Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Ciel des Fouriéristes

 | 
Michel Nathan

Chapitre premier. La parodie

Texte intégral

« Il fallut se préparer à la guerre et faire son plan de défense qui, je le répète, fut de publier la parodie avant la pièce, et présenter la perle enduite de boue, c’est-à-dire des aperçus choquants et disposés contradictoirement aux règles. Je débutai donc par des détails gigantesques sur la cosmogonie. »
Charles Fourier
L’Inventeur et son siècle (manuscrit publié par La Phalange en 1849 )

1. La découverte

1Pour Charles Fourier, l’homme n’a commis qu’une seule faute : celle d’avoir écouté trop longtemps prêtres, philosophes et législateurs. Il ne peut se racheter que d’une seule façon, en rompant avec eux pour ouvrir le « grand livre de la Nature ». Exploitant efficacement le globe que Dieu a mis à sa disposition, se livrant aux passions sans en réprimer aucune, il sera l’artisan de son propre bonheur.

  • 1 Sauf indication contraire, je me réfère à l’édition des œuvres de Fourier publiée par Simone Debou (...)

2Le bonheur est contagieux. Un homme heureux rend la nature heureuse : la terre devient féconde, le paysage attrayant, le climat s’adoucit, plantes et bêtes venimeuses disparaissent, les glaces des pôles fondent et notre planète retrouve sa place dans l’harmonie universelle. Les âmes des défunts qui vivent près de nous sont réconfortées et pour peu que tous les habitants de tous les astres agissent ainsi, c’est le bonheur absolu partout. Dieu le souhaite, mais il supporte très bien le chaos sur quelques astres bouffons, car il a le sens du comique1.

3Suivre la nature ne suffit pas : le bonheur promis par Fourier n’est pas celui du bon sauvage. C’est une satisfaction de tous les désirs, particulièrement celui de l’abondance, du luxe, du superflu. Pas d’ascétisme surtout. La nature est bonne, mais il faut savoir la solliciter. De même, les passions humaines sont bonnes, mais il faut qu’une organisation sociale minutieusement réglée concourt à l’épanouissement de chacune.

4Si nous souffrons, les morts souffrent aussi. Il est très important de réaliser le bonheur sur la terre : pas question d’être heureux dans l’autre monde si on ne l’est pas dans celui-ci. Et la douleur n’est pas rédemptrice : c’est le signe d’une déviation, d’une erreur qu’il faut corriger jusqu’à ce qu’on sache, par le plaisir, qu’on est sur la bonne voie. Les astres sont habités. Mais pas par des êtres qui expient. Ils le sont par de bons ou de mauvais gérants qui en font des enfers ou des lieux de délices.

5Fourier est aussi implacable à l’égard de l’imaginaire de ses contemporains qu’il l’est à l’égard de leurs institutions. Ce qu’ils pensent de l’autre monde est à l’image de ce qu’ils espèrent dans celui-ci : culpabilisateur et mesquin. Lui-même promet des jouissances à faire pâlir les inventeurs de paradis. Et ce ne sont pas de vagues promesses puisque sont proposées les bases d’une science nouvelle dont on n’aura plus qu’à faire l’application.

6La découverte de Fourier est d’une simplicité telle qu’il faut bien que les esprits — pour ne l’avoir pas déjà mis en pratique — aient été aveuglés par des générations de prêtres, de monarques, de prétendus savants et de prétendus philosophes. La pratique du doute et de l’écart absolu réduit à quelques principes fondamentaux les lois qui régissent l’univers, ce foisonnement de vie et de passions qui nous entoure. Quelques réflexions, fruit du simple bon sens, devraient suffire à confondre ceux qui font profession d’humilier l’homme en le maintenant dans l’ignorance. Alors viendra le temps où sera levé le « voile d’airain » qui cache encore la nature. Et chacun devenu transparent pour l’autre vivra heureux dans un espace infini, organisé et sans mystère.

7Mais la tâche à accomplir reste immense : si les principes qui régissent l’univers sont simples, leur application minutieuse pose des problèmes. De l’infiniment petit à l’infiniment grand, les éléments épars dans lesquels nous vivons sont interdépendants les uns des autres. Fourier montre comment s’organise l’ensemble en rendant compte de la place du moindre détail, qu’il traite du mouvement des astres, des mœurs d’Otahiti ou de la planète Herschel, de la température des mers, des raves et des choux-fleurs, de la fidélité conjugale ou de l’édification du phalanstère. Et pour ce faire, il trace les grandes lignes d’une théorie, laissant avec superbe, aux savants de la postérité, le soin de poursuivre son œuvre. Ou bien, il s’attarde à un minuscule aspect de son vaste système sans qu’on sache bien si la pléthore de détails dont il se grise est la démonstration d’une théorie ou la radicalisation d’une hypothèse. On assiste ainsi à une curieuse juxtaposition de propos euphoriques, de développements laborieux dans lesquels est imputée à chaque chose une place et de prodigieuses improvisations cocasses et hautaines. Le tout écrit avec une suffisance tranquille, interrompue de déclarations péremptoires (« Moi seul j’aurai confondu vingt siècles d’imbécillité ») ou démentie par des aveux d’humilité qui seraient pathétiques s’ils n’étaient suivis d’explosions de triomphe.

