Version classiqueVersion mobile

Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province

 | 
Michel Bozon

Chapitre II. Être ou ne pas être de la ville

Texte intégral

1Rien ne déforme plus la réalité d’une petite ville que l’image de société immobile qu’on lui accole si souvent. On imagine une communauté qui se reproduit de façon légèrement élargie, génération après génération et qui transmet, depuis des décennies, une structure sociale, un esprit et des particularismes locaux. Pour que cela soit vrai, il faudrait que la majorité des habitants de la ville en question en soient originaires, ce qui ne semble être le cas d’aucune ville, quelle que soit sa croissance ou sa taille. Partout, le nombre de gens nés hors de la ville est supérieur à celui des autochtones. Toute ville est donc, pour une part importante de sa population, un lieu d’adoption, d’accueil ou de simple passage. Il serait d’ailleurs intéressant de mener une étude comparative sur le taux d’autochtonie des populations de différents types de villes : cela permettrait de dégager, pour des rythmes de croissance et des tailles comparables, les seuils significatifs qui distinguent une ville de transit d’une ville à la population plus stable. Cependant, manifestement, la relation qui s’établit entre le taux d’autochtonie, le turnover des habitants, et l’image de marque d’une ville ou la vivacité de sa culture locale n’est pas simple. L’image de marque en particulier présente une grande inertie.

2Une question très générale se pose alors. Les nouveaux arrivants dans une ville présentent-ils un profil social nettement distinct de celui des autochtones ? Selon la réponse apportée, on peut dire que leur arrivée contribue à reproduire de manière simple la structure sociale existante, ou au contraire, qu’elle contribue à la modifier et provoque un reclassement des groupes sociaux locaux. La question peut se spécifier pour certaines sous-unités. Par exemple l’équation « quartiers récents = quartiers des nouveaux » est-elle juste ? Quelle est l’attitude des non autochtones à l’égard des associations locales ?

3Si l’on observe le comportement des citadins, plutôt que de considérer la ville uniquement comme totalité, on arrive sans doute à définir les pratiques de sociabilité (ou les non pratiques) qui sont caractéristiques des nouveaux venus. Mais s’intégrer sur place, s’aménager une petite « niche de vivabilité », ou au contraire essayer de quitter la ville sont des objectifs faussement clairs, car ils correspondent selon les milieux sociaux à des stratégies et à des enjeux profondément différents : « s’intégrer » n’a pas le même sens pour un cadre, un employé ou un ouvrier. De même pour les autochtones, le terme « d’enracinement local » recouvre des valeurs socialement très variées. En définitive, revendiquer un statut d’autochtone par son attitude ou ses pratiques, ou au contraire manifester ostensiblement l’extériorité de son origine, sont pour certains habitants la seule façon de mettre en scène leur appartenance à une fraction de classe déterminée et de bénéficier des profits symboliques et sociaux qui en découlent : ce qui est vrai pour les classes supérieures dans ce domaine l’est aussi pour les classes populaires.

ORIGINE DES HABITANTS DE VILLEFRANCHE

  • 1 A partir des études suivantes : Université de Saint-Étienne, Les villes du Massif Central, publié (...)

4Une statistique réalisée fin 1977 en tirant sur les listes électorales de la ville un nom sur trente, dans la tranche d’âge de vingt à soixante-cinq ans, montre que plus d’un tiers des Caladois sont nés à Villefranche. Un autre bon tiers de la population a son lieu de naissance situé dans un rayon de 40 kms environ autour de la ville. Au total, les quatre cinquièmes de la population caladoise adulte de moins de 65 ans proviennent du Rhône et des quatre départements limitrophes, la Loire, la Saône-et-Loire, l’Ain et l’Isère. La proportion d’autochtones purs semble faible. Mais il est nécessaire de procéder à des comparaisons1 si l’on veut éclairer la signification de ces chiffres.

Tableau 10. Lieu de naissance des habitants (Français) de Villefranche-sur-Saône en 1977

Tableau 10. Lieu de naissance des habitants (Français) de Villefranche-sur-Saône en 1977

5On notera ainsi qu’une statistique du même type réalisée à Auxerre en 1950 sur les habitants de plus de 21 ans, d’après un tirage des feuilles de recensement donne des résultats grossièrement comparables (25 % des natifs d’Auxerre, et 48 % d’originaires de l’Yonne et des départements voisins). Une autre enquête réalisée à Vienne (Isère) en 1956 sur d’autres bases (dépouillement total, enfants compris, du recensement de 1950) dégage un profil différent : taux de reproduction locale plus fort (42,4 %), mais attraction plus faible sur la région environnante (l’Isère et les départements limitrophes ne fournissant que 29 % des habitants.

6Des recherches plus récentes menées dans le courant des années 1960, avec le même type de données que pour Villefranche (qui sous-estiment le nombre de personnes d’origine extérieure à la ville), montrent qu’il existe bien des variations sensibles dans les taux d’autochtonie et les types d’attraction exercés par les villes sur leur environnement, suivant les régions, la vitalité économique, la taille des villes, et qu’on pourrait entreprendre une véritable typologie de celles-ci. Ainsi, si Tours ne compte que 22 % de natifs, et Toulouse 27 %, Annecy totalise 31,1 % et Poitiers 32,8 %. Dans une région économique en déclin, Saint-Étienne avec 46,3 % de natifs en 1970 fait figure de ville très repliée sur elle-même. Par ailleurs, l’attraction exercée par une ville sur l’extérieur peut être soit essentiellement régionale (Saint-Étienne, Toulouse ou Auxerre) soit générale (comme à Vienne, Tours ou Nice où les non autochtones ne sont pas en majorité des originaires de la région).

7A la lumière de ces quelques comparaisons, on peut désormais mieux interpréter les chiffres concernant Villefranche. C’est une ville qui a, contrairement à la première impression, un taux d’autochtones plutôt élevé, une attraction très importante sur la région proche, une attraction lointaine assez faible. Mais il ne suffit pas de considérer la population de la ville dans son ensemble.

8De même qu’on a fait apparaître les différences de structure sociale entre les quartiers, ainsi qu’entre la ville et ses banlieues, on peut classer les quartiers d’après leurs taux d’autochtones et le type d’attraction qu’ils exercent (cf. carte 3). Les estimations que nous proposons n’ont qu’une valeur indicative, puisqu’elles se fondent sur des données empruntées aux listes électorales, qui ignorent étrangers et non-inscrits. Il existe en premier lieu un ensemble de quartiers dont le taux d’autochtones diffère peu du taux moyen de la ville : ce sont le quartier du centre, et les quartiers qui le bordent immédiatement au nord (Les Rousses et Porte de Belleville) et au sud (La Ronze et Porte d’Anse). Seuls les quartiers périphériques se distinguent nettement soit par une proportion d’autochtones élevée (ainsi le quartier ancien de Fontgraine, coincé entre l’autoroute, la ligne de chemin de fer et le Morgon où l’on trouve fort peu de gens d’origine extra-régionale, ou le quartier de Béligny qui est très isolé) soit par une proportion particulièrement faible de natifs (l’ensemble Lamartine Béligny-ouest, construit entre 1955 et 1975, qui accueille beaucoup de régionaux proches, et le quartier de Belleroche, bâti sur une colline extérieure dans les années 1960 et 1970, ont des taux d’autochtones très faibles). Spécialisation sociale et spécialisation géographique des quartiers vont de pair. Toute trajectoire dans l’espace est aussi une trajectoire sociale. L’origine géographique des individus ne peut pas être considérée comme une variable indépendante.

Carte 3. Taux d’autochtones par quartiers

Carte 3. Taux d’autochtones par quartiers

PROFILS SPATIAUX ET APPARTENANCES SOCIALES

9Il est frappant de constater à quel point les différents groupes sociaux qui composent la population de Villefranche présentent des profils spatiaux différents. Ce terme résume tout ce qui définit l’inscription locale d’un individu : son lieu de naissance et celui de son conjoint, leur ancienneté de résidence dans la ville, mais aussi le lieu d’habitation des ascendants vivants des conjoints, celui des frères et sœurs des conjoints, de leurs enfants mariés et de l’ensemble de leur parenté. Ces profils spatiaux familiaux ne s’expliquent ni par des enchaînements de décisions strictement individuelles, ni par l’adaptation pure et simple à des forces socio-économiques. Par excès de subjectivisme dans un cas, d’objectivisme dans l’autre, on risque de priver les phénomènes migratoires de toute signification sociale. Or les profils spatiaux familiaux expriment très précisément les stratégies d’affirmation sociale des groupes.

10Ainsi la simple étude des lieux de naissance des enquêtés et de leurs conjoints permet de dégager trois espaces géographiques d’amplitude et de répartition variables suivant les classes sociales (cf. graphique 1). Les membres des professions indépendantes (moyennes et supérieures) se caractérisent par une aire d’origine fortement centrée sur la ville. Ils sont le plus souvent nés sur place, un peu moins souvent dans la région proche, très rarement dans des régions plus éloignées. L’espace d’origine des ouvriers est plus centré sur la région proche et secondairement sur la ville : rares sont ceux qui sont nés à plus de 40 kms de Villefranche. Enfin l’espace d’origine des employés et cadres (moyens et supérieurs) paraît moins fortement structuré : ceux qui sont nés hors de la région sont bien plus nombreux que les originaires de, Villefranche, ceux qui sont nés dans la région mais pas à Villefranche sont) assez souvent déjà d’origine urbaine (Lyon, par exemple). On peut dire qu’ils sont les plus étrangers à la ville : on verra plus loin que cette donnée se retrouve dans leurs conduites de sociabilité.

