Version classiqueVersion mobile

Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province

 | 
Michel Bozon

Chapitre premier. Le contexte local : économie, écologie urbaine, groupes sociaux

Texte intégral

  • 1 Ceci était vrai au moment de l’enquête (1975-1980), mais ne l’est déjà plus à la date de la public (...)

1Dernière gare importante sur la grande ligne ferroviaire de Paris à Lyon1, bordée par la Saône et traversée par l’autoroute A 6 dont elle héberge le gigantesque péage, Villefranche-sur-Saône se trouve dans une plaine où la circulation est intense et les communications faciles. Par la route ou le chemin de fer, elle n’est ainsi qu’à vingt minutes de l’agglomération lyonnaise, située à 30 kilomètres au sud. Pourtant, contrairement à d’autres cités aussi proches de Lyon (Givors, Bourgoin, Vienne…), cette petite ville n’est jamais devenue un satellite ou une banlieue éloignée de la métropole.

UNE CERTAINE INDÉPENDANCE, ET SES LIMITES…

2L’autonomie de Villefranche est d’abord administrative : unique sous-préfecture du Rhône, elle dirige un arrondissement de dix cantons. C’est là l’héritage d’une indépendance ancienne. Ville à charte, créée de toutes pièces en 1260 par les sires de Beaujeu, Villefranche est devenue au XVIe siècle, par suite de son développement commercial, capitale de la petite province du Beaujolais, en remplacement de Beaujeu. Au moment de la création, sous la Révolution, du département de Rhône-et-Loire, Villefranche devient chef-lieu d’un district, à l’instar de Saint-Étienne, Feurs et Roanne. Aujourd’hui, l’arrondissement de Villefranche correspond toujours à peu près à l’ancienne province du Beaujolais.

  • 2 Marie-Andrée Prost, La hiérarchie des villes en fonction de leurs activités de commerce et de serv (...)
  • 3 « Villefranche, ville très commerçante », Expansion Beaujolaise, no 26, 3ème trimestre 1978, p. 5- (...)
  • 4 L’agglomération comprend Villefranche et trois communes limitrophes dans le Rhône (Arnas, Gleizé, (...)

3Outre cette autonomie historique, Villefranche jouit d’une autonomie économique, et par conséquent d’une influence qui ne se superpose pas exactement à ses fonctions administratives. Dans une étude économique datant de 19632, M.A. Prost tentait de hiérarchiser les villes en fonction de l’importance de leurs activités tertiaires : l’exemple de la région lyonnaise était plus particulièrement examiné, et Villefranche apparaissait comme la seule ville du Rhône à jouer une fonction de centre secondaire. Contrairement aux centres locaux (Beaujeu, Belleville, Givors, Tarare,…) dont l’influence ne se faisait pas sentir au-delà de leur environnement rural immédiat (soit guère plus d’un canton en général), les services et les commerces de Villefranche touchaient en effet toute une série de cantons au Nord du Rhône, relayant ainsi certains de ces centres locaux (Beaujeu, Belleville). La zone d’influence de Villefranche vers le Sud et l’Ouest semblait en revanche plus réduite, et plusieurs cantons qui font partie de l’arrondissement (Thizy, Tarare, Lamure-sur-Azergues,…) échappaient totalement à son influence. Une étude plus récente sur l’attraction commerciale de la ville réalisée en 1978 pour le compte de la Chambre de Commerce de Villefranche3 montre que cette fonction de centre secondaire s’est maintenue sinon renforcée : le champ géographique de la zone d’influence de Villefranche est en effet à cette date de 9 cantons (6 dans le Rhône, 3 dans l’Ain) et de 88 communes, rassemblant 113.820 personnes, dont 74.000 en dehors de l’agglomération4 ce qui place cette ville au 14e rang des 130 villes les plus attractives de France. Sa zone d’influence ainsi définie correspond au Beaujolais et à une partie de la Dombes (cf. carte).

  • 5 « Caladois » est le nom que portent les habitants de Villefranche d’après le nom (calade) que port (...)
  • 6 « Analyse des migrations de salariés en 1978 », Expansion Beaujolaise, no 29 avril 1979.
  • 7 Le district est l’entité administrative formée par Villefranche et les trois communes limitrophes (...)

4L’autonomie économique de la ville se mesure aussi à sa capacité à fournir des emplois sur place aux salariés qu’elle héberge. Une analyse des migrations journalières des salariés caladois5 réalisée en 1978 pour le même organisme6 montre que seulement 15 % des salariés demeurant dans le district7 de Villefranche travaillent en dehors de celui-ci, dont 5 % dans l’agglomération lyonnaise. En revanche, 22 % des salariés travaillant dans le district sont originaires d’une autre commune. Le solde des emplois est nettement positif : si près d’une agglomération d’un million d’habitants, le fait est exceptionnel. L’attraction de la métropole lyonnaise reste donc assez faible au plan économique.

