association semble ainsi détenir, sous une forme modernisée, certaines des fonctions du cercle bourgeois. Ce bar et ce restaurant, que seuls peuvent fréquenter les adhérents de l’association (et leurs invités éventuels), sont en quelque sorte la réponse des classes supérieures à l’existence dans la ville de « bistrots » qui leur sont socialement interdits : c’est le lieu clos où ils peuvent faire connaissance avec des gens de leur propre milieu social. Ici, il s’agit essentiellement d’une bourgeoisie de professions libérales et de cadres supérieurs, autochtones et non autochtones.

  • 15 Cette notion est avancée dans un article de Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon, « L’organisat (...)

66Bien que le fonctionnement et les objectifs de l’Académie soient tout à fait différents de ceux du club de tennis, il est facile de mettre en évidence des processus sociaux similaires. L’Académie de Villefranche descend, en dépit d’éclipses plus ou moins longues, d’une Académie fondée sous Louis XIV. On ne s’intéressera ici qu’au dernier stade atteint dans l’évolution. Le mode de recrutement de l’Académie d’aujourd’hui traduit bien les courants sociaux qui la traversent. Celle-ci fonctionne à la fois comme un club privé et comme une association culturelle, organisateurs de conférences publiques (les communications). Ainsi, au niveau le plus bas, chacun peut adhérer à l’Académie et devenir membre associé. Une moitié environ des membres associés ajoutent même à ce titre celui de membres bienfaiteurs en raison de l’importance de leurs versements. Mais les véritables Académiciens sont les membres titulaires, au nombre de quarante (contre cent trente membres associés et bienfaiteurs), qui régissent l’association et fixent le programme des communications ou des sorties : leur recrutement se fait par cooptation, selon le modèle de la grande « Académie ». Pour remplacer les académiciens décédés, les titulaires font leur choix une fois par an parmi les cent trente membres ordinaires. Une étude fine des professions des membres titulaires montre que toutes les fractions des classes supérieures sont représentées. Les détenteurs du capital économique (banquiers, industriels, négociants, gros commerçants) voisinent avec ceux qui possèdent surtout du capital social (assureurs, avocats, médecins) ou culturel (ces derniers sont moins nombreux : professeurs, artistes, conservateur des Archives de Lyon). Il faut noter qu’une moitié seulement des Académiciens (titulaires) ont contribué au moins une fois à la vie intellectuelle de l’association, sous forme de communications ou d’articles pour le Bulletin de l’Académie. C’est qu’il y a deux manières d’être coopté, correspondant aux fractions de classe auxquelles on appartient : il y a d’un côté ceux qui sont choisis essentiellement pour leur réputation, leur renommée, leur fonction, leurs bienfaits à l’association (les représentants de la vie économique, industriels de la confection ou négociants en vins, ou les grands responsables, maire de Villefranche, député du Beaujolais, président de la Chambre de Commerce, etc…), de l’autre, ceux, moins nombreux, qui ont mérité de l’Académie par les communications qu’ils ont faites ou leur réputation locale d’érudits. Dans un cas, c’est surtout le capital économique et/ou social acquis qui joue, tandis que dans l’autre, ce sont les mérites culturels de l’individu qui le font choisir. Les deux chemins qui mènent à « l’immortalité » provinciale se rejoignent parfois : ainsi un médecin déjà fort connu localement manifeste un désir de mériter de l’Académie par des communications (auxquelles il n’était pas tenu), tandis qu’un professeur, ayant déjà fait de nombreuses communications à l’Académie, ne voit (à son grand dam !) son mérite reconnu par elle que le jour où il acquiert une responsabilité officielle sur le plan municipal. L’Académie de Villefranche, en définitive, est plus proche d’un club de contacts (type Rotary ou Lions’) que d’une société d’érudits : ceci montre bien qu’il ne faut pas séparer les traits formels d’une association, de ses caractéristiques sociales. Vestige des siècles passés, l’Académie de Villefranche fait partie de ces lieux, ou de ces activités, qui sont surtout valorisés parce qu’ils offrent « un théâtre permettant l’actualisation et la manifestation de valeurs qui n’ont plus l’occasion de s’exercer dans la vie quotidienne, fonctionnant en quelque sorte comme une réserve culturelle »15. L’Académie reste ainsi une des seules institutions où les membres des classes supérieures peuvent encore se livrer aux délices de la cooptation ouverte. Le principe d’homogénéité sociale dans la plupart des associations fréquentées par la bourgeoisie est devenu implicite : fortes cotisations, équipement coûteux, nécessité d’entretenir un réseau de relations, ambiance et règles de fonctionnement… C’est ce qui fait par contraste la force symbolique de l’Académie : les concepts de choix et de sélection, si importants dans la sociabilité bourgeoise, y sont restés la règle explicite.