11L’impression se renforce si l’on compare les lieux d’origine des deux conjoints. Ce sont les professions indépendantes et secondairement les ouvriers qui comptent le plus de couples dont les deux membres sont nés à Villefranche, mais c’est parmi les ouvriers que l’on trouve le plus de couples dont les deux conjoints sont nés dans la région proche.

12La définition de ces trois profils peut être enrichie par la prise en compte de la durée de résidence des intéressés à Villefranche, autrement dit leur ancienneté dans la ville. On retrouve la même organisation de l’espace social local : les couches sociales enracinées (professions indépendantes, ouvriers) se distinguent assez nettement des autres (employés, cadres moyens et supérieurs qui sont les plus nombreux à être arrivés depuis peu).

Graphique 1. Lieux de naissance et catégories sociales des enquêtés

Graphique 1. Lieux de naissance et catégories sociales des enquêtés

Tableau 11. Lieu de naissance des deux conjoints et catégorie sociale du chef de famille

Tableau 11. Lieu de naissance des deux conjoints et catégorie sociale du chef de famille

Tableau 12. Ancienneté de résidence des deux conjoints à Villefranche et catégorie sociale du chef de famille

Tableau 12. Ancienneté de résidence des deux conjoints à Villefranche et catégorie sociale du chef de famille

13Pour évaluer un enracinement, il ne suffit pas de mesurer les relations (étroites ou relâchées) entre des individus et des lieux d’origine ou d’habitation ; il faut prendre en compte des relations concrètes entre des individus et des réseaux humains. La proximité d’un réseau familial ou amical est un signe plus concret d’appartenance locale que la proximité du lieu de naissance. Et plus que la distance au lieu de naissance, ou la faible ancienneté de résidence, c’est l’éloignement de leur famille et de leur réseau d’amis qui distingue les non autochtones.

14Si l’on mesure la distance entre les enquêtés et leurs ascendants vivants d’une part, et entre les enquêtés et leurs frères et sœurs vivants d’autre part, deux modèles forts nets se dégagent : un modèle de famille relativement dispersée et lointaine (qui correspond aux employés et aux cadres), et un modèle de réseau familial plus serré (chez les ouvriers, les commerçants, les artisans). Si l’on considère par ailleurs la distance entre les enquêtés et ceux de leurs enfants qui ont quitté le domicile parental, ou le nombre de leurs parents plus lointains (oncles, tantes, cousins) qui demeurent à Villefranche, on s’aperçoit que les deux modèles décrits ont bien un fonctionnement systématique : à des familles proches, nombreuses, concentrées, s’opposent des familles éparpillées, extra-locales, moins importantes en nombre. Chez les ouvriers, quatre fois sur cinq, les ascendants demeurent à moins de quarante kilomètres du couple (une fois sur deux à Villefranche même) ; deux fois sur trois, les membres de la fratrie demeurent également dans ce rayon (une fois sur trois à Villefranche même) ; quant aux enfants qui ont quitté la maison familiale, on les retrouve dans le même périmètre quatre fois sur cinq. Enfin trois couples ouvriers sur cinq ont des membres de leur parenté (autres que descendants, ascendants, frères ou sœurs) demeurant à Villefranche même. Le même modèle se retrouve chez les artisans et commerçants. En revanche, chez les cadres supérieurs, les ascendants demeurent à moins de quarante kilomètres du couple seulement une fois sur deux (une fois sur cinq à Villefranche même) ; les membres de la fratrie, deux fois sur cinq (une fois sur dix à Villefranche même) ; les enfants qui ont quitté la maison, deux fois sur trois. Enfin, seul un couple de cadres supérieurs sur quatre a d’autres parents vivant à Villefranche. Le même modèle se retrouve chez les employés (couples dont le chef de famille est employé), et également, à un moindre degré, chez les cadres moyens. Seuls, les membres des professions libérales semblent se rattacher aux deux modèles à la fois. Mais les effectifs d’enquêtés de ce groupe social sont trop faibles pour que l’on puisse tirer des conclusions sûres.

15En général, ces phénomènes sont expliqués économiquement en termes d’adaptation rationnelle à un marché du travail. Plus sa qualification est élevée et rare, plus le futur salarié doit prospecter une étendue vaste pour trouver un emploi. Inversement, ceux dont la qualification est faible et interchangeable trouvent du travail sans avoir à se déplacer trop. La théorie de l’« acteur économique rationnel » a un certain domaine de validité aux deux extrémités de l’échelle sociale (manœuvres d’une part, cadres supérieurs de l’autre), mais paraît déjà moins satisfaisante pour expliquer les conduites des ouvriers qualifiés, des employés, des cadres moyens. Son pouvoir explicatif décroît encore plus en période de crise économique : par leurs comportements, les couches populaires tendent à s’éloigner du modèle « rationnel » en question, en revendiquant la non-mobilité comme valeur, alors même qu’elles reçoivent de multiples incitations à la mobilité géographique.

Tableau 13. Lieu de résidence des ascendants (père ou mère) vivants des conjoints enquêtés et catégories sociale du chef de famille

Tableau 13. Lieu de résidence des ascendants (père ou mère) vivants des conjoints enquêtés et catégories sociale du chef de famille

16Il existe en fait un clivage fondamental entre deux systèmes de pratiques et de trajectoires sociales, qui intériorisent dans chaque cas l’ensemble des conditions d’existence d’un groupe. On a bien affaire à deux stratégies d’affirmation sociale radicalement opposées : certains (ouvriers, commerçants) vivent et manifestent leur appartenance sociale en restant à proximité du noyau familial, alors que c’est en s’éloignant (volontairement ou non, en tout cas, sans déchirement) de leur famille que les cadres et employés affirment leur identité sociale (avec ou sans mobilité sociale ascendante d’une génération à l’autre). Dans un cas, l’appartenance sociale repose partiellement ! sur une appartenance géographique, s’exprimant en un réseau de solidarités locales. En revanche dans le second cas, l’appartenance sociale est plus ou moins a-locale. Chaque groupe social transforme en valeurs internes et durables les dispositions objectives qui constituent ses atouts les plus sûrs : l’implantation durable et l’ancienneté chez les ouvriers, la mobilité, l’extériorité, la capacité d’adaptation chez les cadres supérieurs. La distinction entre ces deux formes de géographie familiale est fondamentale : elle est homologue de l’opposition entre deux comportements à l’égard du lieu d’habitation, le localisme, qu’on peut définir comme une tendance à centrer loisirs, relations, stratégies sociales, sur la localité et les réseaux sociaux locaux, et la multipolarité, qui est l’attitude de ceux qui refusent de voir dans leur lieu de résidence présent la référence de base pour leurs comportements de sociabilité et qui insistent sur le caractère multiple et mouvant des attaches locales. La bipolarité comme système d’appartenance double, avec un pôle dévalorisé (la ville de résidence) et un pôle valorisé (le village d’origine) s’apparente plus, malgré les apparences, et à cause de sa rigidité potentielle, au localisme, et est souvent liée à l’expérience du déracinement, dans les couches populaires d’origine rurale.

L’ENTRÉE DANS LA VILLE : UN DÉRACINEMENT ?

17Comme la majorité des Caladois ne sont pas nés à Villefranche et que 40 % d’entre eux y résident depuis moins de quinze ans, on peut dire qu’une bonne partie de la population locale a connu l’expérience de l’immersion dans un milieu social nouveau. Les récits des enquêtés permettent de reconstituer ce moment qui, pour certains, dure encore, si l’intégration a été un échec. Villefranche n’est pas une ville que l’on choisit pour son climat ou pour son charme touristique, et la plupart de ceux qui arrivent sont persuadés que leur séjour ne sera qu’une étape. Ils vivent donc leur insertion locale sur le mode du provisoire, un peu entre parenthèses. Leur origine extérieure se rappelle à eux, et ils la rappellent aux autres, sous de multiples formes, directes ou indirectes. Un accent du Midi, des remarques désobligeantes sur le temps caladois, sur la vie en ville, une ignorance flagrante des coutumes locales, ou le simple fait d’habiter dans un quartier où les Caladois d’origine sont rares, trahissent l’étranger.