5Villefranche n’est pas une cité-dortoir. Le degré d’autonomie historico-administrative et d’autonomie économique dont elle jouit lui confère une position intermédiaire dans une hiérarchie fonctionnelle des villes. Si elle exerce une influence incontestable sur une vaste zone rurale et sur un certain nombre de petites villes, elle ne peut néanmoins prétendre à un titre de capitale régionale, en raison de la concentration à Lyon d’un trop grand nombre de fonctions urbaines.

6L’autonomie d’une ville dans le domaine économique et administratif ne garantit pas son autonomie sociale, c’est-à-dire l’existence d’une scène et d’une vitalité locales, de réseaux locaux, d’associations et de phénomènes à base locale. L’autonomie sociale de Villefranche ne peut être supposé a priori, elle doit être prouvée dans les faits. L’étude que nous avons entreprise n’a en fait qu’un objet : vérifier scientifiquement l’impression spontanée qu’il y a bel et bien une vie sociale indépendante à Villefranche, rechercher les fondements sociaux de cette forme d’autonomie locale.

Carte 1. Département du Rhône arrondissement de Villefranche, zone d’attraction commerciale de Villefranche

Carte 1. Département du Rhône arrondissement de Villefranche, zone d’attraction commerciale de Villefranche
  • 8 Ministère de l’Équipement et du Logement (Groupe d’Étude et de Recherches de la Direction de l’Amé (...)

7Le mot d’autonomie a été employé pour marquer que dans certains secteurs essentiels, il y a indépendance relative vis-à-vis de la métropole régionale. Cependant il faut se garder d’hypostasier ce terme, qui ne s’applique pas à tous les domaines de la vie sociale, ni à tous les milieux sociaux. D serait dangereux de croire qu’il résume les rapports de Villefranche avec son environnement. Pour situer plus précisément cette ville dans la constellation urbaine, nous utiliserons une étude sur les villes moyennes de la Direction à l’Aménagement Foncier et à l’Urbanisme parue en 19728. L’étude est intéressante, car, dépassant le critère quantitatif, elle s’efforce de distinguer des types de villes moyennes, en tenant compte de leur mode d’insertion dans l’espace, de leurs relations avec les villes et les campagnes environnantes, de leurs structures sociales et économiques. Cinq situations sont décrites :

« (1) les villes prises dans une conurbation, qu’il s’agisse de villes-banlieues, telles que Versailles ou Saint Germain-en-Laye, ou de villes telles que Longwy ou Armentières…
(2) les villes satellites d’une grande agglomération telles que Mantes, Melun, Vienne, Givors, Elbeuf, dont les problèmes se définissent avant tout par rapport à un puissant voisin (Paris, Lyon, Rouen).
(3) A l’inverse, les villes isolées, c’est-à-dire situées à l’écart de toute influence métropolitaine. Leur raison d’être est, en général, d’assurer les services de tous ordres des régions environnantes : administration, enseignement, commerces, transports, etc. De par leur nature, ces villes se rencontrent surtout dans les régions encore peu urbanisées (Rodez, Auch, Tulle, Draguignan)… C’est au fond, à peu de choses près, la variété de villes moyennes correspondant à l’acception courante du terme, à (…) l’archétype de la ville moyenne.
(4) Entre ces deux extrêmes, se placent des villes fortement marquées par l’ambiguïté de leur situation par rapport à la métropole. Suffisamment éloignées pour que leur destin ne lui soit pas irrémédiablement lié, elles en sont suffisamment proches pour que son influence ne puisse être négligée. C’est le cas de Roanne par rapport à Lyon, d’Arras par rapport à Lille, de Chartres par rapport à Paris, d’Haguenau par rapport à Strasbourg. Leur problème est de définir une vocation propre qui tienne compte de l’existence de cette puissance tutélaire, qu’elle soit jugée bénéfique ou maléfique.
(5) Il existe enfin des villes moyennes qu’il est impossible d’expliquer seulement par une analyse de leurs relations avec l’environnement. A l’origine de ces villes on trouve une raison économique bien particulière et très localisée : villes à vocation touristique (Royan, Les Sables d’Olonne), balnéaire (Vichy, Thonon), militaire (Rochefort), portuaire (Sète), souvent industrielle (Longwy, Montceau-les-Mines, Forbach, Le Creusot, Carmaux, Cluses) » (8).