8Quelle est donc cette découverte qui doit délivrer le genre humain du chaos et lui procurer des plaisirs dont il ne soupçonne même pas l’existence ? La clé de toutes les sciences : « le calcul analytique et synthétique des attractions et répulsions passionnées ».

9Newton a entamé l’étude du mouvement universel par la dernière et la moins importante des cinq branches, la matérielle. Ce faisant, il a « pris le roman par la queue » (II-33) et son succès partiel n’a point stimulé à l’exploration des mystères de la nature géomètres et physiciens. Newton a « maladroitement abandonné le champ de bataille après un premier succès » (XI-302). Pour ôter à la nature son voile de gaze (et non d’airain) il aurait dû étendre les lois de l’attraction à toutes les branches du mouvement, en particulier à celui qui règle les sociétés humaines.

10L’attraction est « l’agent universel de la nature », « son interprète auprès des âmes et des corps » (II-294). Elle est entre les mains de Dieu « baguette enchantée » qui « lui fait obtenir par amorce d’amour et de plaisir » ce que l’homme ne sait obtenir que par la violence. Elle transforme en jouissances les fonctions les plus répugnantes (III-246). Si Dieu ne possédait pas le levier de l’attraction, il serait obligé de recourir à la contrainte et de

« créer dans le firmament des planètes colossales qui heurteraient les plus faibles, pour les contenir et les faire cheminer en orbite. Il en serait de même sur la terre où Dieu serait obligé de créer des hommes d’espèces et de taille monstrueuses, des minotaures, sphinx, géants, briarées, centaures, sirènes, etc., pour forcer les hommes à exercer l’industrie et adapter tel régime voulu par Dieu » (III-296).

11Charles Fourier qui a proposé des solutions pour remplacer la contrainte par le plaisir en se fondant sur le principe de l’attraction peut légitimement aspirer au titre de « continuateur de Newton » (XI-616).

12Ce que Newton a dit de la gravitation universelle peut être dit de tous les phénomènes matériels et spirituels. La matière se modifie selon des règles mathématiques qui rendent compte des attractions des animaux, des végétaux, des astres et des hommes. Ils sont mus par des passions qui toutes doivent être assouvies puisqu’elles sont manifestations de la volonté divine. « Les attractions sont proportionnelles aux destinées » lit-on sur la tombe du Maître, dans toutes ses œuvres et dans celles de ses disciples. Le renne destiné à vivre dans les glaces n’est pas attiré par les prés fleuris. Dieu n’a pas donné au bœuf condamné à la boucherie la faculté de réfléchir sur la mort.

« Si Dieu distribue l’attraction avec économie, il n’en doit donner à chaque être que le nécessaire, en juste proportion avec les destinées : la justesse exige que la dose d’attraction soit inférieure aux biens qui nous sont réservés, qu’elle soit en degré d’infra-destin afin de nous ménager le charme d’une surabondance de biens. (III-312).

13Si le désordre et le mal existent, c’est que l’attraction est contrariée, les passions détournées de leur objet. Il faut trouver ce qui fait obstacle à leur épanouissement, le détourner à son tour pour que le mécanisme se remette à fonctionner normalement. Ce n’est ni un retour à l’âge d’or ni une aspiration à un paradis qui existe dans l’au-delà. Bien des aspects de la création sont susceptibles de développement. Dieu a laissé à ses créatures le privilège de compléter son œuvre.

14Tout va s’expliquer par l’attraction et l’analogie. Fourier s’y attache, mais comme une vie entière ne suffirait pas pour tirer les conséquences d’une telle découverte, il borne ses investigations aux problèmes sociaux. Non par modestie, avec la patience résignée de celui qui vient apporter sa pierre à une œuvre commune dont la postérité recueillera les fruits. Mais avec la certitude qu’il suffira de donner l’exemple en exploitant convenablement un lopin de terre pour que, par un effet de boule de neige, tous les éléments de l’univers se remettent en place. D’un phalanstère à l’autre, la Terre entière sera cultivée. Elle se redressera sur son axe, redeviendra attrayante, retrouvera sa couronne boréale. Le Soleil guérira. Et ce ne seront plus des arômes viciés que s’échangeront les astres, mais des arômes d’où naîtront des fruits, des fleurs et des bêtes fabuleuses.