CEUX QUI VIENNENT D’AILLEURS
— Ouvrier qualifié de 50 ans, originaire de Valence (Drôme), et qui habite à Villefranche depuis 15 ans : « Je suis venu ici pour des raisons de travail. Je travaillais dans un établissement des Cartoucheries Nationales à Valence qui a fermé, et à ce moment j’ai trouvé du travail sur Villefranche par l’intermédiaire d’un cousin, enfin sa femme était cousine germaine avec ma femme. Il était au courant de ma situation… Je me demandais où aller travailler. Et lui, à ce moment-là, y venait de démarrer avec des copains une petite boite à Villefranche, une petite usine de mécanique, alors y m’ont dit ben si ça t’intéressait on aurait du travail pour toi à Villefranche. Ça nous faisait de la peine à tous enfin de monter vers le nord, mais on a dit on va essayer quoi. Et puis c’est ce qu’on a fait, et puis une fois qu’on est implantés à Villefranche, les enfants d’âge scolaire et tout, après on a plus cherché à repartir. Et d’ailleurs maintenant j’ai bientôt cinquante ans, y faut penser qu’on change pas de travail facilement. Et puis on recommence pas tout le temps, quoi… Sur les cinq enfants, quatre sont nés à Valence, ça a marqué quand même… Au début qu’on était ici, ça se voyait à l’accent. Quand on m’entendait parler, on me demandait : « Tu es de Villefranche ? T’as pas l’accent ! » et je disais : « Non. j’suis de Valence ». Et puis y se sont habitués, et mon accent s’est atténué un peu. Mais il a pas passé : je parle pas comme mon cousin encore. La preuve que j’ai pas l’accent d’ici, c’est que, quand je parle avec des gens de Villefranche, je leur trouve toujours l’accent. Mes gosses, eux, ils l’ont perdu, l’accent du Midi, sauf mu fille aînée. Au début qu’on était là, on les reprenait à l’école pour les è, les a, les o, les an… Forcément dans le Midi, on fait pas la différence entre é et è ! ».
Femme d’ouvrier. Au chômage – 35 ans. Les deux familles sont originaires du Beaujolais. Depuis 6 ans à Villefranche : « On reste jamais là le dimanche. On éprouve le besoin de sortir. Parfois on couche dans nos familles. Avec la famille, on se voit toutes les semaines. Comme ça, sans raison, on va se voir les uns les autres… On a un besoin de nature. Parce que c’est pas bien marrant, la ville. Moi j’aimerais mieux habiter en plein bois qu’en ville. On est tributaires de tout en ville, les voitures, la circulation, les trottoirs… Je suis assez solitaire. Je sors que quand je suis obligée. Autrement je reste chez moi. Je suis pas de celles qui vont courir les magasins : trop de foule, je suis perdue… On a pas d’amis à Villefranche… ».
– Cadre supérieur. 49 ans. Depuis 23 ans à Villefranche. Originaire de Lyon : « Personnellement, je suis de Lyon et ma famille est d’origine ardèchoise. Quand je suis arrivé ici, je me disais que je continuerais à aller à l’Opéra à Lyon, et que je me ferais quelques amis ici. Mais c’est un faux calcul. Parce que Villefranche, c’est une petite ville, un petit monde. Il faut accepter la coupure, la nouvelle vie que ça implique. J’ai ressenti moi-même ce problème : pour vivre ici convenablement, il faut s’intégrer un minimum, et ce n’est pas facile… Mes beaux-parents ont toujours habité Valence : les deux premières années où nous étions ici, nous allions souvent les voir le dimanche, et eux venaient aussi. Et puis nous avons commencé à y aller moins souvent. Chaque fois qu’on passait à Valence, on était presque obligés de se cacher : j’ai calculé que nous y connaissions 14 foyers cousins et qu’il suffisait d’en rencontrer un pour être obligé de les voir tous. Mais j’ai des amis caladois qui vont à Saint-Étienne tous les dimanches voir leurs parents, depuis près de 10 ans qu’ils sont ici : je trouve que c’est de l’idolâtrie… ».
– Cadre commercial. 40 ans. Originaire de la Haute-Loire, ainsi que sa femme. Depuis 5 ans à Villefranche : « C’est vraiment très rare quand on a un week-end libre. On a tout le temps des amis de l’extérieur qui viennent, surtout de Saint-Étienne et quand ils ne viennent pas, c’est nous qui y allons. Alors comme on commence à connaître le Beaujolais et qu’on sait où aller, on leur fait faire le tour des viticulteurs…». Sa femme : « J’ai peine à me faire à la mentalité caladoise. C’est des gens qui vivent en cercle fermé, très froids pour les étrangers… J’ai des relations avec des gens de Villefranche, mais qui viennent d’ailleurs, de la Haute-Loire, de Bayonne, de Grenoble… J’ai très peu de contacts avec les vrais Caladois, ils sont trop fiers ! Et puis je n’aime pas le temps caladois. Voyez comme il fait gris : en Haute-Loire, il y aurait de la neige ».
Ouvrier. 50 ans. Originaire du Beaujolais, ainsi que sa femme. Depuis 7 ans à Villefranche : « A la campagne, quand on se dit «comment ça va ? » on se donne vraiment des nouvelles. On dit encore bien « Ma femme va pas très fort ! » ou « le grand-père s’est cassé la jambe ». Mais ici, l’autre vous dit « ça va ? » et vous pouvez répondre « non » qu’il est déjà parti. On parle pas tellement de famille. Mais pour parler boulot, alors on parle boulot… ».
– Mari et femme professeurs. 45 ans. Habitent à Villefranche depuis 20 ans. Originaires de Louhans (Saône-et-Loire) et Béziers (Hérault) :
« H. : Ça a été mon premier poste.
F. : On s’est mariés en août et on est arrivés en octobre à Villefranche. Et on y est restés.
H. : Oui, assez satisfaits d’y être (soupir). On aurait pu avoir un poste double à Lyon. Et puis finalement, on a refusé. Parce que je trouve que la vie sociale est plus commode ici. Non pas que j’y aie beaucoup de liens… Je peux pas dire que je fasse partie de la société caladoise. Y a un esprit caladois, mais je sors peut-être du cadre de l’histoire, une image de Villefranche, des camarades, de l’entraide, de la sympathie à laquelle je crois assez-peu.
F. : Une image de ville très hospitalière, très ouverte, moi je les trouve très fermés finalement. »

18Pour briser leur extrême solitude, dans cette ville où au début, personne ne les attend ni ne les connaît, ils utilisent abondamment le week-end pour recevoir amis et parents, et plus encore, pour leur rendre visite, si par bonheur leur lieu d’implantation n’est pas trop éloigné. C’est un des privilèges de ceux qui n’ont pas bougé, que d’être les hôtes plus souvent qu’à leur tour et d’être moins tenus de répondre aux invitations venant des « déracinés ». Cette frénésie à fuir la ville en fin de semaine existe aussi chez les autochtones, mais de façon moins marquée. Elle caractérise particulièrement la hantise du vide social de ceux qui viennent juste d’arriver dans la ville.

19La croyance au caractère transitoire de leur séjour à Villefranche retient au début les individus de s’impliquer trop dans les réseaux locaux. Invariablement, la ville leur apparaît comme froide, inhospitalière, fermée. Les femmes sont les plus touchées par ce sentiment d’isolement, particulièrement les femmes au foyer, mais aussi les femmes qui travaillent, dont l’investissement personnel dans la profession est moindre, et dont le travail est souvent moins productif en contacts que celui des hommes.

20L’âge et les circonstances d’arrivée jouent un grand rôle dans les premiers contacts avec la ville. Ceux qui sont arrivés à Villefranche en âge scolaire ou jeunes mariés ont plus d’occasions de rencontres locales que ceux qui arrivent avec des enfants nés ailleurs, ou pis, avec des enfants déjà mariés. Certains types de mutations (par exemple, la gendarmerie), qui excluent tout choix de l’intéressé, rendent très difficile son intégration locale. Si l’arrivée à Villefranche est liée à la présence d’amis ou de parents sur place (cas très général des travailleurs immigrés), la première étape de l’intégration est facilitée, mais l’intégration définitive reste peut-être aussi difficile.

21L’intégration d’un non autochtone à Villefranche s’opère en deux phases, dont la durée varie suivant les groupes sociaux et les individus. Dans un premier temps (au bout de 5 ans, dans bien des cas), l’individu accepte l’idée que son séjour n’est pas seulement transitoire. Le second moment important (15 ou 20 ans après l’arrivée dans la ville) est celui où il se rend compte qu’il va peut-être passer toute sa vie à Villefranche. Ce double palier psychologique scande l’intégration locale, qui ne constitue pas un simple processus continu d’accoutumance.

UN DOUBLE PALIER

22L’enquête auprès des ménages caladois fournit des résultats qui permettent d’éclairer ce phénomène. On peut en effet mettre en relation l’intensité de certaines pratiques sociales (comme la fréquentation de l’église, du stade ou des cafés, l’achat d’un logement, ou la participation à des associations) avec l’ancienneté locale des individus.

