Version classiqueVersion mobile

Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province

 | 
Michel Bozon

Introduction

Texte intégral

« J’approche d’une petite ville, et je suis déjà sur la hauteur d’où je la découvre. Elle est située à mi-côte ; une rivière baigne ses murs et coule ensuite dans une belle prairie ; elle a une forêt épaisse qui la couvre des vents froids et de l’aquilon. Je la vois sous un jour si favorable que je compte ses tours et ses clochers ; elle me paraît peinte sur le penchant de la colline. Je me récrie et je dis : Quel plaisir de vivre sous un si beau ciel et dans un séjour si délicieux ! – Je descends dans la ville où je n’ai pas couché deux nuits, que je ressemble à ceux qui l’habitent : j’en veux sortir. »
La Bruyère, Les Caractères, chapitre V, « De la société et de la conversation »

LA PETITE VILLE EN QUESTIONS

1Il est commode de penser le monde social par dichotomies : le rural et l’urbain, la tradition et la modernité, l’interconnaissance et l’anonymat, le village et la grande ville, la communauté et l’agrégat… Ces oppositions binaires se sont tellement imprimées dans les esprits qu’on a oublié pendant longtemps qu’une proportion importante de Français ne vivait ni dans des villages, ni dans des métropoles, mais dans des petites villes. Tout naturellement, en l’absence de connaissances véritables sur le style de vie de leurs habitants, on a recouru à des idées toutes faites, et contradictoires. Les petites villes ont été représentées comme des « trous insupportables », lieux de l’ennui et du manque d’imagination, sièges de la France profonde, vieilles cités dont l’essor économique s’est arrêté à un moment de l’Histoire. Balzac a transformé certains de ces présupposés en mythes littéraires : les descriptions qu’il a données d’Issoudun, de Saumur et de Tours ont fixé durablement l’image de la sous-préfecture de province, cancanière et endormie. Ce mythe fonctionne toujours dans une représentation fantasmatique de la société française, qui voit dans la petite ville un concentré d’esprit provincial, de petite-bourgeoisie, d’étroitesse.

2Depuis une dizaine d’années pourtant, un regain d’intérêt s’est manifesté pour ces villes. Les responsables de l’Aménagement du Territoire et de la Planification ont mis l’accent sur leur importance socio-démographique : d’après le recensement de 1975, 18,3 % des Français vivaient dans des agglomérations de 10.000 à 100.000 habitants, soit plus que dans l’agglomération parisienne, et on y comptait une proportion d’ouvriers sensiblement supérieure à la moyenne nationale. Ils ont également noté leur dynamisme économique, la qualité de la vie (et des relations sociales !) qui y règne, et ont incité le gouvernement à soutenir leur développement et les entreprises à s’y installer. Les recherches et les études en tout genre (sociologie, ethnologie, géographie) se sont multipliées sur les villes petites et moyennes. Les élections municipales de 1977 et de 1983 ont fait apparaître l’originalité du comportement et de la vie politiques de ces villes, qui ne peut que s’accroître avec la mise en place de la décentralisation. Tout se passe comme si l’on redécouvrait toute une part de la France, peu habituée à ce qu’on parle d’elle.

3J’ai observé de façon approfondie l’une de ces petites villes, Villefranche-sur-Saône. Travailler sur un seul cas éclaire-t-il sur la réalité d’ensemble des villes petites et moyennes ? Le problème n’est pas celui de l’impossible « représentativité » de la ville retenue, mais de l’utilité même du genre monographique. A quelles questions générales une étude localisée permet-elle de répondre ?