2. « La parodie avant la pièce

15Traiter une question c’est traiter toutes les questions parce que « tout est lié dans l’univers ». Ce qui est dit des sociétés peut être dit des astres et inversement. Fourier choisit de parler des hommes sans renoncer pour autant à parler de cosmogonie. Entre les deux sujets s’instaurent des rapports curieux : au lieu que l’un soit le ressassement de l’autre, il lui sert de paravent.

16L’inventeur, pour présenter sa découverte, refuse de manier l’encensoir. Il sait qu’il va heurter tout le monde, et le lecteur de bonne foi qui ne saurait croire au bonheur si proche, et les critiques malveillants. Pour rassurer les uns il ne promet qu’un demi-bonheur sur cette Terre, situant le bonheur absolu très loin, à Otahiti ou sur la planète Herschel. Pour confondre les autres, il se livre avec une intense jubilation aux provocations les plus grandioses. Sans preuves ni méthodes, il donne de sa cosmogonie des aperçus inconcevables et en promet de plus gigantesques encore. Le tout « fardé d’un ton grivois ». Par une « ruse de confessionnal », il fait passer « le gros péché à travers les petits ». Les zoïles devraient tomber dans le piège, ridiculiser les aspects volontairement surprenants de la cosmogonie et ne rien dire de l’essentiel. Le message serait délivré, les « beaux esprits » bafoués. La cosmogonie aurait pu tout aussi bien être exposée sérieusement et, par une subtile manœuvre de diversion, être accompagnée d’éléments de théorie sociale sans contexte ni explications pour exciter la hargne des fâcheux.

17C’est donc conformément à un plan de défense soigneusement élaboré que Fourier publie des textes comme la Théorie des quatre mouvements, « parodie avant la pièce » « livre d’une bizarrerie étudiée », conçu pour sonder les préjugés et prévenir le plagiat, habit d’Arlequin qui manque de méthode. Et la cosmogonie doit être ainsi considérée comme « l’ébauche parodique » d’une théorie que l’avenir confirmera, en même temps que comme « prise de date et de propriété ».

***

18Habituellement, la parodie est seconde, parasitaire et négatrice d’une conception dont on a mesuré les failles et les limites. Chez Fourier la parodie est première sans jamais tourner à l’autodérision.

19L’autodérision implique la détresse, l’absence de certitudes et de confiance, le douloureux plaisir de faire remarquer le premier la faille de ce qu’on vient de dire. Elle suppose une part de renoncement, une velléité de force issue de la représentation de sa propre faiblesse, une obsession du moi qui, subissant le regard critique de l’autre, nie ce regard en se substituant à lui par une intransigeance plus grande. Toute originalité est réduite au stéréotype. L’ironie sape, décape, découvre un être nu qui pourtant échappe, car la nudité devient aussi un masque.

20Rien de tout cela chez Fourier. Il peut subir le martyr de l’inventeur sans remettre son génie en question. Peu importe le regard de l’autre, ses réflexions désobligeantes : toute objection est stéréotype, issue de systèmes que l’avenir balayera. L’ironie ne nuit qu’à la crédibilité de ce que dit l’autre, elle ne peut rien contre l’inventeur. Quelques applications de la science future peuvent bien être exposées qui sortent délibérément des sentiers battus et prêtent ostensiblement le flanc aux sarcasmes. L’avenir confirmera la découverte et ceux qui auront osé rire auront honte d’avoir ri. Alors que l’autodérision légitimise le rire de l’autre, se substitue à lui et le devance, l’autoparodie de Fourier aboutit à culpabiliser celui qui serait tenté de rire. Les félicités de l’Harmonie, comme celle de l’autre monde ont pour paysage moins un espace dans lequel tout est soumis à la satisfaction de l’auteur que comme une pléthore de promesses qui engendrent d’autres promesses et ainsi de suite jusqu’à ce que le voyeur timoré n’en puisse mais. Le rire n’est plus alors qu’un moyen de défense pour ceux qui manquent d’audace et la parodie un moyen de provoquer ce rire gêné. Mêler le cocasse au grandiose fait avorter toute restriction. Il ne reste plus que le rire et l’adhésion.