23phénomène de sociabilité. Pourtant c’est une occasion de rencontre réglée, fortement liée à l’intégration de l’individu dans une communauté locale. On sait que le déracinement entraîne souvent une chute de la pratique religieuse. C’est bien ce qui se passe à Villefranche. Mais après quelques années de séjour seulement (5 ans environ), la pratique régulière hebdomadaire remonte sensiblement, pour les deux sexes : la fréquentation dominicale de l’église semble donc signaler un sentiment minimal d’appartenance au groupe local. La population qui fréquente le stade pour les matches des équipes locales de football ou de rugby est un peu comparable, du point de vue de son ancienneté, au peuple des fidèles. Là aussi, on remarque un seuil minimal : le stade ne voit venir à lui les nouveaux installés à Villefranche qu’au bout de quelques années. La proportion de spectateurs augmente ensuite avec la durée de résidence mais la masse des assistants reste autochtone (53 % des spectateurs d’un match de rugby sont caladois depuis toujours). En revanche, le rythme de fréquentation des cafés locaux ne varie pas sensiblement suivant l’ancienneté de l’individu : le sentiment d’appartenance locale joue donc moins pour ce lieu, qui a apparemment vocation à être un lieu d’accueil.

Aller voir un match de football ou de rugby à Villefranche présuppose, on l’a dit, un certain enracinement, un sentiment d’appartenance à la localité. Le spectacle, en retour, renforce ce sentiment. Voici l’exemple de la cérémonie préliminaire à un match de football (championnat de 4e division), entre Lyon et Villefranche, joué en décembre 1977, à une époque où l’équipe locale connaît beaucoup de difficultés. Près de vingt minutes avant le coup d’envoi, commence une cérémonie d’avant-match, dirigée par les responsables du club. On fait venir des vestiaires sur la pelouse du stade, une par une, en commençant par les plus jeunes, les quinze équipes (des poussins aux réserves de l’équipe première) qui composent le club. Chaque équipe s’aligne derrière la précédente, flanquée de son entraîneur. Les équipes sont décrites par haut-parleur : on donne leur catégorie, le nom de leur entraîneur, et leur place actuelle dans le championnat auquel elles participent.
Le public, animé par un noyau d’anciens joueurs du club, applaudit chaleureusement toutes les équipes présentées : il ne s’agit pas d’applaudissements de félicitation (l’équipe classée dernière dans son groupe reçoit autant sinon plus d’applaudissements que l’équipe classée première), mais d’applaudissements de reconnaissance, par lesquels les spectateurs marquent qu’ils reconnaissent bien dans chaque équipe une représentante de la communauté locale. Le hautparleur invite instamment les spectateurs à être plus « fidèles à leur club » et à venir nombreux à tous les matches. L’exhibition est fort bien conduite et au bout de dix minutes, ce sont deux cents joueurs portant le maillot bleu de l’équipe, encadrés par entraîneurs et dirigeants, qui sont alignés en deux rangées sur le terrain face à la tribune couverte. Puis les deux équipes qui doivent jouer le match arrivent, se plaçant de part et d’autre de la ligne du milieu. Chaque joueur est présenté individuellement par haut-parleur. Ceux de Lyon ne sont pas applaudis, sans d’ailleurs qu’aucune hostilité se manifeste à leur égard. Les joueurs de Villefranche, connus personnellement par une bonne partie des spectateurs, sont applaudis à tout rompre. Puis les jeunes joueurs de l’équipe des poussins se dirigent vers les vestiaires sur un ordre de leur entraîneur, pour en ressortir chacun avec une bouteille de beaujolais qu’ils vont remettre aux joueurs de l’équipe visiteuse. Cette démonstration d’hospitalité est très applaudie par le public, car elle redouble le sentiment d’appartenance à la localité : toute communauté produit en effet des signes qui la différencient, et le vin du Beaujolais est l’un des symboles de Villefranche. L’ensemble de la cérémonie est destiné à multiplier les signes de reconnaissance entre le club, image de la localité, et le groupe des spectateurs. Ces signes s’adressent en particulier aux anciens joueurs (généralement autochtones), qui sont prédestinés à jouer un rôle de médiateurs entre le club et les Caladois d’adoption ou de fraîche date.

24D’autres pratiques sont liées à une installation déjà plus longue. Ainsi l’achat d’un logement, qui est souvent lié à la décision de se fixer à Villefranche, croît régulièrement avec la durée de résidence, mais avec un palier au-delà de 15 ans. De même la participation à la grande fête traditionnelle de Villefranche, la Fête des Conscrits, est très liée à l’ancienneté des individus dans la ville. Cette fête a un caractère très particulier à Villefranche puisque peuvent y prendre part individuellement tous les hommes de plus de 19 ans qui résident dans la ville : ceux qui participent au grand défilé de la Vague sont en grande majorité des habitants installés depuis plus de 15 ans, et des autochtones. Comme dans le public du stade, les autochtones sont les plus nombreux. La presse, les habitants, les organisateurs insistent beaucoup sur le caractère strictement local et traditionnel de la fête. Les résidents anciens (en particulier, artisans, commerçants et membres des professions libérales, qui jouent un rôle important dans l’organisation de la fête) ont là une occasion d’affirmer avec éclat leur enracinement et les privilèges symboliques et sociaux qui en découlent, face aux nouveaux venus, aux résidents exogènes (en particulier, les membres des fractions intellectuelles des classes supérieures) qui participent peu aux festivités.

25La participation aux associations locales est généralement considérée comme un des signes majeurs d’intégration. Si on ne retient que le degré minimal de participation (l’adhésion), on s’aperçoit que la proportion d’adhérents augmente de façon continue, sans palier, avec la durée de résidence. Si an isole en revanche ceux qui exercent au moins une responsabilité dans une association, on se rend compte que leur nombre augmente nettement après quinze ans de résidence.

26L’hypothèse de l’existence d’un double palier d’intégration semble donc raisonnable. Cependant, à cause de son caractère de processus actif’, l’intégration locale ne peut pas être envisagée uniquement sous l’aspect quantitatif.

Tableau 14. Participation masculine à des associations locales et ancienneté dans la ville

Tableau 14. Participation masculine à des associations locales et ancienneté dans la ville

ASSOCIATIONS ET STRATÉGIES D’INTÉGRATION

27L’enracinement de l’individu se réalise avant tout à travers une série de médiations et de parrainages. L’acquisition ou la construction d’une maison à Villefranche ou dans la région proche est certes le signe et l’instrument d’une volonté d’enracinement local. Pourtant elle n’implique pas nécessairement une intégration sociale réussie ou définitive.

28Il existe plusieurs types de contacts obligatoires, inégalement productifs du point de vue de l’intégration. Les contacts liés au voisinage, de même que les contacts liés aux services (commerces, médecine) ont relativement peu d’efficacité ou de prolongements en ce qui concerne l’enracinement concret des individus. Il faut noter par exemple que contrairement à la région parisienne et à certaines grandes villes, Villefranche (et les autres petites villes) ne compte pas d’associations de quartier. En revanche, le milieu professionnel (camarades ou collègues, relations professionnelles et clients, subordonnés et supérieurs), et les enfants (école ou loisirs) permettent des rencontres qui facilitent l’intégration locale des intéressés, en les mettant en contact avec des autochtones. Dans de telles circonstances, l’initiative appartient aux autochtones et aux plus enracinés, qui décident ou non de revoir ces nouveaux Caladois ou de faire appel à eux pour telle ou telle association. On assiste donc à un véritable parrainage implicite des nouveaux par les anciens : on ne vient dans une association, on n’y prend une responsabilité que contacté, choisi, présenté par de vieux Caladois (« Vous devriez venir… »), on n’invite un Caladois d’origine chez soi ou au café qu’après avoir été convié d’abord par lui.

29Certains nouveaux venus s’intègrent parfois de manière plus active à un groupe, sans attendre d’être sollicités nommément. Ils veulent continuer une activité ou un loisir qu’ils ont déjà pratiqué ailleurs, ou bien rester fidèles à un engagement politique ou syndical antérieur. La presse locale et les divers organismes distributeurs d’informations fournissent à l’intéressé les indications nécessaires aux premiers contacts. Cette intégration forcée, sans intermédiaire humain, reste relativement rare. L’exemple le plus notable est celui des partis politiques de gauche et des syndicats : dans ces groupes, les privilèges liés à l’autochtonie et à l’enracinement local sont réduits, et l’intégration des nouveaux venus plus facile. Partis et syndicats ne sont d’ailleurs pas des associations locales du point de vue juridique. Leur fonctionnement très ouvert et aussi relativement standardisé font de ces groupes des institutions originales, les plus accueillantes à la fois aux non autochtones et aux idées de l’extérieur.

30Certaines associations sont à classer à part, car elles se spécialisent délibérément dans une fonction d’intégration des nouveaux arrivants. Par exemple à Villefranche, comme dans la plupart des villes de France, il existe des associations rassemblant les originaires d’une même région. Ces amicales d’originaires concernent surtout des individus d’origine populaire qui ont effectué des migrations moyennes : Enfants de l’Ain, Amis de la Saône-et-Loire, Amicale Franc-Comtoise. On remarque qu’il n’y a pas en revanche d’association regroupant les originaires du Beaujolais, alors que c’est cette région qui fournit le plus grand nombre d’habitants à Villefranche : c’est que Villefranche, qui se définit fondamentalement par son influence sur le Beaujolais, constitue la ville par excellence des originaires du Beaujolais. Il ne sert à rien de les rassembler dans une association qui regrouperait le quart de la population caladoise, au moins.