4Il y a apparemment deux façons bien différentes de s’interroger sur les formes que prennent modes de vie et relations interpersonnelles dans les petites villes. On peut penser d’abord que les caractéristiques écologiques du lieu « petite ville » (espace restreint, population relativement faible, isolement) favorisent une sorte d’homogénéisation des modes de vie. U se créerait ainsi un style de comportement micro-urbain, assez neutre socialement, indépendant des contextes locaux spécifiques, et il pourrait être mis en évidence par l’étude comparée d’un assez grand nombre de villes. Certains auteurs pensent au contraire que les modes de vie et les comportements sociaux dans ces villes sont induits soit par des structures et des décisions socio-économiques qui ignorent l’échelon local, soit par les appartenances sociales des individus, soit par leurs appartenances régionales : dans aucune de ces trois interprétations, le local n’apparaît comme dimension explicative nécessaire. On a même l’impression qu’il constitue un écran, encombrant la scène et suscitant de fausses explications. En définitive, ni dans l’approche écologique du milieu micro-urbain, ni dans l’approche par grandes catégories supralocales, la nécessité de prendre une ville donnée pour objet spécifique ne se fait sentir. Une étude contextualisée de petite ville n’est justifiée que si l’on aborde l’inter-réaction du social et du local de manière profondément différente.

LE SOCIAL ET LE LOCAL

  • 1 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève-Paris, Droz, 1972, p. 178.

5Dès le début de ma recherche sur Villefranche-sur-Saône, mon intention était d’observer l’interaction entre les dispositions des agents sociaux (les styles sociaux de comportement) et un contexte local de la pratique sociale ; ce jeu entre les « habitus » et une situation constitue une conjoncture socio-locale. On sait que dans la terminologie du sociologue Pierre Bourdieu, l’habitus est « un système de dispositions durables et transposables qui, intégrant toutes les expériences passées, fonctionne à chaque moment comme une matrice de perceptions, d’appréciations et d’actions »1. En somme, l’habitus se constitue par l’intériorisation de l’histoire sociale de chacun : origine, trajectoire sociale et résidentielle, position sociale présente, perspectives subjectives et objectives d’évolution. Système de dispositions (manières d’être, prédispositions), il peut fonctionner comme élément de structuration du groupe social, élément d’identité lui permettant de se poser en tant que groupe dans les rapports de force symboliques. L’habitus est en somme le principe générateur des conduites des individus et des groupes sociaux.

6Mais s’il y a d’une part des modes de vie, des pratiques sociales, des styles de vie quotidienne relativement fixés, il faut considérer d’autre part l’espace de mise en œuvre des pratiques, la situation particulière et les conditions circonstancielles dans lesquelles les habitus se trouvent inscrits. Dans le cas particulier d’une petite ville, on doit prendre en compte aussi bien la taille de la ville, sa place dans la structure économique nationale, les relations qu’elle entretient avec son environnement rural et urbain, l’écologie urbaine (division entre espaces de production et espaces d’habitation, ségrégation des quartiers), la structure locale des relations entre les groupes sociaux (évolution du rapport numérique entre les divers groupes, luttes sociales, pouvoir municipal…), entre les autochtones et les hétérochtones (Français et étrangers, mais aussi ouvriers locaux et ouvriers fils d’agriculteurs, classes supérieures « du cm » et classes supérieures venues d’ailleurs), entre les classes d’âges également.

7Les pratiques sociales locales ne peuvent être comprises si on les rapporte purement et simplement à des catégories macro-sociologiques et si l’on ignore le poids spécifique des contextes locaux. A considérer ces derniers comme des décors interchangeables et négligeables, on risque de décrire un monde social imaginaire, rigoureusement utopique. Cela ne signifie pas que nous soyons partisan d’une sorte de « culturalisme », d’après lequel des classes de contextes locaux résidentiels seraient génératrices de pratiques sociales données (exemple : le mode de vie des grands ensembles, la culture des petites villes) : dans ce cas, on risque d’oublier que les individus qui peuplent ces lieux ne sont pas des « hommes habitants », mais des groupes d’agents dont les dispositions, les atouts, les histoires incorporées sont extrêmement différenciés. Pour comprendre les modalités de la combinaison des habitus sociaux et du contexte local, et vérifier l’hypothèse selon laquelle cette combinaison se fait peut-être d’une façon particulière dans une petite ville, il est nécessaire de mener une observation approfondie et rigoureuse sur un petit nombre de cas.