Tableau 25. Les Académiciens de Villefranche

Tableau 25. Les Académiciens de Villefranche

67Une recherche sur le style des associations ne peut se contenter de prendre en compte l’appartenance sociale dominante de leurs adhérents. La notion de dynamisme est si souvent sollicitée qu’on peut se demander si l’âge des adhérents joue un rôle. Les rapports entre membres d’une association jeune sont-ils différents de ceux qui prévalent quand les adhérents sont plus âgés ? Le plus souvent, les données strictement comparables font défaut. A Villefranche, la comparaison est possible, à cause de l’existence d’associations issues d’un groupement des hommes par classes d’âge.

les amicales de classe

  • 16 Voir Yannick Lemel et Catherine Paradeise, op. cit..

68Héritées de la conscription, ces associations s’intitulent aussi amicales de conscrits. Elles existent aujourd’hui en dehors de toute référence au service militaire et sont désignées couramment par l’année où leurs membres atteignent l’âge de 20 ans. 11 en existe une soixantaine à Villefranche. Composées exclusivement d’hommes nés la même année et habitant la ville, les amicales de conscrits ont l’âge de leurs adhérents : fondées quand ils ont 19 ans, elles vieillissent avec eux. Elles disparaissent à la mort du dernier d’entre eux. Elles rassemblent surtout des artisans et des commerçants, et aussi des ouvriers et des employés. A Villefranche, les amicales de conscrits ne se contentent pas d’organiser un banquet de loin en loin, à la façon d’autres amicales : elles tissent entre les hommes d’une même classe des liens personnels, qui se traduisent souvent pratiquement sous forme de réseaux d’entraide ou d’influence. Leurs activités suivent toutes le même cycle, à mesure que leurs membres prennent de l’âge. A leurs débuts, elles organisent surtout des bals et des activités sportives ; puis avec l’âge mûr, elles se consacrent plus aux voyages organisés, aux banquets, aux « sauteries » privées où les épouses sont invitées, aux tournois de boules et de cartes ; enfin quand la vieillesse arrive, elles se limitent aux rencontres au café et se transforment peu ou prou en amicales funéraires, passant une grande part de leur temps à enterrer les amicalistes décédés et à entretenir activement leur souvenir. Les amicales de classe sont les seules associations à connaître les effets sociaux du vieillissement biologique de leurs membres ; la plupart des associations, loin de parcourir les étapes d’un cycle, sont jeunes ou vieilles, une fois pour toutes. Ainsi les clubs de football ou de rugby sont jeunes, les clubs de tir ou de moto-bail sont d’âge mûr, tandis que les sociétés de boules et surtout l'Académie sont âgées. Notons que certains sports populaires, comme le cyclisme, le cyclotourisme, le dressage de chiens, la construction d’avions de modèle réduit, sont pratiqués par des individus qui ne sont plus jeunes, ce qui force à relativiser ici l’équation que l’on établit souvent entre sports pratiqués pendant la jeunesse et sports populaires16.

Une façon populaire et masculine de faire la fête, sans gêne et sans manières. Les convives se débarassent de leur veste et de leur chapeau. Des chefs de chœur improvisés montent sur la table du banquet.
Banquet des conscrits de 20 ans en 1979, dans le gymnase des sapeurs-pompiers. Photo Jean-Pierre Bozon.