31Pour les Caladois d’origine plus lointaine, il n’y a pas non plus de véritables associations d’originaires. Les seuls exemples que l’on puisse citer sont l’Amicale des Rapatriés ou le Renouveau Arménien, qui présente un cas un peu particulier, et doit être plutôt considéré comme une association culturelle puisque la plupart de ses membres n’ont pas vécu la migration. De leur côté, les immigrés tendent à constituer des associations par nationalités : Amicale Turque, Association d’Espagnols, Amicale Tunisienne ou Algérienne. Seuls les Italiens, qui sont les plus proches des Français et qui s’intègrent le mieux, n’en ont pas. Toutes les associations qui viennent d’être mentionnées regroupent exclusivement des transplantés, mais d’ancienneté différente, ce qui permet d’y reconstituer des hiérarchies selon l’enracinement à Villefranche : les responsables sont souvent les plus enracinés. Nombreux sont ceux qui ne font partie d’aucune association de ce type et dont l’essentiel des contacts au plan local se fait pourtant avec des déracinés comme eux, et souvent de même origine.

COMMENT ON DEVIENT CALADOIS
Professeur. 53 ans. Originaire de Lyon. Femme employée de bureau. Originaire de Perpignan. Tous deux à Villefranche depuis 25 ans : « C’est mon fils qui m’a amené au rugby lorsqu’à l’âge de sept-huit ans [neuf ans auparavant, M.B.] il s’est mis à grogner que ses copains s’amusaient bien plus que lui le jeudi après-midi, que lui s’ennuyait à la maison… alors je lui ai demandé ce que faisaient ses camarades, il m’a dit ils font du rugby je lui ai dit si tu veux faire du rugby demande le moi et on ira en faire tous les deux – alors c’est ce qui s’est passé, je suis allé l’inscrire et puis je me suis mis à l’accompagner quand il allait à l’entraînement les jeudis après-midi à l’époque, Ça me faisait moi-même une petite promenade et un peu de plein air. Et puis je ne sais qui, l’un des dirigeants m’a demandé une fois, un samedi après-midi, si j’acceptais de faire un déplacement en car pour surveiller, accompagner les petits garçons qui allaient faire un match… Alors j’ai accepté et puis j’ai accepté de plus en plus de choses en somme… Aujourd’hui je suis considéré comme responsable de l’équipe minime… C’est un rôle d’encadrement, c’est tout, je ne suis pas du tout entraîneur. C’est ainsi que demain, voyez-vous, y a une équipe dont fait partie mon fils qui va jouer dans la région de Mâcon et comme il n’y a qu’une équipe, nous avons tâché de trouver cinq ou six voitures, alors je me suis occupé de contacter quelques messieurs que je connais pour demander s’ils seraient là avec leur voiture demain. Le rugby m’a permis de rencontrer beaucoup de gens… ».
Cadre supérieur. 49 ans. Originaire de Lyon : « Dès notre arrivée à Villefranche, nous nous sommes mis, ma femme et moi, à visiter la région. Nous connaissons maintenant tous les hameaux, tous les villages, et les villes du Beaujolais. 1963 [6 ans après son arrivée à Villefranche] a été une date capitale pour nous. Nous avons acheté une vieille maison délabrée à Oingt dans le Beaujolais : c’est ainsi que nous avons véritablement commencé à nous enraciner dans la région… Il nous a fallu trois ou quatre ans pour avoir nos premiers amis caladois : il me semble que la première réception à laquelle nous ayons été invités remonte à 1961. Ces premiers amis n’étaient souvent que des relations professionnelles un peu poussées, ou des parents d’enfants, camarades d’école des nôtres. En 1964, je suis entré au Lion’Club de Villefranche, sollicité par mon ancien patron, celui qui m’avait recruté. C’est d’ailleurs lui qui avait fondé le club en 1956, et il m’a donc parrainé, c’est-à-dire qu’il a prononcé un petit discours de présentation au cours d’un apéritif… ».
– Ouvrier qualifié. 50 ans. Originaire de la Drôme : « Une année, en soixante-cinq [2 ans après être arrivés à Villefranche], on est allé en maison familiale dans les Hautes-Alpes avec l’Association Vacances et Famille de Villefranche, et là on nous a demandé si on voulait s’occuper de la gestion. Y savaient qu’à Valence on s’était déjà occupé d’une maison familiale : c’est venu comme ça dans les discussions. On était pas des bleus, on avait déjà une expérience et c’est certain que les associations comme Vacances et Famille cherchent des militants pour se gérer… On a accepté et depuis ce temps on est membres du bureau. »
Ouvrier. 55 ans. Originaire d’un petit village rural de l’Ain à 6 ou 7 kms de Villefranche. Possède une maison individuelle avec jardin. Depuis 22 ans à Villefranche : « On est les seuls de la famille à être dans le Beaujolais, ça c’est les circonstances de quand on s’est mariés, j’ai pu trouver un logement sur Gleizé, et puis je suis allé à Anse [6 kms de Villefranche] et de Anse je suis venu là… Je suis venu ici quand j’ai fait ma maison en somme, il a fallu peiner parce que j’avais pas un gros salaire… Le jardin me prend pas mal de temps, le samedi et puis parfois le dimanche matin, et puis le soir après le travail aussi quand y a beaucoup à faire… On achète pas les légumes, mais dans le fond y nous coûtent aussi cher qu’aux autres… On a été élevés comme ça quoi… Ceux qui rentrent chez eux après le travail, je sais pas ce qu’y peuvent y faire. Dans les H.L.M., y doivent se barber. Je peux pas me sentir enfermé… Pour les vacances, on reste jamais bien longtemps partis à cause du jardin. On reste huit jours dehors, et puis on rentre surveiller le jardin et puis on repart… ».
– Cadre commercial. 40 ans. Originaire de la Haute-Loire : « On a acheté cet appartement, on est propriétaires, mais on le revendra si on s’en va. On l’a déjà fait… Mais pour moi y a une différence entre un appartement et une maison qu’on fait construire. La maison, c’est plus personnel… Mon intégration ici s’est faite par ma profession. J’ai été responsable de l’agence du SERNAM à Villefranche [= transport de marchandises par la SNCF]. J’avais cinquante personnes sous mes ordres dont un certain nombre de Caladois d’origine. Ça faisait déjà un contact. Et puis j’était très connu, forcément, de la clientèle, en particulier des viticulteurs et des chefs d’entreprises. C’est comme ça d’ailleurs que je suis entré dans ma première association. J’avais sympathisé avec un fournisseur de main-d’œuvre temporaire, on était à peu près du même âge ; alors il m’avait contacté pour faire partie de la Jeune Chambre Économique, qui est une association de jeunes responsables. Là j’ai vraiment rencontré la bourgeoisie de Villefranche… ».
Officier en retraite. 65 ans. Marié. Depuis 15 ans à Villefranche : « Un jour en regardant le journal, on a vu qu’il y avait une réunion du club de bridge tel mardi au cercle de l’Union. Comme on aimait ça, on y est allés. On a été très bien accueillis. On y va très fréquemment maintenant. On a fait des sorties avec des membres du club. Ce soir, nous allons à un repas donné par l’un des membres… ».

  • 2 A ce sujet, voir Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848), Paris, Armand C (...)

32Outre ces associations amicales peu actives se définissant par l’origine de leurs membres, il existe une association ouverte à tous les transplantés sans distinction d’origine géographique, l’Accueil Beaujolais. Le fonctionnement même de l’association montre qu’elle s’adresse à ces milieux d’employés et de cadres qui viennent souvent d’ailleurs. Suscitée et subventionnée par la Chambre de Commerce et d’industrie de Villefranche (organisme consulaire qui gère les zones industrielles de la ville), cette association constitue, selon la boutade d’un de ses membres, « le service après-vente des zones industrielles». Elle poursuit un objectif économique qui est de stabiliser et d’intégrer à Villefranche une population de cadres et d’employés, en s’adressant précisément aux femmes de ces milieux sociaux, qui souvent ne travaillent pas et sont donc très isolées dans une ville inconnue. Les membres de l’association sont divisés en deux groupes, les « accueillies » (les nouvelles arrivantes) et les « accueillantes », plus enracinées, anciennes accueillies elles-mêmes, qui sont responsables de l’organisation. Les activités sont celles d’un club féminin de classes moyennes et supérieures (discussions autour de livres, causeries sur l’histoire locale, art floral, musique commentée, bridge, visites d’expositions, de châteaux ou d’entreprises locales…) : elles sont surtout l’occasion pour des femmes isolées de constituer des réseaux minimaux de connaissances, dans leur milieu social. Cette association met en contact des nouveaux (nouvelles) venu(e)s entre eux (elles), plus qu’elle ne fait se rencontrer des étrangers et des citadins d’origine. Elle ne comprend donc pas de parrainage, contrairement aux clubs de contacts, comme le Lions’Club, le Rotary Club, le Kiwanis Club (il existe une section de chacun de ces clubs à Villefranche) qui perpétuent sous une américanisation de surface, la fonction des cercles bourgeois2. Comme ces derniers en effet, ils fournissent à la bourgeoisie locale, de vieille souche (professions libérales, hauts dirigeants d’entreprise), une institution lui permettant de choisir parmi les nouveaux venus des classes supérieures ceux qu’elle admet dans sa société.