LA MONOGRAPHIE DE LOCALITÉ

  • 2 Voici quelques titres de monographies anciennes :
    – Charles Bettelheim et Suzanne Frère, Une ville (...)

8Je n’ai pu mener cette recherche comparative dont je rêvais. Contraint de travailler seul, j’ai préféré approfondir l’étude d’une seule ville, au moyen d’une présence régulière sur le terrain. Avant toute chose, j’ai donc été conduit à examiner les monographies ou les recherches plus générales produites par d’autres sur des petites villes2.

9La monographie de localité (souvent de petites villes) a été un genre florissant dans la sociologie américaine, pendant plusieurs décennies, puis a beaucoup décliné à partir des années 1960. En France, au contraire, les monographies de localités urbaines ont été longtemps tenues en suspicion, une présomption de « localisme » pesant contre les études de ce type. A partir des années 1970, la tendance s’est retournée, et de très nombreuses recherches sur les villes petites et moyennes ont vu le jour. Pendant la période anti-localiste, quelques rares travaux de sociologie urbaine sur les petites villes françaises ont néanmoins été réalisés : ces recherches sur Auxerre, Vienne, Annecy, adoptent une perspective universaliste, cherchant à tout décrire et tout aborder dans un espace donné. Ce désir de description totale est souvent lié au souci de découvrir un microcosme ; réapparaît alors le mythe du petit univers qui, regardé à la loupe, reproduirait la société globale. Dans la réalité, la totalité visée devient souvent une simple énumération hétéroclite. Les monographies produites depuis 1970 notamment celles qui l’ont été dans le cadre de l’Α.Τ.Ρ. « Observation du changement social », rompent avec cette perspective, et se limitent à des champs précis, tels que la sociabilité, les relations sociales locales, le loisir, le système politique ou économique local, l’habitat, etc. Beaucoup de travaux très intéressants ont ainsi été publiés. On est pourtant frappé par le caractère peu cumulatif de ces recherches. On ne voit pas toujours en quoi l’exploration d’un champ particulier enrichit la connaissance d’ensemble du milieu social local. Deux dangers essentiels se présentent. Beaucoup de chercheurs supposent implicitement que toute collectivité territoriale portant un nom, forme un groupe ou une communauté. Or c’est justement ce qui demande à être prouvé dans chaque cas. Un second problème, lié au précédent, vient de ce qu’on est souvent tenté de durcir les limites d’une entité locale, alors que celles-ci varient considérablement selon les champs d’activités et aussi selon les groupes sociaux : le problème des limites de la localité est lui-même un enjeu local et donc un objet de recherche.

10En ce qui concerne la recherche sur Villefranche-sur-Saône, il nous a semblé nécessaire d’aborder l’étude des rapports sociaux dans une petite ville sous un angle unifiant. La description et l’analyse des phénomènes de sociabilité nous ont fourni ce point de vue stratégique sur la réalité locale. En quoi l’observation de ce champ éclaire-t-elle le fonctionnement social d’une petite ville ? Le foisonnement sémantique du terme de sociabilité est tel qu’il est nécessaire de préciser tout de suite en quel sens on l’entend.

LA SOCIABILITÉ

  • 3 Voir à ce propos :
    – Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848), Paris, Arman (...)

11Toute forme de contact entre des individus (rencontres, réseaux d’amis ou de parents, réunions, associations) est généralement considérée comme une manifestation de sociabilité. Mais les avis divergent sur la manière dont il faut interpréter ces comportements3. Pour le sens commun, la sociabilité désigne strictement le trait psychologique qui sépare les individus sociables, agréables à vivre, de ceux qui ne le sont pas : on est renvoyé en ce cas à l’individualité incontournable de chacun. Le terme est rarement utilisé avec cette acception dans les travaux ethnologiques et sociologiques.