21La parodie est donc polémique, arme de guerre. L’expression n’est pas abusive lorsqu’on parle d’un nostalgique de la grande armée (Hélène Tuzet). Il s’agit d’attaquer l’ennemi de front, de semer le désarroi dans ses rangs et de le prendre à revers. En première ligne sont menés les combats contre les vices des civilisés, la sottise des philosophes, l’incompétence des savants, les bavures des systèmes moraux, la pusillanimité des rêves érotiques et la mesquinerie des échanges amoureux ou commerciaux. En même temps, de façon plus sournoise, c’est la base même de l’arsenal civilisé qui est érodée de l’intérieur : les sarcasmes soulignent l’incohérence des principes, l’amoncellement des systèmes de défense dont un tissu de contradictions tient lieu d’architecture. A cela ne sont point opposées les constructions logiques d’utopies fondées sur un renversement des valeurs, nouvelles abbayes de Thélème qui fondent leurs règles en inversant celles des couvents traditionnels. C’est par des constructions qui n’obéissent à aucune logique connue que l’ennemi est pris à rebours et par d’invulnérables soldats venus d’un autre monde, disposant d’armes étranges.

  • 2 Roland Barthes, op. cit., p. 94.

22Fourier ne se présente pas comme un illuminé. Il ne tient pas sa connaissance de la vérité d’une quelconque révélation ou de la complicité d’une puissance supérieure. Il procède par analogie, soumettant au public moins les résultats d’un calcul irréfutable que les intuitions de ces résultats qu’il livrera lorsque les calculs seront terminés. Si bien que lisant Fourier, nous lisons toujours le prospectus d’un livre à venir2. De ce livre, nous ne possédons que des fragments présentés sous forme de parodie, ce qui devrait dispenser de les parodier. Et avec une magnifique mauvaise foi, Fourier use de ses éléments parodiques, liés à une pléthore de promesses, pour ridiculiser la civilisation.

  • 3 Pascal Bruckner, op. cit., p. 14.

23Le comique de Fourier (Fourier qui ne riait jamais, Fourier « le Buster Keaton de l’utopie »3) tient à la fois de celui de Voltaire et de celui de Rabelais. L’ironie domine, qui mime la démarche du raisonnement de l’adversaire, prétend admirer la justesse de la démonstration et applaudit aux affirmations les plus ridicules, qui en sont la conséquence directe. Par exemple, si l’on en croit les théologiens, les neuf dixièmes du genre humain rôtissent en enfer et Dieu lui-même est pris au piège de ses propres contradictions. Mais en même temps sont évoqués, avec une verve épique et une assurance narquoise, la puissance de l’homme et ses félicités à venir. Dans ce cas, insolences, injures et sarcasmes tiennent lieu de démonstration : les Solariens sont blancs et disposent d’un organe supplémentaire !

3. Le triomphe des zoïles et la queue des Solariens

24Fourier qui semble tout faire pour que sa parole prête à rire proteste solennellement contre ce rire en faisant avec le plus grand sérieux les mises au point les plus saugrenues. Loin de renoncer il s’obstine. Loin d’adopter la logique de l’adversaire, il l’ignore, poursuivant sa démarche avec une tranquillité insolente, n’intervenant que si on dénature ses propos. C’est ainsi qu’il publia en 1804 dans le Bulletin de Lyon la réfutation d’un article qui parlait de lui en ces termes (à propos d’un spectacle donné par le Grand Théâtre) : « Tous les sens y sont à la fois occupés et l’on regrette de n’avoir pas encore le sixième que le système de M. Fourier va nous donner. »

25A l’auteur de l’Inventaire des plaisirs de Lyon,

26« Je ne sais où il a pris l’idée de donner au genre humain un sixième sens, idée qu’il m’attribue. Que servirait un nouveau sens à l’homme ? Il vaudrait mieux connaître l’art de satisfaire les cinq que nous possédons. Voilà d’où vient l’erreur de M.
J’ai dit devant lui que les habitants des soleils, des lactées et des planètes à anneaux comme Saturne sont amphibies, par l’effet de l’ouverture de la cloison du cœur, et ont un cinquième membre commun aux deux sexes. J’ai expliqué divers usages de ce membre, par le moyen duquel un homme peut attendre de pied ferme et tuer d’un seul coup le plus terrible animal, même le grand tigre. J’ai fait connaître d’autres fonctions de ce membre qui sert de parachute tournoyant ; moteur de grandes ailes postiches, échelle de corde, nageoire qui donne à l’homme la vélocité du poisson, et mille autres possibilités dans la terre et les eaux. J’ai expliqué pourquoi les habitants de notre globe sont privés de ce membre et dans quel cas les générations futures pourront en être pourvues.
C’est là-dessus que M. a bâti sa fable d’un sixième sens, idée fort ridicule : car Marmontel et autres ont vainement cherché quel pourrait être l’usage d’un sixième sens ; tandis qu’on détermine sans peine quels peuvent être la forme et l’usage du nouveau membre qui triplerait les produits de l’industrie, et qui serait l’ornement et la sauvegarde du corps humain, véritable avorton sans ce membre.
J’invite M. à ne plus m’attribuer ses idées, et à parler avec réserve de ce qu’il ignore. Fourrier (sic). »

  • 4 Sur Fourier à Lyon voir Pierre Riberette, « Charles Fourier à Lyon : ses relations sociales et pol (...)