Le principe du recrutement au Rotary Club de Villefranche (dans tous les Rotary Clubs) est de choisir un responsable et un seul par branche d’activité (ou « classification »). L’application du principe paraît assez souple car s’il y a un seul représentant de la presse et un médecin généraliste, on trouve en revanche un radiologue, un ophtalmologue, etc… (autant que de spécialités), et il y avait un avoué et un avocat, avant que ces deux professions ne fusionnent. C’est le « club de ceux qui ont des responsabilités dans la vie de la cité ». Quand une « classification » est vacante, un membre peut proposer au président (qui en informe le bureau) le nom d’un nouveau membre possible. Le président envoie une lettre à tous les rotariens, leur demandant s’ils sont d’accord. La réception du nouveau comprend une présentation par le parrain, suivie d’une conférence de l’intéressé sur sa profession. Le nombre des « classifications » n’est pas fixé une fois pour toutes, et on en crée de nouvelles si cela permet d’intégrer des personnes « intéressantes». Les femmes ne peuvent faire partie du Club.

33La même volonté de mise en contact prudente des autochtones et des nouveaux installés existe dans les amicales de classe, associations de loisirs qui rassemblent les hommes nés une même année et s’adressent plus particulièrement aux milieux de commerçants, et d’artisans. Elles ne demandent aucun parrainage, mais en pratique seuls ceux qui sont connus et sollicités par leurs classards entrent dans l’amicale correspondant à leur âge. L’adhésion à un club de contact ou à une amicale de classe constitue un véritable rite d’admission parmi les autochtones, alors que l’appartenance à une amicale d’originaires, ou la participation aux activités de l’Accueil semble plutôt institutionnaliser un statut d’habitant non autochtone.

34D’autres associations, sans fonctionner essentiellement comme des clubs de contacts, facilitent la mise en relation des autochtones et des nouveaux venus de certains milieux sociaux : au club de pétanque, qui concerne surtout les couches moyennes (Calade Pétanque) et au club de tennis privé (Tennis-Club de la Chartonnière) ainsi qu’au club de bridge, qui touchent surtout les classes supérieures, il est facile de lier connaissance avec des inconnus, grâce aux activités festives, grâce aussi à une certaine conception de l’activité sportive ou de loisir. Ainsi pour un des principaux concours de l’année, au club de pétanque, les équipes sont formées « à la mêlée », c’est-à-dire par tirage au sort, pour que les gens fassent connaissance. De même, le club de tennis pratique un système de « bourse aux partenaires » qui permet de rencontrer des inconnus. Le club de bridge organise certains concours dans les locaux et avec les cadres (parisiens) de l’agence caladoise d’une banque parisienne. Un autre exemple, pris en milieu populaire, montre qu’il est de bonne politique de tenir compte de l’existence des non autochtones comme entité culturelle : la section de Villefranche du Parti Communiste prend soin de prévoir dans le programme de sa fête annuelle à la fois un grand concours de boule lyonnaise, jeu local traditionnel, donc jeu des indigènes, et un concours de pétanque, jeu du Midi devenu jeu national, donc jeu pour les gens d’ailleurs.

35Chez beaucoup de personnes d’origine extérieure, subsiste pourtant l’impression d’être ignoré par les autochtones. De là naît souvent le désir de quitter la ville.

DIFFICULTÉS D’INTÉGRATION ET ÉVASION

36Certains habitants de la ville, après vingt-cinq ans de séjour, continuent à déclarer « je ne connais personne ici », affirmation homologue du « je connais tout le monde » de certains autochtones. Plus que des réalités au sens strict, ces deux types de déclarations définissent des positions sociales liées : au manque de confiance en soi de l’étranger répond l’assurance ostentatoire de l’autochtone. Les difficultés d’intégration des étrangers semblent relever de causes diverses suivant les milieux sociaux. Dans la sociabilité des classes populaires, on sait la place prépondérante du réseau familial, et l’importance d’une certaine routine des contacts informels, qui transforme collègues et voisins en amis. Dans ce milieu social, un déracinement est plus tragique, et l’intégration dans un nouveau lieu ne peut se faire que sur un cycle très long, par la reconstitution d’un noyau familial local, et par la lente familiarisation avec un milieu de vie et un voisinage stables. Chez les classes supérieures, le désir d’intégration se fixe souvent sur la reconstitution locale d’un réseau amical. Apparemment le cycle est plus court que dans le cas précédent. Pourtant Il faut savoir ne pas brûler les étapes, et montrer sa bonne volonté à l’égard des autochtones, puisque c’est à eux que l’initiative appartient. Ce mode d’intégration implique assez peu l’intéressé, qui reste extérieur au milieu local. Dans l’un et l’autre cas, c’est la patience qui est demandée à l’individu, même s’il y a une grosse différence d’échelle.

37L’étranger n’arrête jamais d’être sollicité par son autre appartenance même si c’est sur le mode mineur. Tel ouvrier originaire du Beaujolais, mais qui habite dans la ville depuis trente ans, continue à recevoir tous les lundis, le jour du marché, la visite de ses cousins restés à la terre. Celui qui ne va jamais voir un match de football ou de rugby ira assister au match que joue une équipe de sa région d’origine à Villefranche, et recevra à cette occasion des amis ou des parents qui ont fait le déplacement.

38Ceux qui n’arrivent pas à se faire d’amis ou de relations sur place se replient chez eux, tout en rêvant de quitter la ville. S’ils ont maintenu des liens solides avec un lieu d’origine lointain, ils pensent surtout à la retraite ou à une mutation intéressante. Si les liens avec le milieu d’origine sont plus lâches, comme chez beaucoup de cadres et d’employés, le rêve d’un « ailleurs » peut se réaliser concrètement par l’achat d’une maison dans la zone rurale périphérique de Villefranche, ce qui permet de travailler dans la ville et d’utiliser ses services, tout en maintenant une distance plus grande entre soi et ses voisins. Cette évasion hors de la ville peut donc ne pas impliquer la moindre volonté d’enracinement local. Elle marque ici le désir de quant-à-soi de certaines fractions de classes sociales, peu enthousiastes à l’idée de vivre dans une ville ouvrière au voisinage des classes populaires.

« LE VOISIN A COTÉ, JE LUI AI MEME JAMAIS PARLÉ »
– Professeur. 45 ans. Originaire de la Saône-et-Loire :
« M. : De notre part, il y a eu quelques essais, pas délibérés d’ailleurs, de contacts avec des gens de la bonne société caladoise qui nous ont laissés fort déçus, hein ?
F. : Oui, nos enfants étaient au jardin d’enfants quand ils étaient petits. C’était le rendez-vous des personnes bien.
M. : C’était une école maternelle faite d’une façon assez intelligente par une fille (F. : c’était la méthode Montessori…) qui faisait quelque chose d’assez irremplaçable à Villefranche. On avait mis nos enfants là-dedans. Ça nous a permis de côtoyer un monde très bourgeois. Docteurs, avoués, pharmaciens… Aucun contact n’en est sorti… ».
Ouvrier. 38 ans. Depuis 10 ans à Villefranche. Originaire d’un petit village de la Dombes. Femme sans profession, originaire du Beaujolais. Habitent en H.L.M.. 3 enfants.
« M. : En ce moment, je fais des « petits travaux » [non déclarés] avec un frère de ma femme qu’est maçon. Je compte sur son aide pour plus tard parce que j’ai l’intention de déménager de Villefranche. Je voudrais acheter à mon père une maison qu’il a à Villeneuve [dans la Dombes] et la retaper avec mon beau-frère. A 15 kms de Villefranche, ça me semble faisable…
Si je veux quitter Villefranche, c’est que je pense à l’avenir. Si j’avais les moyens pour rester, je resterais. Pour le moment j’ai les gosses. Mais il arrivera un moment quand je rentrerai du boulot, j’aurai rien à faire, tandis que là-bas, je pourrai bricoler, faire mon jardin. Je suis quand même de la campagne.
F. : Là où on va aller, c’est le « désert », à 4 kms du village, dans un hameau, ça me fait un peu peur d’être loin de tout, comme ça. Mais remarquez, ici à Villefranche, le voisin à côté, je lui ai même jamais parlé… ».
Professeur. 53 ans. Originaire de Lyon : « Je connais, par le rugby ou les activités politiques que j’ai eues, énormément de gens qui eux sont nés à Villefranche et ils évoquent souvent dans des conversations des tas de personnes… dont je ne suis pas sûr que je les connais, et ils en donnent des particularités, des choses qu’ils ont faites quand ils étaient ensemble à l’école ou tout de suite après… Y me font voir qu’il y a une part de la vie caladoise à laquelle je n’accèdera jamais, voyez-vous. Je buvais un pot mercredi dernier après l’entraînement des garçons avec l’entraîneur et deux, trois messieurs tous nés à Villefranche, je n’ai pas participé beaucoup à la conversation, parce qu’ils se demandaient ce qu’était devenu un groupe d’amis avec lesquels ils avaient fait des tas de choses dans leur jeunesse. Alors il y a une manière de connaître les gens qui n’est pas la même vous voyez, là je me sentais très étranger… Et pourtant j’ai vécu finalement plus longtemps à Ville franche qu’à Lyon… ».