8Villefranche n’est ni une ville isolée, dont il serait possible de faire la monographie sans jamais parler de Lyon, ni une ville satellite, trop dépendante pour qu’une étude autonome garde un intérêt. Elle fait plutôt partie de ces villes dont la relation avec la métropole proche reste marquée par l’ambiguïté et l’incertitude. Mais c’est le gigantisme lyonnais qui en est la cause, et non pas une insuffisance économique de Villefranche. Le potentiel économique de la ville est en effet impressionnant dans sa diversité.

LE COMMERCE ET L’INDUSTRIE

9A Villefranche, comme dans bien des villes, l’industrie et en premier lieu l’industrie textile est fille du commerce. La ville a commencé par vendre les toiles et les étoffes de chanvre qui étaient fabriquées dans le Beaujolais. Mais très vite, dès le XIVe siècle, le tissage du chanvre se développe dans la ville-même. Au XVIe siècle, le tissage du coton y est introduit, puis la tannerie. Mais c’est au XVIIIe siècle que l’industrie textile prend véritablement pied dans la ville, avec l’apparition de l’indiennerie (fabrication des toiles peintes). Concurrencée par d’autres fabrications, l’indienne disparaît au XIXe siècle. Mais c’est alors un secteur annexe de cette industrie qui se développe, la teinture : employant 500 personnes en 1850, la teinture atteint son point culminant en 1930 avec 1.500 employés puis elle décline irrémédiablement par la suite (600 employés en 1969). Dans l’intervalle vers 1890 une nouvelle spécialité textile, la confection, fait son apparition à Villefranche : spécialisée dans la fabrication du bleu de travail, la confection caladoise emploie 1.200 personnes en 1910, 3.000 en 1930. Une diversification de la production (vêtement de fantaisie, vêtement de sport, vêtement pour enfants, puis jeans) n’empêche pas un certain déclin de la confection à partir de 1960. Le problème est moins celui de l’évolution très rapide des techniques (comme pour la teinture) que de l’adaptation au marché. La question est d’autant plus difficile à résoudre que l’industrie de la confection est dispersée en de nombreuses petites et moyennes entreprises. Le seul secteur textile en expansion relative à Villefranche aujourd’hui est celui de la fabrication du coton hydrophile et des pansements. En 1975, 16 % des salariés du district de Villefranche sont employés dans l’industrie du textile et de l’habillement. Malgré son importance, cette branche industrielle n’exerce donc pas (ou plus) l’emprise qu’elle a gardé dans d’autres villes de la région (Tarare, Bourgoin ou même Vienne), et doit compter aujourd’hui avec la métallurgie.

10L’industrie métallurgique s’est implantée à partir de la fin du XIXe siècle à Villefranche, surtout, dans un premier temps, pour fournir du matériel à l’industrie textile locale, et des machines agricoles au Beaujolais dont les productions (en particulier le vin) commençaient à s’exporter. La région se désenclavait, en effet, grâce à la construction de la voie ferrée du chemin de fer P.L.M. Puis la métallurgie prit son autonomie, tout en se diversifiant : matériel frigorifique, construction électrique et matériel roulant sont aujourd’hui les principaux secteurs d’une branche qui emploie 20 % des salariés demeurant dans le district (en 1975). Entre les deux branches dominantes (textile et métallurgie), et les branches industrielles mineures ou d’implantation plus récente, aucune comparaison n’est vraiment possible : l’industrie alimentaire est représentée par une seule grande entreprise, le bâtiment et les travaux publics sont relativement sous-représentés, ainsi que la chimie, alors que c’est un des secteurs dominants dans la région lyonnaise. Notons par ailleurs l’absence totale d’industries de pointe : Villefranche est une ville d’industrie traditionnelle. Au total, les salariés du secteur secondaire (industrie, bâtiment, transports) représentent, en 1975, 56,9 % de la population active du district de Villefranche, et aucune branche industrielle n’exerce une domination sans partage. La diversité est la règle, ce qui explique que la crise économique soit peut-être ressentie ici un peu moins durement qu’ailleurs.

  • 9 Marie-Andrée Prost, op. cit., p. 177 sq.