27Ainsi, dès 1804, Fourier avait acquis une notoriété, au moins locale, avec ce qui deviendra la fameuse queue des Solariens. L’article du Bulletin de Lyon prouve que Fourier conçut et présenta d’emblée ses théories par leur aspect le plus surprenant. Les allusions aux explications antérieures, les promesses de révélations à venir, les prospectives à la profondeur déroutante d’un Panurge, donnent déjà le ton qui sera celui du Maître4.

***

28La parodie ne fut pas comprise, elle gêna tout le monde à commencer par l’Inventeur lui-même :

« Etrange despotisme que de condamner toutes les propositions d’un auteur parce qu’il s’en trouve quelques-unes de défectueuses. En jugeant tout savant ou artiste, on sépare le bon or du faux, pourquoi suis-je le seul avec qui la critique ne veuille pas suivre cette règle ? » (1443).

29gémit Fourier devant l’incompréhension de ses contemporains qui au lieu de ne s’attaquer qu’à la parodie et ne rien dire de l’essentiel comme il le souhaitait, ridiculisent l’un et l’autre. Les disciples furent contraints de louer évasivement les propos sur la cosmogonie, et de se plaindre, car ils n’avaient pas la tâche facile :

  • 5 Charles Pellarin, Charles Fourier, sa vie et sa théorie, 2e éd., Ecole sociétaire, 1843, p. 81.

« On redoutait, dans son intérêt et dans l’intérêt de la cause sociétaire sa tendance à amalgamer aux données positives de sa théorie d’organisation industrielle, des aperçus sur la cosmogonie et l’analogie, aperçus magnifiques et grandioses sans doute, qu’aucune donnée de la science moderne ne contredit, loin de là, mais qui, étant dénués de preuves positives, effarouchent certains esprits sévères et sont pour les gens frivoles un sujet fécond de plaisanteries »5.

30Au point que d’aucuns n’hésitèrent pas à écrire que Fourier faisait du tort à la doctrine phalanstérienne :

« J’ai encore les yeux mouillés par la triste nouvelle de la mort de Fourier. Je ne pleure pas sur nous, car je crois que Fourier avait bien à peu près imprimé tout ce qu’il avait découvert d’essentiel. Je ne vais pas jusqu’à dire que son caractère et sa raideur sur des principes hétéroclites nuisaient à la cause phalanstérienne, mais il est certain que Fourier n’était plus utile. » Le Moyne — Lettre à Considérant.

  • 6 Textes cités par Hubert Bourgin, op. cit., p. 101.

(Sa mort) « n’est ni un accident imprévu, ni une douleur du cœur, ni un malheur pour l’avenir de sa doctrine qu’il entravait plutôt qu’il ne servait ». Chambellant — Lettre à Considérant.6

31Les incongruités du Maître l’ont discrédité pendant plus d’un siècle. Hubert Bourgin lui-même, dans une thèse pourtant remarquable, publiée en 1905, partage la méfiance des disciples :

« Quand il écrit son Esquisse de la Note E sur la cosmogonie appliquée, sur les créations scissionnaires et contre moulées, quand il crée ces êtres fantastiques qu’il appelle l’anti-lion, l’anti-requin, l’anti-baleine, l’anti-phoque, etc., assurément il délire : il erre à l’aventure dans le monde des inventions chimériques, il a rompu tous les liens avec la raison. »

32Les fantaisies du Maître ont bien nui au projet phalanstérien. Il suffit de lire ce qui fut écrit à l’époque par des critiques malveillants, des amateurs de plaisanteries faciles, ou de regarder les dessins des caricaturistes, pour se rendre compte de la mauvaise foi avec laquelle la théorie sociale était saluée, mais déclarée inacceptable et ridicule, parce que fondée sur une cosmogonie grotesque et profondément immorale. En voici quelques exemples :

33Après s’être amusé des formules abstraites, des néologismes barbares et des prophéties amoureuses, après une vertueuse indignation devant une doctrine qui assure la légitimité de toutes les passions, un prêtre écrit :

  • 7 Henri Maret, Essai sur le panthéisme dans les sociétés modernes, Sapia, 1840, p. 77.

« Quelle que soit la valeur de cette théorie économique et industrielle, elle n’est chez Fourier que l’application d’une doctrine métaphysique, cosmogonique et psychologique qui n’est elle-même qu’un panthéisme matérialiste »7.