  • 3 On remarque le même phénomène à Amiens et dans son arrière-pays rural, d’après l’étude de Desrosiè (...)

39Ce désir de quitter la ville existe aussi chez les ouvriers, dont on a noté les liens étroits avec la région proche. Ces derniers désirent surtout se rapprocher du village et de la famille avec lesquels ils n’ont jamais rompu les liens : l’aménagement de maisons anciennes ou la construction de maisons neuves comble ce désir et matérialise également une certaine ascension sociale3. Pour un ouvrier fils d’agriculteur, redevenir rural et propriétaire de sa maison est un signe de réussite.

40La fuite de Villefranche, sous ces deux formes (recherche d’un lieu d’habitation plus isolé ou retour au pays natal) concerne une population importante, puisque 22 % des salariés qui travaillent dans le district de Villefranche viennent tous les jours de l’extérieur de celui-ci. Ceux qui n’arrivent pas à s’intégrer dans la ville choisissent de la quitter, sans regret, et souvent sans cesser de se sentir un peu caladois. Cette population particulière de Caladois hors les murs mériterait une enquête spéciale, difficile à entreprendre : on sentira néanmoins sa présence quand on considérera les activités culturelles ou sportives à Villefranche.

41A côté d’intégrations difficiles, des intégrations plus réussies mettent des nouveaux venus bien enracinés en contact direct (et parfois en rivalité) avec des autochtones.

CALADOIS D’ORIGINE ET CALADOIS D’ADOPTION

42Les Caladois autochtones manifestent un sentiment profond d’appartenance locale, aux deux sens du terme. Ils font partie de Villefranche, de ses rues, de ses réseaux de personnes (toute autre résidence ou appartenance ne peut être que secondaire), et inversement Villefranche, ses associations, ses maisons, ses gens leur appartiennent (et leur doivent un peu des comptes). Il est vrai par exemple que la ville est leur berceau familial : en témoigne l’intensité des relations qu’ils entretiennent avec leur famille, très supérieure à celle des Caladois d’adoption qui ont plus de quinze ans de résidence à Villefranche.

43L’ancienneté des autochtones leur permet d’être en familiarité avec une foule de gens : ils connaissent, et surtout sont connus par de très nombreux, habitants de la ville. Dès qu’ils sortent dans la rue, ils font des « rencontres ». Ils sont connus personnellement par des gens qu’ils ne connaissent pas eux-mêmes, leur famille l’est également ; leur nom, qu’on peut parfois lire sur les monuments aux morts, témoigne aussi de leur origine locale.

44On comprend qu’il « connaisse tout le monde » le bijoutier, descendant d’une famille de bijoutiers qui depuis plus d’un siècle tiennent la même boutique rue Nationale : de père en fils, depuis trois générations, on se transmet le magasin, la clientèle, le nom et même le prénom. De même, dans une famille d’ouvriers nés à Villefranche, comment s’étonner que la femme, dont la mère et neuf frères et sœurs vivent dans la ville, sans compter les ascendants, les cousins, les frères et sœurs du mari, soit presque obligée de sortir en cachette pour éviter de les rencontrer en permanence ? Dans les professions indépendantes, l’attachement à la localité est directement lié à la transmission d’un patrimoine et d’un capital social à usage local. Chez les ouvriers l’autochtonie a un autre sens : le lieu d’origine est la base d’un réseau de solidarité parentale et informelle.

Tableau 15. Dernier contact physique des femmes avec un de leurs ascendants, frères ou sœurs, et ancienneté dans la ville

Tableau 15. Dernier contact physique des femmes avec un de leurs ascendants, frères ou sœurs, et ancienneté dans la ville

45Face à cette appartenance incontestable, aisée et sans faille des autochtones à leur ville, certains Caladois d’adoption (en particulier dans les classes supérieures) se sentent tenus de fournir sans arrêt des signes concrets de leur enracinement, au point de manifester une sorte d’« hyper-appartenance » à la ville. On remarquera ainsi que les étrangers qui ont plus de quinze ans de résidence à Villefranche sont légèrement plus nombreux que les autochtones à être membres et responsables d’associations, qu’ils sont aussi plus nombreux à être propriétaires de leur logement. Ce sont des Caladois d’adoption qui ont été directement à l’origine de l’entreprise de mise en valeur et de sauvegarde du patrimoine architectural du Centre-ville, en faisant éditer un livre et en créant une association de sauvegarde de la vieille ville (la Nef Caladoise). C’est par l’ouvrage d’une Caladoise d’adoption sur l’hôpital de Villefranche que les éditions régionalistes (les Éditions du Cuvier) sont sorties d’un sommeil de vingt ans en 1980. Et c’est un Caladois d’adoption (socialiste représentant l’Union de la Gauche) qui est devenu maire en 1977, battant aux élections municipales un Caladois d’origine représentant la Droite.

46Parmi les autochtones, il faut compter à part ceux qui ont choisi de se fixer à Villefranche. C’est le cas typique des fils de commerçants ou de professions libérales qui sont allés passer quelques années à Lyon pour y faire leurs études, qui auraient pu s’installer ailleurs qu’à Villefranche, qui y ont peut-être pensé parfois, mais ont choisi en définitive de revenir dans leur ville natale. Ces derniers ont une relation plus souple et plus distante, moins exclusive que les autochtones purs avec leur milieu d’origine, un peu à la façon des nouveaux venus des classes supérieures. Ces similitudes d’attitude entre autochtones demeurés Caladois par choix et Caladois cultivés d’origine extérieure suggèrent que l’acquisition de la culture légitime a un effet identique à celui d’un déracinement local, et redouble le sentiment d’isolement de certains Caladois nouveaux venus.

« C’EST UN PETIT PAYS ICI, AVEC SA MENTALITÉ DE PETIT PAYS… »
Ouvrier qualifié. 52 ans. Depuis toujours à Villefranche. Ainsi que sa femme, ouvrière. Beaux-parents, enfants mariés à Villefranche : « L’an dernier, la boîte a fermé. Pendant plus de six mois, j’ai été au chômage. Je viens de retrouver du travail dans ma branche, mais c’est à Firminy, dans la Loire à 80 kms de Villefranche. Alors je vais passer maintenant cinq jours par semaine là-bas. Et je rentrerai les week-ends. Il a jamais été question de déménager. Y a pas de raison que ce qui m’arrive retombe sur ma famille… ».
Cadre supérieur. 33 ans. Né à Villefranche de parents nés à Villefranche. Habite un appartement rue Nationale : « Avant d’emménager dans l’appartement ici, j’aurais croisé dans la rue les gens qui habitent dans la maison qu’on se serait pas dit bonjour, je crois, c’était pas des connaissances. Mais en fait une fois dans la maison je me suis aperçu que tous ces gens-là me connaissaient, indirectement et que je les connaissais indirectement. C’est-à-dire qu’il y a une personne en haut qui ne me connaissait pas, que je ne connaissais pas mais qui avait connu mon oncle… Quand elle a vu le nom sur la boîte, elle s’est dit, « ah mais c’est pas Untel ? ». Une autre personne dont je connaissais, ben je sais plus, dont je connaissais le beau-frère et qui elle-même me connaissait par… des connaissances indirectes. En fait toute la maison connaissait plus ou moins ma famille, et moi aussi plus ou moins… ».
Femme de ménage. 34 ans. Femme de plâtrier-peintre. Tous deux nés à Villefranche. Vivent en H.L.M. à Béligny-est. Parents qui demeurent à Villefranche. 9 des 12 frères et sœurs de la femme et ses beaux-parents résident dans la ville ou à proximité. 4 enfants :
« F. : Moi ça me ferait rien de quitter Villefranche. Je lui casse les pieds pour aller à Lyon, mais il veut pas.
M. : A Lyon, on est vrai prisonniers dans sa maison !
F. : C’est ton point de vue, j’y vois pas comme ça, moi. Moi j’aimerais bien être à Lyon, qu’il y a plein de choses intéressantes à faire et à voir à Lyon. Y a des parcs. Il me semble que j’irais voir des musées, des spectacles. Y a plus de choses que tu peux faire à Lyon qu’à Villefranche. C’est un petit pays ici, avec sa mentalité de petit pays. Dans une [grande] ville, on est anonymes, on est plus libres quoi. Ici les gens s’occupent trop de ce qui les regarde pas. Y a de la médisance.
M. : De toute façon, c’est tous les quartiers pareils : y a des gens qui sont pas faits pour vivre en H.L.M. A Lyon, ça serait pareil.
F. : Moi je m’y plais pas ici, je peux pas m’y voir… ».
Ouvrier de 40 ans. Sa femme de 36 ans sans profession. Tous deux nés à Villefranche. Habitent un vieil appartement rue Nationale. Un enfant.
« F. : Je suis née ici. Tenez, là-bas en face ! Je suis toujours dans le quartier où je suis née, j’ai eu qu’à traverser la rue… Ma mère est retraitée, elle habite à Fontgraine, après la voie ferrée. Elle vient faire ses courses dans le centre, ce qui fait que je la vois tous les jours. D’ailleurs elle mange souvent ici. Je préfère ça, plutôt qu’elle mange seule à son âge… Ça me serait très difficile de quitter Villefranche. Comment vous dire ? J’y ai ma mère, mon frère. Je suis bien logée en plein centre, et j’ai les commerçants tout près. Et puis c’est là que je suis née. Ça me serait très dur de vivre ailleurs. »