11L’activité commerciale de Villefranche s’était résumée jusqu’au XIXe siècle à ses fonctions de marché agricole et de centre du négoce du textile. Vestige de la pemière fonction, le marché du lundi est un symbole de pérennité puissant (puisqu’à Lyon on dit toujours : « ça ne durera pas comme le marché de Villefranche »). Aujourd’hui il ne se déroule plus dans la grande rue de Villefranche, mais dans un bâtiment couvert ; ce n’est plus d’ailleurs qu’un marché d’approvisionnement pour la ville. Mais le lundi est resté le jour où vignerons et ruraux envahissent la ville, et bien peu de commerces ferment ce jour-là dans la rue Nationale. C’est toujours le lundi que se traitent les affaires dans le négoce du vin. Environ 15 % de la production d’une année de beaujolais se négocie à Villefranche. L’importance viticole de la ville tient peut-être davantage au fait qu’elle est le siège de nombreuses organisations professionnelles et de propagande pour le vignoble. Si l’on excepte les bars, hôtels et restaurants, on dénombrait en 1976, 433 établissements commerciaux dans le district de Villefranche, soit 1 pour 91 habitants, ce qui est peu, comparé à des villes de même taille. Dans ce total, les commerces non alimentaires représentent 71 % des établissements, pourcentage élevé caractéristique d’une ville administrative à zone d’influence étendue9. Fin 1976, on dénombrait par ailleurs dans le district de Villefranche, 123 débits de boissons, hôtels et restaurants, soit autant que de commerces alimentaires : ce nombre, qui paraît faible par rapport à d’autres villes de même taille, est en nette diminution. Au total, 40,4 % de la population active de Villefranche est employée dans le secteur tertiaire (services, commerce, administration, télécommunications) : la faiblesse de ce pourcentage est à souligner surtout si on le compare avec la moyenne des villes de 20.000 à 50.000 habitants (50,8 %). C’est le tertiaire public qui fait le plus défaut à Villefranche en raison de la proximité de Lyon. Malgré ses fonctions administratives, en dépit de son attraction commerciale, Villefranche se définit économiquement comme ville industrielle et ouvrière plus que comme ville de commerce et de services, ainsi qu’un examen des chiffres de population le révèle d’ailleurs.

LA POPULATION DE VILLEFRANCHE

12Tout au long du XIXe et du XXe siècles, la population du district de Villefranche n’a augmenté que fort lentement. En 1856, 14.000 habitants, en 1896, 17.000 et en 1911,20.000. Mais seulement 21.000 en 1926, 26.600 en 1954 et 29.800 en 1962. Il aura fallu un siècle pour que la population double. L’évolution des quinze dernières années n’a pas modifié sensiblement ce paysage. L’augmentation plus forte entre 1968 et 1975 semble due pour une bonne part à un afflux de population immigrée, qu’on essaiera d’évaluer. Mais le trait marquant de l’évolution est que la part relative de la population vivant dans Villefranche même a diminué, et que le dynamisme démographique s’est transféré aux communes suburbaines, dont les habitants représentent près d’un quart de la population du district en 1975 (alors qu’ils ne représentaient qu’un sixième en 1962). Le rythme de croissance des communes suburbaines est triple (71,5 %) de celui de Villefranche (23,5 %) pendant la période concernée. La ville est en effet limitée dans sa croissance par sa faible superficie (Villefranche ne couvre que 983 ha, alors que les trois communes suburbaines totalisent 3.323 ha). Cette augmentation vigoureuse de la population n’est pas sans effet sur la répartition sociale de celle-ci entre les diverses communes. Limas, Arnas, Gleizé ne sont pas devenues des banlieues populaires pour salariés modestes rejetés de la ville, bien au contraire. La chute du nombre des agriculteurs, la diminution de la part relative des ouvriers, y sont compensées par un afflux des cadres supérieurs, cadres moyens et employés, dont la proportion double dans les trois communes citées entre 1962 et 1975. Par ailleurs, le nombre des patrons de l’industrie et du commerce y diminue légèrement en proportion, mais beaucoup moins qu’à Villefranche où il baisse en chiffres absolus : tout se passe comme si commerçants et artisans (qui forment l’essentiel de ce groupe social) allaient habiter à la périphérie de Villefranche, eux aussi. Une opposition secondaire s’établit entre Limas (cadres supérieurs et cadres moyens) et Amas (employés et patrons). Face à ses banlieues qui deviennent « résidentielles », la ville en revanche est restée ouvrière. A Villefranche intra muros, l’évolution entre 1962 et 1975 a en effet été plus lente que dans les banlieues : augmentation modeste du nombre des cadres, augmentation plus forte du nombre des employés, diminution relativement légère du nombre des ouvriers.

LA SPÉCIALISATION SOCIALE DES QUARTIERS

13La forte attraction que les banlieues de la ville exercent sur les couches supérieures et moyennes ne doit pas faire oublier que dans Villefranche même les quartiers sont spécialisés socialement.