  • 4 Voir Raymond Boudon, La logique du social, Paris, Hachette, 1979 [voir en particulier les pages 23 (...)

12Mais il existe une idée philosophique traditionnelle qui a ses prolongements en sociologie : elle fait de la sociabilité une des qualités distinctives de l’homme par rapport à l’animal. L’homme sociable (c’est-à-dire dans cette tradition l’homme par excellence, que certains sociologues baptisent « homo sociologicus »4 se définit avant toute chose par sa capacité, son besoin de frayer avec ses semblables. A cette tradition, se rattachent toutes les descriptions et analyses qui font des phénomènes de sociabilité, implicitement ou explicitement, la résultante d’une interaction entre individus également intéressés et doués pour la fréquentation mutuelle. On aboutit alors à une représentation totalement abstraite de l’univers social et des comportements humains, très éloignée de la moindre observation empirique.

  • 5 Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands (...)

13Contre cette démarche encore très psychologisante, il faut affirmer avec le sociologue Jean Claude Chamboredon que, « les conduites de sociabilité les plus anodines engagent toute la position sociale et tout le rapport aux autres groupes sociaux »5. Reconnaître aux conduites de sociabilité un véritable statut de phénomènes sociaux, c’est comprendre que les pratiques sociables d’un individu, et d’un groupe social forment système, et qu’elles sont profondément inscrites dans les styles quotidiens de vie du groupe, au même titre que les autres systèmes de dispositions intériorisées (pratiques alimentaires, culture politique, mode de consommation, etc.). Elles, s’interprètent en référence et en opposition aux pratiques sociables (aux styles) des autres groupes sociaux. La moindre interaction de sociabilité met ainsi en jeu tout un ensemble de lois sociales, démographiques, sexuelles, historiques ; la sociabilité n’est pas un jeu de société, mais un chapitre des rapports sociaux.

14Encore plus qu’une réalité délimitant un champ distinct (comme le style d’habillement, ou la façon de parler), le terme de sociabilité désigne un point de vue totalisant sur le monde social. En parlant de sociabilité, on suppose qu’il est possible de mettre en évidence ce qui rapproche les modèles de formation et de socialisation des individus, les liens de voisinage, les fonctionnements d’associations, la vie religieuse, les spécificités d’une culture locale, les relations sociales au lieu de travail, un style de vie politique, les relations avec la parenté. Il devient possible d’intégrer des disciplines qu’une conception artificielle de la sociologie sépare (sociologie des associations, de la religion, du travail…). Il importe donc de ne pas trop forcer l’opposition classique entre sociabilité formelle et sociabilité informelle : la sociabilité formelle n’est pas différente d’essence des autres formes de sociabilité.

15On pressent en quoi les phénomènes de sociabilité représentent un point de vue stratégique pour l’étude d’une petite ville. C’est bien en effet le contact quotidien, la coexistence et la cohabitation de groupes et d’individus très différents socialement, la confrontation de styles d’être en-société opposés qui définissent sociologiquement la situation des groupes sociaux dans une petite ville.

  • 6 Alain Girard, Le choix du conjoint, une enquête psychosociologique en France, Paris, P.U.F., I.N.E (...)