47Le travail patient et le zèle avec lequel certains membres des classes moyennes et supérieures tentent de s’intégrer dans cette ville nouvelle pour eux contraste singulièrement avec la précipitation autoritaire du haut fonctionnaire que l’on renouvelle tous les trois ans : le sous-préfet. La stratégie de ce dernier est immuable. Dès sa première apparition publique, alors que la curiosité de la bourgeoisie locale est à son comble, il manifeste ostensiblement sa volonté d’intégration locale alors que tout autre que lui devrait attendre les propositions venant des autochtones. Ainsi une année, la première sortie publique du sous-préfet avait coïncidé avec le concours de boules des amicales de classe ; après qu’on lui eût expliqué que chaque amicale rassemblait les hommes d’un âge donné, il avait demandé : « Qui est mon président ? Je suis de la classe 37 », faisant preuve en l’occurence d’une précipitation excessive. Plus généralement, le sous-préfet tente de convaincre ses interlocuteurs de son intérêt pour la localité et la région en montrant dès le début une connaissance très précise des données de la situation économique locale. A la suite de cette première rencontre avec les notables, il est très rapidement nommé membre d’honneur de nombreuses associations locales, et invité à leurs réunions, banquets ou assemblées générales : assez souvent, il y participe même en personne. Dans les pages locales du journal, on voit tous les jours une photo du haut fonctionnaire en compagnie d’un notable ou d’un autre. Cette intégration à marches forcées est rendue nécessaire par le fait que la sous-préfecture ne joue plus le rôle de centre officiel de la vie sociale qu’elle exerçait au XIXe siècle. Le bal de la sous-préfecture, à la fois bal des débutantes et symbole de l’appartenance à la bonne société locale, n’existe plus. Dépouillé de ses fonctions mondaines, le sous-préfet se doit d’imposer sa présence par d’autres moyens comme un nouveau venu.

L’empressement et l’ostentation de cet étranger sont raillés dans le petit article suivant paru dans le bulletin trimestriel de la section de Villefranche du P.C.F. (La Gargouille, no 1, mai 1979) : « Vous l’avez vu en short, la foulée volontaire ; vous l’avez vu souvent un verre à la main, un ciseau dans l’autre main, ou encore tenant la main d’une personne âgée dans la sienne. Vous l’avez lu aussi car il écrit, sans beaucoup d’élégance ni d’humour, mais dans la haute administration vous savez… Eh ! oui, vous l’avez reconnu notre cher sous-préfet. Comme son supérieur hiérarchique de Matignon, il va au charbon et il occupe sans économie les colonnes des « belles » pages régionales de notre « suave » Progrès. Marchant sur quelque pied, donnant quelque bourrade, il s’impose au photographe qui l’impose au lecteur. De nos jours la tâche de sous-préfet est pénible. Pensez-vous, les gens ont de plus en plus la mauvaise habitude de s’en prendre aux véritables responsables de leurs difficultés : l’État autoritaire giscardien et son représentant. A voir au train où vont les choses, sans doute ne tarderons-nous pas à voir notre sous-préfet escalader, sous le regard moqueur de la Gargouille, le clocher flambant neuf de Notre-Dame-des-Marais, ou descendre la rue Nationale en skateboard ».

***

48Il est tentant d’utiliser comme critère d’explication dans le domaine de la sociabilité la variable « ancienneté locale », si proche de l’expérience vécue. Mais on a vu combien il est dangereux de l’isoler des variables sociales et d’âge : les stratégies, les durées, les enjeux de l’intégration locale d’un ouvrier, d’un sous-préfet, d’un cadre, d’un couple jeune ou d’âge mûr n’ont rien de comparable. Ainsi l’intégration d’un ouvrier n’est effective que lorsqu’il a réussi à reconstituer localement un nouveau réseau familial de base, par exemple quand un de ses enfants, né ou non à Villefranche, s’y est marié, y a eu des enfants (trois générations de la famille coexistent alors dans la ville), tandis que le désir d’intégration des cadres se fixe sur la constitution d’un réseau local d’amis et de relations, et celui du sous-préfet sur une maîtrise rapide des informations socio-politico-économiques pertinentes, qui lui permette de traiter d’égal à égal avec les responsables locaux.

  • 4 Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, 1983, p. 140.

49L’étranger est « un lieu commun de la vie urbaine »4. A ce titre, une petite ville n’est déjà plus un village. « Les habitants les plus éminents de la communauté connaissent et sont connus personnellement seulement par une minorité d’habitants » (4). Les relations qui s’établissent entre les habitants d’une petite ville ne relèvent ni de l’anonymat, ni de l’interconnaissance. Faire partie d’une petite ville, ce n’est pas y connaître beaucoup de gens ; c’est s’intégrer peu à peu dans un réseau d’interconnaissance lâche, partager la connaissance intuitive que les individus ont des groupes et de quelques personnes-symboles, participer à cette science commune du «local», qui constitue un des éléments principaux de l’appartenance subjective à la localité.

50Le fait que certains individus revendiquent hautement leur autochtonie face aux nouveaux venus doit être pris pour ce qu’il est ; la stratégie d’affirmation d’une identité sociale. Ainsi les membres des professions libérales et chefs d’entreprise n’hésitent pas à se prévaloir directement ou indirectement de leur origine locale face à de nouvelles couches supérieures d’origine extérieure, cadres supérieurs et professeurs par exemple, qui menacent leur position de notabilité acquise. A l’inverse, il semble que ce soient les ouvriers fils d’agriculteurs ou de viticulteurs du Beaujolais qui se targuent le plus de leurs origines (extérieures), alors que les ouvriers fils d’ouvriers, nés à Villefranche, ne mettent guère en avant leur autochtonie. Le statut d’indépendant est plus valorisant que celui de salarié, et la réussite économique du vignoble du Beaujolais rehausse l’image que les ouvriers fils de viticulteurs ont d’eux-mêmes, même si c’est leur exode qui a permis la prospérité de ceux qui sont restés à la terre.

51Les profils spatiaux très différents des groupes sociaux sont au fondement d’attitudes aussi opposées que le localisme et la multipolarité. Cette opposition fondamentale explique les variations dans les sentiments d’appartenance à la localité ; elle permet aussi de comprendre ce qui différencie les groupes sociaux dans les manières qu’ils ont de s’approprier les lieux publics d’une petite ville.

Notes

1 A partir des études suivantes : Université de Saint-Étienne, Les villes du Massif Central, publié par le Centre d’Études Foréziennes, et le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur les Structures Régionales, Paris, 1971 (cf. en particulier « L’origine de la population de Saint-Étienne », p. 50-70).
– Yves Babonaux, Villes et régions de la Loire moyenne, Paris, 1966, SAPRI.
– Jean Tranvouez, « Sociologie des petites villes », dans Économie et Humanisme, no 157, nov.-déc. 1954, pp. 63-71.
– Charles Bettelheim et Suzanne Frère, op. cit., Paris, 1950.
– Pierre Clément et Nelly Xydias, op. cit., Paris, 1956.
– Mme Beaujeu-Garnier, La population française, Armand Colin, Paris, 1969.

2 A ce sujet, voir Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848), Paris, Armand Colin, 1978. Voir aussi Pierre-Michel Menger et Dominique Pasquier, « Cercles et réseaux, les clubs de fréquentation et les associations militantes dans la ville de Richemont », Cahiers de l’Observation du Changement Social, volume XVII, Paris, C.N.R.S., 1982, p. 10-59.

3 On remarque le même phénomène à Amiens et dans son arrière-pays rural, d’après l’étude de Desrosières et Gollac, citée à la note 2 de l’Introduction.

4 Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, 1983, p. 140.

Table des illustrations

Titre Tableau 10. Lieu de naissance des habitants (Français) de Villefranche-sur-Saône en 1977
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Carte 3. Taux d’autochtones par quartiers
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 1. Lieux de naissance et catégories sociales des enquêtés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Tableau 11. Lieu de naissance des deux conjoints et catégorie sociale du chef de famille
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 12. Ancienneté de résidence des deux conjoints à Villefranche et catégorie sociale du chef de famille
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 13. Lieu de résidence des ascendants (père ou mère) vivants des conjoints enquêtés et catégories sociale du chef de famille
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tableau 14. Participation masculine à des associations locales et ancienneté dans la ville
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 15. Dernier contact physique des femmes avec un de leurs ascendants, frères ou sœurs, et ancienneté dans la ville
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7658/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search