Le style d'activité d’une amicale de conscrits change avec l’âge, parce qu’elle vieillit, mais également parce que son recrutement devient moins populaire avec le temps. A partir de 60 ans, les amicales de classe se transforment en amicales funéraires.
Amicales des conscrits de 60 ans et de 70 ans, se recueillant sur la tombe d’un des leurs. Photo Jean-Pierre Bozon.

69L’étape atteinte par chaque individu dans le cycle de vie peut se matérialiser dans les activités de l’association dont il fait partie. Phénomène individuel et social, le vieillissement se traduit dans le style des associations, et une étude très détaillée serait nécessaire pour mettre en lumière le cycle associatif que parcourent les individus au long de leur vie. On démontrera plus loin que l’âge n’intervient pas de la même façon pour toutes les couches sociales. L’investigation des infinies différences de style entre associations fait surgir le besoin d’une description terme à terme de moments comparables dans la vie de groupes différents. L’observation comparée d’une séance de l’Académie et d’une réunion d’association populaire permet d’apercevoir tout ce qui sépare deux styles associatifs.

Réunion populaire, réunion bourgeoise

L’Académie de Villefranche dépend étroitement de la Chambre de Commerce et d’industrie qui lui prête une salle en ses locaux pour les séances mensuelles qu’elle organise de septembre à juin. La séance décrite ici s’est déroulée en octobre 1979. A l’entrée de la salle de conférences, le président de l’Académie (avocat), et les principaux responsables, disposés en file, accueillent les arrivants, saluent, serrent des mains, et discutent un peu avec chacun, connu ou inconnu. Les dames déposent leurs manteaux dans un vestiaire à l’entrée. L’impression n’est pas celle d’une conférence destinée au tout venant, mais d’un salon où on est reçu par le maître de maison. La salle proprement dite se présente comme une salle de conférences moderne, avec tribune pour les orateurs, possibilité de projection, fauteuils séparés avec cendriers incorporés. L’assistance est composée d’hommes et de femmes isolés, de quelques couples et d’un bon nombre de femmes en groupe (90 assistants dont 60 % de femmes). 80 % des assistants ont plus de 50 ans. Presque tous les hommes sont en costume (parfois avec gilet) et portent cravate. Les femmes, qui sont passées chez leur coiffeur dans la journée, arborent des toilettes élégantes (tailleurs, bijoux) : une séance de l’Académie constitue un événement mondain où l’on s’exhibe. Avant l’ouverture de la séance, les femmes se saluent, échangent des nouvelles (des « potins »), discutent de toilettes, reconnaissent des personnalités. Pendant la communication, le silence règne, avec seulement quelques rires de bonne compagnie aux endroits soulignés par l’orateur. Pendant une heure trois-quarts, personne ne fume. On voit seulement des femmes échanger des petits papiers ou discuter doucement : rien qui fasse du bruit !