16Dans cette recherche sur Villefranche-sur-Saône, nous avons limité notre objet à la sociabilité hors-travail. C’est la forme de sociabilité qui, dans l’appréhension qu’en ont les intéressés, est la moins contrainte, et qui n’obéit apparemment qu’à des goûts fortuits et à la libre détermination des volontés individuelles, tout comme le choix du conjoint6. Or on sait que l’absence de toute règle explicite et contraignante dans le « marché matrimonial » va de pair avec une forte homogamie : on épouse généralement un individu de même milieu que soi. Qu’en est-il alors dans le domaine de la sociabilité hors-travail ? Quelle est la logique sociale de toutes ces activités de relation « libre » ? Le contact fréquent entre groupes sociaux et la confrontation de leurs habitus ont-ils pour effet d’accentuer ou au contraire de réduire les différences et les conflits qui les séparent ? On peut spécifier la question pour les classes populaires. Soit le style de sociabilité des classes populaires tend à se dissoudre dans celui d’un autre groupe social dominant localement ; soit il existe des pratiques de sociabilité populaires spécifiques qui définissent au pire un ghetto, au mieux un espace de vie relativement autonome ; soit le style populaire local peut influencer le mode de vie de certaines fractions des classes moyennes ou supérieures. La recherche que nous menons sur Villefranche-sur-Saône aborde également certains problèmes généraux concernant les petites villes. Existe-t-il des phénomènes sociaux propres à ces dernières ? Est-il possible de définir le mode de connaissance que les habitants d’une petite ville ont les uns des autres ?

17Pour aborder de telles interrogations, une véritable observation ethnographique de la ville et de ses habitants s’impose ; mais elle ne peut être séparée de méthodes d’objectivation statistiques.

MÉTHODES DE RECHERCHE EN ETHNOLOGIE URBAINE

18Cette étude se veut un essai d’histoire au présent de Villefranche-sur-Saône, pendant la période 1975-1980.

19Sur une période de cinq années, la durée totale de mes séjours sur le terrain n’a pas excédé six mois, répartis en petites périodes fractionnées de dix ou quinze jours. Ma présence à Villefranche a donc été courte et n’a jamais revêtu le caractère prolongé et continu du séjour de l’ethnologue sur le terrain. Ainsi mon travail a plutôt acquis l’aspect insistant et répétitif d’un va-et-vient physique et théorique entre le terrain et Paris où j’habitais à l’époque. Les retours à Paris correspondaient à des phases d’abstraction, les départs pour Villefranche à la mise au feu des hypothèses laborieusement construites. A l’exception d’un seul moment de mon travail (l’enquête par questionnaire, qui est présentée plus bas), j’ai toujours travaillé seul. Il n’y avait nulle raison théorique à cet état de choses, dû à une absence de moyens financiers. Les inconvénients furent certains : la vérification et la collecte des données furent rendues plus difficiles, les hypothèses plus laborieuses et plus incertaines. Mais la suppression de toute division du travail avait aussi ses avantages, me permettant notamment la pratique concrète d’une ethnologie totale.

20J’ai essayé de jouer au maximum de la possibilité de faire varier les points de vue sur un même objet. Dans un cadre monographique, ce n’est pas l’accumulation de données qui est déterminante, mais le jeu critique qu’on arrive à instaurer entre des sources diverses. Chacune de mes enquêtes avait ainsi son pendant dans une investigation d’un autre ordre sur le même sujet. Ainsi l’enquête par questionnaire auprès de 290 ménages, effectuée à la suite d’une pré-enquête approfondie, a été complétée d’une série d’entretiens semi-directifs auprès de certains de ces mêmes ménages. Les nombreuses enquêtes quantitatives ponctuelles que j’ai menées (sur la composition sociale précise de telle association, sur les adhérents de la section communiste, sur le fichier des enfants inscrits à l’École de Musique Municipale, sur les membres d’un club de jeunes périphérique, etc…) étaient jumelées avec des enquêtes in situ, avec observation participante (déroulement d’une réunion de la même association, fête de la section communiste de Villefranche, audition de l’École de Musique au théâtre, soirée dansante au club de jeunes, etc…). Le dépouillement de la presse locale, quotidienne, hebdomadaire, trimestrielle, et irrégulière (bulletins municipaux, bulletins d’associations, tracts et journaux politiques…) et des brochures d’information déjà existantes (sur la vie culturelle dans la ville, sur la population immigrée) s’est avéré également indispensable, en particulier dans une petite ville, où rien n’est lu avec autant d’attention que la page locale du quotidien. Certains des thèmes que j’ai étudiés ont été abordés sous cinq éclairages différents : ainsi les cafés ont fait à la fois l’objet de questions dans les enquêtes par questionnaires et par entretiens semi-directifs (sur leur fréquentation), d’une recherche statistique (sur les établissements), d’une enquête par observation participante (sur les habitués et les histoires de café), d’informations diverses dans la presse.