34Un avocat lyonnais alla jusqu’à réfuter les théories des disciples en se fondant sur leur reniement du maître qui ne serait qu’une ruse grossière. Sa démarche est caractéristique de l’attitude de bien des esprits en face du fouriérisme : ce à quoi les disciples ont renoncé est exposé avec complaisance (sous prétexte de justifier le renoncement), les désirs de justice sociale sont applaudis, mais l’immoralisme fondamental qui est à la base de ce désir est dénoncé publiquement : il ravale l’homme au rang de la bête et il est bien digne des excentricités du Maître :

  • 8 Antoine Gaspard Bellin, Exposition critique de l’école sociétaire de Fourier, Lyon, Deleuze, 1841, (...)

« Aujourd’hui ses disciples n’aspirent plus guère qu’à une association agricole et industrielle, et ils feraient bon marché de l’organisation domestique nouvelle et de tous les dogmes transcendants du fondateur. Ce n’est plus aujourd’hui ce système grandiose qui embrassait la destinée de l’homme tout entière depuis le berceau jusqu’à la tombe ; qui réformait les relations d’homme à homme telles qu’elles existent de par la morale et la société ; qui ramenait l’équilibre entre les saisons et corrigeait les climatures au point de procurer à Philadelphie et à Pékin la température de Naples ; qui en faisant disparaître les maladies de tous genres, doublait la carrière la plus étendue de l’homme civilisé ; qui dissipait les terreurs inséparables de la mort en affermissant la foi en une vie future ; qui reconnaissait dans les aurores boréales, les signes précurseurs d’un nouvel enfantement de la terre en travail de donner la vie à des races encore inconnues et destinées à l’usage des générations harmoniennes telles que des anti-baleines, des anti-lions, des anti-hippopotames et autres antidotes vivants des espèces malfaisantes (...)
(Les disciples) ont dépouillé le système de tous ses accessoires métaphysiques, cosmologiques et moraux (...), ils ont mis leur drapeau dans leur poche et pris du fouriérisme les propositions les plus incontestables (...) mais ils veulent faire de l’homme un animal intelligent et, ce faisant, ils le mutilent de sa liberté qui lui permet de résister au mal »8.

35C’est un peu dans cet esprit que Louis Reybaud présente Fourier. Il regrette que l’on se soit arrêté exclusivement aux détails qui prêtent aux sarcasmes et cite, après avoir résumé la cosmogonie fouriériste, un texte dans lequel Fourier plaide coupable, pour conclure en grand seigneur : « quand un homme s’exécute ainsi, il ne reste plus rien à dire. On ne frappe pas sur une poitrine qui se découvre ». N’empêche qu’il éprouve le besoin de reproduire à la fin de son volume trois textes assez longs choisis pour leur excentricité. Cela sans doute pour justifier l’image du rêveur inoffensif qu’il livre à notre indulgence :

  • 9 Louis Reybaud, Etudes sur les réformateurs ou socialistes modernes, 7e éd., 1864, t. I, p. 156. (A (...)

« Repoussé de ce monde, il ne restait plus à Fourier qu’à vivre dans celui qu’il s’était créé (...). Il se promenait glorieux, au milieu de populations libres et enthousiastes qui le saluaient comme un bienfaiteur et le couronnaient comme un roi ; il parlait à ces êtres, à ces enfants de ses rêves une langue que seul il paraissait comprendre ; il bâtissait son phalanstère, le peuplait, l’organisait, conduisait lui-même au travail des groupes d’Harmoniens, fondait une ville, une capitale, une métropole, unissait par le lien sociétaire l’Orient à l’Occident, le Nord au Midi, voyait proclamer un empereur du globe et posait de sa main, sur la tête d’un savant de premier ordre, le laurier décerné par deux millions de phalanges »9.

36On lit, dans le numéro de La Phalange du mois d’octobre 1837, qui annonce la mort de Fourier et publie des extraits d’articles de presse, cette page du Mémorial Bordelais, évidemment suivie des protestations du président de la Réunion phalanstérienne de Bordeaux :

« La mort vient de frapper un des hommes qui, dans ces derniers temps, ont disputé la palme de l’originalité à Saint-Simon, au Père Enfantin, à M. Marie et à M. Chabannes. L’inventeur des êtres de transition, des sept Soleils, des sept Lunes et des queues en trompette adaptées à l’espèce humaine, en forme de parasol portatif ; l’inventeur des Phalanstins et de la communauté des biens, le célèbre Fourier vient de mourir. A Dieu ne plaise cependant que nous mettions Fourier sur le même plan que tant d’autres rivaux de notre époque de liberté indéfinie ! Il y avait de bonnes choses dans le défunt Fourier ; et, pour s’être permis d’en douter, celui qui écrit ces lignes reçut une proposition de duel qui ne fut point acceptée, attendu qu’il se souciait fort peu de verser son sang pour les queues en trompette et pour les soleils qu’il plaisait à MM. les Phalanstériens d’appendre au firmament. »