Tableau 3. Évolution comparée de la population de Villefranche et des communes suburbaines entre 1962 et 1975

Tableau 3. Évolution comparée de la population de Villefranche et des communes suburbaines entre 1962 et 1975

Tableau 4. Évolution de la répartition socio-professionnelle de la population active de Villefranche et des communes suburbaines entre 1962 et 1975

Tableau 4. Évolution de la répartition socio-professionnelle de la population active de Villefranche et des communes suburbaines entre 1962 et 1975

14Le découpage d’une ville en quartiers comporte toujours un enjeu social. Ainsi à Villefranche, comme ailleurs, il n’y a pas accord unanime des habitants sur la délimitation « subjective » des quartiers. La division que l’on propose ici n’a donc qu’une valeur pratique : elle se fonde sur la combinaison d’une série de facteurs d’ordre objectif et ne correspond même pas tout à fait au découpage de l’I.N.S.E.E. Le critère géographique intervient en premier lieu : les grandes séparations spatiales (naturelles ou d’origine humaine) permettent de distinguer des secteurs, aux limites inscrites dans l’espace. A Villefranche, les barrières d’origine humaine comptent plus que les barrières naturelles (cf. carte 2). L’autoroute A 6 qui isole les quartiers de Béligny-est et de Bordelan, la voie ferrée de la ligne Paris-Lyon qui divise Villefranche en deux dans le sens Nord-Sud, tronçonnent brutalement la ville. Le vaste ensemble non habité, formé par les parcs des deux principaux établissements secondaires de Villefranche, et le cimetière municipal, constitue de la même façon, un no man’s land qui isole nettement le quartier des Rousses (au Nord-est) du centre de la ville. En revanche, la rivière du Morgon qui sépare le quartier Fontgraine des quartiers Lamartine et Béligny, ou la colline qui définit le quartier de Belleroche (au Sud-ouest) ne représentent pas de véritables barrières. Au critère géographique, il faut ajouter un critère historique et architectural : les dates et les types de construction principaux permettent de distinguer les quartiers où domine l’habitat ancien et les quartiers neufs, les quartiers pavillonnaires et les quartiers d’immeubles. A Villefranche, les trois quartiers centraux anciens, (Porte de Belleville, Centre, Porte d’Anse), berceau historique de la ville, s’opposent ainsi nettement à tous les autres : ils sont articulés autour d’une immense rue, de ses prolongements au nord et au sud, (rue de Belleville, rue Nationale, rue d’Anse forment une artère de 2,5 kms), et de quelques voies perpendiculaires. Dans les grandes villes, il est possible de définir les quartiers à partir des aires de rayonnement des grandes concentrations commerciales : à Villefranche et dans les petites villes, la localisation des établissements commerciaux permet seulement de distinguer les quartiers centraux commerciaux (qui regroupent, dans la ville étudiée, 72 % des commerces et débits de boissons, ainsi que la quasi-totalité des services) des quartiers périphériques, sous-équipés commercialement, et dont les habitants utilisent l’équipement du centre.

  • 10 Voir à ce sujet : Xavier Debonneuil et Michel Gollac, « Structure sociale des villes », Économie e (...)

15Dans les grandes villes, la multiplicité des quartiers, et le fait que toutes les couches sociales (même les catégories supérieures) forment des groupes non négligeables, en valeur absolue, favorisent une différenciation sociale de l’habitat10 : on distingue assez nettement quartiers bourgeois et quartiers populaires, même si dans les quartiers aisés on trouve toujours une petite proportion de couches populaires. Dans les petites villes, en revanche, de telles distinctions ne sont pas pertinentes.

16L’exemple de Villefranche montre en effet que, dans un tel contexte urbain, le petit nombre des quartiers et la faiblesse numérique des couches supérieures rendent impossible une véritable ségrégation sociale par l’habitat, même si tous les quartiers ne présentent pas un profil social identique. Ainsi le quartier central de Villefranche se distingue-t-il de tous les autres par la proportion plus élevée de commerçants, artisans, industriels, professions libérales qui y ont élu domicile. Cette place privilégiée des professions indépendantes dans le centre ancien de la ville compense seulement l’effacement des couches moyennes et supérieures salariées (employés et cadres) car on compte la même proportion d’ouvriers dans ce quartier que dans l’ensemble de Villefranche. Employés et cadres se trouvent en revanche plus nombreux dans deux quartiers neufs, jouxtant les quartiers du centre, les Rousses (au Nord-ouest) et la Ronze (au Sud-ouest), qui présentent déjà le profil social résidentiel des communes suburbaines : un peu moins d’ouvriers, et un taux relativement moyen de professions indépendantes. Cette différence entre deux types de quartiers « bourgeois », des quartiers anciens plutôt commerçants, et des quartiers neufs plutôt résidentiels (cadres, employés), se retrouve, plus marquée, dans les villes de grande taille.