21Le dispositif général de recherche comprend cinq moments essentiels.

. L’enquête par questionnaire auprès des ménages

22Le questionnaire comportait des questions sur les relations des ménages avec leur parenté, mais aussi sur les réseaux informels et les associations dont les individus faisaient partie. L’enquête a été réalisée en une semaine, en février 1978, par huit enquêteurs placés sous ma direction ; j’ai moi-même fait passer environ 15 % des questionnaires. L’enquête portait sur les individus adultes d’âge actif (20 à 65 ans). Un échantillon aléatoire a été constitué à partir des listes électorales. En raison des phénomènes de non-inscription sur les listes électorales, des difficultés qu’ont eues les enquêteurs à trouver les gens chez eux, et de nombreux refus de répondre, l’échantillon définitif (290 ménages) n’est pas représentatif de la population caladoise. On remarque ainsi que l’enquête a sélectionné « naturellement » les couches moyennes et supérieures de la population, et réduit le poids des couches populaires. En outre, si l’on considère les âges des personnes interrogées, on remarque que la tranche la plus jeune est nettement sous-représentée tandis que le groupe de ceux qui ont entre cinquante et cinquante-neuf ans est en revanche sur-représenté. Pour l’exploitation des données, on n’a pas repondéré les résultats, en considérant qu’il suffisait de ne pas donner de nombres globaux et de se contenter de comparer entre elles les pratiques des divers groupes. L’intérêt de cette enquête a été fortement accru par le fait qu’il a été possible d’articuler ses données avec d’autres résultats, obtenus selon des modalités différentes.

. Les entretiens semi-directifs

23Les 51 entretiens que j’ai réalisés à Villefranche (sans compter une dizaine d’entretiens brefs) sont de deux types. Dans 23 cas, il s’agissait d’entretiens sur des thèmes abordés par le questionnaire (relations familiales et amicales, connaissances, loisirs), et avec des individus déjà interrogés pour l’enquête statistique. Le reste du temps (28 cas), il s’agissait d’entretiens ponctuels, mais approfondis, sur un aspect des activités de l’intéressé : un patron de café sur son établissement, un gardien d’immeuble sur son quartier, et surtout beaucoup de responsables d’associations ou d’institutions sur le fonctionnement de ces dernières.

. Les enquêtes ponctuelles quantitatives

24J’ai réalisé de très nombreuses études ponctuelles, qui m’ont essentiellement aidé à donner une définition sociologique précise de groupes formels ou informels mal conus. J’ai pu ainsi exploiter des fichiers tenus par des institutions locales : fichier des associations à la sous-préfecture, fichier des parents des élèves inscrits à l’École de Musique Municipale, fichier des personnes participant aux activités d’une maison de quartier. Certaines recherches ont été faites par des responsables d’associations, qui ont bien voulu entreprendre pour moi la sociologie de leur groupe, après enquête auprès des adhérents. Par ailleurs, il m’est arrivé de constituer moi-même des données sur le terrain : par exemple à l’occasion d’un match de rugby, je suis passé parmi les rangs des spectateurs en posant à un assistant sur huit environ quelques questions destinées à le situer sociologiquement. Enfin, je n’ai pas négligé toutes les enquêtes déjà existantes, réalisées par les services municipaux ou ceux de la Chambre de Commerce. J’ai découvert ainsi de bonnes études sur le public du théâtre municipal, ou sur la population immigrée de Villefranche. L’ensemble de ces enquêtes ponctuelles fournit la toile de fond indispensable pour interpréter des données issues de l’observation directe.