37Les dessinateurs, Bertall, Daumier, Nadar, trouvèrent dans le fouriérisme une cible de choix. Le plus inspiré d’entre eux, Grandville, présenta le système de Fourier par l’intermédiaire du personnage de Krackq qui, passant en revue toutes les formes de gouvernements, trouva un procédé infaillible pour rendre les hommes heureux :

« L’essor des passions aboutit à l’attraction. L’attraction aboutit au bonheur. Le bonheur fait pousser une queue à tous les hommes. Passion-Bonheur-Queue tout est là. Je m’explique sur cette queue. Elle n’est ni en brosse, ni en pinceau, ni en trompette. Elle se termine par un œil. Cet appendice-cyclope aura un mètre de long sur un décimètre de large ; il affectera la forme d’une trompe, et aura une bouche au-dessous de l’œil pour déboucher les bouteilles de vin et absorber des morceaux de brioche. Quand par hasard l’œil sera myope, il lui poussera immédiatement une paire de lunettes fournies par cet ingénieur-chevalier qui s’appelle la nature. Outre la queue, chacun aura ou la Papillonne ou la Composite ou la Cabaliste. Celui qui aura ces trois passions à la fois possédera deux queues. » (...)
« Tout ce que je sais, c’est que les hommes ne peuvent être heureux qu’en omniarchie. Quand nous en serons là, le globe lui-même se mettra à l’unisson de l’humanité. Les nuages, au lieu de pluies de pierres et de crapauds, laisseront tomber des rosées d’ortolans, d’alouettes rôties et de cailles idem. Les arbustes porteront des babas, des charlottes russes et toutes sortes de petits fours. Des flots de vin de Champagne s’échapperont des fontaines ; les estomacs se perfectionneront au point de pouvoir faire douze repas par jour. La vie ne sera plus qu’un long festin, où les convives ne seront jamais atteints par la satiété.

J.-J. Grandville — Un Autre Monde (Le système de Fourier).

  • 10 Jean-Jacques Grandville, Un autre Monde, Fournier, 1844, p. 261-265.

La lune actuelle, qui est un astre mort depuis longtemps, sera remplacée par sept lunes de diverses couleurs. Une aurore boréale entraînera un beau jour des glaces du pôle dans l’océan qui cessera subitement d’être salé et se métamorphosera en sorbet au citron. Tout cela, grâce à l’attraction »10.

38La ruse de guerre ne fut pas très efficace. Les zoïles ne sont pas tombés dans le piège. Au contraire, ils se servirent des « bizarreries étudiées » moins pour ridiculiser l’ensemble de la doctrine que pour en faire le produit des élucubrations d’un fou inoffensif et généreux pour les uns, ennemi des bonnes mœurs et de la dignité humaine pour les autres.

39Les disciples durent lutter sur un autre terrain, se mettre à l’unisson des préjugés du temps, sous peine de voir confondu le système tout entier avec les incongruités cosmogoniques. Ils entreprirent donc de séparer le bon grain de l’ivraie, de briser l’os et de donner à la théorie sociétaire un ton qui ne laisserait aucune place à la parodie.

40Quelques éléments de cosmogonie harmonienne vont être maintenant exposés. C’est l’objet du délit — du moins l’objet avoué car les textes érotiques sont délibérément passés sous silence par les disciples. Puis la parole du Maître fera place à celle de membres de l’Ecole Sociétaire.

  • 11 Pour l’étude des manuscrits V. Emile Poulat, Les Cahiers manuscrits de Charles Fourier, éd. de Min (...)

41Charles Fourier n’ayant jamais publié de système cosmologique complet et cohérent dont les disciples auraient fait l’exégèse et les détracteurs la critique, il serait assez vain d’en reconstituer un, en rassemblant ébauches, digressions et fragments de textes. Un inventaire chronologique serait long, fastidieux et sans grande utilité. Fourier ressasse beaucoup : les mêmes arguments sont repris à peu près dans les mêmes termes depuis la Théorie des quatre mouvements (1808) jusqu’à La fausse Industrie et se retrouvent encore dans les manuscrits publiés sans beaucoup de rigueur dans La Phalange11.

42De plus, adversaires et disciples de Fourier ne se référaient généralement pas dans leurs objections ou leurs éloges à tel ou tel texte précis rigoureusement cité et daté, mais procédaient par allusions plus ou moins lointaines.

43Mieux vaut articuler les réflexions de Fourier autour de quelques arguments qui seront choisis en fonction de leur fréquence dans l’œuvre de Fourier, dans celle de ses disciples et dans les propos de ses adversaires. Seront donc examinés successivement la place de la Terre dans l’infini, puis le but que devra poursuivre la cosmologie dans la science sociétaire, c’est-à-dire d’une part, l’observation de ce qui est à l’origine de tous les phénomènes, d’autre part les possibilités d’intervention dans un mécanisme à la fois simple et complexe. Chaque phénomène reflète un comportement humain en même temps qu’il est une pièce de l’engrenage cosmique. Toute défaillance humaine se reflète dans un élément qu’elle déforme, risquant ainsi de fausser le mécanisme tout entier. Par l’étude des analogies, l’homme peut déchiffrer le monde qui l’entoure, comprendre que ce qui va mal renvoie à ses propres travers, corriger ces travers et ce faisant rétablir l’harmonie.