Carte 2. Limites géographiques des quartiers de Villefranche

Carte 2. Limites géographiques des quartiers de Villefranche

17Tous les autres quartiers sont à dominante populaire : le quartier de Belleroche, grand ensemble de construction récente à la pointe Sud-ouest de Villefranche, ainsi que tous les quartiers situés à l’est de la voie ferrée. Car, à Villefranche comme dans certaines villes américaines ou canadiennes, il existe un mauvais côté de la voie (l’est) et un bon côté de la voie (l’ouest). Dès que, venant du centre (ouest de la voie), on franchit la ligne de chemin de fer, on se retrouve brusquement dans un quartier périphérique (quartier Lamartine ou Fontgraine). C’est la distance sociale, plus que la distance physique, qui crée l’éloignement psychologique. Dans ces quartiers, on rencontre peu de membres des professions indépendantes, les cadres supérieurs sont rares (à l’exception de quelques îlots résidentiels dans le nord de Fontgraine), ouvriers et employés prédominent. Si on pousse encore plus à l’est, et qu’on passe l’autoroute, on aboutit à un des quartiers les plus isolés : formé essentiellement de H.L.M. anciens, Béligny-est est le quartier le plus prolétarien de Villefranche, le plus proche peut-être de l’archétype du quartier ouvrier traditionnel. Il borde un tout petit quartier, encore plus excentré, limitrophe de la Saône, séparé de la ville par des champs cultivés : le hameau de Bordelan est en effet la dernière zone agricole de Villefranche, et quelques dizaines d’agriculteurs y résident encore.

18On constate que la couche sociale la plus uniformément répartie dans l’espace urbain est celle des employés (la proportion variant de 17,6 % à 23,4 % d’un quartier à l’autre), suivie par les ouvriers qu’on retrouve aussi dans tous les secteurs (minimum : 37,9 %, maximum : 60,2 %). En revanche, les variations de taux d’artisans et petits commerçants (de 2,1 % à 10,8 %), de cadres supérieurs (de 1,5 % à 7,4 %), de cadres moyens (de 5,6 % à 15,7 %), de professions libérales (de 0 à 1,5 %) sont beaucoup plus nettes, comme si l’identité sociale de ces couches moins nombreuses était menacée par une dispersion trop grande dans l’espace. Dans une petite ville comme Villefranche, ce sont des variations marginales de proportion qui donnent leurs images de marque aux quartiers. L’effet de domination d’un groupe ne se réduit pas à un effet de volume. Il est des quartiers que les couches moyennes ou supérieures fuient. Il n’en est pas dont les classes populaires soient massivement rejetées. Il faut donc parler de spécialisation sociale des quartiers, plus que d’une véritable ségrégation sociale. Il existe d’ailleurs des logements H.L.M. dans tous les quartiers, et dans le centre où il n’en existait pas, un programme de construction a été engagé par la municipalité de gauche élue en 1977. Au total, en 1975, 39,2 % des logements de Villefranche sont des logements sociaux (52,1 % de ceux construits après 1915). Le mouvement de fuite des couches moyennes et supérieures vers les banlieues de la ville (ainsi que vers la zone rurale) est sans doute à rattacher à la crainte d’une promiscuité sociale rendue inévitable par la proximité des couches populaires et leur nombre. Cette hantise est renforcée par l’existence d’une très importante minorité immigrée à Villefranche.

Tableau 5. Répartition socio-professionnelle de la population dans trois quartiers de Villefranche (un quartier commerçant, un quartier résidentiel, un quartier ouvrier)

Centre-ville

Les Rousses

Béligny-est

Moyenne à Villefranche

%

%

%

%

Professions libérales

1,3

0,5

0

0,6

Industriels, gros commerçants

2,4

1,6

0,6

1,2

Artisans, petits commerçants

10,8

5,3

2,1

5,8

Cadres supérieurs

3,8

7,4

1,5

4,5

Cadres moyens

8,4

15,7

5,6

10,8

Employés

17,6

23,4

19,5

20,6

Ouvriers

48,6

37,9

60,4

48,9

(dont ouvriers spécialisés)

(18,8)

(12,7)

(22,3)

(19,1)