Tableau 1. Ménages de la population de Villefranche et ménages de l’échantillon enquêté d’après la catégorie socio-professionnelle du chef de famille

Population de Villefranche

Échantillon de l’enquête

%

%

Ouvriers

50,6

36,7

Employés

15,2

15,6

Cadres moyens

11,4

18,1

Cadres supérieurs

6,2

11,2

Professions libérales

0,9

4,0

Artisans, petits commerçants

7,0

11,2

Industriels, gros commerçants

1,6

2,9

Tableau 2. Population de Villefranche âgée de 20 à 65 ans et échantillon enquêté, répartis par tranches d’âge

Population de Villefranche

Échantillon de l’enquête

%

%

20-29 ans

33,9

17,0

30- 39 ans

21,2

21,0

40-49 ans

20,3

25,2

50-59 ans

16,5

28,8

60-64 ans

8,1

8,3

. L’observation participante

25J’ai pu observer des occasions de sociabilité extrêmement diverses. La fluidité de la vie sociale en milieu urbain permet, dans la plupart des cas, de passer pour un acteur ou un spectateur ordinaire ; c’est seulement dans certains groupes plus fermés qu’un observateur extérieur est vraiment tenu de justifier sa présence. Je me suis intéressé aux lieux publics (cafés, stade, théâtre, rue, etc.) et aux rapports qui s’y établissent entre les gens. J’ai observé directement de nombreuses réunions et activités d’associations : une séance de l’Académie, des parties de boules, des réunions du club cyclotouriste, d’amicales de conscrits, etc. J’ai participé à des fêtes et à des événements locaux : la fête foraine, la fête du Parti Communiste, la Fête des Conscrits, des banquets, des cérémonies officielles, la quinzaine commerciale, un salon de peinture, une battue de chasse, un concours de belote… Dans toutes les situations que je viens de mentionner, il y a des individus qui sont rassemblés, qui se rencontrent, qui agissent ou qui réagissent les uns sur les autres : il s’agit donc de phénomènes d’interaction sociale. Pour la description de ces événements, mon attention s’est porté sur les rapports entre individus et entre groupes, et sur les facteurs de différenciation et d’homogénéisation sociale. Dans chaque situation, j’ai relevé les gestes, les propos échangés, les interpellations, les niveaux de langues, les clans, les groupes qui se font et qui se défont, les sujets de conversations, les micro-activités, les différents degrés de-participation active et passive. Mais cette attention minutieuse aux échanges et aux différences ne permet pas toujours de faire apparaître le sens d’une interaction. Dans toute interaction, particulièrement en milieu urbain, il y a une part d’implicite social et de flou. L’observation participante n’est vraiment féconde que combinée avec d’autres méthodes.

. Le dépouillement de la presse locale

26Une partie importante du travail de collecte des données a consisté dans le dépouillement des journaux, des revues et du matériel documentaire local. Il s’agissait d’une part d’avoir un répertoire de toutes les informations définissant officiellement la « vie locale » et d’autre part de réunir toutes les études écrites sur la ville et la région.

***

27Le propos de ce livre n’est pas de rassembler toutes les informations possibles sur la vie sociale dans une petite ville. L’objectif est plutôt de décrire et d’analyser les processus essentiels à travers lesquels s’affirme l’identité des groupes sociaux qui coexistent dans une petite ville. On dit souvent à juste titre que les ouvriers des petites villes ne sont pas des ouvriers comme les autres, ou que les classes supérieures des villes de province ne sont pas les classes supérieures parisiennes. On explique généralement cette divergence par des différences dans l’origine sociale des groupes ; ici on décrira plutôt ces singularités « provinciales » sous l’angle de leurs manifestations concrètes.