A la tribune se sont installés l’invité du jour, le président, le secrétaire et un autre responsable de l’Académie. Président et secrétaire prennent d’abord la parole : leurs propos sont destinés à transfigurer la conférence qui va commencer et à en faire, par la « magie » d’un formalisme performatif, une « séance de l’Académie ». Ainsi le président déclare : « la séance de l’Académie est ouverte » et toutes les conversations cessent. Il propose ensuite qu’« avant d’écouter la communication de monsieur le professeur X…, on entende monsieur le secrétaire perpétuel lire le compte rendu de la séance précédente ». Le secrétaire perpétuel se répand en excuses à cause du bulletin de l’Académie qui était promis pour cette séance et qui n’est pas prêt. Murmure de déception dans la salle. Il présente ensuite brièvement une exposition (aux Archives de Lyon) et un livre portant sur l’histoire locale (le Beaujolais au Moyen-Age). Puis c’est le compte rendu de la communication du mois précédent, faite par un médecin, membre de l’Académie, sur la « vie de Berlioz », grand musicien régional. Au résumé, le secrétaire ajoute son appréciation : « Exposé brillant et personnel d’un berliozien, fait sans la moindre note écrite… ». Après la lecture du compte rendu, le président, très formaliste, demande si quelqu’un dans la salle a des objections à présenter : ce n’est pas le cas, et « le compte rendu est adopté à l’unanimité ». Ensuite le président excuse deux responsables de l’Académie, empêchés d’assister à la séance, l’un, président du Syndicat d’initiatives, à cause d’une « invasion de Norvégiens qu’il a fallu promener dans le vignoble », et l’autre, négociant en vins, à cause des vendanges. Commence alors la présentation par le président de l’invité du jour. Il précise d’abord que ce n’est pas la première fois que celui-ci parle devant l’Académie. Le président s’attarde longtemps sur les origines savoyardes de l’intéressé, ses attaches à Belley dans l’Ain. Il mentionne sa thèse d’histoire sur Lyon. Il note rapidement que l’invité est professeur d’Université et qu’il a même été doyen de l’Université de Lille (« ce qui de notre point de vue représente un peu un exil »). Mais le fait le plus important pour le président est le fait que l’orateur appartienne à l’Académie de Lyon, la Florimontane, l’Académie de Savoie, la Société Le Bugey (« dont le président nous fait l’honneur d’être parmi nous ce soir »), et enfin l’Académie de Villefranche dont il est membre associé.
On ne résumera pas la communication de l’orateur, qui portait sur un sujet d’histoire régionale au XVIIIe siècle. L’auteur est visiblement universitaire par sa méthode et sa façon de s’exprimer. Mais son exposé n’est pas charpenté comme un exposé universitaire : de très nombreuses comparaisons entre le XVIIIe siècle et l’époque actuelle, des anecdotes précises, des descriptions concrètes de localités connues soutiennent l’attention des assistants qui hochent la tête ou sourient. Seules trois ou quatre personnes prennent des notes. Beaucoup écoutent, les bras croisés, le corps droit et rejeté en arrière, avec l’attention un peu distraite de ceux qui viennent pour se cultiver et non pour s’instruire. A la fin de la communication, les applaudissements retentissent. Quelques questions sont posées, par politesse. Puis le président prononce solennellement la clôture de la séance, non sans avoir présenté les livres de l’invité, et annoncé qu’à la prochaine séance un général en retraite viendrait faire une communication sur de vieilles familles caladoises. On discute longuement en sortant (discussions mondaines ou discussions érudites).