44C’est la science des analogies qui permet de répondre à toutes les questions qui se posent à propos de la pluralité des mondes. Puisque tout est lié dans l’univers, ce qui est dit de notre monde peut être dit de l’autre monde. Et des espoirs nourris sur cette terre, on peut déduire ce qui attend l’âme dans l’au-delà : l’homme revivra plusieurs fois, dans ce monde et dans les autres.

45Ces éléments de cosmologie harmonienne, principalement extraits de la Théorie des quatre mouvements, de La fausse Industrie et des manuscrits publiés par la Phalange sont à peu près les seuls que disciples et détracteurs de Fourier pouvaient connaître. Ils furent à l’origine de nombreuses plaisanteries, ce qui obligea les phalanstériens à tenter de les oublier, de les prolonger ou de les déformer. Je ne parlerai donc que de ces éléments-là dans un premier temps, puis essaierai d’en étudier les avatars chez les principaux disciples. Ce n’est qu’ensuite que j’aborderai Le Nouveau Monde Amoureux, texte fondamental mais inconnu au XIXe siècle.

Notes

1 Sauf indication contraire, je me réfère à l’édition des œuvres de Fourier publiée par Simone Debout (Anthropos, 12 volumes). En chiffres romains est indiqué le numéro du tome ; en chiffres arabes, le numéro de la page. Ces indications suivent les citations.
I. Théorie des quatre mouvements et des destinées générales.
II-III-IV-V. Théorie de l’unité universelle.
VI. Le nouveau Monde industriel et sociétaire.
VII. Le nouveau Monde amoureux.
VIII-IX. La fausse Industrie.
X-XI. Manuscrits publiés par La Phalange.
XII. Complément des manuscrits publiés par La Phalange.
Pour le « sens du comique » de Dieu, voir XII-608.

2 Roland Barthes, op. cit., p. 94.

3 Pascal Bruckner, op. cit., p. 14.

4 Sur Fourier à Lyon voir Pierre Riberette, « Charles Fourier à Lyon : ses relations sociales et politiques », Bibliothèque Nationale, 1976.
Voir aussi les articles du Bulletin de Lyon cités par Simone Debout dans son édition de la Théorie des quatre mouvements, Pauvert, 1967, p. 312 et suivantes.
On trouve à l’Académie de Lyon (NO 1123 des Manuscrits) une Notice lue à l’Académie royale des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon de Dumas, qui connut Fourier pendant douze ou quinze ans. Sans doute pour égayer son auditoire, J.B. Dumas cita dans son discours l’article du Bulletin de Lyon et le commenta ainsi :
« Vous sentez combien cette précieuse addition au corps humain, objet de nos vives espérances, donnait de vie et de charme à nos conversations familières ; mais Fourier refusait toute communication devant des étrangers et se renfermait alors dans la gravité sérieuse qui était son état habituel ».
Un peu plus loin, J.B. Dumas ajoute, à propos de la conversation de Fourier : « Quand on touchait au système, elle devenait obscure, inintelligible, difficile pour nous, gaie lorsque l’auteur voulait bien le permettre, mais souvent délicate et scabreuse ».
(Sur l’utilisation qui a été faite de cette Notice de Dumas, voir Pierre Riberette, art. cité.)

5 Charles Pellarin, Charles Fourier, sa vie et sa théorie, 2e éd., Ecole sociétaire, 1843, p. 81.

6 Textes cités par Hubert Bourgin, op. cit., p. 101.

7 Henri Maret, Essai sur le panthéisme dans les sociétés modernes, Sapia, 1840, p. 77.

8 Antoine Gaspard Bellin, Exposition critique de l’école sociétaire de Fourier, Lyon, Deleuze, 1841, p. 53.

9 Louis Reybaud, Etudes sur les réformateurs ou socialistes modernes, 7e éd., 1864, t. I, p. 156. (Article paru dans La Revue des Deux-Mondes le 15 novembre 1837).

10 Jean-Jacques Grandville, Un autre Monde, Fournier, 1844, p. 261-265.

11 Pour l’étude des manuscrits V. Emile Poulat, Les Cahiers manuscrits de Charles Fourier, éd. de Minuit, 1967.

Table des illustrations

Légende J.-J. Grandville — Un Autre Monde (Le système de Fourier).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540