28La logique de ce travail est celle d’un approfondissement graduel, même si chaque partie conserve son autonomie. Dans le premier chapitre, est présenté le contexte local de Villefranche-sur-Saône. Le deuxième chapitre envisage les différences entre nouveaux arrivants et autochtones dans l’appréhension de la ville et de ses réseaux de sociabilité. En troisième lieu, on analyse la façon dont les lieux publics sont appropriés par les groupes sociaux. Le quatrième chapitre aborde les formes quotidiennes de la sociabilité et le cinquième, la sociabilité festive. Le sixième chapitre traite des associations, et du capital social qui s’y accumule. Le dernier chapitre étudie la mise en scène de la distance sociale dans une petite ville.

***

Notes

1 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève-Paris, Droz, 1972, p. 178.

2 Voici quelques titres de monographies anciennes :
– Charles Bettelheim et Suzanne Frère, Une ville française moyenne, Auxerre en 1950, Paris, Armand Colin, 1950.
– Pierre Clément et Nelly Xydias, Vienne sur le Rhône : la ville et ses habitants, situations et attitudes. Sociologie d’une cité française, Paris, Armand Colin. 1955.
– Joffre Dumazedier et Aline Ripert, Loisir et culture, Paris, Seuil, 1966 [Description des loisirs et des associations à Annecy].
Parmi les monographies françaises récentes :
– Guy Barbichon et Patrick Prado, « Territoires de relations, territoires d’identité » dans Cahiers de l’Observation du Changement Social (O.C.S.), volume VIII, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1982, p. 365482 [Un grand ensemble à Lorient].
– Robert Cabanes, « Socialité publique et identité à Limoux » dans Cahiers de l’O.C.S., volume VIII, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1982, p. 9-362.
– Alain Desrosières et Michel Gollac, « Trajectoires ouvrières, systèmes d’emplois et comportements sociaux », Économie et Statistique, no 147, septembre 1982, p. 43-66. [Étude totale sur une génération d’hommes de la ville d’Amiens].
– Michel Pinçon, Cohabiter. Groupes sociaux et modes de vie dans une cité H.L.M., Paris, Plan Construction, 1982.
– François Portet, « Systèmes associatifs et localité : l’exemple du Creusot », dans Cahiers de l’O.C.S., volume XI, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1982, p. 171-249.
– « Sociologie du « local » et « relocalisation » du social ». Thème d’un numéro spécial de Sociologie du travail, no 2, avril-mai-juin 1983, 25ème année (Bonne bibliographie de Sophie Thiévant sur « Les études de communauté et la ville »).
Parmi les travaux plus généraux se rapportant aux villes petites ou moyennes : - Jean-Paul Laborie, Les Petites Villes, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1979.
– Bernard Kayser (sous la direction de), Petites villes et pays dans l’aménagement rural, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1979.

3 Voir à ce propos :
– Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848), Paris, Armand Colin, 1977 [voir en particulier l’introduction qui étudie la notion de sociabilité].
– Yannick Lemel et Catherine Paradeise, La sociabilité, Paris, I.N.S.E.E., 1976.
– Odile Benoit-Guilbot, Sociabilité : résultats acquis et propositions pour une problématique, 20 p., multigraphié, déc. 1978.
– Rémi Ponton, « Une histoire des sociabilités politiques », Annales E.S.C., no 6, novembre-décembre 1980, pp. 1269-1280.
– Michel Bozon, « Quelques emplois du concept de sociabilité », Cahiers Universitaires de la Recherche Urbaine, no 4, 1978, pp. 87-88.

4 Voir Raymond Boudon, La logique du social, Paris, Hachette, 1979 [voir en particulier les pages 236 et suivantes qui développent le thème de l’homo sociologicus].

5 Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue Française de Sociologie, XI, 1, janvier-mars 1970, p. 3-33 (citation p. 13).

6 Alain Girard, Le choix du conjoint, une enquête psychosociologique en France, Paris, P.U.F., I.N.E.D., Collection « Travaux et documents », no 70, 1974.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search