70L’événement qui vient d’être décrit constitue un rituel très précis et que chacun connaît. La réunion est un ensemble formalisé, clos, limité strictement dans le temps (par l’ouverture et la clôture de la séance). Les assistants se donnent à eux-mêmes le spectacle de leur importance, de leur culture et de leur bonne éducation, marques statutaires de leur bourgeoisie.

Pour fournir un contrepoint à la séance de l’Académie, nous avons observé deux réunions populaires qui n’ont apparemment guère de points communs : une séance de projection de diapositives et de films d’amateurs au club cyclotouriste, la réunion de préparation d’une fête dans une amicale de classe.
Le Club Cyclotouriste Caladois est une association socialement hétérogène qui compte au moins 50 % d’ouvriers, ce qui autorise à la considérer comme populaire. La réunion du club a lieu dans une salle de la maison des sociétés sportives, qui appartient à la municipalité. Les membres du club se rencontrent et se saluent bruyamment dans le couloir, car personne ne sait dans quelle salle la projection doit avoir lieu. Une fois ce renseignement connu, on se répartit les tâches : l’un pousse la table à un bout de la pièce, un autre installe un écran, les autres vont chercher des sièges dans les salles voisines. Les chaises ne sont pas disposées par rangées, mais en petits cercles, pour permettre aux conversations et aux plaisanteries de se poursuivre. Certains restent debouts près de la porte ou dans le fond. Le président du club s’installe où il peut dans la pièce. On compte au total 36 personnes. On s’interpelle et on s’insulte amicalement d’un bout à l’autre de la pièce. Le brouhaha dure un bon moment et c’est seulement quand le projectionniste amateur est prêt à commencer que le président entreprend de prononcer quelques mots. Il se met debout, tape sur une table, recommence à parler plusieurs fois avant d’obtenir le silence. Il raconte d’abord pour ceux qui n’étaient pas là un incident amusant survenu lors de la sortie cyclotouriste à laquelle il a participé le dimanche précédent. Puis il annonce les films et les diapositives, qui proviennent tous de sorties du club. Il indique les dates, les réalisateurs, et surtout les personnages du club que l’on va reconnaître. Pendant qu’il parle il est interrompu, interpellé plus d’une fois. Pendant la projection proprement dite, les assistants participent intensément. Les moments de silence sont l’exception. On reconnaît les personnages, on détaille ce qu’ils font, on les plaisante, surtout s’ils sont là. L’intérêt pour la projection se marque au bruit permanent et aux réactions verbales des assistants ; le silence apparaîtrait comme une marque d’impolitesse ou de gêne. Il est difficile de dire quand la réunion prend fin. Quand la lumière revient après la projection du dernier film, il se produit un mouvement général, et les membres du club se lèvent. A ce moment le président se souvient brusquement de quelque chose d’urgent : alors que tout le monde est debout et que certains sont déjà sortis, il demande le silence. Le brouhaha reprend tout naturellement dès qu’il a fini de parler, et il s’écoule peut-être une demi-heure, avant que tout le monde ne soit sorti.
Ce caractère informel paraît encore plus accentué dans la réunion de travail d’une amicale de classe. Celle-ci se tient dans l’arrière-salle d’un café. Les amicalistes (ici les conscrits de 50 ans) arrivent les uns après les autres, et s’installent autour de la grande table de réunion. Le patron du café a déjà apporté un certain nombre de verres et de pots de vin rouge. Chacun discute avec son voisin de ses problèmes professionnels, ou de sport, tout en buvant son verre. Au bout d’une heure environ, le président de l’amicale prend la parole dans un silence qui n’est pas parfait. Il n’arrive pas à la garder plus d’un quart d’heure : il lui faut donc arriver à aborder tous les points de l’ordre du jour pendant ce temps. Ensuite les conciliabules entre voisins reprennent. Certaines réunions ne se terminent que quand le patron du café vient annoncer qu’il va fermer. Une réunion d’association populaire peut ainsi ne guère différer d’une soirée entre connaissances, au café.

71Dans ces associations populaires, tout le rituel formel et un peu sacré de la réunion semble avoir disparu. On ne sait guère quand elle commence, ni quand elle prend fin. Il n’y a pas de place assignée au président, il n’y a pas d’ordre du jour (de prévision), pas de silence respectueux ni de règles à respecter strictement. Toute rupture avec le quotidien de la sociabilité populaire est donc apparemment bannie. Les participants recherchent manifestement les plaisirs extravertis de la sociabilité informelle : discussions à deux ou trois, bruits, murmures, plaisanteries, interpellations. Le responsable de l’association doit être capable de faire taire les autres, et de s’imposer, presque physiquement. Un certain égalitarisme, mais aussi une préférence pour l’écoute oblique, comme dans le cas de la télévision, expliquent ce bruit permanent : l’attention aveugle est suspecte, cela ne se fait pas de « boire les paroles » du président. Notons également la grande plurifonctionnalité des réunions, favorisée par l’absence d’ordre du jour véritable et par la plurifonctionnalité des lieux. Dans les classes populaires, on remarque enfin une résistance spontanée au juridisme et au formalisme associatifs, qui s’exprime par exemple en un refus du rituel du vote secret pour la désignation des responsables (alors que cette procédure est prévue dans tous les statuts d’associations).

72La différence entre les réunions populaires et la réunion « bourgeoise » qui consistait à écouter en silence une série de discours, est saisissante. L’observation ethnographique montre donc qu’il est pour le moins contestable d’intituler « sociabilité formelle » tous ces types de vie associative.

***

73D’infinies nuances de fonctionnement et d’esprit distinguent les associations entre elles ; les adhérents ne proviennent jamais exactement de la même fraction de classe, ils n’ont pas le même âge, ils ne pratiquent pas la même activité. L’esprit « décontracté » du club de tennis privé tranche ainsi avec le style contraint de l’Académie : dans un cas, les adhérents sont plutôt des cadres salariés, jeunes, d’origine extralocale, alors que dans l’autre cas, le groupe rassemble les membres âgés d’une bourgeoisie non salariée, d’origine locale.