Personnels de service

4,8

6,3

5,5

4,7

LA POPULATION ÉTRANGERE

19L’importance de la population étrangère demeurant à Villefranche est difficile à évaluer. H existe en effet un très gros écart entre les chiffres du recensement de 1975, et les chiffres préfectoraux de la même année (il s’agit des chiffres de la préfecture du Rhône qui délivre les cartes de séjour aux étrangers). Le recensement évalue la population étrangère à 11,4 % de la population totale, et la préfecture du Rhône à 18,5 % au début de 1975. La discordance la plus grande porte sur le nombre d’immigrés algériens (variation du simple au double), alors que les écarts ne sont que de 10 à 20 % pour les populations espagnole, portugaise et italienne. En ce qui concerne le nombre total d’immigrés à Villefranche, on retiendra une évaluation intermédiaire : environ 15 % de la population. C’est une proportion très importante à l’échelle de la France, mais pas exceptionnelle dans la région Rhône-Alpes (à Givors, 25 % de population étrangère en 1975). La proportion d’Européens parmi les étrangers diminue régulièrement : seule l’immigration musulmane progresse (en incluant dans celle-ci une communauté turque substantielle). Trois quartiers de Villefranche sont particulièrement concernés par l’immigration. Dans le quartier du Centre, une importante population musulmane s’est installée dans les logements insalubres des petites rues parallèles à la rue Nationale : une demi-douzaine de cafés algériens ou turcs fonctionnent ainsi dans ce quartier. Menacés par la rénovation, et attirés par la promesse d’appartements plus grands leur permettant de faire venir leur famille, beaucoup d’entre eux ont émigré vers les quartiers périphériques : Béligny (où réside une forte minorité maghrébine) et Belleroche (où un certain équilibre existe entre les nationalités). Dans les communes suburbaines, en revanche, les immigrés sont moins nombreux et plus « européens » «européens» que dans la ville même. Les immigrations européenne et musulmane se distinguent nettement par leur structure familiale. Plus souvent en famille, avec femmes et enfants, les Européens s’intègrent plus facilement. la seconde génération se sent caladoise et peut se marier avec des Français. En revanche, chez les Musulmans, le déséquilibre des sexes est très grand : la majorité des migrants mènent une vie de célibataires, et leur intégration n’en est pas facilitée. Ouvriers dans leur quasi-totalité (les Musulmans étant généralement manœuvres ou ouvriers spécialisés, et les Européens plus souvent ouvriers professionnels), ils sont employés surtout dans le bâtiment (les immigrés représentent 31 % des effectifs de ce secteur) et dans la métallurgie (22 % des effectifs).

20Si l’on examine maintenant l’accroissement de population à Villefranche entre 1968 et 1975, tel que le recensement l’enregistre (+ 15,2 %), on peut dire qu’il est dû pour moitié à la population étrangère : le nombre d’étrangers recensés double (+ 106 %), effet combiné d’un fort mouvement migratoire et d’une forte natalité. La population française a une croissance plus lente (+ 8,3 %), même si cela semble dû moins à une insuffisance démographique qu’à une émigration importante des diplômés et de la main-d’œuvre qualifiée jeune.

Tableau 6 Proportion d’immigrés à Villefranche et dans les communes suburbaines d’après le recensement de 1975

Ville franche

Communes suburbaine

%

%

Immigrés, en %

11,4

6,1

Proportion d’Algériens

43,0

34,0

Proportion d’Italiens

13,0

22,0

Tableau 7. Structure familiale comparée des immigrations musulmane et européenne à Villefranche au début de l’année 1975 d’après les chiffres de la Préfecture du Rhône

Immigration musulmane

Immigration européenne

%

%

Proportion d’hommes adultes

51,2

37,8

Proportion de femmes adultes

9,0

29,0

Proportion d’enfants

39,8

33,2

LA POPULATION ACTIVE

21Si l’on considère maintenant la structure de la population active du district en 1975, on remarque qu’elle reste marquée par le caractère industriel de la ville. On compte plus d’ouvriers, et d’employés, moins de cadres, de professions libérales, d’artisans et de commerçants à Villefranche que dans les villes de 20.000 à 50.000 habitants en général. Le taux de féminisation de l’emploi y est sensiblement plus fort que dans l’ensemble des villes de 20.000 à 50.000 habitants : ce fait est dû au nombre important de femmes qui travaillent comme ouvrières dans le textile. Il est à remarquer qu’alors qu’elle augmentait partout en France, la proportion de femmes dans la population active a baissé à Villefranche entre 1962 et 1975, à la suite de la crise de l’industrie textile. C’est d’ailleurs cette diminution de l’emploi féminin dans l’industrie textile qui est la cause principale de la légère baisse de la proportion des ouvriers dans la population active entre 1962 et 1975, le taux d’ouvriers dans la population active masculine restant par ailleurs à peu près inchangé. Mais même cette permanence est trompeuse puisqu’on a vu qu’elle cache l’afflux d’immigrés qui remplacent les Français aux postes les moins qualifiés, et dans les logements les plus insalubres.