74Par pratiques associatives ou styles associatifs, nous n’entendons pas cet univers de micro-différences, mais le rapport fondamental qu’entretiennent les individus, et les groupes sociaux qu’ils forment, avec les associations auxquelles ils participent. Les classes populaires répugnent à ce que la fréquentation d’une association leur impose des comportements spécifiques ou contraints. Pour les classes supérieures, en revanche, les associations sont un lieu où les individus se sélectionnent ou se jugent, en évaluant mutuellement leur capacité à pratiquer la formalisation du contact social. Lieu d’apprentissage, d’expérimentation et de mise en scène d’un certain formalisme, les associations des classes supérieures peuvent fonctionner à la fois comme clubs de rencontres ou comme banc d’essai pour futurs notables. L’informalisme des classes populaires, le formalisme des autres sont la traduction dans le domaine associatif d’attitudes sociales fondamentales, qui étaient déjà apparues dans l’étude des contacts interpersonnels.

75Le familialisme et le localisme populaires s’harmonisent parfaitement avec l’informalisme. On ne fréquente que ceux dont on est proches affectivement, localement, socialement, ceux avec qui il n’est pas besoin de formes. De là vient que l’esprit d’une association dont ils font partie n’est pas mieux loué par les enquêtés de milieu populaire qu’en disant : « chez nous c’est une grande famille ». L’affirmation peut d’ailleurs être renversée : en milieu populaire, la famille est l’association idéale. En revanche le formalisme bourgeois qui caractérise aussi bien les contacts familiaux, amicaux, ou impersonnels, qu’associatifs, apparaît comme un perpétuel exercice de style. Chaque contact entre des individus est un examen social rendu délicat, malgré un apprentissage précoce, par l’existence de ces multiples petites différences, qui sont le signe même de l’appartenance aux couches supérieures. Les deux modèles de sociabilité présentés ici sont des descriptions idéales (au sens des types idéaux de Max Weber) : dans le spectre du réel, ils désignent des états limites, caractérisant d’une part la classe ouvrière, de l’autre les cadres supérieurs et les professions libérales. On n’a pas pu dégager en revanche de modèle cohérent (intermédiaire ?), qui décrirait les pratiques des couches moyennes. L’hétérogénéité de ces catégories sociales, et de leurs trajectoires, est telle qu’on remarque de surprenantes différences de comportement, d’un domaine à l’autre, d’une fraction de classe à l’autre. Selon les cas, on a résolu de les grouper avec les classes populaires ou avec les classes supérieures. Seules les couches moyennes indépendantes (artisans, petits commerçants) se retrouvent presque toujours du côté populaire.

76Les descriptions abstraites (ou modèles descriptifs) données ici ne sont pas des modèles explicatifs, au sens où elles ne rendent pas compte, du point de vue génétique, ou simplement causal, des comportements décrits. Le travail effectué permet seulement d’affirmer que les modèles de sociabilité (au même titre que les systèmes de goûts) prennent rang parmi les composantes essentielles des styles de vie des classes populaires ou des classes supérieures : ils font partie de ce qu’on peut appeler, en ne retenant que le sens anthropologique du terme, la culture bourgeoise et la culture populaire.

77Il est légitime de se demander si ces modèles sociaux s’appliquent aussi à l’extra-quotidien. Les contacts qui s’établissent pendant les moments forts de la sociabilité, ces moments qui tranchent sur l’existence quotidienne (événements, célébrations, fêtes publiques et privées) obéissent-ils à des lois différentes, qui dépasseraient les barrières sociales (thème de la fusion, de la cristallisation) ou ne font-ils que pousser à l’extrême les termes des oppositions que l’on vient de dégager ?

Notes

1 Par ce terme d’apparence paradoxale, on désigne ici l’ensemble des attitudes et des comportements concrets à l’égard des moyens de communication de masse : presse écrite, radio, télévision. Il s’agit d’une sociabilité in absentia.

2 Ce sont les enquêtes, faites deux ans après le Recensement, que l’on utilise pour mesurer la mobilité sociale en France. Pour une utilisation de ces enquêtes, voir Daniel Bertaux, Destins personnels et structure de classe, Paris, P.U.F., 1978, ou Claude Thélot, Tel père, tel fils ?, Paris, Dunod, 1982.

3 Voir en particulier, Agnès Pitrou, Relations entre générations et insertion sociale, thèse de troisième cycle soutenue en 1976 devant l’Université d’Aix-en-Provence, résumée dans Vivre sans famille ? Les solidarités familiales dans le monde d’aujourd’hui, Toulouse, Privat, 1978.

4 L’expression est empruntée au livre de Robert Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

5 Voir Pierre Debreu, Les comportements de loisir des Français, Paris, Collections de l’I.N.S.E.E., 1972.

6 Depuis le moment où ces lignes ont été écrites, la position de monopole du Progrès s’est sensiblement effritée.

7 Voir en particulier, Secrétariat d’État à la Culture, service des études et de la recherche, Pratiques culturelles des Français, 1974 ; Lemel Y. et Paradeise C., La sociabilité, Paris, I.N.S.E.E., 1976.

8 Voir Lemel et Paradeise, op. cit., p. 222-225, et Christian Pociello et al., Sports et Société, Paris, Vigot, 1980.

9 Le moto-ball est un jeu d’équipes (équipes de cinq joueurs) : comme au football, il s’agit de marquer des buts au pied dans une cage. La différence est que les joueurs sont en moto. C’est un sport qui est plus ou moins en déclin actuellement. A la Libération, il y avait soixante clubs en France ; aujourd’hui il n’en reste plus que vingt-deux (dont deux à Villefranche).

10 Extrait d’un entretien avec l’enquêté no 35, viticulteur, président du Moto-Ball Club Caladois.

11 Il s’agit du concours corporatif du textile.

12 Extrait d’un entretien avec l’enquêté no 48, cadre supérieur, président du Club de Tir Beaujolais.

13 Extrait d’un entretien avec l’enquêté no 49, employé de mairie, président de Calade Pétanque.

14 Extrait d’un entretien avec le président du Tennis Club de la Chartonnière paru dans Expansion Beaujolaise, no 26, 3ème trimestre 1978, pp. 21-22.

15 Cette notion est avancée dans un article de Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon, « L’organisation sociale de la chasse en France et la signification de la pratique», Ethnologie Française, 1980, X, I, pp. 65-88 (voir p. 84 et note 17).

16 Voir Yannick Lemel et Catherine Paradeise, op. cit..

Table des illustrations

Titre Tableau 18. Univers social familial des ouvriers (hommes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 19. Univers familial des cadres supérieurs et professions libérales (hommes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 20. Fréquentation de la famille proche dans les ménages ouvriers
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 21. Fréquentation de la famille proche dans les ménages de cadres supérieurs
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Tableau 22. Appartenance des femmes aux associations en fonction de la catégorie sociale de leur mari et de leur situation par rapport à l’emploi
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 23. Sexe du (des) conducteurs(s) de la (des) voiture(s) familiale(s) et âge de la femme
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 25. Les Académiciens de Villefranche
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Une façon populaire et masculine de faire la fête, sans gêne et sans manières. Les convives se débarassent de leur veste et de leur chapeau. Des chefs de chœur improvisés montent sur la table du banquet.Banquet des conscrits de 20 ans en 1979, dans le gymnase des sapeurs-pompiers. Photo Jean-Pierre Bozon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Le style d'activité d’une amicale de conscrits change avec l’âge, parce qu’elle vieillit, mais également parce que son recrutement devient moins populaire avec le temps. A partir de 60 ans, les amicales de classe se transforment en amicales funéraires.Amicales des conscrits de 60 ans et de 70 ans, se recueillant sur la tombe d’un des leurs. Photo Jean-Pierre Bozon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7664/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search