Tableau 8. Structure socio-professionnelle des agglomérations de 20.000 à 50.000 habitants en 1975

Tableau 8. Structure socio-professionnelle des agglomérations de 20.000 à 50.000 habitants en 1975

Tableau 9. Taux de féminisation des catégories de la population active de Villefranche entre 1962 et 1975

Tableau 9. Taux de féminisation des catégories de la population active de Villefranche entre 1962 et 1975

LA POLITIQUE LOCALE

22Ville ouvrière, Villefranche n’a jamais été un bastion du mouvement ouvrier. La faiblesse locale des partis ouvriers va de pair avec un certain dynamisme des syndicats, mais au total, jusqu’en 1977, les ouvriers n’ont pas eu de porte-parole municipal. Un peu comme dans la grande métropole voisine, le radicalisme a joué à Villefranche un rôle de retardateur et de paravent dans le domaine des luttes politiques. Pendant des dizaines d’années, les élections municipales se sont ainsi déroulées sans que soit posé le problème d’un affrontement entre la droite et la gauche. A l’ombre d’Édouard Herriot, Armand Chouffet a été trente ans maire radical de Villefranche, jusqu’en 1958. Son successeur Charles Germain s’affirma d’abord radical, puis centriste, enfin membre de la majorité présidentielle de droite. En 1977, la liste de centre-droit (dont il n’avait pas pris la tête) est battue par une liste d’Union de la Gauche (à direction socialiste). Le nombre d’ouvriers membres du Conseil Municipal est resté très faible (quelques communistes), en tout cas bien inférieur au nombre d’enseignants. Villefranche offre donc un certain nombre de paradoxes. Les ouvriers y sont majoritaires, mais n’ont pas d’existence politique autonome (phénomène sans doute lié aux origines rurales assez proches de ces derniers). C’est une ville ouvrière, qui a la réputation d’être une ville de commerçants, tout en étant représentée au plan municipal par des enseignants. En fait, la construction de l’image de marque d’une ville est déjà un phénomène hé aux réseaux de sociabilité des habitants.

Notes

1 Ceci était vrai au moment de l’enquête (1975-1980), mais ne l’est déjà plus à la date de la publication (1984). Le Train à Grande Vitesse (T.G.V.) n’utilise plus la ligne Paris-Dijon-Lyon. Villefranche-sur-Saône est devenue une gare d’intérêt local.

2 Marie-Andrée Prost, La hiérarchie des villes en fonction de leurs activités de commerce et de service, Paris, Gauthier-Villars, 1965, (cf. en particulier chapitre VIII).

3 « Villefranche, ville très commerçante », Expansion Beaujolaise, no 26, 3ème trimestre 1978, p. 5-6.

4 L’agglomération comprend Villefranche et trois communes limitrophes dans le Rhône (Arnas, Gleizé, Limas). La grande banlieue de Villefranche comprend trois autres communes situées sur la rive gauche de la Saône (Frans, Beauregard et Jassans), et donc dans le département de l’Ain.

5 « Caladois » est le nom que portent les habitants de Villefranche d’après le nom (calade) que portait le parvis dallé de grosses pierres plates de l’église Notre-Dame des Marais.

6 « Analyse des migrations de salariés en 1978 », Expansion Beaujolaise, no 29 avril 1979.

7 Le district est l’entité administrative formée par Villefranche et les trois communes limitrophes situées dans le Rhône.

8 Ministère de l’Équipement et du Logement (Groupe d’Étude et de Recherches de la Direction de l’Aménagement foncier et de l’Urbanisme), Éléments de réflexion sur les villes moyennes, Paris, mai 1972. Voir aussi Joseph Lajugie, Les villes moyennes, Paris, Cujas, 1974.

9 Marie-Andrée Prost, op. cit., p. 177 sq.

10 Voir à ce sujet : Xavier Debonneuil et Michel Gollac, « Structure sociale des villes », Économie et statistique, no 98, mars 1978, pp. 51-65.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Département du Rhône arrondissement de Villefranche, zone d’attraction commerciale de Villefranche
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 3. Évolution comparée de la population de Villefranche et des communes suburbaines entre 1962 et 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau 4. Évolution de la répartition socio-professionnelle de la population active de Villefranche et des communes suburbaines entre 1962 et 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Carte 2. Limites géographiques des quartiers de Villefranche
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau 8. Structure socio-professionnelle des agglomérations de 20.000 à 50.000 habitants en 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7655/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 9. Taux de féminisation des catégories de la population active de Villefranche entre 1962 et 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7655/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search